DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Américanisation de notre société

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: L'Américanisation de notre société   Lun 22 Fév 2010, 12:20

Citation :
Quick halal: bienvenue chez les communautaro-tartuffe

UMP et PS s'indignent à qui mieux mieux de l'existence d'un Quick 100% halal à Roubaix. Pourtant, qui est responsable de la politique qui conduit à ce genre d'extrémité, qui a joué la carte de la diversité contre celle de l'égalité? Devinez ce que répondent les blogueurs du Vrai débat.

L'affaire du Quick 100% halal de Roubaix aura été l'occasion pour la classe politique d'emboîter unanimement le pas de Marine Le Pen en dénonçant les dérives communautaristes.

Au moins en ce qui concerne l'UMP et le PS, parce qu'ils ont été directement aux responsabilités, cette indignation n'est pas crédible, et prend de sérieux accents électoralistes à quelques semaines des régionales.

On feint de s'indigner de cette nouvelle manifestation du communautarisme triomphant, mais on y participe pourtant tous les jours activement. L'air outré et bien décidé à en découdre devant les tribunaux, le maire de Roubaix a été incontestablement le meilleur acteur de tous, faisant mine de découvrir lundi dernier que le seul Quick de sa ville était exclusivement halal depuis...le 30 novembre 2009 ! Et quoi de plus cocasse que d'apprendre que le gérant de ce restaurant est un conseiller municipal UMP...

UMP et PS sont directement responsables du vent de folie communautariste qui souffle aujourd'hui sur la France.
En n'ayant eu de cesse de reculer sur les valeurs républicaines ces dernières décennies, en n'ayant plus à la bouche que les mots de «minorités» (visibles ou pas), «communautés» et «droit à la différence», ils tuent à feux doux le concept républicain français de citoyenneté.
Quand toutes les «élites» politiques se bousculent au dîner annuel du CRIF, quand un ministre de l'Intérieur aujourd'hui président de la République crée le CFCM, conseil français du culte musulman, devenu comme il fallait s'y attendre organe communautaire, on ne doit pas s'étonner de voir en parallèle le communautarisme grignoter insidieusement la République et la nation.


La dernière trouvaille de Nicolas Sarkozy, la discrimination positive importée tout droit des Etats-Unis, ne fait qu'accélérer ce mouvement destructeur. Fondée sur le concept de « diversité » (ethnique bien sûr), la discrimination positive est l'exact opposé de l'égalité républicaine, de la méritocratie et de l'universalisme. Elle consiste à accorder des avantages et à donner des passe-droit à certaines catégories de la population en fonction de la couleur de la peau, qu'il s'agisse de l'accès aux meilleures écoles, à l'emploi ou dans la progression de carrière. Avec ses amis Claude Bébéar et Yazid Sabeg, idéologues du concept anglo-saxon de « diversité », Nicolas Sarkozy est en train de généraliser les pratiques de discrimination positive, jusque dans l'administration où des filières sans concours ont été créées en catimini (les PACTE, voir très bientôt notre enquête).
Inutile de dire que discrimination positive et communautarisme avancent main dans la main, parce que ce sont les communautés les mieux organisées qui pourront espérer bénéficier du maximum d'avantages. La société américaine en sait quelque chose...

L'indignation générale au sujet des Quick 100% Halal est donc feinte. Il ne s'agit ni plus ni moins que d'une posture destinée à tromper les électeurs. Sur ce sujet comme sur tant d'autres, faits et discours sont en dissonance parfaite.


Marianne2
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: L'Américanisation de notre société   Lun 22 Fév 2010, 12:58

En Christ a écrit:
la discrimination positive importée tout droit des Etats-Unis,

Et ce au moment où les Etats-Unis cessent de la pratiquer.
De plus, il ne faut pas oublier que la discrimination positive avait certes son sens aux USA : il s'agissait d'aider les Noirs, réduits en esclavage pendant des siècles puis rejetés par la ségrégation, à rattraper le retard social dans lequel on les avait volontairement cantonnés.
Or la France n'a jamais adopté de politique d'esclavage, ou de ségrégation, refoulant volontairement les immigrés de la méritocratie républicaine. Elle n'a donc rien à se faire pardonner dans ce domaine, aucun manque à combler, du moins pas suffisamment large pour justifier une mesure si radicale.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: L'Américanisation de notre société   Lun 22 Fév 2010, 13:44

Pour l’anecdote le "politiquement correct" nous vient aussi des Etats-Unis :

Citation :
Parlez-vous le politiquement-correct ?

Le politiquement correct n'est pas toujours aussi convenable qu'il prétend l'être. Voici une démonstration de ce paradoxe qui avec un peu de chance fera peut-être de vous quelqu'un d'incorrect...


Le politiquement correct nous vient des Etats-Unis : c’est une traduction littérale du « politically correct » anglais.
À l’origine, cette formule qualifie une façon acceptable de s’exprimer en politique, impliquant de ne pas utiliser de paroles qui pourraient se révéler discriminantes envers des groupes ethniques ou des minorités.
Le procédé a commencé à se propager en France dans le langage courant au début des années 90. Parler « politiquement correct », c’est atténuer certains termes ou certaines expressions pour ne pas choquer, pour ne pas heurter la sensibilité des gens.
Cette manière bien particulière de s’exprimer est très répandue dans les milieux intellectuels, et notamment les médias (presse écrite, radio, télévision).
Le politiquement correct ne met pas tout le monde d’accord. Certains partent en guerre contre cette tendance à uniformiser le langage et à le remplir de mots creux qui soulagent notre bonne conscience. D’autres estiment qu’il a sa place dans un échange où le respect de son interlocuteur est ainsi mis à l’honneur.
Ne pas être discriminant est une bonne chose en soi, naturellement. Mais en grattant un peu, on s’aperçoit que le politiquement correct n’est pas toujours aussi convenable qu’il prétend l’être.

SDF et travailleur du sexe non voyant

Voici quelques exemples de ce que peut produire la charabia du politiquement correct : (la liste n'est pas exhaustive) :
« Sans domicile fixe » pour « clochard »
On abrège souvent « sans domicile fixe » par l’acronyme SDF pour être encore moins choquant : avec sa consonance administrative, SDF devient tout à fait neutre. Mais en quoi SDF serait-il moins péjoratif que « clochard » ? L’usage de l’acronyme déshumanise la personne dont on parle. On peut se demander si cette façon de parler ne trahit pas une volonté de se voiler la face, de se dérober face au problème.
Une personne « non voyante » pour une personne « aveugle »
Pourtant, on continue d’employer le terme « chien d’aveugle ». Où est la logique ? En plus, « non voyant » est ambigu et pas très flatteur, puisque cela peut aussi être compris dans le sens de « non visible ». À noter que c’est d’ailleurs précisément ce que fait le politiquement correct : gommer tout ce qui ne cadre pas avec la norme par le biais de contorsions verbales.
Une personne « en recherche d’emploi » pour un « chômeur »
Le but de cette périphrase est d’aboutir à une connotation positive. On met l’accent sur le fait que la personne cherche un travail. Sous-entendu : lorsqu’on est « chômeur », on est forcément inactif.
« Animateur d’espaces verts » pour « jardinier »
Cette circonlocution tarabiscotée cultive le flou artistique. Résultat : on ne comprend pas de qui on parle. Le métier de jardinier est-il donc aussi dévalorisant que ça pour ne pas le nommer clairement ? L’art de faire compliqué quand on peut faire simple…
« Technicien de surface » pour « nettoyeur »
De même inspiration que le précédent, toujours aussi vague. À force d’être dilué, le langage se vide de tout sens.
« Travailleur/euse du sexe » pour « prostitué(e)»
Un autre exemple aberrant. Alors que le politiquement correct est censé épurer les mots pour les rendre plus acceptables, « travailleur/euse du sexe » aboutit à l’effet inverse en appelant un chat un chat : avec l’usage du mot « sexe », l’activité est clairement décrite dans toute sa crudité.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: L'Américanisation de notre société   Lun 22 Fév 2010, 15:38

En Christ a écrit:

Voici quelques exemples de ce que peut produire la charabia du politiquement correct : (la liste n'est pas exhaustive) :

Autres exemples :

"Le Parti Socialiste", alors qu'avant on disait "c'est du grand n'importe quoi, monsieur".
"La Première Dame" alors qu'avant on disait : "une nymphomane".

(C'est pas de moi, mais d'Anthony Kavannagh)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Américanisation de notre société   Lun 22 Fév 2010, 19:20

Philippe Fabry a écrit:
En Christ a écrit:

Voici quelques exemples de ce que peut produire la charabia du politiquement correct : (la liste n'est pas exhaustive) :

Autres exemples :

"Le Parti Socialiste", alors qu'avant on disait "c'est du grand n'importe quoi, monsieur".
"La Première Dame" alors qu'avant on disait : "une nymphomane".

(C'est pas de moi, mais d'Anthony Kavannagh)

VOUS vous allez avoir des problemes lol!
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: L'Américanisation de notre société   Mar 23 Fév 2010, 22:11

Philippe Fabry a écrit:
...
Or la France n'a jamais adopté de politique d'esclavage, ou de ségrégation, ...

Sur son sol ... Mais elle était des plus esclavagistes pour le transport et pour l' " outre-mer " ...
Revenir en haut Aller en bas
 
L'Américanisation de notre société
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Culture de la Mort,une caractéristique de notre société
» comment imaginez-vous notre société future
» Notre société est-elle différente de celle du Moyen-Âge ?
» où va notre société?
» Les exclus de notre société, ce ne sont pas les immigrés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: