DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 4eme dimanche de caréme et notre convertion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mandonnaud



Messages : 984
Inscription : 21/10/2006

MessageSujet: 4eme dimanche de caréme et notre convertion   Sam 13 Mar 2010, 18:14

DIMANCHE 14 MARS 2010
4ème dimanche de Carême C
Josué 5,10-12 Ps 33 Corinthiens 5,17-21 St LUC 15,1-3.11-32
1. Tous les publicains et les gens de mauvaise vie s'approchaient de Jésus pour l'entendre.2. Et les pharisiens et les scribes murmuraient, disant: Cet homme accueille des gens de mauvaise vie, et mange avec eux.3. Mais il leur dit cette parabole:11. Il dit encore: Un homme avait deux fils.12. Le plus jeune dit à son père: Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien.13. Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche.14. Lorsqu'il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin.15. Il alla se mettre au service d'un des habitants du pays, qui l'envoya dans ses champs garder les pourceaux.16. Il aurait bien voulu se rassasier des carouges que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait.17. Étant rentré en lui-même, il se dit: Combien de mercenaires chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim!18. Je me lèverai, j'irai vers mon père, et je lui dirai: Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi,19. je ne suis plus digne d'être appelé ton fils; traite-moi comme l'un de tes mercenaires.20. Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa.21. Le fils lui dit: Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils22. Mais le père dit à ses serviteurs: Apportez vite la plus belle robe, et l'en revêtez; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds.23. Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous;24. car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils commencèrent à se réjouir.25. Or, le fils aîné était dans les champs. Lorsqu'il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses.26. Il appela un des serviteurs, et lui demanda ce que c'était.27. Ce serviteur lui dit: Ton frère est de retour, et, parce qu'il l'a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau gras.28. Il se mit en colère, et ne voulut pas entrer. Son père sortit, et le pria d'entrer.29. Mais il répondit à son père: Voici, il y a tant d'années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis.30. Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c'est pour lui que tu as tué le veau gras!31. Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j'ai est à toi;32. mais il fallait bien s'égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu'il est revenu à la vie, parce qu'il était perdu et qu'il est retrouvé.

Ce qui frappe dans cet évangile c'est l'attitude du Père qui représente un dieu inouï dans toutes les idées que les hommes se font de Dieu. IL est là à attendre sont fils depuis qu'il est parti : de cœur, il le suit et l'aime quand il va chez les filles, quand il garde les porcs… et il a pu se précipiter vers lui quand il est revenu car son cœur ne l'avait jamais quitté et sa vie lui était plus chère que tout ce qu'il a gaspillé durant son absence. Il était tous les jours en haut de la colline à guetter son retour. Voilà comment Dieu aime chacun de nous, chaque être humain, individuellement et pour l'éternité. paul

Pour se confesser , méditation de l'évangile
LUC 15, 1 « Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l'écouter. »
Savons-nous nous reconnaître pécheurs devant l'immense amour du Père qui nous éclaire par son Esprit saint en nos consciences ? Et en ce cas allons-nous à Jésus à travers l'évangile pour l'écouter, former notre conscience et guider nos actions ?
LUC 15, 2-3 « Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : 'Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! ' Alors Jésus leur dit cette parabole : »
Dans la paroisse sommes-nous heureux que nos prêtres soient plus attentifs à ceux qui sont loin, quitte à nous prendre en charge entre nous?
LUC 15, 11-12 « Jésus dit encore : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : 'Père, donne-moi la part d'héritage qui me revient.' Et le père fit le partage de ses biens. »
Savons-nous faire confiance aux jeunes, quitte à risquer l'échec ?
LUC 15, 13-19 « Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu'il avait, et partit pour un pays lointain où il gaspilla sa fortune en menant une vie de désordre. Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans cette région, et il commença à se trouver dans la misère. Il alla s'embaucher chez un homme du pays qui l'envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il réfléchit : 'Tant d'ouvriers chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je vais retourner chez mon père, et je lui dirai : 'Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d'être appelé ton fils. Prends-moi comme l'un de tes ouvriers.' »
Devant la médiocrité de nos vies, nos reniements ou nos trahisons, par rapport à la haute estime que Dieu veut pour nous, savons-nous nous remettre en question, revenir à Dieu par son Église et le sacrement de réconciliation, comme le propose notre diocèse encore cette après-midi au Sacré-Coeur jusqu'à 20h, pour ainsi être plus proches de notre vocation selon les talents reçus ou selon nos responsabilités familiales, professionnelles, associatives ou politiques ?
LUC 15, 20 « Il partit donc pour aller chez son père. Comme il était encore loin, son père l'aperçut et fut saisi de pitié ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : 'Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d'être appelé ton fils...' Mais le père dit à ses domestiques : 'Vite, apportez le plus beau vêtement pour l'habiller. Mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds. Allez chercher le veau gras, tuez-le ; mangeons et festoyons. Car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.' Et ils commencèrent la fête ».
Devant les dons de Dieu et ses grâces, prenons-nous assez de temps pour rendre grâce à Dieu et nous réjouir avec Dieu, soit par des prières spontanées dans la journée, une visite au Saint Sacrement à l'église, soit avec la prière de l'Église (laudes ou vêpres), ou le rosaire, ou par les psaumes ?
LUC 15, 25-32 « Le fils aîné était aux champs. A son retour, quand il fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des domestiques, il demanda ce qui se passait. Celui-ci répondit : 'C'est ton frère qui est de retour. Et ton père a tué le veau gras, parce qu'il a vu revenir son fils en bonne santé.' Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d'entrer. Son père, qui était sorti, le suppliait. Mais il répliqua : 'Il y a tant d'années que je suis à ton service sans avoir jamais désobéi à tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais, quand ton fils que voilà est arrivé après avoir dépensé ton bien avec des filles, tu as fait tuer pour lui le veau gras !' Le père répondit : 'Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait bien festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ! »
Savons-nous apprécier d'être en état de grâce ? Et savons-nous alors goûter toutes les richesses de l'Église, les encycliques des papes et leurs écrits, la beauté de la doctrine du Credo, la vie des saints et leurs écrits, la multitudes des ordres religieux et leurs services, et les associations d'inspiration chrétienne, pour les goûter et vivre avec, en action de grâce pour Jésus et son Père et l'Esprit saint qui fait tout vivre afin de grandir en charité ?paul

_________________
Jésus est infiniment misericordieux.
http://www.mandonnaud.net/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mandonnaud.net
 
4eme dimanche de caréme et notre convertion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le journaliste Pierre Jovanovic - sur Notre Dame de Fatima
» Vendredis de carême Chemin de croix
» 4ème semaine de Carême " ouvre mes yeux.....La foi de l'aveugle-né
» 4ème semaine de Carême "Bonne Nouvelle de Jésus Christ Paroles/méditations/Prières"
» Notre Père!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: