DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 14 décembre : SAINT JEAN DE LA CROIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 15777
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: 14 décembre : SAINT JEAN DE LA CROIX   Sam 14 Déc 2013, 10:26

Saint Jean de la Croix
Carme, Docteur de l'Église

Jean de la Croix (Juan de Yepes Álvarez) naquit en 1542 dans le petit village de Fontiveros, proche d'Avila, en Vieille Castille, de Gonzalo de Yepes et Catalina Álvarez.

Jouant un jour au bord d'un étang, il glissa au fond de l'eau ; une grande et belle dame vint lui offrir la main pour le sauver : « Non, dit l'enfant, vous êtes trop belle, ma main salirait la vôtre. » Alors un vieillard se présenta, marchant aussi dans l'eau, tendit son bâton à l'enfant et le ramena sur le bord. Une autre fois il tomba dans un puits ; on croyait l'y retrouver mort ; il était assis paisiblement : « Une belle dame, dit-il, m'a reçu dans son manteau et m'a gardé. »

Ainsi Jean croissait sous le regard de Marie.

Un jour qu'il priait Notre-Seigneur de lui faire connaître sa vocation, une voix intérieure lui dit : « Tu entreras dans un ordre religieux, dont tu relèveras la ferveur primitive. »

Il avait vingt et un ans quand il entra au Carmel, et dépassa de beaucoup tous ses frères, tout en cachant ses œuvres extraordinaires. Il habitait un réduit obscur, mais dont la fenêtre donnait dans la chapelle, en face du Très Saint-Sacrement. Il portait autour du corps une chaîne de fer hérissée de pointes, et par-dessus cette chaîne un vêtement étroit et serré, composé de joncs enlacés par de gros nœuds. Ses disciplines étaient si cruelles, que le sang jaillissait en abondance.

Le sacerdoce ne fit que redoubler son désir de la perfection. Il songeait à s'ensevelir à la Chartreuse, quand sainte Thérèse, éclairée de Dieu sur son mérite, lui confia ses projets de réforme du Carmel et l'engagea à se faire son auxiliaire. Jean se retira dans une maison étroite, pauvre, et commença seul un nouveau genre de vie, conforme aux règles primitives de l'Ordre du Carmel. Peu de jours après, il avait deux compagnons : la réforme était fondée.

Ce ne fut pas sans tempêtes qu'elle se développa, car l'enfer sembla s'acharner contre elle, et tandis que le peuple vénérait Jean comme un saint, il eut à souffrir, de la part de ceux qui auraient dû le seconder, d'incroyables persécutions, les injures, les calomnies, jusqu'à la prison. Pour le consoler, Marie lui apparut et lui annonça sa délivrance prochaine ; en effet, quelques jours après, il se trouva, sans savoir comment, au milieu de la ville de Tolède. Dieu le récompensa de ses épreuves par des extases fréquentes ; Ste Thérèse l'appelait un homme tout divin. Il écrivit des ouvrages spirituels d'une élévation sublime. Une colombe le suivait partout, et une odeur suave s'exhalait de son corps.

Au moment de sa mort, la nuit entre le 13 et le 14 décembre 1591, à Úbeda, en Espagne, un globe de feu brillant comme un soleil entoura son corps.

Jean de la Croix a été béatifié en 1675 par le Pp Clément X (Emilio Altieri, 1670-1676) ; canonisé par le Pp Benoît XIII (Pietro Francesco Orsini, 1724-1730), le 27 décembre 1726 ; déclaré Docteur de l'Église par le Pp Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939) le 24 août 1926.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 14 décembre : SAINT JEAN DE LA CROIX   Sam 14 Déc 2013, 15:35

Pour la beauté des créatures
Qu’onques je ne me fourvoie,
Mais pour un je-ne-sais-quoi
Qu’on obtienne par aventure !

N’aura pour meilleur objet
Saveur de bien qui est fini
Que de gâter le palais
Ayant fatigué l’appétit ;
Et ainsi, en douce capture
Qu’onques je ne me fourvoie,
Mais pour un je-ne-sais-quoi
Qui se trouve par aventure.

Le cœur dont le fonds est fertile
Ne veut jamais s’arrêter
Quand il peut encor passer,
Sinon dans le plus difficile ;
Son désir, rien ne le sature,
Et si haut monte sa foi
Qu’il goûte un je-ne-sais-quoi
Qui se trouve par aventure.

Celui dont l’amour est souffrance,
De l’être divin touché,
A le goût si transformé
Qu’en tout goût il a défaillance ;
Qui fait de la température,
A dégoût des mets qu’il voit
Et veut un je-ne-sais-quoi
Qui se trouve par aventure.

Tenez cela pour manifeste,
Que le goût reste en finale,
Car la cause d’un tel mal
Est étrangère à tout le reste ;
Et ainsi, toute créature
Étrangère se perçoit,
Et goûte un je-ne-sais-quoi
Qui se trouve par aventure.

Car qui perçoit sa volonté
De Divinité touchée,
Ne peut en rester payé,
Sinon par la Divinité ;
Mais, la beauté de sa vêture
Ne se voyant que par foi,
Goûte-en un je-ne-sais-quoi
Qui se trouve par aventure.

Or, pour un être tant aimé,
Dites-moi : quelle douleur,
Puisqu’il n’est même saveur
Parmi tous les êtres créés ;
Seulement, sans forme et figure
Et sans appui adéquat,
Là, goûte un je-ne-sais-quoi
Qui se trouve par aventure.

Ne pensez pas que l’intérieur,
Qui détient grande richesse,
Trouve joie et allégresse
En ce qui donne ici saveur ;
Mais plus qu’en beauté de nature,
Qu’en ce qui fut, est, sera,
Il goûte un je-ne-sais-quoi
Qui se trouve par aventure.

Son souci est plus employé
Chez qui veut s’avantager,
En ce qui est à gagner
Qu’en ce qui est déjà gagné ;
Et ainsi, pour plus d’envergure,
Moi, je voudrais toute fois
Surtout un je-ne-sais-quoi
Qui se trouve par aventure.

Pour tout ce qui par le sensible
Peut ici-bas se comprendre,
Et tout ce qui peut s’entendre,
Du plus élevé accessible,
Pour grâce et beauté qu’il procure
Qu’onques je ne me fourvoie,
Mais pour un je-ne-sais-quoi,
Qui se trouve par aventure.

Jean de la Croix


Jean de la Croix compose cette glose sur la beauté à Grenade. Le couvent est situé dans la cadre d’une nature splendide, face à la Sierra Nevada. Jean chante l’unique beauté de Dieu, qu’aucune autre beauté ne peut surpasser et qui ne doit pas égarer le chercheur d’absolu. Expérience esthétique par excellence, infiniment respectueuse de l’absence de Dieu. Les neuf strophes décrivent les attraits et les déceptions qu’apportent les beautés passagères des créatures ; elles ne font qu’attiser le désir de la beauté de Dieu lui-même, leur auteur. Les finales répétitives et modulées des strophes sont à remarquer ; elles sont d’ailleurs en italiques dans les premiers manuscrits.

De même que la création poétique de Jean de la Croix est à situer dans sa vie, sa spiritualité s’origine chez le poète mystique.

Il est très parlant de chercher et trouver dans le contexte même de la vie de Jean de la Croix sa création poétique. Jean de Yepes né en 1542 à Fontiveros, bourg du plateau de Haute Castille, dans un foyer désargenté par mésalliance. Il n’a que deux ans lorsque son père meurt. Son enfance et sa jeunesse sont celles des pauvres de la paroisse. Il est remarqué pour sa piété, sa générosité et son intelligence, ce qui lui permet d’acquérir une culture humaniste. Francisco, le frère aîné de 12 ans, qui fonde famille, demeurera son confident toute sa vie. Alors que Catalina sa mère est venue s’installer à Médina del Campo, il entre à 21 ans au noviciat des Carmes et fait ses études scolastiques à l’Université de Salamanque. Au moment de son ordination sacerdotale, il rencontre Thérèse de Jésus qui l’entraîne dans la réforme de l’Ordre. Mais tout ce qu’il vit est au service de « l’union de l’âme avec Dieu par amour ».
Revenir en haut Aller en bas
 
14 décembre : SAINT JEAN DE LA CROIX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Jean de la Croix
» Saint Jean de la Croix, Sainte Odile, commentaire du jour "Jean a rendu témoignage à la vérité...; il était la lampe qui brûle et qui éclaire"
» Saint Jean de la Croix
» 14 décembre : Saint Jean de la Croix
» Parole de Saint Jean de la Croix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: