DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 A propos de Marion Maréchal-Le Pen par Henri Hude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erkos

avatar

Masculin Messages : 608
Inscription : 23/01/2014

MessageSujet: A propos de Marion Maréchal-Le Pen par Henri Hude   Mar 14 Mar 2017, 17:02

Que penser de la faveur dont jouit Marion Maréchal Le Pen auprès d’une partie des catholiques de France ? Cet article a pour objet de répondre à cette question.

D’abord, quelle est l’identité du Front National ?

En devenant un grand parti, le FN, est devenu une coalition qui associe, comme souvent les autres grands partis, un partenaire majeur et un partenaire mineur.
Le partenaire majeur, c’est une masse populaire de salariés du secteur privé, de chômeurs et de prolétaires, dont beaucoup sont jeunes, et tous demandeurs de redistribution en matière de droits économiques et politiques. Florian Philippot est la personnalité dominante de ce premier groupe. Il donne à cette aile du Front National sa dimension autoritaire et néo jacobine ; l’autorité de l’Etat est censée remplacer la compétitivité perdue et protéger les classes populaires d’un appauvrissement sans fin. A dire vrai, dans ce domaine, il n’y a pas de grande rupture avec ce qu’ont fait le PS et les Républicains, on accentue seulement la même solution dirigiste.
Le partenaire mineur, c’est une réunion de personnes très conservatrices et de divers groupements dits « réactionnaires ». Dans mon esprit, tous ces termes sont précis, techniques, et sans connotation positive, ou négative. Parmi tous les conservateurs, sont proches du Front ceux qui ne se sentent pas suffisamment reconnus dans les deux grands partis sociaux-démocrates. Les « réactionnaires » du Front se réfèrent soit à des idéologies antimodernes (antilibérales, antisocialistes), soit à divers épisodes contre-révolutionnaires de notre Histoire : Vendéens et Chouans, royalistes de 1871, boulangistes, Vichy, Algérie française, etc. Marion Maréchal-Le Pen est la principale représentante de ce deuxième groupe, surtout des conservateurs.
La valeur de l’Etat-Nation est le point commun entre les deux groupes, pour des raisons différentes. Pour les conservateurs comme pour les réactionnaires, il représente d’abord l’autorité des traditions et l’identité culturelle ; pour les « néo jacobins », il est d’abord la condition de la justice sociale et des droits démocratiques.
Entre les deux groupes, et leurs chefs, existe naturellement une solidarité et une tension, en partie réelle et en partie seulement apparente.
Conservateurs et réactionnaires ne sont pas satisfaits de leur rôle de partenaire mineur. Leur frustration s’explique par l’histoire. Le partenaire aujourd’hui mineur fut jadis majeur. Il fut même fondateur et au départ il était le tout du Front National[1] ; puis, après que celui-ci se fût élargi à de vastes masses populaires, il resta longtemps partenaire majeur et garda le contrôle du Front ; mais à la fin, il en perdit le contrôle au bénéfice de la masse populaire et de ses représentants, à l’occasion du remplacement de Jean-Marie Le Pen par sa fille Marine.  
En théorie, le Front National pourrait être ou devenir une coalition sociale-conservatrice « normale », ou de « conservateurs sociaux », comme il en a existé de stables et d’efficaces, par exemple, celle de Bismarck dans l’Allemagne des Empereurs Guillaume. Mais en pratique, il n’y a aujourd’hui aucune cohérence économique ou culturelle entre ces deux fractions.
Florian Philippot tient un discours néojacobin, républicain-national, quelque chose entre Lazare Carnot et Jean-Pierre Chevènement, enrichi de références gaullistes de gauche, dirigistes et fiscalistes. Il promet de conserver l’Etat-Providence dans son état présent et de le renforcer. Il tend vers une économie nationale fermée, aussi par souci d’indépendance. Les conservateurs, tels Robert Ménard, comprennent que l’économie mondiale a changé, que Philippot rêve d’un âge révolu, qu’il faut faire la part plus belle à la liberté économique et qu’il faut réformer l’Etat, sinon on risquerait de ruiner la France.
Marion Maréchal-Le Pen ne s’exprime pas trop sur ces enjeux majeurs de notre pays. Elle préfère les sujets culturels. Elle milite pour les crèches dans l’espace public. Elle prend le contre-pied de Philippot sur le mariage homosexuel et l’avortement. Marine Le Pen est censée couper la poire en deux, mais on ne voit pas se dégager de synthèse plausible, ou de compromis fonctionnel.
Et cependant, l’intérêt vital de ce parti est d’assurer l’unité des deux factions. Sans les gros bataillons de Florian Philippot, le FN redevient un petit parti ; sans les discours de Marion Maréchal-Le Pen, il perd ses cadres et ses notables, sa porosité avec les élites sociales conservatrices, et il n’est plus qu’un parti prolétarien révolutionnaire, mené par une poignée de démagogues extrémistes.
Marine Le Pen a fait un choix culturel et politique fondamental, qui est de reléguer au deuxième rang la dimension conservatrice / réactionnaire, c’est ce qui s’appelle la dédiabolisation. En bonne politicienne, elle compte les électeurs. Les classes populaires confrontées à la pauvreté ont d’autres soucis que les indignations du bourgeois traditionaliste. Toutefois, comme La Manif pour tous a révélé l’existence d’un très fort courant, hostile à la culture libertaire du gouvernement de gauche, elle ne dédaigne pas de jeter un filet dans cette direction, par la bouche de sa nièce. D’ailleurs, si on chante l’identité nationale contre l’abstraction universaliste ou l’invasion islamiste, il faut bien saluer au passage les racines chrétiennes de la France. Tout cela n’est pas très cohérent, mais tient ensemble par l’urgence d’une union sacrée autour du thème de la Patrie en danger de double asservissement, par l’oligarchique internationale libertaire et par l’islamisme.



Quel est donc le sens de l’action de Marion M.-LP ?

Objectivement et quelle que soit son intention, elle joue sa partie dans le concert donné par les ténors du Front. Elle rallie les conservateurs sans inquiéter Philippot, qui tient solidement le pouvoir avec l’accord de la Chef. Le conservatisme de Marion n’a strictement aucune chance de devenir le partenaire majeur dans cette alliance. Et pourtant, cette jeune femme ne quittera jamais le FN. Elle n’existe politiquement, à vingt-sept ans, que parce qu’elle se nomme Le Pen et ne peut nulle part espérer être quelque chose d'aussi spécial que dans l’entreprise familiale, à condition qu’elle elle y joue son rôle – et elle le joue.
Elle affiche donc en public un catholicisme intransigeant, qui entretient dans le peuple français les vieux réflexes et stéréotypes anticléricaux, que Florian Philippot ne négligera pas de réemployer au besoin.
Pourquoi parle-t-elle de l’avortement ? Le gouvernement a commencé. Il fait de la provocation avec surenchère, pour gêner François Fillon, et bien sûr Marion saute sur l’occasion. Pourquoi ? Il s’agit d’enfoncer un coin, dans la coalition filloniste, entre les conservateurs et les libéraux, sans faire de tort à Marine Le Pen, puisque de toute façon Philippot dit le contraire. Il s’agit de recruter pour le Front les catholiques pro-vie et pro-famille, et de les écarter de Fillon en acculant celui-ci à la contradiction, comme l’avait déjà joué Juppé entre les deux tours de la primaire, en novembre 2016. Car la France n’est pas encore arrivée au point où se trouvent les Etats-Unis, où l’opinion salue avec délectation tout piétinement du « politiquement correct ».
Enfin, on parle aussi de l’avortement et de l’islamisme pour se dispenser de parler des réformes fondamentales de l’Etat, du système social et de la stratégie économique de notre pays dans un monde ouvert.
L’avortement se trouve ainsi instrumentalisé, à des fins politiciennes, pour requinquer « à gauche » l’esprit anti-conservateur, pour recoller les deux gauches et pour draguer les conservateurs dans le Front.
En matière d’avortement, la simple exhibition d’un moralisme répressif, à la fois solidaire d’un complexe réactionnaire et indifférent à l’appauvrissement des peuples, ne peut que renforcer la domination culturelle libertaire. Le pape François l’a parfaitement compris, qui met la justice économique au centre du débat moral, ainsi que la charité pour les victimes des dogmes libertaires. Le problème de l’avortement ne peut trouver sa solution que dans une renaissance d’ensemble, économique et culturelle, de la nation ; une renaissance qui ne peut certainement pas avoir lieu sans un pouvoir politique respecté, ayant une idée équilibrée de la justice, qui n’a rien à voir avec les passions démagogiques ou sectaires.  


Les incohérences de certains catholiques ultras en politique.

Peut-on d’abord les caractériser ?
Ils ont souci de la famille et de la vie, mais ils n’ont pas assez souci du travail, ni surtout conscience qu’il y a là un seul problème à deux dimensions : une de justice sociale / familiale et une de justice économique. Quand le pape le leur dit, ils pensent qu’ils savent mieux que lui ce que sont le catholicisme et la doctrine sociale de l’Eglise.
Ils voient peut-être que la famille est objectivement une valeur transpartisane, mais ils ne voient pas qu’en séparant les questions de famille et les questions économiques, ils réduisent la famille et la vie à des thèmes partisans, connotés d’une sensibilité de classe ou de caste.
Ils savent que catholique signifie universel, mais leur premier réflexe est toujours de fermer la France sur elle-même. Ils perdent ainsi la dimension évangélique du catholicisme et le transforment en pharisaïsme.
Ils croient en la puissance du Saint-Esprit, mais ils se sentent constamment menacés et pensent avant tout à exister en défense, à se protéger contre les dangers.
Ils veulent faire de la politique, mais ils restent entre eux, jugent les autres, n’ont pas le contact et ne savent pas passer des alliances.
Ils sont conservateurs, mais ils ne sont pas sociaux, ils ont peur du peuple et de la démocratie.
Ils sont ambitieux mais les meilleurs d’entre eux ne font pas de politique (jusqu’à présent mais cela est en train de changer).
Quand ils ont perdu la partie, ils se prennent pour des saints et des martyrs alors qu’ils ont simplement été mauvais.
Ceux qui, sans être du FN, tel Philippe de Villiers, soutiennent Marion Maréchal, voudraient promouvoir une alliance d’un FN d’abord conservateur (et non pas social) avec les conservateurs des républicains, le tout contre une Gauche diabolisée[2]. Dans l’abstrait, la manœuvre se conçoit, mais dans le concret elle est impraticable, car elle ne tient pas compte des rapports de forces, ni de l’état des esprits. Ce qu’ils reprochent à François Fillon (et donc aux électeurs de la primaire), c’est d’être en position de faire ce qu’ils voudraient faire, mais sans prétendre pouvoir tout faire. En réalité, il est probable que ces gens ne veulent pas gagner, car leur vie est confortable aujourd’hui, et ils ne seraient pas capables d’exercer le pouvoir ; dans ces conditions, une opposition stérile est le seul moyen de donner de l’importance à leurs personnes. Leur hostilité surprenante envers Fillon s’explique, si on comprend qu’il prouve, par sa simple existence et par son succès, l’inanité de leurs calculs. Loin d’être des saints et des héros, ils donnent du christianisme une image de bourgeois pharisiens et réactionnaires.
Florian Philippot sait qu’il ne sera jamais reconnu dans la bonne société conservatrice et il sait, comme sa Chef, que le Front ne peut se maintenir qu’en restant soutenu par un prolétariat en colère, peu porté aux distinguos et aux équilibres subtils. Ceux qui se disent « la Gauche » feront probablement un choix analogue.
Dans ces conditions, l’intérêt de la France est peut-être d’être gouvernée par des conservateurs réévaluant l’Etat-Nation. Mais il est certain qu’être conservateur en matière d’Etat, de système social et de stratégie économique, revient à condamner notre pays au déclassement. En matière culturelle, négliger l’identité universaliste de la culture française ainsi que son esprit d’entreprise et son sens du progrès, cela condamne aussi notre pays au déclassement. Enfin, négliger le rôle de la France auprès des autres nations européennes, c’est couper la France de sa vocation mondiale.  




[1] Rappelons encore que le Front National lui-même n’était qu’un groupuscule mineur dans une galaxie dite d’extrême-droite. François Mitterrand, soucieux de « diviser la droite », l’a avantagé et lui a permis d’unifier et de dominer cette galaxie, tout en élargissant ses bases électorales. Mitterrand ne prévoyait sans doute pas que le FN, loin de seulement diviser la droite, finirait par siphonner la majeure partie des voix populaires de l’union de la gauche que François Mitterrand avait bâtie, au point d’éliminer le parti socialiste et Lionel Jospin de l’élection présidentielle en 2002 (et 2016?).
[2] Ils raisonnent en termes binaires, sommaires, manichéens : la droite c’est le bien, la gauche c’est le mal. Comment peuvent-ils se plaindre si les autres en face pensent de même avec inversion des signes ?

Source : http://www.henrihude.fr/approfondir/theme1/460-a-propos-de-marion-marechal-le-pen
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 10483
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: A propos de Marion Maréchal-Le Pen par Henri Hude   Mer 15 Mar 2017, 06:12

Erkos a écrit:
 ...
[2] Ils raisonnent en termes binaires, sommaires, manichéens : la droite c’est le bien, la gauche c’est le mal. Comment peuvent-ils se plaindre si les autres en face pensent de même avec inversion des signes ?

Source : http://www.henrihude.fr/approfondir/theme1/460-a-propos-de-marion-marechal-le-pen


En effet . Mais reste à savoir qui a commencé . La guerre entre anticléricaux et cléricaux date de trois siècles , pas d'hier . Certains des derniers nommés n'acceptent pas la capitulation et des renversements de victoire ont parfois eu lieu dans l'Histoire .  
[ Personnellement , je ne souhaite pas du tout que ce renversement soit total ]


Un élément oublié dans l'article de Henri Hude est que le Front National avait anticipé le terrorisme islamiste en Europe , ce dont l'opinion publique française lui sait maintenant gré .

Dans la famille , on discute d'un mariage " religieux " ( le mariage civil à l'étranger a déjà été validé pour l' Europe Unie ) : sera-ce un mariage laïc , grec orthodoxe ou musulman ( les mariés ont tous deux des origines " religieuses mixtes " et le mariage catholique romain est exclu par les deux protagonistes ) ?

Les 3/4 des invités potentiels disent : " si c'est musulman , je n'irai pas " .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
 
A propos de Marion Maréchal-Le Pen par Henri Hude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marion Maréchal-Le Pen
» PELISSIER - Maréchal
» Aide de camp du maréchal NEY
» Gouvion Saint-Cyr, maréchal de l'Empire
» EXELMANS - Maréchal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: