DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5000
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Sam 18 Juin 2016, 09:54

Je me permets de partager ici quelques commentaires extrêmement importants d'un lecteur du site Belgicatho. Ce dont il parle ne semble perçu que par un petit nombre d'entre nous ce qui est assez mystérieux mais c'est ainsi.

Je les partage avec vous pour que de tels écrits ne soient pas perdu car ils ont une extrême importance pour notre époque, mais aussi pour que chacun puisse les lire et que nous puissions échanger par rapport à ce qui y est dit.

Les commentaires sont en lien avec l'article suivant

fatigara a écrit:
Vous avez bien raison, Monsieur Philippe, de nous reproduire le dernier paragraphe de cet interview de Robert Spaemann, grand ami de Joseph Ratzinger et conseiller de Jean-Paul II, répondant à la question du journaliste Wimmer : « A votre avis, où va-t-on ? ». Il faut croire que vous avez trouvé la réponse. Si on s’arrête aux mots de Robert Spaemann dans sa réponse, ceux-ci laissent présumer d’une grande inquiétude. L’hypothèse que le pape François ne soit pas disposé à apporter des corrections à Amoris Laetitia est déjà confirmée selon plusieurs éléments probants dont le fait qu’il exprime fermement et régulièrement son désir d’aller en avant, certainement pas de revenir en arrière. Ce serait donc à son successeur d’assumer cette tâche. Et certainement, il y a d’excellents cardinaux pour lui succéder tels que le cardinal Sarah, le cardinal PELL, le cardinal Raymond Burke, …… Mais, dès l’instant où :

• on a vraisemblablement poussé Benoît XVI au dehors, alors qu’il était un bon pape,
• on est allé rechercher le cardinal Jorge Bergoglio, déjà candidat en 2005, et qui n’aurait pas dû se représenter (inhabituel dans l’élection des papes),
• le pape François est accueilli, écouté, applaudi et suivi par une grande partie des catholiques et du monde,

c’est qu’on ne veut plus de pape comme Benoît XVI, c’est que ses successeurs ne peuvent plus se comporter comme lui mais devront faire comme François, c’est qu’il ne sera pas aisé de remettre de la rectitude dans l’Eglise et d’éradiquer la confusion qui s’y installe.

Les conditions actuelles qui vont encore prévaloir pendant un certains temps pourront-elles permettre l’élection d’un bon successeur ? Et, le cas échéant, pourra-t-il encore disposer d’une autorité suffisante pour faire valoir les corrections ou restrictions qui s’imposent à la mise en pratique d’Amoris Laetitia ? Il y a déjà longtemps qu’on n’écoute plus le pape hormis lorsqu’il veut bien dire ce qu’on voulait lui faire dire. Sera-il suivi par tous les évêques auxquels le pape François veut accorder plus de collégialité, plus de responsabilité de décision ? Lui sera-t-il possible d’éradiquer les conséquences néfastes qui auront eu le temps de s’enraciner rapidement dans un monde qui, lui aussi, aura eu le temps d’accentuer son déclin ? Pourra-t-il le faire avec autant de rapidité et d’efficacité que son prédécesseur a montré dans ses réformes ? C’est un peu comme s’il fallait, dans tous les pays concernés, abroger les lois favorables à l’avortement, à l’euthanasie, au mariage homosexuel, ou comme si on demandait aux protestants d’accepter à nouveau des dogmes qu’ils ont rejetés.
A moins que Robert Spaemann ne se trompe, il faut bien convenir qu’on se trouve face à une grande inconnue. Doit-on vraiment croire que Rome n’a pas su discerner les conséquences possibles d’une telle exhortation ? On a beau dire, mais tant de confusion risque bien de pulvériser ou de dissiper la foi d’un grand nombre confronté à une masse d’informations contradictoires et à des applications différentes de l’enseignement de l’Eglise catholique. Qui donc voudra bien en reconnaître les conséquences et nous en sortir ?
Sincères salutations.

Philippe a écrit:
Vous dites "c’est qu’on ne veut plus de pape comme Benoît XVI, c’est que ses successeurs ne peuvent plus se comporter comme lui mais devront faire comme François, c’est qu’il ne sera pas aisé de remettre de la rectitude dans l’Eglise et d’éradiquer la confusion qui s’y installe."

Je crains que comme prophétisé à Fatima, et par Marthe Robin, l'Eglise aura beaucoup à souffrir, en commençant par celle de France (et toute la France). Le successeur de François risque de ne retrouver que cendre sur cendre. Mais comme dit à la Fraudais au XIXè siècle, la France et l'Eglise seront toutes deux relevées grâce à un saint Pape et à un Roi qui remettront de l'ordre sur la terre de France (ce qui aura une répercussion mondiale) et dans l'Eglise.

Dans l'état actuel des choses, un nouveau Pape serait persécuté comme le fut Benoit XVI mais je crains que d'ici son successeur il y aura bien des souffrances pour le peuple de Dieu - persécutions - et pour les pécheurs - châtiments (à la Fraudais on parlait de bain de sang et de boucherie ; à Fatima que les vivants envieraient les morts)

Bref, le futur pape aura tout à reconstruire (nous ne seros peut être plus ici bas pour le voir mais nous le verrons alors du Ciel et pourrons y participer dans la communion des Saints) mais il sera aidé par le Roi de France, un saint Roi que Dieu prépare en ce moment même.

Comme Marthe Robin le prophétisait, la France tombera très bas (de même que l'Eglise dont elle est la fille ainée) mais elle se relèvera miraculeusement, et rebondira plus haut qu'une balle.

C'est pendant ces persécutions, pire que la 2ème GM, que le Saint Père (François ou son successeur) réalisera que la Russie a toujours besoin d'être consacrée et il le fera enfin... tardivement comme la Sainte Vierge le disait (d'où ce que nous vivons actuellement car cela n'a jamais été fait comme demandé par le Ciel). Mais combien de milliers, voire de millions de morts aurons nous pu éviter en agissant bien plus vite à la demande de Notre Dame faite en 1917 !

P.S. : je pense que cette année Sainte de la Miséricorde a été voulue par Dieu car ce qui nous pend au né d'ici 2017 est plus terrible que ce que nous pourrions imaginer. Profitons de cette année Sainte et prions le Rosaire quotidiennement (au minimum le chapelet) + portons le scapulaire !

fatigara a écrit:
La vertu théologale d’espérance n’est presque plus enseignée et probablement encore moins pratiquée. Aux enterrements, c’est presque un sacrilège que d’en parler, on craint même de tourner en dérision la peine de la famille en deuil. Et passons le reste ! C’est à ce point que de braves prêtres ne savent plus quoi faire pour captiver l’intérêt pour le royaume des cieux. Ils recourent au phénomène mondial et en recrudescence des NDE (Expérience proche de la mort) qui, si on veut bien l’examiner, ressemble fort à un processus de syncrétisme des religions : la lumière (au bout du tunnel) ne s’identifie jamais, on l’appelle comme on veut, tandis que le Seigneur Jésus, Lui, s’identifie toujours (« Saul, Je suis Jésus que tu persécutes ») et la TS Vierge Marie aussi (« Je suis la Mère de Dieu » - « Je suis l’Immaculée conception », …). « Satan fera des prodiges considérables, … ». Ainsi cheminent l’illusion, la confusion et la dérision. Pourtant, la vive espérance du royaume éternel des Cieux est l’unique raison, l’unique objectif suprême de la foi en Jésus-Christ. On peut tout supporter quand on a une bonne raison de le faire. Mais quand il n’y a plus de raison suprême, on peut rapidement s’effondrer ou bien en chercher une autre. En dehors de la réalité de l’espérance, on dérive systématiquement en dehors de la réalité de la foi, dans l’illusion de la foi qui n’est alors plus qu’un rêve, qu’un film qu’on se fait, qu’un rite rassurant et consolant. Mais voilà, on vit aussi comme si la mort n’existait pas, comme si on ne devait jamais mourir. « Nous mourrons tous, mes frères ! Moi aussi ! Peut-être, … ! » (peut-être pas !). Benoît XVI a soulevé ce problème fondamental dans sa belle encyclique « Spe Salvi » du 30.11.07, où il expose très bien la fausse espérance promue par le marxisme et qu’il confronte à la véritable espérance chrétienne. Sans doute était-il conscient que, bien malheureusement, l’Eglise catholique de ces temps intègre progressivement cette fausse espérance qu’on tente de substituer à la véritable espérance chrétienne dont on ne parle presque plus. Le pape Benoît XVI observe donc que « nombre de personnes rejettent aujourd’hui la foi simplement parce que cette perspective ne leur semble pas souhaitable. La crise de la foi est avant tout celle de l’espérance chrétienne. » Rien d’étonnant dès lors qu’il ait terminé son pontificat avec des propos inquiétants pour l’avenir de l’Eglise et de l’Humanité :
« Les pires ennemis de l’Eglise sont en son sein »
« Ce qui est inquiétant, c’est que le mal prend le dessus sur le bien »
« L’Europe n’est pas seulement en déclin, mais au bord du gouffre »
« Il n’y a plus que la miséricorde qui peut sauver le monde »
Mais quelle miséricorde ? Celle des hommes entre eux ou celle de Dieu pour les hommes ?

La compromission s’étend à la conscience générale. Bientôt, Il n’y aura presque plus aucune famille, aucune personne qui ne soit concernée ou affectée, directement ou indirectement, par l’un ou plusieurs des maux de la contraception, du concubinage, du libertinisme sexuel, de l’adultère, du divorce, du remariage, de l’homosexualité, de l’avortement, de l’euthanasie, de l’abandon de la pratique dominicale, du matérialisme, de l’hédonisme, du consumérisme, de l’athéisme pratique …. Il n’est dès lors plus permis de faire référence aux préceptes évangéliques et à la morale catholique sans risquer de froisser, de blesser, de susciter des animosités, des discordes, des inimitiés, des divisions, parfois même, des poursuites en justice. Et pour ne pas compromettre les bonnes relations humaines qu’ils privilégient, presque tous choisissent de se taire, de s’accommoder du mal, et de s’imposer, en toute bonne conscience, ce faux concept de paix. Le grand nombre fait ainsi spontanément application du même principe qu’emploie le pape pour tenter d’instaurer la paix. Il est donc à craindre que ces personnes ne vont pas s’opposer aux prérogatives du pape et que celui-ci ne reviendra pas en arrière mais ira plutôt de l’avant, fort de l’approbation du grand nombre dont il bénéficie.
Comment donc pouvoir revenir en arrière, dépolluer les esprits, les cœurs, les âmes (la pire des pollutions), revitaliser les consciences, éluder chacune des nombreuses causes d’apostasie et de leurs conséquences dans un temps suffisamment restreint que pour pouvoir empêcher que tout ce mal ne provoque un cataclysme universel ? Car le rejet de la Vérité génère le mensonge, le mal, la haine, la division et la destruction, cela peut se vérifier aisément. L’Eglise catholique romaine du Christ est la conscience vivante de l’Humanité. A défaut de conscience, de subsistance de l’Eglise, c’est aussi la fin assurée de la civilisation qui l’accompagne. Comment le faire comprendre à ceux qui sont en train de la saccager volontairement et consciemment ?
Il n’y a plus que la certitude et l’espérance en la promesse de Notre Seigneur Jésus-Christ qui peut nous garder une foi inébranlable et indéfectible : « Et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle ». « Comment cela va-t-il se faire ? » demandait Marie à l’ange ? Et bien, c’est la même Vierge Marie qui est venu nous le dire en confirmant aussi ce que bien d’autres saints et saintes en ont dit. N’est ce pas normal que la Mère de Dieu soit de nouveau la Mère de cet enfantement mystérieux qu’Elle nous annoncé à Fatima
Merci à vous tous ! Que Dieu nous garde et nous sauve !

fatigara a écrit:
Puzzle réussi, cher Philippe ! Vous avez l’image entière !
Merci pour votre belle et bonne réponse qui me réjouit de vous savoir en unité de connaissances, de cœur, d’âme et d’esprit. Et de savoir aussi que vous lisez les commentaires des autres et que vous prenez la peine d’y donner suite. A voir les nombreuses références connues que vous citez, je sais que vous avez trouvé la bonne réponse qui nous est tellement révélée par les grandes manifestations mariales reconnues de La Salette, Fatima (qui confirme La Salette), Akita (qui confirme Fatima) ainsi qu’une autre qu’on n’a pas voulu reconnaître (1963) mais qui n’a plus besoin de l’être puisque toute l’actualité l’authentifie. Apparemment, nous suivons le même chemin, ce n’est pas une autoroute, c’est un chemin étroit et rocailleux, presque un chemin de croix. Et ce n’est pas pour rien qu’on a relégué ces grandes manifestations mariales (surtout Fatima) dans le tiroir aux oubliettes, comme un miroir aux alouettes. Mais à quoi bon ! Cela n’empêchera en rien la réalité de s’aggraver et de se précipiter, bien au contraire.

Ce soir, je dois vous dire au revoir ! J’ai pris la décision de ne plus soumettre de commentaires à la publication. Je remercie vivement les administrateurs de Belgicatho dont j’ai pu remarquer qu’ils ont usé de patience et de bienveillance à mon égard car, chaque fois que je soumettais, je savais que je pouvais leur susciter quelques sueurs froides face à la décision de publier. A chaque fois, j’ai confié cela à la seule volonté de Dieu. Je ne sais pas s’ils daigneront publier ce dernier qui, comme d’habitude, suscite plus l’impression de mortuaire que de sanctuaire. A défaut de le publier, je leur serais chaleureusement reconnaissant s’ils daignaient quand même vous le transmettre par une autre voie et me le faire brièvement savoir. Le site de Belgictho est vraiment honorable et respectable, se distinguant par son sérieux, sa crédibilité, son courage qu’on ne mesure pas toujours, son objectif qu’on ne perçoit pas toujours. Il m’a vraiment beaucoup enrichi. Mais il semble que des propos comme les nôtres n’intéressent pas beaucoup de gens ou qu’ils s’envolent rapidement en fumée. Je n’en déduits pas pour autant qu’ils sont immodérés, déraisonnables et démesurés mais certainement que la réalité est de plus en plus dure à encaisser.
Il y a deux mil ans, Notre Seigneur Jésus-Christ parcourait la terre d’Israël. Malgré les prodiges qu’Il accomplissait, Il a finalement été perçu comme un homme tout à fait semblable aux autres alors qu’Il était Fils de Dieu tout puissant Créateur de l’Univers. Mais lorsqu’Il s’en est réclamé, on en a fait un prétexte pour Le mettre en croix. Et parce qu’Il ne voulait pas descendre de cette croix, on n’a pas voulu croire en Lui, même lorsque ses disciples ont témoigné de sa résurrection. Comment donc va-t-on pouvoir faire croire aux gens que ces événements extraordinaires se reproduisent similairement aujourd’hui pour l’Eglise catholique romaine, corps mystique du Christ ? Ils n’ont pas voulu croire il y a deux mil ans, il n’est pas plus facile d’y croire aujourd’hui.

Les gens semblent ne pas pouvoir réaliser qu’il s’agit d’un phénomène universel, extrêmement grave et décisif, dépassant le simple cadre d’une paroisse ou d’une communauté ou d’une nation, et même, de toute l’Histoire de l’Humanité jusqu’à nos temps contemporains. Et cela trompe toute la perception de la réalité comme aussi celle de l’activité.
La déstabilisation déjà présente dans l’Eglise va s’y étendre assez rapidement d’autant plus que les catholiques doivent tout autant affronter celle que génère le déclin du monde et en subir l’influence néfaste. Nous voyons déjà beaucoup de personnes déstabilisées par tant de difficultés qu’elles doivent affrontées, mais cela n’est pas encore à son sommet. C’est la logique inexorable et implacable des résultats que Dieu ne change jamais parce qu’ils rendent témoignage à la Vérité qui ne peut ni se tromper ni nous tromper.
Bien qu’on nous parle régulièrement d’une progression du catholicisme, on nous informe tout autant d’actes de persécutions, souvent sanglants, contre les chrétiens et même maintenant au sein de l’Eglise catholique, contre la vraie foi catholique, sans atteintes physiques. En même temps, on nous confirme une inquiétante déchristianisation, plutôt « décatholisation » de toute l’Europe de l’ouest, ce qui constituait la grande inquiétude de Benoît XVI qui avait bien réalisé que l’exemple de l’Europe apostasiante allait contaminer le monde entier.

L’Eglise se fait forte d’un nombre croissant de baptisés, il y aurait donc de plus en plus de foi au Christ. En apparence, … Car en réalité, presque tout le monde sait bien que beaucoup demandent le baptême pour leur petit enfant comme s’ils demandaient une bénédiction pour leurs véhicules ou leurs animaux de travail ou de compagnie, alors qu’ils ne pratiquent pas du tout. Et bien sûr, lorsque l’enfant atteint l’âge de faire sa « profession de foi », c’est plutôt une profession d’athéisme puisque, presque systématiquement, il ne met plus les pieds à l’Eglise après. Est-ce vraiment la foi en Dieu ? Le droit canon autorise un prêtre à refuser le baptême s’il est convaincu que l’enfant ne sera pas du tout éduqué dans la foi catholique. Et certains vrais prêtres le font courageusement mais se font traités actuellement de « mauvais employés de commune ». L’Eglise ne serait-elle donc plus qu’une institution civile comme les communes ? Pourtant, le code de droit canon est clair (can. 851/2° - can. 868/§1/2°). Va-t-on aussi le réformer en conséquence ?
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3561
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Sam 18 Juin 2016, 10:18

Le remède est simple pour ne pas être complice de la perdition de beaucoup:
- Méditation quotidienne au moins du rosaire "classique" pour l'Eglise ( rosaire à 3 mystères, car c'est ce rosaire que Marie elle même a recommandée depuis toujours). Attention je dis bien médiation et non récitation. Mais si quelqu'un peut correctement méditer le rosaire de JPII (rosaire à 4 mystères) pourquoi pas.
- Faire régulièrement des pénitences pour l'Eglise
- Par des oraisons jaculatoires fréquentes accomplir le conseil de prier sans cesse.
Revenir en haut Aller en bas
Fleurdesel



Féminin Messages : 76
Inscription : 11/06/2016

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Sam 18 Juin 2016, 12:01

Le pape François me réjouit le coeur, et je lui souhaite beaucoup de bonheur. Je ne vois pas qu'il fasse autre chose que rappeler le message d'ouverture de l'Evangile. Je recherche l'unité de tous les hommes, je veux que l'Eglise porte haut son commandement d'amour du prochain, et le pape François va dans ce sens. Je suis heureuse et souhaite qu'il continue comme il fait.
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3561
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Sam 18 Juin 2016, 20:08

"Robert Spaemann voit dans “Amoris laetitia” au moins une contradiction directe avec l’enseignement de l’Eglise"

Mais je vois plutôt clairement une autre plus grave que l'accès à la communion des divorcés remariés dans la mesure où elle contredit un dogme de l'Eglise. François nie la supériorité intrinsèque du célibat et de la continence sacré sur le mariage qui est pourtant un dogme de l'Eglise.

Alors quand un Pape sur la chair de Pierre contre-dit un enseignement infaillible de l'Eglise, que faut il faire? Voilà la grande épreuve à laquelle François soumet les âmes des fidèles. La crédibilité de l'Eglise catholique est sérieusement entamée.
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3561
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Sam 18 Juin 2016, 22:30

je ne sais pas quelqu'un connait un blog ou un site pour échanger avec un prêtre ou un pasteur qui défend la position de François dans Amoris laeticia? j'aimerais vraiment savoir les arguments qu'ils peuvent avancer pour justifier ce que je vois pour le moment comme injustifiable.
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 10:30

parceque les arguments d'un laïc seraient d'une nature différente de celle d'un clerc ?
leur cerveau devrait fonctionner d'une façon différente , leur taux de testostérone devrait être différent ?
si je vous comprend bien : tant que la pastorale de l'église était très différente d'un pays à l'autre mais que personne n'en savait rien c'était bien , maintenant que c'est suggéré et plus ou moins officialisé par un texte , tout a fondamentalement changé ? Mr.Red

la fin de l'hypocrisie , c'était donc ça la fin du monde !!
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5000
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 11:11

monge a écrit:
je ne sais pas quelqu'un connait un blog ou un site pour échanger avec un prêtre ou un pasteur qui défend la position de François dans Amoris laeticia? j'aimerais vraiment savoir les arguments qu'ils peuvent avancer pour justifier ce que je vois pour le moment comme injustifiable.

Certains le justifient par le fait que le pape François se positionne sur le plan pastoral et non doctrinal et donc il n'est pas infaillible à ce niveau.

Le problème est que les prêtres, évêques et cardinaux qui n'aimaient pas la doctrine enseignée jusqu'à Benoit XVI (c'est bien pour cela qu'ils ont tout fait, avec l'aide des médias et des FM, pour se débarrasser de Benoit XVI), essaient d'utiliser l'enseignement pastoral centré sur la miséricorde du Pape François (qui reste conforme à celui du Christ) pour tenter de perdre des âmes en faisant croire que la doctrine s'est adaptée à l'esprit du monde. Or, encore une fois, le Pape François ne modifie rien à la doctrine pour la raison simple qu'ils refuse de s'exprimer sur le plan doctrinal, laissant cela aux évêques qui comme on le voient ne demandent que ça afin de perdre les âmes. (heureusement nous avons encore quelques saints évêques et cardinaux...)

En clair, le Pape François enseigne en tant que pasteur et les ennemis au sein de l'Eglise (prêtres, cardinaux et évêques) prennent ces enseignements comment s'ils étaient doctrinaux ce qui leur permet de modifier l’enseignement de Jésus.

Le problème se situe donc surtout au niveau de la désobéissance de nos pasteurs (comme prédit à Fatima et Akita, Satan s'insinuera jusqu'au plus haut sommet de l'Eglise). Le Pape François devrait comprendre ce danger et rappeler l'enseignement doctrinal de l'Eglise (par rapport à l'adultère par exemple) même s'il n'aime pas cela car pour lui tout a été dit par ses prédécesseurs.

Car du coup les rares prêtres qui essaient encore d'enseigner la doctrine selon la vérité reçue du Christ se font persécuter par leurs évêques qui ne les considèrent pas comme suffisamment miséricordieux. Aujourd'hui on se fait persécuter au sein même de l'Eglise si on rappelle trop l'enseignement doctrinal... de même qu'il y a de plus en plus de résistance à l'égard des belles liturgies fidèles à la tradition. Voyez le cas récent de la fraternité des Saints Apôtres à Bruxelles.

Comme nos bergers semblent pour la plupart préférer l'esprit du monde que celui du Christ le Pape François devrait selon moi ne pas se contenter de se placer sur le plan pastoral... J'espère qu'il se rendra compte rapidement de ce danger ! Car le salut de nombreuses âmes est en jeu.


Dernière édition par Thy Kingdom come le Dim 19 Juin 2016, 11:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5000
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 11:12

Oculus a écrit:
parceque les arguments d'un laïc seraient d'une nature différente de celle d'un clerc ?
leur cerveau devrait  fonctionner d'une façon différente , leur taux de testostérone devrait être différent ?  
si je vous comprend bien : tant que la pastorale de l'église était très différente d'un pays à l'autre mais que personne n'en savait rien c'était bien , maintenant que c'est suggéré et plus ou moins officialisé  par un texte , tout a fondamentalement changé ? Mr.Red

la fin de l'hypocrisie ,  c'était donc ça la fin du monde !!

J'avais lu quelque part que ce seraient les laïcs qui sauveront l'Eglise (l'enseignement doctrinal et la liturgie conforme à la tradition), je commence à y croire de plus en plus !
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3561
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 11:35

Oculus a écrit:
parceque les arguments d'un laïc seraient d'une nature différente de celle d'un clerc ?
leur cerveau devrait  fonctionner d'une façon différente , leur taux de testostérone devrait être différent ?  
Mais où est le rapport? les prêtres sont des théologiens, donc il peut avoir un détail, une subtilité théologique qui nous échappe. Et quand vous êtes malade pourquoi vous partez voir les spécialiste de la médecine? pourquoi vous ne voyez pas un citoyen lambda? le cerveau d'un citoyen lambda est moins développés que celui d'un médecin?
Parfois vous avez des réactions que je trouve un peu étrange
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3561
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 11:53

Thy Kingdom come a écrit:
monge a écrit:
je ne sais pas quelqu'un connait un blog ou un site pour échanger avec un prêtre ou un pasteur qui défend la position de François dans Amoris laeticia? j'aimerais vraiment savoir les arguments qu'ils peuvent avancer pour justifier ce que je vois pour le moment comme injustifiable.

Certains le justifient par le fait que le pape François se positionne sur le plan pastoral et non doctrinal et donc il n'est pas infaillible à ce niveau.
Pas tout à fait mon cher. Le pape est infaillible quand il se prononce dans le cadre de son magistère sur le domaine de la Foi ET de  la morale. Et les exhortations apostoliques rentrent dans le cadre des enseignements magistériels du pape donc on est tenu à s'y soumettre. Amoris Laeticia parle bien de la morale, donc c'est un enseignement infaillible!
Citation :
Quelle est l’autorité d’une exhortation apostolique ?

Dans l’Église catholique, l’autorité d’un texte n’est pas directement liée à sa forme. L’exhortation apostolique, comme l’encyclique, relève du magistère extraordinaire du pape : ainsi, même s’il n’est pas solennel, l’enseignement qu’elle contient est définitif, les vérités qu’il contient ayant un lien organique direct avec les vérités de foi divinement révélées. Elle suppose donc « une soumission religieuse de la volonté et de l’intelligence ».
source:la croix

Donc voilà là où François nous a conduit! son enseignement contredit ce que l'Eglise a toujours enseigné, et on se trouve donc dans une impasse: comment gérer la situation où on a des enseignements du magistère qui de façon objective se contre-disent? où alors on doit jouer des subtilités pour dire qu'il n' y a aucune contradiction juste pour sauver la face et se mentir ainsi soit même?
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3561
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 12:05

Thy Kingdom come a écrit:


Le problème est que les prêtres, évêques et cardinaux qui n'aimaient pas la doctrine enseignée jusqu'à Benoit XVI (c'est bien pour cela qu'ils ont tout fait, avec l'aide des médias et des FM, pour se débarrasser de Benoit XVI), essaient d'utiliser l'enseignement pastoral centré sur la miséricorde du Pape François (qui reste conforme à celui du Christ) pour tenter de perdre des âmes en faisant croire que la doctrine s'est adaptée à l'esprit du monde. .

Philippe soyez honnête enfin! ce sont les médias, cardinaux, FM qui ont écrit Amoris laeticia? le problème c'est Amoris Laeticia qui est une vraie catastrophe
Revenir en haut Aller en bas
Fleurdesel



Féminin Messages : 76
Inscription : 11/06/2016

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 13:27

C'est un beau texte que cet Amoris Laetitia. La Joie de l'Amour. Quel beau programme, conforme en tous points au message évangélique.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16680
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 13:55

Thy Kingdom come a écrit:
Le problème est que les prêtres, évêques et cardinaux qui n'aimaient pas la doctrine enseignée jusqu'à Benoit XVI (c'est bien pour cela qu'ils ont tout fait, avec l'aide des médias et des FM, pour se débarrasser de Benoit XVI),

qu'est ce que c'est encore de cette invention?

et concernant le départ du Pape Benoit XVI, il faudrait revoir vos infos et ne pas verser dans le complotisme. Voici sa déclaration :

http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/speeches/2013/february/documents/hf_ben-xvi_spe_20130211_declaratio.html


_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5000
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 16:05

Espérance a écrit:
Thy Kingdom come a écrit:
Le problème est que les prêtres, évêques et cardinaux qui n'aimaient pas la doctrine enseignée jusqu'à Benoit XVI (c'est bien pour cela qu'ils ont tout fait, avec l'aide des médias et des FM, pour se débarrasser de Benoit XVI),

qu'est ce que c'est encore de cette invention?

et concernant le départ du Pape Benoit XVI, il faudrait revoir vos infos et ne pas verser dans le complotisme. Voici sa déclaration :

http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/speeches/2013/february/documents/hf_ben-xvi_spe_20130211_declaratio.html


Espérance vous ne niez quand même pas que Benoit XVI a été continuellement attaqué médiatiquement (rien que par rapport aux affaires de pédophilies) et que cela est devenu trop lourd pour lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Fleurdesel



Féminin Messages : 76
Inscription : 11/06/2016

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 17:07

Un pape suit un autre pape, c'est la vie. Acceptons avec joie notre pape François dont la spiritualité toute joviale et franciscaine fait plaisir à voir. Il dialoguerait volontiers avec Benoit XVI à l'occasion. Je trouve tout cela très réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage



Masculin Messages : 537
Inscription : 30/04/2010

MessageSujet: Re: Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ   Dim 19 Juin 2016, 23:52



Thy Kingdom come a écrit:
[...]

Le problème est que les prêtres, évêques et cardinaux qui n'aimaient pas la doctrine enseignée jusqu'à Benoit XVI (c'est bien pour cela qu'ils ont tout fait, avec l'aide des médias et des FM, pour se débarrasser de Benoit XVI)[...]

Pour l'instant il semblerait que seule la "conjuration" de la "mafia de Sankt Gallen" soit référencée :

http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2015/09/le-cardinal-danneels-et-la-mafia-de.html

Citation :
Le cardinal belge Godfried Danneels a publiquement reconnu lors de la présentation de sa biographie officielle qu’il faisait partie du groupe de Sankt-Gallen, une réunion annuelle convoquée depuis 1996 à l’initiative de l’évêque de cette petite ville Suisse, Ivo Fürer, en résistance à la montée en puissance du cardinal Ratzinger.
« Le nom chic, c’étatit le groupe de Sankt-Gallen. Mais nous, nous l’appelions “la Mafia” », dit-il goguenard devant un public ravi, réuni dans l’enceinte de la basilique de du Sacré-Cœur de Koekelberg en Belgique, mercredi soir.

« Il y avait quelques évêques, quelques cardinaux, trop pour les nommer tous », explique-t-il. Le cardinal Martini faisait partie des fondateurs ; les biographes de l’ancien primat de Belgique évoquent aussi la présence, au fil des ans, des cardinaux Kasper, Karl Lehmann, Basil Hume, Achille Silverstrini et l’ancien primat des Pays-Bas Mgr Ad van Luyn, qui fut de 2006 à 2012 président de la Conférence des évêques de l’Union européenne (COMECE).
Néerlandais, Belge, Allemands, Autrichiens, un ou des Français… Tout n’a pas été dit sur l’identité des conspirateurs de Sankt-Gallen mais on en sait tout de même assez pour comprendre que c’était du sérieux.
C’était pour eux des « vacances spirituelles » où ils pouvaient s’épancher alors que le pouvoir était de plus en plus centralisé à Rome sous Jean-Paul II. Ils n’avaient pas de candidat précis, expliquent-ils. Mais ils avaient des idées. Des idées qui étaient radicalement opposées à celles de Ratzinger,  « le pessimiste » ; et qui ont triomphé avec l’élection du pape François. Pour Danneels, ce fut une « résurrection personnelle », dit-il lui-même.
Ses biographes, Jürgen Mettepenningen et Karim Schelkens, ont fait un travail « scientifique », ayant accès à toutes les archives personnelles du cardinal Danneels. Ils le présentent comme un « faiseur de roi » : le groupe de Sankt-Gallen a favorisé l’élection du cardinal Bergoglio qui aurait déjà été son favori en 2005, après la démission du pape Benoît XVI. Depuis lors, le cardinal Danneels est régulièrement invité par le pape François.
« L'élection de Bergoglio a été préparée à Saint-Gall, ça ne fait aucun doute. Et les grandes lignes de son programme sont celles dont Danneels et ses confrères discutaient depuis plus de dix ans » écrit Schelkens, souligne belgicatho.
Toute la presse belge bruit de leurs révélations en soi ahurissantes, mais en outre insultantes pour le pape émérite.
Danneels a rêvé en tant qu’évêque et cardinal « d’une certaine sorte d’Eglise », expliquent ses biographes : « Elle commence à se concrétiser avec le pape François ».
Voici ce qu’en dit Mettepenningen sur la radio belge Radio1 :
« Au cours du long pontificat de Jean-Paul II il y a eu une tendance croissante à la centralisation de tout ce qui était imposé depuis le haut, avec la marge du freedom of speech (liberté de parole) qui se rétrécissait. C’est depuis 1996 qu’un groupe a été érigé à Sankt-Gallen par l’évêque de Sankt-Gallen, Ivo Fürer : un groupe de cardinaux et d’évêques d’Europe de premier plan qui trouvaient quelque part cette freedom of speech ensemble. Depuis 1999, le cardinal Danneels en a été membre lui-même ; avec Ivo Fürer il en a été le plus longtemps membre.
Personne n’en savait rien mais on avait des soupçons à Rome, où en fait on était not amused [« pas amusé » à la manière de la reine Victoria, NDLR] de savoir qu’il y avait ce groupe que nous avons appelé de Sankt Gallen dans la biographie – et que le cardinal lui-même, apparemment, appelle la mafia, mais c’est un nom affectueux, signe d’une certaine espièglerie… »
Interrogé sur le fait de savoir si « Bergoglio en faisait partie », le biographe répond :
« Non, c’est un réseau de cardinaux et d’évêques européens haut placés. Dans l’engagement de ce petit groupe qui voulait la réforme de l’Eglise, qui voulait la rendre plus proche du cœur des gens, on y est allé progressivement. Au début des années 2000, alors que la fin de Jean-Paul II était désormais prévisible, on a pensé de manière plus stratégique à ce qu’il allait advenir de cette Eglise après Jean-Paul II. Depuis la venue du cardinal Silvestrini dans ce groupe de Sankt-Gallen celui-ci a pris un caractère plus tactique et plus stratégique. C’est ce qui explique la déception chez le cardinal Danneels et bien d’autres personnes lors de l’élection du pape Benoît  XVI – car l’Eglise ne se réformerait pas sous Benoît XVI. Cela ne commence vraiment à se faire que sous le pape François. »
Dès avant ces réunions le cardinal Danneels n’était pas en odeur de sainteté à Rome : la biographie précise qu’il était sur le point de devenir président de la COMECE lorsqu’un coup de fil depuis le Vatican l’en a empêché.
Danneels avait été chargé en 1980 du synode spécial des évêques néerlandais au moment où il fallait mettre de l’ordre dans l’Eglise des Pays-Bas. A peine le synode achevé, Godfried Danneels allait participer au synode général des évêques où Ratzinger s’exprime de manière pessimiste sur le divorce et la déliquescence des mœurs. Danneels – déjà – lui répons qu’il faut « un nouvel équilibre entre la loi et la miséricorde ». C’était nouveau, relève la presse belge. C’est l’esprit qui prévalait à Sankt-Gallen.
Pourquoi Danneels a-t-il parlé de ce groupe, pourquoi maintenant ? Besoin de se montrer important ou victorieux ? A vrai dire, il semble qu’il y ait de sa part une volonté de réhabilitation : éclaboussé par les enquêtes policières sur les affaires de prêtres pédophiles, il a quitté son poste en 2010 sous un nuage sombre, son image liée à celle de cette ancienne Eglise qu’au fond il n’aime pas. En rattachant de manière aussi spectaculaire son nom à celui du pape François, bien-aimé des médias, Danneels redorerait-il son blason ?
On peut supposer qu’il n’a pas révélé les noms de ses confrères dans cette « mafia » autoproclamé sans leur accord, tout comme on peut imaginer qu’il s’est abstenu de parler de ceux qui ont préféré que le secret qui avait eu cours jusqu’alors et qui l’ont toujours gardé.
Benoît-et-moi en parle ici.




Revenir en haut Aller en bas
 
Réflexions sur les signes des temps et l'épreuve que subit l'Eglise du Christ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lumière du monde - le pape, l’Eglise et les signes des temps
» Les signes des temps
» Lire les signes du temps de Dieu
» LES SIGNES DES TEMPS
» Vidéo-Reportage : "Des Signes des Temps et des hommes - Mai - Décembre 2014" !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: