DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le travail de moine d'un bum de Saint-Roch (Québec)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chrysostome



Masculin Messages : 28495
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Le travail de moine d'un bum de Saint-Roch (Québec)   Jeu 08 Oct 2009, 00:15

Belle histoire que celle de cet homme Very Happy ! Preuve que Dieu se soucie des pauvres et qu'Il plaint les riches.


Citation :
Le travail de moine d'un bum de Saint-Roch


Marie-Josée Nantel
Le Soleil


(Québec) Depuis trois ans, Robert Chabot peint bénévolement toutes les dorures de l'église Saint-Roch. Un projet saugrenu, qui est devenu sa raison de vivre au fil des ans.

«Un jour d'été, je suis rentré dans l'église et je l'ai trouvée terne. C'était mort», explique cet homme qui ne possède aucune formation en restauration.

Il n'y a presque rien que ce délinquant repenti n'ait pas fait. Vols, consommation et vente de drogues, prostitution, violence conjugale et cinq tentatives de suicide.

D'une famille dysfonctionnelle dont le père était alcoolique, il a été influencé par de mauvaises fréquentations.


«J'ai été un bum toute ma vie, comme bien des gars de Saint-Roch. Ça brassait en 1976 dans le quartier. Mais aujourd'hui, ce projet-là, c'est la seule raison qu'il me reste de vivre et de ne pas m'accrocher à une corde», confie-t-il au Soleil.

M. Chabot ne s'est pas marié. Il n'a jamais eu d'enfant ou d'emploi stable. Il a vécu de l'aide sociale toute sa vie. Il habite seul, avec son chat, dans un HLM de Saint-Sauveur. «Je n'ai pas d'amis non plus», dit-il en feignant s'en accommoder, même si on le sent esseulé.

Emphysème

Depuis 15 ans, il souffre aussi d'emphysème, une maladie pulmonaire qui peut être fatale. Il y a deux ans, son médecin ne lui prédisait plus qu'un an à vivre. Il est donc branché sur une bouteille d'oxygène 18 heures sur 24 et se déplace à l'occasion en chaise roulante.

«J'ai fait une promesse à ma mère sur sa tombe, je vais la tenir», affirme-t-il, bien que cette promesse posthume semble sans fin.

Au départ, M. Chabot ne devait peindre que quelques éléments comme le tabernacle de Marie et celui de Saint-Joseph. À cause de son état de santé, il ne peut pas consacrer plus de deux heures par jour à son projet. Peindre des arabesques sur les balcons demande un certain effort physique, mais surtout beaucoup de minutie, de précision et de patience. «Plus ça va, moins j'ai de capacités», mentionne-t-il.

Mais d'année en année, la liste de ses réalisations s'allonge. Cinq jours par semaine maximum, il grimpe sur des échelles comme pour se rapprocher de Dieu. Il a redonné vie aux bancs des marguilliers, au choeur et à la niche de Saint-Roch. Il repeint même des éléments du décor qui n'ont jamais été décorés. «C'est aussi une façon de me racheter d'avoir battu deux femmes dans ma vie qui ne le méritaient pas. C'est ce que je regrette le plus... Je pense à elles quand je peins», confie M. Chabot.

D'ici Noël, il compte terminer le haut de la chaire. «Je vais au moins laisser quelque chose derrière moi», ajoute-t-il. On a l'impression qu'il repeindrait l'église Saint-Roch au complet s'il le faut, même s'il n'est pas payé.

«Mon salaire, c'est quand les gens viennent me saluer et commenter mon travail», souligne fièrement M. Chabot. Le curé Grenier lui paye ses pinceaux et la peinture couleur or, sans plus.

Son projet pourrait pourtant en étonner plus d'un. M. Chabot est croyant, mais pas vraiment pratiquant. «Je ne vais pas à la messe tous les dimanches, mais j'ai été baptisé», précise-t-il. Il croit en Dieu, mais pas en la religion catholique, qui fonctionne trop à l'argent, selon lui. Il est plutôt branché nature et univers.

«Jeune, je voulais devenir astronaute. Je me souviendrai toute ma vie quand j'ai vu à la télévision Neil Armstrong mettre le pied sur la Lune», se rappelle M. Chabot.

En 49 ans d'existence, ce bum devenu presque moine a peut-être cru trop souvent ceux qui lui promettaient la lune. Mais quand il parle de son projet, on voit tout de même des étoiles dans ses yeux.

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/vivre-ici/societe/200910/06/01-909035-le-travail-de-moine-dun-bum-de-saint-roch.php
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le travail de moine d'un bum de Saint-Roch (Québec)   Jeu 08 Oct 2009, 20:23

Merci Paul pour ce témoignage très émouvant !
Revenir en haut Aller en bas
 
Le travail de moine d'un bum de Saint-Roch (Québec)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La charité
» Dur travail, prix élevé, bon résultats. Saint Matthieu 13,44-46
» Prière à Saint-Benoît contre les ennemis invisible
» Haine collegue de travail
» accident du travail: que feriez-vous à ma place??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: