DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80807
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Ven 28 Déc 2012, 17:34

Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël
Posted on 24 décembre 2012 by Daniel Hamiche
Citation :
Un lecteur, que je remercie, me signale un savant article publié le 20 décembre sur Patriotisme de clocher, un blogue de « remarques désinvoltes et commentaires francs d’un catholique français ». J’ai pensé qu’en cette veille de Noël, il pourrait vous intéresser. La christianophobie s’attaque, de manière détestable, aux biens des chrétiens et à leurs personnes, mais je me demande si elle n’est pas encore plus pernicieuse quand elle s’attaque à ce qui fonde notre foi chrétienne par le mensonge, la calomnie et la désinformation. C’est à vous d’en juger. En tout cas, lisez cette contribution dont l’auteur.
Comme chaque année, nous avons droit au fameux couplet des rabat-joie :

♪ Noël est une ancienne fête païenne ♪

D’après certains, Noël serait soit une version christianisée des Saturnales, soit une version christianisée de l’anniversaire de naissance de Sol Invictus (le « soleil invaincu »). Nous allons démontrer que ces affirmations sont non seulement fallacieuses mais aussi qu’elles proviennent de sectes anticatholiques.

Le livre Comment raisonner à partir des Écritures, publié par The Watchtower Bible and Tract Society et utilisé par les Témoins de Jéhovah, fait l’insinuation suivante :

« Une encyclopédie déclare : “Les Saturnales (…) donnaient lieu à des festivités durant lesquelles on échangeait des cadeaux.” (The Encyclopedia Americana, 1977, Tome XXIV, p.299). Cela correspond, en général, à ce qui se passe à Noël : on échange des cadeaux. (…) Il va sans dire qu’un chrétien peut démontrer son amour en offrant des cadeaux à tout autre moment de l’année, et aussi souvent qu’il le désir. »

Les Saturnales étaient un festival célébré par les membres de la religion d’état en l’honneur du dieu Saturne sous la république romaine (jusqu’en 27 avant Jésus-Christ) puis sous l’empire romain jusqu’en 380 après Jésus-Christ, année au cours de laquelle le christianisme devint la religion d’état à la place du paganisme. A l’origine, cette fête n’avait lieu que le 17 décembre mais sa durée fut ensuite étendue et elle finit par être célébrée du 17 au 23 décembre.

On a parfois prétendu que les chrétiens n’avaient fixé Noël au 25 décembre que dans le but d’inciter les païens à abandonner les Saturnales au profit de la Nativité du Christ, ce qui est absurde. En effet, si tel avait été notre but, n’aurions-nous pas préféré placer cette fête du 17 au 23 décembre afin qu’elle coïncide avec la fête de Saturne ? Si notre but avait été de substituer une fête chrétienne à l’une de celles des païens romains nous n’aurions, bien sûr, pas placé cette fête deux jours après leur semaine de festins. Aucun historien digne de ce nom ne saurait envisager cette hypothèse comme sérieuse.

L’autre affirmation souvent entendue est que les chrétiens de Rome auraient placé la fête de Noël au 25 décembre afin de substituer celle-ci à la fête romaine de la naissance du soleil invaincu. Qu’en est-il vraiment ?

La fête de la naissance du soleil invaincu (Dies Natalis Solis Invicti) fut créée en 274 après Jésus-Christ par l’empereur Aurélien. Beaucoup prétendent que la création de celle-ci précéda les premières célébrations de Noël. En effet, un chronographe de 354 après Jésus-Christ mentionne la célébration d’un Noël chrétien. De plus, il existe des traces écrites attestant que l’église de Rome célébra le Dies Natalis Christi (« jour de naissance du Christ ») le 25 décembre 336 après Jésus-Christ, soit 62 ans après la création du Dies Natalis Solis Invicti païen.

Néanmoins, cela ne signifie pas que les chrétiens tentèrent de remplacer la fête païenne par une fête chrétienne ou qu’ils cherchèrent à la christianiser. Premièrement, le fait que nous n’ayons pas retrouvé de trace écrite de célébration de Noël avant 336 après Jésus-Christ, ne signifie pas que cette fête n’ait pas été célébrée précédemment. Il est utile de rappeler qu’entre 64 et 313 après Jésus-Christ, la religion catholique était illégale dans tout l’empire romain et que les chrétiens étaient systématiquement exécutés par les moyens les plus cruels lors de ces persécutions. Par conséquent, les catholiques ont été contraints de devenir une société secrète se réunissant en cachette dans des catacombes et célébrant la messe sur des tombeaux. Lorsque l’Édit de Milan fit du catholicisme une religion autorisée par la loi en 313, les chrétiens restèrent prudents : après tous, ils se souvenaient que les persécutions romaines avaient cessé en 186 pour finalement reprendre trois ans plus tard. La prudence était donc de circonstance et, par conséquent, c’est l’une des raisons pour lesquelles nous n’avons pas trouvé de trace écrite de célébration de Noël antérieure à 336 après Jésus-Christ. Le fait que nous n’ayons pas encore découvert de documents chrétiens plus anciens associant l’expression Natalis Dies (« Noël ») au 25 décembre est malheureusement utilisé par certains pour affirmer que nous avons choisi cette date afin de christianiser la fête de la naissance de Sol Invictus.

La réalité est que les catholiques avaient fixé la date de Noël au 25 décembre bien avant que l’empereur Aurélien n’ait instauré le culte du dieu solaire romain et avant qu’il n’ait choisi le 25 décembre comme le jour où serait célébré le festival de Dies Natalis Solis Invicti. En 221 après Jésus-Christ, l’historien chrétien Sixte Jules l’Africain (Sextus Julius Africanus) nous informe, dans son compte-rendu de l’histoire du monde en cinq volumes (Chronographiai) que les catholiques célébraient déjà l’Annonciation le 25 mars. En d’autres mots, les catholiques considéraient déjà en l’an de grâce 221, que Jésus-Christ avait été incarné dans le ventre de la Bienheureuse Vierge Marie un 25 mars (jour traditionnel de sa conception), soit neuf mois avant le 25 décembre. Par conséquent, nous savons que les catholiques considéraient que le 25 décembre était la date de l’anniversaire de la naissance de Jésus-Christ au moins 53 ans avant que l’empereur Aurélien n’ait créé le culte officiel du Soleil Invaincu et n’ait placé la célébration de sa naissance au 25 décembre.

L’empereur Aurélien institua ce nouveau culte national et cette nouvelle fête nationale précisément parce qu’il était manifeste que l’empire romain se mourait : il espérait sans doute qu’invoquer ensemble le dieu soleil serait l’occasion pour tous ses sujets de s’unir autour de la croyance en une déité porteuse de vie qui renaissait chaque année. Le choix du 25 décembre comme la date de l’anniversaire de la naissance du Sol Invictus provenait surement de son désir de concurrencer cette nouvelle religion clandestine qui attirait de plus en plus des ses sujets : en effet, la foi de ces catholiques persécutés et le témoignage qu’ils rendaient à la vérité jusque dans les arènes poussaient de nombreux sujets de l’empereur à se joindre à eux dans les catacombes et à célébrer la messe et Noël avec eux. Il semble plutôt que ce soit l’empereur Aurélien qui ait institué le Dies Natalis Solis Invicti le 25 décembre afin de combattre par la concurrence la religion catholique, qui, rappelons-le, était illégale (voir Les origines de l’année liturgique [en anglais] de Thomas Talley).

Comme nous venons de le démontrer, Noël n’est ni une version christianisée des Saturnales ni une version christianisée de l’anniversaire de naissance de Sol Invictus. Dès le XVIIe siècle après Jésus-Christ, ces affirmations fallacieuses ont été répandues par des sectes protestantes anticatholiques : les puritains anglais et les presbytériens écossais.

L’Académie française nous dit que les puritains sont « ceux qui suivent l’opinion de Calvin en Angleterre & en Escosse » (Dictionnaire de l’Académie française, 1694) et que ce nom fut « donné aux presbytériens rigides d’Angleterre, qui se piquaient de suivre la religion la plus pure. (…) Les puritains se distinguaient par un langage austère et par une grande simplicité de vêtements. » (Dictionnaire de l’Académie française, 1835). Le Dictionnaire de 1835 ajoute : « On appelle [presbytérien], en Angleterre, Les protestants qui ne reconnaissent point l’autorité épiscopale ».

Les puritains haïssaient tant le catholicisme qu’ils se révoltèrent contre la nouvelle religion anglicane qu’ils jugeaient trop « papiste » à leur goût et ils haïssaient tant les fêtes prescrites par l’Église catholique, telles que Noël, et les coutumes qui y étaient associées qu’ils allèrent créer des colonies puritaines en Amérique du Nord où aucune de ces fêtes et « impuretés » catholiques ne serait tolérée. Plus tard, en 1743, le protestant allemand Paul Ernst Jablonski prétendit que le 25 décembre correspondait à la fête romaine du Dies Natalis Solis Invicti et que, par conséquent, célébrer cette fête revenait à corrompre la pureté du culte chrétien. Cette attitude puritaine n’a pas disparu : elle est en fait perpétuée par certaines sectes protestantes ayant hérité cette haine puritaine contre le catholicisme, telles que les groupes suivant les enseignements de Herbert W. Armstrong ou les Témoins de Jéhovah. Plus tard, ces affirmations fallacieuses et infondées associant les origines de Noël à des fêtes païennes préchrétiennes furent répétées sans discernement par des ethnologues peu sérieux, ce qui octroya à celles-ci un semblant scientifique.

Ne nous laissons pas berner ou intimider : ceux qui prétendent que les origines de la fête de Noël sont païennes ne font que colporter un mensonge anticatholique discrédité maintes fois. Nous devons nous méfier plus particulièrement des Témoins de Jéhovah qui sont peut-être les héritiers des puritains les plus actifs à notre époque en France. Ne les laissons pas salir le véritable sens de Noël : si Clovis a choisi ce jour pour se faire baptiser, c’était bien pour renier solennellement le paganisme, adopter publiquement le christianisme et devenir fils de l’Église catholique. En se baptisant, notre premier roi a lié la naissance de la France à la naissance du Christ. Continuons de clamer haut et fort que Noël est une fête chrétienne et rappelons à tous les Français que la raison pour laquelle nous célébrons cette fête, si importante en terre française, est parce qu’il s’agit du saint anniversaire de la naissance de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Source:http://www.christianophobie.fr/document/le-mythe-antichretien-des-origines-paiennes-de-noel?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Christianophobie+%28Observatoire+de+la+christianophobie%29

Source : Patriotisme de clocher

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80807
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Ven 28 Déc 2012, 17:39

Voilà ce que je répondrais à cet article.

Il est fort possible qu'un Père de l'Eglise, cherchant une date pour fêter l'anniversaire de Jésus, ait eu l'idée d'utiliser l'ancienne date païenne et astrologique du 21 décembre, où le soleil vainqueur commence à allonger le jour.

C'est une décision très intelligente.

Et de même, les évangélisateurs des premiers siècles remplacèrent les sanctuaires d'Apollon par le culte de saint Michel, vainqueur du démon.

Jésus lui-même n'a pas ces idées de destruction du passé. Pour preuve : il se sert de l'astrologie païenne pour que trois magiciens viennent l'adorer à l'épiphanie.

Et le concile Vatican II en explique les raison : "Dieu avait semé des parcelles de sa vérité dans les autres religions et dans la création, afin que les païens eux-mêmes soient sauvés par le Christ au jour de sa venue.

Quant aux Témoins de Jéhovah quii sont à la source de cet article, ils ne fêtent pas les anniversaires de leurs propres enfants. Ce serait "païens" ! Mr.Red

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
RenéMatheux



Masculin Messages : 11973
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Ven 28 Déc 2012, 18:28

Il est tout aussi fort possible que la naissance de Jésus aie bien eu lieu à Noel.
Il y avait d'ailleurs un fil sur ce sujet sur ce forum (plus exactement la date exacte de Noel et la conjonction Jupiter Saturne(?) qui indiquait pour les juifs et d'autres l'arrivée du messie: j'ai oublié le titre de ce fil). J'ai d'ailleurs lu par ailleurs (je ne sais plus où) des études montrant qu'il était possible que Noel soit bien le jour de la naissance de Jésus ;

Ceci dit christianiser Noel ne serait pas une mauvaise idée en soi au cas où!
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80807
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Ven 28 Déc 2012, 18:44

RenéMatheux a écrit:
Il est tout aussi fort possible que la naissance de Jésus aie bien eu lieu à Noel.

Oui peut-être.

Mais la tradition d'Orient parle plutôt du 6 janvier ... Et c'est aussi une tradition Apostolique ...


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
RenéMatheux



Masculin Messages : 11973
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Ven 28 Déc 2012, 18:47

Arnaud Dumouch a écrit:
RenéMatheux a écrit:
Il est tout aussi fort possible que la naissance de Jésus aie bien eu lieu à Noel.

Oui peut-être.

Mais la tradition d'Orient parle plutôt du 6 janvier ... Et c'est aussi une tradition Apostolique ...

Euh? Actuellement le Noel orthodoxe est en Janvier à cause des calendriers juliens et grégoriens! Est ce que cela intervient ici? gne
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80807
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Ven 28 Déc 2012, 18:48

Oui.

Et le calendrier Juif est compliqué, avec ses mois lunaires ...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Mister be



Masculin Messages : 9241
Inscription : 11/02/2011

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Ven 28 Déc 2012, 19:05

Chez nous on le fête en même temps que hannoukkah mais ce n'est pas une fête de l'Eternel,il n'est pas interdit de ne pas fêter la naissance de notre sauveur!
Revenir en haut Aller en bas
Scrogneugneu



Messages : 2626
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Ven 28 Déc 2012, 19:08

Peut-être que la date pour fêter la Nativité a été "posée" par l'Eglise, les Jours commençant à se rallonger à ces dates-là.

Mais peut-être aussi que Jésus est tout simplement né à une date qui correspond au 25 décembre.

Citation :
"Jésus est-il vraiment né le 25 décembre ? Il semblerait que oui d’après les études du professeur Shemarjahu Talmon, de l’Université hébraïque de Jérusalem. Ce professeur est parti d’un passage de l’évangile de Luc (1, 5-13) dans lequel il est dit qu’il y eut, aux jours d’Hérode, roi de Judée, un prêtre du nom de Zacharie, de la classe d’Abìa, marié à Elisabeth et il advint « comme il remplissait devant Dieu les fonctions sacerdotales au tour de sa classe qu’il fut, suivant la coutume sacerdotale, désigné par le sort pour entrer dans le sanctuaire du Seigneur et y brûler l’encens » ; un ange lui apparut alors et lui prophétisa la naissance d’un fils, qui serait appelé du nom de Jean (le Baptiste).

Dans l’antique Israël, ceux qui appartenaient à la caste sacerdotale étaient répartis en 24 groupes qui, alternant dans un ordre immuable, devaient assurer le service liturgique au temple pendant une semaine, de samedi à samedi, deux fois par an. La classe de Zacharie, celle d’Abìa, était la huitième dans la liste officielle.

En s’appuyant sur le calendrier de la communauté essénienne de Qumrân, le professeur Talmon a reconstitué les « roulements », dont le second tombait à la fin de septembre. Les anciennes Eglises d’Orient célèbrent, en effet, la conception de Jean entre le 23 et le 25 septembre. Selon l’évangéliste Luc, l’annonciation de l’ange Gabriel à Marie est survenue le sixième mois après la conception de Jean (Lc, 1, 26). Les liturgies orientales et occidentales s’accordent sur l’identification de cette date au 31 du mois d’Adar, qui correspond à notre 25 mars, date à laquelle l’Eglise célèbre en effet l’annonce de l’ange et la conception de Jésus. La date de la naissance, par conséquent, devrait se situer 9 mois plus tard, soit le 25 décembre.

Toutefois, les études du professeur Talmon n’ont pas fait taire les voix qui soutiennent que cette date n’est pas fondée, car elle s’oppose au récit évangélique de Luc qui parle des bergers passant la nuit en plein air, évoquant un contexte plus printanier qu’hivernal. Mais à ce propos, les règles relatives à la pureté des races typiques de l’hébraïsme ont été évoquées, rappelant d’anciens traités dans lesquels on distinguait trois types de troupeaux : ceux composés uniquement de brebis à laine blanche, considérées comme pures et qui après les pâturages pouvaient rentrer dans la bergerie de la ville ; ceux composés de brebis à laine en partie blanche et en partie noire, qui pouvaient rentrer le soir au bercail mais obligatoirement en dehors de la ville ; ceux composés de brebis à laine noire, jugées impures, qui ne pouvaient rentrer ni en ville ni dans la bergerie, devant donc rester toujours dehors avec leurs bergers, à quasiment toutes les périodes de l’année. L’Evangile pourrait donc se référer à des troupeaux de brebis noires qui devaient forcément rester dehors. Luc, en outre, rappelle que les bergers faisaient des tours de garde, ce qui indiquerait une nuit longue et froide, appropriée au contexte hivernal."
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9352
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Ven 28 Déc 2012, 20:50

Et la thèse de Marcel Bodor , qui a retrouvé l'étoile de Bethléem , est très convaincante .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Sam 05 Jan 2013, 13:02

Déja, il faudrait répondre à une question essentielle, pour bien réfléchir au sujet.

Qu'est ce qui différencie un culte d'un autre, un dieu d'un autre ?
Est ce le nom, la date à laquelle on le célèbre, la forme ou le fond du culte, les attributs du dieu en question ?

Ensuite on pourra déterminer si le culte des saints patrons est le culte des dieux païens ou si le fait de s'offrir des cadeaux en l'honneur de la naissance de Jésus, même à une date erroné est grave ou pas.

Quant a ça:
Arnaud Dumouche a écrit:
Jésus lui-même n'a pas ces idées de destruction du passé. Pour preuve : il se sert de l'astrologie païenne pour que trois magiciens viennent l'adorer à l'épiphanie.
C'est une inversion de la réalité.
C'est l'astrologie qui a dévoyé l'utilité des objets célestes, non le christianisme qui a récupéré l'astrologie a son compte !
gen 1:14 a écrit:
Dieu dit : Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel, pour séparer le jour d’avec la nuit ; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années ;
15 et qu’ils servent de luminaires dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi.
16 Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit ; il fit aussi les étoiles.
Les juifs se servaient du ciel pour marquer les fêtes, les sabbats, les nouvelles lunes...
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Sam 05 Jan 2013, 13:33

Arnaud Dumouch a écrit:
Voilà ce que je répondrais à cet article.

Il est fort possible qu'un Père de l'Eglise, cherchant une date pour fêter l'anniversaire de Jésus, ait eu l'idée d'utiliser l'ancienne date païenne et astrologique du 21 décembre, où le soleil vainqueur commence à allonger le jour.

C'est une décision très intelligente.

Et de même, les évangélisateurs des premiers siècles remplacèrent les sanctuaires d'Apollon par le culte de saint Michel, vainqueur du démon.

Jésus lui-même n'a pas ces idées de destruction du passé. Pour preuve : il se sert de l'astrologie païenne pour que trois magiciens viennent l'adorer à l'épiphanie.

Et le concile Vatican II en explique les raison : "Dieu avait semé des parcelles de sa vérité dans les autres religions et dans la création, afin que les païens eux-mêmes soient sauvés par le Christ au jour de sa venue.

Quant aux Témoins de Jéhovah quii sont à la source de cet article, ils ne fêtent pas les anniversaires de leurs propres enfants. Ce serait "païens" ! Mr.Red

Et puis surtout la date on en a un peu rien à carrer.

L'important c'est que Jésus soit bien né, que ce soit bien Dieu incarné, et que l'on fête ça.

Après, que des traditions païennes se soient dressées dessus, pourquoi pas ?

En tout cas ils ne viendront pas nous enquiquiner avec des articles à deux ronds sur les chocolats de Pâques, puisqu'au premier siècle on ne connaissait pas le cacao.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
adamev



Masculin Messages : 12255
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Sam 05 Jan 2013, 14:37

Je pense que c'est plutôt le Christianisme, plus exactement le catholicisme, qui a récupéré des traditions anciennes pour habiller de neuf les creux de sa religion.

J'en veux pour preuve ma paroisse qui a détruit vers 1730 un lieu de culte druidique toujours actif pour édifier l'église neuve (actuelle) alors qu'elle disposait déjà d'une église consacrée un siècle plutôt à quelques centaines de mètres de là. D'où d'ailleurs le patronage de cette église neuve qui fait sourire ceux qui savent et qui témoigne(nt) de la permanence des cultes anciens. Cultes auxquels sacrifient chaque année des milliers de gens en s'associant aux processions et défilés de la journée patronale.
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9352
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Sam 05 Jan 2013, 20:27

Témoignage intéressant , Adamev mais qui n'a rien à voir avec la date du 25 décembre comme anniversaire de la naissance du Christ ...

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12255
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Sam 05 Jan 2013, 23:12

Mais si. Il suffit de se rappeler que les anciennes religions célébraient déjà le "Soleil invaincu".
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Sam 05 Jan 2013, 23:40

Arnaud Dumouch a écrit:
Voilà ce que je répondrais à cet article.

Il est fort possible qu'un Père de l'Eglise, cherchant une date pour fêter l'anniversaire de Jésus, ait eu l'idée d'utiliser l'ancienne date païenne et astrologique du 21 décembre, où le soleil vainqueur commence à allonger le jour.

C'est une décision très intelligente.

Et de même, les évangélisateurs des premiers siècles remplacèrent les sanctuaires d'Apollon par le culte de saint Michel, vainqueur du démon.

Jésus lui-même n'a pas ces idées de destruction du passé. Pour preuve : il se sert de l'astrologie païenne pour que trois magiciens viennent l'adorer à l'épiphanie.

Et le concile Vatican II en explique les raison : "Dieu avait semé des parcelles de sa vérité dans les autres religions et dans la création, afin que les païens eux-mêmes soient sauvés par le Christ au jour de sa venue.

Quant aux Témoins de Jéhovah quii sont à la source de cet article, ils ne fêtent pas les anniversaires de leurs propres enfants. Ce serait "païens" ! Mr.Red

Concernant le passé, le Christ détruit nos démons, qui appartiennent au passé, notre passé. Avec les démons, les hommes n'ont accès qu'à des vérités spirituelles plus basses (animistes, cultes des morts, les divinités gréco-romaines, celtiques, etc.). Le Christ troue/détruit de sa lumière ces couches réelles mais inférieures et plus obscures du monde spirituel.


Dernière édition par lion-des-bois le Sam 05 Jan 2013, 23:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AntoineG



Messages : 611
Inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Sam 05 Jan 2013, 23:41

La présence des mages à Bethléem met en évidence la manière dont la Providence agit avec les peuples paiens. Elle introduit chez eux des signes prophétiques, y compris dans les rites ou les pratiques comme l'astrologie. C'est là l'origine première des concordances entre les rites chrétiens et paiens.

Ceci n'exclut pas qu'on puisse observer comme le fait Adamev, au plan des causes secondes, que telle pratique chrétienne s'appuie sur un substrat païen.
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Sam 05 Jan 2013, 23:49

Le fait de placer Noël au solstice d'hiver a grande valeur spirituelle. Ce solstice est comme le minuit d'un jour qui durerait 1 an. Dieu vient parmi nous au coeur de la nuit, de nos ténèbres. Les jours allongent comme une naissance progressive jusqu'au solstice d'été. Je me suis déjà laissé dire que l'inclinaison de la terre qui donne le rythme des saisons est voulu par Dieu. Les rites paiens anciens accordaient beaucoup d'importance au rythme de mort et de renaissance créé par les saisons (voir rite d'Eleusis par exemple chez les grecs). IL y a là-dedans une vérité christique que l'homme était déjà habitué à vivre, via ces saisons.
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Dim 06 Jan 2013, 00:00

boulo a écrit:
Témoignage intéressant , Adamev mais qui n'a rien à voir avec la date du 25 décembre comme anniversaire de la naissance du Christ ...

En fait, le 1er jour le plus court est le solstice d'hiver, le 21 décembre. Ensuite les jours restent courts (sans allonger) durant une 10zaine jours. Et seulement ensuite ils allongent. Le 1er janvier correspond au 1er jour qui s'allonge et qui a été choisit pour cette raison comme le 1er jour de l'an.

Le 25 décembre est donc +/- au milieu de cette période de plus forte obscurité entre solstice d'hiver et 1er janvier.


Dernière édition par lion-des-bois le Dim 06 Jan 2013, 00:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lion-des-bois



Masculin Messages : 2408
Inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Dim 06 Jan 2013, 00:03

L'âme, lorsqu'elle rencontre le Christ, suit ce même parcours, le rencontrant au milieu de sa nuit obscure
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 11973
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Dim 06 Jan 2013, 09:49

adamev a écrit:
Mais si. Il suffit de se rappeler que les anciennes religions célébraient déjà le "Soleil invaincu".
Cela, c'était deja dans l'article cité par Arnaud tout au début
Citation :
La fête de la naissance du soleil invaincu (Dies Natalis Solis Invicti) fut créée en 274 après Jésus-Christ par l’empereur Aurélien.
La remarque ne semble donc pas tenir. La naissance de Jésus a du etre célébré dès le début du christianisme.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12255
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël   Dim 06 Jan 2013, 10:51

Faut vous informer mieux : Le christianisme a repris un ancien culte, longtemps célébré à Rome et venant de plus loin en Orient, de Perse. Le 25 décembre, Rome célébrait la naissance du dieu Mithra, appelé « Sol invictus », le Soleil invaincu. Ce jeune dieu solaire surgit d’un rocher ou d’une grotte, le 25 décembre, sous la forme d’un enfant nouveau-né. Dieu d’origine perse, dont le nom existe dès le VIème siècle avant notre ère, Mithra est l’objet d’un culte qui se développe aux IVème et IIIème siècles, et qui connaît un grand succès à Rome. Mithra est le plus souvent représenté coiffé d’un bonnet phrygien, en train de tuer un taureau, symbole lunaire. Mithra rétablit la puissance de la lumière, du soleil contre les forces des ténèbres. Il est donc le soleil invaincu, dont la naissance était célébrée le 25 décembre, le jour de la nuit la plus longue. Le sang de taureau que Mithra fait couler fertilise la terre.

Le culte de Mithra passe de la Perse à Rome, puis en Gaule, avant de s’étendre à tout le bassin méditerranéen. Lorsque le christianisme devint la religion officielle de l’Empire au IVème siècle, la date du 25 décembre fut retenue en Occident pour célébrer la naissance de Jésus.


Y a eu du monde sur terre avant le christianisme

Et comme le dit très justement l'article cité d'Arnaud... le fait que nous n’ayons pas retrouvé de trace écrite de célébration de Noël avant 336 après Jésus-Christ, ne signifie pas que cette fête n’ait pas été célébrée précédemment.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le mythe antichrétien des origines païennes de Noël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvel attentat antichrétien en Egypte
» le voile"islamique"a des origines païennes:les preuves
» "La laïcité française, c’est du vent. Un vent anti chrétien."
» La vie de Jésus ou les origines païennes du christianisme.
» herméneutique de la continuité vs herméneutique de la tradition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: