DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
marc



Messages : 1523
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Sam 15 Juil 2006, 20:08

Cher Noel,

D'abord un grand merci pour vos deux réponses qui, je dois le dire, me rejoignent tout à fait... diable, je vais devoir ranger mes griffes et faire amendes honorable ;).

Citation :
[Comprends pas le distingo chrétien/christique... ?
N'étant pas de même rite qu'Ecossais je ne suis pas sûr que nous ayons la même lecture du mot "christique". Pour moi est chrétien ce qui réfère directement à la doctrine chrétienne sous ses diverses formes. Serait "christique" une démarche tendant à rapprocher l'état d'homme de celui de Christ (perfection). Ecossais me corrigera probablement.]

D'accord, c'est une définition. Je peux entendre ces mots sous ces acceptions, même s'ils sont tellement polysémiques que cela peut prêter à confusion... parfois.

Citation :
[Citation:
Mon BAF pratique le Rite Ecossais Ancien et Accepté, différent du RER, mais avec le même objectif, Re-chercher et Re-trouver la parole perdue. Le YHWH, prononcée une seule fois par an dans le Saint des Saints. Je ne suis pas certain que vous connaissiez la signification de cette compression.

Eh bé expliquez-nous...
Très simple (et très compliqué... pas assez de toute une vie de maçon pour tout comprendre). La construction du temple (matériel), dit de Salomon, a été conduite par trois personnages bibliques qui en détenaient ensemble le secret remis par l'Eternel. Pour différentes raisons l'un des aspect du secret disparait jusqu'à ce que ce qui avait été perdu soit retrouvé, que le temple soit achevé et que la "parole sacrée" puisse être à nouveau dite permettant ainsi la descente de "la Présence" dans le temple qui devient alors spirituel. Cette parole sacrée n'étant rien d'autre que la prononciation correcte du Nom de l'Eternel et, en raison du prolongement de la légende biblique, l'Annonce de la Bonne Nouvelle (au sens chrétien). Vous trouverez ceci dans n'importe quel bouquin en librairie spécialisée. Pour ma part je n'irais pas au delà.]
Je vois mal en quoi cela rejoins la pensée évangélique ? Le Christ dit au contraire dans St Jean que tout ce qu'il a reçu du Père il l'a révélé à ses disciples, qu'il va inviter à proclamer la Bonne Nouvelle par toute la Terre. Quant au temple, son rideau s'est déchiré à la mort du Christ: :si secret il y avait, mais je nne m'aventurerais pas trop loin dans ce sens, pour le cou je ne sais pas exactement quelle réalité recouvre ce mot pour vous, qui aurait séparé les hommes de Dieu, il fut brisé à ce moment-là.
Citation :

[Ah non ! Le christ ne l'a pas appliquée, il l'a accompli.
Vous avez raison "Je ne suis pas venu pour dire la loi mais pour l'accomplir". Je pense que notre ami Ecossais a mis un terme pour l'autre. Mais n'oubliez pas que le Christ a aussi dit (enfin c'est ce qu'on lui fait dire) "Je ne suis pas venu pour vous apporter la paix mais la guerre. J'opposerais les fils aux pères..."]

Oui, en effet. Il l'a dit. mais le sens en est simple, il me semble : cela signifie juste que face au christ ce qui est premier ce n'est pas le lien du sang, mais où porte le coeur de la personne, en profondeur, et il se peut qu'un père et son fils ait un avis différent, ce qui provoquera la division. Cela fait écho à St Paul quand il dit que devant le christ il n'y a plus ni esclave ni homme libre, ni riche ni pauvre etc.

Citation :
[Quant à St Paul, selon lui la loi ne sauve pas. La loi est dépassée car nous sommes fils de dieu et non serviteurs.
Paul avait la foi des nouveau convertis...il a donc dit quelques vérités.... Heureusement il n'est pas tout l'Evangile]
Pourquoi heureusement ? Il en est une partie, riche et profonde, souvent très mal compris. je ne saurais trop vous inviter - si ce n'est déjà fait - à lire l'ami Guillebaud, notamment la tyrannie du plaisir. Il y parle entre autre de St Paul.

Citation :
[Outre que comme position confortable pour un débat on fait difficilement mieux, mais on coupe aussi toute possibilité de contradiction ce qui choquera le premier scientifique - au sens large - venu, cette déclaration montre l'incompatbilité avec l'évangile qui recommande bien de tout faire à la lumière, les ombres étant réservées à ceux qui font le mal. Ou alors il faut y voir un relent de la fascination enfantine pour le secret, trace d'une immaturité surprenante... au choix. Je connais par coeur ces derniers profils par mes activités scoutes : je sais que ça existe et que ça peut durer. Je pourrais pondre des pages sur ce sujet.
Mais non c'est plus simple que ça. Vous n'êtes pas plombier. Comprenez-vous qq chose au langage des plombiers? Vous n'êtes pas financier. Comprenez-vous qq chose au langage des financiers?... On ne peut donc connaître qq chose qu'en en ayant un minimum de pratique (ce qui est notre cas puisqu'à la fois FM, chrétien et catholiques. Ce qui n'est pas le vôtre puisque non-maçon). Ecossais me semble-t-il ne veut rien dire d'autre. Maintenant si vous êtes aussi opposé que ça au secret... n'oubliez pas de demander que le prochain Conclave vous soit ouvert.]

Sans être plombier, je peux très bien comprendre ce qu'ils font si on m'explique, de même pour la finance. Du reste, Thomas d'Aquin distingue deux modes de connaissance, si j'ne crois Sertillange, et qui me paraissent sains : la connaissance "extérieure" d'une réalité : je peux vous mesurer, vous peser etc. et j'acquiers une connaissance réelle de vous. Et la connaissance intérieure, que vous seul pouvez me communiquer, de vos états d'âme, mettons. Comme je le disais, rien n'empêcherait, il me semble, de faire de la vulgarisation de la pensée maçonnique, de même qu'on vulgarise la physique ou les maths, qui ne sont pas exactement des réalités triviales à expliquer, mais ça se fait.
Citation :

[Hein quoi ? Qu'est-ce que cela veut dire , La création est un processus permanent - faites un peu de métaphysique. Ou alors vous faites l'amalgame avec une idée - paradoxale - de commencement du temps, mais alors dois-je comprendre que parmi vos frères maçons il faut compter quelques Vénérables Lézards Géants qui étaient là avant nous ? Pour ne pas évoquer quelques Lumineux Microorganismes ?
C'est là un des points de différence que j'ai avec Ecossais. Certaines théories font remonter l'origine légendaire de la maçonnerie à Adam. Pour ma part je me contente de Salomon ce qui n'est déjà pas si mal (et peut être en héritage des temples d'Egypte?).]

Sur quelles bases ? et quel en est le sens, l'intérêt et la portée ?

Citation :
[Et moi je vous dénie le droit de me dénier quoi que ce soit... C'est ça l'ouverture d'esprit des maçons : l'interdiction de la critique ??
Vous avez raison et tort. Raison car on ne peut au nom de la tolérance vous interdire quoi que ce soit. Tort si votre critique n'est pas fondée sur une connaissance réelle de l'objet de votre critique ou si elle n'est fondée que sur ce que vous avez entendu qu'on vous a dit que... (voir Clément XII et sa bulle d'excommunication des FM).]

Eh bien, mais comme je le disais alors, éclairez-moi, je ne demande pas mieux que de recevoir des explications. Pour ce que j'en connais, je renouvelle ma question, c'est des on-dits sur l'origine de certaines lois profondément immorales. Le niez-vous ?
Citation :

[Eh bien expliquez-nous. On n'est peut-être pas complètement idiots...
C'est très simple. L'initiation comme son nom l'indique n'est pas une fin en soi mais un commencement, le début de qq chose à développer, à chercher... Les FM se reconnaissent "cherchants" et n'ont nulle prétention à "avoir trouvé".]

Moi je l'ai, cette prétention : le Christ. Mais alors, il faut que je reconnaisse que je ne le tiens pas de moi et que je dois l'accueillir, m'ouvrir à la volonté divine et à une illumination qui me vient de l'extérieur... ou, version augustinienne, de celui qui m'est plus intime que moi-même.

Citation :
[Donc vous êtes en train de me dire que vous vous placez dans une situation qui biaise tout échange ? eh bé, bel effort de recherche de la vérité !
Tout comme je suis incompétent pour juger du "secret" monastique en tant "qu'expérience spirituelle" * ou des actes d'un Conclave. C'est aussi simple que cela.]

Mais je ne demande pas qu'on me livre une expérience spirituelle, encore que ce soit faisable dans une certaine mesure, mais un contenu philosophique et doctrinale, des positions philosophiques et métaphysique, une orientation de la pensée, de l'esprit de la FM. C'est pas la même chose. L'église est on ne peut plus claire sur ce point : il n'y a qu'à voir le nombre de documents qui paraissent pour clarifier sa pensée et l'exposer au monde.
Citation :

[Pour le reste il ne suffit pas en effet de lire sur la FM ou de se la faire raconter pour en comprendre la nature et l'esssence. Il faut aussi l'expérimenter. Et encore.]

J'entends bien qu'il y a une part non dicible, si cette expérience a quoi que ce soit d'authentiquemnet humain, mais il y a toujours une part verbalisable, c'est celle-là que j'aimerais connaître. Des religieux qui témoigne de l'origine et du sens de leur vocation, ça existe. Ca signifie des choses. Pour les FM ne peuvent-ils en faire autant ? ils ne pensent tout de même pas avoir une supériorité spirituelle par rapport aux quelques Ste Thérèse qui nous livré leurs écrits ???
Citation :

[Citation:
Je vous laisse lire les passages où le Christ dit clairement que ceux qui fuient la lumière ne sont pas enfants de la lumière, ceux où il appelle au témoignage, et donc à proclamer la vérité. Quant aux perles et aux pourceaux, on peut très bien comprendre cela comme une invitation à ne pas contre-témoigner en choisissant de mauvais moments pour le faire. Pas besoin pour "vivre" cette parabole d'élaborer des secrets qui coupent tout espoir de dialogue avec le reste du monde, en contradiction flagrante avec l'appel au témoignage. Mais si mes "certitudes" sont fausses et stupides, ça doit pouvoir se démontrer rationnellement... faites-le donc.

Lorsque vous citez telle parole de l'Evangile vous vous placez en position dogmatique face à laquelle ou on laisse tomber ou on vous dit qu'il n'y a aucune contradiction entre la foi chrétienne et la maçonnerie, au contraire même. A vous de l'accepter ou non.]

Ben s'il n'y a aucune contradiction, clarifiez ma position... La Vérité n'est pas double et vous devriez pouvoir vous positionner par rapport à l'évangile, surtout si vous êtes catho ! Qu'est-ce qui est premier pour vous, d'ailleurs : la FM ou l'évangile ?

Citation :
[Et ça n'implique nullement que nous portions sur vos certitudes le jugement de valeur "fausses et/ou stupides". Le problème est que vous n'acceptez pas que l'expérience maçonnique soit authentique alors que nous ne mettons nullement en cause l'autenthicité de la vôtre. En d'autres termes vous nous déniez notre foi chrétienne par simple attachement à des textes sans prendre en compte la vérité des personnes.]

Je ne vous juge absolument pas comme personne, mais j'aimerais bien comprendre comment vous articulez le secret maçonnique et l'appel du Christ au témoignage, à la lumière et à la simplicité... où est le mal là dedans ? Où est le dogmatisme ? il me semble détecter une contradiction, il ne tient qu'à vous de la lever...

Marc
Revenir en haut Aller en bas
marc



Messages : 1523
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Sam 15 Juil 2006, 20:10

Citation :
[Mais ma question est justifiée et naturelle. En gros vous me demandez de justifier la canonicité de mon appartenance en référence à des textes et des obligations. Rien que de plus normal que de vous demander de justifier autrement que pas foi l'authenticité de ces textes et la légitimté de ces obligations.]

Non. C'est précisément tout le problème pour notre époque qui ne veut jouer - croit-elle - que selon la raison humaine (en fait, elle en est bien loin, mais passons) alors que la foi dépasse celle-ci et qu'elle précisément, en son fondement le plus intime, par-delà ce que vous demandez. La singularité ne se démontre pas.

Citation :
[Citation:
Ce qui est de notoriété publique c'est que le Christ et les Apôtres étaient 13. Que le nombre des offices d'un monastère est du même ordre. De même celui d'une loge maçonnique régulièrement constituée. Pensez-vous que ce soit un hasard?

Ca peut venir simplement d'un goût pour la numérologie des écritures. Mais la numérologie et les symboles peuvent conduire tout droit en enfer, s'ils tordent l'esprit, rendent faux et afaiblissent la charité, pour exciter un esprit d'orgueil qui laisse penser que l'on peut parvenir par ses propres forces à une quelconque illumination, alors que "sans le Christ nous ne pouvons rien" : il nous invite à nous en remettre à lui.
Ce que vous exprimez là est un point de vue qui condamne la recherche de connaissance hors le dogme. C'est un avis que je ne partage pas.]

Hein ???? En quoi est-ce que je condamne quelque recherche que ce soit ? Et en quoi mon avis a-t-il un quelconque lien avec le dogme ??? J'émets une hypothèse, c'est tout. Et je vos livre mon sentiment sur l'affaire. Si toute contradiction sur ce qui semble être fondamental pour vous dans votre système de pensée est automatiquement interprété comme un dogmatisme mortel pour la recherche... difficile de dialloguer avec quelqu'un d'extérieur à votre système. Par définition.

Citation :
[Mon sentiment, mais je me trompe peut-être, c'est que les moines (maçons) et au sens large les chrétiens (la maçonnerie) utilisent des symboles chrétiens (universels) comme des moyens adaptés à notre condition humaine mais en sachant bien que la vraie foi, la vrai charité et la vraie connaissance sont reçues de Dieu (supra-humaines)../..
J'écris symboles universels car les symboles sont issus de l'humanité toute entière et lui appartiennent. J'écris supra-humaine par respect pour tous ceux qui ne sont pas chrétiens mais qui pensent "qu'il y a dans l'univers quelqu'un plutôt que personne".]

Je ne pense pas que les symboles chrétien soit existentiellement universel : j'ai vécu un an au Canada avec un indien et un syrien, et nos références communes et nos réflexes profonds ne se recouvraient pas, pas plus que nos symboliques respectives. Ces symboles ont une portée universelle, à mon sens, en ce qu'ils ne sont pas des symboles purs, mais font référence à un homme vrai, vrai Dieu incarné, mort et ressuscité. Mais l'esprit humain et les aventures "mystico-magiques" de l'humanité ont généré d'autres symboles, la philosophie d'autres systèmes de pensée irréductibles au christianisme et réciproquement.

Citation :
[Alors que les maçons pensent qu'il y a un chemin d'initiation "secret" qui par les forces de l'intéressé conduit à une illumination : ces deux positions sont radicalement opposées. Le fait qu'on brouille les cartes en utilisant des symboliques analogues dans les deux cas ne change rien au fait que sur le fond les deux attitudes sont diamétralement opposées. Dites-moi où je me trompe ?
Je ne sais pas si vous vous trompez.]

Ben... si vous ne le savez pas on est mal, car je ne vous livre qu'une impression, pas une certitude, en ce qui concerne l'attitude maçonnique. Pour le versant catho, je sais un peu de quoi je parle, en revanche. Mais fondamentalement, est-ce faux de dire : que les maçons misent sur leur propre force et non pas un abandon dans la foi entre les mains de Dieu ? C'est, à mon avis, un des points cruciaux de nos affaires au plan de l'expérience spirituelle et existentielle.

Citation :
[Simplement je pense que vous récitez une leçon apprise par coeur.]

En un mot comme en cent : non... Comme je vous l'ai dit, je n'ai jamais particulièrement étudié la FM. J'ai un peu étudié la pensée bouddhiste - et encore - et la gnose, voilà tout. Comme je n'ai cessé de le dire, je vous livre des sentiments qu'il ne tient qu'à vous de corriger en m'expliquant les choses si je me trompe : je peux entendre que je ne sais pas de quoi je parle, surtout quand même moi je reconnais des limites à ma pensée...
Citation :

[Celle de l'antimaçonnisme clérical. La FM n'a pas la prétention d'ammener à "l'illumination". Elle ne prétend pas non plus détenir La Vérité ni être d'inspiration divine (du moins celle que je connais). Elle n'est qu'un des moyens mis à disposition de l'homme pour être homme avec sa foi si telle est sa destinée.]

Mais en fait, que cherche et fait un maçon ? Vous ne pourriez pas partir de là, tout simplement ? Après tout, une telle question à un chrétien ou même un moine ne pose rigoureusement aucun problème...

Citation :
[Si un jour j'ai le temps... mais pourquoi ne pas me donner votre propre point de vue sur ces questions ? Ca évitera que je comprenne de travers des textes, ça permettra également d'aller plus vite... Il est possible de comprendre l'esprit de la règle de St Benoit si on se la fait expliquer par quelqu'un sans se farcir tout le texte...
Voilà bien la question... si un jour j'ai le temps!!! Désolé mais le FM que je suis n'est pas le Reader Digest. Rapelez-vous l'initiation est un commencement.]

Ah ! Ben alors... Je répondrai ça, tiens, dorénavant aux gens qui meposent des questions sur la science : allez faire 5 - 6 ans d'études, je ne suis pas le reader digest. ils apprécieront, j'en suis sûr... et ce sera très constructif, surtout sur un forum...

Citation :
[Citation:
Contre les interprétations et les prétentions cléricales certainement et uniquement au nom du droit de chaque individu de disposer librement de lui-même dans le respect des autres sans référence obligée à une imposition extérieure.

C'est exactement le discours du serpent dans la Genèse. Impressionant.
Affirmation cléricale. Sans plus. La foi est quelque chose qui vous tombe dessus, qui s'impose à vous naturellement. Il y a ensuite un choix à faire de poursuivre ou d'aller voir ailleurs. La foi ne s'impose pas.]

Non, la foi ne vous tombe pas forcément dessus, je peux en témoigner, croyez-moi. Quant au fait de disposer librement de soi sans référence extérieure, c'est profondément anti-chrétien, puisque le chrétien pense que la loi divine s'impose à tous. Même si, bien sûr, c'est un état que l'amour va dépasser, puisqu'elle consiste à faire sienne la loi divine. Mais ça par là. Et le serpent invite bel et bien Adam et Eve à décier du bien et du mal, sans référence à ce qu'il qualifie, plus ou moins explicitement, de mensonges divins.
Citation :

[Quant à mon avis personnel sur la FM, j'ai ouï dire qu'un certain nombre de lois, et notamment pilule et avortement, lui doivent beaucoup. Un grand politique disait que l'on juge l'arbre à ses fruits : la conclusion, pour un catho, est alors assez facile...
Attention voilà le discours extro-droitiste, complotiste... qui pointe son nez. Et à ce compte là votre avis sur la FM on s'en bat l'oeil]

Mais est-ce faux ou pas ? Parce que ls réseaux d'influence maçonnique, on en entend parler dans la presse, c'est pasmoi qui l'invente... ou alors dois-je comprendre que les scandales en question sont des opérations de dénigrement mensongère ? Les maçons sont des saints incompris que des groupes de presse voudaient alors enfoncer pour on ne sait quelle raison ? Avouez que c'est troublant, vu de l'extérieur, et cessez de dire que je sens l'extrême droite, merci. Je veux juste savoir s'il y a du feu sous la fumée : en quoi cette question est-elle extrêmiste ?

Marc
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Dim 16 Juil 2006, 13:57

Cher Alexandre,

Mil excuses pour la confusion. Je suis à cran, ce qui me rend très impulsif, voire méchant, alors que vous n'y êtes pour rien. Je vous répondrai plus en détail lorsque ma tête sera moins embrouillée.

A Marc,

Idem pour mon ton à votre endroit. Croyez bien qu'il n'y a rien de personnel. Je reconnais que je n'ai pas été fair-play avec vous. Je m'expliquerai également avec vous.

Mon BAF Noël, qui a très bien résumé ma pensée, du moins en grande partie, je le remercie pour avoir tempéré mes propos.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mar 20 Jan 2015, 12:25

Citation :
BULLE IN EMINENTI DE CLÉMENT XII.

Édictée le 28 avril 1738.



CONDAMNATION DE LA SOCIÉTÉ APPELÉE « LIBERI MURATORI » OU « FRANCS-MAÇONS », SOUS PEINE D'EXCOMMUNICATION ENCOURUE PAR LE SEUL FAIT DONT L'ABSOLUTION EST RÉSERVÉE AU SOUVERAIN PONTIFE, SI CE N'EST À L'ARTICLE DE LA MORT.



Clément XII, Évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, à tous les fidèles, salut et bénédiction apostolique.

La divine Providence nous ayant placé, malgré notre indignité, dans la Chaire la plus élevée de l'Apostolat pour y veiller sans cesse à la sûreté du troupeau qui nous est confié, nous avons donné tous nos soins autant que le secours d'En Haut nous l'a permis et toute notre application à opposer au vice et à l'erreur une barrière qui en arrête le progrès, à conserver spécialement l'intégrité de la religion orthodoxe et à éloigner des fidèles, dans ces temps difficiles, tout ce qui pourrait être pour eux une occasion de trouble.

Nous avons appris, et le bruit public ne nous a pas permis d'en douter, qu'il s'était formé une certaine société, assemblée ou association, sous le nom de Francs-Maçons ou Liberi Muratori ou sous une appellation équivalente, suivant la diversité des langues, dans laquelle sont admises indifféremment des personnes de toute religion et de toute secte, qui, sous les dehors affectés d'une probité naturelle qu'on y exige et dont on se contente, se sont établies certaines lois, certains statuts qui les lient les uns aux autres et qui, en particulier, les obligent sous les plus graves peines, en vertu d'un serment porté sur les Saintes Écritures, de garder le secret inviolable sur tout ce qui se passe dans leurs assemblées.

Mais comme le crime se découvre lui-même, et que malgré les précautions qu'il prend pour se cacher, il se trahit par l'éclat qu'il ne peut arrêter, cette société, ces assemblées, sont devenues si suspectes aux fidèles, que tout homme de bien regarde aujourd'hui comme un signe peu équivoque de perversion, quiconque s'y fait adopter. Si leurs actions étaient irréprochables, ils ne se déroberaient pas avec tant de soin à la lumière. De là vient que depuis longtemps ces sociétés ont été sagement proscrites par la plupart des princes dans leurs États. Ils ont regardé ces sortes de gens comme ennemis de la sûreté publique.

Ayant donc mûrement réfléchi sur les grands maux qui naissent pour l'ordinaire de ces associations toujours nuisibles à la tranquillité de l'État et au salut des âmes et qui, à ce titre, ne peuvent s'accorder avec les lois civiles et canoniques ; instruit d'ailleurs par la parole de Dieu même, qu'en qualité de serviteur prudent et fidèle, choisi pour gouverner le troupeau du Seigneur, nous devons être continuellement en garde contre les gens de ce caractère, de peur qu'à l'exemple du voleur, ils ne percent la maison et que, comme autant de renards, ils ne se jettent et ne portent partout la désolation, c'est à dire qu'ils ne séduisent les simples et ne blessent en secret de leurs flèches les âmes innocentes.

Enfin voulant arrêter le cours de cette perversion et interdire une voie qui donnerait lieu de se laisser aller impunément à bien des iniquités et pour plusieurs autres raisons à nous connues, et qui sont également justes et bien fondées ; après en avoir délibéré avec nos vénérables frères les cardinaux de la Sainte Église romaine et de leurs avis et même aussi de notre propre mouvement et connaissance certaine, et de toute la plénitude de la jouissance apostolique, nous avons résolu de condamner et de défendre comme de fait, nous condamnons et défendons, par notre présente constitution et à perpétuité, les susdites sociétés, assemblées de Francs-Maçons ou désignées sous un autre nom quel qu'il soit.

C'est pourquoi nous défendons très expressément et en vertu de la sainte obéissance, à tous les fidèles, soit laïques, soit clercs séculiers ou réguliers, y compris ceux qui doivent être spécialement nommés, de quelque état, grade, condition, dignité et prééminence qu'ils soient, d'entrer pour quelque cause et sous quelque prétexte que ce soit dans les sociétés ci-dessus mentionnées de Francs-Maçons, de favoriser leur accroissement, de les recevoir ou cacher chez soi ou ailleurs, de s'y faire associer, d'y assister, de faciliter leurs assemblées, de leur fournir quoi que ce soit, de les aider de conseil, de leur prêter secours et faveurs en public ou en secret, d'agir directement ou indirectement par soi ou par autrui, d'exhorter, de solliciter, d'induire, d'engager quelqu'un à se faire adopter dans ces sociétés, à y assister, à les aider de quelque manière que ce puisse être, et à les fomenter ; nous leur ordonnons au contraire de s'interdire entièrement ces associations ou assemblées, sous peine d'excommunication qui sera encourue par le seul fait et sans autre déclaration par les contrevenants dont nous avons fait mention, de laquelle excommunication ils ne pourront être absous que par nous ou par le Souverain pontife pour lors régnant, si ce n'est à l'article de la mort.

Voulons de plus et ordonnons que les évêques, prélats, supérieurs et autres ordinaires des lieux, de même que les inquisiteurs, procèdent contre les contrevenants de quelque grade, condition, ordre, dignité et prééminence qu'ils soient ; qu'ils travaillent à les réprimer et qu'ils les punissent des peines qu'ils méritent à titre de gens très suspects d'hérésie.

À cet effet, nous donnons à tous et à chacun d'eux le pouvoir de les poursuivre et de les punir selon les voies de droit et d'avoir recours, s'il en est besoin au bras séculier.

Voulons aussi que les copies de la présente constitution aient la même force que l'original dès qu'elles seront munies de la suscription d'un notaire public et du sceau de quelque personne constituée en dignité ecclésiastique.

Que personne, au reste, ne soit assez téméraire pour oser attaquer ou contredire la présente déclaration, condamnation, défense et interdiction. Si quelqu'un portait jusqu'à ce point la hardiesse, qu'il sache qu'il encourra l'indignation de Dieu et de ses bienheureux apôtres saint Pierre et saint Paul.

Donné à Rome, à Sainte Marie Majeure, l'an depuis l'incarnation de Jésus Christ 1738, le 4 des calendes de mai, de notre pontificat le huitième.





A. Card. PRODATARIUS

Visa de Curia

N. ANTONELLUS

J. B. EUGENIUS
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mar 20 Jan 2015, 12:41

Merci. Nous connaissons tout cela. Vous ignorez simplement la cause véritable de cette Bulle...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mar 20 Jan 2015, 13:20

Loup Ecossais a écrit:
Merci. Nous connaissons tout cela. Vous ignorez simplement la cause véritable de cette Bulle...


Saint Pie X, discours aux prêtres de l’union apostolique, 18 novembre 1912 a écrit:

Quand on aime le Pape, on ne discute pas au sujet des mesures ou des ordres qu’il donne ; on ne recherche pas jusqu’où doit aller l’obéissance, et quelles sont les choses dans lesquelles on doit obéir. Quand on aime le Pape, on n’objecte pas qu’il n’a pas parlé assez clairement, comme s’il était obligé de répéter à l’oreille de chacun ses volontés clairement exprimées, tant de fois, non seulement de vive voix, mais encore par des lettres et d’autres documents publics ; on ne met pas en doute ses ordres, sous le prétexte, si facile pour celui qui ne veut pas obéir, que ce n’est pas le Pape qui commande, mais ceux qui l’entourent. On ne limite pas le champ où son autorité peut et doit s’exercer. On ne préfère pas à l’autorité du Pape celle d’autres personnes, si doctes soient-elles, qui ne sont pas du même avis que le Pape: car, si elles ont la science, elles n’ont pas la sainteté, parce que celui qui est saint ne peut être en dissentiment avec le Pape.
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mar 20 Jan 2015, 13:30

[quote="Guillaume"]

Saint Pie X, discours aux prêtres de l’union apostolique, 18 novembre 1912 a écrit:

Quand on aime le Pape, on ne discute pas au sujet des mesures ou des ordres qu’il donne ; on ne recherche pas jusqu’où doit aller l’obéissance, et quelles sont les choses dans lesquelles on doit obéir. Quand on aime le Pape, on n’objecte pas qu’il n’a pas parlé assez clairement, comme s’il était obligé de répéter à l’oreille de chacun ses volontés clairement exprimées, tant de fois, non seulement de vive voix, mais encore par des lettres et d’autres documents publics ; on ne met pas en doute ses ordres, sous le prétexte, si facile pour celui qui ne veut pas obéir, que ce n’est pas le Pape qui commande, mais ceux qui l’entourent. On ne limite pas le champ où son autorité peut et doit s’exercer. On ne préfère pas à l’autorité du Pape celle d’autres personnes, si doctes soient-elles, qui ne sont pas du même avis que le Pape: car, si elles ont la science, elles n’ont pas la sainteté, parce que celui qui est saint ne peut être en dissentiment avec le Pape.

Politiquement, je suis de l'église catholique romaine, et même "ultra-montaniste", à l'instar de notre regretté et bien aimé frère Joseph de Maistre, franc-maçon émérite. Spirituellement, toujours comme Joseph de Maistre, je suis de l'église de Saint-Jean; ésotérique...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mar 20 Jan 2015, 13:39

Loup Ecossais a écrit:

Politiquement, je suis de l'église catholique romaine, et même "ultra-montaniste", à l'instar de notre regretté et bien aimé frère Joseph de Maistre, franc-maçon émérite. Spirituellement, toujours comme Joseph de Maistre, je suis de l'église de Saint-Jean; ésotérique...


Quant à moi, je suis tout simplement catholique, et pas seulement politiquement.  Very Happy


Wikipedia a écrit:

Montanisme

Le montanisme est un mouvement chrétien hétérodoxe du IIe siècle fondé par le prophète Montanus en Phrygie, région de la Turquie actuelle.

Ce mouvement spontané, tout d'abord indistinct de l’Église d’Ignace d'Antioche, fut ensuite considéré comme hérétique par celle-ci. Ce mouvement, qui se réclamait spécialement de l'évangile selon Jean, est contemporain du marcionisme.

Sommaire

   1 Histoire
   2 Les rites cataphrygiens
   3 Système de croyances
   4 La condamnation
   5 Sources
       5.1 Sources anciennes
       5.2 Sources modernes
       5.3 Liens externes
   6 Références

Histoire

Montanus serait né à Ardabau, un village de Phrygie (Turquie moderne) au IIe siècle après J.-C., vers 160. Il fut un chrétien de type charismatique et laissa de la place aux femmes, telles Prisca (ou Pricilla) et Maximilia. Plutôt que fondateur d'un mouvement religieux chrétien, il propagea un christianisme que ses contemporains nommaient hérésie phrygienne, hérésie cataphrygienne ou encore hérésie pépusienne. Ancien prêtre des idoles (probablement du culte de Cybèle) converti au christianisme, rien ne nous permet de dire qu'il organisa un système ecclésiastique ou même y participa. Jean d'Éphèse alla même jusqu'à déterrer les cadavres du prophète et des prophétesses pour les brûler.

Les rites cataphrygiens

On ne sait rien des rites montanistes et on ne peut pas considérer qu'ils dérogeaient au strict christianisme asiate. Tout au moins c'est ce que Tertullien, contemporain de Montan admettait (De Jejunio...). C'est aussi le point de vue de Pierre de Labriolle et de Nicolas Robert.

Système de croyances

Le montanisme apparait au moment où l'Église s'organise en système. Ces chrétiens rejetaient le clergé et toute hiérarchie, pour mieux exalter le martyre. Le mouvement fondait aussi son système de croyance sur la promesse de Jésus à ses disciples de leur envoyer, après sa mort, le Paraclet, l'Esprit de vérité, qui devait les conduire en toute vérité et demeurer éternellement avec eux pour leur enseigner les choses qu'ils n'avaient pu comprendre pendant sa vie.

Montanus se présenta donc comme l'organe du Paraclet. Il ne prétendait pas être le Paraclet lui-même, mais un médium humain en extase prophétique. Les paroles qu'il proférait étaient non les siennes, mais celles du Paraclet. Ainsi, dans un fragment conservé par Épiphane (au IVe siècle), et qui lui a été attribué, il déclare : « Je suis venu non comme un ange ou un ambassadeur, mais comme Dieu le Père. »

Si Montanus est le premier à avoir pris en considération le « Paraclet » de « Jean », c'est peut-être en raison d'une proximité fondamentale. En fait, le montanisme, par sa promotion du « Saint Esprit », en plus du « Père » et du « Fils », semble avoir été le propagateur de ce thème johannique, sinon l'inventeur de la « Trinité »[réf. nécessaire]. La toute première mention littérale de la « Trinité » est celle du Traité De la Pudeur du montaniste Tertullien (vers 208). Et Hippolyte, à Rome, dix ou vingt ans plus tard, reproche à ses adversaires dans l'Église de refuser de reconnaître « la Sainte Trinité ».
La condamnation

Les évêques du voisinage condamnèrent le montanisme et excommunièrent ses adeptes. Ces mesures furent approuvées par les principaux évêques d’Asie Mineure. Les montanistes protestèrent et s'efforcèrent, en 177, de se concilier la faveur des chrétiens d'Occident, particulièrement de ceux qui étaient emprisonnés pour leur foi. Eusèbe dit que ceux-ci s'adressèrent alors pour la paix de l'Église, à Éleuthère, évêque de Rome. De leur côté, les Orientaux persistèrent dans leur jugement, et s'appliquèrent à le justifier dans de nombreux écrits. Montanus était probablement mort avant ces événements.

Déclarés hérétiques (peut-être par Éleuthère), le baptême donné par eux fut tenu pour nul. On les accusa même de sacrifier des enfants et d'en partager la chair dans leurs mystères. Les montanistes restèrent donc officiellement réprouvés, quoique sur les points essentiels, ils fussent en communauté de foi avec l'Église.

Montanus ne semble pas avoir présidé longtemps à l'œuvre qu'il avait commencée. Suivant la coutume, des récits orthodoxes le font mourir de mort violente, s'étant pendu comme Judas, de même que son épouse (?) Maximilla. Elle avait survécu à (sa sœur) Priscilla, et croyait être la dernière prophétesse, la fin du monde devant survenir après elle. Elles furent traitées par saint Jérôme de « folles démoniaques et hystériques, causes de nombreux scandales ».

En fait après la disparition de ces deux femmes, le montanisme « normalisé » aurait pu reprendre sa place dans l'Église. Mais il se serait agi alors d'un culte nettement défiguré par rapport à son origine.

Devenu une secte isolée, le montanisme connut son apogée dans la Carthage du IIIe siècle, où il fut soutenu par le théologien latin Tertullien. Cependant, au VIe siècle, le montanisme aurait, dans les faits, totalement disparu.

Raspoutine, qui disait avoir étudié les religions christiques « la trouvait fort intéressante ».

Sources
Sources anciennes


Apollonius d'Éphèse (IIe-IIIe siècle) dans Histoire ecclésiastique d'Eusèbe de Césarée.
Tertullien, père de l'Église (autour de 202-224) : « De Corona, - De Fuga in persecutione, - De Exhortatione castitatis, - De Virginibus velandis, - Adversus Hermogenem, - Adversus Valentinianos, - De Carne Christi, - De Resurrectione carnis, - De Pallio, - Adversus Marcionem, - De Anirna, - Scorpiace, - Ad Scapulam, - De Monogamia, - De Jejunio, - De Pudicitia, - Adversus Praxeam ».
Didyme l'Aveugle (v.311-v.397): (De Trinitate, III, 41)

Sources modernes

Labriolle, P. de La Crise Montaniste, Genève 1913
Trevett, Ch. Montanism, Oxford, 1996
Tabbernee W. Montanist Inscriptions and Testimonia, Tulsa, 1998
Robert, N. Tertullien montaniste, Grenoble 2000

Liens externes

(en) dans Catholic encyclopedia
(en) Références antiques par Daniel R. Jennings.
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mar 20 Jan 2015, 13:52

Guillaume a écrit:
Loup Ecossais a écrit:

Politiquement, je suis de l'église catholique romaine, et même "ultra-montaniste", à l'instar de notre regretté et bien aimé frère Joseph de Maistre, franc-maçon émérite. Spirituellement, toujours comme Joseph de Maistre, je suis de l'église de Saint-Jean; ésotérique...


Quant à moi, je suis tout simplement catholique, et pas seulement politiquement.  Very Happy

Toutes mes félicitations... Wink Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mar 20 Jan 2015, 14:32

Guillaume,

Loup ne fait pas référence au mouvement hérétique de Montan, à celui des ultramontani : prêchant l'absolue prééminence politique du pape dans ses prérogatives juridictionnelles. En gros, les ultramontains sont contre le progrès social, l'humanisme, la démocratie, bref des réactionnaires à la cagoule blanche.
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mar 20 Jan 2015, 21:15

Je taquinais juste. ;-

Les ultramontains sont ceux qui défendent les prérogatives du Siège de Rome (de "ultra montes" : outre monts - les Alpes).

Ce qui est une très bonne chose.

Surtout quant on adhère à tous les enseignements dudit Siège - y compris les condamnations qu'il a portées contre la franc-maçonnerie. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mer 21 Jan 2015, 09:49

Guillaume a écrit:
Je taquinais juste.  ;-

Les ultramontains sont ceux qui défendent les prérogatives du Siège de Rome (de "ultra montes" : outre monts - les Alpes).

Ce qui est une très bonne chose.

Surtout quant on adhère à tous les enseignements dudit Siège - y compris les condamnations qu'il a portées contre la franc-maçonnerie.  Smile

Officiellement oui. Officieusement non, Dieu merci...
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mer 21 Jan 2015, 11:00

Bof... ce guillaume n'est jamais qu'un nouvel imprécateur... attardé par une fixette sur le protocole de sages de sion... Une imbécilité recuite.
Nous avons l'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mer 21 Jan 2015, 14:08

Loup Ecossais a écrit:
Guillaume a écrit:
Je taquinais juste.  ;-

Les ultramontains sont ceux qui défendent les prérogatives du Siège de Rome (de "ultra montes" : outre monts - les Alpes).

Ce qui est une très bonne chose.

Surtout quant on adhère à tous les enseignements dudit Siège - y compris les condamnations qu'il a portées contre la franc-maçonnerie.  Smile

Officiellement oui. Officieusement non, Dieu merci...




Commentaire sur l'Evangile selon Saint Matthieu.
Saint Jean Chrysostome. OEUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de rhétorique au collège de l'Immaculée-Conception de Saint-Dizier.
Bar-le-Duc, L. Guérin & Cie, éditeurs, 1865, Tome VII - Tome VIII, p. 1-91 a écrit:

"Mais contentez-vous de dire: Cela est, ou cela n’est pas. Ce qui est de plus vient du mauvais." (Mt. V, 37)

Ce qui est de plus que le oui ou le non, c’est le jurement, et non le parjure, puisque ce dernier étant visiblement mauvais, nous n’avons pas besoin que personne nous en avertisse, et Jésus-Christ ne dirait pas: " ce qui est de plus, " en parlant d’une chose évidemment mauvaise. Car ce qui est " de plus," c’est le superflu, le surajouté, ce qui dépasse le nécessaire, tel qu’est le jurement.
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mer 21 Jan 2015, 14:09

Guillaume a écrit:
Loup Ecossais a écrit:
Guillaume a écrit:
Je taquinais juste.  ;-

Les ultramontains sont ceux qui défendent les prérogatives du Siège de Rome (de "ultra montes" : outre monts - les Alpes).

Ce qui est une très bonne chose.

Surtout quant on adhère à tous les enseignements dudit Siège - y compris les condamnations qu'il a portées contre la franc-maçonnerie.  Smile

Officiellement oui. Officieusement non, Dieu merci...




Saint Jean Chrysostome. OEUVRES COMPLÈTES TRADUITES POUR LA PREMIÈRE FOIS SOUS LA DIRECTION DE M. JEANNIN, licencié ès-lettres professeur de rhétorique au collège de l'Immaculée-Conception de Saint-Dizier. Bar-le-Duc, L. Guérin & Cie, éditeurs, 1865, Tome VII - Tome VIII, p. 1-91. a écrit:

"Mais contentez-vous de dire: Cela est, ou cela n’est pas. Ce qui est de plus vient du mauvais." (Evangile selon Saint Matthieu. V, 37)

Ce qui est de plus que le oui ou le non, c’est le jurement, et non le parjure, puisque ce dernier étant visiblement mauvais, nous n’avons pas besoin que personne nous en avertisse, et Jésus-Christ ne dirait pas: " ce qui est de plus, " en parlant d’une chose évidemment mauvaise. Car ce qui est " de plus," c’est le superflu, le surajouté, ce qui dépasse le nécessaire, tel qu’est le jurement.
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mer 21 Jan 2015, 14:13

adamev a écrit:
Bof... ce guillaume n'est jamais qu'un nouvel imprécateur... attardé par une fixette sur le protocole de sages de sion... Une imbécilité recuite.
Nous avons l'habitude.







Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mer 21 Jan 2015, 14:32

Certes mais lui au moins savait de quoi il parlait....

La bataille de Mont-Saint-Jean, dite de Waterloo, voit la fin du Premier Empire et de la grande époque des loges militaires. Les unités commandées par les frères Michel Ney (initié en 1801 à la loge "Saint Jean de Jérusalem" de Nancy, puis membre de la loge militaire "La Candeur", du 6ème Corps de la Grande-Armée), Pierre Cambronne et Emmanuel de Grouchy (loges "L'Héroïsme" à Beauvais et "La Candeur" à Strasbourg) sont vaincues par celles dirigées par les frères Arthur Wellesley de Wellington ("Wellesley Family Lodge n° 494", Trim, Irlande) et Gebhard Leberecht von Blücher (loge "Archimedes", Altenburg). Si la plupart des maréchaux d'Empire étaient maçons, nombre de leurs adversaires l'étaient également ; citons le vice-amiral anglais Horatio Nelson (loge "Union Lodge York n° 331"), Sir John Moore, le maréchal Mikhaïl Illarionovitch Koutouzov (loge "Les Trois Clefs", Ratisbonne) et le général Jean-Victor Marie Moreau.
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mer 21 Jan 2015, 21:43

adamev a écrit:
Certes mais lui au moins savait de quoi il parlait....

La bataille de Mont-Saint-Jean, dite de Waterloo, voit la fin du Premier Empire et de la grande époque des loges militaires. Les unités commandées par les frères Michel Ney (initié en 1801 à la loge "Saint Jean de Jérusalem" de Nancy, puis membre de la loge militaire "La Candeur", du 6ème Corps de la Grande-Armée), Pierre Cambronne et Emmanuel de Grouchy (loges "L'Héroïsme" à Beauvais et "La Candeur" à Strasbourg) sont vaincues par celles dirigées par les frères Arthur Wellesley de Wellington ("Wellesley Family Lodge n° 494", Trim, Irlande) et Gebhard Leberecht von Blücher (loge "Archimedes", Altenburg). Si la plupart des maréchaux d'Empire étaient maçons, nombre de leurs adversaires l'étaient également ; citons le vice-amiral anglais Horatio Nelson (loge "Union Lodge York n° 331"), Sir John Moore, le maréchal Mikhaïl Illarionovitch Koutouzov (loge "Les Trois Clefs", Ratisbonne) et le général Jean-Victor Marie Moreau.


Vous voulez dire qu'il parlait de la franc-maçonnerie quand il a poussé son fameux cri ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Mer 21 Jan 2015, 22:52

Je n'en sais rien je n'y étais pas.
Ce que ce qui est sûr c'est vous n'y connaissez rien.
A moins que vous ne soyez encore qu'un de ces renégats baveurs comme il s'en rencontre parfois genre Caillet, Dellière...
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Jeu 22 Jan 2015, 02:22

adamev a écrit:
Certes mais lui au moins savait de quoi il parlait....

La bataille de Mont-Saint-Jean, dite de Waterloo, voit la fin du Premier Empire et de la grande époque des loges militaires. Les unités commandées par les frères Michel Ney (initié en 1801 à la loge "Saint Jean de Jérusalem" de Nancy, puis membre de la loge militaire "La Candeur", du 6ème Corps de la Grande-Armée), Pierre Cambronne et Emmanuel de Grouchy (loges "L'Héroïsme" à Beauvais et "La Candeur" à Strasbourg) sont vaincues par celles dirigées par les frères Arthur Wellesley de Wellington ("Wellesley Family Lodge n° 494", Trim, Irlande) et Gebhard Leberecht von Blücher (loge "Archimedes", Altenburg). Si la plupart des maréchaux d'Empire étaient maçons, nombre de leurs adversaires l'étaient également ; citons le vice-amiral anglais Horatio Nelson (loge "Union Lodge York n° 331"), Sir John Moore, le maréchal Mikhaïl Illarionovitch Koutouzov (loge "Les Trois Clefs", Ratisbonne) et le général Jean-Victor Marie Moreau.

Vous venez de prouver brillamment que les franc-maçonneries ne contribuent pas à la paix .

Merci , Adamev .
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Jeu 22 Jan 2015, 12:13

Benoît XIV. Constitution [i]Providas Romanorum Pontificum[/i].18 mars 1751 a écrit:
[justify]


BENOÎT, ÉVÊQUE

SERVITEUR DES SERVITEURS DE DIEU.

Pour en conserver le perpétuel souvenir.

   Des raisons justes et graves Nous engagent à fortifier de nouveau de Notre autorité, et à confirmer les sages lois et sanctions des Pontifes Romains Nos prédécesseurs, non seulement celles que Nous craignons pouvoir être affaiblies ou anéanties par le laps de temps ou la négligence des hommes, mais encore celles qui ont été récemment mises en vigueur et sont en pleine force.

   Clément XII, d’heureuse mémoire, Notre prédécesseur, par sa Lettre Apostolique, datée du IV des calendes de mai, l’an de l’Incarnation de Notre Seigneur M. DCC. XXXVIII, de son Pontificat le VIIIe, et adressée à tous les fidèles de Jésus-Christ, qui commence par ces mots : In eminenti a condamné et défendu à perpétuité certaines sociétés, assemblées, réunions, conventicules ou agrégations appelées vulgairement de Francs-Maçons ou autrement, répandues alors dans certains pays, et s’établissant de jour en jour avec plus d’étendue ; défendant à tous les fidèles de Jésus-Christ, et à chacun en particulier sous peine d’excommunication à encourir par le fait et sans autre déclaration, de laquelle personne ne peut être absous par autre que par le Souverain Pontife existant pour lors, excepté à l’article de la mort, d’oser ou présumer entrer dans ces sociétés, ou les propager, les entretenir, les recevoir chez soi, les cacher, y être inscrit, agrégé, ou y assister, et autrement, comme il est exprimé plus au long dans ladite Lettre.

   Mais comme il s’en est trouvé, ainsi que Nous l’apprenons, qui n’ont pas craint d’assurer et de publier que ladite peine d’excommunication portée par Notre prédécesseur comme dessus, ne frappe plus, parce que la constitution précitée n’a pas été confirmée par Nous, comme si la confirmation expresse du Pape successeur était requise pour que des constitutions apostoliques données par un Pape prédécesseur subsistent ;

   Et comme aussi quelques hommes pieux et craignant Dieu Nous ont insinué que, pour ôter tous les subterfuges des calomniateurs et pour déclarer l’uniformité de Notre intention avec la volonté de Notre prédécesseur, il serait fort expédient d’ajouter le suffrage de Notre confirmation à la constitution de Notre susdit prédécesseur :

   Nous, quoique jusqu’à présent, lorsque Nous avons, surtout pendant l’année du jubilé, et souvent auparavant, accordé bénignement l’absolution de l’excommunication encourue, à plusieurs fidèles de Jésus-Christ, vraiment repentants et contrits d’avoir violé les lois de la susdite constitution, et promettant de tout leur cœur de se retirer entièrement de ces sociétés ou conventicules condamnés, et de ne jamais y retourner dans la suite ; et lorsque Nous avons communiqué aux pénitenciers par Nous députés, la faculté de pouvoir donner en Notre nom et autorité la même absolution à ces sortes de pénitents qui recourraient à eux ; lorsqu’aussi Nous n’avons pas négligé de presser avec sollicitude et vigilance les juges et tribunaux compétents à procéder contre les violateurs de ladite constitution, selon la mesure du délit, ce qu’ils ont fait en effet souvent, Nous ayons donné par là des arguments non seulement probables, mais entièrement évidents et indubitables, d’où on devait assez clairement conclure Nos sentiments et Notre ferme et délibérée volonté à l’égard de la force et vigueur de la censure portée par Notre dit prédécesseur Clément, comme il est rapporté ci-dessus ; et que, si l’on publiait une opinion contraire sur Notre compte, Nous pourrions la mépriser avec sécurité, et abandonner Notre cause au juste jugement du Dieu Tout Puissant, Nous servant de ces mots dont il est constant qu’on s’est servi autrefois dans les saints mystères : « Faites, nous vous en prions, Seigneur, que nous ne nous souciions pas des contradictions des esprits méchants ; mais méprisant cette méchanceté, nous vous prions de ne pas permettre que nous soyons épouvantés par les critiques injustes, ou enlacés par des adulations insidieuses, mais plutôt que nous aimions ce que vous commandez, » comme il se trouve dans un ancien Missel, attribué à S. Gélase Notre prédécesseur et publié par le vénérable serviteur de Dieu Joseph-Marie Thomasius Cardinal, dans la messe intitulée Contra obloquentes.

   Cependant, pour qu’on ne puisse pas dire que Nous ayons omis imprudemment quelque chose, qui pût facilement ôter toute ressource et fermer la bouche au mensonge et à la calomnie, Nous, de l’avis de plusieurs de Nos Vénérables Frères les Cardinaux de la Sainte Église Romaine, avons décrété de confirmer par les présentes, la susdite constitution de Notre prédécesseur, insérée mot à mot, dans la forme spécifique, qui est la plus ample et la plus efficace de toutes, comme Nous la confirmons, corroborons, renouvelons de science certaine et de la plénitude de Notre autorité apostolique, par la teneur des présentes, en tout et pour tout, comme si elle était publiée de Notre propre mouvement, de Notre propre autorité, en Notre propre nom, pour la première fois ; voulons et statuons qu’elle ait force et efficacité à toujours.

   Or, parmi les causes très graves de la susdite prohibition et condamnation, exprimées dans la constitution rapportée ci-dessus, la première est que, dans ces sortes de sociétés ou conventicules, il se réunit des hommes de toute religion et de toute secte ; d’où l’on voit assez quel mal peut en résulter pour la pureté de la religion catholique. La seconde est le pacte étroit et impénétrable du secret, en vertu duquel se cache tout ce qui se fait dans ces conventicules, auxquels on peut avec raison appliquer cette sentence de Cæcilius Natalis rapportée dans Minucius Felix, dans une cause bien différente : Les bonnes choses aiment toujours la publicité, les crimes se couvrent du secret. La troisième est le serment qu’ils font de garder inviolablement ce secret, comme s’il était permis à quelqu’un de s’appuyer sur le prétexte d’une promesse ou d’un serment, pour ne pas être tenu, s’il est interrogé par la puissance légitime, d’avouer tout ce qu’on lui demande afin de connaître s’il ne se fait rien dans ces conventicules qui soit contre l’État et les lois de la religion ou du gouvernement.

   La quatrième est, que ces sociétés ne sont pas moins reconnues contraires aux lois civiles qu’aux lois canoniques ; puisque tous collèges, toutes sociétés, rassemblées sous l’autorité publique, sont défendues par le droit civil, comme on le voit au Livre XLVII des Pandectes, titre XXII de collegiis ac corporibus illicitis ; et dans la fameuse lettre de C. Plinius Cæcilius Secundus, qui est la XCVII, liv. X, où il dit que, par son édit, selon les ordonnances de l’empereur, il a été défendu qu’il pût se former et exister des sociétés et des rassemblements sans l’autorité du prince. La cinquième, que déjà dans plusieurs pays lesdites sociétés et agrégations ont été proscrites et bannies par les lois des princes séculiers. La dernière enfin est que ces sociétés sont en mauvaise réputation chez les personnes de prudence et de probité, et que s’y enrôler serait se souiller de la tache de perversion et de méchanceté.

   Enfin, Notre dit prédécesseur engage, dans la constitution rapportée ci-dessus, les Évêques, les Prélats supérieurs, et autres Ordinaires des lieux, à ne pas omettre d’invoquer le secours du bras séculier, s’il le faut, pour la mettre à exécution.

   Toutes et chacune de ces choses non seulement Nous approuvons, confirmons, recommandons et enjoignons aux mêmes Supérieurs ecclésiastiques ; mais encore Nous personnellement, en vertu du devoir de Notre sollicitude apostolique, invoquons par Nos présentes lettres, et requérons de tout notre zèle, à l’effet de leur exécution, l’assistance et le secours de tous les princes et de toutes les puissances séculières catholiques, les souverains et les puissances étant choisis de Dieu pour être les défenseurs de la foi et les protecteurs de l’Église ; et par conséquent, leur devoir étant d’employer tous les moyens pour faire rendre l’obéissance et l’observation dues aux constitutions apostoliques ; ce que leur ont rappelé les Pères du Concile de Trente, sess. 25, chap. 20 ; et ce qu’avait fortement auparavant bien déclaré l’empereur Charlemagne dans ses Capitulaires, tit. 1, chap 2. où, après avoir prescrit à tous ses sujets l’observation des ordonnances ecclésiastiques, il ajouta ce qui suit : « Car nous ne pouvons concevoir comment peuvent nous être fidèles ceux qui se sont montrés infidèles à Dieu et à ses prêtres. » C’est pourquoi, enjoignant aux présidents et ministres de tous ses domaines, d’obliger tous et chacun en particulier à rendre aux lois de l’Église l’obéissance qui leur est due, il édicta des peines très sévères contre ceux qui y manqueraient. Voici entre autres ses paroles : « Ceux qui en ceci (ce qu’à Dieu ne plaise !) seront trouvés négligents et désobéissants, qu’ils sachent qu’il n’y a plus d’honneurs pour eux dans notre empire, fussent-ils même nos enfants, plus de place dans nos palais, plus de société ni de communication avec nous ni les nôtres, mais ils seront sévèrement punis. »

   Nous voulons qu’on ajoute aux copies des présentes même imprimées, signées de la main d’un notaire public, et scellées du sceau d’une personne constituée en dignité ecclésiastique, la même foi que l’on ajouterait aux présentes, si elles étaient représentées et montrées en original.

   Qu’il ne soit donc permis à aucun homme d’enfreindre ou de contrarier, par une entreprise téméraire, cette Bulle de Notre confirmation, rénovation, approbation, commission, invocation, réquisition, décret et volonté. Si quelqu’un est assez téméraire pour le tenter, qu’il sache qu’il encourra l’indignation du Dieu Tout-Puissant et des bienheureux apôtres saint Pierre et saint Paul.

   Donné à Rome, près Sainte-Marie-Majeure, l’an de l’Incarnation de Notre Seigneur M. DCC. LI, le XV des Calendes d’avril, la XIe année de Notre Pontificat.
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Jeu 22 Jan 2015, 12:13

[quote="Guillaume"]
Benoît XIV. Constitution Providas Romanorum Pontificum.18 mars 1751 a écrit:



BENOÎT, ÉVÊQUE

SERVITEUR DES SERVITEURS DE DIEU.

Pour en conserver le perpétuel souvenir.

   Des raisons justes et graves Nous engagent à fortifier de nouveau de Notre autorité, et à confirmer les sages lois et sanctions des Pontifes Romains Nos prédécesseurs, non seulement celles que Nous craignons pouvoir être affaiblies ou anéanties par le laps de temps ou la négligence des hommes, mais encore celles qui ont été récemment mises en vigueur et sont en pleine force.

   Clément XII, d’heureuse mémoire, Notre prédécesseur, par sa Lettre Apostolique, datée du IV des calendes de mai, l’an de l’Incarnation de Notre Seigneur M. DCC. XXXVIII, de son Pontificat le VIIIe, et adressée à tous les fidèles de Jésus-Christ, qui commence par ces mots : In eminenti a condamné et défendu à perpétuité certaines sociétés, assemblées, réunions, conventicules ou agrégations appelées vulgairement de Francs-Maçons ou autrement, répandues alors dans certains pays, et s’établissant de jour en jour avec plus d’étendue ; défendant à tous les fidèles de Jésus-Christ, et à chacun en particulier sous peine d’excommunication à encourir par le fait et sans autre déclaration, de laquelle personne ne peut être absous par autre que par le Souverain Pontife existant pour lors, excepté à l’article de la mort, d’oser ou présumer entrer dans ces sociétés, ou les propager, les entretenir, les recevoir chez soi, les cacher, y être inscrit, agrégé, ou y assister, et autrement, comme il est exprimé plus au long dans ladite Lettre.

   Mais comme il s’en est trouvé, ainsi que Nous l’apprenons, qui n’ont pas craint d’assurer et de publier que ladite peine d’excommunication portée par Notre prédécesseur comme dessus, ne frappe plus, parce que la constitution précitée n’a pas été confirmée par Nous, comme si la confirmation expresse du Pape successeur était requise pour que des constitutions apostoliques données par un Pape prédécesseur subsistent ;

   Et comme aussi quelques hommes pieux et craignant Dieu Nous ont insinué que, pour ôter tous les subterfuges des calomniateurs et pour déclarer l’uniformité de Notre intention avec la volonté de Notre prédécesseur, il serait fort expédient d’ajouter le suffrage de Notre confirmation à la constitution de Notre susdit prédécesseur :

   Nous, quoique jusqu’à présent, lorsque Nous avons, surtout pendant l’année du jubilé, et souvent auparavant, accordé bénignement l’absolution de l’excommunication encourue, à plusieurs fidèles de Jésus-Christ, vraiment repentants et contrits d’avoir violé les lois de la susdite constitution, et promettant de tout leur cœur de se retirer entièrement de ces sociétés ou conventicules condamnés, et de ne jamais y retourner dans la suite ; et lorsque Nous avons communiqué aux pénitenciers par Nous députés, la faculté de pouvoir donner en Notre nom et autorité la même absolution à ces sortes de pénitents qui recourraient à eux ; lorsqu’aussi Nous n’avons pas négligé de presser avec sollicitude et vigilance les juges et tribunaux compétents à procéder contre les violateurs de ladite constitution, selon la mesure du délit, ce qu’ils ont fait en effet souvent, Nous ayons donné par là des arguments non seulement probables, mais entièrement évidents et indubitables, d’où on devait assez clairement conclure Nos sentiments et Notre ferme et délibérée volonté à l’égard de la force et vigueur de la censure portée par Notre dit prédécesseur Clément, comme il est rapporté ci-dessus ; et que, si l’on publiait une opinion contraire sur Notre compte, Nous pourrions la mépriser avec sécurité, et abandonner Notre cause au juste jugement du Dieu Tout Puissant, Nous servant de ces mots dont il est constant qu’on s’est servi autrefois dans les saints mystères : « Faites, nous vous en prions, Seigneur, que nous ne nous souciions pas des contradictions des esprits méchants ; mais méprisant cette méchanceté, nous vous prions de ne pas permettre que nous soyons épouvantés par les critiques injustes, ou enlacés par des adulations insidieuses, mais plutôt que nous aimions ce que vous commandez, » comme il se trouve dans un ancien Missel, attribué à S. Gélase Notre prédécesseur et publié par le vénérable serviteur de Dieu Joseph-Marie Thomasius Cardinal, dans la messe intitulée Contra obloquentes.

   Cependant, pour qu’on ne puisse pas dire que Nous ayons omis imprudemment quelque chose, qui pût facilement ôter toute ressource et fermer la bouche au mensonge et à la calomnie, Nous, de l’avis de plusieurs de Nos Vénérables Frères les Cardinaux de la Sainte Église Romaine, avons décrété de confirmer par les présentes, la susdite constitution de Notre prédécesseur, insérée mot à mot, dans la forme spécifique, qui est la plus ample et la plus efficace de toutes, comme Nous la confirmons, corroborons, renouvelons de science certaine et de la plénitude de Notre autorité apostolique, par la teneur des présentes, en tout et pour tout, comme si elle était publiée de Notre propre mouvement, de Notre propre autorité, en Notre propre nom, pour la première fois ; voulons et statuons qu’elle ait force et efficacité à toujours.

   Or, parmi les causes très graves de la susdite prohibition et condamnation, exprimées dans la constitution rapportée ci-dessus, la première est que, dans ces sortes de sociétés ou conventicules, il se réunit des hommes de toute religion et de toute secte ; d’où l’on voit assez quel mal peut en résulter pour la pureté de la religion catholique. La seconde est le pacte étroit et impénétrable du secret, en vertu duquel se cache tout ce qui se fait dans ces conventicules, auxquels on peut avec raison appliquer cette sentence de Cæcilius Natalis rapportée dans Minucius Felix, dans une cause bien différente : Les bonnes choses aiment toujours la publicité, les crimes se couvrent du secret. La troisième est le serment qu’ils font de garder inviolablement ce secret, comme s’il était permis à quelqu’un de s’appuyer sur le prétexte d’une promesse ou d’un serment, pour ne pas être tenu, s’il est interrogé par la puissance légitime, d’avouer tout ce qu’on lui demande afin de connaître s’il ne se fait rien dans ces conventicules qui soit contre l’État et les lois de la religion ou du gouvernement.

   La quatrième est, que ces sociétés ne sont pas moins reconnues contraires aux lois civiles qu’aux lois canoniques ; puisque tous collèges, toutes sociétés, rassemblées sous l’autorité publique, sont défendues par le droit civil, comme on le voit au Livre XLVII des Pandectes, titre XXII de collegiis ac corporibus illicitis ; et dans la fameuse lettre de C. Plinius Cæcilius Secundus, qui est la XCVII, liv. X, où il dit que, par son édit, selon les ordonnances de l’empereur, il a été défendu qu’il pût se former et exister des sociétés et des rassemblements sans l’autorité du prince. La cinquième, que déjà dans plusieurs pays lesdites sociétés et agrégations ont été proscrites et bannies par les lois des princes séculiers. La dernière enfin est que ces sociétés sont en mauvaise réputation chez les personnes de prudence et de probité, et que s’y enrôler serait se souiller de la tache de perversion et de méchanceté.

   Enfin, Notre dit prédécesseur engage, dans la constitution rapportée ci-dessus, les Évêques, les Prélats supérieurs, et autres Ordinaires des lieux, à ne pas omettre d’invoquer le secours du bras séculier, s’il le faut, pour la mettre à exécution.

   Toutes et chacune de ces choses non seulement Nous approuvons, confirmons, recommandons et enjoignons aux mêmes Supérieurs ecclésiastiques ; mais encore Nous personnellement, en vertu du devoir de Notre sollicitude apostolique, invoquons par Nos présentes lettres, et requérons de tout notre zèle, à l’effet de leur exécution, l’assistance et le secours de tous les princes et de toutes les puissances séculières catholiques, les souverains et les puissances étant choisis de Dieu pour être les défenseurs de la foi et les protecteurs de l’Église ; et par conséquent, leur devoir étant d’employer tous les moyens pour faire rendre l’obéissance et l’observation dues aux constitutions apostoliques ; ce que leur ont rappelé les Pères du Concile de Trente, sess. 25, chap. 20 ; et ce qu’avait fortement auparavant bien déclaré l’empereur Charlemagne dans ses Capitulaires, tit. 1, chap 2. où, après avoir prescrit à tous ses sujets l’observation des ordonnances ecclésiastiques, il ajouta ce qui suit : « Car nous ne pouvons concevoir comment peuvent nous être fidèles ceux qui se sont montrés infidèles à Dieu et à ses prêtres. » C’est pourquoi, enjoignant aux présidents et ministres de tous ses domaines, d’obliger tous et chacun en particulier à rendre aux lois de l’Église l’obéissance qui leur est due, il édicta des peines très sévères contre ceux qui y manqueraient. Voici entre autres ses paroles : « Ceux qui en ceci (ce qu’à Dieu ne plaise !) seront trouvés négligents et désobéissants, qu’ils sachent qu’il n’y a plus d’honneurs pour eux dans notre empire, fussent-ils même nos enfants, plus de place dans nos palais, plus de société ni de communication avec nous ni les nôtres, mais ils seront sévèrement punis. »

   Nous voulons qu’on ajoute aux copies des présentes même imprimées, signées de la main d’un notaire public, et scellées du sceau d’une personne constituée en dignité ecclésiastique, la même foi que l’on ajouterait aux présentes, si elles étaient représentées et montrées en original.

   Qu’il ne soit donc permis à aucun homme d’enfreindre ou de contrarier, par une entreprise téméraire, cette Bulle de Notre confirmation, rénovation, approbation, commission, invocation, réquisition, décret et volonté. Si quelqu’un est assez téméraire pour le tenter, qu’il sache qu’il encourra l’indignation du Dieu Tout-Puissant et des bienheureux apôtres saint Pierre et saint Paul.

   Donné à Rome, près Sainte-Marie-Majeure, l’an de l’Incarnation de Notre Seigneur M. DCC. LI, le XV des Calendes d’avril, la XIe année de Notre Pontificat.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Jeu 22 Jan 2015, 12:40

boulo a écrit:
adamev a écrit:
Certes mais lui au moins savait de quoi il parlait....

La bataille de Mont-Saint-Jean, dite de Waterloo, voit la fin du Premier Empire et de la grande époque des loges militaires. Les unités commandées par les frères Michel Ney (initié en 1801 à la loge "Saint Jean de Jérusalem" de Nancy, puis membre de la loge militaire "La Candeur", du 6ème Corps de la Grande-Armée), Pierre Cambronne et Emmanuel de Grouchy (loges "L'Héroïsme" à Beauvais et "La Candeur" à Strasbourg) sont vaincues par celles dirigées par les frères Arthur Wellesley de Wellington ("Wellesley Family Lodge n° 494", Trim, Irlande) et Gebhard Leberecht von Blücher (loge "Archimedes", Altenburg). Si la plupart des maréchaux d'Empire étaient maçons, nombre de leurs adversaires l'étaient également ; citons le vice-amiral anglais Horatio Nelson (loge "Union Lodge York n° 331"), Sir John Moore, le maréchal Mikhaïl Illarionovitch Koutouzov (loge "Les Trois Clefs", Ratisbonne) et le général Jean-Victor Marie Moreau.

Vous venez de prouver brillamment que les franc-maçonneries ne contribuent pas à la paix .

Merci , Adamev .

Et par votre sottise vous venez e démontrer que vous seriez traitre à la Patrie en ne faisant pas votre devoir de soldat.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Jeu 22 Jan 2015, 14:26

Personne ne peut dire ce qu'il fera en temps de guerre . Les appelés s'étonnent eux-mêmes en général .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Jeu 22 Jan 2015, 18:05

boulo a écrit:
Personne ne peut dire ce qu'il fera en temps de guerre . Les appelés s'étonnent eux-mêmes en général .
Alors ne la ramenez pas... J'ai un peu d'avance sur vous.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Jeu 22 Jan 2015, 18:20

Je ne la ramène pas . Vous m'avez définitivement convaincu de l'inutilité de la maçonnerie , c'est tout . Je n'ai plus besoin de la connaître plus avant .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Jeu 22 Jan 2015, 19:22

boulo a écrit:
Je ne la ramène pas . Vous m'avez définitivement convaincu de l'inutilité de la maçonnerie , c'est tout . Je n'ai plus besoin de la connaître plus avant .

D'une certaine maçonnerie seulement, j'espère...
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Jeu 22 Jan 2015, 22:53

boulo a écrit:
Je ne la ramène pas . Vous m'avez définitivement convaincu de l'inutilité de la maçonnerie , c'est tout . Je n'ai plus besoin de la connaître plus avant .

Vous faites ce que vous voulez... pas mon pb.
Et ce n'est pas la dessus que j'ai un peu d'avance sur vous... c'est de savoir de savoir ce qu'on peut faire en cas de guerre. J'ai un peu donné... et on ne m'a pas demandé mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 04:29

Ah ! Je comprends mieux votre agressivité maladive , qui est dès lors à considérer comme mesurée
par rapport à ce que vous avez vécu . Mais êtes-vous sûr que c'est à la franc-maçonnerie que vous devez cette mesure ( très relative ) ?

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 10:18

Ah ! Je comprends mieux votre agressivité maladive

Et vous appelez ça comment vous???

considérer comme mesurée

Même question? Qui êtes vous pour "considérer"?

Pour savoir si c'est à la FM que je dois...?
Réponse oui et avec bien d'autres choses aussi.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 10:19

adamev a écrit:
Ah ! Je comprends mieux votre agressivité maladive

Et vous appelez ça comment vous???

considérer comme mesurée

Même question? Qui êtes vous pour "considérer"? J'ai bien la réponse dans la constitution même du mot.

Pour savoir si c'est à la FM que je dois...?
Réponse oui et avec bien d'autres choses aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 10:34

boulo a écrit:
Ah ! Je comprends mieux votre agressivité maladive , qui est dès lors à considérer comme mesurée
par rapport à ce que vous avez vécu . Mais êtes-vous sûr que c'est à la franc-maçonnerie que vous devez cette mesure ( très relative ) ?

Boulo, c'est pas sympa ça. Bien que je ne partage pas grand chose avec Adamev, il fut soldat en Algérie, par devoir et par patriotisme. Donc à ce titre, ancien combattant, dont il ne reste plus grand monde. Il faut lui rendre cet hommage. Ceux qui ont été envoyés là-bas n'avaient rien demandé. Je ne crois pas que son agressivité vienne de là...
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 11:01

Je ne crois pas que son agressivité vienne de là...

Et elle viendrait d'où selon toi?
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 11:05

adamev a écrit:
Je ne crois pas que son agressivité vienne de là...

Et elle viendrait d'où selon toi?

Des contradictions que tu ne supportes pas... Wink
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 11:07

Loup Ecossais a écrit:
adamev a écrit:
Je ne crois pas que son agressivité vienne de là...

Et elle viendrait d'où selon toi?

Des contradictions que tu ne supportes pas... Wink

Dans le genre de celles-ci???

http://frapinath.com/atheisme/TEMOIGNAGES%20CRETINS/index.html
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 11:08

Ou de celles-là?

http://frapinath.com/atheisme/TEMOIGNAGES%20CRETINS/PROUTTTT%20MA%20CHAIRE.html
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 11:09

Désolé, je ne regarde les liens que tu mets...
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 11:14

Loup Ecossais a écrit:
Désolé, je ne regarde les liens que tu mets...

Les ânes aussi c'est pour ça qu'on leur met des oeillères.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 16:43

Frapinath est insignifiant à force d'être haineux à l'extrême . Ils me font rire .

J'ai repéré quelques citations fautives ou hors contexte et une volonté définitive de ne jamais écouter les clercs et surtout pas d'essayer de les comprendre . C'est pourtant de la compréhension mutuelle que vient la paix .

Les francs-maçons qui avaleraient du frapinath tout cru , ne seraient guère crédibles .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 17:19

adamev a écrit:
Loup Ecossais a écrit:
Désolé, je ne regarde les liens que tu mets...

Les ânes aussi c'est pour ça qu'on leur met des oeillères.

Ça fait combien de temps que t'as pas vu un âne ? Wink Tu confonds avec les chevaux. Sors un peu plus souvent en campagne. Tu verras, on y voit de très beaux animaux. Vaches, poules, lapins, cochons... Wink
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 17:36

boulo a écrit:
Frapinath est insignifiant à force d'être haineux à l'extrême . Ils me font rire .

J'ai repéré quelques citations fautives ou hors contexte et une volonté définitive de ne jamais écouter les clercs et surtout pas d'essayer de les comprendre . C'est pourtant de la compréhension mutuelle que vient la paix .

Les francs-maçons qui avaleraient du frapinath tout cru , ne seraient guère crédibles .

S'il fallait ne repérer que quelques citations... ou une volonté de ne jamais écouter...
Y aurait du boulo(t) ici même... Vous vous y mettez...?
Est-ce parce que vous vous êtes fait ramasser très récemment sur Golias que vous devenez agressif...???
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 23:01

13 août 1814. Édit du Cardinal Consalvi, secrétaire d’État de S.S. Pie VII. a écrit:

Par ces dispositions on entend dire que, pour ce qui regarde la foi interne et les peines ecclésiastiques encourues par ces malheureux qui, pendant le laps de temps qui vient de s’écouler, auraient eu ou auraient à l’avenir, le malheur de faire partie, en quelque manière que ce soit, des agrégations et réunions maçonniques sus-désignées, Sa Sainteté les soumet entièrement et sans exception, aux peines et réglementations statuées par les constitutions susdites de ses prédécesseurs...
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Ven 23 Jan 2015, 23:17

Qu'est ce qu'on s'en tamponne...
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Sam 24 Jan 2015, 07:17

Vous êtes donc un adversaire déclaré , conscient , volontaire et conquérant de l'église catholique romaine , Adamev . Dont acte .

Question : Que venez-vous faire ici ? Vous promener en vainqueur sur des ruines supposées ?

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16642
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Sam 24 Jan 2015, 09:54

Boulo, quand allez vous arrêter de vous poser en juge ?

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Sam 24 Jan 2015, 10:38

Bête et méchant a-t-il été écrit par un autre que moi sur un autre forum...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume C



Masculin Messages : 236
Inscription : 12/01/2015

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Sam 24 Jan 2015, 11:01

Pie VII. Constitution Ecclesiam a Jesu Christo 13 septembre 1821 a écrit:



"Personne n'ignore quel nombre prodigieux d'hommes coupables se sont ligués dans ces temps si difficiles contre le Seigneur et contre le Christ, et ont mis tout en œuvre pour tromper les fidèles par les subtilités d'une fausse et vaine philosophie, et pour les arracher du sein de l'Église, dans la folle espérance de ruiner et de renverser cette même Église. Pour atteindre plus facilement ce but, la plupart d'entre eux ont formé des sociétés occultes, des sectes clandestines, se flattant par ce moyen d'en associer plus librement un plus grand nombre à leurs complots et à leurs desseins pervers.

Il y a longtemps que le Saint-Siège, ayant découvert ces sectes, s'éleva contre elles avec force et courage et mit au grand jour les ténébreux desseins qu'elles formaient contre la religion et contre la société civile. (…)

Dans le nombre il faut indiquer ici une société nouvellement formée, qui s'est propagée au loin dans toute l'Italie et dans d'autres contrées, et qui, bien que divisée en plusieurs branches et portant différents noms, suivant les circonstances, est cependant réellement une, tant par la communauté d'opinions et de vues que par sa constitution. Elle est le plus souvent désignée sous le nom de Carbonari… (…)

(…) Tout prouve que les Carbonari ont principalement pour but de propager l'indifférence en matière de religion, le plus dangereux de tous les systèmes ; de donner à chacun la liberté absolue de se faire une religion suivant ses penchants et ses idées ; de profaner et de souiller la Passion du Sauveur par quelques-unes de leurs coupables cérémonies ; de mépriser les sacrements de l'Église (auxquels ils paraissent par un horrible sacrilège en substituer quelques-uns inventés par eux), et même les mystères de la religion catholique ; enfin, de renverser ce Siège Apostolique contre lequel, animés d'une haine toute particulière à cause de la primauté de cette Chaire (S. Aug. Epist. 43), ils trament les complots les plus noirs et les plus détestables. (…)

(…) Nous pensons que, dans une cause si grave, il Nous est impossible de Nous abstenir de réprimer les efforts sacrilèges de cette société. Nous sommes aussi frappé de l'exemple de Nos prédécesseurs, d'heureuse mémoire, Clément XII et Benoît XIV, dont l'un, par sa constitution In eminenti du 28 avril 1738, et l'autre, par sa constitution Providas du 18 mai 1751, condamnèrent et prohibèrent la société De' Liberi Muratori ou des Francs-Maçons, ou bien les sociétés désignées par d'autres noms, suivant la différence des langues et des pays, sociétés qui ont peut-être été l'origine de celle des Carbonari ou qui certainement lui ont servi de modèle ; et quoique Nous ayons déjà expressément prohibé cette société par deux édits sortis de Notre Secrétairerie d'État, Nous pensons, à l'exemple de Nos prédécesseurs, que des peines sévères doivent être solennellement décrétées contre la société, surtout puisque les Carbonari prétendent qu'ils ne peuvent être compris dans les deux constitutions de Clément XII et de Benoît XIV, ni être soumis aux peines qui y sont portées.

En conséquence, après avoir entendu une congrégation choisie parmi Nos Vénérables Frères les Cardinaux, et sur l'avis de cette congrégation, ainsi que de Notre propre mouvement, et d'après une connaissance certaine des choses et une mûre délibération, et par la plénitude du pouvoir apostolique, Nous arrêtons et décrétons que la susdite société des Carbonari, ou de quelque autre nom qu'elle soit appelée, doit être condamnée et prohibée, ainsi que ses réunions, affiliations et conventicules, et Nous la condamnons et prohibons par Notre présente constitution, qui doit toujours rester en vigueur."
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles   Sam 24 Jan 2015, 12:34

Espérance a écrit:
Boulo, quand allez vous arrêter de vous poser en juge ?

????????????????
Revenir en haut Aller en bas
 
A Turin, le pape a rappelé qu’Église et franc-maçonnerie ne sont pas compatibles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Saint Léon le Grand Pape, Docteur de l'Eglise et Saint André Avellin, commentaire du jour "Revenir pour rendre grâce à Dieu"
» Le Pape présente sainte Julienne de Cornillon, apôtre de l'Eucharistie
» Message de Notre Mère Marie reçu par Énoc le 20 Novembre 2013 Priez pour le Pape et pour l’Église
» Ils verront dans la mort du pape ce que l’Église a fait pour eux!
» Le Pape : « Les divorcés-remariés ne sont pas excommuniés »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: