DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dieu, le Chrétien, et l'épreuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Sam 10 Juil 2010, 01:15

J'ai trouvé un texte sur internet très sensé sur le sens de de l'épreuve pour un chrétien. Ce texte disparaït malheureusement après quelques secondes par une page de pub. J'ai réussi à le copier.

Si Enlui était ici, il apprécieraît qu'on y parle du fondeur de l'argent.

Au fait, où est Enlui ?

Source: http://www.reseauexactitude.net/rubrique,l-epreuve-dans-la-vie-du,382454.html

Citation :


L'épreuve dans la vie du chrétien


Le mot "épreuve" présente une polysémie certaine aux implications différentes dans la réalité vécue par chaque chrétien. Cette ambivalence de l'épreuve exige d'ailleurs quelques clarifications en ce sens que cette expression met en relief trois acceptions: l’épreuve-raffinement, l'épreuve-test et l'épreuve-tentation. Avant d'aborder ces deux acceptions, il serait précieux de comprendre l'ambivalence de l'épreuve et de rappeler la raison d'être des épreuves dans la vie du chrétien.

L’évocation de l’épreuve suscite des idées différentes selon les catégories de personnes concernées. Les élèves et étudiants de nos établissements scolaires et universitaires, en entendant le mot "épreuve", penseront d’abord aux évaluations et autres examens qui permettront de tester leur niveau de connaissance dans des disciplines dispensées dans leurs cursus académiques. Pour sa part, l'homme ordinaire aura facilement à l'esprit les difficultés ou des moments de douleur. Pourtant, le chrétien voudra comprendre l'épreuve par rapport à son cheminement spirituel. Telle sera l'orientation centrale de nos développements.


La raison d'être des épreuves

Par la bouche du prophète Jérémie, Dieu déclare que : "Rien n'est trompeur comme le cœur humain. On ne peut pas le guérir, on ne peut rien y comprendre" (Jérémie 17:9). Qu'est-ce qui peut aider l'homme à être plus droit, plus déterminé mieux que l'épreuve? La pédagogie divine ne peut pas se départir de l'épreuve en tant qu'elle permet de maintenir les croyants humbles (Deutéronome 8:2-3) et de les pousser vers la perfection. Dieu veut être en communion avec tous ses enfants. Or, pour avoir accès à Son trône de grâce, à Son lieu très saint, il faut s'être purifié et nettoyé. Autant le savon sert de purificateur au blanchisseur pour les habits, autant le feu raffine l'or et l'argent. L'épreuve est à Dieu ce qu'est le feu à l'argentier.


L’épreuve est un instrument de marquage de l’image de Dieu en nous

Le passage biblique de Malachie 3:1 - 6 a bouleversé la vie des membres d'un Groupe de Prière au cours d'une étude biblique. Abordant le verset 3, les membres se sont demandées ce que cette déclaration pouvait signifier par rapport au caractère de Dieu: "Il siègera pour fondre et épurer l'argent …". N'étant pas experte en exégèse ou championne de l'herméneutique pour décrypter le message du texte sans le trahir, la responsable s'est trouvée comme coincée. Pour sortir de l'impasse, elle a entrepris de connaître le processus d'affinement de l'argent et est rentrée vers le groupe de prière à leur prochaine réunion. Au cours de la semaine, elle avait visité l'atelier d'un argentier sans lui dévoiler les raisons de sa démarche empreinte de curiosité au sujet du processus d'affinement de l'argent. Pendant qu'elle observait l'argentier travailler, ce dernier tint une pièce d'argent dans le feu. Et il commentait: Madame, vous voyez bien que pendant qu'on affine la pièce, il faut bien la tenir au milieu du feu, précisément à l'endroit où la flamme est la plus chaude. C'est ça qui fait partir toutes les impuretés. La femme a pensé à Dieu. Elle s'est demandée si Dieu doit aussi nous tenir comme ça dans le feu des épreuves. Voulant discuter avec elle-même, elle a repensé à son verset biblique: "Il siégera pour fondre et épurer l'argent…". Ensuite, elle a demandé à l'argentier si c'était vrai et nécessaire de s'asseoir là devant le feu tout le temps que la pièce d'argent devait durer au feu pour être fondue. Bien sûr Madame, lui répondit-il, en souriant. Non seulement il faut s'asseoir là en tenant la pièce d'argent, mais bien plus, il faut garder les yeux sur la pièce pendant tout le temps que ça dure au feu. Car, si la pièce dure plus longtemps au feu, elle va être détruite. Après un moment de silence, la femme a demandé comment savoir que la pièce d'argent est complètement fondue et purifiée? "Oh c'est facile! C'est quand je vois mon image dans la pièce", lui fit-il savoir. La femme en était très étonnée, mais elle venait de découvrir l'une des plus grandes attentes divines au terme de l'épreuve. Par l'épreuve, nous avançons sans le vouloir vers la perfection. L'épreuve nous oblige à repréciser nos valeurs et à nous positionner de manière à révéler notre système spirituel de rattachement. L'épreuve peut être difficile à supporter, mais elle n'a pas pour but de faire souffrir encore moins de détruire. Par l'épreuve, Dieu veut que Son image soit marquée sur le chrétien. Car une fois marqué, le chrétien est humble et peut Lui obéir ; ayant appris à respecter Dieu et à s'approcher de Lui pour recevoir ressourcement et résistance à la tentation du péché. A travers l’épreuve, le chrétien devient meilleur, perd divers encombrements et devient meilleur. Sous ce rapport, l'épreuve-raffinement visera en premier les chrétiens hésitants et les chrétiens positionnés pendant longtemps à des niveaux intermédiaires.


L'épreuve comme tentation n'est pas une fatalité pour le chrétien

L'épreuve au sens passif renvoie à la douleur que provoque une série de malheurs. On dit d'une personne qu'elle est éprouvée quand elle subit les foudres de l'adversité. Dans cette perspective, la personne éprouvée serait comme sous une certaine fatalité. Or, cette situation ne s'applique pas au chrétien. Lorsqu'on étudie le concept en hébreu comme en grec, en se limitant à ses racines principales, il signifie mettre à l'épreuve (c'est-à-dire, tester). Il n'y a rien qui indique la fatalité. Quand bien même le malheur surviendrait, Dieu prendrait les précautions pour nous assurer la victoire dans l'épreuve (Apocalypse 3:10). La vie du chrétien se trouve cachée en Christ et en Dieu. Dans le cas de Job, la victime pouvait croire que c'était une fatalité. Mais non! Beaucoup de chrétiens pensent à la fatalité ou à l'abandon du Seigneur dès qu'ils passent par des difficultés qui leur semblent incompréhensibles. La logique divine transcende les préoccupations et attentes humaines. Job lui-même ne pouvait pas s'imaginer que c'est parce que Dieu était fier de lui qu'il a connu cette épreuve. Tout chrétien devrait intégrer que l'épreuve tentation ne procède aucunement d'une logique divine destructrice. Ni Job ni ses amis, et encore moins ses ennemis, ne pouvaient rien y piger.L'initiateur de l'épreuve tentation est le diable. Mais la Bible affirme qu'aucun cheveu d'un chrétien ne tombe sans que Dieu soit au courant. Même les tentations qui nous surviennent et qui apparaissent hors de portée pour nous sont sous contrôle divin. Dieu se rassure toujours que les tentations sont humainement supportables. Et dès que leur intensité tend à devenir diaboliquement destructrice, il nous donne le moyen d'en sortir (1 Corinthiens 10:13). En clair, aucun chrétien ne devrait considérer l'épreuve comme une malédiction. C'est une épreuve tentation. Dans ce cas, le chrétien demande à Dieu de le délivrer du mal (Matthieu 6:13). Par ailleurs, l'épreuve tentation arrive aussi lorsque l'homme essaie de se prouver, de mériter par ses efforts. Dans ce cas, il tombe dans le piège de la séduction. En effet, le désir de se prouver cache toujours mal, l'intention de montrer qu'on est plus que ce qu'on paraît. Il dévoile la justice propre de l'homme qui est comme un vêtement souillé. Dans cette logique, l'issue certaine est la mort (Genèse 3 ; Jacques 1:14-15 ; Romains 7:11). Ce genre de situation est piloté par le tentateur qui récupère les imprudents orgueilleux. Par conséquent, personne ne devrait chercher à se prouver. Au contraire, chaque chrétien devrait plutôt attendre le temps de l'épreuve-test que Dieu administre à tous ses bien-aimés.


L'épreuve comme un test

L'épreuve qui vient de Dieu est tournée vers l'action et concerne un examen, un concours, un test permettant d'évaluer le niveau réel du croyant. L'épreuve permet aussi de juger des qualités servant de base d'attribution d'une dignité quelconque. C'est au terme de l'épreuve qu'on pourrait évaluer la résistance, la ténacité ou encore l'inébranlabilité d'un chrétien. Le test exige que le candidat donne des preuves de sa crédibilité, de sa classe et de son âge spirituel.
Dans cette optique, le chrétien ne devrait pas voir en l'épreuve une source de souffrance. La souffrance qui serait issue de l'épreuve ou qui serait inhérente à cette dernière constituerait plutôt un indicateur d'étape. Deux critères nous permettent d'apprécier cette réalité. L'exemple d'Abraham est illustratif. Dieu demande au père de la foi de Lui sacrifier son fils unique issu de sa relation avec Sara, son épouse. La facilité avec laquelle Abraham conduit son enfant au lieu du sacrifice indique clairement son état d'âme par rapport à sa volonté de faire aboutir la demande du Seigneur. D'ailleurs, les réponses données à son fils Isaac qui l'interroge en chemin montrent sa disponibilité à obéir ( Genèse 22:8 ). Dieu a lui-même déclaré à Abraham, au moment où il était prêt à exécuter l'acte, qu'il a subi l'épreuve avec succès lorsqu'il déclare: "je sais maintenant que tu crains Dieu et que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton fils unique" (Genèse 22:12). Dieu, en le retenant, avait déjà pourvu en lui montrant l'agneau du sacrifice retenu non loin de là. C'est donc au terme de l'épreuve que Dieu peut lui déclarer qu'il voit le niveau auquel il est parvenu. Avant l'épreuve, tout le monde peut être déclaré admis. L'épreuve seule permet de juger objectivement de la valeur d'un homme, son niveau spirituel, ses convictions profondes, sa foi. Par le passé, Abraham avait étalé ses limites. Sa confiance en Dieu était approximative en ce qu'il ne comptait pas sur Dieu pour le délivrer et le protéger, malgré les promesses fermes du Seigneur. Il n'est pas inintéressant de rappeler qu'au moment où Dieu l'appelle, Il lui dit: "Je ferai de toi une grande nation et je te bénirai ; je rendrai ton nom grand, et tu seras une bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront, je maudirai celui qui te maudira. Tous les clans de la terre se béniront par toi" (Genèse 12:2-3). Et quand la famine survient, le père de la foi entreprend de descendre en Egypte. C'est ainsi qu'on le verra mentir pour éviter de se faire assassiner à cause de la grande beauté de son épouse. Plus tard, après sa victoire sur la coalition des rois dirigée par Kedorlaomer qui avait fait Loth captif au cours de leur guerre contre la coalition de rois inspirée par Béra, Abraham prit peur. "N'aie pas peur, Abram! Je suis moi-même ton bouclier ; ta récompense sera très grande" (Genèse 15:1), lui dira le Seigneur. La réaction du père de la foi est d'ailleurs révélatrice de son état d'esprit. Cette attitude lui a valu plutôt des réprimandes du Seigneur au regard de ces paroles: "Je suis le Dieu Puissant, marche devant ma face et sois intègre" (Genèse 17:1). Ce n'est qu'après l'alliance que Dieu établit avec Abraham que ce patriarche peut désormais attendre sans panique et avec confiance, l'accomplissement de la promesse de l'Eternel. La demande de l'Eternel de Lui offrir son fils bien aimé en sacrifice ne peut plus l'émouvoir. Il peut le Lui offrir sans crainte. Car pour lui, Celui qui lui a donné Ismaël, Isaac, peut lui donner un autre enfant de Sara. Dieu ne voulait pourtant pas du sacrifice humain ; il voulait simplement tester Abraham et voir l'état de son cœur.

Sur un autre plan, lorsqu'on compare Abram à Abraham, on comprend que l'homme a mûri et que cette dernière épreuve ne pouvait plus l'ébranler. L'épreuve révèle donc le niveau de maturité actuel du chrétien. Elle permet également au croyant de se sanctifier un peu plus et de perdre quelques impuretés, comme nous l’avons d’ailleurs précisé dans le développement sur l’épreuve-raffinement. Vu sous cet angle, le chrétien ne devrait pas avoir peur de l'épreuve, d'autant plus que l’épreuve est un test qui ne ment pas. Il indique toujours le niveau réel de chacun. C'est dire que si les résultats des épreuves imposées par Dieu aux chrétiens d'une assemblée pouvaient être communiqués au berger, personne ne pourrait plus tromper son leader sur sa véritable spiritualité. Seuls les hypocrites et les jongleurs devraient redouter les épreuves dans leur marche chrétienne.


Conclusion

Par l'épreuve, Dieu demande au croyant de faire ses preuves. Par essence, l'épreuve n'a rien d'afflictif. En d'autres termes, l'épreuve a pour but de faire connaître la réalité profonde d'un homme, au-delà des apparences souvent incertaines et trompeuses. C'est dans ce sens que l'auteur du pentateuque mentionne que Dieu éprouve l'homme pour connaître le fond de son cœur (Deutéronome 8:2). Les situations d'épreuve sont toujours accompagnées de toilettages ou de secours divins. L’épreuve offre au chrétien un espace de progrès. Dieu l'enseigne pendant l'épreuve, le corrige et le redresse. Et souvent, Il l'élève. L'épreuve-test procède de la grâce alors que l'épreuve-tentation procède de la mort. C'est d'ailleurs pour cela que Dieu prend des précautions pour que le croyant éprouvé ait le nécessaire pour tenir. Avec l'épreuve-test, Dieu travaille le chrétien pour rendre visible et opérant un caractère profond que personne ne pouvait voir en un croyant. C’est à ce moment que le chrétien peut comprendre la nécessité de ce raffinement. Ainsi, Dieu révèle le vrai homme qui est caché en chacun. Mais dans l'élan séducteur de se prouver, l’homme se fait piéger par le diable au départ et Dieu l'abaisse à la fin. Et par l’épreuve-raffinement, le croyant étale ses nouvelles qualités en se débarrassant de ses anciennes limites parce que l’épreuve l'y oblige. Autant le chrétien doit résister à l'épreuve-tentation du diable, autant il doit rester confiant en son Dieu qui veut, par l'épreuve-test, lui révéler son vrai profil et par l’épreuve raffinement, le parfaire et l'élever.




Dernière édition par lion-des-bois le Sam 10 Juil 2010, 15:01, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Sam 10 Juil 2010, 07:50



Bien souvent dans la vie d'un chrétien , l'épreuve du feu ou le creuset sont nécessaire afin qu'il grandisse dans la foi , et qu'il apprenne l'humilité et aussi la volonté du Seigneur , dans ma vie de chrétienne je pensais obéir à Dieu , mais ce n'étais que ma propre volonté jusqu'au au moment où à bout de souffle et pliant le genou lâchant prise sur ma propre volonté , reconnaissant avoir parlé des choses de Dieu à la légères , que ma vie de souffrance se termina en quelques mois .

Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Sam 10 Juil 2010, 15:14

Exactement Mammy Nougat !

Ne pas bouger, se laisser faire dans le creuset, comme un doux agneau, S'agenouiller et se repentir, car on s'y reconnait vraiment pécheur dans la lumière du feu. Et la compression et la souffrance disparaissent. Et Dieu se révèle à nous.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6689
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 11 Juil 2010, 00:19

lion-des-bois a écrit:
J'ai trouvé un texte sur internet très sensé sur le sens de de l'épreuve pour un chrétien. Ce texte disparaït malheureusement après quelques secondes par une page de pub. J'ai réussi à le copier.

Si Enlui était ici, il apprécieraît qu'on y parle du fondeur de l'argent.

Au fait, où est Enlui ?

Source: http://www.reseauexactitude.net/rubrique,l-epreuve-dans-la-vie-du,382454.html

Citation :


L'épreuve dans la vie du chrétien


Le mot "épreuve" présente une polysémie certaine aux implications différentes dans la réalité vécue par chaque chrétien. Cette ambivalence de l'épreuve exige d'ailleurs quelques clarifications en ce sens que cette expression met en relief trois acceptions: l’épreuve-raffinement, l'épreuve-test et l'épreuve-tentation. Avant d'aborder ces deux acceptions, il serait précieux de comprendre l'ambivalence de l'épreuve et de rappeler la raison d'être des épreuves dans la vie du chrétien.

L’évocation de l’épreuve suscite des idées différentes selon les catégories de personnes concernées. Les élèves et étudiants de nos établissements scolaires et universitaires, en entendant le mot "épreuve", penseront d’abord aux évaluations et autres examens qui permettront de tester leur niveau de connaissance dans des disciplines dispensées dans leurs cursus académiques. Pour sa part, l'homme ordinaire aura facilement à l'esprit les difficultés ou des moments de douleur. Pourtant, le chrétien voudra comprendre l'épreuve par rapport à son cheminement spirituel. Telle sera l'orientation centrale de nos développements.


La raison d'être des épreuves

Par la bouche du prophète Jérémie, Dieu déclare que : "Rien n'est trompeur comme le cœur humain. On ne peut pas le guérir, on ne peut rien y comprendre" (Jérémie 17:9). Qu'est-ce qui peut aider l'homme à être plus droit, plus déterminé mieux que l'épreuve? La pédagogie divine ne peut pas se départir de l'épreuve en tant qu'elle permet de maintenir les croyants humbles (Deutéronome 8:2-3) et de les pousser vers la perfection. Dieu veut être en communion avec tous ses enfants. Or, pour avoir accès à Son trône de grâce, à Son lieu très saint, il faut s'être purifié et nettoyé. Autant le savon sert de purificateur au blanchisseur pour les habits, autant le feu raffine l'or et l'argent. L'épreuve est à Dieu ce qu'est le feu à l'argentier.


L’épreuve est un instrument de marquage de l’image de Dieu en nous

Le passage biblique de Malachie 3:1 - 6 a bouleversé la vie des membres d'un Groupe de Prière au cours d'une étude biblique. Abordant le verset 3, les membres se sont demandées ce que cette déclaration pouvait signifier par rapport au caractère de Dieu: "Il siègera pour fondre et épurer l'argent …". N'étant pas experte en exégèse ou championne de l'herméneutique pour décrypter le message du texte sans le trahir, la responsable s'est trouvée comme coincée. Pour sortir de l'impasse, elle a entrepris de connaître le processus d'affinement de l'argent et est rentrée vers le groupe de prière à leur prochaine réunion. Au cours de la semaine, elle avait visité l'atelier d'un argentier sans lui dévoiler les raisons de sa démarche empreinte de curiosité au sujet du processus d'affinement de l'argent. Pendant qu'elle observait l'argentier travailler, ce dernier tint une pièce d'argent dans le feu. Et il commentait: Madame, vous voyez bien que pendant qu'on affine la pièce, il faut bien la tenir au milieu du feu, précisément à l'endroit où la flamme est la plus chaude. C'est ça qui fait partir toutes les impuretés. La femme a pensé à Dieu. Elle s'est demandée si Dieu doit aussi nous tenir comme ça dans le feu des épreuves. Voulant discuter avec elle-même, elle a repensé à son verset biblique: "Il siégera pour fondre et épurer l'argent…". Ensuite, elle a demandé à l'argentier si c'était vrai et nécessaire de s'asseoir là devant le feu tout le temps que la pièce d'argent devait durer au feu pour être fondue. Bien sûr Madame, lui répondit-il, en souriant. Non seulement il faut s'asseoir là en tenant la pièce d'argent, mais bien plus, il faut garder les yeux sur la pièce pendant tout le temps que ça dure au feu. Car, si la pièce dure plus longtemps au feu, elle va être détruite. Après un moment de silence, la femme a demandé comment savoir que la pièce d'argent est complètement fondue et purifiée? "Oh c'est facile! C'est quand je vois mon image dans la pièce", lui fit-il savoir. La femme en était très étonnée, mais elle venait de découvrir l'une des plus grandes attentes divines au terme de l'épreuve. Par l'épreuve, nous avançons sans le vouloir vers la perfection. L'épreuve nous oblige à repréciser nos valeurs et à nous positionner de manière à révéler notre système spirituel de rattachement. L'épreuve peut être difficile à supporter, mais elle n'a pas pour but de faire souffrir encore moins de détruire. Par l'épreuve, Dieu veut que Son image soit marquée sur le chrétien. Car une fois marqué, le chrétien est humble et peut Lui obéir ; ayant appris à respecter Dieu et à s'approcher de Lui pour recevoir ressourcement et résistance à la tentation du péché. A travers l’épreuve, le chrétien devient meilleur, perd divers encombrements et devient meilleur. Sous ce rapport, l'épreuve-raffinement visera en premier les chrétiens hésitants et les chrétiens positionnés pendant longtemps à des niveaux intermédiaires.


L'épreuve comme tentation n'est pas une fatalité pour le chrétien

L'épreuve au sens passif renvoie à la douleur que provoque une série de malheurs. On dit d'une personne qu'elle est éprouvée quand elle subit les foudres de l'adversité. Dans cette perspective, la personne éprouvée serait comme sous une certaine fatalité. Or, cette situation ne s'applique pas au chrétien. Lorsqu'on étudie le concept en hébreu comme en grec, en se limitant à ses racines principales, il signifie mettre à l'épreuve (c'est-à-dire, tester). Il n'y a rien qui indique la fatalité. Quand bien même le malheur surviendrait, Dieu prendrait les précautions pour nous assurer la victoire dans l'épreuve (Apocalypse 3:10). La vie du chrétien se trouve cachée en Christ et en Dieu. Dans le cas de Job, la victime pouvait croire que c'était une fatalité. Mais non! Beaucoup de chrétiens pensent à la fatalité ou à l'abandon du Seigneur dès qu'ils passent par des difficultés qui leur semblent incompréhensibles. La logique divine transcende les préoccupations et attentes humaines. Job lui-même ne pouvait pas s'imaginer que c'est parce que Dieu était fier de lui qu'il a connu cette épreuve. Tout chrétien devrait intégrer que l'épreuve tentation ne procède aucunement d'une logique divine destructrice. Ni Job ni ses amis, et encore moins ses ennemis, ne pouvaient rien y piger.L'initiateur de l'épreuve tentation est le diable. Mais la Bible affirme qu'aucun cheveu d'un chrétien ne tombe sans que Dieu soit au courant. Même les tentations qui nous surviennent et qui apparaissent hors de portée pour nous sont sous contrôle divin. Dieu se rassure toujours que les tentations sont humainement supportables. Et dès que leur intensité tend à devenir diaboliquement destructrice, il nous donne le moyen d'en sortir (1 Corinthiens 10:13). En clair, aucun chrétien ne devrait considérer l'épreuve comme une malédiction. C'est une épreuve tentation. Dans ce cas, le chrétien demande à Dieu de le délivrer du mal (Matthieu 6:13). Par ailleurs, l'épreuve tentation arrive aussi lorsque l'homme essaie de se prouver, de mériter par ses efforts. Dans ce cas, il tombe dans le piège de la séduction. En effet, le désir de se prouver cache toujours mal, l'intention de montrer qu'on est plus que ce qu'on paraît. Il dévoile la justice propre de l'homme qui est comme un vêtement souillé. Dans cette logique, l'issue certaine est la mort (Genèse 3 ; Jacques 1:14-15 ; Romains 7:11). Ce genre de situation est piloté par le tentateur qui récupère les imprudents orgueilleux. Par conséquent, personne ne devrait chercher à se prouver. Au contraire, chaque chrétien devrait plutôt attendre le temps de l'épreuve-test que Dieu administre à tous ses bien-aimés.


L'épreuve comme un test

L'épreuve qui vient de Dieu est tournée vers l'action et concerne un examen, un concours, un test permettant d'évaluer le niveau réel du croyant. L'épreuve permet aussi de juger des qualités servant de base d'attribution d'une dignité quelconque. C'est au terme de l'épreuve qu'on pourrait évaluer la résistance, la ténacité ou encore l'inébranlabilité d'un chrétien. Le test exige que le candidat donne des preuves de sa crédibilité, de sa classe et de son âge spirituel.
Dans cette optique, le chrétien ne devrait pas voir en l'épreuve une source de souffrance. La souffrance qui serait issue de l'épreuve ou qui serait inhérente à cette dernière constituerait plutôt un indicateur d'étape. Deux critères nous permettent d'apprécier cette réalité. L'exemple d'Abraham est illustratif. Dieu demande au père de la foi de Lui sacrifier son fils unique issu de sa relation avec Sara, son épouse. La facilité avec laquelle Abraham conduit son enfant au lieu du sacrifice indique clairement son état d'âme par rapport à sa volonté de faire aboutir la demande du Seigneur. D'ailleurs, les réponses données à son fils Isaac qui l'interroge en chemin montrent sa disponibilité à obéir ( Genèse 22:8 ). Dieu a lui-même déclaré à Abraham, au moment où il était prêt à exécuter l'acte, qu'il a subi l'épreuve avec succès lorsqu'il déclare: "je sais maintenant que tu crains Dieu et que tu ne m'as pas refusé ton fils, ton fils unique" (Genèse 22:12). Dieu, en le retenant, avait déjà pourvu en lui montrant l'agneau du sacrifice retenu non loin de là. C'est donc au terme de l'épreuve que Dieu peut lui déclarer qu'il voit le niveau auquel il est parvenu. Avant l'épreuve, tout le monde peut être déclaré admis. L'épreuve seule permet de juger objectivement de la valeur d'un homme, son niveau spirituel, ses convictions profondes, sa foi. Par le passé, Abraham avait étalé ses limites. Sa confiance en Dieu était approximative en ce qu'il ne comptait pas sur Dieu pour le délivrer et le protéger, malgré les promesses fermes du Seigneur. Il n'est pas inintéressant de rappeler qu'au moment où Dieu l'appelle, Il lui dit: "Je ferai de toi une grande nation et je te bénirai ; je rendrai ton nom grand, et tu seras une bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront, je maudirai celui qui te maudira. Tous les clans de la terre se béniront par toi" (Genèse 12:2-3). Et quand la famine survient, le père de la foi entreprend de descendre en Egypte. C'est ainsi qu'on le verra mentir pour éviter de se faire assassiner à cause de la grande beauté de son épouse. Plus tard, après sa victoire sur la coalition des rois dirigée par Kedorlaomer qui avait fait Loth captif au cours de leur guerre contre la coalition de rois inspirée par Béra, Abraham prit peur. "N'aie pas peur, Abram! Je suis moi-même ton bouclier ; ta récompense sera très grande" (Genèse 15:1), lui dira le Seigneur. La réaction du père de la foi est d'ailleurs révélatrice de son état d'esprit. Cette attitude lui a valu plutôt des réprimandes du Seigneur au regard de ces paroles: "Je suis le Dieu Puissant, marche devant ma face et sois intègre" (Genèse 17:1). Ce n'est qu'après l'alliance que Dieu établit avec Abraham que ce patriarche peut désormais attendre sans panique et avec confiance, l'accomplissement de la promesse de l'Eternel. La demande de l'Eternel de Lui offrir son fils bien aimé en sacrifice ne peut plus l'émouvoir. Il peut le Lui offrir sans crainte. Car pour lui, Celui qui lui a donné Ismaël, Isaac, peut lui donner un autre enfant de Sara. Dieu ne voulait pourtant pas du sacrifice humain ; il voulait simplement tester Abraham et voir l'état de son cœur.

Sur un autre plan, lorsqu'on compare Abram à Abraham, on comprend que l'homme a mûri et que cette dernière épreuve ne pouvait plus l'ébranler. L'épreuve révèle donc le niveau de maturité actuel du chrétien. Elle permet également au croyant de se sanctifier un peu plus et de perdre quelques impuretés, comme nous l’avons d’ailleurs précisé dans le développement sur l’épreuve-raffinement. Vu sous cet angle, le chrétien ne devrait pas avoir peur de l'épreuve, d'autant plus que l’épreuve est un test qui ne ment pas. Il indique toujours le niveau réel de chacun. C'est dire que si les résultats des épreuves imposées par Dieu aux chrétiens d'une assemblée pouvaient être communiqués au berger, personne ne pourrait plus tromper son leader sur sa véritable spiritualité. Seuls les hypocrites et les jongleurs devraient redouter les épreuves dans leur marche chrétienne.


Conclusion

Par l'épreuve, Dieu demande au croyant de faire ses preuves. Par essence, l'épreuve n'a rien d'afflictif. En d'autres termes, l'épreuve a pour but de faire connaître la réalité profonde d'un homme, au-delà des apparences souvent incertaines et trompeuses. C'est dans ce sens que l'auteur du pentateuque mentionne que Dieu éprouve l'homme pour connaître le fond de son cœur (Deutéronome 8:2). Les situations d'épreuve sont toujours accompagnées de toilettages ou de secours divins. L’épreuve offre au chrétien un espace de progrès. Dieu l'enseigne pendant l'épreuve, le corrige et le redresse. Et souvent, Il l'élève. L'épreuve-test procède de la grâce alors que l'épreuve-tentation procède de la mort. C'est d'ailleurs pour cela que Dieu prend des précautions pour que le croyant éprouvé ait le nécessaire pour tenir. Avec l'épreuve-test, Dieu travaille le chrétien pour rendre visible et opérant un caractère profond que personne ne pouvait voir en un croyant. C’est à ce moment que le chrétien peut comprendre la nécessité de ce raffinement. Ainsi, Dieu révèle le vrai homme qui est caché en chacun. Mais dans l'élan séducteur de se prouver, l’homme se fait piéger par le diable au départ et Dieu l'abaisse à la fin. Et par l’épreuve-raffinement, le croyant étale ses nouvelles qualités en se débarrassant de ses anciennes limites parce que l’épreuve l'y oblige. Autant le chrétien doit résister à l'épreuve-tentation du diable, autant il doit rester confiant en son Dieu qui veut, par l'épreuve-test, lui révéler son vrai profil et par l’épreuve raffinement, le parfaire et l'élever.



Bonjour Lion des bois,


houai ben je suis pas du tout d'accord avec une t-elle façon de voir , tout simplement parce que Jésus LUI IL tirait les gens de leurs épreuves et maladie et préjugés qui accusaient les autres et qui les enfonçaient eux même !!

quand Jésus guérit la femme hémoroïsse quand Il guérit la mére de Pierre, quand Il Ressuscite des morts ; quand IL guérit l'homme a la main séche , est ce qu'IL se met en travers de la volonté du Père Éternel qui avait donnée ces épreuves a ces personnes pour les mener a plus de perfections ??
et quand Jésus dit aux apôtres (texte de l'évangile de ces 2 derniers jours) " sur votre routes , guérissez les malades purifiez les lépreux, Ressusciez les Morts annoncez que Le Royaume de Dieu Est Proche !"
a votre avsi est ce Là Il ne fait pas cesser les épreuves ? et est ce qu'annoncer le Royaume ce n'est pas sortir l'Homme de son épreuve ?
épreuve qui n'ets pas de Dieu car justement Dieu nous libère de toutes !

relisez ce que Jésus dans la Synagogue dit lorsque 'IL guérit la femme pliée en 2 depuis 17 ans ; " et cette fille d'Abraham que le démon tenait lié depuis 17ans ne fallait il pas la libérer aujourd'hui même ??" (un jour de Sabbat)

donc les épreuves ne sont pas du Père mais du démon ; c'est notre fausse relation au Père Divin qui nous le fait voir comme un tortionnaire qui pour nous perfectionner ets prés a nosu torturer !
si Jésus l'a été et que Le Père a accepté qu'il en soit ainsi, ce n'ets pa sLe Père qui l'a voulu, Le Père savait que le démon haïrait Jésus et le ferait mourir , mais en cette acte il n'y a pas l'adhésion du Père seulement l'offrande de l'Amour !

alors si vous poyvez vous offrir avec Jésus n'hésitez pas, mais si vous n'avez pas le cœur prés ni l'Amour encore assez Vivant , s'il vous plaît ne dite pas que c'est le Père car LUi Il Est L'Amour et ne torture aucun de Ses enfants !

l'épreuve n'est que le combat du mal contre le bien, mais l'origine de l'opposition c'est que le mal agresse et non pas le Bien !

le Bien Est Bien rien d'autre !
Jésus n'a jamais dit a une personne " garde tes maladies réjouis toi car c'est mon Père qui t'a filé cela !" non pas une fois !

en plus souvent nos combats son juste dû a notre lenteur a rompre notre complicité avec le mal !!


Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 11 Juil 2010, 00:58

Certes mais alors, pourquoi Job et ses épreuves Question

Théodoric a écrit:

donc les épreuves ne sont pas du Père mais du démon

l'épreuve n'est que le combat du mal contre le bien, mais l'origine de l'opposition c'est que le mal agresse et non pas le Bien !


ET si c'était l'inverse : L'épreuve est le combat du bien contre le mal
Et si c'était l'inverse aussi: Et si les épreuves étaient du Père contre les démons ? Et s'il avait envoyé son fils pour nous relever de ces épreuves ? (= nous guérir de la séparation de Dieu et de l'homme suite au péché)

jésus guérit. Mais pourquoi sont-ils tombés malades ? confused

So many questions ?
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 11 Juil 2010, 01:19

Théodoric a écrit:

et quand Jésus dit aux apôtres (texte de l'évangile de ces 2 derniers jours) " sur votre routes , guérissez les malades purifiez les lépreux, Ressusciez les Morts annoncez que Le Royaume de Dieu Est Proche !"
a votre avsi est ce Là Il ne fait pas cesser les épreuves ?

Si bien sûr. Mais alors, pourquoi le CHrist ne s'est pas incarné plus tôt Question
Vu que Dieu est bon, il aurait dû envoyer son fils des siècles plus tôt, non ? Comme ça, youpie, pas d'épreuves. Et Pourquoi le Christ en guérit certain et pas d'autres ? Pourquoi ceux-là, et certains autres, nada ?

Et pourquoi malgré que le Christ est venu, ils y a encore des épreuves, et parmi les chrétiens ? Vu que le Christ a libéré les pécheurs, tout cela devrait être cloturé depuis 2000 ans alors ?

Tant de questions Question

Théodoric a écrit:

et est ce qu'annoncer le Royaume ce n'est pas sortir l'Homme de son épreuve ?

pukel

Non, c'est montrer aux hommes, ce qui les attend, s'ils passent l'épreuve correctement.
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 11 Juil 2010, 01:27

L'Esprit-Saint écrase dans l'épreuves, et le Christ nous en relève. Chacun ont leur rôle dans l'oeuvre du salut.

Nous mourons en Christ par l'Esprit-Saint. Nous renaissons en Christ dans l'Esprit-Saint

Revenir en haut Aller en bas
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 11 Juil 2010, 09:18



Je préfère ne pas répondre , car l'or a besoin de passer par le creuset avant d'être pur .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 11 Juil 2010, 21:53

Perso, je vois une grande différence entre "Dieu envoie les épreuves" et "Dieu accepte que nous les subissions pour un plus grand bien pour l'âme". Je penche pour la deuxième version. Cependant, je suis sans voix et je dois me forcer à faire un acte de confiance envers le plan de Dieu qui nous dépasse quand je vois les souffrances des innocents (enfants torturés de mille manières, maladies atroces chez des bébés...) . J'avoue que d'appliquer la théorie de l'or et du creuset pour plus d'humilité dans ces cas là, je ne peux pas, je cale. La seule solution pour moi est d'accepter que c'est là un immense mystère et que Dieu sait ce qu'il fait donc: confiance et lutte contre ces souffrances qui nous scandalisent à juste titre.
Revenir en haut Aller en bas
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 11 Juil 2010, 23:35

Nanou a écrit:
Perso, je vois une grande différence entre "Dieu envoie les épreuves" et "Dieu accepte que nous les subissions pour un plus grand bien pour l'âme". Je penche pour la deuxième version. Cependant, je suis sans voix et je dois me forcer à faire un acte de confiance envers le plan de Dieu qui nous dépasse quand je vois les souffrances des innocents (enfants torturés de mille manières, maladies atroces chez des bébés...) . J'avoue que d'appliquer la théorie de l'or et du creuset pour plus d'humilité dans ces cas là, je ne peux pas, je cale. La seule solution pour moi est d'accepter que c'est là un immense mystère et que Dieu sait ce qu'il fait donc: confiance et lutte contre ces souffrances qui nous scandalisent à juste titre.

Nanou bonsoir , je suis d'accord avec toi en grande partie sache que moi aussi j'ai calé , par moment dans ma vie et la seule chose que j'ai fais , ne comprenant plus rien c'est prier , me taire et attendre le secours du Seigneur rien de plus , il est facile de dire que ta volonté soit faite le dimanche à l'église mais quand tu passes , comme Job par une série d'épreuve alors sa prend une autre signification .
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 12 Juil 2010, 00:44

Je comprends aussi Nanou. IL y a des souffrances qui en apparence n'apporte rien sur le plan spirituel.

Pourtant, toute souffrance viennent du péché originel qui nous a jeté dans cette condition. Elles nous rappellent donc cette condition dans laquelle nous sommes jetés. Et le long chemin de patience et d'épreuves pour en sortir.

Le texte que j'ai mis ci-dessus fait référence à l'action de l'Esprit-Saint dans notre âme. Il faut donc du discernement spirituel, comme Job l'a acquis, pour comprendre, sentir, que c'est l'Esprit-Saint qui descend dans l'âme en écrasant. Le but est de nous relier au Christ et à l'Esprit-Saint.

Une petit schéma pour la situation de départ :



Ensuite plus de schéma, car tripoter avec MS-Paint n'est pas mon fort.

Ensuite, L'esprit-Saint va agir autrement, il sent que l'heure est venue. Il descend d'avantage. Comme la barrière de l'égo est là, il la compresse, et compresse encore, pour la percer et rejoindre le Christ en l'âme. Cette action n'est possible par l'Esprit-Saint que parce que le Christ est en l'âme depuis la mort et la réssurrection du Christ qui s'est abaissé jusque dans nos enfers, au coeur de notre égo, dans notre âme. ( La kénose).

Donc, à cause de la kénose du Christ, l'Esprit-Saint va compresser l'égo. Le but est de le purifier de sa crasse au mieux que cela sera supportable pour l'égo (car Dieu est Amour et ne va pas au delà de la capacité de l'Ego et de l'âme). Cependant, cette compression de l'Ego va va occasionner des souffrances. Et quelles souffrances !!! La couronne qui entour l'âme va être compressée, encore et encore, les démons vont devenir visibles, car ils vont sortir. Il s'agit de purification, (celle du feu, occasionnée par l'Esprit donc). L'Esprit-Saint perce la muraille construite par l'Ego et ses tonnes de péchés, et pénètre la maison de l'âme comme un voleur. Ainsi le perçoit l'égo. Attiré par le Christ en l'âme comme par un aimant (= qui aime), il va rejoindre le Christ jusqu'à se voir dedans. (Référence à la parabole du fondeur d'argent). L'ego est purifié (jusqu'à la limité acceptable), et la trinité se révèle à l'âme, car le lien est fait entre L'Esprit et le Christ pour cette âme. Si l'âme voit le Christ, elle voit le Père. La trinité est révélée pour cette âme. Elle ne peut se révéler que ainsi. LIre l'évangile ne révèle rien. C'est juste des mots, sa lecture jamais n'initiera le processus de reliance. Sa lecture permet de mieux comprendre lorsque ce processus arrive.

C'est tout le coeur de l'Evangile, de la passion du Christ, dont chaque âme, à son imitation, va être amenée par l'Esprit-Saint, à vivre sa kénose par son chemin de croix.

Certes, souffrance, Nanou, mais à qui la faute ? A nous, qui sommes pécheur et qui avons construit une muraille de péchés (notre égo). Et la grâce du Salut qui, par le Christ dans l'âme grâce à la kénose, vient nous en délivrer.

La souffrance ici, fait donc référence au chemin de croix du Chrétien, à la passion du Christ, libératrice, à sa kénose.

L'homme a des dents cariées, et n'aime pas passer sur le fauteuil du dentiste. Pourtant, le dentiste nous libère de nos dents cariées. Le fauteuil du dentiste, c'est notre chemin de croix, la voie de notre libération. L'épreuve.



Revenir en haut Aller en bas
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 12 Juil 2010, 04:57



lion-des-bois , je suis entièrement d'accord avec ce que tu partages , car tu as la plume facile surtout dans les détails , l'être humain est fort limité et l'Esprit Saint souffle là il veut , pour transformer un coeur de pierre en un coeur de chair , j'ai bien compris la leçon du dentiste . sunny

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 12 Juil 2010, 07:24

lion-des-bois a écrit:
Elle [la Trinité] ne peut se révéler que ainsi. Lire l'évangile ne révèle rien. C'est juste des mots, sa lecture jamais n'initiera le processus de reliance. Sa lecture permet de mieux comprendre lorsque ce processus arrive.

Il y a une seule chose qui initiera le "processus de reliance", c'est la volonté ferme et sans faille. L'homme qui a une telle volonté se rapproche de Dieu à vitesse grand V.

Dis-moi ta volonté, je te dirais qui tu es.

Matthieu 6:21 : Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur....

La volonté, c'est notre être le plus profond....

La bonne question à se poser est : est-ce que je le veux vraiment? La méthode-clé, c'est de se dire : "je jure par Dieu que je le veux." Si le cœur vibre, s'il est en harmonie avec l'esprit, c'est bon signe, tout va bien....sinon, une petite voix se fait entendre dans notre for intérieur : "oui, mais ceci....oui, mais cela". C'est la partie animale en nous qui veut nous tenir captif, qui veut nous repousser loin, très loin de ces choses (spirituelles). Et là, les excuses pleuvent à grands flots : "c'est trop dur" ; "je souffre trop" ; "j'en peux plus" etc. Et là, on se dit : "je ne suis pas prêt". Mais c'est une grave erreur! Que dis-je, un énorme mensonge! Donc là, seule la volonté peut y faire quelque chose. La V-O-L-O-N-T-É. Very Happy

Si la volonté nous fait défaut à ce moment-là, ben....c'est que nous ne le voulons pas vraiment! Logique!
Revenir en haut Aller en bas
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 12 Juil 2010, 08:22



Coucou Psychoactif Very Happy sunny très heureuse de ton retour parmis les tiens , puisses tu retrouver des forces mais chaque chose en son temps , rien ne urge soit dans la paix lol!

Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 12 Juil 2010, 17:14

Wah, comme c'est intéressant ! Very Happy Une chrétienne, qui témoigne et qui comprend à sa façon et sent ce qui est incompréhensible dans le mystère chrétien de la mort et de la réssurrection et de la passion du Christ par ce qu'elle a véçu personnellement sur son chemin de Vie qui est épreuve de vie. Puis 2 chrétiens relativement heurtés par cette épreuve qui vient de Dieu et entraîne souffrance et Puis, un musulman soufi.

Ce mystère est incompréhensible. On ne peut reconnaître sa véracité que si on l'a véçu, reconnaître sa véracité, mais n'en comprendre que des bouts de ficelle, car chaque expérience est personnelle et limitée. Mais on sait que cela est et on rend grâce, même lorsqu'on est sur le fauteuil de l'Esprit-Saint extracteur de dents cariées et pourries.

Ce mystère est chrétien, et non musulman. IL est possible uniquement grâce à l'abaissement du Christ (sa kénose). LE chrétien doit donc se soumettre à ce processus. Il est reçu. IL est difficile, génère souffrance et libération.

Pour le musulman, cela est différent. L'âme musulmane ne peut participer à ce processus. Toute son âme refuse même ce processus, car le Christ ne s'est pas abaissé dans leur âme. Ce refus est donc justifié car entrer dans la kénose du Christ tuerait ce musulman dont lâme ne peut atteindre Dieu sur terre (Dieu est Un et inatteignable dit le Coran). Tout cela justifie la grande différence entre un musulman et un chrétien. C'est le coeur même de notre différence. Dieu vient chercher l'âme chrétienne, en s'abaissant jusqu'à elle, le musulman ne participant pas à la kénose doit aller chercher Dieu par sa propre volonté et effort (par la voie soufi) pour autant qu'il puisse sans danger, ce qui crée une non voie d'attente pour la plupart des musulmans (islam exotérique) et une voie d'effort et de travail pour les soufi sur le sentier ardent, difficile, humble, long.

On voit clairement la différence de position des âmes face à Dieu. Chacun doit se reconnaître et emprunter le chemin qui lui correspond, le chemin qui n'est pas le sien est évidement très dangereux, et il est si normal et naturel qu'une personne se révolte lorsqu'une personne sur un de ces chemins qui est le sien et s'y reconnait comme étant le chemin de vérité va se mettre à injurier l'autre d'être un imbécile dans l'erreur. Quel irrespect, quel non-Amour ! Notez que cette attitude se rencontre tant chez les musulmans que chez les chrétiens, qui, aveugles, ne réalisent pas la différence fondamentale des âmes et le chemin différent qui est due à cette différence d'âme.

J'ai beaucoup d'admiration pour le soufi, qui ne participant pas à l'abaissement du Christ dans l'âme qui vient le chercher jusqu'à lui, doit suivre un chemin pour aller vers Dieu par sa propre volonté, initiative, effort, travail, humilité, discernement. Beaucoup d'admiration pour le musulman dit exotérique, qui doit s'abaisser dans l'humilité face à un Dieu inatteignable, et où, aveugle car séparé de Dieu, il doit suivre un enseignement où l'on explique tout, de ce qu'il doit faire dans les moindres détails, sans connaître la joie de rencontrer Dieu personnellement, car pour lui, il est inatteignable. Pas de trinité kénosée pour lui, pas d'abaissement de Dieu qui vient et chercher et se révéler à lui. Pas de chemin souffi accessible non plus, car la lumière le brulerait et le tuerait.

Quant au chrétien, qui à un moment de sa vie, va se retrouver dans le chaudron d'épuration sous la décision de l'Esprit-Saint qui peut s'abaisser en lui par la présence du Christ dans l'âme, qui attire l'Esprit-Saint en l'âme comme un aimant, il suffit de lire Sainte-Thérèse d'Avila, Saint-Jean de la Croix ou Jean Tauler qui expliquent le processus de l'âme dans le chaudron de feu pour se rendre compte que ce n'est pas une partie de plaisir. Ce n'est pas parce que le chrétien a la chance que Dieu descende jusqu'à lui qu'il est forcément en paradis.

Comment de pas avoir de respect et de compassion pour chacun des chemins pour autant que ce soit le bon pour l'âme ?

Il me semble même que c'est au chrétien de montrer respect et compassion pour le musulman (dit exotérique, non soufi), qui est dans le chemin le plus soumis, le plus aveugle car Dieu est inatteignable sur terre pour lui, pas de reliance possible avec lui sur terre. Seules les ténèbres avec un livre au milieu des ténèbres (Le Coran)



Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 12 Juil 2010, 17:31

Psychoactif,

Il me semble que l'expérience du Chaudron de feu est aussi accessible au soufi (ou certains soufis avancés sur le chemin). La différence entre un chrétien, et un soufi est que le soufi doit chercher cette expérience en empruntant un sentier long, il y va par sa volonté propre, en suivant un enseignement et ensuite, L'Esprit) Saint le met dans le chaudron lorsque le soufi a mijoté suffisament à feu doux.

Le Chrétien, lui, un jour le Ciel lui tombe sur la tête, et, dans la souffrance du chaudron, il rend grâce.
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 12 Juil 2010, 17:47

Psychoactif,

Si une voix dans notre coeur nous dit de ne pas y aller, alors il est probable qu'elle dit juste, car rejoindre Dieu, demande de passer par le mur de la peur, et cela est destructeur et même interdit par Dieu si l'heure n'est pas venue, car on n'est pas prêt. Là, par exemple, le cas des mususlmans qui rejettent le soufisme comme demoniaque. LE soufisme est, effectivment, démonique pour eux. Il ne faut en rien vouloir les mettre dans ce chemin, mortel pour eux.

Le mur de la peur, c'est l'égo autour de l'âme dans mon schéma, plein de démon et de ténèbres, il faut le traverser de l'intérieur vers l'extérieur dans la voie soufi, par notre propre volonté.

Dans la voie chrétienne, c'est l'Esprit-Saint qui traverse ce mur de l'extérieur vers l'intérieur, par la volonté de l'Esprit-Saint. Et lui, sait l'heure, et jusqu'à quel dosage l'âme pourra supporter. IL faut apprendre la patience, et s'abaisser dans humilité l'heure venue, en supportant les souffrances.


Dernière édition par lion-des-bois le Lun 12 Juil 2010, 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 12 Juil 2010, 18:36



Lion en culotte courte Very Happy , Que tu parle bien moi je ne sais pas faire ce genre de chose . :bravo:
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 12 Juil 2010, 18:39

nougat-blanc a écrit:


Lion en culotte courte Very Happy

Et à bretelles, ma chère, à bretelle aussi Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 12 Juil 2010, 19:38

lion-des-bois a écrit:
nougat-blanc a écrit:


Lion en culotte courte Very Happy

Et à bretelles, ma chère, à bretelle aussi Very Happy


lion à bretelle et en culotte courte c'est bon comme sa Question

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Mar 13 Juil 2010, 22:11

Tiens, qui revoilà Very Happy

Je te croyais dans les souks et plages d'Algérie.

Je ne peux parler que de mon expérience perso.

C'est bien l'Esprit-Saint le déclencheur de l'épreuve, par sa volonté de descendre dans l'âme pour rejoindre le Christ dans l'âme qui y est. L'épreuve, en fait, vient de la confrontation de l'égo face à la présence de L'Esprit-Saint. La lumière de l'Esprit-Saint va nous faire péchér d'abord car il accède d'abord la couche extérieu d el'Ego. Il éclaire l'Ego, et l'active d'abord, pour rejoindre le Christ en l'äme, car pour l'atteindre, no choice, il doit passer d'abord par la couche extérieure de l'Ego enrobant l'âme à l'intérieur. IL va ensuite comprimer l'égo, ce qui crée écrasement et souffrance, psychologique et sommatisations physiques. Cela mène l'Ego dans l'impasse, vers la mort, le desespoir. Ensuite, il perce et transperce l'Ego, de son dard de feu et brulant tout ce qui lui est possible de bruler du mauvais égo qui se prend pour Dieu. C'est ensuite seulement après ce moment là que le Christ se révèle autant que l'Esprit-Saint. Pour Atteindre le Christ en l'âme, l'Esprit-Saint a dû faire mourir l'Ego, par brulage, tout ou une partie de l'égo selon la capacité de l'égo. Cela est en dehors de la volonté de l'égo.La volonté de l'Ego c'est de dire "non à l'Esprit-Saint, car l'Esprit-saint va le faire mourir. Eh ! Normal donc qu'il se bloque et fait barrage. Mais l'âme à l'intérieur désire la venue de l'Esprit-Saint. mais ne le peut par sa propre volonté. Elle peut dle vouloir autant qu'elle veut, tant qu'elle peut, si l'Esprit-Saint ne veut pas, il ne se passera rien. La volonté n'est donc pas de nous. La volonté, c'est l'Esprit-Saint de Dieu,le véritable déclencheur, extérieur à nous (Ego, âme, corps),

Lorsque l'âme voit la lumière (l'Esprit-saint peut se mirer dans le Christ dans l'âme), cela va augmenter son désir et son courage. Sa volonté si tu veut, mais ce n'est pas le bon terme, pour moi, les bons termes sont: désir, courage, foi. Là sa foi est indestructible. Un Zigoto qui s'appellerait Spirit peut passer par là et lui chanter le contraire, cette âme n'en aura cure, car elle a "vu"véçu et expérimenté, et cette vérité est plus fort que tous les verbiages et les argumentations psycho-rationnalico-mentales de tout individu pâssant par là pour lui discourir le contraire, qu'il se prétente chrétien ou pas, l'âme est marquée du sceau de feu de la vérité trinitaire, à vie et de façon inébranlable.

Donc, chante comme tu veux, mon Spiritounet d'Amour.

---------------

A part ça, comment se sont passé tes vacances ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Mar 13 Juil 2010, 22:21



Psychoactif , tu seras bénit toi et toute ta famille , quand la fraîche rosée de l'Esprit Saint viendra sur toi , courage car le Seigneur a le regard sur toi et il t'aime tel que tu es .
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Mar 13 Juil 2010, 22:43

Spirit, je t'ai déjà dit que ce que tu appelles Esprit-Saint n'est pas l'Esprit-Saint, mais le Christ dans l'âme. Le christ dans l'âme veut en se soumettant à la volonté première du Père, et l'âme le désire, évidement, mais je ne suis pas le Christ, je ne peux vouloir, seulement désirer. C'est seulement en m'abaissant que pourrait peut-être participer au vouloir.

Excuse-moi la conversation s'arrête ici. Car c'est ritournelle sans fin et j'ai autre chose à faire. Merci de comprendre.


Dernière édition par lion-des-bois le Jeu 15 Juil 2010, 03:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Jeu 15 Juil 2010, 03:34

MErci Spiritounet Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Jeu 15 Juil 2010, 07:54

lion-des-bois a écrit:
MErci Spiritounet Very Happy

Chacun grandit dans la foi avec ce qu'il comprend , donc patience , douceur , lâcher prise sur sa propre volonté , sont les maitres mots courage .
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Jeu 15 Juil 2010, 10:38

Non Spiritounet pukel

Je n'attends pas le bon vouloir de l'Esprit. IL est venu alors que je n'avais rien demandé et que je ne cherchais pas cela non plus.

Je ne crois à rien d'autre de ce que je n'ai expérimenté, et j'attends rien sur le plan spirituel.

Très sincèrement, Spiritou, Lache moi.

Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Jeu 15 Juil 2010, 11:15

Bonjour mes amis fleur 6

La philosophie "new-âge" de Spirit n'a rien de christique.
Le Christ, L'Esprit-Saint, celui dont il parle, n'a rien à voir avec notre Dieu, celui du Chrétien : Dieu incarné en Jésus, Dieu fait Homme, Rédempteur.

Voici un lien, pour celui que cela intéresse, pour comprendre toute la différence .
Je vous invite à aller aux chapitres 3. 4. 5. 6.

Petit lion, tu vas aimer le chapitre 5 :bisou:

http://sosparanormal.free.fr/nouvel_age.php#matrice_principale
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Jeu 15 Juil 2010, 12:00

spirit a écrit:
un paradigme (système de pensée, si tu veux)

Ah, ça y est, tu es enfin allé chercher la définition.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Jeu 15 Juil 2010, 14:36

Arc-en-Ciel a écrit:
Bonjour mes amis fleur 6

La philosophie "new-âge" de Spirit n'a rien de christique.
Le Christ, L'Esprit-Saint, celui dont il parle, n'a rien à voir avec notre Dieu, celui du Chrétien : Dieu incarné en Jésus, Dieu fait Homme, Rédempteur.

Voici un lien, pour celui que cela intéresse, pour comprendre toute la différence .
Je vous invite à aller aux chapitres 3. 4. 5. 6.

Petit lion, tu vas aimer le chapitre 5 :bisou:

http://sosparanormal.free.fr/nouvel_age.php#matrice_principale

MErci beaucoup Mammy Marie Ciel et Terre ;)
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Jeu 15 Juil 2010, 16:03

spirit a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
spirit a écrit:
un paradigme (système de pensée, si tu veux)

Ah, ça y est, tu es enfin allé chercher la définition.

Question Question Heu... de quoi???
Je te défis de trouver un seul endroit où je ne l'ai pas employé dans ce sens.

T'es même pas foutu de concevoir d'autres paradigmes à tel point t'es endoctriné. Répond déjà aux vrais questions avant de fanfaronner (par exemple au sujet de tes inepties sur la volonté libre Rolling Eyes ).

Spirit Laughing


Je note seulement que depuis que tu as découvert le mot, tu trouves un moyen de l'employer dans chacun de tes posts.

C'est amusant.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Jeu 15 Juil 2010, 17:23

spirit a écrit:
Ou on se prend pour notre égo ou on se prend pour notre esprit. Si on se prend pour l'égo on est contraint d'attendre le bon vouloir de l'esprit, si on se prend pour l'esprit tout ce qui lui est extérieur lui sert de stimulus pour émerger, atteindre la conscience humaine et s'auto-identifier.

Moi j'ai choisi d'être un esprit dans un corps et vous d'être des corps qui attendez le bon vouloir de l'esprit saint. A chacun son choix.

Voilà, c'est tout simple et ça ne nécessite même pas un débat car personne ne pourra convaincre l'autre du contraire à ce qu'il croit.

Spirit sunny


Bonsoir Sprit dans un partage constructif , tout le monde est libre de s'exprimer en toute liberté , celui qui n'a jamais vraiment souffert ne peut comprendre certaine chose .
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
nougat-blanc



Féminin Messages : 632
Inscription : 17/05/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Jeu 15 Juil 2010, 18:52



Re-coucou spirite ok nous nous sommes compris . Very Happy sunny
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Sam 17 Juil 2010, 22:36

lion-des-bois a écrit:
Et pourquoi malgré que le Christ est venu, ils y a encore des épreuves, et parmi les chrétiens ? Vu que le Christ a libéré les pécheurs, tout cela devrait être cloturé depuis 2000 ans alors ?

Cher Lion des bois,

Eh oui !! Je refais surface après quelques mois de jeûne. Le christ n'est pas venu nous libérer des épreuves, il est venu nous rejoindre dans nos épreuves pour que nous en sortions vainqueur. Il nous a fait don de son Esprit Saint qui nous rend fort, face aux épreuves de toute sorte.

Quand je prépare au baptême les parents qui présentent leurs petits enfants, je leur explique que le Saint Chrème, fait d'huile d'olive parfumé, symbolise "la force dont est revêtue le nouveau baptisé". Cela rappelle l'huile dont les gladiateur enduisaient leurs muscles, avant de combattre dans l'arène.

La vie est une véritable arène. Le diable ne cesse d'essayer de nous terrasser, de nous tuer spirituellement. Il veut nous décourager, nous faire entrer dans la désespérance. Jésus, pour nous aider à "lutter" contre le diable et les armes qu'il utilise, nous fait don de son Esprit Saint et de sa Parole. L'Esprit Saint qui nous fortifie intérieurement, qui nous rend fort face aux ruses du diable qui trompe par les paroles qu'ils nous donnent, comme celle qu'il donna à Eve.

Jésus, au jour de notre baptême, nous revêt de la robe baptismale qu'on ressalie en retournant dans le monde ; et c'est normal qu'on la resallisse, ce qui explique pourquoi Jésus nous demande chaque dimanche de revenir dans sa maison, l'Eglise où Marie nous attends pour faire une grande lessive de blanc. Toutes nos âmes salies par notre vie dans le monde, sont plongées à nouveau dans l'Eau Vive, son Sang versé pour nous. Non seulement nos âmes sont purifiées, mais en plus Jésus refait nos forces en nous donnant son pain et son vin à manger et à boire et il nous oint de son Esprit pour que nous soyons fort pour continuer à vivre dans le monde, au milieu des pécheurs et des disciples du diable.

La vie est un combat entre Jésus qui désire nous rendre saint et immaculés afin de nous introduire dans la communion de Vie avec son Père, et le diable qui cherche au contraire à nous rendre laid pour nous priver de ce face à face.

Le Christ nous libére de nos péchés pour que son Esprit Saint puisse nous sanctifier, mais cela ne se fait pas du jour au lendemain. Tout dépend de nous. Si nous faisons tout pour aider l'Esprit Saint qui a reçu mission de nous sanctifier ; si nous suivons tous les conseils de Jésus, si nous mangeons son pain et buvons son vin, si nous essayons de vivre d'amour, alors cela peut aller plus vite. Jésus fait avec nous, avec nos handicapes, nos blessures.

lion des bois a écrit:
et est ce qu'annoncer le Royaume ce n'est pas sortir l'Homme de son épreuve ?

Non, c'est l'inviter à accueillir Jésus qui vient par son Esprit, lutter avec Lui.

C'est ce que je crois.

Petero
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 18 Juil 2010, 00:00

Bonjour Petero,

Ca fait plaisir de te revoir.


petero a écrit:
lion-des-bois a écrit:
Et pourquoi malgré que le Christ est venu, ils y a encore des épreuves, et parmi les chrétiens ? Vu que le Christ a libéré les pécheurs, tout cela devrait être cloturé depuis 2000 ans alors ?

Cher Lion des bois,

Eh oui !! Je refais surface après quelques mois de jeûne. Le christ n'est pas venu nous libérer des épreuves, il est venu nous rejoindre dans nos épreuves pour que nous en sortions vainqueur. Il nous a fait don de son Esprit Saint qui nous rend fort, face aux épreuves de toute sorte.

Quand je prépare au baptême les parents qui présentent leurs petits enfants, je leur explique que le Saint Chrème, fait d'huile d'olive parfumé, symbolise "la force dont est revêtue le nouveau baptisé". Cela rappelle l'huile dont les gladiateur enduisaient leurs muscles, avant de combattre dans l'arène.

La vie est une véritable arène. Le diable ne cesse d'essayer de nous terrasser, de nous tuer spirituellement. Il veut nous décourager, nous faire entrer dans la désespérance. Jésus, pour nous aider à "lutter" contre le diable et les armes qu'il utilise, nous fait don de son Esprit Saint et de sa Parole. L'Esprit Saint qui nous fortifie intérieurement, qui nous rend fort face aux ruses du diable qui trompe par les paroles qu'ils nous donnent, comme celle qu'il donna à Eve.

Oui, Petero. C'est ma vue aussi. La trinité nous purifie progressivement. Elle nous apprend aussi progressivement la clairvoyance et le discernement.

J'avais posé la question à Théodoric. Qui n'a pas répondu. Ma réponse allait dans ton sens. En mourrant et ressuscitant sur la croix, le Christ a ouvert la voie au salut pour tous les hommes qui se tournent vers lui. Avant cela, la voie était fermée. Des chrétiens pensent que puisque Jésus est mort et réssuscité, il nous a sauvé, et que donc tout est fait, qu'on a le salut garanti sans rien faire, le Christ ayant tout fait pour nous. Or il me semble que non, il a ouvert la voie vers le salut, c'est pas vraiment la même chose.


Jésus, au jour de notre baptême, nous revêt de la robe baptismale qu'on ressalie en retournant dans le monde ; et c'est normal qu'on la resallisse, ce qui explique pourquoi Jésus nous demande chaque dimanche de revenir dans sa maison, l'Eglise où Marie nous attends pour faire une grande lessive de blanc. Toutes nos âmes salies par notre vie dans le monde, sont plongées à nouveau dans l'Eau Vive, son Sang versé pour nous. Non seulement nos âmes sont purifiées, mais en plus Jésus refait nos forces en nous donnant son pain et son vin à manger et à boire et il nous oint de son Esprit pour que nous soyons fort pour continuer à vivre dans le monde, au milieu des pécheurs et des disciples du diable.

La vie est un combat entre Jésus qui désire nous rendre saint et immaculés afin de nous introduire dans la communion de Vie avec son Père, et le diable qui cherche au contraire à nous rendre laid pour nous priver de ce face à face.

Combat entre nous et nos démons, avec le Christ et l'Esprit-saint. Donc c'est avant tout un combat intérieur. Beaucoup trop de gens refusent ce vrai combat, et le projettent dehors, contre autrui, non responsable de ce combat, et qui va naturellement s'en défendre. En fait c'est l'égo qui se croit parfait et occulte la vraie direction du combat, l'égo dans lequel se cache les démons. Ma récente discussion avec Adamev en témoigne. Mais les discours ne servent de rien, l'égo est aveugle, et c'est pas les paroles d'hommes qui vont éclairer, seul l'Esprit-Saint et la Parole, peuvent, lorque l'Esprit-Saint perce le coeur de l'homme de sa flèche de feu etque le Christ nous relève dans un tel Amour.

Le Christ nous libére de nos péchés pour que son Esprit Saint puisse nous sanctifier, mais cela ne se fait pas du jour au lendemain. Tout dépend de nous.

Voilà, dans une relation nous sommes 2. L'un tout seul ne peut rien si l'autre ne veut pas

Si nous faisons tout pour aider l'Esprit Saint qui a reçu mission de nous sanctifier ; si nous suivons tous les conseils de Jésus, si nous mangeons son pain et buvons son vin, si nous essayons de vivre d'amour, alors cela peut aller plus vite. Jésus fait avec nous, avec nos handicapes, nos blessures.

lion des bois a écrit:
et est ce qu'annoncer le Royaume ce n'est pas sortir l'Homme de son épreuve ?

Non, c'est l'inviter à accueillir Jésus qui vient par son Esprit, lutter avec Lui.

C'est ce que je crois.

Ici c'est Théodoric qui avait posé cette question. J'avais répondu ceci:
Non, c'est montrer aux hommes, ce qui les attend, s'ils passent l'épreuve correctement.


Petero


Seulement si tu as lu le texte que j'ai mis au premier post du fil. J'aimerais savoir si ce texte est dans le fil de la pensée catholique. Car j'adhère à ce qui est dit dans ce texte, Donc, j'aimerais savoir si mon adhérance est catholique. Ce texte vient d'internet, sans savoir clairement l'origine de ce site






Dernière édition par lion-des-bois le Lun 19 Juil 2010, 02:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 18 Juil 2010, 10:03

lion-des-bois a écrit:
Seulement si tu as lu le texte que j'ai mis au premier post du fil. J'aimerais savoir si ce texte est dans le fil de la pensée catholique. Car j'adhère à ce qui est dit dans ce texte, Donc, j'aimerais savoir si mon adhérance est catholique. Ce texte vient d'internet, sans savoir clairement l'origine de ce site

Cher lion des bois,

Je ne vois rien dans ce texte qui aille à l'encontre de la foi catholique. Dans ce texte, il est question de l'épreuve de celui qui a mis sa foi en Dieu. Cette épreuve elle est voulu par le diable et permise par Dieu. Jésus lui-même a été "criblé" par le diable, au désert, lorsqu'il y fût tenté après avoir été poussé par l'Esprit Saint. Au moment où Jésus quitte ses Apôtres, il leur dit "Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous cribler comme froment; mais moi j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas." (Luc 22, 31-32)

Pourquoi le diable demande-t-il à "cribler" la foi des croyants, comme il le demanda pour Job et pour les Apôtres et le demande pour tous ceux qui suivent Jésus, qui lui obéissent ? Parce que tous ceux qui suivent Jésus menacent son travail, son oeuvre. Il veut mettre à jour le mal qui reste en nous, il veut le faire apparaître, il veut nous abattre comme il a réussit à abattre Judas. Il veut faire échouer l'oeuvre de sanctification et de purification engagées par l'Esprit Saint dans l'âme du croyant.

Le croyant se doit donc de garder confiance en celui en qui il a mis toute sa Foi, tout son amour, quand l'épreuve s'abbat sur lui. Jésus a prié pour pierre, comme il a prié pour chacun de ses disciples passés au crible par Satan. Satan cherche, par ces épreuves, à nous détourner de Dieu, à nous faire perdre Foi en Dieu. C'est notre Foi qu'il crible pour l'abattre. Au fil des épreuves, notre foi, quand on la garde précieusement, aussi fragile soit-elle, elle s'affermit, elle grandit, elle se fait plus forte, soutenue que nous sommes par la prière de Jésus vers lequel nous devons plus que jamais nous tourner, dans ces moments là.

Petero

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 18 Juil 2010, 19:07

Pourquoi ces menaces à mon égard??!
Ce serait moi le méchant?./?
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Lun 19 Juil 2010, 02:26

petero a écrit:


Cher lion des bois,

Je ne vois rien dans ce texte qui aille à l'encontre de la foi catholique. Dans ce texte, il est question de l'épreuve de celui qui a mis sa foi en Dieu. Cette épreuve elle est voulu par le diable et permise par Dieu. Jésus lui-même a été "criblé" par le diable, au désert, lorsqu'il y fût tenté après avoir été poussé par l'Esprit Saint. Au moment où Jésus quitte ses Apôtres, il leur dit "Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous cribler comme froment; mais moi j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas." (Luc 22, 31-32)

Pourquoi le diable demande-t-il à "cribler" la foi des croyants, comme il le demanda pour Job et pour les Apôtres et le demande pour tous ceux qui suivent Jésus, qui lui obéissent ? Parce que tous ceux qui suivent Jésus menacent son travail, son oeuvre. Il veut mettre à jour le mal qui reste en nous, il veut le faire apparaître, il veut nous abattre comme il a réussit à abattre Judas. Il veut faire échouer l'oeuvre de sanctification et de purification engagées par l'Esprit Saint dans l'âme du croyant.

Le croyant se doit donc de garder confiance en celui en qui il a mis toute sa Foi, tout son amour, quand l'épreuve s'abbat sur lui. Jésus a prié pour pierre, comme il a prié pour chacun de ses disciples passés au crible par Satan. Satan cherche, par ces épreuves, à nous détourner de Dieu, à nous faire perdre Foi en Dieu. C'est notre Foi qu'il crible pour l'abattre. Au fil des épreuves, notre foi, quand on la garde précieusement, aussi fragile soit-elle, elle s'affermit, elle grandit, elle se fait plus forte, soutenue que nous sommes par la prière de Jésus vers lequel nous devons plus que jamais nous tourner, dans ces moments là.

Petero


Merci Petero, tu me rassures. Car il y tant de de vérité et profondeur dans ce texte, de même que dans tes commentaires.

Merci

________________


Romuald, je ne comprends pas votre intervention. Je n'ai vu aucune attaque personnelle à votre égard dans ce fils.

Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6689
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Mer 11 Aoû 2010, 02:24

lion-des-bois a écrit:
Théodoric a écrit:

et quand Jésus dit aux apôtres (texte de l'évangile de ces 2 derniers jours) " sur votre routes , guérissez les malades purifiez les lépreux, Ressusciez les Morts annoncez que Le Royaume de Dieu Est Proche !"
a votre avsi est ce Là Il ne fait pas cesser les épreuves ?

Si bien sûr. Mais alors, pourquoi le CHrist ne s'est pas incarné plus tôt Question
Vu que Dieu est bon, il aurait dû envoyer son fils des siècles plus tôt, non ? Comme ça, youpie, pas d'épreuves. Et Pourquoi le Christ en guérit certain et pas d'autres ? Pourquoi ceux-là, et certains autres, nada ?

Et pourquoi malgré que le Christ est venu, ils y a encore des épreuves, et parmi les chrétiens ? Vu que le Christ a libéré les pécheurs, tout cela devrait être cloturé depuis 2000 ans alors ?

Tant de questions Question

Théodoric a écrit:

et est ce qu'annoncer le Royaume ce n'est pas sortir l'Homme de son épreuve ?

pukel

Non, c'est montrer aux hommes, ce qui les attend, s'ils passent l'épreuve correctement.

Bonjour Lion des Bois

je répond enfin et pas en détail a toutes tes questions affirmations ;
j'ai déja souvent discuté de ce sujets sur différents fils ici!

ce qui pour moi est inadmissible c'est de mettre sur le dos de Notre Père Divin et du Seigneur Jésus les dites épreuves !

Jamais Jésus en dit que Le Père nous mettra a l'épreuve , jamais Jésus ne dit que les maladies les accidents ect ect sont envoyés par Dieu Le Père , c'est l'évidence car sinon quand Il guérit ou Ressucite les morts dans ce cas IL s'opposerait a la Volonté du père quia urait a l'origine voulu ces souffrances (épreuves) pour les personnes,
donc fondamentalement les maladies ect ect ne sont pas dans l'ordre de la Volonté du Père et ne l'accomplisse pas , sinon Jésus n'aurait pas touché ces choses puisqu'elles auraient été conforme a Dieu le Père et de plus Il n'aurait pas dit aux Apôtres de guérir et soigner les hommes, chasser les démons ; etRessusciter les morts , donc cette VOLONTé énoncée par Jésus et rendu Active en Esprit démontre bien que les dites épreuves ne sont pas de Dieu , sinon Jésus serait en opposition avec Sa Volonté Paternel !

tu dis Jésus n'a pas guérit tout le monde !
Désolé les Apôtres témoigne a plusieurs reprises que là où les gens ont la foi "IL les guérit TOUS ! " relis Jean et Mathieu et tu verra ils sont toujours étonné que " là Il les guérit tous !"
et l'Affirmation de la Foi c'est que dans la mort du Christ il y a la Guérison et Libération de l'Humanité entière si nous ne sommes pas en l'état réalisé et acquis en notre faveur par Jésus cela ne tiens qu'a notre incrédulité et manque d'Amour !

de même si nous croyons a l'Eglise Apostolique, on doit se souvenir que Paul affirme que " Dieu ne soumet personne a l'épreuve " parce qu'IL n'a pas besoin de cela pour savoir ce qu'est notre cœur ,
Paul dit que si épreuve il y a (ou tentation) elle ne vient que de nous-même !

qui irez dire que c'eszt Jésus ou le Père Divin qui a voulu Hiroshima ou les camps de la mort ?
qui irez dire que c'est jésus qui envoit des cancers a des enfants ou fait périr des mères avec enfants ?

dire cela ou même le penser , c'est rejeter le témoignage des Apôtres sur l'enseignements et les actes du Christ !

si en ce monde il y a des épreuves, c'est parce que le démon en supporte pas de voir que l'on tente de marcher avec Dieu !!

quand j'ai eu mon accident ou je suis mort a 2 reprises et j'ai souffert vraiment beaucoup j'ai vu Jésus et IL m'a dit " ton accident c'est pas Moi ! "
Lui m'a ramené a la Vie et c'est encore Grâce a Lui si je suis là et dés ce mond enous sommes avec Jésus et Dieu le Père car depuis Sa Vie rependue sur nous tous et En nous par le Baptême Le Ciel est aussi en ce mond een nos Coeur qui sont la demeure de Dieu,
celui qui nous éprouve qui nous combat c'est celui qui s'oppose a la Paix et Vie de Dieu, c'est tout !

il serait bien d'arrêter d'accuser Dieu des crimes de l'enfer et surtout le baratin du genre " Il Est Tout Puissant Il pourrait arrêter tout, donc si Il laisse faire c'est que c'est Sa Volonté !"
Le père ne peut être l'auteur ni le complice du mal !
dire autre chose c'est en faire un menteur ! et Jésus avec !

Vivons de l'Esprit Saint du Christ et il nous sera impossible d'affirmer des choses contraire a l'Unité D'Amour Divin !

ce qui est possible, c'est que par Amour du Christ et Union a LUI, j'ai le désir d'offrir ma vie comme Il l'a fait , alors oui je serais martyrisé (d'uen manière ou d'une autre) car alors le démon voit en moi Jésus et sa haine du Sauveur qui le vainc est t-elle qu'il me fera souffrir autant qu'il le peu, mais cette souffrance n'est plus une épreuve ni une maladie mais un actes Unique de rédemption du Christ qui se poursuit en Son corps qu'est l'Eglise !

mais sinon Dieu ne va pas torturer les gens sous prétexte de les sauver , car ce serait les sauver de force sans qu'ils le choisisse, alors que Jésus veut que ce soit par Amour qu'on le choisisse par par obligation !


Revenir en haut Aller en bas
Vincent01



Masculin Messages : 1283
Inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Jeu 12 Aoû 2010, 17:21

Bonjour Théodéric je suis assez d'accord avec vous, cependant dans la Bible on peut voir que l'épreuve ne vient pas forcément toujours du démon.

Dans le livre de Job on peut aussi voir que Job étant un homme juste, reçoit de nombreuses et douloureuses épreuves, et à la fin du livre on peut voir que Dieu est supérieur à toute créature et qu'a travers les douloureuses épreuves de Job, il y a rabaissement à la fin du dernier orgueil qui lui restait. ( enfin je suppose à Arnaud de confirmer ou de réfuter ;) )

Dans le livre de Tobie on peut lire ceci à la fin du livre concernant l'ange de Dieu qui a aider.

Citation :
1 À la fin des noces, Tobit appela son fils Tobie, et lui dit "Mon enfant, pense à régler ce qui est dû à ton compagnon, tu dépasseras le prix convenu." 2 Il demanda : "Père, combien vais-je lui donner pour ses services? Même en lui laissant la moitié des biens qu'il a rapportés avec moi, je n'y perds pas. 3 Il me ramène sain et sauf, il a soigné ma femme, il rapporte avec moi l'argent, et enfin il t'a guéri! Combien lui donner encore pour cela?" 4 Tobit lui dit : "Il a bien mérité la moitié de ce qu'il a rapporté."
5 Tobie fit donc venir son compagnon, et lui dit : "Prends la moitié de ce que tu as ramené, pour prix de tes services, et va en paix." 6 Alors Raphaèl les prit tous les deux à l'écart, et il leur dit : "Bénissez Dieu, célébrez-le devant tous les vivants, pour le bien qu'il vous a fait. Bénissez et chantez son Nom. Faites connaître à tous les hommes les actions de Dieu comme elles le méritent, et ne vous lassez pas de le remercier. 7 Il convient de garder le secret du roi, tandis qu'il convient de révéler et de publier les œuvres de Dieu. Remerciez-le dignement. Faites ce qui est bien, et le malheur ne vous atteindra pas. 8 Mieux vaut la prière avec le jeûne, et l'aumône avec la justice, que la richesse avec l'iniquité. Mieux vaut pratiquer l'aumône, que thésauriser de l'or. 9 L'aumône sauve de la mort et elle purifie de tout péché. Ceux qui font l'aumône sont rassasiés de jours; 10 ceux qui font le péché et le mal se font du tort à eux-mêmes.

11 Je vais vous dire toute la vérité, sans rien vous cacher : je vous ai déjà enseigné qu'il convient de garder le secret du roi, tandis qu'il convient de révéler dignement les œuvres de Dieu. 12 Vous saurez donc que, lorsque vous étiez en prière, toi et Sarra, c'était moi qui présentais vos suppliques devant la Gloire du Seigneur et qui les lisais; et de même lorsque tu enterrais les morts. 13 Quand tu n'as pas hésité à te lever, et à quitter la table, pour aller ensevelir un mort, j'ai été envoyé pour éprouver ta foi, 14 et Dieu m'envoya en même temps pour te guérir, ainsi que ta belle-fille Sarra. 15 Je suis Raphaèl, un des sept Anges qui se tiennent toujours prêts à pénétrer auprès de la Gloire du Seigneur."

16 Ils furent remplis d'effroi tous les deux; ils se prosternèrent, et ils eurent grand-peur. 17 Mais il leur dit : "Ne craignez point, la paix soit avec vous. Bénissez Dieu à jamais. 18 Pour moi, quand j'étais avec vous, ce n'est pas à moi que vous deviez ma présence, mais à la volonté de Dieu : c'est lui qu'il faut bénir au long des jours, lui qu'il faut chanter. 19 Vous avez cru me voir manger, ce n'était qu'une apparence. 20 Alors, bénissez le Seigneur sur la terre, et rendez grâce à Dieu. Je vais remonter à Celui qui m'a envoyé. Écrivez tout ce qui est arrivé." . 21 Et il s'éleva. Quand ils se redressèrent, il n'était plus visible. 22 Ils louèrent Dieu par des hymnes; ils le remercièrent d'avoir opéré de telles merveilles : un ange de Dieu ne leur était-il pas apparu!

Bien sûr, j'ai surligné en gras le passage mais tout dans l'écrit et dans la Bible est important à la lecture. Thumright

Théodéric, Dieu donne beaucoup de grâces à beaucoup de monde, seulement je pense que la ou le libre arbitre fonctionne concerne ce dont l'être humain fait de la grâce donnée par Dieu. Autrement dit le choix est toujours la, et cela n'empêche pas à Dieu de donner beaucoup.



De même je voulais rajouter ceux ci :

Citation :
De la sainte voie de la Croix

Cette parole semble dure à plusieurs: Renoncez à vous-mêmes, prenez votre Croix, et suivez Jésus.
Mais il sera bien plus dur, au dernier jour, d'entendre cette parole: Retirez-vous de moi, maudits, allez au feu éternel !
Ceux qui écoutent maintenant volontiers la parole qui commande de porter la Croix, et qui y obéissent, ne craindront point alors d'entendre l'arrêt d'une éternelle condamnation.
Ce signe de la Croix sera dans le Ciel lorsque le Seigneur viendra pour juger.
Alors tous les disciples de la Croix, qui auront imité pendant leur vie Jésus crucifié, s'approcheront avec une grande confiance de Jésus-Christ juge.
Pourquoi donc craignez-vous de porter la Croix, par laquelle on arrive au royaume du ciel ?
Dans la Croix est le salut, dans la Croix la vie, dans la Croix la protection contre nos ennemis.
C'est de la Croix que découlent les suavités célestes.
Dans la Croix est la force de l'âme; dans la Croix la joie de l'esprit, la consommation de la vertu, la perfection de la sainteté.
Il n'y a de salut pour l'âme et d'espérance de vie éternelle, que dans la Croix.
Prenez donc votre Croix et suivez Jésus, et vous parviendrez à l'éternelle félicité.
Il vous a précédé portant sa Croix et il est mort pour vous sur la Croix afin que vous aussi vous portiez votre Croix, et que vous aspiriez à mourir sur la Croix.
Car si vous mourez avec lui, vous vivrez aussi avec lui; et si vous partagez ses souffrances, vous partagerez sa gloire.
Ainsi tout est dans la Croix, et tout consiste à mourir. Il n'est point d'autre voie qui conduise à la vie et à la véritable paix du coeur que la voie de la Croix et d'une mortification continuelle.
Allez où vous voudrez, cherchez tout ce que vous voudrez, vous ne trouverez pas au-dessus une voie plus élevée, au-dessous une voie plus sûre que la voie de la sainte Croix.
Disposez de tout selon vos vues, réglez tout selon vos désirs, et toujours vous trouverez qu'il vous faut souffrir quelque chose, que vous le vouliez ou non; et ainsi vous trouverez toujours la Croix.
Car, ou vous sentirez de la douleur dans le corps, ou vous éprouverez de l'amertume dans l'âme.
Tantôt vous serez délaissé de Dieu, tantôt exercé par le prochain, et, ce qui est plus encore, vous serez souvent à charge à vous-même.
Vous ne trouverez à vos peines aucun remède, aucun soulagement; mais il vous faudra souffrir aussi longtemps que Dieu le voudra.
Car Dieu veut que vous appreniez à souffrir sans consolations et que vous vous soumettiez à lui sans réserve, et que vous deveniez plus humble par la tribulation.
Nul n'a si avant dans son coeur la passion de Jésus-Christ que celui qui a souffert quelque chose de semblable.
La Croix est donc toujours préparée; elle vous attend partout.
Vous ne pouvez la fuir, quelque part que vous alliez; puisque partout où vous irez, vous vous porterez et vous trouverez toujours vous-même.
Elevez-vous, abaissez-vous, sortez de vous-même, rentrez-y; toujours vous trouverez la Croix; et il faut que partout vous preniez patience, si vous voulez la paix intérieure et mériter la couronne immortelle.
Si vous portez de bon coeur la Croix, elle-même vous portera et vous conduira au terme désiré, où vous cesserez de souffrir; mais ce ne sera pas en ce monde.
Si vous la portez à regret, vous en augmentez le poids, vous rendez votre fardeau plus dur, et cependant il vous faut la porter.
Si vous rejetez une Croix, vous en trouverez certainement une autre, et peut-être plus pesante.
Croyez-vous échapper à ce que nul homme n'a pu éviter ? Quel saint a été dans ce monde sans croix et sans tribulation ?
Jésus-Christ lui-même, Notre-Seigneur, n'a pas été une seule heure dans toute sa vie sans éprouver quelque souffrance: Il fallait, dit-il, que le Christ souffrît, et qu'il ressuscitât d'entre les morts, et qu'il entrât ainsi dans sa gloire.
Comment donc cherchez-vous une autre voie que la voie royale de la sainte Croix ?
Toute la vie de Jésus-Christ n'a été qu'une croix et un long martyre, et vous cherchez le repos et la joie !
Vous vous trompez, n'en doutez pas; vous vous trompez lamentablement si vous cherchez autre chose que les afflictions à souffrir; car toute cette vie mortelle est pleine de misères et environnée de croix.
Et plus un homme aura fait de progrès dans les voies spirituelles, plus ses croix souvent seront pesantes, parce que l'amour lui rend son exil plus douloureux.
Cependant celui que Dieu éprouve par tant de peines n'est pas sans consolations qui les adoucissent, parce qu'il sent s'accroître les fruits de sa patience à porter sa Croix.
Car, lorsqu'il s'incline volontairement sous elle, l'affliction qui l'accablait se change toute entière en une douce confiance qui le console.
Et plus la chair est affligée, brisée, plus l'esprit est fortifié intérieurement par la grâce.
Quelquefois même le désir de souffrir pour être conforme à Jésus crucifié lui inspire tant de force, qu'il ne voudrait pas être exempt de tribulations et de douleur, parce qu'il se croit d'autant plus agréable à Dieu, qu'il souffre pour lui davantage.
Ce n'est point là la vertu de l'homme, mais la grâce de Jésus-Christ, qui opère puissamment dans une chair infirme, que tout ce qu'elle abhorre et fuit naturellement, elle l'embrasse et l'aime par la ferveur de l'esprit.
Il n'est pas selon l'homme de porter la Croix, d'aimer la Croix, de châtier le corps, de le réduire en servitude, de fuir les honneurs, de souffrir volontiers les outrages, de se mépriser soi-même et de souhaiter d'être méprisé, de supporter les afflictions et les pertes, et de ne désirer aucune prospérité dans ce monde.
Si vous ne regardez que vous, vous ne pouvez rien de tout cela.
Mais si vous vous confiez dans le Seigneur, la force vous sera donnée d'en haut et vous aurez pouvoir sur la chair et le monde.
Vous ne craindrez pas même le démon, votre ennemi, si vous êtes armé de la foi et marqué de la Croix de Jésus-Christ.
Disposez-vous donc, comme un bon et fidèle serviteur de Jésus-Christ, à porter courageusement la Croix de votre Maître, crucifié par amour pour vous.
Préparez-vous à souffrir mille adversités, mille traverses dans cette misérable vie; car voilà partout ce qui vous attend, ce que vous trouverez partout, en quelque lieu que vous vous cachiez.
Il faut qu'il en soit ainsi, et à cette foule de maux et de douleurs il n'y a d'autre remède que de vous supporter vous-même.
Buvez avec joie le calice du Sauveur, si son amour vous est cher et si vous désirez avoir part à sa gloire.
Laissez Dieu disposer de ses consolations; qu'il les répande comme il lui plaira.
Pour vous, choisissez les souffrances et regardez-les comme des consolations d'un grand prix, car toutes les souffrances du temps n'ont aucune proportion avec la gloire future, et ne sauraient vous la mériter, quand seul vous les supporteriez toutes.
Lorsque vous en serez venu à trouver la souffrance douce et à l'aimer pour Jésus-Christ, alors estimez-vous heureux, parce que vous avez trouvé le paradis sur la terre.
Mais, tandis que la souffrance vous sera amère et que vous la fuirez, vous vivrez dans le trouble, et la tribulation que vous fuirez vous suivra partout.
Si vous vous appliquez à être ce que vous devez être, à souffrir et à mourir, bientôt vos peines s'évanouiront et vous aurez la paix.
Quand vous auriez été ravi, avec Paul, jusqu'au troisième ciel, vous ne seriez pas pour cela assuré de ne rien souffrir. Je lui montrerai, dit Jésus, combien il faut qu'il souffre pour mon nom.
Il ne vous reste donc qu'à souffrir, si vous voulez aimer Jésus et le servir constamment.
Plût à Dieu que vous fussiez digne de souffrir quelque chose pour le nom de Jésus ! Quelle gloire vous serait réservée ! Quelle joie parmi tous les saints ! Quelle édification pour le prochain !
Car tous recommandent la patience, quoique peu cependant veuillent souffrir.
Avec quelle joie vous devriez souffrir quelque chose pour Jésus, lorsque tant d'autres souffrent beaucoup plus pour le monde !
Sachez et croyez fermement que votre vie doit être une mort continuelle, et que plus on meurt à soi-même, plus on commence à vivre pour Dieu.
Nul n'est propre à comprendre les choses du ciel, s'il ne se soumet à supporter les adversités pour Jésus-Christ.
Rien n'est plus agréable à Dieu, rien ne vous est plus salutaire en ce monde, que de souffrir avec joie pour Jésus-Christ; et si vous aviez à choisir, vous devriez plutôt souhaiter d'être affligé pour lui que d'être comblé de consolations, parce que vous seriez alors plus semblable à Jésus-Christ et plus conforme à tous les saints.
Car notre mérite et notre progrès dans la perfection ne consistent point dans la douceur et l'abondance des consolations, mais plutôt dans la force de supporter de grandes tribulations et de pesantes épreuves.
S'il y avait eu pour l'homme quelque chose de meilleur et de plus utile que de souffrir, Jésus-Christ nous l'aurait appris par ses paroles et par son exemple.
Or, manifestement, il exhorte à porter sa Croix, et les disciples qui le suivaient, et tous ceux qui voudraient le suivre, disant: Si quelqu'un veut marcher sur mes pas, qu'il renonce à soi-même, qu'il porte sa Croix, et qu'il me suive.
Après donc avoir tout lu, tout examiné, concluons enfin qu'il nous faut passer par beaucoup de tribulations pour entrer dans le royaume de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6689
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Sam 14 Aoû 2010, 00:49

Vincent01 a écrit:
Bonjour Théodéric je suis assez d'accord avec vous, cependant dans la Bible on peut voir que l'épreuve ne vient pas forcément toujours du démon.

Dans le livre de Job on peut aussi voir que Job étant un homme juste, reçoit de nombreuses et douloureuses épreuves, et à la fin du livre on peut voir que Dieu est supérieur à toute créature et qu'a travers les douloureuses épreuves de Job, il y a rabaissement à la fin du dernier orgueil qui lui restait. ( enfin je suppose à Arnaud de confirmer ou de réfuter ;) )

Dans le livre de Tobie on peut lire ceci à la fin du livre concernant l'ange de Dieu qui a aider.

Citation :
1 À la fin des noces, Tobit appela son fils Tobie, et lui dit "Mon enfant, pense à régler ce qui est dû à ton compagnon, tu dépasseras le prix convenu." 2 Il demanda : "Père, combien vais-je lui donner pour ses services? Même en lui laissant la moitié des biens qu'il a rapportés avec moi, je n'y perds pas. 3 Il me ramène sain et sauf, il a soigné ma femme, il rapporte avec moi l'argent, et enfin il t'a guéri! Combien lui donner encore pour cela?" 4 Tobit lui dit : "Il a bien mérité la moitié de ce qu'il a rapporté."
5 Tobie fit donc venir son compagnon, et lui dit : "Prends la moitié de ce que tu as ramené, pour prix de tes services, et va en paix." 6 Alors Raphaèl les prit tous les deux à l'écart, et il leur dit : "Bénissez Dieu, célébrez-le devant tous les vivants, pour le bien qu'il vous a fait. Bénissez et chantez son Nom. Faites connaître à tous les hommes les actions de Dieu comme elles le méritent, et ne vous lassez pas de le remercier. 7 Il convient de garder le secret du roi, tandis qu'il convient de révéler et de publier les œuvres de Dieu. Remerciez-le dignement. Faites ce qui est bien, et le malheur ne vous atteindra pas. 8 Mieux vaut la prière avec le jeûne, et l'aumône avec la justice, que la richesse avec l'iniquité. Mieux vaut pratiquer l'aumône, que thésauriser de l'or. 9 L'aumône sauve de la mort et elle purifie de tout péché. Ceux qui font l'aumône sont rassasiés de jours; 10 ceux qui font le péché et le mal se font du tort à eux-mêmes.

11 Je vais vous dire toute la vérité, sans rien vous cacher : je vous ai déjà enseigné qu'il convient de garder le secret du roi, tandis qu'il convient de révéler dignement les œuvres de Dieu. 12 Vous saurez donc que, lorsque vous étiez en prière, toi et Sarra, c'était moi qui présentais vos suppliques devant la Gloire du Seigneur et qui les lisais; et de même lorsque tu enterrais les morts. 13 Quand tu n'as pas hésité à te lever, et à quitter la table, pour aller ensevelir un mort, j'ai été envoyé pour éprouver ta foi, 14 et Dieu m'envoya en même temps pour te guérir, ainsi que ta belle-fille Sarra. 15 Je suis Raphaèl, un des sept Anges qui se tiennent toujours prêts à pénétrer auprès de la Gloire du Seigneur."

16 Ils furent remplis d'effroi tous les deux; ils se prosternèrent, et ils eurent grand-peur. 17 Mais il leur dit : "Ne craignez point, la paix soit avec vous. Bénissez Dieu à jamais. 18 Pour moi, quand j'étais avec vous, ce n'est pas à moi que vous deviez ma présence, mais à la volonté de Dieu : c'est lui qu'il faut bénir au long des jours, lui qu'il faut chanter. 19 Vous avez cru me voir manger, ce n'était qu'une apparence. 20 Alors, bénissez le Seigneur sur la terre, et rendez grâce à Dieu. Je vais remonter à Celui qui m'a envoyé. Écrivez tout ce qui est arrivé." . 21 Et il s'éleva. Quand ils se redressèrent, il n'était plus visible. 22 Ils louèrent Dieu par des hymnes; ils le remercièrent d'avoir opéré de telles merveilles : un ange de Dieu ne leur était-il pas apparu!

Bien sûr, j'ai surligné en gras le passage mais tout dans l'écrit et dans la Bible est important à la lecture. Thumright

Théodéric, Dieu donne beaucoup de grâces à beaucoup de monde, seulement je pense que la ou le libre arbitre fonctionne concerne ce dont l'être humain fait de la grâce donnée par Dieu. Autrement dit le choix est toujours la, et cela n'empêche pas à Dieu de donner beaucoup.



De même je voulais rajouter ceux ci :

Citation :
De la sainte voie de la Croix

Cette parole semble dure à plusieurs: Renoncez à vous-mêmes, prenez votre Croix, et suivez Jésus.
Mais il sera bien plus dur, au dernier jour, d'entendre cette parole: Retirez-vous de moi, maudits, allez au feu éternel !
Ceux qui écoutent maintenant volontiers la parole qui commande de porter la Croix, et qui y obéissent, ne craindront point alors d'entendre l'arrêt d'une éternelle condamnation.
Ce signe de la Croix sera dans le Ciel lorsque le Seigneur viendra pour juger.
Alors tous les disciples de la Croix, qui auront imité pendant leur vie Jésus crucifié, s'approcheront avec une grande confiance de Jésus-Christ juge.
Pourquoi donc craignez-vous de porter la Croix, par laquelle on arrive au royaume du ciel ?
Dans la Croix est le salut, dans la Croix la vie, dans la Croix la protection contre nos ennemis.
C'est de la Croix que découlent les suavités célestes.
Dans la Croix est la force de l'âme; dans la Croix la joie de l'esprit, la consommation de la vertu, la perfection de la sainteté.
Il n'y a de salut pour l'âme et d'espérance de vie éternelle, que dans la Croix.
Prenez donc votre Croix et suivez Jésus, et vous parviendrez à l'éternelle félicité.
Il vous a précédé portant sa Croix et il est mort pour vous sur la Croix afin que vous aussi vous portiez votre Croix, et que vous aspiriez à mourir sur la Croix.
Car si vous mourez avec lui, vous vivrez aussi avec lui; et si vous partagez ses souffrances, vous partagerez sa gloire.
Ainsi tout est dans la Croix, et tout consiste à mourir. Il n'est point d'autre voie qui conduise à la vie et à la véritable paix du coeur que la voie de la Croix et d'une mortification continuelle.
Allez où vous voudrez, cherchez tout ce que vous voudrez, vous ne trouverez pas au-dessus une voie plus élevée, au-dessous une voie plus sûre que la voie de la sainte Croix.
Disposez de tout selon vos vues, réglez tout selon vos désirs, et toujours vous trouverez qu'il vous faut souffrir quelque chose, que vous le vouliez ou non; et ainsi vous trouverez toujours la Croix.
Car, ou vous sentirez de la douleur dans le corps, ou vous éprouverez de l'amertume dans l'âme.
Tantôt vous serez délaissé de Dieu, tantôt exercé par le prochain, et, ce qui est plus encore, vous serez souvent à charge à vous-même.
Vous ne trouverez à vos peines aucun remède, aucun soulagement; mais il vous faudra souffrir aussi longtemps que Dieu le voudra.
Car Dieu veut que vous appreniez à souffrir sans consolations et que vous vous soumettiez à lui sans réserve, et que vous deveniez plus humble par la tribulation.
Nul n'a si avant dans son coeur la passion de Jésus-Christ que celui qui a souffert quelque chose de semblable.
La Croix est donc toujours préparée; elle vous attend partout.
Vous ne pouvez la fuir, quelque part que vous alliez; puisque partout où vous irez, vous vous porterez et vous trouverez toujours vous-même.
Elevez-vous, abaissez-vous, sortez de vous-même, rentrez-y; toujours vous trouverez la Croix; et il faut que partout vous preniez patience, si vous voulez la paix intérieure et mériter la couronne immortelle.
Si vous portez de bon coeur la Croix, elle-même vous portera et vous conduira au terme désiré, où vous cesserez de souffrir; mais ce ne sera pas en ce monde.
Si vous la portez à regret, vous en augmentez le poids, vous rendez votre fardeau plus dur, et cependant il vous faut la porter.
Si vous rejetez une Croix, vous en trouverez certainement une autre, et peut-être plus pesante.
Croyez-vous échapper à ce que nul homme n'a pu éviter ? Quel saint a été dans ce monde sans croix et sans tribulation ?
Jésus-Christ lui-même, Notre-Seigneur, n'a pas été une seule heure dans toute sa vie sans éprouver quelque souffrance: Il fallait, dit-il, que le Christ souffrît, et qu'il ressuscitât d'entre les morts, et qu'il entrât ainsi dans sa gloire.
Comment donc cherchez-vous une autre voie que la voie royale de la sainte Croix ?
Toute la vie de Jésus-Christ n'a été qu'une croix et un long martyre, et vous cherchez le repos et la joie !
Vous vous trompez, n'en doutez pas; vous vous trompez lamentablement si vous cherchez autre chose que les afflictions à souffrir; car toute cette vie mortelle est pleine de misères et environnée de croix.
Et plus un homme aura fait de progrès dans les voies spirituelles, plus ses croix souvent seront pesantes, parce que l'amour lui rend son exil plus douloureux.
Cependant celui que Dieu éprouve par tant de peines n'est pas sans consolations qui les adoucissent, parce qu'il sent s'accroître les fruits de sa patience à porter sa Croix.
Car, lorsqu'il s'incline volontairement sous elle, l'affliction qui l'accablait se change toute entière en une douce confiance qui le console.
Et plus la chair est affligée, brisée, plus l'esprit est fortifié intérieurement par la grâce.
Quelquefois même le désir de souffrir pour être conforme à Jésus crucifié lui inspire tant de force, qu'il ne voudrait pas être exempt de tribulations et de douleur, parce qu'il se croit d'autant plus agréable à Dieu, qu'il souffre pour lui davantage.
Ce n'est point là la vertu de l'homme, mais la grâce de Jésus-Christ, qui opère puissamment dans une chair infirme, que tout ce qu'elle abhorre et fuit naturellement, elle l'embrasse et l'aime par la ferveur de l'esprit.
Il n'est pas selon l'homme de porter la Croix, d'aimer la Croix, de châtier le corps, de le réduire en servitude, de fuir les honneurs, de souffrir volontiers les outrages, de se mépriser soi-même et de souhaiter d'être méprisé, de supporter les afflictions et les pertes, et de ne désirer aucune prospérité dans ce monde.
Si vous ne regardez que vous, vous ne pouvez rien de tout cela.
Mais si vous vous confiez dans le Seigneur, la force vous sera donnée d'en haut et vous aurez pouvoir sur la chair et le monde.
Vous ne craindrez pas même le démon, votre ennemi, si vous êtes armé de la foi et marqué de la Croix de Jésus-Christ.
Disposez-vous donc, comme un bon et fidèle serviteur de Jésus-Christ, à porter courageusement la Croix de votre Maître, crucifié par amour pour vous.
Préparez-vous à souffrir mille adversités, mille traverses dans cette misérable vie; car voilà partout ce qui vous attend, ce que vous trouverez partout, en quelque lieu que vous vous cachiez.
Il faut qu'il en soit ainsi, et à cette foule de maux et de douleurs il n'y a d'autre remède que de vous supporter vous-même.
Buvez avec joie le calice du Sauveur, si son amour vous est cher et si vous désirez avoir part à sa gloire.
Laissez Dieu disposer de ses consolations; qu'il les répande comme il lui plaira.
Pour vous, choisissez les souffrances et regardez-les comme des consolations d'un grand prix, car toutes les souffrances du temps n'ont aucune proportion avec la gloire future, et ne sauraient vous la mériter, quand seul vous les supporteriez toutes.
Lorsque vous en serez venu à trouver la souffrance douce et à l'aimer pour Jésus-Christ, alors estimez-vous heureux, parce que vous avez trouvé le paradis sur la terre.
Mais, tandis que la souffrance vous sera amère et que vous la fuirez, vous vivrez dans le trouble, et la tribulation que vous fuirez vous suivra partout.
Si vous vous appliquez à être ce que vous devez être, à souffrir et à mourir, bientôt vos peines s'évanouiront et vous aurez la paix.
Quand vous auriez été ravi, avec Paul, jusqu'au troisième ciel, vous ne seriez pas pour cela assuré de ne rien souffrir. Je lui montrerai, dit Jésus, combien il faut qu'il souffre pour mon nom.
Il ne vous reste donc qu'à souffrir, si vous voulez aimer Jésus et le servir constamment.
Plût à Dieu que vous fussiez digne de souffrir quelque chose pour le nom de Jésus ! Quelle gloire vous serait réservée ! Quelle joie parmi tous les saints ! Quelle édification pour le prochain !
Car tous recommandent la patience, quoique peu cependant veuillent souffrir.
Avec quelle joie vous devriez souffrir quelque chose pour Jésus, lorsque tant d'autres souffrent beaucoup plus pour le monde !
Sachez et croyez fermement que votre vie doit être une mort continuelle, et que plus on meurt à soi-même, plus on commence à vivre pour Dieu.
Nul n'est propre à comprendre les choses du ciel, s'il ne se soumet à supporter les adversités pour Jésus-Christ.
Rien n'est plus agréable à Dieu, rien ne vous est plus salutaire en ce monde, que de souffrir avec joie pour Jésus-Christ; et si vous aviez à choisir, vous devriez plutôt souhaiter d'être affligé pour lui que d'être comblé de consolations, parce que vous seriez alors plus semblable à Jésus-Christ et plus conforme à tous les saints.
Car notre mérite et notre progrès dans la perfection ne consistent point dans la douceur et l'abondance des consolations, mais plutôt dans la force de supporter de grandes tribulations et de pesantes épreuves.
S'il y avait eu pour l'homme quelque chose de meilleur et de plus utile que de souffrir, Jésus-Christ nous l'aurait appris par ses paroles et par son exemple.
Or, manifestement, il exhorte à porter sa Croix, et les disciples qui le suivaient, et tous ceux qui voudraient le suivre, disant: Si quelqu'un veut marcher sur mes pas, qu'il renonce à soi-même, qu'il porte sa Croix, et qu'il me suive.
Après donc avoir tout lu, tout examiné, concluons enfin qu'il nous faut passer par beaucoup de tribulations pour entrer dans le royaume de Dieu.

Bonjour Vincent01

je crois que l'on est d'accord ,

Le Segneur ne met pas a l'épreuve , ce qui nous met dans ce que nous nommons épreuve c'est de Vivre la Sainteté (ou au moins en avoir le désir) ,

la Sainteté étant le propre de Dieu (Père qui nous Uni Unifie a Lui) nous commençons alors a souffrir d'Amour et aussi a Vivre la participation a la rédemption, vu que dans Le père il y a le Fils nous partageons par l'Unité de l'Esprit ce que jésus nous a fait connaître de LUi en Vivant au prix que l'on sait ( en fait Jésus n'a rendu que Visible et surtout du Sens a ce que Dieu Amour Est a chaque instant a cause du péché) .

alors d'accord des personnes comme job ou Tobie ont souffert , mais ils étaient lucidement croyants et était prés a souffrir et périr pour être fidèle !
même si Jésus n'avait pas été révélé a leur époque, c'est déjà LUI qu'il vivaient sans le savoir (la loi bien comprise et vécu permet d'approcher le Christ sans le savoir, c'est ce que Jésus laisse entendre quand IL dit " Abraham a vu mon jour" Abraham n'avait pas la loi Mosaïque mais il en avait l'intelligence du cœur )

ce que je déplore souvent c'est que l'on voudrait expliquer la misère du monde individuelle comme venant de Notre Père Divin ou du Christ qui met a l'épreuve des personnes qui sont totalement éloignées et indifférentes a Dieu (au moins a Jésus-Christ !
et alors on explique qu'ainsi Dieu approche les gens en les mettant dans des situations o^ils sont forcé par les évènements désespérant a rechercher la Vérité et se tourner vers Dieu, là "NON" car alors c'est de la manipulation de la part de Notre Père et seigneur ce que Jésus n'a jamais fait ni laissé entendre !

De plus Jésus dit " c'ets l'Amour que Je souhaite (Veux) et non pas le sacrifice par obligation ( devoir)" et si dieu contraint les hommes a se soumettre Il produit par la force des évènements le comportement inverse ; les gens aime dieu par désespoir de cause !!

une t-elle attitude est digne d'un despote pas de Notre Père Divin !!

je sais bien on dit " Il est tout puissant donc s'IL laisse arrivé cela c'est parce qu'IL Le Veut !"
Hé bien NON , IL ne le laisse pas arrivé , puisqu'IL a envoyé Jésus nous le dire et Même Périr pour nous sortir de ce piège de cette conception inverse a QUI IL EST !

c'est a nous d'entrer en Dieu se laisser Advenir en LUI La Sanctification c'est cela , accepter d'Être Unis a Dieu participant a LUI donc Vivre l'Amour Divin et de souffrir d'Amour et par Amour avec LUI ! là OUI LA CROIX Est Inévitable et Bien Heureuse vu qu'elle n'est plus la destruction et la mort , mais La Vie reçu et rependue, être Chrétien sans Croix, c'est comme être chanteur sans Voix !

Saint François de Sales dit " la Croix n'est croix que du moment où on la refuse !"

il n'y a pas d'épreuve comme t-elle pour nous tester, il y simplement les pas en avant quand on grandi et la découverte de La Vie qui dés qu'elle Est avec Jésus et Son Esprit devient Vie de Sanctification et de Rédemption , puisque c'Est Christ qui dés lors Vie en nous !!

le mot épreuve , comme test est une erreur et surtout vu comme envoyé par Le Père cela contredit l'enseignement des Apôtres !!

un enfant qui grandit on ne le test pas il grandit et vit , découvre et il peut croire qu'on le test, mais c'est de lui que vient cet idée.

on est pas testé, simplement par la simple Vie on valide ou pas notre Union au Christ, les événements de chaque jour suffisent pour que l'on se donne si l'on veut aimer , ensuite la méchanceté destructrice elle est là et peut surgir a tout moment et là aussi il faut rester avec Jésus et bien se dire " c'est peut être ta dernière heure ici, alors qu'elle rende vraiment Gloire a Celui qui EST en toi car bientôt tu peux le voir face a face !!"

c'est pas un test c'est la Vie en ce monde de ténèbres et de son prince déchu

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Sam 14 Aoû 2010, 02:14

Théodéric a écrit:
Vincent01 a écrit:
Bonjour Théodéric je suis assez d'accord avec vous, cependant dans la Bible on peut voir que l'épreuve ne vient pas forcément toujours du démon.

Dans le livre de Job on peut aussi voir que Job étant un homme juste, reçoit de nombreuses et douloureuses épreuves, et à la fin du livre on peut voir que Dieu est supérieur à toute créature et qu'a travers les douloureuses épreuves de Job, il y a rabaissement à la fin du dernier orgueil qui lui restait. ( enfin je suppose à Arnaud de confirmer ou de réfuter ;) )

Dans le livre de Tobie on peut lire ceci à la fin du livre concernant l'ange de Dieu qui a aider.

Citation :
1 À la fin des noces, Tobit appela son fils Tobie, et lui dit "Mon enfant, pense à régler ce qui est dû à ton compagnon, tu dépasseras le prix convenu." 2 Il demanda : "Père, combien vais-je lui donner pour ses services? Même en lui laissant la moitié des biens qu'il a rapportés avec moi, je n'y perds pas. 3 Il me ramène sain et sauf, il a soigné ma femme, il rapporte avec moi l'argent, et enfin il t'a guéri! Combien lui donner encore pour cela?" 4 Tobit lui dit : "Il a bien mérité la moitié de ce qu'il a rapporté."
5 Tobie fit donc venir son compagnon, et lui dit : "Prends la moitié de ce que tu as ramené, pour prix de tes services, et va en paix." 6 Alors Raphaèl les prit tous les deux à l'écart, et il leur dit : "Bénissez Dieu, célébrez-le devant tous les vivants, pour le bien qu'il vous a fait. Bénissez et chantez son Nom. Faites connaître à tous les hommes les actions de Dieu comme elles le méritent, et ne vous lassez pas de le remercier. 7 Il convient de garder le secret du roi, tandis qu'il convient de révéler et de publier les œuvres de Dieu. Remerciez-le dignement. Faites ce qui est bien, et le malheur ne vous atteindra pas. 8 Mieux vaut la prière avec le jeûne, et l'aumône avec la justice, que la richesse avec l'iniquité. Mieux vaut pratiquer l'aumône, que thésauriser de l'or. 9 L'aumône sauve de la mort et elle purifie de tout péché. Ceux qui font l'aumône sont rassasiés de jours; 10 ceux qui font le péché et le mal se font du tort à eux-mêmes.

11 Je vais vous dire toute la vérité, sans rien vous cacher : je vous ai déjà enseigné qu'il convient de garder le secret du roi, tandis qu'il convient de révéler dignement les œuvres de Dieu. 12 Vous saurez donc que, lorsque vous étiez en prière, toi et Sarra, c'était moi qui présentais vos suppliques devant la Gloire du Seigneur et qui les lisais; et de même lorsque tu enterrais les morts. 13 Quand tu n'as pas hésité à te lever, et à quitter la table, pour aller ensevelir un mort, j'ai été envoyé pour éprouver ta foi, 14 et Dieu m'envoya en même temps pour te guérir, ainsi que ta belle-fille Sarra. 15 Je suis Raphaèl, un des sept Anges qui se tiennent toujours prêts à pénétrer auprès de la Gloire du Seigneur."

16 Ils furent remplis d'effroi tous les deux; ils se prosternèrent, et ils eurent grand-peur. 17 Mais il leur dit : "Ne craignez point, la paix soit avec vous. Bénissez Dieu à jamais. 18 Pour moi, quand j'étais avec vous, ce n'est pas à moi que vous deviez ma présence, mais à la volonté de Dieu : c'est lui qu'il faut bénir au long des jours, lui qu'il faut chanter. 19 Vous avez cru me voir manger, ce n'était qu'une apparence. 20 Alors, bénissez le Seigneur sur la terre, et rendez grâce à Dieu. Je vais remonter à Celui qui m'a envoyé. Écrivez tout ce qui est arrivé." . 21 Et il s'éleva. Quand ils se redressèrent, il n'était plus visible. 22 Ils louèrent Dieu par des hymnes; ils le remercièrent d'avoir opéré de telles merveilles : un ange de Dieu ne leur était-il pas apparu!

Bien sûr, j'ai surligné en gras le passage mais tout dans l'écrit et dans la Bible est important à la lecture. Thumright

Théodéric, Dieu donne beaucoup de grâces à beaucoup de monde, seulement je pense que la ou le libre arbitre fonctionne concerne ce dont l'être humain fait de la grâce donnée par Dieu. Autrement dit le choix est toujours la, et cela n'empêche pas à Dieu de donner beaucoup.



De même je voulais rajouter ceux ci :

Citation :
De la sainte voie de la Croix

Cette parole semble dure à plusieurs: Renoncez à vous-mêmes, prenez votre Croix, et suivez Jésus.
Mais il sera bien plus dur, au dernier jour, d'entendre cette parole: Retirez-vous de moi, maudits, allez au feu éternel !
Ceux qui écoutent maintenant volontiers la parole qui commande de porter la Croix, et qui y obéissent, ne craindront point alors d'entendre l'arrêt d'une éternelle condamnation.
Ce signe de la Croix sera dans le Ciel lorsque le Seigneur viendra pour juger.
Alors tous les disciples de la Croix, qui auront imité pendant leur vie Jésus crucifié, s'approcheront avec une grande confiance de Jésus-Christ juge.
Pourquoi donc craignez-vous de porter la Croix, par laquelle on arrive au royaume du ciel ?
Dans la Croix est le salut, dans la Croix la vie, dans la Croix la protection contre nos ennemis.
C'est de la Croix que découlent les suavités célestes.
Dans la Croix est la force de l'âme; dans la Croix la joie de l'esprit, la consommation de la vertu, la perfection de la sainteté.
Il n'y a de salut pour l'âme et d'espérance de vie éternelle, que dans la Croix.
Prenez donc votre Croix et suivez Jésus, et vous parviendrez à l'éternelle félicité.
Il vous a précédé portant sa Croix et il est mort pour vous sur la Croix afin que vous aussi vous portiez votre Croix, et que vous aspiriez à mourir sur la Croix.
Car si vous mourez avec lui, vous vivrez aussi avec lui; et si vous partagez ses souffrances, vous partagerez sa gloire.
Ainsi tout est dans la Croix, et tout consiste à mourir. Il n'est point d'autre voie qui conduise à la vie et à la véritable paix du coeur que la voie de la Croix et d'une mortification continuelle.
Allez où vous voudrez, cherchez tout ce que vous voudrez, vous ne trouverez pas au-dessus une voie plus élevée, au-dessous une voie plus sûre que la voie de la sainte Croix.
Disposez de tout selon vos vues, réglez tout selon vos désirs, et toujours vous trouverez qu'il vous faut souffrir quelque chose, que vous le vouliez ou non; et ainsi vous trouverez toujours la Croix.
Car, ou vous sentirez de la douleur dans le corps, ou vous éprouverez de l'amertume dans l'âme.
Tantôt vous serez délaissé de Dieu, tantôt exercé par le prochain, et, ce qui est plus encore, vous serez souvent à charge à vous-même.
Vous ne trouverez à vos peines aucun remède, aucun soulagement; mais il vous faudra souffrir aussi longtemps que Dieu le voudra.
Car Dieu veut que vous appreniez à souffrir sans consolations et que vous vous soumettiez à lui sans réserve, et que vous deveniez plus humble par la tribulation.
Nul n'a si avant dans son coeur la passion de Jésus-Christ que celui qui a souffert quelque chose de semblable.
La Croix est donc toujours préparée; elle vous attend partout.
Vous ne pouvez la fuir, quelque part que vous alliez; puisque partout où vous irez, vous vous porterez et vous trouverez toujours vous-même.
Elevez-vous, abaissez-vous, sortez de vous-même, rentrez-y; toujours vous trouverez la Croix; et il faut que partout vous preniez patience, si vous voulez la paix intérieure et mériter la couronne immortelle.
Si vous portez de bon coeur la Croix, elle-même vous portera et vous conduira au terme désiré, où vous cesserez de souffrir; mais ce ne sera pas en ce monde.
Si vous la portez à regret, vous en augmentez le poids, vous rendez votre fardeau plus dur, et cependant il vous faut la porter.
Si vous rejetez une Croix, vous en trouverez certainement une autre, et peut-être plus pesante.
Croyez-vous échapper à ce que nul homme n'a pu éviter ? Quel saint a été dans ce monde sans croix et sans tribulation ?
Jésus-Christ lui-même, Notre-Seigneur, n'a pas été une seule heure dans toute sa vie sans éprouver quelque souffrance: Il fallait, dit-il, que le Christ souffrît, et qu'il ressuscitât d'entre les morts, et qu'il entrât ainsi dans sa gloire.
Comment donc cherchez-vous une autre voie que la voie royale de la sainte Croix ?
Toute la vie de Jésus-Christ n'a été qu'une croix et un long martyre, et vous cherchez le repos et la joie !
Vous vous trompez, n'en doutez pas; vous vous trompez lamentablement si vous cherchez autre chose que les afflictions à souffrir; car toute cette vie mortelle est pleine de misères et environnée de croix.
Et plus un homme aura fait de progrès dans les voies spirituelles, plus ses croix souvent seront pesantes, parce que l'amour lui rend son exil plus douloureux.
Cependant celui que Dieu éprouve par tant de peines n'est pas sans consolations qui les adoucissent, parce qu'il sent s'accroître les fruits de sa patience à porter sa Croix.
Car, lorsqu'il s'incline volontairement sous elle, l'affliction qui l'accablait se change toute entière en une douce confiance qui le console.
Et plus la chair est affligée, brisée, plus l'esprit est fortifié intérieurement par la grâce.
Quelquefois même le désir de souffrir pour être conforme à Jésus crucifié lui inspire tant de force, qu'il ne voudrait pas être exempt de tribulations et de douleur, parce qu'il se croit d'autant plus agréable à Dieu, qu'il souffre pour lui davantage.
Ce n'est point là la vertu de l'homme, mais la grâce de Jésus-Christ, qui opère puissamment dans une chair infirme, que tout ce qu'elle abhorre et fuit naturellement, elle l'embrasse et l'aime par la ferveur de l'esprit.
Il n'est pas selon l'homme de porter la Croix, d'aimer la Croix, de châtier le corps, de le réduire en servitude, de fuir les honneurs, de souffrir volontiers les outrages, de se mépriser soi-même et de souhaiter d'être méprisé, de supporter les afflictions et les pertes, et de ne désirer aucune prospérité dans ce monde.
Si vous ne regardez que vous, vous ne pouvez rien de tout cela.
Mais si vous vous confiez dans le Seigneur, la force vous sera donnée d'en haut et vous aurez pouvoir sur la chair et le monde.
Vous ne craindrez pas même le démon, votre ennemi, si vous êtes armé de la foi et marqué de la Croix de Jésus-Christ.
Disposez-vous donc, comme un bon et fidèle serviteur de Jésus-Christ, à porter courageusement la Croix de votre Maître, crucifié par amour pour vous.
Préparez-vous à souffrir mille adversités, mille traverses dans cette misérable vie; car voilà partout ce qui vous attend, ce que vous trouverez partout, en quelque lieu que vous vous cachiez.
Il faut qu'il en soit ainsi, et à cette foule de maux et de douleurs il n'y a d'autre remède que de vous supporter vous-même.
Buvez avec joie le calice du Sauveur, si son amour vous est cher et si vous désirez avoir part à sa gloire.
Laissez Dieu disposer de ses consolations; qu'il les répande comme il lui plaira.
Pour vous, choisissez les souffrances et regardez-les comme des consolations d'un grand prix, car toutes les souffrances du temps n'ont aucune proportion avec la gloire future, et ne sauraient vous la mériter, quand seul vous les supporteriez toutes.
Lorsque vous en serez venu à trouver la souffrance douce et à l'aimer pour Jésus-Christ, alors estimez-vous heureux, parce que vous avez trouvé le paradis sur la terre.
Mais, tandis que la souffrance vous sera amère et que vous la fuirez, vous vivrez dans le trouble, et la tribulation que vous fuirez vous suivra partout.
Si vous vous appliquez à être ce que vous devez être, à souffrir et à mourir, bientôt vos peines s'évanouiront et vous aurez la paix.
Quand vous auriez été ravi, avec Paul, jusqu'au troisième ciel, vous ne seriez pas pour cela assuré de ne rien souffrir. Je lui montrerai, dit Jésus, combien il faut qu'il souffre pour mon nom.
Il ne vous reste donc qu'à souffrir, si vous voulez aimer Jésus et le servir constamment.
Plût à Dieu que vous fussiez digne de souffrir quelque chose pour le nom de Jésus ! Quelle gloire vous serait réservée ! Quelle joie parmi tous les saints ! Quelle édification pour le prochain !
Car tous recommandent la patience, quoique peu cependant veuillent souffrir.
Avec quelle joie vous devriez souffrir quelque chose pour Jésus, lorsque tant d'autres souffrent beaucoup plus pour le monde !
Sachez et croyez fermement que votre vie doit être une mort continuelle, et que plus on meurt à soi-même, plus on commence à vivre pour Dieu.
Nul n'est propre à comprendre les choses du ciel, s'il ne se soumet à supporter les adversités pour Jésus-Christ.
Rien n'est plus agréable à Dieu, rien ne vous est plus salutaire en ce monde, que de souffrir avec joie pour Jésus-Christ; et si vous aviez à choisir, vous devriez plutôt souhaiter d'être affligé pour lui que d'être comblé de consolations, parce que vous seriez alors plus semblable à Jésus-Christ et plus conforme à tous les saints.
Car notre mérite et notre progrès dans la perfection ne consistent point dans la douceur et l'abondance des consolations, mais plutôt dans la force de supporter de grandes tribulations et de pesantes épreuves.
S'il y avait eu pour l'homme quelque chose de meilleur et de plus utile que de souffrir, Jésus-Christ nous l'aurait appris par ses paroles et par son exemple.
Or, manifestement, il exhorte à porter sa Croix, et les disciples qui le suivaient, et tous ceux qui voudraient le suivre, disant: Si quelqu'un veut marcher sur mes pas, qu'il renonce à soi-même, qu'il porte sa Croix, et qu'il me suive.
Après donc avoir tout lu, tout examiné, concluons enfin qu'il nous faut passer par beaucoup de tribulations pour entrer dans le royaume de Dieu.

Bonjour Vincent01

je crois que l'on est d'accord ,

Le Segneur ne met pas a l'épreuve , ce qui nous met dans ce que nous nommons épreuve c'est de Vivre la Sainteté (ou au moins en avoir le désir) ,

la Sainteté étant le propre de Dieu (Père qui nous Uni Unifie a Lui) nous commençons alors a souffrir d'Amour et aussi a Vivre la participation a la rédemption, vu que dans Le père il y a le Fils nous partageons par l'Unité de l'Esprit ce que jésus nous a fait connaître de LUi en Vivant au prix que l'on sait ( en fait Jésus n'a rendu que Visible et surtout du Sens a ce que Dieu Amour Est a chaque instant a cause du péché) .

alors d'accord des personnes comme job ou Tobie ont souffert , mais ils étaient lucidement croyants et était prés a souffrir et périr pour être fidèle !
même si Jésus n'avait pas été révélé a leur époque, c'est déjà LUI qu'il vivaient sans le savoir (la loi bien comprise et vécu permet d'approcher le Christ sans le savoir, c'est ce que Jésus laisse entendre quand IL dit " Abraham a vu mon jour" Abraham n'avait pas la loi Mosaïque mais il en avait l'intelligence du cœur )

ce que je déplore souvent c'est que l'on voudrait expliquer la misère du monde individuelle comme venant de Notre Père Divin ou du Christ qui met a l'épreuve des personnes qui sont totalement éloignées et indifférentes a Dieu (au moins a Jésus-Christ !
et alors on explique qu'ainsi Dieu approche les gens en les mettant dans des situations o^ils sont forcé par les évènements désespérant a rechercher la Vérité et se tourner vers Dieu, là "NON" car alors c'est de la manipulation de la part de Notre Père et seigneur ce que Jésus n'a jamais fait ni laissé entendre !

De plus Jésus dit " c'ets l'Amour que Je souhaite (Veux) et non pas le sacrifice par obligation ( devoir)" et si dieu contraint les hommes a se soumettre Il produit par la force des évènements le comportement inverse ; les gens aime dieu par désespoir de cause !!

une t-elle attitude est digne d'un despote pas de Notre Père Divin !!

je sais bien on dit " Il est tout puissant donc s'IL laisse arrivé cela c'est parce qu'IL Le Veut !"
Hé bien NON , IL ne le laisse pas arrivé , puisqu'IL a envoyé Jésus nous le dire et Même Périr pour nous sortir de ce piège de cette conception inverse a QUI IL EST !

c'est a nous d'entrer en Dieu se laisser Advenir en LUI La Sanctification c'est cela , accepter d'Être Unis a Dieu participant a LUI donc Vivre l'Amour Divin et de souffrir d'Amour et par Amour avec LUI ! là OUI LA CROIX Est Inévitable et Bien Heureuse vu qu'elle n'est plus la destruction et la mort , mais La Vie reçu et rependue, être Chrétien sans Croix, c'est comme être chanteur sans Voix !

Saint François de Sales dit " la Croix n'est croix que du moment où on la refuse !"

il n'y a pas d'épreuve comme t-elle pour nous tester, il y simplement les pas en avant quand on grandi et la découverte de La Vie qui dés qu'elle Est avec Jésus et Son Esprit devient Vie de Sanctification et de Rédemption , puisque c'Est Christ qui dés lors Vie en nous !!

le mot épreuve , comme test est une erreur et surtout vu comme envoyé par Le Père cela contredit l'enseignement des Apôtres !!

un enfant qui grandit on ne le test pas il grandit et vit , découvre et il peut croire qu'on le test, mais c'est de lui que vient cet idée.

on est pas testé, simplement par la simple Vie on valide ou pas notre Union au Christ, les événements de chaque jour suffisent pour que l'on se donne si l'on veut aimer , ensuite la méchanceté destructrice elle est là et peut surgir a tout moment et là aussi il faut rester avec Jésus et bien se dire " c'est peut être ta dernière heure ici, alors qu'elle rende vraiment Gloire a Celui qui EST en toi car bientôt tu peux le voir face a face !!"

c'est pas un test c'est la Vie en ce monde de ténèbres et de son prince déchu



Salut Théodéric !

Parfois Dieu peut faire des test pour nous fortifier dans la foi,non?Par exemple Abraham qui était prêt à sacrifier son fils Isaac sur la demande de Dieu.
C'est une sacrée épreuve non?

Revenir en haut Aller en bas
cruchoix



Messages : 863
Inscription : 25/12/2007

MessageSujet: Re: Dieu, le Chrétien, et l'épreuve   Dim 15 Aoû 2010, 10:15


Merci Théo, vraiment une belle citation que celle de saint François de Salles. "la Croix n'est croix que du moment où on la refuse".

Je dois avouer que j'ai rencontré des chrétiens dans mon existence.
En revanche, je ne sais pas si j'ai rencontré des christiannisés.

Les chrétiens ont un défaut qui m'agace très vivement, la fausse crainte.
A peine en effet rencontre t'il un cowboy sur la route, qu'ils sortent l'eau bénite, s'écartent de 10 pas, montent à l'étage, s'enfuient à tout va.
Ils ont la fausse crainte de tomber, de devenir cowboy à leur tour, de tomber dans l'erreur, la damnation; bref de devenir pécheur, de s'opposer à leur maître, Dieu.
C'est très mignon à voir, c'est un peu comme le sourire d'un nourisson.
Car en vérité les chrétiens ne savent pas que la peur n'évitent pas le danger; que le jour viendra où de "courageux" chrétiens qu'ils sont ils s'enfuiront à toute jambe, ce retourneront contre leur Seigneur, renieront son nom, tous sans exception.
C'est à ce moment là précisemment qu'ils seront mûrs.
Revenir en haut Aller en bas
 
Dieu, le Chrétien, et l'épreuve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dieu, le Chrétien, et l'épreuve
» Pourquoi les chrétien ne prient pas comme Jésus ?
» Abraham n'était ni juif ni chrétien mais soumis à Allah (musulman)
» Comment peut-on être chrétien sans croire à Dieu le Christ ?
» Un chrétien peut-il calomnier Dieu ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: