DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Mer 10 Mar 2010, 07:49

Pédophilie et mariage des prêtres
HANS KÜNG : L’IMPOSTURE

par Gérard LECLERC

samedi 6 mars 2010

Qu’un théologien veuille traiter de la question infiniment douloureuse des crimes sexuels commis par des prêtres contre des enfants n’a rien en soi de critiquable. Bien au contraire  ! Il est de sa mission d’éclairer l’opinion, catholique ou non, à propos d’un dossier qui déstabilise une Église qui prêche les commandements et semble les contredire par le comportement des siens. Mais rien de tel avec Hans Küng, qui prend prétexte du scandale pour régler une fois de plus ses comptes avec une institution qui l’a sanctionné parce qu’il était en contradiction sur des points importants avec la foi catholique. Périodiquement, d’une façon comminatoire, et avec hargne, il fait le procès de l’institution - «  La papauté actuelle est un système médiéval, absolutiste. L’Église fonctionne aujourd’hui comme un système totalitaire, c’est un autre Kremlin  !  », a-t-il déclaré à L’Express (26 février) - et notamment du «  système romain  », dont viendrait tout le mal et, surtout, «  la crise profonde  » dans laquelle l’Église se débattrait.

Mais n’est pas Luther qui veut  ! Du Réformateur, Küng n’a que les cris de colère sans l’inspiration qui les soutenait ou les intuitions fulgurantes qui ébranlèrent l’Allemagne. Il n’a même pas le sens de la détresse du péché qui faisait écrire à Bernanos que la luxure était une blessure au flanc de notre espèce. A-t-il lu seulement Freud pour stigmatiser «  la relation crispée qu’entretient la hiérarchie catholique avec la sexualité  » ? En détiendrait-il la formule lumineuse dans ce domaine où la psychologie des profondeurs interdit le triomphalisme et le ridicule des décrispations  ?

Multiplier les formules à l’emporte-pièce semble le dispenser de parler sérieusement des choses graves. Hans Küng, en une demi-page du Monde (5 mars), reproduite le lendemain dans le quotidien italien La Stampa, accomplit ce prodige de parler de pédophilie, sans dire un mot de ce dont il est censé parler  !

Il s’agit de pédophilie ? Mais Küng nous parle du célibat des prêtres sans même songer à établir un instant la démonstration que cette pédophilie serait en relation causale directe avec le célibat. Il affirme, comme s’il s’agissait d’une évidence indiscutable, évoque, pour la forme, quelques éven­tuelles objections [1] pour mieux asséner sa vérité qui est une authentique contre-vérité  : le caractère massif du phénomène dans les institutions catholiques est à mettre en relation indiscutée avec le fait qu’elles sont dirigées par des hommes non-mariés. Et puis il parle d’autre chose, pensant sans aucun doute qu’il sera cru sur parole, sans avoir besoin de produire plus de justifications.

Or ces propos ne sont pas seulement infondés, ils sont absurdes. Il est mensonger d’affirmer que la pédophilie aurait un caractère massif uniquement dans les institutions catholiques. Ceux qui connaissent le mieux le dossier savent que ce sont toutes les institutions qui ont été atteintes, plus ou moins gravement, par ce genre de  dérives et que la règle du célibat n’est strictement pour rien dans leur ampleur. Les prisons sont peuplées de délinquants sexuels mariés et pères de famille et d’ailleurs l’essentiel des crimes pédophiles est de nature incestueuse. Le mariage des prêtres ne garantirait en rien les institutions catholiques de ce type de délinquance. Marierait-on les célibataires délictueux qu’ils reproduiraient leurs forfaits dans le cadre familial et, bien sûr, le cadre institutionnel. Sans doute Küng a-t-il pressenti le caractère hasardeux de son affirmation, car il se hâte de parler d’abandonner le sujet.

Toujours de la même façon polémique, il aborde l’apparition du célibat ecclésiastique dans l’Histoire en scandant ses affirmations que le lecteur est prié de prendre à la lettre, sans qu’il puisse soupçonner le moins du monde la complexité du sujet, dont les historiens débattent depuis longtemps sans parvenir à se mettre d’accord.* «  Pierre, ainsi que les autres disciples du Christ, affirme-t-il, ont été mariés tout au long de leur apostolat. Cela a été le cas, de nombreux siècles durant, pour les évêques et les prêtres de paroisse, ce qui, comme chacun sait, se perpétue aujourd’hui dans les Églises d’Orient, y compris chez les uniates restés liés à Rome, et dans l’orthodoxie dans son ensemble, au moins pour ce qui est des prêtres.  » Küng est pour le débat, à condition qu’il le monopolise. Tout contradicteur est malvenu et indésirable. Contentons-nous donc sur ce terrain d’informer le public non renseigné que le célibat des prêtres n’est pas une nouveauté du Moyen-Âge et qu’il s’enracine dans une tradition qui se réclame des origines apostoliques. Küng affirme ardemment le contraire pour trancher définitivement  : «  C’est bien le célibat érigé en règle qui contredit l’Évangile et la tradition du catholicisme primitif. Il convient de l’abroger.  » C’est péremptoire et définitif. Tout comme l’affirmation connexe qui veut que la «  règle du célibat soit la racine de tous les maux  ». Pas moins  ! **

Nous sommes dans les slogans et l’idéologie. Hans Küng a toujours été le partisan d’un interventionnisme musclé pour changer l’institution dans le sens qu’il préconise (mariage des prêtres, accession des femmes au sacerdoce, etc.) Interventionnisme verbal, rassurons-nous, car ce grand bourgeois a toujours vécu dans le confort douillet, et même un luxe assez clinquant. Il aime les grosses cylindrées et regardait sans doute avec amusement son collègue Ratzinger se contenter d’une bicyclette dans les rues de Tübingen. Le même Ratzinger qui, analysant ses écrits théologiques, avait trouvé le mot pour définir sa manière  : les courbettes  !

Küng les a multipliées toute sa vie, croyant être d’avant-garde alors qu’il n’était qu’un banal suiviste de la dernière pluie, jamais en retard d’une mode et d’un conformisme agrémenté de l’aura progressiste. D’évidence, ce n’est pas là l’éthos et l’art des fondateurs et des vrais prophètes  : un Ignace de Loyola et un Vincent de Paul. Peut lui chaut. Il est convaincu d’être le génie théologique de son temps même si, à l’épreuve de la durée, il ne subsistera à peu près rien de son œuvre, sauf le souvenir de quelques provocations comme celle-là, gratuites, injurieuses, violentes. Et à côté de la plaque comme toujours.

Pourquoi faut-il que Le Monde le mette sans cesse en vedette, sans même qu’une contradiction soit invitée à exposer un autre point de vue. Singulière conception du «  débat  ». L’an dernier, le même journal n’avait pas attendu moins de quatre mois pour publier enfin une réponse motivée à l’hystérie antipapale qui s’était donnée libre cours dans ses colonnes depuis janvier. On se rappelle aussi de la charge de Küng contre le rapprochement avec certains anglicans. [2]

Mais il faut revenir un instant sur le triste et terrible sujet qui a servi de prétexte à Hans Küng pour affirmer péremptoirement ses obsessions. Il assure, en effet, que le Vatican a placé sous secret pontifical les cas d’abus sexuels du clergé. Ignore-t-il ce qu’en langage courant on appelle le «  secret de l’instruction  » qui, en aucun cas, ne s’oppose à la publicité du jugement et de la sanction  ? Mais tout est bon pour discréditer l’autorité romaine. Et surtout, plutôt que de s’enfoncer dans sa vindicte assez vaine, notre théologien ne serait-il pas plus avisé de s’intéresser aux véritables causes des dérives morales qui se révèlent au grand jour depuis que l’affaire Dutroux a fait sauter toutes les censures  ?

Encore une fois, ceux qui sont vraiment informés du dossier savent que c’est l’ensemble des institutions éducatives - catholiques ou non - qui ont été marquées par les mêmes dérives, pratiquant les mêmes modes éducatifs, abritant des personnalités aux tendances perverses et attirées par la proximité juvénile. Mais pour le comprendre, il faut demander le diagnostic de véritables cliniciens, capables de rendre compte des processus psychologiques des pratiques déviantes, plutôt que de se réfugier dans des attitudes accusatoires, révélatrices de ses seules obsessions idéologiques. 

G.L.

* Lire par exemple l’ouvrage de l’abbé Laurent Touze, L’avenir du célibat sacerdotal et sa logique sacramentelle, éd. Parole et Silence/Le Thielleux.

** Sur ce sujet le livre de référence est celui du Père Christian Cochini s.j. Les origines apostoliques du célibat sacerdotal. [3] Le cardinal de Lubac écrivait à son propos : « Cet ouvrage est de première importance. Il suppose des recherches considérables, longues et méthodiques. Dans la production de notre siècle en la matière, je ne pense pas que rien puisse lui être comparé, même de loin. »

— -

Lire aussi l’éditorial de Gérard Leclerc :

http://www.france-catholique.fr/Non-l-Eglise-n-est-pas-une.html

et l’article de l’abbé Dominique Rimaz sur son blog :

http://lesuisseromain.hautetfort.com/archive/2010/02/28/hans-kung.html
Notes

[1] «  Il est certes incontestable que ce genre d’affaire se produit aussi dans des familles, des écoles, des associations et également au sein d’Églises où la règle du célibat des prêtres n’existe pas. Mais pourquoi le phénomène est-il à ce point massif justement dans les Églises catholiques dirigées par des hommes non mariés  ? Bien entendu, ces déviances ne sont pas exclusivement à porter au débit du célibat. Mais celui-ci est structurellement l’expression la plus frappante de la relation crispée qu’entretient la hiérarchie catholique avec la sexualité, celle-là même qui détermine son rapport à la question de la contraception et à bien d’autres.  » Le Monde, 5 mars 2010.

[2] «  Sous couvert d’unité, le Vatican enterre des décennies d’œcuménisme. Un vrai drame  : après avoir heurté de front les juifs, les musulmans, les protestants et les catholiques réformistes, voilà que le pape Benoît XVI s’en prend maintenant aux anglicans. Forte de 77 millions de membres, cette communauté chrétienne est la troisième en importance après l’Église catholique romaine et l’Église orthodoxe. Que s’est-il passé  ? Après avoir réintégré les disciples de la Fraternité Saint-Pie-X, le pape voudrait combler les rangs clairsemés de l’Église catholique romaine en recrutant des anglicans favorables à Rome. Ces derniers devraient pouvoir passer du côté de l’Église catholique romaine plus facilement.  » Le Monde, 29 octobre 2009.

[3] Qu’y a-t-il donc dans ce livre ? Il ne s’y agit pas, contrairement au titre, du « célibat » mais de la « continence » demandée par l’Eglise aux clercs majeurs qui auraient été déjà mariés avant leur ordination. Car, en ces temps, il n’y avait pas de loi faisant du célibat une condition préalable à l’admission aux ordres sacrés. Le mariage était interdit après l’ordination, mais aucun texte n’écartait des ordres les hommes mariés : on demandait par contre à ceux-ci d’observer la continence parfaite avec leur épouse, si celle-ci était encore de ce monde. Ne mélangeons donc pas cela avec la discipline actuelle du célibat là où elle existe.

Aussi le Père Christian a-t-il pris soin, moyennant un énorme travail, de nous donner (pp. 112-147 de mon édition) la liste des clercs majeurs, évêques, prêtres et diacres, les plus connus et qui étaient engagés dans le mariage avant qu’ils aient reçus le sacrement de l’Ordre. De nous donner aussi la manière différente adoptée par l’autorité de permettre à ces hommes de vivre la continence, soit dans une cohabitation appropriée, soit dans une séparation des conjoints, l’épouse étant envoyée dans un monastère. Et là les Grecs étaient plus expéditifs que les Latins.

Christian Cochini a voulu reprendre le combat mené durement entre deux auteurs du XIX siècle, aux alentours des années 1879-1880 : François-Xavier FUNK et Gustav BICKELL. Ce dernier, fils converti d’un canoniste protestant et expert en syriaque, abandonna la lutte assez vite. Pour le premier, Funk, c’est seulement en 300, au synode d’Elvire, que la continence a été demandée aux clercs majeurs, alors qu’elle était autorisée auparavant. Il y a donc là, pour lui, un tournant historique que nous atteste la répartie, au concile de Nicée, de l’évêque Paphnuce, demandant qu’on n’ennuie pas les clercs mariés avec cette histoire d’alcôve ! Mais, à la suite d’autres auteurs, le P. Cochini dénonce le caractère fictif de cet épisode, qu’on voit seulement apparaître, sans la moindre justification, plus d’un siècle après Nicée, chez l’historien Socrate dans son Histoire ecclésiastique (vers 440), et non sans une idée derrière la tête. Pour Bickell, au contraire, qui s’appuie sur des documents syriaques, la continence a des origines apostoliques. Et c’est cette thèse, qui commençait à séduire les érudits au XIX siècle, à la grande fureur de Funk, que reprend le P. Cochini, en s’appuyant sur le 2 ème canon du concile de Carthage en 390 : « Ce qu’enseignèrent les apôtres et ce que l’antiquité elle-même a observé, faisons en sorte nous aussi de le garder ». Et l’assemblée conciliaire avait approuvé à l’unanimité.

Mais il y a plus qu’une question de dates : il s’agit de motivations. Si la règle de la continence vient d’un pur changement canonique, elle risque d’être sans fondements théologiques : elle vient seulement d’un environnement douteux qui a pesé sur l’Eglise, à savoir un climat général de dépréciation du mariage et d’enthousiasme pour la virginité, à la faveur de certaines philosophies païennes (stoïcisme et néo-platonisme) et de certaines sectes juives (encratites et gnostiques). Cette opinion est celle du Père Roger Gryson notamment, et de beaucoup d’autres, qui y trouvent de quoi minimiser sans peine un célibat qui a toujours été mal vu, à notre époque notamment. C’est à cela que s’attaque le P. Cochini, pour lequel la continence, qui n’ est certes pas un pur « oukase », et encore moins une déviance, s’appuie sur des motivations directement chrétiennes, notamment le service permanent de la prière et la liberté apostolique, comme le montrent Paul (1 Corinthiens 7) et bien des Pères.

Autrement dit, si l’exigence vient des apôtres, elle n’est pas une simple règle juridique, et encore moins un dérapage de la pensée. Comme l’insinuait déjà un jésuite du siècle des Lumières, François-Antoine Zaccaria, assigner une date tardive à la règle de continence, c’est la déprécier pour pouvoir la supprimer. La date n’est pas innocente : elle juge de l’importance des motivations. Certes, en exégèse, par exemple, un document n’est pas sans valeur parce qu’il est « tardif » : l’évangile de Jean en est un bon exemple, celui d’un témoignage approfondi, plus inspiré que le flash d’un journaliste. Mais ce n’est pas ce que veulent dire, de leur propre aveu, les disciples de Funk dans la question qui nous occupe ici.

Voilà en quoi cette conclusion est très actuelle. Car, pour trop de personnes, la règle du célibat ecclésiastique n’est qu’un coup de tête que pourrait abolir un autre coup de tête, et ainsi le tour serait joué. À la grande satisfaction des médias. Pour moi, l’enjeu du livre se trouve là. La thèse que soutient Christian est en accord total avec Pastores dabo vobis de Jean-Paul II, qui demande aux intéressés et à leurs formateurs de bien comprendre la motivation théologique du célibat et surtout son lien avec l’ordination sacrée (n. 29), ce qui n’avait jamais été dit par aucun Pape avec autant de rigueur : on parlait seulement de convenance, à cause des Orientaux, de certains du moins, et pas de « radicalisme évangélique ». L’exhortation apostolique post-synodale ne se soucie donc pas de rappeler une règle de discipline, même pluriséculaire : elle tient un autre discours, très respectueux de ce que Jean-Paul II appelle le « langage du corps ». Qu’on se souvienne des catéchèses données par le pape durant quatre années sur ce sujet et éditées dans le livre merveilleux Homme et femme il les créa. Dans le document Pastores dabo vobis, il est écrit : « Dans la virginité et le célibat, la chasteté maintient sa signification fondamentale, c’est-à-dire celle d’une sexualité humaine vécue comme authentique manifestation et précieux service de l’amour de communion et de donation interpersonnelle. Cette signification subsiste pleinement dans la virginité qui, même dans le renoncement au mariage, réalise la signification sponsale du corps, moyennant une communion et une donation personnelle à Jésus-Christ et à son Eglise » (n. 29).

En ce qui concerne les Orientaux, Christian nous montre bien qu’ils ont la même règle que nous, même si l’exigence concerne seulement les évêques. Ce qu’a confirmé le concile in Trullo (692), auquel s’arrête l’enquête théologique du Père Cochini, concile s’appuyant justement lui aussi sur le canon 2 du concile de Carthage de 390 pour prouver que sa tradition vient des Apôtres.

Au fond, le célibat des prêtres n’est pas une simple condition mise à l’embauche, car l’ordination n’a rien d’une embauche. Elle n’est pas l’objet d’un contrat de travail qui comporterait cette clause déplacée, car l’affectivité n’entre pas dans un engagement professionnel, et il serait immoral ou illégal de l’y inclure. D’ailleurs, à ce niveau juridique, le célibat serait invivable, pour avoir été consenti de force et sans conviction profonde. On ne s’engage pas pour la vie à une pure obligation, surtout une obligation de ce type. Ou alors on pourrait se dispenser des années de séminaire : il suffirait d’un bon dressage avec une surveillance policière et des amendes en cas d’infraction. Le consacré se voue à aimer sans partage, non à être « réglo ». « Donne-moi un amoureux : il comprendra ce que je veux dire », dit Augustin en citant le trahit suam quemque voluptas de Virgile. L’Eglise se sera battue pour ce bonheur, pas pour une simple affaire de correction. Voilà la teneur de ce que j’ai écrit en janvier dernier au cardinal Castrillon Hoyos, alors préfet de la Congrégation du Clergé, dont je suis depuis 2003 l’un des consulteurs.

Si vous avez retenu seulement cela, vous n’aurez pas perdu votre temps, et vous aurez trouvé le fil conducteur qui vous permettra de parcourir sans vous y perdre les subtilités de cet ouvrage archi-documenté mais surtout bien pensé, qui cherche la rigueur mais pas la complication. Car, en un temps où tout le monde sait et comprend tout, surtout en matière de sexe, il est bon de pouvoir rectifier des jugements sommaires qui sortent des tripes plus que du cerveau. Et, pour prix de consolation, après avoir fait l’effort de ne pas bâcler un tel sujet, vous découvrirez des pages inattendues et captivantes sur le statut familial des Douze Apôtres.

Mais dites-vous surtout que depuis 25 ans, le climat d’Eglise a quand même bien changé. Et si vous êtes trop jeunes pour pouvoir faire une comparaison, croyez-moi sur parole, moi, le vieux… pas si vieux que çà puisque j’ai l’âge de Benoît XVI et que nous avons été ordonnés le même jour, lui à Munich et moi à Versailles ! Christian Cochini vous le confirmerait certainement, car, comme l’a dit avec humour le cardinal Lustiger, Jean-Paul II a très vite « sifflé la fin de la récréation » … pour nous offrir le vrai bonheur enfin retrouvé. Par lui rassemblé et ratifié dans Pastores dabo vobis, le synode des évêques sur la formation des séminaristes n’a voulu laisser aucun doute dans l’esprit de tous sur la volonté de l’Eglise de maintenir la loi qui exige le célibat librement choisi et perpétuel pour les candidats à l’ordination sacerdotale dans le rite latin », mais en redisant combien il est « important que le prêtre en comprenne la motivation théologique », à savoir « le lien du célibat avec l’Ordination sacrée ». Ceci est redit « de nouveau et avec force » (Pastores dabo vobis n. 29) et « au nom du radicalisme évangélique » (n. 27).

Rome, le 5 décembre 2006

André Manaranche s.j.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Mer 10 Mar 2010, 21:03

Arnaud Dumouch a écrit:
Pédophilie et mariage des prêtres
HANS KÜNG : L’IMPOSTURE

par Gérard LECLERC

samedi 6 mars 2010

Il s’agit de pédophilie ? Mais Küng nous parle du célibat des prêtres sans même songer à établir un instant la démonstration que cette pédophilie serait en relation causale directe avec le célibat.

Or il n y a pas de lien causal, la chose a été maintes fois étudié.

:|
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 09:56

Pédophilie : le célibat des prêtres en question


Les déclarations du cardinal interviennent au moment où son pays connaît deux affaires de pédophilie commises par des prêtres.
Pour
la première fois, un cardinal -l'archevêque de Vienne, Christoph
Schönborn- s'interroge publiquement sur les causes des scandales.



Alors que la vague de scandales pédophiles, après l'Allemagne,
touche maintenant les Pays-Bas et l'Autriche, l'archevêque de Vienne,
le cardinal Christoph Schönborn, a reconnu, ce mercredi, que «le
célibat» des prêtres était l'une des causes de ce phénomène. Si
le théologien contestataire suisse Hans Küng dénonce, lui, depuis le
début de cette crise le célibat sacerdotal, qu'il importe à ses yeux
d'abolir, c'est la première fois qu'un cardinal de ce niveau - son nom
est cité dans la liste des papabili, ces cardinaux pouvant être un jour
élus pape - ose ainsi poser publiquement cette question fort débattue. L'archevêque de Vienne conclut sa lettre consacrée à la crise pédophile
(une newsletter, Themakirche, accessible sur Internet et destinée aux
collaborateurs de son diocèse), par un appel aux catholiques, clergé et
fidèles, à la «conversion» (Umkehr), qui correspond à une volonté
personnelle de se rapprocher de Dieu. Plus fondamentalement, ce
cardinal isole quatre causes pouvant expliquer ce genre de
comportement : «Aussi bien la question de la formation des prêtres que
les suites de la révolution sexuelle de la génération 1968. Aussi bien
le thème du célibat que le thème du développement personnel.» Le
cardinal Schönborn a convoqué ce mercredi une réunion extraordinaire de
l'Église sur cette question. Deux cas retentissants ont en effet
défrayé la chronique cette semaine en Autriche. L'actuel
supérieur de la prestigieuse abbaye Saint-Pierre de Salzbourg a reconnu
avoir abusé «une fois» d'un jeune Autrichien, âgé aujourd'hui de
53 ans. Lequel affirme avoir été maltraité sexuellement pendant six ans
par deux autres religieux de cette abbaye bénédictine. Ces deux
religieux, dont l'un est aujourd'hui décédé, avaient été arrêtés et
condamnés en 2005 pour abus sexuels sur mineur au Maroc. Une
autre affaire, également révélée mardi, concerne un cas d'abus sexuel
sur mineur dans les années 1980 par un religieux dans un internat
catholique à Bregenz, dans le Vorarlberg, à l'ouest de l'Autriche. Mercredi,
à Rome, le porte-parole du Pape, le jésuite Federico Lombardi, avait
noté que «dix-sept cas» avérés dont deux récents étaient actuellement
traités par les instances ecclésiales autrichiennes mais que ce pays
faisait face dans le même temps à «510 autres cas» similaires et sur la
même période mais dans «d'autres milieux (hors du clergé)». Vendredi
dernier, en annonçant une réglementation nationale spécifique dans
l'Église autrichienne pour prévenir ce genre d'abus et prévoir des
«conséquences appropriées envers leurs auteurs», le cardinal Schönborn
avait déploré que «malheureusement dans l'Église, par le passé, les
auteurs des faits (aient) été à tort souvent plus protégés que les
victimes». De fait, dans la lettre adressée hier à ses
collaborateurs, le prélat estime qu'«il est nécessaire de mettre ici
les victimes avant les coupables, et de nommer la faute par son nom !». Il
ne voit pas d'autre voie qu'une «totale franchise, le souci des
victimes, les excuses et la prévention» pour sortir de ces problèmes
dont il regrette amèrement les conséquences qui affectent tout le
clergé et portent atteinte à l'image de l'Église : «Comment
faisons-nous pour être considérés suspects d'infractions que nous
n'avons pas commises ?» Il s'était déjà fait remarquer, en 1995
quand Jean-Paul II l'avait nommé en urgence à l'archevêché à Vienne. Il
avait reconnu publiquement - contre l'avis de beaucoup dans l'Église -
que le scandale de la démission de son prédécesseur, le cardinal Groër,
pour une affaire de pédophilie, n'était pas sans fondement.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 10:00

Pour ma part, je ne pense absolument pas que la pédophile ait un quelconque rapport avec le célibat ou le mariage.

Ca existe dans les deux et AVANT TOUT, dans les familles.

La cause en est un dramatique refus d'enseigner aux jeunes la nécessité d'un limite à leur fantasmes sexuels, à leur instinct de masturbation. (c'est la fameuse théorie soixantehuitarde sur la liberté abolue en matière sexuelle).

Or IL FAUT UNE LIMITE, que le garçon, convaincu, essaie de s'imposer à lui-même.

Livrés sans conseils à 100% à eux-mêmes, les garçons flirtent de sites "hard" en sites "hard". Après 10 ou 15 ans sans aucune lutte pour humaniser leur sexualité, des déviations multiples apparaissent, la plus fréquente étant la luxure simple, y compris dans leur couple plus tard.
Et, pour un certain nombre de jeunes, ça part dans tous les sens, dans toutes sortes de déviations.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 11:04

Tout á fait, Arnaud.
D ailleurs, pas plu stard qu hier, sur le Zenit en langue espagnole, le Dr Aquilino Polaina Lorente, l explique dans le meme sens que vous.
(Cf http://www.zenit.org/article-34549?l=spanish).
Voici quelques extraits :

"Ce qui me semble dangereux à moi, c’est le comportement
sexuel ouvert, non normatif dans lequel tout se vaut; je crois que cela
a des conséquences plus destructrices de la personnalité que le célibat
bien vécu dans la plénitude, sans ruptures ou douleurs.

- Quels moyens doit mettre en oeuvre le prêtre pour être fidèle à son
voeu de célibat durant tous les jours de sa vie ?
- La tradition de l’Église donne de multiples conseils qu’on peut
mettre en pratique et qui sont efficaces, par exemple, se garder de son
cœur et se garder de la vue. Ce qui ne se voit pas ne se ressent pas.
Il ne faut pas non plus aller en regardant le sol mais on peut voir
sans regarder. Cela assure la pureté du cœur et en outre permet de bien
vivre le premier commandement qui est aimer Dieu avant toute chose.
Dans une marmite qui est sous pression les mouches ne rentrent pas. Un
cœur satisfait ne marche pas avec des mesquineries ni par intermittences."
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 12:18

en fait la question cruciale qui se pose à l'Eglise est tout simplement d'essayer d'être Honnête avec cette question .
On ne peut pas esquiver le détour par de nombreuses autres questions avant d'essayer de discerner quelle part prend ou ne prend pas le célibat sacerdotal dans la question .
il faudrait d'abord faire une étude épidémiologique historique et géographique pour discerner l'importance quantitative réelle du problème dans le clergé ( 2%, 4%, 8% , plus ?)
Ensuite comparer avec les chiffres disponibles des autres religions ( rabbins, imams, pasteurs, popes, etc...) en avons-nous vraiment davantage que les autres , et si oui pourquoi?
ensuite ne pas incriminer forcément le Célibat , mais la façon dont il est vécu , préparé,
enseigné .
ensuite voir comment ont été traitées historiquement et continuent d'être traitées les infractions au célibat , si on a pas tout simplement dissimulé le mieux qu'on a pu , et avec un grand succès le problème jusqu'à présent , et si la grande originalité de notre époque
ne consisterait tout simplement pas à ce qu'on n'arrive plus à le dissimuler comme avant ?
Bref faire un bilan le plus exhaustif et honnête possible , ni apologétique , ni masochiste ,
et après seulement parler ...
comme contribution au début de transparence , voilà le texte de la congrégation pour la doctrine de la foi promulgué en 1962 et appliqué jusqu'en 1983 , donc par les cardinaux Ratzinger et Bertone , instruction dite Crimen Sollicitationis , mais qui concerne en fait
tous les faits délictueux commis sur des mineurs . Il est malheureusement en anglais .
mais si ça intéresse quelques uns , je pourrai essayer de traduire quelques passages ( pas les 23 pages ...)http://www.la-croix.com/illustrations/Multimedia/Actu/2010/3/10/crimen-sollicitationis.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 12:33

Cher Oculus, votre reflexion est tres pertinente, en particulier concernant les comparaisons qui, sans etre des raisons, seraient des arguments surnuméraires á l appui de la distinction entre célibat et pédophilie.

Comme le dit Arnaud : il y en a davantage dans les familles.

Oui, cela m intéresserait que vous traduisiez ce qui vous semble utile pour les non-connaisseurs de l anglais.

Merci d avance.
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 14:19

Moi je proposerai au Vatican si cela n'a pas encore était fait de faire une enquête poussé sur ces religieux pédophile pour comprendre un peu de quoi on parle .Je ne vois pas comment le célibat conduit à la pédophilie .
Est-ce que ces religieux deviennent pédophile une fois religieux ou ils le sont avant de l'être ? Est-ce que le célibat peut conduire à des déviances pédophile et si oui pourquoi ne constatons pas le même genre déviance sexuel chez les religieuse . Personnellement je soupçonne plusieurs homme ayant déjà en eux une sexualité désordonné de s'engager dans la vie religieuse espérant que c'est ainsi qu'ils échapperont à leur passions désordonnés . Je veux bien qu'il ne faut pas faire d'amalgame entre homosexualité et pédophilie mais il y a un constant à faire c'est que ces religieux abusent des jeune garçon et non des jeunes filles ce qui veut dire qu'ils sont attiré par les hommes . Et si je résume le célibat mal vécu (çàd pas dans la foi) induirait dans une personne hétérosexuel normalement constitué des tendance homosexuel et la pédophilie. Est-ce que quelqu'un connaitrait un sexologue ou psychiatre pour nous aider à y voir plus clair .
Par ailleurs je ne vois vraiment pas ce que le Saint Esprit veut nous dire par cet épreuve .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 15:33

salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 15:45

célibat mal vécu >> frustration

frustration >> mauvais penchants ont tendance à ressortir

les mauvais penchants ressortent >> et l'inverti devient pervers

Je n'ai jamais compris cette idée de faire le serment de se nouer les couilles pour la vie et de n'avoir jamais d'enfants. C'est quoi le délire ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 15:57

nilamitp a écrit:
célibat mal vécu >> frustration

frustration >> mauvais penchants ont tendance à ressortir

les mauvais penchants ressortent >> et l'inverti devient pervers

Je n'ai jamais compris cette idée de faire le serment de se nouer les couilles pour la vie et de n'avoir jamais d'enfants. C'est quoi le délire ?

C'est une promesse de célibat ! Si le prêtre a une relation avec une femme, ça n'a rien à voir avec le mariage.
Quand un prêtre catholique est pédophile, toute la planète en est avertie. Quand on assassine des prêtres en pagaille, la planète devient muette.

Alors la grande mode, c'est de dire 'si les prêtres étaient mariés', ils ne seraient pas pédophiles.... On est en pleine persécution.
Je ne dis pas que cela n'existe pas, je dis que cette soudaine propagation est louche....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 16:07

Citation :
Quand un prêtre catholique est pédophile, toute la planète en est avertie. Quand on assassine des prêtres en pagaille, la planète devient muette.
Je suis bien d'accord.

Citation :
Alors la grande mode, c'est de dire 'si les prêtres étaient mariés', ils ne seraient pas pédophiles.... On est en pleine persécution. Je ne dis pas que cela n'existe pas, je dis que cette soudaine propagation est louche...
Non, je trouve que les médias se défoulent sur les prêtres catholiques depuis 20 ans.
Je pense que 'si les prêtres étaient mariés', ils seraient moins insultés. Le problème est qu'il faudrait qu'ils soient mariés uniquement à des femmes qui travaillent avec un bon salaire (pour qu'avec un mi-temps ce soit encore bien), sinon leur situation familiale serait totalement catastrophique avec des enfants !

Citation :
C'est une promesse de célibat !
C'est très c.on.
Pourquoi faire ?

Citation :
Si le prêtre a une relation avec une femme, ça n'a rien à voir avec le mariage.
J'entends bien.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 16:27

Je n'ose imaginer les scandales si les prètres étaient autorisé à ce marier:

Tel prêtre bas sa femme.

Tel prêtre a flanqué une fessée à son gamin

Tel prêtre refuse d'être caution de sa femme

Tel prêtre trompe sa femme

Tel prêtre a des relations insestueuses

Tel prêtre est divorcé

Tel prêtre est entretenu par sa femme

Tel prêtre a fait un mariage d'argent

...

Et j'en passe.


Cela ne ferait que déplacer le problème et en créer de nouveaux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 16:30

nilamitp a écrit:
Citation :
Quand un prêtre catholique est pédophile, toute la planète en est avertie. Quand on assassine des prêtres en pagaille, la planète devient muette.
Je suis bien d'accord.

Citation :
Alors la grande mode, c'est de dire 'si les prêtres étaient mariés', ils ne seraient pas pédophiles.... On est en pleine persécution. Je ne dis pas que cela n'existe pas, je dis que cette soudaine propagation est louche...
Non, je trouve que les médias se défoulent sur les prêtres catholiques depuis 20 ans.
Je pense que 'si les prêtres étaient mariés', ils seraient moins insultés. Le problème est qu'il faudrait qu'ils soient mariés uniquement à des femmes qui travaillent avec un bon salaire (pour qu'avec un mi-temps ce soit encore bien), sinon leur situation familiale serait totalement catastrophique avec des enfants !

Citation :
C'est une promesse de célibat !
C'est très c.on.
Pourquoi faire ?

Citation :
Si le prêtre a une relation avec une femme, ça n'a rien à voir avec le mariage.
J'entends bien.

Le problème, cher ami, c'est l'histoire de l'Eglise qui a bien retenu la leçon du mariage de ses prêtres. Moins à Dieu, moins à ses ouailles, et plus occupés à l'éducation des enfants, etc.... Le mariage c'est cela, et c'est très louable ! C'est cela que l'on veut faire reprendre à l'Eglise qui ne cède pas. Si le prêtre qui trouve que le célibat est trop insupportable, il peut quitter l'église, car il est libre. On veut enfermer le prêtre dans une promesse, et plus personne ne comprend quand il lâche l'église, parce qu'il reconnaît que cela lui est plus une croix, qu'une joie. Car le célibat, c'est d'abord LA SOLITUDE, que le ministère ne retire pas !
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 16:36

Doris a écrit:


Le problème, cher ami, c'est l'histoire de l'Eglise qui a bien retenu la leçon du mariage de ses prêtres. Moins à Dieu, moins à ses ouailles, et plus occupés à l'éducation des enfants, etc.... Le mariage c'est cela, et c'est très louable ! C'est cela que l'on veut faire reprendre à l'Eglise qui ne cède pas. Si le prêtre qui trouve que le célibat est trop insupportable, il peut quitter l'église, car il est libre. On veut enfermer le prêtre dans une promesse, et plus personne ne comprend quand il lâche l'église, parce qu'il reconnaît que cela lui est plus une croix, qu'une joie. Car le célibat, c'est d'abord LA SOLITUDE, que le ministère ne retire pas !

Ajoutons à cela le désir de procréer qui est paradoxalement plus fort dans un pays à faible natalité.

Dans une famille à 6 ou 7 enfants, la descendance est assurée.

Dans une famille de deux, lorsqu'un enfant choisi la prétrise, il y a une chance sur deux pour que le nom soit perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 16:41

Leur descendance, c'est la filiation à Dieu des brebis qu'ils convertissent ! Et puis, le célibat est choisi et non subi ! Et que le célibat soit choisi ou subi, le plus dur, c'est la solitude ! Si elle est partagée avec Dieu, les instincts 'procréateurs' sans disparaître s'estompent.
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 16:47

Je voudrais proposer une solution pour prévenir les abus sexuels , une solution qui en réalité est déjà en vigueur mais dont les séminaires et les communauté religieuse n'appliquent probablement pas faute de méthode adéquate .

IL faudrait qu'on interdisse catégoriquement la vie religieuse à des hommes de tendance homosexuels . Il n'a s'agit pas de dire que l'homosexualité conduit à la pédophilie mais il s'agit de prendre actes des faits et d'autre part de faire preuve de prudence .Toute vie de célibat qui n'est pas vécu dans la lumière de la foi peut conduire à rupture des voeux religieuse et parfois jusqu'aux déviances sexuels les plus grave mais je pense que les déviance sexuel d'un hétérosexuel l'Eglise peut plus facilement les assume que ceux d'un homo . A notre époque Lorsque un prêtre entretient une relation sexuel avec une femme , il passe pour un héros , si au pire des cas il est surpris chez une prostitué on dira que c'est compréhensible vu ce que l'Église l'oblige à vivre .Mais par contre je n'ai pas encore entendu un prêtre qui est devenu un violeur en série ce qui veut dire que le célibat mal vécu pour les hommes hétérosexuel qui s'engage dans la vie religieuse conduit à des situation plus ou moins tolérable pour notre société mais p-e pas pour Dieu .si je fais ce constant c'est en partant du principe que les abus sexuels dans L'Eglise sont en majorité commis contre les jeune garçon et non les jeunes filles . Par conséquent je pense que L'Église devrait mettre tout en place pour examiner aux maximum les profils psychologique des candidats pour la vie religieuse et non pas pcq la grâce ne peut pas vaincre notre nature mais par prudence dans le cas où le candidat ferra dos à la grâce .
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 16:52

SJA a écrit:


Leur descendance, c'est la filiation à Dieu des brebis qu'ils convertissent ! Et puis, le célibat est choisi et non subi ! Et que le célibat soit choisi ou subi, le plus dur, c'est la solitude ! Si elle est partagée avec Dieu, les instincts 'procréateurs' sans disparaître s'estompent.



Je suis d'accord avec vous. Bien sur.

Je dis juste qu'à mon avis la pression d'une société en train d'apostasier est colossale sur les prêtres et ceux qui ont la vocation.

C'est un véritable martir.

Les fidèles attendent beaucoup d'eux et les autres les haient car ils sont une insulte à leur vanité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 17:08

doris,
je vous ai bien lu,
vous avez renforcé mes convictions contre \"le serment des eunuques\".

fredsinam,
Citation :
IL faudrait qu\'on interdisse catégoriquement la vie religieuse à des hommes de tendance homosexuels .
tu es fou mon ami, rien de mieux que de dire que les homos sont exclus pour que les extrémistes vous jette au bûcher !


Dernière édition par nilamitp le Jeu 11 Mar 2010, 17:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 17:14

SJA a écrit:


la pression d'une société en train d'apostasier est colossale sur les prêtres et ceux qui ont la vocation.

C'est un véritable martir.

Comme c est vrai !

Et plus que vous ne le pensez. Car la pudeur des consacrés cache ce martyre.

Il faut prier pour ceux et celles que Dieu appelle.

:sts:
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 17:19

Christophore a écrit:

Comme c est vrai !

Et plus que vous ne le pensez. Car la pudeur des consacrés cache ce martyre.

Il faut prier pour ceux et celles que Dieu appelle.

:sts:

Cela figure la "souffrance" de Dieu même. La souffrance de celui qui n'a que de l'amour à donner.

"Souffrance" qui nécessita le sacrifice du Christ.
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 17:25

SJA a écrit:
Christophore a écrit:

Comme c est vrai !

Et plus que vous ne le pensez. Car la pudeur des consacrés cache ce martyre.

Il faut prier pour ceux et celles que Dieu appelle.

:sts:

La souffrance de celui qui n'a que de l'amour à donner.

Oui...
Et si peu veulent recevoir cette Eau vive et vivifiante...
parce qu ils sont pleins d autres choses...
et surtout d eux-meme...

:sts:
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 18:59

SJA a écrit:
SJA a écrit:


Leur descendance, c'est la filiation à Dieu des brebis qu'ils convertissent ! Et puis, le célibat est choisi et non subi ! Et que le célibat soit choisi ou subi, le plus dur, c'est la solitude ! Si elle est partagée avec Dieu, les instincts 'procréateurs' sans disparaître s'estompent.



Je suis d'accord avec vous. Bien sur.

Je dis juste qu'à mon avis la pression d'une société en train d'apostasier est colossale sur les prêtres et ceux qui ont la vocation.

C'est un véritable martir.

Les fidèles attendent beaucoup d'eux et les autres les haient car ils sont une insulte à leur vanité.

C'est tout à fait ça ! Ils sont chastes, ils combattent leurs instincts sans se 'donner en spectacle' et ils nous enfantent à Dieu.
C'est insoutenable dans une société où l'adultère a pignon sur rue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 20:36

fredsinam a écrit:


IL faudrait qu'on interdisse catégoriquement la vie religieuse à des hommes de tendance homosexuels . Il n'a s'agit pas de dire que l'homosexualité conduit à la pédophilie mais il s'agit de prendre actes des faits et d'autre part de faire preuve de prudence.

Je crois aussi qu'il faut faire preuve de prudence... mais ce n'est pas aussi simple que cela...

Si le Christ avait pensé de cette façon, Marie-Madeleine n'aurait pas fait partie des femmes qui l'a suivi. Jésus n'a pas refusé qu'une prostituée le suive... Il a fait preuve de confiance sur le fait que Marie-Madeleine, grande pècheresse, revienne a une vie correcte. Je pense donc que l'église catholique peut faire preuve de confiance en acceptant que des gens homosexuels deviennent religieux. Ceci ne veut pas dire que les religieux pourraient avoir des relations sexuelles bien entendu... mais que ces religieux, tout comme les autres, peuvent être chastes. L'homosexualité ne conduit pas à la pédophilie... si c'était le cas il n'existerait pas d'hétérosexuels qui sont pédophiles. Pourtant il y a bien de jeunes filles qui sont violées par des pédophiles qu'ils soient religieux ou pas.

Un de mes amis a un ami prêtre qui est homosexuel. J'ai toujours eu des difficultés de relation avec ce prêtre homosexuel car je n'arrive pas à comprendre l'énorme mensonge dans son voeux de chasteté... en fait ce prêtre ( qui est maintenant curé ) accepte pleinement son homosexualité et il m'a même dit qu'il s'est inscrit sur des sites de rencontres homos pour trouver l'amour de sa vie... ce prêtre est très sympa, mais si ses paroissiens savaient qu'il a des relations sexuelles, je n'ose pas imaginer le scandale ! Mais mes difficultés de compréhensions avec ce prêtre ne m'empêchent pas de l'accepter... il n'est écrit nulle part que Jésus a rejeté des gens à cause de leurs sexualités. Ce prêtre est très joyeux avec un grand sens de l'humour et ne ferait aucun mal à qui que ce soit...

Je pourrais également citer d'autres cas de religieux homosexuels que je connais... en fait je suis très ouvert d'esprit et je ne rejette personne... ceci a certainement fait penser à certains religieux qu'ils pouvaient parler facilement avec moi. Et ils ont raison car jamais je ne trahirai leur secret... je peux en parler comme je le fais ici, mais jamais je ne dirai de qui il s'agit...

Si je dis ceci dans ce sujet, c'est que si l'église catholique devait, je cite fredsinam : " interdire catégoriquement la vie religieuse à des hommes de tendance homosexuels " , alors il ne resterait plus beaucoup de religieux... ils ne sont pas tous homosexuels, mais si vous saviez le nombre de religieux homosexuels que je connais rien que dans ma région...
Et il n'y a pas que des prêtres... d'autres religieux le sont aussi...


Et que penser des prêtres qui ont des enfants que l'église cache ? Est-ce une vie épanouie pour ses enfants qui ont un père religieux et qui ne doivent en parler à personne, même pas à leurs camarades ?
Pourquoi l'église ne dit pas à ses prêtres : " sortez de la vie religieuse le temps d'élever vos enfants que vous avez conçu pendant votre prêtrise " ? Au moins leurs enfants seraient élevés convenablement... et ils pourraient parler de leur papa comme tous les autres enfants...


Entre les religieux pédophiles, ceux qui ont des enfants conçus pendant leurs prêtrises et cachés par l'église, ceux qui ont des maîtresses, ceux qui sont homosexuels pratiquants, etc... eh bien je dirais que ce n'est pas si simple que cela de faire preuve de prudence...
Si on devait " interdire catégoriquement la vie religieuse à des hommes de tendance homosexuels ", pourquoi l'église ne le ferait pas avec les autres ?
Rien qu'avec les religieux homosexuels ça ferait beaucoup de religieux en moins... mais avec tous les autres, il n'y aurait alors plus beaucoup du tout de religieux... il resterait les bons religieux, mais ils seraient si peu que je me demande combien de paroisses continueraient à faire la messe...


Quant au mariage des prêtres, pendant un temps je pensais que cela pourrait arranger les choses... mais en fait je ne le pense plus... car même des gens mariés violent des petits garçons et petites filles...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 20:47

Ce n'est pas parce qu'ils sont prêtres que ces hommes n'ont pas de combat à mener.
Et cela, l'Eglise le sait. La conversion, c'est tous les jours, la chasteté de l'esprit, c'est toute les secondes, et cela concerne l'humanité.
L'homme (ou la femme) adultère, n'a-t-il pas à mener le combat de la fidélité à son épouse (ou époux). N'ont-ils pas une belle occasion à saisir d'être, dans le mariage, chastes de corps et d'esprit. Car l'adultère, c'est d'abord en esprit qu'il se commet. Les célibataires n'ont-ils pas de combat à mener pour accepter leur célibat ???
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Jeu 11 Mar 2010, 22:26

Citation :
Quant au mariage des prêtres, pendant un temps je pensais que cela pourrait arranger les choses... mais en fait je ne le pense plus... car même des gens mariés violent des petits garçons et petites filles..

je suis de votre avis , Simon , on ne peut pas interdire la pretrise aux garçons à orientation homosexuelle , car simplement il n'existe pas de méthode psychologique infaillible pour les dépister, c'est rigoureusement impossible ...
pourquoi, eh bien c'est qu'au moment où ils s'engagent les candidats ne savent pas qu'ils ont des tendances homosexuelles qui vont se renforcer, ils le découvrent et le vivent petit à petit.
et en plus , il y a ce fléau de la pornographie sur Internet à laquelle on dit qu'un homme sur deux serait +/- accro dans nos sociétés .
l'homosexualité est une tendance qui se trouve en tout homme virtuellement .
C'est comme une métaphore très belle que j'ai lu dans l'anthologie de conseils du Père Porphyre , un Grand spirituel grec contemporain , ( Ed l'âge d'homme ).
Mon bien aimé Porphyre , d'éternelle mémoire , dit à peu près ceci :
"Vous avez en vous Un jardin avec des fleurs magnifiques et un autre envahi de ronces , et un
grand réservoir d'eau , et c'est vous qui décidez quelle partie vous allez irriguer avec le réservoir .Si vous dirigez l'eau vers le jardin des roses , il va progressivement devenir plus grand et les ronces vont finir par disparaitre , tandis que si vous arrosez préférentiellement les ronces , elles vont finir par envahir et etouffer toutes les fleurs . "
Eh bien , il en est ainsi de nos tendances homo ou hétérosexuelles, on choisit quelle parcelle arroser ...et on se retrouve hétéro , homo ou Bi . Avec ce bémol que le recours ( inévitable )
à la masturbation masculine , lorsqu'elle devient exclusive de toute autre forme de sexualité ,
arrose les ronces ...

Je suis assez lié d'amitié avec une religieuse très agée qui vit en Afrique et que je rencontre
de temps en temps ; Elle me dit que dans son Pays tous les prêtres ont femme(s) et enfants
et que là bas l'exemplarité c'est d'être Monogame . Et de fait les sociétés africaines réprouvent
assez violemment le célibat; la bas il faut être puissant , coureur et fécond quand on est un homme digne de ce nom . Et de ce fait il y a extrêmement peu de délits de pédophilie dans le clergé africain . Il y a d'autre délits de viol féminins ( de religieuses , hélas ...) mais celui de pédophilie est quasiment virtuel . Vous voyez donc que la comparaison géographique d'un pays catholique à l'autre abonde en enseignements ...
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 12:17

Il est étonnant que presque personne ne songe à étudier le lien éventuel entre pédophilie et volonté de puissance . Car enfin , dans tous les cas de pédophilie , si divers , cette constante se retrouve . Et si l'hypothèse se confirme , elle renvoie immédiatement au péché originel : " Vous serez comme Dieu " !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 12:21

boudo a écrit:
Il est étonnant que presque personne ne songe à étudier le lien éventuel entre pédophilie et volonté de puissance . Car enfin , dans tous les cas de pédophilie , si divers , cette constante se retrouve . Et si l'hypothèse se confirme , elle renvoie immédiatement au péché originel : " Vous serez comme Dieu " !

Les pédophiles sont rarement dans un rapport de volonté de puissance. C'est plutôt une démarche d'amour réel MAIS dévoyé. Comme si ces hommes, si proches des enfants, à qui on les confierait les yeux fermés, avait loupé une des étapes de la maturité sexuelle, incapables (comme doit le faire un homme adulte) de comprendre que l'amitié et le sentiment n'impliquent sexualité QU'AVEC CELLE QUI, dans un ÉCHANGE RÉCIPROQUE, EST SA FEMME.

Bref, il sont dans la confusion totale entre amitié, rapport éducatif, sentiment, sexe.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 13:33

boudo a écrit:
Il est étonnant que presque personne ne songe à étudier le lien éventuel entre pédophilie et volonté de puissance . Car enfin , dans tous les cas de pédophilie , si divers , cette constante se retrouve . Et si l'hypothèse se confirme , elle renvoie immédiatement au péché originel : " Vous serez comme Dieu " !

Cher Boudo, je ne puis qu'aquiescerà ce que vous dites, mais comment ne pas voir
que l'on touche là , la culture cléricale Millénaire depuis l'épitre aux hébreux ?
et encore aujourd'hui sur Zenit , lisez-donc :


Citation :
Benoît XVI rappelle la valeur du célibat sacré
Le pape reçoit les participants d’un Congrès théologique international
ROME, Vendredi 12 Mars 2010 (ZENIT.org) - Benoît XVI a rappelé l'importance de « comprendre » et de « réaffirmer » aujourd'hui « la valeur du célibat sacré », en recevant en audience les participants au Congrès théologique international « Fidélité du Christ, fidélité du prêtre », organisé par la Congrégation pour le clergé, les 11 et 12 mars à Rome.

Le « célibat sacré » dans « l'Eglise latine est un charisme requis pour l'Ordre sacré », a ajouté le pape tout en rappelant qu'il est aussi « tenu en très grande considération dans les Eglises orientales ».

Devant les quelque 50 évêques et 500 prêtres qui participaient à cette rencontre, Benoît XVI a rappelé le « grand besoin » de « prêtres qui parlent de Dieu au monde et qui présentent le monde à Dieu ». « Des hommes qui ne soient pas soumis à des modes culturelles éphémères, mais qui soient capables de vivre authentiquement cette liberté que seule la certitude de l'appartenance à Dieu est en mesure de donner ».

« Dans sa manière de penser, de parler, de juger les faits du monde, de servir et d'aimer, de rencontrer les personnes, même dans sa tenue, le prêtre doit retirer la force prophétique de son appartenance sacramentelle, de son être profond », a ajouté le pape.

Par conséquent, il doit « se soustraire à la mentalité dominante qui tend à associer la valeur du ministre non pas à son être, mais seulement à sa fonction, méconnaissant ainsi l'œuvre de Dieu qui a des conséquences sur l'identité profonde de la personne du prêtre, le configurant à Lui de manière définitive ».

L'identité sacerdotale

Le pape s'est également arrêté sur « l'identité sacerdotale », un thème « déterminant pour l'exercice du sacerdoce ministériel aujourd'hui et demain ».

« Il est important de reconnaître la particularité théologique du ministère ordonné pour ne pas céder à la tentation de le réduire aux catégories culturelles dominantes », a-t-il expliqué.

« Dans un contexte de sécularisation diffuse qui exclut progressivement Dieu de la sphère publique et de la conscience sociale partagée, le prêtre apparaît souvent comme un ‘étranger' », notamment en ce qui concerne « les aspects les plus fondamentaux de son ministère, comme ceux d'être un homme du sacré, soustrait au monde pour intercéder pour le monde ».

C'est pourquoi Benoît XVI a souhaité que l'on dépasse le « danger du réductionnisme qui, dans les années passées (...), a présenté le prêtre comme un ‘opérateur social', risquant de trahir le sacerdoce même du Christ ».

La vocation du prêtre : un mystère

Le pape a enfin rappelé la « très grande » vocation du prêtre qui « reste un grand Mystère, même pour ceux qui en ont reçu le don ». Il a invité les prêtres « à vivre et à protéger ce don avec une foi profonde ».

« Les hommes et les femmes d'aujourd'hui nous demandent seulement d'être profondément prêtres et rien d'autre », a-t-il expliqué. « Les fidèles laïcs trouveront chez de nombreuses personnes ce dont ils ont besoin humainement, mais ce n'est que dans le prêtre qu'ils pourront trouver cette Parole de Dieu qui doit toujours être sur ses lèvres ; la miséricorde du Père, prodiguée abondamment et gratuitement dans le sacrement de réconciliation ; le pain de la Vie nouvelle, ‘véritable nourriture donnée aux hommes' », a conclu le pape.

Marine Soreau
Revenir en haut Aller en bas
Atomic



Masculin Messages : 1365
Inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 13:33

Je pensais jusqu'à peu, comme on nous le dit, qu'il n'y avait pas de rapport entre pédophilie et homosexualité.

Pour être comme tout le monde, d'aujourd'hui, je connais des hommes homosexuels, j'ai toujours fait très attention à les respecter, à commettre aucune sorte de discrimination.

Et puis, je me suis rendu compte que malgré le fait que ces homos étaient très entourés en majorité de gens comme moi qui ne les discriminés, malgré ça, je me suis rendu compte que la plupart pratiquaient des dé sexualités débridés, hors normes, avec souvent une attirance avec les ados (donc pas pédophiles si ils ont 16 ans) mas parfois et j'ai un cas précis (moins de 16 ans).

Donc, je reviens aux vieux principes de mes parents, je suis désolé de constater, mais pour moi les "homos", c'est pas tout à fait ça ..... Je suis père de famille, j'ai des principes, eh oui, donc dorénavant, je les tiens à l'écart.

Tous les homos sont pas pédophiles,

et tous les pédophiles ne sont pas homos,

De nombreux cas et peut être la majorité de cas de pédophilie le sont par des hommes sur des fillettes.

Donc on ne peut pas vraiment mélanger Homosexualité et pédophilie, ça peut se recouper, c'est tout,

De nombreux pédophiles sont des jeunes hommes, hommes, qui ont par ailleurs une sexualité normale, mais qui ont pu déraper à un moment donné de leur vie.

Concernant l'Eglise, je suis un peu surpris par cette épidémie, moi même, j'ai été pensionnaire dans un pensionnat tenu par les Frères des Ecoles Chrétiennes, pas un seul cas, ni une seule suspicion durant mes 6 ans de scolarité.

J'en ai parlé avec des amis, ou plus jeunes, ou plus âgés, idem.. comme moi, aucun cas.

Personne saura vraiment la vérité, mais je pense que là aussi, est ce qu'on tombe pas dans de l'agression contre l'Eglise Catholique ?

Je veux bien croire et il est certain que ça a existé, que ça existe, mais cette massivité des cas m'interpellent quelque peu.

Il faut savoir, et c'est un ami Avocat qui me le disait, l'accusation de pédophilie est souvent diffamatoire,

comme d'ailleurs les violences conjugales, il me disait que nous allons avoir une inflation de plaintes pour violence conjugale. De nombreuses épouses ne vont pas se gêner.....


Moi, je suis perplexe et l'affaire est vraiment complexe pour faire la part des choses.

Concernant le célibat des prêtres, je ne suis pas certain là aussi que ce soit le fond du problème.

Je crois qu'il faut laisser ça aux psys, eux savent peut être mieux que nous,

Par contre si je n'ai pas d'avis "technique", sur la pédophilie, le pourquoi, j'ai la chance d'en avoir point rencontré et que de connaître un ou deux cas éloignés, je pense réellement que l'homosexualité n'est pas une autres sexualité, mais une tare et qu'il faut d'emblée se méfier des homosexuels.

.


Dernière édition par Atomic le Sam 13 Mar 2010, 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 13:39

Cher Atomic,

Ce que vous dites est une constatation politiquement incorrecte mais vraie. Il y a dans ces pratiques une déviance par rapport à l'ordre naturel qui s'est érotisée. Du coup, jusque dans le don du sang, sans en dire la cause mais pour des raisons communes avec celles que vous soulevez (fréquence d'une sexualité anarchique, débridée) les homosexuels sont exclus.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 14:03

Tout á fait, Arnaud, et ce d autant plus que cette population est porteuse d un facteur de risque élevé d infection par le VIH, et plus exposée par la suite á la maladie SIDA elle-meme.
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 14:16

J'attaque dur:
Je le pense aussi, même si je n'ai pas de preuves, les désordres sexuels sont liés. Et dans cette population, il y a à la fois, plus de pédophilie, plus de sexualité débridée, et plus de gens introvertis sur le plan de la sexualité.

D'ailleurs, peut-être que plus de gens introvertis sur le plan de la sexualité sont attirés par cette prêtrise (il y a pleins d'églises où on peut se marier) ; ce qui explique cela : cette introversion révèle une inversion sexuelle, et que cette inversion révèle en fait une attirance vers l'être angélique ni-homme ni-femme, bref, un jeune, un ange "castrat"...

Quand on est un homme, on le sait. On est attiré (parfois même tenté) par les femmes (ou jeunes femmes), et par leurs attributs ; pas par autre chose.
On a envie de se marier, de concrétiser son amour, et d'avoir des enfants ; on a pas envie de faire des serments d'eunuques à la c.on.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 18:21

nilamitp a écrit:
J'attaque dur:
Je le pense aussi, même si je n'ai pas de preuves, les désordres sexuels sont liés. Et dans cette population, il y a à la fois, plus de pédophilie, plus de sexualité débridée, et plus de gens introvertis sur le plan de la sexualité.

D'ailleurs, peut-être que plus de gens introvertis sur le plan de la sexualité sont attirés par cette prêtrise (il y a pleins d'églises où on peut se marier) ; ce qui explique cela : cette introversion révèle une inversion sexuelle, et que cette inversion révèle en fait une attirance vers l'être angélique ni-homme ni-femme, bref, un jeune, un ange "castrat"...

Quand on est un homme, on le sait. On est attiré (parfois même tenté) par les femmes (ou jeunes femmes), et par leurs attributs ; pas par autre chose.
On a envie de se marier, de concrétiser son amour, et d'avoir des enfants ; on a pas envie de faire des serments d'eunuques à la c.on.
^

Alors selon vous il faut fermer les monastères ou alors on ne peut y entrer qu'en couple.
Certaines personnes préfèrent donner leur vie et se consacrer pleinement au service de Dieux et de l'Eglise (à l'image du Christ).Mais leur préparation à cette vie doit etre serieuse, minutieuse et bien accompagné.
Etant marié je peux etre attiré par d'autres femmes, donc c'est bidon aussi le serment de fidélité pour la vie selon votre théorie.

Je pense que ceux qui s'engagent à rester celibataire pour Dieux et le service des autres ont plus besoin de soutien que de critiques et de moqueries.
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 18:25

louis74 a écrit:
.

Je pense que ceux qui s'engagent à rester celibataire pour Dieux et le service des autres ont plus besoin de soutien que de critiques et de moqueries.

Exactement , thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 22:00

[quote]
Oculus a écrit:
en fait la question cruciale qui se pose à l'Eglise est tout simplement d'essayer d'être Honnête avec cette question .

Eh bien je pense que c'est mal parti !

http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/03/13/pres-de-3-000-accusations-de-pedophilie-traitees-de-2001-a-2010_1318608_3214.html#ens_id=1314763

traitant du nombre de dossiers parvenus en 50 ans à la congrégation pour la doctrine de la foi

le promoteur de justine de cette congrégation Mgr Scicluna omet tout simplement de dire

que pour qu'une plainte canonique soit recevable de la part d'un fidèle contre un prêtre

dans un diocèse quelconque , il faut qu'elle ne soit pas prescrite .

or il y a prescription , d'après le Droit canonique , dès lors que la victime a atteint ses 28 ans

révolus ( 10 ans après sa majorité ) et qu'elle n'a pas porté plainte .

or s'il y a un enseignement à tirer depuis 10 ans de toutes les affaires instruites aux E-U devant les juridictions pénales et civiles de ce pays , c'est que la plupart concernaient des faits prescrits canoniquement . le travail de guérison psychologique dans ce genre de faits
est en effet très long et très douloureux . 90% des victimes ne porteront jamais plainte .
et parmi les 10% restant , seul un petit nombre ne sera pas canoniquement prescrit .
beaucoup portant plainte vers leurs 40 ou 50 ans ...

extrapoler à partir des chiffres de la CdF pour dire que cela constitue tous les cas de pédophilie du clergé recensés est donc une absurdité grotesque .
Pour les seuls états Unis , la conférence épiscopale états-unienne a recensé plus de 5000 cas
dans les dernières 50 années et a estimé que 6 % du clergé du pays était éphébophile et 2% pédophile strict .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 22:38

Après-demain on va se réveiller avec l'info suivante :

10 000 prêtres catholiques = 10 000 pédophiles !

Et on bouclera les églises !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Sam 13 Mar 2010, 23:55

10 mars 2006. – Un prêtre bouddhiste de 73 ans, directeur d'un orphelinat, a été arrété pour avoir sollicité la prostitution infantile selon la police.
Itsushi Ehara, prêtre supérieur du temple de Komyoji à Aki-ku, Hiroshima, est accusé d'avoir violé la loi japonaise de lutte contre la prostitution infantile et la loi sur la pornographie.
Source : http://fr.wikinews.org/wiki/Un_pr%C3%AAtre_bouddhiste_japonais_arr%C3%AAt%C3%A9_pour_p%C3%A9dophilie


Ici des rabbins pédophiles en vidéo :
http://fr.kendincos.net/video-vrdvprh-rabbin-pedophile-.html


Au japon l'homosexualité est de mise dans certains monastères. Nous voilà bien loin du voeu de chasteté que doivent respecter les moines.
La pédophilie est aussi de mise dans des monastères japonais et ailleurs. Pour les maîtres zen japonais, il s'agit d'une démarche esthétique. What a Face
Source : http://rai.chez-alice.fr/html/boudzob.htm


Des bouddhistes Japonais et des rabbins sont accusés de pédophilie... voilà donc quelques preuves qu'il n'y a pas que l'église catholique qui est dans de sales draps... mais les médias se focalisent sur le catholicisme... :no

Il y a peut-être des accusations chez les Musulmans, les Bouddhistes Tibétains et autres religions ? Je ne sais pas... il faudrait chercher un peu plus...

Je pense que dans la pédophilie il y a quelque chose qui ne va pas... c'est comme pour l'inceste... je crois que c'est soit une maladie mentale, soit un désordre psychique...

De nombreux enfants souffriront toutes leurs vies à cause de ces viols... c'est terrible !... ça serait bien que les religions ( catholique, bouddhiste, etc... ) puissent créer une journée mondiale contre la pédophilie. Sans aucun doute les prières leurs seront très utiles...

Quant aux pédophiles ( religieux ou pas ), je pense qu'ils ont besoin de prières eux aussi... c'est vrai que leurs actes sont horribles, mais nous n'avons pas à les juger. " Que le premier qui est sans péché leur jette la première pierre ". Ils ont certainement une souffrance au fond d'eux qui les pousse à commettre de tels actes... je n'ai aucune idée sur l'origine de cette souffrance, mais je suis certain que les pédophiles ont besoin de prières afin qu'ils puissent être libérés de leurs souffrances qui les poussent à commettre des actes épouvantables. Une fois libérés de leurs souffrances qui les poussent à violer des enfants, ils pourront enfin vivre correctement...
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Dim 14 Mar 2010, 13:12

Cher Éric, votre méditation est juste et très belle. Elle traduit une grande pureté du coeur qui ne peut soupçonner le mal spirituel.
Mais, hélas... Est-ce toujours la souffrance qui les y pousse ?
N est ce pas plutôt le démon ?

Jésus nous fait prier : "Notre Pere... ne nous laisse pas succomber à la tentation mais délivre nous du Mauvais".


Sad
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Dim 14 Mar 2010, 15:00

Je pense tout à fait comme vous Christophore... je crois qu'à l'origine de toutes souffrances il y a les démons... sans eux la souffrance n'existerait pas. Au moment où j'écrivais mon dernier message je n'avais pas en tête cela... mais c'est pareil...

Donc oui ce sont bien les démons qui les poussent à de tels actes...

Il faut prier pour les pédophiles... ne pas avoir de mauvaises pensées sur eux si non nous serions nous aussi sous l'influence des démons... et eux doivent aussi prier afin d'être délivré des démons, des souffrances... par leurs prières ils accepteront de s'ouvrir à Dieu et Le laisser agir en eux...

C'est certainement difficile à accepter, mais nous devons aimer les pédophiles... tout comme les autres criminels. Jésus a demandé à Dieu le Père qu'Il pardonne les gens qui l'ont mis en croix " car ils ne savent pas ce qu'ils font "... Jésus a été crucifié, insulté, craché, etc... mais Il a toujours continué d'aimer ses bourreaux...

Et surtout Jésus ne s'est jamais plaint d'avoir été insulté, moqué, craché à la figure, flagellé, crucifié... Il a accepté... non seulement Il a tout accepté, mais en plus Il a continué d'aimer ses bourreaux... nous aussi nous devons agir de même...

Je suis bien ok avec vous Christophore...

:chapeau:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Dim 14 Mar 2010, 16:36

Le problème, c'est que non seulement on aime les pédophiles, mais aussi leur pédophilie. Donc on relâche des pédophiles notoires au bout de quelques années afin de pouvoir les réincarcérer dès qu'ils auront recommencé leurs actes pervers.

Et l'on fait intervenir experts après experts dans les tribunaux et ailleurs, pour qu'ils t'explique qu'ils sont "malades".
Ah bon ?
Et que le problème est qu'ils ne sont pas "soignés".
Ah parce que ça se "soigne" ? Vous voulez dire "ça se coupe", plutôt non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Dim 14 Mar 2010, 16:59

louis74 a écrit:
Alors selon vous il faut fermer les monastères ou alors on ne peut y entrer qu'en couple.
Certaines personnes préfèrent donner leur vie et se consacrer pleinement au service de Dieux et de l'Eglise (à l'image du Christ).Mais leur préparation à cette vie doit etre serieuse, minutieuse et bien accompagné.
Etant marié je peux etre attiré par d'autres femmes, donc c'est bidon aussi le serment de fidélité pour la vie selon votre théorie.

Je pense que ceux qui s'engagent à rester celibataire pour Dieux et le service des autres ont plus besoin de soutien que de critiques et de moqueries.

Je vais essayer de répondre sérieusement.

1) Déjà, la vie monastique est différente. Le principe de base est celui-là : se mettre en retrait du monde afin de vivre pleinement sa vie pour Dieu ; on laisse les biens de ce monde, on vit en communauté etc…

C’est vrai que je trouve que c’est mieux pour les gens qui ont déjà « vécu », et qui par exemple en deuxième vie, vendent tout et se retire ; et pas des « gamins » et des « gamines ».

Et le monastère à deux, quand les enfants sont grands, pourquoi pas ? Voilà une bonne idée.


2) Ce n’est pas comme le sacerdoce qui lui est au contact du monde, il n’y a aucune raison pour que le célibat soit une règle (d’ailleurs, ça n’a jamais été le cas dans le Christianisme, le premier évêque de Rome était marié), c’est une règle romaine qui peut changer ! Mais ça poserait des problèmes : en occident, les prêtres sont très pauvres, comment élever une famille ? Ailleurs, les catholiques comprendraient-ils qu’en fait ce serait « un retour à la normal ? ». NON, ils penseraient que c'est céder aux athées européens.

Car c’est aussi un problème vis-à-vis de la fidélité à Evangile, et c’est pour cela que je critique : le Christ n’a pas voulu un sacerdoce d’eunuques, pourquoi l’instaurer ? D’ailleurs, j’ai le droit d’appeler ceci, un serment d’ « eunuques » ; car c’est comme cela que Jésus l’appelle.

3) Je crois sincèrement que « celui qui a connu une femme, les a toutes connues ; et que celui qui les a toutes connues, n’en a connue aucune ».
De plus vous êtes malhonnête et vous le savez, il ne s’agit pas d’un « pacte de résistance à la tentation charnelle ». On dit "Nilamitp tu peux pas comprendre". Ben si c'est ça, alors c'est encore plus c.on que c.on.
[en fait, je sais bien que ce n'est pas ça. Il s'agit de témoigner de sa relation exclusive avec Dieu, du caractère absolument décidé et sûr de sa foi, de son engagement total pour l'Évangile etc... OK, ben je m'en fous totalement, je crois et j'admire aussi bien la foi et l'engagement pour l'Évangile d'un pasteur marié qu'à celle d'un prêtre catholique célibataire ; aussi bien à celle de Ravi Zacharias qu'à celle de Benoît XVI. Je n'ai pas besoin de "preuve". Il me suffit d'écouter leur voix.]

Le mariage (monogame stricte) est institué par Jésus ; le serment des eunuques, non.
Il s’agit d’avoir des enfants, une famille.
Le passage de 0 (célibataire) à 1 (marié avec enfants), n’a rien à voir avec le passage de 1 à 2, ni de 2 à 3, ni de 49 à 50 (plaisir charnel immédiat).

4) C’est en référence à ELOHIM (pluriel) que tu dis le DIEUX, où ce sont l’hindouisme qui déteint sur toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Dim 14 Mar 2010, 18:11

Simon a écrit:
Je pense tout à fait comme vous Christophore... je crois qu'à l'origine de toutes souffrances il y a les démons... sans eux la souffrance n'existerait pas. Au moment où j'écrivais mon dernier message je n'avais pas en tête cela... mais c'est pareil...

Donc oui ce sont bien les démons qui les poussent à de tels actes...

Il faut prier pour les pédophiles... ne pas avoir de mauvaises pensées sur eux si non nous serions nous aussi sous l'influence des démons... et eux doivent aussi prier afin d'être délivré des démons, des souffrances... par leurs prières ils accepteront de s'ouvrir à Dieu et Le laisser agir en eux...

C'est certainement difficile à accepter, mais nous devons aimer les pédophiles... tout comme les autres criminels. Jésus a demandé à Dieu le Père qu'Il pardonne les gens qui l'ont mis en croix " car ils ne savent pas ce qu'ils font "... Jésus a été crucifié, insulté, craché, etc... mais Il a toujours continué d'aimer ses bourreaux...

Et surtout Jésus ne s'est jamais plaint d'avoir été insulté, moqué, craché à la figure, flagellé, crucifié... Il a accepté... non seulement Il a tout accepté, mais en plus Il a continué d'aimer ses bourreaux... nous aussi nous devons agir de même...

Je suis bien ok avec vous Christophore...

:chapeau:

Tres certainement, Eric. Je vous remercie de cette communion.

Oui, le Coeur du Christ nous appelle á sa suite : á la Compassion pour tous les etres...

:sts:
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Atomic



Masculin Messages : 1365
Inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Dim 14 Mar 2010, 18:34

Vous réfléchissez trop,

L'Eglise Catholique est victime de l'attaque du malin qui veut détruire toutes les églises fidèles au Christ.

Le malin a des relais puissants sur cette planète,

Pour savoir qui est le malin, dirigez vos regards sur ceux qui possèdent les richesses matérielles de la terre.

Croire que les Clercs de L'ECAR sont des pédophiles invétérés est une grave erreur.

Est ce que les médias ont attaqués la DDASS et la république Française pour l'affaire Emile Louis ? non, je crois pas et d'ailleurs ils auraient eu tort, Emile Louis n'était pas la DDASS ni la république Française.
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Dim 14 Mar 2010, 19:19

Voici le lien de l'interview de Mgr Scicluna , promoteur de justice de la CDF au quotidien Avvenire traduit par la croix ;
http://www.la-croix.com/Mgr-Scicluna--L-Eglise-est-rigoureuse-sur-la-pedophilie/article/2418250/4078

les derniers paragraphes sont importants .
Il reconnait que le délai de 10 ans de prescription de la plainte après les 18 ans accomplis du plaignant n'est pas adapté .
Pour que la CDF reçoive une plainte , il faut donc :
que la victime ou ses proches soient informé(s) de la possibilité de la démarche par les médias, et soient dans une position hors d'atteinte de pressions ecclesiales dissuasives éventuelles et que la famille ait un certain niveau d'instruction. ce qui exclut beaucoup de cas issus de pays pauvres et peu instruits, comme au Brésil, plus grand pays catholique du monde par ex.
que le ou la plaignant(e) ou son entourage , sachent s'exprimer, soient jugés crédibles et aient réalisé la gravité du dommage ou du traumatisme infligé à l'enfant .
que le ou la plaignant (e)ou l'entourage soient convaincu de l'intérêt de la démarche . Or beaucoup ont perdu la foi . beaucoup tentent d'oublier et de se reconstruire une vie adulte normale .
pour toutes ces raisons, ila été estimé que 90 % des cas d'abus ne portent jamais plainte , ni pénalement, civilement ou canoniquement .
parmi ceux qui portent plainte canoniquement , un certain nombre voient la plainte prescrite
par le délai de 10 ans évoqué . Combien ? difficile à dire
Donc le chiffre de 3000 cas sur 10 ans rapporté à la CdF est très loin de correspondre
à la totalité des cas de victimes.
d'abord parce qu'il s'agit de clercs incriminés , et qu'en moyenne un clerc peut abuser plusieurs dizaines de victimes. ( il n'est pas signalé combien de cas / dossier dans l'interview)
ensuite parce qu'aux E-U , seuls 10% des cas portent plainte et sans doute moins dans les autres pays plus pauvres et moins instruits .
ensuite parcequ'un certain nombre de ces plaintes seront jugées non crédibles ou dissuadées par l'évêque ordinaire du lieu , qui seul détient l'autorité pour en juger , et qu'un autre nombre seront prescrites car déposées après les 28 ans accomplis des victimes, sauf si l'évêque demande une dérogation à Rome ( pour quelle raison ?)
il n'est donc pas injustifié de multiplier ces chiffres par 50 à 100.
ce qui donne un chiffre compris entre 150 000 et 300 000 victimes sur 10 ans , soit
15 à 30 000/ an qui ne parait pas invraisemblable ( et pourrait correspondre à 2-4% du clergé mondial soit 8 à 16 000 prêtres ) et donne mieux l'idée du travail qui reste à accomplir pour purifier l'Eglise de ce fléau avant que ce fléau entraine un schisme de dimension au moins égale à la réforme luthérienne ,que je sens monter ...mais j'espère me tromper .
Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Dim 14 Mar 2010, 20:08

Vos pensez á quel genre de schisme, cher Oculus ? est-ce que ce serait en plus du schisme de Mgr Lefebvre ou impliqué dedans ?
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Lun 15 Mar 2010, 10:06

Prêtres pédophiles : le Vatican riposte aux attaques


Benoît XVI prononçant un discours, dimanche, lors de
sa visite de l'église luthérienne de Rome.
Crédits photo : AFP

Le Saint-Siège a répondu aux accusations dont le Pape et l'Église
sont l'objet.


Si Benoît XVI n'a pas personnellement répondu, dimanche, lors de ses
deux interventions pastorales et publiques, à la polémique allemande,
ses services sont en revanche clairement passés à l'offensive ce
week-end. Exemples à l'appui, l'Osservatore Romano a ainsi défendu «la rigueur» de Joseph Ratzinger, puis de Benoît
XVI, dans la gestion de ces affaires. Ce qui a fait conclure au père
Federico Lombardi, son porte-parole, que les «attaques» - en
l'occurrence, l'affaire de «l'abbé H», pédophile mais hébergé pour une thérapie par le diocèse de Munich et
remis en service sous la responsabilité du vicaire général quand Joseph
Ratzinger en était l'archevêque - ont finalement «échoué». Mais
la pièce maîtresse de la contre-offensive est venue d'une interview,
publiée samedi matin, dans le quotidien catholique Avvenire et
diffusée par la salle de presse du Saint-Siège. Celui qui instruit tous
les dossiers de prêtres pédophiles à Rome, Mgr Charles J. Scicluna,
«promoteur de justice» de la Congrégation pour la doctrine de la foi,
explique comme jamais cela avait été fait, comment ces dossiers sont
traités. Nouvelle procédure

S'il reconnaît
«l'indulgence» des évêques dans la gestion «pratique» de ces affaires de
prêtres pédophiles, il affirme que la fameuse lettre du 18 mai 2001, envoyée à tous les évêques
du monde et signée par le cardinal Joseph Ratzinger, n'a pas eu pour
objet, comme cela lui est reproché, de détourner ce type d'affaires de
la justice civile. Elle rappelait «le secret de l'instruction» pour
préserver les victimes mais aussi les prêtres accusés (en raison de la
«présomption d'innocence») car «l'Église n'aime pas la justice
spectacle». Il explique surtout qu'un débat interne, sur
l'interprétation du droit canonique qui condamne pourtant fermement
depuis 1962 la pédophilie de prêtres, a subsisté quant à la procédure à
suivre. Jusqu'à cette lettre de 2001 où la Congrégation pour la Doctrine
de la foi, devenue alors exclusivement compétente pour ce genre
d'affaires (non par rapport à la justice civile mais par rapport à
d'autres tribunaux possibles dans l'Église), a pu gérer ce genre de
dossiers. D'où, «entre 2003 et 2004», une «avalanche de cas»
provoquée par la mise en place de cette nouvelle procédure. Pour la
décennie 2000-2010, il avance le chiffre de «3 000 accusations»
concernant les dernières cinquante années. Dont seulement 10 % de cas de
pédophilies, soit «300 cas». La grande majorité, 60 %, étant des actes
d'«éphébophilie», c'est-à-dire une attraction physique pour des
adolescents de même sexe. 80 % de ces 3 000 dossiers étaient arrivés des
États-Unis. Il estime aujourd'hui que Rome traite annuellement 250 cas
de prêtres pédophiles sur 400 000 prêtres dans le monde, dont un quart
vient toujours des États-Unis. Et précise que nombre de pays «ne
signalent qu'un ou deux cas» par an. Quant à l'attitude
controversée des évêques pour signaler ou non ces problèmes à la justice
civile, Mgr Scicluna explique qu'elle dépend, en fait, de la
juridiction des pays. Dans les pays de culture juridique anglo-saxonne,
mais aussi en France, les évêques sont «obligés à recourir à l'autorité
judiciaire». Mais quand la législation ne le permet pas, Rome encourage
les évêques «à inviter les victimes à dénoncer leurs bourreaux».

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Lun 15 Mar 2010, 10:31

Les sépulcres blanchis principaux rabatteurs des pédophiles...


L’offensive médiatique contre l’Eglise a été massive la semaine passée. Les sépulcres blanchis ont sur toutes les ondes, dans tous les journaux, entonné le même couplet indigné, tirant prétexte des cas de pédophilie touchant quelques prêtres en Allemagne pour porter leurs attaques sur le célibat des prêtres, instruisant le procès de Benoît XVI, suggérant qu’un front important parmi les théologiens serait contre le célibat des prêtres. Il faut être totalement abruti par les médias pour croire une seule seconde que le souci de protéger les enfants victimes de pédophiles est au cœur de l’affaire. Évidemment, l’enjeu, le seul, l’unique c’est de faire plier encore et encore l’Eglise catholique, tenter de lui arracher une déclaration de repentance et ultimement lui faire renoncer, à l’heure de la masturbation, de la capote, de la bisexualité, de la jouissance obligatoire, à cette pratique totalement ringarde consistant à exiger des prêtres qu’ils soient célibataires et chastes.
Nos sociétés marchandes, dont la survie au début du XXe siècle a été assurée par la mutation du capitalisme de production en capitalisme de consommation ( consommation des biens d’équipements tout d’abord, puis, à la faveur de mai 68, consommation du désir, de la jouissance) ne peuvent fonctionner que par un abaissement continu de tous les interdits moraux de manière à faire de chaque pulsion une source de rendement. D’où la nécessité de la culture transgressive soixante-huitarde qui permit de faire passer pour des conquêtes du progrès et de la liberté ce qui constituait en fait le pré-requis culturel de la mise en place du turbo capitalisme et de l’économie du désir. Il faut être totalement coupé du réel comme seuls savent l’être les grandes figures morales de la bien-pensance pour croire que l’étendard de la liberté individuelle (la reconnaissance de l'égalité des droits de chacun quelque soit son mode de vie) ne soit pas autre chose que le cache sexe du turbo capitalisme financier, qui est le nerf du processus de déréalisation en cours, de la virtualisation de tous les rapports humains.(*)
Au nombre des piliers de la bien-pensance, nous avons naturellement tous les médias dominants, dont certainement aucun de ses prestigieux membres n’a jamais entendu parler d’Edward Bernays ( mais que Goebbels, lui, lisait assidument) qui a forgé les instruments indispensables de l’économie du désir. Neveu de Freud, il organisa la première opération publicitaire transgressive de choc. Le 31 maris 1929 il envoya une escouade de jeunes filles affriolantes défilée sur la 5e avenue, prévenant la presse qu’elles allaient allumer des « torches of freedom ». Une fois les journalistes ayant répondu massivement à l'appel, les jolies jeunes filles allumèrent leurs flambeaux de la liberté : leur cigarette. Dany Robert Dufour, dans « la cité perverse » explique « Tout l’esprit du nouveau capitalisme de la consommation est lisible dans cet acte inaugural de Bernays. On voit qu’il commence par une offre de libération faite au consommateur, présent comme répondant à une demande, éventuellement inconsciente. Mais, comme l’industriel qui propose son objet n’agit pas par philantropie, mais par intérêt, l’offre qu’il fait n’est vraiment intéressante pour lui que si elle est susceptible de mettre en branle une véritable dépendance. Pas étonnant, donc, que tout ait commencé par la cigarette, produit addictif par excellence. »(**)
Dans un contexte pareil, où le turbo capitalisme et les bien-pensants sont historiquement et philosophiquement organiquement liés, marchant main dans la main, le maintien des traditions catholiques est un verrou à faire sauter de toute urgence. Pour les intellos-bobos cela constituera une victoire de plus contre la bête immonde(***), congénitalement oppressive, et pour leurs macros ( ceux pour qui ils tapinent en somme, puisque ce qui leur sert de prêt-à penser n’a d’autre utilité que de servir de rabattage pour ceux qui assument ne penser qu’au pognon), un marché du désir en expansion, sévissant jusque dans les sacristies, un repère de continence et de maîtrise de plus démantelé, pour le plus grand profit de l’industrie du sexe( et de toute l'économie du désir), qui pourra fourrer son doigt dans la culotte de clients toujours plus jeunes.
N'en déplaisent à tous les catholiques partisans de l’ouverture au monde, qui rêvent d’une Eglise progressiste etc, toutes ces manœuvres médiatiques relèvent de la logique de la cité terrestre. Combattre le célibat des prêtres c’est tout simplement s’aligner sur la logique de l’économie du désir dont l'aboutissement est le règne de la pédophilie généralisée.


(*) sauf pour ceux qu’il prend par derrière très profond ( comme les Grecs actuellement, d’où l’expression bien connue, "va te faire voir chez les Grecs").

(**)préalablement Bernays avait consulté à Abraham Arden Brill, fondateur de la New York Psychoanalytic Society, qui lui avait expliqué que la cigarette étant un symbole phallique représentant le pouvoir sexuel masculin il fallait lier la cigarette à une forme de contestation de ce pouvoir, de sorte que les femmes en possession de leur "propre pénis" fumeraient.

(***) « Le libéralisme est, fondamentalement, une pensée double: apologie de l'économie de marché, d'un côté, de l'Etat de droit et de la "libération des mœurs" de l'autre. Mais, depuis George Orwell, la double pressée désigne aussi ce mode de fonctionnement psychologique singulier, fondé sur le mensonge à soi-même, qui permet à l'intellectuel totalitaire de soutenir simultanément deux thèses incompatibles. Un tel concept s'applique à merveille au régime mental de la nouvelle intelligentsia de gauche. Son ralliement au libéralisme politique et culturel la soumet, en effet, à un double bina affolant. Pour sauver l'illusion d'une fidélité aux luttes de l'ancienne gauche, elle doit forger un mythe délirant: l'idéologie naturelle de la société du spectacle serait le "néoconservatisme", soit un mélange d'austérité religieuse, de contrôle éducatif impitoyable, et de renforcement incessant des institutions patriarcales, racistes et militaires. Ce n'est qu'à cette condition que la nouvelle gauche peut continuer à vivre son appel à transgresser toutes les frontières morales et culturelles comme un combat "anticapitaliste". La double pensée offre la clé de cette étrange contradiction. Et donc aussi celle de la bonne conscience inoxydable de l'intellectuel de gauche moderne. »(Jean Claude Michéa, la double pensée)



www.wmaker.net/eschaton
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Valtortiste91



Masculin Messages : 5058
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Lun 15 Mar 2010, 10:45

Dans le débat récurrent sur la mariage des prêtres, je suis frappé de deux silences médiatiques :

- Celui des prêtres qui, à chaque fois, me demandent de tenir bon sur le célibat sacré. Si je les entends, pourquoi ne les entend-t-on pas témoigner à côté de l'éternel prêtre qui a quitté son sacerdoce pour se marier ?

- Le fait qu'être ordonné et marié est officiellement possible dans l'Église catholique depuis des décennies et, qu'en France, il y en a mille ou deux milles dans ce cas : ce sont les diacres permanents. Pourquoi n'en parle-t-on pas ?

Pourtant, ils seraient des interlocuteurs efficaces puisqu'ils peuvent baptiser, marier, enterrer, prêcher. Autant d'actes suffisants pour une population qui ne voient et ne comprend l'Église que comme une distributrice de sacrements.

Ces fonctions les rendent tout a fait semblables (analogiquement) aux rabbins, pasteurs, imams, ... leaders de communautés.

--------------------
Resterait alors à ce poser deux questions (c'est pourquoi les lobbys médias ne donneront jamais la parole aux silencieux évoqués ci-dessus) :

- De quoi se priverait ces personnes qui se priveraient de prêtres "émasculés" ? De quoi, puisqu'ils auraient des services tout à fait comparables à ceux dont bénéficient les croyants d'autres confessions monothéistes ?

- Pourquoi, puisqu'on peut être ordonnés et mariés, la formule ne fait-elle pas un tabac ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE   Lun 15 Mar 2010, 12:55

nilamitp a écrit:
4) C’est en référence à ELOHIM (pluriel) que tu dis le DIEUX, où ce sont l’hindouisme qui déteint sur toi ?

Ni l'un ni l'autre, c'est une faute de frappe, je ne pense pas que la religion de ma femme déteint sur moi, pas sur le mariage des prêtres en tout cas car les prêtres tamouls sont mariès sinon ils ne peuvent pas celebrer de mariage. ;)

Au moins tes réponses sont un plus nuancé que ceux qui crient au loup, Nilamitp.
Comme tu l'as dit le mariage d'un pretre apporte aussi son lot de difficultés et d'obstacle comme tu l'as mentionné. Il ya quand beaucoup de pretre qui vivent trés bien leur célibat consacré, même si la question sexuelle doit les ditiller. Posur moi ce n'est pas parce qu'on reste célibataire qu'on va automatiquement se défouller sur un enfant.
D'ailleurs, il y a certains prêtres qui ne peuvent plus tenir le célibat, lachent tout et fondent une famille.

Le grand avantage du celibat c'est l'engagement total comme Jesus c'est consacré totalement.

La porte du mariage des prêtres n'est pas fermé, je crois, donc il serait bien que le Vatican ouvre une étude serieuse sur cette question ne regardant notament les diacres mariès, les prêtres ordodoxes et d'orient ainsi que les pasteurs protestants.Mais surtout ne rien faire dans la precipitation (il est vrai que ce n'est pas la coutume de l'Eglise Catholique heureusement).

En attendant, pour les enfants, il faut absolument qu'ils soient encadrés par des laics notament femmes, plutôt que par un prêtre seul.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pédophilie et mariage des prêtres HANS KÜNG : L’IMPOSTURE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le mariage des prêtres
» Mariage des prêtres autorisé dans l'Église Romaine ?
» Mariage des prêtres, par l'abbé Guy Pagès
» Le mariage des prétres
» le mariage des pretres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: