DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Sam 15 Oct 2016, 20:21

@Hillel31415 a écrit:
Luther 'a jamais voulu quitter l'église romaine, mais la réformer de l'intérieur.. C'est une erreur classique, les catholiques pensent souvent que Luther a quitté l'église romaine, alors qu'il en a été excommunié parcequ'il refusait d’adhérer à la simonie papale (entre autres)

Il n'a donc pas créé un schisme, celui qui a créé un schisme, c'est le pape qui l'a foutu dehors à cause de son refus de reconnaitre son propre péché dans lequel il entrainait toute l'église romaine à sa suite.

Luther est un schismatique, un apostat etc... Il ne faut tout de même pas oublié qu'il était catholique, et je crois également docteur en théologie. En français, cela s'appelle être schismatique, apostat etc.. et pas autre chose.
Et il a entrainé à sa suite des massacres tous azimuts. Calvin en a été un de ses plus fidèles continuateurs, à Grenoble il a été un exemple parfait pour Hitler, Mao, Staline, pour la Terreur de 1792/1793 et tous les autres. Demandez donc à la maman de Saint François de Sales et à ce dernier directement!

Maintenant vous retournez les culpabilités. C'est propre aux FM ces procédés!! Mais FM et protestant, la frontière est ultra mince.
Revenir en haut Aller en bas
Perrine



Messages : 69
Inscription : 10/03/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Sam 15 Oct 2016, 20:37

@Hillel31415 a écrit:
Luther 'a jamais voulu quitter l'église romaine, mais la réformer de l'intérieur
Il n'était déjà plus catholique car : "il met en cause l'infaillibilité des conciles".
Cela montre un certain orgueil de se croire au dessus de l'Eglise.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Messages : 9346
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Sam 15 Oct 2016, 20:47

Je me demande ce que pense saint Salomon Leclercq de cette violente discussion ...
Revenir en haut Aller en bas
Perrine



Féminin Messages : 69
Inscription : 10/03/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Sam 15 Oct 2016, 20:58

@boulo a écrit:
Je me demande ce que pense saint Salomon Leclercq de cette violente discussion ...
Quelle violence ? Il n'y a aucune violence là-dessus.
La seule chose est de défendre la foi, non de la trahir.
Et lorsque l'on parle de "simonie papale", cela ne fait bondir personne ???
Saint Grégoire VII essayait déjà de supprimer la simonie dans l'église...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Sam 15 Oct 2016, 21:14

@Hillel31415 a écrit:
Luther 'a jamais voulu quitter l'église romaine, mais la réformer de l'intérieur.. C'est une erreur classique, les catholiques pensent souvent que Luther a quitté l'église romaine, alors qu'il en a été excommunié parcequ'il refusait d’adhérer à la simonie papale (entre autres)

Il n'a donc pas créé un schisme, celui qui a créé un schisme, c'est le pape qui l'a foutu dehors à cause de son refus de reconnaitre son propre péché dans lequel il entrainait toute l'église romaine à sa suite.


le 13 janvier 1547 lors de la sixième session du Concile de Trente (2) :


« Si quelqu’un dit que les intentions de Martin Luther n’étaient pas erronées, que c’était un réformateur, que l’Église à son époque n’était pas un modèle à imiter, qu’aujourd’hui, luthériens et catholiques sont d’accord sur la doctrine de la justification et que, sur ce point, Luther ne s’est pas trompé, qu’il soit anathème. »
Revenir en haut Aller en bas
Claude Coowar



Masculin Messages : 258
Inscription : 25/11/2013

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 01:13

Ca prouve simplement que votre père était plus intelligent que vous semblez l'être. Et votre père à toute mon estime pour ses actes de patriotisme contre le fanatisme nazi et le collaborationnisme auquel beaucoup des épiscopes de votre église ne furent pas étrangers...

Ca c'est de l'infecte propagande de bon aloi de certains milieux paraitrait-il très lumineux ;. Combien de monastères, couvents et humbles catholiques ont sauvé des juifs d'une mort ignominieuse et barbare. Il est même de bon ton de la part de certains franc-maçons d'accuser Pie XII d'anti sémitisme ... Ignoble.

http://fr.aleteia.org/2015/01/27/pie-xii-a-t-il-abandonne-les-juifs-pendant-la-seconde-guerre-mondiale/

Pie XII a-t-il abandonné les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ?
Le Pape a fait tout ce qu’il a pu, et ce de bien des manières, pour les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

iammarcanthony
La rédaction d'Aleteia
27 janvier 2015


Une pièce de théâtre, des articles de presse, des histoires, des légendes… Pie XII est souvent accusé d’avoir abandonné les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale car il n’aurait pas condamné la shoah de façon explicite. Certains disent que Pie XII était le Pape d’Hitler… antisémite. Qu’en est-il en réalité ?

Pie XII s’est rendu compte rapidement que les protestations contre le nazisme entraînaient de très lourdes répercussions pour les populations et pouvaient se révéler des dénonciations contre-productives pour les juifs.

En Hollande, par exemple, lorsque l’évêque d’Utrecht a protesté contre le nazisme, la répression a été immédiate et terrible. Après la lettre des évêques des Pays-Bas condamnant « le traitement injuste et sans merci réservé aux juifs », lue dans les églises en juillet 1942, les nazis ont déporté des multitudes de juifs et de chrétiens, dont Édith Stein. La Hollande détient, à cause de ces protestations, le triste record de l’extermination de la communauté juive (85%).

En Pologne, l’archevêque Sapiéha de Cracovie et deux autres évêques polonais ont demandé au Pape de ne pas publier de lettre sur ce qui se passait en Pologne, vu la férocité des représailles. De même, les évêques allemands ont dissuadé  Pie XII de parler trop fort. Il faut dire qu’Hitler surveillait l’Église de très près. Le Pape lui-même confia à ses émissaires la charge de parcourir l’Europe pour recueillir des informations sur les persécutions : « Dites-leur que le Pape souffre avec eux, il souffre avec les persécutés (…). Si par moments il n’élève pas davantage la voix, c’est pour ne pas causer de pires maux » (cf. Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale : 20 volumes rassemblés pendant 15 ans par trois jésuites.)

Robert Kempner, magistrat juif d’origine allemande, procureur adjoint au procès de Nuremberg, écrit à ce sujet en 1964 : « Toute prise de position à caractère propagandiste de l’Eglise contre le gouvernement de Hitler aurait non seulement été un suicide prémédité, mais elle aurait accéléré l’assassinat d’un nombre bien plus grand de juifs et de prêtres ». Survivant de l’Holocauste, le grand rabbin du Danemark explique quant à lui que « si le Pape avait été plus explicite, Hitler aurait sans doute massacré beaucoup plus que six millions de juifs, et peut-être dix millions de catholiques ». De fait, une proportion très élevée du clergé européen a elle aussi été tuée dans des camps.

Le Pape a alors mis en place une politique d’actions secrètes, contribuant à sauver en Italie et dans le monde entier des centaines de milliers de juifs. Cette politique efficace d’actions secrètes s’inscrivait dans la continuité de son action personnelle dès ses débuts comme prêtre, puis comme nonce, et enfin comme Pape.

Dans sa jeunesse, un des grands amis du jeune Pacelli, Guido Mendez, était juif. Ils ont célébré le shabbat ensemble et Mendez a enseigné l’hébreu au futur Pape. Pie XII l’a ensuite aidé à se sauver en Palestine au début de la guerre. Il a agi en tant que nonce apostolique en Allemagne de 1917 à 1929, d’abord à Munich puis à Berlin. Sur 44 discours prononcés pendant ces 12 ans, 40 dénoncent un aspect ou un autre de l’idéologie nazie. En 1917, il intervient pour protéger les juifs de Palestine contre les Turcs ottomans. En 1926, il aide le chef de l’Organisation sioniste mondiale à rencontrer les autorités du Vatican pour promouvoir un foyer juif en Palestine.

En juillet 1933, il est l’acteur principal d’un concordat avec le Reich d’Hitler, pour sauvegarder un minimum d’institutions et de libertés en faveur des catholiques allemands, et pour donner une base juridique à d’éventuelles protestations. Il le signe malgré son dégoût pour le comportement inique du gouvernement allemand qui fait pression en jetant en prison plus de 90 prêtres et en fermant neuf journaux catholiques. En mars 1935, dans une lettre ouverte à l’évêque de Cologne, il traite les nazis de « faux prophètes, orgueilleux tel Lucifer ». Toujours en 1935, devant des milliers de pèlerins à Lourdes, il accable les idéologies « possédées par la superstition de la race et du sang ». Des centaines de documents attestant de l’opposition de Mgr Pacelli au nazisme peuvent être vus sur le site de la fondation Pave the way.

Il est ensuite secrétaire d’État et travaille activement (on détient des brouillons de sa main) à l’écriture de la grande encyclique de condamnation du nazisme de Pie XI, Mit brennender Sorge, qui est diffusée, cachée et lue par surprise, en allemand, le 14 mars 1937, dans toutes les églises d’Allemagne, car il n’existe déjà plus de liberté de la presse. Durant son mandat, le secrétaire d’État proteste dans pas moins de 55 lettres officielles au gouvernement allemand. Ribbentrop et Steengracht, ministre et sous-secrétaire aux Affaires étrangères du IIIe Reich, déclarent à Nuremberg : « Nous avions des tiroirs pleins des protestations du Vatican ».

Devenu Pape le 2 mars 1939, il est dans les tous premiers à parler, dans son radio message de Noël 1942, de « centaines de milliers de personnes qui, sans aucune faute de leur part, et parfois pour le seul fait de leur nationalité ou de leur race, ont été vouées à la mort ou à une extermination progressive ». Sa première encyclique en tant que pape, Summi pontificatus de 1939, était si clairement anti-raciste que les avions alliés en lâchèrent des milliers de copies sur l’Allemagne.

Lorsque, le 20 septembre 1943, les Allemands qui avaient investi Rome 10 jours plus tôt exigent des juifs de la ville 50 kg d’or sous peine d’être déportés, la communauté juive ne pouvant en réunir que 35 kg, le grand rabbin de Rome, Zolli, fait appel à Pie XII qui sans hésiter fait fondre les vases sacrés des paroisses de Rome et apporte les 15 kg manquants.

Des bateaux étaient spécialement affrétés par le Vatican pour évacuer des juifs deux fois par an, de 1939 à 1945, vers la République dominicaine, le Canada, le Mexique et Cuba. Comme de nombreux pays n’acceptaient pas les juifs, Rome leur fournissait de faux certificats de baptême. Le Pape arrêta personnellement la déportation de dizaine de milliers de Hongrois quand il en appela au Régent de Hongrie. Il arrêta également personnellement la déportation de juifs romains le 16 octobre 1943. En un jour, le Vatican parvint à cacher, nourrir et soutenir plus de 7 000 juifs, malgré les fusils allemands sous ses fenêtres. La quasi-totalité des basiliques, églises, séminaires et couvents ont hébergé et aidé des juifs. Sœur Pascalina Reynart, la secrétaire de Pie XII, amenait de la nourriture aux couvents qui cachaient les juifs de Rome, parfois dans des monastères de clôture, ce qui suppose forcément une dispense papale. En 1943, 3 500 juifs sont logés à Castel Gandolfo et 400 sont enrôlés dans la Garde pontificale, soit près de la moitié de la communauté juive de Rome.

Plus de 7 000 juifs de Rome environ ont été sauvés par l’Église. Pendant le procès Eichmann de 1961, le Pape a fait l’objet d’un jugement qu’il vaut la peine de relire, par Gideon Hausner, procureur général d’État à Jérusalem : « À Rome, le 16 octobre 1943, une grande rafle a été organisée dans le vieux quartier juif. Le clergé italien a participé à l’opération de sauvetage, les monastères ont ouvert leurs portes aux juifs, le Pape est intervenu personnellement en faveur des juifs arrêtés à Rome ».

Lorsqu’on a remis au cardinal Palazzani la médaille des « justes » pour avoir sauvé des juifs au séminaire romain, il affirma : « Le mérite en revient entièrement à Pie XII qui a ordonné de faire tout ce qui était possible pour sauver des juifs de la persécution ».

On sait aussi que Pie XII était régulièrement informé des tentatives d’assassinat contre Hitler entre 1939 et 1940. Sir d’Arcy Osborne, le chargé d’affaire britannique qui était en contact à ce sujet avec Pie XII note dans son carnet : « Jamais, dans l’histoire, un Pape n’a été engagé d’une façon si délicate dans une conspiration tendant à renverser un tyran par la force ». Et après la guerre, c’est encore le pape Pie XII qui décida l’abstention du Vatican qui permit la création de l’État d’Israël à l’ONU en 1948. Il est reconnu que l’action de l’Église a sauvé plus d’un demi million de juifs et Pie XII a toujours encouragé cela. Il a, à lui seul, sauvé plus de juifs que tous les autres responsables religieux du monde réunis.

Entre 1943 et 1945, à Rome, le Général Karl Wolff menaça à plusieurs reprises d’enlever et de tuer le Pape, d’exterminer toute la Curie, ou d’occuper le Vatican, tout en prétendant parallèlement à Hitler que le Pape coopérait.

Le général en chef nazi à Rome a confirmé ces choses de nombreuses fois avant sa mort et une interview de lui est disponible sur le site de la fondation Pave the way. La déportation du Pape devait se faire au Lichtenstein mais le général, pensant que ce serait un désastre pour l’Allemagne qui aurait risqué la désertion des soldats catholiques de l’armée, assurait sans cesse Hitler de la coopération du Pape. Ces rapports, qui font croire que le Pape penche parfois pour les positions allemandes, sont les seuls documents qui auraient pu faire penser à une certaine compromission, mais il faut bien analyser le contexte de leur rédaction.

Pie XII, de son côté, était en permanence tourmenté par l’alternative dramatique dans laquelle il se trouvait : agir le plus vite possible mais seulement en secret pour préserver les populations, au risque de sembler ne pas en faire assez, ou faire des déclarations publiques et passer pour un héros mais en déclenchant une répression terrible contre des multitudes d’innocents. Le Pape forma un gouvernement en exil pour se prémunir contre les menaces nazies et il fixa les dispositions du conclave qui devait élire le nouveau Pape, dans un pays libre, s’il venait à être arrêté.

Après la guerre, tous les juifs qui avaient vécu de près les événements célébraient avec admiration la politique d’action secrète du Pape en faveur des juifs. Mais en 1963 la pièce de théâtre Le Vicaire, écrite par deux communistes avec l’aide et des documents du KGB pour nuire à l’Église, fait naître une légende sur Pie XII, dépeint comme indifférent voire hostile à la cause des juifs. Cette action du KGB était due au fait que Pie XII était aussi un Pape anticommuniste. À compter de cette date, les pseudo-scandales se succèdent : l’ouvrage de John Cornwell, le film Amen de Costa-Gavras, la plaque contre Pie XII à Yad Vashem, etc. Les manipulations ont beau être dénoncées par des historiens sérieux, elles restent malheureusement inconnues du grand public…

Mais avant 1963, tous les responsables d’Israël ont sans cesse remercié le Pape et célébré ses efforts. Après la guerre, par exemple, l’ancien consul d’Israël à Milan, Pinhas Lapide, déclara : « L’Église catholique sous le pontificat de Pie XII fut l’instrument qui sauva 700 000, mais probablement jusqu’à 860 000 juifs d’une mort certaine de la main des nazis. Ces chiffres dépassent de très loin ceux de toutes les autres Églises, institutions religieuses et organisations de secours réunis » (Three Popes and the Jews, 1967). À la mort de Pie XII, Golda Meir, Premier ministre d’Israël, déclara à l’ONU en 1958 : « Pendant les 10 années de la terreur nazie, quand notre peuple a souffert un martyr effroyable, la voix du Pape s’est élevée pour condamner les bourreaux et pour exprimer sa compassion envers les victimes. Nous perdons un grand Serviteur de la Paix »…

Albert Einstein lui-même, le 23 décembre 1940, dira au Time Magazine: « Seule l’Église s’est mise pleinement en travers de la campagne d’Hitler de supprimer la vérité. Je n’ai jamais eu d’intérêt particulier pour l’Église avant, mais maintenant je ressens une grande affection et admiration pour elle, car l’Église seule a eu le courage et la ténacité de se battre pour la vérité intellectuelle et la liberté morale. Je suis forcé de constater que ce que j’ai dédaigné un temps, je le loue aujourd’hui sans réserves ». Car, effectivement, tous les autres ont été silencieux ou hostiles : le grand mufti de Jérusalem se déplaça à Berlin pour faire allégeance à Hitler et une légion musulmane combattra au service des nazis en Bosnie, aux côtés de l’armée allemande. Roosevelt, Churchill, de Gaulle et Staline ne firent jamais aucune déclaration en faveur des juifs. Les résistants qui faisaient sauter des trains à travers l’Europe n’entreprirent jamais d’arrêter ou de saboter les convois de déportés. Les États-Unis ne sauvèrent en les accueillant que 22 000 juifs au total alors qu’ils auraient pu faire bien plus. À la fin de la guerre, les autorités britanniques refoulèrent les juifs sortis des camps qui voulaient entrer en Palestine.

Le rabbin David Dalin, de New York, a effectué en 2001 une précieuse étude historique qu’il conclut ainsi : « Pie XII ne fut pas le Pape de Hitler, loin de là. Il fut l’un des soutiens les plus fermes de la cause juive, à un moment où elle en avait le plus besoin…On peut lire dans le Talmud que "celui qui sauve une seule vie sauve l’humanité". Pie XII, plus qu’aucun autre homme d’État du XXe siècle, a accompli cela à l’heure où le destin des juifs européens était menacé. Aucun autre Pape n’avait été autant loué par les juifs avant lui, et ils ne se sont pas trompés. Leur gratitude ainsi que celle de tous les survivants de l’Holocauste prouve que Pie XII fut véritablement et profondément un Juste parmi les Nations ».

Tous les enquêteurs, y compris juifs, ont depuis lors confirmé la vérité historique connue dès la fin de la guerre, confortée par d’innombrables témoignages en faveur de Pie XII et des centaines de documents. Les accusateurs de Pie XII n’ont pu identifier aucun document probant contre lui.

La diffamation de Pie XII n’est pas juste et elle risque paradoxalement de renforcer les tentations négationnistes parce que les gens découvriront tôt ou tard la vérité, et le sentiment naturel de colère, d’autant plus fort que l’erreur aura été propagée plus fortement et plus longtemps, provoquera inévitablement des remises en cause qui pourraient viser injustement d’autres questions historiques beaucoup plus graves.

C’est d’ailleurs pour cela que parmi les plus actifs défenseurs de l’héroïcité des vertus de Pie XII se trouvent de nombreux juifs (cf. par exemple le site de la fondation Pave the Way de Gary Krupp.) Les archives du Vatican ont été ouvertes jusqu’en 1939 et certaines sections jusqu’en 1947, comme le demandaient les détracteurs de Pie XII. Mais il semblerait qu’aucun d’entre eux ne soit venu les consulter ces deux dernières années. Continuer à diffuser la légende née en 1963, contre la vérité historique, constitue un mensonge et une diffamation. Ce n’est un service à rendre ni aux juifs, ni à la vérité, ni à l’histoire.

Concluons sur un passage du livre de Benoît XVI dans Lumière du Monde qui offre une analyse synthétique : « Pie XII a fait tout son possible pour sauver des juifs. On peut toujours naturellement se demander : "Pourquoi il n’a pas protesté de manière plus explicite ?". Je crois qu’il a compris quelles auraient été les conséquences d’une protestation publique. Nous savons qu’il a personnellement beaucoup souffert de cette situation. Il savait qu’il aurait dû parler, mais que la situation le lui interdisait. Maintenant, les personnes raisonnables admettent que Pie XII a sauvé beaucoup de vies mais elles soutiennent qu’il avait des idées dépassées sur les juifs et qu’il n’était pas à la hauteur du Concile Vatican II. Le problème cependant n’est pas celui-ci. L’important est ce qu’il a fait et ce qu’il a tâché de faire, et je crois qu’il faut vraiment reconnaître qu’il a été un des grands justes et que, comme personne d’autre, il a sauvé de très nombreux juifs. »

http://www.terredisrael.com/infos/le-courage-de-pie-xii-par-arnold-lagemi/

LE COURAGE DE PIE XII !
ENCORE DES FAITS, RIEN QUE DES FAITS !


GOLDA MEÏR (à l’occasion de la mort de Pie XII 1958): “Pendant les dix années de terreur nazie, quand notre peuple subit un terrible martyre, la voix du pape s’est élevée pour condamner les persécuteurs et invoquer la pitié envers leurs victimes. La vie de notre temps a été enrichie par une voix qui disait les grandes vérités morales au dessus du tumulte des conflits quotidiens. Nous pleurons un grand serviteur de la paix. »

MARCUS MELCHIOR, GRAND RABBIN DU DANEMARK, (RESCAPE DE LA SHOAH) (cité par David Dallin, « le mythe du pape d’Hitler » TEMPORA 2007 : « Si le pape avait parlé, Hitler aurait massacré beaucoup plus que six millions de Juifs et peut être 10 millions de catholiques. »

ISSAC HERZOG, Grand Rabbin de Jérusalem et père de l’ancien Président de l’Etat
d’Israël. (Lettre à Pie XII, mars 46) : « Le peuple juif se souviendra vivement avec la plus profonde gratitude de l’aide apportée par le Saint Siège au peuple souffrant durant la persécution nazie. Sa Sainteté a agi pour éradiquer l’antisémitisme dans de nombreux pays. Que D… permette que l’histoire se souvienne que lorsque tout était noir pour notre peuple, Votre Sainteté a allumé pour lui une lumière d’espérance."

ALBERT EINSTEIN : « L’Eglise catholique a été la seule à élever sa voix contre l’assaut mené par Hitler contre la liberté. »

Dr ELIE TOAFF, GRAND RABBIN DE ROME (Le Monde 10 Octobre 1958) « Les Juifs se souviendront toujours de ce que l’Eglise Catholique a fait pour eux sur l’ordre du pape au moment des persécutions raciales. Quand la guerre mondiale faisait rage, Pie XII s’est prononcé souvent pour condamner la fausse théorie des races. De nombreux prêtres ont été emprisonnés et ont sacrifié leur vie pour aider les Juifs. »

L’ORCHESTRE PHILARMONIQUE D’ISRAËL SE REND A ROME JOUER DEVANT LE PAPE EN TEMOIGNAGE DE GRATITUDE POUR l’attitude du pontife pendant la Shoah (novembre 1955)

Le 13/12/63 le journal « le Monde » publie une déclaration de Pinhas Lapide : « Pourquoi cet acharnement envers Pie XII ? Le pape, personnellement, le Saint Siège et toute l’Eglise ont sauvé plusieurs centaines de milliers de Juifs d’une mort certaine » Le même publiera en 1967 « Rome et les Juifs » Le Seuil où il écrira : « Après enquêtes approfondies, c’est 860.000 Juifs que Pie XII a sauvés.

1963 La pièce de théâtre LE VICAIRE de Rolph Hochut qui critique le comportement du pape pendant la guerre est interdite en Israël.

LEON POLIAKOV, dans un article intitulé « Le Vatican et la question juive » : « Pie XII mit personnellement plusieurs kilos d’or à la disposition des Juifs de Rome lorsqu’une participation de leur part fut exigée des Allemands. Tout au long des neuf mois que dura l’occupation de Rome des dizaines de Juifs Romains trouvèrent refuge dans les édifices du Vatican. »

Le même dans « Bréviaire de la Haine » calman Lévy 1951: « Face à la terreur hitlérienne, les Eglises déployèrent sur le plan de l’action humanitaire une action inlassable et inoubliable avec l’approbation ou sous l’impulsion du Vatican. »

29/11/45 le pape reçoit 😯 délégués des réfugiés Juifs, provenant de camps de concentration allemands « très honorés de pouvoir remercier personnellement le Saint Père pour la générosité qu’il leur a démontrée pendant la terrible période nazie. »

Le procès de Nuremberg n’établira pas de complicité entre Pie XII et les criminels nazis.

En 42, Pie XII fit savoir au Maréchal Pétain, par l’intermédiaire du nonce à Vichy, Mgr Valério Valeri qu’il n’approuvait pas l’attitude du Gouvernement français à l’égard des Juifs.

LE 25/12/42 Le New York Times écrivait dans son éditorial : « La voix de Pie XII est bien la seule qu’on entend dans l’obscurité qui enveloppe l’Europe en ce Noël. »

Harold Tittman, délégué US au Vatican déclarera dans ses mémoires publiées en 2004 par son fils : « Je ne peux m’empêcher de penser qu’en évitant de parler, le Saint Père a fait le bon choix ; il a ainsi sauvé bien des vies. »

Le 2/6/43, devant le collège des cardinaux, Pie XII déclare : « Toute parole de notre part à l’autorité doit être sérieusement pesée dans l’intérêt même des victimes. »

Le 26/6/43 Radio Vatican déclare : Quiconque établit une distinction entre Juifs et autres Hommes doit être considéré comme un infidèle. »

Sept 43 suite à l’invasion de l’Italie du Nord par l’Allemagne : 477 Juifs trouveront refuge au Vatican, et plus de 4000 dans les monastères et couvents des environs.

Le New York Times du 25/12/40 : “Si le pape dans son discours de Noël, a eu l’intention de condamner le régime hitlérien, il n’aurait pas pu le faire plus clairement qu’il ne l’a fait en dénonçant « l’Ordre Nouveau qui prétend imposer sa loi à toute la société. »

Le 6 mars 1939, 4 jours après son élection il fait diffuser par le Saint Office une mise en garde contre la politique antisémite de Mussolini.

Le Canossa de Hitler. Tel est le titre à la une du New York Times du 15/3/40. La veille, Joachim Von Ribbentrop, Secrétaire Allemand aux Affaires Etrangères est venu au Vatican pour une visite officielle. Le journal rapporte qu’à cette occasion, le pape prit la défense des Juifs en Allemagne et en Pologne. Von Ribbentrop quitta l’audience, très abattu.

En décembre 43, le Vatican proteste contre la décision du gouvernement Italien d’interner tous les Juifs, même les convertis au catholicisme ou les descendants de Juifs.

En Juillet 44, Pie XII adresse un appel urgent aux autorités religieuses de Budapest pour intervenir en faveur des Juifs de Hongrie : « ce n’est pas désespéré parce que nous pouvons toujours compter sur les forces du Christianisme et de l’humanité en Europe pour résister à la fureur nazie.

La première encyclique de Pie XII SUMMI PONTIFICATUS (20/10/39) dénonce toute forme de racisme.

Le Grand Rabbin Isaac Herzog demande l’intercession du pape en faveur des Juifs Lithuaniens. Le 11/3/40, Pie XII téléphone à Von Ribbentrop. Dans son édition du 13/3/40, le New York Times précise que « le pape tint au ministre allemand des « propos incendiaires. »

Dès l’annonce de l’invasion de la Pologne, Mgr Tardini, Sécrétaire d’Etat, déclare : « l’Eglise doit rester hors du conflit. Une condamnation officielle du Vatican accroîtrait les persécutions. Nous devons mesurer le danger des représailles.

En mars 42, le chargé Slovaque au Vatican déclare que le gouvernement Slovaque prépare la déportation de 80.000 Juifs de Pologne. Le Vatican proteste contre ses mesures prises du seul fait de la race.

Le New York Times, édition du 10/1/40 signale qu’en Janvier 40, malgré les protestations du gouvernement fasciste de Mussolini, le Vatican nomme deux Juifs à l’Académie des Sciences du Vatican.

« Toute action de propagande inspirée par l’Eglise catholique contre Hitler aurait été un suicide ou aurait porté à l’exécution de beaucoup plus de Juifs et de catholiques » (Procureur Kempner, représentant des Etats Unis au procès de Nuremberg.) Cité par David Dallin « Le mythe du pape d’Hitler » Tempora 2007.

« Je rends grâce au souverain pontife, aux religieux et aux religieuses qui n’ont vu dans les persécutés que des frères selon les indications du Saint Père, et qui ont offert avec élan et abnégation leur action intelligente et efficace pour nous secourir, insouciants des énormes dangers auxquels ils s’exposaient. » (Giuseppe Nathan, commissaire de l’Union des Communautés Israélites 7 septembre 1945)

Le 21 Septembre 1945, Pie XII reçoit le Docteur Léo Kubowitski, secrétaire du Congrès Mondial Hébraïque, qui lui présente ses remerciements les plus sincères « pour l’œuvre effectuée par l’Eglise catholique dans toute l’Europe en défense du peuple juif ».

En Octobre 1945, le Congrès Juif Mondial offre 20.000 dollars au Vatican, en reconnaissance des efforts de la Sainte Eglise Catholique Romaine dans le sauvetage des Juifs persécutés par le nazisme et le fascisme. (New York Times 11 Octobre 1945)

EDITH MUTZ écrira dans son article « Les Juifs et le Vatican sous Pie XII » Bulletin N° 2 des élèves de l’Athénée Israélite de Bruxelles :

« La véritable raison du silence de Pie XII durant la guerre n’était pas la crainte d’être déporté dans un camp de concentration mais celle d’aggraver le cas de ceux qui s’y trouvaient déjà. »

NEW YORK TIMES (4 FEVRIER 1944)De tous les pamphlets incendiaires fabriqués à Moscou et lancés avec désinvolture et imprudence au sein de l’unité des nations Alliées, aucun n’est susceptible de faire autant de mal que cette attaque injuste voulant faire croire que le Vatican est pro nazi.

New York Times 31 MARS 1940 :Louis Finkelstein, Directeur/Doyen du Séminaire Américain de théologie hébraïque écrit une lettre au rédacteur en chef du New York Times. Son intention est d’attirer l’attention des lecteurs sur leur intégration à une époque « où l’hostilité à toutes les formes de religion, qui caractérise le totalitarisme moderne, nous mène à conclure que la préservation de la liberté est liée à la préservation de la religion. Et actuellement, ce sont les églises chrétiennes qui manifestent la plus vive résistance au IIIèm Reich. Excepté PIE XI et son successeur PIE XII, aucune autre institution n’a osé adresser de si vive remontrance au régime nazi «

Dans le même numéro, Albert Einstein prend également parti pour Pie XII.

SUR LE PLAN IDEOLOGIQUE :

En 1937, le cardinal Pacelli, futur pape Pie XII rédigea l’encyclique « MIT BRENENDER SORGE » qui, jusqu’à aujourd’hui encore est un document faisant autorité dans la lutte contre le nazisme. Le futur pape Pie XII y condamne le national socialisme comme une forme moderne de paganisme. Cette encyclique lue dans les églises allemandes provoqua de très nombreuses arrestations d’ecclésiastiques allemands.

« C’était un grand homme et un homme bon et je l’aimais. » (Maréchal Montgomery, (Sunday Times)

Eloquent, non?

C'est si facile de baver contre l'Eglise.

Transcrit par Claude. :jesus:

NB/ Si nécessaire, j’exposerai ultérieurement les nombreux faits attestant de l’opposition de Pie XII au nazisme et de la défiance qui s’en suivit à son égard de la part des autorités allemandes.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9346
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 06:40

Un grand merci , cher Claude Cowaar .

Une remarque cependant : l'article que vous reproduisez , accuse De Gaulle ( catholique ) de silence sur l'extermination des juifs d'Europe .

C'est inexact . Il fédérait les mouvements de résistance et l'un d'eux ( notamment ) a sorti un numéro spécial en
septembre 1943 : " FRATERNITE . Organe du Mouvement National contre le racisme ( Zone Sud ) "

" Nouvelles arrestations massives et déportations des Juifs de France vers les camps de la torture et de la mort . "

Ce numéro relate des témoignages " qu'on ose à peine conter " .

De son côté , " Défense de la France - Journal fondé le 14 juillet 1941 " - " Edition de Paris du 30 septembre 1943 " , sous le titre , " Les défenseurs de la civilisation ... " publie des photos horribles
prises clandestinement dans les camps de la mort , pour rendre les partisans de l' " Ordre nouveau " " inexcusables de n'être pas convaincus " de leur barbarie , volontaire ou involontaire .

Et " L'écho d'Alger " du 10 juin 1943 sous le titre " Malheur aux vaincus " relate l'horrible destruction du ghetto insurgé de Varsovie .

Ces trois journaux ont été republiés récemment dans la série " les Journaux de guerre - 1939-1945 " ( n° 29 ) .

Par ailleurs , si vous avez éventuellement des motifs de préventions contre les francs-maçons , il faut rappeler qu'ils ont aussi beaucoup souffert du régime de Vichy .


Mais ces intéressantes digressions ne nous éloignent-elles pas des horreurs de la Révolution française , illustrées par saint Salomon Leclercq ?

Pas si le juif Louis Finkelstein , que vous citez , a eu raison d'écrire , pas seulement pour son époque ( 1940 ) mais pour l'éternité : " la préservation de la liberté est liée à la préservation de la religion " .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .


Dernière édition par boulo le Dim 16 Oct 2016, 07:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9346
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 07:07

@Perrine a écrit:
@boulo a écrit:
Je me demande ce que pense saint Salomon Leclercq de cette violente discussion ...
Quelle violence ? Il n'y a aucune violence là-dessus.
La seule chose est de défendre la foi, non de la trahir.
Et lorsque l'on parle de "simonie papale", cela ne fait bondir personne ???
Saint Grégoire VII essayait déjà de supprimer la simonie dans l'église...

Cette dernière phrase est un aveu , très chère Perrine ... Et certain pape a tarifé les absolutions , nous assure-t-on .

( Je reste pourtant partisan de l'institution pontificale ... ) .

Quant à la violence , elle est hélas en nous dès notre naissance et elle cherche à s'exprimer tout au long de notre vie .

Les théoriciens de la " communication sans violence " essaient de favoriser son expression/libération sans entraîner automatiquement l'expression de la violence d'autrui et le cycle infernal que cette dernière enclenche .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Perrine



Féminin Messages : 69
Inscription : 10/03/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 09:47

@boulo a écrit:
@Perrine a écrit:
@boulo a écrit:
Je me demande ce que pense saint Salomon Leclercq de cette violente discussion ...
(...) Saint Grégoire VII essayait déjà de supprimer la simonie dans l'église...

Cette dernière phrase est un aveu , très chère Perrine ... Et certain pape a tarifé les absolutions , nous assure-t-on. (...)
Quel aveu ?  Je n'ai jamais dit que le pape tarifaient des absolutions !!!!!!!!!!!!!!!!!
Je citais cet exemple : St Grégoire VII luttait contre la simonie dans l'Eglise.
Les dirigeants de l'époque se faisaient payer pour placer eux-mêmes leurs pions aux postes principaux de l'Eglise (abbés, évêques), et le Pape faisait de son possible pour que cela cesse. Exemple de l'archevêque de Reims, Manassès de Gournay.

Quelle mauvaise langue a-t-elle assurée que l'absolution était tarifée par le Pape lui-même ? Et quel pape ???
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 09:49

@boulo a écrit:
@Perrine a écrit:
@boulo a écrit:
Je me demande ce que pense saint Salomon Leclercq de cette violente discussion ...
Quelle violence ? Il n'y a aucune violence là-dessus.
La seule chose est de défendre la foi, non de la trahir.
Et lorsque l'on parle de "simonie papale", cela ne fait bondir personne ???
Saint Grégoire VII essayait déjà de supprimer la simonie dans l'église...

Cette dernière phrase est un aveu , très chère Perrine ... Et certain pape a tarifé les absolutions , nous assure-t-on .

( Je reste pourtant partisan de l'institution pontificale ... ) .

Quant à la violence , elle est hélas en nous dès notre naissance et elle cherche à s'exprimer tout au long de notre vie .

Les théoriciens de la " communication sans violence " essaient de favoriser son expression/libération sans entraîner automatiquement l'expression de la violence d'autrui et le cycle infernal que cette dernière enclenche .

Cher boulo,
Certains accusent Perrine de violence sur ce forum : Gloupssss ! Et vous enfoncez des portes ouvertes sur un autre sujet. Il faut donc appeler un chat un chat. Est-ce de la violence que de prendre la stricte défense de Notre Sainte Mère l'Eglise Une Sainte Catholique et Apostolique, de ne pas permettre que l'on la salisse et aucun de ses membres, d'autant plus s'ils sont dans le sein de Dieu le Père, s'ils sont Saints et Saintes. Le reste, on s'en contre-fiche littéralement. Ce qui compte, ce sont les affaires de Notre Dieu.
Après, on peut se faire insulter, en MP ou en public, rien à cirer, nous ne devons avoir absolument aucun respect humain. Seul Dieu compte ainsi que tous ceux qui ont travaillé sur terre à son règne, donc y compris tous les martyrs de la Foi. Il est inconcevable que sur un forum catholique on puisse ainsi cracher sur nos martyrs et que personne ne dise rien !! Que font les modérateurs ? Ils comptent les points ??
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9346
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 09:56

Non . Ils souhaitent des échanges paisibles pour mettre fin à des siècles de guerre , comme le veut Vatican II .

Et je n'ai jamais dit que l'inclination à la violence était le seul fait des catholiques ( à Dieu ne plaise ...) . Cette inclination est universelle .

Et je prierai saint Salomon Leclercq pour la combattre ( pacifiquement ) .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 11:22

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12539/Bienheureux-Jose-Luis-Sanchez-del-Rio.html Seront également canonisés deux Sud-Américains, le jeune Cristero mexicain Giuseppe Sánchez del Rio (1913-1928), et le prêtre et premier saint argentin José Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914). Figurent également deux Italiens, le Père Lodovico Pavoni (1784-1849), fondateur de la congrégation des Fils de Marie Immaculée, et le Père Alphonse-Marie Fusco (1839-1910), fondateur des Sœurs de Saint-Jean-Baptiste. Et enfin, l’évêque espagnol Mgr Manuel Gonzáles García (1877-1940), fondateur de la congrégation religieuse des Sœurs missionnaires eucharistiques de Nazareth.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 12:47

philippe bis a écrit:
[spoiler]http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12539/Bienheureux-Jose-Luis-Sanchez-del-Rio.html   Seront également canonisés deux Sud-Américains, le jeune Cristero mexicain Giuseppe Sánchez del Rio (1913-1928), et le prêtre et premier saint argentin José Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914). Figurent également deux Italiens, le Père Lodovico Pavoni (1784-1849), fondateur de la congrégation des Fils de Marie Immaculée, et le Père Alphonse-Marie Fusco (1839-1910), fondateur des Sœurs de Saint-Jean-Baptiste. Et enfin, l’évêque espagnol Mgr Manuel Gonzáles García (1877-1940), fondateur de la congrégation religieuse des Sœurs missionnaires eucharistiques de Nazareth.[spoiler]

Victimes de la même franc-maçonnerie, de la même haine de Dieu. Une telle haine ne peut venir que de son auteur, Satan. Donc, victimes directes de Satan, via leurs bras terrestres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 13:34

https://www.youtube.com/watch?v=k2DltnxPts4
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 13:42

L'homme est y compris " les enfants*" sont capables d'une inhumanité incroyable depuis le péché originel et sans le sacrifice du Christ nous serions tous en route pour etre des démons... *moi par exemple enfant sans aucune pudeur et gène je n'hésité pas à arracher les ailes des mouches " juste pour voir" à cette époque je fis un rêve terrible ou j'étais au fond d'un trou un cercueil au-dessous de moi et sans le Christ j'y serais encore ( au fond du trou)....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 13:50

philippe bis a écrit:
https://www.youtube.com/watch?v=k2DltnxPts4
Avez-vous vu ce film ? Il faut le voir sans tarder, si ce n'est le cas. Il doit encore circuler dans quelques salles. En tous cas ici, il est toujours diffusé. Mais le livre, c'est autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 13:56

J 'ai eu peur de la bande annonce du film ( tres violent) mais maintenant avec la canonisation Giuseppe Sánchez del Rio je vais essayer de le voir
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 13:59

https://www.youtube.com/watch?v=-e1SBZh5NJA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 14:13

philippe bis a écrit:
J 'ai eu peur de la bande annonce du film ( tres violent) mais maintenant avec  la canonisation  Giuseppe Sánchez del Rio  je vais essayer de le voir
Ce film est très dur, mais c'est la réalité. Durant la révolution française, ce fut encore bien pire, d'après tout ce que je lis, bien pire. Mais, tout comme le film de Mel Gibson fut des plus terrible à voir, il faut l'avoir vu. C'est du concret, pas des mots !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 14:17

Suricate a écrit:
philippe bis a écrit:
J 'ai eu peur de la bande annonce du film ( tres violent) mais maintenant avec  la canonisation  Giuseppe Sánchez del Rio  je vais essayer de le voir
Ce film est très dur, mais c'est la réalité. Durant la révolution française, ce fut encore bien pire, d'après tout ce que je lis, bien pire. Mais, tout comme le film de Mel Gibson fut des plus terrible à voir, il faut l'avoir vu. C'est du concret, pas des mots !!
J'ai vu celui de mel gibson et je viens de voir le martyr de saint Giuseppe ( les images sont tres tres fortes...) https://www.youtube.com/watch?v=ul39YhbZLrQ
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12239
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 15:06

Suricate a écrit:
philippe bis a écrit:
http://nominis.cef.fr/contenus/saint/12539/Bienheureux-Jose-Luis-Sanchez-del-Rio.html   Seront également canonisés deux Sud-Américains, le jeune Cristero mexicain Giuseppe Sánchez del Rio (1913-1928), et le prêtre et premier saint argentin José Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914). Figurent également deux Italiens, le Père Lodovico Pavoni (1784-1849), fondateur de la congrégation des Fils de Marie Immaculée, et le Père Alphonse-Marie Fusco (1839-1910), fondateur des Sœurs de Saint-Jean-Baptiste. Et enfin, l’évêque espagnol Mgr Manuel Gonzáles García (1877-1940), fondateur de la congrégation religieuse des Sœurs missionnaires eucharistiques de Nazareth.

Victimes de la même franc-maçonnerie, de la même haine de Dieu. Une telle haine ne peut venir que de son auteur, Satan. Donc, victimes directes de Satan, via leurs bras terrestres.

Heureusement pour eux ils n'ont pas eu à faire aux suricates réputés avoir un taux d'agressivité plus élevé que celui des humains (selon les spécialistes). C'est certainement satan qui guide ces petits mammifères carnassiers... moins idiots semble-t-il que leurs homonymes humains

mort de rire mort de rire mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
Claude Coowar



Masculin Messages : 258
Inscription : 25/11/2013

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 16:30

Je vous communique dans ce premier message, quelques extraits de la Constitution de 1791, violemment anti-cléricale

http://www.histoire-france.net/epoque/france-revolution

(Centre historique des Archives nationales)

Les solutions faces à la crise économique

La France connaît en 1789 une grave crise économique, les capitaux et le commerce sont en régression et les impôts rentrent mal.

Il fallait donc trouver une source d'argent en quantité. Talleyrand proposa alors une nationalisation des biens du clergé, les coffres du clergé contenaient environ 2 milliards de livres. Le débat fut houleux, pour certain il s'agissait de transgresser la propriété privé (Sieyès) pour d'autres ce n'était que le don de fidèles donc appartenant à la Nation (Mirabeau). La proposition fut adoptée, en contrepartie, la Nation s'occupait de salarier le clergé. Puis très vite, un décret donnait la possibilité de régler avec des assignats (billets) qui remplacèrent la monnaie de métal. Ceci devait contribuer à vendre les biens du clergé plus facilement. Mais ce papier-monnaie fut rapidement déprécié et l'inflation galopait. L'assignat allait connaître une existence périlleuse.
Assignat de vingt-cinq sols

La Constitution civile du clergé

Après la nationalisation des biens du clergé, l'Église allait subir d'importantes modifications. Le clergé était organisé par des juristes à l'écart des théologiens. Les évêchés sont réorganisés, les évêques et curés étaient désormais élus, alors que le pape avait autrefois la tâche de nommer les évêques. L'Église de France fut ainsi modifiée afin de la rendre plus séculière sous le nom de Constitution civile du clergé. Le roi avait accepté la constitution, mais le pape Pie VI la condamna. Et les ecclésiastiques, pris par le temps étaient obligés de prêter serment à la constitution, mais à cause de la position du pape peu d'entre eux le firent. Ainsi des élections eurent lieu pour remplacer ces prêtres réfractaires. Cette constitution s'avérait schismatique et mettait en question le lien entre le pape et l'Église de France établi dans le Concordat de 1516.

L'Être suprême
La déchristianisation et les massacres des hébertistes avaient fait réagir Robespierre qui établit un culte de l'Être suprême chaque dixième jour de décade (en lieu et place du dimanche). Robespierre avait subi l'influence déiste des Lumières et notamment de Rousseau (« La France reconnaît l'existence de l'Être suprême et de l'immortalité de l'âme. »). Il y voyait un fondement métaphysique des idéaux républicains et la communion des principes révolutionnaires. La première des fêtes décadaires de l'Être suprême eut lieu le 20 prairial (8 juin), la cérémonie était d'inspiration antique et elle était préparée par David (dont les toiles témoignent de l'esthétisme de l'Antiquité). Des guirlandes, corbeille de fleurs et robes blanches ornaient le spectacle. Le président de la cérémonie, Robespierre brûla une statue représentant l'Athéisme et une autre représentant la sagesse (qui demeura incombustible). Cette grande fête où Robespierre était à son apogée contribua également à sa perte.

...

La période thermidorienne
Après la Terreur, la France est épuisée, la misère s'installe, les prix augmentent. A cela il faut ajouter des mauvaises récoltes et un hiver rude, les « ventres-creux » se multiplient. Les paysans et soldats sont néanmoins satisfaits de leurs nouvelles conditions, mais il y a désormais les nouveaux riches qui spéculent et exhibent leur or. Les mœurs se relâchent, la Terreur trop pesante a laissé place à des fêtes et des bals, les divorces augmentèrent rapidement. La séparation de l'Église et de l'État est maintenant définitive par la suppression de la constitution civile du clergé. Mais l'inflation galopait, on entreprit alors de dévaluer les assignats.

Les groupes politiques
• Groupes politiques royalistes
o Monarchistes ou Royalistes : Partisans de la monarchie des Bourbons, sous sa forme absolue ou sous sa forme constitutionnelle.
o Chouans : Groupes contre-révolutionnaires actifs dans les régions de l'Ouest et le marais vendéen. Ils disparaîtront sous l'Empire.
o Émigrés : Membres de la noblesse ayant quitté la France, souvent pour l'Angleterre, pour fuir la Révolution.
o Réfractaires : Religieux qui ayant refusé de prêter serment à la République doivent prendre le maquis.

Le prochain post concerne le rôle qu'auraient joué des franc-maçons.

A prendre avec des pincettes. N'ayant aucune érudtion sur le rôle de la franc-maçonnerie dans la Terreur de la Révolution française, je laisserai à celles et ceux plus compétents que moi de juger et critiquer la teneur du prochain message.

Claude.
Revenir en haut Aller en bas
Marc Hassyn



Masculin Messages : 292
Inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 16:48

Jusqu'à la Révolution, l'essentiel du recrutement des loges s'effectuait dans la noblesse catholique ("Tout le monde en est", disait la Reine) et le clergé (environ un tiers des membres des loges !). Par conséquent, il y a certainement eu infiniment moins de francs-maçons impliqués dans la Terreur que de francs-maçons qui en ont été les victimes.

Pour l'importance de l'engagement du clergé en franc-maçonnerie, lire l'excellente thèse du Père Jésuite Ferrer-Benimeli qui remet bien des pendules à l'heure...
Revenir en haut Aller en bas
Claude Coowar



Masculin Messages : 258
Inscription : 25/11/2013

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 17:00

https://explicithistoire.wordpress.com/2014/11/14/les-dessous-de-la-republique-et-de-sa-revolution-maconnique/

A lire avec de l'esprit critique compte tenu de l'anti sémitisme rampant.

Les Dessous de la République et de sa Révolution maçonnique

Publié le 14 novembre 2014

Il y a l’Éducation nationale républicaine, maçonnique et bourgeoise, et il y a l’Histoire, l’autre. Le système s’en défendra mordicus, mais la Révolution française est le fruit d’un complot orchestré par des esprits sectaires, au bénéfice direct de la bourgeoise, non du peuple. Nombre de franc-maçons ont admis ce rôle.

Depuis cette révolution sanglante, c’est l’anti-christianisme qui prime en France. Pour un pays royaliste et chrétien, la révolution ne fait pas l’unanimité ; loin de là. Mais l’avis des provinciaux est le cadet des soucis des instigateurs de la prétendue « république du peuple ». Le massacre sanglant de Vendée en est l’illustration la plus flagrante.

Il y a les témoignages, les preuves écrites rapportées depuis des siècles, qui constituent une bibliographie sans fin. Pour les curieux qui ne disposent pas du temps et des moyens nécessaires pour acquérir ces ouvrages, il y a les témoignages d’historiens dissidents, de tous bords confondus, qu’ils soient chrétiens ou athées.

• Lire aussi Les Dessous de la Révolution française
• Et Les Dessous de la République avec l’Ancien régime de France

La république a menti

« Voici une brève analyse historique, mettant en relief tous les mensonges que l’école républicaine a enseigné et enseigne encore sur l’Ancien Régime et la misère ouvrière. A travers des analyses historiques par des historiens de renom, cette vidéo vous dévoilera un aspect méconnu des qualités de vie au Moyen-Âge ainsi que les conditions de travail et des ouvriers de l’époque. Sans oublier aussi la naissance du prolétariat et de la misère ouvrière depuis la révolution française et sa fameuse loi Le Chapelier interdisant les corporations, et la naissance du libéralisme économique qui en fut la conséquence et qui engendrera à son tour le socialo-marxisme. TOUT CE QUE L’ÉDUCATION NATIONALE NE ne vous ENSEIGNERA JAMAIS ET POUR CAUSE… « 28 février 1794, les Lucs-sur-Boulogne.

1789 la Monarchie s’effondre comme un château de cartes, lorsque la tête du roi tombe c’est la stupeur dans la France entière. Les campagnes vont très rapidement devenir le « laboratoire scientifique »de toutes les mutilations et les exécutions illégitimes sommaires vont s’enchaîner, la Révolution s’acharne à changer le peuple français par la violence en le coupant méthodiquement de ses racines spirituelles et temporelles… La situation lamentable actuelle que nous connaissons dans le domaine de l’enseignement n’est que le fruit d’une opération chirurgicale pratiquée par une poignée de fous furieux, autoproclamés médecins (sans diplôme) à cette époque. S’il est vrai que de nos jours les révolutionnaires ne coupent plus les têtes, force est de constater qu’ils les vident par un formatage idéologique intensif et républicain. Ce qui est plus sournois, mais tout aussi efficace. En ce sens il nous paraît opportun en ce jour de mémoire de nous rappeler ou de faire découvrir à certains de nos jeunes lecteurs une bien sombre histoire, qui aurait pu tomber totalement dans l’oubli sans le long travail de transmission animé par quelques consciences bienveillantes soucieuses de justice et de vérité.

Nous sommes le 28 février 1794 en Vendée, les troupes des généraux Cordellier et Crouzat tuant pillant, saccageant, massacrant et incendiant tout sur leur passage selon le décret validé par la convention d’exterminer « les brigands », viennent d’essuyer un revers infligé dans les landes de la Vivandière par l’armée de Charette, général en chef de l’armée Catholique et Royale. Affaiblie après « Savenay » et la virée de galerne, privée de nombreuses forces, condamnée à pratiquer une guérilla, l’armée vendéenne doit cependant se retirer après la victoire.

Martincourt, un lieutenant républicain de Cordellier s’en aperçoit et après avoir regroupé plusieurs fugitifs, se dirige vers les Lucs-sur-Boulogne avec l’intention ferme d’y exercer des représailles sans quartier…

Divisé en deux paroisses, le Grand-Luc compte 2 050 habitants et le Petit-Luc une centaine de personnes. Face à l’arrivée des colonnes, l’abbé Voyneau curé du Petit-Luc s’avance au-devant des soldats républicains sur le chemin de la Malnaie pour les exhorter à ne pas tuer ses paroissiens, il sera attaché puis torturé à un arbre, on lui arrachera la langue, on lui plantera une pince dans la poitrine de manière à lui extraire le cœur que les assassins écraseront à coup de talons sur les pierres du chemin.

Pris de panique, les villageois ne sachant où aller vont trouver refuge dans la chapelle du Petit-Luc. Ils ne sont pas en mesure de se défendre, ce sont des vieillards, des femmes et des enfants dont 109 avaient moins de 7 ans. L’absence d’hommes achève de convaincre les Républicains que ces derniers avaient participé aux combats sous les ordres de Charette. La petite chapelle ne pouvant contenir toute la population, les révolutionnaires sans pitié commencent par décharger leurs fusils sur la foule agenouillée à l’extérieur, puis afin d’économiser les cartouches, lancent une charge à la baïonnette massacrant et achevant les blessés. Les survivants se barricadent à l’intérieur de la chapelle, les Républicains incendient alors l’église puis ouvrent le feu avec leurs canons, le clocher s’effondre, écrasant de sa masse le monceau des victimes encore pantelantes.

L’idée d’exterminer la population vendéenne est pour la première fois énoncée le 4 avril 1793 par certains politiques et officiers supérieurs. Le ministre Barrère dans sa soif intense de « liberté, d’égalité et de fraternité républicaine », propose personnellement « un plan de destruction totale ». « La Vendée », s’exclame Turreau « doit être un cimetière national, il faut prioritairement éliminer les femmes, sillons reproducteurs ».

On crée des camps d’extermination comme à Noirmoutier par exemple. A Bourgneuf et à Nantes, on organise des noyades spéciales pour les enfants, sinistre supplice que Carrier nomme « baptême républicain ». Les Vendéens ne doivent plus se reproduire, d’où le recours à une symbolique macabre à couper le sexe des hommes, ou à faire exploser des cartouches dans l’appareil génital des femmes. Les témoignages et les descriptions révèlent l’atrocité et l’horreur de la situation comme celle de Peigné, de Saint-Julien-de-Concelles, où des femmes enceintes étaient étendues et écrasées sous des pressoirs…

Aucune cause armée ne peut justifier dans le monde le massacre de population civile, rien ne peut justifier une telle barbarie. Bien des années plus tard en 1863, sous les décombres de la chapelle du Petit-Luc, on découvrit les ossements de ces martyrs enlacés de leurs scapulaires et de leurs chapelets. Le massacre des Lucs-sur-Boulogne a fait 564 victimes. Il devient donc nécessaire de revoir et d’entretenir le souvenir de l’histoire de cette journée macabre, si mal connue des manuels de l’histoire « officielle » pour des raisons qui de toute évidence s’imposent d’elles-mêmes….
Les noms des 110 enfants des Lucs-sur-Boulogne de moins de 7 ans, massacrés par les troupes républicaines, le 28 février 1794.

Sur le génocide de Vendée

L’un des sujets les plus discutés de l’Histoire, et aussi sur Internet. Même l’éducation nationale et les historiens ont du mal à cacher les atrocités commises en Vendée au nom de la « République triomphante ». Pour preuve, cet épisode de « L’Ombre d’un doute » de la télévision d’État, qui n’hésite pas à aller contre la doxa ambiante ;

Voir le commentaire du « Nouvel Obs. » à ce sujet : « LE PLUS. Pour la seconde fois en un an, France 3 a diffusé le documentaire « Robespierre, bourreau de la Vendée ? », présenté par Franck Ferrand. Derrière ce documentaire, on trouve des propos historiquement contestables, selon notre chroniqueur Bruno Roger-Petit, qui s’étonne de la diffusion d’un programme aussi partisan. »
Robespierre, bourreau de la Vendée ? L’ombre d’un doute – Franck Ferrand | France 3 : Entre 1793 et 1796, la Vendée fut le théâtre d’affrontements d’une rare violence entre des paysans insurgés et le pouvoir révolutionnaire, en particulier lors de l’envoi des colonnes infernales en 1794. Massacre de patriotes, massacres de royalistes : 170 000 Vendéens périrent.

En 1794, Robespierre est exécuté, et la situation commence lentement à s’apaiser, mais il faudra attendre 1796 pour que la guerre cesse. Que s’est-il réellement passé durant ces trois années de combat ? Franck Ferrand, entouré de Clémentine Portier-Kaltenbach, Christophe Bourseiller et Stéphanie Coudurier, revient sur la tragédie vendéenne à la fin du XVIIIe siècle. (la partie 2 ici)

• L’imposture du génocide vendéen – Philippe Landeux – 26 10 2014 (contre-argumentation qui nie le génocide)
Révolution française : silence sur le génocide vendéen
Nous sommes bien loin de la version officielle racontée dans les livres d’histoire et par la plupart des journalistes, intellectuels et politiques de notre époque… Au moins 180.000 personnes déportées, tuées, assassinées. Des centaines de prêtres, des religieux, mais avant cela, pour la plupart, des paysans, car ce sont les paysans qui, les premiers, se révoltent contre la République naissante. 180.000, c’est le nombre minimum de victimes des guerres dites « de Vendée ». Il y aura aussi plus de 200.000 soldats républicains tués dans les combats.

La République construite dans le sang

Il y a 227 ans. Ce qu’on appelle, à tort, la Révolution française, éclate à Paris. Une manœuvre de quelques centaines de personnes au départ, afin de renverser la Monarchie. Les révolutionnaires parviennent à étendre les incidents au pays tout entier. Incidents qui se transforment peu à peu en guerre civile. Un bain de sang. Des milliers de familles sont victimes de la barbarie qui est en train de se mettre en place. En fait, c’est une idéologie nouvelle que Robespierre, Danton et d’autres sont en train d’imposer, par la force, au peuple de France. Parce que l’Eglise est persécutée (on impose aux prêtres la constitution civile du clergé) – les prêtres refusent de prêter serment. Parce qu’ils s’opposent à la levée en masse de 300.000 hommes que la Convention, le nouveau pouvoir en place à Paris, impose afin de combattre l’Autriche catholique, les Vendéens se révoltent.

Jean Jacques Rousseau et la tyrannie

« Si le peuple pense mal, il faut changer le peuple ». C’est, en une phrase, toute la pensée de Rousseau. Il est indéniable que son « contrat social » comportait en germes le socialisme et la tyrannie qui se préparait dans le pays. Le 1er octobre 1794, la Convention décrète l’extermination « de toute la Vendée ». Il y aura le général républicain Turreau et ses colonnes infernales. Jean Baptiste Carrier et les noyades par millier. Il y aura aussi les massacres des Lucs-sur-Boulogne où 564 personnes, hommes, femmes, enfants seront assassinés par les Bleus des généraux Cordellier et Crouzat. Il y aura enfin le massacre dans la forêt de Vezin, près de Chanteloup-les-Bois où seront tuées près de 2.000 personnes.

La Révolution française ne fut pas seulement une tentative d ‘« épuration » de la Vendée, mais une épuration d’une partie du peuple de France opposé à la République. Marseille et Lyon, mais aussi la Bretagne étaient entrés en résistance. Ils s’étaient battus pour Dieu et pour le Roi de France. Symbole de leur résistance, un cœur surmonté d’une croix rouge marqué de la devise « Dieu le Roy ».
Un documentaire d’Armel Joubert des Ouches

La république du diable

Sur la Révolution

Aux racines françaises de la dépopulation

La Terreur sous la Révolution française voit pointer les premiers éléments génocidaires, avant même la théorie malthusienne

(L’occasion ici de présenter un ouvrage remarquable de Nesta Webster, La Révolution Mondiale, Le complot contre la civilisation)

Vers la fin de 1793, il devint évident qu’il était impossible d’absorber l’excédent de main d’œuvre ainsi crée, car les attaques contre les villes manufacturières de France avaient porté le coup fatal au commerce, et la République devait faire face à des centaines de milliers de travailleurs auxquels elle ne pouvait trouver d’emploi. C’est alors que le Comité de Salut Public, anticipant la théorie de Malthus, s’embarqua sur son terrible projet du « Système de dépopulation «

Que ce plan ait véritablement existé est un fait indéniable, compte tenu de la surabondance de témoignages de l’époque. Dans mon livre sur La Révolution française j’ai cité sous ce rapport pas moins de trente-deux témoins, tous révolutionnaires, et depuis, j’ai encore trouvé le fait corroboré par les lettre d’un Anglais, du nom de Readhead Yorke, qui voyagea en France en 1802 et s’enquit particulièrement de cette question auprès du peintre David, l’ami de Robespierre :

« Je lui demandai s’il était vrai que le projet avait été envisagé de réduire la population de France au tiers de son nombre actuel (environ 20 millions à l’époque, Ndr). Il répondit que cela avait été discuté très sérieusement, et que l’auteur du projet était Dubois-Crancé. »

La Révolution Mondiale, Le complot contre la civilisation de Nesta Webster, p.101

« Monsieur de la Méthérie m’assura qu’à l’époque des tribunaux révolutionnaires, il avait été sérieusement envisagé de réduire la population française à 14 millions d’habitants. Dubois-crancé fut un distingué et enthousiaste partisan de cette politique humaniste et philosophique »

La France en 1802, Lettre de Readhead Yorke, cité par Nesta Western dans La Révolution Mondiale, Le complot contre la civilisation, p.102

« Aux yeux de Maximilien Robespierre et de son conseil, dit Babeuf, la dépopulation était indispensable parce que le calcul avait été fait que la population française était excédentaire par rapport aux ressources du sol et aux besoins de l’industrie utile, c’est-à-dire qu’avec nous, les hommes étaient trop nombreux pour pouvoir vivre dans l’aisance, qu’il y avait trop de bras pour exécuter les travaux essentiellement utiles, et voici l’horrible conclusion que puisque la population superflue s’élevait à tant … il fallait donc sacrifier une portion de sans-culottes; que ce résidu pourrait être éliminé dans une certaine mesure, et que des moyens devraient être trouvés pour cela » (1)

(1) « (NDT) : on pourra consulter Babeuf La guerre de Vendée et le système de dépopulation, présenté et annoté par R. Secher et J-J Brégon (éd. Tallandier, Paris 1987). Une politique qui, en la fin du XX ème siècle est d’actualité mondiale, pour des raisons alternativement dites politiques, religieuses, tribales, n’importe, mais en réalité économiques et « écologiques » (sic !) pour réserver à l’ethnie-reine les richesses de la terre : « c’est là notre politique, s’est vanté William Paddock, l’un des conseillers du département d’Etat américain sous H. Kissinger er Cyrus Vance en 1981 (…). Elle implique et explique les carnages des guerres révolutionnaires et des guerres mondiales du XX ème siècle, toutes provoquées par la judéo-maçonnerie mondiale
La Révolution Mondiale, Le complot contre la civilisation, p.103

• Voir la page de présentation du livre

Le mensonge sur la révolution française

Vidéo d’Alain Soral pour la présentation d’un petit ouvrage synthétique, sorte de résumé de l’Histoire du Jacobinisme de l’abbé Barruel. « Mesdames et Messieurs, quel a été, en 1789, en 1792 et en 1793, le rôle exact de la Franc-Maçonnerie dans la Révolution française ? Les documents authentiques, émanant de la Maçonnerie elle-même, ne peuvent pas, on le comprend, ne pas être rares sur ce point. Une société secrète ne serait pas une société secrète, si elle ne prenait pas le plus grand soin de cacher tout ce qui peut renseigner sur elle, et les témoignages positifs, là où par principe on les supprime, ne peuvent nécessairement pas abonder. Néanmoins, si le véritable témoignage nous fait souvent ainsi défaut, il n’en est pas de même de certains faits, singulièrement saisissants et qui en arrivent, rapprochés les uns des autres, à produire une lumière presque aussi probante que la lumière même des documents. Or ces faits-là sont innombrables, et la démonstration qui en résulte, c’est qu’il n’est peut-être pas une seule des grandes journées de la Révolution qui n’ait pas été, plus ou moins longtemps à l’avance, machinée et répétée dans les Loges, comme on répète et comme on machine une pièce dans un théâtre… Suivez donc avec un peu d’attention les faits qui vont vous être exposés, et vous verrez, comme de vos yeux, tout un grand pays violemment transformé, par la plus évidente des conspirations, en une immense et véritable Loge. Vous le verrez jeté par force dans toute une succession d’épreuves maçonniques graduées, dont les premières dissimulaient soigneusement le secret final, mais dont la dernière, dès le début, avait toujours dû être le meurtre du Roi, pour aboutir au but suprême et caché, c’est-à-dire à la destruction de la nationalité elle-même ! » (source et achat)

Mensonges de la Révolution française
Par Marion Sigaut

1789 n’a jamais été la révolte du Peuple !
Par Marion Sigaut

Restez débranchés ! – Épisode 3 – La Révolution française

Révolution et franc-maçonnerie

Innombrables sont les auteurs et leurs ouvrages mettant en évidence le rôle prépondérant de la secte franc-maçonne dans l’orchestration de la Révolution Française. Faut-il une plus explicite image que celle des Droits de l’Homme surmonté de l’œil qui voit tout, si cher aux francs-maçons, pour observer l’implication concrète de la secte dans les évènements de 1789 ?

De plus, les divers témoignages des protagonistes eux-mêmes, incontestables et sourcés, établissent historiquement le complot de l’illuminisme dans la franc-maçonnerie pour renverser les pouvoirs à partir du 18ème siècle.
Vidéo : « Illuminés de Bavière, Francs-Maçons et N.O.M. – Adam Weishaupt »

La Franc-maçonnerie
et la Révolution française

Maurice Talmeyr- Livre audio – [Télécharger le PDF]

« Qui sont les responsables de l’état actuel — catastrophique — de notre pays la France, à quelle date la déchéance de notre pays a-t-elle commencée et dans quel but ? Quel est le régime qui nous a conduits à une décadence totale ? La France était la première puissance occidentale avant 1789.

Que sommes-nous aujourd’hui, pourquoi, comment et à cause de qui ? Qu’a fait de notre si beau pays, la France, la judéo-maçonnerie via ses loges et son outil : La République dite française ? Quel a été, en 1789, en 1792 et en 1793, le rôle exact de la Franc-maçonnerie de France dans la Révolution française ?

Ce que M. Maurice Talmeyr a voulu démontrer dans son livre « La franc-maçonnerie et la Révolution française » que nous avons enregistré en livre audio, http://bit.ly/1pZ2Zsa (ou voir vidéo plus bas Ndr) disponible gratuitement, afin de le diffuser au plus grand nombre, c’est que la Révolution, bien loin qu’elle fût nationale dans ses origines profondes et dans ses aspirations, a été l’œuvre exclusive d’une secte qui tendait précisément et qui tend de nos jours encore à la destruction de toutes les nationalités. Et ce thème, M. Maurice Talmeyr l’a exposé et développé, avec une clarté, une logique, une vigueur saisissantes et une abondance de documentation propre à satisfaire les critiques les plus exigeants.

Il n’enguirlande pas la vérité. Il la montre telle quelle, avec preuves irrécusables à l’appui, et en un style sobre, incisif.« D’après les documents les moins niables, explique Maurice Talmeyr, et contrairement à une légende audacieusement fabriquée, la nation française, comme masse populaire, en dehors d’une certaine noblesse, d’un certain clergé et d’une certaine bourgeoisie, était alors profondément catholique et royaliste. »

Et comment, dès lors, comprendre « une nation qui a la religion et la monarchie dans le sang, qui les veut, qui ne veut qu’elles, et qui les renverse avec fureur » ? La mise à mort de Louis XVI a été décidée, dix ans d’avance, dans la tenue illuministe de Wilhelmsbad. La trahison, elle était partout à la Cour de Louis XVI. Dans cet ordre d’idées, M. Maurice Talmeyr établit sur des documents irrécusables que le Roi n’a jamais donnés, au 10 août 1792 cet ordre de cesser le feu, qui perdit la monarchie et qui fut donné cependant au nom du Roi. Il prouve de même que ni l’assemblée législative n’a voté l’emprisonnement de Louis XVI au Temple, ni la Convention n’a voté la mort du Roi. L’assemblée législative a voté que le Roi logerait au palais du Temple, mais non pas dans la Tour du Temple, qui était une prison. Et quant à la Convention, elle a réellement repoussé la mort du Roi par 13 voix de majorité. C’est un pouvoir occulte qui a emprisonné le Roi et qui l’a condamné à mort par falsification de scrutin. Et ce pouvoir occulte, c’est la franc-maçonnerie. Ce n’est pas là, évidemment, ce que nous ont appris les historiens de la Révolution, et M. Maurice Talmeyr semble conclure à bon droit :
Si la Révolution, que personne ne confond avec l’évolution, n’est pas le grand mouvement humain auquel beaucoup d’honnêtes gens ont cru et croient encore, si elle n’est pas ce grand fait social provenant naturellement d’intérêts et de besoins profonds, et si, au contraire, elle n’a jamais été qu’un bluffe immense, dirigé et lancé contre le Christianisme universel, tous nos malaises moraux, toutes nos perturbations, se comprennent et s’expliquent. Sinon, ils ne se comprennent pas, et ne peuvent sérieusement se déduire de rien.

Ou la Révolution est un mouvement naturel, providentiel, et le trouble ne peut pas être toujours d’autant plus grand que les progrès des idées révolutionnaires sont plus grands eux-mêmes ! Ou la Révolution n’est bien que l’artifice et la machination de voleurs qui « percent la maison », et le trouble, alors, se comprend. Tout s’explique et tout s’éclaire… Enfin, et ce sera notre dernier mot, nous voyons peut-être aussi maintenant que l’histoire de la Révolution est à faire, et que nous ne la savons pas, que nous n’en savons rien. Nous avons donc un devoir tout indiqué, c’est de l’apprendre, d’abord pour la savoir, et pour pouvoir ensuite l’enseigner à la France !

« Nous voyons maintenant que l’histoire de la Révolution est à refaire et que personne ne la sait, surtout parmi ceux qui devraient la savoir. Nous n’avons donc qu’une chose à faire, c’est de l’apprendre, d’abord pour la savoir, ensuite pour l’apprendre à la France. » »

(http://www.royalistes.net )

La conjuration antichrétienne ou le Temple Maçonnique voulant s’élever sur les ruines de l’Église Catholique

Monseigneur Henri Delassus (1836-1921) est un prêtre catholique, docteur en théologie et chanoine du diocèse de Cambrai, né à Estaire dans le Nord. Il est ordonné prêtre en 1862 et officie à Valenciennes puis à Lille. En 1874 il est nommé chapelain de la basilique Notre-Dame-de-la-Treille. Dès 1872 il collabore au journal La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai, et en 1874 il en devient propriétaire et directeur, assurant lui-même la rédaction de la revue. En 1904 il est nommé prélat de la maison du Pape puis pro notaire apostolique en 1911. Sur demande de la Cour romaine, il reçoit le titre de docteur ad honores par la Faculté de théologie de Lille.

Antilibéral et contre-révolutionnaire, il fut l’un des premiers à percevoir que sous les dessous de la destruction programmée du catholicisme se trouvait un projet de domination mondiale. Il n’eut alors de cesse de le dénoncer dans différents ouvrages et de le combattre, ce qui fait de lui le premier des antimondialistes.

Dans La Conjuration Antichrétienne ou le Temple Maçonnique voulant s’élever sur les ruines de l’Église Catholique, Henry Delassus nous propose une exploration historique, philosophique et religieuse à travers les étapes de la destruction de l’Église catholique par ceux qui, de la Renaissance à la Réforme, puis par les différentes Révolutions, ont programmé l’avènement d’une République universelle judaïque et maçonnique. Nées dans les loges, elles-mêmes instruments d’une petite élite aux visées oligarchiques, les idées humanistes et naturalistes, puis le protestantisme et enfin le libéralisme des Lumières n’ont été que les manifestations d’un long combat pour imposer une vision unifiée de l’homme menant à un mondialisme qui n’est que l’avènement d’un messianisme matérialiste. Pour y arriver, il a fallu et il faut encore écraser le catholicisme, universalisme dont la réalisation concerne un autre plan, le plan céleste, et qui pourtant est un obstacle absolu au projet terrestre de la franc-maçonnerie, car ce sont là deux idées de l’homme qui ne peuvent coexister. « Si l’on veut indiquer la place que l’homme prend dans la pensée moderne, il n’y a pas d’autre mot à employer que celui d’ homothéisme […] On ne peut imaginer un contraste plus grand avec la conception chrétienne de l’homme. Ajoutons que l’on ne peut rien concevoir de plus parfaitement identique à l’attitude des anges rebelles en face de Dieu au jour de la grande tentation. » Ce combat peut ainsi se résumer en une seule phrase : celui du Christ contre Satan. (source & achat) Lire [PDF]

La conjuration antichrétienne – La Révolution institue le naturalisme – Mgr Henri Delassus

La Révolution « française », complot maçonnique

« C’est depuis Francfort, haut-lieu de l’Illuminisme contrôlé par la Maison Rothschild, que fut initialement complotée la révolution française de 1789.

En effet, en 1782 se tint un important convent maçonnique à Wilhelmsbad. Alors bras droit de Weishaupt, l’Illuminé Knigge y prit part avant de se séparer de Weishaupt car épouvanté par ses projets. Présidé par le général prussien Ferdinand de Brunswick, ce congrès réunit des francs-maçons venus de l’Europe entière durant six mois.

Délégué à Wilhelmsbad, le Comte de Virieu dira à son retour qu’« il se trame une conspiration si bien ourdie et si profonde qu’il sera bien difficile à la religion et aux gouvernements de ne pas succomber. » Plus tard en 1784, se réunit la Grande Loge Eclectique -fondée par Knigge- où fut décidée la mort de Louis XVI mais aussi celle du Roi de Suède Gustave III intervenue en mars 1792.
Officiellement fondée en 1717 et puisant son origine à Londres, la franc-maçonnerie concentra ses efforts sur la France à la fin du XVIIIème siècle.
La secte joua un rôle crucial lors de ces évènements sanguinaires, notamment un certain Mirabeau au tout début de la conspiration. Ce dernier fut le pion de prêteurs d’argent comme Moïse Mendelsohn qui le manipula. Endetté et sous contrôle, Mirabeau fut ensuite initié à l’Illuminisme de Weishaupt.
Ce même Mirabeau était chargé de monter, en sous-main, le Duc d’Orléans Philippe Egalité -grand maître du Grand Orient- contre son cousin le Roi Louis XVI. Les deux conspirateurs, francs-maçons haut degré, s’efforcèrent d’appliquer le plan de subversion illuministe. L’Illuminisme ayant alors conquis idéologiquement la franc-maçonnerie du Grand Orient elle-même créée en 1773.
La Monarchie française était dans le même temps infiltrée de toute part, les idées nouvelles ayant séduit une large frange de l’aristocratie. L’armée se trouvait elle aussi sous la domination maçonnique par le biais des loges militaires alors que la propagande était le domaine du Duc de la Rochefoucauld, Condorcet et Sieyès. »
Johan Livernette – Synthèse du mouvement révolutionnaire mondial (2012) – Lien vers le livre

La Révolution préparée par la Franc-maçonnerie


Télécharger le PDF
La Conjuration maçonnique au XVIIIe siècle
La Révolution française a eu pendant cent ans le singulier privilège d’être considérée comme « Tabou » par la majorité des Français.
Depuis M. Clemenceau, l’homme du « Bloc », jusqu’à nombre de réactionnaires les plus « ancien régime », tous, à bien peu d’exceptions près, s’inclinaient respectueux devant l’Idole révolutionnaire. On aurait pu dénombrer les héros capables de jeter l’anathème à ce mouvement prétendu général, spontané, issu de l’âme même de la nation !

C’est que le « Bloc » avait bénéficié jusque-là de l’auréole, du prestige qui lui furent décernés par des historiens d’une impartialité douteuse, dont le lyrisme débordant avait parfois masqué la fausseté de la thèse.

On l’a dit, et rien n’est plus vrai à l’époque actuelle : « L’histoire est le plus souvent un complot contre la vérité. »

Mais voici que, depuis quelques années, un revirement s’est produit : des écrivains se sont appliqués à dégager « l’inconnue », l’X de ces événements inexplicables. « La Révolution est satanique », avait dit, le premier, Joseph de Maistre. Parole profonde, lueur fulgurante projetée d’un mot par le remarquable penseur, formule qui, plus qu’on ne le pense, est à prendre au pied de la lettre.

Et, en effet, aucun historien n’a pu donner une explication plausible de ce mouvement en apparence national, en réalité purement superficiel et factice.
En 1789, les ennemis de la religion et de la monarchie se chiffrent par un nombre infime. Taine constate que les révolutionnaires ne sont élus que grâce à des abstentions inimaginables : 74.000 abstenant à Paris en 1791 sur 81.000 électeurs ; à Limoges, 2.350 sur  2.500 inscrits; à Grenoble, 2.000 absents sur 2,500, etc.

De même que la population, dans son ensemble, était restée profondément royaliste, de même le respect de la religion était général ; le peuple était foncièrement catholique.

Ainsi, en pleine Terreur, au moment où on massacrait les prêtres, on voyait la multitude « accourir de toutes parts pour se jeter à genoux, tous, hommes, femmes, jeunes et vieux, se précipitant en adoration au passage d’un prêtre portant le viatique ».

De tels contrastes sont singulièrement déconcertants pour qui ne possède pas la clé de ces événements. Il en est de même pour la plupart des Révolutions ; elles sont l’œuvre d’une faction, d’une minorité organisée maçonniquement. A propos de la Révolution du Portugal, la Saturday Beview vient d’écrire : « Cinq cents policemen auraient eu raison de cette canaille ! »

Au contraire, le mystère s’éclaircit, devient parfaitement explicable lorsque l’on a mis à nu le « truquage » des faits, lorsque l’on a démasqué le moteur secret qui a préparé, machiné la tragédie, lorsque l’on connaît la mystérieuse puissance qui, en possession de l’opinion publique, maîtresse des avenues du pouvoir, ayant à sa discrétion les chefs les plus insoupçonnés, déclencha et précipita à son gré ce drame national.
Disraeli, qui s’y connaissait, a écrit dans Coningsby cette phrase toujours d’actualité : « Le monde est gouverné par tout à fait d’autres personnages que ne se l’imaginent ceux qui ne se trouvent pas derrière les coulisses. » (VI, ch. xv.)

Nous voudrions, dans une étude forcément sommaire, vu l’étendue du sujet où les documents intéressants abondent, pénétrer « derrière les coulisses », et montrer sous son vrai jour cette Révolution, inexplicable pour l’historien, cette « anarchie spontanée » ! préparée tout au contraire de longue date, par les sectes maçonniques, voulue, préméditée pour des raisons en général ignorées du public, mais que des écrivains initiés ont données ou seulement indiquées, dans des livres réservés à un cercle restreint d’adeptes.

M. Gautherot a démontré le « truquage » des cahiers de 1789. Après avoir consulté les archives provinciales, il a démasqué cette vaste mystification, cette énorme tricherie, qui donne l’explication de l’unanimité de ces cahiers, œuvre concertée des intellectuels, des philosophes, des robins, agents, jusque dans les moindres villages, des comités révolutionnaires, dont la direction était à Paris.

C’est à la suite de longues et patientes recherches, de découvertes savamment conduites, que des chercheurs parvinrent à constituer de vraies bibliothèques d’écrits secrets émanant de F.’. -M.’. Autorisés. Ils arrivèrent à reconstituer la conjuration formidable qui, au cours du XVIIIe siècle, parvint à « maçonniser » la société française.

Pour écraser l’Infâme, selon l’expression de Voltaire, pour arriver à anéantir la foi et à briser le trône, il fallait s’emparer, tout d’abord, de l’opinion publique ; l’Encyclopédie fut le premier moyen employé par les conjurés pour « miner sourdement et sans bruit l’édifice et l’obliger à tomber de lui-même », comme l’écrivait, le 13 août 1775, Frédéric II à Voltaire.
Extrait de « LA RÉVOLUTION PRÉPARÉE PAR LA FRANC-MAÇONNERIE » JEAN DE LANNOY

Chapitre V – La Maçonnerie, propagatrice des révolutions
Extrait de « 2000 ans de complot contre l’Eglise »
L’Archevêque Evêque de Port Louis, Mgr Léon Meurin, dans son ouvrage « Philosophie de la Maçonnerie », écrit ceci :
« En 1844, Disraeli mettait dans la bouche du juif Sidonia les paroles suivantes (dans Coningsby, Chap VI, XV) : » Depuis que la société anglaise a commencé de s’agiter et que ses institutions se voient menacées par de puissantes associations, vous voyez les juifs, autrefois si loyaux, dorénavant dans les rangs des révolutionnaires…

« Cette mystérieuse diplomatie russe qui alarme tellement les diplomaties occidentales est organisée et en majeure partie réalisée par des juifs… ; la formidable révolution qui se prépare en Allemagne, dont les effets seront même plus grands que ceux de la Réforme, est menée totalement sous les auspices des juifs. Dans le comte Cancrun, le ministre des finances russe, je reconnais un juif lituanien ; dans le ministre espagnol Mr Mendizabal, je reconnais un juif aragonais ; dans le Président du Conseil français le Maréchal Soult, je reconnais le fils d’un juif français ; dans le ministre prussien le Comte d’Arnim, je vois un juif… On voit donc, cher Coningsby, que le monde est gouverné par des personnages très différents de ce que croient ceux dont l’œil ne voit pas ce qui se passe dans les coulisses. ».

« Durant la révolution de 1848 dirigée par le Grand Orient de France, son Grand Maître, le juif Crémieux, devint ministre de la Justice. Cet homme fonda en 1860 l’Alliance Israélite Universelle, et proclama, avec une inconcevable effronterie dans les « Archives Israélites » de 1861 (p. 651) « qu’à la place des Papes et des Césars va surgir un nouveau règne, une nouvelle Jérusalem » ! Et nos bons maçons, les yeux bandés, aident les juifs dans le « Grand Œuvre » de construire ce nouveau Temple de Salomon, ce nouveau royaume césaro-papiste des cabbalistes ! »

« En 1862 un maçon berlinois fit éditer un opuscule de huit pages se plaignant de la prépondérance des juifs dans les loges. Sous l’intitulé du « Signe des temps », il signalait le caractère dangereux des élections berlinoises du 28 avril et du 6 mai de la même année ». Un élément disait-il, a fait surface et a exercé une dangereuse influence dissolvante à tous égards : le juif. Les juifs mènent le jeu avec leurs écrits, leurs discours et leurs actes ; ils sont les chefs et les principaux agents de toutes les entreprises révolutionnaires jusqu’à la construction des barricades. On l’a bien vu clairement à Berlin en 1848. Comment est-il possible qu’à Berlin aient été élus deux cent dix-sept grands électeurs juifs, et que dans deux districts, seuls aient été élus des juifs, à l’exclusion de tout autre candidat ? »

« Cet état de choses allait se développer depuis lors. Les juifs formèrent la majorité du Conseil Municipal, de sorte que Berlin pouvait être appelée en toute justice la capitale des juifs.

« Dans la presse, les juifs parlent du « peuple » et de la « nation » comme s’il n’y eût que des juifs et que les chrétiens n’existassent pas. L’explication d’un tel fait, les maçons agitateurs peuvent la donner, eux qui, selon le Frère Lamartine, furent à l’origine des révolutions de 1789, de 1830, de 1848, etc., déclaration confirmée par le Frère Garnier-Pagès, Ministre de la République, qui déclara publiquement en 1848 que la révolution française de 1848 constituait le triomphe des principes de la Ligue Maçonnique, et que quarante mille maçons avaient promis leur aide pour conclure l’œuvre glorieuse de l’établissement de la République, destinée à s’étendre à toute l’Europe et finalement à toute la face de la terre.

« Le comble du tout est le pouvoir politique et révolutionnaire des juifs, selon les termes de J. Weill, le chef des maçons juifs, qui déclara dans un mémoire secret : « Nous exercerons une puissante influence sur les mouvements de notre temps et sur le progrès de la civilisation, en vue de la républicanisassions des peuples ».

« Un autre chef maçon, le juif Louis Boerne disait aussi dans un document secret : « Nous avons secoué d’une main puissante les piliers sur lesquels repose le vieil édifice jusqu’à les faire gémir ».

« Mendizabal, juif également, l’âme de la révolution espagnole de 1820, mena à bien la prise de Porto et de Lisbonne, et en 1838 réalisa au moyen de son influence maçonnique la révolution en Espagne, parvenant au poste de Premier Ministre ».

Et l’Excellentissime Archevêque poursuit en disant :

« Le juif Mendizabal avait promis comme Ministre de restaurer les finances précaires de l’Espagne, mais en un court laps de temps, le résultat de ses manipulations fut une augmentation terrible de la dette publique et une grande diminution de la rente, pendant que lui et ses amis amassaient d’immenses fortunes. La vente de plus de neuf cents institutions religieuses chrétiennes et de charité, que les Cortès avaient déclarées propriétés nationales à l’instigation des juifs, leur offrit une magnifique occasion d’accroître fabuleusement leur fortune personnelle. De la même manière furent traités les biens ecclésiastiques ».

« La moquerie impudente des sentiments religieux et nationaux en arriva au point que la maîtresse de Mendizabal osa se montrer en public parée d’un magnifique collier qui, jusqu’il y a peu, avait orné une statue de la Sainte Vierge Marie, dans l’une des églises de Madrid ».
« Le maçon berlinois, dont nous faisions mention au début, poursuivait en disant : « Le danger pour le trône et l’autel menacés par le pouvoir des juifs est arrivé à son point maximum ».

« Il est donc temps de lancer un cri d’alarme, ce que viennent de faire les chefs de la Maçonnerie allemande en déclarant : « Les juifs ont compris que « l’Art royal » (l’art maçonnique) était un moyen essentiel pour établir solidement leur propre règne ésotérique… Le danger menace non seulement la Maçonnerie, notre ordre, mais les Etats en général… Les juifs trouvent dans les loges de multiples occasions de pratiquer leur système archi-connu de corruption, semant la confusion en de nombreux domaines…

« Si l’on garde à l’esprit le rôle que jouèrent les juifs dans la Révolution française et dans l’usurpation corse, si l’on prend en compte l’obstinée croyance des juifs en un futur Règne israélite sur tout l’univers et leur influence sur le grand nombre des Ministres d’Etats, on aura compris combien leur activité dans les affaires maçonniques peut être dangereuse.

« Le peuple juif forme une caste hostile et opposée à toute la race humaine, et le Dieu d’Israël n’a élu qu’un seul peuple, à qui tous les autres doivent servir « d’escabeau ».

« Considérez que parmi les dix-sept millions d’habitants de la Prusse, il n’y a pas plus de six cents mille juifs ; considérez avec quelle ardeur convulsive travaille cette nation à la vivacité orientale et irrépressible pour arriver par tous les moyens à subvertir l’Etat ; pour occuper, y compris par l’argent, tous les établissements d’enseignement supérieur, et monopoliser en leur faveur les postes du Gouvernement ».

Et l’illustre Archevêque poursuit en ces termes :
« Carlyle, l’une des plus hautes autorités maçonniques, déclara (p. 86) : « La Maçonnerie de la Grande Loge est actuellement entièrement juive ».
« La Gazette de la Croix, principal organe des conservateurs prussiens, publia du 29 juin au  3 juillet 1875 une série d’articles, dans lesquels on démontrait que les principaux ministres des gouvernements allemands et prussiens, sans en excepter le prince de Bismarck, étaient tombés aux mains des rois juifs de la Bourse, et que les banquiers juifs étaient en pratique ceux qui gouvernaient réellement la Prusse et l’Allemagne.
« Ceci fit dire au juif Gutzkow : « Les vrais fondateurs du nouvel Empire Allemand sont les juifs ; les juifs mènent le jeu, dans toutes les sciences, dans la presse, au théâtre et dans la politique ».

« M. Stamm écrivit en 1860 un livre sur ce thème, démontrant que le royaume de la liberté universelle sur terre serait fondé par les juifs.
« La même année, Sammter publia dans le Volksblatt une longue lettre pour démontrer que les juifs prendraient très rapidement la place de la noblesse chrétienne, car l’aristocratie caduque doit perdre sa place à cette époque de lumière et de liberté universelle dont nous sommes si proches ». Ne comprenez-vous pas écrit-il le vrai sens de la promesse faite par le Seigneur Dieu Sabaoth à notre père Abraham ? Promesse qu’il se doit certainement d’accomplir, celle qu’un jour, toutes les nations de la terre seront soumises à Israël.

« Croyez-vous que Dieu se référait à une monarchie universelle, avec Israël comme roi ? Que non pas ! Dieu dispersa les juifs sur toute la surface du globe afin qu’ils constituent une espèce de ferment parmi toutes les races, et qu’à la fin, comme des élus qu’ils sont, ils étendent leur domination sur elles ».


« Il est improbable que la terrible oppression que subissent les nations chrétiennes d’Europe, qui se voient appauvries par l’usure et la rapacité des juifs et se plaignent de voir leurs richesses nationales accumulées aux mains des grands banquiers, se calme par de sporadiques soulèvements antisémites ».
« Les monarchies, dont les fondations n’ont pas encore été pulvérisées par le marteau maçonnique et dont les dynasties ne sont pas encore réduites au statut de maçons miséreux, va nu-pieds et aux yeux bandés, se coaliseront contre la monstrueuse secte, et tailleront en pièces les rangs des anarchistes »

Carlyle lui-même, maçon furieux, déclare, atterré devant le sort de l’humanité aux mains des juifs : « Quand les législateurs se mettront à s’occuper des sociétés secrètes, ils feront bien de ne pas faire d’exception en faveur de la Maçonnerie ».

« Le privilège du secret est légalement accordé aux maçons en Angleterre, en France, en Allemagne, et croyons-nous dans tous les pays. Le fait que toutes les révolutions sortent du fond de la Maçonnerie serait inexplicable si nous ne savions pas qu’à l’exception momentanée de la Belgique, les Ministères de tous les pays sont aux mains des maçons, dirigés par derrière par les juifs ». [1]

L’un des témoignages les plus intéressants est sans doute celui du maçon Haugwitz, inspecteur des loges de Prusse et de Pologne.
« En 1777 écrit-il dans ses mémoires on me chargea de la direction des loges de Prusse, de Pologne et de Russie. C’est là que j’acquis la ferme conviction que tout ce qui est survenu en France depuis 1789, en un mot la Révolution y compris l’assassinat du Roi avec toutes ses horreurs, non seulement avait été décrété à cette époque, mais que tout fut entièrement préparé au moyen de réunions, d’instructions, de serments et de signes de reconnaissance, qui ne laissent place à aucun doute à l’égard de l’intelligence qui pensa et dirigea l’ensemble ». [2]

En ce qui concerne l’assassinat de Louis XVI, nous avons également le témoignage du Père jésuite Abel : « En 1784 déclara-t-il eut lieu à Francfort une réunion extraordinaire de la Grande Loge Eclectique… L’un des membres mit en discussion la condamnation à mort de Louis XVI, le roi de France, et de Gustave III le roi de Suède. Cet homme s’appelait Abel, c’était mon grand-père ». [3]

Barruel, dans son ouvrage « Mémoires pour servir à l’histoire du Jacobinisme » dit :

« Après cette réunion l’un de ses membres, le marquis de Virieu, déclarait ce qui suit : « Ce que je peux vous dire, c’est qu’il se trame une conspiration si bien ourdie et si profonde qu’il sera bien difficile que la religion et les gouvernements n’y succombent pas » . [4]

Maurice Fara dans son livre « La Maçonnerie à découvert » déclare que : » L’existence de cette conspiration et son projet d’assassiner le roi de France et le roi de Suède apparaissent également confirmés par la majorité des auteurs qui se sont livrés à des études sérieuses sur la question maçonnique [5], et les évènements tragiques les confirment également. Le 21 janvier 1793 le roi Louis XVI meurt guillotiné après un simulacre de jugement dans lequel la majorité des juges sont des maçons. Un an après, le roi Gustave III est assassiné par Auskrastrem, disciple de Condorcet.
« La même année disparaît mystérieusement l’Empereur Léopold… »

« Lors d’un discours prononcé en 1882 à la loge « La Libre Pensée » d’Aurillac, le maçon Paul Roques déclarait : « Après avoir travaillé à la révolution politique, la Franc-Maçonnerie doit travailler à la révolution sociale. ».

Et dans le mémorial du Grand Orient de France [6], on affirme :
« Que la France, pour vivre, ne sacrifie pas la raison même de son existence : l’idéal philosophique, politique et social de ses ancêtres de 1789 ; qu’elle n’éteigne pas la torche du génie révolutionnaire avec laquelle elle a illuminé le monde «. Et ajoute le même orateur :
« La pire humiliation pour la France consisterait à renier l’œuvre de la Révolution… Qu’elle périsse au moins sans avoir abdiqué son idéal ».

D’autres documents maçonniques d’une valeur indiscutable nous informent que : « Jamais l’on ne pourra oublier que ce fut la Révolution Française qui réalisa les principes maçonniques élaborés dans nos temples », déclarait un orateur au Congrès Maçonnique de Bruxelles [7], et dans une loge d’Angers lors d’une réunion en 1922, l’un des frères s’exclama : « La Franc-Maçonnerie qui a joué le rôle le plus important en 1789, doit se disposer à fournir ses cadres de combat à une révolution toujours possible ». [8]

« Passons à l’étude de la participation des juifs aux révolutions en général. Déjà en 1648, le grand chef révolutionnaire Cromwell était soutenu par les juifs. Une délégation venue du fond de l’Asie et présidée par le rabbin Jacob Ben Azabel se présenta devant le dictateur anglais : les résultats des conversations ne se firent pas attendre, et Cromwell usa de tout son pouvoir pour déroger aux lois de restrictions qui étaient alors imposées aux juifs en Angleterre. [9]. L’un des plus intimes amis et collaborateurs de Cromwell fut le rabbin d’Amsterdam Manassé Ben Israël « [10]
Le célèbre spécialiste de la Maçonnerie Maurice Fara nous rapporte que :

« Ernest renan, qui ne peut être suspect d’anti-sémitisme, écrivit ce qui suit : « Dans le mouvement révolutionnaire français, l’élément juif joue un rôle capital » et il est difficile de ne pas être d’accord avec lui. Il est vrai qu’aux alentours de 1789, les juifs agissaient avec beaucoup de prudence et se masquaient dans les organisations maçonniques et les sociétés philosophiques, mais ceci n’empêcha pas quelques-uns des fils d’Israël de prendre une part active aux évènements révolutionnaires et de profiter de ceux-ci du point de vue matériel. Le premier tir contre les gardes suisses des Tuileries le 10 aout 1792 fut déclenché par le juif Lang. [11]. Mais comme cette ardeur belliqueuse présentait bien des dangers, les juifs préférèrent se livrer à d’autres activités moins dangereuses et surtout plus lucratives ».

« Le vieil hébreux Benoltas, un millionnaire de cette place (de Cadix) se fit nommer par l’œuvre, trésorier général de l’Ordre et compte sur un fond disponible de treize cents mille pesos forts » (Rapport du Grand Orient espagnol du 1er avril 1824, § 44). [12]
P. Gaxotte, dans son livre sur La Révolution française, affirme que « l’approvisionnement des armées de la République était aux mains des israélites Biederman, Max Beer, Moselmann et autres, et ceci suscita des réclamations de la part du commandant Bernanville de l’Armée de Moselle, parce qu’on lui envoyait pour les troupes des chaussures d’adolescents dont les semelles étaient en carton, des chaussettes d’enfants et des toiles de tentes complètement pourries ». [13]
Capefigue, dans son livre « Les Grandes Opérations financières » écrit que : `
« Dès que furent abolies les lois qui restreignaient les droits des juifs, grâce à l’intervention de l’abbé Grégoire, de Mirabeau, de Robespierre et d’autres (ce que tous les gouvernements révolutionnaires font dès le premier jour de leur existence), et « dès que prévalurent les idées de 1789, se déversa sur la France une véritable nuée d’étrangers, spécialement des juifs des bords du Rhin ». [14]
C’est alors qu’apparurent sur la scène politique les Klotz, les Benjamin Veitel Ephraim, les Etta Palm etc ». Le Messie est venu pour nous le 28 février 1790 avec les Droits de l’Homme » écrit le juif Cahen [15], et en effet la concession aux juifs de tous les droits de citoyenneté fut l’une des grandes victoires d’Israël. `
« La révolution de 1830, dit le juif Bédarride, n’a fait que consacrer ces heureux résultats ».
Et cet historien juif poursuit : « Lorsqu’en 1848 la souveraineté du peuple parvint à ses limites extrêmes, apparurent des noms juifs dans les plus hautes régions du pouvoir [16]. Ces élus, ces représentants du peuple montraient des noms aussi français que Fould, Cerfbeer, Crémieux, etc. »
[*]
Mais il n’y eut pas qu’en France où la juiverie joua un rôle prépondérant dans les mouvements révolutionnaires.
Le savant écrivain français Roger Lambelin affirme : « Le mouvement révolutionnaire qui remua l’Europe centrale en 1848 fut préparé et soutenu par les juifs », de nombreux faits et documents le démontrent.
Le même Lambelin a indiqué que parmi les acteurs de la Révolution de 1789 et les membres de la Commune révolutionnaire, les juifs étaient également représentés par Ravel, Isaac Calmer, Jacob Pereyra et d’autres, et cet auteur signale la présence de dix-huit juifs parmi les principaux membres de la Commune Révolutionnaire. [17]
L’écrivain français Edouard Drumont rapporte que lors de l’incendie de Paris de 1871, les communards incendiaires laissèrent intacts les cent cinquante immeubles qui appartenaient à la famille Rotschild.
Poursuivant l’étude de ces mouvements en Europe, nous retrouvons encore des juifs : le poëte Heine, Karl Marx, Lasalle et beaucoup d’autres.
« Pour détruire l’ancienne société qui le repoussait, écrit Drumont ; le juif a su se mettre à la tête de l’action démocratique. Les Karl Marx, les Lasalle, les principaux nihilistes et tous les chefs de la révolution cosmopolite sont juifs. C’est ainsi que les juifs impriment à ce mouvement la direction qui leur convient ». [18]

Et l’écrivain français Roger Lambelin précise :

« N’oublions pas que les fondateurs de l’Internationale en 1864 furent les juifs Marx, Neuemaier, Fribourg, James Cohen, Lasalle, Aaron, Adler, Frankel, avec l’unique non-juif (?) Gompers.
« Pour diriger le mouvement révolutionnaire, fut fondé en France le quotidien bien connu L’Humanité. A cet effet une souscription fut ouverte qui réunit la somme de 780.000 francs. Nous citerons les noms des douze donateurs, qui « par hasard » étaient tous juifs : Lévy Bruhl, Lévy Bram, A. Dreyfus, L. Dreyfus, Herr, Léon Picard, Blum, Rouff, Kasevitz, Salomon Reinach et Sachs. » [18 bis]
Après ce qui précède, on ne s’étonnera pas que le Synode juif de Leipzig du 29 juin 1869 ait approuvé la motion suivante : « Le Synode reconnaît que l’élaboration et la réalisation des principes modernes (lire révolutionnaires) sont les plus fermes garants du Judaïsme et de ses membres pour le présent et pour l’avenir. Ce sont les conditions les plus puissamment vitales pour l’existence expansive et le plus grand développement du Judaïsme ». [19]

Sous bien des aspects, comme l’écrivit Leroy-Beaulieu, auteur qui n’est en rien entaché d’antisémitisme : « la révolution n’a été qu’une application de l’idéal qu’Israël avait apporté au monde » [20]. Et l’on doit lui donner raison, parce que l’on ne peut aucunement nier l’intervention juive dans l’entreprise révolutionnaire.
1. Mgr Léon Meurin S.J. Archevêque Evêque de Port Louis : « Philosophie de la Maçonnerie », ed. Espagnole, Madrid,1957, p. 212-218.
2. Von Haugwitz « Mémoires ».
3. P. Abel : « Die Neue Freie Press » , Vienne,1898.
4. A. Barruel : « Mémoire pour servir à l’histoire du Jacobinisme » , cité par Maurice Fara, opus cit. p. 62
5. Le P. Deschamp, le Cardinal Mathieu, Mgr Besson et d’autres.
6. Mémorial de l’Assemblée du Grand Orient G.. O.. de France, année 1913,p 337, cité par Maurce Fara, op. cit.,pp 63-64.
7. Mémorial du Congrès Maçonnique international de Bruxelles, 1910.
8. Bulletin Officiel du Grand Orient de France, octobre 1922,p. 281.
9. Léon Halévy « Résumé de l’Histoire des juifs »
10. R. Lambelin « Les Victoires d’Israël » p. 44.
11. Léon Kahn : « Les Juifs de Paris pendant la Révolution » (1898) cité par Maurice Fara, op.cit. pp.82-83.
12. Maurice Fara, opus cit., p. 83 note du traducteur.
13. Pierre Gaxotte : « La Révolution française ».
14. Capefigue : « Les grandes opérations financières ».
15. Archives Israélites, VIII, 1847, p. 801.
16. Bédarride : « Les juifs en France, en Italie et en Espagne », pp. 428-430.
*) Si les juifs eurent en France trois ministères clefs après 1848, en 1870 lors du gouvernement du 4 septembre de Défense nationale ils en auront six, avec Crémeux, Gambetta, Jules Simon, Picard, Magnin et « s’il faut en croire Bismack qui passe généralement pour bien informé, il faudrait peut être joindre (à cette liste) Jules Favre » selon E. Drumont, in « La France Juive « , t. I, p. 384. Ces six étaient en outre entourés de maçons de gauche. Gambetta n’était même pas français. Quant à Isaac Crémieux dit Adolphe, c’est lui qui,en tant que ministre de la « justice », promulgua illégalement un décret jamais ratifié par l’Assemblée mais resté en vigueur, donnant aux juifs d’Afrique du Nord le privilège de la citoyenneté française au grand scandale de la population musulmane de Tunisie et d’Algérie qui avait souffert de ces juifs et qui s’était sincèrement attachée à la France et qui avait versé son sang dans l’Armée française lors de la guerre de Crimée, ce scandale semant alors le germe de ce qui donnera cent ans plus tard « l’indépendance » de ces deux pays. Jules Favre fut l’aieul… de Jacques Maritain !
17. Roger Lambelin : « Les Victoires d’Israël« , pp. 10 à 62.
18. Edouard Drumont « La France juive« , Paris 1888.
bis) Maurice Fara, op. cit., p. 85.
19. Gougenot des Mousseaux, op.cit., p. 115.
20. Leroy-Beaulieu :  » Israël parmi les nations « , p. 66
Note : Événement majeur où les juifs eurent un rôle clef dont les manuels se gardent de parler, la Révolution de 1789 qui visa les monarchies chrétiennes soutiens de la Papauté à travers le trône de France, puis les révolutions maçonniques combinées et simultanées de 1848. Ils furent à plusieurs titres les instigateurs de 1789 (J. Jehouda dans « L’Antisémtisme miroir du monde » l’a revendiqué, ainsi que d’autres auteurs juifs célèbres cités au chap. V de la Ière partie) : outre leur paternité du Rosicrucisme et de la Franc-Maçonnerie :
1°en tant qu’imprimeurs et diffuseurs de littérature subversive en Hollande, déversée sur la France depuis 1670 (cf Paul Hazard « La Crise de la pensée européenne « ) ;
2°en tant qu’agents vecteurs de magie, de satanisme, de cabbalisme et d’Illuminisme destructeurs de la Religion et de tout ordre social : avec le haut magicien alchimiste Samuel Jacob Falk ou Falk Sheck appelé le Baal Schem de Londres qui circula beaucoup entre la France, l’Allemagne et l’Angleterre, chef d’école de cabbalistes, supérieur inconnu et médium sataniste inspirateur des hauts dirigeants des Rose-croix ; Falk… intime du banquier londonnien Aaron Goldsmid et de son fils, avait donné au Duc d’Orléans Philippe-Egalité une bague talisman attestée par le baron de Gleichen et par la duchesse de Gontaut, que Philipe-Egalité avant de monter à l’échafaud donna à une juive, Juliette Goudcheaux, qui l’aurait donnée à son fils… lequel serait devenu Louis-Philippe… Véridique ou pas ? (d’après Nesta Webster in « Secret Societies and subversive movements » p.187 à 193, citant la correspondance de Savalette de Langes, l’initié Benjamin Fabre dans « Eques a capite galeato », les « Mémoires du chevalier de Rentsov », la duchesse de Gontaut,et aussi les Transactions of the Jewish Historical Society, vol. VIII, 128, et la Jewish Encyclopoedia). Avec Falk, il y eut nombre d’autres magiciens cabbalistres, créateurs ou chefs de sectes et agents juifs connus, dont Cagliostro (lié à Falk et à Weishaupt), le « Comte de Saint Germain », Martinez de Pasqualis, Eckarthausen, Gazotte, Morin et Francken, Franz Thomas von Schonfeld (alias Moïse Dobrouchka, alias Junius Brutus Frey puis Junius Eschine Portock, nom sous lequel il fut guillotiné avec Danton !) agent aussi de Weishaupt comme Cagliostro, qui avait été disciple des cabbalistes Altotas et Samuel Jacob Falk ;
3° en tant qu’agents déstabilisateurs du trône par les pamphlets, et surtout par l’Affaire du collier de la Reine (organisé par Cagliostro agent de Weishaupt, et en liaison avec la juiverie anglaise) ;
4° en tant qu’instigateurs du meurtre des rois de France et de Suède ;
5° en tant que meneurs de l’émeute, assaillant le Palais des Tuileries comme Lang, membres juifs des sections de la Commune Révolutionnaire, jacobins enragés comme Klootz et Marat et probablement aussi l’anglais Oswald ; propagandistes de la spoliation des biens du clergé comme Zalkind Hourwitz ; pilleurs des Tuileries, du mobilier et des bijoux de la Couronne comme Louis Lyre,et sa bande, aidés des recéleurs et joaillers juifs qui les négocièrent pour financer les intrigues du gouvernement jacobin (mentionnés par Edouard Drumont, par les historiens Capefigue, Morin (historien maçon), Pierre Gaxotte, et Léon Kahn dans « Les Juifs de Paris pendant la Révolution », cf aussi Jacob Katz dans « Juifs et Franc-Maçons en Europe » ed. du Cerf, Paris 1995) ;
6° comme dirigeant le génocide des vendéen avec Rosenthal, le chef de la brigade du même nom ;
7° enfin en tant que décideurs financiers et commanditaires suprêmes de la subversion européenne des trônes et de l’autel depuis 1773, avec Amschel Mayer Bauer, l’ancêtre Rotschild, et ses corréligionnires Wessely, Daniel Itzig et Friedlander ainsi que divers autres leaders juifs de Francfort et sans doute aussi de Londres (cf. La Vieille France du 31/3/1921, et Werner Sombart dans « The Jews and modern Capitalism » p. 187 rappelant la décision du Congrès des Illuminés à Wihelmsbad en 1782 de transporter le siège de leur secte précisément à Francfort). La campagne d’opinion pour donner aux juifs la pleine citoyenneté, œuvre de Mirabeau et en Allemagne de l’écrivain Dohm, avait eu pour origine le salon berlinois de la juive Henriette Herz où ces écrivains avaient fréquenté le rabbin Moïse Mendelsohn et l’écrivain juif Lessing, membre de l’Ordre de la Stricte Observance. Weishaupt, le chef de la subversion était juif d’après Bernard Lazare bien informé (in « L’antisémitisme »). Son initiateur au noyautage par les sociétés secrètes aurait été un certain Kölmer (patronyme voisin du nom juif Calmer) juif arménien ou syrien ayant vécu de nombreuses années en Egypte, revenu en Europe en 1771 via Malte où il fut impliqué dans une révolution locale, et fixé au Jutland. Kölmer, fut-il le mystérieux haut cabbaliste Altotas, dont parla admirativement le juif Cagliostro et dont l’Inquisition s’occupa sans parvenir à le localiser, écrit l’historienne anglaise ? Kolmer, Altotas, Falk Weishaupt, Cagliostro, Moïse Dobrouchka, Martinez de Pasqually et les autres mentionnés plus haut : jolie brochette de subversifs… outre les inconnus. On notera que le bureau du cabinet de travail de Louis XIV, volé en 1792, a été mis en vente publique chez Christie en 1999 par les Rothschild de Vienne, et racheté 75 millions de F (au bénéfice desdits Rothschild !) par les Amis de Versailles.
L’influence des francs-maçons sur la Révolution française
avec Alain Benajam et Thierry meyssan sur Meta TV
En 4 parties (Partie 2 – Partie 3 – Partie 4)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 17:27

@adamev a écrit:
Spoiler:
 
Si ça vous fait rire! Riez donc! Mais à votre place je craindrais le jugement particulier
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 20:07


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 20:35

@Claude Coowar a écrit:
https://explicithistoire.wordpress.com/2014/11/14/les-dessous-de-la-republique-et-de-sa-revolution-maconnique/


Merci Claude, pour toute cette citation. Mais cela va-t-il être lu et compris par les principaux intéressés , ceux dont les trois points se dressent en forme de pyramide ? Cela corrobore très exactement le livre dont je parlais précédemment. La FM est moins visible aujourd'hui, mais il est clair qu'elle a un énorme ascendant sur tous les rouages de la société. J'en connais personnellement quelques uns (qui me verraient plus dans la tombe que sur  terre), et je connais des gens  qui se font approcher par cette engeance d'une manière vraiment pas honnête.
Aujourd'hui à Paris, le peuple est sorti dans la rue (au moins 200.000 manifestants) pour dire Stop aux agissements sataniques de la FM sur la famille.


Dernière édition par Suricate le Lun 17 Oct 2016, 07:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marc Hassyn



Masculin Messages : 292
Inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 21:10

@Claude Coowar a écrit:
https://explicithistoire.wordpress.com/2014/11/14/les-dessous-de-la-republique-et-de-sa-revolution-maconnique/

A lire avec de l'esprit critique compte tenu de l'anti sémitisme rampant.

Vous avez omis l'anti-maçonnisme puant et l'anti-républicanisme primaire. Comment pouvez-vous relayer des textes dont les recherches historiques les plus sérieuses et les plus récentes sur cette période ont démontré l'inexactitude foncière? Vous avez laissé au placard une bonne partie de l'esprit critique que vous réclamez des autres...
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9346
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 22:32

Quoi qu'il en soit , une réconciliation nationale serait souhaitable en France pour elle-même et pour l'Europe , malgré le terrible passé , par suite des dangers de l'islamisme. Mais je ne la vois pas poindre .

Le " combisme " a laissé des traces en France et est même resté vivace par le biais de quelques personnalités politiques . Nous en avons eu quelques preuves dans ce forum .

" Le terme même de combisme est devenu dans le vocabulaire courant , synonyme de sectarisme antireligieux .
Le tort que son auteur causa à la Franc-Maçonnerie fut immense , et si aujourd'hui encore une fraction mal éclairée de l'opinion s'attarde à voir en elle la contre-Eglise , le principal responsable devant l'histoire , de cette injustice , est Emile Combes .

[...] Combes avait conservé de ses origines ( petit séminaire de Castres puis séminaire des Carmes de Paris ) un côté psychologique étrange fait d'un spiritualisme plus superstitieux que religieux et où apparaît bien la petitesse de sa pensée .
Il vécut jusqu'en 1921 . Une de ses dernières craintes avait été que l'on ne remît en question son oeuvre anticléricale , en raison
de la conduite magnifique au feu , des religieux , de 1914 à 1918 . "

( Extrait du " Dictionnaire de la Franc-Maçonnerie " sous la direction de Daniel Ligou , édition originale Prismes 1974 , 1e réédition 1987 , article : " Combes Emile " )

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Claude Coowar



Masculin Messages : 258
Inscription : 25/11/2013

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Dim 16 Oct 2016, 23:23

Démontrez-moi, s'il vous plaît, d'une part l'inexactitude foncière que vous arguez, et d'autre part oubliez-vous que dans le précédent post, j'avertissais que je ne suis-je point un érudit de l'histoire de la franc-maçonnerie française, en particulier de la période révolutionnaire. Mis un point cependant doit interpeller normalement les esprits au fait du langage maçonnique à propos de l'Etre Suprême en usage dans les débuts de la franc-maçonneries spéculative, et dont il est fait mention dans la Constitution de 1791:

« La France reconnaît l'existence de l'Être suprême et de l'immortalité de l'âme. »). Il y voyait un fondement métaphysique des idéaux républicains et la communion des principes révolutionnaires  ".

Pour ce qui serait maintenant de l'anti-maçonnisme puant, il n'y a guère besoin d'épaissir la sauce afin qu'elle devienne plus ragoûtante et moins hérétique et blasphématoire.

A certains points de vues, elle présente dans sa manière de s'inspirer des Saintes Ecritures pour les transformer et créer une sorte de nouvelle doctrine qui n'est ni une religion ni un parti politique, mais quelque chose qui prône cependant un certain théocentrisme et etc. . une démarche assez similaire à l'Islam.

Citez-moi maintenant des sources fiables à 100% et je prends l'engagement avec vous de les mettre à la place du texte précédemment transcrit.

Claude. :jesus:
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12239
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 00:30

Vos textes sont aussi puants que vous. En fait la maçonnerie vous intéresse moins que le parti anti juif que vous distillez à longueur de lignes (tous vos auteurs cités ou presque sont des antisémites patentés). Mais vous manque le triste évêque Join.

Comme vous l'a dit Marc Hassyn tous vos baratins sur la Rév89 ont été démentis par de très nombreux historiens internationaux qui, au passage, reconnaissent volontiers les massacres de Vendée et le populicide mais nient leur caractère génocidaire. Au lieu de choisir vos sources de manière orientée vous devriez aussi avant d'étaler votre c.onnerie (genre moi j'sais rien mais j'vas tout vous dire) vous renseigner sur les travaux de ces auteurs (pour la plupart étrangers).

Là encore comme vous l'a dit MH évidemment qu'il y a eu de nombreux maçons impliqués dans la Rév89 puisqu'à cette époque toutes les élites européennes dont françaises (et clergé) en étaient tout bêtement parce que ces élites avaient compris que seule la pensée libre affranchie des dogmes sclérosants (ne pas confondre avec la libre pensée) permettait le progrès... dont l'Encyclopédie fut un témoin qui mettait le savoir à la portée de tous et fut tellement combattue par les papes successifs. Le peuple lui, a de  rares exceptions près, était sous la férule des curés obscurantistes et serviles, là aussi à de rares exceptions près comme le curé Meslier.

Vos citations sont aussi fausses que vous. Non la France ne reconnait pas l'existence de l'Etre Suprême et l'immortalité de l'âme mais Le Peuple Français reconnait l'existence de l'Etre Suprême et l'Immortalité de l'âme . C'est même encore écrit sur la façade de l'église de Vaucouleurs et d'au moins deux églises de la région parisienne (dont une dans les Yvelines). C'est aussi l'une des significations discrètes du drapeau... et c'est à peu de choses près ce qui est écrit au fronton de tous les édifices publics. Quant à la maçonnerie ses textes fondateurs disent "La FM proclame comme elle le fait depuis son origine l'existence d'un Principe Créateur sous le nom de Grand Architecte de l'Univers. Mais elle laisse à ses membres le soin de le définir selon leur cœur". C'est ce qui fait que Chrétien, d'obédience romaine, je puis être aussi FM et m'asseoir en toute fraternité auprès d'hommes (et de femmes) de tout rang social, de toutes croyances et de toutes opinions sans être obligé de renier quoi que ce soit de ma foi ou d'adopter des idées qui ne me conviennent pas.

Décidément Voltaire avait bien raison de recommander "d'écraser l'infâme". Infâme qui n'est en rien le croyant sincère mais est toute la machinerie cléricale et sa cathoclique dont vous êtes un triste représentant..  

A part ça je croyais que les discussions sur la FM n'étaient pas admises... mais ça doit dépendre des modérateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 00:50

Le Christ est Dieu pour moi et cela ne m'empeche pas de m'assoir à toutes les tables qui veulent bien de moi du moment que l'apostasie ne me soit pas demandé ou des rituels "bizarres" ne sont pas pratiquées...
Revenir en haut Aller en bas
Claude Coowar



Masculin Messages : 258
Inscription : 25/11/2013

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 01:08

Ne soyez pas de mauvaise foi comme tous vos congénères des Fils de la Veuve. Mais des veufs en réalité d'une Morale Universelle qu'ils prônent urbi et orbi. Il ne s'agit pas en ce moment sur ce Fil d'une discussion sur la franc-maçonnerie, mais de rôles qu'ont pu jouer des franc-maçons ( je n'écris pas la franc-maçonnerie) dans la Révolution française. Il ne suffit donc pas de crier au viol de la pensée et de l'histoire réelle, mais de le démontrer par la fiabilité de vos sources au lieu votre histoire officielle d'agnelet plus blanc qu'Omo..

Maintenant, arrêtez de nous bassiner avec votre appartenance à l'Obédience catholique romaine. C'est de la schizophrénie typiquement maçonnique: vouloir une chose et son contraire.

En effet, comment se référer à l'Eglise du Christ, deuxième Personne de la Sainte Trinité constitutive d'un Dieu trine, et en même temps dans le rituel d'initiation au 2ème degré, présenter Jésus comme un de ces Grands Initiés à même titre que Platon, Socrate, Lao-Tseu. Il y aurait, parait-il des obédiences qui citeraient même comme exemple de ces Grands Initiés, le prophète Mahomet.

Maintenant, pour ce qui est de la machinerie cléricale, il y a certes de l'hommerie en elle. Mais, elle n'a rien à voir avec les discours ambivalents et contradictoires de vos grands maîtres très marqués par l'art de la rhétorique du dieu Janus.

Il y a deux faces chez vous franc-maçons.

- une face ripolinée digne d'un bon marketing en vue du recrutement de ceux qui sont au stade de se poser des questions existentielles;

- Et puis, l'autre face sombre de l'existence active d'un état dans l'Etat, n'œuvrant et combinant que sous les motivations d'un corporatisme dévoyé et sans aucune légitimité populaire; mais qui pèse cependant bien lourdement dans les affaires de la vie politique et publique. Cette face sombre impose son infâme et incroyable Loi du Silence par le biais de la Justice maçonnique qui juge selon des critères et conventions contraires à celles de la République, sous des motifs les plus farfelus du genre:

- retombées au sein de la justice profane, qui ne concerne que le troupeau populaire !

- Violation des Serments maçonniques. Vous semblez ne pas aimer du tout qu'on en parle !

- etc. ...

Il n'y a que le bât qui blesse. Mal au cou, mal à la tête, une tête qui ne fonctionne qu'en raison des modalités propres à la dialectique maçonnique, cette immense et dangereuse plaisanterie.

Claude.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9346
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 01:24

@adamev a écrit:
...

A part ça je croyais que les discussions sur la FM n'étaient pas admises... mais ça doit dépendre des modérateurs.

???

Vous reconnaissez vous-même l'implication de ( très ) nombreux francs-maçons dans la révolution française .

En discuter n'est donc pas hors sujet par rapport au martyre de saint Salomon Leclercq .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 07:52

@Marc Hassyn a écrit:
@Claude Coowar a écrit:
https://explicithistoire.wordpress.com/2014/11/14/les-dessous-de-la-republique-et-de-sa-revolution-maconnique/

A lire avec de l'esprit critique compte tenu de l'anti sémitisme rampant.

Vous avez omis l'anti-maçonnisme puant et l'anti-républicanisme primaire. Comment pouvez-vous relayer des textes dont les recherches historiques les plus sérieuses et les plus récentes sur cette période ont démontré l'inexactitude foncière? Vous avez laissé au placard une bonne partie de l'esprit critique que vous réclamez des autres...
 Claude a prévenu qu'il ne fallait pas tout prendre au pied de la lettre. Néanmoins, je confirme, avec l'abbé Barruel, De Ponçin, Jacques Minois, par exemple et avec bien d'autres, le rôle barbaresque de la FM et des protestants (beaucoup de ces bouchers étaient et sont aujourd'hui, FM et d'origine protestants). Ce n'est pas en niant que met la vérité sur le lampadaire. La FM est une secte ténébreuse et elle agit ainsi. En fait, c'est la première lecture de ce matin de Saint Paul, qui commence pas ceci : " Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,1-10.
Frères, vous étiez des morts, par suite des fautes et des péchés
qui marquaient autrefois votre conduite, soumise aux forces mauvaises de ce monde, au prince du mal qui s’interpose entre le ciel et nous, et dont le souffle est maintenant à l’œuvre en ceux qui désobéissent à Dieu."

Par le baptême et pat notre vie en Dieu, pour Dieu et par Dieu, nous sommes ressuscités, mais sans cela, nous serions morts. C'est l'état dans lequel sont ces personnage sinistres. Le monde leur donne un semblant de vie, mais ils s'illusionnent. Ils croient vivre, mais en fait leurs âmes sont mortes, bien qu'elles ne demandent (avec grand insistance) qu'à re vivre; il n'en tient qu'à eux.


Dernière édition par Suricate le Lun 17 Oct 2016, 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12239
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 10:58

@boulo a écrit:
@adamev a écrit:
...

A part ça je croyais que les discussions sur la FM n'étaient pas admises... mais ça doit dépendre des modérateurs.

???

Vous reconnaissez vous-même l'implication de ( très ) nombreux francs-maçons dans la révolution française .

En discuter n'est donc pas hors sujet par rapport au martyre de saint Salomon Leclercq .

Parfaite illustration de l'hypocrisie de la cathoclique... c'est pas permis mais on laisse dire parce que ça sert la cause... au mépris de la vérité... on sait bien que ça dure depuis la fameuse donation finalement reconnue comme étant un faux. Viendra un jour de repentance comme certain diocèse qui de nos jours consent à demander pardon pour le meurtre de centaines de Cathares, Albigeois et autres Bogomiles, femmes et enfants compris... qui n'avaient qu'un tort... celui de croire autrement. Ca leur fait une belle jambe à tous ces martyrs.

Reconnaître l'implication de francs-maçons dans la Rév89 n'est que faire preuve d'objectivité. Mais ce constat ne vaut que parce qu'un grand nombre des élites de l'époque l'étaient (FM) y compris nombre d'ecclésiastiques. Voir en effet les travaux du père jésuite espagnol Ferrer-Benimelli (si possible dans l'édition originale, 9 volumes de plusieurs centaines de pages). Rien que la synthèse éditée chez Dervy en compte plus de 1 100 (moyenne 25 par page pour 46 pages). Rien d'étonnant à cela puisque ces élites étaient les mieux instruites alors que le peuple était maintenu dans l'obscurantisme religieux.

Reconnaître cette implication n'est aucunement reconnaître pour autant l'existence d'un complot judaïco-maçonnique tel que décrit par Barruel (commande destinée à justifier les condamnations papales) ou par Joseph de Maistre... qui au passage fut maçon au moins les 3/4 de sa vie. Complot auquel justement le père Ferrer-Benimelli a fait un sort.

C'est donc totalement hors sujet... en tous cas ça permet de faire diversion sur le rôle exact de Leclerc Salomon dans la christianisation en Amérique du sud ou dans les couvents-prisons.
Revenir en haut Aller en bas
Claude Coowar



Masculin Messages : 258
Inscription : 25/11/2013

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 12:25

17.10.2016/14:12:18.

Mon Très Cher Adamev en Christ.

Vous avez oublié de terminer votre habituelle et obsessionnelle logorrhée et autres invectives envers les « Episcopes » et « cléricaux » de tous acabits de cette religion catholique dont vous vous réclamez pourtant avec indécence, par votre formule liturgique, rituellement maçonnique, si chère aux frères de certaines de vos obédiences, en fin de Tenues :

« A bas la calotte ».

C’est bien parce que le Cher Frère Salomon Leclercq qui, à l’instar de la plupart des ecclésiastiques en cette fin du XVIII ème siècle -  alors que le Siècle des Lumières était passé par là, et censé avoir établi dès son avènement, l’adoucissement des mœurs - portait lui aussi encore la calotte, fut lâchement assassiné à coups d’épées dans son couvent et son jardin, où tenta-t-il de trouver refuge contre la rage révolutionnaire dont reconnaissiez-vous dans l'un de vos précédent post, qu’une partie des anciens et Très Illustres Frères de votre famille « spirituelle » - Grand Architecte de l’Univers oblige », furent les initiateurs.

En vous quittant, par quoi et comment devrions-nous procéder mon très cher frère en Christ :

« Triple Accolade Fraternelle ».


Claude. violon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 13:24

@adamev a écrit:
Spoiler:
 


L'histoire est toujours réécrite par les vainqueurs et depuis plus de deux siècles ce sont vos petits copains, les vainqueurs. Et ce sont vos petits copains qui ont réécrit l'histoire à leur avantage. Vous savez bien que c'est une vérité irréfutable. Vous ne voyez pas vos copains casser du sucre sur eux-mêmes, raconter toutes les saloperies diaboliques qu'ils ont fait et qu'ils continuent de faire. Ne prenons, par exemple, que ces attaques frontales contre la Famille, de la conception à la mort (au Pays-Bas, ils en sont déjà aux pratiques du "Soleil Vert" qui sont orchestrées dans tous les pays du monde en même temps. Ne me dites pas que c'est un hasard, alors que tout le monde sait que tout ceci est discuté en loge avant d'être imposé aux populations. Et le pire est à venir, à l'ONU, il se prépare des choses encore bien plus grave que tout ce qu'il s'est passé à ce jour. Et tout cela pourquoi? Pour détruire la Famille, pour détruire l'œuvre de Dieu.
Ce n'est donc en aucune façon hors sujet, bien au contraire, nous sommes en plein dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Marc Hassyn



Masculin Messages : 292
Inscription : 12/08/2016

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 13:27

@Claude Coowar a écrit:
Démontrez-moi, s'il vous plaît, d'une part l'inexactitude foncière que vous arguez

Désolé, mais ça ne marche pas comme ça. Nulle part (sauf dans les dictatures). C'est à l'accusateur d'apporter des preuves irréfutables de ses accusations.

@Claude Coowar a écrit:
et d'autre part oubliez-vous que dans le précédent post, j'avertissais que je ne suis-je point un érudit de l'histoire de la franc-maçonnerie française, en particulier de la période révolutionnaire.

Alors pourquoi assénez-vous telles des vérités des faits pour lesquels vous reconnaissez n'avoir aucune compétence ? Votre logique m'échappe, et votre déontologie me semble bien douteuse.

Pourquoi ne pas avoir étudié sérieusement la question, avant d'en parler avant autant de légèreté coupable ?

@Claude Coowar a écrit:
Pour ce qui serait maintenant de l'anti-maçonnisme puant, il n'y a guère besoin d'épaissir la sauce afin qu'elle devienne plus ragoûtante et moins hérétique et blasphématoire.

Pure subjectivité de votre part. Bien des gens pourraient en dire autant de l'église catholique, ou de n'importe quelle organisation leur déplaisant.

Citation :
A certains points de vues, elle présente dans sa manière de s'inspirer des Saintes Ecritures pour les transformer et créer une sorte de nouvelle doctrine qui n'est ni une religion ni un parti politique, mais quelque chose qui prône cependant un certain théocentrisme et etc. . une démarche assez similaire à l'Islam.

Bien sûr ! Tellement similaire à l'Islam que les autorités musulmanes, à l'instar des catholiques, ont lancés des fatwas contre la FM ! Vous ne vous fichez pas un peu du monde ?

@Claude Coowar a écrit:
Citez-moi maintenant des sources fiables à 100% et je prends l'engagement avec vous de les mettre à la place du texte précédemment transcrit
.

Cf. ma première remarque: ce n'est pas à moi mais à vous de citer des sources fiables: noms de loges, noms de francs-maçons, statistiques, etc. Du sérieux, pas des diatribes de vieux auteurs anti-maçons qui ne brillent pas par leur impartialité.
Revenir en haut Aller en bas
Perrine



Féminin Messages : 69
Inscription : 10/03/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 13:28

@adamev a écrit:
Vos textes sont aussi puants que vous.
No Et bien, et après on dit que c'est moi la violente dans l'histoire...
De toute manière, si l'Eglise catholique et orthodoxe ont été et sont encore si attaquées, de tous côtés, cela prouve que nous sommes dans le vrai, puisque le Christ a dit de Lui-même : "Je suis le Chemin, la Vérité, et la Vie".
Jamais d'autres religions n'a été autant attaquée dans tous les siècles passés, et même à présent en Orient. Et dans les pays occidentaux, violence cachée, sournoise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 13:34

@boulo a écrit:
[spoiler]Quoi qu'il en soit , une réconciliation nationale serait souhaitable en France pour elle-même et pour l'Europe , malgré le terrible passé , par suite des dangers de l'islamisme. Mais je ne la vois pas poindre .

Le " combisme " a laissé des traces en France et est même resté vivace par le biais de quelques personnalités politiques . Nous en avons eu quelques preuves dans ce forum .

" Le terme même de combisme est devenu dans le vocabulaire courant , synonyme de sectarisme antireligieux .
Le tort que son auteur causa à la Franc-Maçonnerie fut immense , et si aujourd'hui encore une fraction mal éclairée de l'opinion s'attarde à voir en elle la contre-Eglise , le principal responsable devant l'histoire , de cette injustice , est Emile Combes .

[...] Combes avait conservé de ses origines ( petit séminaire de Castres puis séminaire des Carmes de Paris ) un côté psychologique étrange fait d'un spiritualisme plus superstitieux que religieux et où apparaît bien la petitesse de sa pensée .
Il vécut jusqu'en 1921 . Une de ses dernières craintes avait été que l'on ne remît en question son oeuvre anticléricale , en raison
de la conduite magnifique au feu , des religieux , de 1914 à 1918 . "

( Extrait du " Dictionnaire de la Franc-Maçonnerie " sous la direction de Daniel Ligou , édition originale Prismes 1974 , 1e réédition 1987 , article : " Combes Emile " )]/spoiler]
cher boulo

L'islam est instrumentalisé par les FM pour détruite les racines chrétiennes de l'Europe et du monde. Il n'y a donc aucune entente possible, leurs buts est de nous détruire.
Christiane Taubira, Assemblée nationale, 3 février 2013   
 « Dans nos valeurs, l’Education vise à arracher les enfants aux déterminismes sociaux et religieux et d’en faire des citoyens libres."

Théorie du genre et promotion mouvements LGBT

« La lutte contre les stéréotypes de genre et l’homophobie doit être menée avec force, à tous les niveaux d’enseignement. Les stéréotypes de genre doivent être remis en question dès l’école primaire » 

PEILLON, Refondons l’École de la République, p128  

 

S’adressant aux recteurs d’académie, M. Peillon indiquait en janvier dernier que « le gouvernement s'est engagé à s'appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités, notamment par le biais d'une éducation au respect de la diversité des orientations sexuelles [6] ». [6] Lettre de Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, aux recteurs, datée du 4 janvier 2013.  


« Toute l’opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l’Église. Non pas seulement l’Église catholique, mais toute Église et toute orthodoxie. Déisme humain, humanisation de Jésus, religion sans dogme ni autorité ni Église, toute l’opération de la Laïcité consiste à ne pas abandonner l’idéal, l’infini, la justice et l’amour, le divin, mais à les reconduire dans le fini sous l’espèce d’une exigence et d’une tâche à la fois intellectuelles, morales et politiques. »

http://www.dailymotion.com/video/xnrr3t_la-franc-maconnerie-religion-de-la-%20republique-peillon_news

A écouter à tous prix. Il était, ce Peillon, ministre de l'éducation nationale, lorsqu'il a prononcé ce discours .
Et tout le monde sait qu'il est Franc-Maçon, certainement du 33ème degré. Pour pouvoir prononcer un tel discours en toute impunité, il faut avoir de sacrés pare-feux !!!
Revenir en haut Aller en bas
Perrine



Féminin Messages : 69
Inscription : 10/03/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 13:36

@adamev a écrit:
Vos textes sont aussi puants que vous. (...) Décidément Voltaire avait bien raison de recommander "d'écraser l'infâme". Infâme qui n'est en rien le croyant sincère mais est toute la machinerie cléricale et sa cathoclique dont vous êtes un triste représentant..  
A part ça je croyais que les discussions sur la FM n'étaient pas admises... mais ça doit dépendre des modérateurs.
De une : vous osez dire que la discussion sur la FM n'était pas admise. Alors enlevez votre logo ostentatoire.
De deux : vous citez ce pauvre Voltaire ! Mais savez vous de quelle mort ce pauvre personnage a-t-il fini ????
De trois : vous dîtes que "vos sources", vos connaissances sont plus valables que celles citées ci-dessus. En êtes-vous si sûr ? Et si c'était vous qui étiez endoctriné pour être contre "l'infâme", comme vous dîtes si bien !
Et puis, si une personne pense autrement que vous, vous l'insultez de suite ! Et ensuite vous vous dites libre-penseur...
Pas logique tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 13:37

@Marc Hassyn a écrit:
@Claude Coowar a écrit:
Démontrez-moi, s'il vous plaît, d'une part l'inexactitude foncière que vous arguez

Désolé, mais ça ne marche pas comme ça. Nulle part (sauf dans les dictatures). C'est à l'accusateur d'apporter des preuves irréfutables de ses accusations.

@Claude Coowar a écrit:
et d'autre part oubliez-vous que dans le précédent post, j'avertissais que je ne suis-je point un érudit de l'histoire de la franc-maçonnerie française, en particulier de la période révolutionnaire.

Alors pourquoi assénez-vous telles des vérités des faits pour lesquels vous reconnaissez n'avoir aucune compétence ? Votre logique m'échappe, et votre déontologie me semble bien douteuse.

Pourquoi ne pas avoir étudié sérieusement la question, avant d'en parler avant autant de légèreté coupable ?

@Claude Coowar a écrit:
Pour ce qui serait maintenant de l'anti-maçonnisme puant, il n'y a guère besoin d'épaissir la sauce afin qu'elle devienne plus ragoûtante et moins hérétique et blasphématoire.

Pure subjectivité de votre part. Bien des gens pourraient en dire autant de l'église catholique, ou de n'importe quelle organisation leur déplaisant.

Citation :
A certains points de vues, elle présente dans sa manière de s'inspirer des Saintes Ecritures pour les transformer et créer une sorte de nouvelle doctrine qui n'est ni une religion ni un parti politique, mais quelque chose qui prône cependant un certain théocentrisme et etc. . une démarche assez similaire à l'Islam.

Bien sûr ! Tellement similaire à l'Islam que les autorités musulmanes, à l'instar des catholiques, ont lancés des fatwas contre la FM ! Vous ne vous fichez pas un peu du monde ?

@Claude Coowar a écrit:
Citez-moi maintenant des sources fiables à 100% et je prends l'engagement avec vous de les mettre à la place du texte précédemment transcrit
.

Cf. ma première remarque: ce n'est pas à moi mais à vous de citer des sources fiables: noms de loges, noms de francs-maçons, statistiques, etc. Du sérieux, pas des diatribes de vieux auteurs anti-maçons qui ne brillent pas par leur impartialité.


Vous déraillez ?? Vous travaillez à la SNCF ?? L'Eglise a lancé une fatwa contre ces monstres ?? Vous savez ce qu'est une fatwa ???
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 13:46

Encore plus net et plus explicite de ce FM, tout le programme des Fm se trouve là :

http://www.dailymotion.com/video/x10w6vo_la-religion-laique-et-anti-catholique-de-vincent-peillon-la-revolution-francaise-n-est-pas-terminee_news
Revenir en haut Aller en bas
Perrine



Féminin Messages : 69
Inscription : 10/03/2011

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 14:10

@Marc Hassyn a écrit:
@Claude Coowar a écrit:
Démontrez-moi, s'il vous plaît, d'une part l'inexactitude foncière que vous arguez
Désolé, mais ça ne marche pas comme ça. Nulle part (sauf dans les dictatures). C'est à l'accusateur d'apporter des preuves irréfutables de ses accusations.
1. Claude Coowar a juste recopié des textes.
2. On l'accuse que ces textes ne sont pas valables.
3. Donc C. Coowar demande que ses détracteurs expliquent mieux leurs propres dires avec des textes à l'appui...
C'est bien LOGIQUE...
4. Ces mêmes détracteurs lui répondent la même phrase : qu'il prouve ses dires.
Je trouve bien ridicule ! Et c'est risbible au possible !!!!
mort de rire
Donc vous n'avez aucun texte pour contrer le texte proposé par C. Coowar...
Mais c'est à C. Coowar de donner d'autres textes pour prouver votre mauvaise foi, pour prouver vos dires...
C'est le monde à l'envers.
Revenir en haut Aller en bas
Claude Coowar



Masculin Messages : 258
Inscription : 25/11/2013

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 14:22

Mon T.°. C.°. F.°. en Christ

Vous voulez des noms, des preuves, je me garderai bien de vous les donner mon T.°.C.°.F.°. parce que vous allez les virer pour n'avoir pas tenu leur langue. Ca vous suffit ? Maintenant, il est bien dommage qu'on puisse pas aborder le sujet de la Franc-maçonnerie sur ce forum.

J'aurais démoli toute votre construction théocentrique se fondant d'une manière blasphématoire sur des passages des Saintes Ecritures. Des anciens maçons ayant retrouvé la Foi catholique et le chemin de l'Eglise, m'ont décrit par exemple cette parodie blasphématoire de la Cène à votre XVIII è degré !

Je clos le sujet que vous tentez de faire dériver sur la franc-maçonnerie alors que n'avais-je relaté le rôle de franc-maçons sous la révolution française. Le plus célèbre et le plus sanguinaire ne fut-il pas, celui-là même, dont les relations furent si fortes avec les milieux maçonniques que la rumeur continue de propager qu'il fut franc-maçon, Robespierre, au point que dans les banquets maçonniques, était chanté le "cantique de Robespierre dont la teneur est éloquente:

Cantique dit de Robespierre

CANTIQUE MAÇONNIQUE

Air du Tonnelier.

Frères, vous exigez de moi
Des vers sur la maçonnerie ;
Votre volonté fait ma loi.
Intention sert de génie ;
Mais, novice en l'art des maçons,
Daigner m'aider de vos leçons.
Compassons, réglons et dégrossissons
L'ouvrage auquel nous travaillons.

Toujours le vulgaire jaloux
Ignore et fronde tout emblème :
Le mystère établi chez nous
Nous expose à son anathème ;
Mais s'il eût connu nos plaisirs
Et nos devoirs et nos désirs,
Caton lui-même eût dit à l'unisson :
J'aime et j'honore un franc-maçon.

Par le compas l'homme est instruit
A toujours mesurer l'espace
Et le cercle qui rétrécit
Le temps qui ne fait point de grâce.
La règle est à nos actions
Ce qu'est le soleil aux saisons :
Travailler, dégrossir un moellon
C'est polir les moeurs à son ton.

Fidèle à Dieu, fidèle au Roi.
A sa patrie, à sa bergère,
Loyal au jeu, ferme au tournoi,
Plein d'indulgence pour son frère,
Tendre ami de l'humanité,
Esclave de la vérité,
C'est à ces traits que nous connaissons
Les véritables francs-maçons.

Le sexe nous croit peu galans ;
Exclu de nos cérémonies,
Il en censure les instants,
Et nos repas sont des orgies...
Vous savez si nous oublions
Les beautés que nous adorons :
Au point du jour ne promettons-nous pas
De rendre hommage à leurs appas ?

La main qu'à tourner le fuseau
Destina la sage nature
Ne peut soutenir le marteau
Ni travailler la pierre dure.
Un héros, vaincu par l'amour,
Lui donna la massue un jour ;
Le foible enfant ne put la soulever :
Alcide eut-il dû la céder ?

Un sage, exempt de passion,
Se rapprochant de la nature,
Prouva jadis que la raison
Fournit à la volupté pure ;
Sans orgueil il fut vertueux,
Sans foiblesse il sçut être heureux :
Ne concluez-vous pas de ma chanson
Qu'Epicure étoit franc-maçon ?

On peut, si l'on veut, sobrement
N'imiter pas ce qu'on admire ;
Il est quelquefois si charmant
D'un peu s'oublier, et d'en rire.
Bacchus, oubliant sa leçon,
Demande une libation :
Au Vénérable adressons la santé.
Feu partout, et de la gayté !

Claude.


Dernière édition par Claude Coowar le Lun 17 Oct 2016, 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12239
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 14:32

@Perrine a écrit:
@adamev a écrit:
Vos textes sont aussi puants que vous. (...) Décidément Voltaire avait bien raison de recommander "d'écraser l'infâme". Infâme qui n'est en rien le croyant sincère mais est toute la machinerie cléricale et sa cathoclique dont vous êtes un triste représentant..  
A part ça je croyais que les discussions sur la FM n'étaient pas admises... mais ça doit dépendre des modérateurs.
De une : vous osez dire que la discussion sur la FM n'était pas admise. Alors enlevez votre logo ostentatoire.
De deux : vous citez ce pauvre Voltaire ! Mais savez vous de quelle mort ce pauvre personnage a-t-il fini ????
De trois : vous dîtes que "vos sources", vos connaissances sont plus valables que celles citées ci-dessus. En êtes-vous si sûr ? Et si c'était vous qui étiez endoctriné pour être contre "l'infâme", comme vous dîtes si bien !
Et puis, si une personne pense autrement que vous, vous l'insultez de suite ! Et ensuite vous vous dites libre-penseur...
Pas logique tout cela.

Alors Perrine pas encore cassé le pot au lait??? A moins que vous ayez planqué votre amant dans la huche du curé???
- Sur votre un... ce n'est pas moi qui en a décidé ainsi mais l'équipe des modos et je ne fais que le rappeler. Quant à mon logo il est l'image du pèlerin de Compostelle que je fus en 1997. Il illustre aussi ce proverbe chinois "l'ombre du promeneur ne trouble pas l'eau de la rivière...".
- Sur votre deux... le fait que Voltaire soit mort d'une manière ou d'une autre ne change rien à la justesse de son propos.
- Sur votre trois... mes sources sont celles d'historiens de réputation internationale comme celle des pères Ferrer-Benimelli, Rousse-Lacordaire, Riquet... et bien d'autres comme l'abbé Pierre des Piliers qui fut prieur de Solesmes ou encore plus récemment l'abbé Bruno Etienne qui fut abbé d'une grande abbaye bretonne... et il y en a des dizaines d'autres qui tout en reconnaissant les faiblesses des organisations maçonniques n'en n'ont pas moins démentis les fausses accusations montées par "l'infâme" contre la FM (qui au passage est un concept et non un quelconque organisation internationale).
Eh non je ne suis pas "libre penseur" mais je suis "penseur libre". Non non il m'est arrivé de répondre calmement à des scripteurs qui ont posé des questions de manière soft sans commencer comme certains con.war par cracher sur une institution dont ils ne connaissent rien.

Sur ce retournez à vos fromages... et n'oubliez pas d'ouvrir la huche quand le curé aura tourné le dos...
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12239
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 14:47

@Perrine a écrit:
@Marc Hassyn a écrit:
@Claude Coowar a écrit:
Démontrez-moi, s'il vous plaît, d'une part l'inexactitude foncière que vous arguez
Désolé, mais ça ne marche pas comme ça. Nulle part (sauf dans les dictatures). C'est à l'accusateur d'apporter des preuves irréfutables de ses accusations.
1. Claude Coowar a juste recopié des textes.

C'est bien le reproche que nous lui faisons. Incapable de penser par lui-même il se fait le perroquet de gens méprisables à commencer par un certain Clément XII qui fonda son encyclique "In Eminenti" sur la rumeur publique, l'insinuation et le soupçon. Bel exemple de parfaite objectivité auquel le père Benimelli déjà cité a approté un démenti cinglant.

2. On l'accuse que ces textes ne sont pas valables.

Mais oui le plus connu d'entre eux de Barruel est une commande destinée à justifier les condamnations papales. Les autres comme les Protocoles de Sion ou de Torronto n'en sont que de pâles copies.

3. Donc C. Coowar demande que ses détracteurs expliquent mieux leurs propres dires avec des textes à l'appui...
C'est bien LOGIQUE... 4. Ces mêmes détracteurs lui répondent la même phrase : qu'il prouve ses dires.
Je trouve bien ridicule ! Et c'est risible au possible !!!! Donc vous n'avez aucun texte pour contrer le texte proposé par C. Coowar... Mais c'est à C. Coowar de donner d'autres textes pour prouver votre mauvaise foi, pour prouver vos dires... C'est le monde à l'envers.

Ben non s'il a su trouver sur internet ces merderies... il doit être capable de trouver ceux en sens inverse. Et comme l'a déjà écrit MH... c'est à l'accusateur d'apporter la preuve... en se gardant d'être uniquement à charge. De toutes façons... ça ne sert à rien... aux yeux de l'infâme cathoclique nous aurons toujours tort. Vous en êtes la preuve agissante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 15:00

@adamev a écrit:
@Perrine a écrit:
@adamev a écrit:
Vos textes sont aussi puants que vous. (...) Décidément Voltaire avait bien raison de recommander "d'écraser l'infâme". Infâme qui n'est en rien le croyant sincère mais est toute la machinerie cléricale et sa cathoclique dont vous êtes un triste représentant..  
A part ça je croyais que les discussions sur la FM n'étaient pas admises... mais ça doit dépendre des modérateurs.
De une : vous osez dire que la discussion sur la FM n'était pas admise. Alors enlevez votre logo ostentatoire.
De deux : vous citez ce pauvre Voltaire ! Mais savez vous de quelle mort ce pauvre personnage a-t-il fini ????
De trois : vous dîtes que "vos sources", vos connaissances sont plus valables que celles citées ci-dessus. En êtes-vous si sûr ? Et si c'était vous qui étiez endoctriné pour être contre "l'infâme", comme vous dîtes si bien !
Et puis, si une personne pense autrement que vous, vous l'insultez de suite ! Et ensuite vous vous dites libre-penseur...
Pas logique tout cela.

Alors Perrine pas encore cassé le pot au lait??? A moins que vous ayez planqué votre amant dans la huche du curé???
- Sur votre un... ce n'est pas moi qui en a décidé ainsi mais l'équipe des modos et je ne fais que le rappeler. Quant à mon logo il est l'image du pèlerin de Compostelle que je fus en 1997. Il illustre aussi ce proverbe chinois "l'ombre du promeneur ne trouble pas l'eau de la rivière...".
- Sur votre deux... le fait que Voltaire soit mort d'une manière ou d'une autre ne change rien à la justesse de son propos.
- Sur votre trois... mes sources sont celles d'historiens de réputation internationale comme celle des pères Ferrer-Benimelli, Rousse-Lacordaire, Riquet... et bien d'autres comme l'abbé Pierre des Piliers qui fut prieur de Solesmes ou encore plus récemment l'abbé Bruno Etienne qui fut abbé d'une grande abbaye bretonne... et il y en a des dizaines d'autres qui tout en reconnaissant les faiblesses des organisations maçonniques n'en n'ont pas moins démentis les fausses accusations montées par "l'infâme" contre la FM (qui au passage est un concept et non un quelconque organisation internationale).
Eh non je ne suis pas "libre penseur" mais je suis "penseur libre". Non non il m'est arrivé de répondre calmement à des scripteurs qui ont posé des questions de manière soft sans commencer comme certains con.war par cracher sur une institution dont ils ne connaissent rien.

Sur ce retournez à vos fromages... et n'oubliez pas d'ouvrir la huche quand le curé aura tourné le dos...
Vous êtes vraiment un charlot!! Vous ne savez citer que vos copains Frans-maçons, Riquet et compagnie !!
Vous savez qu'à la fin vous aurez perdu sur toute la ligne ? Vous savez qu'à la fin le Seigneur triomphera (et nous avec dans son sillage) ?
Vous savez qu'à la fin vous serez jugé par tout cela (tout comme nous, mais nous attendons ce jugement dans une douce tranquillité), et sur tout cela ?
Vous savez qu'à la fin vous irez là où votre cœur penche ?
Alors ressaisissez-vous, cessez d'étaler vos pontifes écurés. Tout le monde les connaît (depuis le temps que vos copains les utilisent) et passez à autre chose. Devenez adulte, Libre et non emprisonné par tout ce que l'on vous met dans votre tête.

Avez-vous visionné les deux vidéos de votre frère Peillon ? Qu'en pensez-vous ? C'est votre copain qui annonce la couleur... c'est votre copain qui parle en ces terme de votre plan pour écraser Dieu! Et cela ne vous pas peur ? Bigre ! Vous avez donc une telle sûreté ?
Vous êtes donc certain de vous à la face de l'univers ? A la face de Dieu ? Vous savez qui était en cette attitude, et qui l'est toujours pour l'Eternité ? Celui que vous rejoindrez à grands pas si vous persistez. Là où ne sont que "pleurs et grincements de dents".
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12239
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 15:02

@Claude Coowar a écrit:
Mon T.°. C.°. F.°. en Christ

Vous voulez des noms, des preuves, je me garderai bien de vous les donner mon T.°.C.°.F.°. parce que vous allez les virer pour n'avoir pas tenu leur langue. Ca vous suffit ? Maintenant, il est bien dommage qu'on puisse pas aborder le sujet de la Franc-maçonnerie sur ce forum.

bof... simple défausse. D'après le vatican près de 100 000 ouvrages sur le sujet... alors les bavards sont connus : caillet et autres renégats.

J'aurais démoli toute votre construction théocentrique se fondant d'une manière blasphématoire sur des passages des Saintes Ecritures. Des anciens maçons ayant retrouvé la Foi catholique et le chemin de l'Eglise, m'ont décrit par exemple cette parodie blasphématoire de la Cène à votre XVIII è degré !

Caillet... Le partage du pain et du vin est bien antérieur et bien plus universel que la récup qu'en à fait la chrétienté.
Alors êtes vous sûr que votre Eucharistie ne soit pas une parodie blasphématoire venant s'ajouter à toutes celles qui sont dans la liturgie romaine? Faut-il que je vous rappelle cette phrase attribuée à l'un de vos papes "cette fable de jésus christ a bien servi nos intérêts". Et vous faites bien de vous abstenir... ça vous évite au moins de raconter des c.onneries et d'étaler votre ignorance de la matière.


Je clos le sujet que vous tentez de faire dériver sur la franc-maçonnerie alors que n'avais-je relaté le rôle de franc-maçons sous la révolution française. Le plus célèbre et le plus sanguinaire ne fut-il pas, celui-là même, dont les relations furent si fortes avec les milieux maçonniques que la rumeur continue de propager qu'il fut franc-maçon, Robespierre, au point que dans les banquets maçonniques, était chanté le "cantique de Robespierre dont la teneur est éloquente:

Non je vous ai dit moi-même que cette dénonciation insultante de la maçonnerie ne servait en réalité qu'à répandre votre poison anti-sémite... bien catho d'extrême droite.
Quant au cantique... il est excellent. Je ne le connaissait pas. Merci de me l'avoir fait découvrir. J'y vois plusieurs allusions dont la profondeur ne peux que vous échapper.  
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12239
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 15:06

Suricate a écrit : Alors ressaisissez-vous, cessez d'étaler vos pontifes écurés.

Celle-là j'adore....

:mdr:mort de rire

Ca illustre très bien ce que me disait ma grand-mère... quand on mord dans n'importe quoi on finit bien par mordre la m.erde.

A propos de Peillon... chacun raconte ce qu'il veut la parole est libre mais ça n'engage que ceux qui y croient... les autres comme moi et la très grande majorité des maçons de tradition n'en n'ont rien à cirer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 15:22

@adamev a écrit:
Suricate a écrit : Alors ressaisissez-vous, cessez d'étaler vos pontifes écurés.

Celle-là j'adore....

:mdr:mort de rire

Ca illustre très bien ce que me disait ma grand-mère... quand on mord dans n'importe quoi on finit bien par mordre la m.erde.

A propos de Peillon... chacun raconte ce qu'il veut la parole est libre mais ça n'engage que ceux qui y croient... les autres comme moi et la très grande majorité des maçons de tradition n'en n'ont rien à cirer.
Oui, votre grand-mère a bien raison, tout comme Voltaire, votre copain, qui mangeait justement sa m--- excrémentielle (pipicaca quoi !)  à la fin de sa vie. Satan en personne est venu le chercher.
Peillon est un de vos chef, encore en vie (et fringant). Il annonce les plans que vous manigancez dans vos loges. Bien entendu, il ne dit pas grand chose (la vérité est toute autre, mais ce n'est pas le sujet). A moins que vous ne soyez d'un grade supérieur au sien ? Je ne le pense pas au vu des piètres arguments (souvent d'une telle profonde débilité... mon pôvre, mais surtout d'une vulgarité hors paire).
Alors, que commentez-vous sur les propos de ce monsieur? Là vous avez une personne de votre entourage qui parle. C'est net et clair. Qu'avez-vous à nous expliquer ? La couleur est annoncée, la table est mise, avec le couvert, et les vins enivrants...

Il y a là une référence que vous ne pouvez nier et rejeter. Où alors, peut-être faudrait-il attendre 100 ans, ainsi vous pourriez nier que cela ait été dit par un FM ? C'est du frais, du concret. Alors ?


Dernière édition par Suricate le Lun 17 Oct 2016, 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Claude Coowar



Masculin Messages : 258
Inscription : 25/11/2013

MessageSujet: Re: Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française    Lun 17 Oct 2016, 15:25

Me voilà  donc maintenait accuser d'anti sémitisme avec un grand père maternel de confession juive et ma mère de nationalité allemande, et bien que catholique de par la volonté de sa mère, ayant échappé de peu aux fours crématoires, en raison de la qualité de "yude" de son père !

Qu'allez-vous trouver d'autres à dire pour justifier l'action odieuse des FF.°.  que vous avez reconnue vous-même pendant la Révolution française.

Je vous signalerais que vous pourriez faire attention à votre langage. Vous vous manifestez comme un grossier personnage, sans éducation.Vous ne faites pas honneur à la mission éducative et civilisatrice que ceux sont fixés et dont se vantent les FF.°.

Claude.
Revenir en haut Aller en bas
 
Saint Salomon Leclercq : martyr de la Révolution française
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Moniteur de la révolution française (réédition de 1863)
» Révolution française tome 2 - Aux armes citoyens !
» La Révolution française
» Annales Historiques de la Révolution Française
» La Révolution Française ouvrage de Furet et Richet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: