DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Marshall Monitor Bluetooth Casque Audio sans fil
Voir le deal
95.97 €

 

 Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty21/5/2020, 13:31

Croquin83 a écrit:
AndréBryand a écrit:

Coquin 83,
J'aimerais bien que le Lexique ne serve pas à ce genre de débat.
On n'en finirait plus.
Lancez plutôt une annexe où vous pourriez mettre un lien pour un suivi.
Merci de votre attention!
AndréBryand

je me doutais que vous alliez réagir comme cela, je vois bien avec quelle attention vous écrivez ce lexique Wink.

c'est très bien fait d'ailleurs, et très intéressant.

par contre si je puis me permettre une petite remarque,
    c'est plutôt le fouillis,
     il n'y a pas de classement,
       c'est un tapis roulant,
     et plus vous allez en mettre
       au plus ce serait compliqué de s'y retrouver,
       normal c'est un forum;
       il existe d'autres moyens certainement plus adaptés à ce genre de chose
            (même si je ne vous invitez pas par là a arrêter ce que vous faites Wink).
Bonjour Coquin,
Vous vous en doutiez, et vous avez quand même voulu voir ce qui adviendrait...

La présentation est une méthode dite du tableau, et de classement,
         tirée de la méthodologie de l'enseignement.
J'avoue que c'est une méthode plus ardue...


CEPENDANT elle permet de ne se restreindre
             qu'à ce qui a été mis en évidence, 
          pour qui ne veut pas tout lire: il en aura toutefois l'essentiel.

Pour ceux qui aiment plus approfondir, la lecture se fait en continu;
le fait de changer de ligne n'empêche pas la suite logique de la compréhension, bien au contraire;
cela demande tout de même l'EFFORT d'apprentissage...
EXEMPLE sur l'étendue de la mise en page:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mise_en_page

Ou comme encore, dans un journal où les paragraphes sont alignés 
      selon une disposition par colonnes, au texte ''justifé'', (ou non) qui se côtoient.
Le texte présenté, ici, n'est pas ''justifié'':
la présentation est dite en TABLEAU- pour cette raison...
Elle sert à l'apprentissage... avant tout.


Ce qui peut différer, ce sont les sélections préalables,
       soit des choix techniques initiaux préétablis,
           qui peuvent être changés selon le responsable-technique du forum,
         soit selon votre propre ordinateur,
              lorsque que les marges varient de celles telles que lancées. 
     Dans ce cas diminuer par zoommage...

Concernant la présentation des IMAGES afférant au texte:
    la présentation des images aux présents forums,
      est considérée comme sélection PAS FAITE ENCORE:
       c'est la présentation des images qui se fait disparate, 
    car aucun choix préalable n'a été coché aux stades initiaux des préférences.
Rares sont les forums laissés ainsi au hasard non hiérarchique parce que non sélectionné...

Une autre lacune: est le fait de perdre le bouton ''éditer'' au bout d'une heure à peine,
  ou dès que quelqu'un d'autre a posté derrière nous.
    Ainsi nous ne pouvons ajouter au texte pour l'améliorer, 
       ou pour corriger des fautes par exemples...

Mais vous semblez tout de même retenir quelque chose malgré la manière de l'édition...

Amicalement!
AndréBryand
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty23/5/2020, 11:30

AndréBryand a écrit:
------  22 mai          Sainte Rita de Cascia
                                            Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte10
                                 ( né v 1381- Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10  1457-)

   - Elle est réputée exaucer dans les cas désespérés.
 
    -Rita est le diminutif du nom Marguerita; mais le fait 
         de vouloir la faire baptiser d'un surnom était inhabituel...


Rita Manchini (en italien : Margherita Manchini),
                                       (souvent précisé (déduit) comme ayant été baptisée du prénom complet)
                     que les parents ont demandé au curé de baptiser du surnom ''Rita''
           sera appelée sœur Rita de Cascia (en italien : sorella Rita da Cascia)
               née au mois de mai à Roccaporena (Ombrie, Italie)
                                                   et morte le 22 mai 1457 à Cascia (Ombrie, Italie),
                                     est une religieuse italienne de l'ordre des Augustins.
                                 Son corps incorrompu
                                         Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 X120
                                   reste dans la Basilique Sainte-Rita de Cascia.


                           Elle fut béatifiée en 1628 par le pape Urbain VIII
                                         puis canonisée le 24 mai 1900 par le pape Léon XIII.
------------

- Rita naquit en Italie vers 1381, dans une famille de paysans.



Le père et la mère de Rita, Antonio Lotti et Aimée Ferri
          vivent à Roccaporena à trois kilomètres de Cascia en Ombrie (Italie centrale).
                Dans la République de Cascia, ils jouent le rôle de « pacificateurs »,
                                    -Ils étaient nommée les « les porte-paix de Jésus-Christ »-
                         c’est-à-dire de médiateurs entre les familles entrées dans la spirale des conflits et de la ''vendetta''.
La ''vendetta'':
 

      Ses parents, déjà âgés, avaient beaucoup prié
                                              pour obtenir cette enfant
                                   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte14

            qu'ils demandèrent au curé de Ciscia de baptiser l'enfant du ''surnom'' de Rita.
         Adolescente, elle voulut se faire religieuse, mais ses parents en décidèrent autrement.
        Dès l'âge de 16 ans, elle avait pensé à la vie religieuse, mais ses parents en avaient décidé autrement. 
      Ils avaient arrangé son mariage avec un jeune homme riche et noble du pays, Paul Mancini,
    qu'elle a dû  l'épouser en 1399.
      Elle eut deux fils, des jumeaux: Jacques-Antoine et Paul-Marie.
       Paul, son époux,  était prompt à s'emporter et, bien qu'apparemment
              il se fût adouci depuis la naissance de ses enfants, il s'était fait des ennemis dans la région. 
          Une nuit, en 1412, il fut assassiné. par la vendetta 
                                                           Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte15

                   que se livraient deux familles rancunières de Guelfes et Gibelins.
        Rita continua de se consacrer à ses enfants
          mais ses fils n'avaient pas oublié la mort de leur père
              qu'ils voulurent venger selon l'esprit de la vendetta...
             Elle tenta de les en dissuader et de leur faire comprendre que ce serait un meurtre.
            Elle pria pour qu'ils renoncent à leurs desseins. 
              Elle fut exaucée, car avant qu'ils purent commettre le crime 
                   ses deux fils moururent de causes naturelles,
                       emportés par une épidémie de peste, 
                            après avoir imploré le pardon de leur mère.
     En 1420, se retrouvant seule, Rita voulut entrer chez les religieuses  augustines
      au monastère Sainte-Marie-Madeleine de Cascia. 
   Mais elle fut refusée au moins deux fois: 
     les constitutions de l'ordre interdisaient d'accueillir les veuves. 
      De plus la famille de son mari et celle de son assassin ne s'étaient pas réconciliées.
        Le monastère avait peur de représailles.
     Elle allait être refusées une troisième fois.
            Elle eut recours avec succès à trois saints protecteurs,assure-telle:
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Rita-religieuse

                 saint Jean-Baptiste, (fête 24 juin)-
                  saint Nicolas de Tolentino (né 1245-1305 , fête le 10 septembre)
                   et saint  Augustin (né 354-430, fête 28 août) .

Ses prières portèrent fruit: elle fut admise à une condition : 
      elle devait réconcilier sa famille et les meurtriers de son mari.
         Elle poursuivit ce but, ce qui s'avéra difficile. 
           Quand les deux clans s'accordèrent mutuellement le pardon devant l'évêque de Cascia 
                     (elle avait alors 36 ans), elle fut autorisée à entrer au monastère où elle resta jusqu'à sa mort en 1457.


                 Religieuse, Rita essaya de vivre jusqu'au bout les exigences de son état : 
                    vie de prière, obéissance, pauvreté et pénitence.
                 À la suite d'un sermon sur la passion de saint Jacques de la Marche ,
                                                  -   saint Jacques de la Marche,  Fête le 28 novembre né 1394-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc101476-
                                                                 Jacques de la Marche est un franciscain observant,
                                                                   ascète et prédicateur renommé. 
                                                                Ses activités de légat apostolique et d'inquisiteur
                                                            l'amènent à parcourir l'Italie et l'Europe centrale,
                                                          dans le contexte difficile des premières réformes catholiques, 
                                                    des hérésies et de la menace turque à Constantinople.
                                                
                elle demanda à Dieu de la faire participer, dans sa chair, 
                     aux souffrances du Christ.
                 Elle a  été exaucée et une épine de la couronne du Christ 
                 devant lequel elle priait s'est détachée pour venir se fixer sur son front. 
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte11

               C'est pourquoi on la représente avec une plaie incurable au front.
            Stigmatisée par cette marque, elle supporta l'épreuve qu'elle avait demandée.
          Elle fut au service des plus pauvres de Cascia, qui bénéficièrent de la qualité de sa grande charité.


    Elle se rendit à Rome en 1450 pour le jubilé ou l'« année d'or » 
        que le pape avait décidé afin de remercier Dieu d'avoir libéré le pays de toutes les guerres. 
         À 69 ans, elle parcourt avec quelques sœurs les 180 kilomètres 
               qui les séparaient du centre de la chrétienté. 
           Sur son lit de mort, Rita demande à sa cousine d’aller lui cueillir une rose.
              Bien qu’en plein hiver, la parente trouve la rose ;
                   cet épisode est à l’origine des nombreuses représentations de la sainte répandant des roses, 
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte12
     symbole des grâces qu’elle obtient pour ceux et celles qui font confiance en son intercession. 
         Dès le jour de sa mort, le peuple de Cascia  proclame sainte cette petite servante du Seigneur, 
                 bien avant que l'Église catholique ne la reconnaisse pour telle.
                    Le peuple de Cascia avait été témoin de nombreux et de prodiges inexplicables.
        Considérée comme une mystique, elle vécut une existence cachée dans son monastère.
  C'est donc après sa mort, survenue vers 1457, qu'elle devint très populaire ;
            surtout à cause des nombreux miracles qui lui furent attribués.
      Près de deux cents biographies comme rarement contribuèrent à la diffusion de son culte.
     Elle est invoquée en particulier dans les situations de conflits réputés insolubles,
  quand tous les moyens humains s'avèrent impuissants.
    On a pu la qualifier de « sainte de l'impossible ».





Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Barre_10


------- 
MÊME JOUR : saint Émile, martyr en Afrique  (    ...Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10   250)
-Dans la persécution De lapsis, Émile avait d’abord renié sa foi sous l’effet de la torture.
       C’est saint Cyprien (né 210-258 fête 16 sept) qui nous parle de lui.. 
        Mais plus tard  des De lapsis  affrontèrent la torture 
         et donnèrent leur vie sans faiblir, 
     dont parmi eux, saint Émile; ils furent brûlés.
 
----
Même jour: -sainte Julie :Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 5e siècle-patronne de la Corse-
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Images?q=tbn%3AANd9GcRo12fO1Dp65Ih4c6t6iEQMDKHlf7bh-nc4iXylBPVGEEai95DK&usqp=CAU
Version des Bollandistes:
Julie était issue d'une famille noble de Carthage.
    Après la prise de la ville par les Vandales de Genséric en 439 et la soumission de la population, 
       Julie fut vendue comme esclave à un commerçant syrien, Eusèbe. 
          La jeune chrétienne se dévoua avec zèle à son maître.
              Eusèbe l'embarqua avec lui lorsqu'il partit pour la Gaule. 
                  Il fit escale en Corse, près de Nonza, où l'on célébrait ce jour-là 
                          les dieux par le sacrifice d'un taureau.


Eusèbe se joignit aux festivités mais Julie, pleine de réprobation pour une fête païenne,
        demeura sur le bateau. Lorsque Félix Saxo, le gouverneur local
           apprit qu'elle s'y trouvait, il enivra Eusèbe, qui refusait de la livrer. 
               Lorsque le marchand fut endormi, il fit enlever la jeune chrétienne et lui demanda de sacrifier aux dieux. 
                        Julie fut condamnée à mort pour son refus et surtout pour sa réponse hardie.
                    Elle fut frappée au visage jusqu'au sang, traînée par les cheveux, fouettée puis crucifiée.
                  La légende veut qu'une colombe s'échappa de sa bouche, 
               symbole d'innocence et de sainteté.
             Des religieux de l'île de Gorgone vinrent chercher son corps et le placèrent à l'abri dans leur monastère.
           Plus tard, ses restes furent transportés à Brescia et ouvrirent un culte à sainte Julie dans le Nord de l'Italie.


Cette version fut adoptée par les offices du diocèse d'Ajaccio.
C'est là qu'elle fut toujours vénérée avec ferveur.
          (saints en Corse - diocèse d'Ajaccio)
   
En Corse, commémoraison de sainte Julie, vierge et martyre.

                                     
Ajaccio:
 
-
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty23/5/2020, 23:02

23 mai          Sainte Jeanne-Antide Thouret
                               Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte11

                                                 Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Profile-photo-sdcjat-48x48
                                              Devise : Dieu Seul
               ( née 1765 Sancey-le-Long 27 novembre- Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10   Naples 1826 24 août-)
                        Fondatrice des Sœurs de la Charité de Besançon-


                         -béatification 23 mai 1926 par Pie XI;
                                       -canonisation 14 janvier 1934 par Pie XI;
                                                  -le 24 août est l'anniversaire de sa mort;
                                      et cette date figure dans le calendrier liturgique
                                                          de l’Église catholique:
                                      (optionnel avec la date de sa béatification le 23 mai).-

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Prizor11


----------
-Jeanne-Antide née dans le diocèse de Besançon, 
                             à Sancey-le-Long,
                                            ( 27 novembre 1765 )

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Carte_17
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Carte_13
                         ( et mourra à Naples, 24 août 1826)


   Elle naquit au sein d'une famille pauvre et nombreuse.
  Fréquentant peu l'école,
    bergère, elle eut l'occasion de découvrir,
           en gardant son troupeau,
             la richesse que peut receler la solitude
         qui favorise l'union à Dieu et permet par la prière
                  d'accéder à une profonde vie intérieure.
    Dans ses premières années, l'aide qu'elle apporta d'abord à sa mère
      la forma aux travaux domestiques
        et aux vertus que requiert la tâche d'une maîtresse de maison.
          Tout cela la prépara à la vie religieuse,
            à laquelle elle ne tarda pas à aspirer.


       Il y avait cependant des obstacles.
  Dieu, qui avait son plan sur elle, saura les écarter.
Le curé de son village, Sancey-le-Long, discerna en elle
            une personne de grande valeur et une âme d'élite.
         Il en fit ce qu'on appelle aujourd'hui son aide paroissiale.
      Jeanne-Antide ayant le don particulier d’attirer les enfants,
       le curé  lui fit faire le catéchisme.
Jeanne  qui aspirait toujours à devenir religieuse,
           en juillet 1787, après avoir hésité un moment entre la vie contemplative et la vie active,
               se tourna vers la fondation de saint Vincent de Paul (né1581-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc101660, canonisé en 1737)
                    et de Louise de Marillac (pas encore béatifiée et canonisée en ce temps-là) ;
                      elle devint Fille de la Charité.
Mais arriva la tourmente révolutionnaire.
       En 1793, après la dissolution de toutes les communautés caritatives par la Convention      
          les sœurs devant retourner chacune chez elle,
           Jeanne-Antide dut regagner Besançon, à pied car sans aucune ressource
            elle mendiait son pain et ce qui aurait pu lui permettre de se déplacer autrement.
     Mais elle n'est pas de ceux qui se résignent facilement…
               Le zèle pour Dieu la presse de plus en plus et la porte vers l’avant.
      Revenue dans son village,  malgré les dangers elle ouvre une école gratuite,
                où le catéchisme est enseigné.
            Son action s’inscrit ainsi, ainsi que l'ont exprimé les nombreux auteurs biographiques,
          dans l’important phénomène de ''réaction populaire'' à la déchristianisation,
      dans laquelle les femmes ont joué un grand rôle.
      Encouragée par les résistances des ruraux de Franche-Comté aux nouveautés révolutionnaires,
    Jeanne-Antide organise des messes dominicales dans des greniers
   ou des lieux isolés où elle invite des prêtres réfractaires.

      Quand la bourrasque commence à s'apaiser,
              elle peut songer à la tâche particulière que Dieu lui a confiée.
        Aidée et encouragée par des responsables de l'Église,
       secondée par quatre compagnes,
          elle fonde une nouvelle famille religieuse :
          les Sœurs de la Charité de Besançon.
Une congrégation de religieuses dédiées
                     à l'éducation,
                  aux soins des malades
                     et à l'aide aux pauvres.
        Les constitutions de la nouvelle famille religieuse sont approuvés le 26 septembre 1807
                 par Mgr Claude Le Coz, (né 1740-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1815) archevêque de Besançon de 1802-1815.
-cliquer sur les rectangles pour ouvrir:
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch27
Mais c'est  depuis 1799...  La communauté était devenue...:
 
      Le Premier Empire en favorise donc l'expansion. La mère de Napoléon
        lui ouvre l'accès du royaume de Naples.
   Elle regagne la France après avoir solidement implanté la fondation.
Puis vient l'ultime épreuve qui contribuera, sans aucun doute,
      à achever de faire de Jeanne-Antide Thouret une grande sainte.
   Sa règle a été approuvée par Rome, mais avec des modifications.
    Ceci indispose l'archevêque de Besançon, qui s'en prend à la Mère fondatrice,
         allant jusqu'à la chasser de son diocèse.
                     
               (Les successeurs de Mgr Coz furent:
                   -l'archevêque de Besançon, Mgr Gabriel Cortois de Pressigny 1819-1823
          - l'archevêque de Besançon Mgr Paul-Ambroise Frère de Villefrancon 1823-1828 )


Quel était cet archevêque?:
 


            Elle retourne alors à Naples.
         C'est là qu'elle meurt, le 24 août 1826.
       Elle avait bu au calice d'amertume du Seigneur.
      Celui-ci la remercia en bénissant son œuvre.
----


Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Barre_10
-------
-Le même jour: saint Didier, évêque de Vienne (en France), martyr (Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10607);
                                -au temps de la reine Brunehaut, envers qui il s'opposait;
                                   Brunehaut est la fille d’Athanagilde Ier, roi des Wisigoths, et de Goswinthe.
                                     Étant princesse wisigothe, elle a été élevée dans la religion arienne.
                                      Elle se serait convertie par la suite (le fut-elle?).
                                      Sur le territoire de Lyon, en 606 ou 607, la passion de saint Didier, évêque de Vienne. 
                                         Reine des Francs- mariage avec Silgebert 1er.
                                                      En 566, Silgebert épouse Brunehaut, fille du roi wisigoth Athanagild.
                                                    En effet, d’après Grégoire de Tours, Sigebert considère que les femmes
                                                    de ses frères ne sont pas dignes de leur rang, et que seule la fille d’un roi
                                                      peut prétendre au titre de reine d’Austrasie.
                                                      Sous l’influence de Sigebert et des prêtres, Brunehaut dut se convertir au catholicisme.
                                                           Ayant reproché à la reine Brunehaut un mariage incestueux (mariée sûrement plusieurs fois)
                                                                                         et d'autres dépravations, il fut d'abord envoyé par elle en exil,
                                                                                        puis, sur son ordre, arrêté dans sa cathédrale,
                                                                                     et enfin lapidé par les soldats et achevé à coups de bâton (et/ou de pierres),
                                                                                   recevant ainsi la couronne du martyre.
-----------
__________________
À suivre-
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty25/5/2020, 23:39

________________


-  24 mai              Saints Donatien
                                      et
                                   Rogatien
                                 Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_14

                              ( né 3e siècleLexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 304 ? )
                                 - certaines biographies déduisent
                                  (même avec explication et intention de rectifier)
                                            parfois   que leur mort survint  en  Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10287  ) –               
                    - Martyrs, de deux frères encore adolescents-
             - Patrons de la vile et du diocèse de Nantes.
------------------------
   
 Donatien et Rogatien vivaient au 3e siècle, au temps
            de la persécution des empereurs Dioclétien et Maximien Hercule-


                                      -Dioclétien régna du 20 novembre 284 au 1er mai 305.
                                          —20 novembre 284 - mai 285 (comme usurpateur)
                                 —mai 285 - 1er avril 286 (seul)
                                  —1er  avril 286 - 1er mai 305 (comme empereur d'Orient )
                                                                                               En Tétrarchie
                                                                        (en tout 20 ans, 5 mois et 11 jours)


                                          - Maximien. régna 21 juillet ou 25 juillet2285 - 286 (comme César de Dioclétien)
                                                          —1er  avril 286  – 1er  mai 305 (comme empereur d'Occident)
                                                                             En Tétrarchie
                                             Fin 306 – (11 novembre 308 / 310 (comme usurpateur)

             Le préfet des Gaules Rictius-Varus (cependant mort en 288)
                                   avait lui aussi reçu l'ordre
                   d'extirper de Gaule cette nouvelle religion appelée christianisme.


                                            --ou ce fut un de ses successeurs
                                          Julien , son successeur,
                                      fit mettre à mort saint Lucien à Beauvais,
                                   et saint Yon dans la province de Lyon.
                             On a aussi précisé qu'Eutychius et Astérius, nommés dans les actes de saint Victor de Marseille,
                                    furent aussi préfets du prétoire dans les Gaules;
                                    peut-être succédèrent-ils à Julien en 290 ou 291. --

                    Dans ce but, tous les moyens furent utilisés :
                            Persuasion par profits :  remboursement des frais à ceux qui
                                 offriraient des sacrifices à Apollon et à Jupiter ;
                                                                  (Apollon, était un dieu grec adopté dans leur panthéon romain;
                                                                                             pour les Grecs il est le fils de Zeus
                                                                                              (dieu équivalent au dieu romain Jupiter
                                                                                                      qui gouverne la terre et le ciel
                                                                                                   et tous les être vivants ainsi que les autres dieux)
                                                                                              associé  aux présages célestes liés aux pratiques divinatoires
                                                                                                           des prêtres de Rome.
                                                                                            Jupiter: Dieu souverain, il a pour attributs l'aigle et la Foudre.
                                                                       Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Jupite10 

                                                                                        L'Aigle était aussi lié aux présages.
                                                                                                                   Il se trouve que les Romains étaient constamment
                                                                                                                                    à la recherche de divination qui flattait la puissance romain,
                                                                                                              qui leur vint en partie des influences Étrusques.
                                                                             Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Jupite11

                                                                                          L'Aigle impérial romain fut associé à la puissance de l'état romain,
                                                                                                 appelé à étendre sa domination sur le monde,
                                                                                                 comme Jupiter et son aigle régnaient sur les dieux les cieux et les êtres.

      Ceux qui auront refusé d'adorer les dieux de l'empire, suite aux menaces,
          seraient mis à la torture et la mort...
               Donatien et Rogatien encore en pleine adolescence avait été conquis à l'amour de Jésus-Christ
                et  l'Esprit Saint les renforça pour embrasser le martyre à cette heure de gloire qui les attendait...
       Ils vivaient à Nantes
         (ils seront appelés par leur biographe «les Enfants nantais »).
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Carte_18

               Donatien était  déjà baptisé;
                    Rogatien, l'aîné,  était encore catéchumène
                               —lorsque le fonctionnaire chargé d'exécuter les ordres,
                                      le préfet de la région  Rictius-Varus
                                             du pouvoir impérial arriva dans cette ville.
                                                     Il fut reçu avec joie par les païens.
                      L'un des païens lui dit: ''Tu viens à temps parmi nous,
                                  pour ramener au culte des dieux ceux que les Juifs
                                            ont entraînés à la suite d'un crucifié.»
           Donatien fut le premier dénoncé.
            Le fonctionnaire fit alors amener celui-ci, et il l'interrogea.
                    Il fit sans le vouloir l'éloge indirect de son zèle missionnaire.
                  «Donatien, lui dit-il, non seulement 
                  tu refuses d'adorer Jupiter et Apollon
                            auteurs et conservateurs de notre vie, 
                              mais tu enseignes au peuple qu'il sera sauvé 
                                    par la croyance à un crucifié, et tu entraînes un grand nombre à ta suite.''
                Puis, sachant que son frère Rogatien n'était pas encore baptisé, 
                    le fit venir afin de tenter par la douceur feinte et les promesses, 
                     de l'empêcher de commettre ce qu'il appela une erreur sacrilège,
                        l'assurant que les dieux seraient plein d'indulgence pour lui.
                   Devant la résolution inébranlable du jeune garçon,
                                        il dit aux gardes : ''Que cet imbécile soit réuni à son maître en sottise ;
                                                                   demain, un coup d'épée vengera, devant tous, 
                                                                          l'injure faite aux dieux et aux princes
                    Les deux frères furent jetés dans un cachot.
                Ils n'en sortirent que pour subir la torture et la mort.
            Rogatien avait craint de mourir avant d'être baptisé :
                         à la place du baptême de l'eau il reçut celui du sang
----
Qu'en était-il de la naissance du peuple français
                       à cette époque  où bientôt il allait naître:
           (mais pas encore: les tribus des Francs
           sont encore en embryon
           sur le point de se constituer en royaume):
      (vers 290-330 au temps des saints martyrs qui tire à leur fin
          avec la conversion du peuple romain (par les chrétiens)):
La Gaule Belgique:
Dans le cadre de la domination romaine de la Gaule,
      le peuple des Namnètes devient la cité des Namnètes (civitas Namnetum),
            qui relève d'abord de la province de la Gaule lyonnaise
                                dont le chef-lieu est Lyon,
                               ville qui est en même temps la métropole des trois Gaules
                      (Belgique, Lyonnaise, Aquitaine), la Narbonnaise restant à part.
Les Namnètes (d'où Nantes) étaient une tribu secondaire, située au nord de la Loire et dépendante des puissants Vénètes, qui contrôlaient le débouché de la Loire et le commerce de l'étain avec les îles britanniques (port de Corbilo, encore mal situé, dans la zone de la Grande Brière, encore zone de mer à l'époque).
Les Namnètes n'acquerront de territoire distinct qu'après la conquête de la Gaule par César. Leur territoire sera constitué de la moitié est de celui des Venetes, sur la rive droite de la Loire, et sera inclus dans la province "Lyonnaise IIIème".
   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Carte_10  Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Carte_12              
                                                                                 dans la vidéo vers 1 minute 00 seconde      
                                                                                   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch28   

------

      Le martyre des saints Donatien et Rogatien c'était en l'an 304...
... Concernant la date voici cet autre récit:
En quelle année leur martyre?:
 

Leur culte connut par la suite une grande diffusion dans cette région.
    Ils sont inscrits au calendrier liturgique orthodoxe à cette même date du 24 mai.

----------
À suivre.
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty27/5/2020, 13:42

________________


-  25 mai              Saint Grégoire VII       (commémoraison)
                                                        - Les lectures - Ézéchiel 3 : 16-21 ; Mathieu 16 : 13-19   
                                 
                                     Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 GregoireVII
                              ( né 1015 (1020)Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1085 25 mai-
                                    Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Gregorius_VII
                                    -157e pape - réformateur de l'Église-

                 
Ildebrando de Soana, (Hildebrand) né vers 1015/1020 et mort le 25 maiLexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10  1085 à Salerne (Italie),
  est un moine bénédictin toscan
      qui devient en 1073 le 157e évêque de Rome et pape sous le nom de Grégoire VII,
              succédant à Alexandre II. Connu parfois comme le moine Hildebrand,
                  il est le principal artisan de la réforme grégorienne,
                      tout d'abord en tant que conseiller du pape Léon IX
                               et de ses successeurs, puis sous son propre pontificat.
                                                Il fut conseiller des 152e, 153e, 154e, 155e, 156e papes.

------------------------------------   
-LES PAPES (nommés et reconnus) et les antipapes depuis Léon IX: 
                                (jusqu'en 1180 ...):

-+152e pape- Léon IX 12 février 104919 avril 1054
                                 durée: 5 ans, 2 mois et 7 jours—canonisé en 1087
                                                                                                         par le pape Victor  III; fête 19 avril;
                      pape français,
                    nommé par l’empereur en décembre 1048...
                 Élu par le peuple RECONNU de ROME le 2 février 1049;
-+153e pape-Victor II 13 avril 105528 juillet 1057
                                  durée:  2 ans, 3 mois et 15 jours;
                        Victor II Nommé par l’empereur  en septembre 1054
                             (et reconnu par Rome par la suite);
                Dernier pape nommé et non élu
                        directement par l'Église...
-+154e pape-Étienne IX  2 août 105729 mars 1058-
                                  durée: 7 mois et 27 jours----canonisé fête 29 mars;
                pape français,
               élu sans que l’empereur ait été consulté.
                 Jadis numéroté Étienne X : voir l’explication...

                              (pour ne pas le confondre avec le pape éphémère:
                                        Étienne, prêtre élu pape en mars 752
                                         pour succéder alors au pape Zacharie;
                                          il était mort d'apoplexie trois jours après,
                                             avant d'avoir pu être consacré évêque de Rome. )
--*ANTIPAPE-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Petite11
-Benoît X 5 avril 1058doit RENONCER en 1059 (déposé en 1060 , mort après 1073 );
                                                  Élu par la noblesse romaine sans l’avis des cardinaux  
                                                                                      et sans attendre le retour d’Hildebrand à Rome
                                                                                          contrairement à une promesse faite à Étienne IX.
-+155e pape-Nicolas II   6 décembre 105819 juillet 1061 -
                                       durée: 2 ans, 7 mois et 13 jours;
                            pape français,
                                     élu à Sienne par les cardinaux  ,
                                             il n’était pas cardinal lui-même.
                                       Rentré à Rome  ,
                                      il décrète que désormais
                                 seuls les cardinaux-évêques éliront le pape.
-+156e pape-Alexandre II  30 septembre 106121 avril 1073 -
                                             durée: 11 ans, 6 mois et 22 jours;
                                                                        Alexandre II
                                                          n’était pas cardinal au moment de son élection
--*ANTIPAPE-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Petite11
-Honorius II 28 octobre 1061déposé le 31 mai 1064 (mort en 1071 ou 1072)-
                                                                   durée: 2 ans, 5 mois et 3 jours-

                                                            Nommé à Bâle par l’empereur HENRI IV   
                                                    qui lui retire son soutien en 1062 ... 
-+157e pape-Grégoire VII 30 juin 107325 mai 1085
                                     durée:   11 ans, 10 mois et 25 jours----canonisé fête 25 mai-
                                                                     -Il sera est canonisé en 1606 par le pape Paul V-


--pour l'antipape Clément III-(1080-1100)
                         voir dans le texte plus bas... 
-------------------------------


- Hildebrand naquit en Toscane vers 1015,
          Ildebrando de Soana, (Hildebrand) né vers 1015/1020 
                       et mort le 25 mai- Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc101085 à Salerne (Italie),
                est un moine bénédictin toscan
                  peut-être même Abbé du monastère romain de Saint-Paul.
           -Parmi les réformateurs de ce monastère:
                                        -Odon de Cluny(né 879-942-fête 18 novembre);
                                       -le moine Hildebrand (Gregory VII);
                                       -le card. Condulmer (Eugene IV- 15e siècle)
                               qui a lié le monastère a la nouvelle congrégation de Unitate.
                          Rapport spécial avait le monastère avec les monarques britanniques
                       qui vénéraient les tombeaux des apôtres et à la fin du moyen âge
                     ils ont exercé la fonction de protecteurs de l’abbaye
                   (signe est l’emblème et la devise de l’ordre de la jarretière à côté de celle des Abbés).
                En 1837 d. Prosper Guèranger a fait sa profession monastique.
              Malgré la Suppression des ordres religieux, les moines de Saint Paul ont pu rester
            parce que étaient les gardiens de la basilique.
          Le 25 janvier 1959 le Pape Jean XXIII
           y a annoncé  pour la première fois sa volonté
                 de convoquer un Concile œcuménique.-


À la mort d'Alexandre II, en 1073, il fut élu pape et prit le nom de Grégoire VII.
    Deux problèmes importants et urgents l'attendaient :
          -le désordre moral du clergé,
           -et ce qu'on a appelé la question des Investitures.
    Pour réformer les mœurs du personnel ecclésiastique, Grégoire prit des mesures énergiques,
        qui constituèrent aussi le point de départ de la centralisation romaine.
L'autre problème était plus complexe et plus grave encore.
        Il s'agissait d'affranchir le pouvoir spirituel du pouvoir temporel.
  L'empereur se considérait alors comme le véritable chef de la société chrétienne,
                      et il était certainement de bonne foi de le croire.
                   car depuis des siècles, il en était ainsi.
    Le temps était venu d'établir ce que plusieurs papes tentent de faire,
        depuis Léon IX en particulier.
             Mais depuis le temps que l'on tente de le faire,
                   jamais actions n'avaient été autant concertées,
                 grâce au moine bénédictin
                 Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Pape_g10
                Hildebrand de Soana .
 
      Mais cette situation paraissait de plus en plus anormale.
          Elle était par ailleurs la source de maux internes dont souffrait l'Église.
              Le souverain temporel nommait les évêques
                 et il n'était pas étranger à la nomination des papes ;
                        tout naturellement, il avait trop souvent en vue
                            l'intérêt de l'État plus que celui de l'Église.
                            Et que pouvait-il comprendre sur les exigences de la doctrine?
               Son influence ne fut pas moindre avant qu'il soit nommé comme chef de l'Église:
              mais ce choix imposait la force de ce moine....

     Grégoire,  homme énergique, persuadé en outre que la charge confiée
      par le Christ à Pierre était passée à ses successeurs,
           va réaliser une réforme en profondeur,
               qui ira bien plus loin que la seule question des investitures:
                  il fallait   rendre définitivement  l'Église aux clercs.
         Cette réforme portera d'ailleurs son nom pour la postérité : la réforme grégorienne.
           Le nouveau pape avait déjà œuvré dans ce sens
               en tant que familier et inspirateur des six papes précédents.
       Il sut toutefois se montrer diplomate,
            mais sa diplomatie n'avait qu'une haute visée afin de remettre les choses en bon ordre....
         Lorsque l'honneur de Dieu et le salut des hommes étaient en jeu,
            rien ne pouvait le faire transiger.
   Il fut le veilleur dont parle la première lecture.
                 Ézéchiel 3: 17 " Fils d'homme, 
                   je t'ai fait guetteur pour la maison d'Israël.
                                  Lorsque tu entendras une parole de ma bouche,
                                        tu les avertiras de ma part.  " ...
       Il entra bientôt en lutte ouverte avec l'empereur germanique Henri IV.
                      Celui-ci, après une feinte  de soumission,
                  Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Grzogo10

                                  envahit l'Italie, déclare le pape déchu,
              et fit élire 
un antipape.
      Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Petite11
-Clément III 25 juin 1080 —8 septembre 1100
                  Durée de son règne  20 ans, 2 mois et 14 jours
                        C'est Guilbert de Ravenne-
                              il n’était pas un cardinal quand il est nommé par l’empereur Henri IV
                                 qui le reconnaît et le soutient jusqu’à sa mort.
                   Clément III     né 1023-1100  (Guibert ou Wibert de Ravenne),
                          né à Parme (Italie) vers 1023 - 1029
                                   d'une famille liée aux comtes de Canossa,
               antipape de 1080 à 1100.

Guilbert de Ravenne:
 


Le pape Grégoire VII  fut emprisonné.

    Grégoire, réfugié au château Saint-Ange,
                 où il demeura deux ans, fut libéré par les troupes normandes,
                      qui obligèrent Henri à s'enfuir.
         Malheureusement, les Normands mirent la ville à feu et à sang,
      et cela rendit le pape tellement impopulaire qu'il dut se retirer,
             d'abord au Mont-Cassin,
                 puis
          à Salerne, où il mourut le 25 mai 1085,
                  après avoir prononcé ces paroles :
            «Je meurs en exil parce que j'ai aimé la justice et haï l'iniquité.»

           Mais son travail de réforme se poursuivra et aboutira.       
------------------------
À suivre.

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty30/5/2020, 14:44

________________

 -  26 mai              saint Philippe Néri     (mémoire)
                                                          -lecture Philippiens 4 : 4-9; Luc 6 : 43-45                                 
                                     Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saintp10
                              ( né  v 1515 (21 juillet)Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1595 (26 mai)
                                         -le ‘’Saint de la joie’’ –


             Philippe Néri (en italien : Filippo Neri), né à Florence et mort à Rome,
                fondateur de la congrégation de l'Oratoire,
                  est une figure très importante de la Réforme catholique
                    entreprise avec le concile de Trente.
              Béatifié le 11 mai 1615 par le pape Paul V
         et canonisé le 12 mars 1622 par le pape Grégoire XV.

-------------
          -Si l'on veut faire le compte de ses activités il faut ajouter
                    -il servait dans les hôpitaux;
                     - il visitait les prisons;
                        -il s'occupait des pèlerins pauvres
                         ainsi que de l'enseignement et du catéchisme aux enfants.
--------------------------
À quelle époque sommes-nous?
A cette époque l’hérésie de Luther (1483- Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1546) faisait des ravages
       dans une grande partie de l’Europe.
          Pour arrêter le fléau et répondre à la campagne contre le dogme,
                      une fois prêtre, ce fondateur, qui ne cessa de faire progresser son oeuvre,
                                            qui avait commencé auprès de clercs qui l'ont fortifié à aller de l'avant,
              il demandera à Baronius (qui deviendra un jour son successeur à la tête de l'Oratoire,)
              de faire cette œuvre considérable:
                    étudier et faire connaître correctement toute l’histoire de l’Église
                          depuis Jésus-Christ, résumant les actes des martyrs,
                            les vies des Saints,
                              les écrits des Pères.
                  Baronius,  ce modeste Oratorien recula devant l’immensité de la tâche :
                    -On ne manque pas d’hommes plus savants et plus capables que moi !
                          Saint Philippe lui répliquera :
                    -Faites ce qui vous est ordonné,
                        laissez le reste. L’ouvrage vous paraît-il difficile ?
                          Espérez en Dieu, et lui-même le fera.
                         C’est ainsi qu’ont été écrites
             les célèbres Annales ecclésiastiques.
         en vue de démentir, dénoncer et démontrer
            les faussetés sur l'histoire que les protestants
                 avaient commencé à répandre dans des livres mensongers; 
                     et afin et rétablir correctement les faits
                                de l'histoire et l'enseignement de l'Église...
                  --------

       Avant même de devenir prêtre,- il le deviendra tardivement-,
           saint Philippe de Néri commença son activité à fonder, aidé par des membres clercs et des compagnons,
               des instituts
                  pour oeuvrer auprès des malades, (des hôpitaux, maisons de convalescences);
                          puis auprès  des pèlerins fatigués par de longs périples... etc
                              Prenant soin des corps comme des âmes,
                        son charisme de rassembleur et de fondateur
                      n'avait cessé de grandir auprès de ceux qui croyaient à son don de fondateur
               qui saura profiter au développement des œuvres caritatives de l'Église et de son enseignement,
                à cette époque où la Réforme faisait son apparition ... 
--------------------
L'Oratoire de Saint Philippe Néri ou Confédération des oratoriens de Saint Philippe Néri
                  (en latin Confoederatio Oratorii Sancti Philippi Nerii)
              est une société de vie apostolique catholique
              fondée à Rome par saint Philippe Néri au 16e siècle.
           Le petit oratoire du fondateur, où se réunissait le groupe d'origine,
              avait donné son nom à la société.
          Elle fut érigée de manière canonique par le pape Grégoire XIII le 15 juillet 1575,
          en tant que société de prêtres séculiers, sans vœux,
                      mais vivant en commun,
                      dans le but
                            de travailler à la sanctification de ses membres
                              et à celle de son prochain par la prédication et l'enseignement.
                             Sa règle fut approuvée par Paul V en 1612.

----------------------   


Philippe  est le deuxième enfant de Francesco di Filippo da Castelfranco, notaire,
                 et de Lucrezia de Mosciano, fille d'un menuisier.
      Le couple eut quatre enfants :
           -Catherine, née le 25 janvier 1514,
           -Philippe, né le 21 juillet 1515,
           -Élisabeth, née le 7 février 1517
           -Antoine, né le 8 septembre 1520.
                     La mère mourut à la naissance de ce dernier enfant,
                     alors que Philippe avait cinq ans.
                Francesco épouse en secondes noces une femme prénommée Alexandra.

- S’il est vrai qu'un saint triste est un triste saint, 
                   comme le disait un proverbe cité des écrits de saint François de Sales,
                         thème cher du pape François, comme dans son Exhortation Apostolique
                          sur L’APPEl à la sainteté :GAUDETE ET EXSULTATE
                           ( qui commence ainsi: « Soyez dans la joie
                                              et l’allégresse » (Mt 5: 12) ),

    cela ne s'applique certes pas à saint Philippe Néri.
      On l'a appelé le saint de la joie, et même le saint humoriste !
    D'une certaine manière, il peut être considéré comme un «fol en Christ»,
         à l'image de ces saints russes qui se différenciaient
            par leur comportement excentrique sur leurs contemporains.
Dieu, pour conduire les hommes à la sainteté,
            ne fait pas abstraction de leur tempérament, il l'utilise.
      Philippe, qui naît à Florence le 21 juillet 1515,
          sera un enfant joyeux
                  et farceur, mais aussi  très pieux ;
                        Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saintp11
                et toutes ces qualités se développeront ensemble.
Dieu saura les utiliser et les rendre attrayantes pour son service :
           Âme sincère, Philippe savait rendre utiles ses qualités
               et Dieu le favorisera aussi de  grâces mystiques.
             Très jeune, il connaît de ces emprises de l'Esprit 
                  qui le laissent absorbé dans son pieux univers.
Dès son plus jeune âge, il a toujours aimé pratiquer les vertus chrétiennes.
       Sa ferveur, son humilité, sa douceur et son affabilité (qui se développaient avec son tempérament)
     le firent aimer de tous: les gens de son entourage l’appelaient communément ''Le bon Philippe''.

   À cela s'ajoute la charité bien concrète pour les pauvres,
        et le zèle missionnaire dont il souhaitait faire bénéficier
           ceux qu'il voyait dans l'indigence qui est aussi (et peut-être surtout) celle de l'âme... :
           il lui arrive de parcourir les rues de la ville en interpellant les passants,
                les exhortant à la joie de la conversion.
                   À l'heure du choix pour concrétiser une vocation,                 
                            qui ne saurait trop tarder… il n'envisageait pas à devenir prêtre...


 À 17 ans, en 1532, ce sont les drames du temps qui l’obligent à s’exiler. 
           En rejoignant San Germano où vit son oncle, à côté du mont Cassin.
                   Philippe s’arrête au prieuré de Gaète (à une quarantaine de kilomètre de San Damiano).
C'était toujours avec joie qu'il fréquentait les lieux saints des églises.
         
                 Aujourd'hui ce village de San Germano est devenu  la ville de Cassino.
             Le village se trouve au pied du mont Cassin,
           à l'Est de celui-ci, au sommet duquel se trouve l'abbaye territoriale du Mont-Cassin.
le village de San Germano, ancien nom de la ville de  Cassino:
 
Adolescent Il est attiré par les figures de Fra Angelico
           et de Jérome Savanarole
                              (né 1452- Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1498) .
          Ce dernier,  prédicateur réformateur dominicain,
               n'a certes pas été compris de la même manière par tous... 
              Des voix s'élèvent encore aujourd'hui pour
                       réclamer la réhabilitation de Savonarole
                              et pourquoi pas ? sa béatification.
---------------
                                     -Fra Angelico (né v 1400- Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1455  (fête 18 février))    :
bienheureux Fra Angelicon, religieux dominicain:
 
                           
     
Son oncle, Romolo de Néri, qui était un très riche marchand
        souhaitait le faire hériter de tous ses considérables  biens.
Mais Philippe n'en voulait pas...
   Il quittait tant l'intérêt pour la richesse que la noblesse familiales lorsqu'il partit de Florence:
                  Sur le chemin du départ de Florence, Philippe avait déchiré l’arbre généalogique
                         que son père lui avait remis ! Il quittait ainsi son pays, sa famille...
                                  Ce sera la même chose pour sa parenté.
            Cependant jamais il ne reniera ce qu’il doit à Florence :
                 - une foi vibrante et chaleureuse,
                  -   une foi construite et sereine,
                    -      née de la fréquentation des Dominicains de San Marco,
                                  le couvent enluminé des peintures de Fra Angelico ;
                    -  un amour ardent de Jésus comme Savonarole qu’il admire particulièrement;
                         -     un grand humour ou plutôt l’art de regarder toute chose du bon côté ;
                               -       un grand amour de la République.

     C'est ainsi qu'au bout de deux ans, il partit de chez son oncle se sentant
        appelé par une vie de perfection totalement dirigée vers Jésus-Christ.
Il s'en va vers Rome, où   il n'a ni parent ni ami, sans aucune ressources humaines,
             le cœur rempli de Jésus Christ, son seul trésor.
Mais il sait que Dieu pourvoira à tout...  (Deus, meus et omnia.)


Et en effet il rencontre
un gentilhomme florentin le directeur des douanes Caccia,
   qui le prit, chez lui afin d'aider à ses deux fils dans leur éducation,
       car il avait discerné ses bonnes manières et ses précieuses vertus.
          Philippe n’accepta qu’une modeste chambre dans laquelle il vécut très pauvrement.
                Il va régulièreement d’église en église,
                      prie et soigne les malades à l’hôpital,
                           en particulier à l’hôpital St-Jacques des Incurables.
                        Pendant une année au moins, il suit des cours de philosophie
                                        et de théologie à l’université romaine.
                      Le jeune homme consacra en même temps ses loisirs
                  à approfondir ce qu'il apprenait dans les études
                        qu'il faisait...
            Il grandissait dans sa culture et devint d'esprit très cultivé et toujours très sociable;
                  aussi quoique ses compagnons d’étude
                           recherchaient son amitié avec empressement,
                        il restait toujours réservé, craignant de perdre un temps précieux
                            qu’il voulait conserver pour la prière et à l'étude.
                      Il n'accordait à ses compagnons que ce que la charité et son devoir lui commandaient.
                 Il complétait en même temps ses connaissances par
                     l’approfondissement des Saintes Écritures,
                          des Pères de l’Église
                                   et du droit canon.
                        L’étendue de son érudition était telle que ses contemporains le prenaient
                           pour l’un des plus savants hommes de son siècle.


Puis une année, il vendit ses livres; le temps était venu d'exercer son zèle apostolique.
Il partage ses dix premières années entre les études qu'il fit d'abord,
            son travail de précepteur,
             la rencontre des jeunes dans les rue de Rome
                 et de longs moments de solitude
                    afin de se recueillir dans les églises ou les catacombes.
          À 29 ans, il est l’objet d’une effusion de l’Esprit Saint extraordinaire
                  qui laissera des traces physiques
                                              comme une excroissance du cœur
                                                                             Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saintp12
                       mais surtout une grande ferveur qui ne le quittera plus.


               À partir de cette Pentecôte 1544
                la vie de Philippe prend un nouvel élan.
             Sans perdre sa joie et son bon sens,
             son caractère un peu marginal va s’orienter pour le service et la mission.
    Il est ordonné prêtre à 36 ans
son confesseur, Persiano Rosa, avec qui il avait fondé
                        l'hôpital de la Sainte-Trinité et la confrérie pour les convalescents:
                lui dit un jour :
          Philippe, il faut maintenant que vous pensiez à la prêtrise.
Mais je n’en suis pas digne !
Qui en est digne ? Prêtre vous servirez encore plus utilement l’Église de Jésus-Christ.
C’était un ordre. Par obéissance il reçut la prêtrise à l’âge de trente-six ans.
            Après son ordination, il se retira dans la communauté des prêtres de Saint-Jérôme.
            Pendant sa première messe son âme reçut des consolations extraordinaires,
               son émotion était telle, surtout à l’élévation et à la communion,
               que ses mains et tout son corps tremblaient.
                  Pour ne pas défaillir, il dut s’appuyer sur l’autel.
                Souvent il avait des extases, sa messe alors durait deux heures,
                 pour cette raison, à la fin de sa vie il se détermina à célébrer dans une chapelle privée.

      Il rêvait de partir dans les lointaines missions d’Extrême-Orient.
       Ayant pour cela consulté un saint religieux, il reçut de lui cette réponse :
            « Philippe ne doit chercher les Indes qu’à Rome,


               et c’est là que Dieu le destine, lui et ses fils, à sauver les âmes. »
       Il fut chargé par ses supérieurs du soin d’entendre les confessions des fidèles.


        Il passait des journées
                entières au confessionnal ;




--


           très doux pour les incroyants,
                 très indulgent pour les hérétiques,
      ainsi il en convertit un grand nombre à Dieu.
          Souvent, il lui arrivait de pénétrer miraculeusement dans le fond des cœurs.
         Il disait à ceux qui manquaient de sincérité :
          ''Hâtez-vous de vous délivrer de ce poison par un humble aveu.''
    Il disait, pour montrer l’importance de la confession :
       ''Quand je serais aux portes du paradis,
              si j’apprenais qu’un seul pécheur eût besoin de mon ministère,
                      je laisserais là la cour céleste, et je redescendrais sur terre pour l’entendre.''

     C’est pour la conversion des pécheurs qu’il entreprit les ''conférences spirituelles''.
            Elles connurent un tel succès, qu’il fonda les ''Prêtres de l’Oratoire''
                pour montrer l’importance de l’oraison.
       Le pape Grégoire XIII érigea cette société en congrégation en 1575.
    Ses disciples, qu’on appela les oratoriens,
         devaient travailler de toutes leurs forces à prêcher,
                                     à instruire les ignorants,
                               leur enseignant les principes de la doctrine chrétienne,
                            tout en continuant de desservir
                   l’hôpital des pèlerins de la Sainte-Trinité.
                  Saint Philippe fut supérieur de cette communauté jusqu’à la fin de sa vie,
             mais il s’associa quelques-uns de ses fils spirituels pour l’aider dans ses conférences.
         Bientôt, la congrégation de l’Oratoire établit des maisons dans les principales villes d’Italie.
     Il entretenait parmi ses disciples l’esprit d’obéissance et de renoncement à la volonté propre disant :
          C’est là le plus court et le plus sûr moyen d’arriver à la perfection.
---------------    
Sa santé se détériorant de plus en plus,
         Philippe Néri démissionne, en décembre 1593, de sa charge de Préposé général,
               et l’assemblée plénière de l’Oratoire élit Baronius pour lui succéder.
                 Mais le saint continue à recevoir dans sa chambre
                   et descend de temps en temps à l’église pour entendre
                       la confession de trois ou quatre pauvres vieilles femmes.
           Quand ses forces le lui permettent,
               il va rendre visite
                  à des amis dans la peine,
                     ou à des malades,
                  leur apportant un petit cadeau.
            Au printemps de 1594, la Sainte Vierge lui apparaît dans sa chambre.
                                                   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Images?q=tbn%3AANd9GcTQVQBcii5ZQhQJC159_6iZOc-SzHqCWU_nA2bun6TY6QB-s_Y7&usqp=CAU

              Il affirme aux médecins: ''Je n’ai plus besoin de vous. La Madone m’a guéri'',
                ce qui se révèle exact.
              Philippe a toujours eu une dévotion profonde pour la Sainte Vierge:
         ''Mes petits enfants, soyez des dévots de Marie,
                  aime-t-il à recommander: je sais ce que je dis!
                                   Soyez des dévots de Marie !''
           Un an plus tard, le 12 mai 1595,
             il a un grave malaise et perd connaissance.
               En présence de la sainte Eucharistie
                   apportée par le Père Baronius,
                     il se ranime soudainement et dit:
                  ''Voici mon Dieu! Donnez-le moi vite!''
             Le matin du 26 mai, fête du Très Saint-Sacrement,
                               très tôt, il demande que l’on fasse venir ceux qui veulent se confesser à lui.
                          Dans la journée, le médecin lui dit:
                      ''Jamais je ne vous ai vu en aussi bonne santé!''
                 La nuit suivante, un nouveau malaise survient et tous ses frères accourent à son chevet.
            Le Père Baronius fait la recommandation de l’âme à Dieu
       et demande la bénédiction du moribond.
     Philippe lève la main et reste quelques instants dans cette position,
              les yeux tournés vers le ciel;
                      puis, ayant abaissé la main et fermé les yeux,
                    il expire aussi tranquillement que quelqu’un qui s’endort.
          Grégoire XV l’a canonisé le 12 mars 1622.
        Son corps, exposé dans un cercueil en verre,
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saintp13
En 1922, le corps de saint Philippe fut placé dans son actuel cercueil de verre,
     à l'occasion du troisième centenaire de sa canonisatio à
La chapelle de St-Philippe Neri;



il est conservé dans “son église” Sainte-Marie in Vallicelli.
   À la mort du saint, on comptait sept Oratoires en Italie.
     Aujourd’hui existe une fédération d’environ 80 communautés dite “Congré-gation de l’Oratoire”,
           comptant environ 500 religieux répartis dans 19 pays.
            Ce saint de la joie a vécu à une époque difficile de l’histoire de l’Église
                        (relâchement moral de nombreux membres du clergé,
                            Réforme protestante
                             et bouleversements politiques),
                mais il nous enseigne que l’Église,
              fondée sur Pierre (cf. Mt 16: 18), ne cesse jamais
           d’avoir les promesses de la vie éternelle.


Aller au diaporama:
faire 
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch29   Une fois rendu  suivre les quelques photos avec la flèche de droite: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch30 
https://fr.aleteia.org/slideshow/en-images-a-linterieur-de-la-chiesa-nuova-construite-par-saint-philippe-neri-2574
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saintp14
À suivre...

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty30/5/2020, 14:45

Introduction en la fête de sainte Jeanne d'Arc 


30 mai    sainte Jeanne d'Arc    
                       ( né 1412 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1431  ) -
 
-lecture –Sagesse 8 : 9-15; (ou 1 Corinthiens 1 : 26-31; Matthieu 16 : 24-27

Sagesse 8: 9-15    -
« Je décidai donc de la prendre pour compagne de ma vie,
       sachant qu'elle me serait une conseillère pour le bien, 
        et un encouragement dans les soucis et la tristesse.
    J'aurai à cause d'elle gloire parmi les foules 
         et, bien que jeune, honneur auprès des vieillards.
       On me trouvera pénétrant dans le jugement 
         et en présence des grands je serai admiré.
       Si je me tais, ils m'attendront, si je parle, ils seront attentifs, 
         si je prolonge mon discours, ils mettront la main sur leur bouche.
    J'aurai à cause d'elle l'immortalité 
            et je laisserai un souvenir éternel 
                   à ceux qui viendront après moi.
      Je gouvernerai des peuples, 
           et des nations me seront soumises.
       En entendant parler de moi, des souverains terribles auront peur;
              je me montrerai bon avec la multitude et vaillant à la guerre. »


1 Corinthiens 1: 26-31   -
« Aussi bien, frères, considérez votre appel :
           il n'y a pas beaucoup de sages selon la chair,
              pas beaucoup de puissants, 
                 pas beaucoup de gens bien nés.
    Mais ce qu'il y a de fou dans le monde
            voilà ce que Dieu a choisi pour confondre les sages ; 
          ce qu'il y a de faible dans le monde,
              voilà ce que Dieu a choisi pour confondre ce qui est fort ;
      ce qui dans le monde est sans naissance et ce que l'on méprise, 
              voilà ce que Dieu a choisi ; 
           ce qui n'est pas, pour réduire à rien ce qui est,
       afin qu'aucune chair n'aille se glorifier devant Dieu.
        Car c'est par Lui que vous êtes dans le Christ Jésus 
             qui est devenu pour nous
                    sagesse venant de Dieu,
                    justice, 
                    sanctification
                    et rédemption,
                afin que, comme il est écrit, celui qui se glorifie, 
            qu'il se glorifie dans le Seigneur. »

 Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 280px-Jeanne_d%27Arc_cath%C3%A9drale_de_Reims
Détail d'une statue polychrome de Jeanne d'Arc sculptée
     par Prosper d'Épinay (sculpteur français né 1836-1914) en 1901
      et installée dans le chœur de la cathédrale de Reims en 1909,
          année de béatification de la Pucelle à St-Pierre de Rome par le pape Pie X.
                     (Canonisé en 1920 par le pape Benoît XV)





Pour les plus passionnés de l'histoire:
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch31

À suivre...
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty30/5/2020, 16:26

Pour ceux qui veulent lire le procès:
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte13

Les pages se tournent avec un simple clic de souris.
Une fois rendu sur le site: 

          en bas à droite grossir au zoom choisi... 
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte12
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch56
https://archive.org/details/procsdecondamn02joanuoft/page/2/mode/2up

Le livre est déjà placé à la première journée de son procès.;
on peut revenir en arrière ou aller plus avant
          en cliquant d'un simple clic avec la souris
           sur la page de droite ou celle de gauche......
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty30/5/2020, 16:40

L'anneau de Jeanne d'Arc:


_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty30/5/2020, 17:03

BENOÎT XVI
AUDIENCE GÉNÉRALE
Salle Paul VI
Mercredi 26 janvier 201
1
J’ai plaisir à rappeler que sainte Jeanne d’Arc
               a eu une profonde influence
          sur une jeune sainte de l’époque moderne:
                            sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus.
   
           Dans une vie complètement différente, passée dans la clôture,
                la carmélite de Lisieux se sentait très proche de Jeanne,
                   vivant au cœur de l’Eglise
                   et participant aux souffrances du Christ
                   pour le salut du monde.
       L’Eglise les a réunies comme patronnes de la France,
                                   après la Vierge Marie.
              Sainte Thérèse avait exprimé son désir de mourir comme Jeanne,
         en prononçant le Nom de Jésus (Manuscrit B, 3r),
       et elle était animée par le même grand amour envers Jésus et son prochain,
     vécu dans la virginité consacrée.

Chers frères et sœurs, avec son témoignage lumineux,

        sainte Jeanne d’Arc nous invite à un haut degré de la vie chrétienne:
  faire de la prière le fil conducteur de nos journées;
  avoir pleinement confiance en accomplissant la volonté de Dieu,
     quelle qu’elle soit; vivre la charité sans favoritismes,
          sans limite et en puisant, comme elle,
     dans l’Amour de Jésus un profond amour pour l’Eglise. Merci.
* * *
Chers pèlerins francophones,
      que le témoignage lumineux
         de sainte Jeanne d’Arc,
   patronne secondaire de la France
       avec sainte Thérèse de Lisieux,
     soit un appel à aimer le Christ et à vous engager,
       avec foi et détermination,
     au service des autres dans la charité!
   Bon séjour à tous!
---   

À lire plus complètement:
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Logo-vatican

         Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch31
http://mobile.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/audiences/2011/documents/hf_ben-xvi_aud_20110126.html

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty31/5/2020, 19:11

En ce dimanche de la pentecôte:
Viens Esprit Saint!

Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty1/6/2020, 23:37

Hier nous étions à la Pentecôte-
Nous n'avons pu souligner cette fête de la Visitation:
     Le 31 mai c'est aussi la fête de la Visitation de la Vierge Marie-

31 mai - fête
             Visitation de la Vierge Marie
                      ( à sainte Élisabeth)
                  

    Docile et empressée, la toute jeune Mère s’en va, 
                                        porteuse du Verbe,


                     par les sentiers fleuris du printemps palestinien.
               La voilà qui entre dans la maison d’Elisabeth.
           Elle prononce le salut d’usage :
        Que la paix soit avec vous !
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Visita10

      À peine a-t-elle parlé que l’enfant d’Elisabeth tressaille de joie,
                  heureux de se savoir visité et sanctifié par le Verbe fait chair, caché en Marie.
            Élisabeth pénètre aussi le mystère.
          Sous l’impulsion de l’Esprit qui l’envahit, elle reprend l’Ave
      au point où l’avait laissé l’ange
                    " Réjouis-toi, comblée de grâce,
                                  le Seigneur est avec toi. "
         et le complète par l’acclamation au Sauveur :
       '' Vous êtres la bénie entre les femmes, et le fruit de votre sein est béni… ''

-Prière  Vierge Marie, je vous supplie de visiter mon cœur avec Jésus.
        Purifiez-le de tous mes désordres,
          de ma froideur,
           de mon peu d’amour pour Dieu.

       Jésus, faites-moi entrer dans la joie de la Visitation
                        et de la Pentecôte,
                     faites-moi tressaillir dans le Saint-Esprit.
               Laissez partout en moi le souffle Divin de votre passage
           et transfigurez-moi comme saint Jean-Baptiste. Amen.
     


-Sophonie 3 : 14-18;
     (ou Romains 12 : 9-16);
- Luc 1 : 39-56
   -
 Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flyche16
-_----------__________________________________________

--- -1ère  lecture Sophonie 3  : 14-18
              '' Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi ''
«   Pousse des cris de joie, fille de Sion !
        Éclate en ovations, Israël !
      Réjouis-toi, de tout ton cœur bondis de joie, fille de Jérusalem !
      Le Seigneur a levé les sentences qui pesaient sur toi,
         il a écarté tes ennemis.
     Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi.
    Tu n’as plus à craindre le malheur.
    Ce jour-là, on dira à Jérusalem : ''Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir !
           Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut.
         Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ;
      il exultera pour toi et se réjouira, comme aux jours de fête. ''
     J’ai écarté de toi le malheur, pour que tu ne subisses plus l’humiliation. »
-------   
--Option de lecture : Romains 12 : 9-16b
                Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin,
                   pratiquez l’hospitalité avec empressement .
« Frères, que votre amour soit sans hypocrisie.
       Fuyez le mal avec horreur, attachez-vous au bien.
           Soyez unis les uns aux autres par l’affection fraternelle,
               rivalisez de respect les uns pour les autres.
            Ne ralentissez pas votre élan, restez dans la ferveur de l’Esprit,
          servez le Seigneur, ayez la joie de l’espérance,
        tenez bon dans l’épreuve, soyez assidus à la prière.
    Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin,
                pratiquez l’hospitalité avec empressement. 
              Bénissez ceux qui vous persécutent ;
            souhaitez-leur du bien, et non pas du mal.
        Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie,
      pleurez avec ceux qui pleurent.
    Soyez bien d’accord les uns avec les autres ;
             n’ayez pas le goût des grandeurs,
         mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. »
-----
Cantique en Isaïe 12 : 2,3,4abcd, 4e-5, 6 (Isaïe 12, 2, 3, 4abcd, 4e-5, 6)
                         R/ Il est grand au milieu de toi,
                              le Dieu Saint d’Israël. (cf. Isaïe 12: 6b)-
       —Voici le Dieu qui me sauve :
              j’ai confiance, je n’ai plus de crainte.
               Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
            il est pour moi le salut.


     —Exultant de joie,
         vous puiserez les eaux
       aux sources du salut.


     —Ce jour-là, vous direz :
          '' Rendez grâce au Seigneur,
                  proclamez son nom,
                annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! ''


     —Redites-le : '' Sublime est son nom ! ''
           Jouez pour le Seigneur,
             il montre sa magnificence,
          et toute la terre le sait.



     —Jubilez, criez de joie,
          habitants de Sion,
           car il est grand au milieu de toi,
        le Saint d’Israël !

----- 
-évangile Luc 1 : 39-56 « D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? »

 « En ces jours-là, Marie partit et se rendit en hâte
       vers la région montagneuse, dans une ville de Juda.
                Elle entra chez Zacharie et salua Élisabeth.
         Et il advint, dès qu'Élisabeth eut entendu la salutation de Marie,
    que l'enfant tressaillit dans son sein et Élisabeth fut remplie d'Esprit Saint.
             Alors elle poussa un grand cri et dit :
         " Bénie es-tu entre les femmes,
               et béni le fruit de ton sein !
             Et comment m'est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ?
                Car, vois-tu, dès l'instant où ta salutation a frappé mes oreilles,
            l'enfant a tressailli d'allégresse en mon sein.
        Oui, bienheureuse celle qui a cru en l'accomplissement
    de qui lui a été dit de la part du Seigneur ! "
           Marie dit alors : " Mon âme exalte le Seigneur,


            et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur,
        parce qu'il a jeté les yeux sur l'abaissement de sa servante.
       Oui, désormais toutes les générations me diront bienheureuse,
    car le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses.
         Saint est son nom,
           et sa miséricorde s'étend d'âge en âge
               sur ceux qui le craignent.
         Il a déployé la force de son bras,
           il a dispersé les hommes au cœur superbe.
            Il a renversé les potentats de leurs trônes et élevé les humbles,
             Il a comblé de biens les affamés et renvoyé les riches les mains vides.
              Il est venu en aide à Israël, son serviteur, se souvenant de sa miséricorde,
                selon qu'il l'avait annoncé à nos pères
               - en faveur d'Abraham et de sa postérité à jamais ! "
           Marie demeura avec elle environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle. »
-----





- L'Évangile rapporte qu'en allant visiter sa cousine Élisabeth,
      Marie demeura avec elle « environ trois mois ».
        C'est dans les trois mois
     qui séparent l'annonciation du Seigneur de la naissance de Jean-Baptiste
        que nous célébrons la Visitation :
             fête de la rencontre d'Élisabeth et de Marie,
        mais surtout de
             la mystérieuse rencontre
         de deux êtres à travers les deux mères,
         porteuses l'une du Précurseur, l'autre du Messie.
     Une allégresse soudaine fait tressaillir Marie et Élisabeth
             à cause du Mystère qui se prépare sur la terre à travers elles.
         En cela, la Visitation est une Annonciation
       en frémissant de joie, Jean-Baptiste annonce déjà
                     Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 JcN3iWKPq0w_iLnnzPUaNWXreLs@250x187

                Celui dont il sera le prophète (P 3),
              et à Marie est dévoilée une partie du mystère de son enfantement divin.
Pour Marie la Visitation est aussi un mystère d'humble service et de joie.
     La joie de Marie chante dès l'ouverture de la Messe :
          «  Venez, écoutez, que je vous dise tout ce que le Seigneur a fait pour moi » (A 1),
         et elle éclate, sous le souffle de l'Esprit (P 1),
              dans le Magnificat, qui accompagne la communion (A 2)
                    après avoir inspiré la préface (Pr 2).
                 Cette joie est le fruit de l'amour :
              l'action de grâce monte au terme d'un voyage pénible,
           que Marie s'est imposé pour se mettre au service de sa cousine enceinte.
     Quant à la source d'une telle joie,
                elle est tout intérieure :
           c'est Jésus que Marie porte en elle (P 1).
-cfé missel.

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty1/6/2020, 23:44

1er  juin - 
             Marie Mère de l'Église     
                                         - (mémoire)
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 F542b92a3a9e737cf44950cd452e7a62

    « la bienheureuse Vierge Marie Mère de l’Église » 

                 
          -célébrée le lundi après la Pentecôte- (mémoire)
 
Conformément à la volonté du Pape, la mémoire de Marie Mère de l’Église
          est désormais obligatoire pour toute l’Église de rite romain,
              le lundi après la Pentecôte.
         La Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements
           publie ce samedi 3 mars un décret en ce sens, signé le 11 février 2018,
         date du cent-soixantième anniversaire de la première apparition de la Vierge à Lourdes.

Marie Duhamel- Cité du Vatican
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Vatica10
Selon la volonté du Pape, l’Église de rite romain
       célèbrera maintenant, chaque année,
          la mémoire de « la bienheureuse Vierge Marie Mère de l’Église »
       le lundi après la Pentecôte.
   Sa mémoire devra apparaitre dans tous les calendriers et les livres liturgiques
        pour la célébration de la messe et de la liturgie des heures.
         La Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements
           met à disposition des textes liturgiques, en latin, nécessaires à ces célébrations.
             Leurs traductions, approuvées par les conférences épiscopales,
                seront publiées après la confirmation du dicastère.


Valoriser le mystère de la maternité spirituelle de Marie
Commentant le décret signé à l’occasion
          du cent-soixantième anniversaire de la première apparition de la Vierge à Lourdes,
               le cardinal Robert Sarah,
         préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements,
     explique l’intention du Pape.
   Celui-ci a pris la décision de célébrer Marie Mère de l’Église,
           «en considérant l’importance du mystère de la maternité spirituelle de Marie
          qui, dans l’attente de l’Esprit Saint à la Pentecôte (cf. Ac 1, 14),
        n’a jamais cessé de prendre soin maternellement de l’Église pèlerine dans le temps».


         Il estime que «la promotion de cette dévotion peur favoriser,
                chez les pasteurs,
                     les religieux
                     et les fidèles,
                la croissance du sens maternel de l’Église et de la vraie piété mariale»,
              peut-on lire dans le décret.
          Le vœux, explique le cardinal Sarah, est que cette célébration rappelle
       à tous les disciples du Christ
                  que,
             si nous voulons grandir et être remplis de l’amour de Dieu,
           il faut planter notre vie sur trois grandes réalités
                   - la Croix, l’hostie, et la Vierge –
                 «trois mystères que Dieu a donnés au monde pour structurer,
                féconder et sanctifier notre vie intérieure, et nous conduire vers Jésus»,
            écrit le préfet.


   Le fruit d’un progrès
      François n’est pas le premier a accordé de l’importance à Marie Mère de l’Église.
             Le décret souligne les progrès réalisés dans
           la vénération liturgique réservée à la Vierge Marie.
    La Mère du Christ est aussi Mère de l’Église,
              comme l’indique les «paroles prémonitoires»
                      de saint Augustin
                             et
                       de saint Léon le Grand.
                 L’un dit que Marie est «la mère des membres du Christ»,
                          parce qu’elle a coopéré à la renaissance des fidèles dans l’Église.
                    L’autre écrit qu’elle est mère des membres du Corps mystique du Christ,
                               c’est-à-dire de son Église.
        «Ils s’appuient tout deux sur la maternité de Marie
                                   et
                     de son union intime avec l’œuvre du Rédempteur».
            En accueillant le disciple bien aimé,
            Marie a accueilli tous les hommes comme des enfants appelés à renaître à la vie divine.
           Dans le disciple bien aimé, le Christ choisit à son tour
                 tous les disciples comme vicaires de son amour envers la Mère,
                      explique le décret.
              Et au cours des siècles, poursuit-il, la piété chrétienne
                     a honoré Marie avec
                        les titres de Mère des disciples, des fidèles et des croyants.
                  Tel est le fondement sur lequel s’est appuyé le bienheureux Pape Paul VI
                         lorsqu’il a reconnu solennellement à Marie le titre
                               de Mère de l’Église le 21 novembre 1964
                         en concluant la troisième session du Concile Vatican II.


          Depuis, le Saint-Siège a proposé à l’occasion de l’Année Sainte de la Réconciliation en 1975,
                 une messe votive en l’honneur de la bienheureuse Marie Mère de l’Église,
                          insérée par la suite dans le Missel Romain ;
                     il a aussi accordé la faculté d’ajouter l’invocation de ce titre
                  dans les Litanies Laurétanes en 1980
              et publié d’autres formules dans le recueil des messes de la bienheureuse Vierge Marie en 1986.


  Cas exceptionnels
Le Saint-Siège a également concédé, pour certaines nations,
         diocèses et familles religieuses qui en ont fait la demande,
                 d’ajouter cette célébration dans leur Calendrier particulier.
           Parmi ces nations la Pologne ou l’Argentine.
          Dans ces cas particuliers, rien ne change.
      «Là où la célébration de la bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église,
      est déjà célébrée selon les normes du droit particulier approuvé,
       à un jour différent avec un degré liturgique supérieur, même dans le futur,
      elle peut être célébrée de la même manière», conclut le décret.-
--------------


Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty3/6/2020, 17:55

1er  juin - 
                 saint Justin, martyr
                                         - (mémoire)
                              Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 St-justin-martyr-e1424006465462

                     ( né v 100 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 165  ) -
                                                               -lectures –-1 Corinthiens 1 : 18-25; Matthieu 5 : 13-16. 
     Justin de Naplouse ou Justin le Philosophe,
                d'une famille païenne à Flavia Neapolis,
                   vers le début du 2e  siècle et mort
             il naquit à Naplouse, en Samarie,   ( Naplouse est aujourd'hui en  en Cisjordanie)
                            Naplouse (نابلس Nablous en arabe ; שְׁכֶם Chékhem en hébreu)
                                est une ville de Palestine située entre le mont Ebal et le mont Gerizim
                                                  à environ 50 kilomètres au nord de Jérusalem, en Palestine.
 
                                    AUJOURD'HUI, la ville comptait une population d'environ 150 000 habitants en 2016.
                                         Elle abrite des lieux saints musulmans, chrétiens, samaritains et juifs. —wiki   
                                                           Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Napelo12

 Saint Justin resta laïc ; son enseignement fit autorité dans l'Église;
          il n'est parvenu à la foi qu'au terme d'un long cheminement intellectuel,
               et surtout il est remarquable par son ouverture et par la transparence de son âme.

Mort (exécuté) à Rome vers 165,
          cet apologète et philosophe chrétien,
         est auteur d'une œuvre rédigée en langue grecque,
            en grande partie perdue,
          à l'exception de deux Apologies
          et d'un Dialogue avec Tryphon,
        considérés comme des premiers jalons dans la séparation entre le christianisme et le judaïsme.
    Condamné pour avoir refusé de participer au culte d'idoles
         il est exécuté par décapitation vers 165.
      Il est ainsi également connu comme Justin Martyr,
            ou encore comme le premier philosophe chrétien.
          Il est vénéré comme saint par les chrétiens.
                    -- Aimé et énéré autant  par     l'    Église catholique
                                                 que les Églises:  Église Orthodoxe
                                                                           Églises orthodoxes orientales
                                                                            Église luthérienne
                                                                                Église anglicane.
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_19Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_20

 Il a abandonner les livres de Platon et la philosophie profane
             pour les écrits des prophètes,
                 et pour une philosophie nouvelle,
               la seule sûre et utile, la seule capable de procurer
          à ceux qui l'ont embrassée la paix la plus douce .


     Une autre cause porta saint Justin au christianisme.
    Ce fut, au milieu de l'avilissement général,
         le spectacle singulier du courage et de la fermeté que les chrétiens déployaient devant les supplices.
             '' Et moi, dit-il, lorsque j'étais attaché à la doctrine de Platon
                      et que j'entendais retentir partout les accusations portées contre les chrétiens,
                               et que je les voyais braver intrépidement la mort et tous les périls,
                             je ne comprenais pas qu'il fût possible qu'ils vécussent dans le crime et au sein des voluptés.
                  Quel est donc, en effet, le débauché, l'intempérant,
                l'homme qui met au nombre des biens les plaisirs de la chair et les voluptés,
              qui consentit à se priver par la mort de tous ces biens,
           au lieu de demeurer dans cette vie, et n'essayât d'échapper aux magistrats
         au lieu de se livrer lui-même à la condamnation ?''  Histoire Ecclésiastique de saint Eusèbe.
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_21Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_22
     Attiré très jeune par la philosophie, il parcourut les diverses écoles de la pensée grecque
         avant de rencontrer le Christ (vers 130) (P 1).
            Il se fixa ensuite à Éphèse,
               puis à Rome, où il ouvrit à son tour une école.
         C'est alors, vers 150, qu'il écrivit son Dialogue avec le Juif Typhon
                             et ses deux Apologies,
                        dont il adressa la première à l'empereur Antonin (A 1) -(empereur de 138-161).
Apologie :
 


           On y trouve la plus ancienne description
              de la célébration du baptême
                                   et 
                      de la messe dominicale (P 2). 

          Homme droit et fraternel, il fut dénoncé comme chrétien par un philosophe rival.
      Le récit de sa comparution devant le juge avec six autres chrétiens, 
                     cinq hommes et une femme,
                  constitue l'une des plus belles pages des Actes des Martyrs.
           Au juge qui ironisait, lui demandant s'il s'imaginait vraiment aller au ciel,
                     Justin répondit :
                     ''Je ne l'imagine pas, je le sais, j'en ai la certitude.''
              Les sept inculpés furent condamnés à la décapitation.
          C'était sous Marc Aurèle, l'empereur philosophe -(empereur de 161-180) 
---------
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty6/6/2020, 13:09

2  juin -  
        saints Pothin(évêque, né vers l'an 87),                                     
                    Blandine ( née 2e siècle,vierge )
           Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte17

            Vitrail de Sainte Blandine à l'église Saint-Pothin de Lyon.

            et leurs compagnons, martyrs                               
                                   Les martyrs de Lyon en Gaule
      
                     ( nés 1er et 2e siècle - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 177  ) - 
                                                                -lectures 1 Thessaloniciens 2 : 1-14; Luc 21 : 12-19.   
- Un peu plus d'un siècle s'était écoulé depuis la mort et la résurrection du Christ
      lorsque se concrétisa en Gaule
              l'avertissement de Jésus
        que Luc nous rapporte dans son évangile :
       Vous serez détestés à cause de moi... Certains d'entre vous seront mis à mort...
Luc 21: 12-19:
 



Parmi ces premiers chrétiens de France qui témoignèrent de leur foi jusqu'au sang,
          figurent les martyrs de Lyon,
              au nombre de 48 martyrisés. C'est ainsi que
       l'histoire de l'Église de France s'ouvre
     avec le martyre de l'évêque saint Pothin, (il avait 90 ans )
                                     saint Pothin fut le 1er  évêque de Lyon
                                                 et le 1er  évêque de Gaule;
                                        sainte Blandine,
                                            Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte18

                                elle dut subir plusieurs sévices, quelques-uns n'ayant pas réussi...
                                       Des hypothèses: Les bêtes en question ne sont pas des fauves, (l'histoire varie sur ces animaux... )
                                  les félins importés d'Afrique du Nord étant trop chers pour les organisateurs gaulois
                                   qui utilisaient les animaux capturés dans leur pays (ours, sangliers, loups, lynx, taureaux).
 
                       et de 46 autres chrétiens de Lyon morts pour témoigner
                             de leur foi pendant l'été 177; Blandine sera la dernière à mourir.
                      Blandine était une esclave romaine, s'étant jointe
                            à la communauté chrétienne de Lugdunum (LYON).
                  Parmi ces saints martyrs les uns moururent en prison,
                    les autres décapités, en vertu de leur citoyenneté romaine,
                      ou livrés en pâture aux bêtes (fauves, bovins, loups, etc)
                         dans l'amphithéâtre des Trois Gaules
                         retrouvé sous le Jardin des plantes de la Croix-Rousse.
               Les martyrs de Lyon sont connus grâce à un témoin oculaire :
             l'auteur de la
Lettre des chrétiens de Lyon à l'Église de Smyrne:
 
 
                    lettre qui a été insérée telle quelle par Eusèbe,
                            évêque de Césarée né 263- Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 339,
                         dans son Histoire ecclésiastique.

La lettre qui rapporte leurs tourments laisse percevoir
                l'extrême diversité d'âge,
                                   de condition
                                    et d'origine des martyrs.
    C'est vraiment toute une Église qui est emprisonnée,
                jetée aux bêtes, torturée jusqu'au dernier souffle pour son Seigneur.
Nommons-en quelques-uns:
         Il y avait donc là le vieil évêque Pothin, âgé de 90 ans,
                                 Ponticus qui a 15 ans,
                             un médecin Alexandre,
                        l'esclave Blandine,
                   des Romains,
            des Phrygiens,
       des Alexandrins.
La figure très pure de Blandine se détachait en tête


             du groupe des 22 femmes appelées à témoigner,
               les unes, comme Blandine elle-même,
                 dans la ferveur d'un amour inébranlable,
     d'autres, comme Biblis,
      dans l'humilité d'une foi qui avait momentanément failli.
   Le récit laisse deviner les sentiments qui remplissaient
        les cœurs des martyrs aux prises avec les bêtes :


            ils savaient que
                  l'Esprit Saint confessait Dieu par leurs bouches
              et
       que le Christ vivait en eux sa passion.
   Aussi Blandine, «faible et petite », pouvait-elle s'avancer dans l'amphithéâtre
          « pleine de joie et d'allégresse,
       comme si elle était invitée à un festin de noces »;
  projetée en l'air par un taureau,
       elle ne sentait rien,
   « à cause de l'espérance qui était en elle
         et parce qu'elle conversait avec le Christ ».
Elle fut reconduite en prison.




Lorsqu'elle est interrogée, elle garde systématiquement le même discours :
      « Je suis chrétienne et nous ne faisons aucun mal. »
         Pour favoriser leur arrestation, les autorités ont accusé les martyrs de Lyon d'inceste et de cannibalisme
           Dans un premier temps, elle est livrée aux bêtes
               et ses compagnons se posent la question, en la voyant si frêle :
           « Aura-t-elle la force de tenir bon jusqu’au bout ?
              Ne va-t-elle pas apostasier ? »
            Remarquant que les bêtes ne veulent lui faire aucun mal,
           Blandine, du haut de son poteau, prie,
          chante des cantiques et encourage ses compagnons à mourir pour le Christ.
  
       Elle fut entre autre flagellée,
          placée sur un gril brûlant


          puis livrée dans un filet à un taureau
          qui la lance en l'air avec ses cornes.
          Comme elle survit, elle est renvoyée en prison,
          où elle garde un calme impressionnant alors que ses frères et soeurs chrétiens se font massacrer.
         Après  la mort de Pontique, Blandine est la dernière de ses quarante-sept compagnons à être encore suppliciée.
         Alors qu'elle est seule dans l'arène, les spectateurs romains
           s’étonnent de voir que la dernière survivante est la jeune fille qui paraît si fragile.
            Certains parlent entre eux :
                « On n’a jamais vu une femme souffrir aussi courageusement que cette esclave… »,
                  pendant que d'autres lui crient :
           « Abjure donc ! Sacrifie à nos dieux ! Tu auras la vie sauve ! »,
        mais Blandine ne répond pas, le regard rivé vers le ciel.
     Elle est finalement égorgée en août 177 par le bourreau,
             à la fin des jeux où elle a paru. 
          Son corps et ceux des autres martyrs sont brûlés,
           et leurs cendres sont jetées dans le Rhône.
-------

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty7/6/2020, 16:14

Les saints du mois de juin-

-  4  juin -          -lectures : 1 Pierre 3 : 1-9; Matthieu 7 : 21-27-
        sainte Clotilde
           Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte19

                    ( née 474 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 545  ) - 
« Dieu de Clotilde, si tu m’entends, ma conversion contre une victoire ! »
      En 496, Clovis, l’intrépide et vaillant roi des Francs, est aux prises avec les Alamans à Tolbiac
          (à l’ouest de l’actuelle Allemagne).
        Déjà maître d’une partie du nord de la Loire,
      il poursuit sa conquête de la Gaule,
     que la chute de l’Empire romain d’Occident
    a laissée divisée en royaumes germaniques. »
-----
On pourrait tout aussi bien, le 4 juin,
          jour où l'on commémore la fête
              de sainte Clotilde,
                 l'épouse de Clovis 1er ,  ( né 466 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 511  ) -
              commémorer la conversion de Clovis
        due en grande partie à Clotilde.
Conversion qui propulse encore plus celle de la Gaule tout entière...
-----   Dieu prépare longtemps à l'avance la cause et ses effets...
1 Pierre 3:
 



--Le souvenir de sainte Clotilde se rattache avant tout
           à l’événement majeur de l’histoire des Francs,
   la conversion et le baptême de Clovis (496)- (qui se situerait entre 496 et 499)- .
Avant d'en arriver là, connaissons-nous les origines de Clotilde?
origines de Clotilde :
 

-------------------------------------------------------------
Clotilde épouse Clovis vers 493 à Soissons,
       et devient sa seconde épouse.
          La rencontre aurait eu lieu à Villery (Villariacum) à quinze kilomètres au sud de Troyes, sur la voie romaine.
          En dépit d'une époque manquant de sources écrites,
             la vie de Clotilde en tant que reine des Francs
                était parfois mentionnée en détail dans une
              biographie de saint Remi de Reims    ( né 437 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 533  ) - 
                       écrite avant que saint Grégoire de Tours ne naisse
                          et citée fréquemment par ce dernier,
                        de laquelle la plupart des renseignements sont adoptés par les historiens contemporains.
             La reine chrétienne était donc effectivement protégée par cet évêque et conseiller.

     Selon Grégoire de Tours, elle exerça effectivement une influence pour l'amener au baptême.
    Cependant avant cet événement,
      dont la date n'est pas connue avec une absolue certitude,
         elle prend même l'initiative de faire baptiser ses deux premiers fils
                sans prendre l'avis de son époux.
             Le premier, appelé Ingomer, meurt immédiatement après le baptême. 
        Grégoire de Tours rapporte que le roi en éprouve de l'amertume
             et en fait le reproche à la reine.
           La même chose faillit arriver après la naissance de Clodomir (vers 495),
               mais ce dernier se rétablit.
           Le couple a d'autres enfants, d'abord deux fils,
                    Childebert (vers 497) 
            et Clotaire (vers 498), puis une fille, Clotilde (la Jeune), 
                  qui sont tous baptisés et parviennent à l'âge adulte.

  Grégoire de Tours raconte que, au cours de la bataille de Tolbiac,
          Clovis invoqua le Dieu de Clotilde (Jésus) 
     en lui promettant que, s'il était vainqueur, il se convertirait.


Le baptême du roi Clovis accompagné de 3000 guerriers
         et de ses deux sœurs Alboflède et Lanthechilde fut célébré lors d'un Noël,   
                vraisemblablement entre 496 et 499.


Clovis et Clotilde résident le plus souvent à Clichy,
            Épineuil,
                Chelles,
               Rueil ou Bonneuil.
      Après sa victoire de Vouillé sur les Wisigoths en 507,
                     le roi fait de Paris sa capitale.


  Avant que Clovis ne meure en 511,
      le couple souverain avait fait bâtir la basilique des Saint-Apôtres
                     sur la rive gauche de la Seine, où le roi fut inhumé.

Celui-ci n’avait-il pas  invoqué le  «Dieu de Clotilde» sur le champ de bataille de Tolbiac?
Qui n'associerait pas le destin sublime de la France à cet événement?
     
             La reine Clovis avait fait avec le roi des Francs un mariage plein de tendresse et de respect mutuel.
          Après la mort e Clovis elle devait connaître aussi des heures atroces.
     Clotilde avait donné à Clovis quatre fils et une fille.
            Devenue veuve à moins de quarante ans (511),
      elle eut la douleur de voir mourir son fils Clodomir
             d'une manière ignominieuse,
                   puis de voir Clotaire, un autre de ses fils,
                                              égorger de sa propre main les enfants de Clodomir. 
     Meurtrie dans son cœur de mère,
         elle se retira à Tours,
                 près de la tombe de saint Martin,   (3e évêque de Tours— né 316-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10397,
                                                            premier non martyr à être canonisé, fête  11 novembre  )
              


                   —Saint Martin de Tours, aussi nommé Martin le Miséricordieux,
                     ou encore saint Martin des Champs ….  né dans l'Empire romain,
                       plus précisément à Savaria, dans la province romaine de Pannonie
                        (actuelle Hongrie), et mort à Candes, en Gaule, le 8 novembre 397,
                          est l'un des principaux saints de la chrétienté
                            et le plus célèbre des évêques de Tours avec Grégoire de Tours.—
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Clotil10
La reine Clotilde (vue d'artiste (xixe siècle)
  - vitrail néogothique de l'église Saint-Martin de Florac.


 
       Elle vécut dans la prière et l'obscurité,
            soucieuse avant tout de parvenir au Christ par l'humilité.
      Elle mourut en 545 et
          on ramena son corps à Paris dans la basilique des Saints-Apôtres,
             où reposaient Clovis (né v 466-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc1027 novembre 511 )
                   et Géneviève (née v 420—Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10502  fête  3 janvier)    .
 -------
À suivre.
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty10/6/2020, 16:08

Les saints du mois de juin-

5  juin -         -lectures : Isaïe 52 : 7-10; Luc 5 : 1-11-
        saint Boniface       
              de Mayence,         (mémoire)   
                       martyr (avec 52 compagnons,
                                                   tués par des Frisons)
                Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_26            
               ( né v( 680) 675-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 754  ) -
-------------------
                              Isaïe 52 :  Comme il est beau de voir courir sur les montagnes
                                                           le messager de la Bonne Nouvelle   -   
       Winfrid, de son nom anglais- 
          moine d'Angleterre qui  devint apôtre de la Germanie,
           mission confiée par le pape Grégoire II   
                qui lui donna le nom d'élection de Boniface ...                                                                                                                ------                                                                                                                                                     
Des moines romains, avaient déjà été envoyés par le pape Grégoire le Grand,
                                             —  Grégoire 1er , dit le Grand,  (né 540-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10604)-fête 3 septembre
                                      fut le 64e  pape de l'Église catholique (pape de 590-604).
                                         Il est l'auteur d'œuvres patristiques majeures
                                    qui ont marqué et marquent toujours l'histoire de l'Église.
                                   Né vers 540, il fut élu pape en 590 et décéda le 12 mars 604).

      pour évangéliser l'Angleterre au 7e siècle.
    Un siècle plus tard, donc en ce 8e siècle, un moine anglais, Winfrid,
        passait de ce continent pour évangéliser (d'abord) la Frise en Germanie (716).
   Il est plus connu sous le nom de Boniface,
         nom qu'il reçut du pape Grégoire II ( 89e pape de 715-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10731) avec la mission officielle
           d'annoncer le Christ à toute la Germanie (719).


----   
Boniface, de Mayence (également connu comme Wynfrid de Wessex),
              né à Crediton dans le Devon vers 675
                       et mort (assassiné) le 5 juin 754 à Dokkum
                 (dans l'actuelle commune de Dongeradeel), en Frise (Pays-Bas)-
          vénéré aussi et peut-être davantage  par les catholiques allemands
              qui le considèrent comme l'apôtre de leur pays,
       était un moine bénédictin anglais.

  C'est le pape Grégoire II qui changera son nom en l'ordonnant évêque,
         avant de l'envoyer en mission en Germanie.
     Il travailla d'abord en collaboration avec saint Willibrord, fête 7 novembre  - né 658-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10739-
             puis seul.
          Comme il est beau de voir courir sur les montagnes le messager de la Bonne Nouvelle.
Ce texte du prophète Isaïe,
Isaïe 52:
 
choisi comme première lecture, dit quel fut son zèle apostolique.
      La montagne peut évoquer aussi les difficultés que le missionnaire rencontra dans sa tâche,
         mais elles ne le rebutèrent jamais.


résumé chronologique:
 
-------
    Dès les débuts de ses missions, Boniface sut se faire aider.
            Il fit venir tôt d'Angleterre des collaborateurs...
                 et des collaboratrices.
         Telle Lioba, une moniale bénédictine, canonisée, elle aussi. -fête 28 septembre-
Lioba de Tauberbischofsheim:
 

   Elle l'aida en menant la vie contemplative.
       Au cours des âges, les moines bénédictins ont accompli les tâches les plus diverses.
  La mission directe en particulier. Mais aussi les fondations monastiques de Boniface
         montrent que ce bénédictin missionnaire n'oubliait pas que
           l'on contribue à «pêcher» les hommes en vivant dans le cloître.
Boniface n'eut pas seulement à évangéliser des païens.
  Il lui fallut également travailler à la réévangélisation des chrétiens.
   L'Évangile, déjà annoncé dans certaines régions,
    n'avait pas pris suffisamment de racines.
      Des pratiques païennes remplaçaient les pratiques chrétiennes ou s'y mêlaient.
     Le clergé n'était pas toujours à la hauteur de sa tâche.
     De pseudo-évêques ou des prêtres soi-disant inspirés entraînaient
             les foules ignorantes en prêchant des doctrines hérétiques.
Boniface fit preuve d'une fidélité absolue envers le siège apostolique.
     Plusieurs fois il alla à Rome rendre compte de sa mission au pape
                 et recevoir des directives.
        Pêcheur d'hommes, il le sera jusqu'au bout.
   Après un temps de retrait dans un monastère qu'il avait fondé (Fulda),
                                             - mais dont la fondation avait été confiée
                                        a son disciple Sturm
                                                                              En 744, un de ses principaux disciples, Sturm, né 705- 779 fête 17 décembre
                                                                                  fonda véritablement  l'abbaye de Fulda, soutenu dans cette fondation par Boniface...
                                                                   non loin du monastère de Fritzlar créé par Boniface.
                                                              Bien que Sturm en fût le fondateur, Boniface s'y impliqua beaucoup.
                                                        Le financement initial de l'abbaye fut assuré par Carloman,
                                                                                                                                                                     né 751-  Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 771
Carloman demande à Boniface de réformer également l'Église franque:
 



                                                             le fils de Charles Martel. Le soutien des maires du palais
                                                                                 et plus tard des premiers Pippinides et rois Carolingiens
                                                                  entre pour une part importante
                                              dans le succès de saint Boniface.
                                                              Il réussit néanmoins à trouver un équilibre entre leur aide
                                                                       et celle de la papauté et des Agilolfinges de Bavière,
                                                                      assurant ainsi une certaine indépendance à son action.
  En 753,
     Boniface  quitte le monastère pour reprendre son œuvre missionnaire
               d'évangélisation auprès des Frisons, en Frise.

Ces derniers, parmi les non convertis allaient se venger: était-ce dû de l'offense
        faite au dieu Thor (ou Jupiter) et de Donar, leur arbre sacré... 
     Ceux-ci le massacrèrent avec 52 de ses compagnons, à Dukkum -

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saintb10Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saintb11
                              le jour de la Pentecôte 754-   le 5 juin
                 (dans l'actuelle commune de Dongeradeel), en Frise (Pays-Bas)-
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_29

----    
À suivre

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty14/6/2020, 14:50

Les saints du mois de juin-
-
12 juin              saint Léon III                 PREMIÈRE PARTIE-à suivre-
                         Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Pape_l10

                                    ( né v 750-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 816  ) -
                            -96e  de 795-816—Un des pontificat les plus longs-
                                                                            -canonisé en 1673-                  
-

- Saint Léon III succéda au pape Adrien 1er  le 26 décembre 795. 
                                                      -Adrien 1er 95e pape : 772-   795 :
                                     il avait mis fin à la première crise iconoclaste . . . -

Son pontificat marqua une date importante pour l'Église et la société d'alors.
         Jusque-là, en effet, les relations entre pouvoir impérial
                                           et pouvoir des papes
                                 étaient assez floues, non encore parfaitement définies :
         après la conversion de Constantin   (né 272- Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 337 )  à la foi chrétienne,
                                                                  [ Constantin 1er   - il avait mis fin à la persécution des chrétiens
                                                                                        officiellement promulguée par l' édit de Milan, 313.
                                                                                      Il était le premier empereur chrétien;
                                                                                         -en Occident empereur de 310-324;
                                                                                puis seul maître de l'Empire (324-337)
                                                                            après la défaite de Licinius
                                                                                   Licinius fut co-empereur romain  règnant de 308 à septembre 324,
                                                                       essentiellement sur la partie orientale de l’Empire.
                                                                Militaire proche de Galère, ayant accédé rapidement dans son sillage
                                                              aux plus hautes fonctions de l'Empire,
                                                          il élimine son collègue Maximin Daia et se rapproche de Constantin 1er
                                                            dont il épouse la demi-sœur Constantia avant de s'engager dans une lutte
                                                            contre ce dernier qui se solde par la défaite définitive de Licinius en 324
                                                            et son exécution au printemps 325. ] -
 la politique et la religion,
      qui n'avaient jamais été séparées dans l'empire romain païen,
    ne pouvaient l'être sans une véritable révolution,
         d'ailleurs impensable auparavant,
           mais allait bientôt faire providentiellement son oeuvre.
      Cette révolution sera également faisable par un autre empereur,
L'autre artisan de ce bouleversement était l'empereur régnant,
            c'est-à-dire Charlemagne.

origine de Charlemagne:
 
  Le programme d'action des deux chefs, dans une société que l'on appellera la Chrétienté,
        se présente ainsi :
          le prince temporel est chargé du service d'ordre
                       aussi bien en ce qui concerne les affaires intérieures qu'extérieures ;
           le pape le seconde en levant les mains vers le ciel.
   On voit ici une allusion à l'épisode rapporté dans l'histoire du premier peuple de Dieu :
           Josué combat dans la plaine, et Moïse intercède en priant sur la montagne.
Le pape est également chargé, à l’idée des régnants,  de donner le bon exemple.
   Mais ces vues assez étonnantes pour nous qui vivons sous le régime de la séparation des pouvoirs,
          avaient leur logique et trouvaient un large écho dans le peuple.
     Sur une mosaïque de l'époque
          on voit le Christ
                  donner les clefs au pape
            et l'étendard à l'empereur.
     Viendra le temps de la rivalité et même de la lutte entre le trône et l'autel.
  Pour lors, c'est celui de la collaboration.
Cette fonction protectrice de l'Église confiée à l'empereur
                eut d'ailleurs à s'exercer sans tarder envers la personne même du pape.
                            Le 25 avril 799, Léon fut agressé au cours d'une procession.
                                   Emprisonné, il put s'échapper, et alla chercher protection auprès de Charlemagne.         
       Celui-ci prit sa défense. Il le disculpa lorsqu'il fut l'objet d'accusations graves.
  Léon ne fut pas en reste, puisque c'est lui qui,
             le jour de Noël de l'an 800,
                  posa sur le front de Charlemagne le diadème impérial
                             qui le consacrait Empereur d'Occident.
      Cette cérémonie se déroula à Saint-Pierre de Rome
              sous les acclamations du peuple romain.
Cependant, Léon III ne resta pas toujours sur la montagne, les bras levés vers le ciel.
         Il descendit aussi dans la plaine.
            Il prit des mesures sur la vie interne des Églises
             et intervint en matière dogmatique.
Il mourut en 816.


À suivre ...

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty14/6/2020, 14:52

Les saints du mois de juin-
-
13 juin                       saint Antoine de Padoue,
                            prêtre et docteur de l’Église ( mémoire )
                                                    Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_15
                                                              ( né v 1195-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1231   ) –
                                                                   -canonisé en 1232-                 

                                                                         -lectures -. Romains 12 : 3-13; Matthieu 16 : 24-27
-disciple et collaborateur de  de saint François d'Assise
                            (saint François lui est né 1182-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1226)








_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty16/6/2020, 13:38

Les saints du mois de juin-
-
14 juin (2020)        Dimanche du Très-Saint-Sacrement
                 Hymne du Très-Saint-Sacrement,
                              Le Tantum ergo a été composé par
                                      saint Thomas d'Aquin;
                                                    Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_30
                                                              ( né v 1225-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1274   ) –
                                                                           

                                                                   
On nous fait la remarque que de
    cet extraordinaire hymne eucharistique, du grand saint Thomas d'Aquin,
           favori de l'Église et des fidèles,
       est laissé  de côté le deuxième couplet.
     L'enregistrement provient du CD «illuminations», compilé par Dan Gibson.
LATIN                                              FRANÇAIS
1. Pange lingua gloriósi corpóris mystérium, / Chante, ô ma langue, le mystère de ce corps très glorieux
Sanguinísque pretiósi, quem in mundi prétium / Et de ce sang si précieux que le Roi de nations
Fructus ventris generósi, Rex effùdit géntium. / Issu d’une noble lignée (textuellement: fruit de généreuses entrailles)
                                                           versa pour le prix de ce monde.
2.Couplet absent
  2. Nobis datus, nobis natus ex intácta Vírgine / Fils d’une mère toujours vierge né pour nous, à nous donné,
Et in mundo conversátus, sparso verbi sémine, / Et dans ce monde ayant vécu, verbe en semence semé,
Sui moras incolátus miro clausit órdine. / Il conclut son temps d’ici-bas par une action incomparable :
3. In suprémae nocte coenæ recùmbens cum frátribus, / La nuit de la dernière Cène, à table avec ses amis,
 Observáta lege plene cibis in legálibus, / Ayant pleinement observé la Pâque selon la loi,
 Cibum turbæ duodénæ se dat suis mánibus. / De ses propres mains il s’offrit en nourriture aux douze Apôtres.
4. Verbum caro, panem verum verbo carnem éfficit: / Le Verbe fait chair, par son verbe, fait de sa chair le vrai pain;
 Fitque sanguis Christi merum, Et si sensus déficit, / Le sang du Christ devient boisson; Nos sens étant limités,
 Ad firmándum cor sincérum sola fides sùfficit. / C’est la foi seule qui suffit pour affermir les cœurs sincères.

5. Tantum ergo Sacraméntum venerémur cérnui: / Il est si grand, ce sacrement ! adorons-le, prosternés.
 Et antíquum documéntum novo cedat rítui: / Que s’effacent les anciens rites devant le culte nouveau !
 Præstet fides supplémentum sénsuum deféctui. / Que la foi vienne suppléer aux faiblesses de nos sens !
6. Genitóri, Genitóque laus et iubilatio, / Au Père et au Fils qu’il engendre, louange et joie débordante,
 Salus, honor, virtus quoque sit et benedíctio: / Salut, honneur, toute-puissance et toujours bénédiction !
 Procédénti ab utróque compar sit laudátio. Amen. / A l’Esprit qui des deux procède soit rendue même louange. Amen.
---------------   

Thomas d'Aquin, docteur de l'Église,
                  théologien et philosophe du 13e  siècle a écrit,
                      outre ses ouvrages savants,
          trois hymnes,
           pour les trois principaux offices de la liturgie des Heures :

        -matines : Sacris solemniis (extrait : Panis Angelicus)
         -laudes : Verbum supernum (extrait : O salutaris Hostia)
          -vêpres : Pange lingua (également pour
                                             l'office du Saint-Sacrement, extrait : Tantum ergo)-
                                                             qui veut dire Un ''si auguste''
                                                                                   (sous entendu: sacrement)
qui est un Office régulier lors des expositions du Saint-Sacrement
         que l'Église catholique a inclus dans sa liturgie.
    Ses textes concernent principalement
            le mystère de l'Eucharistie
               et celui de l'Incarnation du Fils dans un corps humain.
    L'office du Saint-Sacrement
           comprend tous les textes du propre de la messe
                      et des heures de l'office.
           On trouvera ici les principales pièces poétiques de cet offices :
                hymnes et séquence.
Office Hymne Pange lingua:
        Selon un usage alors répandu, le premier vers de cette pièce
               reprend celui de l'hymne de Venance  Fortunat « Pange, lingua, gloriosi proelium certaminis… »
                                            Venance Fortunat: (6e  siècle) né v 530-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 609  :
cliquer pour ouvrir:
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch33

Venance Fortunat:
 

       
         L'hymne pange lingua peut servir de catéchèse,
            en plus d'être  un cantique de vénération.
           C'est donc naturellement que Thomas d'Aquin l'intégra dans son office du Saint-Sacrement.
      Elle est chantée le Jeudi saint lors de la translation du Saint-Sacrement au reposoir.
   La dernière séquence Tantum ergo
         est chantée à tous les saluts du Saint-Sacrement.
      L'hymne atteste la croyance très ancienne
            en la présence réelle du corps et du sang du Christ
        dans les espèces consacrées.
     
---
autre office:
   Hymne Panis Angelicus
Panis Angelicus:
 

---
Autre office:
   Séquence Lauda Sion (messe)
Œuvre liturgique la plus connue de Thomas, cette prière est une sorte de Credo au Saint-Sacrement.
   Choisi comme séquence liturgique de la messe du Saint-Sacrement par Thomas d'Aquin.
À suivre

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty16/6/2020, 13:39

Les saints du mois de juin-
-

15 juin              sainte Germaine Cousin de Pibrac ( )
                                                        Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte20
                                                    ( né v 1579-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1601   ) –  -


Ne vécut     que 22 ans...  Et on lui bâtit une basilique
                                       des siècles plus tard!
Quelle fut donc sa vie?
Beaucoup de récits:
 
                                                                   -   -                  
 Germaine Cousin dite sainte Germaine de Pibrac, (née en à Pibrac, près de Toulouse -
                                    morte le 15 juin 1601 dans la même commune)-
                                   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte21
                                                 gravure de 1879


Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte22

Fille de Laurent Cousin, un modeste laboureur et de son épouse Marie Laroche,
            Germaine naît à Pibrac petit village situé 15 km à l'ouest de Toulouse, en 1579.
        Atteinte de scrofules (adénopathie tuberculeuse),
     elle avait aussi une main atrophiée.
  Sa mère mourut alors qu'elle était encore très jeune.
         Par la suite, son père se remaria avec une femme acariâtre
     véritable marâtre pour Germaine qui lui fit subir toutes sortes d'humiliations et de maltraitances.
    Germaine fut astreinte à vivre dans un réduit de la ferme, une sorte d'appentis,
                              à l'écart de la famille et de ses deux demi-sœurs.

La belle-mère persuada le père d'envoyer Germaine garder le troupeau de moutons dans la nature.
       Là elle fut heureuse car  elle pouvait réciter son chapelet.
    Elle trouvait toujours tant de  réconfort dans la prière.
Elle allait tous les jours à la messe. Elle partageait son pain avec les  pauvres qu'elle rencontrait.

Puis vint le jour où son père la trouva morte dans le réduit où on l'obligeait à dormir.
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte23

Elle fut enterrée dans l'église de Pibrac, et, peu à peu,
          tout le monde oublia l'existence de cette sépulture.

En 1644, plus de quarante années après sa mort,
      alors que le sacristain se préparait à organiser des funérailles en creusant une fosse,
           il tomba sur un corps enseveli dont la fraîcheur le stupéfia.
       Même les fleurs que la morte tenait étaient à peine fanées.
    À la difformité de sa main, aux cicatrices des ganglions de son cou,
   on reconnut Germaine Cousin.
  Alors son corps fut déposé dans un cercueil  (coffre) de plomb,
           offert par une paroissienne guérie par l'intercession de la sainte,
        et déposé dans la sacristie où il demeura, à nouveau oublié, encore seize ans.

Le curé de Pibrac de l'époque,
          enregistra de fin 1644 à 1703
         une bonne vingtaine de merveilles (comme on disait à l'époque !),
des miracles témoignés par des gens de l'entourage,
      ce qui décida l'Évêché à réaliser une enquête plus approfondie,
         pour comprendre ce qui se passait à Pibrac.
   Tout d'abord, le Père Joseph MOREL,
          Vicaire Général,
      convoqua deux chirurgiens renommés de Toulouse
     pour expertiser le corps de cette petite Bergère.
Transcription:
 

Le 22 septembre 1661, Jean Dufour, vicaire général de l’archevêque de Toulouse, Pierre de Marca, vint à Pibrac.
     Il s'étonna de voir ce cercueil resté dans la sacristie,
         le fit ouvrir, et découvrit que la sainte présentait toujours le même état de fraîcheur.
      Il fit creuser tout autour de là où le corps avait été trouvé,
     et tous les morts enterrés au même endroit n'étaient plus que des squelettes.
    Ébranlé par ce miracle, le vicaire général demanda l'ouverture du procès en canonisation de Germaine en 1700.


Sa dépouille subit encore de nombreuses pérégrinations accompagnés de plusieurs miracles ;
         en 1793, sous la Révolution, 
              la commune de Toulouse décide de détruire la dépouille (la Révolution est responsable de nombreux corps de saints)
             par trempage dans de la chaux vive. 
        Deux ans plus tard, en 1795,
      le curé constitutionnel de Pibrac récupère la dépouille,
     maintenant sous forme d'os, et la réinhume dans l'église.
   Quatre principaux miracles furent certifiés,
             discutés par la sacrée congrégation des rites,
         puis approuvés pour la béatification de Germaine par Pie IX le 7 mai 1854:
-La multiplication du pain dans la communauté de Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur à Bourges en novembre 1845.
-La multiplication de la farine, dans le même monastère, peu après celle du pain.
-La guérison parfaite et instantanée de Jacqueline Catala, petite fille de sept ans, rachitique depuis l'âge de 18 mois.
-La guérison, également instantanée et parfaite, de Pierre Leduc, un jeune homme de 14 ans, du village de Cornebarrieu, atteint à la hanche d'une fistule carieuse et très profonde.

Germaine fut canonisée en 1867.
       À Pibrac, le 15 juin 1901, Mgr Germain pose la première pierre
            d'une nouvelle église dédiée à sainte Germaine .
      La basilique a été consacrée le 15 juin 1967


         par Mgr Saint-Gaudens
         et en 2010 le pape Benoît XVI lui donna officiellement le titre de basilique mineure.


La maison natale de Germaine Cousin,
          la ’métairie de Mestre Laurens′, existe toujours.
        Elle est située à environ 2 kilomètres du village de Pibrac,
       dans le hameau appelé ’le Gainé’.
      Récemment restaurée, on peut la visiter. 
---------------------- 
À suivre.                 

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty17/6/2020, 21:40

Mardi le 16 juin - Les mystères douloureux:


Ramener le curseur au début au besoin :


Dernière édition par AndréBryand le 17/6/2020, 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty17/6/2020, 21:50

Les mystères glorieux
ramener les curseur au début au besoin-

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty29/6/2020, 11:30

Les saints du mois de juin-
-

28 juin              saint Irénée de Lyon (mémoire )
                                                                                            -Lectures : 2 Timothée 2 : 22-26; Jean 15 : 1-8 –
                                                        Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_32
                                                    ( né v 130-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 v 202  ) –  -
                                                              -évêque de Lyon, et martyr 
                                                           - le 2e évêque de Lyon succédant à saint Pothin –                                                          
                                                                                 - il le fut de 177 à 202. 
-Il  fut l’un des fondateurs de l’Église en Gaule; -
-l''un des Pères de l'Église
           et le premier occidental à réaliser
          une œuvre de théologien systématique;


-De culture et de langue grecques, Irénée est né à Smyrne  en Asie Mineure
                                                   – aujourd’hui IZMIR en Turquie-
                          de  parents grecs et chrétiens.
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Smyrne10



--------------
--Irénée veut dire «Pacifique». Il a bien mérité son nom.
        Dans la première lecture, Paul écrit à son disciple Timothée :
             Cherche à vivre dans la justice, la foi, l'amour et la paix,
                      avec ceux qui invoquent le Seigneur d'un cœur pur.
         L'Apôtre ajoute :
                Évite les discussions folles et stériles.
    Irénée travailla à réaliser ce programme.

-Il  fut l’un des fondateurs de l’Église en Gaule-
       - Son ministère est marqué par une forte expansion missionnaire.
        Un grand nombre de diocèses sont fondés
               par des missionnaires envoyés par Irénée:
        c'est le cas de Besançon et Valence, 
       qui doivent à l'évêque de Lyon leurs premiers pasteurs.
 
-Comme son nom l’indique : il fut un grand ‘’pacificateur’’-
                 réconciliateur de l’Orient et de l’Occident, ayant pu conseiller
           les papes d'éviter les schismes, lorsqu'il ne s'agit pas de matière de foi;
     et combien de schismes auraient pu être évités de part et d'autres au cours des siècles.
Aujourd'hui l'Église travaille toujours très fort à retrouver l'unité demandée par le Seigneur-











         Dans ses écrits théologiques saint Irénée combattit les doctrines non fondées, intangibles,
           qui non seulement divisaient et troublaient les chrétiens
                 mais aussi rui­naient la foi, tels les enseignements de gnostiques
                         qui se distribuaient comme des philosophies grecques....
-------------------
      Eusèbe de Césarée, dans son Histoire ecclésiastique, a écrit de lui :
                            «Pacifique par son nom et sa conduite,
                       il exhortait et négociait pour la paix des Églises.
                 Non seulement avec le pape Victor, (14e pape 189-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 198)
       mais avec un très grand nombre de responsables d'Églises.» -

Il avait été disciple de saint Polycarpe
               qui avait connu l'Apôtre Jean.
       Saint Jérôme dit qu'Irénée fut aussi le disciple de saint Papias
                 (lui aussi avait été formé par la prédication de plusieurs apôtres).
        Eusèbe nous dit de Papias :
             « Si quelque part venait quelqu'un qui avait été dans la compagnie des presbytres,
                    je m'informais des paroles des presbytres :
                        ce qu'ont dit André
                                         ou Pierre,
                                         ou Philippe,
                                           ou Thomas,
                                           ou Jacques,
                                               ou Jean,
                                              ou Matthieu,
                                     ou quelque autre des disciples du Seigneur ;
                             et ce que disent Aristion et le presbytre Jean, disciples du Seigneur.
                         Je ne pensais pas que les choses qui proviennent des livres me fussent aussi utiles
                          que ce qui vient d'une parole vivante et durable. »




       À Lyon, où il vint pour une raison que nous ignorons,
          il succéda à saint Pothin (1er évêque de Lyon v 150-177- martyr; fête 2 juin )
             victime de la persécution de Marc-Aurèle.
               -saint Pothin a été fêté avec sainte Blandine
                       et leurs compagnons martyrs-
                                      - voir 2 juin https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t44710p30-nouveau-lexique-sur-la-priere-et-lexique-historique-des-saints#468404 


Il est le premier occidental à réaliser une œuvre de théologien systématique,
                donc faisant partie des premiers grands théologiens de l’Église.
           Défenseur de la véritable gnose (dans son sens étymologique-
                 combattant les doctrines erronées de ceux que l’on a appelés ‘’gnostiques’’
                 aux premiers siècles de l’Église…
---citation de saint Irénée- Il disait aux gnostiques :
                     ‘’Nous vous tendons la main de toute notre âme,
                          et jamais nous ne cesserons de vous l’offrir.''
                    Il ne souhaitait pas l'excommunication, mais la conversion, y travaillant assidûment...


Mais il travaillait en même temps pour l’unité de l’Église,
       à laquelle il disait être le rôle de l’Église de la rechercher,
        même après les divisions qu'il exhortait instamment à éviter si cela était possible…
      Il est fêté comme saint et martyr  le 28 juin dans l'Église catholique
                                       et le 23 août dans l'Église orthodoxe.


            Arrivé en Gaule vers 175, il exerça d'abord la fonction de simple pasteur,
               et s'associa aux travaux de Pothin, premier évêque de Lyon.
                  Quand Pothin périt victime d’une persécution de Marc Aurèle, en 177,
                        Irénée fut choisi pour le remplacer.
              Sa vie épiscopale fut alors consacrée à l'instruction des peuples et à la défense de la vérité
          par la lutte contre les hérésies des gnostiques
         dont la doctrine gnostique-ésotérique de Valentin (mort v 160, qui se convertit avant sa mort- ).
 
    Son ministère est marqué par une forte expansion missionnaire.
         Un grand nombre de diocèses sont fondés par des missionnaires envoyés par Irénée:
              c'est le cas de Besançon et Valence, qui doivent à l'évêque de Lyon leurs premiers pasteurs.
     Soucieux de l'unité de l'Église,
           il met en valeur son nom d'homme de paix (εἰρηναῖος signifie pacifique).
            C'est ainsi qu'il intervient auprès de l'évêque de Rome
                    lors de la querelle autour de la date de Pâques.
              Dans une partie de l'Asie, on célèbre Pâques le 14 Nisan, comme les juifs.
                  Ailleurs, Pâques est fêté le dimanche suivant.
                       Après plusieurs tentatives de résolution au cours du 2e  siècle,
                      l'évêque de Rome Victor 1er (pape 189-198)
                   veut mettre un terme à cette dispute.
            Vers 190, il se décide à excommunier les évêques d'Asie.
         Par son intervention, Irénée, lui enjoint
                  de laisser chaque Église (Orient-Occident) 
                        libre dans les matières qui ne portent pas sur la Foi.
                  Le conflit ouvert est ainsi évité.
          Les Églises orientales prendront progressivement
         et pacifiquement l'usage majoritaire communément admis,
     laissant le temps à chacune le moment de l’adoption  favoriser l’unité.
 
Irénée a dressé  la liste de succession des évêques de Rome.
                           [   Cfr. Contre les hérésies, III, 3, 3 :
                  « Donc, après avoir fondé et édifié l'Église,
              les bienheureux apôtres remirent à Lin la charge de l'épiscopat ;
              c'est de ce Lin que Paul fait mention
                                dans les épîtres à Timothée [2 Timothée  4: 21 [archive]].
                     Anaclet lui succède.
                        Après lui, en troisième lieu à partir des apôtres,
                             l'épiscopat échoit à Clément. […]
                     À ce Clément succède Évariste ;
        à Évariste, Alexandre ;
            puis, le sixième à partir des apôtres, Xyste est établi ;
       après lui, Télesphore, qui rendit glorieusement témoignage ;
      ensuite Hygin ; ensuite Pie ; après lui, Anicet ;
    Soter ayant succédé à Anicet, c'est maintenant Éleuthère
   qui, en douzième lieu à partir des apôtres, détient la fonction de l'épiscopat. ».   ]
Puis suivront Victor (nommé dans notre biographie)
                 et ensuite Zéphirin, etc...
 
   À cette Église Irénée
          s'est donné corps et âme, faisant la paix là où surgissait la discorde entre communautés locales,
             inviolablement attaché à   (-citation de saint Irénée-):
           «la plus grande et la plus ancienne» des Églises,
                 celle qui a été
              «fondée à Rome par les deux
                très glorieux apôtres Pierre et Paul ». 

    D'après les témoignages tardifs
                 de saint Jérôme au 5e  siècle
            et de Grégoire de Tours au 6e  siècle,
      il serait mort martyr à Lyon en 202,
     victime d'un édit de persécution de Septime Sévère.
        Ses reliques sont conservées depuis le 5e  siècle dans l'église Saint-Irénée,
          auprès d'autres martyrs de Lyon,
         malgré le sac de l'église par les protestants du baron des Adrets en 1562.   …

----
En résumé: Son oeuvre théologique fut marquante;
                 — on a dit qu'il fut le premier à faire la synthèse raisonnée de la foi


         mais aussi son action en faveur de l’unité dans l'Église ;
           déjà, de son temps, des courants divergents surgissaient.
       Le choix de l'Évangile de ce jour ( Jean 15 : 1-8   )
           où Jésus emploie
            l'image de la vigne (lui-même)
            et des sarments (ses disciples),
      rappelle ce désir, qui fut le sien.
Dans ses écrits, Irénée a parlé à l'« homme vivant».
          Tel est en effet l'homme que Dieu veut.
             Pour lui, comme pour Paul,
           l'homme ne vit pas vraiment s'il n'est pas habité, transformé, mû, par l'Esprit Saint,
                  ce qui suppose la purification de l'homme naturel, ou « vieil homme».
              La valeur de son œuvre est telle que ce penseur
                    du 2e siècle a été abondamment cité au concile Vatican II.
              Nous ne pouvons pas oublier non plus qu'il est l'un des fondateurs de l'Église de France,
              Lyon étant considérée de son temps comme la capitale des Gaules.
         Il est inscrit au calendrier liturgique de l'Église orthodoxe à la date du 23 août.


---------------------- 
À suivre.                 

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty29/6/2020, 14:11


_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty30/6/2020, 12:44




Prison MAMERTIME où auraient séjourné saint Pierre et saint Paul avant leurs exécutions-
La Prison Mamertine, nommée aussi Tullianum, adjacente à l’ancien Forum romain,
        est creusée dans le roc au pied du Capitole.
          Elle aurait été construite par le roi romain Servius Tullius au VIe siècle av. J.C.
    Elle est constituée de deux salles superposées.
    La salle basse, un cachot étroit et humide, et accessible seulement à travers une cavité
                   dans le plancher de la cellule supérieure, était utilisée sous la République et l’Empire
              comme prison et lieu destiné aux exécutions capitales.

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Je_m_a13

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty3/7/2020, 23:18

Les saints du mois de juillet-
-
3 juillet              saint Thomas, Apôtre (fête )
                                                                             - Lectures –Éphésiens 2 : 19-22; Jean 20 : 24-29   - 
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_16
                                         ( né --Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 v 70  ) –  -
- Lectures –Éphésiens 2 : 19-22; 
-psaume 116 : 1,2  R/ Allez dans le monde entier.
                 Proclamez l’Évangile. ou : Alléluia. (cf. Marc 16 : 15)- 
-acclamation ‘’Thomas, parce que tu m’as vu, tu crois, dit le Seigneur.
            Heureux ceux qui croient sans avoir vu !’’ Alléluia. Jean 20 : 29 
Jean 20 : 24-29   ‘’Mon Seigneur et mon Dieu!’’
-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Bryvia10bréviaire- 1 Corinthiens 1 : 18-31; 2 : 1-15     -
-- -+Homélie de saint Grégoire le Grand sur l’Évangile de Jean-
- -
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flyche16_____________________________________
                                                                                                          
Thomas est natif de Rama de Benjamin, près de Jérusalem.
    C'est donc l'un des trois apôtres judéens avec Judas
                                                                et Simon le Zélote.
                         Il est issu d'une famille aisée (Tome 7, chapitre 185) :
                   son père est un orfèvre réputé.
             Joseph d'Arimathie le connaît bien.
       Thomas est lui-même orfèvre et pratique occasionnellement ce métier.
    En 28, il assiste, comme Judas, à l'expulsion des marchands du Temple
   ce qui le décide à suivre Jésus (Tome 2, chapitre 17). Il en devient le 7ième apôtre. 
Pour cet épisode  biographique
   dans l'oeuvre de Maria Valtorta,
                         nous y reviendrons. -
_________________

cf- missel: 
L'apôtre saint Thomas est le patron des chrétiens dont la foi connaît le doute,
            mais qui vont jusqu'au bout dans la profession de cette foi
         lorsqu'ils ont reçu un surcroît de lumière.
    On perçoit déjà l'esprit critique de Thomas dans son dialogue avec Jésus après la Cène.
   Alors que Jésus vient de déclarer à ses Apôtres qu'ils connaissent le chemin du lieu où il va,
   Thomas l'interrompt avec une certaine vivacité :
    « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas; comment pourrions-nous savoir le chemin? »;
           ce qui lui vaut la réponse de Jésus :
             « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie;
                    personne ne va vers le Père sans passer par moi » (Jean 14, 5-6)-
       On sait l'incrédulité avec laquelle Thomas accueillit le témoignage unanime des Dix,
             qui avaient vu Jésus ressuscité le soir de Pâques.
         Mais quand, huit jours après, il dut se rendre à l'évidence
           il exprima sa foi avec une telle plénitude que la profession de foi de Thomas,
        est devenue celle de l'Église :
              ''Mon Seigneur et mon Dieu'' (A 1, P 1, P 3).
Les chrétiens du Malabar, sur la côte ouest de l'Inde,
         revendiquent « Mar Toma »
      pour leur premier évangélisateur
           et le fondateur de leur Église.


    Avec les Églises syriennes,
               de qui ils ont reçu leur liturgie
              ils célèbrent saint Thomas en ce jour,
        qui doit être celui d'une translation de ses reliques
                  à  Édesse en Mésopotamie
                       (Urfa en Turquie),
                  où leur présence était déjà attestée en 232.
---------------------------   

-- -+Homélie de saint Grégoire le Grand sur l’Évangile de Jean-
«   --intro : C’est lors de la Passion et de la Résurrection de Jésus
             que l’Apôtre Thomas révèle sa personnalité.

             Au dernier repas, sur une remarque un peu vive de Thomas, Jésus déclare :
           ‘’Je suis le chemin, la vérité, la vie’’.
           L’annonce de la résurrection trouve « Thomas incrédule,
          mais lorsque le Ressuscité lui montre son côté ouvert,
     il s’écrie : ‘’ Mon Seigneur et mon Dieu!’’    —


       «Thomas, l’un des douze (dont le nom signifie Jumeau)
              n’était pas avec eux quand Jésus était venu.
      Ce disciple était le seul absent. À son retour, quand on lui raconta
   ce qui s’était passé, il ne voulut pas le croire.
  Le Seigneur vint une seconde fois,
         et il présenta au disciple incrédule son côté à toucher,
              lui montra ses mains
               et, en lui montrant les cicatrices de ses blessures,
                guérit en lui la blessure de l’incrédulité.
        Que remarquez-vous en tout cela, frères très chers ?
            Croyez-vous que tout cela
          se soit produit par hasard ?
        Que ce disciple choisi ait été d’abord absent ;
          qu’en arrivant ensuite il entende ce récit ;
            qu’en l’entendant, il doute ;
              qu’en doutant, il touche,
                et qu’en touchant il croie ?
            Non, cela ne s’est
pas produit par hasard,
         mais selon un plan divin.
       En effet, la clémence divine agit alors d’une manière admirable
                 pour que ce disciple qui doutait,
                        tandis qu’il touchait les blessures que son maître portait dans la chair,
               guérisse en nous les blessures de l’incrédulité.
             En effet l’incrédulité de Thomas
                         a été plus avantageuse pour notre foi
                                que
                           la foi des disciples qui ont cru.
                     Car, tandis que ce disciple, en touchant, est ramené à la foi,
                     notre esprit, en dominant toute hésitation, est confirmé dans la foi ; ~
                    ce disciple, en doutant et en touchant,
                      est devenu témoin de la réalité de la résurrection. ~
          Il toucha donc, et il s’écria :

           n Mon Seigneur et mon Dieu.
         Jésus lui dit : Parce que tu m’as vu, tu crois.
      Or, l’Apôtre Paul a dit :
                      La foi est la manière de posséder déjà ce qu’on espère,
                                          et de connaître des réalités qu’on ne voit pas.
                   Il est donc bien clair que la foi fait connaître
                        ce qui ne peut pas se voir.
           Ce qu’on voit, en effet, ne produit pas la foi mais la constatation.
         Alors que Thomas a vu,
               lorsqu’il a touché pourquoi lui est-il dit :
                               Parce que tu m’as vu, tu as cru ?
               Mais ce qu’il a cru n’était pas ce qu’il a vu.
            Car la divinité ne peut être vue par l’homme mortel.
          C’est donc l’homme qu’il a vu,
                   et c’est Dieu qu’il a reconnu en disant :
                           Mon Seigneur et mon Dieu.
              Il a donc cru tout en voyant, puisqu’en regardant un vrai homme,
              il a proclamé que celui-ci était Dieu,
              et cela, il n’avait pas pu le voir.

             Ce qui suit nous donne de la joie :
            Heureux ceux qui croient sans avoir vu !
           Par cette phrase,
                 c’est nous qui sommes spécialement désignés,
                          nous qui nous attachons par l’esprit à celui que nous n’avons pas vu dans la chair.
              Car celui-là croit véritablement, qui met en pratique, par ses actions, ce qu’il croit.
          Au contraire, Paul dit de ceux dont la foi est purement nominale :
         Ils font profession de connaître Dieu,
          mais par leurs actes ils le renient.
    Et Jacques : La foi sans les œuvres est morte.  » 


« ...  que tout, au nom de Jésus, s'agenouille, 
            au plus haut des cieux, sur la terre et dans les enfers,
               et que toute langue proclame, de Jésus Christ, 
           qu'il est SEIGNEUR, à la gloire de Dieu le Père. » -Philippiens 2: 10-11     -


Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 O_sang12


À suivre.
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty6/7/2020, 20:56

Les saints du mois de juillet-

-
5 juillet              saint Antoine-Marie Zaccaria, prêtre (commémoraison )
                                                                             - Lectures –1  Timothée 4: 12-16; Luc 9: 57-62 - 
                                               Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_17
                                                        ( né 1502 -Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1539  ) –  -
   
Avec deux confrères amis, Jacques Antoine Morigia né 1498-  Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1546;                                                      
                                          et Barthélemy Ferrari,né 1499  Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1544;
                               [  ...  religieux italiens;    des fondateurs 
                                          de   la Société des Clercs réguliers
                                       de Saint-Paul avec Antoine-Marie Zaccaria. ]
             -Sous le patronage
                   de saint Paul Apôtre-



                        Contemporains de Martin Luther, (né 1483 -Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1546 )
               voici quelques-uns des premiers principaux initiateurs de la Réforme de L'Église catholique. 
     Le terme de Contre-Réforme, face à la Réforme protestante,
      n'est plus guère usité,
      car des réformes ponctuelles ont toujours été nécessaires
            dès les premiers temps de l'Église...

-cf missel-
 - Antoine-Marie Zaccaria naquit à Crémone en 1502
              et il y exerça quelque temps la profession médicale
            avant de recevoir le sacerdoce (1528).
        Il appartient à cette génération de prêtres italiens
          qui préparèrent dans leur pays 
      le concile de Trente, en travaillant à la réforme du clergé
               et à l'évangélisation du peuple.
          Chaque époque a ses besoins propres auxquels il faut répondre
       par des institutions nouvelles.
   Après Gaétan de Thienne
                 fondateur des théatins
                    [   Gaétan de Thiène (Vicence, 1480 - Naples,Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10  1547) est un religieux fondateur de l'ordre des Théatins et     
                                reconnu saint par l'Église catholique.   fête 7 août ]
      et avant Philippe Neri (né 1515-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1595 fête 26 mai)
 https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t44710-nouveau-lexique-sur-la-priere-et-lexique-historique-des-saints#467923
 
 
            ou André Avellin,   fête 10 novembre
                [     né 1521  mort Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1608, est un prêtre catholique 
                      de l'ordre des théatins reconnu saint par l'Église catholique.]
 
    Antoine-Marie Zaccaria conçut un type nouveau de vie sacer­dotale,
          celui du clerc régulier :
            celui-ci n'est ni un moine,
                              ni un frère mendiant,
                mais un prêtre qui vit sous une règle
          et se lie par des voeux.
  Il fonda sa Congrégation à Milan en 1533




          sous le patronage de saint Paul,
           pour qui il avait une grande dévotion (P 1),
       mais les Pauliens s'étant établis près de l'église de Saint-Barnabé,
      on ne tarda pas à les appeler les Barnabites.


 Douze ans après la mort prématurée de leur fondateur,
          les Barnabites devaient recevoir dans leurs rangs
        saint Alexandre Sauli,    (fête le 11 octobre)
                  [ né  1534 - Pavie 11 octobre Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10  1593
            est un clerc régulier de Saint-Paul évêque d'Aléria , 
         il est le patron de la ville de Cervione et fêté le 11 octobre1.
      ... il entre à 17 ans chez les clercs réguliers de Saint-Paul. 
          Il fait sa profession solennelle le 29 septembre 1554, 
           et en devient le supérieur général le 19 avril 1567.  
          Il écrit un catéchisme modèle,
                  crée un séminaire, 
                       réforme le clergé local, 
                     promulgue les décrets du Concile de Trente,
                    fait construire de nombreuses églises,
                 et par son souci d'évangélisation, est surnommé l'apôtre de la Corse. ]


          qui leur donnerait une forte impulsion 
     avant de devenir l’un des évêques les plus marquants de la réforme tridentine.
    Retenons de saint Antoine-Marie la consigne qu'il donnait à ses frères :
               savoir « servir sans récompense 
           et combattre sans solde, ni ravitaillement assuré ».
----   


Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Bryvia10Homélie de saint Antoine-Marie à ses confrères.  
«  Nous sommes fous à cause du Christ ; saint Paul, notre guide et notre protecteur, 
       disait cela de lui-même, des autres Apôtres 
         et de tous ceux qui professent la vie chrétienne et apostolique.
        Mais, frères très chers, cela ne doit pas nous étonner ou nous effrayer, 
       car le serviteur n’est pas plus grand que son maître,
             l’esclave n’est pas plus grand que son seigneur. 
            Ceux qui s'opposent à nous se font tort à eux-mêmes, 
           mais ils nous procurent des mérites, 
          car ils embellissent notre couronne de gloire éternelle,
         tandis qu'ils attirent sur eux la colère divine ; 
             nous devons donc les plaindre et les aimer plutôt 
           que les détester et les haïr. 
         Nous devons même prier pour eux et ne pas nous laisser vaincre par le mal,
         mais vaincre le mal par le bien et amasser sur leurs têtes des charbons ardents,
          comme nous y exhorte l'Apôtre, 
            c'est-à-dire leur prodiguer des témoignages d'affection.
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Tu_aim11

           C'est ainsi qu'en voyant 
                     notre patience
                      et notre douceur,
               ils reviendront à une meilleure conduite 
       et seront gagnés par le feu de l'amour envers Dieu.
    Malgré notre indignité, Dieu nous a choisis en nous tirant du monde, 

          selon sa Miséricorde, 
             pour que nous le servions en progressant de vertu en vertu,
              pour que nous méritions beaucoup de fruit par la persévérance,
                 en trouvant notre gloire non seulement 
                dans l'espérance de la gloire des fils de Dieu,
                mais encore dans nos épreuves.
               ''Voyez bien quelle est
votre vocation'',
              frères très chers. Si nous voulons la considérer attentivement, 
            nous verrons facilement ce qu'elle exige. 
           Nous qui avons entrepris de suivre, quoique de loin, 
          les traces des saints Apôtres et des autres soldats du Christ, 
         ne refusons pas de participer à leurs souffrances. 
      ''Courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée
             les yeux fixés sur Jésus, 
             qui est à l'origine et au terme de la foi.''
           Nous qui avons choisi
ce grand Apôtre comme notre guide
          et notre père, et qui faisons profession de le suivre, 
         essayons d'exprimer par notre conduite son enseignement et sa vie. 
      Il ne faut pas que, sous un tel chef, nous soyons des soldats lâches ou fuyards, 
     ni que nous soyons les fils dégénérés d’un si noble père.  »
---------
À suivre.
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty6/7/2020, 23:24

Les saints du mois de juillet-

-
6 juillet                    sainte Maria Goretti,
                                  Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte25

                         vierge et martyre (commémoraison )
                                                                                                             1 Corinthiens 6: 13-20; Matthieu 10: 28-33                                               
                                                        ( né 1890 -Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1902  ) –  -
« C'est l'un des thèmes préférés des Passions des martyrs
           que celui de la vierge chrétienne qui accepte de mourir
                  plutôt que de sacrifier sa chasteté.
               Maria vécut dans ces Marais Pontins qui furent jusqu'à nos jours synonyme de pestilence et de misère.
Maria Goretti — dite Marietta — est née le 16 octobre 1890 à Corinaldo,
                                 dans la région des Marches italiennes
                            — dont la capitale est le port d'Ancône sur la mer Adriatique —,
                                  d'une famille pieuse et très pauvre.
                     En 1899, le lopin de terre que sa famille cultive ne suffisant plus à les nourrir,
                  les Goretti sont contraints de déménager à Le Ferriere di Conca (it),
                  dans le diocèse d'Albano, au sud de Rome (63 kilomètres de Rome).
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte27



La famille vit dans un minuscule logement qu'elle partage avec Giovanelli Serenelli,
              un veuf qui a un fils de 17 ans, Alessandro.
           Peu de temps après, Maria, âgée de neuf ans,
         perd son père, emporté par la malaria.
      Étant l'aînée, c'est elle qui doit s'occuper
              de ses frères et sœurs,
                  de la cuisine,
                        du ménage
          pendant que sa mère Assunta et son frère Angelo (neuf ans) travaillent aux champs toute la journée.
       Le propriétaire, abusant de l'illettrisme des villageois,
       leur a fait signer à tous un contrat d'embauche qui les désavantage.
       La mère de Marietta, veuve avec trois enfants à charge, n'a pu faire autrement que d'accepter.
              Très sérieuse et extrêmement pieuse,
           Marietta est préparée à sa première communion
             par les pères passionnistes de Nettuno.
                 La pauvreté de la famille est connue par leur entourage
                     mais les gens du village se cotisent pour offrir à Marietta sa robe de première communion.
                   La jeune Maria Goretti avait 11 ans et elle venait de faire sa première communion,
                       quand elle eut à résister aux avances répétées d'Alesandro Serenelli âgé alors de dix-huit ans,
                               dont la famille exploitait la même ferme que sa mère :
                          '' Non Alexandre, disait-elle, Dieu ne veut pas, tu irais en enfer. ''
         Le jeune homme la frappa de quatorze coups de poinçon (5 juillet 1902).

      Maria mourut le lendemain, à l'hôpital de Nettuno,
              après avoir déclaré : ''Pour l'amour de Jésus je lui pardonne
                                   et je veux qu'il vienne avec moi en Paradis.''
                       En 1950, le pape Pie XII devait canoniser en présence de sa vieille maman
                      celle qu'il appelait ''l'Agnès du 20e siècle'' ».



   Allocution pour le centième anniversaire
de la naissance de sainte Maria Goretti
« Le sang de Maria Goretti, versé en sacrifice de fidélité totale à Dieu,
        nous rappelle que nous sommes nous aussi appelés à faire don de nous-mêmes au Père.
              Nous sommes appelés à accomplir la volonté divine
                   pour nous retrouver saints et dignes à ses côtés.
              Notre vocation à la sainteté qui est la vocation de tout baptisé,
             est encouragé par l'exemple de cette jeune martyre.
       Regardez-la, surtout vous les adolescents, vous les jeunes.
      Soyez, comme elle, capables de défendre la pureté du cœur et du corps ;
           efforcez-vous de lutter contre le mal et le péché,
             en alimentant votre communion avec le Seigneur
                 par la prière,
                     l'exercice quotidien de la mortification
                       et la scrupuleuse observance des commandements.
               N'ayez pas peur d'aller à contre-courant, de rejeter les idoles du monde,
           lorsqu'il s'agit de témoigner par une conduite courageuse,
           de l'adhésion au Christ chaste et pauvre.
         Sachez toujours valoriser et aimer la pureté et la virginité.
       Maria Goretti, avec son héroïsme silencieux,
       est maîtresse de foi, de cohérence, de véritable amour.
       Elle nous enseigne à redécouvrir dans le Christ la valeur de la vérité
          qui libère l'homme de l'esclavage des réalités matérielles,
              à savourer le goût de la beauté authentique et du bien qui vainc le mal.
            Maria Goretti nous encourage à expérimenter la joie des pauvres
       qui savent renoncer à tout pourvu qu'ils ne perdent pas l'unique chose nécessaire :
  l'amitié avec Dieu, qui seul est capable
                   d'affirmer pleinement notre dignité de personnes.»
Jean-Paul II, (29 septembre 1991)
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte28
------
Alessandro Serenelli fut condamné à une peine de trente ans de prison.
   Après huit années d'incarcération, une nuit de 1910,
        il rêva que Maria lui offrait des lys 
              qui se transformaient en lumières scintillantes. 
             Ce rêve lui fit réaliser le mal qu'il avait fait et il se repentit.
  Il fut libéré en 1929, après vingt-sept années de détention.


Dans la nuit de Noël 1934,
      il alla jusqu'à Corinaldo, où était retournée la mère de Marietta, Assunta Goretti,
           qui à cette époque était au service du curé, et la supplia de lui pardonner. Elle accepta en disant :
                   « Dieu vous a pardonné,
                         ma Marietta vous a pardonné,
                              moi aussi je vous pardonne. »


Tous deux assistèrent à la messe ensemble le lendemain,
          recevant la sainte communion,
          l'un à côté de l'autre,
        sous le regard très étonné des paroissiens.
    C'est ensemble également qu'ils assistèrent le 27 avril 1947 aux cérémonies de la béatification 
           et à celles de la canonisation de Marietta le 24 juin 1950,
               par le Pape Pie XII qui la déclara sainte martyre de l'Église catholique romaine.
        Ce fut la première fois qu'une mère
         assistait à la canonisation de sa fille.
   Alessandro Serenelli, devenu membre du Tiers-Ordre franciscain,
            travaillait depuis 1936 en tant que jardinier du couvent des pères capucins d'Ascoli Piceno
          Il mourut au couvent de Macerata, le 6 mai 1970,
        à l'âge de 87 ans,
    après avoir rédigé un testament des plus édifiants.

Ouvrir le document:
            Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch34
Testament autographe d'Alessandro Serenelli, 5 mai 1961::
 


---------------------------------- 
À suivre

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty8/7/2020, 23:54

Les saints du mois de juillet-

-

    8 juillet                             saint Thibault de Marly  ()
                                                              (  né 13e s  - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1247 ) –
Thibaut de Marly, mort en 1247, est un moine cistercien français de l'abbaye des Vaux-de-Cernay,
       dont il est abbé de 1235 à sa mort.
             Canonisé en 1270, il est liturgiquement commémoré le 8 juillet.
                                                  L'abbaye des Vaux-de-Cernay est un ancien monastère cistercien
                                     datant du 12e siècle. Elle se situe dans le diocèse de Versailles,
                                     dans les communes de Cernay-la-Ville et d'Auffargis,
                                        dans le département des Yvelines et la région d'Île-de-France,
                                           à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Paris.
                                        L'abbaye se situe dans la forêt de l'Yveline
                                                en vallée de Chevreuse,
                                               à proximité de la forêt de Rambouillet.
                              Comme ce fut le cas pour tant d'autres constructions religieuses
                              l'abbaye est fermée par le pouvoir révolutionnaire français
                                           et les moines en sont chassés (vers 1791). 
                                                       Vendus comme biens nationaux,
                                                            les bâtiments sont bientôt démantelés comme carrières de pierre.
                                                            Ce qui demeure encore debout, au 21e  siècle,
                                                             témoigne de l'ancienne grandeur de l'abbaye cistercienne.
                                                 Les vestiges de l'abbaye sont classés au titre des monuments historiques en 1994.     ]
----------------      
- Fils du croisé Bouchard de Marly
        et de Mathilde de Châteaufort (petite fille du roi Louis VI),
            né au château de Marly, il reçoit comme tout noble une éducation militaire 
                    mais dans un milieu très chrétien.
 Dès son plus jeune âge, il manifeste une grande dévotion à la Sainte Vierge 
                    dont il dit qu'elle est « sa bonne Mère et sa chère Maîtresse ».
                 Il s'intéresse aussi beaucoup aux monastères dont son père est un grand bienfaiteur :
          les Vaux de Cernay et Port-Royal.
 
Proche de la famille royale, il pratique le métier des armes et devient chevalier 
                                      à la cour de Philippe Auguste. -roi de France (capétiens)  1180-1223-
Nous sommes au temps de la croisade des albigeois...



-C'est à l'abbé des Vaux-de-Cernay, Thomas (1210-1229),
                   qu'il parle en premier de son désir de vie religieuse.
                 Toutefois, ce dernier le met en garde, lui faisant valoir la sévérité d'une vie cistercienne
              par rapport à celle que mène le jeune homme auparavant.
        En 1226, Thibaut entre tout de même toutefois à l'abbaye des Vaux-de-Cernay qui représente son idéal de vie.
Dès 1230, il est nommé prieur par l'abbé Richard,
              et il est élu abbé à son tour, à la mort de celui-ci 1235.
                Dès lors, il accomplit de multiples tâches, depuis
                             l'agrandissement de l'abbaye, travaux obligés par le nombre croissant des moines,
                                     jusqu'à l'entretien des bâtiments existants.
                    Toujours vêtu d'habits rustiques et élimés,
             il dit que ce manque de luxe convient exactement à ce qu'avait demandé Saint Bernard.
     Sa dévotion à la Sainte Vierge est intense.
          Il exige que sur les livres de chœur, son nom soit écrit en lettres rouges :
              « Nom suave de la bienheureuse Vierge,
                  Nom béni,
                   Nom vénérable,
                   Nom ineffable,
                   Nom aimable dans toute l'éternité ».
          À ceux qui lui reprochent cette dévotion qu'ils trouvent envahissante, il répond :
                « Sachez que je n'aime la Sainte Vierge autant que je fais,
                        que parce qu'elle est la Mère de mon Seigneur Jésus-Christ ;
                           que si elle ne l'était point,
                  je ne l'aimerais pas plus que les autres saintes vierges.
                 Ainsi, c'est Jésus-Christ même que j'aime, que j'honore et que je révère en elle ».
-CHARGE-
Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris,
         lui confie la direction spirituelle des moniales de Port-Royal, en 1236,
           il est chargé de l'inspection de l'abbaye de la Joie-lès-Nemours,
            tandis que le chapitre général de 1237 lui confie la direction
               celle de Notre-Dame du Trésor dans le Vexin.
        Il a aussi à diriger l'abbaye d'hommes de Breuil-Benoît près d'Évreux.
 
Ayant entendu parler de la sainteté de l'abbé des Vaux de Cernay,
            le roi Louis IX (qui sera lui aussi canonisé), le réclame à la cour
                 (   -Louis IX- 1226-1270    )
 
              et lui demande de prier afin que lui et la reine Marguerite de Provence
                         aient une descendance. 
              Le 11 juillet 1240, la reine met au monde sa première fille, Blanche, qui meurt en bas âge,
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_33
                           mais qui a de nombreux frères et sœurs.
                                           -  (Son successeur sera Philippe III)-
  Le roi et la reine, reconnaissants, dotent richement l'abbaye des Vaux de Cernay.
Dalle funéraire de Thibaut de Marly apposée dans la nef latérale sud
            de l'église de l'abbaye des Vaux-de-Cernay.
Thibaut est accaparé par d'autres charges
       qui l'obligent à s'absenter de son abbaye,
            il le déplore en disant :
        « O mon âme, ton Bien-Aimé, celui que tu cherches et que tu désires n'est pas ici ;
               retournons, je te prie, à Vaux-de-Cernay,
                    c'est là que tu le trouveras, que tu converseras avec lui
                    et que tu auras le bonheur de le voir par la foi dans l'oraison,
                     en attendant que tu le voies face à face et tel qu'il est en lui-même.
                   Retourne, Sunamite, à ton monastère, retournes-y promptement,
                  et là tu adoreras ton Dieu avec plus de dévotion et de sûreté ! ».
 
        Malade depuis quelque temps, il meurt le 27 juillet 1247
              et est enterré dans la salle du chapitre avec ses prédécesseurs.
                   Sur sa tombe les moines posent un simple dalle ornée
                        d'une crosse et de cette courte inscription disposée en équerre sur le côté droit :
                          « Hic jacet Theobaldus abbas » (« Ci-gît l'abbé Thibauld »).
 
         Après sa mort, les pèlerins accourent en foule ;
                la reine et son fils, le roi Philippe III le Hardi, (roi capétien 1270-1285) -roi pieux-
                   viennent plusieurs fois visiter le tombeau.


  Comme ils ne peuvent pas entrer dans la salle du chapitre voir la tombe du saint, 
     on transfère ses restes en 1261 dans la chapelle de l'infirmerie.
---- 
À suivre.
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty10/7/2020, 10:44

Les saints du mois de juillet-

- 9 juillet
                               sainte Véronique Giuliani
                                  Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte14    (  )
                               ( née 1660 27 décembre -Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1727 9 juillet ) –  -

                                          - nom de baptême : Orsola- : Ursule
                                                         -clarisse-capucine1677-1727-

Véronique Giuliani (née Mercatello sul Metauro, 27 décembre 1660 –
  Città di Castello, 9 juillet 1727)
         est une mystique capucine
           et l'une des grandes représentantes italiennes de l'époque baroque de la spiritualité.


-Elle reçut des stigmates Du Christ-
           Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte15


-Père Pio considérait sainte Véronique Giuliani
       comme sa « Maîtresse dans la sainteté » -


--------------   


La future sainte Véronique naquit en Italie le 27 décembre 1660. 
               Elle était la septième fille d'une famille
                      dont la mère
                             semble avoir été aussi portée à la piété
                      que le père l'était peu.
             L'enfant aurait manifesté très tôt une dévotion exceptionnelle,
          puisque — selon les biographes — elle aurait refusé le sein aux jours de jeûne,
                  et aurait été si pressée de louer son créateur et sauveur,
                    qu'elle commença à parler dès l'âge de cinq mois !
Benedetta, sa mère, accomplit avant de mourir,
           une action symbo­lique :
              elle légua à ses cinq filles encore vivantes les cinq plaies du Seigneur
                      — notre future sainte recevra, le moment venu, celle du côté :
                         sa vie, de fait, sera marquée par
               une dévotion particulière à la Passion du Sauveur,
          qu'elle développera peu à peu jusqu'à l'appel que le Seigneur lui fera.
           
       Ursule (tel était le nom de baptême de la future Véronique)
           avait alors quatre ans lorsque sa mère mourut.
        Elle fut livrée à elle-même;
            le père négligea l'éducation de ses enfants.
               ( adolescente, elle savait à peine lire,
              même si elle commença à parler à l'âge de 5 mois...) .
         Son âme dévote la préservera de faire de mauvais choix.
     Vint  le moment plus insistant de l'appel du Seigneur.
     Elle se mit à prier longuement. Elle se sentit attirée à demander
                    son entrée, que son père consentit à lui accorder,
                   chez les clarisses de Citta di Castello (en Ombrie).
              dont elle prit l'habit, le 28 octobre 1677, sous le nom de Soeur Véronique.
           -Elle a alors 17 ans.
         
   Les épreuves de la vie commune ne lui seront  pas épargnées.
       Elles lui vinrent aussi de l'extérieur.
    Nommée Maîtresse des novices,
      elle assumera cette charge tout en menant une vie mystique exceptionnelle,
       et le Vendredi saint de l'année 1697,
          elle reçut les stigmates de la Passion.


    Ces grâces lui valurent des difficultés
       avec le Saint-Office, méfiant.
      On lui retira même la direction du noviciat.
         Elle supporta tout avec tant d'humilité qu'on finit par la laisser en paix.

-ouvrir le document:
          Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch22
Le Seigneur parle de sainte Véronique Giuliani à Maria Valtorta le 2 juin 1944  :
 


Quelques années plus tard, elle fut à nouveau nommée Maîtresse des novices,
     puis, en 1716, elle fut élue Abbesse.
        Une charge qu'elle exerça jusqu'à sa mort, le 9 juillet 1727, un vendredi.
         Elle avait reçu de la Vierge Marie une consigne
       que tout responsable de communauté peut prendre à son compte :
           «Ne regarde ni le passé ni l'avenir, gouverne avec amour et par amour,
               sans respect humain ni recherche de toi, mais avec Dieu, en Dieu, pour Dieu. »
    La relation qu'elle a faite de sa vie révèle une âme de feu,
        avide de s'unir au Christ souffrant pour le salut du monde ;
          sans que cela nuise à la paix et à la joie qu'elle rayonnait autour d'elle. 
---------------

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty11/7/2020, 16:31

Les saints du mois de juillet-

-

    10 juillet                             bienheureux Pacifique   ()
                                                              (  né 12e s  - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1230 ) –
                                                            -troubadour franciscain

                                          -ami de saint François  ( François né 1182-Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc101226)-
Troubadour converti par saint François d'Assise
      qui en fit l'un de ses plus chers compagnons et l'envoya en France;
     il ne faut pas s'étonner de la poésie de saint François...  
          L'empereur lui-même de passage à Rome
           l'avait couronné  (ce Pacifique) "prince des poètes" lors d'une cérémonie au Capitole. 

«  Auprès du jeune prince était un homme célèbre;
          le trouvère de l'empereur d'Allemagne,
                surnommé le Prince des Poètes.
            Ne fut-il pas chargé de l'éducation de saint Louis?
             Ce gentilhomme italien, qui avait embrassé la carrière ecclésiastique
                 à la suite d'un sermon de saint François d'Assise,
                  remplissait, sous le nom modeste de Père Pacifique,
                    la fonction de précepteur de l'élève royal;
                      ...    il connaissait les merveilles du mont Cassin;
                 n'avait-on pas conséquemment, à la cour même de France,
              un homme compétent, capable de seconder les vues de la fille d'Alphonse IX?
          Tour à tour poëte, religieux, homme d'austérité,
        le Père Pacifique mettait en musique « le Cantico del Sole » ...




                              -ce n'est pas la version (le chant tel quel)de frère Pacifique-
                 - mais elle y est inspirée de celles du moyen-âge
                       qui suivirent (nombreuses) jusqu'à celles d'aujourd'hui...
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cantiq10


     et il émettait des opinions sur l'architecture et l'art chrétien;
    il avait ce qu'eurent éminemment les fondateurs d'ordres religieux,
         c'est-à-dire l'instinct des beaux sites,
            les plus en harmonie avec les nécessités des monastères,
                les plus à l'abri des vains bruits de la terre,
                  les plus capables de favoriser
             les communications de l'âme avec Dieu
               et de retremper la foi de l'homme aux sources vives de la nature,
           pour remonter ensuite du spectacle de la création à la sublime idée du Créateur.  » 
                                                  (Histoire de Royaumont)-

   Sa vie de troubadour n'était pas d'abord à chanter la vie chrétienne... 
  Il lui faudra le jour où il rencontra saint François pour faire chavirer son âme... 
Il se convertit vers l'âge de 50 ans.
       En 1217, François l'envoya à Paris pour y implanter l'Ordre
           tant étaient grandes sa confiance et son estime pour frère Pacifique.
                       ...      
            Ce fut lui qui donna, en première édition chantée,
                   le "Cantique du soleil" que saint François venait de composer.  (Nominis)
                L'épisode mérite qu'on le conte. 
         Assise était déchirée entre les partisans de l'évêque et ceux du podestat. 
                                   (-Podestat: Titre donné au Moyen Âge au premier magistrat
                de certaines villes d'Italie et du midi de la France.-) 
      Au moment où se déroulait une querelle sur la place publique, 
          l'ancien troubadour se mit à chanter :
               "Loué sois-tu, Seigneur, pour toutes les créatures ". 
             Le podestat écoutait pieusement et quand il entendit :
            "Loué sois-tu, Seigneur, pour ceux qui pardonnent et persévèrent dans la paix, 
              car par Toi, ô Très-Haut, ils seront couronnés." 
     Le podestat alla se jeter aux pieds de l'évêque 
              pour lui demander pardon et l'évêque le releva en disant :
            " Moi aussi, je te demande pardon. 
                 Excuse-moi de mon manque d'humilité."

"Chante, ton cœur dit mieux ainsi la joie de l'amour de Dieu qui est en toi.
      Chante pour t'unir au chant de la beauté de l'Univers où Dieu te fait vivre. 
            Chante parce que la Sagesse de Dieu s'est réjouie
                        d'être au milieu des hommes
                         comme le dit le livre de la Sagesse."
               (Lectionnaire Emmaüs)-   
------------
À suivre-
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty12/7/2020, 15:04

Les saints du mois de juillet-

-11 juillet   

                        saint Benoît,abbé,
                                      Patron de l'Europe    (mémoire)
                                                          Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_18
                                                     (  né v 480 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 547 23 mars ) –
                                - Lectures –-  Proverbes 2 : 1-19; psaume 33 : 2-3, 4-5, 6-7, 8-9
                                                                  R/ Je bénirai le Seigneur toujours et partout;
                                                             Matthieu 19 : 27-29; Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Bryvia10Prologue de la Règle de saint Benoît
-- Benoît naquit vers 480 à Norcia,
      en Italie, dans la province de Nursie,
            à 170 kilomètres au nord-ouest de Rome.
      Il nous est connu par les Dialogues de Grégoire le Grand.
     Après avoir étudié à Rome, déçu par ce qu'il vit de dissolution autour de lui,
         voulant rompre avec le monde, rompit également ses études
          et il se retira dans une grotte à Subiaco,
               «désirant plaire à Dieu seul ». 
Pendant ces trois années
    sa réputation de saint homme qui grandissait
          attira lepeuple en foule qui accourut pour le voir.
         
       Parmi ceux qui venaient le voir, attirés par sa sainteté,
        certains désirèrent se joindre à lui.
    Sollicité même pour devenir abbé dans un monastère du nord de l'Italie,
                    il finit par accepter. Mais les moines, en désaccord avec les règles qu'il imposa,
                     tentèrent de l'empoisonner, ne trouvant pas d'autres moyens pour s'en défaire.
Il bénit la coupe empoisonnée qu'on lui présenta et la coupe se rompit.
                           Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Croix-de-Saint-Benoit-Medaille
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Prizor12
En vers:
   Prière exorciste de saint Benoît
Que la Sainte Croix soit ma lumière!
Que le Dragon ne soit pas mon chef!
Arrière Satan!
Ne me persuade pas de tes vanités!
Ton breuvage est mauvais!
Bois toi-même ton poison!
----------------------

Devant cette hostilité des moines,
    il gagna la Campanie et s'établit au Mont-Cassin,
      d'où devaient rayonner sa sainteté et se répandre sa Règle.
      Après des essais malheureux qui contribuèrent à faire mûrir son expérience d'homme,
    il fonda ses propres monastères  douze monastères et les dota d'une Règle dont
          on a toujours loué la sagesse humaine et surnaturelle.
    Fidèle reflet de l'Évangile, elle a inspiré et inspire encore aujourd'hui
           des chrétiens dans tous les états de vie, et pas seulement les moines et les Moniales.
   
       Il a voulu fonder des lieux d'enseignement où l'on apprît à «servir le Seigneur »,
             en «ne préférant rien à l'amour de Dieu»
                et en marchant «d'un coeur libre sur le chemin de ses commandements» (P 1);
     il a fait de la concorde fraternelle et de la paix
         l'âme de toute vie de communauté (P 2),
            insistant par-dessus tout sur le service de Dieu dans la prière (Opus Dei)
               et la disponibilité envers les frères,
                 en qui on doit toujours «découvrir le Christ » (P 3).

   
      Si certains passages de cette règle  portent la marque de leur temps,
          d'autres n'ont pas d'âge, sinon l'âge de la charité qui ne connaît pas le vieillissement.
      «L'homme de Dieu, Benoît, parmi tant d'œuvres miraculeuses
             qui le rendirent illustre en ce monde,
        brilla aussi grandement par la doctrine.
  Il écrivit en effet une Règle des Moines remarquable de discrétion et riche d'enseignement.»
         C'est ainsi que s'exprime son biographe.
Ses miracles révèlent sa confiance inébranlable en la divine Providence.
  Il fut l'homme de Dieu «rempli de l'esprit de tous les justes de l'Ancien Testament ».
             Il fut le chercheur de trésor dont parle la première lecture.
        Un trésor que l'on n'a jamais fini de découvrir.
       Pour cela il faut creuser sans cesse.
    En quoi consiste cette sagesse dont Benoît fut rempli ?
       Essentiellement à établir — ou à rétablir — une hiérarchie des valeurs
              entre le monde présent et le monde à venir.
          Saint Grégoire nous a rapporté une vision de Benoît qui dit excellemment cela.
    Une nuit, alors que les frères dormaient, Benoît veillait (priait).
    Une lumière descendit, et il vit le monde entier ramassé dans un seul de ses rayons.
    Dieu lui faisait comprendre la petitesse des choses d'ici-bas,
         comparées aux biens de l'éternité.
Benoît mourut peu de temps après cette vision, vers 543.
Son œuvre devait connaître le développement que l'on sait,
       dans le temps et dans l'espace.
        Le monachisme bénédictin influencera l'Église d'Occident tout entière,
            et donnera naissance à de très nombreux monastères qui formeront d'innombrables saints,
                dont beaucoup ont été canonisés.
       L'œuvre civilisatrice des moines est bien connue.
   Patriarche des moines d'Occident, Benoît a été proclamé patron de l'Europe par Paul VI. (1964)
Jean-Paul II lui a associé,
         pour cette tâche, saints Cyrille et Méthode. (1980)
Benoît de Nursie est fêté le 14 mars dans l'Église orthodoxe.
------   
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Bryvia10Prologue de la Règle de saint Benoît
« Avant tout, demande à Dieu
         par une très instante prière qu’Il mène à bonne fin tout bien que tu entreprends.
            Ainsi, Celui qui a déjà daigné nous admettre au nombre de ses enfants
                    n’aura pas sujet, un jour, de s’affliger de notre mauvaise conduite.
                Car, en tout temps, il faut avoir un tel soin d’employer à son service les biens qu’Il a mis en nous,
              que non seulement il n’ait pas lieu, comme un père offensé, de priver ses fils de leur héritage,
             mais encore qu’Il ne soit pas obligé, comme un maître redoutable et irrité de nos méfaits,
           de nous livrer à la punition éternelle, tels de très mauvais serviteurs
          qui n’auraient pas voulu le suivre pour entrer dans la gloire.
      Levons-nous donc enfin, l’Écriture nous y invite :
            L’heure est venue, dit-elle, de sortir de notre sommeil.
             Ouvrons les yeux à la lumière qui divinise.
                  Ayons les oreilles attentives à l’avertissement que Dieu nous adresse chaque jour :
               Si vous entendez aujourd’hui sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs,
              
                                                          Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Aujour15

                             et ailleurs :
                               Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises.
        Et que dit-il ? Venez, mes fils, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte du Seigneur.
               Courez, pendant que vous avez la lumière de la vie,
                 de peur que les ténèbres de la mort ne vous saisissent.
           Le Seigneur, cherchant son ouvrier dans la multitude du peuple à laquelle il fait entendre ces appels,
            dit encore :
                  Quel est celui qui désire la vie et souhaite voir des jours heureux ?
                 Que si, à cette demande, tu lui réponds :
               « C’est moi », Dieu te réplique :
                     Si tu veux jouir de la vie véritable et éternelle,
                        garde ta langue du mal et tes lèvres de toute parole trompeuse ;
                       détourne-toi du mal et fais le bien ;
                    recherche la paix et poursuis-la.
                  Et lorsque vous agirez de la sorte, mes yeux veilleront sur vous
                         et mes oreilles seront attentives à vos prières,
                    et avant même que vous ne m’invoquiez, je vous dirai :
                Me voici. Quoi de plus doux, frères très chers, que cette voix du Seigneur qui nous invite ?
             Voyez comme le Seigneur lui-même, dans sa bonté, nous montre le chemin de la vie.
          Ceignons donc nos reins par la foi
                                                    et
                                   la pratique des bonnes œuvres ;
                             sous la conduite de l’Évangile, avançons sur ses chemins,
                         afin de mériter de voir un jour celui qui nous a appelés dans son royaume.
                    Si nous voulons habiter dans le tabernacle de ce royaume,
                sachons qu’on n’y parvient que si l’on y court par les bonnes actions. ~
              Comme il y a un zèle amer, mauvais, qui sépare de Dieu et conduit en enfer,
              de même il y a un bon zèle qui éloigne des vices, et conduit à Dieu et à la vie éternelle.
     C’est ce zèle que les moines doivent pratiquer avec une ardente charité,
        c’est-à-dire : ils s’honoreront mutuellement de leurs prévenances ;
               ils supporteront très patiemment les infirmités d’autrui,
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Mon_pz10
                     tant celles du corps que celles de l’esprit ;
                ils s’obéiront à l’envi les uns aux autres ;
              nul ne recherchera ce qu’il juge utile pour soi,
           mais bien plutôt ce qui l’est pour autrui ;
        ils se rendront chastement les devoirs de la charité fraternelle ;
      ils auront pour Dieu une crainte inspirée par l’amour ;
     ils auront pour leur abbé un amour humble et sincère ;
    ils ne préféreront absolument rien au Christ,
  qui veut nous conduire tous ensemble à la Vie éternelle. »
-----------------
À suivre
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty16/7/2020, 16:33

Les saints du mois de juillet-


15 juillet     
                    saint Bonaventure,
                            évêque
                  et docteur de l’Église (mémoire)
                                    Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_19
                                                        (  né v 1217 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1274 15 juillet ) – 
                                - Lectures –-  Éphésiens 3: 14-19; Jean 14: 6-14


-
- Saint Bonaventure (o.f.m.), né à Bagnorea (actuelle Bagnoregio,
                    près de Viterbe, Italie) en 1217-1218
                              ( ou selon certains canevas vers 1221),
        sous le nom de Giovanni da Fidanza,
          mort à Lyon dans la nuit du 14 au 15 juillet 1274   n ote 1,
       prit le nom de Bonaventure (selon le souvenir qu’il garda comme  un oracle
                                                       de ce que lui avait dit un jour, dans son enfance,
                                                                         François d'Assise)
               lors de son entrée dans les ordres.
-En 1248, Bonaventure obtient sa licence,
              ce qui l'autorise à enseigner à son tour à l'Université. 
- Théologien, (docteur en théologie en 1257 - reçoit son doctorat la même année
                                    que Thomas d'Aquin reçut le sien)
-    Commentaire sur les sentences (1253-1257)
-  En 1256, l'animosité montante des universitaires à l'égard des ordres mendiants
            l'oblige à quitter son poste.
        Après la condamnation de Guillaume DUMONT de Saint-Amour,
               Bonaventure a reçu son doctorat...
Guillaume de Saint-Amour:
 

              principal adversaire des Mendiants, 
-    Le breviloquium (Condensé, 1257)

-    archevêque-cardinal, (1273)
-              Docteur de l'Église, (1482)
-           ministre général des Franciscains (1257)
        il est, à l'instar de Jean Duns Scot
                     
Jean Duns Scot:
 

              et Thomas d'Aquin, surnommé le « Docteur angélique »
              l'un des piliers de la théologie
                    chrétienne au Moyen Âge.
         Bonaventure sera surnommé le « Docteur séraphique », canonisé en 1482,
       il reste connu sous le nom de « saint Bonaventure ».
------- 
-parmi ses oeuvres:
Œuvres spirituelles de S. Bonaventure], traduites par l'abbé Berthaumier, Paris, Louis Vivès, 1854, 6 vol. [2] [archive]
Les sept dons du Saint-Esprit, trad. Marc Ozilou, Cerf, 1997. [3] [archive]
Commentaire sur les sentences (1253-1257), t. I : Questions sur Dieu, trad. Marc Ozilou, PUF, 2002, 288 p.
Le breviloquium (Condensé, 1257), Editions franciscaines, 1968, 8 vol. [4] [archive]
Intuition et raison. Choix de sermons, Editions grégoriennes, 2006, 302 p.
Itinéraire de l'esprit vers Dieu (Itinerarium mentis in Deum, 1259), trad. H. Duméry, Vrin, 1960. [5] [archive]
Les dix commandements, trad. Marc Ozilou, Desclée, 1995, 205 p.
Les six jours de la Création (Collationes in Hexaemeron), trad. Marc Ozilou, Desclée/Cerf, 1991.
Les six lumières de la connaissance humaine, trad. Michaud-Quantin, Editions franciscaines, 1971.
Les sept paroles de Jésus en croix, trad. abbé Berthaumier, 1854 [6] [archive]
Le livre de l'amour, trad. abbé Berthaumier, 1854 [7] [archive]

-----------------



- Il naît de Giovanni da Fidanza et de Maria Ritella.
         Baptisé Giovanni à sa naissance,
       il prend lors de son entrée en communauté  le nom de « Bonaventure ».
COMMENT LUI VINT CE NOM?
Selon une tradition du 15e  siècle, le jeune Giovanni, gravement malade, aurait été apporté à François d'Assise, lequel se serait écrié en le voyant :
              « O buona ventura! » (« quelle chance ! »).
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_20
     Son père, médecin, l’envoie étudier les arts à la Sorbonne en 1236.
    Il rejoint l'Ordre des frères mineurs en 1243. 
        Il entreprend les études de théologie
              sous la houlette d'Alexandre de Hales,  grand théologien devenu franciscain,
Alexandre de Hales:
 

puis d'Eudes Rigaud
Eudes Rigaud:
 




Intellectuel de talent;
     il enseigne à l'Université de Paris en même temps que Thomas d'Aquin.
  Grand spirituel, il se montre également administrateur de valeur
       lorsqu'il est élu supérieur de sa famille religieuse,
             qui compte déjà plus de trente-cinq mille membres,
          disséminés un peu partout dans le monde.
      Il était impossible qu'une telle quantité d'hommes aient le même point de vue
                   sur la manière de vivre l'idéal franciscain ...
            Certains s'opposent à sa théologie; mais ce n'est le lot que de toutes les écoles de théologie;
                ce qui à mon sens ne fait qu'enrichir ce qu'il y a à clarifier de la doctrine;
                   la théologie étant au service de la doctrine,
               elle est tout comme elle confiée à l'Église qui en a bien vérifié la valeur.
         


       Bonaventure laisse le souvenir d'un pacificateur.
     Le pape ne l’a-t-il pas référé au concile de Lyon pour concilier l’Église orthodoxe (1273)-
Il est alors chargé par Grégoire X (184e pape 1271-1276-)
      de préparer le 2e  concile de Lyon, qui s'ouvre le 7 mai 1274 .
     Pour cette occasion
            en 1273, Bonaventure est consacré cardinal-évêque d'Albano par le  pape…
         En 1274 l'année suivante, Bonaventure quitte la tête des franciscains
               et est alors remplacé
         par Jérôme d'Ascoli, futur Nicolas IV qui deviendra le 191e pape.


       Bonaventure mourra au concile, que son secrétaire croit qu'il fût empoisonné…
 
 
Bonaventure est l'auteur d'une vie de saint François d'Assise
      et de traités doctrinaux qui lui ont valu le titre de docteur de l'Église.
    Sur le plan théologique, il n’était pas en total accord  avec  son contempotrain Thomas d'Aquin,
      chacun d'eux mettant l'accent différemment sur la manière d'atteindre la vérité.
Jésus a dit à ses disciples : Je suis la Vérité, l'évangile de cette fête le rappelle.
    Mais il existe des moyens d'approche divers,
    non exclusifs, qui servent le même Seigneur et la même Église,
        tout comme le sont les différents charismes dans l'Église.


     Vous connaîtrez l'amour du Christ qui surpasse tout amour.
        Ainsi parlait Paul aux Éphésiens dans un texte magnifique.
      Cet amour du Christ, saint Bonaventure s'est efforcé de le pénétrer
          toujours plus profondément, selon son génie propre,
         et il a cherché à le communiquer aux autres.
     
          Son nom qui est devenu la réalité qu'il a vécue : la bonne aventure de la sainteté.
--------
Introduction
en l'honneur de la Vierge Marie:
            dont nous la fêtons demain sous le vocable de Notre-Dame du Mont-Carmel-

--------   


    Au 16e  siècle, les deux docteurs et réformateurs de l'Ordre du Carmel,
            sainte Thérèse d'Avila         né 1515 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1582 fête 15 octobre-  
          et saint Jean de la Croix,  né 1547 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1591 fête 14 décembre-  
     firent de la montée du Carmel le symbole
             de ce que saint Bonaventure appelait
              «l'itinéraire vers Dieu ».

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty16/7/2020, 21:02

Les saints du mois de juillet-


16 juillet     
                        Notre-Dame
                        du Mont Carmel (commémoraison)
                                   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Notre-10
                                                  -lecture- Zacharie 2 : 14-17; Luc 2 : 15-19;
 
-
 
-L’objet de cette fête, comme d'ailleurs son origine, est assez obscur.
        Qui ou que fêtons-nous exactement en ce jour ?
    La Vierge Marie en tant que patronne et donc protectrice spéciale,
          d'une nouvelle famille religieuse, fondée vers le 12e  siècle :
           le célèbre ordre du Carmel.
Le Carmel se répandit en Occident, mais son berceau fut
               le Mont qui porte ce nom, en Palestine.
        Un lieu géographique biblique, où des ermites chrétiens
               vécurent selon l'esprit du prophète Élie,
             dont on sait le zèle jaloux pour le Dieu unique qui s'était révélé au peuple d'Israël.
         Ces ermites consacraient leur vie à la prière d'adoration.
     On comprend qu'ils aient choisi Marie comme modèle
   elle qui méditait sans cesse dans son coeur les événements du salut,
            comme nous le rappelle saint Luc.
         Les carmes, les carmélites surtout,
                                    parce qu'elles ne font pas d'apostolat direct,
           continuent cette tradition de contemplation et d'adoration
                           dont l'Église militante,
                      insérée dans le monde comme le levain dans la pâte,
                   a besoin pour que son activité ne devienne jamais de l'activisme.
Mais le 16 juillet nous commémorons plus précisément une apparition de la Vierge Marie
            à un général de l'ordre,
         Simon Stock, en 1251.  —Simon Stock né 1164 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1265  -fête 16 mai et 17 juillet (Bordeaux)
                                                                   PLUS DE PRÉCISION DEMAIN
                                                                    EN LA FÊTE DE saint Simon Stock
-
La Sainte Mère de Dieu promit sa bénédiction spéciale
           à ceux qui porteraient l'habit du Carmel, religieux ou non
                   (cet habit, pour les membres de la confrérie rattachée à l'ordre,
                         consistait en un vêtement symbolique appelé « scapulaire »).
Au début du 17e  siècle, le 16 juillet
              devint pour les carmes une fête particulière.
         C'est le pape Benoît XIII qui l'étendit, en 1726, à l'Église universelle.
Cette famille religieuse a produit tant de fruits précieux pour l'Église :
               Jean de la Croix, né 1547 -  Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10  1591 fête 14 décembre-
              Thérèse de Lisieux,  née 1873 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10   1897 fête 1er octobre
             Élisabeth de la Trinité née 1880 -  Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10  1906  fête 8 novembre
       pour ne citer qu'eux et elle produira tant d'autres encore,
     que l'on ne peut que se réjouir de célébrer cette fête avec ceux qui en sont les membres.
--------------------
À suivre

_________________
L'Évangile de la Paix- Éphésiens 4: « 07 Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.»
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty17/7/2020, 22:10

Les saints du mois de juillet-


17 juillet     
            Nous pourrions dater 16 et 17 juillet en lien avec 
                        Notre-Dame
                        du Mont Carmel (commémoraison)


SUITE-
     en ce 17 juillet, le bienheureux est fêté à Bordeaux
      bienheureux  Simon Stock, en 1251
                                             il reçut le scapulaire de la Vierge Marie
                                        Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Notre_17
                           —Simon Stock né 1164 - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1265  -fête 16 mai et 17 juillet (Bordeaux)

Saint Simon Stock est le saint patron des Carmes Déchaux d’Angleterre.

-----------------
Carme anglais du 13e siècle qui reçut de la Vierge Marie le scapulaire
                 en signe de prédilection et de protection,
               à une époque où l'avenir du Carmel en Europe était peut-être
            en voie de disparition ou de transition en d'autres mains, d'autres buts...
        Simon Stock est vénéré aujourd'hui par les carmes
                                                      et dans des communautés de fidèles nombreux diocèses;
     sa vénération a été approuvée par l'Église
      et sa dévotion reconnue et reliée à Notre-Dame du Mont Carmel.

À partir de 1423 Simon Stock commence à être considéré comme un Saint
                et son culte liturgique  à être célébré à Bordeaux.
Puis à partir de 1458, son culte est célébré
                                            en Irlande
                              et en Angleterre.

              Ses reliques commencent alors à être diffusées.
            Le tibia a été transféré en Angleterre dans les années 1860
                        à l'église des Carmes à Kensington,
             une partie du crâne a été transférée à Aylesford (Kent) en 1950.

   Il est officiellement vénéré dans l'Ordre du Carmel depuis 1564
      S'il est considéré comme "Bienheureux" dans l'Église catholique,
   il a le titre de "saint" qui a été accordé dans l'Ordre du Carmel,
  et autorisé et diffusé universellement à la dévotion des fidèles.
---------------


Simon Stock est un carme Anglais du 13e  siècle.


      Il a été un des premiers Généraux de l'ordre,


ouvrir l'encadré:
             Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch23
Les Prieurs Généraux de l'ordre:
 

            et il est resté l'un des plus célèbres.
       Sa grande notoriété vient d'une vision
               qu'il aurait eue de la Vierge Marie lui remettant le Scapulaire.
              Il est vénéré comme bienheureux dans l'Église catholique romaine, 
       et considéré comme saint dans l'ordre du Carmel.
            Il est fêté le 16 mai ou localement le 17 juillet.
-HISTOIRE ET TRADITION :
Simon Stock est né dans le Kent en 1164.
       Cependant, peu de choses sont connues sur le début de sa vie.
      La légende veut que son nom "Stock", qui signifie "tronc d'arbre",
         découle du fait que, dès l'âge de douze ans,
               il ait vécu comme un ermite dans le tronc d'un chêne creux.
             D'après certaines sources 
      son nom d'origine serait Jean Stock
               (Simon Stock étant son nouveau nom pris lors de son entrée dans l'ordre).
            D'après une tradition il aurait été un prédicateur itinérant
      jusqu'à son entrée à l'ordre du Carmel.
Sur l'entrée de Simon Stock dans l’ordre du Carmel,
       il existe différentes traditions, parfois contradictoires :
        D'après une tradition, il n'aurait rejoint l'ordre du Carmel
              (dont le nom officiel est : ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel)
          qu'après avoir fait son pèlerinage en Terre sainte,
         et rejoint les ermites installés sur les pentes du Mont Carmel.
Une autre version    indique que Simon Stock
           n'a rejoint l'ordre qu'après l'arrivée des premiers carmes à Aylesford, 
dans le Kent. 
               Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Notre_18
                          priorat d'Aylesford (Kent)

Après son entrée dans l'ordre, une tradition indique qu'il serait ensuite allé à Rome,
           et de là il serait parti au mont Carmel
       où il aurait passé plusieurs années .
   Mais, quelques années après son arrivée sur les pentes du mont Carmel,
               et à la suite de la conquête de la Palestine par Saladin (chute de Jérusalem en 1187),
ouvrir l'encadré:
             Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch23
Saladin de la dynastie ayyoubide:
 



       les ermites ont dû partir se réfugier en Europe
    car leur sécurité ne pouvait plus être assurée dans leur ermitage.
Simon Stock rentre alors en Europe
        avec les autres ermites .
         Il participe au 1er concile œcuménique de Lyon en 1245  .


-LA VISION DU SCAPULAIRE-
La grande renommée de Simon Stock est liée
          à l'apparition qu'il a eu
          à Cambridge (Angleterre), le 16 juillet 1251,
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Notre-10

                   à une époque où l'Ordre du Carmel traverse une période difficile
            (perte de membres,
            questions sur la nouvelle forme et/ou mission à donner à l'ordre
                         qui ne peut plus être un ordre érémitique).
                 Dans sa vision, la Vierge Marie lui remet un scapulaire 
                                       Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Notre-11
               pour tous les membres de son ordre.
            Elle lui dit
          « Recevez, mon fils bien-aimé, ce scapulaire pour mon Ordre,
            c'est le signe particulier de ma faveur,
         que j'ai obtenu pour toi et pour mes fils du Mont-Carmel.
  Celui qui meurt revêtu de cet habit
            sera préservé du feu éternel »  .


    Cette promesse raffermit les membres de l'Ordre
            et entraîne de nombreuses arrivées.
     
Les plus anciens écrits, relatant cette apparition,
        remontent au 15e  siècle
         (soit plus d'un siècle après les faits)  .
    Ce qui est probablement la cause des différents détails des versions des récits de cette vision
               qui tournent, cependant toutes autour du don par Marie du scapulaire
                  à Simon Stock
                      avec la promesse de protection et du salut de l'âme
                 pour ceux qui le porteraient (avec dévotion).


      Malgré son grand âge, il montre encore  (il mourra centenaire à 101 ans)
          une énergie remarquable comme Général de l'Ordre,
             et il fait beaucoup pour le bénéfice de son ordre.
          Il est considéré comme le plus célèbre des responsables de l'Ordre du Carmel .
Il fonde de nombreuses communautés du Carmel,
       en particulier dans les villes universitaires telles que Cambridge,
                                                                           ou Oxford en 1248,
                     mais aussi dans le sud et l'ouest de l'Europe
                                (Paris en 1260,
                                Bologne en 1260).
       Il entraine la révision de la Règle de l'Ordre 
            afin de faire évoluer l'ordre des Carmélites
                    d'un ordre d'ermites en un ordre de frères mendiants .

             Il fait approuver cette révision par le pape Innocent IV  .
        Il obtient également du pape Innocent IV une lettre de protection de l'ordre
                 (face aux diverses attaques et difficultés)  .
  Il a ainsi été considéré comme un des plus ardents défenseurs de l'ordre
            lors du retour en Europe des ermites  ,
        trouvant pour l'ordre un nouveau style d'organisation
                   (vie en communauté monastique au lieu d'une vie d'ermite),
            et une promesse de protection toute spéciale de la Vierge Marie
                  pour ses membres. L'ordre qui était menacé de disparaitre
                      a alors connu une nouvelle vague d’expansion.
-SA MORT_
Plus que centenaire, il meurt de vieillesse à Bordeaux en 1265,
         dans une des maisons de l'ordre alors qu'il effectue une visite aux Carmes de cette région.
      Ses ultimes paroles furent :
            « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs,
                 maintenant et à l'heure de notre mort »,
            paroles qui devinrent liturgiques
          et que l’Église ajouta par la suite à l'Ave Maria,
                     le « Je vous salue, Marie » actuel.
-SES RELIQUES-
Son corps est d'abord conservé chez les carmes de Bordeaux
       Des miracles sont signalés sur sa tombe durant le premier siècle après sa mort 
                 ce qui expliquerait peut être le début de son culte à Bordeaux
                         durant cette période.
  Durant la Révolution ses reliques sont cachées par le père Soupre
               pour éviter leur profanation et destruction par les révolutionnaires.
         Plus tard, il fut déposé dans la chapelle de Notre-Dame du Mont-Carmel de la cathédrale,
               sous l'autel de Notre-Dame de la Nef .
           Les reliques du saint sont encore conservées dans la cathédrale de Bordeaux.
 -------

-SA BÉATIFICATION- 
Simon Stock n'a pas été officiellement canonisé par l'Église catholique
           mais sa vénération a été approuvée par le Vatican .
      À partir de 1423 il commence à être
              considéré comme un Saint
          et son culte liturgique commence à être célébré à Bordeaux.
    Ses reliques commencent alors à être diffusées .
  Puis à partir de 1458, son culte est également
              célébré en Irlande
             et en Angleterre .
       Il est officiellement vénéré dans l'Ordre du Carmel depuis 1564.
         S'il est considéré comme "Bienheureux" dans l'Église catholique , 
              il a le titre de "saint" dans l'Ordre du Carmel .
 
Il est fêté le 16 mai ou localement le 17 juillet.
 
Saint Simon Stock est le saint patron
         des Carmes Déchaux d’Angleterre.
-LE SCAPULAIRE- 
Au départ, le scapulaire était un grand vêtement de couleur brune,
          porté par-dessus l’habit du moine.
       Le scapulaire était réservé aux membres du Carmel.
     Avec le temps, le port du scapulaire a été ouvert aux chrétiens laïques,
        et sa taille a été réduite à un petit carré de tissus
                          Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Notre-12

     pour pouvoir être porté (autour du cou) sous ses vêtements en toute discrétion.
    Aux 15e- 16e  siècles, la dévotion du scapulaire était très répandue dans la population,
     et il existait de très nombreuses Confréries de pénitents rassemblant
         les chrétiens portant ce scapulaire.
      Il existe aujourd'hui 18 scapulaires différents,
      mais le plus connu est le scapulaire de Notre-Dame du Mont Carmel.

-----------------------------------
À suivre
Revenir en haut Aller en bas
AndréBryand

AndréBryand

Masculin Messages : 259
Inscription : 18/01/2020

Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS   Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty19/7/2020, 21:56

Les saints du mois de juillet-

Également en lien avec tant de saints carmélites
         reliés à la  Notre-Dame du Mont Carmel    
                        ayant comme patronne
                    Notre-Dame du Mont Carmel ()


SUITE-
     -fête le 17 juillet également,



version brève-

 .   17 juillet              bienheureuses carmélites
                                 de Compiègne,
                                                    vierges et  martyres -   (commémoraison)  
                                 Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Notre-16                                
                                                 ( - Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1794 17 juillet   )


-EXÉCUTION DES 16 CARMÉLITES-
Elles sont guillotinées le 29 messidor an II (17 juillet 1794),
          à la barrière de Vincennes  , sur la place du Trône-Renversé
               (ancienne place du Trône, dénommée ainsi depuis 1792, actuellement place de la Nation).
Les seize religieuses, conduites par leur supérieure, mère Thérèse de Saint-Augustin,
        quittent la prison vers 18 h et prennent le chemin de la guillotine
           en chantant des cantiques tout au long du parcours
            (le Miserere, le Salve Regina). 
        Vêtues de leurs manteaux blancs de religieuses, elles descendent des charrettes,
    puis se mettent à genoux et entonnent le Te Deum
        prononcent le renouvellement de leurs vœux et chantent le Veni Creator
    À 20 h, les assistants du bourreau Charles-Henri Sanson viennent chercher la première,
        qui est aussi la plus jeune, sœur Constance de Jésus, une novice.
    Elle fait une génuflexion devant la mère supérieure pour lui demander la permission de mourir.
     En montant les marches de l'échafaud, elle entonne le Laudate Dominum
                                                             (psaume chanté lors des fondations des carmels,
                                                    avec la symbolique de fonder au Ciel une nouvelle communauté).

Dont Charlotte parmi ces sœurs. . .
-4e nommée sur la plaque commémorative:
Sœur Charlotte de la Résurrection (78 ans, choriste jubilaire),
       née Anne-Marie-Madeleine-Françoise Thouret le 16 septembre 1715 à Mouy (Oise) ;
Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Notre-15



L'âge moyen des condamnées est de quarante-neuf ans. La liste des carmélites est la suivante :
-1 sur la plaque16e à être exécutée-Mère Thérèse de Saint-Augustin (41 ans, prieure), 
             née Marie-Madeleine-Claudine Lidoine le 22 septembre 1752 à Paris, Saint-Sulpice.
-2 ‘’  ‘’  ‘’ : Sœur Saint Louis (42 ans, sous-prieure),
              née Marie-Anne-Françoise Brideau le 7 décembre 1751 à Belfort ;
-3 ‘’  ‘’  ‘’ : Sœur de Jésus Crucifié (78 ans, choriste jubilaire)
             née Marie-Anne Piedcourt le 9 décembre 1715 à Paris, Saints-Innocents ;
-4 ‘’  ‘’  ‘’ : Sœur Charlotte de la Résurrection (78 ans, choriste jubilaire),
              née Anne-Marie-Madeleine-Françoise Thouret le 16 septembre 1715 à Mouy (Oise) ;
-5 ‘’  ‘’  ‘’ : Sœur Euphrasie de l’Immaculée Conception (58 ans, choriste),
               née Marie Claude Cyprienne Brard le 12 mai 1736 à Bourth (Eure) ;
- 6 ‘’  ‘’  ‘’ : Mère Henriette de Jésus (49 ans, maîtresse des novices),
             née Marie Françoise Gabrielle Colbert de Croissy le 18 juin 1745 à Paris, Saint-Roch ;
-7 ‘’  ‘’  ‘’ :