DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 A la recherche de Messies aux mauvais endroits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 4996
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: A la recherche de Messies aux mauvais endroits   Sam 19 Mar 2016, 00:12

Citation :
Matthieu 24:26

26"Quand on vous dira: 'Regardez, le Messie est dans le désert!', n'y allez pas. Quand on vous dira: 'Regardez, il se cache ici!', ne le croyez pas.



A la recherche de Messies aux mauvais endroits

Les élections s'agitent parfois d'une ferveur passionnée à composante religieuse, mais il s'agit là d'une fausse religion

A regarder ces étranges cultes de la personnalité érigés autour de candidats politiques, je me pose la question : "Notre pays est-il devenu fou ?"

Elle est loin l'époque des candidats certes ennuyeux mais décents et honnêtes, ayant un programme électoral peu attrayant mais réaliste. Si nous doutions que notre époque a atteint le sommet de la flatterie électorale, il nous suffit de regarder tous ces démagogues gueulards qui font leur show lors des temps de débats électoraux tandis que la foule pousse des cris d'acclamation et que la presse y va de ses signes de louanges ou de désapprobation.

Près de dix ans après la publication du livre de Benoit XVI, "Jésus de Nazareth", ce dernier peut nous aider à comprendre la maladie qui a infecté notre vie politique, à travers une méditation sur la troisième tentation supportée par le Christ. C'est là que Satan tente de d'appâter Jésus avec des promesses de pouvoirs illimités, de contrôle sur tous les royaumes de la Terre. Avec un tel pouvoir, le monde pourrait être totalement renouvelé, amélioré, les peuples verraient la fin de leurs souffrances, les guerres et la pauvreté cesseraient ; nous assisterions à l'établissement d'un royaume de paix et de justice.

L'humeur politique du moment me paraît être une incarnation de cette même tentation démoniaque, dirigée vers les électeurs.

Benoît XVI s’élève contre la « tentation » de vouloir « interpréter le christianisme comme une recette pour le progrès et considérer la recherche du bien-être commun comme le véritable objectif de toute religion » - telle est la nouvelle forme de cette même tentation. Aujourd'hui, elle apparaît sous la forme de la question suivante : "que nous a apporté Jésus s'il n'a pas fait advenir un monde meilleur ? Ne serait-ce pas là le contenu de l'espérance messianique ?" (Jésus de Nazareth 42-43).

Pour nombre d'Américains de tradition protestante, l'Amérique est supposée être un Nouvel Israël, la Terre Promise où les croyants trouveraient sécurité, prospérité, et liberté. Faisant face à des remaniements économiques et sociaux, diminués aux yeux des autres nations, la tentation est grande de se trouver un sauveur et de l'installer au pouvoir afin de "relever l'Amérique". Et tels les Juifs du premier siècle, le sauveur tant désiré doit être un chef politique, un leader qui “expulsera les étrangers, maîtrisera nos ennemis et ramènera la grandeur de notre nation." Les démagogues de droite se plient à ces impulsions, promettant une Amérique avec moins d'immigrants, plus de forces et de respect à l'étranger, et une offensive renforcée sur son propre territoire.

A gauche, bien sûr, nous voyons la démagogie en oeuvre pour toutes les préoccupations sociales. Ils se présentent comme le Messie idéal pour un peuple qui croit que ses souffrances viennent d'un simple manque de moyens, qui pourraient être rééquilibrés si seulement le gouvernement avait le pouvoir de redistribuer les ressources selon les besoins de chacun. Cet idéal a aussi poussé Judas à critiquer la femme repentante pour avoir oint les pieds de Jésus avec un parfum de grand prix (et Jésus pour l'avoir laissé faire), suggérant que les actes de foi n'ont pas la moindre valeur à moins d'être au service de besoins sociaux spécifiques.

Lorsqu'une nation se cherche un messie, les élections s'agitent d'une ferveur passionnée à composante religieuse, mais il s'agit là d'une fausse religion : si votre candidat est le sauveur de la nation, son adversaire doit forcément être un contrepoint diabolique, détournant les gens du droit chemin. La mauvaise tournure que notre processus électoral a pris ces dernières décennies est simplement ce qui se produit lorsque les gens se cherchent un messie temporel.

Benoit XVI écrit "A la divinisation fallacieuse du pouvoir et du bien-être, à la promesse fallacieuse d'un avenir garantissant tout à tous, en vertu du pouvoir et de l'économie, il a opposé la nature divine de Dieu - Dieu comme véritable bien de l'homme" (Jesus de Nazareth).

Le fouillis actuel de politiciens messianiques pouvait être évité. Ils ne sont après tout qu'une réponse rationnelle à un échec direct de la part de l'Eglise — cela inclut chacun de nous, pas uniquement l'institution. Si les gens sont attirés vers de faux messies, c'est parce que nous avons échoué dans notre devoir de leur présenter le Véritable Messie ; quand nos amis, les membres de notre famille se déconnectent "spirituellement mais non religieusement”  et brandissent des poings impuissants en direction de ce monde brisé, c'est parce que nous avons été trop embarrassés de proclamer la vérité.

Nos concitoyens ont réalisé qu'il y a un grand vide au centre de leur vie mais ignorent par quoi le combler. A ce moment, nous n'avons pas besoin d'hommes de spectacles éblouissants ; nous n'avons pas besoin de politiciens professionnels tentant une dernière prise de pouvoir. Nous avons besoin de prédicateurs et de catéchistes, nous avons besoins d'évangélistes (ce peut être vous et moi), des personnes qui sauront montrer le droit chemin à ceux qui se sont égarés.

D'une certaine façon, cela importe peu qui sera élu à l'automne. Notre mission demeure la même peu importe qui dirige le pays : aidons nos concitoyens à abandonner cette illusion quant à l'existence de sauveurs temporels, pour les amener vers la réalité spirituelle du Christ.

Si nous sommes horrifiés de ce qu'est devenu notre monde politique, il n'existe qu'une manière de répondre: nous devons devenir missionnaires dans nos propres communautés, aller à la rencontre des brisés de la vie et partager la Bonne Nouvelle que nous n'avons pas encore osé annoncer.

Benoit XVI a diagnostiqué le problème de nos politiciens, et François a proclamé haut et fort la solution. "Sortez vers les périphéries, jetez des ponts vers vos voisins et propagez la joie de l'Evangile.

Traduction d'un article de Aleteia : http://aleteia.org/2016/03/18/politics-today-looking-for-messiahs-in-all-the-wrong-places/
Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche de Messies aux mauvais endroits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» convulsions
» Prière pour chasser d'une habitation tout mauvais esprit
» Prière pour se libérer des liens mauvais !
» le Soja: bon ou mauvais pour la santé?
» Associations privées de recherche ovni: APRO, CUFOS, NICAP, MUFON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: