DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Proche-Orient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11 ... 21  Suivant
AuteurMessage
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 08 Juil 2006, 13:20

Mespheber a écrit:
Ce que je reproche à ce genre d'articles, c'est que l'utilisation determes tels que "l'état juif", on peut laisser penser au gens qu'il s'agit d'une guerre de religion. Elle n'y est qu'une incidence socio-historique mais les véritables motivations sont économiques et stratégiques.

Quasiment tous les articles proviennent de la presse israélienne Idea

Quant à l"incidence socio-historique", je vous renvoie au coran...
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 08 Juil 2006, 14:57

Citation :
Les nouveaux Droits de l’Homme de l'ONU.

La nouvelle organisation des Droits de l’Homme des Nations Unies perpétue de bien mauvaises habitudes.

L’ancienne formule suscitait déjà quelque méfiance, surtout en détaillant sa composition. Elle fut dirigée par la Lybie, grande protectrice, on le sait des Droits de l’homme, des Femmes et des infirmières bulgares.

La nouvelle formule n’est pas plus réjouissante. Israël, dés la constitution de cette « commission » savait qu’il ne pouvait rien en attendre de bon. La preuve en est apportée aujourd’hui.

Le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies a adopté jeudi 6 Juillet par 29 voix contre 11 et cinq abstentions une résolution qualifiant de violation des lois humanitaires internationales les opérations militaires israéliennes en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza.

Mais de mention des pays arabes, point

Pour ce conseil des Droits de l’Homme, seul Israël se rend coupable de graves atteintes à ces droits.

La Suisse a bien proposé quelques amendements évoquant la responsabilité des groupes palestiniens armés mais le texte adopté reprend un amendement de la Conférence islamique (57 pays membres) qui a déposé le projet.

Le conseil, passant outre les amendements, "exhorte toutes les parties concernées à respecter la loi humanitaire internationale, à s'abstenir de toute violence envers les populations civiles et à traiter en toutes circonstances les combattants détenus en accord avec les conventions de Genève".

Israël est donc prié par ce Conseil de laisser massacrer, enlever ses citoyens sans dire un mot.

La Conférence Islamique, qui a proposé ce texte, en ressort toute ragaillardie avec le sentiment du devoir accompli.

Après leur sieste, les délégués de ce Haut Conseil se pencheront probablement sur les massacres perpétrés au Soudan par le gouvernement islamique et ses milices.

Mais ce n’est pas certain. La Conférence Islamique a d’autres urgences. Et c’est elle, en apparence, qui décide de l’ordre du jour pour les travaux de ce haut conseil.

De bien belles démissions de la pensée en perspective !

© Primo, 6 Juillet

http://www.primo-europe.org/breves.php
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 08 Juil 2006, 15:03

Citation :
« Frapper et disparaître »

Submitted by Ram Zenit on Sat, 2006-07-08 12:29. Israël / Palestine | Terrorisme

Une démonstration de la tactique israélienne « Frapper et disparaître » telle qu’elle a été exposée hier par le Général Galant, ici, a été donnée cette nuit par l’IDF : l’armée c’est retirée de Beit Lehiya dans le Nord de la Bande de Gaza où elle opérait depuis deux jours. En même temps elle s’approchait de la ville de Gaza par la route du centre de la Bande.

Ainsi « disparaissant » au Nord, l'armée « frappait » au centre !

Par contre au Sud, elle continue sa pression autour de la ville de Rafah où se trouverait le caporal Shalit, à partir de Dahanya, l’aéroport de Gaza, investit par les troupes et commandos israéliens dès les début des opérations.

La pression militaire semble commencer à donner ses signes : les pertes palestiniennes en hommes armés sont sans commune mesure comparées aux pertes israéliennes. Après l’opération du Hamas en Israël qui s’est terminée par 2 morts de chaque côté et Shalit enlevé, la rue palestinienne chantait la gloire de ses « combattants » et annonçait par un « 2-0 » le score macabre de leur action (les deux tués palestiniens n’étaient pas pris en ligne de compte par les fans des « Bataillions Al-Kassem ») Aujourd’hui avec le score de « 1-40 » pour les tués et 64 officiels du Hamas, ministres, parlementaires et maires, arrêtés, le prix militaire de la glorieuse infiltration palestinienne est très cher !

Signalons ici qu’il est certainement très faible compte tenu des moyens importants mis en action par Israël : si celui-ci ne prenait pas ses précautions et faisait le « rouleau compresseur » comme certains aiment à l’imaginer les pertes palestiniennes se compteraient par centaines !

En quoi la pression militaire se fait ressentir sur l’ennemi palestinien ?

Les ravisseurs de Shalit n’exigent plus la libération de milles prisonniers, plus les femmes et les mineurs (laissons au Monde le mot « enfants », et rappelons que pendants la guerre de 1982 au Liban, les « enfants de l’RPG » combattaient comme les autres –RPG le bazooka antichar de fabrication russe) .

Hanyé a demandé ce matin un cessez le feu général.

Abbas fait pression et dans une conférence de presse hier il a annoncé les propositions égyptiennes et les « concessions israéliennes » .

En plus des pressions militaires il y a des pressions politiques et diplomatiques.

Il y a deux jour Ynet a présenté un entrefilet selon lequel le ministre des AE français aurait dit que la France mettait tout en œuvre pour libérer Shalit !

Les implications politiques de cette affaire sont à discuter, ce qui sera fait dans un autre post

http://politiquearabedelafrance.net/node/308
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 09 Juil 2006, 01:03

Citation :
Yoav Galant : ’Nous risquons de rester longtemps à Gaza’

Judith Cohen
samedi 8 juillet 2006 - 23:32


Le Commandant de la région Sud, le général Yoav Galant, a averti samedi qu’Israël se préparait à une opération de longue durée à Gaza. « Nous sommes prêts à poursuivre l’opération pendant un mois, deux mois et si cela s’avère nécessaire, même davantage, par des actions ciblées et des raids », a déclaré Galant dans le cadre d’une interview sur la seconde chaîne de télévision.

« J’ai expliqué les données au chef d’Etat-major et j’ai donné des ordres à mes subordonnés sur la manière d’appliquer ce que je préconise. Cela signifie que lorsque les Palestiniens feront leurs calculs d’ici un à deux mois, ils verront que des centaines de terroristes ont été éliminés, des infrastructures réduites à néant, des bureaux détruits, des usines endommagées et peut-être quelques roquettes Kassam tirées sur Israël. »

« Lorsqu’ils établiront leur bilan définitif, je pense qu’ils réfléchiront à deux fois avant la prochaine attaque et la prochaine tentative d’enlèvement », a-t-il précisé.

Le commandant a aussi expliqué que « les moyens militaires sont une partie importante de l’opération, mais nous dépendons de l’échelon politique, qui doit trouver la juste mesure entre les différents paramètres. »

Gallant a aussi commenté la proposition de cessez-le-feu émise par le chef de cabinet palestinien, Ismail Hanyeh, issu du Hamas : « Si le Hamas veut cesser les combats et relâcher Guilad- nous observerons un cessez-le-feu. Mais personne n’a évoqué une trêve avec moi. Dans la situation présente, les discours, les communiqués et les mots sont insignifiants- seules les actions sur le terrain et des preuves limpides sont importantes. S’ils arrêtent-nous arrêterons. Dans le cas contraire, nous continuerons. »

Gallant a ajouté que la mission menée par l’armée ces derniers jours devait permettre à l’échelon politique « plus d'espace pour des manœuvres ». Il a également mis en garde les unités de l’armée présentes à Gaza sur la possibilité, dans les prochaines jours, d’attaques terroristes qui feront usage de tunnels.

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=10153
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 09 Juil 2006, 12:19

Citation :
Un résident de Sdérot blessé par une roquette

Claire Dana Picard
dimanche 9 juillet 2006 - 08:40


En dépit de l’opération prolongée de Tsahal dans la bande de Gaza, les terroristes parviennent à tirer régulièrement des roquettes sur les localités du Néguev occidental.

Dimanche matin, alors que les services de sécurité annonçaient que l’armée réduisait l’intensité de ses interventions dans la région, deux roquettes Kassam ont frappé une nouvelle fois la ville de Sdérot. Cette fois, une maison a été touchée de plein fouet par l’un des deux engins, et un résident, Shlomo Ohayon, 42 ans, a été assez sérieusement blessé à l’abdomen. Il a été transporté à l’hôpital Barzilaï d’Ashkelon. Trois autres personnes ont été fortement commotionnées par les explosions.

L’un des fils du blessé a raconté au site Ynet : "Nous étions chez nous au moment de l’attaque. Nous avons entendu l’explosion, la roquette a frappé le toit de notre maison et est tombée dans le grenier. Il s’agit d’un véritable miracle, cette attaque aurait pu faire plusieurs morts et des blessés. La moitié de la maison a été détruite, y compris les chambres à coucher".

Un autre résident, qui se trouvait à proximité, a témoigné: "Nous étions à la synagogue, en train de prier, lorsque l’alerte Aube rouge a retenti. Nous avons continué nos prières et nous avons alors entendu une explosion très forte. La roquette est tombée juste à côté de la synagogue, sur la maison de la famille Ohayon. Nous nous sommes précipités pour voir si l’on pouvait porter secours à quelqu’un et nous avons trouvé toute la famille assise sur les marches de l’escalier en état de choc. Le père, blessé, avait déjà été transporté à l’hôpital. Les dégâts sont considérables". Il a ajouté : "Ce quartier est visé régulièrement. Plus de 100 roquettes y sont tombés. Combien de temps cette situation peut encore durer ??"

Tsahal a réagi à cette attaque en procédant une nouvelle fois à des tirs d’artillerie en direction des rampes de lancement du Nord de la bande de Gaza. Malheureusement, ce type de ripostes ne semble pas efficace pour le moment et en dépit de la présence permanente des soldats israéliens dans le secteur, les terroristes continuent à harceler les agglomérations juives du sud du pays.

http://www.a7fr.com/default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=10160

Citation :
Un député arabe israélien: 'J'ai conseillé aux Palestiniens d'enlever des soldats'

David Geller
dimanche 9 juillet 2006 - 11:06


Le député Wassel Taha a visiblement décidé de tester les limites de la démocratie israélienne. Lors d'une interview interactive accordée aux lecteurs du site Islamonline, très populaire dans le monde arabe, il a révélé avoir recommandé aux Palestiniens d'enlever des soldats de Tsahal.

"J'ai expliqué à maintes reprises aux Palestiniens qu'ils avaient deux options pour lutter contre 'l'occupation'. La première et la plus facile: celle de faire exploser des civils israéliens. La deuxième possibilité, plus difficile: former des commandos dont la mission serait d'attaquer des bases de l'armée israélienne et de capturer des soldats", a ainsi déclaré le député Wassel Taha.

Poursuivant ses propos concernant l'attaque terroriste à Kerem Shalom et l'enlèvement de Guilad Shalit, le député a souligné que "la deuxième option était bien plus effective". "Nous voyons aujourd'hui que la presse internationale, à part aux Etats-Unis, condamne les opérations de Tsahal dans la bande de Gaza". Interrogé ce dimanche par le site internet du quotidien Maariv, le député Wassel Taha a refusé de retirer ses propos.

Toujours dans le même contexte, l'ex-député arabe israélien Abdel Elmalak Dahamshé a qualifié l'enlèvement de Guilad Shalit d'opération "légitime et respectable". Dans une interview accordée au journal Koul El Arab, édité à Nazareth, il a également justifié les tirs de roquettes sur les localités du Néguev occidental.

Ces discours n'ont pas manqué de susciter la colère de parlementaires de droite comme de gauche. "Le fait que M. Taha s'identifie avec la cause palestinienne ne justifie certainement pas des propos encourageant des enlèvements de soldats et des actes de violence", a dénoncé le député Meretz (extrême-gauche) Ran Cohen.

Le député Tsvi Hendel (Ihoud Léoumi-PNR) s'est montré beaucoup moins tendre. "La Knesset doit impérativement adopter une loi stipulant que tant la guerre se poursuivra, les Arabes israéliens qui s'identifient avec l'ennemi ne pourront pas être élus au Parlement", a-t-il souligné. "Ces gens là sont bien plus dangereux que le rabbin Méir Kahana, dont le parti avait été interdit", a ajouté M. Hendel, qui a également proposé de "livrer les parlementaires arabes aux meurtriers de Gaza, en échange du soldat Guilad Shalit."


http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=10169
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 09 Juil 2006, 14:53

Citation :
Pression sur Gaza

Submitted by Ram Zenit on Sun, 2006-07-09 12:33. Israël / Palestine | Terrorisme

La pression continue sur Gaza. Les pertes palestiniennes s’élevaient ce matin à environ 70 terroristes armés tués par les Forces de Défense d’Israël (IDF en Anglais, Tzahal – Tzva Hagana LéIsraël – en Hébreu).

Les FDI rejettent les affirmations palestiniennes quant à sa responsabilité d’une explosion d’une maison et la mort de civils. Il semble que c'est encore un de ces « accidents de travail » de terroristes qui ont pris l’habitude de fabriquer leurs bombes, roquettes et explosifs au sein de la population civile. Leurs explosifs en particuliers sont du genre très instable ! Par exemple un explosif très prisé est basé sur certains désherbants. En France, ce genre de produits chimiques était utilisé pour faire des fusées artisanales au début des années 70 : pas mal de lycéens se sont retrouvés sans doigts ou sans mains !

Cela n’empêche pas bien sûr les Palestiniens de mettre tout sur le dos d’Israël. Les officiels encore debout sortent de leurs trous et se font photographier et interviewer devant les ruines du bâtiment.

La tactique israélienne déjà expliquée dans les post précédents permettra à Israël d’agir pendant plusieurs mois si nécessaire, selon la déclaration du commandant de la brigade d’infanterie « Golani », le Colonel Tamir Yidahi ce matin. « Nous irons dans tous les endroits d’où sont tirés des roquettes » a-t-il ajouté. Rappelons que l’une d’elle a frappé de plein fouet un bâtiment à Sdérot ce matin.

Une nouveauté tactique à signaler : hier l’aviation a détruit des poulaillers et des serres d’où partaient des tunnels vers la frontière israélienne. C’est la première fois que l’aviation est ainsi utilisée contre les tunnels. Jusqu’à présent une unité spéciale du Génie faisait le boulot.

http://politiquearabedelafrance.net/node/310
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 09 Juil 2006, 15:17

Citation :
La course à la guerre

Pluie de missiles sur les villes israéliennes, franchissement de la “barrière de sécurité”, enlèvements, riposte énergique. L’héritage stratégique de Sharon vole en éclats. Vers une huitième guerre israélo-arabe ?

Inexorablement, le Proche-Orient retourne vers la guerre. Le 4 juillet au soir, le Conseil de sécurité des Nations unies se réunissait d’urgence après des tirs de missiles palestiniens Kassam sur Ashkelon, une cité balnéaire située à une soixantaine de kilomètres de Tel-Aviv. Une opération revendiquée par les Brigades Ezzedine al-Kassam, la branche militaire du Hamas. Le 5 au matin, le cabinet israélien se réunissait à son tour. « Cette attaque aura de lourdes conséquences », déclarait le premier ministre, Ehud Olmert.
L’escalade a commencé dès l’arrivée au pouvoir du Hamas dans les Territoires palestiniens, en janvier dernier : les tirs de Kassam à partir de la bande de Gaza, jusque-là sporadiques, se sont multipliés. Ces dernières semaines, les Palestiniens lançaient plusieurs dizaines d’engins par jour. Leur cible principale, la petite ville de Sdéroth (20 000 habitants), située à quelques kilomètres des faubourgs nord de Gaza, a reçu à elle seule plus de six cents missiles. Peut-être parce que le ministre israélien de la Défense, le travailliste Amir Peretz, y habite.
Israël a demandé au président palestinien Mahmoud Abbas de mettre fin à cette situation. Celui-ci a laissé entendre qu’il ne pourrait y parvenir qu’à travers un accord avec le gouvernement Hamas et son chef, Ismaïl Haniyeh, présenté comme un « modéré ». Aveu d’impuissance, manœuvre dilatoire ? La réponse a paru d’autant plus insuffisante aux Israéliens que les milices de Gaza, qu’elles soient liées au Hamas ou au Fatah, l’organisation qui se réclame d’Abbas, ont commencé à déployer des engins russes beaucoup plus performants que les Kassam : des roquettes Katyousha de type Grad.
Résultat : Tsahal a renoué avec la politique des exécutions ciblées.
Une vingtaine de responsables palestiniens, pour la plupart impliqués dans les bombardements, ont ainsi été tués. Le 12 juin, le président de la commission de la Défense et des Affaires étrangères du parlement israélien, le centriste Tzahi Hanegbi, affirmait qu’aucun membre du Hamas n’était à l’abri d’une telle opération. « Pas même Haniyeh. »
Le 25 juin, les Palestiniens contre-attaquent. De manière inattendue : en prenant à revers, vers cinq heures du matin, le poste-frontière de Kerem Shalom, au sud de Gaza. Cela a nécessité le percement d’un tunnel de 650 mètres, passant en dessous de la frontière internationale et de la barrière de sécurité qui la longe. Et une parfaite coordination avec des forces palestiniennes restées en zone gazéenne, qui ont soutenu le commando au moment où il a émergé à l’air libre.
Divisés en trois groupes, les assaillants peuvent ainsi s’en prendre à une tour de guet, à un transport de troupes et enfin à un groupe de blindés. Deux militaires israéliens, âgés de 20 ans, un lieutenant et un sergent sont tués. Un soldat est grièvement blessé. Enfin, un caporal des blindés, Guilad Shalit, 19 ans, est enlevé. De leur côté, les Palestiniens perdent deux hommes.
Pour les Israéliens, le choc est énorme. Un “petit Pearl Harbor”, dira-t-on au ministère de la Défense. Un “petit 11 septembre”, corrigeront certains journalistes. Ehud Olmert attend soixante-douze heures avant de réagir. Il faut faire l’impossible pour sauver Guilad. Mais aussi réévaluer la situation politique et stratégique dans son ensemble.
Plusieurs faits retiennent l’attention. Tout d’abord, l’héritage d’Ariel Sharon – sur lequel reposent Kadima, le parti d’Olmert, et la coalition gouvernementale actuelle – vole en éclats. La barrière de sécurité, condition sine qua non de la “séparation des peuples” israélien et palestinien et donc d’un retrait israélien définitif de Gaza puis de Cisjordanie, n’est plus étanche. Là où un commando militaire est passé, des kamikazes pourraient passer aussi. Et si le retrait de Gaza se solde par le bombardement de Sdéroth, qu’en sera-t-il demain d’un retrait de Cisjordanie ? Jérusalem, Tel-Aviv et Haïfa, le cœur du pays israélien, seront à leur tour menacées par les Kassam et les Grad.
Deuxièmement, le problème des institutions palestiniennes est à nouveau posé. Le Hamas, qui a explicitement revendiqué l’opération de Kerem Shalom, contrôle à la fois le parlement palestinien de Ramallah (majorité absolue) et le gouvernement de l’Autorité palestinienne (totalité des portefeuilles ministériels). Le seul contre-pouvoir palestinien, Mahmoud Abbas, reste immobile ou lui apporte un soutien tantôt indirect, tantôt direct : le ministre israélien de la Justice, Haïm Ramon, observe le 27 juin que « 50 % des actes de terrorisme » récemment commis contre son pays étaient « le fait du Fatah ». Ce n’est donc plus de terrorisme qu’il s’agit, ni de violences endémiques entre deux peuples, mais bien d’une guerre d’État à État : la Palestine, “État en formation”, contre Israël.

Les Palestiniens ignorent les frontières de 1967.

Troisièmement, Kerem Shalom se situe à l’intérieur des frontières israéliennes de la période 1949-1967. Or, l’un des points capitaux de l’accord qu’Abbas se faisait fort de conclure avec Haniyeh était de reconnaître ces frontières de facto et donc de renoncer à la lutte armée dans le périmètre ainsi défini. Cet accord n’est donc pas crédible. Là encore, c’est à Abbas de prendre ses responsabilités.
Enfin, l’enlèvement de Guilad Shalit n’a rien de fortuit : depuis plusieurs mois, les dirigeants du Hamas – y compris des membres du gouvernement Haniyeh – ont annoncé dans la presse arabe qu’ils allaient recourir à cette tactique, sous prétexte de hâter la libération des “prisonniers politiques palestiniens” détenus en Israël.
Le 7 avril, Mahmoud al-Zahar, chef du groupe parlementaire Hamas au parlement palestinien et ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, affirmait au journal saoudien Al-Sharq al-Awsat que le Hamas « n’hésiterait pas à enlever des soldats israéliens si l’occasion se présentait ». Le 17 avril, dans un entretien publié par le quotidien palestinien Al-Hayat al-Jedida, le cheikh Khalid al-Batash, l’un des chefs religieux du Hamas, décrivait de tels enlèvements comme « un mécanisme méritant une étude approfondie ».
Il y a en effet de nombreux prisonniers palestiniens en Israël. À commencer par des auteurs de crimes de sang. Les Palestiniens savent que les Israéliens sont prêts à échanger de nombreux détenus contre la libération d’un seul de leurs soldats ou civils tombés dans des mains hostiles. Ils en usent et abusent. Le jour même où Guilad Shalit était capturé, un autre adolescent israélien, Eliahu Asheri, 18 ans, était enlevé en Cisjordanie. Par des militants du Fatah. Son corps a été retrouvé le 28 juin. L’autopsie a révélé qu’il avait été tué presque immédiatement.
Le cabinet Olmert lance le 28 juin des représailles destinées, au moins en partie, à rétablir l’équilibre stratégique régional. Nom de code : “Pluie d’été”. Les chars de Tsahal entrent d’abord à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Le lendemain, 29 juin, l’aviation détruit trois ponts dans ce territoire palestinien, ainsi que la principale centrale électrique, offerte quelques mois plus tôt par les États-Unis. En Cisjordanie, une soixantaine de députés et de ministres palestiniens sont arrêtés. Un autre raid aérien vise la Syrie, soupçonnée d’avoir encouragé les provocations du Hamas. Des avions de chasse survolent à basse altitude, en guise d’avertissement, la résidence d’été du président Bachar al-Assad, près de Lattaquié. Pas de tirs ni de bombardements, mais des “bangs” qui déchirent l’atmosphère.
Le 30 juin, l’aviation israélienne multiplie les frappes à Gaza : le ministère palestinien de l’Intérieur, un bureau du Fatah, un camp d’entraînement du Hamas, une unité de production de roquettes Kassam, une rampe mobile de roquettes Katyousha sont visés…
Des opérations qui ne font aucune victime, sauf le militaire tué au moment où il s’apprêtait à lancer des Katyousha. Dans la nuit du 1er au 2 juillet, c’est le bureau du premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, qui est pulvérisé par un missile ultra précis. Les Israéliens ont agi à un moment où l’immeuble était vide.
La communauté internationale reconnaît quasi unanimement qu’Israël a le droit de se défendre : de la secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, au ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Mais rappelle que les représailles doivent obéir au principe de proportionnalité et épargner les populations civiles. Un seul pays occidental, la Suisse, va plus loin dans la critique : selon ses diplomates, Israël violerait les conventions de Genève en s’attaquant aux infrastructures routières ou énergétiques. Mark Reguev, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, se borne à rappeler que l’Otan n’a pas hésité à détruire les mêmes infrastructures en Serbie, en 1999.
Vers une guerre totale, la huitième guerre d’Israël depuis 1948 ? Avec le bombardement d’Ashkelon, les Palestiniens semblent décidés à monter aux extrêmes. À moins qu’ils ne soient, comme Olmert en est persuadé, les jouets de la Syrie et de l’Iran.

Michel Gurfinkiel

http://www.valeursactuelles.com/magazine/monde/imprimer_simple.php?id=2575&num=3632

(signalé par Desinfos : http://www.desinfos.com/article.php?id_article=5152 )
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Dim 09 Juil 2006, 15:30

Citation :
Le ministre Dichter réclame une opération plus musclée à Gaza

David Geller

dimanche 9 juillet 2006 - 13:11

La portée des roquettes Kassam a considérablement augmenté ces derniers jours, des fusées à double moteur ayant explosé pour la première fois au cœur de la ville d'Ashkelon et à proximité de la tombe du Baba Salé à Netivot. Le ministre de la Sécurité intérieure, Avi Dichter, a tapé du poing sur la table durant la réunion hebdomadaire du gouvernement, réclamant une intervention plus musclée de Tsahal pour mettre un terme à cette menace.

"Le gouvernement dirige actuellement une stratégie de guerre d'usure et jusqu'à présent Tsahal n'a pas reçu l'ordre de déployer tous les moyens pour mettre un terme aux tirs de Kassam. Plus de 200 000 citoyens israéliens sont désormais menacés par les tirs de roquettes. Doit-on attendre une véritable catastrophe pour réagir ou bien est-il préférable de riposter dès à présent ?", a demandé Avi Dichter, qui habite lui-même à Ashkelon.

L'ancien chef du Shin Bet a ensuite rejeté les rumeurs publiées en fin de semaine, affirmant qu'il se serait exprimé en faveur de la libération de terroristes détenus en Israël en échange du soldat Guilad Shalit. "Que ce soit bien clair, je suis catégoriquement opposé à un tel accord", a souligné le ministre Dichter.

La ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni (Kadima), n'était pas du même avis: "Tant que nous utiliserons notre force avec modération nous bénéficierons du soutien relatif de la communauté internationale", a-t-elle affirmé. Le ministre de la Justice, Haïm Ramon (Kadima), a recommandé de son côté aux membres du gouvernement d'éviter de prononcer des discours contradictoires dans la presse. "Nous devons coordonner les messages que nous présentons au public", a-t-il souligné.

Les ministres travaillistes se sont montrés également bien plus réservés que le ministre de la Sécurité intérieure. "Nous devons faire preuve de patience et cesser de réclamer toutes les deux heures des résultats, la situation est très complexe et nous devons soutenir les efforts des forces de sécurité car il n'existe pas de solution instantanée", a notamment déclaré le ministre du Tourisme Itshak Herzog.

Le ministre travailliste de la Défense, Amir Peretz, a annoncé que "les opérations de Tsahal à Gaza avaient déjà de l'impact sur le terrain", révélant que certains membres du Hamas auraient exprimé le voeu de mettre fin à la crise. Le Premier ministre Ehoud Olmert a conclu les débats en demandant aux ministres de ne pas s'exprimer dans les médias sur le sort du soldat Guilad Shalit et la stratégie à adopter face aux terroristes.

http://www.a7fr.com/default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=10178

Citation :
Les opérations de Tsahal dénoncées à l'étranger

Claire Dana Picard
dimanche 9 juillet 2006 - 15:12

Des milliers de personnes ont participé ce dimanche à une grande manifestation anti-israélienne qui a eu lieu à Istanbul, en Turquie. Les contestataires ont dénoncé avec véhémence les opérations menées dernièrement par Tsahal dans la bande de Gaza. Ils ont brandi des pancartes avec le slogan suivant : "Ne restez pas indifférents face à l’occupation". Le ministre turc des Affaires étrangères Abdullah Gül a lui aussi condamné l’action de l’armée israélienne dans la bande de Gaza, la qualifiant de "terrifiante".

L’Union européenne, de son côté, a publié un communiqué en fin de semaine, dans lequel elle a estimé que "les interventions militaires d’Israël dans la bande de Gaza dépassaient toutes mesures et ne faisaient qu’aggraver la crise humanitaire dans la région". Le secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan (photo), a commenté lui aussi cette opération. Dans un communiqué publié dans la nuit de samedi à dimanche, Annan a exhorté Israël à "cesser de faire un usage disproportionné de sa force", lui reprochant d’avoir causé la mort de civils et d’en avoir blessé un grand nombre.

Annan, toujours aussi "impartial", a demandé à Israël d’ouvrir le poste de Karni "pour permettre le transit de matériels et de denrées alimentaires et le passage de membres d’équipes d'aide humanitaire dans la bande de Gaza". Annan a ajouté qu’il était "préoccupé" par la situation dangereuse dans cette région et a appelé les autorités israéliennes à "réparer rapidement les dégâts causés à la centrale électrique".

Le secrétaire général de l’Onu a réclamé également la libération du caporal Guilad Shalit, détenu depuis une quinzaine de jours par des terroristes qui l’ont enlevé près de la localité de Kerem Shalom, jouxtant la bande de Gaza. Il a en outre demandé que cessent les tirs de roquettes sur les agglomérations israéliennes du Néguev occidental. Il a écrit : "Je m’adresse une nouvelle fois aux deux camps pour leur demander de faire preuve de retenue".

De leur côté, deux organisations internationales dépendant de l’Onu, l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine) et l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), ont publié un rapport commun très alarmant sur les conditions humanitaires dans la bande de Gaza. Dans le document, elles ont prétendu notamment que la région "se trouvait au bord de la catastrophe".

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=10185
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 13 Juil 2006, 23:35

Citation :
Tsahal bombarde l’aéroport international de Beyrouth

Claire Dana Picard
jeudi 13 juillet 2006 - 08:58



L’offensive de Tsahal, lancée mercredi au Liban après l’enlèvement de deux soldats par le Hezbollah et la mort de huit militaires, prend de l’ampleur. L’armée de l’Air a bombardé jeudi matin l’aéroport international de Beyrouth (photo: Dover Tsahal) afin d’imposer un blocus aérien au Liban. Cette opération est destinée à isoler le Liban et à interrompre tout trafic aérien. L'aéroport a été fermé "jusqu'à nouvel ordre" et d'importants dégâts ont été signalés dans tout le secteur.

Dans le cadre de cette vaste opération de représailles, Tsahal a pris pour cible dans la nuit de mercredi à jeudi, plus d’une centaine d’objectifs. Les bâtiments de la télévision Al Manar, du Hezbollah, auraient été touchés mais la station poursuit malgré tout ses émissions. Les terroristes ont réagi en déclarant : « Nous sommes installés sous terre et l’ennemi sioniste ne peut pas nous atteindre’’.

L’armée de l’Air a attaqué dans la nuit deux ponts au Sud de Beyrouth. D'après les médias libanais, 26 civils auraient été tués lors de l’offensive israélienne.

L’état d’alerte presque maximal a été décrété par la police dans tout Israël. De nombreux barrages routiers ont été établis sur tout le territoire. Les forces de sécurité font preuve d’une vigilance particulière le long de la Ligne verte.

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=10450
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 14 Juil 2006, 07:55

Cette nouvelle m'a profondément attristée. Je me souviens de beyrouth dans les année 7O. Le liban était alors la perle du moyen-orient. De grandes revues et spectacles partaient alors pour Beyrouth se produire au casino, fréquenté mondialemnt.
Et puis la guerre est passée ne laissant qu'un champ de ruine. Ce pays martyr s'est courageusement reconstruit et redressé.....Et voilà ue ça recommence....

Les libanais aiment la france et ont vainement attendu son secours...
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 19 Juil 2006, 16:06

Citation :
Liban: George Bush et Tony Blair mettent en cause ouvertement la Syrie et l'Iran


WASHINGTON (AFP) - Le président américain George W. Bush a accusé mardi la Syrie de tenter de "revenir" au Liban via son soutien au Hezbollah, tandis que le Premier ministre britannique Tony Blair a également mis en cause mardi l'Iran et la Syrie.

"La racine du problème est le Hezbollah et il doit être réglé. Cela peut être fait internationalement en disant clairement à la Syrie qu'elle doit cesser de soutenir le Hezbollah. La Syrie essaye de revenir au Liban, selon moi", a déclaré à des journalistes M. Bush.

"Nous avons adopté aux Nations unies la résolution 1559 et cette jeune démocratie (le Liban), cette démocratie, est devenue entière avec le départ de la Syrie. Il y a des soupçons sur le fait que l'instabilité créée par les attaques du Hezbollah sont un moyen pour certains au Liban de faire revenir la Syrie. Ce serait contre la politique des Nations unies et contre la politique américaine", a ajouté le président américain.

De son côté, le Premier ministre britannique Tony Blair s'est adressé aux députés en présentant le bilan du sommet de Saint-Pétersbourg: "Dans le communiqué du G8 nous avons condamné les activités des groupes extrémistes et, de façon plus elliptique, ceux qui les soutiennent. Pour la plupart d'entre nous dans le G8, nous pouvons être moins elliptiques: le Hezbollah est soutenu par l'Iran et la Syrie".

Il a accusé l'Iran de fournir les même armes au Hezbollah libanais et à l'insurrection en Irak.

Le Hezbollah est soutenu par l'Iran avec "des armes qui sont justement très similaires, sinon identiques, à celles utilisées contre les troupes britanniques à Bassorah (sud de l'Irak).

La milice chiite libanaise est soutenue "financièrement par les deux pays", la Syrie et l'Iran, a-t-il ajouté.

La nouvelle crise signifie "la désintégration de nos espoirs de stabilité dans la zone de conflit la plus tendue du monde", a déploré M. Blair.

"Plus de 1.600 roquettes et mortiers sont tombés sur le nord d'Israël, dans un arc allant d'Haïfa à Tiberias, visant en majorité des civils. Au Liban, plus de 230 personnes y ont été tués, la majeure partie d'entre eux civils", a-t-il dit.

Alors que six navires de guerre de sa Majesté se trouvent dans la région, l'armée britannique a évacué mardi soir du Liban quelque 180 Britanniques par mer mardi, après en avoir évacué par hélicoptère 63 lundi. 5.000 Britanniques pourraient être rapatriés d'ici la fin de la semaine, a indiqué M. Blair.

Le chef du gouvernement a clairement accusé le Hamas et le Hezbollah d'avoir provoqué la crise actuelle au Liban.

"La situation a commencé avec les actions extrémistes de groupes militants qui n'avaient pas la moindre justification, comme l'a affirmé à l'unanimité le G8, et étaient conçues bien sûr pour provoquer la réaction qui s'est ensuivie".

"Nous ne devons avoir aucun doute sur la cause immédiate de la situation. Cela a commencé avec l'enlèvement d'un soldat israélien à Gaza et ensuite l'action d'Israël visant Hamas du côté palestinien. Ensuite, sans provocation, le Hezbollah a franchi la ligne bleue établie par les résolutions de l'Onu, a tué huit soldats israéliens et en a kidnappé deux autres. Israël a de nouveau répliqué par des frappes aériennes contre des cibles à Beyrouth", a-t-il expliqué.

"Fondamentalement, nous devons reconnaître la nature fondamentale du conflit dans la région, qui a des conséquences de grande ampleur au-delà de la région et même dans des pays comme le nôtre", a-t-il ajouté.

"Dans tout le Moyen-Orient, il y a ceux qui ceux qui veulent moderniser leurs nations, qui croient comme nous à la démocratie, la liberté et la tolérance", a affirmé M. Blair.

"Mais, unis contre eux, il y a les extrémistes qui croient au contraire dans des Etats fondamentalistes et sont en guerre non pas contre les actions d'Israël mais contre son existence", a poursuivi M. Blair.

"Cette lutte se déroule dans virtuellement tous les pays de la région, y compris dans les rues de Bagdad", a-t-il dit.

M. Blair a été accueilli à la chambre par des cris des députés de l'opposition imitant le "Yo" de George Bush, capté par un micro resté ouvert à Saint Pétersbourg.

Le Premier ministre était accusé mardi par la presse britannique d'avoir de nouveau agi comme un "caniche" des Etats-Unis après la diffusion de cette conversation qui aurait dû rester privée.

Tony Blair y avait proposé à M. Bush de se rendre au Proche-Orient pour préparer une tournée de Condoleezza Rice, estimant que lui, à la différence de la secrétaire d'Etat américaine, pouvait se permettre d'échouer.

http://fr.news.yahoo.com/18072006/202/liban-george-bush-et-tony-blair-mettent-en-cause-ouvertement.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 19 Juil 2006, 16:11

Citation :
Le rôle de l'Iran dans l'escalade des violences au Liban et en Israël

Façal Souteï le 18/07/2006

Le sommet du G8 d'avant-hier (16 juillet 2006) a principalement porté sur l'explosion de la crise au Moyen-Orient. La Russie, qui héberge le sommet, et qui est également le principal soutien de l'Iran (1) sur le problème nucléaire en raison de son opposition systématique aux sanctions, a réaffirmé sa position selon laquelle "trop de pression sur l'Iran concernant le problème nucléaire mènera à l'impasse." (2)



Hamid-Reza Asefi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, a déclaré : "Nous allons attendre les résultats du sommet. Le G8 a le choix entre deux options : l'une, sage, consiste à suivre des recommandations raisonnables, l'autre est déraisonnable." (3)

Par ailleurs, Ali Larijani, secrétaire de la Commission supérieure iranienne pour la sécurité et émissaire du Guide suprême d'Iran Ali Khamenei, chargé du dossier nucléaire, a effectué une visite surprise le 15 juillet 2006 en Arabie Saoudite pour discuter de "la situation au Liban et dans les territoires palestiniens," transmettant une lettre du président iranien Ahmadinejad au roi saoudien Abdallah. (4) Il convient de noter que l'Arabie Saoudite est le plus critique des pays arabes envers le Hezbollah et de l'Iran.

Les 14, 15 et 16 juillet 2006, les médias iraniens, libanais et syriens ont publié des articles et des déclarations sur l'explosion du conflit entre Israël et le Hezbollah. Extraits :

Réactions iraniennes

Menaces du président iranien Ahmadinejad : L'invasion israélienne du Liban empiète sur le monde islamique

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a ajouté : "Si (les pays qui soutiennent Israël) ne révisent pas leur soutien au régime ou échouent à le renverser, qu'il sachent que cette colère se transformera en une énorme explosion qui ne se limitera pas à la seule région." (5) Il a précisé que "l'invasion israélienne du Liban empiète sur (toutes) les nations de la région." (6)

Le ministre iranien des renseignements menace : l'Iran va prendre pour cible tous les intérêts américains dans le monde.

Le ministre iranien des renseignements Gholam-Hossein Mohseni-Ezhei a déclaré, le 13 juillet, que "si l'Amérique ou tout autre pays attaque l'Iran, il mettra en danger ses intérêts et sa vie économique, politique et sociale", ajoutant : "Tout pays qui compte attaquer l'Iran doit savoir qu'il aura à payer un prix exorbitant. L'Amérique n'a pas le courage d'entreprendre une telle action contre l'Iran, sachant que nous menacerions tous ses intérêts vitaux. Les frontières géographiques de notre guerre contre les Américains ne se limiteraient pas au sol américain. Au contraire, nous prendrions pour cible les intérêts de ce pays partout dans le monde." (7)

Le ministre iranien de la Défense : si le monde islamique entreprend une action militaire, Israël regrettera ses crimes.

Le ministre iranien de la Défense Mustafa Najar a déclaré que "le monde islamique considère l'Amérique comme (.) responsable des crimes d'Israël. L'Amérique a transformé la région en poudrière afin d'assurer la sécurité d'Israël et de prendre le contrôle des réserves de pétrole."

Il a prévenu : "La poursuite des bombardements au Liban et l'éventuelle attaque de la Syrie n'apporteront rien au régime sioniste, mis à part des dégâts et des regrets (.) La victoire appartient à ceux qui, pour défendre leur religion et leur patrie, se tiennent mains nues, en hommes opprimés qu'ils sont, face à un régime équipé de l'arme atomique (.) Si le monde islamique entreprend une action sérieuse, Israël regrettera ses crimes." (8 )

Gholam-Reza Rahmani-Fazli, vice-secrétaire du Conseil national de sécurité iranien, a déclaré lors d'une réunion de hauts responsables du Basij dans la ville de Mashad que "le problème nucléaire iranien est le premier défi auquel doivent faire face l'Iran et l'Occident." Il a affirmé que les "théoriciens américains" considèrent que "la deuxième guerre mondiale (sic) a éclaté", ajoutant que "l'Iran jouera un rôle déterminant dans une guerre de ce type." (9)

Tehran Times : Le soutien à Israël mettra en danger le monde entier (.) et affaiblira l'économie mondiale.

Un éditorial intitulé "Israël pousse la région vers le chaos le plus complet", publié dans le Tehran Times, quotidien du ministère iranien des Affaires étrangères, affilié au Guide suprême Ali Khamenei, a prévenu les superpuissances que continuer de soutenir Israël "portera atteinte au monde entier, en renforçant la menace sur la sécurité mondiale et en affaiblissant l'économie mondiale."

Le Tehran Times précise en outre que "l'attaque contre le Liban a déjà fait flamber les prix du pétrole, atteignant le seuil sans précédent de $78 par baril," appelant les participants du sommet du G8 à "envoyer à Israël un message lui signifiant clairement de cesser sa course folle vers Armageddon." Le quotidien ajoute qu'Israël ne pourra pas se permettre une longue guerre contre la résistance (le Hezbollah). Même les Etats-Unis, peut-on lire, ont été contraints de se retirer de Beyrouth au début des années 80, suite à l'attaque suicide du Hezbollah contre les Marines. (10)

Autres réactions et menaces

Hossein Shariatmadari, directeur du quotidien conservateur iranien Kayhan, affilié au Guide suprême iranien Khamenei, a déclaré, le 13 juillet 2006 : "L'attaque du Hezbollah (.) marque le début d'un nouveau chapitre dans la lutte contre Israël, qui modifiera l'équilibre régional des forces à l'avantage du monde islamique (.) Bien que le régime qui occupe Jérusalem dispose d'armes modernes, il s'agit d'un petit régime et d'une population peu nombreuse. De nouvelles attaques conduiront bientôt à l'annihilation de ce petit régime." (11)

Le général Yaha Rahim Safavi, commandant des Gardiens de la Révolution, a accusé l'Amérique d'être à l'origine des attaques, celle-ci cherchant à faire oublier ses échecs en Irak, en Afghanistan, ainsi que l'échec de sa campagne de démocratisation du Moyen-Orient. (12)

Une source militaire iranienne : les Gardiens de la Révolution aident le Hezbollah.

Une source militaire iranienne proche de la direction des Gardiens de la Révolution a révélé au quotidien arabe londonien Al-Sharq Al-Awsat des détails concernant le rôle de l'Iran dans l'entraînement et l'armement du Hezbollah :

"Premièrement, en 1985, les Gardiens de la Révolution ont créé l'unité missile du Hezbollah, entraînée au Liban, à la base militaire du cheikh Ubeidallah dans le Beqa. Près de 2000 Gardiens de la Révolution se trouvaient à la base, qui leur servait de quartier général. (En 1989), à la fin de la guerre civile du Liban, quand l'Accord de Taif fut signé et que la plupart des Gardiens de la Révolution quittèrent le Liban, entre 150 et 250 (combattants) du Hezbollah furent entraînés par les meilleurs entraîneurs d'entre les Gardiens de la Révolution, qui restèrent au Liban.

Deuxièmement, un entraînement spécial (destiné aux combattants du Hezbollah) a été organisé en Iran, suivi jusqu'à présent par 3000 (combattants) du Hezbollah. Il comprend l'entraînement à la guérilla, au lancement de missiles sur des cibles précises, à l'artillerie, la conduite d'avions sans pilotes, de planeurs, de hors-bord, des techniques de guerre navale, et l'usage d'armes conventionnelles.

Troisièmement, ces trois dernières années, 50 pilotes ont été entraînés.

Quatrièmement, les Gardiens de la Révolution on établi 20 bases de missiles permanentes sur la bande qui longe la frontière israélienne. Ils ont aussi équipé le Hezbollah de bases mobiles, (c'est-à-dire) de camions de taille moyenne capables de porter et de lancer des missiles. Entre 1992 et 2005, le Hezbollah a reçu près de 11500 missiles et roquettes, 400 pièces d'artillerie de petite et moyenne portée, ainsi que des roquettes Aresh, Nuri et Hadid. L'année dernière, le Hezbollah a d'abord reçu une cargaison de grands missiles Uqab, munis d'ogives de 333 millimètres, et une énorme quantité de missiles anti-aériens SAM7, ainsi que des missiles C802, copiés sur les missiles chinois, dont deux ont été utilisés pour attaquer le bateau israélien avant-hier.

------>
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 19 Juil 2006, 16:12

Citation :
Le Hezbollah possède en outre quatre types de missiles surface-surface avancés :

1.. Les missiles Fajr d'une portée effective de 100 km.
2.. Les missiles Iran130 d'une portée effective de 90-110 km.
3.. Les missiles Shahin d'une portée effective de 150 km.
4.. Des roquettes de 335 millimètres d'une portée effective de 150 km.

La source affirme en outre qu' "au Liban se trouvent 70 entraîneurs, experts et techniciens, ainsi que 60 agents de renseignements de Faylaq Qods (13), qui assistent l'unité missile du Hezbollah et sa direction locale. En outre, une unité secrète des Gardiens de la Révolution, comprenant 20 officiers, emploie des moyens avancés pour suivre le mouvement des forces israéliennes sur le terrain, et sélectionner des cibles en Israël."

Cette source iranienne conclut : "Le Hezbollah n'a pas encore révélé l'ampleur (de son arsenal). Dans les jours à venir, si les attaques israéliennes sur le Liban se poursuivent, le Hezbollah stupéfiera le monde avec des armes qui choqueront le centre d'Israël." (14)

Réactions libanaises

Une réunion début juillet entre le Premier ministre libanais Al-Siniora et le ministre iranien des Affaires étrangères Mottaki au sujet du programme nucléaire iranien.

Une source iranienne rapporte qu'une réunion intervenue début juillet entre le ministre iranien des Affaires étrangères Manucher Mottaki et le Premier ministre libanais Fuad Al-Siniora portait sur les activités du Hezbollah sponsorisées par l'Iran ainsi que sur le programme nucléaire iranien. Selon le rapport iranien, Al-Siniora a déclaré lors de la réunion qu'il était opposé à "une ingérence iranienne dans les affaires intérieures du pays." Sur le problème nucléaire, Al-Siniora a dit : "Nous ne considérons pas que l'Iran doit obtenir (la capacité) nucléaire." Les rapports mentionnent en outre qu'Al-Siniora a décidé de visiter Téhéran pour discuter avec le président Ahmadinejad." (15)

Le secrétaire général du Hezbollah Nasrallah : Vous vouliez une guerre déclarée - c'est ce vers quoi nous nous allons.

Le Secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, dans une allocution téléphonique donnée le 14 juillet, a déclaré que le conflit actuel est "la plus noble bataille de l'époque moderne - en fait, la plus noble bataille de l'histoire." Il a en outre affirmé qu'il n'adresserait pas "un seul mot à la communauté internationale, puisque je n'ai jamais cru, même un seul jour, qu'il existait une communauté internationale."

Il a poursuivi : "Les événements actuels ne sont pas à une réaction à l'opération des prisonniers, mais plutôt un règlement de comptes avec les gens et la résistance (.) Ainsi, aujourd'hui les sionistes mènent une guerre totale pour régler leurs comptes aux Libanais et au Liban (.) en représailles vengeresses aux événements du 25 mai 2000 (le retrait israélien du Sud Liban)."

Il a dit au peuple libanais : "Nous avons deux options (.) Soit nous nous soumettons aux conditions totales (des Israéliens), ce qui reviendrait à faire entrer le Liban dans l'ère israélienne et l'hégémonie israélienne - et en toute honnêteté telle est la véritable dimension de l'affaire -, soit nous nous montrons résolus (.) Lors de (l'opération) Raisins de la colère de 1996, ou de (l'opération) Règlement de comptes de 1993, les conditions étaient difficiles au début, mais aujourd'hui la situation est différente."

S'adressant aux "sionistes", il a déclaré : "La bêtise et l'ignorance de votre nouveau gouvernement et de votre nouvelle direction ne tarderont pas à être révélées ; ils ne savent pas évaluer la situation et n'ont pas de réponse (.) L'équation a changé (.) Vous vouliez une guerre déclarée ; nous allons vers une guerre déclarée et nous y sommes prêts - une guerre totale, jusqu'à Haïfa et croyez-moi, au-delà de Haïfa, et par-delà l'au-delà de Haïfa. Les temps (anciens) sont révolus - l'époque d'avant 1982 et d'avant 2000. Ce temps-là est révolu."

Aux dirigeants arabes, il a dit : "Ainsi, (vous dites que) nous sommes des aventuriers. Nous, au Hezbollah, sommes en effet des aventuriers, mais nous le sommes depuis 1982. Vous nous avez traités, et le monde avec vous, de fous, mais nous avons prouvé que c'est nous qui sommes doués de raison (.)"

Concluant son discours, Nasrallah a déclaré : "Les surprises que je vous ai promises auront lieu dès à présent. A ce moment même, au large de Beyrouth se trouve la frégate israélienne qui a attaqué nos infrastructures et nos habitations, notre peuple et nos citoyens. Regardez-la brûler, et couler, et avec elle des dizaines de soldats sionistes. Ce n'est que le début (.)" (16)

Le Premier ministre libanais Al-Siniora : un appel à un cessez-le-feu général et immédiat

Le Premier ministre libanais Al-Siniora a donné un discours le 16 juillet 2006, où il appelle à un cessez-le feu immédiat et général. En outre, Siniora a appelé à prendre des mesures pour étendre le contrôle du gouvernement à tous ses territoires, en coopération avec les Nations unies au Sud Liban. (17)

Autres réactions libanaises

Dans une interview d'Al-Arabiya, le leader druze libanais Walid Jumblatt a déclaré : "Les événements actuels au Liban s'inscrivent dans le cadre de la lutte entre la Syrie et l'Iran d'un côté, et Israël de l'autre." Commentant les rapports sur la présence de combattants iraniens au Liban, il a dit : "L'Iran dit aux Etats-Unis : '(Si) vous voulez vous battre dans le Golfe ou frapper nos installations nucléaires, nous vous atteindrons chez vous, en Israël, et le champ de bataille sera naturellement le Liban (.)'

Le 14 mars 2005 a eu lieu (au Liban) une révolution (pour) l'indépendance, la fin du protectorat syrien et la (mise en place) de relations diplomatiques (entre la Syrie et le Liban). Nous avons insisté pour placer une frontière dans (les fermes de) Shaba, et je pense que la (réponse) syrienne s'est finalement fait entendre. Nous avons reçu une réponse de guerre. 'Non' pour tracer la frontière (entre les deux pays) et 'non' aux relations diplomatiques. Le régime syrien en veut (au Libanais et leur transmet le message suivant) : "Vous avez osé vous élever contre votre situation de protectorat syrien, alors voilà notre réaction. Notre réponse sera la destruction." (18 )

Samir Geagea, président de la branche exécutive des forces libanaises, a déclaré : "Les événements actuels au Liban dépassent de loin la question des prisonniers (libanais détenus en Israël) et les autres problèmes marginaux (.) Ils entrent dans le cadre du conflit régional qui oppose l'axe occidental américain d'un côté à l'axe irano-syrien de l'autre." (19)

Walid Ido, député libanais de la faction Mustaqbal, a affirmé que "cette guerre ne se terminera pas tant qu'il n'aura pas été décidé que le Liban reprend toutes ses cartes et que, comme les autres pays arabes, c'est au Liban (de décider en toute souveraineté des problèmes relatifs à la guerre et à la paix." (20)

Réactions syriennes

La Syrie menace de représailles illimitées en cas d'attaque israélienne

Le ministre syrien de l'Information Mohsen Bilal a déclaré le 16 juillet 2006 que "toute agression israélienne contre la Syrie déclenchera une réaction puissante et rapide, sans limite de durée ou de moyens." (21)

Des éditoriaux de journaux gouvernementaux syriens ont critiqué les réactions des Etats arabes caractérisées, selon les auteurs, par le silence et le soutien indirect accordés à l'"attaque israélienne". Un éditorial d'Al-Thawra affirme : "Tandis que certains pays arabes propagent la culture de la défaite, les peuples arabes brandissent le slogan de la résistance et des sacrifices qu'elle entraîne. Il semble que les peuples (arabes) comprennent l'étendue de ces sacrifices et y sont bien plus prêts que leurs dirigeants ! Le temps est venu d'exprimer sa solidarité envers la résistance et de la soutenir, de croire en elle et de demeurer loyal envers ses objectifs. A présent, il n'y a rien d'autre à désirer que ce qui sert à la résistance." (22)

Un éditorial du quotidien gouvernemental syrien Techrine affirme : "Avec la bénédiction des Américains, et avec le silence honteux et répréhensible des Arabes, Israël cherche à redessiner la carte de la région, en commençant par le Liban (.) Le silence (des pays arabes) prend la forme d'un complot manifeste qui voudrait poignarder la résistance dans le dos, eu lieu de (laisser) les Arabes (défendre) leurs vies et leur honneur. Le crime se poursuit alors que la région est en feu. Quand exprimerons-nous notre solidarité, si nous ne le faisons pas aujourd'hui ?!" (23)

Notes

(1) Consulter les précédents rapports de MEMRI sur le rôle de l'Iran dans l'escalade au Moyen-Orient sur www.memri.org/french (dépêches spéciales 1204, 1205 et 1206).
(2) Déclaration de Poutine ; IRNA (Iran), 14 juillet 2006.
(3) IRNA (Iran), 16 juillet 2006. L'Iran a recommandé dimanche au G8 de prendre des décisions raisonnables sur la question nucléaire. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hamid-Reza Asefi a fait ce commentaire lors de sa conférence de presse hebdomadaire, en référence au sommet du G8, qui s'est ouvert en Russie, à Saint-Pétersbourg, dimanche : il a dit que si le G8 adopte des décisions raisonnables, la République islamique d'Iran sera prête à toutes les négociations."
(4) Tehran Times (Iran), le 16 juillet 2006.
(5) IRNA (Iran), le 16 juillet 2006.
(6) IRNA (Iran), le 14 juillet 2006.
(7) IRNA (Iran), le 16 juillet 2006, http://www.irna.ir/fa/news/view/line-2/8504259863110433.htm .
(8 ) IRNA (Iran), le 16 juillet 2006, http://www.irna.ir/fa/news/view/line-2/8504258298120402.htm .
(9) IRNA (Iran), le 15 juillet 2006.
(10) Tehran Times (Iran), le 15 juillet 2006.
(11)Kayhan (Iran), le 16 juillet 2006, http://www.kayhannews.ir/850425/2.htm#other200 .
(12)Iran Daily (Iran), le 16 juillet 2005.
(13) Faylaq Quds est une force spéciale appartenant aux Gardiens de la Révolution qui opère en Irak
(14)Al-Sharq Al-Awsat (Londres), le 16 juillet, 2006.
(15) Agence de presse Aftab, le 3 juillet 2006, http://www.aftabnews.ir/vdcirzat1yav5.html .
(16)Al-Mustaqbal (Liban), le 16 juillet 2006.
(17)Al-Mustaqbal (Liban), le 16 juillet, 2006.
(18 ) Agence de presse libanaise, le 16 juillet 2006.
(19)Al-Mustaqbal (Liban), le 15 juillet 2006.
(20)Al-Mustaqbal (Liban), le 16 juillet 2006.
(21)Agence de presse arabe syrienne, le 16 juillet 2006.
(22)Al-Thawra (Syrie), le 16 juillet 2006.
(23) Techrine (Syrie), le 15 juillet 2006.

http://www.resiliencetv.fr/modules/news/article.php?storyid=1055
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 19 Juil 2006, 17:14

(les heures indiquées sont celles d'israël, soit GMT + 3 Idea )

Citation :
Agression du Hezbollah libanais:

Metula, mercredi 19 juillet, 13h 50 locales

Chutes de Katiouchas et de Rad, en nombre, de la mer au Hermon, y compris sur les alentours de Metula et à Haïfa. Les agglomérations de Tivon et de Ramat Ishaï ont essuyé leurs premiers projectiles.

On n’a pas d’informations relatives à d’éventuels blessés.

Des troupes spéciales de Tsahal sont en train d’intervenir au sol en plusieurs points du Sud libanais. De telles incursions sont rapportées face à Rosh Hanikra (côte méditerranéenne) et à Shlomi, à 10 km plus à l’est.

Metula, mercredi 19 juillet, 13h 35 locales

Un affrontement terrestre oppose depuis plus d’une heure l’armée israélienne à des miliciens du Hezbollah sur territoire libanais, face au village de Avivim, dans la région du bourg libanais de Aytaron, et sur le Mont Maoun A-Ras, qui le domine.

De violents échanges artillerie israélienne-Katiouchas intégristes accompagnent ces combats au sol. Le théâtre de cette bataille se situe à 30 km à vol d’oiseau de Metula. Ilan Tsadik a délaissé ses occupations de technicien en électronique et s’est mis en route vers le lieu de l’affrontement dans notre fidèle vieille Skoda blindée.

Il nous communique déjà qu’au moins un milicien a été tué et plusieurs autres blessés. D’importantes troupes font mouvement en direction de cette zone.

Metula, mercredi 19 juillet, 09h 50 locales

Entre 9h 26 et 9h 34 4 Katiouchas de gros calibre (+- 25 kg d'explosif, contre 5 à 7 pour l'ancien modèle) se sont abattues à proximité immédiate de nos bureaux.

Sous la violence des chocs, toute la poussière des combles a envahi notre bâtiment. De plus, certaines de nos installations électroniques et de nos connections ont été débranchées voire endommagées. Nous oeuvrons à tout réparer dans des conditions délicates.

Nous présentons nos excuses à nos abonnés pour le retard à les informer en temps réel. Les protestations sont à adresser à :

Sayed Hassan Nasrallah
QG Du Hezbollah
Ruines du Quartier Sud
Beyrouth
Liban

http://www.menapress.com/

Citation :
[ mercredi 19 juillet 2006 - 17:09 ] YA
3 personnes tuées à Nazareth par une roquette Katioucha

Trois personnes ont trouvé la mort dans une attaque à la roquette Katioucha à Nazareth. Une roquette a frappé de plein fouet une maison du sud de la ville. Il semblerait que des enfants fassent partie des victimes.

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=61&articleType=ArticleView&articleId=10912

Citation :
18:11 Frontière Nord : Attaque massive du Hezbollah. De nombreuses roquettes se sont abattu sur Kiryat Shemona, Nahariya, Acco et Carmiel. On ignore encore s'il y a des blessés. (Guysen.Israël.News)


18:05 Un cocktail Molotov a été jeté sur un convoi de Tsahal en mission à Shekhem (Naplouse). Un soldat a été légèrement blessé. (Guysen.Israël.News)


17:58 Huit roquettes Katiouchas viennent d'être tirées en direction de la Galilée occidentale. Par ailleurs, l'alerte a été déclenchée à Haïfa. (Guysen.Israël.News)


17:47 Katiouchas sur Nazareth : Bilan actualisé : trois morts (dont deux enfants) et 26 blessés. 18 d'entre eux ont été légèrement atteints par des éclats d'obus et les six autres sont en état de choc. Tous les blessés ont été évacués vers l'hôpital italien de la ville. (Guysen.Israël.News)


17:34 Nazareth : Deux jeunes enfants, des frères, ont été tués par la roquette Katioucha qui s'est abattue de plein fouet sur une maison de Nazareth Illit. Deux autres personnes ont été légèrement blessées. (Guysen.Israël.News)
17:16 Katiouchas sur Afoula et Tibériade. On ne déplore aucun blessé. (Guysen.Israël.News)


17:12 Nazareth : Une salve de quatre roquettes Katioucha a été tirée en direction de la ville et une d'entre elles a touché une maison de plein fouet. Bilan : deux morts. (Guysen.Israël.News)

http://www.guysen.com/news.php
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 19 Juil 2006, 17:29

Citation :
La guerre, une fois encore

Guy Millière le 18/07/2006

Une fois de plus, Israël est attaqué, doit se défendre et affronter la
guerre que lui font ses ennemis.
Une fois de plus, Israël n'a pas le choix et doit se donner les moyens de gagner contre ceux dont les volontés destructrices sont évidentes et explicites. Metula, dans le nord d'Israël est sous le feu des missiles du Hezbollah, comme Haïfa et tant d'autres villes ou villages de la région.

La guerre en cours n'est pas tant le résultat de l'évacuation par Israël du
Sud-Liban que de l'incapacité totale du gouvernement libanais de maintenir l'ordre sur son propre territoire, dont toute une fraction est aux mains d'une organisation islamiste terroriste, le Hezbollah. Le fait que la
branche politique de cette organisation fasse partie du gouvernement
contribue à expliquer cette situation et constitue une circonstance
aggravante : les naïfs ou les imbéciles qui voudraient croire encore que la
participation de terroristes à un gouvernement change leur nature de
terroristes feraient bien de revoir d'urgence leur copie s'ils ne veulent
pas apparaître trop clairement comme ce qu'ils sont en réalité, des idiots
utiles.

Le gouvernement israélien a, en tous cas, pleinement raison de placer
l'Etat libanais face à ses responsabilités et de le considérer comme complice actif ou passif du casus belli dont il a été victime.
L'agression menée par le Hezbollah n'a aucune autre justification que la
haine et le fanatisme, elle constitue un acte de guerre non conventionnel,
et montre, s'il en était encore besoin, que l'ONU ne sert strictement à rien puisque ses casques bleus sont là pour constater les crimes, pas pour les empêcher.

La guerre en cours n'est pas tant, non plus, le résultat de l'évacuation de
Gaza par Israël que d'une relative absence de fermeté israélienne vis-à-vis
du terrorisme palestinien depuis l'évacuation de Gaza. Depuis l'été 2005,
plus de mille roquettes ont été tirées de Gaza en direction d'Israël, de
nombreuses attaques ont été menées contre des citoyens israéliens, sans qu'une riposte suffisamment dissuasive ait été menée.

La victoire électorale du Hamas, la fanatisation croissante des populations, l'atmosphère de chaos et de guerre civile, l'installation d'Al-Qaïda sur le territoire de Gaza constituaient des signes avant-coureurs d'une crise qui devait éclater tôt ou tard et que le kidnapping sanglant de Gilad Shalit n'a fait que précipiter.
Là encore, le gouvernement israélien a pleinement raison de placer les
dirigeants palestiniens face à leurs responsabilités. Ou ils sont
responsables, et ils doivent assumer leurs responsabilités, ou ils sont
irresponsables et quelqu'un doit assurer la sécurité à leur place. Les
déclarations tant des dirigeants du Hamas que de ceux des autres factions, dont celle de Mahmoud Abbas, suffisent à montrer qu'on a affaire à des "responsables de l'irresponsabilité", à des manipulateurs opaques.

L'issue de la guerre ne peut être un retour à un quelconque statu quo.

Il ne peut être le recommencement de pourparlers. Il ne peut être qu'un
changement de la situation. La population israélienne aspire légitimement à la paix et à une existence normale : or, on ne peut atteindre ces buts à
proximité de barbares actifs, armés et qui souhaitent votre destruction. Ou tout au moins on ne peut l'envisager avant d'avoir fait preuve, de manière claire, nette et tranchée, de dissuasion.

Les factions palestiniennes et le Hezbollah ne seront dissuadés que si,
selon l'expression d'Ehud Olmert, ils "paient un prix très lourd pour leurs
actions". Il est regrettable que des populations civiles en subissent,
elles aussi, les conséquences, mais il importe de ne jamais oublier que la première population à avoir payé le prix est la population israélienne. Le Liban pourrait être paisible, Gaza pourrait être prospère si on y employait l'argent à entreprendre plutôt qu'à détruire et tuer.

Comprendre la guerre implique de bien voir, de surcroît, que derrière le
Hezbollah, le Hamas et les factions palestiniennes, il y a la Syrie, et
derrière la Syrie la république islamique d'Iran.

Tant que la Syrie pourra abriter impunément divers mouvements terroristes, déstabiliser le Liban, servir de courroie de transmission à l'Iran, aucune dissuasion ne sera efficace dans le moyen terme, aucune stabilité ne sera concevable. Tant que l'Iran pourra téléguider le Hezbollah, le Hamas, la Syrie, et travailler à se doter de l'arme nucléaire avec la bienveillance de la Chine et de la Russie, et la contribution de la Corée du Nord, aucune dissuasion ne sera envisageable, aucun équilibre ne pourra être réalisé, même fugitivement.

La guerre enclenchée a été définie très précisément par Yossi Klein Halevi comme "guerre contre l'islamisme génocidaire". La définition me semble exacte. Israël n'est pas le seul pays concerné. Les déclarations de George W. Bush et des membres de son administration montrent qu'on comprend cela aux Etats-Unis.

Celles de Jacques Chirac, et plus encore, de Philippe Douste-Blazy ne
peuvent que conduire à s'interroger sur ce que sont les positions de la
France. Les actes de guerre et de terrorisme du Hezbollah sont, dit
Douste-Blazy, seulement des "actes irresponsables". Les ripostes
israéliennes sont par contre, des "actes de guerre disproportionnés". Le
Liban est qualifié de "pays ami de la France", Hezbollah inclus, Israël ne
bénéficie pas de ce qualificatif.

L'unité et l'intégrité territoriale du Liban doivent être préservées, a poursuivi le ministre français, qui n'a rien dit sur l'intégrité territoriale d'Israël. Douste-Blazy, bien sûr, a parlé du "cycle de la violence" : ni responsable ni coupable selon la tradition diplomatique française concernant la région. Il a appelé à "revenir à la raison de part et d'autre". Il lui reste à définir comment un terroriste, un fanatique, un totalitaire, ou quelqu'un qui est tout cela à la fois, peut "revenir à la raison".

Ces propos se passent de tout autre commentaire. Face à l'islamisme
génocidaire, la France [le gouvernement, la diplomatie et les élites
français, E.B.] a, semble-t-il, choisi son camp.


http://www.resiliencetv.fr/modules/news/article.php?storyid=1056
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Mer 19 Juil 2006, 23:28

Citation :
Liban : Bon diagnostic mais mauvaise médication

19.07.2006


Le Hezbollah et le Hamas se battent au Moyen-Orient, mais c’est en fait bien Téhéran et Damas qui tirent les ficelles dans le but très simple qui est d’obliger l’occident à les prendre au sérieux.


Les appels aux accents simili-gaulliens du Président Jacques Chirac pour envoyer des troupes d’interposition serait un cadeau aux organisations terroristes présentes sur le territoire libanais et à la république islamique d’Iran, le maître d’œuvre de cette guerre par procuration dont les Libanais sont les victimes collatérales.

Le régime des mollahs aura le beau rôle, un rôle dans lequel il excelle : celui de la victime qui crie à qui veut l’entendre que l’occident est en guerre contre les musulmans. L’envoi des forces de maintien de l’ordre sera un prétexte supplémentaire offert aux mollahs pour qu’ils dénoncent une nouvelle ingérence des occidentaux sans que nécessairement cette police des frontières ne soit en mesure d’empêcher que les mollahs ne continuent d’équiper le Hezbollah et de lui fournir des armes de combat.

Si on avait des doutes sur l’implication directe des forces du régime de Téhéran dans les attaques contre Israël, celles-ci ont volé en éclats avec les restes du missile C-802 de fabrication iranienne qui s’est abattu sur le navire israélien. Le C-802 n’est pas un simple Katioucha de la seconde guerre mondiale mais bien un engin sophistiqué qui demande un personnel formé pour la mise à feu. Selon un agent des renseignements israélien qui s’exprimait sous couvert d’anonymat, Israël avait la preuve qu’une centaine de miliciens des Pasdarans s’étaient déplacés dans le Sud Liban pour encadrer le tir de ce missile.

Le régime des mollahs déploie divers missiles sur le sol Libanais, outre les C-802, il y a les Katiouchas qui sont des orgues de Staline montés sur des camions ou des bateaux de pêche : ils peuvent être tirés de n’importe où et la mobilité du lanceur les rend difficiles à intercepter ou à détruire. Le 3e modèle est le Fajr qui a été tiré sur le port de Haïfa. Le Fajr est une fusée d’une cinquantaine de kilomètres de portée mise au point par la république islamique durant la guerre Iran-Irak avec l’aide de la Chine et de la Russie.

Les 5 premiers Fajr offerts par Téhéran au Hezbollah au Sud Liban remontent à 2001. De manière générale, les armes ou l’argent transitent par Damas avant d’arriver dans les bases du Hezbollah par la route. Ce transit nécessite la complicité des forces libanaises qui ont été recrutées et formées par les Syriens. De la même manière, d’autres armes iraniennes affluent en Irak via la Syrie et sont distribuées avec la complicité des policiers irakiens dont un grand nombre sont très officiellement des employés de la république des mollahs [1].

Si les mollahs disposent d’une bombe nucléaire ou d’une bombe sale, il leur sera facile de l’acheminer vers le Liban par les mêmes routes avec les mêmes complicités. Il faut couper la chaîne de transmission décrite par le ministre libanais des communications, Marouan Hamouda : «Téhéran fournit les équipements et l'argent, Damas se charge de l’encadrement, le Hezbollah exécute et les libanais sont les victimes». Sans le concours des forces libanaises, une force internationale d’intervention sera totalement inefficace.

Pour empêcher qu’un jour le Hezbollah ne dispose d’une force de frappe nucléaire, il est nécessaire d’agir aujourd’hui et briser la chaîne de transmission : le seul moyen sera de limiter les moyens à la source. Il faut donc sanctionner le régime des mollahs et installer une police des frontières autour de l’Iran et non pas autour du Liban, le dernier maillon de la chaîne.

http://www.iran-resist.org/article2376?var_recherche=Hezbollah
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 20 Juil 2006, 02:09

Citation :
Fronts Sud et Est

Submitted by Ram Zenit on Wed, 2006-07-19 07:32.

Alors que l’aviation continue et concentre ses opérations sur le Sud Liban, le front Sud n’en est pas pour autant délaissé. Hier, les forces terrestres entrées la veille à Beit Hanoun dans le nord de la Bande de Gaza, se sont retirées et cette nuit c’est de nouveau au centre de la bande que Tsahal (Tzahal) a agit, tuant 6 terroristes armés dans le camp de réfugiés Moassi, 5 soldats étant blessés. Les Palestiniens, du Fatah et du Hamas ont attaqué les forces armées à l’RPG.

A Ramalah les forces israéliennes ont encerclé la Mouqahata, à la recherche de terroristes fugitifs réfugiés sous les jupes d’Abbas, principalement du Fatah et ses filiales – les Bataillons d’Al Aksa. Les tracteurs ont commencé leur travail de destruction sous le feu des palestiniens.
Rappelons qu’il y a deux nuits un soldat d’une unité d’élite a été tué à Sichem (Naplouse en Français)et six autres blessés, dont le fils du Général Navé, commandant de la région centrale et du front Est.

Citation :
Verrou Syrien 2 (a): Aspects Stratégiques
Submitted by Ram Zenit on Wed, 2006-07-19 10:34.

Après trois jours de combats nous avons pu considérer quelques aspects tactiques des opérations israéliennes au Liban, démontrant l’importance de l’usage maximal-optimal des forces, le choix des cibles et l’attention portée par Tzahal (Tsahal, IDF) à minimiser les pertes civiles.


Une semaine est passée depuis l’enlèvement, en territoire israélien, de deux soldats et la tentative du Hezbollah d’attirer Israël dans un piège préparé depuis plusieurs mois, au Sud Liban, à l’instigation de l’Iran et de la Syrie.

Dans la phrase précédente, ce dessinent toutes les données du problème auquel Israël s’est trouvé confronté : les acteurs et leurs intentions en particuliers.
La perception de ces données par Israël est sans doute la base de sa réponse.
Commençons donc par une le Hezbollah et ses patrons avant d’en arriver à l’acteur principal, Israël.
Le Hezbollah, comme expliqué auparavant, se trouve dans une situation délicate depuis quelques mois : l’expulsion de la Syrie due à la « révolution du cèdre », les pressions internes et externes –comme la résolution 1559 – de l’ONU, pour le désarmer d’un coté et les pressions syriennes pour continuer à le contrôler comme étant son agent armé face à Israël, associées aux pressions iraniennes pour que le Hezbollah continue sont rôle de « Bras Ouest » de la révolution islamique shiite de l’autre coté. La situation créée par le retrait israélien du Sud Liban lui a retiré toute légitimité de « résistance armée », mais étant un groupe terroriste le Hezbollah est incapable de se transformer en parti purement politique. Nous avons vu cette incapacité chez Arafat et l’OLP dans les territoires palestiniens. C’est une leçon à retenir !
L’Iran quant à elle joue sur la scène internationale le troublions avec la Corée du Nord. L’Iran a réussi jusqu’à présent à empêcher les grands de ce monde de nuire à ses développements dans le domaine nucléaire, jusqu’à ce mois-ci où le problème iranien devait faire l’objet de sanctions de la part de l’ONU. Le régime syrien est faible face à une critique continuelle de la part des USA dû à son rôle dans le terrorisme international.
Comme nous l’avions souligné au début des hostilités, les intérêts globaux iraniens et syriens se rencontrent avec les intérêts locaux du Hamas et ceux du Hezbollah.
La perception d’Israël par ces acteurs et leur lecture de la situation militaire, politique et sociale d’Israël les ont confortés dans leurs sentiments de puissance face à un ennemi affaibli : c’est à croire que certains agents de Nasralla et d’Ahmedinajad ont lu PAF et les articles comme celui sur « La banane » ! L ‘expression de Nasralla, mercredi dernier, selon laquelle Olmert, Peretz et Halloutz sont « des blues » est significative de ce point de vue : Faiblesse du pouvoir politique, incapacité de décision. Les résultats de trois ans de tirs de roquettes sur le Sud du pays leur ont montré un arrière affaibli, une société qui n’est plus prête à endurer des pertes militaires ou civiles. Donc une société vulnérable à l’arsenal de milliers de missiles au Liban Sud. Lecture erronée du retrait du Liban. Du retrait de Gaza. De plus, les échanges de prisonniers passés ont dévoilé, pour l’Iran et ses complices, une faiblesse israélienne, un talon d’Achille de la société israélienne.
En planifiant une série d’opérations s’attaquant directement au « talon » d’Israël, il leur était possible donc de créer deux fronts. Situation délicate du point de vue stratégique. D’autre part Israël a démontré jusqu’à présent que sa réponse à ce genre de situations était basée sur une avancée terrestre. Il était donc naturel dans cette perception de Tsahal de prévoir une action terrestre de celui-ci face à une attaque en règle à la frontière libanaise. Prévision avérée après l’enlèvement de Shalit.
La position d’Israël sur le plan international est connue de tous : faiblesse diplomatique. Seul le Grand Satan est prêt à le soutenir. Lui-même est en difficulté en Irak.
Ainsi se dessinait une image de la situation tout à fait en faveur de l’Iran et de ses suppôts tant sur le plan international que sur le plan de l’ennemi israélien.
Les intentions iraniennes étaient donc de créer une situation explosive au Moyen Orient pour empêcher des prises de décisions internationales qui risquerait de mettre en danger son programme nucléaire. Tout en donnant une chance au Hezbollah 1- d’affaiblir militairement Israël en l’entraînant dans une offensive terrestre 2- de récupérer les prisonniers libanais 3- de repousser les causes de son désarmement.
L’Iran n’est pas encore capable d’entrer en conflit direct avec Israël, à moins de faire passer des troupes en Syrie. Celle-ci présente des aspects importants pour l’Iran : arrière logistique pour le Hezbollah, services de sécurité encore présents au Liban, frontière commune avec Israël, faiblesse du régime. Le rôle de la Syrie est donc central dans le plan iranien. Ce rôle a été mis en évidence avec la signature d’accord de soutien mutuel en cas de conflit.

Citation :
Verrou Syrien 2 (b): Aspects Stratégiques

Submitted by Ram Zenit on Wed, 2006-07-19 12:03.

Face à cette situation que pouvait être la réaction israélienne ?

1- Les enlèvements
Les tentatives d’enlèvements de civils et de militaires sont connues depuis longtemps. Le prix payé a été jusqu’à présent très lourd. Non seulement par la libération de milliers de terroristes mais par les implications politiques que ces libérations ont entraînées. Rappelons ici, par exemple, la libération de 1000 terroristes contre 7 soldats prisonniers au Liban dans les années 80. Ces terroristes ont organisé ensuite la première Intifada.

L’armée ni le gouvernement ne peuvent se permettre de continuer et ne pas réagir fortement à ces tentatives.

2- Action terrestre et symétrisation de la guerre
Les renseignements militaires ont montré des activités intenses du coté libanais de la frontière, ces derniers mois, avec une intervention accrue et ouverte d’officiers et instructeurs iraniens. Les préparations défensives du Hezbollah devaient donc être connues.

Par contre, se basant sur environ 5000 hommes réguliers et plusieurs milliers de réservistes, des missiles de différentes portées, éparpillés sur tout le territoire, le Hezbollah n’a pas encore achevé sa « régularisation » i.e. son organisation en armée régulière : Il est donc trop tôt pour Israël d’imposer une guerre symétrique qui soit à son avantage.

3- Géopolitique
La présence du Hezbollah armé à sa frontière est inacceptable pour Israël : la décision 1559 donnait l’espoir de régler le problème, espoir accru par le retrait syrien du Liban. Malheureusement la révolution du cèdre n’a pas encore abouti. Les dissensions libanaises, associées à la peur, justifiée, du retour de la guerre civile, sont telles que le gouvernement est incapable de gouverner et reste prisonnier de la force armée du Hezbollah.

La présence d’un état démocratique, non islamique, à sa frontière nord, est importante pour¨Israël et certainement pour les USA, quand on considère les facteurs et enjeux géopolitiques de la région.

Dans cette situation et prenant en considération les éléments ci-dessus, Israël a du décider de quatre objectifs à atteindre (§) :
1- Changement géopolitique dans la région
2- Créer les conditions qui permettront l’application de la résolution 1559
3- Rejeter le Hezbollah de la frontière
4- Créer les conditions qui permettront la libération des soldats kidnappés

Examinons leurs significations et implicqtions stratégiques :
1- Le changement géopolitique de la région, cela signifie que le Hezbollah ne dictera plus les priorités d’Israël.
Pendant six, après le retrait du Liban, Israël a laissé se créer une situation où le Hezbollah peu prendre l’initiative et Israël répond aux évènements qui lui sont imposés. La réponse israélienne, même si elle paraît disproportionnée à certains, se fait dans les limites de la légitimité légale et comprise des Nations. Israël a été agressé, le Liban est l’agresseur. Sur le plan stratégique cela se traduit par l’effet de surprise qu’Israël a imposé à tous les acteurs :Hamas, Hezbollah, Syrie et Iran et Liban. Surprise obtenue par l’intensité de sa réaction, son refus d’un combat terrestre et l’utilisation de ses avantages technologiques


2- Création des conditions nécessaires pour l’application de la résolution 1559.
Etant donné que le gouvernement libanais n’a pas le pouvoir d’appliquer cette résolution et ainsi désarmer le Hezbollah, Israël a décidé de réduire la puissance militaire et politique du Hezbollah. Ce but sera atteint en attaquant ses installations militaires, ces arsenaux, et ces centres d’activités politiques et militaires comme le quartier de Dakhya dans la banlieue sud de Beyrouth, tout en empêchant l’arrivée de renforts et en cassant la chaîne logistique de l’organisation. D’un autre coté, Israël fait pression sur le gouvernement libanais, pour que ce dernier intervienne et envoie l’armée régulière au Sud en créant une situation où le Hezbollah ne remplie pas sa fonction de « résistance », est incapable de défendre la population shiite, celle qui le soutient traditionnellement. Et aussi en intensifiant les dissentions politiques dans la société libanaise.
3- L’éloignement du Hezbollah de la frontière se fait par un laminage constant des forces du Hezbollah, au Sud Liban, la destruction systématique de ses positions, la création d’un fossé entre le Hezbollah et la population shiite du sud. Pour être efficace il a fallut d’abord isoler le Hezbollah au Sud de ses sources logistiques et humaines à Beyrouth et dans la Baaka près de Baalbek.
4- Les actions ci-dessus permettront aussi de créer des conditions avantageuses pour Israël quant à la libération des soldats israéliens.


Une question qui se pose est pourquoi Israël a attaqué si intensivement au Liban et a épargné la Syrie pourtant pointée pour ses responsabilités dans les évènements à Gaza et au Liban ? Personnellement je pensais que nous apprendrions, au matin du 15 Juillet, l’élimination de l’aviation et de sites militaires syriens ! En effet la Syrie est le verrou de la chaîne qui commence en Iran et se termine à Gaza en passant par le Sud Liban. D’où le titre de cette série d’analyses !
La réponse semble résider dans les objectifs qu’Israël s’est fixé et ses limites expliquées plus haut.
Ainsi à la lueur des objectifs qu’Israël s’est imposé, il est possible de comprendre la réaction « disproportionnée » israélienne, ses compromis stratégiques et tactiques.

Entre autre Israël n’a pas pratiqué, ici, la stratégie de la symétrisation du conflit mais bien plutôt la stratégie de l’anti-symétrie : en utilisant à fond ses avantages technologiques i .e. en exacerbant les différences entre les deux camps.


(§) Tels qu'ils ont été définisdans le biefing du Général Kaplinsky, Second du Général en Chef de Tzahal, il y a deux jours.

Tous les articles : http://politiquearabedelafrance.net/

(Nombreux liens dans les articles, aller sur le site pour y accéder Idea )
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 20 Juil 2006, 02:29

Citation :
La Bataille de Kfar Kileh

20 juillet 2006 - Par Stéphane Juffa © Metula News Agency

Il m’est arrivé un truc pas commun, cette après-midi. J’ai dû être l’un des 1ers journalistes à avoir jamais réalisé un reportage photo de guerre depuis sa salle de rédaction. Je vous le livre brut de coffrage, sans analyse, comme je l’ai vécu.

Suite : http://www.desinfos.com/article.php?id_article=5250

Citation :
Agression du Hezbollah libanais:

Metula, mercredi 19 juillet, 20h 31 locales

Tout danger immédiat semble écarté. Les rescapés du commando intégriste sont en fuite. (voir article ci-dessus Idea )

Tsahal a ordonné à TOUS LES HABITANTS DU LIBAN-SUD d'abandonner leurs domiciles.

A nouveau, une odeur de poudre flotte dans l'air autour du bureau. Elle provient des tirs d'armes automatiques qui ont eu lieu dans notre village et des incendies qui ravagent Kfar Kileh.

De plus, l'armée a décrété la mobilisation de 3 divisions supplémentaires, ce qui annonce assurément une vaste opération terrestre pour les jours à venir.

Dans la région de Tel-Aviv, un terroriste suicidaire et son pilote ont été appréhendés avant qu'ils ne commettent leur crime.

http://www.menapress.com/

Citation :
[ mercredi 19 juillet 2006 - 23:39 ] YA
Tsahal : "Nous avons effectué plus de 250 sorties au Liban"

Tsahal a indiqué que, dans la journée, l'armée de l'air avait effectué plus de 250 sorties dans les cieux libanais et que plus de 200 cibles avaient été attaquées sur le territoire libanais au cours de ces sorties.
Depuis le début de l'offensive, l'armée de l'air a effectué quelque 3000 sorties dans les cieux libanais et quelques 1200 cibles ont été attaquées sur le territoire libanais au cours de ces sorties.

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=61&articleType=ArticleView&articleId=10933

Citation :
23:08 La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a demandé à de hautes personnalités du monde arabe de faire pression sur la Syrie et l'Iran afin qu'ils mettent tout en oeuvre pour stopper les actions du Hezbollah et du Hamas en Israël. (Guysen.Israël.News)
''Des pays du Moyen-Orient comme l'Arabie Saoudite, l'Egypte et la Jordanie jouent un rôle critique et peuvent endiguer une escalade de la situation dans la région'', a-t-elle souligné.


23:54 La Croix-Rouge israélienne (Mada) a fait le bilan de sa journée : 74 victimes de la situation sécuritaire, dont 4 morts, 1 grièvement blessé, 1 blessé sérieux, 20 blessés légers et 48 personnes ayant subi un choc. (Guysen.Israël.News)

01:52 Liban : L'armée de l'air a déversé 23 tonnes de bombes sur un bunker du Hezbollah situé au sud-est de Beyrouth, où selon certaines informations se terrait Hassan Nasrallah ainsi que d'autres responsables de cette organisation terroriste. Un haut gradé a déclaré qu'il n'y avait pour le moment aucune information concernant le sort des personnes qui se trouvaient dans ce bunker. (Guysen.Israël.News)

http://www.guysen.com/news.php
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 20 Juil 2006, 12:17

Citation :
13:08 La France exige l'ingérence du Conseil de sécurité de l'Onu dans la crise au sud-Liban, en dépit de l'opposition des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne. (Guysen.Israël.News)
Selon le ''Guardian'' britannique, la France oeuvrerait pour mettre fin aux opérations de Tsahal au Liban et la libération des soldats enlevés dans le cadre d'un échange de prisonniers, ainsi que pour la création d'une zone démilitarisée où une force internationale et l'armée libanaise se déploieraient au sud du pays, après le retrait du Hezbollah.


12:58 Bande de Gaza : : selon les Palestiniens, l'armée de l'air aurait abattu un Palestinien au centre de la bande de Gaza, alors qu'un premier terroriste avait été tué un peu plus tôt dans des échanges de tirs dans le même secteur. (Guysen.Israël.News)


12:52 Frontière nord : Tsahal a abattu deux terroristes dans des échanges de tirs dans la partie occidentale de la frontière nord. (Guysen.Israël.News)


12:43 Une roquette Qassam est tombée sur une station d'essence près du kibboutz Nir Am, dans le Néguev occidental. Un incendie a éclaté. (Guysen.Israël.News)


12:34 Frontière nord : une salve de Katioucha tombe en ce moment sur Tsfat (Safed). On ne déplore pour le moment aucun blessé. (Guysen.Israël.News)


12:28 Frontière nord : une salve de Katioucha qui s'est abattue près de Kiryat Shmona a provoqué un incendie. Deux impacts de roquettes ont également été repérés près de Shlomi. (Guysen.Israël.News)


12:23 Le chef d'état-major Dan Haloutz a envoyé une lettre aux soldats pour leur annoncer que le combat à la frontière nord et dans la bande de Gaza risque de durer longtemps. (Guysen.Israël.News)

http://www.guysen.com/news.php
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 20 Juil 2006, 12:19

Citation :
NON, L’HERBE N’EST PAS PLUS VERTE AILLEURS

Par Judith Weber pour Guysen Israël News

Mercredi 19 juillet 2006 à 00:16


Et pourtant, c’est ce que l’on croit. On quitte un endroit menacé pour se réfugier dans un autre et c’est justement là que le destin frappe. On invoque la malchance, la fatalité, mais ce qui est sûr, c’est ce proverbe chinois qui stipule que ‘nul n’est mort une minute avant son heure’.


Ce qui revient à dire que l’on n’est en sécurité nulle part. Une famille quitte Nahariya pour Tibériade et c’est à Tibériade que le missile la fauche. On s’enfuit de Haifa pour Tel-Aviv et les habitants de Tel-Aviv, eux quittent leur ville pour Eilat. Ceux d’Eilat sont partis pour Chypre, à tout hasard.

Pourquoi croit-on que ‘là-bas’ c’est plus sûr qu’‘ici’ ? Cela pouvait être vrai quand la guerre était un affrontement entre deux armées sur un champ de bataille et que le voisinage était dangereux. Mais la guerre d’aujourd’hui n’est plus ce qu’elle était, les missiles frappent n’importe où et n’importe qui… ce ne sont pas les seules armes nouvelles d’ailleurs, les médias sont bien plus dangereuses.

Pourquoi les habitants de Nahariya se sentent-ils plus en sécurité à Tel-Aviv et pourquoi ceux de Tel-Aviv se croient-ils moins menacés à Beersheva ? Il y a là un syndrome de ‘fuite vers n’importe où, pourvu que ce soit ailleurs ’. On se sent tout simplement vulnérable chez soi.

Mais on EST vulnérable chez soi, où que l’on soit. Il est vrai que l’escalade de la violence a pris tout le monde par surprise. Initiée par l’enlèvement de soldats israéliens, cette situation qu’une médiation diplomatique essayait de solutionner a brusquement empiré par tous ces missiles de destruction qui du sud et du nord ravageaient et tuaient sans distinction. Et la riposte était inévitable, c’était, hélas, la seule façon digne de réagir.

Vous savez pourquoi c’est à nous qu’on s’adresse pour montrer de la restreinte ? Parce que c’est nous qui sommes les seuls capables d’écouter, parce que c’est nous seuls qui faisons figure d’ ‘interlocuteur valable’ dans ce chaos. Avec ceux d’en face, il n’y a pas à qui parler. Mais jusqu'à quel point pouvons-nous tendre l’oreille ? Les terroristes se bouchent la leur tout en hurlant leur haine devant cette hécatombe qu’ils ont eux-mêmes mise en mouvement. A quoi s’attendaient-ils ? Le Liban n’est pas leur patrie, c’est juste un terrain de manœuvres et c’est lui qui paie le prix de l’affrontement.

Alors, les Libanais fuient cette frontière, non pas dans un esprit de syndrome de ‘fuite vers n’importe où’ mais bien parce qu’ils ont été prévenus que la région allait devenir mortelle, les représentants et les résidents étrangers sont évacués, les habitants ont les yeux fixés sur le nord du pays, même pas sur la Syrie qu’ils considèrent comme la prochaine cible de Tsahal.

On peut déserter les endroits névralgiques et chercher refuge là où l’on se croit plus en sûreté, quand une armée avance. L’exode de 1940 en France devant les troupes nazies est l’exemple typique de groupes humains désespérés fuyant vers le sud et créant un désordre et un chaos tels qu’ils rendaient impossible l’acheminement de troupes fraiches vers le front. Mais ces groupes fuyaient DEVANT un ennemi victorieux.
Notre affolement à nous, notre ‘exode’ individuel vers ‘ailleurs’, ce serait plutôt le désir de se regrouper avec des amis ou des membres de sa famille pour être ensemble en ces moments cruciaux, mais il faut bien, en fin de compte admettre une chose : si nous sommes acculés à la mer, nous n’avons pas où nous réfugier.

Notre seule alternative est de faire face et de faire front. Je ne sais plus quel homme de guerre a dit : ‘La meilleure défense, dans les cas désespérés, c’est l’attaque’ et c’est la seule chose qui nous reste puisque tout le reste a échoué.

… Alors, je ne quitterai pas Tel-Aviv pour Ashdod, par exemple, ou pour Dimona. S’il y a un missile qui porte mon nom, il m’atteindra où que je sois. Fatalisme oriental ? Non. Sens de la réalité.

Alors, ici ou ailleurs…

Fais ce que doit, advienne que pourra. Amen !

http://www.guysen.com/articles.php?sid=4810
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 20 Juil 2006, 12:20

Citation :
Agression du Hezbollah libanais:

Metula, jeudi 20 juillet, 12h 27 locales

Un soldat a été grièvement blessé, ce matin, lors d’une opération de nettoyage d’un dépôt de Katiouchas, à quelques kilomètres de la frontière, en territoire libanais.

Deux autres militaires ont été atteints, lors d’une opération similaire, face à Biranit (centre-est du front), lorsqu’un missile ennemi a atteint leur blindé. L’un est blessé légèrement, l’autre, plus sérieusement.

De nombreuses opérations du même type et ayant le même objectif sont en cours en différents points de la frontière.

20 roquettes se sont abattues, ce matin, sur le nord d’Israël, dont 16 sur le Doigt de la Galilée. Ces tirs sont de moins en moins précis ; les projectiles sont tombés sur des terrains inhabités sans faire ni victimes ni dégâts.

L’aviation poursuit ses sorties contre les concentrations de terroristes, les rampes de lancement de missiles, leurs transports et les postes de commandement du Hezbollah. Cependant, le Hel Avir a largement diminué ses frappes sur Beyrouth afin de ne pas mettre en danger les opérations d’évacuation des ressortissants étrangers. Des Marines US ont mis le pied sur le sol libanais pour assurer la sécurité de cette opération ; ils sont protégés par plusieurs hélicoptères qui surveillent depuis les airs les mouvements des intégristes.

Cela fait 48 heures que Hassan Nasrallah n’a fait aucune apparition publique ou télévisée. Il est évident que le chef du Hezbollah est traqué par les Israéliens, leurs avions et les commandos dont ils disposent à l’intérieur même de Beyrouth.

Après que l’aviation israélienne ait déversé, cette nuit, plus de 23 tonnes de bombes intelligentes sur le bunker dans lequel on pense que Nasrallah s’est réfugié, on peut logiquement se poser des questions sur l’état physique du leader terroriste.

A Gaza, l’armée annonce avoir neutralisé une vingtaine de terroristes durant les dernières 24 heures.

http://www.menapress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 20 Juil 2006, 13:00

Citation :
Paquet de 23 tonnes pour Nasralla, par Fedex spécial de l'IAF

Submitted by Ram Zenit on Thu, 2006-07-20 04:49.

Cette nuit Iraël a lancé 23 tonnes de bombes sur un bunker à Bourg-el-barajné, un faubourg sud de Beyrouth. Le renseignement a découvert que Nasralla et son gang s'y cachaient. Le Hezbollah dément, bien sûr. Ici on attend la prochaine cassette vidéo du Leader pour connaitre les resulats du bombardement.

Deux soldats d'une unité d'élite ont été tué près d'Avivim, un village qui se trouve au milieu de la frontière avec le Liban. A quelsques centaines de mètres d'un camp de l'ONU. Durant le nettoyage d'un fortin du Hezbollah. Celui ci a eu le temps, en six ans, de bettoner ses positions, miner les alentours et préparer la défense à une attaque israélienne. L'opération et l'accrochage, en cet endroit, ne sont pas terminés: à 7 heures ce matin j'ai reçu l'info sur mon mobile. Un SMS demandant à la population du kibboutz de rester chez soi ou dans les abris.

Deux enfants arabes, des frères de 3 et 5 ans, ont été tués par un missile du Hezbollah, hier à Nazareth.

Hier soir, vers 21 h. une unité du Hezbollah a essayé de pénétrer en Israël à Métoulla, la ville la plus au Nord.

Hier soir, l'armée a exigé l'évacuation de toute la population civile du Sud du Liban jusqu'au Litani. Soit le déplacement de près de 300 000 personnes. Préparation d'une attaque terrestre? Forte pression sur le gouvernement libanais pour commencer à bouger dans le bon sens? Du point de vue stratégique cela veut dire qu'Israël, après avoir attaqué les arrières du Hezbollah, ses infrastructures etc... Tsahal isole le terrain des opérations dans le Sud.

L'évacuation des étrangers continue au Liban, à grand renfort de média! Personne ne pense aux étrangers de Haïfa et du Nord d'Israël qui vivent sous les bombes depuis 8 jours. Sauf l'ambassade de Thaïlande, qui a telephonné à tous ses ressortissants et leur a demandé de passer au Sud. Le consulat de France à Haïfa, qui a pourtant notre adresse exacte au kibboutz, à la frontière libanaise (moins de 300 mètres) ne nous a pas encore contacté: je ne sais pas pourquoi, mais mon impression est qu'il ne le fera pas! Jââââââcques n'y a sans doute pas prêté attention! Ni son Vîle-pain d'ailleur! Ni Mr le Consul, qui doit se cacher dans un trou.

Hier, dans la région de Tel Aviv, ambouteillages monstres, pour cause de terroristes en marche vers la ville. Le terroriste a été arrêter avec sa ceinture explosive et ses complices, trois arabes israéliens qui étaient chargés du transport. Par crainte de l'ouverture d'un front à l'Est, Israël a décrété la fermeture de la Judée Samarie.

Tous les enfants des villages de la frontière libanaise ont été évacués vers le Sud

Hier. on a vu Wallid Jumblat à la TV, refusant un cessez-le-feu au Hezbollah tant que celui-ci ne sera pas désarmé. Le seul politique libanais courageux, Walid, fils de son père! Hariri n'était pas très positif pour Nasrallah, contrairement à Aoun! Quant au Général Haddad, l'ancien commandant de l'Armée du Sud Liban, condamné à mort par le Hezb, il a rappelé à tout le monde, de son appart de Paris, ce que tout le monde comprend enfin -ou presque- qu'il avait raison, que le Hezb et les Palestiniens avaient compris de travers le retrait israélien du Liban. Ici on commence à se poser des questions sur la responsabilité du mouvement des "Quatre Mères" qui avait réussi la campagne de sortie du Liban. Bien entendue, elles refuttent toute responsabilité quant à l'Intifada et aux évènement de cette semaine.

http://politiquearabedelafrance.net/node/364
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 20 Juil 2006, 17:52

Citation :
Amir Peretz envisage une offensive terrestre au Liban

Claire Dana Picard
jeudi 20 juillet 2006 - 17:52

Plus d’une semaine après le début de l’opération de Tsahal au Liban, l’option d’une offensive terrestre semble sérieusement envisagée à présent par plusieurs ministres du gouvernement israélien considérant que les frappes aériennes ne sont pas assez efficaces. Ces derniers se sont cependant empressés de préciser qu’il devait s’agir d’une action limitée.

D’autres, comme Avi Dichter (Kadima), titulaire du portefeuille de la Sécurité intérieure, ne partagent pas ce point de vue. Dichter a déclaré qu’il s’opposait à une telle incursion, estimant qu’il fallait privilégier d’autres solutions à la crise. «Si nous ne réussissons pas, il faudra alors procéder à un nouvel examen de la situation», a-t-il conclu.

Le ministre de la Défense, Amir Peretz, a évoqué la question jeudi après-midi devant la presse lors d’une nouvelle tournée dans le Nord du pays. Peretz s’est rendu à Safed pour y rencontrer le maire de la cité et les membres du conseil municipal. Il était accompagné, lors de sa visite, du commandant de la défense passive, Itshak Guershon, et le commandant du district nord de la police.

Affirmant au préalable très prudemment qu’Israël "ne souhaitait pas reconquérir le Liban", il a indiqué que si la situation l’exigeait, il ne faudrait pas hésiter à lancer une action terrestre à l’intérieur du territoire libanais. Et de préciser : "Il n’est pas question de terminer cette opération sans accomplir notre mission principale. Les menaces pesant sur Israël doivent être absolument écartées".

La rencontre s’est déroulée dans l’abri de la mairie. Rappelant qu’il avait lui-même été réveillé par les alertes à Sdérot, il a souligné que les combats actuels "unissaient toute la population, quel que soit son lieu d’habitation". Evoquant ensuite la mort de deux enfants arabes, tués mercredi après-midi par une Katioucha à Nazareth, il a précisé que "le Hezbollah avait prouvé qu’il ne faisait aucune différence".

Peretz a ensuite adressé un nouvel appel au gouvernement libanais, lui demandant de prendre ses responsabilités et de déployer ses troupes le long de la frontière. Et d’affirmer: "Nous ne laisserons plus les drapeaux du Hezbollah flotter sur la clôture séparant les deux pays".

Peretz a ensuite promis d’envisager des mesures, dès la semaine prochaine, permettant à la population civile du Liban de reprendre une vie normale et de se réapprovisionner.

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=10992

Citation :
[ jeudi 20 juillet 2006 - 15:22 ] CDP

La Fédération internationale des journalistes dénonce les raids sur Al Manar

Aaron Enoch, directeur israélien de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) comptant pas moins de 500 000 membres à travers le monde, a décidé de quitter l’association suite aux déclarations malheureuses de son secrétaire général, Aidan White. Ce dernier a condamné les bombardements israéliens sur la station Al Manar du Hezbollah, à Beyrouth. Enoch a déclaré qu’il était inadmissible que White soutienne une organisation terroriste reconnue comme telle sur la scène internationale.

http://a7fr.org/Default.aspx?tabid=61&articleType=ArticleView&articleId=10983

Citation :
[ jeudi 20 juillet 2006 - 16:26 ] CDP

Tension entre les Etats-Unis et l'Europe

La tension monte entre les Etats-Unis et l’Europe qui ne sont pas d’accord sur la façon de régler le conflit au Sud Liban, rappelant les divergences qui ont surgi au moment de la guerre du Golfe. Les Américains ne semblent, en outre, pas très optimistes quant aux résultats de la prochaine rencontre entre la Secrétaire d’Etat Condoleeza Rice et le secrétaire général de l’Onu Kofi Annan. Rice compte exposer les positions des Etats-Unis avant d’entreprendre, dimanche prochain, son voyage au Proche-Orient. La délégation des Nations unies, en mission dans la région, souhaitait se rendre en Syrie mais sa demande a été rejetée.

http://a7fr.org/Default.aspx?tabid=61&articleType=ArticleView&articleId=10987

Citation :
[ jeudi 20 juillet 2006 - 16:44 ] CDP

Les opérations antiterroristes de Tsahal condamnées à l'Onu

La Haute commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme, Louise Arbour, a dénoncé avec vigueur les opérations antiterroristes menées par Tsahal au Liban, dans la bande de Gaza et en Judée-Samarie, n’hésitant pas à déclarer qu’elles pouvaient être considérées comme des "crimes de guerre". Elle a également condamné les attaques contre des civils israéliens.

http://a7fr.org/Default.aspx?tabid=61&articleType=ArticleView&articleId=10988
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 20 Juil 2006, 19:38

Citation :
Israël a une guerre à gagner

dit Daniel Pipes aujourd’hui dans le Los Angeles Times. Il ne suffit pas de faire reculer le Hezbollah, il faut qu’Israël reprenne courage et retrouve enfin une attitude de gagnant, afin d’empêcher le retour à la déplorable situation actuelle. Ceci d’autant plus que les attaques téméraires du Hamas et du Hezbollah, ajoutées à la menace croissante que fait peser l’Iran sur toute la région, ont créé une dissension parmi ses ennemis:
Paradoxalement, les événements des dernières semaines ont généré de bonnes nouvelles: de nombreux Moyen-Orientaux, et non seulement des Israéliens, craignent les ambitions iraniennes. Les préoccupations soulevées par l’Iran ont même incité le royaume saoudien à qualifier les attaques du Hamas et du Hezbollah d’«aventures irréfléchies». Comme l’a souligné Khaled Abu Toameh, du Jerusalem Post, les contre-attaques israéliennes ont entraîné la formation d’une «coalition anti-Hezbollah». Une politique israélienne judicieuse peut sensiblement influencer l’évolution de cette force naissante.

Le fait que les Arabes s’inquiètent aujourd’hui davantage des islamistes iraniens que des sionistes israéliens crée une fenêtre d’opportunité. Pour en profiter, il faut établir une coordination étroite entre Washington et Jérusalem – et rappeler à point nommé aux Israéliens qu’ils ont une guerre à gagner.

http://ajm.ch/wordpress/?p=163
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 20 Juil 2006, 20:53

Citation :
Zigzag Libanais
Submitted by Ram Zenit on Thu, 2006-07-20 18:38.

Le gouvernement libanais zigzag entre "pour" et "contre" le Hezbollah, dans ses déclarations.

Selon l'ESIC, je cite:

On ne s’étonnait plus du double discours de Beyrouth, qui consistait, d’une part, à applaudir l’attaque du Hezbollah à partir du sud du pays, tout en blâmant, d’autre part, Israël de répondre par la force et « d’attaquer lâchement l’état souverain du Liban ». En faisant ces déclarations, les représentants libanais ont agi en dépit du bon sens et ont purement et simplement entraîné leur pays dans la guerre. Comment espérer que la communauté internationale interviendra contre les « crimes perpétrés par Israël » quand, dans le même temps, on déclare être solidaire d’une organisation terroriste qui s’est juré de détruire Israël par tous les moyens ? Deux ministres appartenant au Hezbollah siègent d’ailleurs actuellement au sein du gouvernement libanais.

Il est de plus en plus évident que ce conflit va avoir des conséquences dramatiques à tout point de vue pour les Libanais et il semblerait que le Premier ministre Fouad Siniora réagisse enfin (mieux vaut tard que jamais) à la situation provoquée par le mouvement terroriste le 12 juillet dernier. On dénombre déjà plus de 300 morts, un millier de blessés, un demi-million de personnes déplacées et de graves problèmes humanitaires se profilent à l’horizon.

Pour la première fois depuis le début de la crise, l’autorité libanaise a tenu un discours sensé. Le Premier ministre a en effet déclaré au journal milanais Corriere Della Sera que le Hezbollah avait créé un « Etat dans l’Etat », ajoutant : « ce n’est un secret pour personne que les milices chiites sont sous le commandement de la Syrie et de l’Iran. Elles ne pourront être désarmées qu’avec l’aide de la communauté internationale une fois que le cessez-le-feu aura été prononcé au Moyen-Orient. Le monde entier doit nous aider à désarmer le Hezbollah». Le fait le plus marquant est qu’il va jusqu’à demander « l’aide d’Israël pour rétablir la souveraineté libanaise dans le sud et pour éliminer les milices parallèles à l’armée libanaise ». On déplore que le gouvernement libanais n’ait pas tenu ces propos il y a une semaine.

Une question reste toutefois en suspens : quelle crédibilité peut-on accorder à de telles déclarations ? Il ne fait aucun doute que le gouvernement libanais est extrêmement affaibli et incapable de gérer cette crise. Mr. Siniora et le Sheik Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, qui était d’ailleurs la cible d’un bombardement ce matin (voir note de 12h 12) ne se sont plus parlé depuis 8 jours. Les discussions se font par l’intermédiaire d’un parlementaire chiite, Nabil Berri, fidèle à la Syrie, ce qui est loin de garantir une communication fiable et/ou une quelconque influence du Premier ministre sur le Hezbollah. Outre le fait que le gouvernement est pris dans un étau entre Damas-Téhéran et Jérusalem, ce qui fait de lui un acteur de plus en plus passif et impuissant, son pouvoir est miné par son manque de cohérence et par de nombreuses dissensions internes. A titre d’exemple, le président libanais Emile Lahoud a démenti, dans une interview diffusée aujourd’hui sur France-info, toute manipulation du Hezbollah par la Syrie ou l’Iran. Il va jusqu'à saluer la « collaboration exemplaire » des deux ministres du Hezbollah dans la gestion de la crise au Liban.

Ce genre d'attitude ne nous surprend guère: Arafat nous avait habitués à ce double langage!

http://politiquearabedelafrance.net/node/367
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Jeu 20 Juil 2006, 23:37

Citation :
Metula, jeudi 20 juillet, 23h 58 locales

La bataille de Maoun A-Ras se poursuit à l’heure où nous publions cette dépêche. En fait, elle dure depuis mercredi matin. Elle oppose les forces spéciales israéliennes à plusieurs groupes de commandos islamistes.

Les Israéliens ont découvert, puis conquis, un formidable réseau de bunkers interconnectés, enterré à 7 ou 8 mètres de profondeur, dans lequel les islamistes avaient entreposé des armes en grandes quantités et dans lequel ils se cachaient après avoir lancé leurs roquettes.

Le combat se déroule désormais dans les villages de Maoun A-Ras, au sommet d’un mont imposant surplombant la région, et de celui, voisin, de Ayataron.

Dans une mosquée, les Israéliens on mis à jour d’importants stocks d’armes et de munitions.

Le Hezbollah a perdu des dizaines d’hommes lors de cet affrontement, une "véritable hécatombe", à en croire les soldats de l’ONU auxquels nous avons parlé par téléphone. Ces derniers, aidés en cela par les militaires de l’armée libanaise, tentaient ce soir d’évacuer les Hezbollani blessés sur des hôpitaux libanais. 1'500 soldats israéliens sont désormais engagés dans cette confrontation, de même que des chars, des hélicoptères d’assaut et des chasseurs-bombardiers.

Hassan Nasrallah est apparu ce soir sur les écrans d’Al-Jazeera, mettant ainsi fin aux rumeurs qui annonçaient sa disparition. Il demeure néanmoins plus traqué que jamais.

18h 40 : 2 blessés israéliens supplémentaires à Maoun A-Ras. Des duzaines de combattants chiites touchés, que l'ONU tente de diriger vers les hôpitaux libanais.

Metula, jeudi 20 juillet, 18h 30 locales

6 blessés israéliens, dont deux dans un état grave, lors de la bataille de Maoun A-Ras qui a repris aujourd’hui. Plusieurs miliciens du Hezbollah ont été tués. Les combats sont acharnés.

http://www.menapress.com/
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 21 Juil 2006, 02:20

Citation :
Nassrallah : "Israël n'a rien détruit du tout"

Yael Ancri
vendredi 21 juillet 2006 - 00:30

La chaîne de télévision qatari Al Jazeera a diffusé un enregistrement du chef du Hezbollah, Hassan Nassrallah. Ce dernier a "promis" au journalise qatari qui l'interrogeait que l'armée israélienne n'avait pas réussi à frapper la direction de son organisation, malgrè l'envoi sur son bunker de plus de 20 tonnes de bombes par 12 avions.

Nassrallah a donc survecu à la tentative d'élimination effectuée cette nuit par Tsahal. Cela faisait 4 jours qu'ils ne s'était pas exprimé devant la presse, laissant espérer qu'Israël avait réussi à le tuer.

Il a également nier les rapports de l'armée israélienne, selon lesquels 50% des stocks du Hezbollah avaient été détruits.

Il a ajouté que le Hezbollah réussissait ses opérations et réservait encore des "surprises" à Israël. " Je peux confirmer sans exagérer ni faire de la guerre psychologique que les Israéliens n'ont pas encore réussi à frapper quoi que ce soit sur ce plan. Le Hezbollah est encore très fort, il a réussi a survivre à cette attaque et a riposter à sa manière, ce qu'il continuera à faire," a affirmé Nassrallah.

"Sur le terrain, le Hezbollah se bat en silence, avec fermeté et sans proférer de vaines menaces. Nous suivons les évènements et y réagissons quand et où nous voulons," a ajouté le leader de l'organisation terroriste.

Il a souligné qu'il n'accepterait de libérer les otages israéliens que si un échange de prisonniers était conclu par des négociations indirectes.

Nassrallah a également averti que "les résultats du combat auquel participe le Hezbollah, qu'ils soient positifs ou négatifs, concerneraient tout le monde arabe. Si le Hezbollah réussit tout le monde islamique en sortira vainqueur. Au contraire, une défaite du Hezbollah serait la défaite de tout le monde islamique."

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=11015
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 21 Juil 2006, 02:22

Citation :
Les Américains aux côtés d'Israël.

2006-07-20 20:14:00


Le leadership américain devrait se rendre en Israël cette semaine pour témoigner de la solidarité de la communauté juive américaine avec le peuple d'Israël.

Cette annonce a réjoui l'ensemble de la classe politique israélienne, et notamment le Premier ministre Ehoud Olmert, la ministre des Affaires Étrangères, Tsippi Livni et le ministre du tourisme Itsrack Hertzog.

"Les tirs de missiles sur Israël n'entraînent pas seulement des conséquences militaires économiques ou politiques pour Israël, ils affectent également le moral des Israéliens. Notre présence physique en Israël en ce moment prouve notre solidarité avec le peuple israélien et notre engagement pour sa sécurité. En rendant visite aux communautés du Nord et du Sud qui sont victimes des tirs de missiles nous comptons apporter un message d'unité et dire à quel point nous sommes directement concernés par ce qu'elles endurent" ont indiqué Harold Tanner et Malcolm Hoenlein, les responsables la 'Conference of Presidents' (organisation représentative des associations juives américaines).

"La visite de leaders viendra compléter les nombreuses manifestations de soutien à Israël qui se sont déroulées aux États-Unis. Les communautés juives américaines soutiennent le droit d'Israël à se défendre contre les terroristes du Hamas et du Hezbollah. Des dizaines de milliers d'Américains de toutes origines et de diverses sensibilités religieuses ont répondu à nos appels et ont l'intention de se réunir à nouveau pour un impressionnant rassemblement de solidarité avec Israël. Nous voulons délivrer personnellement ce message au gouvernement et au peuple israélien pour leur dire qu'ils ne sont pas seuls."

http://www.guysen.com/topnews.php?tnid=978
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 21 Juil 2006, 12:34

Citation :
Guerre mondiale, acte IV

Le bloc-notes d’Ivan Rioufol . Publié le 21 juillet 2006

Seule bonne nouvelle dans le drame que subit le Liban, après Gaza : l’Occident ose enfin nommer les agresseurs. Ils s’appellent Hezbollah et Hamas, et ces organisations nazislamistes ont mis Israël en état de légitime défense. Même le G 8 a admis que les « forces extrémistes » étaient à l’origine des violences. Néanmoins, les dirigeants des grandes puissances n’ont pas osé démasquer l’Iran et la Syrie. Piètre délicatesse.
Jusqu’alors, l’Occident bonhomme jugeait que le djihad lancé contre lui s’expliquait par les injustices nées de sa propre hégémonie et singulièrement de l’alliance américano-sioniste. C’est avec cette contrition que le 11 septembre 2001 fut compris par ceux qui refusèrent de voir dans ces attentats l’acte I de la troisième guerre mondiale, soutenue par des mollahs illuminés.
Aussi est-il heureux que l’Europe pacifiste ouvre les yeux et cesse ses sous-entendus sur la responsabilité centrale de l’État hébreu dans le désordre mondial. L’obsession antijuive et anticroisés des fanatiques enturbannés n’autorise plus les excuses de leurs victimes. À l’instar d’Hitler, il faut prendre à la lettre l’Iranien Ahmadinejad, puisant dans le Coran pour appeler à « éliminer » Israël.
Si l’on admet que les ripostes occidentales, en Afghanistan puis en Irak, furent les actes II et III de cette tragédie, c’est l’acte IV qui vient d’être ouvert, sur le dos d’un Liban traumatisé et impuissant, par les ayatollahs poursuivant leur course à l’enrichissement de l’uranium. Faut-il faire un dessin de ce que risquerait d’être le Ve acte ? Une attaque nucléaire sur Tel-Aviv. L’apocalypse.
C’est dans ce contexte qu’il faut juger Tsahal, a priori blâmable de s’en prendre avec une telle virulence au pays du Cèdre, tout en épargnant les vrais soutiens du Hezbollah que sont la Syrie et l’Iran. L’objectif israélien vise à briser et à désarmer un mouvement terroriste ayant pris le Liban en otage et sa population comme bouclier humain. Cette stratégie de libération est légitime.
Aussi, l’accusation de Jacques Chirac, lors de son intervention du 14 juillet, est-elle injuste. « On peut se demander, a-t-il dit, s’il n’y a pas une volonté de détruire le Liban, ses routes, sa communication, son énergie, son aérodrome, et pourquoi ? » La France ferait mieux de s’alarmer de la montée en puissance de la barbarie islamiste et de sa volonté d’en découdre avec l’Occident.

Affronter le totalitarisme

Une chose est de nommer les agresseurs. Une autre est de ne pas se tromper d’adversaire. Israël n’est pas en guerre contre le Liban, comme a semblé le dire la France et comme l’assure le premier ministre libanais, Fouad Siniora, qui a reçu, lundi, Dominique de Villepin à Beyrouth. Ce sont la Syrie et l’Iran qui ont déclaré l’assaut et qui se jouent d’un Liban sans armes. Qu’attend la France pour dire cette autre évidence ?
Paris a eu raison d’apporter son soutien aux Libanais qui souffrent et meurent des coups portés au Hezbollah et à son arsenal disséminé. Israël prend d’ailleurs le risque, à poursuivre trop longtemps ses frappes ciblées et à pousser à l’exode des populations, de se couper d’une opinion internationale plutôt compréhensive. Cependant, personne ne s’émeut des civils israéliens de Haïfa, Tibériade, Safed, etc., touchés par les roquettes et missiles made in Iran.
L’heure est trop grave pour renouer avec les ambiguïtés, révélées en 2003 par l’opposition de la France à la destitution de Saddam Hussein. L’actuel chaos irakien, entretenu par ces mêmes sectes mortifères, donne certes raison à la sagesse prônée alors par Jacques Chirac. Mais l’image qu’il donna, d’un pays systématiquement antiaméricain et proarabe, a pu faire douter de la volonté d’affronter le totalitarisme coranique.
C’est pour éviter l’ultime acteV - la guerre généralisée - que l’Occident, soutenu par les pays musulmans modérés What the fuck ?!? , se doit de resserrer les rangs pour ramener à la raison les maîtres chanteurs iraniens et syriens. Et donner tort, ainsi, à ceux qui estiment déjà inévitable la destruction par la force des sites nucléaires iraniens (lire L’Iran dans la 3e guerre mondiale, de Laurent Artur du Plessis, Jean-Cyrille Godefroy).

Conséquences électorales ?

La pression internationale brouillera-t-elle l’ordonnancement de la campagne présidentielle ? Le souffle de la guerre dévoile la légèreté de Ségolène Royal, qui n’a pas même osé, samedi en Corse, se prononcer sur la violence insulaire. Sa prudence, proche du désarroi, rehausse les statures d’hommes d’état de Lionel Jospin, qui sut qualifier le Hezbollah de terroriste, ou de Laurent Fabius, par exemple.
Une tension persistante pourrait être, surtout, une aubaine pour Jacques Chirac ou Dominique de Villepin, qui ne furent jamais tant populaires que lorsqu’ils prirent la tête du camp de la paix lors de la crise irakienne. En déclarant, le 14 juillet : « Il faut faire très attention, toutes les initiatives comptent, tous les mots comptent (...) on est au bord du gouffre », le chef de l’État ne s’est-il suggéré en homme bouclier ?
Les positions courageuses de Nicolas Sarkozy, ami déclaré d’Israël et des États-Unis - ami critique, précise-t-il dans Témoignage (XO Éditions) - ne sont en revanche pas de celles qui, en 2003, auraient rassuré le sentiment munichois répandu dans les médias et l’opinion. Ce défaitisme a-t-il disparu ? Rien n’est moins sûr.

Facilité

À noter, à la lumière du danger que fait peser l’islam extrémiste sur la paix dans le monde, l’empressement des hommes politiques à ignorer ce sujet dérangeant. Dans son livre programme, Nicolas Sarkozy ne fait pas exception à cette facilité.

irioufol@lefigaro.fr

Prochain bloc-notes : 1er septembre

http://www.lefigaro.fr/debats/20060721.WWW000000212_guerre_mondiale_acte_iv.html

S'imaginer pouvoir "ramener à la raison" les fous furieux de Téhéran relève de l'aveuglement le plus total.

Encore un petit effort, Mr Rioufol...
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 21 Juil 2006, 12:59

Citation :
Le Hezbollah et les Juifs

Le terme « Hezbollah », en arabe hizb Allah, signifie « parti de Dieu » et est employé dans le Coran pour désigner les musulmans par opposition aux non-musulmans :

« Quiconque prend pour alliés Dieu, son Prophète [Mahomet] et les croyants [musulmans], en vérité les partisans de Dieu seront les vainqueurs. »
Le Coran, sourate 5, v.56 (trad. du musulman Si Hamza BOUBAKEUR).

Par opposition le Coran considère les juifs comme le « Parti de Satan » :

« Satan les subjuguant leur a fait perdre le souvenir de Dieu. Ils se sont rangés sous sa bannière. Les partisans de Satan seront perdus à tout jamais. »Le Coran, sourate 58, v.19 (trad. du musulman Sadok MAZIGH).

Par la suite, le terme Hezbollah a été repris par diverses organisations islamistes croyant ainsi, selon la promesse du Coran, être victorieuses. La plus célèbre de ces organisations est le mouvement chiite libanais fondé en 1982 et soutenu par la République islamique d’Iran :

« Soutenu par l’Iran, le Hezbollah se propose d’établir un régime islamique au Liban et de lutter contre toute présence étrangère sur le sol libanais. […] Entre 1982 et 1988, déclarant le jihad contre Israël et les Occidentaux présents au Liban, le Hezbollah prend en otages plusieurs ressortissants étrangers. Pour certains d’entre eux, le mouvement obtient une rançon en échange de leur libération, alors que d’autres sont exécutés.

Hostile à Israël et au processus de paix israélo-palestinien, le Hezbollah va maintenir une tension permanente au Liban-Sud [le long de la frontière avec Israël] par des attaques répétées contre les soldats de l’ALS [Armée du Liban-Sud, composée de soldats chrétiens libanais soutenus par Israël] et par des tirs réguliers de roquettes sur le nord de la Galilée. […] Le 24 mai 2000, le retrait définitif des troupes de Tsahal [l’armée israélienne] du Liban-Sud marque la victoire du Hezbollah. »
C. FAURE, Shalom, Salam, Paris, Fayard, 2002, p.195-196.

Le mouvement musulman chiite Hezbollah, véritable État dans l’État libanais, lutte pour l’établissement d’un État islamique mondial ennemi de l’Amérique et des Juifs. C’est pourquoi le Hezbollah, à l’instar de l’Iran, s’attaque en priorité à l’État d’Israël, car Israël est le seul pays du Proche-Orient peuplé d’une majorité de juifs, démocratique et non-musulman.

Cette volonté de détruire l’État d’Israël et de combattre les non-musulmans en général et les juifs en particulier, remonte aux origines mêmes de l’Islam dont les textes fondateurs (Coran et paroles du prophète Mahomet) appellent à la haine et au massacre des juifs. Le Coran, livre sacré des musulmans, déclare au sujet des juifs :
« Maudits quelque part qu’ils soient acculés, ils seront pris et tués sans pitié. »
Le Coran, sourate 33, v.61 (trad. de R. BLACHÈRE).

« Tu constateras que les hommes les plus hostiles aux croyants [musulmans] sont les Juifs. »
Le Coran, sourate 5, v.82 (trad. de D. MASSON).

« Les juifs disent : Ozaïr est fils de Dieu. Les chrétiens disent : le Messie [Jésus] est fils de Dieu. Telles sont les paroles de leurs bouches, ils ressemblent en les disant aux infidèles d’autrefois. Que Dieu leur fasse la guerre. Qu’ils sont menteurs ! »
Le Coran, sourate 9, v.30 (trad. de KASIMIRSKI).

« Une fois passés les mois sacrés, tuez les incroyants où que vous les trouviez. Prenez-les, assiégez-les, dressez-leur des embuscades. »
Le Coran, sourate 9, v.5 (trad. de Jean GROSJEAN).

Le prophète Mahomet, modèle excellent des musulmans, a déclaré aussi :

« L’heure du jugement n’arrivera pas avant que vous n’ayez combattu les Juifs et à tel point que la pierre, derrière laquelle s’abritera un Juif, dira : Musulman ! voilà un Juif derrière moi, tue-le ! »
EL-BOKHARI, Les Traditions islamiques, titre 56, chap.94, tome 2, p.322.

« Le Prophète [Mahomet] recommanda à ses compagnons : Tout juif qui vous tombe sous la main, tuez-le. »
IBN HICHÂM (savant musulman mort en 834), La biographie du prophète Mahomet, traduction française de l’historien musulman Wahib ATALLAH, Paris, Fayard, 2004, p.232.

Mahomet a lui-même montré l’exemple. Ainsi, il a assassiné des poètes juifs, tel Ka’b b. al-Ashraf, comme nous le rapporte la biographie de Mahomet écrite par Ibn Hichâm (Paris, Fayard, 2004, p.229-232). Mais surtout, Mahomet a organisé le premier génocide juif de l’histoire, comme nous le relate A. Moussali, célèbre orientaliste, islamologue et professeur d’arabe à l’université d’Alger :

« La tradition [musulmane] nous a gardé le souvenir du premier génocide des juifs, ceux de la tribu [juive] des Nadir, qui furent massacrés à Khaybar [oasis du désert d’Arabie], ceux de la tribu des Banu Qurayza dont les hommes furent passés au fil de l’épée, cinq par cinq : “On les faisait asseoir sur un rang au bord de la tranchée qui deviendrait leur tombe ; on les décapitait et leur corps roulaient dans la fosse”, les femmes et les enfants vendus en esclavage. »
A. MOUSSALI, « Islam et violence », dans La Nouvelle Revue d’Histoire (4), 2003, p.37.

Le biographe Ibn Hichâm nous rapporte le terrible massacre des juifs Quraydha par Mahomet en ces termes :

« Ils étaient six à sept cents hommes. On dit huit cents et même neuf cents. […] Le Prophète [Mahomet] ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale. »
IBN HICHÂM, La biographie du prophète Mahomet, p.277.

C’est à l’exemple donné par Mahomet que les musulmans ont toujours détesté et persécuté les juifs à tel point que, dès le Moyen Âge, le célèbre savant et philosophe juif, Maïmonide (1135-1204), écrivait :

« Les Arabes [musulmans] qui nous ont durement persécutés, nous ont soumis à une législation funeste et discriminatoire ; jamais nation ne nous a brimés, dégradés, avilis et haïs autant qu’eux. »
Épître de MAÏMONIDE datée de 1198 et citée par BAT YE’OR, Le Dhimmi Profil de l’opprimé en Orient et en Afrique du Nord depuis la conquête arabe, Paris, 1980, p.291.

Cette parole prononcée par un juif du Moyen Âge est toujours d’actualité puisque, depuis plusieurs décennies, les juifs vivant dans les pays musulmans fuient vers Israël ou vers les pays occidentaux de culture judéo-chrétienne. Quant aux juifs d’Israël, ils sont, depuis des années, l’objet d’attaques de plusieurs pays et organismes musulmans dont le mouvement chiite Hezbollah, soutenu par l’Iran.

L’État d’Israël est ainsi cerné par plusieurs centaines de millions de musulmans qui, à Dieu ne plaise, sont capables, s’ils en ont les moyens, de se soulever et de combattre impitoyablement Israël jusqu’à sa destruction totale, y compris en recourant à l’arme nucléaire, une arme que l’Iran cherche à posséder dans ce but.

Rappelons-nous les déclarations haineuses du président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui, peu après son arrivée au pouvoir en 2005, disait que l’État d’Israël devait être « rayé de la carte ». Or, comme le disait un ancien Premier ministre israélien, Menahem Begin (1913-1992) :

« Lorsque quelqu’un te dit qu’il veut te tuer, crois-le ! »
Cité par Moïse RAHMANI, Sous le joug du Croissant, Juifs en terre d’islam, Editions de l’Institut Sépharade Européen, Belgique, 2004.

Par conséquent, si le président iranien dit qu’il veut détruire l’État d’Israël, il faut le croire. C’est pourquoi Israël, seul État démocratique du Proche-Orient, doit être fort et très vigilant. C’est pourquoi aussi je lance un appel aux responsables politiques américains et israéliens pour qu’ils réagissent au plus vite face aux menaces et aux attaques du Hezbollah et de son principal soutien, l’Iran.

Quant aux (ir)responsables européens, il est inutile de leur lancer un appel car ils sont déjà à la merci de l’Islam et de son invasion téléguidée de l’Europe. Cet esprit de soumission se retrouve dans tous les grands médias européens qui n’osent jamais critiquer l’Islam par peur de réactions violentes de la part des musulmans vivant en Europe.

Pour conclure, je citerai cette réflexion significative d’Anne-Marie Delcambre, docteur en droit et en civilisation islamique et professeur d’arabe classique :

« Ce qui pose problème c’est que pour l’Islam l’indignité des Juifs existe toujours dans les textes fondateurs, dans le Coran, dans la Sunna et dans les textes de droit musulman et l’on ne voit pas par quel miracle les Juifs, maudits par Dieu dans le Coran, voués à l’Enfer, chargés de tous les péchés [et traités d’ânes, de singes, de porcs et de pervers par le Coran], pourraient voir leur statut religieux s’améliorer dans l’imaginaire musulman. »
Anne-Marie DELCAMBRE, L’Islam des interdits, Paris, Desclée de Brouwer, 2003, p.53.

Père Samuel UBU
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 21 Juil 2006, 13:22

Citation :
Agression du Hezbollah libanais:

Metula, vendredi 21 juillet, 13h 25 locales

L’armée mobilise 5'000 réservistes supplémentaires appartenant à des unités combattantes !

Ce chiffre porte à environ 8'000 le nombre de réservistes mobilisés. Une offensive terrestre de très large envergure est désormais quasi inévitable, le pays ne pouvant se permettre une conscription de pareille amplitude pour d’autres objectifs, ce, pour des raisons économiques évidentes.


La mobilisation se fait pratiquement par livraison au domicile des soldats d’un exemplaire de "l’ordre no. 8" (Tsav shmoné).

En quelques minutes, notre équipe israélienne de rédacteurs a été diminuée de moitié, Ilan Tsadik, de même que notre assistant Etienne Duranier, sont tous deux appelés sous les drapeaux.

Ceci dit, nous avons équipé Ilan d’un téléphone satellitaire, ce qui nous promet d’avoir, très bientôt - vraisemblablement à partir de dimanche – des reportages animés et exclusifs en provenance du Liban.

Tous les habitants de Metula viennent de recevoir une sorte de bipeur high-tech, qui permettra au centre de crise de communiquer avec chaque maison et de nous alerter instantanément par sonnerie en cas d’alerte urgente.

Les tirs sur Haïfa ont fait un blessé, moyennement atteint par des éclats, et 7 autres, en état de choc. Tous ont été transportés à l’hôpital Bneï Tzion.

Metula, vendredi 21 juillet, 13h 18 locales

4 Rad viennent de s’abattre sur Haïfa, il y a 5 minutes. On ignore s’il y a des blessés mais une habitation semble avoir été touchée car il s’en échappe un nuage de fumée.

Metula, vendredi 21 juillet, 07h 17 locales

Des milliers de soldats israéliens se battent désormais sur le sol libanais. Il procèdent à des fouilles, maison par maison, pour y chercher des stocks de roquettes et autres armement, ainsi que l’entrée de tunnels dans lesquels se dissimulent les terroristes.

Hier et avant-hier, lors d’affrontements avec le Hezbollah, des centaines d’intégristes ont trouvé la mort.

Ces opérations terrestres sont inévitables, car ces caches, creusées sous des habitations civiles, sont invisibles depuis le ciel. De plus, les soldats de Tsahal découvrent des labyrinthes de bunkers et de fortifications qu’on ne distingue que depuis le sol, et encore, uniquement à quelques mètres de distance.

4 soldats israéliens ont perdu la vie, hier, lors des combats à Maoun A-Ras et Aytaron, face à Aviviv et au Kibboutz Iron.

Hier soir, aux alentours de 23h, deux hélicos d’attaque de type Apache (prononcer A-pa-tchi) se sont percutés au sud de Kiriat Shmona, alors qu’ils retournaient à leur base.

Un pilote est décédé des suites de cette collision, un autre est grièvement blessé, un troisième légèrement, tandis que le quatrième est indemne. Les Apache disposent d’un équipage de deux hommes, un pilote et un navigateur.

http://www.menapress.com/

Citation :
Haïfa : une roquette touche un bâtiment faisant plusieurs blessés

Yael Ancri
vendredi 21 juillet 2006 - 13:56

Le calme de ces dernières heures dans les communautés du nord a été brisé vendredi en début d'après-midi, alors que la sirène retentissait à 13h15 à Haïfa, Safed, Kiryat Shmona et Rosh Pina. Au moins 3 salves de roquettes se sont abattues sur des zones peuplées de Haïfa. Dans l'une des chutes, une roquette a frappé de plein fouet un immeuble, faisant au moins 10 blessés, dont un assez sérieusement atteint. Une autre salve a fait plusieurs blessés dans un autre quartier de Haïfa. Dans la troisième salve, on ne fait pas état de blessés.

Tous les blessés ont été transférés à l'hôpital.

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=52&articleType=ArticleView&articleId=11047
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 21 Juil 2006, 13:32

Citation :
Hundreds of Iranian Troops Fighting in Lebanon
janeB le 20/07/2006

According IRA STOLL, Staff Reporter of the Sun, hundreds of Iranian Revolutionary Guard personnel are on the ground in Lebanon fighting Israel, security sources say.

"I have no doubt whatsoever that they are there and operating some of the equipment," an Arab diplomatic source told The New York Sun yesterday.

Another foreign source, based in Washington, said the Islamic Revolutionary Guard Corps contingent in Lebanon is based in Beirut and in the Bekaa Valley. He said the troops usually number a few dozen, but that the size of the force increased in connection with the hostilities that have broken out between Israel and Iran's proxy, Hezbollah, over the past week.

The sources said the Iranians had directly operated a radar-guided C-802 missile that Iran acquired from Communist China and that hit an Israeli navy missile boat off the coast of Lebanon on Friday, killing four Israeli seamen.

"This was a direct message to the Israelis that we are fighting the Iranians here," the Arab diplomatic source said.

The Iranian Revolutionary Guard's mission in Lebanon includes keeping custody of Zalzal missiles and drones, or unmanned aerial vehicles. A report by an Israel-based research group, the Intelligence & Terrorism Information Center, identifies the units of Iran's Revolutionary Guard "deployed and active in Lebanon" as the "Al-Quds Force." The Lebanon-based Iranian force "provides military guidance and support for terrorist attacks against Israel," the report says.

President Bush has openly blamed Iran, along with Syria, for sponsoring Hezbollah, but he has stopped short of identifying the presence of Iranian troops in Lebanon. Tomorrow, a senior National Security aide to Mr. Bush, Elliott Abrams, and the undersecretary of state, Nicholas Burns, will chair a meeting at the White House for at least 10 Iranian opposition organizations. The White House has hinted to those invited that President Bush may stop by.

The Iranian government has cheered Hezbollah's actions while at the same time publicly denying the presence of Revolutionary Guards in Iran.

Clearing the Iranian Revolutionary Guard from Lebanon has emerged as an unstated, but significant, Israeli war aim. Israelis also are hoping for tougher American and international sanctions on Iran and Syria as punishment for the Iranian and Syrian roles in Hezbollah's kidnapping of Israeli soldiers and raining of missiles on Israeli cities.

The Arab diplomatic source described the leader of Hezbollah, Hassan Nasrallah, as "totally subservient" to Iran. "How more forceful can I put it?" he said.

In New York on Monday, Senator McCain, a Republican of Arizona who sits on the Armed Services Committee, said the Iranians had supplied Hezbollah with arms, equipment, training, and 10,000 rockets. He said he did not see how Hezbollah would have captured Israeli soldiers without "the tacit agreement and maybe support of the Iranians." And Mr. McCain said Iranians have "very heavily penetrated" southern Iraq, "including sending in terrorists" and equipment for the bombs known as improvised explosive devices.

The Hezbollah offensive against Israel followed a summit in Damascus. Reports vary on whether the meeting was attended by Sheik Nasrallah himself or by one of his top political aides, Sheik Hussein Khalil. Others said to be present include the head of Syrian military intelligence, Assef Shawkat, and the Iranian national security adviser, Ali Larijani , who is one of the many high-ranking Iranian officials who have been shuttling between Damascus and Tehran.

The president of the Reform Party of Syria, Farid Ghadry, who opposes the regime in Damascus, said there are indications that Hezbollah and the Iranians and Syrians recently attacked a Lebanese army base, signaling they are expanding their campaign beyond Israeli targets.

http://www.resiliencetv.fr/modules/news/article.php?storyid=1060
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 21 Juil 2006, 13:44

Citation :
Le chef de la diplomatie saoudienne fustige «l'orgueil» d'Israël

Agence France-Presse

Paris


Le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saud Al Faysal Al Saud, a fustigé jeudi à Paris «l'orgueil» d'Israël et a accusé l'État hébreu d'avoir «détruit» le Liban.

«La crise libanaise aujourd'hui vient nous rappeler cet orgueil qui caractérise les politiques d'Israël envers ses voisins arabes», a-t-il déclaré après une rencontre avec son homologue français Philippe Douste-Blazy largement consacrée à l'offensive militaire d'Israël au Liban.

«Un pays tout entier a été détruit à cause de l'enlèvement de deux soldats», a-t-il ajouté au cours d'un point de presse.


«Si on veut la paix, ce n'est pas la voie de la paix. Si l'objectif est de faire peur, cela ne conduira pas à un résultat. Les mesures israéliennes ne font que tourner dans un cercle vicieux», a déclaré le responsable saoudien.

«Il est clair que l'instabilité au Moyen-Orient a essentiellement pour cause la non-solution du conflit essentiel dans la région, à savoir le conflit entre Israël et les Arabes», a-t-il poursuivi.

L'Arabie Saoudite avait dénoncé le Hezbollah chiite libanais pour avoir capturé deux soldats israéliens, déclenchant une riposte massive de l'État hébreu qui a fait plus de 300 morts depuis le 12 juillet.

Les bombardements israéliens ont notamment visé des infrastructures, dont l'aéroport de Beyrouth, des routes et des usines.

Le prince héritier et ministre de la Défense Sultan Ben Abdel Aziz se trouve depuis mercredi à Paris et a évoqué avec le président Jacques Chirac la situation au Liban.

«Nous ne pouvons pas laisser Israël poursuivre ses agissements, nous ne pouvons pas tolérer qu'Israël joue avec la vie de citoyens, de civils, de femmes, de vieillards et d'enfants», a-t-il dit jeudi à la presse.

Il a réitéré que l'Arabie était favorable au déploiement d'une force internationale au Liban sud, «la meilleure solution», selon lui.

http://www.cyberpresse.ca/article/20060720/CPMONDE/607201460/5024/CPDMINUTE

spiderman spiderman spiderman
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 21 Juil 2006, 13:56

Citation :
vendredi 21 juillet 2006 - 13:05 ] YA

Tsahal mobilise des soldats de réserve

Les responsables de Tsahal ont commencé vendredi matin à mobiliser des soldats de réserve. Les forces de réserve doivent apporter des renforts aux unités opérant dans différents secteurs. Les responsables de Tsahal ont déclaré que ces forces seraient égales en nombres d'hommes à une division. Au début de la semaine, trois bataillons de reserviste ont déjà été appelés au devoir.

http://www.a7fr.com/Default.aspx?tabid=61&articleType=ArticleView&articleId=11041

Nombreuses attaques de missiles et roquettes en cours actuellement, se reporter aux sites Ynet, a7fr et Guysen pour les dépèches Idea
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 21 Juil 2006, 16:12

Pour ceux que ca intéresse (je précise, qu'on ne m'accuse encore de je ne sais quoi), petite présentation des forces en présence :

Forces de Défense Israéliennes (Tsahal) :





Voir la vidéo :

http://www.militaryspot.com/videos/video103.htm


HEZBOLLAH :















HAMAS :








Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Ven 21 Juil 2006, 17:16

Citation :
« Tua culpa, Israël » (Nda : Ta faute, Israël)

Editorial de la semaine du 22/07/2006

Par Véronique Chemla et Guy Senbel pour Guysen Israël News

Vendredi 21 juillet 2006 à 02:06


Cette semaine, malgré les efforts de l’armée israélienne pour détruire l’arsenal militaire du Hezbollah, force est de constater que ce mouvement terroriste continue de menacer les Israéliens par les mots et par les actes agressifs.


Le 19 juillet, lors d’une cérémonie de bénédiction d’olim français à la Grande synagogue de la rue des Victoires à Paris, Zeev Boim et Ariel Atias, ministres respectivement de l’Intégration et des Télécommunications, ont exprimé leur certitude que l’Etat d’Israël gagnera cette guerre provoquée par le Hamas, dans la bande de Gaza, et par le Hezbollah, au Liban, car la cause d’Israël est juste.
Certes, la cause d'Israël est juste et légitime. Et on ne peut que souscrire à ces déclarations.
Pourtant, au risque de nous répéter, comment ne pas s’interroger sur ces dernières années au cours desquelles les Israéliens ont eu le grand tort de croire que leur volonté de paix et prospérité était partagée par leurs voisins ?

Le 24 juillet 2000, Kofi Annan, Secrétaire général des Nations unies, a écrit au Président du Conseil de sécurité des NU pour l’informer que les autorités israéliennes s’étaient retirées du sud du Liban et que le Président Emile Lahoud avait donné son accord au déploiement de la FINUL (Force intérimaire des Nations unies au Liban) ou UNIFIL (en anglais).

L’été 2005, Israël se retirait de la bande de Gaza.

En couvrant cette guerre sur les deux fronts, septentrional et méridional, nos reporters ont constaté à quel point les Israéliens avaient manifesté le souci d’assurer le développement économique, notamment touristique, de zones israéliennes dans le respect de la nature, avec des préoccupations écologiques.
Qu’ont fait les autorités libanaises, en particulier le Président Emile Lahoud, et celles de l’Autorité palestinienne ?
Elles ont laissé passer cette opportunité de construire un Etat de droit, souverain, assurant la protection de tous les citoyens.
Elles ont laissé s’installer des zones de non-droit, où règnent des mouvements terroristes qui sont parvenus à s’introduire légalement dans les institutions politiques étatiques.

En entendant les rapports de Tsahal et les tirs de missiles Qassam ou de Katioucha, nous nous rendions compte avec effroi que ces deux mouvements terroristes n’ont pas saisi cette occasion.
Ils ont creusé des tunnels pour commettre leurs agressions, Ils ont construit des bunkers pour se terrer et y poursuivre leurs objectif : détruire l’Etat juif.

Ils ont aussi soudoyé des Libanais en transformant leurs maisons en entrepôts d’armes, donc juridiquement en cibles militaires.

Ils ont imposé un régime autoritaire, liberticide, dans les zones qu’ils ont contrôlées.
Et le tout dans l’inaction de la communauté internationale qui ne s’est plus préoccupée d’obliger le gouvernement libanais à appliquer la résolution 1 559 (2 septembre 2004) du Conseil de sécurité des Nations unies sur le démantèlement des milices.

Et avec l’approbation tacite des plus hautes autorités libanaises qui ont laissé perdurer une situation dangereuse pour les civils israéliens, cibles de missiles de plus en plus perfectionnés et meurtriers et de kidnappings.
Oui, les Israéliens se sont gravement trompés en projetant sur autrui leurs propres rêves de paix et prospérité.

La communauté internationale ouvre les yeux. Le Hezbollah et le Hamas sont désignés comme responsables de la guerre par de nombreux dirigeants européens, même par ceux qui ont été longtemps les plus opposés à la qualification de terroriste apposée au Hezbollah.

Mais l’aveuglement demeure.

Alors, nous dira-t-on, l’Etat d’Israël occupe les fermes de Chebaa, ce qui suscite l’ire du Hezbollah.
Mais ces fermes sont un sujet de différend avec la Syrie, pas avec le Liban.
Et surtout il ne s’agit pas dans cette guerre d’un problème de revendication territoriale.
Il s’agit du terrorisme étatique de la Syrie et de l’Iran, via le Hezbollah et le Hamas, afin de détourner l’attention de la communauté internationale de problèmes cruciaux : le programme nucléaire du régime des ayatollahs, la dissimulation en Syrie des armes de Saddam Hussein.

Alors, au mépris des populations civiles libanaise et israélienne, ces Etats voyous attaquent l’Etat juif présenté alors par certains médias soudain amnésiques comme l’agresseur du Liban ! Un déni de la réalité.

Et l’Etat d’Israël défend ses citoyens en ripostant et en détruisant les infrastructures terroristes le menaçant. Ce faisant, il exécute le « sale boulot » pour le plus grand bien de l’humanité.
Et en attendant, ce sont des femmes, des enfants, des personnes âgées qui sont contraints de vivre dans des abris au rythme des alertes tandis que, plus au sud, leurs compatriotes accueillent les touristes et olim qui ont maintenu leur choix : l’Etat d’Israël.

En plus du désarmement de tous ces groupements terroristes, c’est à un réarmement moral que doivent s’atteler au plus tôt les démocraties.
Ce qui suppose constance dans la fermeté et la fin de l’hypocrisie : les éliminations ciblées d’islamistes, et non de « rebelles » ou de « résistants » par les Israéliens sont aussi justifiées que celles effectuées par les Américains (Abou Moussab al Zarkaoui, chef de la branche irakienne d’Al-Qaïda) ou les Russes (Chamil Bassaïev en Tchétchénie). Ce travail prendra du temps. Mais il est indispensable.

Nous exprimons notre sympathie aux familles des morts, civils et militaires.

http://www.guysen.com/articles.php?sid=4822
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Liban : Mgr Sfeir pour un règlement "radical" et p   Sam 29 Juil 2006, 13:35

Liban : Mgr Sfeir pour un règlement "radical" et pour un désarmement du Hezbollah
26 juillet 2006


Le chef de l’Eglise maronite du Liban, Mgr Nasrallah Sfeir, a plaidé mercredi pour un règlement "radical" au Liban, incluant le désarmement du Hezbollah, pour prévenir une répétition du conflit armé qui a fait plus de 400 tués en deux semaines de combats.

"Un règlement du problème doit être radical. Il est vrai qu’il faudrait un cessez-le-feu, mais j’ai noté qu’il faut un règlement radical (...) pour que les gens ne s’entretuent pas de nouveau, dans un an, deux ou trois ans", a déclaré le patriarche Sfeir dans un entretien avec la chaîne Al-Arabiya.

Il était interrogé sur les appels à un cessez-le-feu au Liban où plus de 400 personnes, dans leur immense majorité des civils, ont été tuées depuis le début de l’offensive israélienne, le 12 juillet, à la suite de la capture en territoire israélien de deux soldats israéliens par le Hezbollah.

Il rejoint ainsi la position des Etats-Unis qui estiment qu’un cessez-le-feu au Liban devrait être assorti d’une solution globale pour le Proche-Orient incluant la mise hors d’état de nuire du parti chiite Hezbollah.

Mgr Sfeir a contesté la liberté laissée au Hezbollah de posséder des armes. "Les armes doivent être aux mains de l’armée régulière" et "dans un Etat indépendant (...), les forces armées doivent relever exclusivement de l’Etat", a-t-il dit, préconisant l’application par les Nations Unies de la résolution 1559 du Conseil de sécurité sur le désarmement des milices.

"Le gouvernement (libanais) est trop faible pour pouvoir prendre l’initiative de désarmer le Hezbollah (...). C’est pourquoi, les Nations unies devront trouver un moyen de se charger de cette mission", en appliquant la 1559, a dit le chef spirituel de la communauté maronite, la plus importante communauté chrétienne du Liban.

Une conférence interlibanaise avait buté cette année sur la question du désarmement du Hezbollah, exigé par la résolution 1559 adoptée en septembre 2004, la majorité parlementaire antisyrienne réclamant que l’Etat détienne l’exclusivité de l’usage de la force, une idée à laquelle le Hezbollah s’est toujours opposé.

http://www.chretiente.info/spip.php?breve1419
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 15:35

Citation :
FI NULLE :4 observateurs tués

Cora le 28/07/2006

Témoin, le dirigeant de la finule, un de leur chef, français, qui, interviewé avant l’intervention israélienne, déclarait au journaliste « vous comprenez, nous sommes entre les Israéliens et la RESISTANCE »...

Témoins aussi les nombreux incidents de ces dernières années auxquels étaient mêlés la finule, et ce, bien avant ces derniers incidents :

- les « vols » d’uniformes finule par le hezbollah pour opérer des coups de main contre israel
- les locaux d’un même immeuble occupés au rez-de-chaussée par la finule et dans les étages par l’organisation terroriste (paravent idéal, idem pour les civils-boucliers humain)

ET LE DERNIER INCIDENT EN DATE QUI A COÛTÉ LA VIE AUX 4 CASQUES BLEUS DANS LA PLAINE DE LA BEKAA Où LE POSTE DU HEZBOLLAh SE TROUVAIT COMME PAR HASARD A MOINS DE 8 METRES DU POSTE DE LA FINULE

A Propos, ces observateurs qui observent depuis si longtemps, ils ont du faire des milliers de rapports sur ce Liban transformé en arsenal, en poudrière...

Et ces rapports, après tout, que devenaient-ils dans le « machin » de new york ? qui les a traité ?? qui les a « enterrés » ??? et pourquoi avoir laissé faire ?? ou sont les résolutions qui s’élevaient contre le viol de ce territoire ?? où sont les bonnes âmes qui ont protesté ??? les mêmes qui insultent israel , très vraisemblablement !!


Alors, trêve de bavardages oiseux sur « le peuple dominateur qui éprouve du plaisir à tuer les enfants de ses voisins, à détruire le Liban et à humilier ces pauvres arabes » !!!!!!!!!!!

Vous n’aurez pas assez de toutes vos larmes et pas assez de voix pour vos hurlements de douleur lorsque vous mêmes ou vos enfants auront à subir le sort déjà programmé, que ces fous furieux ennemis d’israel, vous réservent.

Et cela, pour n’avoir pas voulu voir ce qui vous terrifie et qui vous fait vouer aux gémonies « mes congénères » qui osent troubler votre sommeil si comateux

Encore heureux qu’il existe encore des voix d’hommes et de femmes lucides, courageux et honnêtes qui sauvent l’honneur, car il n’y a plus que cela à sauver.

http://www.resiliencetv.fr/modules/news/article.php?storyid=1094
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 15:47

mais laurent voyons!

tu sais bien que tout est la fautes des juifs juifs juifs juifs et des juifs :twisted:

et que ces pauvres musulmans sont des martyrs,que leur secte islamique est amour paix et tolérance quoiqu'on en dise!

puker antisémitisme pukel

antisémite ou Catholique,il faut choisir disait notre Saint-Père Jean-Paul II je crois..
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 15:54

Citation :
La stratégie de la surenchère

Alexandre del Valle le 29/07/2006

Le 28 juillet dernier, pour la première fois la ville israélienne d’Afoula a été touchée par 5 roquettes. Dans une récente déclaration, l’état-major du Hezbollah s’est félicité du fait que l’utilisation de roquettes de plus longue portée contre « l’ennemi sioniste » signifie que loin, d’être « détruit à 50 % », comme l’a déclaré affirmé Tsahal, l’arsenal du Hezbollah dispose plus que jamais d’une capacité de nuisance et serait même en mesure d’augmenter son rayon d’action.

Selon nombre d’indicateurs, tout semble en effet montrer que les tirs du Hezbollah progressent toujours plus vers le Sud en profondeur dans le territoire israélien. Précisons en passant que parmi les victimes « israéliennes », le Hezbollah compte déjà (ce dont il ne se vante pas et que la presse occidentale semble passer sous silence) nombre d’Arabes israéliens. Car en lançant ses roquettes sur des villes comme Afoula, voisine du village Arabe israélien d’Oum el Farem et située à 20 km du territoire palestinien (notamment Jénine), le Hezbollah ne craint pas de répéter le Scénario de Nazareth, lorsqu’il y a une semaine, deux enfants arabes israéliens avaient été tués par des tirs de roquettes du Parti de Dieu.

Plus grave encore, dans ses derniers avertissements, le Cheikh Nasrallah a menacé Israël que ses nouveaux missiles fournis par l’Iran pourraient réserver des surprises et atteindre bientôt des villes comme Hadera et Netanya, où séjournent tant de touristes français notamment. Toujours est-il que l’intensification du conflit couplée aux menaces proférées par la Syrie (qui avertit qu’elle réagirait à toute « attaque préventive »), les Pasdarans iraniens et leurs concurrents islamo-terroristes d’Al Qaïda amènent à faire quelques observations:
Premièrement ; étant donnée que les deux frontières israélo-libanaise et israélo-syrienne sont proches, le fait que 15 000 millouïm (réservistes israéliens) ont été mobilisés de toute urgence ces derniers jours dans le Nord d’Israël entre la Syrie et le Liban, annonce d’éventuelles opérations de grande ampleur de Tsahal y compris contre la Syrie.

De son côté, ainsi que l’a confirmé le quotidien israélien Yedioth Aharonot, la Syrie a lancé une alerte maximale et initié une campagne de mobilisation. Il est vrai que la partie du Nord d’Israël où ont été mobilisés les réservistes et postées des unités d’élite israéliennes, est une zone hautement stratégique que l’on appelle le «doigt de la Galilée», parce que située dans couloir enserré entre le Sud Liban à l’Ouest et le Golan et la Syrie à l’Est. Aussi les troupes mobilisées dans cette partie du pays pourraient-elles tout aussi bien servir à protéger la frontière est (Golan) que celle séparant Israël du Liban…

Deuxièmement, dans le double cadre cette fois-ci de la crise opposant Téhéran à Washington et de la stratégie panislamiste de Mahmoud Ahmadinéjad qui rêve de détrôner ses rivaux salafistes en devenant le champion toutes catégories de la cause palestinienne, de l’anti-américanisme et de l’antisionisme radical, on ne peut plus tout à fait écarter l’hypothèse d’un conflit régional de grande ampleur entre d’une part Israël et les Etats-Unis et d’autre part l’Iran. Téhéran s’estimerait condamnée tôt ou tard à des attaques préventives contre ses sites nucléaires et de lancement de missiles balistiques. Dans ce cas, l’apparente absurde provocation du Hezbollah ayant impliqué les violentes répliques de la part de Tsahal aurait été conçue comme une sorte de test destiné à évaluer les capacités de réaction et d’action des Israéliens et de la communauté internationale.

On comprend mieux ainsi pourquoi le leader druze libanais Walid Joumblatt, décrit le test du Hezbollah comme une « répétition générale de l’attaque future de l’Iran contre Israël ». Attaque envisagée par les Pasdarans de Mahmoud Ahmadinéjad et Ali Khamenei pour relancer la révolution islamique dans le monde dans un double but de répondre à « l’unilatéralisme » américano-sioniste » par un chaos général et de couper l’herbe sous le pied aux Wahhabites du Golfe et à Al Qaïda en incitant les Islamistes Sunnites du monde entier à saluer le leadership irano-chiite…

André Darmon et Alexandre del Valle, Ashdod, 28 juillet 2007

Lire cet article en ligne : http://www.alexandredelvalle.com/publications.php?id_art=244

http://www.resiliencetv.fr/modules/news/article.php?storyid=1099
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 17:04

Jesus Christ est mon Dieu a écrit:
et que ces pauvres musulmans sont des martyrs

oui, des musulmans qui n'ont rien à voir de prés ou de loin avec le Hezbollah, des juifs, des chrétiens....sont martyrs, sont vicimes...c'est aussi ça la réalité.... :|
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 17:17

Jesus Christ est mon Dieu a écrit:
mais laurent voyons!

tu sais bien que tout est la fautes des juifs juifs juifs juifs et des juifs :twisted:

et que ces pauvres musulmans sont des martyrs,que leur secte islamique est amour paix et tolérance quoiqu'on en dise!

puker antisémitisme pukel

antisémite ou Catholique,il faut choisir disait notre Saint-Père Jean-Paul II je crois..

Mon cher JCMD, tu es dans la confusion. Tu confond juif et Israël parceque ça t'arrange pour te justifier. Cela ressemblerait à ceux qui condamneraient les catholiques à cause de la défaillance d'un état
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 18:04

Jo a écrit:
Jesus Christ est mon Dieu a écrit:
mais laurent voyons!

tu sais bien que tout est la fautes des juifs juifs juifs juifs et des juifs :twisted:

et que ces pauvres musulmans sont des martyrs,que leur secte islamique est amour paix et tolérance quoiqu'on en dise!

puker antisémitisme pukel

antisémite ou Catholique,il faut choisir disait notre Saint-Père Jean-Paul II je crois..

Mon cher JCMD, tu es dans la confusion. Tu confond juif et Israël parceque ça t'arrange pour te justifier. Cela ressemblerait à ceux qui condamneraient les catholiques à cause de la défaillance d'un état

celui qui dit shalom,donc celui que tu as pointé du doigt,c'est le juif israelien pas le chretien israelien ou le musulman,athé etc..israelien.

qu'appelles-tu"défaillance"d'un état?

celui de se défendre face à des terroristes,qu'ils soient palestiniens du hamas etc et libanais du hezbollah?

n'oublie pas une chose,ces terroristes s'en prennent aussi largement aux chretiens,dans le plus grand silence des medias occidentaux. :pl:
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 18:24

Citation :
qu'appelles-tu"défaillance"d'un état?

Prenons le cas de l'Espagne sous Franco par exemple (je reviens du pays basque où j'en ai beaucoup entendu parler) : condamner sa politique, est-ce la même chose que condamner les catholiques ou faut-il dfférencier les défaillances de cet état des catholiques ?
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 18:28

Jo a écrit:
Citation :
qu'appelles-tu"défaillance"d'un état?

Prenons le cas de l'Espagne sous Franco par exemple (je reviens du pays basque où j'en ai beaucoup entendu parler) : condamner sa politique, est-ce la même chose que condamner les catholiques ou faut-il dfférencier les défaillances de cet état des catholiques ?

exemple qui n'a rien à voir avec le conflit du proche orient.

qui est terroriste?

celui qui kidnappe,se fait peter et attaque ou celui qui se défend?

se défendre est-il un peché ou un devoir,d'un point de vue Catholique?
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 18:34

Citation :
celui qui dit shalom,donc celui que tu as pointé du doigt,c'est le juif israelien pas le chretien israelien ou le musulman,athé etc..israelien.

Tous les espagnols sous Franco étaient catholiques comme tous les israëliens sont juifs ce qui me permet de faire cette comparaison

Remarques pourtant que certains ont fait la confusion : à cause de Franco, ils sont devenus anti-cléricaux comme certains à cause d'Israël peuvent devenir antisémites. Ce n'est pas mon cas et tes accusations sont regrettables
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 18:43

Jo a écrit:
Citation :
celui qui dit shalom,donc celui que tu as pointé du doigt,c'est le juif israelien pas le chretien israelien ou le musulman,athé etc..israelien.

Tous les espagnols sous Franco étaient catholiques comme tous les israëliens sont juifs ce qui me permet de faire cette comparaison

non tous les israeliens ne sont pas juif!

Remarques pourtant que certains ont fait la confusion : à cause de Franco, ils sont devenus anti-cléricaux comme certains à cause d'Israël peuvent devenir antisémites. Ce n'est pas mon cas et tes accusations sont regrettables

:pr:
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 18:45

Jesus Christ est mon Dieu a écrit:
non tous les israeliens ne sont pas juif!

Certes, mais ils doivent tout de même être une minorité. Et ce n'est pas elle qui a décidé de l'intervention au Liban.
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 18:50

Clotilde a écrit:
Jesus Christ est mon Dieu a écrit:
non tous les israeliens ne sont pas juif!

Certes, mais ils doivent tout de même être une minorité. Et ce n'est pas elle qui a décidé de l'intervention au Liban.

les israeliens à plus de 80% soutiennent l'offensive contre le terrorisme.

les juifs israeliens à 92% à ce que j'ai pu entendre...

ceux qui ont décidé de l'intervention sont ceux qui ont été élu démocratiquement comme c'est le cas dans tout pays civilisé.

mais là question n'est pas ici.

sont-ils oui ou non dans leur droit?

OUI
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 18:56

Il n'empêche que ceux qui ont pris la décision de l'attaque du Hezbollah au Liban, sont juifs. C'est le seul point que je voulais faire ressortir.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 18:58

Citation :

exemple qui n'a rien à voir avec le conflit du proche orient.
...Si ! C'est comme si parce que l'ETA avai enlevé deux soldats espagnols, l'Espagne mettait à sac la France



Citation :
se défendre est-il un peché ou un devoir,d'un point de vue Catholique?
JCMD ne me dis pas que mettre à sac un pays, 500 morts et des milliers de sans abris à cause de deux soldats israëliens, c'est se défendre ! :?
(j'oubliais la pollution au mazout qui pour le coup va rejaillir sur toute la méditerranée)


Citation :
se défendre est-il un peché ou un devoir,d'un point de vue Catholique?
:

Relis :


Citation :


Citation:

SAINT LUC 3
n'allez pas dire en
vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père ! Car je vous dis que de ces
pierres mêmes Dieu peut faire naître des enfants à Abraham.
9 Déjà la cognée est à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne porte pas
de bon fruit sera coupé et jeté au feu. "
10 Et les foules lui demandaient : " Que devons-nous donc faire? "
11 Il leur répondait : " Que celui qui a deux tuniques en donne une à qui n'en a
point, et que celui qui a de quoi manger fasse de même. "
12 Il vint aussi des publicains pour se faire baptiser et ils lui dirent :
" Maître, que devons-nous faire? "
13 Il leur dit : " N'exigez rien au delà de ce qui vous est prescrit. "
14 Des gens de la milice aussi lui demandèrent : " Et nous, que devons-nous
faire? "
Il leur dit : " Ne molestez ni ne dénoncez faussement personne, et
contentez-vous de votre solde
.

Citation:
MATTHIEU 26
47 Comme il parlait encore, voilà que Judas, l'un des Douze, arriva, et avec lui
une foule nombreuse armée de glaives et de bâtons, envoyée par les grands
prêtres et les anciens du peuple.
48 Celui qui le trahissait leur avait donné un signe : " Celui à qui je donnerai un
baiser, c'est lui : arrêtez-le. "
49 Et aussitôt, s'avançant vers Jésus, il dit : " Salut, Rabbi ! ", et il lui donna un
baiser.
50 Jésus lui dit : " Ami, tu es là pour cela ! " Alors ils s'avancèrent, mirent la main
sur Jésus et le saisirent.
51 Et voilà qu'un de ceux qui étaient avec Jésus, mettant la main à son glaive, le
tira et, frappant le serviteur du grand prêtre, lui emporta l'oreille.

52 Alors Jésus lui dit : " Remets ton glaive à sa place; car toux ceux qui prennent
le glaive périront par le glaive
.
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 19:01

Clotilde a écrit:
Il n'empêche que ceux qui ont pris la décision de l'attaque du Hezbollah au Liban, sont juifs. C'est le seul point que je voulais faire ressortir.

oui ils sont juifs c'est vrai élus par des juifs et des non-juifs habitant dans un etat laique.

je ne veux pas qu'il y ait de malentendu,quiconque touche à un chretien est mon ennemi qu'il soit musulman,juif ou n'importe...
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Proche-Orient   Sam 29 Juil 2006, 19:02

Jo a écrit:
JCMD ne me dis pas que mettre à sac un pays, 500 morts et des milliers de sans abris à cause de deux soldats israëliens, c'est se défendre ! :?

non, effectivement Jo.
Vu comme cela c'est "disproportionné"...alors probablement que le problème ne se résume pas qu'à ça, non?
Revenir en haut Aller en bas
 
Proche-Orient
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 21Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11 ... 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» Proche-Orient / Colonisation israélienne en Cisjordanie
» Palestine, Mythe du moyen-orient
» le Proche Orient pour les Nuls
» Un mystérieux ovni affole le Moyen-Orient
» Manifestation de soutien aux Chrétiens d'Orient !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: