DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Chrysostome



Messages : 28473
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Sam 12 Déc 2009, 17:59

S'ils sont dénoncés à la justice des hommes, certainement. Et ils seront jugés aussi selon la justice de Dieu au jour du Jugement.

"Tout ce que vous faites aux plus petits de mes frères, c'est à moi que vous le faites".
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80780
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Sam 12 Déc 2009, 18:01

Jadis, ils ne l'étaient pas, comme d'ailleurs les instituteurs éducateurs. Depuis 15 ans, la pédophilie, même intra familiale est jugée en cours d'Assise et condamnée à de lourdes peines de prison.
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Sam 12 Déc 2009, 18:35

adamev a écrit:
L'excommunication est automatique pour une fillette et sa mère...
Mais la pédophilie des prêtres et leur couverture par les évêques n'appellent que "regret et honte". Même pas une proposition de dédomagement matériel.

Rien que des mots...

Il est vrai que la fillette n'a jamais été excommunié, et l'excommunication de la mère a été levé par la conférence des éveques du Brézil.( tiens bizarre les journaux ne l'ont pas dit Rolling Eyes )
Contrairement aux commentaires entendu içi ou la, l'Eglise Catholique est loin d'etre une secte, car les eveques du monde entier était loin d'etre tous d'accord sur cette affaire.
Je pense qu'on me confirmera mais une excommunication n'est jamais automatique, je crois, sinon certains éveque n'aurait jamais dit qu'il ne fallait pas excommunier.

Citation :
Mgr Norbert Turini, évêque de Cahors, dit «comprendre» l'émotion suscitée par cette affaire. «Pourquoi ajouter de la sévérité à tant de souffrance ?», se demande-t-il dans un communiqué. «Je défends et défendrai toujours la dignité et le respect de la vie de son origine à son terme», dit-il, mais «l'amour et la miséricorde parlent toujours plus fort dans les Evangiles, que la condamnation et l'exclusion». Et Mgr Turini d'assurer à cette femme et à sa fille «qu'elles sont et seront toujours aimées par le Dieu de Jésus-Christ que nous appelons Notre Père».

La critique de Mgr Yves Patenôtre est un peu plus acerbe encore. Au nom de la Mission de France, l'archevêque de Sens-Auxerre juge «inacceptable cette décision abrupte d'excommunier». «Bien sûr l'avortement est un acte de mort ; il inscrit dans la chair de celles qui l'ont vécu des blessures qui ne se fermeront peut-être jamais. Mais comment se peut-il que devant un tel drame, l'Église se soit manifestée pour juger et condamner plutôt que pour entrer en compassion et reconduire vers la vie?», écrit-il dans son communiqué.


«Nous ne nous reconnaissons pas dans cette mesure»

Cette excommunication «ne tient compte ni du drame vécu, ni du danger physique et moral encouru par cette enfant», estime encore Mgr Patenôtre. «Nous le disons fermement à tous ceux qui sont troublés, nous ne nous reconnaissons pas dans cette mesure et nous demandons qu'elle soit levée le plus vite possible.»

Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28473
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Sam 12 Déc 2009, 23:40

Irlande : Nouvelles déclarations des évêques sur les abus sexuels

ROME, Vendredi 11 Décembre 2009 (ZENIT.org) - Les évêques irlandais, réunis ces derniers jours à Maynooth, à l’occasion de leur conférence générale d’hiver, ont de nouveau demandé pardon publiquement pour les abus commis par certains prêtres au sein de l’Eglise en Irlande.

C’est ce qu’a rapporté L’Osservatore Romano dans son édition du 11 décembre, jour où Benoît XVI devait recevoir le cardinal Sean Brady, président de la Conférence épiscopale irlandaise et l’archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin.

Une rencontre destinée à informer le pape de « la situation douloureuse de l’Eglise en Irlande suite à la publication récente du ’Murphy Commission Report’ », selon lequel l’archidiocèse de Dublin et d’autres autorités de l’Eglise ont couvert des abus et maltraitances commis sur des enfants par des prêtres dans des établissements catholiques irlandais.

Dans un communiqué, les évêques irlandais affirment : « Comme évêques, nous demandons pardon à tous ceux qui ont subi des abus de la part de certains prêtres quand ils étaient enfants, aux familles des victimes et à toutes les personnes qui se sentent justement indignées et profondément déçues par le manque de leadership moral et de responsabilité ».

« Nous nous sommes mis d’accord pour demander au Conseil national pour la protection des enfants de l’Eglise catholique d’étudier, avec les autorités compétentes, le moyen d’assurer que les politiques et les pratiques actuelles de protection de l’enfance soient les meilleures et que les accusations d’abus soient réglées de manière adaptée », poursuivent-ils.

Les évêques se disent encore « profondément bouleversés par les dépravations et les abus décrits ». « La préoccupation d’éviter le scandale a prévalu sur la sécurité et le bien-être des enfants », déplorent-ils.

« Nous éprouvons de la honte pour la manière avec laquelle les abus sexuels vis-à-vis des enfants ont été cachés par l’archidiocèse de Dublin et nous reconnaissons que tout cela ne devra plus arriver. Nous demandons humblement pardon », concluent-ils.

http://news.catholique.org/27990-irlande-nouvelles-declarations-des-eveques
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Dim 13 Déc 2009, 06:43

Arnaud Dumouch a écrit:
...

Or la pédophilie est une DEVIATION SEXUELLE aux conséquences graves, et sans possibilité d'amendement de la part du coupable / malade.


...

Déviation sexuelle ou maladie ? Les deux termes me paraissent exclusifs l'un de l'autre .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80780
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Dim 13 Déc 2009, 08:13

Cher Boudo, Dans la définition du péché capital, il y a souvent une origine volontaire (Ex : je me mets à voler dans mon enfance) qui tourne à force d'habitude à la maladie (Ex : cleptomanie, qui est une névrose). En effet, notre psychisme prend des traits pathologiques venant de l'habitude. Après, on est comme englués dedans. Même mécanisme pour les drogues, le sexe luxurieux, la colère etc.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Chrysostome



Masculin Messages : 28473
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mar 15 Déc 2009, 17:31

par Gérard Leclerc

L’épreuve de l’Eglise d’Irlande

lundi 14 décembre 2009

Indignation, honte, trahison… Tels sont les mots employés par Benoît XVI pour qualifier l’abomination dont se sont rendus coupables ceux qui ont pratiqué des sévices sexuels à l’égard des enfants et qui appartenaient au clergé irlandais. Le Pape s’est dit lui-même «  perturbé et bouleversé  » par le rapport officiel qui met également en cause les différents archevêques de Dublin. Avertis de ce qui se passait, ceux-ci n’ont pas réagi avec vigueur pour mettre hors d’état de nuire ceux qui avaient commis ces crimes. Le Saint-Siège va prendre des décisions qui pourraient se traduire par le renouvellement de la hiérarchie catholique du pays. Mais, comme le soulignait le cardinal Jean Brady, primat d’Irlande et Mgr Diarmuld Martin, l’archevêque de Dublin  : «  Il ne s’agit pas seulement de faire tomber des têtes. Notre Église doit retrouver la confiance du peuple et la confiance en elle-même.  »

Impossible de se voiler la face. Il n’y a pas pire épreuve pour une Église particulière que d’être frappée par «  le mystère d’iniquité  » qui semble s’être introduit dans le sanctuaire du salut. Que des ministres des sacrements apparaissent comme objets de scandale nous renvoie aux plus terribles paroles de l’Évangile qui se rapportent au mal fait aux enfants. Pour les fils et filles innocents de cette Église, l’épreuve est indicible. C’est l’institution, Lumière des nations, qui se trouve comme délégitimée à ses propres yeux et aux yeux du monde. L’opprobre qui l’afflige la rend étrangère à sa mission et la met en danger de disparaître. Cependant, une limite doit être clairement opposée à l’accusation qui accable une Église  : tous ses membres ne sont pas coupables de la faute dès lors qu’ils l’ignoraient ou, a fortiori, lorsqu’ils l’ont dénoncée ou se sont opposés aux criminels. De plus, la responsabilité de certains ne saurait entraîner la paralysie de l’ensemble du corps, qui doit se ressaisir dans l’eucharistie dont il tient sa cohérence, sa force et sa puissance de guérison. Quelle que soit l’intensité du mal subi, celui-ci ne saurait effacer la grâce reçue dont l’Irlande a bénéficié depuis son évangélisation.

C’est à partir de l’espérance du salut, qui doit demeurer intacte, que l’Église d’Irlande va pouvoir se reconstruire, mais non sans opérer un examen drastique de ce qui a entraîné certaines institutions à des pratiques insupportables au regard de la loi de Dieu et des premiers principes de la commune décence. C’est à une conversion profonde qu’est appelée une communauté qui est sommée de répondre de sa foi - Croit-elle toujours à la mission confiée par le Christ  ? -, de son espérance - Est-elle en mesure d’espérer le salut promis  ? -, de sa charité - L’amour qui caractérise l’esprit de sainteté est-il capable de cicatriser ses plaies et d’attester de la splendeur de la réconciliation avec Dieu, avec les autres et soi-même  ? L’Église d’Irlande vit son chemin de croix, où nous ne pouvons pas ne pas l’accompagner.

http://francecatholique.info/L-epreuve-de-l-Eglise-d-Irlande.html
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mer 16 Déc 2009, 14:04

TOBIE a écrit:
julia a écrit:
personellement, je pense que le célibat consacré est une grâce pour l'Eglise.

Cependant, comme le dit Saint Paul qui n'est pas un enfant de choeur, si je puis m'exprimer ainsi, c'est qu'il "vaut mieux se marier que brûler !!!!!" :sage:

En effet, ces déviances terribles - et à si grande échelle !- sont la manifestation d'un état de misère psychologique, physique et spirituel; et dans ce cas, peut-être faut-il envisager de laisser le choix aux serviteurs de Dieu de se marier, afin de ne pas tomber en tentation.

Il y a peu de temps encore, je n'aurais pas dit ça, estimant la chasteté consacrée comme l'état spirituel le plus sublime..aujourd'hui, j'ai dû nuancer mon point de vue Sad

bonsoir julia

je crois que vous allez déclencher une tempête sur ce forum

je crois que c'est JESUS qui demande le celibat (mt 19-10-12)

je ne voudrais pas dire de betises,quelqu'un peut il m'eclairer?

Bonjour Julia et Tobie,

Jésus n'a jamais dit qu'Il voulait des prêtres Célibataires ; Il a dit " que tous ne peuvent entendre ce langage (sur la concécration exclusive au Royaume) " d'ailleurs dans ses apôtres il y a des mariés et des Célibataire, quand on fait dire a jésus ce qu'IL n'a pas dit on produit le genre de soucis que l'on a actuellement !
les Prêtres qui comprennent qu'ils sont fait exclusivement pour Vivre Célibataire pour Dieu qu'ils le Soit ; Et ceux qui comprennent qu'en eux la force du Célibat n'est pas présente au même point qu'ils se marient ; ce n'est pa sun péché que de se marier ni un de rester célibataire , c'est une Grâce un point c'est tout.
c'est encore une stupidité d'interprétation, mais on veut toujours des moules pour y couler des gens des comportements types , des règles froides comme un bac a glaçon;
puis quand on reprend la réalité dans les dents ça fait mal !
Jésus a bien dit " certains peuvent d'autres non " mais on a décidé un beau matin que tous les prêtres le serait , ce qui est encore une hypocrisie, car même les évêques que l'on dit oint supérieurement ne réussissent pas ! et pour enfoncer le bouchon on sait qu'il y a des descendants des papes ; donc " ne fait pas a d'autres ce que tu ne voudrait que l'on te fit a toi même ! " il faudrait un peu l'appliquer cela éviterait ces terribles situations (je ne dis pas c'est la solution parfaite) car Jésus l'a bien dit "des scandales vous en aurait toujours, mais malheur a celui par qui il arrivera !!!!"
imaginez vous les dégats maintenant dans le coeur des gens qui ne viendront pas a l'Eglise devant de tels scandales maintenu cachés par la hiérarchie ? "Où est le Courage d ela Vérité qui Rend LIBRE ?" Où Est l'œuvre de l'esprit de Vérité ? le Mensonge entretenu dans l'ombre ne peut être du Christ !
on me dira "ce ne sont que des hommes éveque et prêtres !" je dis non ils nous chante qu'ils sont les voix de Dieu , alors qu'ils le soient ! ou qu'ils se cachent !
on s'aborde 2010 ans de foi Jésus a dit a Ses Apôtres " vous entrez dans un champs où vous n'avez pas peiné , mais où d'autres avant vous ont grandement peinés !"
cela ne peut rester sans sanction spirituelle ! pour moi rome est cuit , le Pape va devenir un homme aussi méprisable que du temps des catacombes, et en Vérité je m'en réjouis car il faut que tout cela cesse !

bien que je sois d'avis qu'il faut pardonner , je suis certain que les personnes qui sont dans l'Eglise et qui se livrent a de tels actes vont se retrouver en trés grande difficultés devant jésus (pour un bon nombre c'est déja fait) Jésus a été trés Clair et TRES Ferme sur de tels comportements, " si l'un homme est une occasion de chute pour un seul de ces petits qui sont a Moi , mieux vaudrait pour lui s'attacher une grosse pierre de moulin autour du cou et se jeter au fond de la mer !" , donc si Jésus en arrive a dire cela ! le pardon ne doit pas être d'une si grande évidence !
car c'est offensé l'Esprit Saint c'est a dire rejeter notre communion a Dieu "Pére et Fils dans leur Don D'Amour "
de pls aujourd'hui c'ets véritablement une occasion de chute pour une foule d epersonne, et que dire de ceux qui on subit cela ?
je suis malheureux de voir encore qu'une fois les évêques en place on fait silence pour soi disant protéger la machine fonctionnariale religion (église) , parce que de toute évidence ce n'est pas protéger La Vérité du christ que de cacher un tel crime ! (on va encore dire que je mélange le sgenre) mais c'est une telle mentalité qui a prévalue pour faire taire le Pape en 40 quand il voulait parler pour dénoncer hitler ! on a là encore voulu sauvé l'image la peau des religieux plutôt que de Vivre La Croix;
Vraiment une des plus grande Apparition que je constate est celle de Marie a La Salette qui avait annoncée tous ces méfaits mais que l'on a pas voulu entendre
l'Australie a le même problème historique avec ces orphelinats de culture anglicane et aussi la déportation forcées de milliers d'enfants et de négation des Aborigènes.
on met beaucoup de choses sur le dos des 68arts, mais en y regardant bien ils ne sont que de doux rêveurs qui en on eu justement ras le bol de cette culture sans vérité mais de lois froides et trahies dans l'hypocrisie institutionnelle !
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3741
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mer 16 Déc 2009, 16:52

Oui, en tous cas, c'est un vrai problème, et le sentiment de malaise et de honte que provoquent ces scandales rejaillissent sur toute l'Eglise et sur nous, les fidèles Sad

De plus, moi qui suit d'ordinaire militante pour l'Eglise et pour la foi, comment défendre l'indéfendable ???

Et bien sûr, on s'en prends encore plein les dents, nous les cathos de base !!!

What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mer 16 Déc 2009, 22:21

julia a écrit:
Oui, en tous cas, c'est un vrai problème, et le sentiment de malaise et de honte que provoquent ces scandales rejaillissent sur toute l'Eglise et sur nous, les fidèles Sad

De plus, moi qui suit d'ordinaire militante pour l'Eglise et pour la foi, comment défendre l'indéfendable ???

Et bien sûr, on s'en prends encore plein les dents, nous les cathos de base !!!

What a Face

oui c'est vrai, mais on doit aussi porter les fautes des uns des autres, là on est vernis !
c'est aussi pour ces raison que je ne parle pas de religion, mais du christ car en Lui on a trouvé aucun mal !
donc je ne parle que de Jésus, Le Salut C'est Jésus l'enseignement c'est l'Evangile et le Don de l'Esprit .
si tu avance sur le terrain religieux tu t'enlise c'est un sable mouvant, l'eglise est solide par l'esprit Saint mais pour ce qui est des hommes !!!

donc le témoignage doit découler de notre Union au Christ je suis témoin d'une Personne "JÉSUS " pas d'une religion ; LA FOI C'EST LE CHRIST ; ainsi les personnes a qui je m'adresse , elles savent que si elle veulent devenir Chrétienne c'est Jésus qu'elles ont a choisir !
un Chrétien doit rendre témoignage au Christ le reste c'est a manipuler avec des pincettes parce que si tu lis l'histoire et tu te connais toi même tu sais bien que !!

Le Seul Rocher Sûr !
l'Unique Fondement Immuable c'EST JÉSUS !
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28473
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Ven 18 Déc 2009, 01:33

Irlande: Le pape Benoît XVI accepte la démission de l’évêque Murray

Le 17 décembre 2009 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Le pape Benoît XVI a accepté le 17 décembre la démission de Mgr Donal Murray, évêque de Limerick en Irlande. En effet, l’évêque irlandais, accusé d’avoir couvert des prêtres pédophiles, a démissionné de sa charge et celle-ci pourrait être suivie par plusieurs autres.

Celui qui fut évêque auxiliaire de Dublin de 1982 à 1996 est l’un des principaux accusés du "Murphy Commission Report". Le document de 700 pages, dont la publication par le ministère de la Justice irlandais en novembre dernier est à l’origine de la crise, a jugé son comportement “inexcusable“.

Les rumeurs de démission circulaient dans la presse anglo-saxonne depuis l’arrivé à Rome, le 6 décembre, de Mgr Murray. Quelques jours plus tard, Benoît XVI avait reçu le 11 décembre le cardinal Sean Brady, président de la Conférence épiscopale irlandaise, et Mgr Diarmuid Martin, archevêque de Dublin. La réunion au sommet convoquée par le pape voyait aussi la participation, côté Vatican, des autorités de la secrétairerie d’Etat et de nombreux chefs de dicastère.

Le Saint-Siège avait ensuite fait part de la “honte“ et du “profond regret“ du pape, indigné devant ces “crimes atroces“ et “scandaleux“ perpétrés pendant une trentaine d’années par des prêtres pédophiles dans le pays. En outre, cette rencontre avait été l’occasion d’annoncer que Benoît XVI adresserait prochainement aux fidèles irlandais une Lettre pastorale dans laquelle il indiquerait clairement les initiatives à prendre en réponse à cette situation. Ce document pourrait être publié tout début 2010.

Le 11 décembre, l’archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin, avait évoqué devant la presse une future “réorganisation très importante de l’Eglise en Irlande“. “Je pense réellement que nous avons besoin d’un renouvellement“, avait affirmé le prélat, selon lequel il existe en outre un trop grand nombre de diocèses en Irlande, ce qui les rend “difficiles à contrôler“.

http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=1712098_irlande
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2560
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Ven 18 Déc 2009, 20:11

-
Citation :
Le pape Benoît XVI a accepté le 17 décembre la démission de Mgr Donal Murray, évêque de Limerick en Irlande. En effet, l’évêque irlandais, accusé d’avoir couvert des prêtres pédophiles, a démissionné de sa charge et celle-ci pourrait être suivie par plusieurs autres.


Cette mesure me semble comporter quelques ambiguités :

1) une démission ne peut pas être assimilée à une sanction canonique stricto sensu , même si elle est fortement "suggérée".
une vraie sanction canonique , c'est relever un évêque de ses fonctions sans lui en redonner.
exemple : Mgr Jacques Gaillot .

dans ce cas le motif pourrait s'appuyer sur le canon 1389-2 :

Citation :
Can. 1389 - § 1. Qui abuse d'un pouvoir ou d'une charge ecclésiastique sera puni selon la gravité de l'acte ou de l'omission, y compris de la privation de l'office, à moins que contre cet abus une peine n'ait déjà été prévue par la loi ou par un précepte.
§ 2. De plus, qui par une négligence coupable pose ou omet illégitimement au détriment d'autrui un acte relevant d'un pouvoir, d'un ministère ou d'une charge ecclésiastique, sera puni d'une juste peine
.


2) si c'est pour redonner ultérieurement un territoire canonique ou une promotion honorifique
à cet évêque , ça ne pourrait être qu'un os à ronger derrière un écran de fumée ; à suivre ..

3) seule la privation DEFINITIVE de tout territoire
canonique et de toute charge Honorifique peut être considérée comme une sanction dissuasive
dans le profil de carrière d'un évêque .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80780
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Ven 18 Déc 2009, 20:15

C'est assez vrai ... Je trouve difficilement des excuses à cet évêque : Maintenant, ON SAIT ce qu'est la pédophilie.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Ven 18 Déc 2009, 23:53

Arnaud Dumouch a écrit:
C'est assez vrai ... Je trouve difficilement des excuses à cet évêque : Maintenant, ON SAIT ce qu'est la pédophilie.

bonjour Arnaud,

oui et en plus cela n'a pas duré 8 jours ces crimes mais des décennies et les paroles de Jésus sur de tels cas sont sans appel ; comment peut on oublier ces parole de Jésus quand on est Eveques et laisser de tels personnes auprés des enfants ??

la seule logique était de les livres a la police , l'eglise n'est pas au dessus de ces lois là !

là il semble encore protéger la machine étatique de la religion, mais pas la transparence a l'Esprit Saint a faire ainsi ils ne vont entrainé qu'un ras le bol dans l'Église et on sera mûr rapidement pour un Schisme .

ils passent leurs temps a louvoyer et interpréter a n'en plus finir pour protéger l'un ou l'autre et s'excuser !
c'est trop hors crédibilité , faire ainsi c'est ouvrir les portes de l'enfer et on va se payer un schisme c'est certain !

je crois a l'institution de Pierre par Jésus et Dieu Le Père, mais que Rome soit anéantis n'empêchera pas Pierre de continuer a être qui il est !

cela fini par en faire des scandale de protection d'amis pour des cause s plus que douteuses, l'Église n'est pas l'association de copinage des Évêques mais l'Epouse du Christ si la droiture d'esprit n'est pas là et que le troupeau en pâtis, Le Seigneur va nettoyer Sa Maison !
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3741
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Sam 19 Déc 2009, 00:06

En attendant, les brebis en prennent un sacré coup !!!

Trop de catholiques écoeurés se réfugient chez les évangéliques, enfin là où il y a de la lumière, si je puis dire !!

Parce que les abus sur les enfants ne sont pas tout, les fidèles catholiques en France se sentent complètement négligés, abandonnés d'un point de vue spirituel, théologique, fraternel !!!

Heureusement qu'il y a des personnes comme Arnaud ou mon ami le père Guy Pagès pour faire oeuvre d'évangélisation, mais il faut admettre qu'ils sont trop peu (et pas toujours bien vus en plus !!)

C'est vrai qu'il y a déjà eu des schismes, à cause de l'inconduite de l'Eglise, et qu'il y en aura peut-être encore, et ça c'est très grave !!!!!! affraid
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28473
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Sam 19 Déc 2009, 17:45

julia a écrit:
En attendant, les brebis en prennent un sacré coup !!!

Trop de catholiques écoeurés se réfugient chez les évangéliques, enfin là où il y a de la lumière, si je puis dire !!

Parce que les abus sur les enfants ne sont pas tout, les fidèles catholiques en France se sentent complètement négligés, abandonnés d'un point de vue spirituel, théologique, fraternel !!!

Heureusement qu'il y a des personnes comme Arnaud ou mon ami le père Guy Pagès pour faire oeuvre d'évangélisation, mais il faut admettre qu'ils sont trop peu (et pas toujours bien vus en plus !!)

C'est vrai qu'il y a déjà eu des schismes, à cause de l'inconduite de l'Eglise, et qu'il y en aura peut-être encore, et ça c'est très grave !!!!!! affraid

Personnellement, ces histoires de pédophilie dans l'Église n'entament pas ma foi en la sainte Église catholique. Je m'y suis déjà éloigné et rien ne m'en fera plus partir, même des choses aussi tristes et scandaleuses. Les membres de l'Église sont avant tout des humains et ne sont pas à l'abri du péché.

Moi aussi, j'aime bien l'abbé Pagès. Puisse le Seigneur nous envoyer plus de prêtres comme lui! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3741
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Sam 19 Déc 2009, 20:02

Oui, je suis très heureuse qu'il soit connu et apprécié sur ce forum, c'est un saint prêtre comme on en fait peu !!! ange1
Revenir en haut Aller en bas
Etienne



Masculin Messages : 112
Inscription : 09/04/2006

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mar 22 Déc 2009, 18:58

http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/benoit-xvi-et-jean-paul-ii-a-l-67080

Que pensez-vous de cet article ?

Les "faits" dont parle l'auteur sont-ils avérés ?

(Surtout du point de vue canonique)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mar 22 Déc 2009, 19:39

Bonsoir

pardonnez mon ignorance!

qui est l'abbe PAGES
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3741
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mar 22 Déc 2009, 20:13

Hé bien, c'est un prêtre basé sur Paris, qui s'est fait connaître principalement par le biais de toute une série de vidéos sur le net, traitant de différents problèmes de société, dont l'avortement ou l'islam par exemple, du point de vue des dogmes catholiques.

C'est un homme sans concession, un pur et dur, mais pourtant, quand on le connaît personnellement, c'est un prêtre plein de compassion, de tendresse et de générosité, et qui ne juge ni ne culpabilise jamais les personnes !!
Il est droit, c'est tout.

Voilà un exemple :
http://www.in.com/videos/watchvideo-avortement-science-excommunication-2496805.html
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80780
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mar 22 Déc 2009, 20:23

Etienne a écrit:
http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/benoit-xvi-et-jean-paul-ii-a-l-67080

Que pensez-vous de cet article ?

Les "faits" dont parle l'auteur sont-ils avérés ?

(Surtout du point de vue canonique)

Ce message n'est absolument pas crédible et manifeste une méconnaissance totale de l'Eglise : Un document SECRET encvoyé à une Eglise d'ORIENT et donnant des directives pour COUVRIR DES PRÊTRES PÉDOPHILES est une absurdité.

Cet article doit être rangé parmi les rumeurs malveillantes. Comment lutter contre lui ? En lui demandant ses sources. Il va dire quoi ? Qu'il connait ce document SECRET par une source SECRÈTE ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
denis



Masculin Messages : 1268
Inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mar 02 Fév 2010, 23:26

Paul a écrit:
Irlande: Le pape Benoît XVI accepte la démission de l’évêque Murray

Le 17 décembre 2009 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Le pape Benoît XVI a accepté le 17 décembre la démission de Mgr Donal Murray, évêque de Limerick en Irlande. En effet, l’évêque irlandais, accusé d’avoir couvert des prêtres pédophiles, a démissionné de sa charge et celle-ci pourrait être suivie par plusieurs autres.

Celui qui fut évêque auxiliaire de Dublin de 1982 à 1996 est l’un des principaux accusés du "Murphy Commission Report". Le document de 700 pages, dont la publication par le ministère de la Justice irlandais en novembre dernier est à l’origine de la crise, a jugé son comportement “inexcusable“.

Les rumeurs de démission circulaient dans la presse anglo-saxonne depuis l’arrivé à Rome, le 6 décembre, de Mgr Murray. Quelques jours plus tard, Benoît XVI avait reçu le 11 décembre le cardinal Sean Brady, président de la Conférence épiscopale irlandaise, et Mgr Diarmuid Martin, archevêque de Dublin. La réunion au sommet convoquée par le pape voyait aussi la participation, côté Vatican, des autorités de la secrétairerie d’Etat et de nombreux chefs de dicastère.

Le Saint-Siège avait ensuite fait part de la “honte“ et du “profond regret“ du pape, indigné devant ces “crimes atroces“ et “scandaleux“ perpétrés pendant une trentaine d’années par des prêtres pédophiles dans le pays. En outre, cette rencontre avait été l’occasion d’annoncer que Benoît XVI adresserait prochainement aux fidèles irlandais une Lettre pastorale dans laquelle il indiquerait clairement les initiatives à prendre en réponse à cette situation. Ce document pourrait être publié tout début 2010.

Le 11 décembre, l’archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin, avait évoqué devant la presse une future “réorganisation très importante de l’Eglise en Irlande“. “Je pense réellement que nous avons besoin d’un renouvellement“, avait affirmé le prélat, selon lequel il existe en outre un trop grand nombre de diocèses en Irlande, ce qui les rend “difficiles à contrôler“.

http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=1712098_irlande


... est ce la tentation du diable qui pousse l'homme à faire ce genre de chose?
Revenir en haut Aller en bas
denis



Masculin Messages : 1268
Inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mar 02 Fév 2010, 23:31

j'avoue, c'est un sujet hautement philosophique... à méditer! :pompom:
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80780
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Mar 09 Mar 2010, 20:32

Abus sexuels, note importante et détaillée du P. Lombardi
Une mobilisation de l’Eglise


ROME, Mardi 9 mars 2010 (ZENIT.org) - Le P. Lombardi confirme que Benoît XVI prépare une lettre pour les catholiques d'Irlande pour surmonter la crise des abus sexuels. Il souligne que les responsables des Eglises locales ont « donné la preuve de leur volonté de transparence » sur ces abus dans d'autres pays aussi, notamment « en invitant les victimes à parler ». Ils ont aussi prévu des « stratégies de prévention ». Mais il invite à une remise en cause au niveau de toute la société, pas seulement de l'Eglise, vu la grande proportion d'abus vérifiés dans d'autres milieux. Le P. Lombardi rappelle aussi que des tribunaux ecclésiastiques existent et que des sanctions spécifiques sont infligées en cas de délits d'abus sexuels. Il espère que cette crise produira deux fruits concrets : « une meilleure protection de l'enfance et de la jeunesse dans l'Eglise et dans la société » et la « purification de l'Eglise elle-même ».

A propos du débat sur les « absus sexuels », le P. Federico Lombardi, directeur des media du Saint-Siège (Radio Vatican, CTV et salle de presse), a publié à la mi-journée une « Note » sur Radio Vatican, en italien.

Le P. Lombardi rappelle le contexte des scandales qui ont éclaté à Dublin : « Depuis quelques mois, la très grave question des abus sexuels sur des mineurs dans des institutions gérées par des organismes ecclésiaux et de la part de personnes ayant des responsabilités dans l'Eglise, en particulier des prêtres, a assailli l'Eglise et la société irlandaise. Récemment, le Saint-Père a démontré sa compassion, en particulier lors de deux rencontres, tout d'abord avec les plus hauts représentants de l'épiscopat, ensuite avec tous les autres évêques, et il prépare la publication d'une lettre à ce sujet pour l'Eglise d'Irlande ».

Citation :
« Mais, ajoute le P. Lombardi, ces dernières semaines, le débat sur les abus sexuels sur des mineurs est en train d'impliquer l'Eglise aussi dans certains pays d'Europe centrale (Allemagne, Autriche, Hollande). A propos de ce développement qu'on nous permette certaines considérations simples ».


Le P. Lombardi souligne d'une part que
Citation :
« les principales institutions ecclésiastiques impliquées (la Province des jésuites allemands - la première à être impliquée pour le cas du collège Canisius de Berlin -, la conférence épiscopale allemande, la conférence épiscopale autrichienne, la conférence épiscopale hollandaise) ont affronté le surgissement du problème avec rapidité et décision. Ils ont donné la preuve de leur volonté de transparence, dans un certain sens, ils ont accéléré la manifestation du problème en invitant les victimes à parler même lorsqu'il s'agissait de cas remontant loin dans le temps. Et en agissant ainsi, ils ont affronté le problème ‘du bon pied', parce que le point de départ correct est la reconnaissance de ce qui est arrivé, et la préoccupation pour les victimes et les conséquences des actes accomplis contre eux. En outre, ils ont pris en considération les ‘Directives' déjà existantes et ils ont prévu de nouvelles indications opérationnelles pour mettre en œuvre également une stratégie de prévention, afin que l'on fasse tout ce qui est possible pour qu'à l'avenir des faits semblables et si graves ne se répètent plus ».
Le porte-parole du Saint-Siège évoque aussi les « réponses » à apporter pour la protection des enfants dans la société : « Ces faits mobilisent l'Eglise pour élaborer des réponses appropriées et ils doivent être intégrés dans un contexte et une problématique plus large qui concerne la protection des enfants et des jeunes contre les abus sexuels dans la société. Les erreurs qui ont eu lieu dans les institutions et de la part de responsables ecclésiaux sont particulièrement répréhensibles étant donné la responsabilité éducative et morale de l'Eglise. Mais toutes les personnes objectives et informées savent que la question est beaucoup plus large et la concentration des accusations uniquement sur l'Eglise conduit à fausser la perspective. Un exemple : les données récentes fournies par les autorités compétentes en Autriche disent que, dans la même période, les cas vérifiés dans des institutions en lien avec l'Eglise s'élèvent à 17, alors qu'il y en a 510 autres dans d'autres milieux. Il est bon de se préoccuper aussi de ceux-ci ».

Le P. Lombardi fait état des mesures prises en Allemagne :
Citation :
« C'est à juste titre que sont envisagées maintenant en Allemagne des initiatives promues par le ministère de la famille pour convoquer une « Table ronde » des différentes réalités éducatives et sociales pour affronter la question dans une perspective d'ensemble et adéquate. Naturellement, l'Eglise est prête à y participer et à s'y engager. Son expérience douloureuse peut probablement constituer une contribution utile aussi aux autres. La chancelière, Mme Merkel, a justement reconnu le sérieux et le caractère constructif de l'engagement de l'Eglise d'Allemagne ».
Mais le P. Lombardi rappelle aussi que des procès ecclésiastiques existent et des sanctions spécifiques en cas de délits sexuels :
Citation :
« Pour compléter ces considérations, il est bon de rappeler aussi que l'Eglise vit insérée dans la société civile, et y assume ses responsabilités, mais elle a aussi ses lois spécifiques distinctes, ‘canoniques', qui répondent à sa nature spirituelle et sacramentelle, selon lesquelles donc les procédures judiciaires et pénales sont de natures différentes (par exemple, elles ne prévoient pas de peines pécunières ou la privation de la liberté, mais des empêchements d'exercer un ministère, la privation des droits ecclésiastiques, etc). Dans le domaine canonique, le délit d'abus sexuel sur des mineurs a été toujours considéré comme l'un des plus graves, et les normes canoniques l'ont constamment réaffirmé, en particulier la Lettre ‘De delictis gravioribus' de 2001, parfois citée de façon inopportune comme cause d'une ‘culture du silence'. Qui la connaît et comprend de quoi il s'agit sait qu'elle a été un signal déterminant pour attirer l'attention de l'épiscopat sur la gravité du problème et un incitatif concret pour élaborer des directives opérationnelles pour l'affronter ».

Le P. Lombardi conclut que,
Citation :
« si l'on ne peut nier la gravité de la tourmente que traverse l'Eglise, il ne faut pas renoncer à faire tout ce qui est possible pour que l'on obtienne à la fin des résultats positifs, d'une meilleure protection de l'enfance et de la jeunesse dans l'Eglise et dans la société, et de purification de l'Eglise elle-même ».
Anita S. Bourdin

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80780
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande   Sam 27 Mar 2010, 08:30

Lettre pastorale du Saint-Père Benoît XVI
aux catholiques d'Irlande

. CHERS FRERES ET SŒURS DE L'EGLISE EN IRLANDE, c'est avec une profonde préoccupation que je vous écris en tant que Pasteur de l'Eglise universelle. Comme vous, j'ai été profondément bouleversé par les nouvelles apparues concernant l'abus d'enfants et de jeunes vulnérables par des membres de l'Eglise en Irlande, en particulier par des prêtres et des religieux. Je ne peux que partager le désarroi et le sentiment de trahison que nombre d'entre vous ont ressentis en prenant connaissance de ces actes scandaleux et criminels et de la façon dont les autorités de l'Eglise en Irlande les ont affrontés.

Comme vous le savez, j'ai récemment invité les évêques irlandais à une rencontre ici, à Rome, pour rendre compte de la façon dont ils ont affronté ces questions par le passé et présenter les mesures qu'ils ont prises pour répondre à cette grave situation. Avec certains prélats de la Curie romaine, j'ai écouté ce qu'ils avaient à dire, tant individuellement qu'en groupe, tandis qu'ils présentaient une analyse des erreurs commises et des leçons apprises, et une description des programmes et des protocoles aujourd'hui mis en place. Nos réflexions ont été franches et constructives. Je nourris l'espoir que, par conséquent, les évêques se trouvent à présent dans une position plus forte pour accomplir le devoir de réparer les injustices du passé et pour affronter les thèmes plus vastes liés à l'abus des mineurs selon des modalités conformes aux exigences de la justice et aux enseignements de l'Evangile.

2. Pour ma part, compte tenu de la gravité de ces fautes, et de la réponse souvent inadéquate qui leur a été réservée de la part des autorités ecclésiastiques dans votre pays, j'ai décidé d'écrire cette Lettre pastorale pour vous exprimer ma proximité et vous proposer un chemin de guérison, de renouveau et de réparation.

En réalité, comme de nombreuses personnes dans votre pays l'ont observé, le problème de l'abus des mineurs n'est pas propre à l'Irlande, ni à l'Eglise. Toutefois, le devoir qui se présente désormais à vous est celui d'affronter le problème des abus qui ont lieu au sein de la communauté catholique irlandaise et de le faire avec courage et détermination. Personne ne peut imaginer que cette situation douloureuse sera résolue dans de brefs délais. Des progrès positifs ont été accomplis, mais il reste encore beaucoup à faire. La persévérance et la prière sont nécessaires, ainsi qu'une grande confiance dans la force de guérison de la grâce de Dieu.

Dans le même temps, je dois également exprimer ma conviction que, pour se reprendre de cette blessure douloureuse, l'Eglise qui est en Irlande doit en premier lieu reconnaître devant le Seigneur et devant les autres, les graves péchés commis contre des enfants sans défense. Une telle reconnaissance, accompagnée par une douleur sincère pour les préjudices portés à ces victimes et à leurs familles, doit conduire à un effort concerté afin d'assurer la protection des enfants contre de tels crimes à l'avenir.

Tandis que vous affrontez les défis de ce moment, je vous demande de vous rappeler du «rocher d'où l'on vous a taillés» (Is 51, 1). Réfléchissez aux contributions généreuses, souvent héroïques, offertes à l'Eglise et à l'humanité tout entière par les générations passées d'hommes et de femmes irlandais, et faites en sorte que cela constitue un élan pour un examen de conscience honnête et un programme de renouveau ecclésial et personnel convaincu. Je prie pour que, assistée par l'intercession de ses nombreux saints et purifiée par la pénitence, l'Eglise en Irlande surmonte la crise présente et redevienne un témoin convaincu de la vérité et de la bonté de Dieu tout-puissant, manifestées dans son Fils Jésus Christ.

3. Tout au long de l'histoire, les catholiques d'Irlande se sont révélés une immense force de bien tant dans leur patrie qu'à l'étranger. Des moines celtes comme saint Colomban, diffusèrent l'Evangile en Europe occidentale en jetant les fondements de la culture monastique médiévale. Les idéaux de sainteté, de charité et de sagesse transcendante découlant de la foi chrétienne, ont trouvé une expression dans la construction d'églises et de monastères et dans l'institution d'écoles, de bibliothèques et d'hôpitaux qui contribuèrent à renforcer l'identité spirituelle de l'Europe. Ces missionnaires irlandais ont tiré leur force et leur inspiration de la foi ferme, de la direction solide et des comportements moraux justes de l'Eglise dans leur terre natale.

A partir du XVIe siècle, les catholiques d'Irlande ont subi une longue période de persécution, au cours de laquelle ils ont lutté pour maintenir vivante la flamme de la foi dans des circonstances dangereuses et difficiles. Saint Oliver Plunkett, l'archevêque martyr d'Armagh, est l'exemple le plus célèbre d'une multitude de fils et de filles courageux d'Irlande, prêts à donner leur vie pour la fidélité à l'Evangile. Après l'Emancipation catholique, l'Eglise fut libre de croitre à nouveau. Des familles et d'innombrables personnes qui avaient préservé leur foi au cours de la période de l'épreuve, devinrent le moteur d'une grande renaissance du catholicisme irlandais au XIXe siècle. L'Eglise offrit l'éducation, en particulier aux pauvres, et cela devait apporter une contribution importante à la société irlandaise. Parmi les fruits des nouvelles écoles catholiques, figura une croissance des vocations: des générations de prêtres, de religieuses et de frères missionnaires quittèrent leur patrie pour servir sur chaque continent, en particulier dans le monde anglophone. Ils furent admirables non seulement en raison de leur grand nombre, mais également en raison de la force de leur foi et de la solidité de leur engagement pastoral. De nombreux diocèses, en particulier en Afrique, en Amérique et en Australie, ont bénéficié de la présence de clergé et de religieux irlandais qui prêchèrent l'Evangile et fondèrent des paroisses, des écoles et des universités, des cliniques et des hôpitaux, qui servirent tant les catholiques, que la société en général, avec une attention particulière pour les besoins des pauvres.

Dans presque toutes les familles d'Irlande, il y a eu quelqu'un - un fils ou une fille, une tante ou un oncle - qui a donné sa vie à l'Eglise. Les familles irlandaises nourrissent à juste titre une grande estime et une grande affection pour leurs proches qui ont consacré leur vie au Christ, en partageant le don de la foi avec d'autres et en mettant en pratique cette foi dans le service généreux de Dieu et du prochain.

4. Au cours des dernières décennies, toutefois, l'Eglise dans votre pays a dû affronter de nouveaux et graves défis à la foi, découlant de la transformation et de la sécularisation rapides de la société irlandaise. Un changement social très rapide a eu lieu, qui a souvent eu des effets contraires à l'adhésion traditionnelle des personnes à l'égard de l'enseignement et des valeurs catholiques. Très souvent, les pratiques sacramentelles et de dévotion qui soutiennent la foi et lui permettent de croître, comme par exemple la confession fréquente, la prière quotidienne et les retraites annuelles, ont été négligées. Au cours de cette période, apparut également la tendance déterminante, également de la part de prêtres et de religieux, à adopter des façons de penser et à considérer les réalités séculières sans référence suffisante à l'Evangile. Le programme de renouveau proposé par le Concile Vatican ii fut parfois mal interprété et en vérité, à la lumière des profonds changements sociaux qui avaient lieu, il était très difficile de comprendre comment les appliquer de la meilleure façon possible. En particulier, il y eut une tendance, dictée par de justes intentions, mais erronée, une tendance à éviter les approches pénales à l'égard de situations canoniques irrégulières. C'est dans ce contexte général que nous devons chercher à comprendre le problème déconcertant de l'abus sexuel des enfants, qui a contribué de façon très importante à l'affaiblissement de la foi et à la perte de respect pour l'Eglise et pour ses enseignements.

Ce n'est qu'en examinant avec attention les nombreux éléments qui ont donné naissance à la crise actuelle qu'il est possible d'entreprendre un diagnostic clair de ses causes et de trouver des remèdes efficaces. Il est certain que parmi les facteurs qui y ont contribué, nous pouvons citer: des procédures inadéquates pour déterminer l'aptitude des candidats au sacerdoce et à la vie religieuse; une formation humaine, morale, intellectuelle et spirituelle insuffisante dans les séminaires et les noviciats; une tendance dans la société à favoriser le clergé et d'autres figures d'autorité, ainsi qu'une préoccupation déplacée pour la réputation de l'Eglise et pour éviter les scandales, qui a eu pour résultat de ne pas appliquer les peines canoniques en vigueur et de ne pas protéger la dignité de chaque personne. Il faut agir avec urgence pour affronter ces facteurs, qui ont eu des conséquences si tragiques pour les vies des victimes et de leurs familles et qui ont assombri la lumière de l'Evangile à un degré que pas même des siècles de persécution ne sont parvenus à atteindre.

5. En plusieurs occasions depuis mon élection au Siège de Pierre, j'ai rencontré des victimes d'abus sexuels, et je suis disposé à le refaire à l'avenir. Je me suis arrêté pour parler avec eux, j'ai écouté leurs récits, j'ai pris acte de leur souffrance, j'ai prié avec eux et pour eux. Auparavant, au cours de mon pontificat, soucieux d'affronter ce thème, j'avais demandé aux évêques d'Irlande, à l'occasion de leur visite ad limina de 2006, d'«établir la vérité sur ce qui est arrivé par le passé, de prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter que cela ne se reproduise à l'avenir, d'assurer que les principes de justice soient pleinement respectés et, surtout, de soutenir les victimes et tous ceux qui sont victimes de ces crimes monstrueux» (Discours aux évêques d'Irlande, 28 octobre 2006).

Avec cette Lettre, mon intention est de vous exhorter tous, en tant que peuple de Dieu qui est en Irlande, à réfléchir sur les blessures infligées au Corps du Christ, sur les remèdes, parfois douloureux, nécessaires pour les panser et les guérir, et sur le besoin d'unité, de charité et d'aide réciproque dans le long processus de reprise et de renouveau ecclésial. Je m'adresse à présent à vous avec des paroles qui me viennent du cœur, et je désire parler à chacun de vous individuellement et à vous tous en tant que frères et sœurs dans le Seigneur.

6. Aux victimes d'abus et à leurs familles

Vous avez terriblement souffert et j'en suis profondément désolé. Je sais que rien ne peut effacer le mal que vous avez subi. Votre confiance a été trahie, et votre dignité a été violée. Beaucoup d'entre vous, alors que vous étiez suffisamment courageux pour parler de ce qui vous était arrivé, ont fait l'expérience que personne ne vous écoutait. Ceux d'entre vous qui ont subi des abus dans les collèges doivent avoir eu l'impression qu'il n'y avait aucun moyen d'échapper à leur souffrance. Il est compréhensible que vous trouviez difficile de pardonner ou de vous réconcilier avec l'Eglise. En son nom, je vous exprime ouvertement la honte et le remord que nous éprouvons tous. Dans le même temps, je vous demande de ne pas perdre l'espérance. C'est dans la communion de l'Eglise que nous rencontrons la personne de Jésus Christ, lui-même victime de l'injustice et du péché. Comme vous, il porte encore les blessures de sa souffrance injuste. Il comprend la profondeur de votre peine et la persistance de son effet dans vos vies et dans vos relations avec les autres, y compris vos relations avec l'Eglise. Je sais que certains d'entre vous trouvent également difficile d'entrer dans une église après ce qui s'est passé. Toutefois, les blessures mêmes du Christ, transformées par ses souffrances rédemptrices, sont les instruments grâce auxquels le pouvoir du mal s'est brisé et nous renaissons à la vie et à l'espérance. Je crois fermement dans le pouvoir de guérison de son amour sacrificiel - également dans les situations les plus sombres et sans espérance - qui apporte la libération et la promesse d'un nouveau départ.

En m'adressant à vous comme pasteur, préoccupé par le bien de tous les fils de Dieu, je vous demande avec humilité de réfléchir sur ce que je vous ai dit. Je prie afin que, en vous approchant du Christ et en participant à la vie de son Eglise - une Eglise purifiée par la pénitence et renouvelée dans la charité pastorale - vous puissiez redécouvrir l'amour infini du Christ pour chacun de vous. Je suis confiant dans le fait que, de cette manière, vous serez capables de trouver la réconciliation, une guérison intérieure profonde et la paix.

7. Aux prêtres et aux religieux qui ont abusé des enfants

Vous avez trahi la confiance placée en vous par de jeunes innocents et par leurs parents. Vous devez répondre de cela devant Dieu tout-puissant, ainsi que devant les tribunaux constitués à cet effet. Vous avez perdu l'estime des personnes en Irlande et jeté la honte et le déshonneur sur vos confrères. Ceux d'entre vous qui sont prêtres ont violé la sainteté du sacrement de l'Ordre sacré, dans lequel le Christ se rend présent en nous et dans nos actions. En même temps que le dommage immense causé aux victimes, un grand dommage a été perpétré contre l'Eglise et la perception publique du sacerdoce et de la vie religieuse.

Je vous exhorte à examiner votre conscience, à assumer la responsabilité des péchés que vous avez commis et à exprimer avec humilité votre regret. Le repentir sincère ouvre la porte au pardon de Dieu et à la grâce du véritable rachat. En offrant des prières et des pénitences pour ceux que vous avez offensés, vous devez chercher à faire personnellement amende pour vos actions. Le sacrifice rédempteur du Christ a le pouvoir de pardonner même le plus grave des péchés et de tirer le bien également du plus terrible des maux. Dans le même temps, la justice de Dieu exige que nous rendions compte de nos actions sans rien cacher. Reconnaissez ouvertement vos fautes, soumettez-vous aux exigences de la justice, mais ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu.

8. Aux parents

Vous avez été profondément bouleversés en apprenant les choses terribles qui eurent lieu dans ce qui aurait dû être le milieu le plus sûr de tous. Dans le monde d'aujourd'hui, il n'est pas facile de construire un foyer domestique et d'éduquer les enfants. Ils méritent de grandir dans un milieu protégé, aimés et désirés, avec un profond sens de leur identité et de leur valeur. Ils ont le droit d'être éduqués aux valeurs morales authentiques, enracinés dans la dignité de la personne humaine, à être inspirés par la vérité de notre foi catholique et à apprendre des manières de se comporter et d'agir qui les conduisent à une saine estime de soi et au bonheur durable. C'est à vous, leurs parents, qu'est confié en premier lieu ce devoir noble et exigeant. Je vous exhorte à accomplir votre part pour assurer le meilleur soin possible des enfants, que ce soit à la maison ou dans la société en général, alors que l'Eglise, pour sa part, continue à mettre en œuvre les mesures adoptées ces dernières années pour protéger les jeunes dans les milieux paroissiaux et éducatifs. Alors que vous exercez vos importantes responsabilités, soyez certains que je suis proche de vous et que je vous assure du soutien de ma prière.

9. Aux enfants et aux jeunes d'Irlande

Je désire vous offrir une parole particulière d'encouragement. Votre expérience d'Eglise est très différente de celle de vos parents et de vos grands-parents. Le monde a beaucoup changé depuis qu'ils avaient votre âge. Malgré cela, tous, à chaque génération, sont appelés à parcourir le même chemin de vie; indépendamment des circonstances. Nous sommes tous scandalisés par les péchés et les échecs de certains membres de l'Eglise, en particulier de ceux qui furent choisis de manière particulière pour guider et servir les jeunes. Mais c'est dans l'Eglise que vous trouverez Jésus Christ qui est le même hier, aujourd'hui et à jamais (cf. He 13, 8). Il vous aime et c'est pour cela qu'il s'est offert lui-même sur la Croix. Recherchez une relation personnelle avec lui dans la communion de son Eglise, car il ne trahira jamais votre confiance! Lui seul peut satisfaire vos attentes les plus profondes et donner à vos vies leur signification la plus pleine, en les orientant au service des autres. Gardez les yeux fixés sur Jésus et sur sa bonté et protégez dans votre cœur la flamme de la foi. Avec vos frères catholiques en Irlande, je me tourne vers vous pour que vous soyez de fidèles disciples de notre Dieu et que vous contribuiez, avec votre enthousiasme et votre idéalisme si nécessaires, à la reconstruction et au renouveau de notre Eglise bien-aimée.

10. Aux prêtres et aux religieux d'Irlande

Nous souffrons tous à la suite des péchés de nos confrères qui ont trahi une consigne sacrée ou qui n'ont pas affronté de manière juste et responsable les accusations d'abus. Face à l'outrage et à l'indignation que cela a provoqué, non seulement parmi les laïcs mais également parmi vous et vos communautés religieuses, un grand nombre d'entre vous se sentent personnellement découragés et même abandonnés. En outre, je suis conscient qu'aux yeux de certains vous apparaissez coupables par association, et que vous êtes vus comme si vous étiez en quelque sorte responsables des méfaits d'autres personnes. En ce temps de souffrance, je veux rendre acte du dévouement de votre vie de prêtres et de religieux et de vos apostolats, et je vous invite à réaffirmer votre foi en Christ, votre amour envers son Eglise et votre confiance dans la promesse de rédemption, de pardon et de renouveau intérieur de l'Evangile. De cette manière, vous démontrerez à tous que, là où le péché abonde, la grâce surabonde (cf. Rm 5, 20).

Je sais qu'un grand nombre d'entre vous sont déçus, déconcertés et fâchés pour la manière dont ces questions ont été affrontées par certains de vos supérieurs. Malgré cela, il est essentiel que vous collaboriez de près avec ceux qui représentent l'autorité et que vous vous prodiguiez pour faire en sorte que les mesures adoptées pour répondre à la crise soient vraiment évangéliques, justes et efficaces. Je vous exhorte en particulier à devenir de manière toujours plus claire des hommes et des femmes de prière, en suivant avec courage la voie de la conversion, de la purification et de la réconciliation. De cette manière, l'Eglise en Irlande tirera une nouvelle vie et vitalité de votre témoignage au pouvoir rédempteur du Seigneur rendu visible dans votre vie.

11. A mes frères évêques

On ne peut pas nier que certains d'entre vous et de vos prédécesseurs ont manqué, parfois gravement, dans l'application des normes du droit canonique codifiées depuis longtemps en ce qui concerne les crimes d'abus sur les enfants. De graves erreurs furent commises en traitant les accusations. Je comprends combien il était difficile de saisir l'étendue et la complexité du problème, d'obtenir des informations fiables et de prendre des décisions justes à la lumière de conseils divergents d'experts. Malgré cela, il faut admettre que de graves erreurs de jugement furent commises et que des manquements dans le gouvernement ont eu lieu. Tout cela a sérieusement miné votre crédibilité et efficacité. J'apprécie les efforts que vous avez accomplis pour porter remède aux erreurs du passé et pour assurer qu'elles ne se répètent pas. Outre à mettre pleinement en œuvre les normes du droit canonique en affrontant les cas d'abus sur les enfants, continuez à coopérer avec les autorités civiles dans le domaine de leur compétence. Les supérieurs religieux doivent clairement en faire tout autant. Ils ont, eux aussi, participé aux rencontres récentes, ici à Rome, pour établir une approche claire et cohérente de ces questions. Il est nécessaire que les normes de l'Eglise en Irlande pour la protection des enfants soient constamment revues et mises à jour et qu'elles soient appliquées de manière totale et impartiale, conformément au droit canonique.

Seule une action ferme menée de l'avant de manière pleinement honnête et transparente pourra rétablir le respect et l'affection des Irlandais envers l'Eglise, à laquelle nous avons consacré notre vie. Cela doit naître, avant tout, de l'examen de vos propres personnes, de la purification intérieure et du renouveau spirituel. La population irlandaise attend à juste titre que vous soyez des hommes de Dieu, que vous soyez saints, que vous viviez avec simplicité, que vous recherchiez chaque jour la conversion personnelle. Pour elle, selon l'expression de saint Augustin, vous êtes des évêques, et pourtant avec eux vous êtes appelés à être des disciples du Christ (cf. Discours 340, 1). Je vous exhorte donc à renouveler votre sens des responsabilités devant Dieu, à croître dans la solidarité avec votre peuple et à approfondir votre sollicitude pastorale pour tous les membres de votre troupeau. Soyez en particulier sensibles à la vie spirituelle et morale de chacun de vos prêtres. Soyez un exemple à travers vos vies elles-mêmes, soyez proches d'eux, écoutez leurs préoccupations, offrez-leur votre encouragement en ce moment de difficulté et nourrissez la flamme de leur amour pour le Christ et leur engagement dans le service à leurs frères et sœurs.

Les laïcs doivent eux aussi être encouragés à jouer leur rôle dans la vie de l'Eglise. Faites en sorte qu'ils soient formés de telle manière qu'ils puissent rendre raison, de manière articulée et convaincante, de l'Evangile dans la société moderne (cf. 1 P 3, 15), et qu'ils coopèrent plus pleinement à la vie et à la mission de l'Eglise. Cela vous aidera également à recommencer à être des guides et des témoins crédibles de la vérité rédemptrice du Christ.

12. A tous les fidèles d'Irlande

L'expérience qu'un jeune fait de l'Eglise devrait toujours porter du fruit dans une rencontre personnelle et vivifiante avec Jésus Christ dans une communauté qui aime et qui offre une nourriture. Dans ce domaine, les jeunes doivent être encouragés à croître jusqu'à leur pleine stature humaine et spirituelle, à aspirer aux idéaux élevés de sainteté, de charité et de vérité et à tirer inspiration des richesses d'une grande tradition religieuse et culturelle. Dans notre société toujours plus sécularisée, dans laquelle nous aussi chrétiens nous trouvons difficile de parler de la dimension transcendante de notre existence, nous avons besoin de trouver de nouveaux chemins pour transmettre aux jeunes la beauté et la richesse de l'amitié avec Jésus Christ dans la communion de son Eglise. En affrontant la crise présente, les mesures pour faire face de manière juste aux crimes individuels sont essentielles, toutefois elles ne suffisent : il faut une nouvelle vision pour inspirer la génération présente et les générations futures à tirer profit du don de notre foi commune. En marchant sur la voie indiquée par l'Evangile, en observant les commandements et en conformant votre vie de manière toujours plus proche à la personne de Jésus Christ, vous ferez l'expérience du renouveau profond dont il y a aujourd'hui un besoin si urgent. Je vous invite tous à persévérer le long de ce chemin.

13. Chers frères et sœurs dans le Christ, c'est avec une profonde préoccupation envers vous tous en ce temps de douleur, dans lequel la fragilité de la condition humaine a été aussi clairement révélée, que j'ai souhaité vous offrir ces paroles d'encouragement et de soutien. J'espère que vous les accueillerez comme une signe de ma proximité spirituelle et de ma confiance dans votre capacité à répondre aux défis du temps présent en tirant une inspiration renouvelée et une force des nobles traditions de l'Irlande de fidélité à l'Evangile, de persévérance dans la foi et de fermeté dans le recherche de la sainteté. Avec vous tous, je prie avec insistance qu'avec la grâce de Dieu, les blessures qui ont frappé un grand nombre de personnes et de familles puissent être guéries et que l'Eglise qui est en Irlande puisse faire l'expérience d'une saison de renaissance et de renouveau spirituel.

14. Je souhaite vous proposer des initiatives concrètes pour affronter la situation.

Au terme de ma rencontre avec les évêques d'Irlande, j'ai demandé que le carême de cette année soit considéré comme un temps de prière pour une effusion de la miséricorde de Dieu et des dons de sainteté et de force de l'Esprit Saint sur l'Eglise dans votre pays. Je vous invite tous à présent à consacrer vos pénitences du vendredi, pendant une année entière, d'aujourd'hui jusqu'à la Pâque 2011, à cette fin. Je vous demande d'offrir votre jeûne, votre prière, votre lecture de la Sainte Ecriture et vos œuvres de miséricorde pour obtenir la grâce de la guérison et du renouveau pour l'Eglise qui est en Irlande. Je vous encourage à redécouvrir le sacrement de la Réconciliation et à recourir plus fréquemment à la force transformatrice de sa grâce.

Une attention particulière devra aussi être réservée à l'adoration eucharistique, et dans chaque diocèse, il devra y avoir des églises ou des chapelles spécifiquement réservées à cette fin. Je demande que les paroisses, les séminaires, les maisons religieuses et les monastères organisent des temps d'adoration eucharistique, de manière à ce que tous aient la possibilité d'y prendre part. A travers la prière fervente face à la présence réelle du Seigneur, vous pouvez accomplir la réparation pour les péchés d'abus qui ont fait tant de mal, et dans le même temps implorer la grâce d'une force renouvelée et d'un sens plus profond de la mission de la part de tous les évêques, les prêtres, les religieux et les fidèles.

Je suis confiant dans le fait que ce programme conduira à une renaissance de l'Eglise en Irlande, dans la plénitude de la vérité même de Dieu, car c'est la vérité qui nous rend libres (cf. Jn 8, 32).

En outre, après avoir pris conseil et avoir prié sur la question, j'ai l'intention de convoquer une Visite apostolique dans plusieurs diocèses d'Irlande, ainsi que dans des séminaires et des congrégations religieuses. La Visite se propose d'aider l'Eglise locale dans son chemin de renouveau et sera établie en coopération avec les bureaux compétents de la Curie romaine et la conférence épiscopale irlandaise. Les détails seront communiqués en temps utile.

Je propose en outre que soit organisée une Mission au niveau national pour tous les évêques, les prêtres et les religieux. Je nourris l'espérance que, en puisant à la compétence d'experts prédicateurs et organisateurs de retraites, venus d'Irlande ou d'ailleurs, et en réexaminant les documents conciliaires, les rites liturgiques de l'ordination et de la profession et les récents enseignements pontificaux, vous parveniez à une analyse plus profonde de vos vocations respectives, de manière à redécouvrir les racines de votre foi en Jésus Christ et à boire abondamment aux sources de l'eau vive qu'il vous offre à travers son Eglise.

En cette Année consacrée aux prêtres, je vous confie de manière toute particulière la figure de saint Jean Marie Vianney, qui eut une compréhension si riche du mystère du sacerdoce. «Le prêtre, écrivit-il, a la clé des trésors du ciel: c'est lui qui ouvre la porte, c'est lui le dispensateur du bon Dieu, l'administrateur de ses biens». Le curé d'Ars a parfaitement compris combien une communauté est bénie quand elle est servie par un prêtre bon et saint: «Un bon pasteur, un pasteur selon le cœur de Dieu, est le trésor le plus grand que le bon Dieu puisse donner à une paroisse et l'un des dons les plus précieux de la divine miséricorde». Par l'intercession de saint Jean Marie Vianney, puisse le sacerdoce en Irlande reprendre vie et puisse toute l'Eglise en Irlande croître dans l'estime du grand don du ministère sacerdotal.

Je saisis cette opportunité pour remercier dès à présent tous ceux qui seront impliqués dans l'organisation de la Visite apostolique et la Mission, ainsi que les nombreux hommes et femmes qui, dans toute l'Irlande, œuvrent déjà pour la protection des enfants dans les milieux ecclésiaux. Dès que la gravité et l'extension du problème des abus sexuels contre les enfants dans des institutions catholiques a commencé à être pleinement compris, l'Eglise a accompli un énorme travail dans de nombreuses régions du monde, afin de l'affronter et d'y trouver remède. Tandis qu'il ne faut épargner aucun effort pour améliorer et mettre à jour les procédures déjà existantes, je suis encouragé par le fait que les pratiques de protection en vigueur, adoptées par les Eglises locales, sont considérées, dans certaines parties du monde, comme un modèle à suivre pour les autres institutions.

Je souhaite conclure cette Lettre avec une Prière pour l'Eglise en Irlande, que je vous envoie avec l'attention qu'un père a pour ses enfants et avec l'affection d'un chrétien comme vous, scandalisé et blessé par ce qui est arrivé dans notre bien-aimée Eglise. Lorsque vous aurez recours à cette prière dans vos familles, vos paroisses et vos communautés, puisse la Bienheureuse Vierge Marie vous protéger et vous guider sur le chemin qui conduit à une union plus étroite avec son Fils, crucifié et ressuscité. Avec une grande affection et une ferme confiance dans les promesses de Dieu, je vous donne à tous de tout cœur ma Bénédiction apostolique en gage de force et de paix dans le Seigneur.

Du Vatican, le 19 mars 2010, solennité de saint Joseph

BENEDICTUS PP. XVI

Prière pour l'Eglise en Irlande

Dieu de nos pères,
renouvelle-nous dans la foi qui est pour nous vie et salut,
dans l'espérance qui promet pardon et renouveau intérieur,
dans la charité qui purifie et ouvre nos cœurs
à t'aimer, et à travers toi, tous nos frères et sœurs.
Seigneur Jésus Christ,
puisse l'Eglise en Irlande renouveler son engagement millénaire
à la formation de nos jeunes sur le chemin de la vérité,
de la bonté, de la sainteté et du service généreux à la société.
Esprit Saint, consolateur, avocat et guide,
inspire un nouveau printemps de sainteté et de zèle apostolique
pour l'Eglise en Irlande.

Puissent notre tristesse et nos larmes,
notre effort sincère pour redresser les erreurs du passé,
et notre ferme intention de repentir,
porter des fruits abondants de grâce
pour l'approfondissement de la foi
dans nos familles, nos paroisses, nos écoles et nos communautés,
pour le progrès spirituel de la société irlandaise,
et pour faire grandir la charité, la justice, la joie et la paix,
dans la famille humaine tout entière.

A toi, Sainte Trinité,
avec une confiance totale dans la protection pleine d'amour de Marie,
Reine de l'Irlande, Notre Mère,
et de saint Patrick, de sainte Brigitte et de tous les saints,
nous nous en remettons, ainsi que nos enfants,
et les besoins de l'Eglise en Irlande.

Amen

© Copyright du texte original : Librairie éditrice du Vatican

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Lettre du pape sur la pédophilie, à l'Eglise d'Irlande
» Comment envoyer une lettre au Pape François ?
» Lettre du Pape Benoît XVI aux séminaristes
» Lettre au Pape
» Le pape souligne que le baptême est une force pour tous les jours : « Notre immersion dans la mort et la résurrection du Christ,...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: