DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Après l'URSS, l'UERSS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Après l'URSS, l'UERSS   Jeu 28 Jan 2010, 14:50

Citation :
Après l'URSS, l'UERSS

Aujourd’hui, nous fêtons tous en grande pompe les 20 ans la chute du Mur de Berlin, symbole de la folie idéologique de la dictature la plus meurtrière du 20ème siècle. Nous attendons toujours le procès et la reconnaissance des crimes communistes, en instituant, par exemple, le 9 novembre comme journée de commémoration des victimes du communisme.
A présent, tout le monde y va de son petit mot sur les « murs qui restent à abattre » : discriminations, politiquement correct, inégalités sociales, conservatismes… chacun adaptant l’analogie avec le mur de Berlin à sa propre cuisine politique.
Triste bilan, cependant, que ces 20 dernières années : un mur est certes tombé, mais un autre s’est peu à peu et méthodiquement dressé derrière lui. A la différence du premier, celui-ci s’est bâtit de manière sournoise. Paré des ornements de paix, de démocratie et de soi-disant prospérité, alors qu’il détruit les nations, qu’il brise l’économie européenne et piétine la volonté des peuples, personne ne l’a vu s’ériger.
C’est bien un nouveau mur qu’il faut à présent abattre, construit en travers de la liberté des peuples d’Europe par les technocrates de Bruxelles et les euro-mondialistes.

Le fonctionnement de l’Union Européenne et de l’URSS présente, en effet, d’étranges ressemblances, dont la conséquence est bien la disparition de la séparation des pouvoirs, fondement de la démocratie.

Tout comme l’était le Politburo au temps de l’empire des Soviets, la Commission Européenne regroupe quelques fonctionnaires qui détiennent le quasi-monopole du pouvoir exécutif. Les décisions de ce Politburo étaient avalisées par le Soviet suprême tout comme sont actuellement avalisées les directives européennes par le Parlement Européen.

Alors que l’URSS faisait régner l’ordre par la force armée, les euromondialistes plient les peuples à leur volonté en usant du chantage économique et de la contrainte de la ratification forcée, comme nous l’avons vu faire avec la France, l’Irlande, et récemment, avec Vaclav Klaus après leurs refus de ratifier le traité de Lisbonne.

Par ailleurs, l’expansion constante de l’URSS était la garantie de son existence. Est-ce là une attitude bien différente de l’Union Européenne qui est prête à faire entrer la Turquie dans l’UE, après un processus d’adhésion des pays de l’Est mené à marche forcée ?

Nous savons tous que les dissidents du régime communiste étaient envoyés au goulag. Les voix discordantes aux discours de convenance en Europe sont neutralisées par le politiquement correct, qui s’impose chaque jour un peu plus comme une forme de goulag intellectuel.

Enfin, il apparaît que les finalités des deux projets présentent d’étranges similitudes : imposer une nouvelle identité. L’UE, comme l’URSS, n’hésitent pas à détruire les identités nationales, les cultures, coutumes et traditions, « à faire table rase du passé », pour imposer une identité déracinée et sans saveur, accordée aux exigences d’un marché globalisé.

Le XXème siècle a vu la chute du Mur de Berlin et la fin de l’URSS. Souhaitons que le XXIème siècle sonne aussi le glas d’une expérience européenne qui transforme notre continent en une sorte « d’UERSS ».
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Après l'URSS, l'UERSS   Jeu 28 Jan 2010, 16:22

Comme tous les empires, -et l'UE en est un, même s'il est d'une forme inédite- l'UE ne peut subsister que par sa constante expansion; elle ne devrait pourtant pas s'étendre au-delà du continent qui lui donne son nom, sauf à perdre son âme; c'est pourquoi, si l'UE intègre la Turquie, elle perdra son âme;
elle est déjà devenue quelque chose qui n'a plus rien à voir avec l'Europe des nations en paix que souhaitaient ses créateurs, Schuman, Adenauer et De Gasperi: l'accent a trop été mis sur le marché; le "marché (mis en) commun", devait être au service de l'Union et permettre aux Etats de dépasser leurs rivalités; au terme des traités successifs depuis un demi-siècle, nous avons aujourd'hui une UNION qui apparait toute entière au service du Marché (mondial).
Ne pouvons nous pas dire que nous sommes régis par un matérialisme capitaliste bien proche du matérialisme marxiste, -la lutte des classe en moins-?
Car c'est bel et bien l'idéologie qui prime sur l'idée.
Tout s'est passé comme si l'idée originelle -et profondément originale- avait été confisquée au profit d'un projet surdimensionné -parce qu'aux dimensions de la planète-, présenté comme son extension naturelle, mais dans lequel le projet véritable, européen, ne peut que se dissoudre, à terme.
Autant l'Europe des pères fondateurs était porteuse de paix et d'équilibre -pour le monde entier-, autant on peut redouter que la mondialisation de l'économie ne soit génératrice de désordres auxquels seuls mettront fin la guerre, la dictature ou le suicide collectif des nations et de leurs cultures -en premier lieu, des nations et des cultures d'Europe, les plus fragiles parce que les plus ouvertes en raison même des valeurs qu'elles ne peuvent abandonner sans se renier.
La disparition des nations européennes, à travers la perte de substance de leurs valeurs démocratiques d'inspiration chrétienne (indépendamment du bon ou du mauvais usage qui en est fait), loin d'être un gage de paix pour le monde, pourrait bien avoir la même conséquence funeste que celle de l'Empire romain: certes, les provinces longtemps pillées par Rome recouvrent leur liberté (c'est déjà fait: la décolonisation), mais l'Empire partagé entre des roitelets est livré à l'anarchie et à la régression.
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Après l'URSS, l'UERSS   Jeu 28 Jan 2010, 17:22

Citation :
Résistance à l'oppression


La résistance à l'oppression est selon la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789, un droit naturel, inaliénable et sacré de l'homme.

Au terme de l'article 2 de la Déclaration de 1789: « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression. »

Pourtant selon l'article 7 de la déclaration, « tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l'instant : il se rend coupable par la résistance ». La résistance n'est donc pas possible ici, car elle se traduit alors par une opposition à la loi, qui est définie comme l'expression de la volonté générale. S'opposer ou résister à la loi se traduit donc comme une opposition à ceux qui la font, aux représentants du peuple, donc au peuple.

Dans les déclarations suivantes, et notamment la déclaration « girondine » du 29 mai 1793, la possibilité de résistance à l'oppression est précisée. En son article 29, il est écrit que « dans tout gouvernement libre, les hommes doivent avoir un moyen légal de résister à l'oppression; et lorsque ce moyen est impuissant, l'insurrection est le plus saint des devoirs ». Cette possibilité de soulèvement est également prévue à l'article 35 de la déclaration du 24 juin 1795 : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.".

D'après la lecture que l'on peut faire de ces différents textes, la résistance à l'oppression se traduit comme une opposition au gouvernement en place, qui dans ses actions ou inactions, aurait bafoué, violé, négligé les droits élémentaires et naturels du peuple, après que toutes les autres formes d'opposition légale aient été épuisées (pétition, manifestation,...). Cette notion a surtout servi à justifier tout d'abord l'opposition des conventionnels au roi puis la mise en place de nouveaux régimes, et on voit que les régimes les plus autoritaires (comme celui des Jacobins, le Premier Empire et le Second Empire) écartent cette possibilité d'insurrection.
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Après l'URSS, l'UERSS   Mer 26 Mai 2010, 11:46

Nigel Farage à Herman van Rompuy : “Qui êtes vous ?”

http://www.dailymotion.com/video/xcdch9_nigel-farage-a-herman-van-rompuy-yq_news

Citation :
Les eurosceptiques britanniques traitent Van Rompuy (Malte-Jésuite) de 'serpillière humide'
“Je ne veux pas être impoli, mais vraiment, vous avez le charisme d’une serpillière humide et l’aspect d’un petit guichetier de banque!”
La question que je veux poser… Qui êtes-vous ?
“Personne en Europe n’avait jamais entendu parler de vous
“Je veux vous poser une question Président, qui a voté pour vous ?”
“Les peuples d’Europe doivent vous démettre de votre poste”
“Je sens que vous êtes compétent, capable et dangereux”
“Je n’ai aucun doute sur le fait que votre intention est d’être l’assassin de la démocratie européenne et de toutes les nations européennes”
“Mais depuis que vous êtes là, on a vu la Grèce réduite à devenir rien de plus qu’un protectorat
“Monsieur, vous n’êtes pas légitime à ce poste”
“Je peux dire avec confiance que je parle au nom de la majorité du peuple anglais: On ne vous connaît pas, On ne vous veut pas, Plus tôt vous partirez mieux cela sera”
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Après l'URSS, l'UERSS   Mer 26 Mai 2010, 16:22

En Christ a écrit:
Nigel Farage à Herman van Rompuy : “Qui êtes vous ?”

http://www.dailymotion.com/video/xcdch9_nigel-farage-a-herman-van-rompuy-yq_news

Citation :
Les eurosceptiques britanniques traitent Van Rompuy (Malte-Jésuite) de 'serpillière humide'
“Je ne veux pas être impoli, mais vraiment, vous avez le charisme d’une serpillière humide et l’aspect d’un petit guichetier de banque!”
La question que je veux poser… Qui êtes-vous ?
“Personne en Europe n’avait jamais entendu parler de vous
“Je veux vous poser une question Président, qui a voté pour vous ?”
“Les peuples d’Europe doivent vous démettre de votre poste”
“Je sens que vous êtes compétent, capable et dangereux”
“Je n’ai aucun doute sur le fait que votre intention est d’être l’assassin de la démocratie européenne et de toutes les nations européennes”
“Mais depuis que vous êtes là, on a vu la Grèce réduite à devenir rien de plus qu’un protectorat
“Monsieur, vous n’êtes pas légitime à ce poste”
“Je peux dire avec confiance que je parle au nom de la majorité du peuple anglais: On ne vous connaît pas, On ne vous veut pas, Plus tôt vous partirez mieux cela sera”

j'avais deja posté cette video et la suite de cette histoire ds le topic crée expre pour Smile)
il y a une autre video ou un ministre de je sais plus quoi dit la meme chose

http://www.dailymotion.com/video/xdfp7e_dupont-aignan-denonce-le-nouvel-or_news?start=1
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Après l'URSS, l'UERSS   Lun 07 Juin 2010, 11:36

Denociation de bilderberg au parlement, 1/06/2010 http://www.dailymotion.com/video/xdkj37_bilderberg-denonce-au-parlement-eur_news#from=embed?start=271

Nigel Farage 1/2 http://www.dailymotion.com/video/xdkm5m_1-2-nigel-farage-de-retour-chez-ale_news#from=embed?start=45

Nigel Farage 2/2 http://www.dailymotion.com/video/xdksax_2-2-nigel-farage-de-retour-chez-ale_news#from=embed?start=0
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Après l'URSS, l'UERSS   Lun 14 Mar 2011, 11:39

Citation :
Redéfinir la démocratie face au cléricalisme médiatique

Henri Hude est interrogé dans L'Homme nouveau à propos de son dernier ouvrage Démocratie durable. Penser la guerre pour faire l’Europe. Extraits :

"Une démocratie raisonnable, durable (ce qu’Aristote appelle une politeia), ce n’est pas une idéologie jointe à des pratiques électorales. C’est d’abord, l’infrastructure socio-économique de classes moyennes prospères : patrons de PME et leurs salariés, les uns et les autres assez éclairés pour comprendre la solidarité de leurs intérêts. C’est ensuite une authentique culture politique, non idéologique. Si vous n’avez ni culture sérieuse, ni classes moyennes, la démocratie est une idée en l’air qui ne marche pas. Ce qu’on appelle le « politiquement correct » (PC), que je définis scientifiquement, n’est pas au niveau de ce que requiert une démocratie durable. Il empêche de gérer sérieusement les affaires d’État, en particulier, de prendre en compte la permanente possibilité du conflit. [...] Nous devons redéfinir la démocratie, non nous contenter de réagir à des définitions déficientes. Les idéologies, socialiste ou libérale, sont mortes et mortifères. La démocratie est la forme normale que tend à prendre, sauf obstacles, une société qui se développe. Un peu comme dans une famille : la croissance des enfants change peu à peu les rapports initiaux de stricte subordination aux parents en rapports plus égalitaires, le respect restant sauf. Il n’y a là rien que de normal.

[...] L’idéologie politiquement correcte et l’émotivité médiatique ont pour noyau commun le vague relativisme de toutes les opinions et valeurs, grossière erreur philosophique. [...] Ces positions « politiquement correctes » se rattachent d’abord à une dynamique de la peur : peur de la vérité, peur du bien, peur du réel, peur de l’autre. L’érosion des principes classiques aboutit à une culture d’impuissance : la démocratie devient ingouvernable, irréformable, autant qu’indéfendable – donc, non durable. [...]

L’État ne peut se désintéresser de la religion au sens large car l’homme est un animal religieux. C’est dire que chez lui, la case de l’Absolu n’est jamais vide. C’est pour cela que l’homme est violent, quand l’orgueil dominateur investit le désir d’Absolu. Soit donc l’homme fait violence hors de lui-même par la guerre, soit il se fait violence pour se vaincre luimême. C’est le sacrifice. Cette victoire intérieure n’est que frustration, si elle n’est pas un accomplissement par lequel l’homme passe au-delà de ce monde. L’homme est belliqueux dans la mesure où il n’est pas mystique et sacrificiel. René Girard est profond sur ce sujet. L’État doit reconnaître la nécessité de la régulation religieuse de la violence et donc accorder en son sein une place aux religions qui rendent ce service. [...]

Vous attribuez aux médias une très large part de responsabilité dans la prégnance du politiquement correct et par là, de l’échec du pouvoir en Europe. Faudrait-il envisager une certaine forme de censure ?

Quel est le sens de cette exubérance irrationnelle dans la sphère de l’information, qui affaiblit et décervèle la démocratie, seule structure, pourtant, qui puisse intégrer en elle-même une information libre ? Une contradiction. Qu’est-ce qu’une démocratie sans pouvoir politique sérieux ? Une impuissance qui ne peut durer. Qu’est-ce qu’une démocratie où le Léviathan médiatique usurpe le pouvoir ? Une théocratie de l’idéologie, un cléricalisme des gens de médias. Le pouvoir des classes moyennes appelle des conditions culturelles sérieuses, du bon sens, de la vision, une morale des vertus qui trouve le juste milieu. Dans une politeia, on raisonne, on prend le temps de considérer les faits et de s’élever à l’essentiel. Aujourd’hui, un raisonnement de plus de vingt secondes n’est pas recevable par les médias télévisuels. Ces médias tuent la raison dans le peuple, il faut donc en changer ou ils tueront la démocratie, car il n’y a pas de démocratie durable sans la raison."
Revenir en haut Aller en bas
 
Après l'URSS, l'UERSS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après l'URSS, l'UERSS
» la chute de l'URSS comparée... avec l'exode d'Egypte
» Boire de l'eau glacée juste après le lever...
» Chine : un groupe de témoins pris de vertiges après avoir observé et photographié un ovni.
» Otite purulente après pose de drains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: