DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Une thèse de théologie sur st Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fée Violine



Féminin Messages : 1359
Inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Une thèse de théologie sur st Thomas   Jeu 25 Mar 2010, 00:15

de la part du frère TD Humbrecht:

Chers amis,

Permettez-moi de vous annoncer la soutenance prochaine de ma thèse de théologie, à l'Université de Fribourg (Suisse), le mercredi 28 avril à 17h15 :

Trinité et création au prisme de la voie négative
chez saint Thomas d’Aquin

Le jury sera composé de MM. Les professeurs : le P. Gilles Emery o.p. (directeur de la thèse, Fribourg), M. François-Xavier Putallaz (second censeur, Fribourg), le P. Serge-Thomas Bonino o.p. (premier assesseur, ICT, Toulouse), le P. Benoît-Dominique de La Soujeole o.p. (second assesseur, Fribourg) et M. Martin Klöckener (Doyen de la Faculté de théologie, Fribourg).

Ce nouveau travail s’inscrit dans la suite de ma thèse de philosophie (ÉPHÉ-Sorbonne, 2004). Il examine ce que devient la voie négative thomasienne dans de nouveaux traités, par-delà la question de Dieu et de l’être. Ici, Le Dieu unique est continué par la Trinité, la création, les anges.
Le problème est le suivant : la voie négative s’étend-elle à toute la théologie ou bien reste-t-elle limitée au domaine des noms divins ? Si elle étend son ombre sur toute la théologie, elle doit laisser partout son empreinte et se montrer en conséquence. Si elle ne se montre pas, si son côté obscur demeure confiné au traité des noms divins, certes considérable en lui-même, la théologie préférant en définitive la lumière du discours positif, la voie négative risque de subir un choc en retour, une sorte de perte rétrospective d’influence. Universelle, elle marque la théologie de sa griffe. Régionale, elle est, par cette dernière, biffée. Théologie et négation se fondent-elles – au double sens de se fonder et de se fondre – ou bien se livrent-elles un duel à mort ?
Comment saint Thomas parvient-il à conserver la voie négative en théologie, s’il la conserve, alors que Dieu a parlé, s’est dit Trinité et Verbe, et qu’ainsi le langage humain semble revêtu d’une solidité nouvelle et à toute épreuve? Comment se détermine selon lui le point d’équilibre?

La soutenance durera environ 1 heure 45 mn, 2 heures au maximum. Elle sera suivie d’un cocktail à l’Université.
Veuillez croire que je considère cet envoi collectif comme étant aussi une invitation personnelle.
Mais je suis conscient que fort peu d’entre vous auront la possibilité de se trouver là, eu égard à la distance et à la dépense.
Mais au moins serez-vous informé de la chose...
--
Bien à vous en notre Père saint Dominique
Fr. Thierry-Dominique o.p.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Une thèse de théologie sur st Thomas   Jeu 25 Mar 2010, 03:13

J'y serais par le coeur...
Tant mieux que je n'y sois pas physiquement,car je crains que mes oreilles entendent mais que mon cerveau ne puisse suivre....!
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Une thèse de théologie sur st Thomas   Jeu 25 Mar 2010, 07:20

RAPPEL :

Je vous les cite d'après les termes latins de saint Thomas. Selon lui, on peut connaître Dieu ici-bas de trois manières :


1° Per modum causalitatis
2° Per modum negationis
3° Per modum eminentiae



1° Per modum causalitatis:
C'est la possibilité de connaître Dieu à partir de sa création. L'Eglise catholique, lors du Concile Vatican I, affirme que l'homme peut non seulement découvrir par induction, à partir du monde, l'existence du Créateur. Et on découvre même certaines de ses qualités, connue comme inconnaissable bien sûr: il est Acte pur, simple, unique, infini, éternel, intelligent et volontaire.


2° Per modum negationis: On nie en Dieu tout ce qui est limité sur la terre.
Exemple: nous sommes limité, Il est infini; notre amour est fragile, le sien est son être etc. C'est très exactement la théologie apophatique des orthodoxes.


3° Per modum eminentiae:
A partir des qualités qu'on trouve dans les être, on affirme en Dieu ces qualité, en les considérant comme éminemment plus parfaites et grandes.
Exemple: Nous connaissons; Il est Lumière parfaite, vérité incréée, mesure du vrai etc. C'est très exactement la théologie cataphatique des orthodoxes.

Au Ciel, ce sera différent: On verra Dieu face à face. Son Essence infinie se fera le concept direct de notre intelligence. Ce sera donc une connaissance nouvelle "per modum essentiae".

Bref, sur ce point, il n'y a de différence qu'avec les luthériens qui nient habituellement la théologie naturelle (per modum causalitatis) car, selon eux, le péché originel a détruit complètement la capacité de l'intelligence humaine à remonter vers Dieu.

Denys distingue deux voies théologiques possibles ; l'une procède par affirmations (théologie cataphatique ou positive), l'autre procède par négation, (théologie apophatique ou négative). La première nous conduit à une certaine connaissance de Dieu – c'est une voie imparfaite; la deuxième nous fait aboutir à l'ignorance totale- c'est la voie parfaite, la seule qui convienne à l'égard de Dieu, inconnaissable par nature. En effet, toutes les connaissances ont pour objet ce qui est ; or, Dieu est au delà de tout ce qui existe. Pour s'approcher de Lui, il faudrait nier tout ce qui Lui est inférieur, c'est-à-dire, tout ce qui est. Si en voyant Dieu on connaît ce qu'on voit, on n'a pas vu Dieu en Lui-même, mais quelque chose d'intelligible, quelque chose qui Lui est inférieur. C'est par l'ignorance que l'on connaît Celui qui est au-dessus de tous les objets de connaissances possibles. En précédant par négations, on s'élève à partir des degrés inférieurs de l'être jusqu'à ses sommets, en écartant progressivement tout ce qui peut être connu, afin de s'approcher de l'Inconnu dans les ténèbres de l'ignorance absolue. Car, ainsi que la lumière et surtout une lumière abondante rend les ténèbres invisibles, de même la connaissance des créatures et surtout l'excès de connaissance supprime l'ignorance qui est la seule voie pour atteindre Dieu en Lui-Même.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Une thèse de théologie sur st Thomas   Jeu 25 Mar 2010, 14:42

Je me pose une question pourquoi les clercs sentent le besoin d'avoir 2 voir 3 doctorat comme si leur ministère en dépendait . Pourquoi par exemple un dominicain comme le Fr TD Humbrecht dont les compétences ne sont pas à prouver en Théologie doit être obliger de défendre une thèse en Théologie comme si sa maitrise ne lui suffise pas ?
Dans l'Église catholique pour présente un prêtre , ou un religieux on commence par décline tous ses diplôme comme si sa reconnaissance en dépendait .Par conséquent je me demande s'il n'y a pas une certaine surestimation des diplôme dans l'Église . Si non je me réjouis que l'Église a autant d'homme d'un haut niveau intellectuelle je ne pense pas qu'il y ait au monde une autre institution qui a autant des docteurs que l'Église catholique cela d'ailleurs on le doit entre autre à l'obligation du célibat .
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Une thèse de théologie sur st Thomas   Jeu 25 Mar 2010, 18:20

Arnaud Dumouch a écrit:
RAPPEL :

Je vous les cite d'après les termes latins de saint Thomas. Selon lui, on peut connaître Dieu ici-bas de trois manières :


1° Per modum causalitatis
2° Per modum negationis
3° Per modum eminentiae



1° Per modum causalitatis:
C'est la possibilité de connaître Dieu à partir de sa création. L'Eglise catholique, lors du Concile Vatican I, affirme que l'homme peut non seulement découvrir par induction, à partir du monde, l'existence du Créateur. Et on découvre même certaines de ses qualités, connue comme inconnaissable bien sûr: il est Acte pur, simple, unique, infini, éternel, intelligent et volontaire.


2° Per modum negationis: On nie en Dieu tout ce qui est limité sur la terre.
Exemple: nous sommes limité, Il est infini; notre amour est fragile, le sien est son être etc. C'est très exactement la théologie apophatique des orthodoxes.


3° Per modum eminentiae:
A partir des qualités qu'on trouve dans les être, on affirme en Dieu ces qualité, en les considérant comme éminemment plus parfaites et grandes.
Exemple: Nous connaissons; Il est Lumière parfaite, vérité incréée, mesure du vrai etc. C'est très exactement la théologie cataphatique des orthodoxes.

Au Ciel, ce sera différent: On verra Dieu face à face. Son Essence infinie se fera le concept direct de notre intelligence. Ce sera donc une connaissance nouvelle "per modum essentiae".

Bref, sur ce point, il n'y a de différence qu'avec les luthériens qui nient habituellement la théologie naturelle (per modum causalitatis) car, selon eux, le péché originel a détruit complètement la capacité de l'intelligence humaine à remonter vers Dieu.

Denys distingue deux voies théologiques possibles ; l'une procède par affirmations (théologie cataphatique ou positive), l'autre procède par négation, (théologie apophatique ou négative). La première nous conduit à une certaine connaissance de Dieu – c'est une voie imparfaite; la deuxième nous fait aboutir à l'ignorance totale- c'est la voie parfaite, la seule qui convienne à l'égard de Dieu, inconnaissable par nature. En effet, toutes les connaissances ont pour objet ce qui est ; or, Dieu est au delà de tout ce qui existe. Pour s'approcher de Lui, il faudrait nier tout ce qui Lui est inférieur, c'est-à-dire, tout ce qui est. Si en voyant Dieu on connaît ce qu'on voit, on n'a pas vu Dieu en Lui-même, mais quelque chose d'intelligible, quelque chose qui Lui est inférieur. C'est par l'ignorance que l'on connaît Celui qui est au-dessus de tous les objets de connaissances possibles. En précédant par négations, on s'élève à partir des degrés inférieurs de l'être jusqu'à ses sommets, en écartant progressivement tout ce qui peut être connu, afin de s'approcher de l'Inconnu dans les ténèbres de l'ignorance absolue. Car, ainsi que la lumière et surtout une lumière abondante rend les ténèbres invisibles, de même la connaissance des créatures et surtout l'excès de connaissance supprime l'ignorance qui est la seule voie pour atteindre Dieu en Lui-Même.

Ah! Saint Jean de la Croix!

Merci Arnaud,je ne crois pas que je me souviendrai de toutes ces distinctions...modum....
et même "la théologie apophatique"

mais celle-ci, de théologie,( pour moi d'expérience spirituelle),est cruciale.


___________________

fredsinam....ne serait-ce pas parce-que ils veulent apporter grain au moulin ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Une thèse de théologie sur st Thomas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une thèse de théologie sur st Thomas
» La thèse d'Arnaud Dumouch sur le passage de la mort combattue par une thèse de théologie d'un moine de Flavigny
» Les attributs de Dieu
» Un MOOC de philosophie réaliste et de théologie catholique à l'école de saint Thomas d'Aquin et du Père Marie-Dominique Philippe
» Théologie mariale- livre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: