DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Encyclique Laudato si : le cri du pape François

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 14:43

Laudato si : que dit l’encyclique du pape François ?

Publié le 18 juin 2015.

Pour sa première encyclique écrite entièrement de sa main, le pape François n'a pas voulu d'un titre latin. Empruntant les belles invocations du Cantique des créatures de saint François, Laudato si s'inscrit d’emblée dans la lignée franciscaine, louant les beautés de la nature, notre maison commune, notre sœur, avec laquelle nous partageons notre existence. « Loué sois-tu mon seigneur pour soeur notre mère la terre, qui nous soutient et nous gouverne, et produit divers fruits avec les fleurs colorées et l’herbe », chantait hier François d'Assise. Aujourd'hui, notre sœur souffre et gémit, la maison va mal, et ses habitants aussi.

Le pape François n’est pas le premier pape à s'élever avec autant de force contre la dégradation de la planète et l’exploitation éhontée des ressources naturelles.Dès le concile Vatican II, la conscience écologique de l'Église s’est affirmée et tous les papes se sont largement exprimés sur le sujet. Mais cette encyclique est la première à aborder le sujet de façon aussi approfondie, faisant du souci écologique bien plus qu’une simple inquiétude de surface : une véritable angoisse pour les générations à venir, un appel vibrant à la conversion. L’écologisme intégral dont parle François se déploie dans toutes les directions : économique, politique, religieuse. Ce texte s'appuie, entre autre, sur les travaux des conférences épiscopales d’Amérique latine, qui depuis des années s'élèvent contre l’exploitation des terres et de leurs habitants.

Construit autour de 6 chapitres, ce texte, au ton souvent dramatique, se décline comme une vaste fresque d’un monde post industriel qui a fait de la croissance économique son moteur principal, n’écoutant ni la clameur des pauvres, ni les gémissements d’une planète à bout de souffle. Conscient de la complexité des problèmes, le pape François y lance un appel pressant pour que tous, dirigeants politiques, financiers, économiques, et simples citoyens dialoguent, agissent et… changent de vie.

Chapitre 1 : ce qui se passe dans notre maison

Pollution, culture du déchet, réchauffement climatique, déforestation, extinction des espèces, problème de l’eau, dans ce premier chapitre le pape revient longuement sur la dégradation de notre environnement, qui va de pair avec la dégradation sociale. Car, rappelle François, nous ne pouvons aujourd'hui parler d’environnement sans écouter la clameur de la terre et la clameur des pauvres, exposés à toutes sortes de trafics et à la perte d’identité. "Ces situations provoquent les gémissements de sœur terre qui se joignent aux gémissements des abandonnés du monde" : situations insoutenables, qui peuvent conduire à de nouvelles guerres. Bien sûr, avance le pape, l’espérance chrétienne invite à reconnaître qu’il y a toujours une porte de sortie, mais reprend-il avec un ton presque douloureux, reconnaissons que "l’actuel système mondial est insoutenable" et que "la croissance n’a pas eu de retentissement sur la vie quotidienne de certaines populations marginalisées".

Chapitre 2 : l'Evangile de la création

Après un premier chapitre au scénario catastrophe, le second revient longuement, et souvent de façon lyrique, sur les textes bibliques dont la sagesse a traversé les siècles et qui peuvent encore nous parler. Oui, nous avons été créés, par amour, par un père créateur et unique maître du monde, attaché à la plus petite et insignifiante de ses créatures. Ce créateur nous a confié un monde fragile, interpellant notre esprit pour "reconnaître comment nous devrions orienter, cultiver et limiter notre intelligence. « Ce monde, qui a encore besoin de développement, nous est confié et nous marchons avec lui vers la plénitude de Dieu "où le Christ ressuscite embrasse et illumine tout". Ce chapitre, où Teilhard de Chardin est cité, a des accents très franciscains. Le pape évoque "l’univers matériel qui est un langage de l’amour de Dieu, de sa tendresse démesurée pour nous. Le sol, l’eau, les montagnes, tout est caresse de Dieu". Comment, se demande alors François, "être écologiste sans avoir un amour sincère pour tous les êtres humains ?" Tout est lié et comme êtres humains, nous sommes tous unis comme des frères et des sœurs, "dans un merveilleux pèlerinage, entrelacés par l'amour que Dieu porte à chacune de ses créatures et qui nous unit aussi avec une tendre affection à frère soleil, à sœur lune, à sœur rivière, et à la mère terre".

Chapitre 3 : la racine humaine et la crise écologique

Dans ce chapitre qui tranche avec la douceur et la tendresse du précédent, le pape revient sur le paradigme technocratique dominant et la place de l’être humain et de son action dans le monde.

Ne reniant pas le "merveilleux" de l’activité humaine et la créativité de tous ceux qui ont permis les progrès de l’humanité, le pape revient longuement sur cette technique qui donne à l’homme "un terrible pouvoir". Hier l'homme accompagnait la nature, aujourd'hui, il l’écrase. "Voilà pourquoi l’être humain et les choses ont cessé de se tendre amicalement la main". On presse les biens de la planète au-delà des limites. Cette logique de domination de la technique étend son emprise sur le politique et l’économie sans prêter attention aux conséquence négatives sur l’environnement. Et le pape de fustiger la théorie "bien installée selon laquelle la croissance des marchés est une solution aux problèmes de la misère".

C’est ici que le pape revient sur la présentation inadéquate à ses yeux d’une anthropologie chrétienne qui conduit à soutenir que l’homme doit dominer la nature : "un rêve prométhéen de domination sur le monde qui a donné l’impression que la sauvegarde de la nature est pour les faibles". L’homme, nous dit le pape, n'est pas "le seigneur de l’ univers, il en est l’administrateur responsable".

Dans ce chapitre, François revient sur cette conception qui lui est chère et que l’on retrouve souvent dans ce texte : tout est lié. Et la crise écologique est une manifestation de la crise culturelle éthique et spirituelle de la modernité.

Ce pouvoir de l’homme sur la nature, souvent dénoncé par le pape, a pour lui des conséquences désastreuses sur un style de vie qu’il qualifie de "dévié" c'est-à-dire en proie au "relativisme pratique" qui fait qu'on ferme les yeux sur l’exploitation des enfants, la traite d’êtres humains, la criminalité organisée, le narco-trafic, le commerce d'animaux en voie d’extinction... tout cela donne une culture corrompue, une logique du "utilise et jette" qui engendre tant de désastres.

Et de terminer sur cette crise socio-environnementale qui requiert "une approche intégrale pour combattre la pauvreté, rendre la dignité aux exclus et simultanément, préserver la nature" car, encore une fois, tout est lié...

Chapitre 4 : une écologie intégrale

Voici une expression chère au pape, sur laquelle il revint longuement dans ce chapitre, dans lequel il s’adresse plus précisément aux organisations politiques. Peut-on espérer que la législation et les normes relatives à l’environnement soient bien efficaces ? Pouvons-nous être sûrs que certains pays ne violent pas systématiquement les lois existantes ? Comment prendre en compte la construction de nouvelles villes, comment respecter les cultures locales, préserver les richesses des peuples ? Nous courons vers l’homogénéisation si préjudiciable à l’harmonie des cultures. Et le pape de s’alarmer contre les grands mégapoles, bruyantes, polluées, dont les habitants les plus pauvres s’entassent dans des quartiers insalubres. Nous avons besoin du beau, ne cesse de dire François, nous avons besoin de nous sentir à la maison, besoin de nous sentir en harmonie avec notre loi morale inscrite au fond de nous. C’est cela aussi qui fonde notre dignité. Allons-nous alors changer de style de vie ? Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ? C'est avec des mots très forts et presque désespérés que François conclut ce chapitre. "L’homme et la femme post modernes courent le risque permanent de devenir profondément individualistes, et beaucoup de problèmes sociaux sont liés à la vision égoïste actuelle axée sur l’immédiateté, aux crises des liens familiaux et sociaux, aux difficultés de la reconnaissance de l’identité".

Chapitre 5 : quelques lignes d’orientation et d’action


Dans ce chapitre, le pape donne des conseils qui permettraient de sortir de cette spirale d’autodestruction dans laquelle nous nous sommes engagés. C’est un chapitre très politique dans lequel il invite les gouvernants à plus de transparence et de souci du bien commun.

Il revient longuement sur les efforts du mouvement écologique mondial et les sommets mondiaux de ces dernières années. Il se félicite des avancées dans certaines stratégies écologiques et dans l'imposition de mesures adéquates. Mais il déplore un affaiblissement des États nationaux du fait de la finance et de l’économie qui a pris le pas sur la politique.

C’est avec force qu'il invite à un travail honnête et transparent pour que les besoins particuliers ne prennent pas le pas sur le bien commun.Et de prôner "une certaine décroissance dans quelques parties du monde mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d'autres parties".

Chapitre 6 Éducation et spiritualité écologique


L’humanité doit changer et prendre un nouveau départ. C’est là la conclusion du pape. Et de donner des pistes pour un nouveau style de vie. Responsabilité des consommateurs, éducation à de nouveaux comportements, susciter une culture de vie au sein même de nos familles, éveiller au beau. François réveille nos consciences et appelle aussi l’Église à plus d’austérité responsable. Ce chapitre est l’occasion de tracer les lignes "d’une spiritualité de la sobriété, de la capacité à jouir de peu" et du retour à la simplicité.Il cite longuement et à plusieurs reprises sainte Thérèse et sa petite voie de l’amour, ainsi que Jean de la Croix qui enseigne qu’on ne peut rien admirer sans admirer la grandeur de Dieu. C’est ainsi que le pape appelle tous les hommes à œuvrer pour le bien de la terre, là où ils trouvent. Ce travail et cette attention sont pour lui un chemin de vie spirituelle et d’avancée vers Dieu.

http://www.croire.com/Definitions/Vie-chretienne/Pape-Francois/Laudato-si-le-cri-du-pape-Francois

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 14:53

Est-ce une conversion, est-ce une révolution, à laquelle appelle François dans cette encyclique, la première écrite intégralement de sa main ? Nous le savions, son air bonhomme, ses mines joviales et ses saluts patelins cohabitent avec une radicalité déterminée mais sereine. Laudato Si n’est pas un robinet d’eau tiède écologiste même si, à très juste raison, le pape y rappelle l’importance déterminante de la capacité d’admiration et d’émerveillement devant la nature, sans laquelle il n’est pas d’écologie possible. Mais son propos est vif et acéré lorsqu’il s’agit d’évoquer le modèle politico-économique actuel. Sa vision est proposée à tous : François insiste sur le fait qu’elle est donnée à « tous les habitants de la planète ». Pourtant, parmi eux, tout spécialement, les chrétiens ne peuvent pas se dérober à un examen de conscience rigoureux. Car, explique-t-il, « vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne » (pt 217).

Ses mots sont aiguisés, contre le « paradigme technocratique » et, assurément, c’est un projet pleinement politique que le pape propose. Si, comme à l’ordinaire, le pape ne décrit pas par le menu les actions précises à mettre en place, il ne se contente pas d’une vision qui serait aimablement balancée, gentiment équilibrée : le projet est un projet chrétien, d’« écologie intégrale » et il commande une mise à jour, une remise en question, de chacun. La tiédeur n’est pas de mise : « il ne suffit pas de concilier, en un juste milieu, la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l’environnement et le progrès. Sur ces questions, les justes milieux retardent seulement un peu l’effondrement. Il s’agit simplement de redéfinir le progrès. Un développement technologique et économique qui ne laisse pas un monde meilleur et une qualité de vie intégralement supérieure ne peut pas être considéré comme un progrès » (pt 194).

Au préalable, François souligne que « la culture écologique (…) devrait être un regard différent, une pensée, une politique, un programme éducatif, un style de vie et une spiritualité qui constitueraient une résistance face à l’avancée du paradigme technocratique » (pt 111). Une résistance, rien de moins. Et le pape refuse très clairement de se satisfaire des vertus présumées du marché. Si, classiquement, la doctrine sociale de l’Eglise reconnaît la validité de l’économie de marché parmi les systèmes économiques, elle est très éloignée de l’idolâtrie (au sens propre) du marché qui anime certains : « le marché ne garantit pas en soi le développement humain intégral ni l’inclusion sociale » (pt 109).

Oui : développement humain intégral et inclusion sociale. Dans une encyclique sur l’écologie. C’est que « tout est lié ». L’expression revient à neuf reprises dans l’encyclique (pts 16, 70, 91, 92, 117, 120, 138, 142, 240). Non, contrairement à ce que pourraient craindre des écologistes historiques de tendance non chrétienne, le pape ne se contente pas d’un vernis écolo pour refourguer les vieilles lunes catholiques. Mais non, il n’est pas davantage possible de se croire cohérent en célébrant la biodiversité sans accueillir la vie humaine. Fraternité, justice, nature et vie : tout est lié. « Quand on ne reconnaît pas, dans la réalité même, la valeur d’un pauvre, d’un embryon humain, d’une personne vivant une situation de handicap (…) on écoutera difficilement les cris de la nature elle-même. Tout est lié » (pt 117 et, pt 120 : « puisque tout est lié, la défense de la nature n’est pas compatible non plus avec la justification de l’avortement »).

Tout est lié, tout est intimement lié. Les espèces entre elles, espèces animales et végétales, que l’on ait déjà perçu leur équilibre ou qu’il nous échappe encore. Tout est lié, de la pollution visuelle à la biodiversité à la pollution atmosphérique. « Les habitants de cette planète ne sont pas faits pour vivre en étant toujours plus envahis par le ciment, l’asphalte, le verre et les métaux, privés du contact physique avec la nature » (pt 44). Comment demander à une personne d’attacher du prix à la grenouille des Pyrénées quand son horizon n’est que bitume et béton ? Comment espérer d’elle qu’elle trouve alors un autre horizon qu’une surconsommation marquée par la « culture du déchet » ? Tout est lié… et encore l’urbanisme, qui peut créer les conditions d' »un « nous » que nous construisons ensemble ». Ainsi, « il faut prendre soin des lieux publics, du cadre visuel et des signalisations urbaines qui accroissent notre sentiment d’appartenance, notre sensation d’enracinement, notre sentiment d' »être à la maison » dans la ville qui nous héberge et nous unit » et seule cette conviction d’être à la maison, d’être chez nous, peut nous conduire à attacher du prix à la préservation de ce cadre, à la sauvegarde d’espaces intouchés, à l’émergence de la nature.

Tout est lié, et encore la capacité d’émerveillement et d’étonnement des Hommes. Tout est lié et jusqu’à la gouvernance d’un pays, comme la gouvernance mondiale. Politique et économie s’accusent l’une l’autre dans la dégradation de l’environnement, nous dit le pape, mais elles obéissent chacune à des impératifs de court terme. La politique, ou ce qu’il en reste, sous la pression de courts mandats et de « populations consuméristes », « conduit à la nécessité de produire de la croissance à court terme ».
Si le pape emploie l’expression de « décroissance », que je n’apprécie guère, il souligne aussi les gains qui peuvent surgir d’une croissance soutenue par l’exigence de respect de l’environnement. Surtout, il évoque longuement la sobriété, véritable vertu chrétienne – « la sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice » et la garantie d’une vie meilleure, intense, relationnelle. Dignité de la personne humaine et sobriété, voilà bien deux guides qui pourraient animer nos politiques, politiques auxquels le pape délivre une adresse solennelle, qui doit tracer sa voie jusqu’à leur conscience : « Qu’un homme politique assume ces responsabilités avec les coûts que cela implique, ne répond pas à la logique l’efficacité et d’immédiateté de l’économie ni à celle de la politique actuelle ; mais s’il ose le faire, cela le conduira à reconnaître la dignité que Dieu lui a donnée comme homme, et il laissera dans l’histoire un témoignage de généreuse responsabilité » (pt 181).

Voilà pour les politiques. Et pour les simples citoyens ? On ne rend pas justice à une encyclique en une seule lecture, en un seul article, on ne rend pas justice à l’« écologie intégrale » en quelques mots. Nous laisserons-nous (é)mouvoir par ce texte ? Nous laisserons-nous bousculer ? Le laisserons-nous infuser ? Acceptons-nous cette « conversion écologique » que le pape appelle de ses vœux ? Ou regarderons-nous ailleurs une fois encore parce que la consommation satisfait nos désirs immédiats ? Car « c’est la manière dont l’être humain s’arrange pour alimenter tous les vices autodestructifs : en essayant de ne pas les voir, en luttant pour ne pas les reconnaître, en retardant les décisions importantes, en agissant comme si de rien n’était » (pt 59). Le constat posé par le pape de « ce qui se passe dans notre maison » (pts 17 à 62) ne nous en donne pas le droit.

Son intervention est essentielle. Elle l’est car sa voix est entendue du Canada aux Philippines, en passant par le Brésil, Paris et Brazzaville. Elle l’est car elle vient soustraire l’écologie au seul champ politique, au petit échiquier politique, la soustraire à un camp, non pour l’en dépouiller mais pour l’offrir à tous et la rendre véritablement intégrale. Hier, Laurent Joffrin écrivait que le pape est « sans doute le chef d’Etat le plus à gauche de la planète ». Voilà bien la meilleure manière de cantonner bien vite son message. Le plus à gauche ? Non. Mais, sans risque de me tromper, évidemment le plus catholique. Le pape n’est pas à gauche, il n’est pas à droite, il est complet, total, intégral : catholique. Quant aux catholiques que Laurent Joffrin imaginait nécessairement embarrassés, la vérité oblige à dire que, pour beaucoup – et l’auteur de ces lignes au premier chef – dont des catholiques aisés, trop bien insérés dans le paradigme, il s’agisse d’un champ nouveau. Fort bien. C’est un défi à relever. Puisque nous aimons à rappeler que la défense des plus fragiles est d’une cohérence non négociable, depuis le plus pauvre et le migrant jusqu’à l’enfant à naître et le malade en fin de vie, à nous de faire toute sa place, dans cette vision globale et cohérente, à la biodiversité et à la sobriété. Nous en avons le goût et souvent la sensibilité. Entre ici, grenouille des Pyrénées, avec ton cortège de rousserolles et bouscarles des confins de la grande ville…

Oui, à nous de faire les efforts les premiers mais, permettez : pas seuls. Ce serait trop facile. L’effort de cohérence ne peut pas être unilatéral. A la gauche et à l’écologie de gauche de se laisser interroger. A chacun de se laisser bousculer !

Car tout est lié.

http://www.koztoujours.fr/laudato-si-car-tout-est-lie

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12288
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 15:09

Désolé mais au delà des gémissements franciscains de façade... parler de décroissance est une monstruosité quand on voit que près de la moitié de la planète a faim, n'est pas logée, habillée, soignée, éduquée ou est victime de la guerre... C'est à une réorientation des activités humaine que le pape doit appeler pas à la décroissance des pays nantis.
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 15:16

adamev a écrit:
Désolé mais au delà des gémissements franciscains de façade... parler de décroissance est une monstruosité quand on voit que près de la moitié de la planète a faim, n'est pas logée, habillée, soignée, éduquée ou est victime de la guerre... C'est à une réorientation des activités humaine que le pape doit appeler pas à la décroissance des pays nantis.

Et pourtant croire en une croissance infinie - à partir de ressources limitées sur notre planète - est une réelle stupidité. Les pays "nantis" spolient les ressources pour d'inutiles facéties. Ce n'est pas en prônant une croissance identique à la nôtre aux pays "non nantis" que l'on pourra résoudre le problème.

Le pape, là, est lucide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 15:18

sans doute que le mot "décroissance" n'est pas approprié. il faut effectivement une "décroissance" de ces biens superflus et pollueurs mais on peut envisager la croissance dans d'autres domaines d'activités profitables à tous. ce qu'il faut surtout aussi c'est arriver à ce que les populations des pays pauvres soient payées au juste prix pour ce qu'elles produisent pour nous. il faut un partage.
Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 2289
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 17:04

la décroissance serait au contraire source de richesse si on dépasse les idées préconçues
Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 2289
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 17:15

mais avec la pensée unique en action dans nos sociétés
difficile de réfléchir en dehors du cadre autorisé
Revenir en haut Aller en bas
mandonnaud



Messages : 984
Inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 19:48

http://www.eglise.catholique.fr/…/395463-encyclique-laudat…/
Je viens de la lire en 4 h,(je lis en parlant en moi donc lent...)super au niveau description des dérangement de la nature sur toute la terre, soutien des pauvre premiers subissant les catastrophes, au niveau scientifique et type de société technologique actuelle ,Economique et dénonciation des priorités de rendement avec oublie des résultats et déhets divers et spirituel(a travers la bible) et les écrits des saints et des derniers papes et surtout au niveau concret pour la vie quotidienne (conversion écologique et spirituel)en attendant les grande orientation politique international et local décrite a prendre,enfin belles prières.. a lire. Paul de Limoges.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mandonnaud.net
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 20:21

Dragna Din a écrit:
adamev a écrit:
Désolé mais au delà des gémissements franciscains de façade... parler de décroissance est une monstruosité quand on voit que près de la moitié de la planète a faim, n'est pas logée, habillée, soignée, éduquée ou est victime de la guerre... C'est à une réorientation des activités humaine que le pape doit appeler pas à la décroissance des pays nantis.

Et pourtant croire en une croissance infinie - à partir de ressources limitées sur notre planète - est une réelle stupidité. Les pays "nantis" spolient les ressources pour d'inutiles facéties. Ce n'est pas en prônant une croissance identique à la nôtre aux pays "non nantis" que l'on pourra résoudre le problème.

Le pape, là, est lucide.

Avant de parler de ressources limitées il faudrait déjà que ceux qui en emmagasinent la plus grosse part la partagent avec ceux qui n'ont rien. Une fois qu'il y aura sur toute la terre un partage équitable entre chaque être humain des ressources de notre planète nous pourront parler de leur éventuelle insuffisance.

Sinon que fait ce sujet dans le forum Théologie catholique ?

---

Pour Nicolas Hulot, l'encyclique du pape est un "renfort inespéré" ! "l'Eglise est experte en humanité" (c'est Hulot qui le dit !)

http://www.lepoint.fr/societe/pour-nicolas-hulot-l-encyclique-du-pape-est-un-renfort-inespere-18-06-2015-1937891_23.php



VIDÉO. À six mois de la conférence rassemblant 196 États à Paris, l'ex-présentateur juge "providentiel" le texte sur l'écologie dévoilé ce matin par le pape.
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 21:24

Déclaration de “Voice of the Family” sur l'encyclique Laudato Si’

(...)

Patrick Buckley, lobbyiste à l’ONU pour la Société pour la protection des enfants à naître (SPUC), a noté que « l’encyclique  appelle, aux paragraphes 173-175,  à renforcer l'action internationale en matière d'environnement, mais oublie en même temps de préparer les catholiques  aux conséquences évidentes de cette même action : une recrudescence des  tentatives d'imposer encore davantage la contraception et l'avortement aux pays en développement ».

Le Pr Hans Schellnhuber a été parmi les personnalités choisies par le Saint-Siège pour présenter ce matin l'encyclique à la presse. Schellnhuber est connu pour avoir déclaré que la « “capacité  d’accueil” de la planète » se situe « en dessous d’un milliard de personnes ». La population mondiale devrait donc être réduite de plus de 80 % pour atteindre cet objectif.


John-Henry Westen, co-fondateur de Voice of the Family et rédacteur en chef de LifeSiteNews, a commenté : « Le professeur Schellnhuber est un activiste favorable à  la création d'un gouvernement mondial doté de pouvoirs pour imposer des mesures  nécessaires pour résoudre la crise de l'environnement, laquelle, selon lui, exige une  diminution de la population. Dans ce contexte, les références dans l'encyclique à la nécessité d’une “véritable autorité politique mondiale” avec le pouvoir de “sanctionner”, sont profondément troublantes. »

Il a été  annoncé hier que le professeur Schellnhuber  venait d’être nommé membre de l'Académie pontificale des Sciences par le pape François.

En novembre prochain, l’Académie pontificale des Sciences accueillera un colloque pour discuter comment utiliser les enfants comme « agents du changement ». Il prévoit dans son ordre du jour de réfléchir aux stratégies possibles pour faire appel aux enfants  comme émissaires  du programme écologiste mondial.  De telles  actions semblent être approuvées par l'encyclique aux paragraphes 209-215. Certains de ceux qui sont impliqués dans les ateliers du colloque, tels Jeffrey Sachs, sont parmi les promoteurs les plus véhéments de la contraception et de l'avortement comme moyens indispensables  au contrôle de la natalité.

John Smeaton, co-fondateur de Voice of the Family et directeur du SPUC, a déclaré: « Le mouvement écologiste international cherche souvent à convaincre les enfants que le monde est surpeuplé et que cela doit être résolu par le contrôle de la natalité  au moyen de la contraception et de l'avortement. Il  existe aujourd’hui un danger grave que nos enfants soient exposés à ce programme, sous couvert de sensibilisation aux questions écologiques. Les projets de l’Académie pontificale des Sciences et l'absence dans l'encyclique d’un enseignement clair sur ces dangers, nous laissent sur nos gardes. Les parents catholiques doivent résister à toutes les attaques contre nos enfants, même quand elles proviennent de l'intérieur du Vatican. »

Voice of the Family est une coalition internationale d’organisations pro-vie et pro-famille, animées par des laïcs engagés, avec le but d’offrir leur expertise et leurs ressources aux responsables de l’Église, aux médias, aux organismes à but non lucratif et aux gouvernements, avant, pendant et après le Synode des évêques catholiques sur la famille.

Lire sur : http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2015/06/declaration-de-voice-of-family-sur.html
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 21:52

Une personne à sensibilité intégriste m'a mis ce mail (pour dénoncer en gras et en rouge ce que dit le pape François).


Je le mets ici parce que moi, ce que dit le pape François me plait Very Happy 


175. La même logique qui entrave la prise de décisions drastiques pour inverser la tendance au réchauffement global, ne permet pas non plus d’atteindre l’objectif d’éradiquer la pauvreté. Il faut une réaction globale plus responsable, qui implique en même temps la lutte pour la réduction de la pollution et le développement des pays et des régions pauvres. Le XXIème siècle, alors qu’il maintient un système de gouvernement propre aux époques passées, est le théâtre d’un affaiblissement du pouvoir des États nationaux, surtout parce que la dimension économique et financière, de caractère transnational, tend à prédominer sur la politique. Dans ce contexte, la maturation d’institutions internationales devient indispensable, qui doivent être plus fortes et efficacement organisées, avec des autorités désignées équitablement par accord entre les gouvernements nationaux, et dotées de pouvoir pour sanctionner. Comme l’a affirmé Benoît XVI dans la ligne déjà développée par la doctrine sociale de l’Eglise : « Pour le gouvernement de l’économie mondiale, pour assainir les économies frappées par la crise, pour prévenir son aggravation et de plus grands déséquilibres, pour procéder à un souhaitable désarmement intégral, pour arriver à la sécurité alimentaire et à la paix, pour assurer la protection de l’environnement et pour réguler les flux migratoires, il est urgent que soit mise en place une véritable Autorité politique mondiale telle qu’elle a déjà été esquissée par mon Prédécesseur, [saint] Jean XXIII».[129] Dans cette perspective, la diplomatie acquiert une importance inédite, en vue de promouvoir des stratégies internationales anticipant les problèmes plus graves qui finissent par affecter chacun. 


[129] Benoît XVI, Lett. Enc. Caritas in veritate (29 juin 2009), n. 67 : AAS 101 (2009), 700.


83. L’aboutissement de la marche de l’univers se trouve dans la plénitude de Dieu, qui a été atteinte par le Christ ressuscité, axe de la maturation universelle.[53] Nous ajoutons ainsi un argument de plus pour rejeter toute domination despotique et irresponsable de l’être humain sur les autres créatures. La fin ultime des autres créatures, ce n’est pas nous. Mais elles avancent toutes, avec nous et par nous, jusqu’au terme commun qui est Dieu, dans une plénitude transcendante où le Christ ressuscité embrasse et illumine tout ; car l’être humain, doué d’intelligence et d’amour, attiré par la plénitude du Christ, est appelé à reconduire toutes les créatures à leur Créateur.


[53] L’apport de P. Teilhard de Chardin se situe dans cette perspective 


233. L’univers se déploie en Dieu, qui le remplit tout entier. Il y a donc une mystique dans une feuille, dans un chemin, dans la rosée, dans le visage du pauvre. L’idéal n’est pas seulement de passer de l’extérieur à l’intérieur pour découvrir l’action de Dieu dans l’âme, mais aussi d’arriver à le trouver en toute chose[159]


[159] Un maître spirituel, Alî al-Khawwâç, à partir de sa propre expérience, soulignait aussi la nécessité de ne pas trop séparer les créatures du monde de l’expérience intérieure de Dieu. Il affirmait : « Il ne faut donc pas blâmer de parti pris les gens de chercher l’extase dans la musique et la poésie. Il y a un “secret” subtil dans chacun des mouvements et des sons de ce monde. Les initiés arrivent à saisir ce que disent le vent qui souffle, les arbres qui se penchent, l’eau qui coule, les mouches qui bourdonnent, les portes qui grincent, le chant des oiseaux, le pincement des cordes, les sifflement de la flûte, le soupir des malades, le gémissement de l’affligé.... », Eva De Vitray-Meyerovitch [éd.], Anthologie du soufisme, Paris 1978, p. 200.




http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2015/06/18/l-encyclique-5642160.html
 


http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2015/06/17/merci-francois-5641268.html
 


http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2015/06/18/bonus-chretien-en-prime-5642198.html
 


http://benoit-et-moi.fr/2015-I/actualite/lencyclique-ecologique.html
 


http://www.churchmilitant.com/news/article/breaking-schellnhuber-appointed-to-pontifical-academy-of-sciences
 


http://www.zenit.org/fr/articles/encyclique-comme-a-san-damiano-une-maison-a-reconstruire
 


http://www.zenit.org/fr/articles/climat-ban-ki-moon-salue-le-leadership-du-pape-francois
 


http://www.catapulta.com.ar/archivos/14851


http://www.amtvmedia.com/pope-francis-calls-new-global-authority/






http://www.naturalnews.com/050075_Vatican_climate_science_world_depopulation.html#

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 22:03

Les clés pour comprendre l’encyclique sur l’écologie du pape François

Dans cette première encyclique centrée sur la question écologique, Laudato si’, le pape François invite chacun « à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète ». 

LES DESTINATAIRES

Dans l'encyclique Laudato si’ Le pape François s’adresse à « chaque personne qui habite cette planète ». Il se propose également « d’entrer en dialogue avec tous au sujet de notre maison commune » (n° 3). Il souligne ainsi que tout le monde devrait se sentir concerné par la problématique écologique qui interroge nos façons de vivre. Il fait aussi le parallèle avec l’encyclique Pacem in terris de Jean XXIII (1963) qui était adressée « aux fidèles de l’univers » tout entier tout en ajoutant : « ainsi qu’à tous les hommes de bonne volonté ». Jean XXIII écrivait alors que le monde était au bord d’une crise nucléaire, rappelle le pape François. Par cette référence, il semble suggérer que le monde d’aujourd’hui est au bord d’une catastrophe écologique et qu’il est donc urgent d’agir. Et à l’image de Jean XXIII qui « ne se contentait pas de rejeter une guerre, mais a voulu transmettre une proposition de paix », le pape François veut aussi avancer des pistes d’action.

LA DÉMARCHE

La démarche du pape François est celle d’un discernement qu’il conduit au long des six chapitres que contient l’encyclique. Il commence par évaluer la situation actuelle, en se référant aux résultats disponibles de la recherche scientifique (chapitre 1). Il expose ensuite la tradition judéo-chrétienne pour mettre en évidence les motifs d’un engagement en faveur de l’environnement (chapitre 2). Il propose ensuite de dépasser l’observation des symptômes de la crise écologique pour en interpréter les causes profondes (chapitre 3). Il avance ensuite une proposition d’écologie intégrale, à la fois environnementale, économique et sociale (chapitre 4). Delà, il définit des pistes d’orientation et d’action (chapitre 5). Il termine son parcours en indiquent des ressources spirituelles qui peuvent permettre à l’humanité de changer (chapitre 6).

LE DIAGNOSTIC

Le pape commence par expliquer que la réflexion philosophique et théologique a besoin de se confronter à la réalité pour ne pas donner l’impression de répéter la même chose et de rester dans l’abstraction. « Le christianisme lui-même, en se maintenant fidèle à son identité et au trésor de vérité qu’il a reçu de Jésus-Christ, se repense toujours et se réexprime dans le dialogue avec les nouvelles situations historiques, laissant apparaître ainsi son éternelle nouveauté » (n° 121).

Le diagnostic – « ce qui se passe dans notre maison » – est sombre : pollution et changement climatique, menace sur les ressources d’eau potable, perte de la biodiversité, détérioration de la qualité de la vie humaine et dégradation sociale…

« Nous n’avons jamais autant maltraité ni fait de mal à notre maison commune qu’en ces deux derniers siècles », écrit le pape François qui fustige un modèle de développement qui conduit à la dégradation de l’environnement. Ce qui se répercute immanquablement sur la vie des personnes, à commencer par les plus pauvres. Il défend la thèse selon laquelle « il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale » (n° 139).

« Ces situations provoquent les gémissements de sœur terre, qui se joignent au gémissement des abandonnés du monde, dans une clameur exigeant de nous une autre direction » (n° 53), écrit-il encore.

UNE RÉPONSE QUI DOIT ÊTRE GLOBALE

Il est frappant de noter le nombre de fois où le mot système – parfois qualifié de complexe – revient sous la plume du pape François : système mondial, système industriel, système climatique… Ceci a une conséquence logique : du fait de sa nature systémique, la crise écologique n’attend pas des éléments de réponse partielle. Il faut une approche intégrale de cette crise à la fois environnementale, économique, sociale, culturelle, qui embrasse aussi la question de la justice.

« Les possibilités de solution requièrent une approche intégrale pour combattre la pauvreté, pour rendre la dignité aux exclus et simultanément pour préserver la nature » (n° 139). En d’autres termes, on ne peut se contenter de proposer « un remède technique à chaque problème environnemental qui surgit », car « c’est isoler des choses qui sont entrelacées dans la réalité, et c’est se cacher les vraies et plus profondes questions du système mondial » (n° 111). Ou encore : il convient d’admettre qu’« une vraie approche écologique se transforme toujours en une approche sociale, qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l’environnement, pour écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres » (n° 49).

LES OBSTACLES

La situation est urgente. Pourtant, les choses évoluent très lentement, observe le pape. Il reconnaît le chemin parcouru par le mouvement écologique depuis plusieurs décennies et salue tous ceux qui y sont engagés. Dans le même temps, il constate que les efforts pour trouver des solutions concrètes à la crise environnementale débouchent souvent sur des échecs « non seulement à cause de l’opposition des puissants, mais aussi par manque d’intérêt de la part des autres ». « Les attitudes qui obstruent les chemins de solutions, même parmi les croyants, vont de la négation du problème jusqu’à l’indifférence, la résignation facile, ou la confiance aveugle dans les solutions techniques » (n° 14), note-t-il.

Sa critique est particulièrement sévère à l’égard de la communauté internationale, faible dans sa réaction politique : « La soumission de la politique à la technologie et aux finances se révèle dans l’échec des Sommets mondiaux sur l’environnement. Il y a trop d’intérêts particuliers, et très facilement l’intérêt économique arrive à prévaloir sur le bien commun et à manipuler l’information pour ne pas voir affectés ses projets. (…) L’alliance entre l’économie et la technologie finit par laisser de côté ce qui ne fait pas partie de leurs intérêts immédiats. Ainsi, on peut seulement s’attendre à quelques déclarations superficielles, quelques actions philanthropiques isolées, voire des efforts pour montrer une sensibilité envers l’environnement, quand, en réalité, toute tentative des organisations sociales pour modifier les choses sera vue comme une gêne provoquée par des utopistes romantiques ou comme un obstacle à contourner » (n° 54). À quelques mois de la conférence sur le climat (Cop 21) à Paris, ces mots veulent mettre la communauté internationale devant ses responsabilités.

Il dénonce avec la même force la volonté des pays riches d’imposer aux pays pauvres un contrôle des naissances au motif que la croissance démographique serait incompatible avec le développement. Cet argument, pour le pape, ne fait en réalité que masquer l’égoïsme des riches : « Accuser l’augmentation de la population et non le consumérisme extrême et sélectif de certains est une façon de ne pas affronter les problèmes. On prétend légitimer ainsi le modèle de distribution actuel où une minorité se croit le droit de consommer dans une proportion qu’il serait impossible de généraliser, parce que la planète ne pourrait même pas contenir les déchets d’une telle consommation. »

L’ESPÉRANCE

En dépit de tous ces obstacles, le pape n’est pas résigné. « Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer », écrit-il dans son introduction (n° 13). Les raisons de sa confiance, il les trouve dans l’histoire sainte. Comme dans l’épisode de l’arche de Noé, lorsque Dieu « a donné à l’humanité la possibilité d’un nouveau commencement. Il suffit d’un être humain bon pour qu’il y ait de l’espérance ! » (n° 71) ou plus tard dans l’exil à Babylone (n° 74). « L’espérance, écrit-il, nous invite à reconnaître qu’il y a toujours une voie de sortie, que nous pouvons toujours repréciser le cap, que nous pouvons toujours faire quelque chose pour résoudre les problèmes » (n° 61).

Plus loin, il exprime encore cette espérance en observant que « tout n’est pas perdu, parce que les êtres humains, capables de se dégrader à l’extrême, peuvent aussi se surmonter, opter de nouveau pour le bien et se régénérer, au-delà de tous les conditionnements mentaux et sociaux qu’on leur impose. Ils sont capables de se regarder eux-mêmes avec honnêteté, de révéler au grand jour leur propre dégoût et d’initier de nouveaux chemins vers la vraie liberté » (n° 205).

LES PROPOSITIONS

Il est un mot qui revient souvent dans l’encyclique, et notamment dans le chapitre qui propose des lignes d’orientation et d’action : celui de dialogue. « J’adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète », écrit le pape dans son introduction (n° 14). « La gravité de la crise écologique exige que tous nous pensions au bien commun et avancions sur un chemin de dialogue qui demande patience, ascèse et générosité, nous souvenant toujours que’la réalité est supérieure à l’idée’» (n° 201).

Le dialogue est la voie obligée en vue de réponses intégrales que personne ne possède : dialogue entre science et religion « qui proposent des approches différentes de la réalité » et qui peut être fécond pour toutes les deux (n° 62)  ; entre foi et raison (n° 63)  ; entre croyants de différentes traditions et confessions religieuses (n° 64)  ; entre le langage scientifique et technique et le langage populaire (n° 143)  ; entre politique et économie (n° 189)  ; entre disciplines (n° 197) et entre sciences (n° 201)  ; entre les différents mouvements écologistes, « où les luttes idéologiques ne manquent pas » (n° 201)...

Le pape insiste également sur la qualité et la transparence du dialogue dans les processus de négociations au niveau international en vue de l’obtention d’un consensus (n° 165). « La prévision de l’impact sur l’environnement des initiatives et des projets requiert des processus politiques transparents et soumis au dialogue, alors que la corruption, qui cache le véritable impact environnemental d’un projet en échange de faveurs, conduit habituellement à des accords fallacieux au sujet desquels on évite information et large débat » (n° 182).

Dialoguer, en fin de compte, c’est refuser les postures idéologiques et la défense des intérêts particuliers. Dans l’encyclique, le pape montre l’exemple. Il ne fait pas que la promotion du dialogue. Il le met aussi en œuvre, par exemple quand il laisse les données scientifiques interroger la foi chrétienne.

SPIRITUALITÉ ÉCOLOGIQUE

Dans son dernier chapitre, le pape François indique le type de changement dont l’humanité a besoin pour faire face au défi de l’heure. Il invite d’abord à « miser sur un autre style de vie » dans un monde où « le marché tend à créer un mécanisme consumériste compulsif pour placer ses produits » (n° 203). Ce qui suppose de dépasser l’individualisme (n° 208).

Le pape François souligne aussi l’importance du défi éducatif qui ne doit pas seulement créer une « citoyenneté écologique », mais doit aussi cultiver « de solides vertus », condition du « don de soi dans un engagement écologique » (n° 211). Cette éducation environnementale peut même être un chemin vers Dieu en nous disposant « à faire ce saut vers le Mystère, à partir duquel une éthique écologique acquiert son sens le plus profond » (n° 210).

Aucun geste ne peut être tenu pour anodin. Tous les efforts - « éviter l’usage de matière plastique et de papier, réduire la consommation d’eau, trier les déchets, cuisiner seulement ce que l’on pourra raisonnablement manger, traiter avec attention les autres êtres vivants, utiliser les transports publics ou partager le même véhicule entre plusieurs personnes, planter des arbres, éteindre les lumières inutiles » (n° 211) - peuvent contribuer à changer le monde en permettant au bien de se répandre dans la société (n° 212).

L’encyclique se termine par « quelques lignes d’une spiritualité écologique », tirées de l’Évangile et de l’expérience chrétienne, et susceptibles de nourrir l’engagement chrétien  : « Il ne sera pas possible, en effet, de s’engager dans de grandes choses seulement avec des doctrines, sans une mystique qui nous anime », affirme le pape (n° 216). Il invite à emprunter un chemin de conversion qui doit conduire à un renouvellement de nos relations avec le monde qui nous entoure, avec autrui et avec Dieu.

Il propose de faire ce chemin en compagnie de François d’Assise, Thérèse de Lisieux, Bonaventure, Jean de la Croix, des saints qui nous révèlent le sens le plus profond d’une écologie intégrale  : « Une écologie intégrale implique de consacrer un peu de temps à retrouver l’harmonie sereine avec la création, à réfléchir sur notre style de vie et sur nos idéaux, à contempler le Créateur, qui vit parmi nous et dans ce qui nous entoure, dont la présence ’ne doit pas être fabriquée, mais découverte, dévoilée’ (Evangelii gaudium, n° 71) » (n° 225). Le pape François cite aussi, en note, un mystique soufi (n° 233).

À noter aussi la finale de l’encyclique, avec deux prières  : « Une prière pour notre terre » proposée en partage à tous ceux qui croient « en un Dieu Créateur Tout-Puissant » et une « prière chrétienne avec la création », pour que « nous sachions assumer les engagements que nous propose l’Évangile de Jésus, en faveur de la création » (n° 246).

Dominique Greiner
http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Les-cles-pour-comprendre-l-encyclique-sur-l-ecologie-du-pape-Francois-2015-06-18-1324985

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 22:11

Environnement : l'encyclique du pape François fait réagir toute la planète

De Nicolas Hulot à Jeb Bush, tout ce que la planète compte de dirigeants a réagi à la dernière encyclique du pape François consacrée à l'environnement.

Z.L. | 18 Juin 2015, 19h06 | MAJ : 18 Juin 2015, 20h02

Les réactions ne se sont pas faites attendre. Que soit dans la classe politique, du côté des défenseurs de l'environnement ou des acteurs de la politique internationale.

Dans un communiqué, François Hollande, estime que ce texte de 192 pages «replace l'enjeu écologique dans une perspective humaniste et rappelle au monde la solidarité de destin qui est la sienne». Il a également «formé le voeu» que «la voix particulière du pape François soit entendue sur tous les continents, au delà des seuls croyants».

Les écologistes saluent le texte

En charge de la préparation de la COP 21, la conférence sur le climat qui se tiendra au Bourget en décembre 2015, Nicolas Hulot a salué dans un discours devant le Conseil régional d'Ile-de_France l'encyclique. «Nous avons là un texte puissant, éclairant, et un renfort inespéré pour une mobilisation exigeante et positive pour mettre l'humanité, fin 2015, au pied d'une nouvelle ère», s'enthousiasme le militant. Il nous invite à remettre les choses dans le bon ordre. L’économie doit être au service de la politique et non l’inverse.»

L'ancien ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo a qualifié l'encyclique «d'événement considérable et décisif». «Elle développe une vue globale des enjeux et souligne l'urgence absolue à soutenir financièrement les pays d'ores et déjà victimes du dérèglement climatique», a-t-il développé, plaidant pour la mise en place de «subventions de 10 milliards de dollars par an au profit des pays vulnérables» afin que ceux-ci sortent «de la spirale vicieuse de la pauvreté en finançant l'accès à l'énergie qui conditionne l'accès à l'eau, à l'agriculture, à l'éducation, à la santé, à l'emploi et à la sécurité».

Encouragements et scepticisme outre-Atlantique

Dans un communiqué, Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, a rappelé les propos du pape soulignant que «le changement climatique est un des principaux défis de l'humanité et une question morale qui implique un dialogue respectueux avec toutes les composantes de la société et de se montrer solidaire avec les plus pauvres et les plus vulnérables qui souffrent le plus des effets du climat», a insisté le secrétaire général. Il a également exhorté les gouvernements «à placer l'intérêt général au-dessus des intérêts nationaux et à adopter un accord ambitieux et universel sur le climat» à la conférence de Paris en décembre.

Du côté des instances internationales, Christiana Figueres, en charge du climat à l'ONU, estime que ce texte du pape «ne laisse aucun doute sur notre devoir d'agir contre le changement climatique dès aujourd'hui.»

Du côté américain, l'encyclique a été saluée par certains comme le sénateur progressiste Bernie Sanders, candidat à la présidentielle qui a indiqué que le «puissant message du pape devait être un catalyseur pour les actions audacieuses nécessaires».

Mais l'encyclique a été accueillie avec réticence par les climatosceptiques, nombreux aux Etats-Unis. En tête de file : Jeb Bush, le candidat récemment déclaré à la Maison Blanche. En campagne dans l'Iowa (centre) pour la primaire républicaine, il s'est expliqué : «Je respecte le pape, c'est un dirigeant formidable, mais ce problème doit être résolu dans le domaine politique... Je ne vais pas à la messe pour entendre parler économie ou politique». Et d'enfoncer le clou : «Bon, le climat est en train de changer. Je crois qu'il y a des solutions technologiques pour tout, et je suis sûr qu'il y en a aussi une pour ça»

http://www.leparisien.fr/environnement/environnement-ce-qu-ils-pensent-de-l-encyclique-du-pape-francois-18-06-2015-4873575.php

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 22:26

Philippe B. a écrit:
Pour Nicolas Hulot, l'encyclique du pape est un "renfort inespéré" ! "l'Eglise est experte en humanité" (c'est Hulot qui le dit !)

Mais Paul VI l'a dit en premier à l'ONU, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 22:55

Oui mais Hulot n'est pas catholique Smile

En tout cas cette encyclique est providentielle et permettra à une large partie des hommes et femmes de la planète de se conscientiser, se responsabiliser et aussi comprendre qu'il y a un Dieu Créateur derrière la nature et derrière chaque être vivant sur cette planète.
Revenir en haut Aller en bas
Denys



Masculin Messages : 577
Inscription : 15/03/2015

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Jeu 18 Juin 2015, 23:29

Philippe B. a écrit:


En tout cas cette encyclique est providentielle et permettra à une large partie des hommes et femmes de la planète de se conscientiser, se responsabiliser et aussi comprendre qu'il y a un Dieu Créateur derrière la nature et derrière chaque être vivant sur cette planète.

Vous ne manquez pas d'espérance, c'est déjà ça... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 08:25

[size=34]L'Encyclique "Laudato si" décryptée : trois clés, trois axes, trois cris[/size]

"Tout est lié, tout nous est donné, tout est fragile." Elena Lasida, chargée de mission à Justice et Paix France, décrypte pour nous l’encyclique sur l’écologie intégrale du pape François.


JUDIKAEL HIREL (182)

SHARES

Paul Malo / Aleteia

Certes, cette encyclique du pape François sur l'écologie intégrale est aussi accessible que simple à lire. Mais un décryptage par un spécialiste est tout sauf superflu. C'est l'exercice auquel a bien voulu se prêter Elena Lasida, chargée de mission à Justice et Paix France, et par ailleurs directeur du Master "Économie solidaire et logiques de marché" au sein de l'ICP. Elena Lasida distingue dans ce texte trois clés de lecture, trois piliers autour desquels il est construit, mais aussi trois concepts et trois appels forts.


Tout est lié, donné, fragile


Premier centre, première expression qui revient constamment : tout est lié. Cela est dit et redit en permanence dans cette encyclique. L'idée d'écologie et de rapport à la terre ne peut être conçue indépendamment par rapport aux humains, à Dieu, aux institutions, à la culture, à la politique, à l'économie. Le Pape pose là une définition courageuse de l'environnement : la relation existant entre la nature et la société qui l’habite. Cette dimension relationnelle est au cœur de l’encyclique.

Deuxième pivot : le don, le rappel que tout nous est donné. Cette terre dégradée, il faut avant tout se rappeler que c’est un don. Un rappel lié à la destination universelle des biens, un des principes-clés de la doctrine sociale de l’église.

Troisième centre de gravité de ce texte : la fragilité. Dans ce lien entre la terre et les hommes, tout est fragile. L'interdépendance entre les deux est totale. Ce document dit qu'aujourd'hui, on ne peut pas concevoir l’un sans l’autre, la lutte contre la pauvreté indépendamment de la lutte pour le respect de la terre et l'écologie.


Trois concepts forts


Par ailleurs, cette encyclique expose trois concerts forts. D'abord, bien sûr, la notion d’écologie intégrale. Une notion à mettre en parallèle du principe de développement intégral, dans la doctrine sociale de l’Église. Mais ici, le Pape va plus loin et parle d'écologie intégrale.

Autre concept : la notion de création. Un chapitre de cette encyclique est intitulé "Évangile de la création". Comme dans un parcours biblique, il est fait appel à l'Ancien et au Nouveau Testament pour montrer comment, dans la Bible, le rapport à la nature et à l'humain vont ensemble. Il y a là une théologie de la création, qui déconstruit tout rapport de domination à la terre.

Troisième mot clé : le dialogue. Un chapitre de cet encyclique propose des actions,  décliner l'action en termes de dialogue. C'est une invitation à l’Église à se situer face au monde, dans une relation de dialogue.


Trois cris associés à ces trois concepts


Pour Elena Lasida, on peut aussi distinguer trois cris, trois appels, correspondant à ces trois concepts. D'abord un appel à construire notre maison commune. Dans cette construction, on va parler des différentes responsabilités, de dette écologique, les pays riches ayant plus profité de cette maison que les pays pauvres. En même temps, ce texte parle de louange. C’est le Cantique des cantiques de saint François qui rythme l’encyclique. Cette maison commune est aussi à célébrer.

Deuxième cri, aussi une notion forte ; l'invitation à la conversion écologique, à trois niveaux. La gratitude permet de se reconnaître dans ce monde donné. La communion rappelle très fortement qu'il n'est pas de conversion sans conversion communautaire. La dimension communautaire est centrale. Cette conversion écologique s’inscrit enfin dans l’espérance. Elle ne demande pas seulement de réparer le mal fait à la terre et à la nature, mais ouvre à la possibilité d’une nouvelle création. Elle invite à la créativité et à l'enthousiasme.

Troisième et dernier appel, c’est celui à une révolution culturelle. Il faut un nouveau paradigme, quelque chose de radicalement nouveau pour construire le monde à venir. Il faut changer de style de vie, changer au niveau éducatif. Il faut de la sobriété, non pas dans une approche sacrificielle, mais comme une expérience libératrice. Il ne s'agit pas seulement d'une réduction de sa consommation : dans cette sobriété se joue notre liberté. Dernier élément : la célébration. Il faut célébrer cette belle création qui nous est donnée. Elle est source d’émerveillement et il ne faut pas l’oublier.

Selon Elena Lasida, ces trois cris, très présents dans l’encyclique, font en quelque sorte penser aux gémissements de l’enfantement. La douleur est présente, mais il s'agit d'une création nouvelle à faire advenir.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 09:01

Moi je n'aime pas l'écologie! bigsmurf
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 09:02

Bonjour,

Que pensez vous de cette analyse :

http://benoit-et-moi.fr/2015-I/actualite/encyclique-dun-pape-ou-manifeste-ecolo.html

Extraits :

Que quelqu'un informe le Pape François qu'il aurait dû écrire une œuvre doctrinale et pastorale et non pas le texte officiel de la Charte de Milan pour l'Expo. Car à lire les anticipations de la première encyclique écrite par Bergoglio tout seul (la première avait été réalisée à quatre mains avec Ratzinger), Laudato si'. Sulla cura della casa comune, la pensée vous traverse que le pontife est tellement épris des thèmes écologiques et alimentaires qu’il en a oublié ceux qui devraient être les arguments centraux de sa mission de Pape: le salut des âmes, la réaffirmation d'une vie après la mort, ou même la prédication d'une vie conforme à l'Évangile.

(...)

Bergoglio invoque plutôt, à haute voix, "une conversion écologique" de toutes les personnes de bonne volonté (ch. III), au lieu de prêcher une "conversion morale et religieuse".
Le croyant se sent vraiment perdu: des siècles de pensée nous ont parlé du passage de la conversion noétique, purement intellectuelle, de Platon vers l'idée du Bien et du Vrai, à la conversion du cœur et de l'âme du christianisme, impliquant un changement de cap dans notre propre vie, une Révolution à la suite d'une Révélation qui marque notre propre chair et notre propre vie. Et voilà un Pape qui nous parle de conversion à l'environnement, qui nous invite à faire attention à l'effet de serre, à la fonte des glaces, à la disparition d'espèces animales, à la déforestation et à l'alerte-déchets.


--

Est-ce un tort que le Pape François souhaite s'adresser au monde ? Doit il uniquement s'adresser aux catholiques, à ceux qui se considèreraient comme "les purs" ?

N'est ce pas le rôle du Pape (sinon qui le fera ?) d'élever la voix contre l'esprit consumériste et les multinationales qui volent la nourriture de la table du pauvre ? Jésus n'en a-t-il pas fait autant notamment à travers la parabole du pauvre Lazarre et du riche ? Est ce moi qui suis aveugle et qui ne voit rien de mal à cette encyclique (à part peut être quelques lignes un peu trop écologistes à mon gout).


Dernière édition par Philippe B. le Ven 19 Juin 2015, 09:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 09:04

L'ennemi de l'écologie, c'est l'homme et la prolifération de l'espèce!

Curieux pour un pape de combattre l'humanité!


Et curieux de faire sa première encyclique pour parler d'écologie et non pour crier que Jésus est ressucité! Maintenant je sais queJésus n'a pas dit"allez et convertissez toutes les nations" mais "Allez et sauvez la libellule à points verts du Zambèze"
C'est un peu de la mauvaise foi d'accord! Mais je deteste l'ecologie ennemie de l'homme du progrès et de la science!
je n'aime pas l'écologie!
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 09:24

Tout dépend de quelle écologie on parle.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 09:34

RenéMatheux a écrit:
L'ennemi de l'écologie, c'est l'homme et la prolifération de l'espèce!

Curieux pour un pape de combattre l'humanité!


Et curieux de faire sa première encyclique pour parler d'écologie et non pour crier que Jésus est ressucité! Maintenant je sais queJésus n'a pas dit"allez et convertissez toutes les nations" mais "Allez et sauvez la libellule à points verts du Zambèze"
C'est un peu de la mauvaise foi d'accord! Mais je deteste l'ecologie ennemie de l'homme du progrès et de la science!
je n'aime pas l'écologie!
C'est sa deuxième encyclique. La première porte sur la foi. Raté Réné ! Very Happy

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 09:36

J'ai bien lu (et surtout lu) que le pape s'inquiète de la disparition des espèces. Eh bien pour éviter cela on protège les tigres les requins! Le pape peut être content! Et tant pis pour les gens qui se font bouffer par ces monstres! Il y en a juste quelques milliers chaque année! Je hais l'écologie!
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 09:37

Arnaud Dumouch a écrit:
RenéMatheux a écrit:
L'ennemi de l'écologie, c'est l'homme et la prolifération de l'espèce!

Curieux pour un pape de combattre l'humanité!


Et curieux de faire sa première encyclique pour parler d'écologie et non pour crier que Jésus est ressucité! Maintenant je sais queJésus n'a pas dit"allez et convertissez toutes les nations" mais "Allez et sauvez la libellule à points verts du Zambèze"
C'est un peu de la mauvaise foi d'accord! Mais je deteste l'ecologie ennemie de l'homme du progrès et de la science!
je n'aime pas l'écologie!
C'est sa deuxième encyclique. La première porte sur la foi. Raté Réné ! Very Happy
J'ai lu que la première, il l'avait faite avec l'aide de Benoit 16! Faux?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 10:24

RenéMatheux a écrit:


J'ai lu que la première, il l'avait faite avec l'aide de Benoit 16! Faux?

Sans doute. Cependant, c'est sa première encyclique.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 11:20

Disons que c'est sa première encyclique personnel ! En tout cas, c'est ce qu'on lit sur internet???????
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 11:27

RenéMatheux a écrit:
Disons que c'est sa première encyclique personnel ! En tout cas, c'est ce qu'on lit sur internet???????

Le problème, René, c'est la bienveillance.

Si vous mettez toujours en avant le défaut, le point qui ne va pas, ne finirez vous pas par perdre l'unité avec ce rocher fondé par Jésus qu'est Pierre ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 11:43

Je deteste l'écologie c'est tout!
Je deteste qu'on préfère les tigres aux enfants qu'on soit contre le progrès, la voiture, qu'on nous intoxique avec des problèmes qui n'existent pas sur le climat! Je deteste cela!
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 11:52

Ce n'est pas l'écologie du pape François. Lui parle d'une écologie TOTALE, comprenant l'homme et le respect de sa nature.

Benoît XVI citait, dans cette écologie de l'homme, le refus de la théorie du genre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 12:24

RenéMatheux a écrit:
Je deteste l'écologie c'est tout!
Je deteste qu'on préfère les tigres aux enfants qu'on soit contre le progrès, la voiture, qu'on nous intoxique avec des problèmes qui n'existent pas sur le climat! Je deteste cela!

Peu importe que vous n'aimiez pas l'écologie... C'est aussi peu intéressant que faire savoir si vous aimez les épinards, ou non.


Mais n'intervenez plus sur ce fil si vous ne vous sentez pas concerné.
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 13:58

Et revoilà Cecile! Qui en plus veut m'empecher de parler! Et vous dites que vous ne me haissez pas? alors pourquoi vous me poursuivez m'accuser de tout et de rien et toujours à tort?

Quand je parle des méfaits de l'écologie, c'est ce que je me sens pas concernés peut être?
L'encyclique ne porte pas sur l'écologie peut être

Alors foutez moi la paix une bonne fois pour toute et laissez moi donner mon avis!

Et pour en revenir à l'écologie savez vous combien de personnes sont dévorées par les tigres parce qu'on protège les tiges?
L'écologie est une idole, rien d'autre qu'une idole! Cela ne concerne pas la religion les idoles? Les egyptiens adoraient les crocodiles! On en est revenu là!


Dernière édition par RenéMatheux le Ven 19 Juin 2015, 14:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 14:00

Vous voulez parler des Partis écologistes en France, vert à l'extérieur, rouge à l'intérieur.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 14:05

Non! De toute l'écologie!
D'ailleurs à la base dans la définition et la conception même cela coince! L'écologie c'est la science de la nature versus l'homme. Si il n'y avait pas d'hommes, il n'y aurait pas de problèmes écologique! C'est donc nature versus homme. Et bien je préfère l'humanité!
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 14:55

RenéMatheux a écrit:
Non! De toute l'écologie!
D'ailleurs à la base dans la définition et la conception même cela coince! L'écologie c'est la science de la nature versus l'homme. Si il n'y avait pas d'hommes, il n'y aurait pas de problèmes écologique! C'est donc nature versus homme. Et bien je préfère l'humanité!

Moi non plus, René, je ne suis pas pour les écolos (le parti du moins), mais il me semble que l'analyse du Pape est bonne.
Son cri d'alarme pour le respect de la nature et que les pauvres sont les principales victimes du réchauffement du climat sont dans la ligne de ses enseignements.
Enfin, il me semble.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 15:38

Protéger la nature, c'est protéger la création de Dieu. Ce n'est pas donner une préférence aux tigres au détriment des enfants. Les deux sont importants. Smile
Revenir en haut Aller en bas
humanlife



Masculin Messages : 2289
Inscription : 07/11/2013

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 16:04

ceux qui sont contre des changements vu la situation de la planète qui se dégrade
c'est encore lié aux problèmes de corruption dont parlait déjà François
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 16:25

Espérance a écrit:
RenéMatheux a écrit:
Non! De toute l'écologie!
D'ailleurs à la base dans la définition et la conception même cela coince! L'écologie c'est la science de la nature versus l'homme. Si il n'y avait pas d'hommes, il n'y aurait pas de problèmes écologique! C'est donc nature versus homme. Et bien je préfère l'humanité!

Moi non plus, René,  je ne suis pas pour les écolos (le parti du moins), mais il me semble que l'analyse du Pape est bonne.
Son cri d'alarme pour le respect de la nature et que les pauvres sont les principales victimes du réchauffement du climat sont dans la ligne de ses enseignements.
Enfin, il me semble.
C'estaussi les pauvres qui sont victimes des attaques de tigres et de lions etc surtout en Afrique
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 16:29

RenéMatheux a écrit:
Espérance a écrit:
RenéMatheux a écrit:
Non! De toute l'écologie!
D'ailleurs à la base dans la définition et la conception même cela coince! L'écologie c'est la science de la nature versus l'homme. Si il n'y avait pas d'hommes, il n'y aurait pas de problèmes écologique! C'est donc nature versus homme. Et bien je préfère l'humanité!

Moi non plus, René,  je ne suis pas pour les écolos (le parti du moins), mais il me semble que l'analyse du Pape est bonne.
Son cri d'alarme pour le respect de la nature et que les pauvres sont les principales victimes du réchauffement du climat sont dans la ligne de ses enseignements.
Enfin, il me semble.
C'estaussi les pauvres qui sont victimes des attaques de tigres et de lions etc surtout en Afrique

Et bien prenez votre fusil et allez tuer tous les tigres et tous les lions et tous les serpents et tous les requins et tous les moustiques (vous savez qu'ils sont responsables de plus de morts que les lions et les requins réunis ?) et aussi les chiens (tous ces enfants qui sont tués par des chiens) et aussi tous les animaux qui ne vous plaisent pas.

bip !
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 16:29

De plus, il y a quelque chose de profondément nauséabond - comme ils disent - dans l'écologisme. Les ecolos font bien plus que s'occuper des pauvres! Ils sauvent la planète! Quand on s'occupe d'une cause pareille on n'a pas le temps de s'occuper des génocides de la faim etc.
Et puis si on se permet quelque égarement avec la morale, rien de grave quand on défend une si belle cause! Là ils se donnent bonne conscience!
Et d'ailleurs les industriels médias etc ne s'y sont pas trompés! Ils sont tous écolos! Ils en sont d'autat plus contents que les produits écolos coutent plus cher!
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 16:31

Dragna Din a écrit:
RenéMatheux a écrit:
Espérance a écrit:
RenéMatheux a écrit:
Non! De toute l'écologie!
D'ailleurs à la base dans la définition et la conception même cela coince! L'écologie c'est la science de la nature versus l'homme. Si il n'y avait pas d'hommes, il n'y aurait pas de problèmes écologique! C'est donc nature versus homme. Et bien je préfère l'humanité!

Moi non plus, René,  je ne suis pas pour les écolos (le parti du moins), mais il me semble que l'analyse du Pape est bonne.
Son cri d'alarme pour le respect de la nature et que les pauvres sont les principales victimes du réchauffement du climat sont dans la ligne de ses enseignements.
Enfin, il me semble.
C'estaussi les pauvres qui sont victimes des attaques de tigres et de lions etc surtout en Afrique

Et bien prenez votre fusil et allez tuer tous les tigres et tous les lions et tous les serpents et tous les requins et tous les moustiques (vous savez qu'ils sont responsables de plus de morts que les lions et les requins réunis ?) et aussi les chiens (tous ces enfants qui sont tués par des chiens) et aussi tous les animaux qui ne vous plaisent pas.

bip !
explicitez ! Il vaut mieux laisser vivre les tigres! Et tant pis si ils dévorent des enfants?
Si c'est cela, vous etes ignoble, profondément ignoble! A vomir!
Est ce bien cela?
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 16:39

RenéMatheux a écrit:
Dragna Din a écrit:
RenéMatheux a écrit:
Espérance a écrit:


Moi non plus, René,  je ne suis pas pour les écolos (le parti du moins), mais il me semble que l'analyse du Pape est bonne.
Son cri d'alarme pour le respect de la nature et que les pauvres sont les principales victimes du réchauffement du climat sont dans la ligne de ses enseignements.
Enfin, il me semble.
C'estaussi les pauvres qui sont victimes des attaques de tigres et de lions etc surtout en Afrique

Et bien prenez votre fusil et allez tuer tous les tigres et tous les lions et tous les serpents et tous les requins et tous les moustiques (vous savez qu'ils sont responsables de plus de morts que les lions et les requins réunis ?) et aussi les chiens (tous ces enfants qui sont tués par des chiens) et aussi tous les animaux qui ne vous plaisent pas.

bip !
explicitez ! Il vaut mieux laisser vivre les tigres! Et tant pis si ils dévorent des enfants?
Si c'est cela, vous etes ignoble, profondément ignoble! A vomir!
Est ce bien cela?

Vous me faites gerber. Je n'ai jamais rencontré une personne aussi stupide que vous.
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 16:43

Gerbes toto!
Ou expliques toi!
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 16:54

RenéMatheux a écrit:
Et revoilà Cecile! Qui en plus veut m'empecher de parler! Et vous dites que vous ne me haissez pas? alors pourquoi vous me poursuivez m'accuser de tout et de rien et toujours à tort?

Quand je parle des méfaits de l'écologie, c'est ce que je me sens pas concernés peut être?
L'encyclique ne porte pas sur l'écologie peut être

Alors foutez moi la paix une bonne fois pour toute et laissez moi donner mon avis!

Et pour en revenir à l'écologie savez vous combien de personnes sont dévorées par les tigres parce qu'on protège les tiges?
L'écologie est une idole, rien d'autre qu'une idole! Cela ne concerne pas la religion les idoles? Les egyptiens adoraient les crocodiles! On en est revenu là!

Vous devriez lire, et tenter de comprendre, ce que dit le pape, au lieu de vous focaliser sur une histoire de tigres (qui infestent Grenoble ?). Les accidents de la route tuent bien plus de monde que les tigres !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 16:55

Arnaud Dumouch a écrit:
Ce n'est pas l'écologie du pape François. Lui parle d'une écologie TOTALE, comprenant l'homme et le respect de sa nature.

Le pape François sait très bien ce qu'il fait et pourquoi il le fait. Il ne s'agit pas là pour lui de militer comme Greenpeace, rien à voir!
Il donne un repère de ce qu'est la Création voulue par Dieu et qui est l'Homme à qui Il en a donné la "gérance". Je ne crois pas que le Saint-Père vise spécifiquement la disparition de telle ou telle espèce même si cela l'attriste mais je crois qu'il a plutôt en tête la répartition des richesses et ce qui, en est en marche et dénature complètement l'homme et toute la création en plus du péché. En effet, le Monde que nous préparent l'intelligence artificielle, les manipulations de toutes sortes sur l'être humain (notamment génétiques) faisant de lui un peu à la fois un "humanoïde", notre quotidien envahi de robots de toutes sortes,... et la liste est encore très longue (lisez non-plus des romans de science -fiction mais des revues scientifiques actuelles sérieuses qui en parlent: c'est à notre porte!)
Bref un monde très étrange qui s'installe "en douceur", presque à notre insu et dans lequel on aura, je crois, du mal à imaginer la Création telle que Dieu l'a voulue. Je crains qu'elle ne soit un jour (pas si lointain hélas), complètement occultée par la folie de l'homme.
Ainsi, cette encyclique est un excellent repère, exactement celui qu'il faut à l'homme d'aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 12018
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 17:01

Cécile a écrit:

Vous devriez lire, et tenter de comprendre, ce que dit le pape, au lieu de vous focaliser sur une histoire de tigres (qui infestent Grenoble ?). Les accidents de la route tuent bien plus de monde que les tigres !
Vous pensez à ce que vous dites?
Qu'est ce que vous diriez si votre fille étaient dévorée par un tigre?
Et il n'y a pas que les tigres : les lions les elephant les requins les vipères, etc etc etc! Eh oui dans les alpes il y a des vipères! J'ai connu une jeune fille qui a vu sa vie s'arreter à 20 ans à cause d'une vipère!
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 17:02

Et alors ? Que préconisez-vous ?

Le pape devrait-il lever une armée de chasseurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 17:06

Cécile a écrit:

Le pape devrait-il lever une armée de chasseurs ?

:mdr:

Et les moustiques que fait le pape contre les moustiques ?

http://www.maxisciences.com/moustique/quel-est-l-039-animal-le-plus-mortel-de-la-planete_art32497.html

À cause des pathologies qu'ils transmettent, les moustiques handicaperaient également quelque 200 millions de personnes par an. C'est donc bien plus que l'homme qui arrive deuxième avec pas moins de 475.000 morts annuelles.

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/moustique/quel-est-l-039-animal-le-plus-mortel-de-la-planete_art32497.html
Copyright © Gentside Découverte

Alors les tigres hein, du pipi de chat...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 17:19

Pouce!
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 17:22

Arnica a écrit:
Pouce!

Papier !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encyclique Laudato si : le cri du pape François   Ven 19 Juin 2015, 18:16

Dragna Din a écrit:
Arnica a écrit:
Pouce!

Papier !

Mais non, "pouce" tout court pour revenir au fond du sujet geek
Revenir en haut Aller en bas
 
Encyclique Laudato si : le cri du pape François
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le pape François, tout un programme !..
» Miserando atque eligendo (La devise du Pape François)
» Interview de la soeur du nouveau Pape François
» L'Angélus à Rome avec le Pape François
» Le blason du Pape François

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: