DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les chrétiens sont-ils des refoulés ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16716
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Les chrétiens sont-ils des refoulés ?   Jeu 13 Fév 2014, 21:42

Les chétiens sont-ils des refoulés ?

Pour nombre de nos contemporains, le christianisme est la "religion" du refoulement.
La réponse du Père Dominique Salin, jésuite, enseignant au Centre Sèvres, dans l'émission Mille questions à la foi, sur Radio Notre-Dame (15-10-2013).

Beaucoup pensent que l'Église pousse au refoulement des désirs, des passions, de notre vitalité. Par ses interdictions, l’Église pèse-t-elle trop sur nos consciences et notre psychologie ? La vie chrétienne serait-elle si opprimante ?

D. S. : Commençons par préciser le sens du mot «refoulement». Refouler, c'est refuser l'accès à sa conscience de désirs que l'on a mais que l'on ne veut pas ou que l'on ne peut pas satisfaire. On essaie donc de les écarter. La psychanalyse nous dit que c'est un processus inconscient, un phénomène de défense contre des pulsions sexuelles ou agressives. On s'interdit de. Le refoulement n'est pas spécialement chrétien, il fait partie de l'équilibre de la psyché. Refouler le désir de tuer son père et de coucher avec sa mère, c'est plutôt sain, c'est ce qui nous constitue comme des êtres humains. Est-ce que le christianisme est plus particulièrement porteur de sens interdits? L'opinion commune répond que oui. Elle dit même que c'est le judéo-christianisme qui est responsable du formidable refoulement de l'amour de la vie en général et de la sexualité en particulier. La jouissance, pour le christianisme, serait mauvaise, contrairement à d'autres religions de la joie comme l'hindouisme ou les religions païennes.

Il faut reconnaître que les saints du christianisme ne sont pas très gais...

D. S. : C'est sûr, il y a des saints tristes. Mais on fait aussi beaucoup de confusions. On assimile par exemple le fruit interdit de la Genèse à la sexualité, et on dit : «Dieu ne voulait pas qu'ils fassent l'amour». On dit aussi que saint Augustin, avec sa théorie du péché originel, voit du péché partout. On invoque le puritanisme anglo-saxon symbolisé par l'époque victorienne. Et d'évoquer nos grands-mères en pensionnat terrorisées par des religieuses épouvantables...

C'est un peu vrai tout de même ?

D. S. : Oui, et cela aide à comprendre l'explosion libertaire qui s'est produite en 1968 un peu partout. Mais je crois que les choses sont un peu plus compliquées. On rend le judéo-christianisme responsable parce qu'il imprègne tellement notre civilisation qu'il est très difficile, voire même impossible, de faire la part dans l'histoire de notre culture, de nos mentalités, de notre comportement, de ce qui relève du message chrétien et de la mentalité européenne telle préexiste au christianisme. Car, je le rappelle, une certaine forme de mépris du corps et de la sexualité est déjà présente dans la culture grecque. Pour les philosophes et les sages grecs, le célibat était supérieur au mariage. L'amour rend bête ou fou. Le sage, le saint païen doit cultiver l'esprit.

Peut-on être un bon chrétien sans être un «refoulé» ?

D. S. : Vous et moi en connaissons, donc c'est possible.

Qu'est-ce qu'il faut faire ?

D. S. : Je crois qu'il importe de se laisser éclairer sur le plan psychologique. La psychologie a fait d'immenses progrès. Elle s'est constituée il y a un siècle et demi en dehors de la sphère chrétienne et même contre elle. Mais les psychologues comme les psychiatres et les psychanalystes reconnaissent qu'ils sont bénéficiaires de l'énorme somme d'exploration du cœur qui s'est poursuivie au long des siècles dans la tradition spirituelle et monastique depuis les Pères de l’Église. Le christianisme a engendré des formes de névrose, mais en même temps il a fourni des outils pour ne pas se laisser piéger par des pulsions mortifères. La tradition du discernement spirituel, dès le IIIe siècle avec saint Antoine, est d'une très grande perspicacité et d'une très grande sagesse.

Si on ne veut pas être un chrétien plein de refoulement, il faut faire un travail spirituel sur soi-même?

D. S. : Sans aller jusque-là, il faut faire l'effort de se cultiver, et de ne pas se laisser prendre au piège de certains discours, soit carrément sectaires, qui engendrent le mépris du corps et des passions, et provoquent des névroses, soit, dans l'Église elle-même, de certains chrétiens bien inspirés qui en rajoutent sur le refoulement. Cela dit, je crois qu'aujourd'hui, tout le monde se sent un peu dépassé face à la prodigieuse «libération» des mœurs et du discours sur le permis et le défendu. Je suis un peu étonné de constater que les jeunes générations ne sont pas plus éclairées que nous sur le plan de la psychologie. Notre société a peut-être un peu trop vite considéré que tout le monde était éclairé, ce qui n'est pas le cas. Je ne suis pas sûr que les leçons de Françoise Dolto aient traversé les générations.

Donc le christianisme pousse-t-il au refoulement : oui et non ?

D. S. : Oui, il peut, mais il fournit des outils de discernement et de maîtrise de soi qui permettent de prendre de la distance et de se libérer. Ce n'est pas manquer de foi que d'aller voir un psychothérapeute pour se faire aider à mieux comprendre ce qui en nous nous étonne, nous surprend, nous gêne, nous fait problème et dont on n'ose pas parler à un ami ou à sa famille.

On dit souvent que le christianisme est libérateur. En cela, il peut l'être ?


D. S. : Oui, bien sûr, mais il n'est pas porteur de recettes infaillibles pour vous libérer du tabac ou de la drogue. Le christianisme libère de la peur de la mort définitive. Jésus ne vous guérira pas de votre penchant pour l'alcool, contrairement à ce que certains voudraient nous faire croire.

Interview réalisée par Sophie de Villeneuve - 2014
radio notre-dame Croire.com

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
 
Les chrétiens sont-ils des refoulés ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les catholiques romains sont-ils chrétiens ?
» Les chrétiens sont-ils capables de falsifier la Bible pour diviniser Jésus?
» Les Témoins de Jéhovah sont-ils chrétiens ?
» Les TJ sont-ils des chrétiens ?
» Les Témoins de Jéovah Sont-ils Chrétiens ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: