DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Témoignage du Père Eloi Leclerc, franciscain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Témoignage du Père Eloi Leclerc, franciscain   Mar 03 Avr 2012, 17:19

"Au début de septembre 1943, nous fûmes envoyés, dans le cadre su STO, comme manutentionnaires à la gare de Cologne. Tout allait à peu près bien jusqu'à ce matin de juillet 1944 ou la Gestapo opéra un vaste coup de filet. Nous fûmes arrêtés à plus de soixante: prêtres, religieux, séminaristes... Accusés de propagande antinazie et considérés comme dangereux.

Emprisonnés, nous avons été soumis pendant près de deux mois à des interrogatoires musclés. Certans d'entre nous furent torturés. Sans autre forme de procès, nous avons été envoyés au camp de concentration de Buchenwald. Alors commença une descente aux enfers. Nous étions livrés aux bêtes. La faim, les brutalités, les édpidémies, tout concourait à l'écrasement de l'homme. Ce tête-à-tête avec l'horreur produisit en moi un choc profond. Je connus alors une terrible angoisse: j'avais le sentiment de l'abandon le plus complet dans un monde glacé régi par la loi du plus fort.

Le pire restait à venir. Au début du mois d'avril 1945, devant l'avance des Alliés, les SS décidèrent d'évacuer une partie du camp. Nous ralliâmes à pied la gare de Weimar - ceux qui étaient trop épuisés étaient abattus. Puis nous fûmes embarqués dans un train de marchandise, à 90 ou 100 hommes par wagon. Impossible de s'asseoir. Nous étions emboités les uns dans les autres.

Ce voyage vers Dachau allait durer vint-et-un jours: du 7 au 28 avril 1945. Les ponts étaient coupés, les rails bombardés. Nous restions des jours et des nuits sur des voies de garage, enfermés, mourant de faim et d'épuisement. Une horreur impossible à décrire. Délirants, frappés à coups de crosse, dans le sang, la vermine et les déchets humains, nous mourions les uns après les autres, les uns sur les autres. Deux morts en moyenne par jour et par wagon. A mes côtés, un jeune français se cognait la tête contre les parois du wagon. Il était devenu fou. Ce débordement de souffrance me submergeait.

Il se produisit alors un évènement inoubliable. Nous étions quatres frères franciscains dans le wagon. L'un de nous était en train de mourir. Or, tandis que son regard s'éteignait, le Cantique de François d'Assise, vint spontanément à nos lèvres. Nous nous mîmes à chanter: "Loué sois-Tu, mon Seigneur, avec toutes créatures, Spécialement messire frère Soleil..."

C'était fou! Alors que tout nous écrasait, nous recevions la grâce de chanter la splendeur de la Création. Nous nous sentions soudain portés par une main toute-puissante. Ce fut un moment unique. Une sotte de visitation. Le Seigneur ne nous avait pas abandonnés! Il y avait , nous le savions désormais, une présence cachée dans le déroulement de notre vie. Grâce à Dieu, ce qui était une invitation au reniement et au désespoir devint pour moi celle d'un approfondissement de l'inspiration franciscaine. Une sorte de point de départ"
Revenir en haut Aller en bas
 
Témoignage du Père Eloi Leclerc, franciscain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour le Père Eloi C
» Vidéo: Témoignage par Père Jean-Baptiste Armnius, jeune Prêtre...
» Le témoignage du Père José maniyangat qui a vu le ciel
» " Etre prêtre " :Témoignage du Père Antoine DENNEMONT,
» Le synode des Evêques sur l'Eucharistie débute aujourd'hui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: