DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'heure de la mort et le catéchisme de l'Eglise catholique et l'orthodoxie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gratien



Masculin Messages : 40
Inscription : 07/08/2014

MessageSujet: L'heure de la mort et le catéchisme de l'Eglise catholique et l'orthodoxie   Sam 16 Aoû 2014 - 5:03

Le catéchisme de l’Église catholique affirme clairement la possibilité du salut des non-chrétiens (CEC 1260) : Puisque le Christ est mort pour tous, et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’être associé(s) au mystère pascal " (Gaudium et Spes 22 ; cf. Lumen Gentium 16 ; Ad Gentes 7). Tout homme qui, ignorant l’Évangile du Christ et son Église, cherche la vérité et fait la volonté de Dieu selon qu’il la connaît, peut être sauvé. On peut supposer que de telles personnes auraient désiré explicitement le Baptême si elles en avaient connu la nécessité.

Or puisque sur Terre, beaucoup de gens n'ont pu connaître le Christ du fait des conditionnements familiaux et historiques, il faut bien que la rencontre avec le Christ puisse se faire à un moment ou à un autre avant le Paradis, le Purgatoire ou l'Enfer. Si ce n'est pendant la vie terrestre et si c'est avant l'état final, c'est forcément entre les deux, d'où l'idée d'heure de la mort. C'est une question de logique mais ici on reste dans la théorie.

C'est le raisonnement qui amène cette conclusion est confirmé par l'expérience ; mais les expériences de mort imminentes confirment cela ; il semblerait alors que la revue de vie des NDE soit le moment clef ; soit la personne regrette ses péchés et demande pardon, soit elle refuse, ne renie rien et là plus rien ne serait possible, le pardon refusé ne serait pas accordé. Mais alors quelle utilité pour les sacrements ? Totale, ils sont un don de Dieu qui permet à l'homme qui coopère à l'oeuvre divine de se préparer à cette heure de la mort ; si les sacrements sont appliqués et vécus, alors potentiellement, la disposition de l'âme au moment de la mort est la bonne et le paradis est à la clef quitte à passer par un le purgatoire. Sans les sacrements, surtout en cas de refus conscient des sacrements, c'est plus difficile de bien réagir au moment de la mort. Ainsi, les sacrements sont un don immense de Dieu dont il faut rendre grâce mais Dieu n'est pas esclave de ses sacrements comme le dit un prêtre de ma paroisse.

Par ailleurs, il semblerait que chez les orthodoxes, le moment de la mort soit un passage qui permette encore à l'âme de faire le bon choix ; voici un article qui le dit clairement : http://www.revue-resurrection.org/Le-Purgatoire-et-la-theologie ; voici un passage intéressant : "près la mort physique, clinique, l’Orient ne considère pas que l’âme soit fixée dans son état et ses choix. Voyant plus clairement la valeur de ses actes passés, elle est à même de poser un nouveau choix en meilleure connaissance de cause, et surtout en voyant clairement l’amour de Dieu pour elle. Se placer à un niveau de réponse valable et méritoire peut demander du délai. Mais comment comprendre ce temps hors du temps ? Notons qu’il n’est pas contraire à la foi catholique de croire que l’âme, en un certain nombre de cas, ne « s’en va » pas tout de suite après la « séparation » du corps, qu’après la mort clinique il peut exister une certaine durée avant le départ définitif." Cela correspond au récit des NDE, à la révision de vie : soit les gens reconnaissent le mal qu'ils sont fait, s'en repentent ; soit ils ne se repentent, n'ont pas de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80268
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'heure de la mort et le catéchisme de l'Eglise catholique et l'orthodoxie   Sam 16 Aoû 2014 - 10:06

Espérance 41 ─ Enfants morts : La théorie périmée des limbes éternels (11 juin 2014, 46 mn).

L’ancienne théorie scolastique posée comme hypothèse par saint Augustin, reprise par saint Thomas d’Aquin.
L’impossibilité de garder cette théorie depuis le saint Concile Vatican II et Gaudium et Spes 22, 5 : « Nous devons tenir que Dieu propose son salut à tout homme ».
La surprise du vénérable frère Marcel Van : « Saint Thomas d’Aquin pourrait-il se tromper ? » (voir texte).
Défis de la CTI, pape Benoit XVI, 2007 : Trouver le moyen, inconnu de l’Eglise, par lequel les enfants peuvent être sauvés. Le faire en gardant tous les repères infaillibles de la foi :
1° Pas d’entrée au Ciel sans une charité vivante et mûre, comme dans un mariage (consentement réciproque) (Concile de Trente 6° session).
2° Aussitôt après la mort, tout homme trouvé sans cet amour est aussitôt conduit en enfer (Benoît XII, Benedictus Deus).
3° Nous devons tenir que Dieu propose à tous son salut (Concile Vatican II, VS 22, 5).
4° Un enfant mort sans baptême descend dans des limbes, un enfer sans souffrance (Concile Œcuménique de Florence, bulle « Lætentur cæli).

Espérance 42 ─ Recherche : les limbes passagers des enfants (18 juin 2014, 45 mn).


Rappel : Pour l’Eglise (voir texte de Jean-Paul II, Evangelium Vitae, 60), l’âme est créée immédiatement après la conception, 9 mois avant la naissance.
Hypothèse théologique, en suivant les 4 dogmes : Que devient l’enfant ? Projeté dans l’autre monde, l’enfant ne peut entrer aussitôt dans la vision de Dieu qui est comme un mariage libre avec Dieu. Il lui manque deux choses : 1° la capacité de choisir 2° La proposition du choix. Dans les limbes provisoires (purgatoire 2), l’enfant est adopté par des parents venant du Ciel. Arrivé à l’âge de raison, la proposition du salut lui est faite. Comme tout homme, il est confronté à l’évangile (= le Christ) et à la possibilité de le refuser pour une liberté égoïste (Lucifer). Sainte Thérèse de l’enfant Jésus commente : « Un petit enfant, ça ne se damne pas », bien que théoriquement un enfant puisse choisir la liberté égoïste. L’avortement est une perte grave pour l’enfant car il a été privé de la vie terrestre et du corps qui lui aurait peut-être permis d’aller plus loin dans l’amour et l’humilité. Lorsque ses parents arriveront à l’heure de leur mort, l’enfant les accueillera avec le Christ et leur pardonnera, s’ils veulent bien se réconcilier.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
RenéMatheux



Masculin Messages : 11505
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: L'heure de la mort et le catéchisme de l'Eglise catholique et l'orthodoxie   Mar 8 Mar 2016 - 2:11

En tout cas, on a toujours considéré qu'il y avait une différence entre la mort apparente et le mort réelle. Je cite le livre du Chanoine Panneton, "l'enfer (1954) page 218.
Chanoine Panneton a écrit:
Dans cet instant mystérieux qui s'écoule entre la mort apparente et la mort réelle, Dieu a pu lui inspirer un sentiment de contrition, en prévision des prières que je ferais plus tard pour lui!
Une remarque, tout de même : Le chanoine Panneton estime que beaucoup refusent la miséricorde finale.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'heure de la mort et le catéchisme de l'Eglise catholique et l'orthodoxie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'heure de la mort, avant et après
» L'heure de la mort- Arnaud Dumouch
» A l'heure de la mort
» L'aide de Marie à l'heure de la mort
» La these d'Arnaud Dumouch sur l'Illumination a l'heure de la mort critiquée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: