DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Proche-Orient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 04 Mai 2008, 07:58

Pas convaincu .
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 04 Mai 2008, 09:35

Tourterelle a écrit:
Bon, ok...

Alors ne faisons pas de comparaisons... Cette phrase suffira. Le coran parle par lui-même (pas besoin d'ajouter de commentaires)... Idea

citation du coran:
Citation :
le combat (Jihâd) vous est prescrit; tuez-les partout où vous les trouverez

_______________________________

Tu reviens mécréant... Smile
ustement, cette phrase ne suffit pas.

Chez les Islamistes comme ben Laden, elle est effectivement prise en son sens sec et littéral.

Chez les autres, elles est prise à un ordre de circonstance lié à tel combat précis de Mohamed.
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 04 Mai 2008, 12:46

Peu importe, le problème est qu'elle se trouve, et répétée je ne sais combien de fois, dans le Coran, et la Sunna Idea

C'est là qu'il est, le problème, et nulle part ailleurs.

Ayaan Hirsi Ali a écrit:
Le problème, c'est le Prophète et le Coran

Et une telle idéologie, plus que clairement totalitaire, ainsi que potentiellement génocidaire dans ses textes, n'a rien à faire chez nous Idea

Et pour ceux qui voudraient me traiter d'"islamophobe", je leur dirai simplement que je ne fais, entre autres, que citer la Cour Européenne des Droits de l'Homme, qui, dans un de ses arrêtés, a, noir sur blanc, déclaré la Charia INCOMPATIBLE avec ces derniers Idea



Dernière édition par Mécréant-LV le Dim 04 Mai 2008, 13:06, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 04 Mai 2008, 12:47

boudo a écrit:
Pas convaincu .

Shocked Shocked Shocked What a Face
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 04 Mai 2008, 14:09

Mécréant-LV a écrit:
Peu importe, le problème est qu'elle se trouve, et répétée je ne sais combien de fois, dans le Coran, et la Sunna Idea

C'est là qu'il est, le problème, et nulle part ailleurs.

Ayaan Hirsi Ali a écrit:
Le problème, c'est le Prophète et le Coran

Et une telle idéologie, plus que clairement totalitaire, ainsi que potentiellement génocidaire dans ses textes, n'a rien à faire chez nous Idea

Et pour ceux qui voudraient me traiter d'"islamophobe", je leur dirai simplement que je ne fais, entre autres, que citer la Cour Européenne des Droits de l'Homme, qui, dans un de ses arrêtés, a, noir sur blanc, déclaré la Charia INCOMPATIBLE avec ces derniers Idea



Attention, ce sont les même arguments, tirés de l'AT, qu'utilisent les islamistes pour prouver à leurs adeptes pourquoi les Juifs tuent VOLONTAIREMENT, à cause de leur religion, des enfant palestiniens (Moïse ne le commande-t-il pas, partout ?)

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 04 Mai 2008, 14:16

Euh, Arnaud, il y a peut-être une petite (toute petite Mr. Green ) différence entre le discours djihadiste et le nôtre ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 04 Mai 2008, 16:44

Les Romains, en 135 ap. JC, disaient bien que le judaïsme étant irréformable à cause de ses textes, il fallait l'éliminer.

Et, vous le voyez, le Judaïsme a changé.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 04 Mai 2008, 18:13

Citation :
ustement, cette phrase ne suffit pas.

Chez les Islamistes comme ben Laden, elle est effectivement prise en son sens sec et littéral.

Chez les autres, elles est prise à un ordre de circonstance lié à tel combat précis de Mohamed.
_________________
Arnaud

Justement.... La question n'est pas comment discuter avec un musulman modéré qui lui sait prendre une distance avec les écrits du coran (donc il sait relativiser). Et à mon avis, il n'est pas représentatif de qu'est réellement l'Isalm. Pour discuter avec un fanatique il faut simplement cité le coran... Il y a moins de risque d'être accuser de racisme, de haine, de manque de respect à Mahomet et à allah du coran ect... Ils ne pourront pas accuser le coran... Les fanatiques utilisent (manipulation) les droits de l'homme pour s'imposer...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 04 Mai 2008, 18:19

Discuter avec un musulman fanatique nous est impossible. Seuls des imams, parfois, arrivent à les convaincre de leurs erreurs.

En ce qui nous concerne, nous devons nous montrer fermes et même intransigeant car, devant la force, ces gens plient.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 04 Mai 2008, 18:57

Citation :
En ce qui nous concerne, nous devons nous montrer fermes et même intransigeant car, devant la force, ces gens plient.

C'est bien possible, puisqu'ils semblent avoir le culte de la "puissance"... Lorsqu'ils se sentent en faiblesse ils se retirent (ou se font plus discret)... Donc c'est peut-être pour cette raison qu'ils utilisent des moyens détournés pour s'imposer, comme les droits de l'homme. Finalement ils utilisent la démocratie pour imposer la dictature de l'islam au nom de la liberté. De cette façon ils risques de devenir "fort"...

Je fais une nuance entre fanatiques (ceux qui demandent des "accommodements dit raisonnables") et "fanatiques terroristes" mais peut-être ais-je tord... Je ne sais pas...
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Lun 05 Mai 2008, 09:00

Pour une fois , je serai tenté de donner raison à Mécréant-LV , chère Tourterelle . Je suis un admirateur de M. Ghaleb Ben Cheick ( ? ) pour sa foi , son immense érudition et sa connaissance du catholicisme mais je ne me fais pas d'illusion : en tant qu'intellectuel , il se met au service ( ou en esclavage ? ) de l'islam et refuse la distinction entre islamisme modéré et islamisme radical . C'est un prisonnier volontaire . C'est quand même toujours un plaisir de l'écouter .
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Lun 05 Mai 2008, 15:58

J'abandonne.

Définitivement Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Lun 05 Mai 2008, 18:02

Citation :
C'est quand même toujours un plaisir de l'écouter .


:bougie: Boudo, franchement... J'ai l'impression que tu réussirais à ressentir du plaisir à écouter le discours d'un terroriste... Tu réussirais à y trouver quelque chose d'harmonieux (une douce musique)... C'est ce qu'on appelle du positivisme à toutes épreuves (du genre tout vas bien ici et maintenant, ou flower power flower afro ou du "gentillisme" aveugle qui n'a finalement rien à voir avec la charité), heureusement que tu ne te fais pas d'illusion.

Mais bon, tu as raison, tu as tout compris... Et finalement je préfère de beaucoup n'avoir rien compris.. drunken


salut

Ps. Moi aussi j'abandonne, alors tu devras discuter seul avec toi-même... Je n'y peux rien...

Mais je suggère que le fil continue tout simplement (désolée Boudo I love you... ). Idea
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mar 06 Mai 2008, 23:18

T'inquiète, ma douce, le fil va continuer...tout indique que l'explosion, tant redoutée, des Proche et Moyen-Orient est pour cet été :|

En clair : le choc des civilisations tant nié, Islam-Occident, en un mot : la 3ème (ou 4ème, si l'on inclut la Guerre Froide) Guerre Mondiale Idea

Ce qui est déjà en cours va ENFIN devenir évident pour tout le monde...

...et pour ceux qui me traiteraient de parano ou de prophète de malheur, nous en reparlerons très bientôt...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 07 Mai 2008, 01:57

Citation :
T'inquiète, ma douce, le fil va continuer...

Good! thumleft

Pour le reste, on verra bien... ;)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 07 Mai 2008, 09:23

Mécréant-LV a écrit:
T'inquiète, ma douce, le fil va continuer...tout indique que l'explosion, tant redoutée, des Proche et Moyen-Orient est pour cet été :|

.

Je ne le pense pas du tout.

La question actuelle est sur deux fronts:

1° L'Iran et sa bombe.
2° Et, depuis 60 ans, l'existence refusée par l'islam de l'Etat d'Israël.

Le Proche Orient est tenu par ses gouverrnements et suivra plutôt le reste du monde dans la neutralisation de la bombe chiite.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 07 Mai 2008, 11:43

Le Proche Orient prend pour vrai les "Protocoles des sages de Sion".

Tout indique encore une fois la monté de haine envers les juifs dans le monde musulman complément dans le déni du réel.
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 07 Mai 2008, 17:20

Arnaud Dumouch a écrit:
Mécréant-LV a écrit:
T'inquiète, ma douce, le fil va continuer...tout indique que l'explosion, tant redoutée, des Proche et Moyen-Orient est pour cet été :|

.

Je ne le pense pas du tout.

La question actuelle est sur deux fronts:

1° L'Iran et sa bombe.
2° Et, depuis 60 ans, l'existence refusée par l'islam de l'Etat d'Israël.

Le Proche Orient est tenu par ses gouverrnements et suivra plutôt le reste du monde dans la neutralisation de la bombe chiite.

Nous aurons la réponse bientôt, Arnaud...relis attentivement les derniers articles de la Mena...

Ils ne se sont jamais trompés, jusqu'à présent Idea

Enfin bref, comme d'hab', Wait & See, on n'est pas devins ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Lun 12 Mai 2008, 14:49

L'Acte I vient de démarrer...

Le Liban spiderman spiderman spiderman

Pour rappel, en plus de la FINUL (dont on se demande bien à quoi elle sert spiderman ), présente sur place, des bâtiments de guerre de l'US Navy et de la Kriegsmarine croisent au large...

Et on ne peut s'empêcher de penser au rassemblement des nations évoqué dans certain bouquin, concernant certaine bataille...

...et Meggido n'est qu'à quelques dizaines de kilomètres...

Histoire de rassurer tout le monde Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 18 Mai 2008, 15:22

Citation :
Législatives: percée des islamistes radicaux, pas de femme élue

Dimanche 18 mai 2008

(Belga) Les islamistes radicaux ont fait une percée aux élections législatives koweïtiennes, selon les résultats quasi définitifs publiés dimanche, qui montrent en outre qu'aucune femme parmi les 27 candidates n'a été élue.

Selon les résultats définitifs du scrutin de samedi dans quatre circonscriptions et les résultats semi-officiels des élections dans la cinquième, l'Alliance islamique salafiste (AIS), des radicaux sunnites, et leurs alliés remportent 10 sièges au Parlement de 50 membres, soit le double ou presque de leur représentation dans l'ancienne assemblée. Au total, les islamistes sunnites remportent 21 sièges, soit quatre de plus que dans l'ancienne assemblée qui a été dissoute en mars après un bras de fer entre les élus et le gouvernement. Le Mouvement islamique constitutionnel (MIC), bras politique des Frères musulmans, des sunnites modérés, a toutefois connu un recul, ne gardant que la moitié des six sièges qu'il avait dans l'ancien Parlement. La minorité chiite a remporté un nouveau siège et aura cinq élus, tous des islamistes, dont deux qui ont pris l'initiative de célébrer en mars la mémoire d'Imad Moughnieh, un chef du Hezbollah libanais tué dans un attentat à Damas. Cette célébration avait provoqué des tensions confessionnelles ayant conduit à la dissolution du Parlement. Les chiites constituent au Koweït le tiers de la population autochtone, d'un peu plus d'un million de personnes. Les libéraux et leurs alliés, avec sept élus, ont perdu un siège, tout comme le bloc nationaliste de l'Action populaire, du vétéran de la vie politique koweïtienne, Ahmed al-Saadoun, qui n'a obtenu que quatre sièges. Aucune femme sur les 27 candidates n'a été élue, mais l'une d'elles, l'universitaire Aseel al-Awadhi, a failli l'être: elle figurait à la 11ème place dans la 3ème circonscription qui a envoyé 10 élus au Parlement. C'était la deuxième fois dans l'histoire de l'émirat que les femmes participaient à un tel scrutin. (VVA)

http://actu.skynet.be/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mar 20 Mai 2008, 00:13

Citation :
Le ministère de la Vérité

Posté le Dimanche 18 mai 2008 par Sittingbull

Texte complet dontJCD a judicieusement extrait le passage sur les esclaves noirs châtrés

Par Laurent Murawiec à Washington © Metula News Agency

Pas les yeux derrière la tête

Depuis qu’elle est la secrétaire d’Etat de George Bush, Condoleezza Rice se transporte avec fréquence au Moyen-Orient, où elle déploie des efforts herculéens pour renforcer, relancer, revigorer, remplumer ou requinquer le fictif « processus de paix » entre Israël et l’entité dite “Autorité Palestinienne”. Depuis longtemps, on le sait, il y a du processus mais pas de paix, le processus n’étant que la somme des misérables illusions servant à masquer la guerre arabo-islamique contre Israël et l’Occident en la peinturlurant de belles phrases.

Et que je te donne du Quartet, et de la Carte routière, et des Annapolis, et que je te négocie à bras raccourcis et rallongés, et que je te cause des conditions humanitaires à Gaza, et de ce qu’Israël devrait faire avec la chèvre et avec le chou. Les tueurs du Hamas, foi de Jimmy Carter, que Condi était allée consulter, sont prêts à reconnaître Israël (« Ah ! je vous reconnais ! Pan ! voilà un Qassam). Allez ! Encore un voyage ! Il n’y a qu’à négocier encore un peu et nous y serons presque. Le rêve majestueux de la Paix est au coin de la rue – caché derrière un sniper du Hamas, à moins que ce soit une bombe vivante du Fatah. Mais enfin, ne barguignons pas : la paix, où qu’elle soit, n’est pas loin.

Condi Rice fait semblant de porter un processus de paix qui est mort depuis longtemps, tout comme George Bush fait semblant d’être encore président alors qu’il n’est plus qu’un canard boiteux que nul n’écoute, tout comme Olmert fait semblant d’être premier ministre, alors qu’il n’est qu’un inculpé en sursis, qu’Abbas fait semblant d’être le président de l’AP alors qu’il n’est qu’un notable sans influence. Dans le monde du faux-semblant, tous rivalisent dans le faux, faux jetons, faux derches, faux-monnayeurs de la réalité.

Et pendant que Miss Rice, qui n’a pu s’empêcher de faire, de temps à autres, d’ignobles déclarations comparant Israël au Sud profond de son enfance, comparant les Palestiniens au mouvement des droits civiques, et j’en oublie charitablement, pendant qu’elle va mettre son nez du Caire à Jérusalem à ces fins si louables.

Pendant ce temps-là, donc, comme elle n’a pas d’yeux derrière la tête, elle ne s’est pas aperçue de ce qui se passait à quelque centimètre de là, sur la carte, en haut : l’Iran vient de mettre la patte sur le Liban. Nasrallah est le maître de Beyrouth, la révolution des Cèdres vient d’être assassinée, Siniora ne sert plus à rien, si ce n’est à mettre une feuille de vigne d’un millimètre carré sur le règne triomphant des tueurs hirsutes. Condi n’a rien vu, rien entendu, rien dit, rien fait. Se gargarisant de la « question palestinienne », elle en avait la bouche si pleine ! Le larron chiite a mis la main sur le butin pendant que les idiots regardaient ailleurs. On est en pleine fable de La Fontaine, le sang et la tragédie en plus.

Pendant tout le week-end dernier, d’ailleurs, l’édition en ligne du Figaro titrait : “Liban : l’Armée reprend la main”. Quelle main ? L’Armée libanaise a trahi le gouvernement légitime du Liban, elle a refusé d’appliquer les ordres qu’elle avait reçu d’icelui, elle s’est couchée devant le Hezbollah, elle n’a rien fait contre le putsch, elle l’a même conforté – et le Figaro titre qu’elle « reprend la main » ?

Munich : Daladier et Chamberlain reprennent la main ? Ou : Téhéran : Jimmy Carter reprend la main ? Un extra-terrestre compilant le « Dictionnaire figaresque du monde contemporain » en conclurait que l’expression « reprendre la main » veut dire : « trahir ». Merci, on n’avait pas encore compris, mais nous y sommes. Qui dit que la presse ne sert à rien ?

L’Amérique m’excite

S’il y a un pays qui excite le journaliste français, c’est bien l’Amérique. Le lecteur charitable se souviendra peut-être que j’avais, il y a quelque temps, épinglé, pour cause de fabulation exagérée, la correspondante du Monde, Madame Lesnes. Eh ! bien j’ai un autre excité du même quotidien à me mettre sous la dent aujourd’hui. L’article d’Eric Le Boucher, de l’édition du 10 mai, « Reconstruire la nation américaine», se couvre de la feuille d’oranger de Thomas Friedman, éditorialiste au New York Times, pour fabuler sur les Etats-Unis. Ai-je écrit fabulation ?

D’un côté, explique-t-il :

« Les Américains rêvent qu’un terme soit mis à la longue dérive vers l’égoïsme, l’injustice sociale, la mauvaise qualité des infrastructures et la restriction des droits civiques, dont l’ère Bush aura été le paroxysme ». Les Américains ? Quels Américains ? Ceux qui ont élu Bush par deux fois ? Ceux qui ont élu des majorités républicaines en 2004, 2002, 2000, 1998, 1996, 1994 ? Pas « Les Américains » mais « des » Américains, qui semblent être plutôt à gauche ? Honnête, il faudrait dire, « la Gauche américaine ». Mais cela, on ne le dit point. On dit « les Américains ». C’est comme si je disais « les Français » quand il faudrait dire « les rédacteurs du Monde ».

Et le contenu ? Si la dérive vient de loin et dure depuis longtemps, ne faut-il y inclure l’ère Clinton ? Parce que si Clinton n’est pas inclus, la dérive ne date que d’il y a sept ans -. Autant dire alors : courte dérive ?

Et la « restriction des droits civiques » - quelle restriction ? Des faits ! Par pitié, dites-nous quels droits civiques ont été restreints ? Les droits inscrits dans le Bill of Rights, la liberté de parole, de la presse, le droit d’assemblée, de pétitionner, de religion, de porter des armes, ont-ils été violés ? Les cours de justice chargées de les protéger ont-elles été abolies, les lois qui les encadrent abrogées ? La presse est-elle muselée, muette, écrasée ? Quels droits ont-ils disparu, Le Boucher ?

Ceux des tueurs incarcérés à Guantanamo ? Mais, par définition, les droits civiques sont ceux des citoyens et, par extension, des résidents légaux des Etats-Unis, et, à l’extrême rigueur, les droits (pas « civiques ») des résidents illégaux à être traités humainement, mais cela se discute devant les tribunaux. Les autres n’ont pas de « droits civiques » à faire valoir. Ils n’ont aucun droit, si ce n’est d’être satisfaits de n’avoir pas été exécutés sur le champ comme combattants illégaux sans uniforme, hors conventions internationales. C’est ce qu’ailleurs qu’au Monde on appelle des « terroristes ».

Aucun « droit » n’a été restreint et Le Boucher est au mieux un fabulateur, ou un commentateur qui passe ses opinions en contrebande, en les cachant sous des ballots intitulés « analyse ».

Ce n’est pas tout. La « longue dérive », qui devrait donc être estampillée Clinton-Bush – ce qui vous a une autre allure que le « paroxysme Bush » - semble, dans l’esprit le bouchérien, être curieusement contemporaine d’un autre paragraphe de son œuvre de fiction :

« Il y a trente ans, [l’Amérique] engageait la révolution libérale reaganienne, et elle a bénéficié, depuis, d’une économie brillante, tirant les meilleurs profits de la technologie, de l’immigration et de la mondialisation. ». Allons, camarade, il faudrait choisir : longue dérive ou économie brillante ? « Egoïsme, injustice sociale » ou immigration de haut calibre, avec formidable intégration, avec intégration plutôt rapide, comme je le lis dans le Washington Post d’aujourd’hui, établi par une intéressante étude de l’Université Duke ?

Quand on raconte n’importe quoi, il n’est pas trop malaisé de faire coexister tout et son contraire. Si la révolution reaganienne a lancé trente glorieuses, avec, à la suite, on le subodore, les années Clinton, puis les années Bush (II), qui n’en diffèrent pas de grand-chose, il n’y a pas eu de « longue dérive », si ce n’est dans la logique non aristotélicienne (tout ; son contraire ; le reste) d’un rédacteur du Monde.

Lequel, notons-le, nous balance, en bonus, le chiffre inventé de toutes pièces, quoique pas par lui, de « 47 millions d’Américains sans assurance maladie », qui a été lancé par un équivalent U.S. du grand statisticien-démographe que fut l’Abbé Pierre, histoire de faire choc. Il n’y a pas la moindre confirmation ni la moindre étude sérieuse établissant ni ce chiffre, ni quoi que ce soit qui s’en rapproche. Quant à la « classe moyenne, poussée hors de l’ascenseur social », c’est une fiction de plus : les pertes statistiques enregistrées depuis 10 à 15 ans par cette catégorie d’Américains viennent du passage vers le haut de toute une partie de ladite classe moyenne. Mais ça impressionne, quand on n’est pas au courant : le lecteur hoche tristement la tête : « pauvre classe moyenne américaine… ». L’Amérique, au Monde, comme dans la classe discoureuse en général, c’est l’occasion de raconter n’importe quoi à peu de frais.

Vive la France

Que l’on se rassure, je n’ai pas encore dispensé toute ma bile du jour : le président de la République annonce que l’on va enseigner l’histoire de l’esclavage dans les écoles de France. Louable initiative, puisque l’Histoire est la chose du monde la moins enseignée, avec l’orthographe. Mais il y a un hic : ce que l’on va enseigner, c’est la coupable histoire des négriers européens, français surtout, dans le commerce atlantique du bois d’ébène. Or l’histoire de l’esclavage, si nous parlons d’Afrique, c’est bien plus encore l’histoire du commerce arabe et musulman des esclaves africains.

Lisez donc le livre de l’éminent historien qu’est Jacques Heers, Les négriers en terre d’Islam. Vous tomberez, le nez écrasé, sur quelques différences entre les deux trafics, quoique l’abomination du trafic d’esclave soit commune : l’esclavage a été pourchassé et aboli par l’Occident ; les idées de l’abolition et l’abolitionnisme elles-mêmes furent strictement et uniquement occidentales. Ce qui englobe les Américains, dont 600 000 perdirent la vie au cours d’une guerre civile, où on se trucida pour savoir si le pays tolèrerait, ou pas, la continuation de l’esclavage sur le territoire national. Le monde arabe et musulman suivit, uniquement contraint et forcé. L’esclavage a toujours joué un rôle économique moteur en Islam.

Il y a pire : aux Etats-Unis, mais on pourrait également parler du Brésil où de Colombie, la population noire s’élève à 12 pour cent de la population totale, c’est le signe que les descendants d’esclaves ont fait souche : familles, enfants, descendance. Les négriers ont eu beau faire périr les esclaves capturés en Afrique, en nombres immenses, une fois arrivés, même avec la séparation des familles par la vente aux enchères, les esclaves africains ont eu des enfants, qui, à leur tour, etc.

Or cette situation est limitée à l’”hémisphère” occidental. Des millions, j’insiste, des millions d’Africains importés comme esclaves dans le monde arabo-musulmans, est-il résulté une vaste population noire ? Que non ! On la verrait, mais on ne la voit pas. Est-ce l’effet de la tolérance musulmane ? Les esclaves noirs se sont-ils, par millions, mariés avec d’enchanteresses houris au cours des siècles ?

Non – parce qu’on les a castrés par millions ! L’esclave noir en terre d’Islam était systématiquement émasculé. C’est pourquoi il y a relativement peu de « Noirs » dans le Golfe persique, en Egypte, etc., surtout en regard des quantités effroyablement gigantesques d’esclaves capturés en Afrique noire et traînés vers le Nord. De tout cela, puisqu’on enseignera l’histoire de l’esclavage, en parlera-t-on ?

Eh ! non, pardi ! Si l’on essayait, une levée de boucliers, un tollé, comme on dit, soulèverait instantanément les « chercheurs » de l’université française, qui vous traiteraient d’islamophobes, puisque l’histoire se doit de respecter les tabous auto érigés par des « historiens » chargés d’entériner les mythes, de confirmer les positions politiques bien en cours, et de protéger le politiquement correct des atteintes de la réalité.

Ce que l’on va enseigner, quelles que soient les bonnes intentions de M. Sarkozy, c’est l’histoire politiquement correcte de l’esclavage, c’est-à-dire une fiction, un mensonge d’auto-flagellation marxo-socialiste sur la culpabilité éternelle de l’Occident. Mais touche pas à mon Islam ! Il castre, il lapide, il démembre et il excise qui il lui plaît.

Et pour bien montrer que l’ « intelligentsia » parisienne ne tolère pas qu’on touche à son pote l’Islam, arrive tout à propos l’ « Affaire Gougenheim», manifestation stalino-crapuleuse des mœurs de l’université française, laquelle se « mobilise » (lire : prend son téléphone et prend le risque terrible de s’ébrécher un ongle en le manipulant), se « mobilise », donc, le mot est à pleurer, tant il reflète la prétention et la vanité des « mobilisés », contre un livre, émet des oukases vengeurs et se livre à un autodafé, en un mot, brûle un livre et un auteur.


La fine fleur, donc, des médiévistes vient de tomber sur le râble du chercheur Sylvain Gougenheim pour son ouvrage intitulé Aristote au Mont Saint-Michel. “Les racines grecques de l’Europe chrétienne” (Seuil). Dans une opinion parue dans le journal spécialisé dans la philosophie arabo-musulmane, Libération, un « collectif international de 56 chercheurs en histoire et philosophie du Moyen Age » accumule les arguments les plus infects - du genre « relayé par la grande presse mais aussi par certains sites Internet extrémistes » - pour parvenir à la conclusion qu’ « il serait fastidieux de relever les erreurs de contenu ou de méthode que l’apparence érudite du livre (de Gougenheim ) pourrait masquer » ; « un exposé de seconde main qui ignore toute recherche nouvelle ». Dans les faits, l’usage de ces arguments pseudo académiques est disqualifiant – pour quiconque les utilise et non pour qui en est l’objet.

Il y a, bien entendu, un enjeu, qui n’est pas le fromage dans lequel se prélassent ces chanoines modernes : il s’agit de faire œuvre d’islamophilie dans la ligne du grand chercheur Jacques Chirac, expliquant que les origines de l’Europe sont « au moins autant musulmanes que chrétiennes », puisque nous allons vers l’Eurabia.

Mais il s’agit là de l’extrême-droite, les chanoines ne se font pas faute de le dire. Pierre-André Taguieff a réglé leur compte intellectuel aux crieurs publics qui ne tolèrent rien d’autre que leur propre intolérance, et vous badigeonnent du doux nom de fasciste et d’extrême-droite tout ce qui ne colle pas avec leur crapulo-stalinisme. Les voilà au travail.

Tous à la manif

Dans les minutes qui précédèrent la collision, une manif avait lieu sur le pont du Titanic ; sur les pancartes, on pouvait lire : « protégez les icebergs ! », « halte à la répression des glaçons ! », « stopper la discrimination contre la banquise ! ». Le Ministère de la Vérité, le CNRS et Miss Rice, ainsi qu’un collectif de rédacteurs du Monde avaient apporté leur soutien à la mobilisation.

http://extremecentre.org/2008/05/18/le-ministere-de-la-verite/#more-9228
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mar 20 Mai 2008, 00:43

Eh bé, c'est réjouissant !!!!! A+ Mécréant et merci.
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mar 20 Mai 2008, 16:00

Je m'écroule de rire . Combien de verres Laurent Murawiec doit-il s'enfiler pour se désaltérer après une diatribe pareille ?
Mais l'info sur la castration des esclaves est plus qu'intéressante .
Merci quand même .
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mar 20 Mai 2008, 16:26

Il n'y a vraiment pas de quoi rire, Boudo Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mar 20 Mai 2008, 16:39

boudo a écrit:

Mais l'info sur la castration des esclaves est plus qu'intéressante .
Merci quand même .


C'est parfaitement logique; je n'y avais pas pensé mais il faut qu'il en ait été ainsi...
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 21 Mai 2008, 23:19

Citation :
La Cour d’Appel de Paris relaxe Karsenty

(info # 012105/8 ) [Breaking news]

© Metula News Agency


14h 30 à Paris, mercredi 21 mai.

La présidente de la Cour d’Appel de Paris, Madame Laurence Trébucq, a prononcé, il y a quelques minutes, la relaxe de Philippe Karsenty, qui avait été condamné en première instance pour diffamation à l’encontre de Charles Enderlin et de la chaîne publique de télévision française, Fr2.

Lors d’une audience qui aura duré moins de deux minutes, la présidente n’a pas explicité sa décision.

A en croire des confidences d’avocat, le tribunal aurait jugé qu’en considération des éléments existants, le débat sur l’authenticité du reportage de France2 était légitime et que le fait d’accuser la chaîne et son correspondant de mise en scène n’était pas diffamatoire.

On ignore, au moment de diffuser, si FR2 et Charles Enderlin vont se pourvoir en cassation.

Une petite dizaine de journalistes assistaient à l’audience, dont des confrères israéliens ainsi qu’un représentant de l’AFP.

http://www.menapress.com/

Thumright

France 2 et Enderlin se pourvoient en cassation Rolling Eyes

A noter que l'affaire est aussi examinée en ce moment par la Cour Suprême d'Israël Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 21 Mai 2008, 23:38

Edifiant, édifiant, Mécréant.
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 21 Mai 2008, 23:48

Cet arrêt est quasiment historique, car cela revient à désavouer FR2 et Enderlin, Cathe !

Enderlin ne décolère pas depuis tantôt, selon des sources bien informées Mr. Green

Il est bon de rappeler que ce trucage scandaleux a été en grande partie responsable du déclenchement de la 2ème Intifada (il en est d'ailleurs devenu le symbole) , et, surtout, des morts (des milliers, de part et d'autre) qui en ont résulté spiderman
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 21 Mai 2008, 23:56

Mécréant. Je ne m'intèresse pas à la politique. Je ne regarde pas les infos à la télé. Je lis le Parisien, couci couça Ce que j'aime bien, c'est que tu nous donnes des articles de fonds. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 22 Mai 2008, 00:07

Bonne initiative que de zapper les "infos" de la propagandastaffel Thumright

C'est une mesure de quasi salubrité publique, tant le matraquage idéologique est devenu omniprésent Idea

Et merci pour tes encouragements, ca me change, pour une fois... ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Jeb



Masculin Messages : 4320
Inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 22 Mai 2008, 00:48

Cher Mécréant,

Je dis comme ce que :
Cathe a écrit:
Ce que j'aime bien, c'est que tu nous donnes des articles de fonds.
Même si je n'y mets pas souvent de commentaires.

Merci. Thumright
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 22 Mai 2008, 09:51

Jeb a écrit:
Cher Mécréant,

Je dis comme ce que :
Cathe a écrit:
Ce que j'aime bien, c'est que tu nous donnes des articles de fonds.
Même si je n'y mets pas souvent de commentaires.

Merci. Thumright

Je me joins à Jeb et à Cathe; et je ne regarde plus la "propagandastaffel" depuis des années...
Mais ma femme est en train d'y initier mes enfants; dur, dur de leur faire comprendre que c'est de la haute trahison en barre!
Pauvres têtes blondes!
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 22 Mai 2008, 09:53

Mécréant-LV a écrit:
Cet arrêt est quasiment historique, car cela revient à désavouer FR2 et Enderlin, Cathe !

Enderlin ne décolère pas depuis tantôt, selon des sources bien informées Mr. Green

Il est bon de rappeler que ce trucage scandaleux a été en grande partie responsable du déclenchement de la 2ème Intifada (il en est d'ailleurs devenu le symbole) , et, surtout, des morts (des milliers, de part et d'autre) qui en ont résulté spiderman

Qu'est-ce que c'était encore que cette histoire-là? j'arrive pas à m'en souvenir; je sais juste qu'il y a vait une sérieuse affaire de manipulation....
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 22 Mai 2008, 15:35

Page 19 du fil, Pacalou ;)

Et, tant que j'y suis, encore merci à tous pour vos encouragements, c'est pour vous que je prends la peine de poster toutes ces infos, et soyez sûrs que cela continuera Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 22 Mai 2008, 16:00

Pour Pacalou, sur l'affaire al dura, sélection d'articles :

Metula News Agency :

http://www.menapress.com/

UPJF.org :

Faire une recherche sur le site.

http://www.upjf.org/

Debriefing.org :

http://www.debriefing.org/index0.php?action=listall

Objectif-info :

Faire une recherche.

Si avec ca tu n'es pas comblé...des tonnes et des tonnes d'articles sur le sujet Shocked

Very Happy ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 22 Mai 2008, 16:12

Mécréant-LV a écrit:
Page 19 du fil, Pacalou ;)

Et, tant que j'y suis, encore merci à tous pour vos encouragements, c'est pour vous que je prends la peine de poster toutes ces infos, et soyez sûrs que cela continuera Idea


Merci! J'avais pas suivi tout le fil; oui je vois... la mise enscène... donc, relaxe de Karsenty, et implicite reconnaissance de la fable?
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 22 Mai 2008, 16:44

c'est, au minimum, un désaveu...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 22 Mai 2008, 16:58

Ce qui est décourageant ds ce jugement encourageant, c'est qu'il n'en sera pas fait le 50ième de la publicité qui fut faite de la mise en scène abusive...
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 23 Mai 2008, 01:22

Citation :
Les coûts cachés des erreurs des médias: Mohammed al Dura et l’intifada française

20/09/2006

September 8, 2006 Le bloc-notes de Richard Landes
Traduction de Paris Notes, Fall 2005.

Les coûts cachés des erreurs des médias: Mohammed al Dura et l’intifada française
Richard Landes – The Second Draft – 15 novembre 2005

Toile de fond


Pour entamer une réflexion sur ce qui fait souffrir le monde depuis 2000, il n’est pas de meilleur point de départ que la fable vénéneuse de Mohammed al Dura. Comment a-t-elle pu se frayer un chemin auprès de nos médias soi-disant impartiaux et professionnels? Quels dommages a-t-elle causés? Comment pouvons-nous commencer à résoudre les problèmes qu’elle a entraînés pour nos jeunes gens et notre début de siècle tourmenté – des problèmes qu’elle continue de faire peser sur notre manière d’affronter nos ennuis? Une fois nos têtes claires, les chances de guérison sont énormes et pas forcément violentes. Il faudra juste un peu de ce courage qui manque pour l’instant si douloureusement parmi les grands médias.


Le 30 septembre 2000, Talal abu Rahma, un cameraman palestinien travaillant pour France2, transmet à son chef ce qu’il présente comme une séquence montrant l’armée israélienne abattant de sang froid un garçon sans défense implorant qu’on lui laisse la vie. Bien que les prises de vues limitées reçues par Enderlin contredisent ou pour le moins ne confirment pas un grand nombre de ses affirmation centrales, et que l’absence de scènes pourtant indispensables en pareil cas, telles que l’évacuation en ambulance, soulève de nombreuses questions, le correspondant de France2 vétéran du Moyen-Orient qu’est Charles Enderlin adapte les rushes, coupe les passages problématiques et accompagne le résultat d’un commentaire dans lequel on apprend que l’enfant et son père sont «la cible de tirs venus de la position israélienne». Puis il distribue la séquence – en principe un scoop que chaque journaliste voudrait garder précieusement – à toutes les autres grandes agences couvrant l’actualité. Ce soir-là, les journaux télévisés du monde entier préviennent leur public qu’il va assister à des séquences pénibles et dramatiques puis diffusent le matériel préparé pour soutenir la version de Talal sur la perfidie israélienne.L’effet est foudroyant. Les spectateurs sont abasourdis, les personnalités publiques écœurées, les Palestiniens enragés. Le lendemain, exacerbées par les prises de vues de Talal, les émeutes qui ont déjà commencé dans les territoires s’étendent aux Arabes d’Israël, une évolution stupéfiante, que personne n’avait prévue. L’opprobre que le monde jette sur eux écrase les dirigeants israéliens, réduisant à néant toute la bonne volonté que Barak avait pu réunir grâce aux efforts de Camp David et fait passer Arafat du statut de scélérat de Camp David à celui de héros de l’intifada al Aqsa.

Mohammed al Dura: le premier brouillon

Quelques jours plus tard, le service d’information de l’Autorité palestinienne a réadapté les prises de vues, y insérant un soldat israélien (tirant des balles de caoutchouc sur les émeutiers de Nazareth provoquées par les séquences de Talal) entre la scène montrant l’enfant en pleurs (prise 3) et celle où il gît aux pieds de son père (prise 5). Ils désignent donc maintenant clairement un soldat israélien comme l’assassin de Mohammed al Dura. Diffusée continuellement à la télévision palestinienne – et sur al Jazira – au cours des mois qui suivent, cette fiction devient l’icône d’une intifada féroce. Le terrorisme suicidaire, jusqu’alors un phénomène relativement marginal et désapprouvé par les dirigeants religieux, devient l’arme favorite. Commis «pour venger le petit Mohamed», le terrorisme suicidaire suscite des danses dans la rue, des objets d’exposition montrant des corps d’Israéliens déchiquetés par une bombe sur les campus palestiniens et des taux d’approbation passant de 30% avant 2000 à 80% parmi la population palestinienne. Un observateur arabe, pensant à «Mohammed Al Dura sur le sein de son père», ne peut pas contenir sa joie à la nouvelle des attentats-suicide perpétrés en Israël.

Les Arabes ne sont pas les seuls à diffuser encore et toujours la séquence. La télévision française, notamment, ne se lasse pas de montrer et de remontrer la séquence d’al Dura au cours des semaines et des mois qui suivent, jusqu’à en faire l’emblème du mécontentement palestinien et de l’agressivité israélienne, l’attestation du fait qu’Israël a mérité l’intifada et toute la rage que les Palestiniens peuvent exprimer. De grandes manifestations partout en Europe glorifient la cause palestinienne. Des modèles présentes à ces rassemblements portent des ceintures d’explosifs presque pour tout vêtement pour signaler leur soutien. Mohammed al Dura, paradé en effigie, devient le Saint-Patron du festival de la haine que devient la conférence contre le racisme (!) parrainée par les NU à Durban durant l’été 2001.

Des Européens, souvent des immigrants arabes musulmans, commencent à attaquer les Juifs et les synagogues avec une violence croissante, qui choque tous ceux qui en prennent conscience. Arafat, exultant devant ce soutien mondial, ignore tous les efforts tendant à le convaincre de calmer la violence. Bien qu’un phénomène de l’ampleur de l’«intifada Al Aqsa» résulte toujours de nombreux facteurs, on peut certainement affirmer que la séquence d’al Dura retouchée par la télévision palestinienne lui donna sa férocité et sa durée. Des mois plus tard, lorsque les «leaders» veulent raviver une intifada essoufflée, ils produisent une vidéo musicale illustrant le martyre de Mohamed et non la visite de Sharon au Haram al Sharif/Mont du Temple, qui fait sinon office de «cause» favorite de l’intifada.

Et l’impact ne s’arrête à l’intifada palestinienne. Mohammed al Dura ouvre toutes les vannes de la haine arabe pour les Juifs, déclenchant dans le monde palestinien et arabo-musulman une nouvelle campagne médiatique sophistiquée recyclant les thèmes antisémites européens. Des calomnies de meurtres rituels, les Protocoles des Sages de Sion et des appels au génocide lancés depuis les chaires des prêcheurs sont diffusés en cascades sur les chaînes télévisées.

Al Dura n’est pas seulement l’icône de l’intifada, il est celle du djihad mondial, lequel entre dans une nouvelle phase dès la fin 2000. La vidéo produite par les Pakistanais qui tranchèrent la gorge de Daniel Pearl parce qu’il était juif mélange des images de Mohammed al Dura à celles du meurtre. Et, avant le 11 septembre, Oussama Ben Laden fait un usage intensif de l’image d’al Durah dans une vidéo servant au recrutement. Des images des al Dura recroquevillés derrière un tonneau avec les tours jumelles à l’arrière-plan établissent un lien avec les attentats perpétrés aux États-Unis. Mohammed al Dura, comme les Protocoles, est désormais un permis de génocide.

Quelle réponse apportent les universitaires, les experts des médias et les politiciens occidentaux à cette flambée d’antisémitisme, en paroles et en actes, spécialement en Europe, où elle se manifeste directement, quoique de manière, disons, moins meurtrière? Rares sont ceux qui mettent le holà. Un grand nombre font preuve de «compréhension» sinon d’approbation, plutôt que d’indignation. Certains justifient et célèbrent. Dans les plus inquiétantes de ces réactions – celle inspirées de la «compréhension» affichée par le centre-gauche pour le «désespoir et l’accablement» des terroristes suicidaires –, on peut déceler tant la bigoterie bénigne d’attentes minimales dans des remarques telles que «quel autre choix leur reste-t-il?» que l’impact du mythe d’al Dura: «Si vous tuez leurs enfants, à quoi pouvez-vous vous attendre?» Les dirigeants radicaux du mouvement «pacifiste» vont plus loin: «La résistance n’est pas le terrorisme», peut-on lire sur les banderoles du Mouvement de solidarité internationale soi-disant «pacifiste».

Bientôt, l’image omniprésente d’al Dura empêchant les observateurs européens de condamner violemment le terrorisme suicidaire, le phénomène se métastase et les attaques contre les Israéliens s’étendent aux Américains, aux Espagnols, aux Anglais, aux Australiens, aux Musulmans chiites en Irak et, dernièrement, aux Musulmans sunnites en Jordanie. Les violences dirigées contre les Juifs ne s’arrêtent jamais aux Juifs. L’image de Mohammed al Dura hante le XXIe siècle et son poison ronge la communauté mondiale naissante.

Mohammed al Dura: le deuxième brouillon

Au vu de son impact mondial, les membres responsables de la société civile doivent s’interroger sur sa véracité. Les prises de vue confortent-elles vraiment le récit de Talal et Enderlin? Quelle est la crédibilité professionnelle du caméraman Talal abu Rahma (qui reçut de nombreuses distinctions pour ses images explosives), quelle est la crédibilité professionnelle du reporter Charles Enderlin?

Nous avons si peu d’éléments de preuve concrets – pas de balles, pas d’autopsie, séquences minimales, lieux du crime totalement nivelés, peu de témoins interviewés et peu de témoignages déposés – que personne ne peut dire avec certitude ce qui s’est passé. Mais une évaluation des preuves disponibles, que chacun peut maintenant examiner par soi-même, ainsi que d’autres éléments de preuve que France2 refuse de publier mais que quelques-uns d’entre nous avons vus, suggèrent deux conclusions préliminaires: 1) l’histoire racontée par Talal et adoptée presque universellement par les médias (scénario 1) est la moins vraisemblable des hypothèses possibles, et 2) l’hypothèse la plus vraisemblable est que la séquence en question constitue une production pallywoodienne dans laquelle Talal abu Rahma joue le rôle principal, à la fois comme caméraman et comme porte-parole (scénario 5).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 23 Mai 2008, 01:23

Citation :
Il semble incroyable que les grands médias aient pu être induits en erreur au point de donner au XXIe siècle son image la plus porteuse de haine et de destruction à la suite d’une simple bévue. Et nombreux sont ceux qui refusent de seulement envisager l’hypothèse d’une mise en scène sur la simple présomption que nos médias n’auraient pas pu être trompés dans une telle mesure. Le fait que les médias aient résisté à reconsidérer cette question cinq ans durant alors qu’ils continuaient d’insinuer le poison dans la culture mondiale est effrayant. Des questions fondamentales se posent:
• Comment les médias ont-ils pu échouer si lamentablement à protéger le public de cette propagande corrosive?
• Comment les médias purent-ils, après que la vérité ait commencé à émerger, continuer de montrer une telle réticence à réviser leur jugement?

Une réponse généreuse à ces questions – ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient – soulève des questions plus profondes encore:
• Pourquoi les médias européens ne reconnurent-ils pas qu’en diffusant indéfiniment les images de Talal, ils déclenchaient des explosions de haine qu’ils ne contrôlaient pas?
• Pourquoi les médias ne comprirent-ils pas que les Israéliens n’étaient pas les seules victimes?
• Pourquoi les médias ont-ils rejeté quiconque tentait de les prévenir du manque de fiabilité de ces images?
• Pourquoi les médias se montrent-ils incapables de reconnaître l’évidence à présent révélée?
• Comment aller de l’avant?

Nous vous invitons à visiter notre site Web, The Second Draft, à y examiner les preuves et à participer au débat.


Mohammed al Dura: les conséquences à long terme


La meilleure manière d’illustrer la nature et la valeur d’une réflexion sur la question d’al Dura consiste peut-être à observer comment l’adoption et la diffusion des images peut avoir contribué à nourrir une dynamique dont les plus récentes manifestations sont les émeutes qui se déroulent actuellement en France et qui s’étendent à travers l’Europe et ailleurs.

La signification du «petit Mohammed» pour les Français et leurs immigrants arabes: l’égocentrisme cognitif façon Moebius.

Les Français s’enthousiasmèrent pour la séquence al Dura. Les médias diffusèrent les images inlassablement. Chirac y fit référence quatre jours plus tard pour fustiger publiquement le premier ministre israélien, Ehud Barak, tout en exhortant au rejet d’Arafat. L’image avait un pouvoir mythique. Elle aidait les Européens à se défaire de leur culpabilité face à l’holocauste et de leur «dette» envers Israël.

La journaliste Catherine Nay proclama sur la chaîne de télévision Europe1: «La mort de Mohammed supprime, efface, celle de l’enfant juif, ses mains levées vers le ciel devant les SS dans le ghetto de Varsovie.» Notons qu’elle ne ressent pas le besoin de préciser le nom de famille: en France, Mohammed al Dura est largement connu sous le qualificatif de «petit Mohammed».

Soudain, tout qui avait été interdit par la rectitude politique post-Holocauste surgissait comme d’une borne-hydrante décapitée. En France, il devint commun de comparer les Israéliens aux nazis et ce thème eut bientôt ses entrées dans de nombreux cercles occidentaux. La remarque de l’ambassadeur français qui traita Israël de «little shitty country» (petit pays merdeux) lors d’une réception diplomatique anglaise en décembre 2001 montre bien la nature de la série actuelle de commentaires négatifs sur les Juifs. Et toutes les réactions officielles – l’ambassadeur ne fit pas d’excuses, Chirac ne lui adressa même pas une réprimande et la BBC en parla comme d’une «‹prise de bec› à propos de remarques ‹antisémites›» – renforcèrent la permissivité à l’égard de tels discours.

La fable d’al Dura semble avoir touché un nerf central en Europe. Elle suscite une sorte de Schadenfreude morale permettant – enfin – aux Européens de se sentir moralement supérieurs à ces Israéliens qui, contrairement à eux, les gentils postcoloniaux, nourrissent des visées impérialistes, commettent des crimes racistes contre les innocentes populations indigènes et, ce faisant, mettent en danger le monde entier avec leur agressivité. Et bien sûr, par la même occasion, ils peuvent tisser des liens d’amitié avec les Arabes, montrer à leurs fournisseurs de pétrole et de main-d’œuvre manuelle quels bons amis ils sont pour eux. S’il existe bien une politique eurabienne, celle-ci trouve là l’apogée de sa «logique».

Peut-être ne devrions-nous pas en être surpris. Cette réaction est au cœur même de l’antijudaïsme commun et ordinaire présent un peu partout dans le Christianisme et l’Islam pré-moderne: nous sommes supérieurs parce que les Juifs sont inférieurs; nous avons raison parce qu’ils ont tort; nous sommes les élus parce qu’ils ont été rejetés. Bien sûr, comme leur impatience à prêter foi en l’icône de Talal, cette attitude des Européens envers les Israéliens faisant figure d’«autre» – d’ennemi ou de source de problème – semble bien aujourd’hui avoir été une erreur.

En diffusant sans cesse de nouveau ces images empoisonnées, les Français ne réalisaient peut-être pas qu’une autre audience très attentive – celle de leur population d’immigrants musulmans arabes – pourrait y réagir différemment. Alors que les Européens savouraient là un vin anti-judaïque dont la saveur les délivrait de la culpabilité de l’Holocauste, peut-être que cet autre public s’injectait des drogues antisémites telles que celles qui conduisirent les nazis à la rage du génocide (pour autant que je sache, les nazis n’avaient de religieux prêchant le génocide en chaire). Dans le monde arabe, al Dura allait de pair non pas avec une suffisance anti-judaïque satisfaite par un sentiment triomphant de supériorité morale, mais bien une bataille contre un ennemi dont la simple existence menaçait la sienne. Ce n’était pas «gouverner ou être gouverné», mais «exterminer ou être exterminé».

Pour les Musulmans djihadistes, l’icône de Talal sonne l’assaut d’une bataille apocalyptique contre le mal, la bataille dans laquelle les Musulmans massacrent les Juifs jusqu’à que même les pierres et les arbres leur crient «Ô Musulman, il y a un Juif caché derrière moi, viens et tue-le». Dans le monde musulman, Mohammed al Dura sert de permis de génocide. Et plutôt que de protester contre leurs attentats sauvages contre des civils innocents, des Européens tels que Cherie Blair se firent un point d’honneur d’expliquer que la fureur palestinienne n’était faite de que rage et de désespoir. Après tout, comme nous le savons tous, ils ne veulent qu’un État, comme nous autres. Et c’est pourquoi ils ont attaqué les Israéliens – à cause de leur réticence à faire davantage de concessions.

Ainsi, alors que les Européens, engourdis dans leur égocentrisme cognitif, faisaient l’apologie du terrorisme palestinien, qu’ils prenaient pour l’expression d’aspirations nationalistes contrariées, eux continuaient d’alimenter la violence djihadiste. La percée de l’intifada et la présence médiatique permanente du «petit Mohammed» fit atteindre de nouveaux sommets aux critiques des Juifs en Europe. Ce fut surtout le cas en France, qui compte le plus grand nombre tant de Juifs que de Musulmans en Europe. Ce ton nouveau produisit de profonds clivages partout où des Juifs et des Musulmans d’Afrique du Nord avaient jusqu’alors cohabité sans problème. La racaille l’emporta: les attaques visant des Juifs ou des sites juifs se multiplièrent.

En fait, la France est devenue le cœur même des violences contre les Juifs, le lieu de leur manifestation la plus précoce et la plus étendue. Ainsi, un chauffeur de taxi tunisien me dit un jour: «J’ai grandi en Tunisie, avec des Juifs dans mon quartier. Je ne suis devenu antisémite qu’après être arrivé en France.»
«Vous avez suivi la télévision du Hezbollah sur le réseau câblé?» ai-je demandé.
«Non, les actualités françaises.»

À la mi-mai 2005, un journaliste posa quelques questions délicates à un activiste des Frères musulmans de l’une des banlieues parisiennes devenues territoires perdus de la République à propos de l’antisémitisme du récent discours d’un prêcheur de son groupe:

«Il n’a rien dit de spécial», dit M. Amriou avec un haussement d’épaules. Puis il actionna son téléphone portable et afficha une image d’un enfant palestinien prétendument tué par les soldats israéliens [Mohammed al Dura, comme le confirma le journaliste]. Il montra l’image aux autres hommes [musulmans] qui acquiescèrent avec une expression de colère. Les remarques problématiques du prêcheur étaient oubliées.

Et l’appel au djihad mondial alimenté par l’icône de Talal ne vise pas non plus uniquement les Juifs. Comme tant d’autres mouvements apocalyptiques, les djihadistes voient le monde en noir et blanc, ceux qui sont avec eux et ceux qui sont contre eux… Il n’y pas de demi-mesure. La liste d’ennemis des djihadistes est impressionnante – les Israéliens, les Juifs, les Occidentaux, les Européens, les États-Unis, les autres infidèles, les hérétiques tels que les chiites et enfin (ou est-ce en fait le point n° 1?) les kouffars musulmans occidentalisés et négligents (les apostats). Depuis 2000, les Français – et la plupart de nos chargés de cours sur le sujet – ont choisi d’ignorer toute indication selon laquelle, du point de vue du djihad mondial, nous, les Juifs, les Français, les Européens, les Américains, les Occidentaux faisons aussi bien l’objet de la haine enflammée par l’icône de Talal que les Israéliens.

Création de la rue arabe à la française

Les premiers signes de la présence d’une «rue arabe» en France apparurent avec les manifestations anti-israéliennes qui éclatèrent dans toute l’Europe, mais avec une intensité particulière en France, en réaction à l’intifada. Ces rassemblements constituèrent les premières expressions publiques de la nouvelle haine violente d’Israël. Les manifestants arabes y furent en effet autorisés, voire encouragés, à donner libre cours, oralement, à leur haine. Les attaques contres les Juifs devinrent communes et rarement punies. La voix de la gauche radicale contenait dès lors un ton nouveau, agressif.

Pendant les manifestations «pour la paix» de 2003 condamnant l’invasion américaine en Irak, les contingents arabes arborèrent des effigies de Saddam Hussein et de Yasser Arafat, scandèrent des Allahou Akhbar et maltraitèrent des groupes de Juifs qui participaient aux défilés. Les autres manifestants détournèrent le regard. Les médias ne diffusèrent pas les images de ces attaques. L’origine de la «rue arabe» remonte à ce moment de frénésie antiaméricaine. L’un des slogans arabes français était: «Le veto, c’est nous.» Fallait-il comprendre que les Arabes considéraient les attaques des Français contre l’Amérique et pour la défense de Saddam non pas comme des actes de courage, comme voulaient se l’imaginer les Français, mais comme des actes de faiblesse?

En mars 2004, des gangs des banlieues intervinrent dans une manifestation estudiantine à Paris et passèrent les étudiants à tabac, brisèrent leurs téléphones portables, distribuant des coups de pied à leurs victimes gisant à terre. Pourquoi? Pas pour des raisons politiques, non: parce que les étudiants français étaient faibles et méritaient ce sort: «…tabasser des gens… [surtout] des petits Français qui ont l’air de victimes… se venger des blancs.» On sait que la «rue arabe» commence à poser un sérieux problème lorsque la violence y est gratuite. Comment les médias couvrirent-ils ces casseurs? Brièvement, à peine. [Aujourd’hui, au printemps 2006, ils sont de retour, sous couvert de «protestations» estudiantines contre la CPE.]

Actuellement, en novembre 20005 (Ramadan, an 1426), la violence explose. Qui s’en étonne? Pas les gens qui observaient ce phénomène qui tentaient d’alerter leurs compatriotes à propos des «Territoires perdus de la République», à propos des bombes à retardement que constituent ces banlieues cauchemardesques et à propos des progrès réalisés par les discours antisémites, misogynes et antioccidentaux. Non, la surprise, comme le 11 septembre aux États-Unis, frappa surtout ceux qui avaient écouté les grandes voix – médiatiques et universitaires (celles-ci étant étroitement associées en France) – soucieuses de dénigrer et d’exclure systématiquement du courant dominant quiconque tentait d’attirer l’attention sur les problèmes apparaissant au sein des minorités arabo-musulmanes; et promptes à traiter de «raciste» quiconque mettait en garde contre la virulente rhétorique antisioniste.


Dernière édition par Mécréant-LV le Ven 23 Mai 2008, 01:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 23 Mai 2008, 01:24

Citation :
Plusieurs Français, tant juifs que gentils, m’expliquèrent ce phénomène ces dernières années: «Dès que j’ai seulement l’air de défendre l’Israël et de critiquer le soutien véhément des médias pour la cause palestinienne, les gens me disent ‹tiens, je ne savais que tu étais juif›». Qualifier la vague de violence anti-juive de la part d’une population d’immigrants musulmans de 2 e génération de plus en plus agressive et profondément révoltée comme un phénomène digne d’attention, de critique et de condamnation était considéré comme un comportement «communautariste», partisan – comme une attitude que seul un Juif serait capable d’adopter.

L’Antisionisme en tant que déficience auto-immunitaire culturelle

La couverture médiatique française (et européenne) de la deuxième intifada présentait quatre caractéristiques principales:

1. Elle acceptait sans le moindre doute les allégations des sources palestiniennes sur les actes atroces que les Israéliens auraient commis et faisait un usage répétitif des images de Pallywood (particulièrement celles d’al Dura) à la télévision.
2. Elle acceptait et répétait les affirmations palestiniennes selon lesquelles il s’agissait d’une guerre de libération nationale des «territoires occupés» et non un djihad contre la simple existence d’Israël.
3. Elle justifiait les réponses brutales des Arabes tant palestiniens que français en les considérant comme une réaction naturelle aux actes des Israéliens, motivée par des aspirations «nationales» légitimes ainsi que par leur fierté culturelle.
4. Elle condamnait les efforts israéliens – tels que le «mur de l’apartheid» – visant à défendre leur population contre les assauts meurtriers du terrorisme suicidaire au titre d’«usage excessif de la force», de «racisme» ou encore d’oppression inexcusable.

Chacune de ces attitudes reflète une profonde identification avec les Palestiniens et un clivage avec les Israéliens, comme pour dire «nous croyons les accusations des Palestiniens et pensons que les Israéliens méritent ce qu’ils subissent». Mais ces gens réalisèrent-ils jamais que d’autres, dans leur propre pays, portaient sur eux un regard tout aussi hostile?

À présent, ils ont un problème: comment maîtriser leur propre intifada? Après avoir pourfendu Israël pour s’être défendu, pourront-ils trouver la force de se défendre, eux? Après avoir affirmé que les Israéliens n’étaient confrontés qu’à un mouvement de résistance nationale, sont-ils encore capables de comprendre qu’ils pourraient avoir à affronter plus que de simples jacqueries? Ou croient-ils, comme ils le croyaient avec les Palestiniens, qu’il s’agit juste des aspirations de tout un chacun et que l’Islam ne joue aucun rôle là-dedans?

Après des années passées à supposer que l’hostilité des Arabes palestiniens et européens envers les Israéliens – et même les Juifs sionistes – constituaient des réactions raisonnables aux méfaits des Israéliens, et à penser que leur propre population arabe leur serait reconnaissante l’avoir pris parti pour leurs frères, les Français commencent à se rendre compte qu’ils pourraient bien s’être trompés. Peut-être le phénomène à l’œuvre dans l’intifada tant palestinienne que française repose-t-il non pas sur le sens français de la justice (liberté, égalité, fraternité), mais sur la frustration qu’inspire une domination perdue, sur la rancune nés de l’humiliation, de l’infériorité, qui exige que coule le sang pour restaurer l’honneur, sur une sensation de rage et d’hostilité contre les Français – et les Occidentaux – aussi profondes et douloureuses que l’est leur haine pour les Israéliens. Après tout, Arafat ne parle-il pas de la Palestine comme de la «ligne de front»?

Quelle humiliation pour les Français: il se pourrait bien que les Israéliens, loin d’avoir été les «autres» honnis, les habitants d’un «petit pays merdeux» qui provoque tant de tracas, aient été en fait le canari dans la mine de leur propre société civile ou, plus embarrassant encore, les combattants du front. À mesure que la France se débat avec ses nouveaux «territoires perdus», ils ne vont probablement pas apprécier d’avoir à affronter une situation dont les sévères précédents contre des sociétés civiles tentant de se protéger du terrorisme ont été fondés sur l’exemple du «mur d’apartheid» d’Israël.

Et ils firent la sourde oreille. Les Juifs de France qui tentèrent de faire éclater la vérité après 2000 se sentirent comme enfermés dans un ghetto de verre.

Entre-temps, des voix commencent à préparer les Européens à l’avènement d’un nouveau califat et de sa charia… après tout, ce n’est qu’une autre version de la liberté et des droits de l’homme. C’est une chose que de se montrer généreux et de prétendre que l’Islam médiéval était tolérant; c’en est une autre que d’évoluer sous un tel régime de «tolérance» au XXIe siècle.

Les politiciens et les médias français répliquent aux émeutes françaises

Tout à coup, les Français réalisent qu’une couverture médiatique excessive et crédule peut avoir pour effet d’enflammer les violences au lieu de les maîtriser. «Envoyons-nous des équipes de journalistes parce que des voitures sont en feu, ou des voitures sont-elles mises en feu parce que nous envoyons des équipes de journalistes?» se demandait Patrick Lecocq, responsable de rédaction à France2. Voilà bien des questions que les journalistes français auraient pu se poser alors qu’ils encourageaient les éléments les plus frénétiquement bellicistes de la culture palestinienne avec leurs images pallywoodiennes véhémentes.

Mais la courbe d’apprentissage reste plate et largement auto-protectrice (en un mot: dénégation). De la même manière qu’ils avaient traité la soudaine flambée d’antisémitisme d’après 2000, les médias français mettent tout en œuvre pour minimiser les émeutes. Est-ce par honte, par crainte de ce que le monde pourrait penser? (Les Français sont très sensibles au sujet de leur image de marque, surtout après leur jubilation devant l’ouragan Katrina.)

Un programme politique de gauche se cache-t-il derrière les réticences à débattre du djihad et d’Eurabia? «En France la politique penche vers la droite et je ne veux pas voir des politiciens de droite revenir au second rang, voire au premier, parce que nous avons montré des voitures en feu à la télévision», dit M. Dassier, le propriétaire de la chaîne France1.

Sont-ce là de bonnes raisons de ne pas permettre aux Français d’apprendre à quels problèmes ils doivent faire face? Les Français vont-ils s’allonger humblement juste pour s’éviter un embarras? Est-il judicieux de prétendre que les émeutiers étaient «laïques» et de nier qu’ils s’identifient d’une quelconque manière à l’Islam alors même qu’on a recours à des leaders islamistes pour les calmer? Si les autorités françaises avaient eu la présence d’esprit de consulter les Israéliens, ils auraient appris à interrompre le réseau de téléphonie mobile immédiatement afin d’empêcher les émeutiers de coordonner leurs actions par ce biais. Mais il aurait fallu pour cela comprendre une chose que l’adoption inconditionnelle des aspirations palestiniennes mettait hors de leur portée.

Le dilemme – qui n’est certes pas exclusivement français, mais qui l’est devenu de manière poignante – réside dans le fait qu’avec le «processus de paix d’Oslo», si on ne lit pas correctement l’énoncé du problème, on risque fort de l’aggraver par des «solutions» qui consistent à accueillir un cheval de Troie. Si les autorités françaises, suivant les suggestions de têtes pensantes telles que Tariq Ramadan, croient qu’il ne s’agit «que», vraiment «que» de pauvres immigrants qui veulent avoir la paix (avec là-derrière la supposition arrogante que tout le monde ne demande qu’à devenir comme nous autres Français), elles ne feront qu’arroser leur problème d’argent et de concessions.

Et si l’un des principaux facteurs de ces émeutes était un islamisme de rappeurs-gangsters – un Islam pas particulièrement observant, mais à l’aise dans la rue, triomphaliste, macho? Et si ces émeutiers avaient été inspirés par une mentalité djihadiste répandue par des prêcheurs couvrant toute la gamme de l’islamisme – de l’impatient Al-Qaida aux Frères musulmans plus persévérants – et représentant en fait l’avant-garde d’un Islam conquérant, qui vise la domination de l’Europe? Et si, au-delà de l’idéologie rigoriste de l’islamisme, il y avait un Islam fait d’honneur et de honte dont les membres frissonnent à l’écoute des discours de Ben Laden non pas parce qu’ils rêvent de prier cinq fois par jour, d’abandonner l’alcool et de jeûner pendant le Ramadan, mais parce qu’ils adorent voir l’Occident humilié, roué de coups et qu’ils redressent la tête avec orgueil en assistant à la mort de plusieurs milliers de civils de l’autre camp? Et si les déclarations rassurantes des experts selon lesquelles tout cela n’a rien à voir avec l’Islam étaient l’œuvre de démopathes et de leur chœur de dupes?

«Ridicule», dit l’égocentrisme cognitif libéral. «Il est impossible que l’Islam s’empare du pouvoir en Europe.» Mais ce que les Israéliens ont appris au prix de profondes souffrances ces cinq dernières années est que certains ennemis ne réfléchissent pas en de tels termes de possibilités concrètes; que le fait qu’ils se leurrent totalement sur leurs chances de victoire totale ne les empêche pas de tenter de l’atteindre tout de même – aussi autodestructeurs ces actes puissent-ils se révéler. Et, qu’ils aient raison ou tort, les conséquences fortuites de leur comportement nous affectent tous.

Et si ces jeunes machos – et quiconque ne réalise pas qu’il s’agit en partie d’une bonne vieille épreuve de force au corps à corps est au mieux sourd – ne voulaient pas être des Européens? Et si, au contraire, ils méprisaient la culture civique européenne? Et s’ils n’avaient pas la moindre envie de devenir comme les Français, avec toutes les habitudes efféminées que cela implique (les droits des femmes!) et estimaient que tout Musulman qui s’y adapte n’est qu’un «blanc» détestable? Selon les règles de leur culture d’agressivité, d’honneur et de honte, des jours et des nuits d’émeutes, des incendies de voitures et d’immeubles, des attaques de passants et de policiers, le tout sans représailles notables et avec pour résultat l’obtention de davantage de fonds et d’autonomie de la part du gouvernement représente pour eux une victoire spectaculaire. Dans le cadre d’efforts visant leur domination sur l’espace public, la revendication de «territoires» en France, ce serait même une victoire fantastique.

Ainsi, de même que les Palestiniens face aux concessions israéliennes de Camp David, la générosité est perçue sur le radar de leur jeu à somme nulle comme un simple signe de faiblesse et tous les gestes généreux ultérieurs comme autant de preuves que l’agression est la tactique gagnante. Ceux qui exhortent les autorités françaises à apaiser les émeutiers pourraient, tout bien intentionnés qu’ils soient, guider en fait le navire vers le désastre. La France – et l’Europe – peuvent bien s’imaginer que leur civilisation est invulnérable, mais un examen à froid montre que les chances ne sont pas forcément en leur faveur.

La répression est-elle la bonne réplique? Et si oui, quel type de répression? Et après la répression, quoi? Est-il possible de concevoir des programmes utiles, qui traitent réellement les problèmes culturels qui séparent les Arabo-musulmans des Français (ex-) catholiques et protestants? Les Européens sont-ils capables de se dresser pour la défense d’une culture civique et d’exiger la tolérance et le respect mutuel? Les Juifs français peuvent-ils recevoir une place honorable à la table de négociations sur la «dignité de la différence»? Ou les Européens vont-ils éviter de remettre en question leurs propres comportements sectaires envers les Juifs et les Arabes, et ainsi continuer d’alimenter la haine arabe pour les Juifs (et l’Occident) avec leur antisionisme moralement hystérique et la bigoterie discrète de leurs attentes minimalistes envers les Arabes? La schadenfreude bien morale et le journalisme du ressentiment vont-ils l’emporter à l’heure où les Européens ont le plus besoin d’y renoncer?

Nous n’avons pas les réponses. Cet affrontement des cultures n’a aucun précédent dans l’histoire des civilisations – d’abord au niveau de son envergure, mondiale, mais aussi à celui de sa pénétration et de la transformation de toutes les cultures concernées dont il s’accompagne. Si nous ne reconnaissons pas cela aujourd’hui, si nous restons aveuglés devant les dangers qui nous attendent, en partie par l’inexcusable négligence des grands médias et en partie par les platitudes rassurantes inspirées à notre intelligentsia par son égocentrisme cognitif, si nous ne parvenons pas à comprendre ce que nous affrontons, nous tous, aile droite, aile gauche, radicaux ou conservateurs, allons recevoir une leçon douloureuse de l’histoire sur les réalités médiévales qui animent les guerriers fanatiques et les clergés théocratiques.

La société civile est une expérience sociale rare et précieuse. Elle exige le respect d’exigences éthiques élevées et ne peut survivre à une stupidité persistante et agressive de surcroît, aussi bien intentionnée soit-elle. Et l’une de ses exigences fondamentales est que nous jugions avec équité, que nous renoncions aux vices de la Schadenfreude et de la victimisation. Pourquoi? Parce que n’y pas renoncer, c’est encourager le mal et décourager le bien.

Cette fois, je pense que nous n’en sortirons pas sans coup férir. Et je pense qu’il n’est pas de meilleur moyen d’entamer l’étude des raisons pour lesquelles nous, en Occident, avons ainsi contribué à nos faillites morales et sociales actuelles qu’en comprenant et en redressant le tragique échec de nos médias et de nos intellectuels dans l’affaire Mohammed al Dura.


http://www.debriefing.org/19057.html

(très nombreux liens dans l'article original Idea )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 25 Mai 2008, 17:15

Chers amis, le Liban, comme prévu, vient de tomber dans l'escarcelle iranienne :

le général Michel Sleimane (chrétien !!!) vient d'être nommé Président de la République du Liban.

Fin de l'Acte I Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Wàng



Masculin Messages : 2183
Inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 18 Oct 2008, 20:48

Intéressant débat entre Finkielkraut et Morin : http://www.dailymotion.com/swf/x4ev1z


Dernière édition par Wàng le Dim 19 Oct 2008, 09:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 19 Oct 2008, 02:22

Au sujet d'Edgar Morin, petite sélection d'articles plus qu'édifiants :

http://www.google.fr/search?q=Morin+site%3Awww.debriefing.org&hl=fr&btnG=Rechercher

Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Lun 27 Oct 2008, 10:19

Incursion américaine en Syrie ?

S.L. (lefigaro.fr) avec AFP

26/10/2008

Les médias syriens affirment que des soldats américains débarqués d'hélicoptères ont attaqué un village proche de la frontière irakienne et tué huit civils. Le Pentagone enquête sur ces allégations.

Ils seraient arrivés en hélicoptère, depuis l'Irak. Tous les médias syriens affirment dimanche soir que des soldats américains héliportés ont mené un raid meurtrier dans le secteur de Bou Kamal.

Selon la télévision d'Etat syrienne et l'agence de presse officielle Sana, l'armée américaine aurait mené un raid sur ce point de passage vers l'Irak. Débarqués d'hélicoptères, des soldats auraient pris d'assaut un immeuble en construction, tuant huit civils, des ouvriers qui travailleraient dans l'immeuble.

L'agence américaine Associated Press affirme pour sa part avoir contacté par téléphone des témoins de l'attaque. Selon eux, deux hélicoptères à bord duquel se trouvaient des soldats américains ont attaqué le village de Hwijeh, situé à 17 kilomètres de la frontière, du côté syrien, tuant sept personnes et en blessant cinq autres. Selon un des témoins, cinq des morts étaient membres d'une même famille.


La Syrie furieuse

L'armée américaine n'a pas démenti le raid, son commandement à Bagdad précisant qu'une enquête était en cours. Le ministère irakien de la Défense n'a pas souhaité faire de commentaire.

Damas a convoqué les représentants américain et irakien pour protester contre une «attaque», demandant aux autorités irakiennes d'interdire l'utilisation de leur territoire pour lancer «des agressions contre la Syrie», selon les médias officiels.

«La Syrie condamne et dénonce cet acte agressif et fait assumer aux forces américaines la responsabilité de cette agression et toutes les conséquences qui en découleront», assure un responsable syrien cité par Sana.

Cet incident survient alors que le 16 octobre, les autorités irakiennes ont annoncé l'arrestation de sept «terroristes» de nationalité syrienne dans la province de Diyala, au nord-est de Bagdad. Washington, en froid avec Damas, accuse la Syrie de ne rien faire pour empêcher les incursions de «terroristes» vers l'Irak. L'attaque risque en outre de mettre à mal les relations entre Irak et Syrie, alors qu'une série de geste d'apaisement avaient eu lieu ces derniers mois.

http://www.lefigaro.fr/

-------------------------

"Pas d'information" sur l'attaque contre un village syrien

BAGDAD - Les forces de la coalition internationale en Irak dirigée par les Etats-Unis ont déclaré lundi n'avoir "aucune information" sur le raid héliporté de dimanche contre un village de Syrie que les autorités syriennes imputent à l'armée américaine.

"Les forces de la coalition internationale, dans leur ensemble, n'ont aucune information sur l'incident en Syrie", a déclaré la coalition internationale dans un courriel à l'AFP.

L'armée américaine constitue plus de 95% des forces de la coalition.

La Syrie a dénoncé une attaque dimanche de soldats américains débarqués d'hélicoptères venant d'Irak contre un bâtiment dans un village syrien frontalier, qui a fait huit morts, des civils, une escalade qualifiée de "dangereuse" par Damas.

(©AFP / 27 octobre 2008 10h02)

http://www.romandie.com/ats/news/081027090204.46pw28xw.asp
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Lun 27 Oct 2008, 14:42

L’armée américaine intervient en Syrie

(info # 012610/8 )

© Metula News Agency


Metula, 20h 35 (heure de Jérusalem et de Paris).

Il y a une heure et demi environ, des hélicoptères d’assaut américains, peut-être assistés d’avions, ont bombardé des objectifs situés en territoire syrien, dans la province de Dir Azor jouxtant la frontière irakienne.

Des sources proches de l’establishment israélien de la Défense ont indiqué que les appareils de l’Oncle Sam visaient une base importante d’Al Qaëda-Djihad mondiale bénéficiant de l’hospitalité de la dictature de Béchar Al-Assad.

Plusieurs miliciens islamistes ont été tués lors de l’attaque, les premiers chiffres à notre disposition faisant état d’une dizaine de tués.

C’est la première fois, depuis que les Américains sont présents en Irak, qu’ils interviennent en territoire syrien.

Par le passé, les militaires et les politiques étasuniens s’étaient contentés de dénoncer le rôle néfaste tenu par Damas dans la lutte opposant les successeurs démocratiques de Saddam Hussein et leurs alliés occidentaux aux miliciens islamistes.

Ce soutien allant de l’accueil de combattants et de terroristes provenant de l’ensemble des pays arabo-musulmans, la Syrie leur servant de base-arrière, à l’approvisionnement en armes des islamistes œuvrant en Mésopotamie.

Damas a immédiatement réagi en s’efforçant de minimiser l’opération US, la présentant comme un incident frontalier dans laquelle elle n’est pas partie-prenante, et dissimulant le fait que l’attaque a eu lieu sur son territoire.

La province de Dir Azor, à l’est de la Syrie, est, par ailleurs, celle où se situait le réacteur atomique pulvérisée par l’armée israélienne il y a un peu plus d’un an.

Sur le plan politique, en autorisant cette frappe, la Maison Blanche a envoyé un signal fort à ses adversaires dans la région, notamment à l’Iran, leur indiquant que George W. Bush n’hésitera pas à user de toutes ses prérogatives présidentielles d’ici à la fin de son mandat.

[Breaking-suite 1]

Metula, 21h 10 (heure de Jérusalem et de Paris).

La télévision publique syrienne a annoncé que des militaires américains avaient donné l'assaut à un bâtiment près du poste frontière de Bou Kamal, entre la Syrie et l’Irak.

Selon la TV syrienne, citant des habitants anonymes, les hélicoptères ont pris pour cible une habitation dans laquelle sept personnes ont été tuées - un homme et ses quatre fils, ainsi que deux travailleurs.

Les autorités américaines, civiles et militaires, se refusent pour l’instant à confirmer l’information de l’incursion de leurs appareils en territoire syrien.

[Breaking-suite 2]

Metula, 22h 27 (heure de Jérusalem et de Paris).

Les hélicoptères américains ont transporté des commandos qui ont attaqué un immeuble en construction dans le village d’Al-Soukkariya, à cinq kilomètres de la frontière, qui hébergeait les miliciens islamistes.

De source officielle syrienne l’immeuble en question abritait des "travailleurs étrangers". Les commandos US auraient tué 8 de ces "travailleurs" et en auraient blessés une quinzaine.

Le gouvernement syrien a protesté contre cette attaque auprès des représentants américains et irakiens à Damas, demandant aux Irakiens "d’interdire l’utilisation de leur territoire pour lancer des agressions contre la Syrie".

http://www.menapress.com/

Hmmm...incursions au Pakistan, maintenant en Syrie...jamais deux sans trois...

Cherchez mon troisième Mr.Red

Réponse probable après le 4 Novembre Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Lun 27 Oct 2008, 16:14

Les USA confirment avoir mené un raid contre un village syrien

Lundi 27 Octobre 2008

(Belga) Un responsable américain a confirmé lundi que le raid héliporté contre un village syrien dimanche avait été mené par les Etats-Unis et a assuré sous le couvert de l'anonymat qu'il s'agissait d'un "succès" dans la lutte contre les combattants étrangers opérant en Irak.

La porte-parole de la Maison Blanche Dana Perino, interrogée par courriel avait auparavant décliné tout commentaire sur l'incident. La coalition internationale en Irak, menée par l'armée américaine, avait indiqué n'avoir "tout simplement aucune information sur l'incident" en Syrie. Le gouvernement irakien a indiqué pour sa part que "l'endroit (où a été mené le raid) était le théâtre d'activités d'organisations anti-irakiennes se servant de la Syrie comme base-arrière pour des opérations en Irak". Les médias officiels syriens avaient rapporté dimanche une attaque de soldats américains débarqués d'hélicoptères venant d'Irak contre un bâtiment d'un village syrien, à huit kilomètres de la frontière, qui aurait fait huit morts. (GFR)

http://www.skynet.be/actu-sports/actu/detail_les-usa-confirment-avoir-mene-raid-contre-village-syrien?id=425515

Info TRES importante, car s'attaquer à la Syrie, signifie, quasiment de facto, s'attaquer aux mollahs Idea
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 06 Nov 2011, 17:37

J’ai choisi la dissidence


Par Guy Millière

Ceci n’est pas un camp de concentration nazi

Ce qui m’a, au fil du temps, éloigné de la gauche, est la découverte de sa complicité dans de multiples crimes contre l’humanité. Au temps où l’Union Soviétique était debout, peu de voix s’élevaient, dans la gauche occidentale, pour dénoncer le totalitarisme né des idées de Lénine : sous Staline, les condamnations étaient rares, et sous ses successeurs, il était de bon ton de critique le « stalinisme », uniquement le stalinisme.

J’ai connu des adeptes de la Révolution culturelle chinoise et du maoïsme, des admirateurs de Trotski, qui fut à la tête de l’Armée rouge, en des temps où elle assassinait déjà allègrement. J’ai connu des admirateurs de Fidel Castro et de Che Guevara, et, d’ailleurs, je vois toujours des jeunes gens porter des T-shirts à l’effigie de cet homme, qui fut l’exécuteur des basses œuvres du régime castriste commençant. J’ai vu des gens enthousiastes à la vision de la chute de Saigon et à celle de Phnom Penh, qui ont mis du temps à comprendre l’exode des boat people et le génocide élaboré par Pol Pot.

Je vois aujourd’hui les mêmes gens, ou leurs descendants, montrer leur indifférence pour les Tibétains ou pour les Kurdes, massacrés par la Turquie ; pour les Africains noirs assassinés par centaines en Libye, et pour les Coptes assassinés en Egypte, eux qui se sont réjouis de la chute de Kadhafi et de celle de Moubarak. Et je les vois surtout soutenir un peuple : le peuple palestinien.

Il est normal, je le sais, qu’ils soutiennent ce peuple : il a été fabriqué dans les officines du KGB et dans celles du colonel Nasser, tout exprès pour qu’ils le soutiennent.

Je pourrais juste me demander s’ils ne se rendent pas compte du tout qu’ils contribuent à recycler l’antisémitisme, qu’en traitant Israël comme ils le font, ils le traitent, selon l’expression souvent citée d’Alan Dershowitz, comme le « Juif parmi les Etats » : Etat traité comme les Juifs l’étaient en Europe au temps d’Auschwitz.

Je pourrais me demander s’ils ne se rendent pas compte, qu’en acceptant, ou en entérinant des opérations de boycott, parfois actives, contre des produits israéliens, ils se conduisent comme les SA nazis au temps du Troisième Reich.

Je pourrais me demander si, en soutenant l’Autorité Palestinienne, qui ne cache pas ses intentions d’épuration ethnique inspirées du nazisme, ils ne discernent pas qu’ils sont en contradiction avec leur horreur proclamée de l’épuration ethnique.

Je pourrais me demander s’ils ne se rendent pas du tout compte, qu’en soutenant l’Autorité Palestinienne, ils soutiennent une entité totalitaire, imprégnée d’idées terroristes et génocidaires, lavant le cerveau des êtres humains qui sont sa proie, pour les transformer en bombes humaines et en animaux sacrificiels destinés à tuer des Juifs.

Je pourrais me demander si, en s’inquiétant du blocus de Gaza, ils ne sont pas conscients de se faire les compagnons de route d’un mouvement abject appelé le Hamas.

En réalité, je ne me demande rien du tout, et j’utilise simplement une figure de style.

Je ne puis penser que j’ai affaire à des inconscients, qui, systématiquement, depuis des décennies, feraient les mêmes erreurs.

Je ne puis penser que des gens qui, de génération en génération, se font complices de crimes contre l’humanité, ne savent pas ce qu’ils font.

Je pense que la gauche a été sciemment complice des crimes soviétiques, chinois, cubains, vietnamiens, cambodgiens et de mille autres crimes.

Je pense que la gauche est, aujourd’hui, sciemment complice des assassinats d’Africains noirs en Libye, de l’élimination des Coptes en Egypte et, plus largement, des chrétiens au Proche-Orient, comme elle est sciemment complice de l’élimination des Tibétains et des Kurdes.

Je pense que ses membres savent ce qu’ils font en contribuant à la haine d’Israël, à l’idolâtrie du « peuple palestinien », aux crimes de l’Autorité Palestinienne et à ceux du Hamas.

Je pense que la gauche est totalitaire en son essence, qu’elle est porteuse d’une haine de la liberté individuelle et de la civilisation occidentale née des valeurs juives et chrétiennes.

Je pense qu’elle pardonne tout ou presque à l’islamisme aujourd’hui, comme elle a tout pardonné au nationalisme arabe et au communisme, parce qu’elle voit dans l’islamisme un ennemi de la civilisation occidentale, comme elle a vu, dans le nationalisme arabe et dans le communisme sous ses diverses formes, des ennemis de la société occidentale.

Et je n’oublie pas que le national-socialisme était une forme de socialisme, tout comme le fascisme. Dans le programme du Parti National Socialiste des « Travailleurs Allemands », on trouve tous les points figurant à la fin du Manifeste du Parti Communiste de Marx et Engels, et définis comme nécessaires à l’édification d’une société socialiste. Hitler ne fait que leur ajouter une dimension antisémite.

http://www.menapress.org/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 17 Déc 2011, 16:23

Entretien exclusif avec l’historien Richard Landes sur l’invention du peuple Palestinien



Mr le Professeur Richard Landes, vous êtes historien, diplômé d’histoire de l’Université de Princeton, de Harvard, et vous avez fait l’Ecole Normale Supérieure de Paris. Vous êtes actuellement professeur d’histoire médiévale au département d’histoire de l’Université de Boston.

Suite à la déclaration de Newt Gingrich sur l'invention du peuple palestinien, Salam Fayyad a immédiatement réagi sur CNN (1) : « Gingrich a besoin de revoir les livres d’histoire … Le peuple Palestinien habite cette terre depuis l’aube de l’histoire, et il entend y rester jusqu’à la nuit des temps… Les gens comme Gingrich doivent réviser leur histoire, a ajouté Fayyad, qui s’exprimait depuis Ramallah, car on dirait que tout ce qu’ils savent de la région, c’est l’histoire de l’époque Ottomane ».

De son coté, le journal Le Monde (2), parlant d’invention de l’invention du peuple palestinien par Gingrich, admettait, dans l’article, la justesse des propos de Gingrich : « on ne fera pas l'injure à l'ancien étudiant en histoire spécialiste de l'Europe à l'époque moderne Newt Gingrich (…) de croire qu'il ne connaît pas ses classiques ».

Par ailleurs, David Horowitz et Guy Millière viennent de publier « Comment le peuple palestinien fut inventé Entretien exclusif avec lhistorien Richard Landes sur l’invention du peuple Palestinien* », et révèlent, documents historiques à l’appui, que le peuple Palestinien est en effet de création très récente, et qu'il fut créé à des fins politiques.

Richard Landes : Avant de commencer, j'aimerai expliciter deux choses. Un ami (collègue européen en Allemagne) m'a dit, en réponse aux thèses que j’articule ci-dessous, qu'en refusant l'identité palestinienne aux gens qui s'y réfèrent, je détruisais toute possibilité de paix. J'ai expliqué que je ne suis pas contre un pays Palestinien, mais un qui serait basé sur des principes de somme positive : "tout comme moi je veux une nation indépendante, j'accorde au peuple Juif le même droit".

Le problème, comme je l'explique, c'est que, jusqu’à présent, l'identité palestinienne est articulée par des gens qui ne pensent que dans un sens à somme nulle : mon identité remplace/déplace/efface celle d'Israël.

C'est cela qui rend la paix impossible, et l'incapacité de gens bienveillants (comme mon collègue), d'adresser cette critique aux palestiniens (ça ne lui pose aucun problème de critiquer les israéliens), contribue à l'impasse du processus de la paix dans lequel on se trouve. Pour lui, même d'en parler mets en péril le processus de paix.

JPG : Lors d’une récente interview, disais-je, le candidat aux primaires Républicaines Newt Gingrich a affirmé que le peuple palestinien est « un peuple inventé ». Sans attendre, le premier ministre palestinien Salam Fayyad a affirmé que Gingrich doit « réexaminer les livres d’histoire », précisant que « le peuple palestinien habite la terre (note de JPG : de Palestine), depuis l’aube de l’histoire » et qu’il ne connaît de la région que « l’histoire de l’ère ottomane ». Dimitri Diliani, membre du conseil révolutionnaire du Fatah, a précisé lui que « le peuple palestinien descend de la tribu des Cananéens des Jébusites, qui habitaient déjà l’ancien site de Jérusalem en 3200 avant Jésus Christ ».

Ma première question Monsieur le Professeur : y a t-il, entre les historiens sérieux et internationalement reconnus, un débat ou une polémique sur l’origine du « Peuple palestinien » ?

Richard Landes : C’est fascinant parce que, pour des raisons dues au politiquement correct, il y a quelques décennies, surtout dans les années qui précédèrent les débuts du processus de « paix » d’Oslo, « tout le monde » (« le tout paris ») a accepté que le peuple Palestinien soit une réalité que seuls les racistes et les fascistes nient. C’était, je crois, en raison de l'effort d'affirmer les désirs et les aspirations des Palestiniens, et il était considéré que seul un esprit mesquin et malveillant pourrait les nier.

En fait, pour la plupart, les gens qui insistaient sur l'existence réelle d'un peuple palestinien étaient des dupes de ce que j’appelle les démopathes (c'est à dire les gens qui emploient le langage de la démocratie et des droits de l'homme, uniquement à des buts personnels, pour agresser les autres, mais sans prendre aucun engagement eux-mêmes de respecter les droits des autres). Dans ce cas, l'articulation d'une identité nationale palestinienne était surtout faite pour agresser et éliminer le nationalisme Juif, le sionisme.

Les dupes pensaient : le nationalisme palestinien est une expression du désir du peuple palestinien d'avoir leur pays, tout comme les autres pays du monde, tout comme les israéliens. Leur nier cette identité serait malveillant. Mais les démopathes palestiniens (de Haj Amin al Husseini à Arafat en passant, hélas, par Abbas), ont eu un tout autre but : l'élimination d'Israël, donc un « malignant nationalism », un « nationalisme cancérigène », comme l'a défini Menachem Klein.

En quelque sorte, on pourrait dire que l'acceptation presque universelle d'une identité palestinienne était une sorte d’ « affirmative action » de la part d'un Occident bienveillant, qui croyait qu'en accordant ainsi cette exigence aux porte-paroles arabes, ils contribuaient à la paix. Ainsi, mon collègue voit dans mon déni de cette identité palestinienne, un rejet de la paix.

Entretemps, les « Palestiniens » poursuivaient leur super-sessionisme contre les Juifs, sur le plan historique, en réclamant une identité cananéenne (Jébusite, parce que ceux-là avaient Jérusalem avant le roi David). Ainsi, ils pouvaient non seulement insister (en dépit d'une faillite complète d'évidence génétique et historique), sur leur antiquité bien plus ancienne que les Juifs (en fait les Juifs ashkénazes et les palestiniens ont plus en commun génétiquement qu'avec les non-juifs européens), mais aussi ils pouvaient réclamer le rôle de victime de génocide à deux reprises – une fois au 2e millénaire avant l'ère commune, et de nouveau aujourd'hui. Finalement, ceci est destiné à obscurcir le fait que ce sont les arabes musulmans qui sont les envahisseurs impérialistes, et qui ont réprimé et remplacé les cultures indigènes de la région (chrétiens et Juifs).

Et même si on pouvait argumenter que les arabes de la région étaient les descendants des peuples qui y habitèrent depuis des millénaires génétiquement, il n'y a aucune continuité culturelle, à part le fait que les canaanéens et les palestiniens d'aujourd'hui pratiquent le sacrifice de leurs propres enfants.

A ma connaissance, il n'y a aucun historien sérieux qui accepte l'argument, totalement politisé, des palestiniens au sujet de leur propres origines.

JPG : Sur quels points d’histoire s’appuie Newt Gingrich pour soutenir cette thèse si peu orthodoxe de « l’invention d’un peuple palestinien » ?

RL : C’est peu orthodoxe car le "politically correct" tient le terrain. En fait, Gingrich a bien plus raison que ses détracteurs. Jusqu'en 1920, aucun arabes de la région ne se réclamaient palestiniens. Jusqu'à la fin de la première guerre mondiale, ils habitaient dans l'empire Ottoman, ou ils faisaient partie de la Syrie du sud. Quand les Anglais ont créé la Palestine, ils étaient unanimement contre. Ce n'est que quand la France a pris la Syrie en 1920 que les arabes qui habitaient dans la partie Anglaise de la Syrie ont commencé à employer le terme palestinien pour s'identifier. Mais en effet, ce n'est qu'après deux coups terribles, le premier, la création d'Israël et la vague de réfugiés arabes qui résulta de l'échec de la guerre d'annihilation conduite par les pays arabes, le deuxième, la perte des territoires (Cisjordanie et Gaza) en 1967, que les arabes de cette région ont commencé à comprendre qu'ils n'étaient pas « arabes » comme les autres.

L'ironie, c'est que l'identité palestinienne des arabes de la région résulte de deux facteurs plutôt gênants.

1) Une réaction au sionisme. Sans sionisme, pas d'identité palestinienne. (Le nationalisme arabe était, jusqu'alors, une forme d'identité floue qui essayait de réunir les arabes sur une énorme espace, sans distinctions « nationales »). Et plutôt que d'apprendre un nationalisme producteur et de somme positive, les palestiniens ont adopté une identité à somme nulle, qui cherchait à détruire le nationalisme qui l'avait inspiré.

Comme l'a expliqué en 1977 (!) Zair Muhswe'in, membre du comité exécutif de l’OLP : « Le peuple palestinien n'existe pas. La création d'un état palestinien n'est qu'un moyen de continuer notre lutte contre l'état d'Israël et pour l'unité arabe. En réalité, aujourd'hui, il n'y a pas de différence entre les Jordaniens, les Palestiniens, les Syriens, et les Libanais. Nous ne parlons d'un peuple palestinien que pour des raisons de tactique politique, puisque les intérêts arabes nationaux exigent qu'on propose un « peuple palestinien » distinct pour s'opposer au sionisme ». (James Dorsey, Wij zijn alleen Palestijn om politieke reden, Trouw, 31 March 1977)

2) Leurs souffrances entre les mains de leurs frères arabes. Les réfugiés de la guerre de 1948 n'ont pas été intégrés dans les régions (faisant toutes partie de la Nation arabe) où ils se sont réfugiés. Au contraire, on les a traité comme des dhimmis avec une loi séparée, d’apartheid, qui ne leur permettait pas de bénéficier des droits des autres citoyens arabes : pas de permis de travail, pas de passeport, pas même de possibilité de construire des résidences permanentes. Il fallait surtout que les « Palestiniens » souffrent tant, qu'Israël puisse être blâmé. Le paradoxe du support que le monde porte au « Palestiniens », c'est qu'en acceptant ce narratif de souffrances provoquées par l'état Juif, les Occidentaux renforcent un récit de bouc émissaire, ou les « Palestiniens » jouent le rôle de victimes sacrificielles sur l'autel de la haine d'un état Juif. Et comme tout récit de bouc émissaire, on identifie mal le responsable, et plutôt que de résoudre le problème, on l'empire.

JPG : Dans ce cas, quelle est la base historique de la thèse inverse, soutenue par Fayyad et Diliani ?

La « thèse historique » soutenue par Fayyad et Diliani (et d'autres « Palestiniens ») est une forme de super-sessionisme. Comme l'a expliqué Abdala al Ifranji, porte parole de Mahmoud Abbas tout récemment le 14 mai 2011 : « Nous lui [Netanyahu] disons que quand il réclame un droit historique qui date de 3000 ans avant JC (sic) nous, la nation de Palestine, habitions le pays de Canaan 7000 ans avant JC (sic !). C'est la vérité qui doit être comprise, et nous devons le citer pour dire : "Netanyahu tu es un accident de l'histoire. Nous sommes le peuple de l'histoire. L'histoire nous appartient ».

Comme tout discours totalitaire, ils ont créé un passé pour redéfinir le présent.

Cette identité qui remonte au Cananéens est totalement factice : il n'y a aucun « peuple palestinien » qui a eu même un fragment d'identité pendant ces millénaires. Il n'y a jamais eu une entité politique « palestinienne » — à part ce que les Philistins (des non cananéens), les Romains, et les Anglais ont créé. Mais même le mot Palestiniens reflète son origine extrinsèque : les arabes n'ont pas de lettre P, et donc c'est devenu Filistin.

Elle fait partie, cette identité créée au 20e siècle, d'une stratégie de guerre cognitive. Ceux qui l'adoptent, en défiance des faits, le font, ou pour soutenir les arabes dans leur guerre contre un état Juif, qui est une nation indépendante de non-musulmans (dhimmis) au coeur du Dar al Islam, ou pour soutenir les pauvres Palestiniens.

En fait, se rallier à une falsification de l'histoire, quel que soit le motif, représente une démarche bien dangereuse. Pour ceux qui, comme le disent les gens de gauche, veulent aider les Palestiniens, ce support renforce les tenailles dans lesquelles les élites arabes (y compris les dirigeants « Palestiniens ») tiennent le « peuple » ainsi désigné.

Pour les gens qui n'aiment pas l’idée d’un pays Juif indépendant, ils renforcent les positions d'une force qui va bien au delà des Palestiniens, et embrassent non seulement les arabes mais aussi les musulmans. Ces gens là (Hamas et Hezbollah) ont une agenda qui vise l'extension de Dar al Islam sur le monde entier, y compris – surtout – sur l'Occident. Soutenir de telles forces – par ignorance ou malveillance – est une forme de suicide.

JPG : Un historien de seconde zone mais très médiatisé, Shlomo Sand, prétend que la notion de « peuple Juif » est elle aussi une invention, car les Juifs d’aujourd’hui n’auraient rien en commun entre eux, et encore moins avec les Juifs qui vivaient en Palestine dans l’ancien temps, et il soutient donc que les Juifs n’ont aucune légitimité historique sur aucune parcelle de la Palestine. Quelles sont les bases historiques de cette thèse là ?

RL : Sand, comme beaucoup d'idéologues anti-sionistes Juifs, a complètement intériorisé le « récit des souffrances des palestiniens » qui est « armé » contre son propre peuple. Il cherche donc à apporter sa pierre à l'édifice de ce récit, en faisant remonter l'identité juive aux Khuzari du 10ème siècle, et à d'autres « convertis » (donc il limite à un millénaire l'histoire juive), et soutient que l'identité « juive » est le produit d'une mimétisme des allemands par les Juifs ashkénazes.

C'est un récit ridicule qui peut être retourné sur lui-même. Je suis historien du moyen âge, et j'ai étudié les efforts de conversions de tribus par les chrétiens. C'est quelque chose de très difficile que de faire adopter, par des tribus guerrières, une substitution des valeurs d'intégrité et de culpabilité, par celles d'honneur et de honte, de renoncer au droit à la violence, d'accepter la honte comme une vertu. Si les Juifs qui « convertirent » le peuple Khazar ont réussi à leur faire adopter et intérioriser les valeurs de la culture juive, au point où ils contribuèrent, de façon décisive, à l'élaboration de la littérature extraordinaire, ce serait – de loin – la conversion la plus réussie de toute l'histoire du monothéisme.

D'autre part, si on applique le même niveau de critique qu'il emploie, en recherchant l'identité palestinienne nationale, on reviendrait aux thèses de Gingrich.

Encore une ironie : la réclamation d'une continuité de sang cananéen, sans aucune continuité culturelle, par les palestiniens, est un argument raciste. La réclamation d'une continuité culturelle sans aucune continuité de sang, comme le fait Sand, représente l'opposé de ses intentions : de part les valeurs modernes (et post-modernes) qui rejettent tout racisme et respectent le multi-culturalisme, les revendications des Juifs pour Israël sont de loin les plus fortes. Sand accuse les « Juifs » nationalistes d'être racistes. A fortiori, il accuse donc aussi les Palestiniens.

Sand représente, comme Gilad Atzmon, Norman Finkelstein, un type tout a fait « juif » dans ce conflit. Il pousse, au delà d'une auto-critique saine, au point de se dissoudre dans l'identité de ceux qui cherchent à le détruire. Seule une culture d'auto-critique, et une nation qui permet que ses citoyens puissent s'exprimer librement, peut produire un tel fruit empoisonné.

Les gens – Juifs et non-juifs, qui l'écoutent, qui y croient, le font à leur propre péril. Ils se laissent écarter de la réalité, historique et contemporaine.

Pour paraphraser La Fontaine, tout anti-Sionisme malhonnête vit au dépens de celui qui l'écoute.

JPG : Merci Monsieur le Professeur.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://articles.cnn.com/gingrich-palestinians
(2)
* en achetant le livre avec ce lien, vous bénéficiez d'une remise de 5%, et vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%

http://www.dreuz.info/2011/12/entretien-exclusif-avec-le-professeur-richard-landes-sur-l%E2%80%99invention-du-peuple-palestinien/
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28496
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 17 Déc 2011, 16:45

Intéressant ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 24 Déc 2011, 00:50

Adolf Hitler nommé Ministre palestinien de l’Education



Michel Garroté – Un magazine pour la jeunesse financé notamment par l'Autorité Palestinienne (donc par Mahmoud Abbas, vous savez, le pote d’Obama et de Sarkozy) et par l'UNESCO (donc nous tous via nos impôts), donne Adolf Hitler en exemple, dans un article rédigé par une adolescente palestinienne. Celle-ci, dans son article, présente Adolf Hitler comme un homme admirable parce qu'il a tué des Juifs « pour le bien de l'humanité ». Grandiose. Le magazine est publié par l'Association Zayzafuna pour le Développement de la Culture et de l'Enfance. J’ignore si, en français, ‘Zayzafuna’ veut dire Jeunesses Hitlériennes. Il faudrait vérifier dans un dictionnaire. Le magazine Zayzafuna est parrainé par le Comité National Palestinien pour l'Education, la Culture et les Sciences de l'Organisation de Libération de la Palestine. La Science nazie, revue et corrigée par l’OLP, c’est sûr que ça vaut son pesant de pistaches.

Le conseil consultatif du magazine Zayzafuna est composé de représentants de l'Autorité palestinienne et d’éducateurs (rééducateurs serait plus exact), y compris l'adjointe au « ministre » de l'Éducation de l'Autorité Palestinienne (donc de Mahmoud Abbas), adjointe qui se nomme d’ailleurs – cela tombe à pic – Jihad Zakarneh. Le magazine Zayzafuna fait partie d'un vaste programme d'éducation financé par l'Autorité Palestinienne (via notre aide financière, non désirée par nous, et, fourguée aux palestiniens, par le biais de l’UE et de l’ONU) avec plus de 24’000 $ en 2010, et, plus de 32’000 $ en 2011 (donc plus de 56'000 $ ponctionnés, en seulement deux ans, sur nos impôts, pour faire l’apologie du nazisme). Le magazine Zayzafuna est également parrainé par l'UNESCO (d’où le mot « Parrain », utilisé, aussi, dans les syndicats du crime) et par une Fondation humanitaire de l'ONU (humanitaire à tendance génocidaire apparemment).

Voici des extraits de l'article paru dans Zayzafuna, article dans lequel l'adolescente palestinienne raconte qu’elle s'est trouvée devant quatre portes, qu'elle a vu derrière chaque porte, un personnage historique qu'elle admire, et, qui lui a donné des conseils. Il s'agit de « musulmans célèbres » : Al-Khwarizmi (un mathématicien perse qui aurait contribué au développement de l’algèbre) ; Naguib Mahfouz (un écrivain égyptien) ; Saladin (massacreur de Chrétiens et colonisateur de Jérusalem) et d’Adolf Hitler (qui ferait donc, peut-être, lui aussi, partie des « musulmans célèbres » ; prenez-en note chères lectrices et chers lecteurs, prenez-en note). L’adolescente palestinienne écrit : je me tournais vers la porte suivante, c'est Hitler qui m'y attendait ; je lui ai demandé : "es-tu celui qui a tué les Juifs ?". Hitler lui répondit : "Oui, je les ai tués afin que vous sachiez tous qu'ils sont une Nation qui répand la destruction dans le monde entier. Et je vous demande, en ce qui concerne les souffrances qu'ils infligent à la Palestine, d'être forte et patiente". J'ai dit à Hitler : "Merci pour le conseil", conclut l’adolescente (mystique) palestinienne, parrainée par nos impôts, via l’UNESCO.

Michel Garroté Rédacteur en chef de www.dreuz.info

http://observatoiredumoyenorient.blogspot.com/2011/12/un-magazine-pour-la-jeunesse-finance.html

http://palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=6006

http://www.dreuz.info/2011/12/adolf-hitler-nomme-ministre-palestinien-de-l%E2%80%99education/
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 24 Déc 2011, 01:20

Dromaeosaurus a écrit:
Saladin (massacreur de Chrétiens et colonisateur de Jérusalem)

C'est un peu court comme jugement sur Saladin, dont les croisés eux-mêmes estimaient beaucoup l'esprit chevaleresque. Est-ce le jugement de l'auteur de l'article ou la façon dont il est présenté par les islamistes ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com


Dernière édition par Philippe Fabry le Sam 24 Déc 2011, 13:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Chrysostome



Masculin Messages : 28496
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 24 Déc 2011, 13:23

Je rêve ou bien la Palestine a été reconnue par l'UNESCO ? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
 
Proche-Orient
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 20 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» Proche-Orient / Colonisation israélienne en Cisjordanie
» Palestine, Mythe du moyen-orient
» le Proche Orient pour les Nuls
» Un mystérieux ovni affole le Moyen-Orient
» Manifestation de soutien aux Chrétiens d'Orient !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: