DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La Torah dans le droit civil israélien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: La Torah dans le droit civil israélien   Jeu 17 Déc 2009, 17:33

Un zeste de Torah dans le droit civil

La proposition du ministre de la Justice israélien d’appliquer la loi judaïque dans le pays a choqué de nombreux laïcs, qui y voient une vraie menace contre la démocratie.

Les déclarations publiques du ministre de la Justice, Yaakov Neeman, ont déclenché une belle tempête. Et à juste titre. Il ne s’agissait pas d’une vague suggestion mais de propos très explicites. Neeman n’a pas dit : “Il y a dans le droit de la Torah des choses dont on peut s’inspirer.” Il n’a pas non plus dit : “Dans les questions de droit civil, la halakha [Loi judaïque] a parfois des avantages.” Non, il a tout simplement déclaré : “Pas à pas, nous restituerons les lois de la Torah aux citoyens d’Israël et nous ferons de la halakha la loi contraignante de l’Etat.”

C’est en tant que ministre de la Justice que Yaakov Neeman a tenu ces propos et, même s’il se rétracte, ceux-ci resteront une tache indélébile sur une carrière de plusieurs décennies durant lesquelles il était presque parvenu à se faire apprécier de tous. Pourquoi l’idée caressée par Neeman nous inquiète-t-elle à ce point ? Et que dire du contre-feu allumé par ses défenseurs lorsqu’ils demandent : “Qu’est-ce que le droit britannique [qui a inspiré les rédacteurs du Code civil israélien au lendemain de l’Indépendance], par rapport au droit de la Torah ?” Des réponses, il y en a beaucoup, mais la plus directe est fondée sur l’attitude de la Torah envers les femmes et les goys [non-juifs], une attitude incompatible avec les valeurs de tout Etat moderne.

Soulignons donc le bilan de soixante ans de droit rabbinique dans l’un des domaines centraux de la vie en société : le droit matrimonial. La loi israélienne permet aux juges rabbiniques d’intervenir dans la vie de la population juive selon les préceptes de la Torah et d’interdire par conséquent tout mariage non religieux. Le droit de la Torah, en vertu duquel statuent encore et toujours les juges rabbiniques, est un échec complet pour la société israélienne. Si le droit de la Torah est incapable de répondre aux besoins des couples qui, au gré des circonstances, se sont constitués sans passer par une cérémonie religieuse, c’est tout simplement parce que la religion juive [orthodoxe] n’envisage pas une telle possibilité.

Le droit de la Torah est impuissant face aux mariages mixtes et interreligieux, et ne parlons même pas des mariages entre Juifs et Arabes. Il est tout aussi impuissant face à la large gamme d’options conjugales induites par la réalité moderne. Tout ce que ce droit de la Torah est capable de produire, ce sont des solutions comme le statut des femmes agounot* ou la cérémonie primitive de la halitza** [voir CI n° 986, du 24 septembre 2009]. La conséquence, c’est qu’il y a en Israël deux droits matrimoniaux distincts : le droit rabbinique, qui s’impose exclusivement et totalement à quiconque s’est marié religieusement, et le droit civil qui régit tant bien que mal la zone grise mais en extension constante de couples qui contractent des mariages strictement civils aux quatre coins du globe hors d’Israël.

Certes, il y a beaucoup de bonnes choses à tirer du judaïsme et de toute la sagesse accumulée au fil des siècles. S’opposer au droit de la Torah ou à ce que certains appellent un “Etat de la halakha”, ce n’est pas s’opposer point par point au droit rabbinique, mais simplement se poser la question de la source de l’autorité. L’idée professée par Neeman de restaurer pas à pas le droit de la Torah est la pire possible, car elle signifie ni plus ni moins confier à la vision du monde religieuse et à ses clercs, les rabbins, un pouvoir illimité dans tous les domaines de la vie israélienne.

Les juges d’Israël, de Dorit Beinisch [présidente de la Cour suprême] au dernier des juges de paix, opèrent en tant que pouvoir judiciaire indépendant. Ce pouvoir tire son autorité des lois de l’Etat d’Israël, des lois votées en toute indépendance par les représentants des citoyens israéliens, des lois que les juges adoptent selon leur conscience et leur éthique professionnelle.

Beaucoup de juges sont des croyants. Mais ce ne sont ni la vision du monde ni la foi de ces juges qui sont la source de leur autorité. L’édification d’un Etat de la halakha et la restauration du droit de la Torah comme base de l’architecture légale israélienne ne peuvent que saper l’autorité du pouvoir judiciaire et démanteler l’ensemble de l’appareil judiciaire, condition nécessaire de la démocratie israélienne. Au sein de l’opinion religieuse, beaucoup applaudiront sans doute l’idée exprimée par le ministre de la Justice Neeman. C’est pourquoi Neeman doit revenir sur ses paroles. Le plus tôt sera le mieux.


* Selon la halakha, c’est l’homme qui doit remettre à sa femme l’acte de divorce. S’il refuse ou disparaît sans laisser de traces, sa femme ne peut refaire sa vie, car elle est agouna, “ancrée”.

** La halitza (“désistement”) est une cérémonie par laquelle, en versant une dot et en crachant sur la chaussure de son beau-frère, une veuve échappe à l’obligation de se marier avec son beau-frère.

http://www.courrierinternational.com/article/2009/12/14/un-zeste-de-torah-dans-le-droit-civil
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Jeu 17 Déc 2009, 18:24

Oui, cette suggestion est impensable. Les préceptes judicaiaires de la loi de Moïse sont un modèle fait pour l'âge du bronze. A part quelques micro parcelles, rien ne saurait être appliqué de nos jours. Je pense à l'exemple primitif suivant :

Citation :
Si une femme est violée en ville, et tombe enceinte après, on la lapidera. En effet, elle aurait pu crier et appeler à l'aide.

Par contre, si elle a été violée à la campagne, on la laissera partir. En effet, on a pu ne pas l'entendre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Chrysostome



Masculin Messages : 28470
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Jeu 17 Déc 2009, 22:54

C'est la loi de l'Évangile qu'il faut appliquer, loi universelle et intemporelle.
Revenir en haut Aller en bas
rigveda



Messages : 151
Inscription : 19/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 02:04

Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.

Le Glaive
Saint Matthieu 10, 34 à 11, 1
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 10:13

Citation :
Naplouse - 12-12-2009

Des terroristes juifs incendient une mosquée en Cisjordanie et griffonnent des slogans nazis
Par Khaled Amayreh

Dans ce qui semble indiquer une escalade du terroriste juif organisé contre les Palestiniens et leurs biens, des terroristes juifs ont incendié vendredi une mosquée dans le nord de la Cisjordanie. Selon les sources palestiniennes, des colons armés venant d’une colonie voisine ont lancé une substance inflammable à l’intérieur de la Mosquée Hasan Kadr, dans le village de Yasuf, près de Salfit, à 15km au sud-ouest de Naplouse.

L’incident a eu lieu vers 4h du matin, peu avant l’aube.

Les terroristes ont également gribouillé des slogans nazis en hébreu, puisqu’on peut lire « vengeance », « nous vous brûlerons tous », « avec le salut d’Effi », Effi étant un prénom hébreu.

Le chef du conseil local de Yasuf, Abdul Rahim Musleh, a dit que le feu a ravagé l’intérieur de la mosquée, dont le tapis de sol, de très nombreux Coran, ainsi que des meubles…

La mosquée visée est la plus grande des quatre mosquées du village de 2.000 habitants.

Munir Abbushi, le gouverneur du district de Salfit, où l’acte terroriste a eu lieu, a accusé le gouvernement et l’armée israéliens d’encourager les colons terroristes à attaquer les Palestiniens.

« L’armée ne fait rien pour protéger les Palestiniens contre les attaques des colons. L’inaction de l’armée encourage les colons à davantage de terrorisme contre notre peuple et nos lieux saints, » a dit Abbushi.

Le chef de la soi-disant Administration civile de l’armée israélienne en Cisjordanie, Yoav Mordechai, a condamné l’incendie de la mosquée, disant qu’il veillerait à ce que les auteurs sont appréhendés et traduits en justice.

Les Palestiniens doutent cependant de la sincérité israélienne pour combattre le terrorisme juif organisé perpétré par des colons endoctrinés dans une idéologie religieuse extrémiste plaidant pour le génocide des non-juifs.

Khalid Maali, un journaliste palestinien de Salfit, attribue l’incident à des édits religieux répétés pris par des rabbins qui exhortent les colons à tuer les Palestiniens et à vandaliser leurs biens.

« Ces rabbins disent au grand jour que c’est une mitzvah (une bonne action religieuse) de tuer les non Juifs et de détruire leurs biens. Et ces colons terroristes appliquent simplement ces édits. »

Maali accuse le gouvernement israélien et l’armée de légitimer les attaques des colons contre les Palestiniens en n’arrêtant ni ne punissant les terroristes impliqués dans ces violences.

« Cela revient à les encourager à commettre davantage d’attentats. Quand ces terroristes peuvent s’en tirer en toute impunité, le gouvernement israélien leur dit de fait ‘vous pouvez attaquer les Palestiniens et incendier leurs mosquées sans crainte’. »

Réactions


L’incendie de la Mosquée Hasan Khadr a provoqué des réactions de colère des leaders palestiniens des deux côtés de la Ligne Verte.

Ahmed Teibi, dirigeant éminent de la communauté arabe forte de 1,5 millions de Palestiniens en Israël, et qui est aussi membre de la Knesset, tient le Ministre de la Défense israélien Ehud Barak pour responsable de ce « péché ».

« En donnant carte blanche à ces voyous carte pour marauder et se déchaîner dans toute la Cisjordanie, l’armée et le gouvernement israéliens les encouragent de fait à commettre des crimes contre les Palestiniens. »

Il a exhorté l’armée d’occupation à mettre fin immédiatement au terrorisme et à la violence des colons avant que la situation ne soit incontrôlable.

La Ligue des Savants musulmans (ulema) en Palestine occupée a condamné avec force “l’acte sacrilège”, appelant l’Autorité Palestinienne à cesser de dépouiller les Palestiniens de leurs armes à feu.

« L’Autorité Palestinienne a dépouillé la population de ses armes. Aujourd’hui, nous sommes dans l’incapacité de nous défendre et de nous protéger. Et les services de sécurité de l’AP ne sont pas autorisés à repousser les attaques des colons puisque leur seule mission est de combattre les résistants, » a dit le chef de la Ligue, Sheikh Hamed al-Beitawi.

Al-Beitawi, qui est aussi un membre élu du Conseil Législatif Palestinien et a passé des années dans les geôles israéliennes pour avoir combattu l’occupation militaire israélienne, a également dénoncé les rabbins qui, par les édits qu’ils émettent, incitent leurs partisans à assassiner les Palestiniens et à vandaliser leurs biens.

« Ces rabbins s’autoproclament des hommes de paix, mais les véritables pacifiste n’incitent pas au terrorisme, à la haine et aux effusions de sang. Imaginez les réactions de ces rabbins si une synagogue était incendiée à Londres ou à Paris. Ils invoqueraient toute l’histoire de l’antisémitisme, depuis l’inquisition espagnole jusqu’à l’holocauste nazi. »

Les dirigeants des colons ont maintes fois dit qu’ils attaqueraient les Palestiniens et leurs biens chaque fois que l’armée israélienne expulserait les colons de leurs avant-postes illégaux. Les menaces ont été mises à exécution, et les colons attaquent les fermiers palestiniens, en particulier pendant la récolte des olives, les commerces et maintenant les mosquées.

Ce n’est pas la première fois que les terroristes juifs attaquent les lieux saints musulmans. En 1994, un terroriste juif qui venait d’immigrer des Etats-Unis, a criblé de balles les fidèles musulmans dans la Mosquée Ibrahimi, dans la vieille ville d’al-Khalil, tuant 29 d’entre eux, et blessant des dizaines d’autres.

Le terroriste, Baruch Goldstein, qui a finalement été tué par les survivants, est devenu un saint pour les fanatiques juifs de droite qui exhortent à l’extermination, l’asservissement ou l’expulsion des non Juifs hors de la Palestine mandataire (la terre entre le Jourdain et la Méditerranée).

La Mosquée Aqsa à Al-Quds est une cible constante pour les terroristes juifs organisés depuis qu’Israël occupe la ville, en 1967.

De même, d’autres mosquées, tant en Cisjordanie qu’en Palestine pré-1948, ont été vandalisées et profanées par des groupes juifs suprématistes qui veulent l’éradication des non Juifs de Palestine.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 10:54

Cher En Christ, ce message que vous mettez montre justement à quel point la loi de Moïse n'est pas suivie. Si elle était suivie, ce serait l'Etat d'Israël et non des groupuscules marginaux, qui organiseraient cela. Moïse, lui, commandait d'exterminer toute population étrangère.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 11:03

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher En Christ, ce message que vous mettez montre justement à quel point la loi de Moïse n'est pas suivie. Si elle était suivie, ce serait l'Etat d'Israël et non des groupuscules marginaux, qui organiseraient cela. Moïse, lui, commandait d'exterminer toute population étrangère.

Comme l'opération "Plomb Durci" ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 11:09

Justement non. Si les Juifs avaient suivi la loi de Moïse, il y aurait eu un million de morts palestiniens.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 12:58

Un génocide par substitution ?

"Génocide par substitution" est une expression employée par Aimé Césaire dès la fin des années 70 : le remplacement des populations locales par des gens venus d’ailleurs…

http://www.lesmotsontunsens.com/files/carte-territoire-palestinien-depuis-1946.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 13:54

Le mot est fallacieux. GénoCIDE signifie extermination physique d'un peuple. Seuls les Arméniens, les ukrainiens, les Juifs, les Tziganes, les Tutsis ont subit au sens propre un génocide depuis un siècle (mise à mort de tous, femmes et enfants compris). J'espère ne pas oublier un peuple ...

Parlez ici de déportation si vous voulez, ou plutôt de colonisation par rachat des terre, par expulsion des récalcitrants, par tracas administratifs et toute autre méthode de ce genre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 13:57

Arnaud Dumouch a écrit:
Le mot est fallacieux. GénoCIDE signifie extermination physique d'un peuple.

Parlez ici de déportation si vous voulez, ou plutôt de colonisation par rachat des terre, par expulsion des récalcitrants, par tracas administratifs et toute autre méthode de ce genre.

Autrement dit un apartheid.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 13:58

Certes. Mais le schisme est RÉCIPROQUE.

Si le souhait des israélien est d'habiter leur terre ancestrale, le rêve des Arabes est de les mettre à la mer.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 14:02

Arnaud Dumouch a écrit:
Certes. Mais le schisme est RÉCIPROQUE.

Si le souhait des israélien est d'habiter leur terre ancestrale, le rêve des Arabes est de les mettre à la mer.

Qui sont à la mer si ce n'est les Palestiniens ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 14:08

Les Palestiniens musulmans possèdent pour s'y installer toute la Jordanie, l'Egypte, le Maghreb, l'Arabie etc. : même langue, même culture.

Les Palestiniens chrétiens possèdent pour s'y installer toute l'Europe et toute l'Amérique.

Les Juifs n'ont qu'une petite terre grande comme la Bretagne. Partout ailleurs, tôt ou tard, on se met à les regarder comme des arrogant, à les pourchasser voire à les tuer.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 14:12

Arnaud Dumouch a écrit:
Les Palestiniens musulmans possèdent pour s'y installer toute la Jordanie, l'Egypte, le Maghreb, l'Arabie etc. : même langue, même culture.

Les Palestiniens chrétiens possèdent pour s'y installer toute l'Europe et toute l'Amérique.

Les Juifs n'ont qu'une petite terre grande comme la Bretagne. Partout ailleurs, tôt ou tard, on se met à les regarder comme des arrogant, à les pourchasser voire à les tuer.

Et alors, ça n'empèchent pas aux arabes Palestiniens d'être attachés à leur terre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 14:22

Arnaud Dumouch a écrit:
Le mot est fallacieux. GénoCIDE signifie extermination physique d'un peuple. Seuls les Arméniens, les ukrainiens, les Juifs, les Tziganes, les Tutsis ont subit au sens propre un génocide depuis un siècle (mise à mort de tous, femmes et enfants compris). J'espère ne pas oublier un peuple ...

Malheureusement, si : les khmers.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 14:42


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 18:31

Arnaud Dumouch a écrit:
Les Palestiniens musulmans possèdent pour s'y installer toute la Jordanie, l'Egypte, le Maghreb, l'Arabie etc. : même langue, même culture.

Les Palestiniens chrétiens possèdent pour s'y installer toute l'Europe et toute l'Amérique.

Les Juifs n'ont qu'une petite terre grande comme la Bretagne. Partout ailleurs, tôt ou tard, on se met à les regarder comme des arrogant, à les pourchasser voire à les tuer.

Ce sont vraiment des malotrus ces palestiniens, on leur demande "gentillement" de ceder leur terre et leur maison parce que c'est écrit dans Thora et eux ils font le dos rond !!!!

Il méritent vraiment ce qu'ils subissent !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 18:58

Personne ne nie le droit des Palestiniens. C'est une réalité absolue au plan politique. Mais, vous musulmans comme nous catholiquyes avons à nous tourner vers Dieu pour lui demander à lui, ceci :

POURQUOI a-T-IL PROMIS CE BOUT DE TERRE A JAMAIS AU PEUPLE HEBREUX ? Pourquoi a-t-il, même à travers Jésus, promis de les y ramener ? Pourquoi l'a-t-il fait après 1900 ans d'exil ? Que veut-il nous dire par là ? Quelle est la mission de ce peuple ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 20:16

réponse à toutes ces questions dans le prochain épisode.
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Ven 18 Déc 2009, 21:41

Le ministre israëlien ne connaît pas bien l'hébreu , semble-t-il . D'après l'un de mes professeurs d'hébreu ( aucun ne m'a satisfait , je le précise ) , " Thorah " ne serait pas une loi immuable , étymologiquement , mais la trajectoire d'une flèche . Ce mot devrait être traduit par " lancée " , " jet " ou encore mieux : " Projet " , ce qui sous-entend une évolution . En retournant à la pratique " mosaïque " , le ministre fait subir à Israël une terrible régression .


Dernière édition par boudo le Sam 19 Déc 2009, 06:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Sam 19 Déc 2009, 01:28

En Christ a écrit:
Citation :
Naplouse - 12-12-2009

Des terroristes juifs incendient une mosquée en Cisjordanie et griffonnent des slogans nazis
Par Khaled Amayreh

Dans ce qui semble indiquer une escalade du terroriste juif organisé contre les Palestiniens et leurs biens, des terroristes juifs ont incendié vendredi une mosquée dans le nord de la Cisjordanie. Selon les sources palestiniennes, des colons armés venant d’une colonie voisine ont lancé une substance inflammable à l’intérieur de la Mosquée Hasan Kadr, dans le village de Yasuf, près de Salfit, à 15km au sud-ouest de Naplouse.

L’incident a eu lieu vers 4h du matin, peu avant l’aube.

Les terroristes ont également gribouillé des slogans nazis en hébreu, puisqu’on peut lire « vengeance », « nous vous brûlerons tous », « avec le salut d’Effi », Effi étant un prénom hébreu.

Le chef du conseil local de Yasuf, Abdul Rahim Musleh, a dit que le feu a ravagé l’intérieur de la mosquée, dont le tapis de sol, de très nombreux Coran, ainsi que des meubles…

La mosquée visée est la plus grande des quatre mosquées du village de 2.000 habitants.

Munir Abbushi, le gouverneur du district de Salfit, où l’acte terroriste a eu lieu, a accusé le gouvernement et l’armée israéliens d’encourager les colons terroristes à attaquer les Palestiniens.

« L’armée ne fait rien pour protéger les Palestiniens contre les attaques des colons. L’inaction de l’armée encourage les colons à davantage de terrorisme contre notre peuple et nos lieux saints, » a dit Abbushi.

Le chef de la soi-disant Administration civile de l’armée israélienne en Cisjordanie, Yoav Mordechai, a condamné l’incendie de la mosquée, disant qu’il veillerait à ce que les auteurs sont appréhendés et traduits en justice.

Les Palestiniens doutent cependant de la sincérité israélienne pour combattre le terrorisme juif organisé perpétré par des colons endoctrinés dans une idéologie religieuse extrémiste plaidant pour le génocide des non-juifs.

Khalid Maali, un journaliste palestinien de Salfit, attribue l’incident à des édits religieux répétés pris par des rabbins qui exhortent les colons à tuer les Palestiniens et à vandaliser leurs biens.

« Ces rabbins disent au grand jour que c’est une mitzvah (une bonne action religieuse) de tuer les non Juifs et de détruire leurs biens. Et ces colons terroristes appliquent simplement ces édits. »

Maali accuse le gouvernement israélien et l’armée de légitimer les attaques des colons contre les Palestiniens en n’arrêtant ni ne punissant les terroristes impliqués dans ces violences.

« Cela revient à les encourager à commettre davantage d’attentats. Quand ces terroristes peuvent s’en tirer en toute impunité, le gouvernement israélien leur dit de fait ‘vous pouvez attaquer les Palestiniens et incendier leurs mosquées sans crainte’. »

Réactions


L’incendie de la Mosquée Hasan Khadr a provoqué des réactions de colère des leaders palestiniens des deux côtés de la Ligne Verte.

Ahmed Teibi, dirigeant éminent de la communauté arabe forte de 1,5 millions de Palestiniens en Israël, et qui est aussi membre de la Knesset, tient le Ministre de la Défense israélien Ehud Barak pour responsable de ce « péché ».

« En donnant carte blanche à ces voyous carte pour marauder et se déchaîner dans toute la Cisjordanie, l’armée et le gouvernement israéliens les encouragent de fait à commettre des crimes contre les Palestiniens. »

Il a exhorté l’armée d’occupation à mettre fin immédiatement au terrorisme et à la violence des colons avant que la situation ne soit incontrôlable.

La Ligue des Savants musulmans (ulema) en Palestine occupée a condamné avec force “l’acte sacrilège”, appelant l’Autorité Palestinienne à cesser de dépouiller les Palestiniens de leurs armes à feu.

« L’Autorité Palestinienne a dépouillé la population de ses armes. Aujourd’hui, nous sommes dans l’incapacité de nous défendre et de nous protéger. Et les services de sécurité de l’AP ne sont pas autorisés à repousser les attaques des colons puisque leur seule mission est de combattre les résistants, » a dit le chef de la Ligue, Sheikh Hamed al-Beitawi.

Al-Beitawi, qui est aussi un membre élu du Conseil Législatif Palestinien et a passé des années dans les geôles israéliennes pour avoir combattu l’occupation militaire israélienne, a également dénoncé les rabbins qui, par les édits qu’ils émettent, incitent leurs partisans à assassiner les Palestiniens et à vandaliser leurs biens.

« Ces rabbins s’autoproclament des hommes de paix, mais les véritables pacifiste n’incitent pas au terrorisme, à la haine et aux effusions de sang. Imaginez les réactions de ces rabbins si une synagogue était incendiée à Londres ou à Paris. Ils invoqueraient toute l’histoire de l’antisémitisme, depuis l’inquisition espagnole jusqu’à l’holocauste nazi. »

Les dirigeants des colons ont maintes fois dit qu’ils attaqueraient les Palestiniens et leurs biens chaque fois que l’armée israélienne expulserait les colons de leurs avant-postes illégaux. Les menaces ont été mises à exécution, et les colons attaquent les fermiers palestiniens, en particulier pendant la récolte des olives, les commerces et maintenant les mosquées.

Ce n’est pas la première fois que les terroristes juifs attaquent les lieux saints musulmans. En 1994, un terroriste juif qui venait d’immigrer des Etats-Unis, a criblé de balles les fidèles musulmans dans la Mosquée Ibrahimi, dans la vieille ville d’al-Khalil, tuant 29 d’entre eux, et blessant des dizaines d’autres.

Le terroriste, Baruch Goldstein, qui a finalement été tué par les survivants, est devenu un saint pour les fanatiques juifs de droite qui exhortent à l’extermination, l’asservissement ou l’expulsion des non Juifs hors de la Palestine mandataire (la terre entre le Jourdain et la Méditerranée).

La Mosquée Aqsa à Al-Quds est une cible constante pour les terroristes juifs organisés depuis qu’Israël occupe la ville, en 1967.

De même, d’autres mosquées, tant en Cisjordanie qu’en Palestine pré-1948, ont été vandalisées et profanées par des groupes juifs suprématistes qui veulent l’éradication des non Juifs de Palestine.

Propagande musulmane, même pas remaniée Rolling Eyes

MERCI, cher(...) En Christ (quelle INSULTE pour le Christ spiderman :cartonr: ), d'ainsi prouver au forum tout entier que tu as choisi ton VRAI camp :

Celui des ennemis de l'Occident Idea


Pas la peine de me répondre, cher Kollabo, ceci étant le dernier message que je t'adresse.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Sam 19 Déc 2009, 14:17

Quel Occident ? Celui de Sarkozy plus américanisé que Français ou l’Occident d’un De Gaulle enraciné ? Si vous voyez le premier, je suis bien cet ennemie que vous désigné.

A propos de Charles de Gaulle sur Israël, sans doute, ennemie de l’Occident lui aussi :
Citation :

« L’établissement, entre les deux guerres mondiales, car il faut remonter jusque là, l’établissement d’un foyer sioniste en Palestine et puis, après la deuxième guerre mondiale, l’établissement d’un Etat d’Israël, soulevaient, à l’époque, un certain nombre d’appréhensions. On pouvait se demander, en effet, et on se demandait même chez beaucoup de juifs, si l’implantation de cette communauté sur des terres qui avaient été acquises dans des conditions plus ou moins justifiables et au milieu des peuples arabes qui lui étaient foncièrement hostiles, n’allait pas entraîner d’incessants, d’interminables frictions et conflits. Certains même redoutaient que les juifs, jusqu’alors dispersés, qui étaient restés ce qu’il avaient été de tout temps, un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur, n’en viennent, une fois qu’ils seraient rassemblés dans le site de leur ancienne grandeur, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles : l’an prochain à Jérusalem.
Cependant, en dépit du flot tantôt montant tantôt descendant des malveillances qu’ils provoquaient, qu’ils suscitaient plus exactement, dans certains pays et à certaines époques, un capital considérable d’intérêt et même de sympathie s’était accumulé en leur faveur, surtout, il faut bien le dire, dans la chrétienté ; un capital qui était issu de l’immense souvenir du Testament, nourri par toutes les source d’une magnifique liturgie, entretenu par la commisération qu’inspirait leur antique malheur et que poétisait chez nous la légende du Juif errant, accru par les abominables persécutions qu’ils avaient subies pendant la deuxième guerre mondiale, et grossi depuis qu’ils avaient retrouvé une patrie, par leurs travaux constructifs et le courage de leurs soldats. C’est pourquoi, indépendamment des vastes concours en argent, en influence, en propagande, que les Israéliens recevaient des milieux juifs d’Amérique et d’Europe, beaucoup de pays, dont la France, voyaient avec satisfaction l’établissement de leur Etat sur le territoire que leur avaient reconnu les Puissances, tout en désirant qu’ils parviennent, en usant d’un peu de modestie, à trouver avec leurs voisins un modus vivendi pacifique.
Il faut dire que ces données psychologiques avaient quelque peu changé depuis 1956, à la faveur de l’expédition franco-britannique de Suez on avait vu apparaître en effet, un Etat d’Israël guerrier et résolu à s’agrandir. Ensuite, l’action qu’il menait pour doubler sa population par l’immigration de nouveaux éléments, donnait à penser que le territoire qu’il avait acquis ne lui suffirait pas longtemps et qu’il serait porté, pour l’agrandir, à saisir toute occasion qui se présenterait. C’est pourquoi, d’ailleurs, la Vème République s’était dégagée vis-à-vis d’Israël des liens spéciaux et très étroits que le régime précédent avait noués avec cet Etat, et s’était appliquée au contraire à favoriser la détente dans le Moyen-Orient. Bien sûr, nous conservions avec le gouvernement israélien des rapports cordiaux et, même, nous lui fournissions pour sa défense éventuelle, les armements qu’il demandait d’acheter. Mais, en même temps, nous lui prodiguions des avis de modération, notamment à propos des litiges qui concernaient les eaux du Jourdain ou bien des escarmouches qui opposaient périodiquement les forces des deux camps. Enfin, nous nous refusions à donner officiellement notre aval à son installation dans un quartier de Jérusalem dont il s’était emparé et nous maintenions notre ambassade à Tel-Aviv.
Une fois mis un terme à l’affaire algérienne, nous avions repris avec les peuples arabes d’Orient la même politique d’amitié, de coopération qui avaient été pendant des siècles celle de la France dans cette partie du monde et dont la raison et le sentiment font qu’elle doit être aujourd’hui une des bases fondamentales de notre politique extérieure. Bien entendu, nous ne laissions pas ignorer aux Arabes que, pour nous, l’Etat d’Israël était un fait accompli et que nous n’admettrions pas qu’il fût détruit. De sorte qu’on pouvait imaginer qu’un jour viendrait où notre pays pourrait aider directement à ce qu’une paix fût conclue et garantie en Orient, pourvu qu’aucun drame nouveau ne vînt la déchirer.
Hélas ! Le drame est venu. Il avait été préparé par une tension très grande et constante qui résultait du sort scandaleux des réfugiés en Jordanie, et aussi d’une menace de destruction prodiguée contre Israël. Le 22 mai, l’affaire d’Aqaba, fâcheusement créée par l’Egypte, allait offrir un prétexte à ceux qui rêvaient d’en découdre. Pour éviter les hostilités, la France avait, dès le 24 mai, proposé aux trois autres grandes puissances d’interdire, conjointement avec elle, à chacune des deux parties d’entamer le combat. Le 2 juin, le gouvernement français avait officiellement déclaré, qu’éventuellement, il donnerait tort à quiconque entamerait le premier l’action des armes, et c’est ce que j’avais moi-même, le 24 mai dernier, déclaré à Monsieur Eban, ministre des Affaires étrangères d’Israël, que je voyais à Paris. “Si Israël est attaqué”, lui dis-je alors en substance, “nous ne le laisserons pas détruire, mais si vous attaquez, nous condamnerons votre initiative. Certes, malgré l’infériorité numérique de votre population, étant donné que vous êtes beaucoup mieux organisés, beaucoup plus rassemblés, beaucoup mieux armés que les Arabes, je ne doute pas que le cas échéant, vous remporteriez des succès militaires, mais ensuite, vous vous trouveriez engagés sur le terrain et au point de vue international, dans des difficultés grandissantes, d’autant plus que la guerre en Orient ne peut pas manquer d’augmenter dans le monde une tension déplorable et d’avoir des conséquences très malencontreuses pour beaucoup de pays, si bien que ce serait à vous, devenus des conquérants, qu’on en imputerait peu à peu les inconvénients.”
On sait que la voix de la France n’a pas été entendue. Israël, ayant attaqué, s’est emparé, en six jours de combat, des objectifs qu’il voulait atteindre. Maintenant, il organise sur les territoires qu’il a pris l’occupation qui ne peut aller sans oppression, répression, expulsions, et il s’y manifeste contre lui une résistance, qu’à son tour il qualifie de terrorisme. Il est vrai que les deux belligérants observent, pour le moment, d’une manière plus ou moins précaire et irrégulière, le cessez-le-feu prescrit par les Nations unies, mais il est bien évident que le conflit n’est que suspendu et qu’il ne peut y avoir de solution sauf par la voie internationale.
Un règlement dans cette voie, à moins que les Nations unies ne déchirent elles-mêmes leur propre charte, doit avoir pour base l’évacuation des territoires qui ont été pris par la force, la fin de toute belligérance et la reconnaissance réciproque de chacun des Etats en cause par tous les autres. Après quoi, par des décisions des Nations unies, en présence et sous la garantie de leurs forces, il serait probablement possible d’arrêter le tracé précis des frontières, les conditions de la vie et de la sécurité des deux côtés, le sort des réfugiés et des minorités et les modalités de la libre navigation pour tous, notamment dans le golfe d’Aqaba et dans le canal de Suez. Suivant la France, dans cette hypothèse, Jérusalem devrait recevoir un statut international. Pour qu’un tel règlement puisse être mis en oeuvre, il faudrait qu’il y eût l’accord des grandes puissances (qui entraînerait ipso facto celui des Nations unies) et, si un tel accord voyait le jour, la France est d’avance disposée à prêter sur place son concours politique, économique et militaire, pour que cet accord soit effectivement appliqué. Mais on ne voit pas comment un accord quelconque pourrait naître non point fictivement sur quelque formule creuse, mais effectivement pour une action commune, tant que l’une des plus grandes des quatre ne se sera pas dégagée de la guerre odieuse qu’elle mène ailleurs. Car tout se tient dans le monde d’aujourd’hui. Sans le drame du Vietnam, le conflit entre Israël et les Arabes ne serait pas devenu ce qu’il est et si, demain, l’Asie du Sud-Est voyait renaître la paix, le Moyen-Orient l’aurait bientôt recouvrée à la faveur de la détente générale qui suivrait un pareil événement. »
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Dim 20 Déc 2009, 14:13

Citation :
Propagande musulmane, même pas remaniée Rolling Eyes

Ca changera de la propagande sioniste et raciste.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Dim 20 Déc 2009, 14:49

Cher En Christ,

Et si personne n'ntrait dans la propagande et gardait des mots comme "génocide" pour définir des génocide (comme celui du Rwanda) ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Dim 20 Déc 2009, 15:04

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher En Christ,

Et si personne n'ntrait dans la propagande et gardait des mots comme "génocide" pour définir des génocide (comme celui du Rwanda) ?

Mais immédiatement le mot "génocide" revient au souvenir de la Shoah, donc elle prend toute la place comme si il n'y avait eu que des Juifs dans les camps ou qu'eux qui souffrent sur la terre.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Dim 20 Déc 2009, 15:11

C'est votre antisémitisme qui lit ainsi les choses et vous fait parler de "génocide des Palestiniens", comme cela contrebalançait en vous l'overdose. Sortez de cette passion. Pensez avec votre raison.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Dim 20 Déc 2009, 15:15

Arnaud Dumouch a écrit:
C'est votre antisémitisme qui lit ainsi les choses et vous fait parler de "génocide des Palestiniens", comme cela contrebalançait en vous l'overdose. Sortez de cette passion. Pensez avec votre raison.

J'ai parlé de génocide par substitution, ce qui est vrai objectivement, même un sioniste inconditionnel le dirait, je ne vois rien de mal à le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Dim 20 Déc 2009, 15:18

Pazrler de "meurtre de masse par substitution" pour exprimer "un exil, même forcé", il faut vraiment être aveuglé par l'antisémitisme pour prétendre que c'est la même chose.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Dim 20 Déc 2009, 15:27

Arnaud Dumouch a écrit:
Pazrler de "meurtre de masse par substitution" pour exprimer "un exil, même forcé", il faut vraiment être aveuglé par l'antisémitisme pour prétendre que c'est la même chose.

Bon un apartheid si vous préférez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Dim 20 Déc 2009, 15:36

Arnaud est un fana de sion, son cerveau est complètement altéré le pauvre, tu fais un pet de travers tu es tout de suite accusé d'antisémite
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Dim 20 Déc 2009, 15:41

En plus, je ne suis pas spécialement antisioniste, ni pro-palestinien. Moi, avant tout, je suis Français, et ce que je vois, c’est qu’on est en train d’importer le conflit israélo-palestiniens, ici. C’est tout.
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Dim 20 Déc 2009, 15:51

Au moins les Irlandais du Nord, ne pouvaient pas être accusés d'antisémitisme, un des seul avantage qu'ils avaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Lun 21 Déc 2009, 09:05

Citation :
Bon un apartheid si vous préférez.
Bizarre comme apartheid : avec des députés non juifs à l'assemblée (knesset) ?
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Lun 21 Déc 2009, 10:48

Mais arrêtez de discuter avec ce malade !

Vous n'avez pas encore compris que ce type est fou à lier ???
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Lun 21 Déc 2009, 11:30

Abou-Sayyaf a écrit:
Arnaud est un fana de sion, son cerveau est complètement altéré le pauvre, tu fais un pet de travers tu es tout de suite accusé d'antisémite
Le plus drôle, c'est que "l'antisémitisme" est considéré, à juste titre, comme un crime raciste en France.

Dans les textes, il l'est exactement au même niveau de gravité que n'importe quel comportement raciste, quelque soit la race, contrairement à une idée faussement répandue pour des raisons de politiques mafieuses.

Or, ce cher "Arnaud" use et abuse de ce terme "antisémite", presque toujours "mal à propos" : un problème de compréhension de la langue française peut-être, ou, peut-être, un endoctrinement dans une "école" particulière ?

Toujours est-il, qu'accuser par écrit, de manière fallacieuse, dans une intention répétée de vouloir nuire manifestement à la réputation d'un tiers, en l'accusant d'avoir commis un crime, on s'expose à devoir rendre gorge à la justice française.

Dénonciation calomnieuse, diffamation, provocation à la haine raciale, ça existe en droit français.

Et, vous devriez vérifier : si l'on évoque parfois à grands renforts médiatiques "aux ordres" quelques affaires montées en épingle, je pense que plus de 90% des "affaires" engagées par les associations subversives, genre : "SOS machin ... !", se terminent par un non-lieu, voire même une condamnation des dites associations.

N'oublions pas que, pour toute période cyclique, après le "grand soir" viendra le "grand matin" ... au chant du Coq, il va falloir rendre des comptes !
Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80768
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Lun 21 Déc 2009, 12:52

Cher Lephenix, je connais bien les distinction de langage sur l'expression "antisémitisme". Mais là, appliqué à En Christ, cela colle très bien. Il éprouve un agacement passionnel et unilatéral envers les Juifs. Il les rejette non seulement pour la fondation sioniste de l'Etat d'Israël, mais aussi pour leur activisme sur la shoah, leur trop grand présence en art, science, banques etc.

J'ai supprimé assez de ses messages sur ce thème pour le dire.


Appelez cela de l'anti judaïsme si vous voulez.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Lun 21 Déc 2009, 19:55

Citation :
Il éprouve un agacement passionnel et unilatéral envers les Juifs. Il les rejette non seulement pour la fondation sioniste de l'Etat d'Israël, mais aussi pour leur activisme sur la shoah, leur trop grand présence en art, science, banques etc.

J’ai rien contre les Juifs à part les collectionneurs de montres et autres pédophiles verts. Moi, je rejette rien, contrairement à vous, par rapport au conflit israélo-palestinien. Pour ce qui est de la Shoah, elle est instrumentalisée sans arrêt pour nous culpabiliser. Sinon, oui, beaucoup de Juifs dans le show business ou le business tout court.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Lun 21 Déc 2009, 22:01

Bonsoir,

Connaissez-vous des bonnes blagues juives ?
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Mar 22 Déc 2009, 10:11

A propos:

Coluche - Juifs, humour et humour juif

http://www.dailymotion.com/video/x6a3go_coluche-juifs-humour-et-humour-juif_fun
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Mar 22 Déc 2009, 13:45

Moi j'en ai une bonne :

Brice Hortefeux à reçu le prix de la lutte contre le racisme décerné par... l'union des patrons juifs de France

Very Happy

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20091214.OBS0557/brice_hortefeux_recoit_le_prix_de_la_lutte_contre_le_ra.html
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Mar 22 Déc 2009, 13:52

Citation :
"Quand il y en a un [Arabe] ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes".

Remplace cette phrase par le mot « Juif » et Brice Hortefeux ne serait plus ministre inéluctablement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Torah dans le droit civil israélien   Mar 22 Déc 2009, 14:13

En Christ a écrit:
Citation :
"Quand il y en a un [Arabe] ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes".

Remplace cette phrase par le mot « Juif » et Brice Hortefeux ne serait plus ministre inéluctablement.

Ah, il parlait des arabes ?????? affraid

Je pensait qu'il parlait des auvergnats ? Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
 
La Torah dans le droit civil israélien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Torah dans le droit civil israélien
» DROIT CIVIL: 10 règles pour réussir !
» Partiel de droit civil 2
» galop de droit civil des biens
» Droit civil : Régimes de protection

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: