DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Qu'en dites-vous ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Qu'en dites-vous ?   Ven 22 Fév 2013, 18:38

“Les évêques allemands autorisent la pilule du lendemain en cas de viol”

Posted: 21 Feb 2013 12:03 PM PST blog de JeanneSmits
La presse internationale aura retenu ceci : « Les évêques allemands autorisent la pilule du lendemain en cas de viol » (titre de La Croix). Tel serait le sens d'un communiqué publié par la Conférence des évêques d'Allemagne au sortir de leur assemblée plénière à Trèves, qui arrive dans le sillage de l'affaire d'une femme qui, se disant victime d'un viol sous l'effet d'une drogue, avait été renvoyée de deux établissements catholiques qui lui refusaient la pilule du lendemain.(...)
L’assemblée plénière s’est saisie de l’affaire de la distribution de la dénommée « pilule d’après » [pilule du lendemain] aux femmes victimes de viol, sous l’aspect de la théologie morale. Le cardinal Karl Lehmann (Mayence), président de la Commission Foi de la conférence des évêques d’Allemagne, a présenté, sur la base des connaissances scientifiques sur la disponibilité de nouvelles préparations ayant un mode d’action modifié, l’évaluation morale-théologique de l’utilisation de la dénommée « pilule d’après ». Le cardinal Joachim Meisner (Cologne) a expliqué le contexte de l’affaire du renvoi d’une victime de viol par deux établissements de santé de Cologne avec sa déclaration du 31 janvier 2013, faite en accord avec la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et avec l’Académie pontificale pour la vie.

L’assemblée plénière a confirmé que les femmes victimes de viol reçoivent évidemment dans les hôpitaux catholiques une aide humaine, médicale, psychologique et spirituelle. La fourniture d’une « pilule du lendemain » peut en faire partie, dans la mesure où elle à une action contraceptive et non abortive. Les méthodes médicales et pharmaceutiques qui provoquent la mort d’un embryon, devront continuer de ne pas être utilisées. Les évêques d’Allemagne font confiance aux établissements sous la responsabilité de l’Eglise pour qu'ils se conforment à ce principe de la théologie morale pour toute décision pratique de traitement. Dans tous les cas il faut respecter la décision de la femme.

L’assemblée plénière reconnaît la nécessité, à côté de ces premières prises de position sur la « pilule d’après », d’approfondir les autres aspects de la question – en rapport, notamment, avec les personnes compétentes à Rome – et de préciser les modifications nécessaires. Les évêques conduiront avec les responsables des hôpitaux catholiques, les gynécologues catholiques, ainsi qu’avec des conseillères et des conseillers, les discussions correspondantes.

Il faut noter ici plusieurs choses :

1. Le cardinal Meisner, qui avait fait les premières déclarations sur la licéïté de prescrire la pilule du lendemain, s'abrite derrière la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et l'Académie pontificale pour la vie.

Il se trouve qu'aujourd'hui même, on apprend que l'Académie pontificale pour la vue, en la personne du Dr Gaetano Torlone, membre sortant, a signé un courriel adressé à ACIPrensa le 19 février sous la responsabilité du président, Mgr Ignacio Carrasco de Paula, où il qualifie de « fausse et trompeuse » l'information qui circule depuis plusieurs jours sur la supposée approbation par ce dicastère ou par le cardinal Meisner de la pilule du lendemain en cas de viol.

Selon ce courriel, le cardinal Meisner affirme simplement que « l'assistance aux femmes qui ont subi un viol représente un processus complexe qui va au-delà de l'aspect pharmacologique ». Il précise que le « cardinal parle de médicament, de n'importe quel médicament qui empêche la conception, non de la pilule du lendemain ». Le Dr Torlone avait précisé qu'en cas de viol, « il est licite d'utiliser des médicaments anticonceptionnels, mais il n'est jamais licite d'utiliser des médicaments abortifs parce qu'il n'est jamais licite d'assassiner un être humain ». Et de rappeler que la vie humaine commence à la « conception », c'est-à-dire à la « fécondation ». Il précise : « Empêcher volontairement la nidation de l'embyron est une action abortive, un péché extrêmement grave. »

Dans le même temps, le Dr Torlone précise : « Nous ne connaissons pas les déclarations du cardinal Meisner aux médias locaux et en tous les cas elles n'ont pas un intérêt particulier » pour l'APV, « nous connaissons sa foi, sa fidélité à l'Eglise, son abnégation », etc.

Ce qui ne l'empêche pas d'interpréter les dits propos…

2. La déclaration écarte toute utilisation d'une pilule à effet abortif, et c'est tant mieux.

Mais, à l'heure qu'il est, on attend toujours que soit établi le fait qu'une pilule abortive n'ait pas une action anti-nidatoire : cet effet est au contraire souvent affirmé dans les notices de ces pilules et la Food and Drug Administration ne l'écarte pas non plus.

Il faudrait ajouter que la pilule contraceptive « classique », et plus encore celles de 2e et 3e génération, ont parmi leurs effets celui d'empêcher la nidation de l'embryon conçu. Pourquoi cela n'est-il pas rappelé, ni par les évêques allemands, ni par l'APV ?

3. Dans le même mouvement, la déclaration autorise la pilule du lendemain non abortive. Cela existe-t-il ? Laquelle ? S'agit-il – en Allemagne – de céder devant l'entourloupe des laboratoires qui affirment le caractère non-abortif de la pilule en faisant commencer la grossesse à la nidation, 7 jours après la fécondation ?







Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Ven 22 Fév 2013, 18:49

Des interrogations m'habitent.

- Durant bien des jours dans le mois la feme ne peut pas offrir la nidation à un oeuf fécondé.
Donc empêcher cette nidation ne fait pas autre chose que ce que la nature fait souvent qui élimine bien des oeufs fécondés.

- Peut-on identifier fécondation et conception ?("voici que tu vas concevoir dans ton sein - cela laisse bien entendre que la conception commence par la nidation, n'est-ce pa&s ? Dans certaines langues on dit carrément : tu vas concevoir dans ton uterus, c'est même l'expression qu'emploie la Vulgate.)
quelqu'un a-t-il la position définitive de l'Eglise sur cette question ?

- Avant, jadis, quand pendant la guerre des jeunes filles étaient violées par la soldatesque, elles utilisaient ce qu'elles ont pu voir dans leur entourage : la douche vaginale froide.
Alors... c'était permis ou non ? Cela aussi est destiné à empêcher la nidation de l'oeuf n'est-ce pas ?

- Quelle est la position de l'Eglise face à ce qui n'est pas encore nidé (donc conçu ?) d'un rapport forcé avec une brute abominable ?

- Combien de médecins catholiques souhaitent secrètement au fond de leur coeur pouvoir enfin donner à des fillettes, violées par des brutes, cette pilule car il ne faudra pas non plus devenir envers la femme plus cruels que ne l'est la Nature créée par Diieu.
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Ven 22 Fév 2013, 19:19

Tout viol n'aboutit pas une grossesse.

La pilule du lendemain, on ne sait pas si elle a un effet, sauf si elle est inefficace.

Si ma fille, ou l'une de mes petites-filles étaient victimes d'un viol, je souhaiterais qu'elles puissent prendre cette pilule.
Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Ven 22 Fév 2013, 19:33

Je vais suivre ce sujet avec attention... Dommage que le titre ne soit pas plus représentatif de son contenu. Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Ven 22 Fév 2013, 19:35

Cécile a écrit:
Tout viol n'aboutit pas une grossesse.

La pilule du lendemain, on ne sait pas si elle a un effet, sauf si elle est inefficace.

Si ma fille, ou l'une de mes petites-filles étaient victimes d'un viol, je souhaiterais qu'elles puissent prendre cette pilule.

Bonsoir Cécile , je partage entièrement ton avis pourquoi une jeune fille devrait subir une telle horreur .
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Ven 22 Fév 2013, 20:04

Je crois que toutes les mères pensent ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Ven 22 Fév 2013, 20:10

Les évèques ont ils le droit de prendre ce genre de décision sans avoir l'aval du pape ?
Les évèques allemands ont une habitude de libre penseurs, sans doute à cause de leur fréquentation des protestants. (pleins de bons sens)
Je crois que sous JPII ça ne se passait pas très bien avec eux... (ou était ce BXVI ? je ne me rappelle plus, vu la furtivité de son règne...)
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Ven 22 Fév 2013, 20:19

Les décisions d'un évêque ne sont valables que dans son diocèse, et n'obligent pas les autres évêques...
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Ven 22 Fév 2013, 21:07

L'Église condamne l'avortement en cas de viol mais au sujet de la pilule en pareille circonstance, je ne sais pas... Confused
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14449
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Ven 22 Fév 2013, 22:49

A mon avis toute notion d'empêchement de naissance est interdite, à l'exception de ce que la nature fait et selon l'Eglise, ce qui est acceptable sont les moyens en total respect de la nature, comme la fameuse méthode boiteuse Ogino. What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 07:40

J'ai souvent remarqué que les hommes sont beaucoup plus intransigeants sur toutes ces questions... qui ne les concernent pas directement ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 11:38

Vous avez raison, chère Cécile, je dois le reconnaître. C'est bien triste. Et d'autant plus moche que l'homme a tendance, de manière tout à fait perverse, à faire payer à la femme (voire à la vierge qu'il aura brutalement déflorée !) ce qui relève de son crime, à lui. Une conversion profonde nous attend à ce sujet.
Je souhaite que Rome suive l'acte de vérité de l'épiscopat allemand.
Et nous devons reconnaître aussi que la cruauté (de tous genres) à l'égard de la femme est proportionnelle avec la disparition de la ferveur chrétienne, de la mystique personnelle nuptiale avec Jésus permettant d'avoir Son regard sur les détresses du monde en générale et sur celle de a femme en particulier.

Dans ma première réponse (juste après le post d'annonce cité d'un blog) je souligne la confusion trop facile ente fécondation et conception.
La fécondation (de l'ovule) ne signifie pas la conception (in utero) qui naturellement commence avec la nidation, dans l'uterus, de l'oeuf fécondé. Sinon, la nature serait considérée comme avorteuse de nombreux oeufs fécondés expulsés - passant même inaperçus - bien avant de pouvoir se nider..
La parole de Dieu dans la Vulgate indique (et son autorité est incontestable) : "Ecce concipies in utero et paries fillium", dont la traduction littérale est :"voici que tu concevras dans l'utérus et tu enfanteras un fils...".

La pilule du lendemain (à ne surtout pas confondre avec la pilule abortive RU par ex) n'est pas abortive au sens précis du terme.
Cette pilule fait partie de celle que Rome appelle la pilule contraceptive qui et autorisé en cas de viol : de toute façon il n'y en a pas d'autres susceptible de répondre à cette catégorie.

Je suis heureux que cette proclamation de justice (à l'égard de la victime non-consentante du criminel viol qui, lui pour le coup, est vraiment contre la nature et contre la volonté de Dieu) et de miséricorde (à l'égard de l'enfant qui, s'il était conçu, vivrait comment !) vienne de l'épiscopat allemand.

Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 11:43

La pilule du lendemain (à ne surtout pas confondre avec la pilule abortive RU par ex) n'est pas abortive au sens précis du terme.
Cette pilule fait partie de celle que Rome appelle la pilule contraceptive qui et autorisé en cas de viol : de toute façon il n'y en a pas d'autres susceptible de répondre à cette catégorie.


Bonjour Christophore

Vous serait-il possible de me dire la différence entre la pilule RU et la pilule du lendemain ?
je n'ai pas compris.
Merci d'avance.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 12:47

Espérance a écrit:
La pilule du lendemain (à ne surtout pas confondre avec la pilule abortive RU par ex) n'est pas abortive au sens précis du terme.
Cette pilule fait partie de celle que Rome appelle la pilule contraceptive qui et autorisé en cas de viol : de toute façon il n'y en a pas d'autres susceptible de répondre à cette catégorie.


Bonjour Christophore

Vous serait-il possible de me dire la différence entre la pilule RU et la pilule du lendemain ?
je n'ai pas compris.
Merci d'avance.

Chère Espérance,

La différence fondamentale pour le point de vue où nous nous situons, regarde le moment d'administration.
Dans le cas de la pilule abortive (comme la RU 486 par ex), l'oeuf fécondé est déjà nidé, donc la conception est indiscutable. D'ailleurs, la pilule RU ne peut se donner qu'à l'hôpital (à moins que cela ait changé récemment), en cours d'hospitalisation d'environs 48 heures. C'est un avortement chimique en deux temps (d'abord action progestative intense provoquant la desquamation de la muqueuse utérine contenant déjà l'oeuf nidé ; puis deuxième pilule qui entrainera l'expulsion de l'ensemble : c'est donc bien un avortement même si médicamenteux).

La pilule du lendemain se situe avant la nidation : elle fait advenir un stade à l'utérus qu'il peut avoir naturellement et qu'il a d'ailleurs souvent, naturellement. Comme nous l'avons vu plus haut, dans ce cas l'ovule fécondé ne peut pas se nider et est éliminé (la femme ne s'en aperçoit même pas) et cela de manière naturelle et fréquente puisque toute fécondation n'intervient pas nécessairement à un moment précédant de 5 jours un utérus prêt à la nidation.

Voici maintenant une explication scientifique pour faire comprendre le mécanisme de la pilule non-abortive, et en quoi elle n'est pas abortive.
Après un rapport (en l'espèce de viol), les spermatozoïdes, éjaculés dans ce qu'on appelle le cul de sac vaginal, doivent suivre un vrai parcours du combattant pour arriver à féconder l'ovocyte, en admettant même qu'il y ait ovulation. Ils doivent arriver jusqu'au col de l'utérus, parvenir à y entrer, remonter l'utérus, puis la trompe du "bon côté", arriver à l'ovocyte et enfin réussir à y pénétrer. Tout cela prend quand-même un peu de temps. Une fois l'ovocyte fécondé, il lui faut quelques jours pour descendre la trompe, faisant donc le chemin inverse des spermatozoïdes, et parvenir à l'utérus qui est - ou n'est pas - prêt à le nider.

La pilule du lendemain agit donc AVANT la conception. Certaines empêcheraient l'ovulation quand elle n'a pas encore eu lieu, en tous cas, elles empêchent l'utérus d'être prêt à recevoir l'ovocyte fécondé.

Notons que les médecins font commencer une grossesse avec l'implantation de l'oeuf fécondé dans l'utérus (=la nidation) puisqu'avant la femme n'aura pas "conçu in utero".
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 13:33

Merci Christophor sunny

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14449
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 19:58

C'est bien beau tout ça, mais c'est une méthode supplémentaire afin d'empêcher la naissance, ce que l'Eglise rejette.
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 20:04

Cher Ysov,
l'Eglise ne dit pas cela de cette façon. Dans ce que dit l'Eglise, il faut être très précis.
Si vous allez par là, l'abstinence aussi alors devrait être rejetée puisqu'elle empêche la naissance.
Mes précédentes réponses, pour ardues qu'elles puissent paraître, ont le mérite de vous donner tous les éléments de réflexion afin de vous permettre de poser, le cas échéant, des questions précises auxquelles j'essaierai de répondre.
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
ysov



Masculin Messages : 14449
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 20:10

Pour que cela tombe vraiment dans le même sens de votre argument comme quoi l'abstinence serait un empêchement à la naissance, il faudrait être tous cathare pour qu'en effet ce principe soit un empêchement, mais là nous parlons d'un tout autre contexte, à savoir entre le désir
sexuel et la procréation. Donc, l'Eglise rejette tout principe ''artificiel'' car elle y voit que de l'égoïsme des êtres qui utilisent de tels procédés.
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 20:21

Ysov, n'oubliez pas que cette autorisation ne concerne que les cas de viols, et n'est pas une méthode contraceptive pour "égoïstes" !
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 20:26

Christophore a écrit:
Espérance a écrit:
La pilule du lendemain (à ne surtout pas confondre avec la pilule abortive RU par ex) n'est pas abortive au sens précis du terme.
Cette pilule fait partie de celle que Rome appelle la pilule contraceptive qui et autorisé en cas de viol : de toute façon il n'y en a pas d'autres susceptible de répondre à cette catégorie.


Bonjour Christophore

Vous serait-il possible de me dire la différence entre la pilule RU et la pilule du lendemain ?
je n'ai pas compris.
Merci d'avance.

Chère Espérance,

La différence fondamentale pour le point de vue où nous nous situons, regarde le moment d'administration.
Dans le cas de la pilule abortive (comme la RU 486 par ex), l'oeuf fécondé est déjà nidé, donc la conception est indiscutable. D'ailleurs, la pilule RU ne peut se donner qu'à l'hôpital (à moins que cela ait changé récemment), en cours d'hospitalisation d'environs 48 heures. C'est un avortement chimique en deux temps (d'abord action progestative intense provoquant la desquamation de la muqueuse utérine contenant déjà l'oeuf nidé ; puis deuxième pilule qui entrainera l'expulsion de l'ensemble : c'est donc bien un avortement même si médicamenteux).

La pilule du lendemain se situe avant la nidation : elle fait advenir un stade à l'utérus qu'il peut avoir naturellement et qu'il a d'ailleurs souvent, naturellement. Comme nous l'avons vu plus haut, dans ce cas l'ovule fécondé ne peut pas se nider et est éliminé (la femme ne s'en aperçoit même pas) et cela de manière naturelle et fréquente puisque toute fécondation n'intervient pas nécessairement à un moment précédant de 5 jours un utérus prêt à la nidation.

Voici maintenant une explication scientifique pour faire comprendre le mécanisme de la pilule non-abortive, et en quoi elle n'est pas abortive.
Après un rapport (en l'espèce de viol), les spermatozoïdes, éjaculés dans ce qu'on appelle le cul de sac vaginal, doivent suivre un vrai parcours du combattant pour arriver à féconder l'ovocyte, en admettant même qu'il y ait ovulation. Ils doivent arriver jusqu'au col de l'utérus, parvenir à y entrer, remonter l'utérus, puis la trompe du "bon côté", arriver à l'ovocyte et enfin réussir à y pénétrer. Tout cela prend quand-même un peu de temps. Une fois l'ovocyte fécondé, il lui faut quelques jours pour descendre la trompe, faisant donc le chemin inverse des spermatozoïdes, et parvenir à l'utérus qui est - ou n'est pas - prêt à le nider.

La pilule du lendemain agit donc AVANT la conception. Certaines empêcheraient l'ovulation quand elle n'a pas encore eu lieu, en tous cas, elles empêchent l'utérus d'être prêt à recevoir l'ovocyte fécondé.

Notons que les médecins font commencer une grossesse avec l'implantation de l'oeuf fécondé dans l'utérus (=la nidation) puisqu'avant la femme n'aura pas "conçu in utero".

Je croyais que la pilule du lendemain était abortive.

Si elle ne l'est pas, la position des évêques me paraît tout à fait justifiée : en effet l'Eglise refuse la pilule dans le cadre d'une relation sexuelle consentie afin de ne pas se fermer à la vie et ainsi dénaturer partiellement l'acte d'union.
A partir du moment où il n'est pas question d'acte d'union, puisqu'il n'y a pas de relation consentie, alors le motif cesse, de la même manière que lorsqu'il ne s'agit que de réguler les cycles de jeunes femmes qui n'ont pas de vie sexuelle.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
ysov



Masculin Messages : 14449
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 20:27

@ Cécile.

Je sais, je sais. D'une autre côté, il faudrait dans ce cas convaincre tous les africains qui pensent comme l'Eglise de telle sorte que pour ceux qui sont incapables de faire le noeud à leur goupillon, procréent malgré la pauvreté, la maladie, qui d'ailleurs Benoit XVI a bien dû
admettre que l'usage du condom pour ces motifs devait être finalement toléré.
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 20:55

Il est évident qu'il vaut mieux utiliser un préservatif que de contaminer quelqu'un.
Mais il paraît que dans les pays où le gouvernement a surtout prôné la fidélité, le sida a régressé. C'est toujours cette thèse que Benoît XVI a soutenu, quoiqu'aient pu dire les medias...
D'ailleurs, qui distribue les préservatifs, sinon des religieuses catholiques ?
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14449
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Sam 23 Fév 2013, 21:15

Comme quoi parfois il faut contrer un mal par une chose habituellement pas bien. :beret:
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Dim 24 Fév 2013, 11:18

Philippe Fabry a écrit:
Christophore a écrit:
Espérance a écrit:
La pilule du lendemain (à ne surtout pas confondre avec la pilule abortive RU par ex) n'est pas abortive au sens précis du terme.
Cette pilule fait partie de celle que Rome appelle la pilule contraceptive qui et autorisé en cas de viol : de toute façon il n'y en a pas d'autres susceptible de répondre à cette catégorie.


Bonjour Christophore

Vous serait-il possible de me dire la différence entre la pilule RU et la pilule du lendemain ?
je n'ai pas compris.
Merci d'avance.

Chère Espérance,

La différence fondamentale pour le point de vue où nous nous situons, regarde le moment d'administration.
Dans le cas de la pilule abortive (comme la RU 486 par ex), l'oeuf fécondé est déjà nidé, donc la conception est indiscutable. D'ailleurs, la pilule RU ne peut se donner qu'à l'hôpital (à moins que cela ait changé récemment), en cours d'hospitalisation d'environs 48 heures. C'est un avortement chimique en deux temps (d'abord action progestative intense provoquant la desquamation de la muqueuse utérine contenant déjà l'oeuf nidé ; puis deuxième pilule qui entrainera l'expulsion de l'ensemble : c'est donc bien un avortement même si médicamenteux).

La pilule du lendemain se situe avant la nidation : elle fait advenir un stade à l'utérus qu'il peut avoir naturellement et qu'il a d'ailleurs souvent, naturellement. Comme nous l'avons vu plus haut, dans ce cas l'ovule fécondé ne peut pas se nider et est éliminé (la femme ne s'en aperçoit même pas) et cela de manière naturelle et fréquente puisque toute fécondation n'intervient pas nécessairement à un moment précédant de 5 jours un utérus prêt à la nidation.

Voici maintenant une explication scientifique pour faire comprendre le mécanisme de la pilule non-abortive, et en quoi elle n'est pas abortive.
Après un rapport (en l'espèce de viol), les spermatozoïdes, éjaculés dans ce qu'on appelle le cul de sac vaginal, doivent suivre un vrai parcours du combattant pour arriver à féconder l'ovocyte, en admettant même qu'il y ait ovulation. Ils doivent arriver jusqu'au col de l'utérus, parvenir à y entrer, remonter l'utérus, puis la trompe du "bon côté", arriver à l'ovocyte et enfin réussir à y pénétrer. Tout cela prend quand-même un peu de temps. Une fois l'ovocyte fécondé, il lui faut quelques jours pour descendre la trompe, faisant donc le chemin inverse des spermatozoïdes, et parvenir à l'utérus qui est - ou n'est pas - prêt à le nider.

La pilule du lendemain agit donc AVANT la conception. Certaines empêcheraient l'ovulation quand elle n'a pas encore eu lieu, en tous cas, elles empêchent l'utérus d'être prêt à recevoir l'ovocyte fécondé.

Notons que les médecins font commencer une grossesse avec l'implantation de l'oeuf fécondé dans l'utérus (=la nidation) puisqu'avant la femme n'aura pas "conçu in utero".

Je croyais que la pilule du lendemain était abortive.

Si elle ne l'est pas, la position des évêques me paraît tout à fait justifiée : en effet l'Eglise refuse la pilule dans le cadre d'une relation sexuelle consentie afin de ne pas se fermer à la vie et ainsi dénaturer partiellement l'acte d'union.
A partir du moment où il n'est pas question d'acte d'union, puisqu'il n'y a pas de relation consentie, alors le motif cesse, de la même manière que lorsqu'il ne s'agit que de réguler les cycles de jeunes femmes qui n'ont pas de vie sexuelle.

Cher Philippe, très bien vu.

Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Mer 27 Fév 2013, 18:11

Des pilules du lendemain sans effet abortif ? Les évêques d’Espagne n’en connaissent pas… Et Gänswein rectifie
Posted on 26 février 2013 by Jeanne Smits in Divers Jeanne smits, En Une, Points non négociables avec 0 Commentaire

Le porte-parole et secrétaire général de la Conférence épiscopale d’Espagne, Mgr José Antonio Martinez Camino, a assuré au cours d’une conférence de presse que s’il est « légitime » d’empêcher la fécondation à la suite d’un viol, « en aucun cas l’avortement » ne l’est. Il réagissait à l’annonce par la Conférence des évêques d’Allemagne que les hôpitaux catholiques dans ce pays sont autorisés à prescrire la pilule du lendemain aux victimes de viol si la pilule prescrite n’a pas d’effet abortif.

Sans affronter bille en tête ses confrères d’outre-Rhin le prélat espagnol a déclaré que les évêques espagnols ne sont pas au courant de l’existence d’une telle molécule : « S’il y avait une pilule qui ne fût pas abortive, nous serions dans un cas différent, mais nous n’avons pas connaissance qu’il en soit ainsi, qu’il existe une pilule du lendemain qui n’ait pas d’effet abortif. »

A propos du viol, il a bien précisé : « Comme un viol n’est pas un acte conjugal, mais un acte d’injustice et de violence, la défense face à une telle agression est légitime et il est légitime de tenter d’empêcher la fécondation, mais non d’avorter, car il n’est en aucun cas légitime d’ôter la vie à un être humain innocent. »

Puisque « à ce jour » toutes les pilules du lendemain « existantes ont cet effet , alors « ce n’est pas possible » d’y avoir recours.

Il a précisé que l’Eglise d’Allemagne « n’a pas créé d’exception » à ce principe moral de ne pas porter atteinte à la vie d’un être humain innocent : « Elle n’a pas dit (cela). On ne peut ôter la vie à un être humain innocent d’aucune façon. Ce serait saper l’édifice de l’éthique », a répété Mgr Martinez Camino, rappelant que la vie commence à la conception : « A ce moment la science est très capable de distinguer le moment où existe un corps humain, un génome distinct du père et de la mère. »

L’avortement, a-t-il poursuivi, peut se commettre « avec un bistouri ou avec un produit chimique, on peut ôter la vie d’un être humain avec une arme blanche ou avec un produit chimique létal » et « jusqu’à maintenant », a-t-i insisté, toutes les pilules connues sous le nom de pilule du lendemain « consistent en un composé hormonal qui peut empêcher la nidation de l’ovule fécondé, si fécondation il y a eu », et cela constitue un « avortement précoce ».

En Allemagne, le communiqué des évêques, juste sur le plan moral, a répandu dans la pratique l’idée que la pilule du lendemain est licite en cas de viol, d’autant qu’il laisse aux femmes le choix en dernière analyse. Le journal de Cologne Kölner Stadt-Anzeiger assure même que le cardinal Meisner, qui avait le premier fait de telles déclarations après que deux hôpitaux catholiques eussent refusé de donner la pilule du lendemain à la suite d’un viol, a déclaré à l’occasion d’une interview que le pape lui-même l’avait approuvé. Le quotidien, rapporte LifeSite, affirme que Meisner a évoqué une conversation avec le secrétaire de Benoît XVI, Mgr Georg Gänswein, sur l’éthique de l’utilisation de la pilule en cas de viol : « Le pape sait, tout est en ordre », aurait répondu celui-ci.

Trouvant cela bizarre, le Pr Manfred Spieker de l’université d’Osnabrück, figure éminente du mouvement pro-vie, a interrogé par courriel Mgr Gänswein à propos de cet échange. L’archevêque a répondu par courriel qu’il « n’est pas vrai » que le cardinal Meisner l’ait appelé ou parlé de l’affaire de la pilule du lendemain.

Aux Etats-Unis, la Conférence épiscopale considère toujours la pilule du lendemain comme éventuellement abortive et l’a répété alors que la déclaration allemande suscitait des indications contraires de la part des médias. Citée par The National Catholic Register, Marie Hilliard, spécialiste en bioéthique qui travaille au National Catholic Bioethics Center, chargé de conseiller les évêques sur ces questions de santé, a souligné que l’Eglise n’autorise la prescription de la pilule du lendemain en cas de viol que dans le cas où un test urinaire permet de vérifier que l’ovulation n’a pas commencé.

Cela suppose tout de même que la pilule du lendemain est 100 % efficace pour empêcher ou retarder l’ovulation assez longtemps pour que le rapport ne puisse plus être fécondant (il peut l’être jusqu’à 5 jours avant l’ovulation ; une fois l’ovule détaché celui-ci meurt au bout de 24 heures).

Ce qui paraît curieux, vu que la pilule classique elle aussi est censée empêcher l’ovulation, mais que précisément l’un de ses effets est anti-nidatoire pour le cas où l’ovulation aurait lieu quand même.
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Mer 27 Fév 2013, 19:02

Sans entrer dans les inconséquences du texte ci-dessus dues sans doute à une rédaction peu précise, je voudrais souligner trois choses :
I) quelle que soit mon opinion, elle se taira devant la parole de l'Eglise.
II) en l'occurrence, nous sommes en face des divergences entre conférences épiscopales.
III) il convient de relever les causes de la divergence :
1) nous sommes tous d'accord que la vie commence à la conception. Or la conception se distingue de la fécondation pour les raisons explicitées tout au long de ce fil. Conception=in utero, fécondation=avant. Ainsi, par ex une "grossesse extra-utérine"(GEU) n'est pas une grossesse, il n'y a pas de conception. Au contraire, c'est une erreur de la nature et JAMAIS l'enfant ne pourra s'y développer car la conception de la vie humaine se fait "in utero" - comme le dit d'ailleurs la Parole de Dieu (cf ci-dessus). Une GEU se rompt toujours et tue la mère sans laisser JAMAIS vivre ce qui se développe en dehors de l’utérus.
2) Si nous ne distinguons pas fécondation et conception (in utero), nous en venons à accuser la nature d'être une avorteuse puisque fréquemment l'oeuf fécondé ne peut se nider et est expulsé à l'insu de la femme.
3) Le problème n'est pas le génome mais la création de l'âme.
-Il n'est pas possible de soutenir que Dieu crée l'âme humaine à la fécondation sinon de multitudes d'âmes humaines mourraient sans baptême et à l'insu des parents lors d'oeuf fécondé non nidé.
- En outre si on soutenait la création de l'âme dès la fécondation que deviennent dans ce cas les âmes qui seraient créées lors des fécondations "in vitro" ?
- Enfin, outre le texte de l'Annonciation ("concipies in utero"), le Dogme de l' Immaculée Conception elle aussi donne une lumière allant dans le même sens : l'âme de Marie est toute sainte dès la Conception (et non de la fécondation) ce qui montre que la conception in utero est bien le lieu de la création de l'âme transformant un amas cellulaire en un être humain embryonnaire.
Je pense que la fécondation dans la trompe est à distinguer de la conception"in utero" (telle que et la Parole de Dieu et le Dogme de l'Immaculée Conception le laissent clairement entendre au croyant) ; donc l'avortement interviendrait dès la nidation de l'oeuf et non dès la fécondation pour les raisons exposées ci-dessus.
Ainsi, les malheureuses petites filles violées n'avortent pas en prenant la pilule du lendemain.
Cependant, si l'Eglise, dans son Magistère Infaillible, le décrétait autrement, je déclare par avance me soumettre à son Magistère.
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Qu'en dites-vous ?   Jeu 28 Fév 2013, 07:45

salut Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'en dites-vous ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui dites-vous que je suis ?
» Et vous, qui dites-vous que je suis ?
» Qui dites-vous que je suis ?
» pourquoi dites vous que Jésus est Dieu?
» Et vous, leur demanda-t-il, qui dites-vous que je suis?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: