DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le mot "métaphysique"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Ven 11 Déc 2009, 20:06

[quote="Arnaud Dumouch"].

Le libéralisme moral, par contre, est issu de l'humanisme athée (mai 68) et est déjà décrit dans la Bible par ce texte :


Citation :
METAPHYSIQUE ATHEE :
Sagesse 2, 1 Car ils disent entre eux, dans leurs faux calculs : "Courte et triste est notre vie ; il n'y a pas de remède lors de la fin de l'homme et on ne connaît personne qui soit revenu de l'Hadès.
Sagesse 2, 2 Nous sommes nés du hasard, après quoi nous serons comme si nous n'avions pas existé. C'est une fumée que le souffle de nos narines, et la pensée, une étincelle qui jaillit au battement de notre coeur ;

Cher Arnaud, c'est pas de la métaphysique, ça ! confused La métaphysique, c'est la recherche des principes et des causes de l'être. Idea
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Ven 11 Déc 2009, 20:35

Cher Kafir, Le mot métaphysique a plusieurs sens :
L'un est issu des bibliothécaires du Moyen-âge qui classèrent les oeuvres d'Aristote (après la physique). En ce sens là, c'est la philosophie première qui étudie l'être en tant qu'être.

Le second sens est issu de la philosophie du XIX° s. Il signifie pour eux ce que les grecs appelaient la sagesse. C'est ce sens là que j'utilise ici.

Le sens premier de ce mot est donc lié à un classement de rat de bibliothèque : Il signifie : "Le bouquin incompréhensible qui se range après la physique d'Aristote". Mr.Red

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Ven 11 Déc 2009, 20:41

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Kafir, Le mot métaphysique a plusieurs sens :
L'un est issu des bibliothécaires du Moyen-âge qui classèrent les oeuvres d'Aristote (après la physique). En ce sens là, c'est la philosophie première qui étudie l'être en tant qu'être.

Le second sens est issu de la philosophie du XIX° s. Il signifie pour eux ce que les grecs appelaient la sagesse. C'est ce sens là que j'utilise ici.

Le sens premier de ce mot est donc lié à un classement de rat de bibliothèque : Il signifie : "Le bouquin incompréhensible qui se range après la physique d'Aristote". Mr.Red

Je suis pas tout à fait d'accord. ;) On ne peut pas appeler métaphysique ce qui ne l'est pas ! Guy Delaporte se plaint de ce que le mot métaphysique est devenu un vaste fourre tout pour signifier tout problème qui dépasse le niveau des comptes d'apoticaires, et je suis parfaitement d'accord avec lui (sous peine de vider complètement les mots de leur sens). Idea

Donc, la métaphysique, dans sa définition négative, c'est bien quelque chose qui vient après les livres de physique d'Aristote (dans le sens où elle la présuppose) : n'oubliez pas ce mot très fort d'Aristote : si toutes les réalités étaient en mouvement, alors la Physique serait la science première. Il y a un mot précis pour le reste (éthique, sagesse, philo du vivant, etc). Idea
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Ven 11 Déc 2009, 20:47

C'est que Guy Delaporte ne connaissait pas l'origine médiévale et amusante de ce mot qui n'est JAMAIS employé par Aristote. Le vrai nom de la science que vous visez est "PHILOSOPHIE PREMIERE".

Ce mot ne veut rien dire. La philosophie de l'être n'est absolument pas "l'aprèsphysique".
Si encore le bibliothécaire l'avait appelée l'ANTEPHYSIQUE", cela aurait eu du sens.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Ven 11 Déc 2009, 20:59

Arnaud Dumouch a écrit:
C'est que Guy Delaporte ne connaissait pas l'origine médiévale et amusante de ce mot qui n'est JAMAIS employé par Aristote. Le vrai nom de la science que vous visez est "PHILOSOPHIE PREMIERE".

Ce mot ne veut rien dire. La philosophie de l'être n'est absolument pas "l'aprèsphysique".
Si encore le bibliothécaire l'avait appelée l'ANTEPHYSIQUE", cela aurait eu du sens.

Bien sûr que si qu'il connait Andronicos de Rhodes (le bibliothécaire en question), c'est bien la moindre des choses ! Le mot philosophie première est bien plus approprié, c'est juste. Métaphysique dit quelque chose de vrai dans le sens que je viens de rappeler (la fameuse citation d'Aristote sur ce que doit être cette science des causes premières). Chronologiquement, la philosophie première (la vraie), s'enseigne toujours après la physique ...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Ven 11 Déc 2009, 21:18

Elle ne s'enseigne après la physique que pour raison pédagogique (c'est une science complexe). Mais, au plan de la compréhension, il faut d'abord ÊTRE pour avoir un corps physique.

Bref, encire un exemple de mon peu d'intérêt pour les mots, la réalité étant bien plus importante. Il suffit de définir les mots pour règler ce genre de débat.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Ven 11 Déc 2009, 21:45

Arnaud Dumouch a écrit:
Elle ne s'enseigne après la physique que pour raison pédagogique (c'est une science complexe). Mais, au plan de la compréhension, il faut d'abord ÊTRE pour avoir un corps physique.

Bref, encire un exemple de mon peu d'intérêt pour les mots, la réalité étant bien plus importante. Il suffit de définir les mots pour règler ce genre de débat.

Non, c'est pas seulement ça cher Arnaud, il y a une raison philosophique ! Lisez les cours d'introduction de Guy. Vous verrez : si la physique s'enseigne en premier, c'est pour une question de réalisme ! C'est ce que veut signifier Aristote quand il dit que si les seules réalités étaient mobiles, la physique serait la science première.

Mais la physique aboutit en fin de compte à poser l'existence d'un premier moteur immatériel !

La seule chose dont nous avons l'expérience, ce n'est pas l'être immobile ou séparé de la matière, mais l'être mobile ! C'est aussi pour ça que la physique vient avant, dans un enseignement réaliste de la philo.

Vous remarquerez que toutes les idéologies modernes font l'inverse et partent de l'idée d'être dans leur « métaphysique ». Idea
Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Sam 12 Déc 2009, 12:29

Quand nous employons le terme "métaphysique", peu importe son origine historique, qui est quelque peu douteuse, et qui serait purement fortuite s’il fallait admettre l’opinion, d’ailleurs assez peu vraisemblable, d’après laquelle il aurait servi tout d’abord à désigner simplement ce qui venait "après la physique" dans la collection des œuvres d’Aristote.

Il n’y a davantage à se préoccuper des acceptions diverses et plus ou moins abusives que certains ont pu juger bon d’attribuer à ce mot à une époque ou à une autre.


Le sens le plus naturel, même étymologiquement, est celui suivant lequel il désigne ce qui est "au-delà de la physique", en entendant d’ailleurs ici par "physique", comme le faisait toujours les anciens, l’ensemble de toutes les sciences de la nature, envisagé d’une façon générale, et non pas simplement une de ces sciences en particulier, selon l’acception restreinte qui est propre aux modernes.

La métaphysique, ainsi comprise, est essentiellement la connaissance de l’universel, ou, si l’on veut, des principes d’ordre universel.


En réalité, ne peut être défini que ce qui est limité, et la métaphysique est au contraire, dans son essence même, absolument illimitée, ce qui ne permet pas d’en enfermer la notion dans une formule plus ou moins étroite ; une définition serait ici d’autant plus inexacte qu’on s’efforcerait de la rendre plus précise.

Le domaine de la métaphysique n’est nullement, comme le pense certains philosophes qui ne savent guère de quoi il s’agit ici, ce que les diverses sciences peuvent laisser en dehors d’elles parce que leur développement actuel est plus ou moins incomplet, mais bien ce qui, par nature même échappe à l’atteinte de ces sciences et dépasse immensément la portée à laquelle elles peuvent légitimement prétendre.

Le domaine de toute science relève toujours de l’expérience, dans l’une quelconque de ses modalités diverses, tandis que la métaphysique est essentiellement constitué par ce dont il n’y a aucune expérience possible : étant "au-delà de la physique" et par là même, au-delà de l’expérience.


La métaphysique véritable reste toujours, au fond, parfaitement identique à elle-même, car son objet est essentiellement un, ou plus exactement "sans dualité", comme le disent les Hindous, et cet objet, toujours par là même qu’il est "au-delà de la nature", est aussi au-delà du changement : c’est ce que les Arabes expriment en disant que "la doctrine de l’Unité est unique".

On peut ajouter qu’il n’y a absolument pas de découvertes possibles en métaphysique. D’ailleurs, alors même qu’on admettrait que les idées d’évolution et de progrès peuvent avoir une certaine valeur relative en biologie et en sociologie, ce qui est fort loin d’être prouvé, il n’en est pas moins certain qu’elles n’ont aucune application possible par rapport à la métaphysique ; aussi ces idées sont-elles complètement étrangères aux Orientaux, comme elles le furent du reste, jusque vers la fin du XVIIIème siècle, aux Occidentaux eux-mêmes.


Le point de vue métaphysique, dans son immuabilité essentielle, est la négation même des idées d’évolution et de progrès. Il ne s’agit point, comme dans l’ordre du relatif et du contingent, de "croyances" ou d’ "opinions" plus ou moins variables et changeantes, parce que plus ou moins douteuses, mais exclusivement de certitude permanente et immuable.

Ceci implique la condamnation formelle de toute tentative d’application de la "méthode historique" à ce qui est d’ordre métaphysique.

Les conceptions métaphysiques, par leur nature universelle, ne sont jamais totalement exprimable, ni même imaginable, ne pouvant être atteintes dans leur essence que par l’intelligence pure et "informelle" ; elles dépassent immensément toutes les formes possibles, et spécialement les formules où le langage voudrait les enfermer, formules toujours inadéquates qui tendent à les restreindre, et par là à les dénaturer.


Les vérités métaphysiques ne peuvent être conçues que par une faculté qui n’est point de l’ordre individuelle, et que le caractère immédiat de son opération permet d’appeler intuitive, à la condition d’ajouter qu’elle n’a absolument rien de commun avec ce que certains philosophes contemporains appellent intuition, faculté purement sensitive et vitale qui est proprement au-dessous de la raison, et non plus au-dessus d’elle.

Pour être précis, cette faculté dont je parle ici est l’intuition intellectuelle, dont la philosophie moderne a nié l’existence parce qu’elle ne la comprenait pas, à moins qu’elle n’ait préféré l’ignorer purement et simplement.

On peut encore la désigner comme l’intellect pur, suivant en cela l’exemple d’Aristote et de ses continuateurs scolastiques, pour qui l’intellect est ce qui possède immédiatement la connaissance des principes.

La mentalité occidentale, tournée à peu près exclusivement vers les choses sensibles, fait une confusion constante entre concevoir et imaginer, à tel point que ce qui n’est susceptible d’aucune représentation sensible lui paraît véritablement impensable par là même.

Si l’on ajoute encore à ces considérations une autre confusion ordinaire, celle du rationnel et de l’intellectuel, on s’aperçoit que la prétendue intellectualité occidentale n’est en réalité, surtout chez les modernes, que l’exercice de ces facultés tout individuelles et formelles que sont la raison et l’imagination.

Et l’on peut comprendre alors tout ce qui la sépare de l’intellectualité orientale, pour qui il n’est de connaissance vraie et valable que celle qui a sa racine profonde dans l’universel et dans l’informel.
Revenir en haut Aller en bas
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Sam 12 Déc 2009, 16:23

Quelqu'un peut-il faire la liste des différentes parties de la philosophie en fonction des principes auxquels elles remontent ou des finalités qui les déterminent.
Je pense que chacun y verrait beaucoup plus clair.
Kafir,sans vouloir vous forcer,vous seriez très aimable de bien vouloir nous donner cet éclaircissement...Merci à l'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Sam 12 Déc 2009, 19:59

[quote]
Kafir a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Elle ne s'enseigne après la physique que pour raison pédagogique (c'est une science complexe). Mais, au plan de la compréhension, il faut d'abord ÊTRE pour avoir un corps physique.

Bref, encire un exemple de mon peu d'intérêt pour les mots, la réalité étant bien plus importante. Il suffit de définir les mots pour règler ce genre de débat.

Non, c'est pas seulement ça cher Arnaud, il y a une raison philosophique ! Lisez les cours d'introduction de Guy. Vous verrez : si la physique s'enseigne en premier, c'est pour une question de réalisme !

Ce n'est pas l'avis du Père MD Philippe et, ici, je partage son avis : Rien n'est plus réaliste que l'édude de ... l'ÊTRE.

Cependant, au plan pédagogique, Guy a raison : l'être matériel, celui qui se touche, est plus "réaliste" aux yeux du débutant en philosophie. Pédagogiquement, commencer par étudier cet être concret évite à beaucoup de s'envoler dans les idées intercosmoplanétaires ! ange1 Autrement dit, en faisant toucher la glaise au chercheur de vérité, on l'ancre au réalisme.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Sam 12 Déc 2009, 21:18

Ton orgueil insensé, tu dois le regretter,
O toi qui à Dieu même as voulu t’égaler !
Ne savais-tu donc pas, quoi qu’il puisse paraître,
Que l’Absolu n’est rien, que l’Être est le Non-Être ?
Quoi ! ignorais-tu donc que le haut, c’est le bas ?
Car Dieu est l’Infini, Il est tout et n’est pas !
René Guénon
(Extrait du poème consacré aux « Aspects de Satan »)
Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Sam 12 Déc 2009, 21:51

[quote="Arnaud Dumouch"]
Citation :
Kafir a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Elle ne s'enseigne après la physique que pour raison pédagogique (c'est une science complexe). Mais, au plan de la compréhension, il faut d'abord ÊTRE pour avoir un corps physique.

Bref, encire un exemple de mon peu d'intérêt pour les mots, la réalité étant bien plus importante. Il suffit de définir les mots pour règler ce genre de débat.

Non, c'est pas seulement ça cher Arnaud, il y a une raison philosophique ! Lisez les cours d'introduction de Guy. Vous verrez : si la physique s'enseigne en premier, c'est pour une question de réalisme !

Ce n'est pas l'avis du Père MD Philippe et, ici, je partage son avis : Rien n'est plus réaliste que l'édude de ... l'ÊTRE.

Cependant, au plan pédagogique, Guy a raison : l'être matériel, celui qui se touche, est plus "réaliste" aux yeux du débutant en philosophie. Pédagogiquement, commencer par étudier cet être concret évite à beaucoup de s'envoler dans les idées intercosmoplanétaires ! ange1 Autrement dit, en faisant toucher la glaise au chercheur de vérité, on l'ancre au réalisme.
On voit là où mène cette pseudo pédagogie bidon des penseurs modernes (on en découvre les dégâts avec leur fameuse "méthode globale") qui ne fera qu'embourber dans la glaise le chercheur de vérité (?) qui croira étudier "cet être concret" alors qu'il ne s'agit en réalité que d'un être contingent, qui n'a pas sa raison suffisante, mais dépend d'un principe qui lui est supérieur et dont il tire son existence et toute sa réalité ou raison d'être.

Je pense au contraire, qu'il faut d'abord commencer par apprendre à connaître les principes.

D'ailleurs l'absence de principe ne peut mener qu'à l' "arnarchie" (c'est la signification étymologique de ce mot).

C'est alors que l'on découvre que des conceptions, tant qu'elles sont d'accord avec leur principe, ne peuvent évidemment se cont
redire entre elles, et qu'elles ne font au contraire que se compléter et s'éclairer mutuellement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Dim 13 Déc 2009, 15:41

Géraud a écrit:
Quelqu'un peut-il faire la liste des différentes parties de la philosophie en fonction des principes auxquels elles remontent ou des finalités qui les déterminent.
Je pense que chacun y verrait beaucoup plus clair.
Kafir,sans vouloir vous forcer,vous seriez très aimable de bien vouloir nous donner cet éclaircissement...Merci à l'avance.

En gros, il y a plusieurs façons de procéder pour distinguer les parties de la philosophie :

En premier lieu celle de st Thomas, qui considère l'ordre propre qui les régit.

L'ordre que la raison introduit dans son propre acte : la logique ou science rationnelle (l'art des arts).
L'ordre que j'introduit dans mon agir : philosophie de la praxis (éthique, politique).
L'ordre que j'introduit dans une matière extérieure : philosophie poïétique (philosophie du travail, art).
L'ordre que je constate et que je n'ai pas fait (le cosmos) : philosophie spéculative (physique, philosophie du vivant, métaphysique).

Il y a aussi celle très intéressante du père Marie Dominique Philippe, qui distingue ces parties en se fondant sur l'expérience et le jugement d'existence.

L'homme faisant l'expérience de lui même comme travaillant (art), comme animal social (politique), comme capable d'amour d'amitié et de contemplation (éthique), l'expérience de l'être dans le devenir (physique), l'expérience de la mort et de la trahison obligent à dépasser le point de vue de l'éthique (philo du vivant), enfin, en dernier lieu, l'étude fondée sur le jugement commun à toutes les précédentes parties de la philo (ceci est ... (travaillant, aimant, etc) ) : la métaphysique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Dim 13 Déc 2009, 15:46

Arnaud Dumouch a écrit:
Ce n'est pas l'avis du Père MD Philippe et, ici, je partage son avis : [b]Rien n'est plus réaliste que l'édude de ... l'ÊTRE.

Le père MDP arrive à ce résultat grâce à la redécouverte du jugement d'existence. Mais par moments, il doit aussi faire un saut pour le moins vertigineux, et qui n'est pas forcément évident pour tout le monde (surtout quand on fonde toute sa métaphysique sur les prédicaments appliqués à l'homme), pour expliquer à ses étudiants que l'être n'a pas de cause matérielle ni de cause efficiente. ;)

Pour Guy, la constatation de l'être en mouvement, c'est un point de départ absolu, alors que pour le père, c'est le jugement des sens externes, lié à l'intelligence.

Ces deux point de vue sont ils équivalents ? A voir ... ça me travaille, je réfléchis depuis un moment à cette aporie.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Dim 13 Déc 2009, 16:20

[quote]
Kafir a écrit:
Mais par moments, il doit aussi faire un saut pour le moins vertigineux, et qui n'est pas forcément évident pour tout le monde (surtout quand on fonde toute sa métaphysique sur les prédicaments appliqués à l'homme), pour expliquer à ses étudiants que l'être n'a pas de cause matérielle ni de cause efficiente. ;)

C'est sûr que ce n'est pas évident. D'où l'idée, PEDAGOGIQUEMENT, de commencer par la philo du vivant et l'éthique, qui sont plus "parlant".

Citation :

Pour Guy, la constatation de l'être en mouvement, c'est un point de départ absolu, alors que pour le père, c'est le jugement des sens externes, lié à l'intelligence.

Ces deux point de vue sont ils équivalents ? A voir ... ça me travaille, je réfléchis depuis un moment à cette aporie.

Le jugement d'existence est le moyen. L'objet vu en premier est l'etre en mouvement. Pas d'opposition sur ce point, de même qu'il y a unité, dans l'unique acte humain, entre l'oeil, l'objet vu, et l'intelligence qui en juge. On ne sépare les trois que par l'analyse.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Dim 13 Déc 2009, 16:32

Citation :
Le jugement d'existence est le moyen. L'objet vu en premier est l'etre en mouvement.

C'est juste.
Revenir en haut Aller en bas
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Jeu 31 Déc 2009, 01:42

Kafir a écrit:
Citation :
Le jugement d'existence est le moyen. L'objet vu en premier est l'etre en mouvement.

C'est juste.

"Le jugement d'existence est le moyen" ... : C'est clair comme du charabia.

"l'objet vu en premier est l'être en mouvement" ... : ainsi donc, si je suis bien ce raisonnement, si l'objet vu en premier est un clou, ce clou doit être considéré comme un "être en mouvement " ?
scratch
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Jeu 31 Déc 2009, 02:19

Lephenix a écrit:
Kafir a écrit:
Citation :
Le jugement d'existence est le moyen. L'objet vu en premier est l'etre en mouvement.

C'est juste.

"Le jugement d'existence est le moyen" ... : C'est clair comme du charabia.

"l'objet vu en premier est l'être en mouvement" ... : ainsi donc, si je suis bien ce raisonnement, si l'objet vu en premier est un clou, ce clou doit être considéré comme un "être en mouvement " ?
scratch

Essayez de me trouver un clou qui soit immobile. Mr.Red

Comme dirait Aristote : nier le mouvement (ce que faisaient Platon, Parménide et Zénon de l'école Eléate, à l'instar de la plupart des philosophes de l'époque), c'est faire exister le mouvement, car la négation elle même est un mouvement. Idea
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Jeu 31 Déc 2009, 17:56

Kafir a écrit:
Géraud a écrit:
Quelqu'un peut-il faire la liste des différentes parties de la philosophie en fonction des principes auxquels elles remontent ou des finalités qui les déterminent.
Je pense que chacun y verrait beaucoup plus clair.
Kafir,sans vouloir vous forcer,vous seriez très aimable de bien vouloir nous donner cet éclaircissement...Merci à l'avance.

En gros, il y a plusieurs façons de procéder pour distinguer les parties de la philosophie :

En premier lieu celle de st Thomas, qui considère l'ordre propre qui les régit.

L'ordre que la raison introduit dans son propre acte : la logique ou science rationnelle (l'art des arts).
L'ordre que j'introduit dans mon agir : philosophie de la praxis (éthique, politique).
L'ordre que j'introduit dans une matière extérieure : philosophie poïétique (philosophie du travail, art).
L'ordre que je constate et que je n'ai pas fait (le cosmos) : philosophie spéculative (physique, philosophie du vivant, métaphysique).

Il y a aussi celle très intéressante du père Marie Dominique Philippe, qui distingue ces parties en se fondant sur l'expérience et le jugement d'existence.

L'homme faisant l'expérience de lui même comme travaillant (art), comme animal social (politique), comme capable d'amour d'amitié et de contemplation (éthique), l'expérience de l'être dans le devenir (physique), l'expérience de la mort et de la trahison obligent à dépasser le point de vue de l'éthique (philo du vivant), enfin, en dernier lieu, l'étude fondée sur le jugement commun à toutes les précédentes parties de la philo (ceci est ... (travaillant, aimant, etc) ) : la métaphysique.

Saint Augustin divise la philosophie en trois parties et rattache chaque partie à une personne de la sainte trinité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Jeu 31 Déc 2009, 18:11

SJA a écrit:
Saint Augustin divise la philosophie en trois parties et rattache chaque partie à une personne de la sainte trinité.

Je préfère les distinctions de st Thomas et du père Philippe qui sont plus proches de l'espérience. ;) Saint Augustin court circuite cette étape (proprement humaine !) et se sert directement du regard que lui donne la foi. Par de nombreux aspects il préfigure Descartes, et partant, cette catastrophe qui sera la laïcisation de la théologie chrétienne par les idéologies athées.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Jeu 31 Déc 2009, 18:22

Cher Kafir, il y a plus profond encore que saint Thomas et le Père Philippe.

Le pape Jean-Paul II, dans "Véritatis splendor", intègre dans la philosophie (science de TOUT le réel) des approches qui complètent cela (sans s'y opposer).

En faisant de la réalité notre maître.

1° Or, dans la réalité, certains évènements se produisent TOUJOURS, à 100%


Exemple: On ne connaît pas d'humain sans tête ou de caillou qui ne tombe pas.

Dans ce cas, on peut établir AVEC UNE CERTITUDE CARREE une approche UNIVERSELLE DU REEL. C'est le domaine de la "philosophia perennis" d'Aristote.

2° Certains évènements se produisent le plus souvent:

Exemple: A 80% (chiffre imaginaire, juste à titre d'illustration), les femmes sont plus sensibles aux questions de personnes et les hommes aux questions techniques et rationnelles .

Dans ce cas, on peut établir HUMBLEMENT, une approche GENERALISANTE DU REEL. Avec humilité car 20% des cas dans le réel vont échapper à notre théorie. C'est le domaine de la psychologie et des sciences humaines se servant d'un outil probabiliste.


3° Certains évènement sont uniques, non reproductibles:


Exemple: La venue de Jésus il y a 2000 ans, d'Hitler il y a 70 ans.

Dans ce cas, on va établir HUMBLEMENT une approche philosophique du SINGULIER: C'est le domaine de l'histoire personnelle ou des sociétés, du hasard, de la liberté humaine. C'est le domaine des sciences du particulier comme la psychanalyse.

Voilà, vous avez les deux écoles:

Thomisme pur.
Thomisme impur mais modernisé.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Jeu 31 Déc 2009, 18:27

Votre distinction est analogue à celle qu'on fait en philo de la nature :

1) Les évennements déterministes (le tenseur masse-impulsion est conservatif)

2 ) Les évennements qui se produisent le plus souvent (un veau a 4 pattes)

3) Les monstres (exceptions)

Ou dans la logique du raisonnement :

1) Le syllogisme (raisonnement nécessaire)

2 La dialectique (raisonnement probable)

3) La sophistique (raisonnements monstrueux)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Jeu 31 Déc 2009, 18:30

Bien sûr puisque le réel est ainsi. Seulement, au cours de l'histoire et après saint Thomas, elle a permis la naissance de deux autres grand domaines de la science :

1° Outre la philosophia perennis d'Aristote.
2° Les sciences humaine (avec l'outils probabiliste).
3° Les sciences du particulier (dont une psychanalyse réaliste à fonder).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Jeu 31 Déc 2009, 18:32

Arnaud Dumouch a écrit:
3° Les sciences du particulier (dont une psychanalyse réaliste à fonder).

Au travail. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Jeu 31 Déc 2009, 18:35

Voir cette vidéo (pas encore accessible semble-t-il) :

http://www.dailymotion.com/video/xbmexj_lecon-10-y-lyeducation-des-enfants_webcam

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Le mot "métaphysique"   Sam 02 Jan 2010, 13:12

Lephenix a écrit:
Kafir a écrit:
Citation :
Le jugement d'existence est le moyen. L'objet vu en premier est l'etre en mouvement.

C'est juste.

"Le jugement d'existence est le moyen" ... : C'est clair comme du charabia.

"l'objet vu en premier est l'être en mouvement" ... : ainsi donc, si je suis bien ce raisonnement, si l'objet vu en premier est un clou, ce clou doit être considéré comme un "être en mouvement " ?
scratch

Kafir a écrit:
Essayez de me trouver un clou qui soit immobile. Mr.Red
Je parlais d'un "être en mouvement" ??? et non d'un clou qui soit immobile (?). Je constate que, tout comme "Arnaud", vous être très impressionné par les pseudos théories d'Einstein, le roi du copié-collé, qui s'est fait passer pour le "découvreur" de plein de choses, alors qu'elles étaient connues depuis des millénaires et considérées, à juste titre, comme d'un ordre tout à fait secondaire, puisque qu'il ne s'agit simplement là de considérer des points de vues contingents par rapports aux principes, ce qui ne semble pas avoir été une des principales préoccupations d'un Einstein... qui, comme ses collègues, ne s'intéressaient qu'aux applications matérielles et grossières.

J'avoue que vous faites preuve d'originalité, car il ne me serait jamais venu à l'esprit de prendre un clou comme exemple, pour évoquer un "être"...! drunken


Kafir a écrit:
Comme dirait Aristote : nier le mouvement (ce que faisaient Platon, Parménide et Zénon de l'école Eléate, à l'instar de la plupart des philosophes de l'époque), c'est faire exister le mouvement, car la négation elle même est un mouvement. Idea
Pour l'instant, tout ce que je constate dans vos propos, c'est de l'agitation stérile (je confirme le mot "charabia"). Ainsi, pour vous, Platon, Parménide et Zénon, étaient les rois de l'immobilisme ...! C'est normal, c'était les premiers rejetons des chimpanzés. Heureusement, l'homme moderne est arrivé, et grâce à la déesse raison, il évolue confortablement dans le sens du progrès, nous en trouvons quelques formes d'aboutissement dans vos propos éclairés cher "Kafir". alien

En fait, comme tous les modernes, vous confondez les points de vues contingents (la relativité) que vous essayez désespérément de résoudre par l' "uniformité", avec l' "Unité" qui vous échappe car, vous en niez le principe !
Revenir en haut Aller en bas
 
Le mot "métaphysique"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que peut-on qualifier de "métaphysique" ?
» Ma "théologie"
» Génial ! Les "livres audio"
» Les "quatre vents"
» Pour tous ceux qui ne "réveillonnent" pas ce soir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: