DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'ACÉDIE : une notion chrétienne??

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 05:38

Bonjour,

Je sollicite les érudits de ce forum pour une question qui me travaille depuis longtemps (en fait, depuis "l'âge de raison" comme on dit) :

Depuis mon adolescence donc, je traîne un mal-être global, un mal de vivre. Voici en quelques mots mes états d'âme : de l'ennui, une vie morne, sans saveur, sans joie véritable, sans passions réelles, consistantes.

En gros, c'est comme vivre plongé dans un état végétatif, dans une errance intérieure sans but réel : je regarde ma vie défiler. J'ai l'impression qu'il me manque cette impulsion de l'âme, cette impulsion de vie. C'est quelque chose de viscéral.

Je trouve les discours "psys" du genre "trouver un sens à sa vie ou prendre sa vie en main" complètement absurdes. Ce ne sont pour moi que des expressions vides de sens, creuses, sans réelle consistance.

Notre "vérité personnelle", subjective, le "sens de notre vie" vient du fond de notre âme. Elle ne vient pas de notre intellect froid et analytique. C'est une impulsion qui nous vient de notre inconscient, de notre singularité, de notre structure psychique profonde.

Comment le christianisme explique t-il cette impression de vide existentiel? Est-ce que cela pourrait correspondre à l'acédie?

Voici ce que ce site en dit :

« L’acédie, selon saint Jean Damascène, est « une tristesse accablante » qui produit dans l’esprit de l’homme une dépression telle qu’il n’a plus envie de rien faire, à la manière de ces choses qui, étant acides, sont, de surcroît, froides (et inertes). Et c’est pourquoi l’acédie implique un certain dégoût de l’action. C’est ce que démontre la Glose commentant le Psaume (cvii, 18) : « Ils avaient toute nourriture en horreur. » Certains la définissent : « une torpeur de l’esprit qui ne peut entreprendre le bien ». Une telle tristesse est toujours mauvaise, parfois en elle même, parfois en ses effets. »

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/18/98/43/quicumque/acedie.pdf


N'étant pas un grand érudit religieux, je préfère me méfier de ce qu'on en écrit sur la toile.

En espérant avoir des réponses non condescendantes....
Revenir en haut Aller en bas
spidle33



Masculin Messages : 4543
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 07:31

Bonjour,

à vous lire, il semblerait que ce vide ne vienne de nulle part. Y a-t-il des éléments de votre vie dont vous ne nous parlez pas qui vous ont conduits à ce vide intérieur ?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 08:04

Merci pour votre réponse.

La question du pourquoi est toujours ardue. Sauriez-vous me dire pourquoi un tel est de nature si joyeuse et pourquoi un tel autre est de nature si angoissée?

Le croyant dirait : "c'est Dieu qui l'a voulu" et l'homme de science que c'est une question d'hérédité et d'environnement (hérédité des traits de la personnalité ou le gène tout puissant!).
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 08:05

Cher TdarkyT,

Normalement, l'acédie est une sorte de dégout spirituel des choses saintes qui vient chez des personnes ayant ABUSÉ de ces choses saintes dans leur passé.

Je veux dire que cela prend souvent des religieux qui, après de longues années de ferveurs (sacrements, lectures, prières) font overdose.

Donc, cela touche normalement uniquement LES CHOSES SAINTES et non TOUTE LA VIE.

Question : dans votre jeunesse, avez-vous été dans une école catholique qui vous a BOURRE de cours de religion et de sacrements ?

Si ce n'est pas le cas, vous ne semblez pas être dans l'acédie ...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
spidle33



Masculin Messages : 4543
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 08:07

On peut avoir une nature angoissée et vivre de événements heureux qui cachent cette nature.

On peut avoir une nature joviale et être détruit par tel ou tel événement.

Ma question est en fait toute simple : y a-t-il des événements qui vous ont profondément marqué, qui pourraient expliquer ou avoir un lien avec votre état d'aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 08:08

Je vous mets la définition de saint Thomas sur l'acédie :

Citation :
IIa IIae QUESTION 35: L'ACÉDIE
1. Est-elle un péché? - 2. Est-elle un vice particulier? - 3. Est-elle un péché mortel? - 4. Est-elle un vice capital?

ARTICLE 1: L'acédie est-elle un péché?
Objections:


1. Il ne semble pas. Car, selon le Philosophe " nous ne méritons ni louange ni blâme pour nos passions ". Or l'acédie est une passion, car elle est une espèce de tristesse, comme dit S. Jean Damascène et nous l'avons vu plus haut. L'acédie n'est donc pas un péché.
2. Il n'y a pas de déficience corporelle se produisant à heure fixe, que l'on puisse considérer comme un péché. Or il en est ainsi pour l'acédie. Cassien nous dit: " C'est surtout aux environs de la sixième heure que l'acédie tourmente le moine, comme une sorte de fièvre qui monte à l'heure dite, attaquant l'âme malade par les accès les plus ardents de ses feux à des heures régulières et déterminées. " L'acédie n'est donc pas un péché.
3. Ce qui procède d'une bonne racine ne semble pas être un péché. Or, l'acédie procède d'une bonne racine, puisque Cassien fait remarquer que l'acédie vient de ce que quelqu'un se trouve douloureux de ne pas produire de fruit spirituel; il fait alors grand cas des monastères qui ne sont pas les siens. Ce qui semble une marque d'humilité. L'acédie n'est donc pas un péché.
4. Il faut toujours fuir le péché. " Fuis le péché comme le serpent ", dit l'Ecclésiaste (21, 2). Or, Cassien note que " l'expérience prouve qu'il ne faut pas fuir les assauts de l'acédie, mais la surmonter en lui résistant ". Donc, l'acédie n'est pas un péché.
Cependant, ce que défend la Sainte Écriture est un péché. Or, il en est ainsi pour l'acédie. Il est écrit en effet dans l'Ecclésiastique (6, 26): " Offre-lui tes épaules et porte-là ", il s'agit de la sagesse spirituelle - " et tu n'éprouveras pas d'acédie en restant dans ses liens ". Donc, l'acédie est un péché.
Conclusion:
L'acédie, selon S. Jean Damascène, est " une tristesse accablante " qui produit dans l'esprit de l'homme une dépression telle qu'il n'a plus envie de rien faire, à la manière de ces choses qui, étant acides, sont, de surcroît, froides (et inertes). Et c'est pourquoi l'acédie implique un certain dégoût de l'action. C'est ce que démontre la Glose commentant le Psaume (107, 18): " Ils avaient toute nourriture en horreur. " Certains la définissent " une torpeur de l'esprit qui ne peut entreprendre le bien ". Une telle tristesse est toujours mauvaise, parfois en elle-même, parfois en ses effets. Est mauvaise en elle-même la tristesse qui provient d'un mal apparent et d'un bien véritable; à l'inverse, est mauvaise la délectation d'un bien apparent et d'un mal véritable. Donc, puisque le bien spirituel est un vrai bien, la tristesse qui provient d'un bien spirituel est mauvaise en elle-même. Quant à la tristesse qui provient d'un mal véritable, elle est mauvaise dans ses effets lorsqu'elle accable l'homme au point de l'empêcher totalement de bien agir. Aussi l'Apôtre (2 Co 2, 7) ne veut-il pas que celui qui fait pénitence " sombre dans une tristesse excessive " à la vue de son péché. Donc, parce que l'acédie, comme nous l'envisageons ici, est une tristesse provenant d'un bien spirituel, elle est doublement mauvaise: en elle-même et dans ses effets. Et c'est pourquoi l'acédie est un péché, car, nous l'avons montré, ce qui est mauvais dans les mouvements de l'appétit est un péché.
Solutions:
1. En elles-mêmes les passions ne sont pas des péchés, mais elles méritent le blâme quand elles s'appliquent à quelque chose de mauvais, de même qu'elles sont dignes de louange quand elles s'appliquent à quelque chose de bon. En elle-même la tristesse ne signale ni quelque chose de louable ni quelque chose de blâmable. La tristesse est louable quand elle provient d'un mal véritable et qu'elle reste modérée. La tristesse est blâmable quand elle provient d'un bien, ou qu’elle est immodérée. C'est ainsi que l'acédie est un péché.
2. Les passions de l'appétit sensible peuvent être en elles-mêmes des péchés véniels, et incliner l'âme au péché mortel. Parce que l'appétit sensible est lié à un organe corporel, il en résulte qu’à la suite d'une modification d'ordre corporel, l’homme se trouve plus disposé à quelque péché. Et c'est pourquoi il peut arriver qu'en raison des changements d'ordre corporel survenant à des moments précis, certains péchés nous assaillent davantage. Ainsi, toute déficience corporelle, de soi, dispose à la tristesse, c'est pourquoi ceux qui jeûnent quand, vers le milieu du jour, ils commencent à éprouver le manque de nourriture et sont accablés par l'ardeur du soleil, subissent davantage les assauts de l'acédie.
3. C'est pour l'homme une marque d'humilité de ne pas s'exalter lui-même, alors qu'il constate ses propres défauts. Mais ce n'est pas de l'humilité, mais plutôt de l'ingratitude que de mépriser les biens qui lui viennent de Dieu. C'est ce mépris qui engendre l'acédie. Nous nous attristons en effet de ce que nous estimons mauvais ou de peu de prix. Il est donc nécessaire que si quelqu'un apprécie les biens des autres, il ne méprise pas pour autant les biens que Dieu lui réserve. Car alors ceux-ci deviendraient attristants.
4. Il faut toujours fuir le péché. Mais il faut vaincre le péché parfois en le fuyant, parfois et lui résistant. En le fuyant, quand une rumination continue augmente l'excitation du péché, ce qui est le cas pour la luxure. C'est pourquoi S. Paul écrit (1 Co 6, 18): " Fuyez la fornication. " El il faut vaincre le péché en lui résistant, quand une réflexion prolongée supprime l'attrait du péché qui provient d'un examen superficiel. Ce qui est le cas pour l'acédie, car plus nous réfléchissons aux biens spirituels, plus aussi ils nous deviennent agréables; ce qui fait cesser l'acédie.


ARTICLE 2: L'acédie est-elle un vice particulier?
Objections:

1. Il ne semble pas. En effet, ce qui se vérifie pour chaque vice ne constitue pas une raison particulière de vice. Or, tous les vices font que l'homme s'attriste du bien spirituel opposé; car le luxurieux s'attriste du bien de la continence, le gourmand s'attriste du bien de l'abstinence. Puisque l'acédie est une tristesse qui provient du bien spirituel, nous venons de le voir, il semble donc que l'acédie ne soit pas un péché spécial.
2. Puisque l'acédie est une certaine tristesse, elle s'oppose à la joie. Or la joie n'est pas une vertu spéciale. On ne peut donc pas dire non plus que l'acédie soit un vice spécial.
3. Puisque le bien spirituel est un objet d'ordre général que la vertu recherche et que le vice fuit, il ne constitue pas une raison spéciale de vertu ou de vice, à moins qu'une addition n'en restreigne le sens. Or, si l'acédie est un vice spécial, il n'y a que le labeur, semble-t-il, pour apporter cette précision restrictive. C'est en effet parce que les biens spirituels sont laborieux que certains les fuient, si bien que l'acédie est une espèce d'ennui. Or, il n'appartient qu'à la paresse de fuir l'effort et de chercher le repos corporel. L'acédie ne serait donc rien d'autre que la paresse. Ce qui semble faux, car la paresse s'oppose au zèle, alors que l'acédie s'oppose à la joie. L'acédie n'est donc pas un vice particulier.
Cependant, S. Grégoire distingue l'acédie des autres vices. Elle est donc un vice spécial.
Conclusion:
Puisque l'acédie est une tristesse qui provient du bien spirituel, si l'on considère le bien spirituel dans son acception générale, l'acédie ne pourra signifier un vice spécial. Tout vice, en effet, comme on l'a dit, fuit le bien de la vertu opposée. De même, on ne peut pas dire que l'acédie soit un vice spécial dans la mesure où elle fuit le bien spirituel en tant qu'il est fatigant ou pénible pour le corps, ou qu'il empêche sa délectation; car cela ne la distinguerait pas des vices charnels qui nous font rechercher le repos et le plaisir du corps.
Et c'est pourquoi nous devons dire qu'il y a un ordre parmi les biens spirituels; en effet, tous les biens spirituels qui se trouvent dans les actes de chaque vertu sont ordonnés à un bien spirituel unique qui est le bien divin, que concerne une vertu spéciale, la charité. Il appartient donc à chaque vertu de se réjouir de son bien spirituel propre, qui se trouve dans son acte propre; mais cette joie spirituelle qui se réjouit du bien divin appartient spécialement à la charité. Et de même, cette tristesse au sujet du bien spirituel qui se trouve dans les actes de chaque vertu n'appartient pas à un vice spécial, mais à tous les vices. Au contraire, s'attrister du bien divin, dont se réjouit la charité, cela appartient à un vice spécial qu'on appelle l'acédie.
Solutions:
On répond ainsi clairement aux Objections.

ARTICLE 3: L'acédie est-elle un péché mortel?
Objections:

1. L'acédie ne semble pas être un péché mortel. En effet, tout péché mortel s'oppose à un précepte de la loi divine. Or, l'acédie ne s'oppose à aucun précepte, semble-t-il, comme on le voit en examinant l'un après l'autre les préceptes de décalogue.
2. Un péché d'action n'est pas moins grand qu'un péché du coeur appartenant au même genre. Or, agir en s'écartant d'un bien spirituel conduisant à Dieu, n'est pas péché mortel; autrement, quiconque n'observerait pas les conseils pécherait mortellement. Donc l'acédie n'est pas péché mortel.
3. On ne trouve pas de péché mortel chez les hommes parfaits. Mais on trouve chez eux de l'acédie, et Cassien a pu dire que l'acédie " est surtout éprouvée par les solitaires et qu'elle constitue l'ennemi le plus pernicieux et le plus fréquent pour ceux qui demeurent au désert ". L'acédie n'est donc pas un péché mortel.
Cependant, S. Paul nous dit (2 Co 7, 10): " La tristesse selon ce monde produit la mort. " C'est le cas de l'acédie. Elle n'est pas en effet une " tristesse selon Dieu ", laquelle se distingue par opposition à la tristesse selon ce monde qui produit la mort. Donc elle est péché mortel.
Conclusion:
Comme nous l'avons dit antérieurement, on appelle péché mortel celui qui détruit la vie spirituelle. Celle-ci vient de la charité selon laquelle Dieu habite en nous. Aussi un péché est-il mortel en raison de son genre lorsque, de lui-même, selon sa raison propre, il s'oppose à la charité. Or, c'est le cas pour l'acédie. Car l'effet propre de la charité, nous l'avons déjà dit, est la joie qui vient de Dieu; tandis que l'acédie est la tristesse que nous inspire le bien spirituel en tant qu'il est le bien divin. Aussi, en raison de son genre, l'acédie est-elle péché mortel.
Il faut remarquer cependant que les péchés qui, par leur genre, sont mortels ne le sont que s'ils atteignent leur perfection. Car l'achèvement du péché est dans le consentement de la raison. Nous parlons en effet maintenant du péché humain, qui consiste dans un acte humain dont le principe est la raison. Aussi le péché qui commence dans la seule sensualité, sans parvenir jusqu'au consentement de la raison, est-il péché véniel à cause du caractère imparfait de son acte. C'est ainsi qu'en matière d'adultère le désir qui demeure dans la seule sensualité est péché véniel, mais s'il parvient jusqu'au consentement de la raison, il est péché mortel. C'est ainsi encore qu'un mouvement d'acédie existe parfois dans la seule sensualité, en raison de l'opposition de la chair à l'esprit, et il est alors péché véniel. Mais parfois le mouvement d'acédie parvient jusqu'à la raison qui accepte de fuir, de prendre en horreur et de détester le bien divin, la chair prévalant tout à fait contre l'esprit. Alors, il est évident que l'acédie est péché mortel.
Solutions:
1. L'acédie est contraire au précepte de sanctification du sabbat qui prescrit, selon qu'il est un précepte moral, le repos de l'esprit de Dieu. A cela s'oppose la tristesse spirituelle à l'égard du bien divin.
2. L'acédie n'est pas un éloignement de l'esprit envers un bien spirituel quelconque, mais envers le bien divin, auquel l'esprit doit d'unir de toute nécessité. Si quelqu'un s'attriste parce qu'on l'oblige à accomplir des oeuvres de vertu auxquelles il n'est pas tenu, il ne commet pas le péché d'acédie. Mais il le commet lorsqu'il s'attriste de ce qu'il doit accomplir pour Dieu.
3. Chez les saints hommes on trouve des mouvements imparfaits d'acédie, qui n'atteignent pas cependant jusqu'au consentement de la raison.

ARTICLE 4: L'acédie est-elle un vice capital?
Objections:

1. Il semble que non. On appelle en effet vice capital celui qui pousse à des actes de péchés, nous l'avons dit précédemment. Or, l'acédie ne pousse pas à agir, mais retient plutôt d'agir. Elle n'est donc pas un vice capital.
2. Le vice capital a des filles qui lui sont attribuées. S. Grégoire attribue à l'acédie six filles qui sont " la malice, la rancune, la pusillanimité, le désespoir, la torpeur vis-à-vis des commandements, le vagabondage de l'esprit autour des choses défendues ", qu'il ne semble pas exact de faire naître de l'acédie. La rancune, en effet, semble bien être identique à la haine, et celle-ci naît de l'envie, nous l'avons vu plus haut. La malice est un genre qui englobe tous les vices, de même que le vagabondage de l'esprit autour de choses défendues. La torpeur vis-à-vis des commandements semble bien identique à l'acédie. Quant à la pusillanimité et au désespoir, ils peuvent provenir de n'importe quel péché. Il n'est donc pas exact de considérer l'acédie comme un vice capital.
3. S. Isidore distingue le vice d'acédie du vice de tristesse. Il y a tristesse, dit-il, quand on s'écarte d'un devoir onéreux et pénible auquel on est tenu; acédie quand on se laisse aller à une inaction coupable. Et il ajoute que la tristesse produit " la rancune, la pusillanimité, l'amertume, le désespoir "; et que l'acédie a sept filles: l'inaction, l'indolence, l'agitation de l'esprit, la nervosité, l'instabilité, le bavardage, la curiosité. Il semble bien que l'un ou l'autre, S. Grégoire ou S. Isidore, ait tort de ranger l'acédie parmi les vices capitaux chacun avec ses filles.
Cependant, S. Grégoire affirme que l'acédie est un vice capital et qu'elle a les filles que l'on a dites.
Conclusion:
Comme nous l'avons vu antérieurement, un vice est appelé capital lorsqu'il est prêt à engendrer d'autres vices selon la raison de cause finale. De même que les hommes se donnent beaucoup de mal en vue du plaisir, soit afin de l'obtenir, soit parce que l'entraînement du plaisir les pousse à d'autres activités; de même ils se donnent beaucoup de mal en vue de la tristesse, soit afin de l'éviter, soit que pressés par elle, ils se hâtent de faire autre chose. Aussi, puisque l'acédie est une tristesse, comme nous l'avons vu', est-il juste d'en faire un vice capital.
Solutions:
1. Il est vrai que l'acédie, en pesant sur l'esprit, retient l'homme des activités qui causent la tristesse. Mais elle pousse aussi à certains actes qui, ou bien sont en accord avec la tristesse, comme de pleurer, ou bien permettent d'éviter la tristesse.
2. S. Grégoire a désigné les filles de l'acédie comme il le fallait. En effet, selon le Philosophe, " personne ne peut rester longtemps sans plaisir, en compagnie de la tristesse ". C'est pourquoi la tristesse a nécessairement deux résultats; elle conduit l'homme à s'écarter de ce qui l'attriste; et elle le fait passer à d'autres activités où il trouve son plaisir. De même, ceux qui ne peuvent goûter les joies spirituelles se portent vers les joies corporelles selon Aristote. Dans ce mouvement de fuite par rapport à la tristesse, se remarque le processus suivant: d'abord, l'homme fuit les choses qui l'attristent; ensuite il combat ce qui lui apporte de la tristesse. Or, les biens spirituels dont l'acédie s'attriste sont la fin et les moyens qui regardent la fin. On fuit la fin par le désespoir. On fuit les biens ordonnés à la fin, s'il s'agit de biens difficiles appartenant à la voie des conseils, par la pusillanimité; s'il s'agit de biens qui relèvent de la justice commune, on les fuit par la torpeur à l'égard des préceptes. Le combat contre les biens spirituels attristants est parfois mené contre les hommes qui les proposent, et c'est alors la rancune; parfois le combat s'étend aux biens spirituels eux-mêmes, ce qui conduit à les détester, et c'est alors la malice proprement dite. Enfin, lorsqu'en raison de la tristesse causée par les biens spirituels, on se porte vers les choses extérieures qui procurent du plaisir, la fille de l'acédie est alors l'évasion vers les choses défendues.
La réponse aux objections faites à chacune des filles de l'acédie est donc claire. En effet, la malice n'est pas prise ici comme le genre commun à tous les vices, mais de la façon que nous venons de dire. La rancune n'est pas prise ici dans un sens général qui rejoint la haine, mais comme un ressentiment, nous venons de le dire. Et il faut en dire autant pour les autres filles de l'acédie.
3. Cassien distingue, lui aussi, la tristesse de l'acédie; mais S. Grégoire est plus exact en appelant l'acédie une tristesse. Car, nous l'avons vu plus haut x, la tristesse n'est pas un vice distinct des autres en tant qu'on se refuse à un travail pénible et fatigant, ou en tant qu'on s'attriste pour quelque autre motif, mais selon qu'on s'attriste du bien divin. Cela fait partie de la définition de l'acédie, qui se tourne vers une inaction coupable en tant qu'elle dédaigne le bien divin.
Mais la descendance qu'Isidore attribue à la tristesse et à l'acédie se ramène aux affirmations de S. Grégoire. Car l'amertume qu'Isidore fait venir de la tristesse est un effet de la rancune. L'inaction et l'indolence se ramènent à la torpeur en face des commandements; celui qui est inactif les omet complètement, celui qui est indolent les accomplit avec négligence. Les cinq autres vices qu'il fait venir de l'acédie appartiennent tous à l'évasion de l'esprit vers les choses défendues. Quand cette évasion a son siège au sommet de l'esprit chez celui qui se dissipe à contretemps dans tous les sens, on l'appelle l'agitation de l'esprit; quand elle se rapporte à la puissance de connaissance, on l'appelle la curiosité; quand elle se rapporte à la faculté d'élocution, on l'appelle le bavardage; quand elle se rapporte au corps, incapable de demeurer en un même lieu, on l'appelle la nervosité, si l'on veut signaler le vagabondage de l'esprit que manifestent les membres se répandant en mouvements désordonnés; l'instabilité, si l'on veut signaler la diversité des lieux. L'instabilité peut désigner aussi l'inconstance dans les projets.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 08:57

spidle33 a écrit:
Ma question est en fait toute simple : y a-t-il des événements qui vous ont profondément marqué, qui pourraient expliquer ou avoir un lien avec votre état d'aujourd'hui ?

J'ai toujours été solitaire. Je n'ai pas changé depuis tout petit! Je me rappelle qu'à l'école élémentaire, les méchants de la cour de récré me trainaient par terre. Je ne ressentais pas de peur. Je restais là, hébété. Déboussolé. Muet, aréactif, absent. Je n'avais aucune agressivité. Je ne comprenais simplement rien.

Arnaud Dumouch a écrit:
Question : dans votre jeunesse, avez-vous été dans une école catholique qui vous a BOURRE de cours de religion et de sacrements ?

Non! Je ne suis donc pas dans l'acédie!

Merci à tous les deux.


Dernière édition par TdarkyT le Lun 16 Nov 2009, 09:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jeb



Masculin Messages : 4321
Inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 09:08

Cher TdarkyT,

J'ai connu des personnes qui, ayant ce même "mal-être", n'obtenaient aucune réponse satisfaisante, jusqu'au jour où elles ont pu participer à une session de "guérison intérieure".

Elles ont pu découvrir, sous le regard du Seigneur, que ce "mal-être" avait pour origine une blessure ou un traumatisme qui remontait soit à la conception, soit pendant la vie intra-utérine, soit à la naissance ou soit pendant la toute petite enfance.

Avez-vous cherché de ce côté-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 09:33

Arnaud Dumouch a écrit:
Normalement, l'acédie est une sorte de dégout spirituel des choses saintes....

Est-ce que vous voulez bien m'en dire un peu plus?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80258
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 11:55

TdarkyT a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Normalement, l'acédie est une sorte de dégout spirituel des choses saintes....

Est-ce que vous voulez bien m'en dire un peu plus?

Cela vient chez la personne qui, ayant été TROP PIEUSE DANS SA JEUNESSE, finit par en faire overdose.

Cela ne semble pas vous concerner. Vous semblez juste avoir un tempérament doux et introvertie. Je ne suis pas sûr qu'il faille en changer. Aimer le Christ tel qu'on est n'a rien à voir avec la tiédeur. Lui, il voit votre coeur et, en, mettant un petite pièce dans son Temple, vous mettez sans doute plus que nous qui nous agitons avec de grandes sommes (voir la parabole de la veuve et de son offrande).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Lun 16 Nov 2009, 22:53

Il y a plusieurs possibilités...

Lorsqu'un enfant est éduqué, je dirais dans une atmosphère familiale où l'amour est un tabou (l'amour ne se communique pas, il y a un malaise à communiquer tout sentiments), il sera un peu dans un vide existentiel (sans repere). Son existence lui semblera inutile (il ne saura plus rien désiré, état de refoulement des émotions, perte de contacte avec ses émotions). C'est la perte de contacte avec les sentiments qui créé cette impression de vide. C'est un vide émotif.
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: L'ACÉDIE : une notion chrétienne??   Mar 17 Nov 2009, 05:38

Citation :
C'est quelque chose de viscéral.

L'autre possibilité est celle-ci (elle peut s'ajouter à la première mais pas nécessairement). Il peut exister un genre de désespoir viscéral. Le mot "viscéral" est très juste. Dans ce cas c'est un désespoir qui habite tout le corps, un genre de peur et de désespoir viscérale qui habiterait tout votre corps. Cela serait en rapport avec la naissance. Comme vous parlez d'une presque incapacité à réagir émotivement au monde extérieur (bloqué), cela peut venir du fait que lors de votre naissance vous étiez bloqué physiquement (peut-être retenu par le cordon ou autre). Et comme il s'agit d'une question de survie, le bébé refoulera toutes émotions. Mais un désespoir et probablement une peur viscérale l'habitera toute sa vie... Il aura l'impression de ne pas avoir ce qu'il faut pour être heureux (ne pas avoir la capacité d'être heureux). D'être en dehors du monde (dans sa bulle, mal née)... C'est même possible qu'il ne réagisse pas à son propre désespoir, afin de pas le ressentir entièrement (question de survie). Il aura l'impression d'être "programmé" pour le désespoir. Le bonheur ne le touchera pas. La joie n'aura pas vraiment de sens pour lui. Il aura vraiment l'impression d'être prédisposé au désespoir (à la vie sans bonheur). C'est en réalité les sentiments de la naissance qui refont surface. Il en est entièrement habité. Dans ce cas c'est un traumatisme de naissance qui en est la cause. Il faut en demander la guérison.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'ACÉDIE : une notion chrétienne??
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ACÉDIE : une notion chrétienne??
» LUMEN GENTIUM : Ch 14 / Les fideles catholiques
» Notion de Mektoub
» Scandaleuse complicité de Famille Chrétienne
» Que font les TJ, dans la section chrétienne?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: