DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 CPE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Duboscq



Messages : 31
Inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 01:19

Bonsoir,

Il parait normal que les syndicats soient opposés au CPE et à toute action concrète vers la flexibilité pour les entreprises. Ils représentent une fraction des salariés et étudiants qui par idéologie et/ou intérêt ne soutiendront jamais une telle politique. Impossible de ne pas passer en force de ce coté-là. Mieux vaut quand meme faire semblant de négocier avant de décider.

En revanche du coté de l'opinion publique je suis inquiet en constatant un rejet assez massif (source sondages). Impossible d'aller très loin (ou de tenir 10 ans sur la voie des réformes comme vous l'évoquez Arnaud) sans un soutien déterminé d'une partie de l'opinion publique.

Antoine
Revenir en haut Aller en bas
Yann



Messages : 152
Inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 01:36

ah ok donc le CPE c'est pas fini les fac et certains lycée resteront bloqué Shocked :? et merde lors des examens les étidiants ils vont faire quoi :? .

j'ai eu une amie au téléphone elle m'a dis si chichi (Chirac) rertire pas le cpe ça sera la guerre civile en france :o

le cpe :no

les examens :no

2007 :no
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80767
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 10:34

Duboscq a écrit:
Bonsoir,

Il parait normal que les syndicats soient opposés au CPE et à toute action concrète vers la flexibilité pour les entreprises. Ils représentent une fraction des salariés et étudiants qui par idéologie et/ou intérêt ne soutiendront jamais une telle politique. Impossible de ne pas passer en force de ce coté-là. Mieux vaut quand meme faire semblant de négocier avant de décider.

En revanche du coté de l'opinion publique je suis inquiet en constatant un rejet assez massif (source sondages). Impossible d'aller très loin (ou de tenir 10 ans sur la voie des réformes comme vous l'évoquez Arnaud) sans un soutien déterminé d'une partie de l'opinion publique.

Antoine

C'est vrai. Ce n'est pas gagné.

Et la plus dure des réformes, celle qui va avec, n'est pas faite.

En même temps, il faut être philosophe. C'est comme dans l'éduication d'un adolescent, toujours chouchouté, à qui l'on dit: "
Citation :
Tu dois te prendre en main maintenant. Il n'y a plus assez d'argent pour te payer ta chaine, ton tél, tes sorties.

Soit il se révolte et les faits lui serviront d'école.

soit il se raisonne.

La France et les jeunes en sont là.

Leur sensibilité leur dit: "J'ai peur". Leur raison lerur dit: "Faut bien".
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
spidle33



Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 11:38

Aux étudiants !

Je ne sais pas si le CPE est bien ou pas bien.

Ce que je sais, et là on peut en parler c'est que les méthodes employées sont illégitimes et anticonstructives.
Face à cela, le rapport de force entre pro et anti-cpe, pro et antiblocus n'est plus une solution, car perdu d'avance, face à des gens qui ne se controlent plus.

Alors

J'ai eu une petite idée qui n'est peut-être pas exceptionnelle, mais face à cette situation, qui peut sauver les meubles pour certains.
ORGANISER DES COURS CLANDESTINS dans les villes les plus touchées. Le plus intolérable est qu'un grand nombre d'étudiants ne puissent plus travailler. des profs sont bloqués chez eux et n'ont rien à faire. Certains seraient ss doute heureux de donner des cours clandestins.

Le mieux est d'être discret pour pas être embêté par des fanatiques, mais de les développer pour que les différentes facs reprennent l'idée.

Je pense que pour ceux qui souhaitent étudier, c'est une solution non négligeable si certains se prennent en main, contactent des profs, trouvent des lieux, organisent des horaies, etc. Ne néglidez pas cette solution si vous êtes en fac, ce sera forcément un plus face à ceux qui ne font plus rien de leur journée, attendant que la situation se débloquent.

Hésitez pas à faire passer l'idée, moi-même je la diffuse aujourd'hui !

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 13:52

Ils osent le dire.
http://www.contribuables.org/
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 14:27

Citation :
Grandes manoeuvres chez les organisations étudiantes

Marie-Christine Tabet

31 mars 2006, (Rubrique France)

Les élections aux Crous ont sacré la Fage et laminé le pouvoir de l'Unef, pour le plus grand plaisir du gouvernement.

http://www.lefigaro.fr/france/20060331.FIG000000255_grandes_manoeuvres_chez_les_organisations_etudiantes.html


Citation :
Démonstration de force de la gauche unie contre le CPE


agrandir la photo
Vidéo: cliquez ici pour voir la vidéo
PARIS (AFP) - La gauche unie a fait une démonstration de force vendredi en réunissant ses chefs de file qui ont lancé un appel solennel à Jacques Chirac pour qu'il retire le CPE, agitant le risque d'un embrasement du pays.

Tous les partis de gauche étaient présents, au plus haut niveau, dans une salle de l'Assemblée nationale, une première depuis le sommet unitaire du 8 février: François Hollande (PS), Marie-George Buffet (PCF), Yann Wehrling (Verts), Jean-Michel Baylet (PRG), Georges Sarre (MRC), Alain Krivine (LCR), ainsi que les responsables de plusieurs petites formations (Alternative citoyenne, MARS...).


agrandir la photo

Ces onze organisations ont décidé de se retrouver dès samedi matin au siège du PCF pour tirer les conséquences de l'intervention du chef de l'Etat, vendredi soir, qui devrait annoncer la promulgation du CPE, et pour envisager d'autres actions communes.

"Les organisations et partis politiques de gauche demandent solennellement à Jacques Chirac le retrait du CPE pour engager des négociations avec les syndicats puis revenir devant le Parlement", ont souligné les partis de gauche dans leur déclaration commune. Ils ont dénoncé "les déclarations provocatrices" du gouvernement et insisté sur le "climat délétère" dans le pays.


agrandir la photo

Les participants ont rappelé les "conditions exceptionnelles" de l'élection de Jacques Chirac en 2002, où la gauche avait appelé à voter pour lui, contre Jean-Marie Le Pen. "Les 80% du pays qui l'ont élu sont dans la rue", a noté Yann Wehrling. "S'il ne l'a pas compris c'est qu'il n'est plus le président de tous les Français, mais d'une petite partie des Français".

Ils ont appelé tous les Français à "prendre part à la journée d'action, de manifestations et de grève du 4 avril et à toutes les initiatives qui suivront".

François Hollande a prévenu devant la presse que la promulgation du texte signifierait "application immédiate du CPE" et "premiers contrats signés dès lundi". Dans ce cas, "les risques d'un engrenage, d'une confrontation" sont "immenses", et le président doit les "éviter", a-t-il dit.

Jean-Michel Baylet a évoqué les "graves conséquences" qui pourraient découler d'une promulgation du CPE: "le mouvement va s'amplifier, les grèves vont se multiplier (...) et le pays risque de se retrouver paralysé".

"Si Chirac a l'audace de légaliser ce coup de force, c'est une véritable épreuve de force qui commence, avec la perspective de grève générale", a prédit Alain Krivine.

Tous ont balayé du revers de la main l'éventualité envisagée d'un "Grenelle social", auquel les syndicats sont très réticents. "C'est une farce", a lancé Alain Krivine, tandis que François Hollande estimait qu'en cas de promulgation, "la proposition d'une négociation ne pourrait plus être entendue".

Mais les socialistes ont insisté sur le fait que, pour l'instant, il s'agissait d'une "crise sociale" et non politique, comme l'a dit Henri Emmanuelli. François Hollande a assuré que la gauche ne voulait "pas utiliser, instrumentaliser un mouvement qui a sa force, sa dignité, et qui va bien au-delà des clivages traditionnels".

"La gauche ne poursuit pas d'intérêt partisan: ce n'est pas le temps des élections, c'est le temps de la responsabilité", a martelé le premier secrétaire du PS, assurant qu'il ne demandait "aucune démission, si ce n'est celle du CPE".

Les participants ont commencé à discuter de la suite du mouvement, après mardi. Yann Werhling a ainsi proposé une "grève" des parlementaires de gauche, qui refuseraient de siéger à l'Assemblée et au Sénat, Alain Krivine a envisagé un grand meeting national.

Quant à Georges Sarre, sa proposition d'amendement au texte, pour qu'il inclue la définition d'une politique de l'emploi, n'a pas été retenue.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80767
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 15:40

Un remarque. Je lis:
Citation :

"Les 80% du pays qui l'ont élu sont dans la rue", a noté Yann Wehrling.

Citation :
L'UNEF a été laminé aux élections qui viennent d'arriver.

Curieux. Je note une contradiction.

Ces sondages et ces 80% seraient-ils manipulés? On sait qu'il suffit d'orienter la question pour obtenir 80%...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 16:11

Citation :
Ces sondages et ces 80% seraient-ils manipulés? On sait qu'il suffit d'orienter la question pour obtenir 80%...

A ton avis...

Poser la question c'est y répondre...
Revenir en haut Aller en bas
Franck P14



Messages : 24
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 16:20

Je vous lis depuis quelques jours et me refusais jusqu'à présent à prendre la parole pour éviter tout excès face à des propos que je qualifierais de déplacés. En effet, Arnaud, avant de mettre tous les français dans le même panier, je vous invite à vous informer davantage sur nos lois et sur les événements qui ont provoqué cette situation de crise.
Nous disposons d'une loi, celle de Monsieur François Fillon (UMP), qui obligeait le gouvernement à consulter les partenaires sociaux avant toute réforme du code du travail. Donc, quand on demande à une partie des français de respecter la loi, la moindre des choses et de faire de même.

Maintenant, une grande partie des français est parfaitement consciente de la nécessité de grandes réformes, mais pas à n'importe quelles conditions. A savoir, que lorsqu'un premier ministre se sert de réformettes à des fins électorales, il ne peut que s'attendre à ce genre de réaction. Monsieur Jospin en a fait les frais.

En outre, et là, cher Arnaud, je ne sais pas où vous avez vu qu'un chômeur touche autant en ne faisant rien que s'il travaillait. Aujourd'hui, les indemnités de chômage sont de 75 à 70% du dernier salaire perçu.

Mais je reviens à la politique qu'attend une partie des français et qui tient en très peu de choses : Limiter les excès.

Excès de libéralisme.
Pour exemple, la privatisation de GDF qui devait apporter une concurrence avantageuse pour les consommateurs. Résultat, plus 25 % en moins d'un ans, malgré des bénéfices records, l'année dernière.
Sans parler de la Californie prise en otage, il y a quelques années, par Enron qui ne fournissait plus d'électricité tant que ses tarifs n'étaient pas acceptés par l'état. Quand on sait comment a fini cette affaire...
Que dire encore des opérateurs de téléphonie mobile qui passaient des accords de non concurrence ?...

Excès de syndicalisme.
Comme l'a dit notre ministre Borloo, FO et la CGT étaient KO et tout le monde s'en félicitait, il a fallu que ce con de Villepin les réactive avec son CPE, alors que le CNE était acquis.
Beaucoup pensent en effet que les acquis sociaux ne peuvent plus être maintenus que si l'efficacité et le rendement le permettent et ce, à tous les niveaux, y compris celui de nos dirigeants.
Nous avons la Cours des Comptes qui alpague bon nombre de nos institutions et services publiques. Il serait temps, je pense, de lui donner les pouvoirs nécessaires pour faire appliquer ses recommandations. Etc, etc.

Excès de pouvoir.
La 5e République était faite par et pour le Général de Gaulle, un homme qui avait une vision de la France au-delà des clivages politiques. On a pu constater comment Mittérand et Chirac l'ont utilisée à des fins personnelles et avec le mépris le plus total pour un peuple qui, il est vrai, est des plus versatiles. Mais il ne peut exister de pouvoir sans contre-pouvoir, or l'impunité de certains exaspère les autres.

Excès d'opposition.
Il existe un ennui réel des français à voir comme la gauche et la droite opposent des arguments politiciens stériles qui n'ont pour seul but que de déstabiliser l'adversaire pour lui reprendre le pouvoir et tout se fait toujours dans l'affrontement.
Pour ma part, et au-delà de toute idéologie, il n'existe que deux types de personnes : les gens de bonne ou de mauvaise volonté. Les riches ne sont pas tous des méchants et les pauvres pas tous gentils.

Et enfin, ce qu'une grande partie des français attendent sans savoir comment l'exprimer, c'est un dirigeant doté d'une vision de l'avenir autre que celle de ce foutu marché. Les générations qui vont suivre connaîtront différentes crises et notamment celles de l'énergie et de l'eau. Commencer dès maintenant à inciter les jeunes à se préparer à cette crise serait, pour commencer, un des différents vecteurs de la relance économique. Seule la Recherche et le Développement dans ce domaine sont assurés de trouver des débouchés dans les années à venir. Et pas seulement dans les hautes technologies, mais également dans les différents métiers utiles à l'aménagement des territoires en fonction des impératifs énergétiques de demain.
Offrir des avantages fiscaux dans ces domaines inciterait les entreprises et les jeunes à croire en l'avenir. Ne pas dépendre seulement du marché, mais influencer ce marché avec les armes économiques d'une nation solidaire dans un projet commun, voilà une bonne idée. Les français produiront les efforts nécessaires si la vision qu'on leur propose leur redonne de l'espoir. Le travaille ne doit plus être vu comme une simple source de revenus, mais comme une contribution aux efforts d'une nation portée par l'exemplarité de ses dirigeants. Alors vous verrez le cynisme, l'individualisme et les revendications excessives disparaître.

Quand à mettre Dieu dans le clan des Villepinistes, je pense toujours à cette histoire à laquelle j'ai assisté et où deux gosses vont voir leur père pour qu'il rende justice au sujet d'un différend qui les oppose. Le père leur dit : ne vous ai-je pas demandé, pour me faire plaisir, de vous réconcilier ? Si, répondent les deux têtes blondes, mais visiblement aucun ne semble disposé à faire la paix. Alors le père, exaspéré par l'attitude des ses deux garçons, les met en garde : Si je dois m'en mêler, vous allez tous les deux regretter de ne pas m'avoir écouté.
Revenir en haut Aller en bas
http://fr.denis.neuf.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80767
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 16:34

Cher Franck,

Citation :
Maintenant, une grande partie des français est parfaitement consciente de la nécessité de grandes réformes, mais pas à n'importe quelles conditions. A savoir, que lorsqu'un premier ministre se sert de réformettes à des fins électorales, il ne peut que s'attendre à ce genre de réaction. Monsieur Jospin en a fait les frais.

Le problème est que "la grande partie des français" dont vous parlez est POUR les réformes avant qu'elles arrivent et CONTRE toute réforme une fois qu'elle arrive. Alors il faut trancher. De Belgique, je n'aime pas particulièrement votre Villepin. Mais j'ai l'impression que s'il fait ce qu'il fait, ce n'est pas pour sa carrière, mais pour la France. Car il n'est pas novice dans les archanes du pouvoir. Il savait, expérience CIP etc. à la clef, qu'il s'attaquaient à folie. Réformer la France. Comme otre premier ministre précdent était prudent, lui dont la REFORME MAJEURE fut le travail le lundi de Paques. J'admire...

Citation :
Et enfin, ce qu'une grande partie des français attendent sans savoir comment l'exprimer, c'est un dirigeant doté d'une vision de l'avenir autre que celle de ce foutu marché.

C'est je crois, ce qui fait des français un peuple à part. Ils ont le sens que l'argent ne fait pas tout. Ils l'ont depuis toujours (d'où sa mission civilisatrice). Mais là, LE PRAGMATISME MONDIAL montre que, pour que le chômage disparaisse, il faut libérer l'entreprisetout en gardant un minimum de social

Et les français répondent: "Encore LE MARCHE" Arnaud ! Vous n'avez que le marché en tête !.

Le monde répond alors aux Français :
Citation :
"Ben oui. Là on parle de faire fonctionner l'économie. On parle pas d'exeption culturelle, là... ".

Bref, les français sont des MYSTIQUES qui s'ignorent. Mais qu'est ce qu'ils sont mauvais en économie.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 17:11

Franck P14 a écrit:


Excès de pouvoir.
La 5e République était faite par et pour le Général de Gaulle, un homme qui avait une vision de la France au-delà des clivages politiques. On a pu constater comment Mittérand et Chirac l'ont utilisée à des fins personnelles et avec le mépris le plus total pour un peuple qui, il est vrai, est des plus versatiles. Mais il ne peut exister de pouvoir sans contre-pouvoir, or l'impunité de certains exaspère les autres.

Rien que pour cela, je vous félicite cher Franck. Mais le vieux chêne est tombé. Aujourd'hui, chacun veut une branche, alors que ce sont les mêmes qui l'ont toujours trahi. Chichi, que pourtant je portais dans mon coeur, même lui l'a trahi. Il est fasciné par le machiavélisme du "mythe errant".
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 18:06

Citation :
Appels à des rassemblements anti-CPE vendredi soir


agrandir la photo
PARIS (Reuters) - Des organisations étudiantes et lycéennes ont appelé à se rassembler vendredi soir à Paris et dans les grandes villes de province pour réagir à l'allocution télévisée de Jacques Chirac sur le contrat première embauche.

Le chef de l'Etat parlera à 20h00.

La coordination des étudiants a appelé étudiants et lycéens de la région parisienne à un rassemblement anti-CPE à 19h30 dans la capitale, Place de la Bastille.

La Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) a pour sa part appelé les lycéens et "l'ensemble de la société" à des rassemblements à la même heure "sur les principales places des grandes villes".

"Une promulgation de la loi dès ce soir serait une déclaration de guerre à la jeunesse et à la majorité du pays hostile au CPE", prévient l'organisation lycéenne dans un communiqué.

"Le but, c'est de montrer que même si Jacques Chirac promulgue la loi, on ne renoncera pas à exiger le retrait du contrat première embauche", a dit à Reuters une responsable de la coordination étudiante de la région parisienne, Cécile Dièze.

"C'est une démonstration de force pour montrer qu'on est toujours là", a-t-elle dit.

Benjamin Vételé, vice-président de l'Unef, a indiqué que le syndicat étudiant soutenait ce rassemblement destiné à "traduire l'émotion extrêmement forte" des jeunes anti-CPE.

"Si le président promulgue la loi ce soir. Le dialogue est complètement rompu.", a prévenu Jean-François Martins, président de la Fage, un des quatre mouvements étudiants qui a été reçu mercredi par le Premier ministre, Dominique de Villepin.

Il a souhaité que le chef de l'Etat repousse l'annonce d'une éventuelle promulgation à neuf jours, un délai suffisant, selon lui, pour permettre la discussion d'un "Grenelle social".

Vendredi, lycéens et étudiants anti-CPE ont poursuivi les blocages d'axes routiers en province et dans la région parisienne, notamment à Etampes et Orsay dans l'Essonne, provoquant des dizaines de kilomètres d'embouteillages.

Ils ont continué les blocus des universités et des lycées. Selon un décompte du ministère de l'Education nationale à la mi-journée, 16 universités étaient bloquées et 42 perturbées.

Jeudi, quatre chefs d'établissement ont demandé l'intervention des forces de l'ordre pour faire évacuer des manifestants, a-t-on souligné de même source.

http://fr.news.yahoo.com/31032006/290/appels-a-des-rassemblements-anti-cpe-vendredi-soir.html
Revenir en haut Aller en bas
Franck P14



Messages : 24
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 21:34

Citation :
Le problème est que "la grande partie des français" dont vous parlez est POUR les réformes avant qu'elles arrivent et CONTRE toute réforme une fois qu'elle arrive.
Parce que le CNE n'est pas une réforme que les français ont acceptée ?
Et surtout, je le répète, un gouvernement qui fait des lois et se place au dessus de ces lois n'est pas une gouvernement en qui le peuple peut avoir confiance.
Et puis, rappelons les brillants conseils de Villepin en 97.
Mais vous avez raison, nous sommes sans doute des mystiques qui croient qu'on ne peut pas servir deux maîtres.
Et là, promulguer une loi pour en faire une autre. Bravo Chirac ! De Gaulle doit se retourner dans sa tombe.
Revenir en haut Aller en bas
http://fr.denis.neuf.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80767
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Ven 31 Mar 2006, 21:45

Cher Frank

Vous êtes français, un vrai.

Je vois et c'est vrai que vue de Belgique (même si à l'origine je suis aussi Français), c'est sympatique: Il y a toujours une raison de râler chez un français:

Si ce n'est pas le fond, c'est la forme, si ce n'est pas la forme, c'est le moment. Le Français est exceptionnel. Si dieu pouvait reprendre la France à son srervice comme au temps des missions !

Mais, en économie, j'aime la philosophie PRAGMATIQUE: Prendre la solution qui marche. Reconnaissez que ce n'est pas la France le modèle à cet égard...

Je vous assure que c'est tout... Very Happy

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
manuel



Messages : 1005
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 02:29

Ah ça y est!!! grâce à seb j'ai compris le coup de Chirac ce soir à la télé. C'était un poisson d'avril en différé... :twisted:


Ok j'arrête et je vais me coucher Mr. Green


Manuel
Revenir en haut Aller en bas
Duboscq



Messages : 31
Inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 02:52

Cher Frank,

Pour vous apporter une petite contradiction Smile

Citation :
Excès de libéralisme. (...)
Que dire encore des opérateurs de téléphonie mobile qui passaient des accords de non concurrence ?...

Au contraire sur cet exemple vous regrettez le manque de "libéralisme" (au sens d'économie de marché). En effet le libéralisme repose sur le principe de la libre concurrence, et vous notez que ce principe a été violé. Vous réclamez plus de libéralisme, plus de sanctions pour les trusts. Les sociétés mixtes libérales/socialistes comme la France les tolèrent bien souvent et protègent les monopoles publics. Les économies socialistes les favorisent partout.

Citation :
Excès de syndicalisme

Manque de syndicalisme plutot non ? C'est le manque cruel de représentativité des syndicats qui crée cette opposition systématique et sectaire. Si le syndicalisme était plus fort sur le fond, s'il représentait 60% ou 80% des salariés, il n'aurait pas besoin d'ultimatums, de blocage ou de violence pour être respecté et écouté. Il porterait l'avis de toutes les composantes de la société et des options politiques diverses, de manière équilibrée. Basketball

Citation :
Excès de pouvoir

Faible exercice du pouvoir, lorsqu'on compare à De Gaulle. Celui-ci exerca son pouvoir, considérable en effet, pour réformer en profondeur le pays. En comparaison, les présidents suivants n'ont fait que gérer les affaires courantes. I don't want that

Citation :
Un dirigeant doté d'une vision de l'avenir autre que celle de ce foutu marché

Au contraire c'est exactement ce qui manque. Un Président qui comprendrait les principes de base de l'économie de marché moderne serait une nouveauté et je le crois une nécessité. Il pourrait engager les réformes permettant de réduire le chomage et redresser la croissance. Mais il pour cela il faudrait comprendre ce "foutu marché".

Ce mot de "marché" vous exaspère semble-t-il. Il ne s'agit pourtant que d'un mot pour désigner l'échange plus ou moins régulé de biens et services, phénomène humain qui a toujours existé, constitue une base des civilisations et de leur développement. A travers chacun de vos actes économiques (comme dialoguer sur ce site) vous êtes en échange économique avec des milliers de personnes dans le monde. Le marché est juste un mot pour exprimer cette réalité. Smile

Souhaitez-vous vraiment une alternative au marché ? La seule crédible est le socialisme. Avec les résultats que l'on a connus au XXème siècle. pale


La "prose" est l'échange libre (régulé par les règles du langage) de paroles écrites ou parlées entre humains, comme le "marché" est l'échange libre (régulé par les pouvoirs publics et les corps civils) de biens et services entre humains.

La "prose" est la cause de tous nos maux. Elle nous est imposée par les ultra-libéraux anglo-saxons, qui veulent imposer leur soi-disant liberté d'échanger des mots, au bénéfice des riches en vocabulaire et en grammaire. Regardez bien, écoutez : l'idéologie de la "prose" est partout. D'ou abus de langage, fautes de français, innovations douteuses... Il faut donc renoncer à la prose et imposer des échanges en vers à tous et partout. Trop de dirigeants sont obsédés par la prose : la preuve, aucun n'ose y renoncer.

La prose, voila l'ennemi. Avec les vers obligatoires, ah mes amis quel beau pays nous aurions, au prix d'une toute petite limitation de liberté certes, mais imaginez cette belle poésie à chaque coin de rue ! cheers

Antoine
Revenir en haut Aller en bas
Franck P14



Messages : 24
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 14:12

Pour en finir avec ce sujet, sachez que je ne crois plus aux règles de la République, mais plus à celles d'une Monarchie. Voilà qui est dit. king Un souverain à vie pourrait se préoccuper des intérêts français plutôt que de sa carrière politique, voilà ce que je voudrais !

Maintenant, par marché, et il et vrai que je ne l'ai pas précisé, je vise plus particulièrement les marchés boursiers. Et par excès de libéralisme, je parle bien entendu de l'ultra-libéralisme qui fait qu'à mesure qu'il y a de plus en plus de riches, on constate qu'il y a de plus en plus de pauvreté.
Vous avez raison également pour ce qui est de l'excès de syndicalisme. Il était plus précis de dire, les excès du syndicalisme français.

Pour ce qui est de l'excès de pouvoir, j'entends par là qu'un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, y compris celle de donner sa démission comme l'a fait De Gaulle.

Enfin, et je le répète, le français est râleur (vous avez raison Arnaud), versatile et surtout il a la mémoire courte. Ce qui en effet ne facilitera pas le travail de réformes que le prochain gouvernement devra mener. Il faut changer les mentalités de part et d'autre et ça, ce n'est pas gagné. Tout le monde revendique des droits, mais oubli qu'il a également des devoirs.
Revenir en haut Aller en bas
http://fr.denis.neuf.fr
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 16:11

Franck P14 a écrit:
Pour en finir avec ce sujet, sachez que je ne crois plus aux règles de la République, mais plus à celles d'une Monarchie. Voilà qui est dit. king Un souverain à vie pourrait se préoccuper des intérêts français plutôt que de sa carrière politique, voilà ce que je voudrais !

Maintenant, par marché, et il et vrai que je ne l'ai pas précisé, je vise plus particulièrement les marchés boursiers. Et par excès de libéralisme, je parle bien entendu de l'ultra-libéralisme qui fait qu'à mesure qu'il y a de plus en plus de riches, on constate qu'il y a de plus en plus de pauvreté.
Vous avez raison également pour ce qui est de l'excès de syndicalisme. Il était plus précis de dire, les excès du syndicalisme français.

Pour ce qui est de l'excès de pouvoir, j'entends par là qu'un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, y compris celle de donner sa démission comme l'a fait De Gaulle.

Enfin, et je le répète, le français est râleur (vous avez raison Arnaud), versatile et surtout il a la mémoire courte. Ce qui en effet ne facilitera pas le travail de réformes que le prochain gouvernement devra mener. Il faut changer les mentalités de part et d'autre et ça, ce n'est pas gagné. Tout le monde revendique des droits, mais oubli qu'il a également des devoirs.

Bravo Franck. Comme toi, j'en appelle à une monarchie. C'est le seul moyen de sauver notre peau. La démocratie a montré ses limites. A tel point que nous sommes depuis le 28 avril 1969, date où le général a quitté le pouvoir et la vie politique, entrés en voyoucratie. Aujourd'hui, chacun voudrait une branche du vieux chêne qu'ils ont abattu. Mais il nous regarde et se marre bien. De Gaulle croyait en Dieu. Et comme chacun le sait, Dieu est Gaulliste.
Je partage sans réserve ton avis.

Thumright
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80767
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 16:11

Cher Franck

Very Happy

Pour ce qui est de la royauté, je ne sais pas si c'est nécessaire. Le Canada a fait ses réformes en paix par un homme politique habile, le Royaume uni par un dame de fer.

Il faut peutêtre une grande souffrance économique humiliante puis un homme providentiel... C'est cela la France...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 16:51

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Franck

Very Happy

Pour ce qui est de la royauté, je ne sais pas si c'est nécessaire. Le Canada a fait ses réformes en paix par un homme politique habile, le Royaume uni par un dame de fer.

Il faut peutêtre une grande souffrance économique humiliante puis un homme providentiel... C'est cela la France...

Admettons. Mais cet homme providentiel, qui est-il? Je n'en vois qu'un, c'est le Christ. Lui seul peut faire des miracles.

Arnaud, qu'est-ce que c'est que cette horrible farce? Où est passé mon loup? Et il me fait ça le jour de la St Hugues en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 18:48

Bonne fête, Hugues !
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 18:59

Krystyna a écrit:
Bonne fête, Hugues !

Merci chère Krystyna.
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 19:03

Chers amis(es),

Tout le monde sur ce forum connaît la légendaire paresse et avarice de notre docte théologien. Voici une demande qu'il a effectuée auprès du Très Haut.

Arnaud va prier et s’adresse à Dieu:
• Seigneur, qu’est-ce pour toi que cent millions d'euros?
• Pour moi, cent millions c’est dix centimes, répond Dieu.
Arnaud reprend ses prières et quelques instants plus tard:
• Dieu, qu’est-ce pour toi que l’éternité?
• L’éternité, répond Dieu, c’est une seconde pour moi.
Après un instant de réflexion:
• Dieu pourrais-tu me prêter 10 centimes?
• Oui! Mais attends une seconde, réplique l’Éternel.
:DD

Arnaud, je veux mon loup!
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80767
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 19:28

Il reviendra.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Alexandre



Messages : 511
Inscription : 22/10/2005

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 19:34

Le CPE est une mesure à court terme dans laquelle Mr De Villepin croyait pour assurer son élection en 2007. Apparemment c'est raté, et c'est bien fait. Le problème du chômage des jeunes ne se situe pas à ce niveau. Une commission a récemment calculé que la France devait faire venir plusieurs millions d'immigrés pour répondre à des demandes d'emplois non satisfaite. D'un autre côté, près de 25% des jeunes sont au chomâge. La conclusion est simple : les études sont inadaptées au marché de l'emploi. C'est un problème récurrent, et qui a été fortement augmenté par la décision prise par les socialistes, il y a quelques années, par pure démagogie, de porter à 80% le nombre de bacheliers. décision tout à fait arbitraire, qui n' a pu être obtenue qu'en abaissant le niveau des études.

La véritable réponse au problème consisterait d'une part à revaloriser les emplois dits manuels. Il en est qui rapportent plus que des emplois dit "intellectuels", et d'autre part, à adapter le système scolaire à ces emplois.

Mais il s'agit là d'une solution à long terme, dont les effets se fairaient sentir qu'au bout d'au moins 5 ans, et c'est trop long pour les hommes politiques, dont le nez rivé sur leur prochaine réelection, qui, elle, est toujours à moins de cinq ans. A quoi bon faire une réforme dont vos adversaires seront les éventuels bénéficiaires ?

Nous nous trouvons dans la situation paradoxale d'un pays qui a officiellement besoin de main d'oeuvre, et dont les gens sont au chomâge...


Alexandre
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80767
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 19:57

Cher Alexandre,

C'est vrai.

Résumons les trois réformes:

1° Liberer les entreprises de la peur d'employer (CNE, désserage du code du travail).
2° Baisser les prestations sociales pour à la fois stimuler la volonté de chercher un emploi et baisser les charges sur les entreprises qui emploient.
3° Orienter les jeunes vers les immenses champs d'emplois non pourvus.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Franck P14



Messages : 24
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: CPE   Sam 01 Avr 2006, 20:46

En parlant de marché et d'un 1932 bis :
Dans le Monde du 01/04/06

Citation :
Un point rouge clignote depuis quelques jours sur les écrans Bloomberg de tous les financiers de la planète : l'Islande. Si ce pays fait suer à grosses gouttes les opérateurs de marché, les analystes, les banquiers centraux et autres ministres des finances de la Nouvelle-Zélande à la Turquie, de la Hongrie aux Etats-Unis, cela n'a rien à voir avec ses geysers et ses eaux bouillantes. Tous ces responsables craignent une chose aussi simple que considérable : une crise monétaire planétaire est-elle en train de naître sur ce caillou perdu de l'Atlantique Nord ?


Tout est parti d'une note du 22 février de l'agence Fitch, dont le métier est d'évaluer les dettes des Etats, qui a déclassé l'Islande en jugeant "insoutenable" le déficit extérieur de ce pays parce qu'il atteint 16,5 % du PIB. Certaines banques américaines ont alors refusé de souscrire à des emprunts de la banque centrale de Reykjavik. La monnaie locale, la couronne, s'est mise à glisser. Les taux d'intérêt ont été relevés pour la soutenir.

Pour l'heure, le processus ne s'est pas emballé en crise monétaire. Mais la banque Danske a écrit que la couronne pourrait tomber de 25 % et que le PIB du pays pourrait reculer de 5 à 10 % en deux ans. Le Financial Times a relaté ce début de crise en page "une", vendredi.

Au-delà de l'avenir des 300 000 Islandais et Islandaises, les financiers s'inquiètent d'un éventuel engrenage. Les pays en gros déficits parvenaient jusqu'ici à facilement les financer parce que les taux d'intérêt étaient, historiquement et mondialement, bas. Mais cette période vient de s'achever avec les relèvements opérés par la Réserve fédérale américaine, suivie maintenant par la Banque centrale européenne et, demain, par la Banque du Japon.

L'été de l'argent pas cher est terminé et les pays endettés vont devoir passer à la caisse, c'est-à-dire payer plus cher leurs remboursements, se serrer la ceinture ailleurs, ralentir leur rythme de croissance. L'Islande est-elle la première d'une longue liste ?

Un deuxième clignotant s'est allumé sur les écrans, plus important donc plus menaçant, la Nouvelle-Zélande. Le dollar de ce pays a décroché de plus de 10 %. La banque centrale de Wellington est poussée à relever ses taux à son tour. Les regards sont maintenant tournés vers d'autres pays, que les marchés, s'ils le décidaient, pourraient entraîner dans la tourmente : la Hongrie, dont le florin est déjà fragilisé par un recul de 5 %, la Turquie, mal sortie d'une crise monétaire précédente, l'Australie et même le Brésil, l'Espagne et le Portugal, deux pays pourtant protégés par l'euro, et, last but not least, les Etats-Unis.

Sommes-nous à la veille d'une nouvelle crise monétaire comme le monde capitaliste globalisé en connaît depuis dix ans ? Mexique en 1994, Thaïlande en 1997, Brésil en 1999 et 2001, Turquie en 2001 ? La source des crises a toujours été la même, analyse l'économiste américain Nouriel Roubini (rgemonitor.com), "une combinaison d'un déficit courant, d'un boom du crédit et d'une bulle des actifs qui conduit à un excès de consommation et des prix de l'immobilier". C'est exactement la situation en Islande mais aussi dans les autres pays cités. On pourrait donc avoir une crise islandaise qui crée de la panique sur les marchés financiers mondiaux et s'étende par contagion.

Que les Etats-Unis soient sur la liste change évidemment tout. L'interrogation des financiers est ici d'une autre nature : il ne s'agirait plus du ralentissement de tel ou tel pays mais, si l'Amérique est touchée, d'un éventuel raté du grand moteur de l'économie mondiale. Pour alimenter sa croissance, l'économie américaine aspire l'épargne du monde entier dans des proportions inédites. C'est le grand déséquilibre de cette époque qui veut que les pauvres financent le plus riche. Aucun économiste n'imagine que ce système soit durable. Il va se retourner à un moment ou à un autre.

La baisse de la couronne islandaise marque-t-elle ce moment ? Non, pour l'heure. Seuls de petits clapotis frappent encore les côtes d'Islande. Mais, mais, mais...

Et bonne fête Hugues
Revenir en haut Aller en bas
http://fr.denis.neuf.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 12:11

Citation :
La loi sur l'égalité des chances publiée au Journal officiel
PARIS (Reuters) - La loi sur l'égalité des chances instituant le contrat première embauche (CPE) a été publiée dimanche au Journal officiel, deux jours après l'annonce de sa promulgation par le président Jacques Chirac.

Le texte, rejeté par les syndicats de salariés, d'étudiants et les mouvements lycéens, ne devrait cependant pas être appliqué.

Le chef de l'Etat a demandé aux parlementaires de l'UMP une nouvelle loi comportant deux modifications du CPE, l'une sur la période d'essai qui sera ramenée à un an au lieu de deux initialement prévus et l'autre sur le motif de licenciement qui devra être notifié au jeune salarié.

Le CPE s'adresse aux jeunes de moins de 26 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 12:55

Citation :
Chirac contre la Constitution
...française évidemment ! Sur son blog, l'avocat Denis Merlin estime que la déclaration de Chirac est un monument d’insécurité juridique. En effet, Chirac :

"demande au Gouvernement de préparer immédiatement 2 modifications de la loi sur les points qui ont fait débat. (...) Enfin, je demande au Gouvernement de prendre toutes les dispositions nécessaires pour qu'en pratique, aucun contrat ne puisse être signé sans intégrer pleinement l'ensemble de ces modifications. »

Ces déclarations sont proprement consternantes au regard du droit, notamment de la sécurité juridique. L’article 5 al. 1 de la Constitution dispose : "Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'Etat." Et l'article 34 al. 1 : "La loi est votée par le parlement."Or le garant du fonctionnement régulier des pouvoirs publics demande que la loi qu’il promulgue ne soit pas appliquée, il décide d’une nouvelle loi, alors que seul le Parlement est seul habilité à voter et donc à décider des lois.


Du point de vue de la "prévisibilité de la loi" on a donc eu un projet de loi qu’il a fallu étudier, puis une loi qui a été votée, qui va être promulguée mais qui doit rester lettre morte. Un gouvernement qui est invité par une autorité qui n’a aucune compétence juridique en la matière, à demander au Parlement de réformer une loi non appliquée. Du point de vue de "la clarté et accessibilité de la norme", l'analyse du blog de tokvil mérite d'être lue.

"On se demande si c’est un gag. Ce sont les Marx Brothers législateurs. Malheureusement ce n’est pas un film et si c’est de l’humour burlesque, les acteurs ne sont pas conscients." Et si le président avait voulu faire un poisson d'avril avant l'heure ?

Michel Janva

http://lesalonbeige.blogs.com/
Revenir en haut Aller en bas
Mathieu



Messages : 306
Inscription : 23/08/2005

MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 16:12

Je suis d'accord, la déclaration de Chirac est absurde. A force de prendre des demi-mesures, on ne peut que mécontenter tout le monde, au risque de ridiculiser le fonctionnement institutionnel. Nous voyons un Président promulguer une loi et appeler le gouvernement à tout faire pour qu'elle ne s'applique pas ! On se demande d'ailleurs quels pouvoirs le gouvernement peut avoir dans ce domaine, et comment il peut empêcher les citoyens qui le veulent d'utiliser les dispositions d'une loi votée, reconnue constitutionnelle, et promulguée en bonne et due forme.
Autre entorse, à mon sens très grave, des institutions : le discours de Sarkozy mardi dernier. On voit un ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, numéro deux du gouvernement, piétiner sa fonction en prononçant un discours de candidat à l'élection présidentielle. Une totale confusion politique ! Quand on est ministre, on est ministre. Si on veut reprendre sa pleine liberté de parole et de critique du gouvernement, on est logique avec soi-même, et on démissionne ! Non, vraiment, nous marchons sur la tête...

Pour ce qui est du CPE lui-même, et des accusations de libéralisme, ou d'ultra-libéralisme que certains portent à l'encontre du gouvernement, il faudrait remettre les pendules à l'heure. La France est le dernier pays occidental à compter dans son champ politique des partis ouvertement marxistes ou néo-marxistes. Inutile de parler du PCF, le même qu'en 1950. Inutile de parler des groupes trotskistes, aussi archéo-communistes que leurs camarades staliniens. Parlons plutôt du PS, qui réussit l'exploit de refuser en bloc, et pour des raisons purement idéologiques, sa nécessaire mue vers la social-démocratie !
Résultat : les Français, bercés par les sirènes de l'Etat-Providence, vouent aux gémonies des notions économiques aussi fondamentales que le libéralisme, le capitalisme et l'économie de marché...

Quand on entend certains journalistes déclarer que la France n'est pas en retard, mais à l'avant-garde, on rit jaune... A l'avant-garde de quoi ? De la révolution prolétarienne mondiale ? Soyons sérieux...

Notre pays se traîne dans une crise artificielle dans laquelle il se complaît, faute d'une volonté d'en sortir. Les diagnostics sont établis. Les causes sont connues. Les solutions également.

Il nous faudra le courage d'une Dame de Fer pour nous en sortir. Et alors, mécaniquement, le marxisme disparaîtra une fois pour toutes. Je rêve tout haut, mais je pense de toute manière que nous n'avons pas le choix.



Amitiés,



Mathieu
Revenir en haut Aller en bas
Zimoï



Messages : 95
Inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 17:02

Mathieu a écrit:

Pour ce qui est du CPE lui-même, et des accusations de libéralisme, ou d'ultra-libéralisme que certains portent à l'encontre du gouvernement, il faudrait remettre les pendules à l'heure. La France est le dernier pays occidental à compter dans son champ politique des partis ouvertement marxistes ou néo-marxistes. Inutile de parler du PCF, le même qu'en 1950. Inutile de parler des groupes trotskistes, aussi archéo-communistes que leurs camarades staliniens. Parlons plutôt du PS, qui réussit l'exploit de refuser en bloc, et pour des raisons purement idéologiques, sa nécessaire mue vers la social-démocratie !
Résultat : les Français, bercés par les sirènes de l'Etat-Providence, vouent aux gémonies des notions économiques aussi fondamentales que le libéralisme, le capitalisme et l'économie de marché...

Quand on entend certains journalistes déclarer que la France n'est pas en retard, mais à l'avant-garde, on rit jaune... A l'avant-garde de quoi ? De la révolution prolétarienne mondiale ? Soyons sérieux...

Notre pays se traîne dans une crise artificielle dans laquelle il se complaît, faute d'une volonté d'en sortir. Les diagnostics sont établis. Les causes sont connues. Les solutions également.

Il nous faudra le courage d'une Dame de Fer pour nous en sortir. Et alors, mécaniquement, le marxisme disparaîtra une fois pour toutes. Je rêve tout haut, mais je pense de toute manière que nous n'avons pas le choix.

Mathieu


Il me semble qu'assimiler les aspirations des Français à du communisme ne correspond pas à la réalité. Le communisme est mort et bien mort. Même Robert Hue ne parle plus de collectiviser tous les moyens de production, il n'a de communiste que le nom. Il aurait été le premier jeté au Goulag.

Aujourd'hui le néolibéralisme est une autre idéologie matérialiste qui supplante spirituellement le marxisme.

Comme le communisme n'existe plus, l'idéologie libérale a besoin d'un ennemi pour exister. Elle n'a rien trouvé de mieux que de taxer de "marxiste" tous ceux qui ne croient pas (et c'est bien une croyance) au marché pur : keynesiens, partisans d'une économie mixte, partisans d'une économie de marché dont certains secteurs (santé, éducation...) sont exclus.

Pourtant, la social-démocratie et l'économie mixte, avec quelques entreprises nationalisées cotoyant le système privé, que vous conspuez comme l'horreur absolue soi-disant "marxiste", a existé en France pendant 30 ans. Comment a-t-on appelé ces 30 ans ??? Les 30 glorieuses !!!

Pourtant, la social-démocratie, avec fexsécurité, dialogue social, est à l'origine des plus bas taux de chômage en Europe, et de vrais sussès (Danemark, Finlande).

Le CPE révèle précisément ce manque de dialogie social en France. Les entrepreneurs crèvent sous la bureaucratie, et subissent l'attitude des banquiers qui les empoisonnent au moindre décalage de trésorerie. Si on réformait la paperasse, les relations avec les services publics, si on forçait les banques à assouplir leurs comportements, PERSONNE N'IRAIT MANIFESTER !

Alors pourquoi s'acharner sur un CPE qui - même si je n'en ignore pas certaines vertus - met tout le monde dans la rue ?

Les Français ont raison : ils ne veulent pas plus d'un homme d'acier (STAL = acier en russe) ni d'une Dame de Fer. Nous avons notre propre modèle à inventer.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pre-majorite.fr
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 17:24

Zimoï a écrit:

Le communisme est mort et bien mort.

Pas partout dans le monde. Et pas dans les mentalités.
Revenir en haut Aller en bas
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 17:38

Arnaud.

Tu écris :

Code:
Mais, en économie, j'aime la philosophie PRAGMATIQUE: Prendre la solution qui marche. Reconnaissez que ce n'est pas la France le modèle à cet égard...

Nous sommes d'accord ; Mais où est la solution du gouvernement actuel qui marche? On est face à des techniciens légalistes qui n'ont aucun soucis de l'humain, et Villepin voudrait gouverner la France comme on dirige une entreprise. La réalité est que, si les lois se font dans un cadre technique et juridique, elles se font aussi par la concertation, le dialogue et la négociation. Est-ce que Villepin avait dialogué avec les jeunes, et a t'il compris que RIEN ne se ferra sans eux ou contre eux? Sinon, nous ne sommes que face à un simulacre de démocratie légaliste et hypocrite.
La vérité est que nous sommes face à un pays de vieux (j'ai 60 ans). Le gouvernement est vieux. Villepin est vieux. L'Europe est vieille. Quand le leader Bouddhiste qui se prépare n'a pas 17 ans.
Mais je suis impressionné par le calme, la maturité et la cohérence des jeunes. Rien à voir avec l'anarchie romantique de mai 68. Ils viennent d’intégrer la vie de la cité avec bon sens, et c'est très prometteur.

ps
villepin....la mojorité? Parlons-en. Chirac a bénéficier de 85%. Pas pour lui mais contre Lepen. Et puis il est coupé de sa base UMP qui fait tout pour ne pas provoquer une rupture. Les jeunes on été confisqués, mais l'UMP encore plus. Où est l'autorité REELLE de Villepin hors du chantage ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80767
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 19:27

Citation :
elles se font aussi par la concertation, le dialogue et la négociation.

Cher Philippe,

Pour réformer dans le sens de ce qu'a fait le Canada, vous ne pourrez pas éhapper, je le crois, à des grèves dures.

C'est impossible de faire autrement.

Analogie: Votre enfant a été gâté depuis 16 ans. Tout d'un coup, vous lui dites: "Cet été, tu travailles, il n'y a plus de sous."

Il y aura une scène. Et si vous ne voulez pas de scène, alors il faudra que votre fils connaisse la galère, souffre, puis réfléchisse.

Car la politique n'est que la psychologie de masse. L'Etat providence a fragilisé chez les jeunes lke désir de prendre en main leur vie.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 20:07

Arnaud.
Pas sûr. Ha ! de mon temps, ct pas comme ça.
comme mon fils s'est foutu de la gueule de mon patron devant lui, pour le punir je lui interdit de venir travailler l'été, et donc avoir de la tune. NON et NON. Il n'y a plus de démocratie possible sans dialogue publique. Retour au source: comme l'Agora des grecq. Et tiens: tu verras que bientôt , une bonne partie de la politique se ferra sur le web. C'est l'homnisphère de Teillard de Chardin qui se met en place. A propos, où est le père Jean Louis ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80767
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 21:13

Philippe a écrit:
Arnaud.
Pas sûr. Ha ! de mon temps, ct pas comme ça.
comme mon fils s'est foutu de la gueule de mon patron devant lui, pour le punir je lui interdit de venir travailler l'été, et donc avoir de la tune. NON et NON. Il n'y a plus de démocratie possible sans dialogue publique. Retour au source: comme l'Agora des grecq. Et tiens: tu verras que bientôt , une bonne partie de la politique se ferra sur le web. C'est l'homnisphère de Teillard de Chardin qui se met en place. A propos, où est le père Jean Louis ?

Le Père Jean-Louis vient de revenir en Italie après un long séjour en France, au Portugal etc.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Mathieu



Messages : 306
Inscription : 23/08/2005

MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 22:18

Citation :
Il me semble qu'assimiler les aspirations des Français à du communisme ne correspond pas à la réalité. Le communisme est mort et bien mort. Même Robert Hue ne parle plus de collectiviser tous les moyens de production, il n'a de communiste que le nom. Il aurait été le premier jeté au Goulag.

Appelez ça du communisme résiduel, si vous préférez. Mais comme Krystyna le dit, l’idéologie marxiste n’est pas morte, loin de là. Robert Hue, lors de la parution du Livre Noir du Communisme, en 1997, a défendu bec et ongle le bilan communiste mondial, se contentant d’utiliser la bonne vieille technique de la reductio ad hitlerum. Pour faire bonne mesure, il chargeait un peu Staline, pour mieux exonérer Lénine, pourtant aussi criminel que son successeur.
Le communisme français d’aujourd’hui a pour idéal la fonction publique, l’Etat-Providence. Leur rêve inavoué serait que tout le monde travaille pour l’Etat, en échange de tickets d’alimentation. Tous égaux dans la même misère. Surtout, ne parlez pas de liberté, car la liberté implique qu’il puisse y avoir des gens plus riches que d’autres. Et la richesse, en France, est automatiquement suspecte et honnie.


Citation :
Aujourd'hui le néolibéralisme est une autre idéologie matérialiste qui supplante spirituellement le marxisme.


Non, dans la mesure où le libéralisme, à l’inverse du marxisme, n’est pas une idéologie totalisante. Marx et Engels avaient inventé un système philosophique englobant tous les domaines de l’activité et de la pensée humaine, de la métaphysique à la politique. Le libéralisme n’est qu’une doctrine économique, peut-être pas parfaite, je vous l’accorde, mais qui n’a pas prétention à régir la course des astres…
La grande erreur des anti-libéraux est de considérer le libéralisme à l’aune du marxisme, et de considérer, par conséquent, qu’il s’agit d’une idéologie totale.


Citation :
Comme le communisme n'existe plus, l'idéologie libérale a besoin d'un ennemi pour exister. Elle n'a rien trouvé de mieux que de taxer de "marxiste" tous ceux qui ne croient pas (et c'est bien une croyance) au marché pur : keynesiens, partisans d'une économie mixte, partisans d'une économie de marché dont certains secteurs (santé, éducation...) sont exclus.


Le communisme n’existe plus ? J’aimerais que ce soit vrai pour les Coréens du Nord, les Cubains, les Vietnamiens et même les Chinois, malgré leur capitalisme…
Le communisme ancien est peut-être au bout du rouleau, mais il jouit, surtout en France, d’une popularité philosophique inimaginable ailleurs.


Citation :
Pourtant, la social-démocratie et l'économie mixte, avec quelques entreprises nationalisées cotoyant le système privé, que vous conspuez comme l'horreur absolue soi-disant "marxiste", a existé en France pendant 30 ans. Comment a-t-on appelé ces 30 ans ??? Les 30 glorieuses !!!

Trente Glorieuses suivant le mouvement de reconstruction de 1945, caractérisées par une croissance sans précédant ! Comme la croissance et le dynamisme des années 20, interrompues par la crise de 1929. Tous les après-guerres sont des périodes de prospérité économique.
Mais il en est de même pour les autres pays d’Europe. Seulement, voyez le Royaume-Uni. Au milieu des années 70, le vieux système d’Etat-Providence, qui avait fonctionné grâce à la croissance des années d’après-guerre, était aussi obsolète que le nôtre aujourd’hui, et en 1979, Thatcher a fait ce qu’il fallait faire. Résultat, l’économie britannique s’est remontée, et nul aujourd’hui, même (et surtout) au Labour, ne songe à revenir sur les principes économiques libéraux qui ont dégagé le pays de ce carcan socialiste…


Citation :
Pourtant, la social-démocratie, avec fexsécurité, dialogue social, est à l'origine des plus bas taux de chômage en Europe, et de vrais sussès (Danemark, Finlande).


Combien d’habitants au Danemark et en Finlande ? Comparons avec des pays comparables. La Grande-Bretagne se moque de la « flexsécurité », et elle a un taux de chômage bien faible. Et je n’ose parler des Etats-Unis !


Citation :
Le CPE révèle précisément ce manque de dialogie social en France. Les entrepreneurs crèvent sous la bureaucratie, et subissent l'attitude des banquiers qui les empoisonnent au moindre décalage de trésorerie. Si on réformait la paperasse, les relations avec les services publics, si on forçait les banques à assouplir leurs comportements, PERSONNE N'IRAIT MANIFESTER !


Il faudrait surtout songer à réduire aux trois-quart la pression fiscale qui pèse sur les entreprises, réformer le Code du Travail, réduire la part du secteur public, privatiser tout ce qu’il reste à privatiser…


Citation :
Alors pourquoi s'acharner sur un CPE qui - même si je n'en ignore pas certaines vertus - met tout le monde dans la rue ?


Pas tout le monde ! Un bon million de Français de gauche, qui, sont majoritairement fonctionnaires et, pour beaucoup, ont passé leur vie à arpenter le pavé…


Citation :
Les Français ont raison : ils ne veulent pas plus d'un homme d'acier (STAL = acier en russe) ni d'une Dame de Fer. Nous avons notre propre modèle à inventer.

Très peu habile, pour le moins, de comparer Thatcher à Staline… Comme s’il y avait la moindre équivalence… Rolling Eyes
Notre modèle à inventer ? Et en partant de quoi ? De notre génie propre ? Pour l’instant, on a vu où nous a mené ce génie, et nous n’avons aucune leçon à donner, et pas lieu d’être fier…
Nous avons les exemples d’autres pays, qui ont accompli leur transition économique, de l’économie de l’état-providence vers l’économie libérale.
C’est notre communisme résiduel, cette fichue maladie intellectuelle, qui nous empêche d’appliquer les recettes qui marchent. Fondamentalement, la France ne fonctionne pas autrement que ses voisins européens ou outre-atlantiques…


Citation :
La réalité est que, si les lois se font dans un cadre technique et juridique, elles se font aussi par la concertation, le dialogue et la négociation.

Politiquement, vous savez que c’est faux. Comment voulez-vous négocier quoi que ce soit avec une CGT qui compense sa faiblesse de représentation par son intransigeance dogmatique ?
Comment voulez-vous négocier quoi que ce soit, lorsque vous êtes dit « de droite » avec des syndicats professionnels ou « étudiants » (ou « lycéens » !!) qui sont des adversaires politiques, soutenus par les partis de gauche qui ne voient que leur seul intérêt électoral.
Non, il faut d’abord commencer par une phase de réformes nécessaires, et tant pis si elles sont impopulaires. Thatcher n’a jamais cédé, et tant pis pour les syndicats anglais. Plus personne là-bas ne conteste l’économie de marché…
Il y aura deux ou trois millions de personnes dans la rue ? Et après ?
Quand il n’y aura plus d’argent pour payer les retraites de notre sacro-saint système par répartition, c’est l’état qui ira s’endetter un peu plus, et la pression fiscale qui s’aggravera encore.
Jusque à ce qu’on ne puisse payer, comme en Argentine… Là, tout le monde sera content !
Seulement, osez seulement mentionner le changement du système de retraite, et vous aurez tous les syndicats dans la rue, qui refuseront même d’aller vous voir pour en discuter… Quelle négociation, dans cette situation ?



Citation :
-ce que Villepin avait dialogué avec les jeunes, et a t'il compris que RIEN ne se ferra sans eux ou contre eux?

Non ! Ne parlez pas des jeunes ! Parlez uniquement de la poignée de politisés gauchistes suivie par l’éternelle masse de moutons. Ce ne sont pas LES jeunes qui manifestent contre le CPE. Ce sont DES jeunes. C’est plus qu’une nuance. Pour la première fois, d’ailleurs, on voit apparaître des mouvements anti-grève et anti-blocage. C’est une nouveauté encourageante.



Citation :
Mais je suis impressionné par le calme, la maturité et la cohérence des jeunes. Rien à voir avec l'anarchie romantique de mai 68. Ils viennent d’intégrer la vie de la cité avec bon sens, et c'est très prometteur.

Sur quelle planète vivez-vous donc ? Déjà, je le répète, il ne s’agit pas de tous les jeunes. Que je sache, je suis jeune, et je ne braille pas contre le CPE…
Pour vous, donc, descendre dans la rue à l’appel de syndicats d’extrême-gauche pour répéter des slogans sans queue ni tête, c’est « intégrer la vie de la cité avec bon sens » ? Que les trois-quarts des jeunes ne rêvent que d’intégrer la fonction publique, d’avoir un métier à vie, protégé, c’est « prometteur » ?
Que les agitateurs répètent qu’ils ont un « droit à l’avenir », et que leurs diplômes sont autant de garanties, c’est de la « maturité » ?
Où est l’esprit d’entreprise dans tout ça ? Ce n’est pas une jeunesse, c’est une pâle copie de leurs parents et grands-parents revendicateurs…


Citation :
Où est l'autorité REELLE de Villepin hors du chantage ?

Je ne suis pas villepiniste pour un sou, mais son autorité provient de sa légitimité démocratique ! Il est soutenu par une majorité parlementaire, et, que je sache, dans une démocratie représentative, ce n’est pas « la rue » qui gouverne. Ou alors, ce n’est plus la peine de voter…


Citation :
Il n'y a plus de démocratie possible sans dialogue publique.

Notre système est ainsi fait que le dialogue a lieu lors des élections, et qu’ensuite, c’est la majorité qui décide. Quel dialogue public peut-il y avoir dans un pays où le fond de commerce des syndicats et partis de gauche est le refus de l’évolution socio-économique nécessaire ?



Amitiés,



Mathieu
Revenir en haut Aller en bas
spidle33



Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 22:36

Des réponses de Matthieu qui font plaisir à entendre !

Des jeunes sont dans la rue, et LES médias sont dans le coup.
C'est la gauche extremiste qui est dans la rue, soyons clair !
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 23:10

Une réflexion me vient à l'esprit, et Mathieu le dénonce magistralement, à savoir qu'à la lecture de certains posts, on peut juger de la puissance de pénétration de cette foutue propagande gauchiste en cours depuis tant d'années...
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Dim 02 Avr 2006, 23:25

Citation :
L'UNL appelle la population à afficher son opposition au CPE

PARIS (AP) - L'Union nationale lycéenne (UNL) "appelle les jeunes et la population française dans son ensemble à afficher partout son soutien à la mobilisation contre le contrat première embauche".

Dans un communiqué rendu public dimanche soir, l'UNL "appelle à accrocher des banderoles et des pancartes portant la mention "retrait du CPE" aux balcons, sur les voitures, dans les lieux publics et dans les lieux de travail afin de rendre la mobilisation visible dans tout le pays."

L'UNL appelle aussi "toutes les mairies de France solidaires du mouvement contre le CPE, à faire retentir l'alarme dans leur ville tous les jours de la semaine à 14h. Nous devons en effet construire une mobilisation omniprésente sur le terrain, visible et retentissante, une mobilisation générale", affirme le syndicat lycéen qui "réaffirme son refus de négocier la précarisation des jeunes". AP

A quand l'appel aux armes ???
Revenir en haut Aller en bas
Duboscq



Messages : 31
Inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: CPE   Lun 03 Avr 2006, 02:15

Vu cet après-midi un reportage assez complet sur M6 sur le CPE. Et surprise, pour la première fois, le reportage a montré des faits qui sont généralement totalement masqués dans les grands media :
- l'existence de jeunes motivés "anti-blocage" parmi les étudiants
- la non légalité des blocages (différent du droit de grève)
- la très faible représentativité des AG qui votent les blocages.
- plus des interviews de jeunes Francais émigrés à Londres qui disent apprécier les opportunités et les salaires qu'offre la flexibilité, et qui voient dans les manifs anti-CPE des combats ringards.

A quand ces scoops sur TF1, France 2 ou France Info ?

Les mass media ont aujourd'hui une large responsabilité dans l'éducation des jeunes. Ce ne sont plus la famille, l'école ou l'église qui éduquent. C'est la télévision : 3h30 par jour et par personne... Et j'emploie le mot 'éducation' à dessein : ce sont ces mass media qui donnent les repères "moraux", les systèmes de valeurs et les principes auxquels il convient d'adhérer.

Les réformes souhaitables nécessitent une action coordonnée et favorable par les media. Pour l'instant c'est, à de rares exceptions près, l'opposé qui se produit chaque jour. Les media coordonnent parfaitement la résistance au changement, et enracinent le plus possible le système de valeurs gauchiste qui pénalise notre pays depuis si longtemps.

Un journaliste parmi vous ?

Antoine
Revenir en haut Aller en bas
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: CPE   Lun 03 Avr 2006, 05:54

le cpe, ils l'ont en Espagne. IL s'en morde les doigts


Dernière édition par le Lun 03 Avr 2006, 06:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: CPE   Lun 03 Avr 2006, 06:01

Dites les gars. N'allez pas trop vite en besogne. Parce que d'ici 1ans1/2 quand l'UMP (celle de Sarko) va virer sa cutie en instaurant un cdi unique à progression dans le temps, le tout dans un dialogue réel avec l'ensemble de la nation ; Et bien ce jour-là vous allez vous retrouver tout bébète. A moins que d'ici là vous n’ayez oublié.
Ha ! C’est vrai j'oubliai : Sarkosi est un gauchiste.
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: CPE   Lun 03 Avr 2006, 08:40

Laurent a écrit:
Citation :
L'UNL appelle la population à afficher son opposition au CPE

PARIS (AP) - L'Union nationale lycéenne (UNL) "appelle les jeunes et la population française dans son ensemble à afficher partout son soutien à la mobilisation contre le contrat première embauche".

Dans un communiqué rendu public dimanche soir, l'UNL "appelle à accrocher des banderoles et des pancartes portant la mention "retrait du CPE" aux balcons, sur les voitures, dans les lieux publics et dans les lieux de travail afin de rendre la mobilisation visible dans tout le pays."

L'UNL appelle aussi "toutes les mairies de France solidaires du mouvement contre le CPE, à faire retentir l'alarme dans leur ville tous les jours de la semaine à 14h. Nous devons en effet construire une mobilisation omniprésente sur le terrain, visible et retentissante, une mobilisation générale", affirme le syndicat lycéen qui "réaffirme son refus de négocier la précarisation des jeunes". AP

A quand l'appel aux armes ???

Qu'est-ce que c'est? on m'appelle? J'arrive mon colonel.

Revenir en haut Aller en bas
Zimoï



Messages : 95
Inscription : 22/05/2005

MessageSujet: Re: CPE   Lun 03 Avr 2006, 08:44

Cher Matthieu er Laurent,

certains arguments ne tiennent pas, comme la taille des pays (Finlande et Danemark), qui est un prétexte bien facile pour dire qu'un modèle inspiré du leur n'est pas possible. En 1848, on nous avait chanté la même chose pour expliquer que la Suisse était passée à la démocratie avec succès mais pas la France.

Je ne sais si je suis "manipulé" par les "gauchistes" : apparemment, selon vous, est manipulé par les gauchistes celui qui n'est pas pour le tout-privé ou celui qui ne trouve pas sexy Miss Maguy. je trouve cette position bien exagérée. Pour ma part, je pense qu'il y a des secteurs mieux gérés par le public, comme l'eau par exemple. Privatiser ce qui reste à privatiser ? Je ne vois pas ce qu'il y a encore à privatiser.

Autant en 1981 on était dans l'excès de nationalisations et c'était une folie; aujourd'hui nous sommes dans l'excès inverse, et cela devient aussi une véritable folie.

J'ai toujours eu cette position modérée. Il y a 16 ans, j'étais taxé de partisan de droite. Aujourd'hui, avec exactement les mêmes idées, je passe pour un gauchiste. C'est très inquiétant. Je me retrouve dans la position d'un point chaud, en géologie, qui est immobile, que l'on croit se déplacer mais qui en fait témoigne du déplacement des plaques tectoniques.

Aujourd'hui, les idées du gaullisme participatif sont devenues gauchistes ; les idées de Giscard en 1974 aussi ; quant à celle de Pierre Mendes-France, elles sont quasiment devenues une peste communiste.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pre-majorite.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Lun 03 Avr 2006, 15:09

Mais quand donc allez-vous vous rendre compte que cette histoire anti-CPE n'est qu'une gigantesque manipulation de la part de la gauche, toutes tendances confondues ???

Je l'ai déjà dit plus haut, le CPE est un faux débat, en plus d'être un emplâtre sur une jambe de bois...

Le vrai problème, qu'on se garde bien d'évoquer, c'est la HALDE elle-même (le CPE n'étant qu'un article de la loi), qui, en plus d'être une quasi récompense offerte aux émeutiers de novembre, instaure une véritable police politique par le biais du titre 2, consacré à la "lutte contre les discriminations" !!!

Le voilà, le vrai problème !

Vos libertés sont en train de foutre le camp, et vous ne vous en rendez même pas compte...

Cette loi n'a qu'un but : éviter l'embrasement général des cités.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Lun 03 Avr 2006, 15:27

Je remets ici l'article déjà posté sur le fil caricatures, cela me paraît indispensable :

Citation :
De l’égalité des chances

Si le volet “CPE” de la loi sur “l’égalité des chances” déchaîne les passions, qu’en est-il de la “HALDE”et de ses autres aspects? Pour Jean-Gérard Lapacherie, la France touche le fond de l’abîme...


Analyse du texte de loi sur l'égalité des chances


La loi sur «l’égalité des chances» comprend cinq titres, plusieurs sections et un nombre élevé d’articles et de sous articles.
Le titre I traite d’éducation, d’emploi et de développement économique.
On trouve, dans une première section, de nombreux articles sur le contrat «apprenti junior» (qui ramène de 16 ans à 14 ou 15 ans, suivant les cas, la fin de l’obligation scolaire) et sur le «contrat de pré professionnalisation», ainsi que des sous articles qui modifient les lois en vigueur sur l’école, l’apprentissage, l’artisanat.
Une deuxième section traite de «l’emploi de jeunes». Elle contient de nombreux articles, qu’il est inutile de détailler ici, dont deux ou trois articles sur le fameux «contrat première embauche».
Dans la dernière section de ce titre, de nombreux articles traitent de l’extension et de la multiplication des «zones franches urbaines» et du «pacte de relance pour la ville». Comme ces «lois» nouvelles dérogent au principe général de l’égalité en droit, d’innombrables articles modifient le code général des impôts et le code du commerce.
Le titre II de cette loi a pour objet la «lutte contre les discriminations». Une «agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances» est créée; les pouvoirs de police et de sanction de la HALDE sont renforcés (haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité); dans une troisième section, des articles sont consacrés à la «lutte contre les discriminations dans le domaine audiovisuel».
Le titre III crée un «contrat de responsabilité parentale».
Le titre IV est une série d’articles qui ont pour objectif de «lutter contre les incivilités».
Le titre V établit un «service civil volontaire».

Quelques commentaires.

1. Cette loi est, de toute évidence, l’œuvre, non pas de juristes, mais de bureaucrates. Aux dix mille pages (ou plus) de lois, qui, chaque année, s’ajoutent aux centaines de milliers de pages qui forment le corpus juridique de notre pays, et que plus personne ne lit (le principe «nul n’est censé ignorer la loi» est caduc: c’est comme si l’on votait des lois qui interdisent aux poules d’avoir des dents ou aux hommes de marcher à quatre pattes), elle en ajoute quelques dizaines, dont la seule raison d’être est de renforcer l’emprise de la bureaucratie sur la vie publique.

Depuis deux ou trois millénaires, les parents savent qu’ils sont responsables de leurs enfants: il n’est pas besoin de le leur rappeler dans une loi. Le titre III qui établit un contrat de responsabilité parentale enfonce des portes ouvertes. Depuis deux millénaires ou plus, la morale commune interdit de nuire à autrui. Le titre sur la lutte contre les «incivilités » (mot haïssable, s’il en est, puisque, avant que le mot «civilisation» n’ait été fabriqué par Mirabeau, c’est le mot «civilité» qui en tenait lieu et qui était utilisé, précédé de la préposition «sans», pour qualifier les sauvages ou les naturels des Indes occidentales) est sans objet: de toute façon, les lois en vigueur empêchent de réprimer quoi que ce soit. Cette loi enserre un peu plus la France dans un lacis juridique étouffant, où seule la bureaucratie retrouvera les œufs qu’elle y a pondus.

2. Ce projet de loi a été soumis «en urgence» au vote des députés et des sénateurs. Il ne figurait donc pas au calendrier de ces assemblées élues. Pourquoi «en urgence»? C’est qu’il est une réponse aux émeutes de l’automne. Pour Villepin, Borloo, leurs conseillers, la bureaucratie, les «sociologues» institutionnels, les éducateurs socioculturels, les militants des partis dits «de gauche», les spécialistes autoproclamés de l’intégration, etc., les émeutes de l’automne seraient la conséquence du malaise généré par l’inactivité et le chômage des «jeunes» des banlieues, ainsi que par les discriminations qu’ils auraient à subir, du fait de leur nom ou de la couleur de leur peau ou de l’origine de leurs parents, etc. À causes sociales, réponse sociale: d’où le titre I (apprentissage junior et contrat de pré professionnalisation, emploi, créations d’emplois dans les «cités», multiplication de zones franches, modification de lois antérieures, du code des impôts et du code du commerce, etc.) et le titre II (répression des discriminations: pouvoirs accrus de police et de justice de la HALDE, épée de Damoclès sur les télés qui n’emploieraient pas de «non caucasiens», pour parler comme les Américains).

De plus, comme les élus locaux ont expliqué que les émeutes avaient pour causes l’éclatement des familles, les émeutiers étant souvent mineurs, et la perte de tout repère civique, aux titres I et II, ont été ajoutés les titres III et IV. Enfin, comme la thèse de la «fracture générationnelle» a été avancée pour expliquer ces émeutes, on a établi le «service civil volontaire», afin de recréer ce que l’ancien service militaire, aboli il y a dix ans, était censé créer, à savoir un peu de cohésion nationale par le mélange dans une même institution de jeunes hommes issus de milieux différents.

Cette loi est une loi de circonstance, dans la double mesure où elle est une réponse à des événements, dont rien ne prouve qu’ils aient été l’effet de la lutte des classes ou d’un malaise social et où elle repose entièrement sur le catéchisme social ou sociologique qui est le seul paradigme capable de faire produire par les «élites» un peu de pensée ou d’ersatz de pensée. On sait ce qu’il advient des lois de circonstance: à peine votées, elles sont lettre morte.

La chance est ce qui «tombe» ou nous échoit. Elle relève du sort, du hasard, de la fortune. Mettre de l’égalité là-dedans, c’est vouloir que le soleil brille à minuit. Le seul titre «égalité des chances» vaut le slogan trompeur du Loto «cent pour cent des gagnants ont tenté leur chance».

3. De très nombreux articles sont très inquiétants. La fin de l’obligation scolaire pour certains élèves, mais pas les enfants de ministres ou de députés ou de profs ou de nantis du showbiz, ramenée de 16 ans à 14 ou 15 ans, est une atteinte au principe de l’égalité des citoyens en droit. Pourtant, personne ne proteste contre cet accroc à un principe supposé intangible. Les articles qui multiplient, dans les villes, les «zones franches», sont contraires à l’égalité en droit. Ces zones franches ressuscitent, en France, les anciennes et détestables «villes franches», imposées aux pays soumis par les vieilles puissances impérialistes, à Tanger, Port-Saïd, Macao, HongKong, Shanghai, etc. et qui étaient des lieux interlopes (comme on disait) de trafics divers, de prostitution, de souveraineté abolie, de colonisation économique. Personne ne proteste contre ces articles.

À la HALDE, sont attribués des pouvoirs exorbitants de police et de justice. De fait, l’Etat abandonne à une association qui ne représente qu’elle-même le pouvoir régalien de réprimer ou de sanctionner. Lorsqu’un délit est suscité ou encouragé par la police ou les douanes, la justice annule les procédures contre l’auteur du délit. Des douaniers qui avaient infiltré, pour les faire tomber, des réseaux de trafiquants de drogue ont même été poursuivis pour complicité. Or, la HALDE est autorisée non seulement à inciter à des délits (de discrimination), mais aussi à réprimer les délits qu’elle aura encouragés. C’est constituer une police de la pensée ou une police politique. Bien entendu, personne ne proteste contre le titre II de cette loi.

Les étudiants, même ceux de Sciences po et de Normale Sup, ainsi que les professeurs d’Université (une partie importante d’entre eux, surtout en «lettres»), protestent contre le CPE – c’est-à-dire contre ce qu’il y a de plus anodin dans cette loi et de moins attentatoire aux principes d’égalité en droit ou de libre communication des opinions et des pensées - tout en défilant avec des gens qui brûlent les librairies ou saccagent les lieux consacrés au savoir. De toute évidence, aucun des processionnaires n’a fait l’effort élémentaire de lire la loi. Il faut vraiment que la France ait atteint le fond de l’abîme pour que ses élites autoproclamées ou ses futures élites en arrivent à singer l’agitation d’automates illettrés.

Jean-Gérard Lapacherie pour LibertyVox


© Jean-Gérard Lapacherie pour - Article paru le 23/03/2006 Imprimer cet article
URL de cet article = http://www.libertyvox.com/article.php?id=175

Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Mar 04 Avr 2006, 15:22

Citation :
Fin du voyage pour le gouvernement Villepin?
Le gouvernement actuel va t-il quitter la galère? Plusieurs sources distinctes font état d'une démission du gouvernement Villepin dans la semaine :

- France Echos cite une anecdote très intéressante sur des reports administratifs inhabituels dans l'Education Nationale. Le site évoque une fuite du ministère concerné : il y aurait un remaniement ministériel imminent.
- Par ailleurs, "Faits et Documents" souligne l'ascension de Michèle Alliot-Marie, qui laisse supposer un repli de Dominique de Villepin jusqu'aux présidentielles.
- enfin, une autre source fiable propre au Salon Beige confirme une démission du Premier Ministre dans la semaine à venir.

A suivre...

Lahire

(salon beige)

L'article de f-e :

Citation :
Changement de gouvernement probable

De source « bien informée », nous apprenons qu'un changement de gouvernement est « dans les tuyaux »
La fuite vient du ministère de l'Education Nationale.

Tous les principaux de collège et proviseurs de lycée doivent chaque année présenter un projet d'établissement à leurs inspecteurs d'académie respectifs. Ces présentations se font généralement en avril. Toutes les dates de présentation des projets étaient déjà fixés en mars, c'est à dire que chaque proviseur (ou principal) savait quel jour et à quelle heure il avait rendez vous avec son inspecteur d'académie.

Hier , dans la précipitation , les inspecteurs d'académie ont annulé dans l'urgence tous ces rendez vous pour les mois à venir concernant ces projets d'établissement, prétextant une surcharge de travail due aux évènements actuels. En l'état actuel des choses, aucun proviseur ou principal ne sait quand son projet d'établissement va être présenté.

Mais un recteur d'académie proche du ministre de l'Education Nationale a dévoilé le pot aux rose à certaines de ses inspecteurs : la véritable cause de cette annulation est… un futur changement de gouvernement.

Francis Percy Blake
blake@france-echos.com

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=8969

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: CPE   Mar 04 Avr 2006, 16:33

Sarko va être 1er ministre. Bien fait pour lui. En 2007 il se prendra ne gamelle.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Mar 04 Avr 2006, 16:50

Citation :
Borloo : un ministre délinquant de plus... sur ordre de Chirac !

Comble de l'ubuesque Chiraquie : le grand Calife promulgue une loi en demandant de ne pas l'appliquer, ce qui est tout simplement… illégal et passible des tribunaux. Mais c'est le petit Vizir Jean-Louis Borloo qui risque d'aller en prison !
Vendredi, Jacques Chirac promulgue la loi créant le CPE, parue au J.O. dimanche. Mais dans la foulée le squatter de l'Elysée demande « au gouvernement de prendre toutes les dispositions nécessaires pour qu'en pratique aucun contrat ne puisse être signé sans intégrer pleinement l'ensemble de ces modifications ».

Et c'est le ministre de la Cohésion sociale (sic) Jean-Louis Borloo qui est chargé des basses besognes présidentielles. Lundi, il écrit aux responsables professionnelles pour leur demander de ne pas signer de CPE.

Borloo aidé par le sous-ministre à l'emploi Gérard Larcher écrit aux présidents des fédérations professionnels : « Pour garantir, en pratique, la sécurité juridique des contrats de travail conclus par vos adhérents, nous vous proposons de leur recommander de ne pas signer de contrats première embauche avant l'entrée en vigueur de (la) nouvelle loi. »

La "nouvelle loi", ce n'est pas celle promulguée par Chirac, mais l'éventuel correctif qui serait voté et promulgué dans les mois à venir, suite à la débandade de Chirac devant la pression de la rue.

Petit problème :

« CODE PENAL (Partie Législative)
Section 1 : Des abus d'autorité dirigés contre l'administration

Article 432-1 : Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique, agissant dans l'exercice de ses fonctions, de prendre des mesures destinées à faire échec à l'exécution de la loi est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75.000 euro d'amende.
Article 432-2 : L'infraction prévue à l'article 432-1 est punie de dix ans d'emprisonnement et de 150.000 euro d'amende si elle a été suivie d'effet. »

Ce mardi matin, Borloo s'est longuement entretenu avec Chirac à l'Elysée. « Au sujet du CPE », dit-on de source ministérielle. Ou… peut-être qu'ils préparent leur défense, car plusieurs juristes étudient en ce moment la possibilité de traduire ces deux lascars devant les tribunaux pour leurs infractions à l'article 432-1 du Code Pénal !

Francis Percy Blake
blake@france-echos.com

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=8983
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Mer 05 Avr 2006, 01:53

Citation :
Analyse : CPE : Du faux problème au catalyseur et à une Guerre Civile ?

Caroline Porteu le 2/4/2006 10:32:43 Articles du même auteur

Lors des Présidentielles de 2002 , un de mes amis me disait : « tu verras , nous aurons trois crises : la crise de l’immigration , la crise de la jeunesse ou des générations , la crise de la société civile contre les fonctionnaires »...
Nous sommes sans doute avec l’amplitude des manifestations contre le CPE à cette croisée des chemins que cet ami me décrivait et quelque part , les trois crises sont intimement liées .

Le CPE est une loi supplémentaire qui masque un vrai problème celui de l’emploi français .
Les chiffres de l’OCDE viennent de tomber , ils sont implacables . La France est le seul pays qui continue d’augmenter ce que l’on appelle « l’impôt » sur les salaires .




2000 2002 2005

France 40.7% 40.9% 41.7%
Allemagne 37.3% 36.7% 35.7%
USA 15.9% 14.3% 11.9%
U E 33.1% 31.7% 31.6%
OCDE 28.4% 28.2% 27.7%

(Les calculs sont établis sur les masses suivantes : Impôts sur le revenu + cotisations sociales patronales employeur , diminués des prestations sociales en espèces, source OCDE).

Ce n’est pas le CPE qui va résoudre le problème de l’emploi des jeunes , et encore moins celui des Français . Le CPE ne fera que rajouter une couche supplémentaire à un code du travail devenu inapplicable vu sa complexité . Il ne résoudra pas non plus le problème de la pertinence des formations aux besoins des entreprises , car cette adéquation est avant tout du ressort d’une concertation entre éducation nationale et entreprises , ou organismes de formation permanente et entreprises .

Il résoudra encore moins celui du chômage des jeunes issus de l’immigration , dont le taux est d’environ 56% , car dans leur cas , c’est d’intégration qu’il faut parler .. Mais pour parler d’intégration , il faut oser parler de l’immigration avec des chiffres et des solutions. Il faut oser regarder les réalités telles qu’elles sont .

La crise actuelle exprime une peur gigantesque et Le CPE lui sert de détonateur .


CRISE DES GENERATIONS

Hier Le Daily telegraph commentait ainsi ce qui se passait en France : " nostalgie militante des voitures brûlées de Mai 68 , les étudiants veulent faire revenir la France à l'heure de leurs parents et de leurs grands-parents "

L’analyse est sans doute la bonne . Mais ce n’est pas une répétition nostalgique de 68 qui est exprimée dans la rue , c’est une nostalgie de ce que la génération 68 aura eu et qu’elle aura été incapable de transmettre à ses enfants .
Pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale , nous savons que nos enfants auront la vie moins facile que ce qu’ont eu la génération d’après guerre et la génération des soixante- huitard.

Il n’auront pas de retraites car la société sera incapable de résoudre ce problème là , et la jeunesse actuelle sait inconsciemment qu’elle sera sans doute obligée d’aider ses parents dont les montants des pensions vont diminuer inexorablement dans les années qui viennent .

Ils auront une sécurité sociale amoindrie car les déficits se creusent et nous ne pouvons plus les combler . Personne n’a d’ailleurs jamais accepté de faire les calculs des coûts sociaux de l’immigration .

Dans son bloc notes du Figaro du 18 novembre 2005 Ivan Rioufol rappelait : « S'appuyant notamment sur les travaux des professeurs d'économie Jacques Bichot et Gérard Lafay, Yves-Marie Laulan, président de l'Institut de géopolitique des populations, estime le coût de l'immigration et de son intégration (éducation, formation professionnelle, logement, santé, lutte contre la délinquance, maintien de la sécurité, etc.) à 36 milliards d'euros par an. Soit 80% du déficit public, 13,5% des dépenses publiques, 3,5 fois le «trou» de la Sécu, 2 fois de budget de la recherche et de l'enseignement supérieur, 87% du budget de la défense... »

Le terrain est ouvert à la peur , à l’angoisse , à la crainte de l’avenir , à la nostalgie du passé .

La jeunesse française a peur . Elle n’aura pas les mêmes acquis que ses aînés , elle le sait , elle n’y peut rien .. elle crie sa rage . Les aînés le savent aussi , mais comme ils ne peuvent pas reconnaître qu’ils ont emprunté les carnets de chèque de leurs enfants pour faire des chèques à découvert et maintenir ainsi leurs avantages acquis , les aînés crient avec leurs enfants .

Les syndicats le savent encore plus , eux qui ont passé leur temps à empêcher les réformes indispensables qui auraient permis d’éviter ces chèques à découvert sur la tête de nos enfants. Mais comme ils ne l’avoueront jamais , ils incitent les jeunes à crier leur rage et leur angoisse encore plus fort pour masquer les vérités qui fâchent , pour masquer leur propre responsabilité, vis à vis de ces jeunes qu’ils ont sacrifiés sur l’autel de leurs avantages acquis.
Eux qui ont fait que nos « impôts sur salaires » continuent de croître inexorablement au lieu de diminuer et qui savent que les jeunes n’ont pas de travail à cause de ces impôts déments Eux crient encore plus fort que les jeunes et que leurs parents …

Mais au delà de ces hurlements , de ces martèlements de pavés, de ces blocages de facultés et de lycées , c’est l’angoisse et la peur de l’avenir qui est devenue le maître mot .

Personne n’ose s’avouer la vérité . Les politiques en premier qui n’ont jamais voulu faire l’effort nécessaire pour réprimer l’inflation des dépenses publiques et sociales , qui n’ont jamais respecté le pacte de stabilité de l’Euro , qui n’ont jamais suivi les recommandations de la Cour de Comptes .. Eux cherchent tout d’abord à masquer leur responsabilité pour de pures raisons démagogiques et électorales.

Les parents qui n’osent pas dire à leurs enfants « nous vous avons sacrifiés » . Eux aussi cherchent à masquer leur responsabilité , mais comme ils aiment leurs enfants bien que les ayant sacrifiés , ils les accompagnent dans leurs cris d’angoisse et de colère .
Ils manifestent eux aussi leurs craintes , leur désarroi , leur culpabilité devant ces enfants qu’ils n’ont pas su protéger .

Enfin la dernière , intimement liée par de nombreux facteurs aux deux premières :


LA CRISE DE L’IMMIGRATION et DE L’INTEGRATION


Les émeutes de Novembre ont révélé un malaise profond des cités , un abandon total de l’autorité , une démission des parents , une incompréhension ou plus exactement une volonté de masquer le problème causé par une immigration totalement incontrôlée , qui a donné naissance à une jeunesse incontrôlable quasiment analphabète . Certains d’entre eux se réfugient dans la religion et dans l’intégrisme islamique comme d’autres dans la drogue ainsi que le fait remarquer la sociologue Dounia Bouzar dans son dernier livre Quelle éducation face au radicalisme religieux (Dunod) .

La crainte exacerbée concernant les manifestations anti-CPE , est bien que celles-ci ne débouchent sur un nouveau Novembre 2005 .
L’immigration est un sujet tabou en France . Il l’est resté car la droite craint que la vérité sur les chiffres , que ce soit celui des naissances françaises ou des coûts qui lui sont liés , ne précipite les français dans les bras du Front National .
Alors plutôt qu’oser aborder les problèmes de front , avec de vrais chiffres , de vrais coûts , de vraies mesures destinées à endiguer les dérives , on les cache , on masque la vérité , on travestit les chiffres .
Mais cela ne résout pas le problème de l’immigration et encore moins le problème de l’intégration des enfants de cette immigration .
Comme les politiques refusaient la réalité des chiffres , qu’ils refusaient de les rendre publics , ils n’ont jamais pu mettre en face les moyens nécessaires à contrôler cette immigration , à former les enfants qui en sont issus et qui souffrent déjà au départ de graves déficits sociaux culturels , du fait de parents déplacés , de mères analphabètes , d’us et coutumes totalement différents . Pour pouvoir résoudre un problème , il faut d’abord et avant tout accepter d’en faire le constat , dans la crudité des chiffres tels qu’ils sont et non tels que l’on aimerait qu’ils soient .

Aujourd’hui , nous en sommes toujours au même point .

Nous avons refusé d’aborder toutes les mesures qui auraient pu faciliter la gestion de cette crise comme la suspension des allocations familiales , l’interdiction réelle et les sanctions contre la polygamie . Nous avons refusé de voir que cette immigration était essentiellement allocataire et assistée et nos politiques pensent une fois de plus que le meilleur moyen de cacher cette réalité déplaisante est de refuser de parler des allocations et surtout de ne pas les supprimer , ce qui pourrait jeter encore plus de gens dans la rue ..

Et comme ces jeunes issus de l’immigration sont encore plus en colère que ceux qui manifestent dans les rues , ils essaient de profiter des circonstances . Les cibles sont faciles , les rassemblements propices aux rackets et aux vols divers... donc ils cassent , volent , pillent et tapent sur ceux qui les empêchent d’agir ,contribuant ainsi à accroître encore plus le sentiment d’angoisse précédemment décrit car les étudiants ont eu la sensation que ces jeunes casseurs allaient provoquer des « interdictions » d’un droit pour eux élémentaire qui est celui de la manifestation .


Alors oui , nous sommes sans doute à une véritable croisée des chemins , deux sur trois de ces crises s’expriment en même temps , sans pour autant savoir identifier leurs causes et leurs malaises respectifs ..

Mais ces crises sont en train de se rencontrer et pourraient bien entraîner une explosion totale que l’on appelle en général : « guerre civile » .

http://www.resiliencetv.fr/modules/news/article.php?storyid=534
Revenir en haut Aller en bas
Yann



Messages : 152
Inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: CPE   Lun 10 Avr 2006, 13:51

Le CPE est officiellement mort !!!


Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: CPE   Lun 10 Avr 2006, 15:39

Yann a écrit:
Le CPE est officiellement mort !!!


pff....oui, même la chaîne musicale de radio-canada l'a annoncé.... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
 
CPE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: Société, Politique-
Sauter vers: