DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le pape François, les cardinaux, (et nous) !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 12:35

Le pape François fustige la «colère» et la «rancune» entre cardinaux

En créant vingt nouveaux cardinaux, samedi matin, dans la basilique Saint-Pierre de Rome, dont le français Dominique Mamberti, le pape François a insisté sur «le miracle de l'amour» qui est au centre du christianisme et qui permet de lutter contre «la jalousie et l'orgueil», en particulier dans le monde clérical, car «les dignités ecclésiastiques aussi, ne sont pas exemptes de cette tentation».

Mais il a tout aussi fortement insisté - dans la période actuellement délicate de son pontificat marqué par des résistances internes liées aux réformes en cours - sur «les risques mortels de la colère entretenue» - notamment «la rancune» - qui n'est «pas acceptable chez l'homme d'Eglise» et encore moins chez un cardinal qui doit faire preuve d'un esprit «docile».

A propos de la colère, François a observé que «les occasions de s'emporter ne manquent pas au pasteur qui vit au contact des gens. Et plus encore peut-être nous risquons de nous fâcher dans les relations avec nos confrères, parce qu'en effet, nous sommes moins excusables.»

Il préconise, pour éviter ces dérives, «l'amour et seulement l'amour». Il libère en effet «du danger de réagir de manière impulsive, de dire et de faire des erreurs ; et surtout il nous libère du risque mortel de la colère entretenue, «couvée» à l'intérieur, qui te porte à prendre en compte les maux que tu reçois. Non! Cela n'est pas acceptable chez l'homme d'Église! Cependant, si on peut excuser une colère momentanée et aussitôt retombée, il n'en n'est pas de même pour la rancune. Que Dieu nous en préserve et nous en libère!»

Appel papal

A propos de la docilité, le pape a noté, que «le cardinalat est certainement une dignité, mais elle n'est pas honorifique». Le mot «cardinal» a poursuivi François évoque la «charnière» ce qui n'est donc «pas quelque chose d'accessoire, de décoratif» mais «un pivot, un point d'appui et de mouvement essentiel à la vie de la communauté». Qui plus est pour un cardinal qui est membre - on dit «incardiné» - de l'Eglise de Rome. Or cet Eglise de Rome qui joue «un rôle exemplaire» pour les autres Eglises pour la diffusion de «la charité».

Mais cette «charité» ne vient «pas de nous, mais de Dieu» assure le pape. C'est une «force divine de l'amour qui transforme le cœur» car «Jésus est tout amour». A une condition importante toutefois: celle d'être «dociles à l'action de son Saint Esprit». D'où cet appel papal: «Plus nous sommes incardinés dans l'Église qui est à Rome, plus nous devons devenir dociles à l'Esprit.»


« Cela nous fera du bien de nous laisser guider, moi le premier et vous avec moi » par cette « charité, don de Dieu » qui « grandit là où se trouvent l'humilité et la tendresse. »

Le pape François

En conclusion François a estimé que «cela nous fera du bien de nous laisser guider, moi le premier et vous avec moi» par cette «charité, don de Dieu» qui «grandit là où se trouvent l'humilité et la tendresse.». Il faut donc nourrir «l'intention ferme et constante de vouloir le bien, toujours et pour tous, y compris pour ceux qui ne nous aiment pas.»

Il a en alors expliqué les enjeux: «plus s'élargit la responsabilité dans le service de l'Église, plus le cœur doit s'élargir, se dilater à la mesure du cœur du Christ.» Ainsi le pasteur catholique, cardinal qui plus est, doit «savoir aimer sans limites, mais en même temps être attentif aux situations particulières, et avec des gestes concrets. Aimer ce qui est grand sans négliger ce qui est petit ; aimer les petites choses dans l'horizon des grandes».

Autre enjeu mis en valeur par François: «L'amour te dé-centre et te place au véritable centre qui est seulement le Christ. Alors oui, tu peux être une personne respectueuse et attentive au bien des autres.» Alors que «celui qui est auto-centré manque inévitablement de respect, et souvent il ne s'en rend pas compte». Celui qui est «auto-centré cherche inévitablement son propre intérêt», un intérêt qui «peut aussi être couvert de nobles revêtements» mais «dessous, il y a toujours le propre intérêt»...

J-M Guénois
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3138
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 13:55

Et bé, ça en dit long sur l'état de la hiérarchie de votre église...
Il n'y a pas grand chose à ajouter.
Sauf peut etre qu'il aura fallu un millénaire pour qu'un pape se rende compte du problème du cléricalisme romain et de son orgueil...
C'est à se demander si vous avez eu un pape chrétien avant celui-là.

Quand Jésus demande qu'on n'appelle personne "père" c'est bien ce qu'il vise: l'orgueil, l'honneur rendu aux hommes plutôt qu'à Dieu seul.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28052
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 14:34

Et mon papa, comment dois-je l'appeler ?

"Monsieur" ?
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3138
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 15:13

Clairement ça ne pose pas de problème à Jésus qu'on appelle notre papa, papa, pas plus qu'on ait des sentiment paternel envers quelqu'un dans la foi.
Alors ? qu'est ce qui embête Jésus dans cette dénomination de papa ?
Citation :
4 Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt.
5 Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ainsi, ils portent de larges phylactères, et ils ont de longues franges à leurs vêtements ;
6 ils aiment la première place dans les festins, et les premiers sièges dans les synagogues ;
7 ils aiment à être salués dans les places publiques, et à être appelés par les hommes Rabbi, Rabbi.
8 Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères.
9 Et n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.
10 Ne vous faites pas appeler Guide/enseignant/docteur ; car un seul est votre Guide, le Christ.
11 Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.

Que dénonce Jésus dans ces paroles ? ca ne vous rappelle rien ? Qui se met aux premiere places dans vos églises ? qui se fait saluer par le mot de père ? Qui a la première place alors même qu'elle ne revient qu'au Christ ? Qui parade dans des habits religieux reconnaissables ?
Nous sommes tous frère il n'y en a pas un qui soit le premier parmi les chrétiens, sinon le Christ lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 4624
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 15:20

Il ne faut pas avoir une lecture superficielle des écritures.

Dans l'Eglise catholique on donne le titre de Père à un prêtre car il est en effet de par son sacerdoce l'époux de l'Eglise tout comme l'est le Christ dont le prêtre est le vicaire. Il faut donc y voir une paternité spirituelle (une charge, une responsabilité) que le prêtre reçoit de Dieu afin d'être père spirituel d'une multitude d'âmes dont il a la charge tel un bon berger. Mais cette paternité est limitée au temps d'ici bas, pendant notre pèlerinage sur terre, et dans tous les cas elle s'oriente vers le seul Père que nous avons et qui est Dieu.

Jésus nous demande de ne pas appeler qui que ce soit Père dans le sens que seul Dieu est notre Père, l'origine et la fin de notre être ; tout autre individu qui se prétend (s'autoproclame sans avoir été oint par Dieu) notre père spirituel et donc notre gourou ou maître à penser nous conduira immanquablement sur un mauvais chemin, un chemin de perdition. Le Prêtre en tant que représentant de Jésus sur terre ne nous conduit pas sur son propre chemin, il ne nous donne pas son propre enseignement mais celui dont il est dépositaire (c'est aussi le cas du Saint Père et de l'Eglise Catholique), celui qu'il a reçu de Jésus. Il nous mène vers Dieu notre seul véritable Père. Et donc nous l'appelons père car il est le représentant sur terre de Jésus à travers les siècles et le Christ est présent dans le prêtre et parle à travers lui. Mais tout comme le père biologique, le Prêtre ne fait que transmettre ce qu'il a reçu de plus haut que lui et qui ne lui appartient pas, et pour lequel il devra rendre des comptes.

Par contre il peut être dangereux de suivre un prêtre qui se considèrerait comme libre penseur, qui chercherait à nous transmettre un enseignement qui ne vient pas de Jésus. Un tel berger n'a comme seul but que de mener son troupeau vers le ravin.
On le voit par exemple avec l'Abbé Ringlet en Belgique ou avec bien d'autres prélats qui en oubliant leur responsabilité devant Dieu conduisent bien des âmes vers la perdition à cause de leur enseignement trompeur et perverti par l'esprit du monde (ce que le Saint Père appelle "mondanité"). Des âmes dont ils devront rendre compte un jour.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3138
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 15:35

Vous dites qu'il ne faut pas lire les écritures superficiellement ?
Lisez le passage que je cite, Jésus ne parle t'il pas dans tout le passage de la même attitude qu'il dénonce ?

N'est ce pas précisément ce que dénonce votre pape François ?
Ces hommes ne sont pas serviteurs des chrétiens mais se servent eux-même, leurs ambitions et leur soif de domination.

Et ça ne date pas d'hier tout cela dans votre église... Au contraire, ça a débuté quand le responsable de l'église de Rome a souhaité imposer sa primauté aux autres églises..

Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 4624
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 15:40

Certes d'où mon dernier paragraphe. Mais ne faisons pas d'amalgame ni de généralisation à tous les prêtres.

Lisez aussi l'ancien testament, le grand prêtre Melchisédek qui représentait déjà le Christ avant même que celui ci se soit incarné. On pouvait appeler un tel prêtre "père" car il menait vers le véritable Père qui est Dieu, son enseignement ne lui venait pas de lui même ni de l'esprit du monde mais du Christ.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2460
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 16:36

Ce discours prouve bien que le fameux discours sur les 15 maladies adréssé à la Curie
était bien adréssé à la Curie et pas à tous les fidèles , comme beaucoup avaient tenté de l'interpréter.

D'une façon générale , je trouve que François n'apaise pas la situation mais l'aggrave .
Il a plutôt l'air malheureux et accablé dès qu'il est avec des audiences de prélats ou dignitaires catholiques  et il rayonne dès qu'il est avec de simples gens .Il faudrait quand même bien qu'il réalise qu'il ne peut pas transformer Rome en Buenos Aires !!
C'est tout de même marrant un Pape  évangélique et anticlérical, mais ça donne comme un malaise.
Qu'on le veuille ou non , les carriéristes-affairistes  avec des têtes d'enterrement sont le resultat de siècles d'histoire , et aussi de dogmes catholiques  et surtout du Droit Canonique .
Alors fustiger les conséquences sans pouvoir s'attaquer aux vraies causes ne fait qu'entretenir un processus dangereux de délégitimation réciproque entre le Pape et la Curie et risque de s'avérer contre productif envers les buts mêmes qu'il se fixe  dans ce pontificat .
qu'il le veuille ou non certaines luttes ne doivent pas s'afficher ....faute de quoi tout le monde va faire des têtes de "piment au vinaigre " .
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 4624
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 16:55

De plus en sermonnant la curie et les évêques et cardinaux, devant les médias qui ne manquent pas de le retransmettre ensuite, François donne au monde davantage de raison de mépriser l'Eglise Catholique. C'est ainsi que l'on voit de plus en plus de protestants se rapprocher et s'appuyer sur les propos du Pape François pour prétendre justifier leur haine de l'Eglise Catholique.

De nombreuses personnes s'attachent ainsi à François (qu'on oppose facilement à tous les Papes avant lui) mais ne se rapprochent pas pour autant de l'Eglise catholique.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 17:06

Je pense au contraire, que les discours du pape concernent tout le monde, et pas seulement les fidèles, ni même les cardinaux.

D'ailleurs, ces 20 nouveaux cardinaux, c'est lui-même qui les a choisis...

Partout où il y a une hiérarchie, il y a des problèmes interpersonnels, de caractères, d'ambitions, d'espoirs déçus... (Il n'y a qu'à voir dans les gouvernements !). Ce n'est pas propre à l'Eglise catholique. Mais la différence avec d'autres "groupes" hiérarchisées, c'est que les prêtres ont promis l'obéissance à l'Eglise, y compris quand ils grimpent dans la hiérarchie ! Ce n'est pas facile de renoncer à sa volonté propre, et c'est encore plus difficile quand on croit avoir acquis de l'autorité et une certaine sagesse avec l'âge...

Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 4624
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 17:11

Pape François à la Curie : « Les prêtres sont comme des avions : on ne parle d’eux que quand ils tombent »



Examen de conscience, purification… Le Pape a repris la métaphore du corps malade, affaibli par ses péchés, pour dresser un véritable catalogue de toutes les maladies qui guettent la Curie. Pour le Saint-Père, toutes ces maladies sont un péril pour tout chrétien et pour tout membre de la Curie et de l’Église. Seul L’Esprit Saint est vivificateur, source de purification et guérit toute infirmité. Pour appuyer son propos, François a encore utilisé une métaphore, dans un style qu’il affectionne : « On dit que les prêtres sont comme des avions : on parlent d’eux quand ils tombent… mais tant d’autres arrivent à voler ! », s’est-il exclamé.

Se garder du terrorisme des bavardages
Le Pape a repris dans son discours de vœux à la Curie des critiques qu’il a souvent formulées dans ses homélies : critique de la mondanité et de l’autoglorification, du carriérisme et de l’opportunisme qui transforment le service en pouvoir. Ce sont les maux de ceux qui multiplient les pouvoirs et qui se mettent à calomnier, diffamer, pour s’exhiber et montrer qu’ils sont plus capables que les autres. « Gardons-nous du terrorisme des bavardages », a encore lancé le Pape qui a appelé ses collaborateurs à savoir aussi garder une bonne dose d’humour.

Dans sa réflexion sur le thème « la Curie romaine et le corps du Christ », le Souverain pontife a critiqué les nombreuses tentations qui peuvent guetter ses premiers collaborateurs. Ce discours de vœux a pris la forme d’un véritable réquisitoire : devant les cardinaux et évêques de la Curie, le Pape a appelé à un examen de conscience de chacun et invité à une purification. « La Curie est comme un petit modèle de l’Église, un corps qui essaie d’être toujours plus vivant, plus sain et cherche à vivre toujours plus en union avec le Christ. » a-t-il d’abord rappelé à ses plus proches collaborateurs, précisant que la Curie, est toujours appelée à s’améliorer, à croître en communion et en sainteté.

D’un ton grave, François a ainsi tour à tour mis en garde contre la maladie de se sentir immortel ou indispensable, celle de l’activisme ou de la mauvaise coordination, la maladie de la rivalité et de la gloire vaine, celle du fonctionnalisme et de la planification excessive qui débouche sur une mentalité de « comptable », fustigeant l’idéologie du pouvoir et le narcissisme. « Une Curie qui ne s’autocritique pas, qui ne s’améliore pas, est un corps infirme », a asséné le Saint-Père, qui n’a pas hésité à parler « d’Alzheimer spirituel » cet oubli de l’histoire du salut dans nos vies qui guette certains, au risque de construire des murs autour de soi.

À quelques jours de Noël, a conclu le Souverain pontife, « demandons à la Vierge Marie de nous aider à ne pas tomber, en assainissant les blessures et en soutenant la Curie, de nous aider à aimer l’Église et à nous reconnaître pécheurs, de ne pas avoir peur de s’abandonner dans ses mains maternelles ».

http://www.aleteia.org/fr/religion/contenu-agrege/voeux-du-pape-francois-a-la-curie-les-pretres-sont-comme-des-avions-on-ne-parle-deux-que-quand-ils-tombent-5849806886928384

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28052
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 17:50

Hillel31415 a écrit:
Clairement ça ne pose pas de problème à Jésus qu'on appelle notre papa, papa, pas plus qu'on ait des sentiment paternel envers quelqu'un dans la foi.
Alors ? qu'est ce qui embête Jésus dans cette dénomination de papa ?
Citation :
4 Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt.
5  Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ainsi, ils portent de larges phylactères, et ils ont de longues franges à leurs vêtements ;
6  ils aiment la première place dans les festins, et les premiers sièges dans les synagogues ;
7  ils aiment à être salués dans les places publiques, et à être appelés par les hommes Rabbi, Rabbi.
8  Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères.
9  Et n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.
10  Ne vous faites pas appeler Guide/enseignant/docteur ; car un seul est votre Guide, le Christ.
11  Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.

Que dénonce Jésus dans ces paroles ? ca ne vous rappelle rien ? Qui se met aux premiere places dans vos églises ? qui se fait saluer par le mot de père ? Qui a la première place alors même qu'elle ne revient qu'au Christ ? Qui parade dans des habits religieux reconnaissables ?
Nous sommes tous frère il n'y en a pas un qui soit le premier parmi les chrétiens, sinon le Christ lui-même.

Cela peut arriver chez vous aussi que quelqu'un se sente important. Ce n'est pas une tare exclusive aux catholiques.
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3138
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 19:16

C'est une tare humaine, mais ca ne devrait pas être la tare de chrétiens. Or, votre système est basé là dessus depuis que Rome est Rome, depuis les empereurs païens: beau habits d'or et de pierre précieuse, révérance, votre sainteté, votre éminence, très saint père, souverain pontif, mon père...

Comment voulez vous éviter l'orgueil de ce système ?
Les uns possèdent le pouvoir de pardonner aux autres (ou pas) et même d'exclure de l'église, comment alors éviter la domination ?

Nous avons chacun des rôles à jouer dans l'Eglise, ca ne nous place pas au dessus des autres pour autant, Jésus le rappel: nous sommes tous frères donc au même niveau.
Nous sommes une nation de prêtres, nous avons tous les même "pouvoirs".
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 19:51

"nous sommes tous frères donc au même niveau."

Bien sûr ! Mais nous sommes aussi d'humbles humains, avec toutes nos défaillances. Ces défaillances ne sont pas les mêmes pour tout le monde...

Il est évident que nous voyons plus volontiers les défauts des autres. Tout le monde n'est pas attiré par les honneurs. Pour ceux qui le sont, une nomination à un "poste" élevé peut devenir source d'orgueil, flatter justement ce qui est faible en eux.

Tout le monde connaît les histoires de petits chefs qui aiment démontrer leur supériorité... si faible soit-elle.
Je connais un prêtre super sympa, un simple prêtre diocésain. On sentait chez lui un besoin de considération. L'évêque l'a nommé vicaire épiscopal pour les jeunes. Il en était très fier, mais sa fragilité psychologique (et des problèmes familiaux) l'a obligé à démissionner au bout de 2 ans.

Qui sait pourquoi certains sont attirés par les honneurs, alors qu'ils font horreur à d'autres ?
L'ambition n'est pas forcément mauvaise. Quelqu'un, estimant qu'il a quelque chose à apporter, peut légitimement chercher à le faire connaître.

Se tenir loin des honneurs (qui incluent des responsabilités) n'est pas forcément un signe d'humilité. Cela peut être aussi du désintérêt, de l'incompétence, de la paresse...

Pas facile tout ça !!!

Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28052
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 20:49

Hillel31415 a écrit:
C'est une tare humaine, mais ca ne devrait pas être la tare de chrétiens. Or, votre système est basé là dessus depuis que Rome est Rome, depuis les empereurs païens: beau habits d'or et de pierre précieuse, révérance, votre sainteté, votre éminence, très saint père, souverain pontif, mon père...

Comment voulez vous éviter l'orgueil de ce système ?
Les uns possèdent le pouvoir de pardonner aux autres (ou pas) et même d'exclure de l'église, comment alors éviter la domination ?

Nous avons chacun des rôles à jouer dans l'Eglise, ca ne nous place pas au dessus des autres pour autant, Jésus le rappel: nous sommes tous frères donc au même niveau.
Nous sommes une nation de prêtres, nous avons tous les même "pouvoirs".

Nous sommes tous prêtres par notre baptême mais nous n'avons pas tous les mêmes pouvoirs. Ce n'est pas moi qui dit la messe, c'est un prêtre ayant reçu le sacrement de l'ordre.

Et il me semble que le pape François préfère se faire appeler "évêque de Rome" plutôt que "pape".
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9096
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 22:11

Philippe B. a écrit:
...
On le voit par exemple avec l'Abbé Ringlet en Belgique ou avec bien d'autres prélats qui en oubliant leur responsabilité devant Dieu conduisent bien des âmes vers la perdition à cause de leur enseignement trompeur et perverti par l'esprit du monde (ce que le Saint Père appelle "mondanité"). Des âmes dont ils devront rendre compte un jour.

Ne jugeons pas et nous ne serons pas jugés ... L'important , c'est la sincérité . Saul était sincère dans sa persécution des chrétiens . Dieu en a tenu compte , apparemment .

L'abbé Ringlet a permis à de nombreux intellectuels athées de rester en contact - même lâche - avec l'Eglise .
C'est déjà cela ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Dim 15 Fév 2015, 23:21

Il n'y a qu'une chose à dire. C'est l'Esprit Saint qui agit à travers le pape François !
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 4624
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Lun 16 Fév 2015, 10:15

boulo a écrit:
Philippe B. a écrit:
 ...
On le voit par exemple avec l'Abbé Ringlet en Belgique ou avec bien d'autres prélats qui en oubliant leur responsabilité devant Dieu conduisent bien des âmes vers la perdition à cause de leur enseignement trompeur et perverti par l'esprit du monde (ce que le Saint Père appelle "mondanité"). Des âmes dont ils devront rendre compte un jour.

Ne jugeons pas et nous ne serons pas jugés ... L'important , c'est la sincérité . Saul était sincère dans sa persécution des chrétiens . Dieu en a tenu compte , apparemment .

L'abbé Ringlet a permis à de nombreux intellectuels athées de rester en contact - même lâche - avec l'Eglise .
C'est déjà cela ...

Vous avez raison, ne jugeons pas. Par contre pour l'exemple de Saul, ce dernier ne connaissait pas Jésus avant sa conversion. Ce qui n'est pas le cas de certains chrétiens tièdes et plus attirés par l'esprit du monde que celui du Christ. Mais on peut espérer que ceux ci n'ont pas encore vraiment rencontré le Christ, rien n'est jamais perdu. Moi même j'ai sans cesse besoin de me reconvertir et je ne suis pas toujours certains d'avoir vraiment encore fait cette rencontre (car mon coeur est rarement brulant contrairement aux disciples d'Emaus par exemple)

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 15777
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Lun 16 Fév 2015, 10:40

Le Pape aux nouveaux cardinaux : « Servir les exclus est notre unique titre d'honneur ! »

François a délivré ses conseils aux nouveaux cardinaux en s'adressant directement à eux : « je vous exhorte à servir l’Église, de façon que les chrétiens – édifiés par notre témoignage – ne soient pas tentés d’être avec Jésus sans vouloir être avec les exclus, s’isolant dans une caste qui n’a rien d’authentiquement ecclésial. (...) Sur l’évangile des exclus, se découvre et se révèle notre crédibilité ! » Pour le Pape, la logique de Dieu et la route de l’Église, c'est « non seulement accueillir et intégrer, avec un courage évangélique, ceux qui frappent à notre porte, mais aller chercher, sans préjugés et sans peur, ceux qui sont loin en leur manifestant gratuitement ce que nous avons reçu gratuitement. (…) La totale disponibilité pour servir les autres est notre signe distinctif, est notre unique titre d’honneur ! » a insisté François.

Ne pas avoir peur du scandale de s'occuper des exclus


Dans son homélie, s’appuyant sur la guérison du lépreux, le Pape a d’abord insisté sur la notion de compassion de Jésus : « il ne se ménage pas, a-t-il relevé, au contraire il se laisse impliquer dans la douleur et dans le besoin des gens... simplement, parce qu’il sait et veut "pâtir avec" ». Cette compassion porte Jésus « à agir concrètement, à réintégrer celui qui est exclu ». Le lépreux, exclu de la communauté est touché, au sens propre, et guéri par le Christ. Ainsi, « Jésus révolutionne et secoue avec force cette mentalité enfermée dans la peur, a souligné le Pape. Le Christ s’affranchit de tout cela, il guérit le lépreux « sans "s’autolimiter" dans les préjugés, sans s’adapter à la mentalité dominante des gens ; sans se préoccuper du tout de la contagion ».

Comme un signal lancé aux nouveaux cardinaux, le Pape a insisté sur le fait que Jésus n’a pas peur du scandale que pourrait provoquer la guérison d’un lépreux, considéré comme un « mort vivant » dans la société, rejeté de tous : « pour Jésus, ce qui compte, avant tout, c’est de rejoindre et de sauver ceux qui sont loin, soigner les blessures des malades, réintégrer tous les hommes dans la famille de Dieu ». Comme Saint Pierre et Saint Paul en leur temps, il ne faut donc pas avoir peur de scandaliser.

L'Eglise doit se retrousser les manches et sortir vers les périphéries

« Il y a deux logiques de pensée et de foi : la peur de perdre ceux qui sont sauvés et le désir de sauver ceux qui sont perdus, a détaillé le Saint-Père. Aujourd’hui aussi il arrive, parfois, de nous trouver au croisement de ces deux logiques : celle des docteurs de la loi, c’est-à-dire marginaliser le danger en éloignant la personne contaminée, et la logique de Dieu qui, avec sa miséricorde, serre dans ses bras et accueille en réintégrant et en transfigurant le mal en bien, la condamnation en salut et l’exclusion en annonce ».

Le Pape a continué de développer cette recherche de réintégration : « la route de l’Église, depuis le Concile de Jérusalem, est toujours celle de Jésus : celle de la miséricorde et de l’intégration. Cela ne veut pas dire sous-évaluer les dangers ou faire entrer les loups dans le troupeau, mais accueillir le fils prodigue repenti ; guérir avec détermination et courage les blessures du péché ; se retrousser les manches et ne pas rester regarder passivement la souffrance du monde. La route de l’Église est celle de ne condamner personne éternellement ; de répandre la miséricorde de Dieu sur toutes les personnes qui la demandent d’un cœur sincère ; la route de l’Église c’est justement de sortir de son enceinte pour aller chercher ceux qui sont loin dans les "périphéries" de l’existence ; celle d’adopter intégralement la logique de Dieu ; de suivre le Maître qui dit : "Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs, pour qu’ils se convertissent" (Lc 5, 31-32) ».

Le langage du contact pour communiquer l'Evangile

Ainsi, pour François, « la charité ne peut être neutre, ascétique, indifférente, tiède ou impartiale ! La charité contamine, passionne, risque et implique ! Parce que la charité véritable est toujours imméritée, inconditionnelle et gratuite ! (cf. 1 Co 13). La charité est créative pour trouver le langage juste afin de communiquer avec tous ceux qui sont considérés comme inguérissables et donc intouchables. Le contact est le vrai langage communicatif, le même langage affectif qui a transmis la guérison au lépreux. Que de guérisons nous pouvons accomplir et transmettre en apprenant ce langage du contact ! C’était un lépreux et il est devenu annonciateur de l’amour de Dieu » a-t-il conclu.

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
petero



Masculin Messages : 8192
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le pape François, les cardinaux, (et nous) !   Mar 17 Fév 2015, 21:51

Hillel31415 a écrit:
C'est une tare humaine, mais ca ne devrait pas être la tare de chrétiens. Or, votre système est basé là dessus depuis que Rome est Rome, depuis les empereurs païens: beau habits d'or et de pierre précieuse, révérance, votre sainteté, votre éminence, très saint père, souverain pontif, mon père...

Comment voulez vous éviter l'orgueil de ce système ?
Les uns possèdent le pouvoir de pardonner aux autres (ou pas) et même d'exclure de l'église, comment alors éviter la domination ?

Ce pouvoir de pardonner les péchés, de lier ou délier, de gouverner, il a été donné par Jésus aux 12 Apôtres qu'il a choisit et à leurs successeurs. Je n'ose pas imaginer ce que serait devenu le peuple de Dieu si Jésus ne l'avait pas confié à ses Apôtres qui agissent en son Nom !!!

Certains successeurs des Apôtres, ont simplement oublié que Jésus les avait choisit pour servir le troupeau et pas pour le dominer. Jésus savait très bien, parce qu'il connaissait la faiblesse humaine, que certain de ses pasteurs tomberaient dans le piège dans lequel sont tombés les pasteurs de l'ancien testament qui pensaient plus à se paître eux-mêmes plutôt que de paître les brebis.

Hillel31415 a écrit:
Nous avons chacun des rôles à jouer dans l'Eglise, ca ne nous place pas au dessus des autres pour autant, Jésus le rappel: nous sommes tous frères donc au même niveau.

C'est pas une histoire de nouveau, tous nous ne sommes pas pasteurs, apôtres, prophètes, etc ... C'était tout a fait normal que Jésus place à la tête de son troupeau, un pasteur, durant son absence et que ce pasteur soit aidé dans son ministère par d'autres pasteurs qui se voient confiés chacun un partie du troupeau, là où le troupeau est installé.

Le pape, successeur de Pierre, c'est vraiment une grande grâce que Jésus a fait à son Eglise, qu'il a voulu bâtir sur le Roc pour ne pas que les différents courants d'opinions qui n'ont pas manqués de se lever dans l'Eglise, ne la détruise totalement.

Vous qui n'êtes pas catholiques, vous ne pouvez pas comprendre et tout ce qui vous intéresse, c'est dès que vous le pouvez, donnez des coups de pieds aux catholiques, à l'image des boucs.

Hillel31415 a écrit:
Nous sommes une nation de prêtres, nous avons tous les même "pouvoirs".

Relisez les évangiles et vous verrez que Jésus n'a donné ses pouvoirs qu'aux 12 et pas à tous les disciples. Ce n'est qu'au 12 qu'il a demandé de consacrer le pain de sa Pâques ; qu'il a demandé de baptiser, d'enseigner.

Si vraiment Jésus, comme vous le dites, avait donné les mêmes pouvoirs à tous, alors on aurait vu sa mère, Marie, baptiser, enseigner, consacrer le pain ; on aurait vu aussi Marie-Madeleine faire tout ce que faisaient les Apôtres, etc ...

Oui, Jésus s'est choisit des Apôtres qu'il a envoyé témoigné et enseigner, baptiser et remettre les péchés. Eux seul peuvent faire tout cela en son Nom et leur successeurs dans ce ministère que Jésus leur a confié.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le pape François, les cardinaux, (et nous) !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pape François créé un groupe de 8 cardinaux chargés de l’assister pour gouverner l’Eglise et réformer la curie
» Ce que dit le pape François !
» Le Pape François :"Que l'Esprit Saint nous donne un cœur capable d'aimer"
» La pape françois nous fait le même coup que Jean-Paul II
» Le Pape François veut des cardinaux de combat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: