DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Prions pour l'Eglise de corse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Prions pour l'Eglise de corse   Lun 16 Nov 2009 - 15:04

Citation :
Pour la deuxième fois en une semaine, les chrétiens de Corte ont rassemblé le peuple de Dieu, hier, pour soutenir l'abbé Roger-Dominique Polge. Deux fois plus nombreux que mercredi, les paroissiens ont longuement prié pour que Mgr Brunin « retrouve la raison ».

Pour faire face aux éventuelles tensions, chacun avait pris ses dispositions.

D'un côté on avait choisi la place San Teofalu pour prier, de l'autre on s'était entouré de quelques amis fidèles, pour présider l'office dominical.

Pas d'autel, ni de missel et encore moins d'amict sur l'esplanade dédiée au saint cortenais, mais une sono pour réciter le chapelet et chanter les louanges à Théophile. « En espérant que notre saint patron se fasse l'écho de nos suppliques auprès du Seigneur », pouvait-on entendre dans l'assistance. Une assistance à la fois pieuse et recueillie, mais choquée des dernières déclarations du pasteur diocésain.

Un pasteur sur lequel on ne voulait pas jeter l'anathème, mais que l'on ne porte visiblement plus en odeur de sainteté à Corte.

Et pas seulement, puisque les soutiens envers l'abbé Polge ont afflué de toutes parts. Du Boziu, de Borgo, d'Ajaccio ou encore de Porto-Vecchio on est venu soutenir un homme blessé tant moralement que physiquement. « L'abbé Polge est victime d'une injustice et il faut lui manifester une marque de soutien », ont affirmé ces chrétiens venus de Porto-Vecchio comme M. et Mme Puchol ou encore Jean-Christophe Angelini.

Ainsi, qu'ils soient anonymes ou publics, cette affaire ne laisse personne indifférent. Et le premier adjoint de Corte, le Dr Xavier Poli d'en appeler « aux autorités ecclésiastiques pour mettre un terme à ce douloureux problème de manière à ce que les Cortenais puissent retrouver la paix et la sérénité. »

Rendez-vous dimanche à Ajaccio

Après plus d'une heure de prières et de chants, la foule quittait l'esplanade San Teofalu. Dans le même temps, l'église de l'Annonciation se vidait de ses fidèles avec les remerciements du père Valery. « Dans ce contexte triste et malheureux, l'office s'est tout de même bien déroulé puisque j'ai eu du monde.

70 personnes ont suivi la messe (ndlr : même si plus de la moitié s'est d'abord rendue place Saint Théophile). Je suis là pour administrer une paroisse dont le curé a été relevé de ses fonctions. J'assume simplement ma mission tout en comprenant la solidarité envers l'abbé Polge. Mais une solidarité qui doit se faire dans la compassion et non pas dans la guerre, la vengeance ou le charivari... »

Pour le collectif, qui a réuni 992 signatures hier, le combat continue. Dès dimanche les chrétiens se rassembleront devant la cathédrale d'Ajaccio à 11 heures.

Des cars seront mis à disposition de celles et ceux qui voudront aller témoigner leur soutien à l'abbé Polge.

___________________________________________________________________________________________________________________
Citation :

L'abbé Jean-Claude Mondoloni est bien connu pour ne pas faire dans la langue de bois. Hier, après avoir lu dans nos colonnes les propos de l'évêque de Corse, il a choisi de sortir du silence observé jusqu'alors par les prêtres du diocèse. Curé de Morosaglia, il est le premier à s'exprimer sur la révocation de l'abbé Polge. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Monseigneur Brunin n'est pas épargné.

Que vous inspirent ces événements ?

Un sentiment d'injustice. Le problème de Roger-Dominique Polge est celui de plusieurs autres prêtres. L'évêque veut en faire « le cas » du diocèse, mais c'est l'arbre qui cache la forêt et l'évêque se cache derrière son petit doigt. Plusieurs prêtres ont les mêmes difficultés que celui de Corte. Ils en ont un peu ras-le-bol d'assister à des réunions car ils ont l'impression qu'on tourne en rond. On a fait une démarche synodale avec Monseigneur Lacrampe, un synode, et aujourd'hui, il y aurait encore de la recherche pour essayer de savoir comment suppléer aux manques de prêtres. On sait très bien comment employer les laïcs, notamment depuis la géniale encyclique de Jean-Paul II sur cette mission. Le droit canon a statué lui-même sur le droit des laïcs. Tout ça est déjà décidé, on comprend donc pourquoi les prêtres rechignent à assister aux réunions.

On reproche à l'abbé Polge de ne pas participer à la caisse de partage des prêtres ?

L'évêque a voulu cette péréquation qui consiste à reverser tout ce qui est récolté dans les paroisses à l'évêque, et celui-ci nous reverse à tous un salaire égal.

Il y a mensonge sur cette péréquation qu'une dizaine de prêtres n'acceptent pas. L'évêque affirme dans une lettre du 28 décembre 2008 que le conseil presbytéral a décidé à l'unanimité que la péréquation devenait obligatoire.

D'abord, ce conseil qu'il utilise comme un parapluie n'a pas à décider parce qu'il n'est qu'un simple conseil.

De plus, il n'y a jamais eu de vote. Quoi qu'il en soit, pourquoi s'en prendre uniquement à Polge ?

Quelle est votre explication ?

Il y a d'autres vilains petits canards à ses yeux, mais il n'ose pas s'y attaquer. Personnellement, il m'a à la bonne, même s'il sait que je ne respecte pas la péréquation. Je lui ai dit qu'il s'agissait d'une imbécillité et qu'il serait le dindon de la farce dans cette histoire-là. En fait, j'ai 1 000 fois plus de raison d'être révoqué, notamment parce que je suis à Morosaglia depuis 1981... L'évêque veut régler des comptes avec d'autres, et pour ce faire, il a choisi le maillon faible en s'attaquant à Polge. Pour montrer aux autres jusqu'où il pouvait aller.

Selon vous, l'abbé Polge peut-il encore éviter ce que l'évêque lui réserve ?

L'évêque ne reviendra pas sur sa décision. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut le considérer comme le petit roi absolu. L'instance romaine est au-dessus de lui. Il faut suivre la voie canonique qui permet au curé de faire appel d'une révocation s'il estime que le dossier est faux et scandaleux. Dans la lettre que j'ai écrite à l'évêque, je lui ai fait remarquer qu'il se prétendait garant de la communion ecclésiale alors qu'il passe son temps à dire du mal, y compris de ses prêtres. Il n'est pas le bon Pasteur. Jean-Paul II a bien dit que l'évêque ne doit pas gouverner comme les puissances de ce monde. Il ne doit pas faire sentir son pouvoir, mais s'en servir pour faire grandir son peuple.

Vous rangez-vous aujourd'hui résolument du côté du curé de Corte ?

Je le soutiens en m'exprimant aujourd'hui, parce qu'il est victime d'une injustice, mais il n'y a pas de camps. Dans ma lettre à l'évêque, j'ai cité Montaigne : « Notre intelligence se conduisant par la seule voie de la parole, celui qui la fausse trahit la société publique. C'est le seul outil par le moyen duquel se communiquent nos volontés, nos pensées. C'est le truchement de notre âme. S'il nous fait défaut, nous ne nous entre-connaissons plus ».

Vous exprimez-vous en votre nom personnel, où êtes-vous le porte-parole d'autres prêtres ?

Je ne suis le porte-parole de personne. Il est évident que d'autres prêtres partagent ma position, mais il n'y aura pas de mouvement collectif.

Quel est votre avis sur le soutien envers l'abbé Polge ?

C'est dommage qu'il ait un peu débordé, mais qui est responsable ? L'évêque a tout fait pour que les gens s'énervent. Pour ma part, je conseille plus que jamais le calme et surtout ne pas empêcher le déroulement de la Sainte Liturgie.
Propos Recueillis Par Noël Kruslin

Citation :

Émue, face à l'ampleur du soutien apporté à son frère, Valérie Polge n'a pu retenir ses larmes sous les chaleureux applaudissements qui ont suivi le rassemblement. « Mon frère va se rétablir, et rétablir certaines vérités », a-t-elle déclaré spontanément dans la matinée, avant de communiquer plus largement, par la suite, au nom de sa famille.

« Lorsque l'évêque parle de procédure normale et habituelle, il déforme la réalité. Après avoir tenu à faire montre de son pouvoir épiscopal, Monseigneur n'a pas le courage d'en assumer publiquement la responsabilité. Car l'évêque a bel et bien révoqué, par décret du 30 octobre, l'abbé Roger-Dominique Polge, lui demandant « de laisser libre le presbytère et de remettre les clés à l'abbé Ange-Michel Valery les registres de catholicité, tous les comptes paroissiaux et les chéquiers, ainsi que les clés des églises et des immeubles de l'ensemble interparoissial de Corte. Le curé de Corte serait-il donc, depuis le 30 octobre, également jeté comme un malpropre à la rue ?

Monseigneur Brunin excelle dans l'art de la désinformation lorsqu'il affirme notamment qu'il ne faut pas chercher des raisons « là où il n'y en a pas » alors que son vicaire général et administrateur paroissial de Corte déclarait au journal télévisé de France 3 Corse : « C'est quand même une sanction dans la mesure où le prêtre est relevé de ses fonctions ».

Est-il normal que, depuis maintenant plusieurs mois, sur des accusations infamantes et jamais clairement établies ni prouvées, puis par des intimidations répétées, Monseigneur Brunin ait fait subir à l'abbé Polge un véritable harcèlement moral qu'il essaie maintenant de présenter à son seul avantage comme de vaines tentatives de dialogues ?

Est-il normal qu'un prêtre qui exerce depuis 20 ans soit ainsi congédié et envoyé à Paris pour un prétendu « recyclage ecclésiastique et pastoral » ? Si cette démarche était si courante et normale, pourquoi seul l'abbé Polge en bénéficierait-il généreusement ?

Est-il normal que votre vicaire général soit venu au chevet de l'abbé Polge pour essayer de lui extorquer sa démission ? Est-il normal et habituel d'imposer cette décision au point de compromettre la santé d'un homme jusqu'alors pleinement investi dans sa mission ?

Nous tenons à préciser que si l'abbé Polge ne s'est pas exprimé, c'est en raison de son état de santé qui ne le lui permet pas présentement. Aussi, nous avons décidé seuls d'intervenir et nous en prenons l'entière responsabilité ».

Citation :
Monseigneur Jean-Luc Brunin, évêque d'Ajaccio pour la Corse, s'est enfin exprimé longuement en réaction au mouvement de solidarité exprimé envers l'archiprêtre de Corte : « Puisqu'on somme l'évêque de s'expliquer sur la situation de l'abbé Polge, étant sauve la nécessaire discrétion sur les éléments du dossier qui ne concernent que le prêtre et son évêque, voici ce que je peux dire pour éclairer les gens qui manifestent leur émotion. Voilà déjà plusieurs années que l'abbé Roger-Dominique Polge est interpellé sur sa façon de vivre le ministère pastoral des communautés du Cortenais. On lui a fait remarquer à plusieurs reprises, qu'il ne pouvait se tenir à distance des recherches vécues par les prêtres, les diacres et les laïcs des divers conseils, et qui visent à comprendre et accompagner les évolutions de notre église en Corse. Avec un nombre plus réduit de prêtres, avec des laïcs de plus en plus nombreux en responsabilité dans l'église, de nouvelles manières de vivre le ministère de prêtre sont à chercher. Ce fut, d'ailleurs, la question travaillée par les évêques de France à Lourdes, la semaine dernière. Il n'est plus possible à un prêtre de s'isoler et de se dispenser de la réflexion et du ressourcement spirituel partagé avec les prêtres du diocèse, au risque de ne plus pouvoir assumer convenablement sa mission. Cette attitude d'isolement se manifestait aussi concrètement par le refus de participer à la caisse de partage, mise en place en janvier 2008, pour un traitement équitable des prêtres. Sur ce point aussi, il fut plusieurs fois interpellé.

« Il s'est enfermé dans une sorte de séparatisme ecclésial »

Malgré ces interpellations, l'abbé Polge s'est enfermé dans une sorte de séparatisme ecclésial et dans une attitude d'hostilité croissante à l'égard de l'évêque, qu'il a distillée parmi les chrétiens qui lui étaient proches. Les propos outranciers tenus ces derniers jours en témoignent. Le triste spectacle qu'ont donné le 11 novembre dernier des chrétiens de Corte qui « criaient » le rosaire pour couvrir la voix du prêtre célébrant l'Eucharistie dans une église dont on avait enlevé les micros, est symptomatique d'une perte du sens de l'église. Comment la Vierge Marie pourrait-elle agréer une prière qui vise à rendre inaudible la célébration du sacrifice eucharistique de son fils ? La décision difficile qui fut prise de relever l'abbé Polge de sa charge de curé, vient au terme d'un processus canonique de révocation (canons 1740-1746). Là encore, malgré les possibilités que le droit de l'église lui offrait, il s'est obstiné dans une attitude de refus. Le conseil épiscopal et l'évêque ont donc été contraints de prendre cette mesure. Elle est déterminée par la recherche de l'intérêt du prêtre tout autant que le bien spirituel des communautés chrétiennes du Cortenais. Il aurait été irresponsable de laisser courir les choses : c'est le ministère même du prêtre qui était mis en danger, et c'est la communauté qui voyait s'évanouir sa qualité de vie ecclésiale. Le spectacle offert ces derniers jours témoigne que le danger est bien réel. L'abbé Polge a besoin d'un temps de recul, de réflexion et de prière. Je lui ai écrit, depuis Lourdes, pour l'inviter à me rencontrer au plus vite. Je lui ai dit ma disponibilité pour l'aider à aménager ce temps sabbatique afin de retrouver le sens de son ministère de prêtre et de se préparer intellectuellement et spirituellement à recevoir une nouvelle mission dans le diocèse. L'évêque se trouve mis en accusation. Il pourrait l'être si, par paresse ou lâcheté, il avait laissé cette situation en l'état. Au-delà de l'émotion que nous pouvons comprendre, nous souhaitons que tout le monde puisse raison garder en cette circonstance. J'invite les chrétiens du Cortenais à se rassembler autour du Père Ange-Michel Valery, leur nouveau pasteur, et de retrouver les voies de la communion diocésaine. Il en va de l'urgence de l'annonce de l'Évangile en Corse. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Prions pour l'Eglise de corse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prions pour l'Eglise et les prêtres
» Prions pour l'église persécutée : les Comores
» Prions pour notre Frère Nicodème qui part en voyage..
» Prions pour la Maman de Christiane...
» Prions pour la PAIX dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: