DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Portrait de Benoît XVI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Sam 31 Oct 2009, 17:13

Sur ce que dit Cébé ! Ils ne savent pas lire le français !

On a eu depuis 15 jour la liste de toute une série d'hérésie à leur sauce.

Le pape a parlé du Dieu de Jésus Christ ! Horreur !

Évidement nos intégristes, qui connaissent très mal l'Ecriture, sont allé trouver une autre hérésie dès qu'on leur a cité les textes où saint Paul dit la même chose !

Ensuite, ils ont trouvé un texte où Benoît XVI aurait dit que l'adoration eucharistique était du vent. Re changement de sujet lorsqu'on leur envoie les pages, su le site du Vatican, où le pape décide une forte campagne pour réinstaurer partout l'adoration du saint sacrement.

Bref, nos schismatiques cherchent l'hérésie afin de justifier leur schisme ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Sam 31 Oct 2009, 17:17

Arnaud Dumouch a écrit:
Sur ce que dit Cébé ! Ils ne savent pas lire le français !

On a eu depuis 15 jour la liste de toute une série d'hérésie à leur sauce.

Le pape a parlé du Dieu de Jésus Christ ! Horreur !

Évidement nos intégristes, qui connaissent très mal l'Ecriture, sont allé trouver une autre hérésie dès qu'on leur a cité les textes où saint Paul dit la même chose !

Ensuite, ils ont trouvé un texte où Benoît XVI aurait dit que l'adoration eucharistique était du vent. Re changement de sujet lorsqu'on leur envoie les pages, su le site du Vatican, où le pape décide une forte campagne pour réinstaurer partout l'adoration du saint sacrement.

Bref, nos schismatiques cherchent l'hérésie afin de justifier leur schisme ! Laughing

salut sunny
Revenir en haut Aller en bas
cébé



Messages : 2334
Inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Sam 31 Oct 2009, 17:46

Alors soyons patients !





me dis-je in petto et ipse a me
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Sam 31 Oct 2009, 21:47

Arnaud Dumouch a écrit:
Sur ce que dit Cébé ! Ils ne savent pas lire le français !

On a eu depuis 15 jour la liste de toute une série d'hérésie à leur sauce.

Le pape a parlé du Dieu de Jésus Christ ! Horreur !

Évidement nos intégristes, qui connaissent très mal l'Ecriture, sont allé trouver une autre hérésie dès qu'on leur a cité les textes où saint Paul dit la même chose !

Ensuite, ils ont trouvé un texte où Benoît XVI aurait dit que l'adoration eucharistique était du vent. Re changement de sujet lorsqu'on leur envoie les pages, su le site du Vatican, où le pape décide une forte campagne pour réinstaurer partout l'adoration du saint sacrement.

Bref, nos schismatiques cherchent l'hérésie afin de justifier leur schisme ! Laughing

Quand on constate qu'on se contredit, le temps est venu d'un examen pour voir si ce qu'on professe tient toujours la route. 8)
Revenir en haut Aller en bas
PARADISO



Féminin Messages : 106
Inscription : 20/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Sam 31 Oct 2009, 23:40

Arnaud Dumouch a écrit:
Jeb a écrit:



Vous lisez St Paul parfois ? Oui... Alors lisez quand même ce qui suit :
"Romains 15:6 afin que tous ensemble, d’une seule bouche, vous glorifiiez le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ."
"Ephésiens 1:17 afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance"

Et je vous fait grâce des nombreux autres versets qui contiennent cette expression :
"le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ"


Merci Jeb, je cherchais ces versets.

Vous venez d'assommer Paradisio.

Mais vous allez voir : il ne parlera plus de ce sujet. Il va trouver une autre objection. C'est le propre du mécanisme de celui qui est en état de schisme, hélas.

Citation :
Premièrement le lien vers le texte de JR

ZF08052310 - 23-05-2008
Permalink: http://www.zenit.org/article-18044?l=french

Dans l’Eucharistie, la « force de la révolution chrétienne », déclare Benoît XVI


Solennité du « Corpus Domini », ou Fête Dieu




ROME, Vendredi 23 mai 2008 (ZENIT.org) - Dans l'Eucharistie se trouve la « force de la révolution chrétienne », la « plus profonde de l'histoire humaine », qui donne à l'homme une « vraie liberté », déclare Benoît XVI.

Le pape a présidé jeudi soir en la basilique Saint-Jean du Latran la messe de la solennité du Saint-Sacrement ou « Fête Dieu », qui se fête dans beaucoup de pays (dont l'Italie et la France) dimanche prochain. Il a ensuite présidé la traditionnelle procession eucharistique jusqu'à Sainte-Marie Majeure (cf. Zenit du 13 mai 2008).

Benoît XVI a expliqué la force de l'Eucharistie à partir des trois attitudes suggérées par la célébration : se rassembler, pour l'Eucharistie, marcher, dans la procession, adorer, avant la bénédiction finale.

Le rassemblement dans le Christ

Le pape a souligné la dimension « publique » et non « ésotérique » de l'eucharistie : « L'Eucharistie, a-t-il dit, ne peut jamais être un simple fait privé, réservé à des personnes qui se sont choisies par affinité ou amitié. L'Eucharistie est un culte public, qui n'a rien d'ésotérique ou d'exclusif. Ici aussi ce soir, ce n'est pas nous qui avons choisi de nous rencontrer, nous sommes venus et nous nous retrouvons les uns à côté des autres, avec une foi commune, appelés à devenir un unique corps en partageant l'unique Pain qui est le Christ. Nous sommes unis au-delà de nos différences de nationalités, de profession, de milieu social, d'idées politiques : nous nous ouvrons les uns aux autres pour devenir une seule chose à partir de Lui ».

Le pape a donc recommandé aux catholiques que les « tentations récurrentes de particularisme, même de bonne foi, n'aillent pas en sens inverse ».

En revanche, il les a invités à marcher avec le Seigneur qui, disait-il, « nous libère de nos paralysies, nous fait nous relever » pour avancer.

Le Christ marche avec les chrétiens

« L'Eucharistie, expliquait Benoît XVI, est le Sacrement du Dieu qui ne nous laisse pas seuls sur le chemin, mais se place à nos côtés, et nous indique la direction. En effet, il ne suffit pas d'avancer, il faut voir ce vers quoi l'on va ! Le « progrès » ne suffit pas, sans critères de référence. Et si l'on court en dehors du chemin, on risque de finir dans un précipice ou de toute façon de s'éloigner plus rapidement de l'objectif. Dieu nous a créés libres, mais il ne nous a pas laissés seuls : il s'est fait lui-même « chemin » et il est venu marcher avec nous, afin que notre liberté ait aussi le critère pour discerner le bon chemin ».

L'adoration, remède aux idolâtries

« Adorer le Dieu de Jésus Christ, qui, par amour s'est fait pain rompu, soulignait ensuite le pape, est le remède le plus valide et radical contre les idolâtries d'hier et d'aujourd'hui. S'agenouiller devant l'Eucharistie est une profession de liberté : qui s'incline devant Jésus ne peut et ne doit pas se prosterner devant aucun autre pouvoir terrestre, si fort fût-il. Nous, chrétiens, nous ne nous agenouillons que devant le Saint-Sacrement, parce que nous savons et nous croyons qu'en lui l'unique vrai Dieu est présent, lui qui a créé le monde et l'a tant aimé qu'il lui a donné son Fils unique ».

« Nous nous prosternons devant un Dieu qui le premier s'est incliné vers l'homme comme un bon Samaritain, pour le secourir et lui redonner la vie », a insisté le pape.

« Adorer le Corps du Christ veut dire croire qu'en lui, dans ce morceau de pain, il y a réellement le Christ, qui donne un vrai sens à la vie, à l'immense univers et à la créature la plus petite, à toute l'histoire humaine comme à la plus brève existence. L'adoration est prière qui prolonge la célébration et la communion eucharistique et dans laquelle l'âme continue à se nourrir : à se nourrir d'amour, de vérité, de paix ; se nourrit d'espérance, parce que Celui devant lequel nous nous prosternons ne nous juge pas, ne nous écrase pas, mais nous libère et nous transforme ».

Anita S. Bourdin


C'est l'hérésie de l'impanation... oui ou non...

Les deux extraits de Saint Paul.

Sont-ils vraiment dans le même sens que JR l'indique?

Peut-on y trouver le même esprit?

L'expression de JR est des plus équivoques, lorsqu'on la replace dans le contexte de sa dialectique.
Dans son livre "Jésus de Nazareth", Ratzinger évoque la figure du "pasteur" dans l'évangile selon Saint Jean (pp. 299-313).


Citation :
Le moi propre de Jésus est toujours ouvert au Père, à l'intime communion avec lui. (...). Son moi est un moi ouvert à la Trinité.



(p. 310)

SON MOI EST UN MOI OUVERT À LA TRINITÉ.

En bonne logique, on en déduit que, pour l'auteur de cette phrase, Jésus ne fait pas partie de la sainte Trinité.


Dans le même genre :

Citation :
Etre fils [pour Jésus], cela signifie avant tout pour lui qu'il est un priant : que, à la base de son existence, toujours, même quand il œuvre parmi les hommes ou quand il se repose, il est ouvert au Dieu vivant, toujours il est à son écoute, toujours il place son existence en relation d'échange avec lui, et vit ainsi en tout lieu de cette profondeur.



J.Ratzinger, Principes de la Th. cath., p. 32.

Difficile d'être plus clair : Ratzinger considère que Jésus est le Fils en tant qu'il prie ("avant tout").

Ceci est frontalement contraire à la vérité catholique, selon laquelle Jésus est le Fils d'abord en tant qu'il est le Verbe éternel du Père ayant assumé une nature humaine.

Priant, Jésus est "ouvert au Dieu vivant".

Il est clair que, pour J. Ratzinger, Jésus n'est pas Dieu en tant que Verbe éternel du Père. Pour JR (comme on le voit dans d'autres passages de ses écrits), Jésus à un être humain autonome.

Tout cela est loin du sens de Saint Paul…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Sam 31 Oct 2009, 23:58

Là chère paradiso, vous en devenez ridicule et grotesque.
Je ne peux que remettre cette haine qui vous habite en notre Seigneur.
Question: croyez-vous en la Présence REELLE de notre Seigneur sous les espèces consacrées.?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Dim 01 Nov 2009, 05:22

[quote]
PARADISO a écrit:


Citation :
Le moi propre de Jésus est toujours ouvert au Père, à l'intime communion avec lui. (...). Son moi est un moi ouvert à la Trinité.



(p. 310)

SON MOI EST UN MOI OUVERT À LA TRINITÉ.

En bonne logique, on en déduit que, pour l'auteur de cette phrase, Jésus ne fait pas partie de la sainte Trinité.

"Mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné ?


En bonne logique, on en déduit que, pour l'auteur de cette phrase, Jésus ne fait pas partie de la sainte Trinité.

Citation :


Priant, Jésus est "ouvert au Dieu vivant".

Il est clair que, pour J. Ratzinger, Jésus n'est pas Dieu en tant que Verbe éternel du Père. Pour JR (comme on le voit dans d'autres passages de ses écrits), Jésus à un être humain autonome.

Tout cela est loin du sens de Saint Paul…

Bientôt, Cupertino fera à Jésus un procès pour hérésie ! Il PRIE le Père à Gethsémanie et distingue sa volonté et celle du Père !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Cupertino



Messages : 590
Inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Dim 01 Nov 2009, 15:31

Arnaud Dumouch a écrit:

"Mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné ?


En bonne logique, on en déduit que, pour l'auteur de cette phrase, Jésus ne fait pas partie de la sainte Trinité.

Citation :


Priant, Jésus est "ouvert au Dieu vivant".

Il est clair que, pour J. Ratzinger, Jésus n'est pas Dieu en tant que Verbe éternel du Père. Pour JR (comme on le voit dans d'autres passages de ses écrits), Jésus à un être humain autonome.

Tout cela est loin du sens de Saint Paul…

Bientôt, Cupertino fera à Jésus un procès pour hérésie ! Il PRIE le Père à Gethsémanie et distingue sa volonté et celle du Père !

Arnaud, vous êts un AS ! Mais vous êtes complètement à côté de la plaque avec vos comparaissons, elles sont tellement énormes, qu'elles en sont ridicules.

Le psaume 21... qui commence par ces paroles que vous citez..

mais, plus on avance dans la lecture du psaume, plus on voit les souffrances de Notre-Seigneur et tout à coup, il y un changement brutal... le psaume parle de gloire, de la résurrection, et de et du triomphe du Messie... la dernière strophe est très parlante, elle exprime que le Seigneur sera annoncé, publié dans les siècles futurs.

De plus, ce psaume, est l'accomplissement des prophéties concernant le Messie.

Il est comme un miracle permanent, tant la Passion y es prédite d'une manière claire : Ut non tam prophetia quam historia videatur, dit Cassiodore. On ne peut trouver dans tout l'Ancien Testament un seul personnage à qui il s'applique. Donc, en récitant le début, Jésus-Christ montrait à tous qu'il était le Messie, le Rédempteur promis.

Dans notre Seigneur il y a deux volonté, mais il n'y a qu'une personne, celle du Verbe , en Jésus il n'existe pas de personnalité humaine, comme le sous entend B16...

Vous savez Arnaud, si vous cherchez un texte de B16, hérétique de la première à la denière page, vous n'en trouverez pas, car l'hérésie du modernisme a pour caractéristique spéciale de se dissimuler parmi la vérité. Saint Pie X, la nommait l'égout collecteur de toutes les hérésies, car, elle prend des formes différentes, et une de ses formes préférée, est de pouvoir faire donner à un texte de multiples interprétations.
Revenir en haut Aller en bas
http://messe.forumactif.org
La Chartreuse



Messages : 577
Inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Dim 01 Nov 2009, 15:50

-Julienne a écrit:
La Chartreuse a écrit:
Arc-en-Ciel a écrit:
Tonino a écrit:
Arc-en-Ciel a écrit:
Mais vous n'avez parler que de ça.
Ca ce n'est pas vrai.

Relisez mes posts si ca vous chante. ;)

Gavant I don't want that car formulé et reformulé.... pour en arriver toujours à votre même conclusion. Pfffff!
Depuis 1950, l'Esprit-Saint fait son gros dodo. Vous niez l'Action de l'Esprit-Saint en nos très Saint-Papes, successeurs de Saint-Pierre.
Il est sur qu'il y en un autre qui se dore la pillule avec vous mais viens nous em....ez. Bon! Ce qui est bon signe. Very Happy

Ma chère Arc-en Ciel, nous ne nions pas l'action du Saint-Esprit, mais au Concile V2 les hommes d'Église ont rejeté ses lumières!!!

Ils en sont arrivés à signer des documents hérétiques après avoir rejeté les lumières du Saint-Esprit

C'est toute une différence!!!!!!!!!!!!!!!

Et sur quoi tu te bases La Chartreuse pour dire que les hommes d'Eglise ont signé des documents hérétiques Mr.Red

Sur la Doctrine de l'Église !!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Dim 01 Nov 2009, 17:07

[quote]
Cupertino a écrit:
[

mais, plus on avance dans la lecture du psaume, plus on voit les souffrances de Notre-Seigneur et tout à coup, il y un changement brutal... le psaume parle de gloire, de la résurrection, et de et du triomphe du Messie... la dernière strophe est très parlante, elle exprime que le Seigneur sera annoncé, publié dans les siècles futurs.

Et alors ? Jamais l'homme de se psaume ne se dit Dieu. Il s'adresse à Dieu.

Et si le Christ peut se l'approprier, et le pape Benoît XVI parler du Christ selon son humanité, c'est parce que le Christ possède une NATURE HUMAINE COMPLÈTE, avec une vraie intelligence humaine différente de son intelligence divine.

Donc, en attaquant le pape, vous attaquez la théologie de Jésus lui-même. Votre schisme, à force de vouloir le justifier, vous conduira à n'importe quoi en théologie.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
PARADISO



Féminin Messages : 106
Inscription : 20/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Dim 01 Nov 2009, 23:51

-Julienne a écrit:
PARADISO a écrit:


De JR , il en est autrement, trop de fois des insinuations tendacieuses coupent ses textes..

Dans son livre "Jésus de Nazareth", Ratzinger évoque la figure du "pasteur" dans l'évangile selon Saint Jean (pp. 299-313).

Voici la perle de ce passage :


Citation :
Le moi propre de Jésus est toujours ouvert au Père, à l'intime communion avec lui. (...). Son moi est un moi ouvert à la Trinité.



(p. 310)

SON MOI EST UN MOI OUVERT À LA TRINITÉ.

En bonne logique, on en déduit que, pour l'auteur de cette phrase, Jésus ne fait pas partie de la sainte Trinité.

Cela n'est pas de l'Interprétation malveillante, mais la logique d'un texte.

Bonjour Paradisio,

Je ne fais pas la même déduction :

LE MOI DE JESUS EST OUVERT AU PERE ET A L'ESPRIT
LE MOI DU PERE EST OUVERT A JESUS ET A L'ESPRIT
LE MOI DE L'ESPRIT EST OUVERT A JESUS ET AU PERE

Les trois personnes divines sont ouvertes l'une à l'autre et ne sont Qu'UN !

Ils sont trois mais pourtant ILS SONT UN !

Bonjour Julienne.

La phrase citée met en cause Notre-Seigneur, en disant
Citation :
Son moi est un moi ouvert à la Trinité
cela suppose chez Notre-Seigneur une personnalité humaine, ou une qu'il soit une personne humaine avec une personnalité or, cela n'est pas, il est la Deuxième Personne de la Sainte Trinité, et en Notre-Seigneur il n'y a qu'une personne: celle du Verbe, je crois que vous faites confusion avec les natures. En Notre-Seigneur, il y deux natures ( humaine et divine) mais une seule personne.

De même qu'en Dieu, il n'y a qu'une seule essence divine en trois personnes distinctes, donc il est plus juste, pour éviter les confusions en ce domaine délicat de s'en tenir à ce que la foi enseigne;

Le Père n'est pas engendré
Le Fils est engendré de toute éternité par le Père
Le Saint-Esprit procède du Père et du Fils.

Le terme "MOI" laisse entendre une personnalité humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 07:45

Le Christ n'est pas une personne humaine. Il est la personne du Verbe incarné.

Par contre, ayant une nature humaine complète, il a un "moi" humain complet.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
PARADISO



Féminin Messages : 106
Inscription : 20/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 17:18

Arc-en-Ciel a écrit:
Là chère paradiso, vous en devenez ridicule et grotesque.
Je ne peux que remettre cette haine qui vous habite en notre Seigneur.
Question: croyez-vous en la Présence REELLE de notre Seigneur sous les espèces consacrées.?

Chère Arc-en-Ciel.

Oui je crois en la Présence de Notre-Seigneur Jésus, avec son âme, son sang, son corps et sa divinité sous les espèces du pain et du vin, cette foi se nomme la transsubstantiation.

Je crois qu'après la consécration il reste seulement les espèces du pain et du vin, c'est-à-dire : qualités sensibles du pain et du vin, comme la forme , la couleur, la saveur. Les espèces du pain et du vin restent merveilleusement sans leur substance par la vertu du Dieu tout-puissant.

Je crois que la Messe est le renouvellement non sanglant du Sacrifice de la Croix.

Je ne crois pas et rejette comme doctrine hérétique que Notre Seigneur soit DANS l'hostie, c'est-à-dire qu'il coexiste avec le pain, comme l'enseigne les luthériens et comme BXVI a glissé dans son texte.
Revenir en haut Aller en bas
PARADISO



Féminin Messages : 106
Inscription : 20/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 17:57

Arnaud Dumouch a écrit:
Le Christ n'est pas une personne humaine. Il est la personne du Verbe incarné.

Par contre, ayant une nature humaine complète, il a un "moi" humain complet.

Il a une nature humaine, mais un moi humain complet... j'aimerais bien savoir la source de cette nouvelle approche..

Dangereux de jouer avec les mots en ce domaine, on glisse vite.
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 21:24

PARADISO a écrit:
Arc-en-Ciel a écrit:
Là chère paradiso, vous en devenez ridicule et grotesque.
Je ne peux que remettre cette haine qui vous habite en notre Seigneur.
Question: croyez-vous en la Présence REELLE de notre Seigneur sous les espèces consacrées.?

Chère Arc-en-Ciel.

Oui je crois en la Présence de Notre-Seigneur Jésus, avec son âme, son sang, son corps et sa divinité sous les espèces du pain et du vin, cette foi se nomme la transsubstantiation.

Je crois qu'après la consécration il reste seulement les espèces du pain et du vin, c'est-à-dire : qualités sensibles du pain et du vin, comme la forme , la couleur, la saveur. Les espèces du pain et du vin restent merveilleusement sans leur substance par la vertu du Dieu tout-puissant.

En disant ceci, c'est vous qui êtes bel et bien Luthérienne

Ma pauvre amie pour confondez en disant ceci avec consubstantiation

Doctrine luthérienne selon laquelle la présence réelle du corps et du sang du Christ coexistent dans et avec le pain et le vin, qui gardent leur substance.La présence réelle existe mais disparaît à la fin de la célébration eucharistique.
Doctrine en opposition avec la doctrine de l’Eglise catholique qui parle de Transsubstantiation.



Je crois que la Messe est le renouvellement non sanglant du Sacrifice de la Croix.

Je ne crois pas et rejette comme doctrine hérétique que Notre Seigneur soit DANS l'hostie, c'est-à-dire qu'il coexiste avec le pain, comme l'enseigne les luthériens et comme BXVI a glissé dans son texte.

Votre interprétation erronée n'est pas celle de l'Eglise Catholique, d'hier et d'aujourd'hui mais bien celle de Luther

Revenir en haut Aller en bas
stylite



Messages : 287
Inscription : 24/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 21:48

Je suis désolé, arc en ciel, mais vous dites n'importe quoi.

Après la consécration, la substance du pain et du vin a été remplacée par le Corps et le Sang du Christ.

Il ne reste de l'hostie que ces accidents, ses apparences, ses espèces. Voilà ce qu'a dit Paradiso. Rien à voir avec la fin de la célébration eucharistique, et les pirouettes luthériennes.
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 22:13

stylite a écrit:
Je suis désolé, arc en ciel, mais vous dites n'importe quoi.

Après la consécration, la substance du pain et du vin a été remplacée par le Corps et le Sang du Christ.

Il ne reste de l'hostie que ces accidents, ses apparences, ses espèces. Voilà ce qu'a dit Paradiso. Rien à voir avec la fin de la célébration eucharistique, et les pirouettes luthériennes.

Et dire :

« Adorer le Corps du Christ veut dire croire qu'en lui, dans ce morceau de pain, il y a réellement le Christ, qui donne un vrai sens à la vie, à l'immense univers et à la créature la plus petite, à toute l'histoire humaine comme à la plus brève existence. L'adoration est prière qui prolonge la célébration et la communion eucharistique et dans laquelle l'âme continue à se nourrir : à se nourrir d'amour, de vérité, de paix ; se nourrit d'espérance, parce que Celui devant lequel nous nous prosternons ne nous juge pas, ne nous écrase pas, mais nous libère et nous transforme ».Benoît XVI

Paradiso a écrit:

C'est l'hérésie de l'impanation... oui ou non...
Je ne crois pas et rejette comme doctrine hérétique que Notre Seigneur soit DANS l'hostie, c'est-à-dire qu'il coexiste avec le pain, comme l'enseigne les luthériens et comme BXVI a glissé dans son texte.


Ce n'est pas du grand n'importe quoi?
Et son interprétation ce n'est pas du grand n'importe quoi?

Qu'entendez-vous par : Il ne reste de l'hostie que ces accidents, ses apparences, ses espèces.
Revenir en haut Aller en bas
stylite



Messages : 287
Inscription : 24/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 22:37

Citation :
Et dire :

« Adorer le Corps du Christ veut dire croire qu'en lui, dans ce morceau de pain, il y a réellement le Christ,

c'est dire une hérésie!

Le Christ n'est pas dans le morceau de pain. C'est le pain qui s'est transubstancié en Corps du Christ.

Cela signifie que la substance du pain n'est plus, elle est remplacée par la substance du Corps du Christ. Donc il ne peut pas y avoir dans du pain le Corps du Christ. Mais le pain est devenu Corps du Christ, réellement.

Mais nos yeux voient les accidents, les espèces du pain. Ce sont des termes "techniques".

Par exemple, vous, vous êtes vous à 1 an, à 20 ans, à 70 ans. Qui vous a vu à 1 an peut ne pas vous reconnaitre à 70. Mais vous n'avez pas changé dans votre substance. Ce sont vos "accidents", votre apparence, ce qui ne subsiste pas en vous qui a changé.

Votre taille, votre poids, la longueur de vos cheveux, etc. sont des accidents. La personne que vous êtes est votre substance. Mais ici c'est mille fois mieux expliqué, par l'abbé Boulenger. Je vous en conseille la lecture, et pas seulement le survol.

Citation :
Présence réelle. Existence réelle, et non symbolique, de la personne de Jésus-Christ, sous les apparences du pain et du vin consacrés.

NOTA. Puisque l'Eucharistie est un sacrement qui contient la personne du Christ, il va de soi que la première chose à établir, en ce qui concerne ce sacre­ment, c'est la réalité ou le fait de cette présence ; après quoi, il convient de rechercher le mode de la Présence réelle, autrement dit, la manière dont elle se fait.



Transsubstantiation (de deux mots la­tins « trans» au-delà, et « substantia» substance). D'après son étymologie, ce mot signifie le changement de la subs­tance du pain et du vin en la substance du. corps et du sang de Jésus-Christ.

Ne pas confondre le mot « transsub­stantiation» : — i. avec le mot consubstantiation (latin « cum » avec « substantia » substance) ou existence de deux subs­tances réunies ensemble ; — 2. ni avec le mot impanation (latin « in » dans « pane » pain) ou fusion de la substance du Christ avec la substance du pain.



Substance (V. N° 38). Ce qui subsiste dans un être, qui reste toujours le même dans cet être, malgré la multiplicité des phénomènes qui peuvent l'affecter. Ainsi l'enfant devient homme, puis vieillard ; les trois sont fort différents. Cependant, tous les trois ont conscience d'être, mal­gré les changements, le même individu, la même personnalité. Le fond de l'être qui est resté identique dans les trois états, est ce qu'on appelle la substance.



Accident. Ce qui n'existe que dans et par la substance, comme la couleur, le goût...Les sens ne nous révèlent que les accidents: la substance est connue seulement par les phénomènes qui la manifestent.



Espèces. Le mot « espèces» (du latin « species » ce qui paraît) est ici synonyme des deux mots accidents et apparences. Les espèces du pain et du vin = les apparences du pain et du vin. L'expression « les Saintes Espèces » sert à désigner la Sainte Eucharistie.



DÉVELOPPEMENT



362. — I. L'Eucharistie.



1° Son excellence. -— Dans son énumération des Sacrements, le Concile de Trente met l'Eucharistie au troisième rang. La raison en est sans doute que ce sacrement suppose l'initiation chrétienne, qu'il ne peut être reçu que par ceux qui ont été baptisés et vivent déjà de la vie de la grâce. Il l'en est pas moins vrai que l'Eucharistie dépasse de beaucoup tous les autres sacrements, par son excellence et son incomparable dignité, vu qu'elle contient non seulement la grâce, mais l’auteur de la grâce.



2° Les deux aspects de l'Eucharistie. — L'Eucharistie se présente à nous sous un double aspect. Elle est : sacrement et sacrifice.



A. En tant que SACREMENT, l'Eucharistie est : — a) la présence réelle de Jésus-Christ sous un signe extérieur ; et — b) l’ union de Jésus-Christ, ainsi caché sous de faibles et chétives apparences, avec l'âme chrétienne : union intime à laquelle nous donnons le nom de communion.



B. En tant que SACRIFICE, l'Eucharistie est l'unique et sublime sacrifice du culte catholique. Jésus-Christ a voulu que l'acte par excellence des religions antiques, à savoir le sacrifice, fût remplacé à jamais par un autre d'idéale grandeur, et il a créé le sacrifice de la Messe.



3° Division du sujet. — D'où une triple division. Nous traiterons dans les trois leçons qui suivent : A. De la Présence réelle. — B. De l'Eucha­ristie considérée comme sacrement et de la communion. — C. De l’Eucha­ristie considérée comme sacrifice ou du sacrifice de la Messe.



363. — II. Le dogme de la Présence réelle.



1° Erreurs. — A. AVANT LE PROTESTANTIS ME, les principaux adversaires de la présence réelle furent : — a) les docètes (iie siècle) qui, n'admettant pas la nature humaine du Christ, niaient, par le fait, l'existence de sa chair dans l'Eucharistie;

— b) Bérenger de Tours (xie siècle), pour qui l'Eucharistie n'était qu'un symbole dti Christ. Condamné par plusieurs conciles, il rétracta son erreur ; — c) les Albigeois et, selon toute vraisemblance, Wicleff.



B. LES SACRAMENTAIRES. — Les théologiens catholiques appellent de ce nom tous les protestants de la réforme qui ont erré sur le dogme de la présence réelle.

— a) Les uns, Zwingli, Oecolampade de Bâle, traduisant les paroles : « Ceci est mon corps », par : « Ceci représente mon corps, est la figure de mon corps », soutinrent que l'Eucharistie n'était qu'un symbole destiné à ranimer dans le cœur des fidèles la foi au Christ.—b) D'autres, comme Calvin, tinrent le milieu entre les luthériens qui admettaient la présence réelle[25] et les zwingliens. Ils voulurent bien concéder un certain mode de présence réelle, mais ils n'admirent pas la présence corporelle. Pour eux, l'esprit du Christ se donne au communiant et lui communique, s'il a la foi, sa vertu et sa force, à peu près comme le soleil envoie la chaleur et la vie à la terre qu'il réchauffe de ses rayons. — c) Les anglicans considèrent l'Eucharistie comme une espèce de manducation spirituelle du corps du Christ parle moyen de la foi[26].



2° Le dogme catholique. — Le Concile de Trente a défini que : « dans le sacrement de l'Eucharistie sont contenus vraiment réellement et substantiellement le corps et le sang avec l'âme et la divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et par conséquent, le Christ tout entier. » Sess. XIII, ch. i, can. 1.

Cette définition affirme deux choses : — a) la réalité de la présence de Notre-Seigneur. Il est, en effet, dans l'Eucharistie « vraiment», non point en figure et en symbole ; « réellement » et non en raison de notre foi ou de notre imagination ; « substantiellement» dans sa propre substance, et non pas d'une présence simplement virtuelle, c'est-à-dire par les effets qu'il y produit ; — b) la présence de* toute la personne du Christ. L'Eucha­ristie contient le Christ tout entier, c'est-à-dire son corps et son sang a ce même corps qui, né de la Vierge Marie, est assis à la droite du Père », ainsi que son âme et sa divinité, comme nous l'expliquerons plus loin.

Le dogme, ainsi défini, s'appuie sur les témoignages de l'Écriture Sainte et de- la Tradition.



A. ÉCRITURE SAINTE. — a) Promesse de l’Eucharistie. — Saint Jean (vi, 26-70) nous rapporte un long discours où Notre-Seigneur annonce formellement l'institution du Sacrement de l'Eucharistie. Ce discours, qu'il importe de lire en entier si l'on veut s'en faire une idée exacte, peut se diviser en trois parties principales. — 1er point. Notre-Seigneur, s'adressant à la foule qui se presse autour de lui, à Capharnaüm, le lendemain du miracle de la multiplication des pains, lui parle à peu près en ces termes : « Vous me cherchez à cause du pain que je vous ai donné, cherchez plutôt le pain de vie, le pain du ciel. Tâchez d'acquérir, non la nourriture périssable, mais la nourriture qui subsiste en la vie éternelle » (vi, 27). Mais où trouver cette nourriture, ce pain de vie? À cette question qui devait jaillir naturellement de l'âme des auditeurs, Jésus s'empresse de répondre qu'il est lui-même de pain de vie, descendu du ciel.

2e point, Comme cette prétention de venir du ciel, alors que tous savent son origine galiléenne et connaissent ses parents, suscite les murmures, Jésus, bien loin de se reprendre, insiste davantage ; et après avoir établi une comparaison entre la manne et le pain céleste qu'il fait entrevoir, il identifie ce pain avec sa chair et son sang : « Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel ; si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternelle­ment, et le pain que je donnerai pour la vie du monde, c'est ma chair. » Nouvel étonnement des Juifs, nouveaux murmures ; ils se demandent entre eux comment cet homme pourra leur donner sa chair à manger». (VI, 52). Jésus réitère son affirmation : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme et si vous ne buvez son sang, vous n'aurez pas la vie en vous » (vi, 53).

3e point. Jésus développe sa pensée. Après avoir affirmé qu'il est le pain de vie, que ce pain de vie c'est sa chair, il ajoute : « Ma chair est une vraie nourriture et mon sang est un vrai breuvage» (vi, 55). — Des paroles aussi claires n'admettent pas le sens métaphorique que lui attribuent les protestants. Il suffit, d'ailleurs, de savoir dans quel sens les auditeurs les comprirent. S'ils avaient interprété les paroles du Christ dans le sens figuré, ils n'auraient pas murmuré, et beaucoup de disciples ne se seraient pas retirés, trouvant ce langage trop dur et cette promesse trop étrange; D'autre part, si Notre-Seigneur eût voulu parler au sens figuré, il n'aurait pas manqué de redresser la méprise de ses auditeurs. Loin de le faire, il répète jusqu'à cinq fois « qu'il faut manger sa chair et boire son sang, si l'on veut avoir la vie » (Jean, vi, 53, 58). Il est vrai que l'expression « man­ger la chair » a dans les langues sémitiques une double signification : elle a le sens naturel, ou elle veut dire faire injure à quelqu'un, l'accuser, le calomnier ; mais le second sens est inadmissible, car il serait ridicule de prétendre que Jésus fasse une obligation de le calomnier. Le premier sens doit donc être retenu : c'est sa chair qu'il promet, c'est l'Eucharistie dont il fait entrevoir à ses auditeurs la prochaine institution.

b) Institution de l’Eucharistie. — La veille de sa mort, Jésus-Christ réalisa la promesse qu'il avait faite après le miracle de la multiplication des pains. Lors de la dernière Cène, le Jeudi Saint, Jésus « prit du pain, le bénit, le rompit et le donna à ses disciples en disant : Prenez et mangez : « Ceci est mon corps qui sera livré pour vous». Ayant pris la coupe et ayant rendu grâces, il la leur donna en disant : « Buvez-en tous car ceci est mon sang, celui de l'alliance, celui qui est répandu pour un grand nom­bre en rémission des péchés. »[27]

Telles sont les paroles de l'institution, rapportées avec de légères variantes par trois évangélistes et saint Paul. Rien n'autorise à leur donner un sens figuré : ni le texte, ni les circonstances du discours.

1. Le texte. Jésus dit : « Ceci est mon corps ; ceci est mon sang », et non « Ceci signifie mon corps, signifie mon sang». Le pain et le vin ne sont, d'ailleurs, pas des signes appropriés pour représenter le corps et le sang ; jamais il ne viendra à l'idée de personne de prendre du pain et du vin et de dire : ce pain et ce vin représentent ma personne, mon corps et mon sang ; prenez-les en souvenir de moi. Luther était si convaincu de la chose qu'il ne put s'empêcher d'écrire : « J'ai souvent sué beaucoup pour prouver qu'il n'y a dans l'Eucharistie que du pain et du vin , mais il n'y a pas moyen d'en sortir, le texte de l'Évangile est trop clair. »



2. Les circonstances de personnes et de temps. — 1) de personnes. Les Apôtres, à qui Jésus s'adressait, étaient gens simples, incapables de saisir les nuances et les subtilités du langage métaphorique. Prétendre que Jésus fit usage d'artifices littéraires, incompréhensibles à ses auditeurs, revient à dire qu'il voulait les tromper, en faire des dupes, alors que, par le passé et dans toutes les circonstances du même genre, il avait toujours expliqué à ses Apôtres les paraboles dont ils ne comprenaient pas ou dont ils com­prenaient mal le sens (Voir Jean, iv, 32-34 ; viii, 21-23 ; Marc., xvi, 11 ; xix, 24, 26). — 2) Circonstance de temps. Jésus est à la vue de sa mort. Il le sait, il annonce même que l'un d'entre eux le trahir. C'est son tes­tament qu'il veut dicter aux siens ; l'Eucharistie est l'héritage le plus précieux qu'il désire leur laisser. Comment supposer qu’il traduise sa dernière volonté dans une langue ambiguë et susceptible de fausses inter­prétations? Si un père, sur son lit de mort, dit à son fils : « Ceci est la maison que je te laisse», qui pourrait soutenir qu'il ne veut parler que de l'image de sa maison? Inutile d'insister davantage ; les paroles de Notre-Seigneur sont trop nettes pour qu'elles puissent signifier autre chose que la présence réelle de son corps et de son sang et de toute sa personne dans l'Eucharistie.

c) Témoignage de saint Paul, — Après avoir rappelé comment Notre. Seigneur institua l'Eucharistie, saint Paul, voulant corriger les abus qui s'étaient glissés dans les assemblées chrétiennes à Corinthe ne craint pas de leur dire que : « Celui qui mange le pain ou boit le calice du seigneur d'une manière indigne, commet une faute contre le corps et le sang du Seigneur» (I Cor., xi, 27). Cette parole n'a de sens que si le pain et le vin eucharistique sont devenus le corps et le sang du Christ, et non un vague symbole qui rappelle son souvenir.



B. TRADITION. — a) Témoignage des Pères de l’Église. — lissait facile de déta­cher des écrits des Pères, de nombreux passages qui attestent leur foi à la Présence réelle dans l'Eucharistie. En voici du moins quelques-uns pris parmi les principaux.

Au Ier siècle, saint Ignace (mort en 107), disciple de saint Jean, combat l'erreur des docètes qui « s'abstiennent de l'Eucharistie, parce qu'ils ne reconnaissent pas qu elle est la chair de notre Sauveur. »

Au IIe siècle, saint Justin (mort 165) écrit dans sa première Apologie adressée l'em­pereur Antonin : « Nous ne prenons pas ces choses comme un pain ordinaire, ni comme un breuvage vulgaire ; mais de même que, par la parole de Dieu, Jésus-Christ, notre Sauveur a été fait chair et sang pour notre salut, ainsi nous avons appris que cet ali­ment qui nourrit notre chair et notre sang, est la chair et le sang de ce Jésus incarné, après qu'il est devenu Eucharistie par la prière qui renferme ses paroles (les paroles de Jésus).» Saint Justin était le directeur de l'école catéchétique de Rome, il repré­sente donc la croyance de l'Église romaine.

Au IIIe siècle, Tertullien (t vers 240) dit que : « la chair se nourriture du corps et du sang du Christ, afin que l'âme soit engraissée de Dieu». Origène (mort en 254), comparant la manne à l'Eucharistie, dit que la première n'était que la figure de la seconde et que la chair du Christ est une vraie nourriture.

Au IVe siècle, saint Cyrille de Jérusalem (mort en 386) s'exprime avec non moins de net­teté. « Sous l'apparence du pain, il nous donne son sang; de la sorte, nous devenons des Porte-Christ, c'est-à-dire que nous portons le Christ en nous, puisque nous rece­vons en nos membres son corps et son sang. »

Au Ve siècle, saint Jean Chrysostome (mort en 407) dit au peuple d'Antioche : « II y en a qui disent: « J'aurais voulu voir Jésus-Christ, considérer ses traits, toucher ses vêtements. »... Il vous est accordé bien plus, puisqu'il vous permet de le voir lui-même, et non seulement de le voir, mais de le manger, de le toucher et de le recevoir au-dedans de vous-mêmes... Nous tous qui participons à ce corps et qui buvons ce sang, n'ou­blions pas que c'est Celui-là même que les Anges adorent au ciel que nous mangeons »

Ces témoignages suffisent pour attester que, dès les premiers siècles du christia­nisme, la Présence réelle était déjà un dogme incontesté.



b) Témoignage tiré des Liturgies. — Les textes liturgiques, en d'autres termes, les formules et les cérémonies employées dans l'administration de ce sacrement, sont certainement un des meilleurs témoins de la croyance de l'Église sur ce sujet. Or, toutes les liturgies antiques, latines ou grecques, orthodoxes ou schismatiques, emploient des formules et des prières qui excluent entièrement le sens métaphorique. Ainsi dans la liturgie des Constitutions Apostoliques, qui représente l’ordre de la Messe à Antioche au IIIe siècle, l’évêque appelle le pain consacré qu’il distribue aux assistants : « Le corps du Christ.» Il dit après la communion : « Ayant reçu le précieux corps et le précieux sang du Christ, rendons grâces à Celui qui a daigné nous admettre à la participation de ses saints mystères.» Nous retrouvons des paroles analogues dans les liturgies de saint Chrysostome et de saint Ambroise.

c) Témoignage tiré de la pratique de l’Église primitive. — 1. Aux premiers siècles de l'Église, la discipline-de l’arcane ou loi du secret défendait aux fidèles de révéler aux païens les mystères de la-foi, et en particulier, celui de l'Eucharistie ; les catéchu­mènes eux-mêmes devaient passer par une longue initiation avant d'en être instruits. L'Église voulait par là éviter les calomnies des païens qui, ne comprenant point le mystère, accusaient les chrétiens de manger la chair d'un enfant et de boire son sang. Cette discipline serait bien incompréhensible si l'Église n'avait pas cru à la Présence réelle du Christ dans l'Eucharistie ; il lui eût été si facile, en effet, de confondre ses adversaires en leur répondant que le pain eucharistique n'était nullement le corps du Christ, mais seulement le symbole ou la figure.

2. Les fidèles devaient adorer l'Eucharistie avant de la recevoir, témoin cette parole de saint Augustin : « Personne ne mange cette chair sans l'avoir auparavant adorée.» Les premiers chrétiens l'entouraient des plus grands honneurs et Tarcisius préférait mourir que de la livrer à des mains profanes. Tout cela ne s'expliquerait pas en dehors de la foi à la Présence réelle[28].

d) Preuve tirée de la croyance générale et constante de l’Église. — Argument dit de prescription. — Avant l'hérésie protestante, la croyance de l'Église au dogme de la Présence réelle avait été générale. Malgré leur schisme, les Grecs continuaient de partager la foi de l'Église catholique. Or, il est bien évident que si le dogme avait été introduit un certain jour par l'Église latine, les Grecs auraient trouvé là une excellente occasion de l'accuser d'innovation et de changement. Cette croyance commune indique bien que le dogme a toujours été admis et nous vient des Apôtres.



364. — III. Le mode de la Présence réelle.



Étant donnée la vérité de la Présence réelle, il s'agit de savoir quel en est le mode. En d'autres termes, trois questions se posent sur ce point : 1° Comment Jésus-Christ se rend-il présent dans l'Eucharistie? 2° De quelle façon est-il présent? 3° Combien de temps dure cette présence? La Présence réelle est-elle permanente? Nous répondrons à ces questions dans les trois paragraphes suivants.



365. — IV. Comment se fait la Présence réelle.



Le Concile de Trente a défini que la Présence réelle se fait par transsubs­tantiation, c'est-à-dire que Jésus-Christ devient présent dans la Sainte Eucharistie par la conversion de toute la substance du pain en son corps et de toute la substance du vin en son sans, conversion qui ne laisse sub­sister "que les apparences du pain et du vin (sess. XIII, can. 2)
.

Cette définition établit deux choses : 1° Le fait de la transsubstantia­tion, et 2° le comment de la transsubstantiation.



1° Le fait de la transsubstantiation. — Le concile affirme qu'il y a « conversion de toute la substance du pain au corps, et de toute la subs­tance du vin au sang de Jésus-Christ ».


2° Le comment de la transsubstantiation. — La substance du pain et du vin est détruite par la consécration ; il ne reste plus ni pain ni vin, il n'en reste que les apparences. Donc : — a) point de consubstantiation ou présence simultanée des deux substances ; — b) ni d’impanation ou union hypostatique du corps du Christ avec la substance du pain et du vin comme l’ont soutenu Luther et ses partisans[29]. Jésus n'a pas dit, en effet : dans ceci, dans ce pain ou avec ce pain, est mon corps, mais : « Ceci est mon corps » signifiant par là que ce qu'il tenait en main était son corps et non autre chose. Sans doute, si l'on ne considère que ce que nos yeux peuvent voir, rien n'est changé et il n'y a aucune différence entre le pain et le vin avant et après la consécration ; c'est apparemment le même pain et le même vin ; c'est la même étendue, le même poids, la même couleur et le même goût. Les sens qui sont incapables de saisir autre chose que les phénomènes extérieurs, ne perçoivent pas le changement. Et pourtant la substance, c'est-à-dire cet être insaisissable qui est au fond des choses et que l'observation ne découvre pas, a disparu pour faire place à une autre substance. Aux apparences ou, comme disent les théologiens, aux accidents du pain et du vin correspond désormais une réalité nouvelle : le corps et le sang de Jésus-Christ et non plus la substance du pain et du vin. Mais cette réalité, seule la foi nous la révèle.



366. —V. Comment Notre-Seigneur est dans l'Eucharistie.



Le Concile de Trente a défini que Jésus-Christ est présent tout entier sous chaque espèce et sous chaque parcelle[30] des espèces, après leur séparation (sess. XIII, can. 3).

Cette définition, qui visait l'erreur de Luther[31], et, en général, des utraquistes qui affirmaient la nécessité de la communion sous les deux espèces, établit : 1° la présence du Christ tout entier sous chaque espèce ; 2° sa présence sous chaque parcelle des espèces, quand elles ont été séparées.



1° La présence du Christ tout entier sous chaque espèce. — a) Les paroles de la consécration changent le pain au corps et le vin au sang de Jésus-Christ. Mais comme le Christ ressuscité est désormais vivant et immortel, son sang ne peut plus être séparé de son corps, et là où est son corps, là aussi est son âme. — b) D'autre part, comme sa nature humaine et sa nature divine sont inséparables en raison de leur union hypostatique, la présence de son corps ou de son sang implique la présence de sa divinité : c'est donc le Christ tout entier, homme et Dieu, qui est présent sous chaque espèce.



2° La présence du Christ tout entier sous chaque parcelle des espèces. — Il n'y est pas présent, cela s'entend bien, à la manière des substances matérielles, qui, composées de parties juxtaposées, exigent une place dis­tincte dans 1'espn.ee et supposant par conséquent une certaine étendue ; le mode d'être du corps eucharistique peut être comparé, malgré les différences qui les caractérisent, à celui d'une substance spirituelle, comme l'âme dans le corps, et qui consiste à être tout entier dans le lien et dans chacune des parties.

Tout ce qui tombe sous nos sens doit donc être attribué aux accidents du pain et du vin, — vu que les accidents seuls sont observables, — et non au corps du Christ lui-même. Par conséquent, si on divise l'hostie, le corps du Christ n'est pas divisé ; il demeure, tout entier dans chacune des fractions. Il ne subit aucun des accidents dont les espèces sacramen­telles peuvent être l'objet : si donc l'on jetait une hostie dans la boue, si on la profanait par d'indignes^outrages, les criminels qui accompliraient de telles infamies, pécheraient gravement, mais le corps du Christ ne souffrirait aucune atteinte ni aucune souillure.



Remarque. — Même avant la séparation des parcelles, chacune d'elles contient tout le corps et tout le sang de Jésus-Christ. Néanmoins le concile, voulant se placer au seul point de vue pratique, a seulement défini qu'après la séparation chaque parcelle contient le Christ tout entier.



367. — VI. La permanence de la Présence réelle.



Il a été défini par le Concile de Trente que Jésus-Christ est dans le sacrement de l'Eucharistie, non seulement pendant l’ usage, lorsqu'on le reçoit, mais qu'il y est, avant et après l'usage, et aussi longtemps que les espèces elles-mêmes subsistent (sess. XIII, can. 4).

Cette définition condamnait l'erreur des luthériens dont les uns (Bucer) soutenaient que le Christ n'est présent que pendant l'usage, et les autres (Chemnitz) admettaient sa présence depuis la consécration jusqu'à la communion, mais non après.

La définition du concile établissait deux choses : 1° la permanence de la Présence réelle, et 2° les conditions de cette permanence.



1° La permanence du Christ sous les espèces. — Lorsque Notre-Seigneur a dit ces paroles : « Prenez et mangez, ceci est mon corps», le pain fut changé aussitôt en son corps, et sa présence sous les espèces persévéra jus­qu'à la communion des Apôtres ; autrement, il faudrait soutenir cette chose étrange que le pain serait devenu le corps du Christ au moment des paroles de la consécration, puis retransformé en pain, et enfin changé de nouveau en son corps à l'instant de la communion : hypothèse ridicule

et inadmissible.

La permanence de la Présence réelle a toujours fait partie d'ailleurs de la foi chrétienne. Dès les premiers siècles, l'on conservait déjà l'Eucha­ristie dans les églises et on la portait aux malades. Au temps des persé­cutions, les fidèles l'emportaient dans leurs maisons pour pouvoir se communier eux-mêmes.



2° Les conditions de la permanence. — La Présence réelle dure aussi longtemps que subsistent les espèces du pain et du vin. Si par conséquent les espèces venaient à s'altérer, à se décomposer, Jésus-Christ ne resterait pas présent. La raison en est que, pour l'Eucharistie, comme pour les autres sacrements, le signe sensible est une condition nécessaire. D'où il résulte que, si le signe n'est plus celui qui a été fixé par l'institution même, il n'y a plus la matière voulue pour constituer le sacrement.



368. — VII Conséquences de la permanence de la Présence réelle.



La permanence de la Présence réelle entraîne avec elle trois consé­quences : 1° le devoir de culte ; 2° le devoir de la visite au Saint Sacre­ment ; 3° le port de l'Eucharistie aux malades.



1° Devoir de culte. — D'après le Concile de Trente, « on doit dans la sainte Eucharistie, adorer le Christ, fils unique de Dieu, d'un culte de latrie, l'honorer par une solennité extérieure, le porter on processions, et l’exposer publiquement aux adorations du peuple. » (Sess. XIII, can. 6.)

Par ces paroles, le concile établit deux choses : — a) le droit du Christ dans l'Eucharistie au culte de latrie. Il a droit à ce culte dans l'Eucharistie,. parce qu'il est le fils unique de Dieu ; — b) les formes de ce culte. Il faut honorer le Christ par des solennités extérieures. En conséquence, l'Église a institué : — 1, la fête du corps du Christ, appelée aussi Fête du Saint-Sacrement et Fête-Dieu ; — 2. les processions en son honneur ; — 3. l’expo­sition du Saint Sacrement ; — 4. l’Adoration perpétuelle, qui a pour but d'honorer, à tout instant du jour, le Dieu caché de l'Eucharistie, et de réparer les outrages qui lui sont faits[32].



2° Devoir de la visite au Saint Sacrement. — Après le culte solennel et public dont il vient d'être parié, les convenances et la piété demandent que nous rendions au Saint Sacrement un culte privé et tout intime, que nous allions lui porter souvent l'hommage de nos cœurs, et que nous nous approchions de lui comme d'un ami qui ne demande qu'à entendre notre voix, écouter nos requêtes et exaucer nos désirs.



3° Port de l'Eucharistie aux malades. — Si Jésus a voulu rester parmi nous pour recevoir nos adorations et se faire le confident de nos âmes, à plus forte raison, est-il là pour aller à ceux qui ne peuvent pas venir à lui et à ceux qui ont plus besoin de ses consolations parce qu'ils souffrent. Aussi le Concile de Nicée ordonnait déjà d'accorder à ceux qui vont mou­rir, la grâce de la communion, afin de ne pas les priver du dernier et du plus nécessaire des viatiques. L'Église a toujours persévéré dans cette coutume-et l'a favorisée par de nombreuses prescriptions.



369. — VIII. Le Mystère de la Présence réelle devant la raison.



Les rationalistes, qui rejettent le dogme de la Présence réelle comme contraire à la raison, lui font de nombreuses objections. Les deux principales sont tirées : — a) de la présence simultanée du corps du Christ dans le ciel et dans les hosties consacrées, et — b) des rapports de la substance avec ses accidents.



1ere Objection. — Il est absurde, disent-ils, de prétendre que le même corps puisse être présent à plusieurs endroits en même temps. Le corps de Jésus-Christ ne peut donc se trouver à la fois au ciel et sous les espèces eucharistiques.



Réponse. — Il est évident qu'un corps matériel, étendu, circonscrit et limité par l'espace, ne peut se trouver à plusieurs endroits ;mais le mode de la présence sacra­mentelle de Jésus-Christ sous les espèces eucharistiques est absolument différent du mode ordinaire de présence naturelle aux corps. Le corps glorieux de Notre-Seigneur devient présent sous les espèces sans se déplacer, sans changer d'endroit, par le fait de la transsubstantiation du pain et du vin ; il devient présent à la manière de la substance, non à la manière de l'étendue, et sans occuper aucun espace. Sans doute, ce mode de présence est mystérieux et n'est pas à la portée de notre intelli­gence, mais celle-ci ne peut affirmer que la coexistence du corps du Christ dans le ciel et sous les espèces eucharistiques soit une absurdité.



2e Objection. — La substance, objectent encore les rationalistes, ne peut être séparée de ses accidents. Supprimer la substance, c'est supprimer du même coup les accidents qui en dépendent. Donc la transsubstantiation est une impossibilité.



Réponse. — Pour affirmer que la séparabilité de la substance et des accidents est une chose impossible, il faudrait connaître à fond leur nature intime. Or, de l'avis des plus grands savants, il y a au moins un des deux termes dont la connaissance nous échappe : personne ne peut dire au juste ce qu'est la substance. « Notre science, a dit Newton, se borne à voir des figures et des couleurs, à toucher des surfaces, à flairer des odeurs ; mais quant à dire ce qu'il y a d'intime dans la substance, nous ne le pouvons pas.» Mais si nous ignorons l'essence intime de la substance, nous n'avons pas le droit de soutenir que l’inséparabilité est une de ses propriétés.

Bien plus, les apparences sont plutôt en faveur de la séparabilité. Si nous prenons, par exemple, un homme de quarante ans, nous ne retrouvons rien dans son extérieur qui rappelle l'enfant de cinq ans. Tout paraît changé en lui ; son corps n'a gardé aucune des molécules qui le composaient dans ce lointain passé, et cependant cet homme a toujours conscience d'être la même personnalité. La nature a donc fait un travail que nous ne comprenons pas ; elle a détaché en quelque sorte les qualités extérieures de la substance humaine, tout en gardant la substance elle-même, intacte et immuable. Pourquoi Dieu ne pourrait-il pas faire aussi bien et plus que la nature ? Pourquoi ne pourrait-il pas séparer la substance des accidents ? Et, d'autre part, s'il est vrai, comme l'a prétendu Leibniz, que la substance est une force, pourquoi Dieu ne pourrait-il pas se substituer à la force qui soutient les accidents du pain et du vin ?

Que les rationalistes proclament que le dogme de la Présence réelle est incom­préhensible, qu'il est au-dessus de la raison, soit, nous sommes de leur avis, et nous n'ayons pas, plus qu'eux, l'intelligence des mystères : mai:: qu'ils aillent plus loin et déclarent que le dogme est contradictoire, c'est une chose qu'il leur est impossible de démontrer.



Conclusion pratique.



1° Que notre premier acte devant l’Eucharistie soit un acte de foi. Aucun mystère ne paraît au premier abord plus déconcertant pour notre raison. Un Dieu, qui se cache sous un peu de pain : quel prodige! Mais il n'y a pas de merveilles qui dépassent la sagesse et la puissance de Dieu : sa sagesse pour les concevoir et sa puissance pour les accomplir.



2° Après l'acte de foi l’acte de confiance. « Ne pouvons-nous pas tout en Celui qui nous fortifie ? » (Philip., iv, 13).



3° Puis, la charité. L'Eucharistie est vraiment le grand mystère de l'amour. Rester toujours auprès de ceux qui vous sont chers, se sacrifier pour eux, s'unir à eux, tel est le triple vœu de tout amour. Ce qui est pour l'homme un rêve, stérile et impuissant, Dieu pouvait le réaliser et l'a réalisé.



4° L'humilité. Quelle leçon d'humilité Notre-Seigneur nous donne dans l'Eucharistie, dans ce sacrement où il s'anéantit et s'abaisse plus que dans son Incarnation et sur la Croix, puisqu'il cache, sous les apparences du pain et du vin, non seulement sa divinité mais encore son humanité !

« In cruce latebat sola Deitas

Sed hic latet simul et humanitas » (S. Thomas).



5° Rendre de fréquentes visites au Saint Sacrement et prendre part aux processions, etc.



LECTURES. — 1° Le miracle de la multiplication des pains et la promesse de l'Eucharistie (Jean, vi). 2° L'institution de l'Eucharistie (Mat., xxvi, 26-28 ; Marc, XIV, 22-24 ; Luc, xxii, 19, 20 ; I Cor., xi, 23-25).



QUESTIONNAIRE. — I. 1° Quelle est l'excellence de l'Eucharistie ? 2° Quels en sont les deux aspects ? 3° Gomment peut-on diviser le sujet ?

II. 1° Quels furent les adversaires de la Présence réelle ? 2° Qu'entendez-vous par « sacramentaires » ? 3° Quelles sont les preuves de la Présence réelle ? 4° Connaissez-vous le discours par lequel Notre-Seigneur promit l'institution de l'Eucharistie ? 5° Quelles sont les paroles de l'institution ? 6° La foi à la Présence réelle est-elle conforme à la Tradition ?

III. Quelles sont les questions qui se posent à propos du mode de la Présence réelle ?

IV. 1° Gomment se fait la Présence réelle ? 2° Qu'est-ce que la transsubstantiation ? 3° La transsubstantiation exclut-elle la consubstantiation et l’impanation ?

V. 1° Gomment Jésus-Christ est-il présent dans l'Eucharistie ? 2° Est-il tout entier sous chaque espèce et même sous chaque parcelle ? 3° Qu'arrive-t-il si on divise l'hostie ? 4° Jésus-Christ est-il impassible sous le voile des espèces ?

VI. 1° Qu'entendez-vous par permanence de la Présence réelle ? 2° Quelles sont les conditions de cette permanence ?

VII. 1° Quelles sont les conséquences de la permanence de la Présence réelle ? 2° Quel culte devons-nous rendre à Jésus-Christ dans l'Eucharistie ? 3° Quelles sont les formes de ce culte ? 4° Comment lui rendons-nous le culte privé ? 5° Peut-on porter l'Eucharistie aux malades ?

VIII. 1° Quelles sont les deux objections que font les rationalistes au dogme de la Présence réelle ? 2° Que peut-on répondre ?



DEVOIRS ÉCRITS. — 1° Dieu le Père et Dieu le Saint-Esprit sont-ils avec Dieu le Fils dans l'Eucharistie ? 2° Jésus-Christ est-il présent dans une parcelle qu'on ne pourrait voir qu'au microscope ? 2° Notre-Seigneur est-il aussi réellement présent dans l'hostie qu'il était dans l'étable de Bethléem ou bien sur la croix ? Y est-il de la même manière ? 4° Quelle différence y a-t-il entre l'Eucharistie et les images de Notre-Seigneur ?
Revenir en haut Aller en bas
PARADISO



Féminin Messages : 106
Inscription : 20/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 23:10

Arc-en-Ciel a écrit:
PARADISO a écrit:
Arc-en-Ciel a écrit:
Là chère paradiso, vous en devenez ridicule et grotesque.
Je ne peux que remettre cette haine qui vous habite en notre Seigneur.
Question: croyez-vous en la Présence REELLE de notre Seigneur sous les espèces consacrées.?

Chère Arc-en-Ciel.

Oui je crois en la Présence de Notre-Seigneur Jésus, avec son âme, son sang, son corps et sa divinité sous les espèces du pain et du vin, cette foi se nomme la transsubstantiation.

Je crois qu'après la consécration il reste seulement les espèces du pain et du vin, c'est-à-dire : qualités sensibles du pain et du vin, comme la forme , la couleur, la saveur. Les espèces du pain et du vin restent merveilleusement sans leur substance par la vertu du Dieu tout-puissant.

En disant ceci, c'est vous qui êtes bel et bien Luthérienne

Ma pauvre amie pour confondez en disant ceci avec consubstantiation

Doctrine luthérienne selon laquelle la présence réelle du corps et du sang du Christ coexistent dans et avec le pain et le vin, qui gardent leur substance.La présence réelle existe mais disparaît à la fin de la célébration eucharistique.
Doctrine en opposition avec la doctrine de l’Eglise catholique qui parle de Transsubstantiation.



Je crois que la Messe est le renouvellement non sanglant du Sacrifice de la Croix.

Je ne crois pas et rejette comme doctrine hérétique que Notre Seigneur soit DANS l'hostie, c'est-à-dire qu'il coexiste avec le pain, comme l'enseigne les luthériens et comme BXVI a glissé dans son texte.

Votre interprétation erronée n'est pas celle de l'Eglise Catholique, d'hier et d'aujourd'hui mais bien celle de Luther



Arc-en-Ciel, remballez vos grands cris... dans votre petite valise.

Car les notions que je vous ai donné ce matin, viennent directement du Catéchisme du Concile de Trente et de celui de Saint Pie X....
Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 23:22

[quote="stylite"]
Citation :
Et dire :

« Adorer le Corps du Christ veut dire croire qu'en lui, dans ce morceau de pain, il y a réellement le Christ,

c'est dire une hérésie!

Le Christ n'est pas dans le morceau de pain. C'est le pain qui s'est transubstancié en Corps du Christ.

Cela signifie que la substance du pain n'est plus, elle est remplacée par la substance du Corps du Christ. Donc il ne peut pas y avoir dans du pain le Corps du Christ. Mais le pain est devenu Corps du Christ, réellement.

Citation :
Présence réelle. Existence réelle, et non symbolique, de la personne de Jésus-Christ, sous les apparences du pain et du vin consacrés.


C'est exactement ce que notre Pape bien-aimé, dit et l'Eglise Catholique.

C'est bien votre compréhension de bien mauvaise foi qui vous fait dire n'importe quoi.

Vous vous êtes bien gardé de traduire le sens exact (par grand amour envers notre Pape): dans ce morceau de pain,= sous l'apparence du pain.

Et lorsque nous communions c'est bien au Corps du Christ, que nous communions réellement sous l'apparence de la Sainte hostie ou du pain consacré.

Tout les textes que je n'ai pas re-cités, sont également dans le CEC.
Revenir en haut Aller en bas
Jeb



Masculin Messages : 4320
Inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 23:27

Dans son message de Lun 2 Nov 2009 - 17:18, PARADISO a écrit:
Je crois qu'après la consécration il reste seulement les espèces du pain et du vin, c'est-à-dire : qualités sensibles du pain et du vin, comme la forme , la couleur, la saveur. Les espèces du pain et du vin restent merveilleusement sans leur substance par la vertu du Dieu tout-puissant.
A lire l'extrait du message ci-dessus on peut penser que son auteur ne croit pas à la Présence Réelle comme l'enseigne le Catéchisme de l'Eglise Catholique cité ci-dessous :
"1377 La présence eucharistique du Christ commence au moment de la consécration et dure aussi longtemps que les espèces eucharistiques subsistent. Le Christ est tout entier présent dans chacune des espèces et tout entier dans chacune de leurs parties, de sorte que la fraction du pain ne divise pas le Christ (cf. Cc. Trente : DS 1641)."

Mais quand on lit le message en entier ce n'est pas le cas.

Alors attention aux extraits de texte : on leur fait dire tout et le contraire.

Et chers "amis" sédévacs vous êtes experts à ce petit jeu.
Vous cherchez des poils aux oeufs en "tripatouillant" les textes des Papes "post-conciliaires" pour justifier votre schisme.


P.S. : Désormais je m'abstiendrai d'intervenir avec les sédévacantistes : on tourne en rond depuis un moment et ça me fatigue... I don't want that


Dernière édition par Jeb le Mar 03 Nov 2009, 01:14, édité 1 fois (Raison : J'ai mis en vert gras la phrase ci-dessus parce PARADISO n'en a pas tenu compte dans sa réponse.)
Revenir en haut Aller en bas
stylite



Messages : 287
Inscription : 24/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 23:37

Citation :
Vous vous êtes bien gardé de traduire le sens exact (par grand amour envers notre Pape): dans ce morceau de pain,= sous l'apparence du pain.

Mais justement, cère AeC, "dans le morceau de pain" n'est pas égal à "sous l'apparence "du pain.

Et c'est bien là le problème avec ce que dit Benoit16.

Il est faux de dire qu'après la consécration, Jésus est réellement présent dans le pain, car il n'y a plus de pain. Il n'y a que le Corps du Christ, sous les apparences du pain, mais il n'y a plus de pain! C'est bien ce que chante l'hymne Pange Lingua:

Citation :
4. Verbum caro, panem verum verbo carnem éfficit:
Le Verbe fait chair, par son verbe, fait de sa chair le vrai pain;

Nulle question de chair qui serait dans le vrai pain

Fitque sanguis Christi merum, Et si sensus déficit,
Le sang du Christ devient boisson; Nos sens étant limités,

alors Dieu dans son infinie miséricorde laisse à nos sens les accidents, car sinon, on ne verrait rien.

Ad firmándum cor sincérum sola fides sùfficit.
C'est la foi seule qui suffit pour affermir les coeurs sincères.



5. Tantum ergo Sacraméntum venerémur cérnui:
Il est si grand, ce sacrement ! adorons-le, prosternés.

Et antíquum documéntum novo cedat rítui:
Que s'effacent les anciens rites devant le culte nouveau !

Præstet fides supplémentum sénsuum deféctui.
Que la foi vienne suppléer aux faiblesses de nos sens !
Revenir en haut Aller en bas
Simple fidèle



Masculin Messages : 105
Inscription : 29/08/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Lun 02 Nov 2009, 23:38

PARADISO a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Le Christ n'est pas une personne humaine. Il est la personne du Verbe incarné.

Par contre, ayant une nature humaine complète, il a un "moi" humain complet.

Il a une nature humaine, mais un moi humain complet... j'aimerais bien savoir la source de cette nouvelle approche..

Dangereux de jouer avec les mots en ce domaine, on glisse vite.

Il y a bien en Jésus-Christ une nature humaine complète qui n'est pas anémiée par la nature Divine.

Pour le mystère de l'Eucharistie, le pain et le vin n'existent plus qu'en apparence, effectivement. Ils sont remplacés réellement et substantiellement par le Corps et le Sang du Christ, ce que Benoît XVI ne cesse de rappeler.

Votre recherche, chers amis sédévacantiste n'est pas celle de la vérité. Vous ne cherchez que le mensonge parmi les textes récents de la Sainte Eglise. En cela, vous êtes bien comme votre père.
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 00:02

Jeb a écrit:

Alors attention aux extraits de texte : on leur fait dire tout et le contraire.

Et chers "amis" sédévacs vous êtes experts à ce petit jeu.
Vous cherchez des poils aux oeufs en "tripatouillant" les textes des Papes "post-conciliaires" pour justifier votre schisme.

P.S. : Désormais je m'abstiendrai d'intervenir avec les sédévacantistes : on tourne en rond depuis un moment et ça me fatigue...

Simple fidèle a écrit:

Votre recherche, chers amis sédévacantiste n'est pas celle de la vérité. Vous ne cherchez que le mensonge parmi les textes récents de la Sainte Eglise. En cela, vous êtes bien comme votre père.

thumleft thumleft thumleft
Ras-le bol de leurs offenses à notre Mère l'Eglise et en nos Papes. Sad Je n'interviendrais plus également avec les sédévacs. silent
Revenir en haut Aller en bas
PARADISO



Féminin Messages : 106
Inscription : 20/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 00:11

Jeb a écrit:
Dans son message de Lun 2 Nov 2009 - 17:18, PARADISO a écrit:
Je crois qu'après la consécration il reste seulement les espèces du pain et du vin, c'est-à-dire : qualités sensibles du pain et du vin, comme la forme , la couleur, la saveur. Les espèces du pain et du vin restent merveilleusement sans leur substance par la vertu du Dieu tout-puissant.
A lire l'extrait du message ci-dessus on peut penser que son auteur ne croit pas à la Présence Réelle comme l'enseigne le Catéchisme de l'Eglise Catholique cité ci-dessous :
"1377 La présence eucharistique du Christ commence au moment de la consécration et dure aussi longtemps que les espèces eucharistiques subsistent. Le Christ est tout entier présent dans chacune des espèces et tout entier dans chacune de leurs parties, de sorte que la fraction du pain ne divise pas le Christ (cf. Cc. Trente : DS 1641)."

Mais quand on lit le message en entier ce n'est pas le cas.

Alors attention aux extraits de texte : on leur fait dire tout et le contraire.

Et chers "amis" sédévacs vous êtes experts à ce petit jeu.
Vous cherchez des poils aux oeufs en "tripatouillant" les textes des Papes "post-conciliaires" pour justifier votre schisme.


P.S. : Désormais je m'abstiendrai d'intervenir avec les sédévacantistes : on tourne en rond depuis un moment et ça me fatigue... I don't want that


Jeb, l'extrait que vous incriminez vient directement mot pour mot du Catéchisme de Saint Pie X, de plus ce n'est pas un extrait mais un article complet.
Revenir en haut Aller en bas
PARADISO



Féminin Messages : 106
Inscription : 20/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 00:27

Simple fidèle a écrit:
PARADISO a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Le Christ n'est pas une personne humaine. Il est la personne du Verbe incarné.

Par contre, ayant une nature humaine complète, il a un "moi" humain complet.

Il a une nature humaine, mais un moi humain complet... j'aimerais bien savoir la source de cette nouvelle approche..

Dangereux de jouer avec les mots en ce domaine, on glisse vite.

Il y a bien en Jésus-Christ une nature humaine complète qui n'est pas anémiée par la nature Divine.

Pour le mystère de l'Eucharistie, le pain et le vin n'existent plus qu'en apparence, effectivement. Ils sont remplacés réellement et substantiellement par le Corps et le Sang du Christ, ce que Benoît XVI ne cesse de rappeler.

Votre recherche, chers amis sédévacantiste n'est pas celle de la vérité. Vous ne cherchez que le mensonge parmi les textes récents de la Sainte Eglise. En cela, vous êtes bien comme votre père.


Curieux que personne n'ait encore répondue au texte complet mis en ligne de Benoit XVI où il emploie les termes de l'impanation...

Quant à vos termes anémiques sur la nature humaine de Notre-Seigneur, permettez-moi, entre vous et saint Thomas de choisir le Docteur Angélique...

Et merci bien pour la finale en jugement téméraire, mais dites-moi n'est-ce pas contraire à votre religion.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 05:44

stylite a écrit:
Citation :
Et dire :

« Adorer le Corps du Christ veut dire croire qu'en lui, dans ce morceau de pain, il y a réellement le Christ,

c'est dire une hérésie!

Le Christ n'est pas dans le morceau de pain. C'est le pain qui s'est transubstancié en Corps du Christ.

Ce n'est pas une hérésie. C'est juste la citation de la manière simple et polpulaire de parler.

Et de plus, comme théologien privé, le père Ratzinger ne définit pas le dogme de la foi.

Vous nous fatiguez.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 06:24

Les sédévacantistes prétendent nous donner des leçons de catéchisme dont nous n'avons pas besoin et prétendent nous enseigner -que dis-je,enseigner au Pape! - la doctrine de l'Eglise que nous connaissons depuis longtemps...A quoi cela sert-il ? Enfin,s'il y en avait un seul qui se convertissait et revenait vers l'Eglise,cela vaudrait sans doute la peine que nous prenons à les lire,mais vraiment,c'est usant !...Ils semblent enfermés dans une paranoïa collective et sur ce point nous ne pouvons pas grand chose ! Comment les en libérer,là est la question !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 07:02

Je viens de mettre Stylite et Paradisio en non actif.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Tonino



Masculin Messages : 133
Inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 09:50

Arnaud Dumouch a écrit:
Je viens de mettre Stylite et Paradisio en non actif.

Ca veut dire qu'ils on été bannis?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 10:15

Arc-en-Ciel a écrit:
Jeb a écrit:

Alors attention aux extraits de texte : on leur fait dire tout et le contraire.

Et chers "amis" sédévacs vous êtes experts à ce petit jeu.
Vous cherchez des poils aux oeufs en "tripatouillant" les textes des Papes "post-conciliaires" pour justifier votre schisme.

P.S. : Désormais je m'abstiendrai d'intervenir avec les sédévacantistes : on tourne en rond depuis un moment et ça me fatigue...

Simple fidèle a écrit:

Votre recherche, chers amis sédévacantiste n'est pas celle de la vérité. Vous ne cherchez que le mensonge parmi les textes récents de la Sainte Eglise. En cela, vous êtes bien comme votre père.

thumleft thumleft thumleft
Ras-le bol de leurs offenses à notre Mère l'Eglise et en nos Papes. Sad Je n'interviendrais plus également avec les sédévacs. silent

Je me range à votre avis..... mes amis ! sunny
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3932
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 12:04

Merci Julienne, Merci Arnaud :bisou: fleur 6
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 12:14

Tonino a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Je viens de mettre Stylite et Paradisio en non actif.

Ca veut dire qu'ils on été bannis?

Pas vraiment. Mais ils comprendront qu'ils sont envahissants et qu'on leur demande de lever le pied.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 12:59

Pour apporter un peu de spontaneité:

Voilà ce que répondis la petite Thérése de Lisieux âgée de 5 ou 6 ans à sa soeur qui lui posa la question: "comment est ce possible que Dieu soit dans un bout de pain?"
La petite Thérése de répondre: " Parce qu'il est tout puissant"

Dans son action envers les hommes c'est dans l'impuissance que Dieu révèle çà toute puissance!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 13:02

Pardon pour les fautes d'orthographe qui se glissent dans mes messages mais je dois faire vite!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 13:06

Une interview de Finkielkraut à propos de notre Pape Benoit XVI

http://www.dailymotion.com/video/x253hx_finkielkraut-parle-de-benoit-xvi_politics
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 13:52

Paco a écrit:
Pour apporter un peu de spontaneité:

Voilà ce que répondis la petite Thérése de Lisieux âgée de 5 ou 6 ans à sa soeur qui lui posa la question: "comment est ce possible que Dieu soit dans un bout de pain?"
La petite Thérése de répondre: " Parce qu'il est tout puissant"

Dans son action envers les hommes c'est dans l'impuissance que Dieu révèle çà toute puissance!!!

Merci cher Paco,

Nos Sédévacantistes vont-ils déclarer sainte Thérèse hérétique ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 19:30

Quant aux photos incriminées, il faut savoir que de nos jours on falsifie les photos comme on veut, ce qui fait que plus aucune photo ne peut etre recue comme piece á conviction.
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 20:47

Arnaud Dumouch a écrit:
Paco a écrit:
Pour apporter un peu de spontaneité:

Voilà ce que répondis la petite Thérése de Lisieux âgée de 5 ou 6 ans à sa soeur qui lui posa la question: "comment est ce possible que Dieu soit dans un bout de pain?"
La petite Thérése de répondre: " Parce qu'il est tout puissant"

Dans son action envers les hommes c'est dans l'impuissance que Dieu révèle çà toute puissance!!!

Merci cher Paco,

Nos Sédévacantistes vont-ils déclarer sainte Thérèse hérétique ?

Affaire à suivre après une bonne pause...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
cébé



Messages : 2334
Inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mar 03 Nov 2009, 22:12

Arnaud Dumouch a écrit:
Paco a écrit:
Pour apporter un peu de spontaneité:

Voilà ce que répondis la petite Thérése de Lisieux âgée de 5 ou 6 ans à sa soeur qui lui posa la question: "comment est ce possible que Dieu soit dans un bout de pain?"
La petite Thérése de répondre: " Parce qu'il est tout puissant"

Dans son action envers les hommes c'est dans l'impuissance que Dieu révèle çà toute puissance!!!

Merci cher Paco,

Nos Sédévacantistes vont-ils déclarer sainte Thérèse hérétique ?

Suspens! .. vous le saurez dans le prochain épisode intitulé: Les sédés ne cèdent pas où vous verrez que les scellés sont solides.
Revenir en haut Aller en bas
Cupertino



Messages : 590
Inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mer 04 Nov 2009, 00:47

cébé a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Paco a écrit:
Pour apporter un peu de spontaneité:

Voilà ce que répondis la petite Thérése de Lisieux âgée de 5 ou 6 ans à sa soeur qui lui posa la question: "comment est ce possible que Dieu soit dans un bout de pain?"
La petite Thérése de répondre: " Parce qu'il est tout puissant"

Dans son action envers les hommes c'est dans l'impuissance que Dieu révèle çà toute puissance!!!

Merci cher Paco,

Nos Sédévacantistes vont-ils déclarer sainte Thérèse hérétique ?

Suspens! .. vous le saurez dans le prochain épisode intitulé: Les sédés ne cèdent pas où vous verrez que les scellés sont solides.


Complètement atterrant!

Voilà tout ce qu'on trouve... pour faire une comparaison

La formulation d'une question qui s'adresse à une enfant de 5 ans et la réponse de cette enfant...d'un bord et de l'autre la formulation d'un dogme de foi par celui qu'on dit le Pontife Romain!

:mdr: :mdr: :mdr: :mdr:

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus... vite , vite, priez...
Revenir en haut Aller en bas
http://messe.forumactif.org
Thoma in petto



Messages : 50
Inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mer 04 Nov 2009, 01:02

Arnaud Dumouch a écrit:
Je viens de mettre Stylite et Paradisio en non actif.

Pour Stylite et Paradiso:

Citation :
Vous serez heureux lorsque les hommes vous haïront, vous éloigneront, vous injurieront et rejetteront votre nom comme étant mauvais, à cause du Fils de l’homme. Réjouissez-vous en ce jour-là, et tressaillez d’allégresse, parce que votre récompense est grande dans le ciel; car c’est ainsi que leurs pères faisaient aux prophètes.

( Lc. VI, 22-23, Glaire.)

Vous êtes heureux, lorsque les hommes vous maudissent et vous persécutent, et disent faussement toute sorte de mal de vous, à cause de moi. Réjouissez-vous et tressaillez de joie, parce que votre récompense est grande dans les cieux; car c’est ainsi qu’ils ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

(Matth., V, 11-12, Glaire.)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mer 04 Nov 2009, 06:32

Cupertino a écrit:


Complètement atterrant!

Voilà tout ce qu'on trouve... pour faire une comparaison

La formulation d'une question qui s'adresse à une enfant de 5 ans et la réponse de cette enfant...d'un bord et de l'autre la formulation d'un dogme de foi par celui qu'on dit le Pontife Romain!

:mdr: :mdr: :mdr: :mdr:

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus... vite , vite, priez...

Elle n'a pas 5 ans quand elle écrit. Elle a 24 ans. Et elle fait comme le cardinal Ratzinger dans ce passage. Elle ne fait pas de la haute analyse théologique. Elle emploie le langage commun.

Qu'y a-t-il, caché dans ce morceau de pain ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mer 04 Nov 2009, 14:17

Arnaud Dumouch a écrit:
Cupertino a écrit:


Complètement atterrant!

Voilà tout ce qu'on trouve... pour faire une comparaison

La formulation d'une question qui s'adresse à une enfant de 5 ans et la réponse de cette enfant...d'un bord et de l'autre la formulation d'un dogme de foi par celui qu'on dit le Pontife Romain!

:mdr: :mdr: :mdr: :mdr:

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus... vite , vite, priez...

Elle n'a pas 5 ans quand elle écrit. Elle a 24 ans. Et elle fait comme le cardinal Ratzinger dans ce passage. Elle ne fait pas de la haute analyse théologique. Elle emploie le langage commun.

Qu'y a-t-il, caché dans ce morceau de pain ?

C'est trop simple Arnaud.
Comment faire pour comprendre la spiritualité thérésienne sans simplicité et spontanéité? Impossible.
Elle qui disait et nous dit toujours que l'Amour c'est " de faire des choses ordinaires des choses extraordinaires".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
La Chartreuse



Messages : 577
Inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mer 04 Nov 2009, 15:22

Arnaud Dumouch a écrit:
Tonino a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Je viens de mettre Stylite et Paradisio en non actif.

Ca veut dire qu'ils on été bannis?

Pas vraiment. Mais ils comprendront qu'ils sont envahissants et qu'on leur demande de lever le pied.

J'aimerais bien savoir ce que signifie en bon canadien cette expression « qu'on leur demande de lever le pied » Question

Ils sont non actifs pour combien de temps Question

Ils n'ont pas eu d'avis!!!!!!!!!!!!!!!

Merci de me répondre !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mer 04 Nov 2009, 16:04

Citation :
J'aimerais bien savoir ce que signifie en bon canadien cette expression « qu'on leur demande de lever le pied »
...imagine que tu es dans ta caisse et que tu appuies trop sur le champignon... et ben celui qui est à la place du mort te demandera sûrement de « lever le pied ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mer 04 Nov 2009, 16:04

nilamitp a écrit:
Citation :
J'aimerais bien savoir ce que signifie en bon canadien cette expression « qu'on leur demande de lever le pied »
...imagine que tu es dans ta caisse et que tu appuies trop sur le champignon... et ben celui qui est à la place du mort te demandera sûrement de « lever le pied ».

Pas la caisse ! Le char. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Cupertino



Messages : 590
Inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mer 04 Nov 2009, 17:17

cébé a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Paco a écrit:
Pour apporter un peu de spontaneité:

Voilà ce que répondis la petite Thérése de Lisieux âgée de 5 ou 6 ans à sa soeur qui lui posa la question: "comment est ce possible que Dieu soit dans un bout de pain?"
La petite Thérése de répondre: " Parce qu'il est tout puissant"

Dans son action envers les hommes c'est dans l'impuissance que Dieu révèle çà toute puissance!!!

Merci cher Paco,

Nos Sédévacantistes vont-ils déclarer sainte Thérèse hérétique ?

Suspens! .. vous le saurez dans le prochain épisode intitulé: Les sédés ne cèdent pas où vous verrez que les scellés sont solides.

Arnaud Dumouch a écrit:
Cupertino a écrit:


Complètement atterrant!

Voilà tout ce qu'on trouve... pour faire une comparaison

La formulation d'une question qui s'adresse à une enfant de 5 ans et la réponse de cette enfant...d'un bord et de l'autre la formulation d'un dogme de foi par celui qu'on dit le Pontife Romain!

:mdr: :mdr: :mdr: :mdr:

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus... vite , vite, priez...

Elle n'a pas 5 ans quand elle écrit. Elle a 24 ans. Et elle fait comme le cardinal Ratzinger dans ce passage. Elle ne fait pas de la haute analyse théologique. Elle emploie le langage commun.

Qu'y a-t-il, caché dans ce morceau de pain ?

Lorsqu'elle rédige son autobiographie, elle réécrit exactement la situation qui s'est passé lorsqu'elle avait 5 ans.

Simplicité oblige, elle n'était pas dugenre a tenter d'enjoliver les choses...
Revenir en haut Aller en bas
http://messe.forumactif.org
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mer 04 Nov 2009, 17:29

La Chartreuse a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Tonino a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Je viens de mettre Stylite et Paradisio en non actif.

Ca veut dire qu'ils on été bannis?

Pas vraiment. Mais ils comprendront qu'ils sont envahissants et qu'on leur demande de lever le pied.

J'aimerais bien savoir ce que signifie en bon canadien cette expression « qu'on leur demande de lever le pied » Question

Ils sont non actifs pour combien de temps Question

Ils n'ont pas eu d'avis!!!!!!!!!!!!!!!

Merci de me répondre !!!!

Probablement qulque chose comme sacrer son camp. ;)
Revenir en haut Aller en bas
La Chartreuse



Messages : 577
Inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Mer 04 Nov 2009, 23:48

Merci nilamitp et Paul pour vos réponses Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Jeu 05 Nov 2009, 05:23

Paul:
Citation :
Probablement qulque chose comme sacrer son camp

Non, pas vraiment...

Je traduirais par "mettre la pédale douce" donc ralentir... Rien d'autre.

La chatreuse:
Citation :
Ils n'ont pas eu d'avis!!!!!!!!!!!!!!!

Merci de me répondre !!!!


P.s. Madame la chartreuse serait t'il possible de contrôler vos "!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!" qui sont vraiment excessif et qu'on retrouve inutilement dans plusieurs vos messages.

Merci bien.
Revenir en haut Aller en bas
La Chartreuse



Messages : 577
Inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Ven 06 Nov 2009, 16:10

Tourterelle a écrit:


P.s. Madame la chartreuse serait t'il possible de contrôler vos "!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!" qui sont vraiment excessif et qu'on retrouve inutilement dans plusieurs vos messages.

Merci bien.

Oui chef salut
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Portrait de Benoît XVI   Dim 08 Nov 2009, 16:03

Que Dieu garde notre Pape !
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
 
Portrait de Benoît XVI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» P. Hervé Legrand : «Benoît XVI est très loin d'être conservateur»
» Portrait d'un SDF et d'un Bourgeois
» LA MÉDAILLE DE SAINT BENOÎT
» Citations choisies de spiritualité chrétienne de Benoît XVI
» Méditons un chemin de croix avec sa sainteté le pape Benoît XVI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: