DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?   Mer 26 Oct 2011, 17:19

Même avec une interprétation traditionnelle, la charia n'est pas forcément sanglante

Après les régimes autoritaires laïcs, les pays « libérés » par les printemps arabes semblent réclamer le retour à la charia. S’acheminent-ils tous vers une loi sévère (lapidations, main tranchée pour les voleurs…) ou existe-t-il une charia plus respectueuses des droits de l’homme ?

Existe-t-il une Charia "édulcorée ? Crédit Reuters
Atlantico : Alors que la Tunisie vote massivement pour les tenants de l’islamisme modéré et que le CNT en Libye annonce qu’il va s’appuyer sur la Charia… Faut-il s'attendre à une charia impitoyable comme en Arabie saoudite où l'on tranche la main des voleurs ou on lapide les adultères - ou existe-t-il une Charia "édulcorée" ?

Jean-Jacques Rouchi : La charia est une constitution. Il s’agit donc d’organiser la société. Lorsque le Coran répond précisément à une question comme celle de l’héritage, de l’organisation de la prière, par exemple, on l’applique tel quel. Lorsque les choses sont moins claires, on va chercher dans le recueil des traditions un complément d’informations. C’est là que les juristes vont avoir un rôle.

Tout dépendra de l’interprétation. Que ce soit une interprétation à la wahabite ou à la salafite, c’est-à-dire, une interprétation très rigoristes et qui probablement n’a pas existé dans les temps classiques… Toutes ces représentations intégristes : le voile intégrale, etc. sont des choses qui n’ont presque jamais existé. On observe que des musulmans et des non musulmans ignorent ce qu’est réellement la situation concrète de ce qu’est l’Islam et de ce qu’il demande vraiment. Des barbus arrivent dans des quartiers et forcent les pères à imposer le voile à leur fille au nom du Coran... Au nom du coran on fait un peu n’importe quoi. La situation est un peu complexe. Tout va dépendre de l’interprétation qu’on va donner à ces textes. On peut avoir une interprétation intelligente et traditionnelle qui ne soit pas forcément sanglante.

L’application de la charia passe-t-elle nécessairement par des lois sévères telles que la lapidation des femmes adultères, ou la main coupée aux voleurs ?

Dans la charia, il existe un certain nombre de dispositions : la lapidation de la femme – ou de l’homme – adultère, le fait de couper la main aux voleurs, etc. On peut se demander si ce sont des dispositions un peu comme dans la Bible où on menace les gens du feu éternel – non pas qu’on veuille les y envoyer- mais pour les dissuader de commettre des délits.

Certains auteurs rappellent que dans l’histoire islamique, on a très rarement coupé la main aux voleurs. C’est une mesure dissuasive qui n’a été appliquée que quelques rares fois. Mais au temps du prophète et de ses premiers successeurs, ces mesures n’ont pas été instituées. Il a fallu attendre, en particulier, les wahhabites (en Arabie saoudite) qui ont pris le pouvoir après la Première guerre mondiale pour que ces dispositions -qui sont effectivement dans les textes mais qui n’étaient pas si appliquées- soient instituées. Ainsi, on voit des choses aberrantes où on coupe la main au voleur mais dans une opération chirurgicale au lieu d’utiliser un coup de sabre !

Tout comme le voile. Les femmes ont été très peu voilées ! Selon les auteurs, il semble bien que ce qui doit être voilés sont … les seins. Et non le visage. Les prostitués au temps du prophète avaient les seins nus. Une musulmane ne devait pas être une prostituée. Et elle devait donc couvrir ses « atours », selon le texte coranique. On assiste à un durcissement de la part des ultras. Cela pose la question de ce qu’est vraiment la loi islamique.

Evidemment, pour nous c’est un peu saumâtre, car nous avons dépensé des millions pour faire éclore un site où on lapidera des femmes adultères ou on imposera le voile…C’est un problème. Tout va dépendre des personnes qui vont réellement prendre le pouvoir et de la réalité des pressions américaine, européenne, etc. pour voir comment officiellement, on va s’inspirer de la charia pour faire le droit.

Justement, quelles seront les questions test ?

D’abord, quel sera le statut de la femme ? Dans le cas de la Tunisie, Bourguiba a vraiment émancipé la femme tunisienne. Pourra-t-elle travailler sans en demander l’autorisation à son mari ? Ou n’aura-t-elle plus le droit de conduire – comme en Arabie saoudite ?

Quel sera le statut du non-musulman dans ces pays ? Le problème se posera, par exemple, pour les Coptes en Egypte. Jusque sous Mubarak, en effet, la charia était certes la source principale du droit mais il existait aussi la tolérance du Code Napoléon.

Que feront-ils face au système bancaire sachant que le prêt normal est interdit ? Un système existe qui régule une certaine forme de prêt pour qu’il ne tombe pas sous le coup de l’usure selon les conceptions islamiques…

http://www.atlantico.fr/decryptage/charia-libye-tunisie-interpretation-traditionnelle-intelligente-non-violente-jean-jacques-rouchi-209603.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?   Mer 26 Oct 2011, 20:02

pale je suis d'accord avec ces questions tests:
la question de la liberté religieuse est cruciale et celle des chrétiens en premier .-+
pourront-ils échapper à la "Dhimmitude " et son cortège de précarité et d'insécurité permanente ?
le vicaire catholique de Libye avait l'air de dire que les chrétiens pouvaient pratiquer leur culte sans être inquiétés sous khadafi; En Tunisie la communauté catholique est réduite à quelques centaines de personnes tout au plus ,d'origine italienne ou maltaise ou française.
Quelle serait la réaction du futur gouvernement si un prosélytisme de type évangélique voyait le jour comme en Kabylie algérienne actuellement , ferait-il comme les algériens ?

On ne peut que souhaiter l'émergence d'un Islam tunisien "liberal" s'inspirant de la Turquie
actuelle , basé sur une école théologique dont Kairouan a toujours été la plus importante ,
qui laisserait intouché le statut de la femme tunisienne et la liberté de culte dans le pays;
le problème sera les extrêmistes salafistes ou wahhabites qui ne manqueront pas de revendiquer l'authenticité et la seule interprétation possible , d'être financés par les saoudiens et essaieront d'agir par la violence , puisqu'ils ont attaqué une chaine de télévision récemment qui avait diffusé le film persepolis de l' iranienne marjan satrappi où parait-il apparait une représentation du prophète .

le problème de l'Islam est qu'il n'oppose aucune résistance à la violence de ses groupes extrémistes , parceque , malheureusement , la violence est consubstantielle au Coran
et apparait toujours in fine comme l'orthodoxie doctrinale la plus authentique .
Corroboré encore récemment : l'Université d' Al Azhar au Caire n'a envoyé aucun représentant de l'islam Sunnite à la réunion d'Assise, pour protester contre le fait que Benoit XVI avait demandé une juste protection des minorités Coptes en Egypte....

Il leur faudrait donc une loi de séparation de l'Islam et de l'Etat, donc l'équivalent en hommes politiques d'Emile Combes ou d'Aristide Briand et d'une troisième république ,et plein de franc- maçons "islamiques " , un beau terrain de mission pour Adamev ! Very Happy
pas évident tout ça Shocked
Y a que ça qui assurerait une Charia "edulcorée" ou "edulcoranée "
sinon , on sera les dindons de la farce , comme d' habitude !
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?   Jeu 27 Oct 2011, 17:14

Tout ça pour des musulmans
Posted on 26 octobre 2011 by Koz

La charia. Pour horrifier les Occidentaux, l’idée de l’instaurer était sacrément bien trouvée. Un ban pour le CNT. Parce que, dîtes-moi, quel scandale que ce pays musulman qui n’instaure pas derechef une démocratie occidentale ! Et fleurit sur les lèvres, et dans les interviews, cette interrogation : « tout ça pour ça ? ». Et elle est assez odieuse, cette question. Avons-nous oublié Benghazi ? Les corps éventrés à l’arme lourde dans la morgue de l’hôpital ?

Bien sûr, quand le péril est passé, il s’en trouve toujours pour le nier. Bien sûr, les Libyens ont eu le mauvais goût d’être aidés par la France dirigée par Nicolas Sarkozy et, pire encore peut-être, assistés par BHL.

Alors, pour un peu, les mêmes qui n’avaient pas de mots assez durs contre le régime de Kadhafi, celui qui comme d’autres – de Ben Ali à Moubarak – agitaient complaisamment la menace islamiste pour s’assurer du soutien occidental, laisseraient entendre qu’il valait mieux regarder ailleurs.

Mais on a trop entendu fustiger sur tous les tons l’impuissance des pays occidentaux pour abonder dans ce sens pour une fois qu’ils agissent efficacement et, semble-t-il (l’avenir nous le dira), intelligemment.

L’action à en effet été efficace, tout en laissant aux Libyens une part déterminante dans leur libération, évitant ainsi cet écueil dans lequel d’autres sont tombés : installer un régime qui serait perçu comme à la solde des occidentaux et, par la même, illégitime.

De vous à moi, c’est vrai : cette manifestation d’indépendance aurait pu emprunter une voie moins polémique que par l’instauration de la charia, mais…

Mais ce n’est ni une surprise ni une nouveauté. Kadhafi lui-même avait annoncé l’instauration de la charia en 1993.

Mais il serait naïf d’imaginer qu’un pays musulman sortant d’un régime dictatorial – en partie soutenu par les pays occidentaux1 – s’empresse de mettre en place une démocratie laïque, à l’occidentale. On peut avoir la velléité de l’exiger mais il n’est pas incongru de faire avec la réalité.

Mais la charia, c’est pas Al Qaïda. Bien sûr, ce n’est pas la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Pas la Bible non plus. Tu parles d’une surprise. Soit dit en passant, il paraît que, sous Kadhafi, non plus. Mais la charia est source de droit dans la quasi-totalité des pays musulmans. La vraie question n’est pas la charia en elle-même mais la rigueur de son interprétation.

Baudouin Dupret le dit :

« La plupart des Constitutions arabes, comme celle de l’Egypte, font de la charia la source principale du droit. Même la Syrie, qui se veut laïque, érige le fiqh, la jurisprudence islamique, en source principale de la législation. La Tunisie et le Maroc font exception, mais leur Constitution précise que l’islam est religion d’Etat. Inscrire l’islam dans la Constitution libyenne, c’est une déclaration vertueuse, parfaitement attendue compte du tenu du conservatisme général de cette société, mais qui ne présage en rien du type de lois qui sera adopté. »

Matthieu Guidère, aussi :

« la charia dans le Maghreb n’a rien à voir avec celle des talibans en Afghanistan. Elle sera celle d’un islam sunnite de tradition malikite. N’oublions pas que les Français en Algérie avaient gardé les tribunaux islamiques pendant la colonisation. (…) Ne nous faisons pas d’illusion: le champ politique qui se dégage est islamique. Cela ne veut pas dire qu’il y a une demande de religion, cela veut dire que les gens refusent qu’on remette en cause leur identité musulmane. (…) On peut aussi bien aller vers l’imposition de peines coraniques – la lapidation des femmes adultères, les mains coupées pour les voleurs – que vers l’application de principes généraux chers à l’islam, comme l’équité, la bienfaisance et la justice. On peut faire une interprétation réductrice de la charia, ou bien opter pour une lecture évolutive, en accord avec les intérêts de la société. »

Jean-Yves Moisseron, également.

Mais, à vrai dire, la situation morale des pays occidentaux – dont on écrit assez qu’ils sont aussi en crise morale - n’a pas nécessairement valeur d’exemple. Bien sûr, n’allez pas me faire dire ce que je ne pense pas : avec ses défauts, notre système occidental reste préférable. Mais quand certains citent, dans la liste des conséquences d’une instauration de la charia, le fait que même la finance sera islamique, bah, je souris : entend-on vraiment, aujourd’hui, leur proposer le système financier occidental ?

Alors, être vigilant, oui. Remettre en question la légitimité d’une intervention bien menée et qui a sauvé nombre de civils parce les choix politiques ultérieurs ne nous conviennent pas ou s’offusquer du fait qu’un pays musulman s’appuie sur l’islam, non.

En revanche, oui, le fait que nous ayons fourni une aide décisive à la libération de la Libye nous donne le droit d’exprimer nos inquiétudes quant aux droits des femmes et des minorités religieuses. Elle nous en donne le droit et elle nous fournit la légitimité pour le faire, parce que nous pouvons cette fois nous poser en partenaires. Il serait bon que certains ne dilapident pas cette légitimité par de basses théories complotistes et autres polémiques à visée de politique intérieure.

http://www.koztoujours.fr/?p=13237#more-13237

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?   Jeu 27 Oct 2011, 17:17

Oculus a écrit:

Il leur faudrait donc une loi de séparation de l'Islam et de l'Etat, donc l'équivalent en hommes politiques d'Emile Combes ou d'Aristide Briand et d'une troisième république ,et plein de franc- maçons "islamiques " , un beau terrain de mission pour Adamev ! Very Happy
pas évident tout ça Shocked
Y a que ça qui assurerait une Charia "edulcorée" ou "edulcoranée "
sinon , on sera les dindons de la farce , comme d' habitude !

C'est ce que je disais hier en discutant de ce sujet avec mon père : on devrait leur envoyer des francs-maçons. Mr.Red

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?   Jeu 03 Nov 2011, 18:28

Citation :
Qui a peur de l'Islam démocratique ?

Inutile d'enseigner aux Tunisiens (ni hier, aux Irakiens, ni demain aux Egyptiens) comment fonctionne la démocratie. Ils savent que voter remplace la guerre civile et devrait garantir les droits des minorités autant que l'autorité de la majorité. Celle-ci sera exercée en Tunisie, pour la prochaine Assemblée constituante tout juste élue, par le Parti de la Renaissance, d'inspiration musulmane, en coalition avec d'autres partis laïcs. La Renaissance (Ennahda) qui a obtenu 40% des suffrages, n'est donc pas majoritaire : est-elle islamiste ? De la relation que j'ai entretenue depuis quinze ans avec son leader en exil à Londres, Rached Ghannouchi, il me paraît que l'expression usitée pour l'AKP ( Parti de la Justice) turc, démo-musulman, s'applique aussi à Ennahda. Que d'emblée Ghannouchi ait annoncé qu'il ne remettrait pas en cause les droits civils des femmes (inspirés par le Code civil français et pas par le Coran) devrait confirmer cette appellation de démo-musulman. Que le même Ghannouchi, d'emblée, ait appelé à une coalition pour rédiger la future Constitution ne peut pas être interprété comme une manœuvre mais ressemble fort à un engagement.

Des longs entretiens que j'ai pu avoir avec Ghannouchi ( en compagnie naguère de Jacques Berque, traducteur du Coran en français et partisan d'un Islam de Progrès), celui-ci n'avait jamais souhaité islamiser de force la société tunisienne ; mais il demandait que les Musulmans se voient reconnaître leur place légitime dans une société qui est à la fois de civilisation musulmane, arabe, juive, chrétienne, méditerranéenne et française. Il semble que le peuple tunisien réclame aussi cette légitimité de l'islam comem civilisation . Pour mémoire, tous mes entretiens avec Ghannouchi se sont tenus en anglais parce que Londres l'avait accueilli après que le gouvernement français, par amitié pour le dictateur Ben Ali, l'ait rejeté : Ah ! La France, terre des Droits de l'homme…

On se demandera aussi dans quelle mesure un Tunisien, qui a voté pour Renaissance, a choisi l'Islam ou la Droite ? Un peu des deux, sans aucun doute. Pourquoi ne devrait-on pas appliquer à la Tunisie la grille d'interprétation Droite Gauche à laquelle on recourt d'office pour toutes les autres démocraties? Etrnage discrimination, comme si les Arabes devaient nécéssairement s'exprimer et voter selon des lignes de partage qui les situeraient ailleurs ou à part. Car les partis autres que Renaissance , laïcs ou socialistes, hormis quelques centristes libéraux, se réclamaient globalement de la Gauche. Les Tunisiens conservateurs, moralement et socialement, de même que les petits commerçants et entrepreneurs, auront sans aucun doute, été attirés par le discours économique libéral de Ennahda autant que par ses références musulmanes.

La situation est comparable en Egypte : les partis laïcs, en adoptant un programme économique d’essence socialiste, repoussent les acteurs économiques dans le camp des démo-musulmans. C'est aussi le cas en Turquie où le socle de l'AKP est constitué par les Tigres d'Anatolie, ces petits entrepreneurs qui tirent le pays hors de la pauvreté, au moins autant que par les partisans d'une islamisation de la société. Si Mohamed Bouazizi, l'instigateur martyre du Printemps arabe, pouvait voter, n'excluons pas qu'il aurait soutenu le Parti de Ghannouchi puisque l'économie et pas l'Islam fut l'étincelle qui a réveillé le monde arabo-musulman.

http://gsorman.typepad.com/

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2676
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?   Jeu 03 Nov 2011, 20:02

quand l'otan a armée ces révolutions on savait bien que c’était des islamistes et même l'alqaida
Revenir en haut Aller en bas
Fidjouss



Messages : 547
Inscription : 02/02/2011

MessageSujet: Re: Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?   Jeu 03 Nov 2011, 20:46

Philippe Fabry a écrit:


C'est ce que je disais hier en discutant de ce sujet avec mon père : on devrait leur envoyer des francs-maçons. Mr.Red

On en a deja quelques uns. Il ne sont pas trés bien vus donc pour l'instant ils se cachent, mais nous restons vigilants face à ces malfaisants.

Ne dit-on pas le Grand-Orient Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?   Sam 05 Nov 2011, 23:41

La religion sera absente de la Constitution tunisienne, dit "Ennahda"

Samedi 5 Novembre 2011 modifié le Samedi 5 Novembre 2011 - 19:09



La religion sera absente de la nouvelle Constitution tunisienne, qui accordera, en revanche, une place importante aux questions des droits de l'Homme, de la démocratie et de l'économie de marché, assure le Parti islamiste "Ennahda" qui a remporté les premières élections libres du pays.

Le parti Ennahda s'est engagé à ne pas interdire l'alcool et les vêtements occidentaux et à poursuivre les politiques économiques en faveur du tourisme, de l'investissement étranger et de l'emploi.

"La charia et les lois de l'islam sont un ensemble de valeurs morales individuelles et sociétales et non un code de conduite strict à appliquer au niveau national" a ajouté le responsable politique du parti Ennahda au pouvoir, Rachid Ghannouchi.

http://www.atlasinfo.fr/La-religion-sera-absente-de-la-Constitution-tunisienne-dit-Ennahda_a22414.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
 
Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Islamisme, Charia, Tunisie et Libye : quelles perspectives ?
» Contractuels : quelles perspectives d'avenir ?...
» Quelles perspectives après l'obtention du diplome de magister de Ecole Militaire Polytechnique (EMP) ?
» Merci BHL, Merci Sarkozy
» Profanation de tombes chretiennes et juives en Libye‏

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: