DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La liturgie de la Messe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La liturgie de la Messe   Sam 26 Jan 2008 - 3:10

Citation :

"Mon problème c'est la liturgie .Le cadre ( l 'encadrement dans) de la liturgie .Il y a là toute une scénographie ( que je connais très bien ) qui m'est étrangère (maintenant ...puisque enfant et adolescent elle me fut très et trop familière ).

La messe ( liturgie essentielle ) me prend dans une théâtralité imposée où je ne me sens pas du tout acteur .

C’est comme si on me demandait chaque dimanche d’aller jouer tel rôle dans la même pièce de théâtre (Hamlet par exemple) . Cette pièce de théâtre là , me semblerait avoir été très artificiellement choisie et écrite autrefois pour d’autres gens , mais pas pour moi ."

j luc polaire




Réponse de Nathanaël :


Cher Polaire, vous écrivez ceci :

« Mon problème c'est la liturgie. Le cadre (l’encadrement dans) de la liturgie. Il y a là toute une scénographie (que je connais très bien) qui m'est étrangère (maintenant ...puisque enfant et adolescent elle me fut très et trop familière). La messe (liturgie essentielle) me prend dans une théâtralité imposée où je ne me sens pas du tout acteur ».

Moi non plus je ne veux pas me voir imposer un rôle pendant la Messe.

Pour moi, les laïcs n’ont pas à être acteurs lors de la Messe.

Autrefois, il y avait deux acteurs pendant les Offices : le prêtre, tourné vers le Seigneur et donc vers l’orient, et l’organiste, discrètement caché, en retrait par rapport aux fidèles mais participant activement à la Liturgie.

La musique qu’il jouait avait été composée, depuis la nuit des temps, pour accompagner la Liturgie et rien que dans ce but.

Pas de distraction possible pour les fidèles, orientés également vers l’est.

Quelle belle unité.

Si la chorale était présente, sur le jubé, elle n’était pas visible non plus.

Aujourd’hui, le prêtre n’est plus tourné vers le Seigneur : il est tourné vers les fidèles souvent disposés en arc de cercle, et donc distraits les uns par les autres.

Parmi eux, certains sont devenus acteurs et se déplacent tout le temps parce qu’il y a toujours quelque chose à faire ou à dire. Le recueillement n’est plus possible dans la durée. Même lorsqu’il n’y a vraiment pas grand monde, … ce qui est hélas de plus en plus fréquent, le prêtre propose à quelques laïcs de donner la communion avec lui, voire même à sa place.

Pourquoi, et pourquoi tant de gens veulent-ils toujours être acteurs ? Et quand ce n’est pas le prêtre qui lit, la Parole de Dieu est souvent inaudible ou très mal lue.

Quant aux chants … « Gloire à Dieu dans le ciel, grande paix sur la terre ». Franchement, je préfère un bon « Gloria » ou un bon « Gloire au Père » !

Pendant des siècles et des siècles, pendant que tout restait immuable, les églises transportaient les fidèles dans l’éternité, et la continuité était un gage de qualité. De stabilité.

Aujourd’hui, comme dans le domaine commercial, ce ne sont plus les formules et les chants qui ont fait leurs preuves qui ont la cote à la Messe. La publicité nous a habitués à préférer ce qui est « nouveau ». Evidemment ! Si c’est Nouveau !

Mot magique. Et les formules sacrées ne le sont plus. On zappe, comme à la télé. Et on chante du Céline Dion ou du Pascal Obispo, devenus acteurs dans la Liturgie, bien malgré eux.

Leurs chansons sont belles, mais elles n’ont pas leur place à l’Eglise, de la même manière que nous avons une place à occuper à la Messe, non pas pour donner, faire ou dire (être acteurs), car le Seigneur et le prêtre sont là pour cela, mais pour recevoir, pour nous aban-donner, pour être en aban-don, pour ne déranger personne, pour faire le plein. Pour recharger nos accus.





Réponse de Fanny :

Vos remarques contiennent des éléments essentiels, cher polaire, soyez-en remercié. Very Happy

Vous dites que durant votre enfance puis votre adolescence, vous avez - à ce que j'ai compris - été obligé de suivre les célébrations, la contrainte vous ayant procuré un dégoût de celles-ci - pour ne pas dire qu'elle vous a en quelque sorte "anesthésié"... Le Seigneur attend sûrement votre réveil avec impatience!! I love you cheers

Mise en scène, théâtralité, représentation, rôle imposé - tartuffe! -, hypocrisie, mensonge, "distanciation", étrangeté du Mystère qui Se déroule sous vos yeux..., sensation d'être un étranger, par conséquent, par rapport à Celui qui Se donne pour tous.

C'est une question d'intégration - Very Happy ;) de votre cœur, à ce Mystère étrange et étranger à vous-même. La liturgie obéit à des règles, il est vrai, et elles déterminent le déroulement d’un culte, mais la véritable liturgie, elle se déroule en vous : pendant la messe, nous célébrons la mort et la Résurrection du Christ. Nous présentons à Dieu l’Offrande Sainte de son Fils, et nous nous offrons nous-mêmes, quoique indignes, en nous y associant : « Père très Saint, fais de nous une éternelle offrande à Ta gloire. » sunny
Littéralement, la messe est un « envoi », une action de grâces qui s’élève vers Dieu le Père, et même un « renvoi », puisque nous avons tout reçu de Lui : tout ce que nous Lui offrons, nous le Lui devons… drunken

Nous nous offrons, avec et par le Christ, et nous communions à Sa Vie même grâce à l’Hostie consacrée : don réciproque dans l’Amour. I love you :sts: I love you La célébration Eucharistique est donc une rencontre en profondeur avec Dieu, par l’Incarnation de Son Fils. Elle est Nourriture pour nos âmes et nous assure la Vie éternelle dans la communion d’Amour ; ce n’est pas rien ! C’est tout. sunny


Cher Nathanaël, j’abonde dans votre sens, vos remarques sont très justes quant à cette unité qui faisait de la messe « un seul Corps »… Il est vrai que toute distraction est à proscrire ; ce qui était « verticalité » est trop devenu « horizontalité » des actes démonstratifs et extérieurs.

La participation plus « active » à la messe, c’est le Concile Vatican II qui l’a voulue ; je crois qu’elle a été mal comprise. C’est le cœur de chacun qui doit se mobiliser, pas uniquement le corps. Une messe fervente, cela se sent… Je rejoins votre sentiment sur l’aban-don, l’offrande de soi, tel l’enfant devant Son Père : nous n’avons rien à donner si ce n’est ce que nous sommes, la Vie qui vient de Dieu.

Le besoin de renouveau à tout prix ne donne pas toujours les résultats escomptés (vous savez ce que je pense des Communautés nouvelles) : on fait tout et n’importe quoi. Il me semble qu’il y faut du discernement, de même que quand on prétend adapter une homélie aux réalités de nos sociétés actuelles. Le risque de dérive est certain.
Revenir en haut Aller en bas
 
La liturgie de la Messe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mise en garde contre la nouvelle liturgie de la Messe
» Sur la forme de la liturgie de la messe
» Jeudi 30 Décembre 2010 : Textes de la messe de ce jour
» Lundi 22 Août 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Samedi 13 Novembre 2010 : Textes de la messe de ce jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: