DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Christ et le pardon des péchés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le Christ et le pardon des péchés   Lun 16 Mar 2009 - 18:38

Le Christ avait-il besoin des Apôtres pour pardonner les péchés ?

Non, bien évidemment, car Lui seul peut pardonner les péchés. Par contre, le Christ avait besoin des Apôtres pour "signifier" son pardon aux pécheurs.

C'est ce que font aujourd'hui les prêtres, en donnant le sacrement de réconciliation. Ils "signifie" le pardon que Jésus accorde à celui qui lui confie ses péchés ; ils montre, par un signe, celui de l'absolution, que Jésus pardonne effectivement les péchés. Il rend présent le pardon de Jésus ; il le rend visible, sensible. Il ne suffit pas d'annoncer que Jésus pardonne les péchés ; il faut le signifier ; il faut qu'effectivement le pécheur reçoive ce pardon et l'accueil.

La remise des péchés fait partie de la mission que Jésus a confié à ses Apôtres. C'est un service que les Apôtres et leur successeurs, rendent au christ et à son Eglise, un ministère.

De ce ministère, Paul donne une définition expressive : l'Apôtre est "en embassade pour le Christ ; c'est comme si Dieu exhortait par nous" (2 Co 5, 20)

L'Apôtre, l'envoyé du Christ, de Dieu, représente le Christ, représente Dieu tendant au monde, en la personne du Crucifié, le don définitif de la réconciliation et du pardon. Il ne peut le faire qu'en témoignant, par son apostolat, comment Dieu, à travers les agonies de ses envoyés, fait paraître la gloire du Ressuscité (2 Co 4, 11)

Ambassade, représentation ... ces images concrètes sont sans doute parmi les oplus juste qu'on puisse tracer du ministère apostolique. Empruntées au langage des diplomates, et à la réalité des relations entre puissances souveraines, elles disent bien que l'Apôtre est le porteur de toute la force de décision et d'action du Christ qu'il représente, et qu'il ne tient son mandat que de lui.

Agissant au nom de son gouvernement, l'ambassadeur ne peut avoir d'activité propre, mais il engage la parole et l'action de son pays. L'Apôtres est mandaté pour "parler au Nom du Christ" et pour "tenir son rôle" en reproduisant ses gestes ...

L'Apôtre, les successeurs des évêques et leurs collaborateurs directs, les prêtres et les diacres, sont porteurs, par les sacrements, de la "réalisation de l'Evangile", de la Bonne Nouvelle qu'il représente. Ce sont eux qui rendent présent l'action du Christ, à tous ceux qui sont appelés au salut par le Christ.

C'est par ses Apôtres qui sont "signes" de sa présence ; Jésus reste vivant au milieu de ses disciples jusqu'à la fin du monde ; il reste présent et en même temps "actif".

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Lun 16 Mar 2009 - 18:44

Ca veut dire par tout chrétien en fait,non?

Car je sens bien que j'ai mission d'aimer,rassembler ,pardonner et magnifier
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Lun 16 Mar 2009 - 19:16

Enlui a écrit:
Ca veut dire par tout chrétien en fait,non?

Car je sens bien que j'ai mission d'aimer,rassembler ,pardonner et magnifier

Non, Enlui, la mission que Jésus a confié à ses Apôtres, n'a pas été confié à tout chrétien.

Le chrétien ne rassemble pas "au nom du Christ" ; le chrétien ne remets pas les péchés "au nom du Christ".

Nous ne sommes pas chacun "'des ambassadeurs du Christ". Seul les Apôtres et leurs successeurs, sont ambassadeurs du Christ. Seul les Apôtres ont reçu de Jésus le pouvoir de remettre les péchés ; seul ils peuvent prononcer les paroles sacramentelles du sacrement de réconciliation ; du sacrement de l'Eucharistie.

Pardonner et remettre les péchés, c'est 2 choses différentes. Tout chrétien est en effet appelé :

. à aimer, donc à témoigner par toute sa vie de l'Amour du Christ pour tous les hommes.
. à pardonner à ceux qui l'ont offensé, pour témoigner de la Miséricorde de Dieu. Par contre, tout chrétien ne peut donner l'absolution des péchés.
. à se rassembler autour du Christ, avec les autres chrétiens, tous ensemble autour de l'ambassadeur du Christ, l'évêque ou celui qui rend présent le ministère de l'évêque, son collaborateur, le prêtre pour les assemblées eucharistiques ; et le diacre pour les assemblées de prière, lorsqu'il n'y a pas de prêtre ; où un laïc missionné pour cela par l'évêque.

Seu le prêtre rassemble la communauté "au nom de Jésus".

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Lun 16 Mar 2009 - 20:50

Oui je vois,je comprends tes arguments,que dis-je ta vision claire du sacerdoce

N'empêche que si deux ou trois sont rassemblés au nom de Jesus,Il est là,sans ,justement ,un prêtre au milieu,hormis Lui
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 2:53

Citation :
[quote="petero"]
Enlui a écrit:
Ca veut dire par tout chrétien en fait,non?

Car je sens bien que j'ai mission d'aimer,rassembler ,pardonner et magnifier

Non, Enlui, la mission que Jésus a confié à ses Apôtres, n'a pas été confié à tout chrétien.

Le chrétien ne rassemble pas "au nom du Christ" ; le chrétien ne remets pas les péchés "au nom du Christ".

En cas de danger de mort, tout chrétien à le droit de recevoir la confession du mourant et, même si les paroles de pardon qu'il prononce au nom de Dieu ne sont pas sacramentelles, elle produisent l'effet réel sur l'âme du mourant.


Voici ce qu'en dit saint Thomas d'Aquin à son époque :

Somme de théologie, Supplementum, Question 1 :

Citation :

ARTICLE 2 — Est-il permis, en certains cas, de se confesser à d’autres qu’à des prêtres?
Objections:

1. Il semble qu’en aucun cas il ne soit permis de se confesser à d’autres qu’à des prêtres. La confession, d’après la définition donnée précédemment, est une accusation sacramentelle. Or la dispensation d’un sacrement n’appartient qu’à celui qui est ministre du sacrement. En bip séquence, le ministre propre du sacrement de pénitence étant le prêtre, il semble qu’on ne doive jamais se confesser à aucun autre.
2. En tout jugement, la confession se fait pour obtenir une sentence. Or, au for contentieux, la sentence portée par celui qui n’est pas le juge de l’accusé est nulle et, en conséquence, on ne doit faire d’aveu qu’au juge. Mais, au for de la conscience, il n’y a pas d’autre juge que le prêtre qui a pouvoir de lier et de délier. On ne doit donc pas se confesser à d’autres.
3. Le baptême, parce qu’il peut être donne par tout le monde, ne doit pas être renouvelé par un prêtre, s’il a été donné par un laïque, même sans nécessité. Or si quelqu’un se confesse à un laïque en cas de nécessité, il est tenu de renouveler sa confession au prêtre, s’il sort de ce danger. C’est donc que la confession ne doit pas être faite à un laïque.
Cependant:
Le Maître des Sentences dit le contraire: "Il faut chercher un prêtre sage et discret qui puisse juger avec autorité. S’il fait défaut, on doit se confesser son compagnon".
Conclusion:
[color:5241="Red"]La pénitence est un sacrement nécessaire comme le baptême. Or le baptême, parce qu’il est sacrement nécessaire, a deux sortes de ministres, un ministre qui a charge officielle de baptiser, à savoir le prêtre et un autre ministre auquel l’administration du baptême est confiée en cas de nécessité. Il en est de même de la pénitence. Le ministre officiel auquel on doit faire la confession est le prêtre. Mais en cas de nécessité, un laïque peut remplacer le prêtre et entendre la confession.
Solutions:
1. Le sacrement de pénitence n’est pas seulement constitué par ce qui vient du ministre avec l’absolution et l’imposition de la pénitence mais aussi par ce qui vient de celui qui reçoit le sacrement, et ces actes du pénitent, comme la contrition et la confession, sont aussi de l’essence du sacrement. Pour ce qui est de la satisfaction, elle a son principe dans l’acte du ministre qui l’impose et s’achève par l’acte du pénitent qui l’accomplit. La plénitude du sacrement requiert le concours du ministre et du pénitent, quand cela est possible. Mais quand il y a pressante nécessité, le pénitent doit poser les actes qui lui appartiennent, c’est-à-dire un acte de contrition et se confesser à qui il peut. Si ce confesseur ne peut point parfaire le sacrement, en donnant l’absolution qui est l’acte réservé au prêtre, le souverain prêtre supplée et cette confession faite à un laïque, à défaut de prêtre, est encore d’une certaine façon sacramentelle, bien qu’elle ne soit pas un sacrement complet, parce qu’il lui manque ce qui doit venir du prêtre.
2. Bien que le laïque ne soit pas juge de celui dont il entend la confession, cependant par raison de nécessité, il reçoit vraiment pouvoir de juger le pénitent qui se soumet à lui en lui faisant sa confession, à défaut du prêtre désiré.
3. Par les sacrements, l’homme ne doit pas seulement se réconcilier avec Dieu, mais encore avec l'Eg1ise. Or il ne peut se réconcilier avec l’Eglise que la sanctification de l’Eglise arrive jusqu’à lui. Dans le Baptême, la sanctification de l’Eglise arrive à l’homme par la matière d signe extérieur sanctifiée par "la parole de vie" prononcée selon la formule de l’Eglise quelque soit celui qui donne le baptême. Voilà. pourquoi le baptême une fois reçu ne doit pas être renouvelé, quel que soit celui qui l’a donné. Dans la Pénitence, au contraire, la sanctification de l’Eglise ne parvient à l’homme que par le ministre, parce qu’il n’y a pas, dans ce sacrement, de matière corporelle extérieurement employée pour conférer, en vertu de sa consécration, une grâce invisible. En conséquence, celui qui, s’étant confessé à un laïque, en cas de nécessité, a obtenu son pardon de Dieu, parce qu’il a réalisé comme il a pu sa résolution de se confesser selon l’ordre de Dieu, n’est pas encore réconcilié avec l’Eglise, de telle sorte qu’il puisse être admis aux sacrements de l’Eglise, avant d’avoir été absous par un prêtre. Il en est de son cas comme du cas de celui qui, n’étant baptisé que du baptême de désir, n’est pas admis à la sainte communion. Il faut donc qu’il se bip fesse de nouveau à un prêtre, quand il en aura la facilité, étant donné surtout que le sacrement n’a pas été parfait, comme on l’a, dit, et qu’il doit l’être, pour qu’on reçoive l’effet plénier du sacrement complet et qu’on accomplisse la loi qui prescrit de recevoir le sacrement de Pénitence.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 3:24

Arnaud Dumouch a écrit:
En cas de danger de mort, tout chrétien à le droit de recevoir la confession du mourant et, même si les paroles de pardon qu'il prononce au nom de Dieu ne sont pas sacramentelles, elle produisent l'effet réel sur l'âme du mourant.

Cher Arnaud,

Alors là vous me surprenez. J'ai été pendant 3 ans 1/2 aumônier dans un hôpital militaire. Etant diacre, je ne pouvais pas donner le sacrement des malades et savez-vous pourquoi ? Du moins c'est la raison que le diocèse m'a donné quand j'ai demandé pourquoi il me fallait faire venir absolument un prêtre. On m'a répondu : car le diacre ne peut pas donner le sacrement de réconciliation. Le sacrement des malades étant lié au sacrement de réconciliation, comme seul le prêtre peut donner le sacrement de réconciliation, il est le seul à pouvoir donner le sacrement des malades.

Si vraiment j'avais pu recevoir la confession de ces mourants, 90 % étaient en danger de mort, pourquoi je n'ai pas pu donner le sacrement des malades à cause de ce sacrement de réconciliation que soit disant je ne pouvais donner.

Êtes-vous certain qu'aujourd'hui ce soit la pratique de l'Eglise ? Existe-t-il un texte officiel, qui autorise n'importe qui à recevoir le pardon des péchés en cas de danger de mort ?

Ce qui St Thomas permettait à son époque, l'Eglise le permet-elle encore aujourd'hui ? C'est absolument important de le savoir, alors que dans les hôpitaux, des laïcs ou diacre comme moi, on parfois du mal à faire venir un prêtre auprès des mourants qui demandent le sacrement des malades.

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 3:34

Enlui a écrit:
Oui je vois,je comprends tes arguments,que dis-je ta vision claire du sacerdoce

N'empêche que si deux ou trois sont rassemblés au nom de Jesus,Il est là,sans ,justement ,un prêtre au milieu,hormis Lui

Je n'ai jamais dit que le Christ n'était pas là quand une communauté se rassemblait spontanément pour prier. Ce que j'ai dit, c'est que c'est "le prêtre" qui "signifie" que c'est le Christ qui rassemble autour de Lui ; c'est le prêtre qui est le "Signe" ou "Sacrement" du Christ rassemblant sa communauté ; c'est pas le laïc, sauf quand ce laïc est "approuvé" par l'évêque du lieu ou "missionner" pour le faire.

Dans une assemblée rassemblée pour des obsèques, par exemple, s'il y a un prêtre, c'est le prêtre qui préside la célébration ; s'il y a un diacre, c'est le diacre ; s'il n'y a ni prêtre, ni diacre, c'est pas n'importe lequel des personnes présentes, c'est un laïc qui a reçu de l'évêque, mission de le représenter ou de représenter ses collaborateur dans le ministère de gouvernement, les prêtres ou les diacres.

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 5:44

petero a écrit:
Le Christ avait-il besoin des Apôtres pour pardonner les péchés ?

Non, bien évidemment, car Lui seul peut pardonner les péchés. Par contre, le Christ avait besoin des Apôtres pour "signifier" son pardon aux pécheurs.

C'est ce que font aujourd'hui les prêtres, en donnant le sacrement de réconciliation. Ils "signifie" le pardon que Jésus accorde à celui qui lui confie ses péchés ; ils montre, par un signe, celui de l'absolution, que Jésus pardonne effectivement les péchés. Il rend présent le pardon de Jésus ; il le rend visible, sensible. Il ne suffit pas d'annoncer que Jésus pardonne les péchés ; il faut le signifier ; il faut qu'effectivement le pécheur reçoive ce pardon et l'accueil.

La remise des péchés fait partie de la mission que Jésus a confié à ses Apôtres. C'est un service que les Apôtres et leur successeurs, rendent au christ et à son Eglise, un ministère.

De ce ministère, Paul donne une définition expressive : l'Apôtre est "en embassade pour le Christ ; c'est comme si Dieu exhortait par nous" (2 Co 5, 20)

L'Apôtre, l'envoyé du Christ, de Dieu, représente le Christ, représente Dieu tendant au monde, en la personne du Crucifié, le don définitif de la réconciliation et du pardon. Il ne peut le faire qu'en témoignant, par son apostolat, comment Dieu, à travers les agonies de ses envoyés, fait paraître la gloire du Ressuscité (2 Co 4, 11)

Ambassade, représentation ... ces images concrètes sont sans doute parmi les oplus juste qu'on puisse tracer du ministère apostolique. Empruntées au langage des diplomates, et à la réalité des relations entre puissances souveraines, elles disent bien que l'Apôtre est le porteur de toute la force de décision et d'action du Christ qu'il représente, et qu'il ne tient son mandat que de lui.

Agissant au nom de son gouvernement, l'ambassadeur ne peut avoir d'activité propre, mais il engage la parole et l'action de son pays. L'Apôtres est mandaté pour "parler au Nom du Christ" et pour "tenir son rôle" en reproduisant ses gestes ...

L'Apôtre, les successeurs des évêques et leurs collaborateurs directs, les prêtres et les diacres, sont porteurs, par les sacrements, de la "réalisation de l'Evangile", de la Bonne Nouvelle qu'il représente. Ce sont eux qui rendent présent l'action du Christ, à tous ceux qui sont appelés au salut par le Christ.

C'est par ses Apôtres qui sont "signes" de sa présence ; Jésus reste vivant au milieu de ses disciples jusqu'à la fin du monde ; il reste présent et en même temps "actif".

Cordialement

Petero

Alors comment comprendre :

"Mais vous, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, pour proclamer les louanges de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière,
vous qui jadis n'étiez pas un peuple et qui êtes maintenant le Peuple de Dieu, qui n'obteniez pas miséricorde et qui maintenant avez obtenu miséricorde." 1 P 2, 9-10

Le sacerdoce est le ministère - le service - du prêtre, "celui qui remplit la fonction sacrée". Question
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 6:15

Citation :
[quote="petero"]car le diacre ne peut pas donner le sacrement de réconciliation.

Et le diocèse avait raison. Cela veut dire que si vous entendez en confession et en urgence un mourant, votre prière de pardon ne sera pas UN SACREMENT . Il sera juste un SACRAMENTAL extrêmement consolant et efficace pour le mourant, selon le degré de sa foi

Vous ne direz donc pas la forme sacramentelle :

Citation :
"Et moi, je te pardonne tous tes péchés au nom du Père etc."

Vous direz plutôt une chose du genre (accompagnée d'une bénédiction) :
Citation :
"Le Seigneur te pardonne tous tes péchés. Sois en absolument sûr, au nom du père etc."


Pour l'onction des malade, c'est différent : ce sacrement n'est pas absolument nécessaire en cas de danger de mort. Il vise uniquement à libérer le mourant de ses attaches terrestres (ou à le guérir). On peut donc le réserver au prêtre dans tous les cas.

Mais vous pouvez vous exprimer oralement en invitant le mourant à la même chose que ce sacrement (bien que ce ne sera pas sacramentel).

Ex:
Citation :
Tu vas mourir. Prépare ton âme à quitter cette terre sans rtegret. Tu vas bientôt voir le Christ et les saints. Suis les sans hésiter dans l'autre monde".



Citation :

Êtes-vous certain qu'aujourd'hui ce soit la pratique de l'Eglise ? Existe-t-il un texte officiel, qui autorise n'importe qui à recevoir le pardon des péchés en cas de danger de mort ?

Absolument. En cas de daznger de mort, tout chrétien (et même un nom chrétien) peut conférer le baptême, écouter la confession, dire des paroles de bénédiction.

Citation :
Ce qui St Thomas permettait à son époque, l'Eglise le permet-elle encore aujourd'hui ? C'est absolument important de le savoir, alors que dans les hôpitaux, des laïcs ou diacre comme moi, on parfois du mal à faire venir un prêtre auprès des mourants qui demandent le sacrement des malades.

Oui.

Mais attention : n'en profitez dans les hôpitaux qu'en cas d'urgence absolue (mort imminante dans les dix minutes) et s'il n'y a aucun prêtre dans le coin. Cet exercice est EXCEPTIONNEL. Il ne doit pas devenir une habitude. Very Happy

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 6:24

Fanny a écrit:
Le sacerdoce est le ministère - le service - du prêtre, "celui qui remplit la fonction sacrée". Question

Chère Fanny,

Le Sacerdoce est avant tout le "ministère du Christ". Jésus, parmi les hommes, est le Grand-Prêtre. Les Apôtres et leurs successeurs, les prêtres, leurs collaborateurs, ne font que rendre visible l'unique Sacerdoce du Christ ; ils le signifient par le ministère qu'il remplisse auprès des fidèles.

Nous aussi, qui ne sommes pas évêques ou prêtres, nous sommes appelés à signifier ce Sacerdoce unique du Christ, à le manifester, en manifestant par toute notre vie, l'offrande que nous faisons de nous-même à Dieu, dans l'offrande du Christ.

C'est en ce sens que nous sommes un peuple "sacerdotal" ; car c'est, tous ensemble que offrons le sacrifice de nous même, comme une odeur sainte et agréable à Dieu et que Jésus récapitule dans son offrande. Jésus est celui qui rassemble en sa propre offrande, qui les fait toutes correspondre à son offrande, toutes nos offrandes ; l'offrande de toutes nos vies ; car Jésus seul peut faire monter jusqu'au Père le don que nous faisons de nos vies.

Je ne sais pas si je m'exprime bien scratch

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 8:37

Oui,oui!

J'entends, toi,Petero ,et Fanny et Arnaud

Affirmons que toute personne prêtre ou non,chrétien ou non est à même ,dans un cas d'urgence, de baptiser

quelque part (et c'est un euphémisme) c'est quand même là enlever les péchés

je sais dans mon coeur que si je pardonne, comme il m'est demandé, à mon prochain ce n'est pas seulement pour faire oeuvre d'amour mais pour que réellement il le soit

Sinon j'ai très bien compris que tu parles du sacerdoce confié à Pierre et je ne vois pas où tu aurais tort**
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9464
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 10:43

petero a écrit:
Le Christ avait-il besoin des Apôtres pour pardonner les péchés ?

Non, bien évidemment, car Lui seul peut pardonner les péchés. Par contre, le Christ avait besoin des Apôtres pour "signifier" son pardon aux pécheurs.

C'est ce que font aujourd'hui les prêtres, en donnant le sacrement de réconciliation. Ils "signifie" le pardon que Jésus accorde à celui qui lui confie ses péchés ; ils montre, par un signe, celui de l'absolution, que Jésus pardonne effectivement les péchés. Il rend présent le pardon de Jésus ; il le rend visible, sensible. Il ne suffit pas d'annoncer que Jésus pardonne les péchés ; il faut le signifier ; il faut qu'effectivement le pécheur reçoive ce pardon et l'accueil.

La remise des péchés fait partie de la mission que Jésus a confié à ses Apôtres. C'est un service que les Apôtres et leur successeurs, rendent au christ et à son Eglise, un ministère.

De ce ministère, Paul donne une définition expressive : l'Apôtre est "en embassade pour le Christ ; c'est comme si Dieu exhortait par nous" (2 Co 5, 20)

L'Apôtre, l'envoyé du Christ, de Dieu, représente le Christ, représente Dieu tendant au monde, en la personne du Crucifié, le don définitif de la réconciliation et du pardon. Il ne peut le faire qu'en témoignant, par son apostolat, comment Dieu, à travers les agonies de ses envoyés, fait paraître la gloire du Ressuscité (2 Co 4, 11)

Ambassade, représentation ... ces images concrètes sont sans doute parmi les oplus juste qu'on puisse tracer du ministère apostolique. Empruntées au langage des diplomates, et à la réalité des relations entre puissances souveraines, elles disent bien que l'Apôtre est le porteur de toute la force de décision et d'action du Christ qu'il représente, et qu'il ne tient son mandat que de lui.

Agissant au nom de son gouvernement, l'ambassadeur ne peut avoir d'activité propre, mais il engage la parole et l'action de son pays. L'Apôtres est mandaté pour "parler au Nom du Christ" et pour "tenir son rôle" en reproduisant ses gestes ...

L'Apôtre, les successeurs des évêques et leurs collaborateurs directs, les prêtres et les diacres, sont porteurs, par les sacrements, de la "réalisation de l'Evangile", de la Bonne Nouvelle qu'il représente. Ce sont eux qui rendent présent l'action du Christ, à tous ceux qui sont appelés au salut par le Christ.

C'est par ses Apôtres qui sont "signes" de sa présence ; Jésus reste vivant au milieu de ses disciples jusqu'à la fin du monde ; il reste présent et en même temps "actif".

Cordialement

Petero

Le pardon des péchés n'est attesté que par L'Évangile, dans la Bible et les deux sacrements bibliques. Non seulement, la confession n'a pas de soutien scripturaire sérieux mais elle n'est pas obligatoire, chez les byzantins. Donc, ni l'Écriture ni la tradition n'obligent la confession...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 12:19

Cher Saint Hibou, vous avez raison. La pratique de la confession des péchés a varié énormément au cours de l'histoire.

Par contre, l'absolution des péchés confiée au 12 Apôtres puis aux 72 disciples est ATTESTEE de nombreuse fois dans l'Evangile : "Pardonnez les péchés".

Et, dès le début de l'Eglise, les successeurs des Apôtres se réservèrent ce ministère que les Protestants ont abandonné, malgré son attestation scripturaire.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 12:26

saint Zibou a écrit:
Le pardon des péchés n'est attesté que par L'Évangile, dans la Bible et les deux sacrements bibliques. Non seulement, la confession n'a pas de soutien scripturaire sérieux mais elle n'est pas obligatoire, chez les byzantins. Donc, ni l'Écriture ni la tradition n'obligent la confession...

saint Zibou a écrit:
Or, que je sache, il n'existe pas de livre biblique entier sur le sacrement de pénitence, tandis que l'Évangélisation est l'objet de TOUT le Nouveau Testament!...

P.S. Ce qui est triste et drôle, c'est que vous ne vous en soyez pas aperçu...

Evangéliser, c'est quoi exactement ? Laissons Jésus répondre : "Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde." .... (Matthieu 28, 18-20) "Il leur dit alors, de nouveau : "Paix à vous! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie." Ayant dit cela, il souffla sur eux et leur dit "Recevez l'Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus." (Jean 20, 21-23)

Evangéliser c'est faire des disciples, en les baptisant pour la rémission des péchés, en vue de la rémission des péchés ; les péchés que les envoyés du Christ qui leur en a donné le pouvoir, peuvent remettre ou retenir. Le signe qu'il leur transmet ce pouvoir, c'est quand il "souffle sur eux" en leur disant "recevez l'Esprit Saint".

C'est ce que confirme Pierre, dès son premier discours : "Repentez-vous, et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés, et vous recevrez alors le don du Saint Esprit." (Actes 2, 38)

Ce qui est triste, mais pas drôle, mon cher Saint Zibou, c'est que vous ne vous soyez pas apperçu que la mission essentielle que Jésus a confié à ses Apôtres, son Eglise, c'est "prêcher la pénitence" (= la conversion = le retour au Père). C'est la rémission des péchés qui assure à notre pénitence son effet de réconciliation avec Dieu, même si cette pénitence n'en demeure pas moins la condition pour que nous soit effectivement accordée la rémission de nos péchés. C'est bien ce don de la rémission que Jésus transmet à son Eglise ; don obtenu pour nous, sur la croix, lorsqu'il a versé son sang pour la rémission des péchés.

Evangéliser, cher ami, c'est inviter à la conversion, c'est inviter à recevoir le baptême en vue de la rémission des péchés ; non seulement de ceux que nous avons commis avant le baptême, mais aussi de tous ceux que nous commetrons après le baptême et qui nous serons remis, lorsque nous viendront les confier aux envoyés de Jésus qui ont reçu pouvoir de les remettre, au Nom de Jésus.

TOUT l'Evangile annonce la rémission des péchés ; invite à la conversion pour la rémission des péchés. Laughing

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9464
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 14:20

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Saint Hibou, vous avez raison. La pratique de la confession des péchés a varié énormément au cours de l'histoire.

Par contre, l'absolution des péchés confiée au 12 Apôtres puis aux 72 disciples est ATTESTEE de nombreuse fois dans l'Evangile : "Pardonnez les péchés".

Et, dès le début de l'Eglise, les successeurs des Apôtres se réservèrent ce ministère que les Protestants ont abandonné, malgré son attestation scripturaire.

Je ne connais aucun livre biblique complet traitant de cette question. Donc: pfffff!... :mdr:
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 14:27

saint Zibou a écrit:

Je ne connais aucun livre biblique complet traitant de cette question. Donc: pfffff!... :mdr:

Argument absolument ridicule.

Poussons votre argument :

Aucun livre biblique ne traite exclusivement d'un sujet. Aucun livre ne traite exclusivement de la Trinité >> Balayons la Trinité !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 14:50

saint Zibou a écrit:
Je ne connais aucun livre biblique complet traitant de cette question. Donc: pfffff!... :mdr:

Je vous croyais plus intelligent que cela !!! Jésus a envoyé ses disciples baptiser. Existe-t-il un livre biblique complet qui ne parle que du baptême ? Est-ce que cela rend le sacrement de baptême "caduc". Les Apôtres imposait les mains pour appeler sur les baptisés, le don du St Esprit. Il n'existe aucun libre biblique complet qui ne parle que du don de l'Esprit Saint. Est-ce que cela fait du don de l'Esprit, quelque chose de caduc !!!

C'est incroyable cet argument bidon que vous nous servez quand vous êtes à court d'argument !!! Cela ne vous honore pas mon cher frère protestant !!!

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 15:53

Ce dont je suis,moi ,paille sinon poutre,c'est que si je pardonne vraiment dans mon coeur,Dieu effacera les péchés de celui que j'ai pardonné.

N'est-ce pas ainsi qu'on déplace des montagnes ?

Avev une forte foi et un coeur sincère ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 16:41

petero a écrit:
Fanny a écrit:
Le sacerdoce est le ministère - le service - du prêtre, "celui qui remplit la fonction sacrée". Question

Chère Fanny,

Le Sacerdoce est avant tout le "ministère du Christ". Jésus, parmi les hommes, est le Grand-Prêtre. Les Apôtres et leurs successeurs, les prêtres, leurs collaborateurs, ne font que rendre visible l'unique Sacerdoce du Christ ; ils le signifient par le ministère qu'il remplisse auprès des fidèles.

Nous aussi, qui ne sommes pas évêques ou prêtres, nous sommes appelés à signifier ce Sacerdoce unique du Christ, à le manifester, en manifestant par toute notre vie, l'offrande que nous faisons de nous-même à Dieu, dans l'offrande du Christ.

C'est en ce sens que nous sommes un peuple "sacerdotal" ; car c'est, tous ensemble que offrons le sacrifice de nous même, comme une odeur sainte et agréable à Dieu et que Jésus récapitule dans son offrande. Jésus est celui qui rassemble en sa propre offrande, qui les fait toutes correspondre à son offrande, toutes nos offrandes ; l'offrande de toutes nos vies ; car Jésus seul peut faire monter jusqu'au Père le don que nous faisons de nos vies.

Je ne sais pas si je m'exprime bien scratch

Cordialement

Petero

Cher Petero, ton développement est parfaitement clair et m'agrée tout à fait, merci! I love you

Il est on ne peut plus vrai que le prêtre "fait une action sacrée", laisse place au Sacrifice suprême... :sts: sunny

Et que toutes nos offrandes, nous les recevons de Dieu... pour les Lui offrir à notre tour, par Son Christ!! I love you
C'est très beau, le fait de "manifester le Sacerdoce du Christ", par Lui, avec Lui et en Lui! cheers

Merci infiniment... :colors:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 17:10

Enlui a écrit:
Ce dont je suis,moi ,paille sinon poutre,c'est que si je pardonne vraiment dans mon coeur,Dieu effacera les péchés de celui que j'ai pardonné.

N'est-ce pas ainsi qu'on déplace des montagnes ?

Avev une forte foi et un coeur sincère ?


Cher Enlui, si nous parvenons à pardonner à notre prochain ses offenses, c'est parce que Dieu pardonne en nous - Sa Grâce est bien présente. I love you
Nous n'y avons, bien sûr, aucun mérite.
Parce que Dieu le Père nous a pardonné sur la Croix et par elle, I love you nous pouvons à notre tour pardonner à nos frères... L'Evangile de ce jour nous le dit clairement. sunny (Mt 18, 21-35)

Nous sommes terriblement endettés auprès de Dieu, comment dans ces conditions, ne pas pratiquer la miséricorde? I love you Quelle ingratitude serait la nôtre! What a Face

En fait, il s'agit de notre propre salut (ce qui est "salutaire" apporte la santé - à l'âme) ; notre frère, lui aussi, est appelé à se convertir, c'est-à-dire à tout recevoir de la Miséricorde Infinie afin de la donner aux autres... :colors: Ainsi nous témoignons de la Divine Miséricorde en pardonnant notre prochain... sunny

Bien fraternellement, dans le Christ.

Fanny
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mar 17 Mar 2009 - 17:13

Ah ça!

Vrai et vraiment vrai

Du reste il me demeure dans le coeur pour tout être vivant sur la terre ,croyant ou non:

"je ferai miséricorde à celui qui fait miséricorde"

Et cela est renversant
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mer 18 Mar 2009 - 10:25

Enlui a écrit:
Ah ça!

Vrai et vraiment vrai

Du reste il me demeure dans le coeur pour tout être vivant sur la terre ,croyant ou non:

"je ferai miséricorde à celui qui fait miséricorde"

Et cela est renversant

"Renversant" est bien le terme, cher Enlui, et bouleversant! I love you

"Car Dieu a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire à tous miséricorde." cheers Rm 11, 32

"Heureux péché qui nous valut un tel Sauveur!" sunny Saint-Augustin
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9464
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mer 18 Mar 2009 - 12:36

Arnaud Dumouch a écrit:
saint Zibou a écrit:

Je ne connais aucun livre biblique complet traitant de cette question. Donc: pfffff!... :mdr:

Argument absolument ridicule.

Poussons votre argument :

Aucun livre biblique ne traite exclusivement d'un sujet. Aucun livre ne traite exclusivement de la Trinité >> Balayons la Trinité !

Absolument pas. Car toute la Bible en parle. Voyez, plutôt:

Citation :
RÉSUMÉ SCHÉMATIQUE de la BIBLE


par


ALAIN RIOUX










Ce qui existe dans la Bible Chrétienne, ce ne sont ni des chapitres, ni des versets, car laBible n'est pas un livre mais une bibliothèque. Donc, l'unité de base du canon est le livre biblique, 66 ou 72, c'est selon le canon, hiéronymien ou augustinien, que l'on adopte.Si nous passons en revue la Bible, on verra des doctrines très clairement s'en distinguer: Ancien Testament.

Pentateuque=Dieu unique et Alliance(Gn.1/1, Gn.17, Ex.3/14-15, Ex.20/1-17, Dt.6/4-5, Gal.3-4, Mt.22/34-40, Lc. 24/27, 44, Rom.9/4-5, Eph.2/12.)

Livres poétiques et sapientiaux=application spirituelle de l'Alliance

Livres historiques et prophètes=application historique de l'Alliance.



Nouveau Testament


Evangiles=Divinité de J-C

Synoptiques, par l'histoire ou le récit.(J-C est le Dieu crucifié pour sa prétention divine et réhabilité par sa résurrection/finale des Synoptiques.)

Johannique, par la réflexion spirituelle(Jn.20/30-31).

Actes des Apôtres=Evangile du Saint-Esprit.(Ac.1-2)

Romains et Galates=Justification par la Foi seule(Rom.1/16-17, Gal.1/8-9)

Hébreux= Rédemption(Héb.8/1)

Epître de saint Jean=vie chrétienne(IJn.5/13)

Colossiens(chefferie/Col.2/2) et Ephésiens(corps/Eph.3/4))=Mystère du Christ

ITimothée et Tite=discipline pastorale(ITim.3/14-16, Tite.1/5-6)

Apocalypse=Eschatologie(Ap.1/1-3)









Le reste du N.T= applications historiques, théologiques, pratiques et eschatologiques de l’Évangile.


Ainsi, clairement et puissamment les dogmes de la Trinité, de l'Incarnation , de la Création et de la Rédemption, de la Justification sont établis.


La Morale peut également s'appuyer sur Ex. 20

et Mt 5 à 7

Condensé du propos biblique

Nous pouvons donc remarquer les axes majeurs du propos biblique et comprendre que les subdivisions ne sauraient remettre en question mais seulement préciser celui-ci. Ce propos biblique, selon la réception chrétienne, consiste, rappelons-nous en, en la prédication de l'unique Alliance, conclue entre Dieu et les hommes, dans la Personne et l'Oeuvre de J-C, Dieu et Ressucité, cela d’un point de vue théologique. D’un point de vue économique, originellement, Dieu le Père a tenté de conclure une alliance avec l’homme, par Adam, Abraham, ou le peuple hébreu, par l’intermédiaire de Moïse. Ces tentatives ayant échouées, Dieu se fait homme, en J-C, et réalise, objectivement, cette alliance en sa Personne et son Agir, en tant que Verbe fait chair et ressuscité. Subjectivement, l’envoi du Saint-Esprit, à la Pentecôte, réalise, rétrospectivement et prospectivement, l’incorporation des élus à cette alliance, par la Foi seule en J-C. Donc, un seul Dieu en trois personnes, sauve tout l’homme, en tous lieux :

Dieu le Père(A.T.)

Dieu le Fils( Evangile quadriforme)

Dieu le Saint-Esprit(Actes et Épîtres)



C’est, là, le propos du proto-canon et du proto-symbole, du IIIe siècle, date attestée par Muratori et saint Irénée, entre autres, propos officialisé par le Credo(325-681) et le Canon(364-692), propos que confirment les témoignages des saints Athanase d’Alexandrie, Grégoire de Naziance, le petit catéchisme de Luther, de Heidelberg, par les sermons d’Adolphe Monod. La Bible n’est donc ni un manuel de physique, ni un livre de recettes politiques, ni un grimoire d’alchimie : c’est la bibliothèque du témoignage chrétien, rendu à la volonté alliancielle du Dieu Trine, ni plus ni moins.


Cautions théologiques:

Prologue du Siracide

saint Grégoire de Naziance. Ve discours théologique. no.26.

saint Augustin. Les confessions. Lib.X. Cap.XLIII.

Art.VII des XXXIX articles anglicans.

Adolphe Monod. Jésus-Christ baptisé ou la Trinité.

P.S. Collaboration de Timothée Rapak, pour les pastorales.


Dernière édition par saint Zibou le Mer 18 Mar 2009 - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mer 18 Mar 2009 - 12:38

Lecture parfaitement idéologique. N'importe quel prof de français démonterait votre argumentation.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
saint Zibou



Masculin Messages : 9464
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mer 18 Mar 2009 - 12:38

Arnaud Dumouch a écrit:
Lecture parfaitement idéologique. N'importe quel prof de français démonterait votre argumentation.

Eh bien, essayez!...
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9464
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mer 18 Mar 2009 - 12:42

petero a écrit:
saint Zibou a écrit:
Je ne connais aucun livre biblique complet traitant de cette question. Donc: pfffff!... :mdr:

Je vous croyais plus intelligent que cela !!! Jésus a envoyé ses disciples baptiser. Existe-t-il un livre biblique complet qui ne parle que du baptême ? Est-ce que cela rend le sacrement de baptême "caduc". Les Apôtres imposait les mains pour appeler sur les baptisés, le don du St Esprit. Il n'existe aucun libre biblique complet qui ne parle que du don de l'Esprit Saint. Est-ce que cela fait du don de l'Esprit, quelque chose de caduc !!!

C'est incroyable cet argument bidon que vous nous servez quand vous êtes à court d'argument !!! Cela ne vous honore pas mon cher frère protestant !!!

Petero

Je regrette mais le livre des Actes est entièrement consacré au Saint-Esprit. La question du baptême est relativisée, au profit de la Foi, mais ses attestations sont suffisantes pour en faire un sacrement. Ce qui n'est pas le cas de la farce pénitentielle romaine...

P.S. L'Université et l'Unesco(directrice de mémoire) ont reconnu mon intelligence. Je n'ai donc nul besoin de tes suffrages! :mdr:
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mer 18 Mar 2009 - 12:46

saint Zibou a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Lecture parfaitement idéologique. N'importe quel prof de français démonterait votre argumentation.

Eh bien, essayez!...

Un exemple :

Citation :
Romains et Galates=Justification par la Foi seule(Rom.1/16-17, Gal.1/8-9)

Ca parle aussi du comportement face aux viendes immolées aux idoles :

Citation :
Romains 14, 14 Je le sais, j'en suis certain dans le Seigneur Jésus, rien n'est impur en soi, mais seulement pour celui qui estime un aliment impur ; en ce cas il l'est pour lui. --
Romains 14, 15 En effet, si pour un aliment ton frère est contristé, tu ne te conduis plus selon la charité. Ne va pas avec ton aliment faire périr celui-là pour qui le Christ est mort!
Romains 14, 16 N'exposez donc pas votre privilège à l'outrage.
Romains 14, 17 Car le règne de Dieu n'est pas affaire de nourriture ou de boisson, il est justice, paix et joie dans l'Esprit Saint.
Romains 14, 18 Celui en effet qui sert le Christ de la sorte est agréable à Dieu et approuvé des hommes.
Romains 14, 19 Poursuivons donc ce qui favorise la paix et l'édification mutuelle.
Romains 14, 20 Ne va pas pour un aliment détruire l'oeuvre de Dieu. Tout est pur assurément, mais devient un mal pour l'homme qui mange en donnant du scandale.
Romains 14, 21 Ce qui est bien, c'est de s'abstenir de viande et de vin et de tout ce qui fait buter ou tomber ou faiblir ton frère.

Du rôle essentiel de la charité :


Citation :
Romains 13, 10 La charité ne fait point de tort au prochain. La charité est donc la Loi dans sa plénitude.

Du destin du peuple Juif et de son rôle à la fin du monde.

Sans compter des centaines d'autres sujets concernant les Romains.

Vous faites une fixation idéologique Luthérienne.

Quant à dire que l'Apocalypse parle de l'eschalogie, voici qui nous fait une belle jambe. C'est aussi précis que si vous disiez que la Genèse parle des débuts de l'humanité et l'évangile de saint jean du Christ ! Laughing

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mer 18 Mar 2009 - 12:48

saint Zibou a écrit:


Je regrette mais le livre des Actes est entièrement consacré au Saint-Esprit. La question du baptême est relativisée, au profit de la Foi, mais ses attestations sont suffisantes pour en faire un sacrement. Ce qui n'est pas le cas de la farce pénitentielle romaine...

P.S. L'Université et l'Unesco(directrice de mémoire) ont reconnu mon intelligence. Je n'ai donc nul besoin de tes suffrages! :mdr:

Ce livre est consacré au début de l'Eglise. Certes, l'Esprit saint accompagne les Apôtres, mais la structuration de l'Eglise et les missions de Paul y sont essentielles !

Identifier les Actes des Apôtres à l'encyclique de Jean-Paul II sur l'Esprit Saint est bouleversant mais absolument réducteur.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
saint Zibou



Masculin Messages : 9464
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mer 18 Mar 2009 - 12:50

Arnaud Dumouch a écrit:
saint Zibou a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Lecture parfaitement idéologique. N'importe quel prof de français démonterait votre argumentation.

Eh bien, essayez!...

Un exemple :

Citation :
Romains et Galates=Justification par la Foi seule(Rom.1/16-17, Gal.1/8-9)

Ca parle aussi du comportement face aux viendes immolées aux idoles :

Citation :
Romains 14, 14 Je le sais, j'en suis certain dans le Seigneur Jésus, rien n'est impur en soi, mais seulement pour celui qui estime un aliment impur ; en ce cas il l'est pour lui. --
Romains 14, 15 En effet, si pour un aliment ton frère est contristé, tu ne te conduis plus selon la charité. Ne va pas avec ton aliment faire périr celui-là pour qui le Christ est mort!
Romains 14, 16 N'exposez donc pas votre privilège à l'outrage.
Romains 14, 17 Car le règne de Dieu n'est pas affaire de nourriture ou de boisson, il est justice, paix et joie dans l'Esprit Saint.
Romains 14, 18 Celui en effet qui sert le Christ de la sorte est agréable à Dieu et approuvé des hommes.
Romains 14, 19 Poursuivons donc ce qui favorise la paix et l'édification mutuelle.
Romains 14, 20 Ne va pas pour un aliment détruire l'oeuvre de Dieu. Tout est pur assurément, mais devient un mal pour l'homme qui mange en donnant du scandale.
Romains 14, 21 Ce qui est bien, c'est de s'abstenir de viande et de vin et de tout ce qui fait buter ou tomber ou faiblir ton frère.

Du rôle essentiel de la charité :


Citation :
Romains 13, 10 La charité ne fait point de tort au prochain. La charité est donc la Loi dans sa plénitude.

Du destin du peuple Juif et de son rôle à la fin du monde.

Sans compter des centaines d'autres sujets concernant les Romains.

Code:
Vous oubliez le thème de l'Épître: Rom1/16-17, que même la Bible de Jérusalem reconnaît...

Vous faites une fixation idéologique Luthérienne.

Quant à dire que l'Apocalypse parle de l'eschalogie, voici qui nous fait une belle jambe.
Code:
C'est un R-É-S-U-M-É, pas une analyse détaillée!
C'est aussi précis que si vous disiez que la Genèse parle des débuts de l'humanité et l'évangile de saint jean du Christ ! Laughing

drunken
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Mer 18 Mar 2009 - 16:23

Protestants et catholiques, comme tous chrétiens, confessent leurs péchés au Christ.
La confession sacramentelle ne peut en aucun cas remplacer ce face-à-face avec Jésus que je dois recevoir comme mon Sauveur personnel dans la foi.
Cela me prépare à la confession sacramentelle où le prêtre, tenant la place du Christ, prononce les paroles du pardon reçu de Dieu par le Sang du Christ et le don du Saint-Esprit.
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Jeu 19 Mar 2009 - 6:55

Arnaud Dumouch a écrit:


En cas de danger de mort, tout chrétien à le droit de recevoir la confession du mourant et, même si les paroles de pardon qu'il prononce au nom de Dieu ne sont pas sacramentelles, elle produisent l'effet réel sur l'âme du mourant.

Cher Arnaud, votre réponse est très claire et l'article de S.Thomas aussi. J'aimerais encore quelques précisions :

1 Je présume que le ministre extraordinaire de la pénitence pour ce mourant est tenu au même secret que le prêtre, donc en cas de violation, excommunication latae sententiae ?

2 N'importe qui peut être ministre extraordinaire du baptême en cas de danger de mort imminent ; pas besoin d'être chrétien ou même croyant, il suffit d'avoir l'intention de faire ce que fait l'Eglise.
En est-il ainsi pour le ministre extraordinaire de la confession en cas de danger de mort imminent et dans l'impossibilité de s'adresser à un prêtre ou même un chrétien ?

3 Le martyre efface tous les péchés si je ne m'abuse.
Un chrétien martyrisé dans un pays où il n'a pas possibilité de se confesser dans la sécurité voulue, peut-il aller à l'exécution sans s'être confessé en espérant que par cette offrande de sa vie unie à celle du Christ et par sa grâce, tous les péchés lui seront remis ?

4 Normalement la contrition parfaite équivaut au sacrement d pénitence. Pourquoi confesser ses péchés en plus à un ministre extraordinaire ?

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Jeu 19 Mar 2009 - 8:50

Colossiens 3:13 Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.

Mat 6:14 Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi;
Mat 7:28 Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine;
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Jeu 19 Mar 2009 - 8:54

Jacques 5:19 Mes frères, si quelqu’un parmi vous s’est égaré loin de la vérité, et qu’un autre l’y ramène,
20 qu’il sache que celui qui ramènera un pécheur de la voie où il s’était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés.

A méditer!
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Christ et le pardon des péchés   Jeu 19 Mar 2009 - 9:35

Christophore a écrit:


1 Je présume que le ministre extraordinaire de la pénitence pour ce mourant est tenu au même secret que le prêtre, donc en cas de violation, excommunication latae sententiae ?

Absolument !


Citation :
2 N'importe qui peut être ministre extraordinaire du baptême en cas de danger de mort imminent ; pas besoin d'être chrétien ou même croyant, il suffit d'avoir l'intention de faire ce que fait l'Eglise.
En est-il ainsi pour le ministre extraordinaire de la confession en cas de danger de mort imminent et dans l'impossibilité de s'adresser à un prêtre ou même un chrétien ?

Oui.

Citation :
3 Le martyre efface tous les péchés si je ne m'abuse.

Pas toujours. Seul le martyre intérieur le fait, celui qui laisse l'homme brisé. Mais il y a des martyrs qui y vont comme des matamores.
Citation :

Un chrétien martyrisé dans un pays où il n'a pas possibilité de se confesser dans la sécurité voulue, peut-il aller à l'exécution sans s'être confessé en espérant que par cette offrande de sa vie unie à celle du Christ et par sa grâce, tous les péchés lui seront remis ?

En cas de danger de mort, il faut de toute façon se confesser à Dieu en priant. Cette confession mystique est le coeur et le but de la confession sacramentelle par le prêtre. Donc pas de problème. D'ailleurs, avant de mourir, presque tout le monde y pense comme d'instinct.



Citation :
4 Normalement la contrition parfaite équivaut au sacrement d pénitence. Pourquoi confesser ses péchés en plus à un ministre extraordinaire ?

Ce n'est pas absolument nécessaire. Seule la confession à Dieu l'est. Mais cela peut être un vrai réconfort, car c'est palpable. Le Christ vient sous forme d'une oreille qui écoute.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Le Christ et le pardon des péchés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pardon et le don !
» Prière du pardon pour toi!: Pour accepter Jésus-Christ en ton coeur aujourd'hui
» PARDONNER COMME CHRIST VOUS A PARDONNE
» Le pardon avec Jean Montbourquette.
» Un témoignage sur le pardon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: