DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre Aubrit St Pol



Masculin Messages : 1072
Inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Mer 21 Oct 2009, 19:07

LES CAHIERS DE L’ALLIANCE

LE SACRE-CŒUR DE JESUS-CHRIST

DE

PIERRE-CHARLES AUBRIT SAINT POL




« UN AMOUR MECONNU, UN SAVOIR RICHE
POUR LE PAUVRE DE YAHVE »


« - Comme vous êtes beau Jésus ! O mon Jésus comme je vous aime !
- Moi aussi je t’aime. Pose ta tête sur mon cœur ma fille. »


LES CAHIERS DE L’ALLIANCE – N°1 – hors série – SEPTEMBRE 2009
DIRECTEUR DE DIFFUSION : PIERRE AUBRIT

Commande : Adressez-vous : à laplumeetlencrier@gmail.com

ou le.journal.de.la.l.alliance@gamail.com tél : 09 50 22 32 83
Prix du Cahier : 22€ plus frais d’expédition par lettre suivie : 3 €, soit 25€ -Règlement par chèque. Pour ce premier N° chaque exemplaire sera dédicacé par l’auteur.
Pour la zone Unoin européenne: frais d'envoi en prioritaire: 2 €



AVERTISSEMENT DE L’AUTEUR

Au cours d’une conversation sur l’apostolat du Sacré-Cœur avec la personne qui se charge de la diffusion du photo-portrait, et qui est une amie, l’idée m’est venue d’écrire un article de quinze lignes. Il s’agit à l’origine d’un tableau représentant le Sacré-Cœur acquis chez un ferrailleur-brocanteur. Cette peinture est miraculeuse, elle a saigné à deux reprises à dix ans d’intervalle. Son importance est soulignée par deux paroles de Jésus reçues par une âme privilégiée à son sujet.
Je me mets au travail de rédaction, mais pendant plusieurs jours, je ne parviens pas à écrire trois mots sur le sujet, ce qui est assez rare chez moi. C’est dans la prière que je comprends que ce n’est pas un article que je dois écrire, mais un ouvrage, un essai. C’est un sujet sur lequel, je ne m’étais guère arrêté ; toutefois, poussé par des soucis domestiques et familiaux, depuis quelque temps, je récite chaque jeudi les litanies du Sacré-Cœur.
Cette suggestion m’engageait dans une aventure intellectuelle et spirituelle très intéressante. Elle me proposait plusieurs défis à relever dont celui de la rigueur et de la prudence. Mais le plus grand de ces défis venait de ce que je ne suis pas certifié en théologie. Ce fut une aventure exaltante et une formidable école d’humilité.
Très vite, je compris que le Sacré-Cœur souffrait d’une sorte de déshérence, d’une méconnaissance, d’une défiance. Tout le monde, dans l’Eglise Catholique, connaît le culte du Sacré-Cœur, mais qui le connaît vraiment ? C’est sans aucun doute un aspect de la Révélation christologique le moins compris de nos jours. Il y a des raisons historiques, sociologiques, politiques, idéologiques et autres causes dues à la crise qui traverse l’Eglise depuis la fin du Saint Concile Vatican II. Ces thèmes sont traités dans la première partie de l’ouvrage.
La seconde partie est consacrée à ses fondements scripturaires, théologiques et mystiques.
Il y a quatre étapes majeures dans la compréhension du mystère vivant du Sacré-Cœur. Le tout est sous l’ombre luminescente et tutélaire de l’évangéliste saint Jean. Cette étude m’a rendu saint Jean l’évangéliste très proche. Il est pour moi, l’apôtre et le premier théologien du Sacré-Cœur. Mais il n’est pas seulement cela, pour mon entendement, il apparaît être le premier théologien marial.
Son évangile commence, pour ce qui est de la vie publique de Jésus, par les Noces de Cana qu’il termine par le transpercement du divin Cœur. De tous les évangiles, il est le mieux écrit. Il est riche d’une surprenante intériorisation. Il se développe de manière très structuré. La mise en relief des actes, des faits et enseignements est sobre, équilibrée, avec un souci du détail parfois redoublé comme pour en indiquer l’importance spirituelle, mystique. L’écriture est dans l’ensemble rythmée, la respiration de son auteur semble avoir donné le tempo. Son évangile est écrit sur une longue portée qu’étirent les deux événements cités. Le discours d’ensemble est délié, marqué par des ramassés à la façon symbolique d’un puits de savoir, suscitant l’appétit de connaissance…
Jean le rédige ou le dicte à la fin de sa vie. Il a eu le temps de le ruminer, de faire corps avec la Parole du doux Maître. Son fil conducteur est d’amener le lecteur à découvrir les grands mystères vivants du Verbe incarné, Jésus-Christ… Son évangile n’est pas obscure, n’est pas difficile ; il demande la condition la plus simple, la disposition intérieure du pauvre. C’est la clé pour y entrer, car il est comme un temple qui ne s’ouvrirait qu’au pénitent. C’est l’évangile du pauvre de Yahvé… Il fait écho au Serviteur souffrant… Il est un mendiant d’amour que rien sur terre ne peut rassasier… Saint Jean est au Nouveau Testament ce qu’est Isaïe pour l’Ancien, l’introducteur aux mystères divins.
La révélation du Sacré-Cœur connaît quatre grandes étapes pour se faire connaître.
1er : L’Ecole Mystique Rhénane avec sainte Gertrude et sainte Mechtilde. Elles auront l’intuition que le sens donné au jaillissement de l’eau est autre chose que la simple représentation ou manifestation de l’Esprit Saint. Elles pressentent un mystère qui concerne l’insondable miséricorde et que ce Cœur est en fait le sommet le plus intense, le plus éminent de la Sainte Passion. Saint Jean viendra le confirmer en termes voilés à sainte Gertrude :

« Ma mission était de présenter à l’Eglise dans son premier âge, sur le Verbe Incarné de Dieu le Père, une simple parole qui suffirait jusqu’à la fin du monde à satisfaire l’intelligence de la race humaine tout entière, sans toutefois que personne parvint jamais à la pleinement comprendre. Quant à ce qu’expriment de douceur les battements de ce Cœur, il est réservé aux derniers temps de le faire connaître, afin que le monde engourdi par l’âge reprenne dans l’amour divin quelque chaleur en entendant ces mystères. » (Tiré de Théo, édit. 1989)

2eme : Il s’agit de l’apparition à Paray-le-Monial, à sainte Marguerite-Marie Alacoque. Vous découvrirez combien cette apparition, cette théophanie, est importante, riche, dense. Vous vous laisserez surprendre en découvrant le lien organique qui subsiste entre l’Eglise et le peuple de France. Vous comprendrez que cette révélation bouleverse l’idée que l’Eglise se faisait de l’amour de Dieu… Il s’agit d’un amour humble, doux et non plus dur, exigeant, pouvant, en bien des cas, blesser la charité.
Vous découvrirez que dans la demande qu’il adresse à sa Majesté Louis XIV est contenu la doctrine sociale quant à l’art de gouverner les peuples. Vous prendrez conscience de la coresponsabilité qui, par la communion des saints qui s’étend aux peuples en tant que personne, engage la responsabilité du prince à l’ensemble de l’humanité.
Vous découvrirez le lien spécifique entre le Sacré-Cœur et l’Ecole Française de Spiritualité. Ecole qu’il serait peut-être urgent de redécouvrir dans toutes ses richesses, car elle est le socle des deux Saints Conciles du Vatican.
3eme : Vous découvrirez la troisième et la moins connue des apparitions du Sacré-Cœur. Elle est liée à la Médaille Miraculeuse. Elle prouve l’étroite collaboration de Marie à l’œuvre rédemptrice de son fils Jésus-Christ. Elle confirme que la Mère de Dieu est le chemin obligé pour aller à Jésus qui est Lui-même le chemin obligé pour aller à son Père.
4eme : Le Jésus Miséricordieux à sainte Faustine :
Ce que saint Jean a découvert, ce que les saintes Mechtilde et Gertrude ont pressenti, ce qu’entrevoyait sainte Marguerite-Marie s’affirme et se révèle dans une plénitude ineffable à sainte Faustine.
Jésus lui découvre sa miséricorde, et donne le sens plénier de la révélation de son Sacré-Cœur. Il expose, sans rien retenir, son abîme d’amour. Un déversement de la Miséricorde prêt à noyer le monde écrasé par ses péchés. Jésus se fait mendiant parfait, car Il ne demande rien que de se donner sans cesse aux cœurs qui veulent bien s’ouvrir à Lui, à son sourire… Jésus veut le Salut pour tout homme qui est répandu à la surface de la terre.
Dans le corps de mon discours, quand cela paraissait opportun, j’ai introduit les richesses mises à jour par la Nouvelle Ecole de théologie sur les fins dernières dont le chef de file est Arnaud Dumouch. Les apports sont suivis de notes de bas de page, étant bien entendu que le Magistère ne s’est pas encore prononcé sur ces découvertes bien que, dans sa seconde encyclique, Benoît XVI en ait fait allusion . J’ai introduit ces éléments, car je me suis aperçu que le Sacré-Cœur est intimement lié au salut de l’âme, singulièrement durant le passage de la mort physique qui peut, dans certains cas, durer des siècles avant que l’âme ne décide en toute lucidité de la qualité de son éternité.
Je me suis servi de tout ce que Dieu, par l’intermédiaire des saints, met à la disposition de l’Eglise pour entrer plus avant dans son et ses mystères. Il m’a semblé présomptueux de négliger les apports des révélations privées que l’Eglise a confirmés comme conformes à la Sainte Doctrine. J’ai aussi utilisé l’ouvrage de Marie Valtorta « L’Evangile tel qu’il m’a été révélé » qui, bien que n’étant pas encore reconnu par le Magistère, n’en fut pas moins rédigé sous le contrôle de théologiens autorisés.
Enfin, dans la première partie, j’aborde des sujets aussi délicats que le nationalisme, le monarque et le thème de la vocation des patries. Je me suis efforcé de le faire du seul point de vue « scientifique » avec toute la rigueur intellectuelle dont je suis capable. Sans aucun doute, j’agacerai certains, peut-être même que j’en blesserai d’autres, mais telle n’est pas mon intention. Toutefois, la vérité est la vérité ou elle n’est pas, et je me devais de faire sortir le Sacré-Cœur des carcans qui n’ont de cesse de fausser, d’occulter ses merveilles.
Vous vous émerveillerez du lien symbiotique qui lie le Sacré-Cœur avec la famille chrétienne, véritable ascenseur de la charité.
A l’école de saint Jean l’évangéliste vous serez attentif au battement du Cœur de Jésus, vous ne pouvez l’entendre que par Marie « Faites tout ce qu’Il vous dira. » Vous saurez alors que la vertu d’Espérance s’y niche et s’y renouvèle…
Jésus apparaît en songe à une âme pieuse qui, pendant quarante-cinq ans se dévoua à la dévotion mariale. Il lui apparaît sous l’apparence de son Sacré-Cœur. Voici le dialogue qui s’établit entre eux deux :

« - Comme vous êtes beau Jésus !
Ô mon Jésus comme je vous aime !
- Moi aussi je t’aime. Pose ta tête sur mon cœur, ma fille. »


En la fête des archanges, ce 29 septembre 2009.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.journaldelalliance.org/
Lephenix



Messages : 1331
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Jeu 22 Oct 2009, 12:18

Dans son article Iconographie ancienne du Cour de Jésus (publié dans Rég. août-sept. 1925), M. Charbonneau-Lassay signale très justement, comme se rattachant à ce qu'on pourrait appeler la "préhistoire du Coeur eucharistique de Jésus", la légende du Saint Graal, écrite au XIIème siècle, mais bien antérieure par ses origines, puisqu'elle est en réalité une adaptation chrétienne de très anciennes traditions celtiques.

L'idée de ce rapprochement était déjà venue à l'occasion de l'article antérieur, extrêmement intéressant au point de vue où nous nous plaçons, intitulé Le Coeur humain et la notion du Coeur de Dieu dans la religion de l'ancienne Egypte, et dont je rappelle le passage suivant : "Dans les hiéroglyphes, écritures sacrées où souvent l'image de la chose représente le mot même qui la désigne, le coeur ne fut cependant figuré que par un emblème : le vase.

Le coeur de l'homme n'est-il pas en effet le vase où sa vie s'élabore continuellement avec son sang ?

C'est le vase, pris pour symbole du coeur et se substituant à celui-ci dans l'idéographie égyptienne, qui me fait penser immédiatement au Saint Graal, d'autant plus que dans ce dernier, outre le sens général du symbole (considéré d'ailleurs à la fois sous ses deux aspects divins et humains), nous voyons encore une relation spéciale et beaucoup plus directe avec le Coeur même du Christ.

En effet, le Saint Graal est la coupe qui contient le précieux sang du Christ, et qui le contient même deux fois, puisqu'elle servit d'abord à la Cène, et qu'ensuite Joseph d'Arimathie y recueillit le sang et l'eau qui s'échappait de la blessure ouverte par la lance du centurion au flanc du Rédempteur.

Cette coupe se substitue donc en quelque sorte au Coeur du Christ, comme réceptacle de son sang, elle en prend pour ainsi dire la place et en devient comme un équivalent symbolique ; et n'est-il pas encore plus remarquable, dans ces conditions, que le vase ait été déjà anciennement un emblème du coeur ?

D'ailleurs, la coupe, sous une forme ou sous une autre, joue, aussi bien que le coeur lui-même, un rôle fort important dans beaucoup de traditions antiques ; et sans doute en était-il ainsi notamment chez les Celtes, puisque c'est de ceux-ci qu'est venu ce qui constitua le fond mêm ou tout au moins la trame de la légende du Saint Graal.

Il est regrettable qu'on ne puisse guère savoir avec précision quelle était la forme de cette tradition antérieurement au christianisme, ainsi qu'il arrive du reste pour tout ce qui concerne les doctrines celtiques, pour lesquelles l'enseignement oral fut toujours l'unique mode de transmission usité ; mais il y a d'autre part assez de concordance pour qu'on puisse du moins être fixé sur le sens des principaux symboles qui y figuraient, et c'est là ce qu'il y a en somme de plus essentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Pierre Aubrit St Pol



Masculin Messages : 1072
Inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Jeu 22 Oct 2009, 14:50

Cher lephenix,

Les traditions pré-chrétiennes y compris païennes portaient en elles des gestuels et données prophétiques annonçant l'Ere chrétienne.

Il n'y a rien d'anormal à ce que ce prophétisme se retrouve, dans ce qu'il a de plus correspondant, dans les hautes traditions chrétiennes.
Mais le Sacré-Cœur de Jésus en est tout l'aboutissement.

Voici une critique que l'on vient de me communiquer au sujet de mon étude sur la Sacré-Coeur de Jésus:

Citation :
Bien cher frère en Dieu,

Ton texte est remarquable, voire même inspiré par l’Evangile de Jean, dont tu rappelles la finalité du « transpercement du cœur divin ». Comme tu le soulignes : « Jean a posé sa tête sur le cœur du Christ ». Grâce à ton explication de la kénose (« abaissement de Dieu dans la condition humaine »), tu fais très bien ressortir que « le Sacré-Cœur est le tabernacle de la Sainte Trinité » ou encore : « Cœur de Jésus, formé par la Saint-Esprit, dans celui de la Vierge Marie ». Belle exégèse et bravo aussi pour le rappel de la mystique rhénane et pour la spiritualité de la Passion, initiée par les franciscains.
Il est du journaliste et écrivain Alain Poret :
Revenir en haut Aller en bas
http://www.journaldelalliance.org/
Lephenix



Messages : 1331
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Jeu 22 Oct 2009, 22:09

Il est dit que le Graal fut confié à Adam dans le Paradis terrestre, mais que, lors de sa chute, Adam le perdit à son tour, car il n put l'emporter avec lui lorsqu'il fut chassé de l'Eden.

L'homme, écarté de son centre originel par sa propre faute, se trouvait désormais enfermé dans la sphère temporelle ; il ne pouvait plus rejoindre le point unique d'où toutes choses sont contemplées sous l'aspect de l'éternité.

Le Paradis terrestre, était véritablement le "Centre du Monde", partout assimilé symboliquement au Coeur divin ; et ne peut-on dire qu'Adam, tant qu'il fut dans l'Eden, vivait vraiment dans le Coeur de Dieu ?

Ce qui suit est plus énigmatique : Seth obtint de rentrer dans le Paradis terrestre et put ainsi recouvrer le précieux vase ; or, Seth est une des figures du Rédempteur, d'autant plus que son nom même exprime les idées de fondement, de stabilité (ce qui devrait rappeler quelque chose à nos Frères Maçons) et annonce en quelque façon la restauration de l'ordre primordial détruit par la chute de l'homme.

Il y avait donc dès lors tout au moins une restauration partielle, en ce sens que Seth et ceux qui après lui possédèrent le Graal, pouvaient par là même établir, quelque part sur la terre, un centre spirituel qui était comme une image du Paradis perdu.

La légende, d'ailleurs, ne dit pas où ni par qui le Graal fut conservé jusqu'à l'époque du Christ, ni comment fut assurée sa transmission ; mais l'origine celtique qu'on lui reconnaît doit probablement laisser entendre que les Druide y eurent une part et doivent être comptés parmi les conservateurs réguliers de la tradition primordiale.

En tout cas, l'existence d'un tel centre spirituel, ou même de plusieurs, simultanément ou successivement, ne paraît pas pouvoir être mis en doute, quoi qu'il faille penser de leur localisation.

Ce qui est à noter, c'est qu'on attacha partout et toujours à ces centres, entres autres désignations, celle de "Coeur du Monde", et que dans toutes les traditions, les descriptions qui s'y rapportent sont basées sur un symbolisme identique, qu'il est possible de suivre jusque dans les détails les plus précis.

Cela ne montre-t-il pas suffisamment que le Graal, ou ce qui est ainsi représenté, avait déjà, antérieurement au Christianisme, et même de tout temps, un lien des plus étroits avec le Coeur divin et avec l'Emmanuel, je veux dire avec la manifestation, virtuelle ou réelle selon les âges, mais toujours présente, du Verbe éternel au sein de l'humanité terrestre ?
Revenir en haut Aller en bas
Pierre Aubrit St Pol



Masculin Messages : 1072
Inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Mer 28 Oct 2009, 10:10

Le Sacré-Cœur ne doit pas être confondu avec une symbolique qui peut-être considérée comme aléatoire...
La richesse de ce mystère divin est si grande et si profonde qu'il convient de le contempler dans un vis à vis si bien décrit dans la vie du Curé d'Ars.

Le Sacré-Cœur est l'un des ascenseur par lequel on entre pour comprendre et aimer Dieu dans sa vie trinitaire. Il faut certes passer par Marie qui est la cef pour s'introduire dans ce leiu d'amour si riche et si simple.

Dieu est simple même dans sa complexité, c'est pourquoi je ne saurait trop recommander les ouvrages récents et dont le mien.
Mon travail a permis de mettre en évidence son actualité et la relation substantielle avec le Saint Concile Vatican II...


Dernière édition par Pierre Aubrit St Pol le Mer 28 Oct 2009, 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.journaldelalliance.org/
Pierre Aubrit St Pol



Masculin Messages : 1072
Inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Mer 28 Oct 2009, 16:19

]Le Sacré-Cœur ne doit pas être confondu avec une symbolique qui peut-être considérée comme aléatoire...
La richesse de ce mystère divin est si grande et si profonde qu'il convient de le contempler dans un vis à vis si bien décrit dans la vie du Curé d'Ars.

Le Sacré-Cœur est l'un des ascenseurs par lesquels on entre pour comprendre et aimer Dieu dans sa vie trinitaire. Il faut certes passer par Marie qui est la clef pour s'introduire dans ce lieu d'amour si riche et si simple.

Dieu est simple même dans sa complexité, c'est pourquoi je ne saurait trop recommander les ouvrages récents et dont le mien.
Mon travail a permis de mettre en évidence son actualité et la relation substantielle avec le Saint Concile Vatican II...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.journaldelalliance.org/
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: livre sur le sacré-coeur de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Ven 20 Nov 2009, 18:50

je suis plongé dans la lecture du livre de Pierre-Charles Aubrit de Saint Pol, bien connu de tous sur ce forum. c'est un livre fantastique dont je recommande la lecture à tous, il y a des pages formidables sur l'union ontologique entre Marie et son Fils. Merci Pierre-Charles pour les pages très inspirées ( les dernières que j'ai lues jusqu'ici) consacrées à la théologie et l'exégèse du sacré coeur. c'est magnifiquement écrit, on se sent aspiré.

j'ai cependant une petite question: vous écrivez en page 56 que la vocation de la France est d'être fidèle à son baptême de fille aînée de l'Eglise, c'est à dire "protéger l'Epouse du Christ et(de) la soutenir dans sa mission d'évangélisation". il va de soi qu'une telle mission suppose un engagement de l'Etat français en faveur de l'Eglise. Et si elle est fille aînée c'est dans le sens qu'elle doit devenir un modèle pour toutes les nations. cela me paraît en effet de parfaite orthodoxie doctrinale, l'ordre temporel, dont l'Etat a la charge, doit bien être ordonné à l'ordre spirituel. c'est ce je me tue à défendre sur ce forum, parfois en vous ayant comme adversaire. c'est ce qui fait que la liberté religieuse au sens de dignitatis humanae doit faire l'objet d'une reprise dans le sens de la tradition ( c'est à dire peut-être toléré en fonction de la configuration socio-politique d'une époque, mais jamais être un droit dans les principes) et ne peut être comprise comme étant partie intégrante du Bien commun temporel, puisque celui-ci doit être ordonné au Bien suprême.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Ven 20 Nov 2009, 19:42

Bonjour Julieng,

Un livre sur le Sacré-Coeur ??? de Pierre-Charles Aubrit ?

Et où donc peut on se procurer ce livre !! j'ai du rater l'annonce :wo
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80263
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Ven 20 Nov 2009, 20:18

Il va vous répondre ! Very Happy

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Ven 20 Nov 2009, 20:21

Arnaud Dumouch a écrit:
Il va vous répondre ! Very Happy

Je n'en doute pas Cher Arnaud Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3928
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Ven 20 Nov 2009, 20:30

Pierre Aubrit St Pol a écrit:
LES CAHIERS DE L’ALLIANCE

LE SACRE-CŒUR DE JESUS-CHRIST

DE

PIERRE-CHARLES AUBRIT SAINT POL




« UN AMOUR MECONNU, UN SAVOIR RICHE
POUR LE PAUVRE DE YAHVE »


« - Comme vous êtes beau Jésus ! O mon Jésus comme je vous aime !
- Moi aussi je t’aime. Pose ta tête sur mon cœur ma fille. »


LES CAHIERS DE L’ALLIANCE – N°1 – hors série – SEPTEMBRE 2009
DIRECTEUR DE DIFFUSION : PIERRE AUBRIT

Commande : Adressez-vous : à laplumeetlencrier@gmail.com

ou le.journal.de.la.l.alliance@gamail.com tél : 09 50 22 32 83
Prix du Cahier : 22€ plus frais d’expédition par lettre suivie : 3 €, soit 25€ -Règlement par chèque. Pour ce premier N° chaque exemplaire sera dédicacé par l’auteur.
Pour la zone Unoin européenne: frais d'envoi en prioritaire: 2 €



AVERTISSEMENT DE L’AUTEUR

Au cours d’une conversation sur l’apostolat du Sacré-Cœur avec la personne qui se charge de la diffusion du photo-portrait, et qui est une amie, l’idée m’est venue d’écrire un article de quinze lignes. Il s’agit à l’origine d’un tableau représentant le Sacré-Cœur acquis chez un ferrailleur-brocanteur. Cette peinture est miraculeuse, elle a saigné à deux reprises à dix ans d’intervalle. Son importance est soulignée par deux paroles de Jésus reçues par une âme privilégiée à son sujet.
Je me mets au travail de rédaction, mais pendant plusieurs jours, je ne parviens pas à écrire trois mots sur le sujet, ce qui est assez rare chez moi. C’est dans la prière que je comprends que ce n’est pas un article que je dois écrire, mais un ouvrage, un essai. C’est un sujet sur lequel, je ne m’étais guère arrêté ; toutefois, poussé par des soucis domestiques et familiaux, depuis quelque temps, je récite chaque jeudi les litanies du Sacré-Cœur.
Cette suggestion m’engageait dans une aventure intellectuelle et spirituelle très intéressante. Elle me proposait plusieurs défis à relever dont celui de la rigueur et de la prudence. Mais le plus grand de ces défis venait de ce que je ne suis pas certifié en théologie. Ce fut une aventure exaltante et une formidable école d’humilité.
Très vite, je compris que le Sacré-Cœur souffrait d’une sorte de déshérence, d’une méconnaissance, d’une défiance. Tout le monde, dans l’Eglise Catholique, connaît le culte du Sacré-Cœur, mais qui le connaît vraiment ? C’est sans aucun doute un aspect de la Révélation christologique le moins compris de nos jours. Il y a des raisons historiques, sociologiques, politiques, idéologiques et autres causes dues à la crise qui traverse l’Eglise depuis la fin du Saint Concile Vatican II. Ces thèmes sont traités dans la première partie de l’ouvrage.
La seconde partie est consacrée à ses fondements scripturaires, théologiques et mystiques.
Il y a quatre étapes majeures dans la compréhension du mystère vivant du Sacré-Cœur. Le tout est sous l’ombre luminescente et tutélaire de l’évangéliste saint Jean. Cette étude m’a rendu saint Jean l’évangéliste très proche. Il est pour moi, l’apôtre et le premier théologien du Sacré-Cœur. Mais il n’est pas seulement cela, pour mon entendement, il apparaît être le premier théologien marial.
Son évangile commence, pour ce qui est de la vie publique de Jésus, par les Noces de Cana qu’il termine par le transpercement du divin Cœur. De tous les évangiles, il est le mieux écrit. Il est riche d’une surprenante intériorisation. Il se développe de manière très structuré. La mise en relief des actes, des faits et enseignements est sobre, équilibrée, avec un souci du détail parfois redoublé comme pour en indiquer l’importance spirituelle, mystique. L’écriture est dans l’ensemble rythmée, la respiration de son auteur semble avoir donné le tempo. Son évangile est écrit sur une longue portée qu’étirent les deux événements cités. Le discours d’ensemble est délié, marqué par des ramassés à la façon symbolique d’un puits de savoir, suscitant l’appétit de connaissance…
Jean le rédige ou le dicte à la fin de sa vie. Il a eu le temps de le ruminer, de faire corps avec la Parole du doux Maître. Son fil conducteur est d’amener le lecteur à découvrir les grands mystères vivants du Verbe incarné, Jésus-Christ… Son évangile n’est pas obscure, n’est pas difficile ; il demande la condition la plus simple, la disposition intérieure du pauvre. C’est la clé pour y entrer, car il est comme un temple qui ne s’ouvrirait qu’au pénitent. C’est l’évangile du pauvre de Yahvé… Il fait écho au Serviteur souffrant… Il est un mendiant d’amour que rien sur terre ne peut rassasier… Saint Jean est au Nouveau Testament ce qu’est Isaïe pour l’Ancien, l’introducteur aux mystères divins.
La révélation du Sacré-Cœur connaît quatre grandes étapes pour se faire connaître.
1er : L’Ecole Mystique Rhénane avec sainte Gertrude et sainte Mechtilde. Elles auront l’intuition que le sens donné au jaillissement de l’eau est autre chose que la simple représentation ou manifestation de l’Esprit Saint. Elles pressentent un mystère qui concerne l’insondable miséricorde et que ce Cœur est en fait le sommet le plus intense, le plus éminent de la Sainte Passion. Saint Jean viendra le confirmer en termes voilés à sainte Gertrude :

« Ma mission était de présenter à l’Eglise dans son premier âge, sur le Verbe Incarné de Dieu le Père, une simple parole qui suffirait jusqu’à la fin du monde à satisfaire l’intelligence de la race humaine tout entière, sans toutefois que personne parvint jamais à la pleinement comprendre. Quant à ce qu’expriment de douceur les battements de ce Cœur, il est réservé aux derniers temps de le faire connaître, afin que le monde engourdi par l’âge reprenne dans l’amour divin quelque chaleur en entendant ces mystères. » (Tiré de Théo, édit. 1989)

2eme : Il s’agit de l’apparition à Paray-le-Monial, à sainte Marguerite-Marie Alacoque. Vous découvrirez combien cette apparition, cette théophanie, est importante, riche, dense. Vous vous laisserez surprendre en découvrant le lien organique qui subsiste entre l’Eglise et le peuple de France. Vous comprendrez que cette révélation bouleverse l’idée que l’Eglise se faisait de l’amour de Dieu… Il s’agit d’un amour humble, doux et non plus dur, exigeant, pouvant, en bien des cas, blesser la charité.
Vous découvrirez que dans la demande qu’il adresse à sa Majesté Louis XIV est contenu la doctrine sociale quant à l’art de gouverner les peuples. Vous prendrez conscience de la coresponsabilité qui, par la communion des saints qui s’étend aux peuples en tant que personne, engage la responsabilité du prince à l’ensemble de l’humanité.
Vous découvrirez le lien spécifique entre le Sacré-Cœur et l’Ecole Française de Spiritualité. Ecole qu’il serait peut-être urgent de redécouvrir dans toutes ses richesses, car elle est le socle des deux Saints Conciles du Vatican.
3eme : Vous découvrirez la troisième et la moins connue des apparitions du Sacré-Cœur. Elle est liée à la Médaille Miraculeuse. Elle prouve l’étroite collaboration de Marie à l’œuvre rédemptrice de son fils Jésus-Christ. Elle confirme que la Mère de Dieu est le chemin obligé pour aller à Jésus qui est Lui-même le chemin obligé pour aller à son Père.
4eme : Le Jésus Miséricordieux à sainte Faustine :
Ce que saint Jean a découvert, ce que les saintes Mechtilde et Gertrude ont pressenti, ce qu’entrevoyait sainte Marguerite-Marie s’affirme et se révèle dans une plénitude ineffable à sainte Faustine.
Jésus lui découvre sa miséricorde, et donne le sens plénier de la révélation de son Sacré-Cœur. Il expose, sans rien retenir, son abîme d’amour. Un déversement de la Miséricorde prêt à noyer le monde écrasé par ses péchés. Jésus se fait mendiant parfait, car Il ne demande rien que de se donner sans cesse aux cœurs qui veulent bien s’ouvrir à Lui, à son sourire… Jésus veut le Salut pour tout homme qui est répandu à la surface de la terre.
Dans le corps de mon discours, quand cela paraissait opportun, j’ai introduit les richesses mises à jour par la Nouvelle Ecole de théologie sur les fins dernières dont le chef de file est Arnaud Dumouch. Les apports sont suivis de notes de bas de page, étant bien entendu que le Magistère ne s’est pas encore prononcé sur ces découvertes bien que, dans sa seconde encyclique, Benoît XVI en ait fait allusion . J’ai introduit ces éléments, car je me suis aperçu que le Sacré-Cœur est intimement lié au salut de l’âme, singulièrement durant le passage de la mort physique qui peut, dans certains cas, durer des siècles avant que l’âme ne décide en toute lucidité de la qualité de son éternité.
Je me suis servi de tout ce que Dieu, par l’intermédiaire des saints, met à la disposition de l’Eglise pour entrer plus avant dans son et ses mystères. Il m’a semblé présomptueux de négliger les apports des révélations privées que l’Eglise a confirmés comme conformes à la Sainte Doctrine. J’ai aussi utilisé l’ouvrage de Marie Valtorta « L’Evangile tel qu’il m’a été révélé » qui, bien que n’étant pas encore reconnu par le Magistère, n’en fut pas moins rédigé sous le contrôle de théologiens autorisés.
Enfin, dans la première partie, j’aborde des sujets aussi délicats que le nationalisme, le monarque et le thème de la vocation des patries. Je me suis efforcé de le faire du seul point de vue « scientifique » avec toute la rigueur intellectuelle dont je suis capable. Sans aucun doute, j’agacerai certains, peut-être même que j’en blesserai d’autres, mais telle n’est pas mon intention. Toutefois, la vérité est la vérité ou elle n’est pas, et je me devais de faire sortir le Sacré-Cœur des carcans qui n’ont de cesse de fausser, d’occulter ses merveilles.
Vous vous émerveillerez du lien symbiotique qui lie le Sacré-Cœur avec la famille chrétienne, véritable ascenseur de la charité.
A l’école de saint Jean l’évangéliste vous serez attentif au battement du Cœur de Jésus, vous ne pouvez l’entendre que par Marie « Faites tout ce qu’Il vous dira. » Vous saurez alors que la vertu d’Espérance s’y niche et s’y renouvèle…
Jésus apparaît en songe à une âme pieuse qui, pendant quarante-cinq ans se dévoua à la dévotion mariale. Il lui apparaît sous l’apparence de son Sacré-Cœur. Voici le dialogue qui s’établit entre eux deux :

« - Comme vous êtes beau Jésus !
Ô mon Jésus comme je vous aime !
- Moi aussi je t’aime. Pose ta tête sur mon cœur, ma fille. »


En la fête des archanges, ce 29 septembre 2009.

Pour Julienne. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Ven 20 Nov 2009, 20:38

Merci Arc-En-Ciel Very Happy

J'ai lu l'avertissement de l'auteur et voilà un livre qui m'intéresse vivement ! j'ai marqué la page dans mes favoris.

Je vais le commander !

Belle soirée à toi , tu es vraiment très aimable sunny
Revenir en haut Aller en bas
Arc-en-Ciel



Féminin Messages : 3928
Inscription : 27/04/2009

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Ven 20 Nov 2009, 20:52

Merci Julienne et belle soirée à toi aussi flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Ven 20 Nov 2009, 20:56

Arc-en-Ciel a écrit:
Merci Julienne et belle soirée à toi aussi flower


:hello: fleur 6
Revenir en haut Aller en bas
Pierre Aubrit St Pol



Masculin Messages : 1072
Inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Ven 20 Nov 2009, 21:08

Julieng
Citation :
c'est ce qui fait que la liberté religieuse au sens de dignitatis humanae doit faire l'objet d'une reprise dans le sens de la tradition ( c'est à dire peut-être toléré en fonction de la configuration socio-politique d'une époque, mais jamais être un droit dans les principes) et ne peut être comprise comme étant partie intégrante du Bien commun temporel, puisque celui-ci doit être ordonné au Bien suprême.


Je comprends votre préoccupation, mon cher Ami, mais quoique vous puissiez le concevoir pour vous même; il faut que vous acceptiez de corriger votre approche en vous posant cette question: Pourquoi Dieu veut de l'homme qu'il adhérer à Lui librement ? C'est seulement en répondant à cette question que vous trouverez une richesse de miséricorde et de justice inouïe, car votre quête vous amènera en des lieux intérieurs que vous ne pouvez soupçonner sans une expérience qui ne peut que vous brûler... Mais mon Ami, ici nous sommes dans l'ineffable, il faut y goûter pour comprendre. Soyez béni.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.journaldelalliance.org/
mandonnaud



Messages : 984
Inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Sam 05 Déc 2009, 20:51

j'ai eu dans mon atelier de menuiserie, une statue en bois du scrés-coeur de jésus toujours fleurie depuis 1968 a nos jours et ce fut pour nous tous une pluit de grace d'amour et entente et providence malgrés toutes les crises, je suis un rare menuisier de cette époque en vie economique, merci Jésus de ton amour
amitiés paul mandonnaud de LIMOGES
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mandonnaud.net
Pierre Aubrit St Pol



Masculin Messages : 1072
Inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Mer 09 Déc 2009, 00:07

Cher Mandonnaud,

Continuez de Lui être fidèle, c'est un Cœur inépuisable d'amour et de miséricorde.
Ne vous lassez pas d'aimer et de vous laisser aimer de Lui...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.journaldelalliance.org/
Pierre Aubrit St Pol



Masculin Messages : 1072
Inscription : 11/11/2007

MessageSujet: Re: Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   Mer 17 Fév 2010, 23:13

Pierre Aubrit St Pol a écrit:
LES CAHIERS DE L’ALLIANCE

LE SACRE-CŒUR DE JESUS-CHRIST

DE

PIERRE-CHARLES AUBRIT SAINT POL




« UN AMOUR MECONNU, UN SAVOIR RICHE
POUR LE PAUVRE DE YAHVE »


« - Comme vous êtes beau Jésus ! O mon Jésus comme je vous aime !
- Moi aussi je t’aime. Pose ta tête sur mon cœur ma fille. »


LES CAHIERS DE L’ALLIANCE – N°1 – hors série – SEPTEMBRE 2009
DIRECTEUR DE DIFFUSION : PIERRE AUBRIT

Commande : Adressez-vous à : le.journal.de.la.l.alliance@gamail.com tél : 09 50 22 32 83
Prix du Cahier : 22€ plus frais d’expédition par lettre suivie : 3 €, soit 25€ -Règlement par chèque. Pour ce premier N° chaque exemplaire sera dédicacé par l’auteur.
Pour la zone Unoin européenne: frais d'envoi en prioritaire: 2 €



AVERTISSEMENT DE L’AUTEUR

Au cours d’une conversation sur l’apostolat du Sacré-Cœur avec la personne qui se charge de la diffusion du photo-portrait, et qui est une amie, l’idée m’est venue d’écrire un article de quinze lignes. Il s’agit à l’origine d’un tableau représentant le Sacré-Cœur acquis chez un ferrailleur-brocanteur. Cette peinture est miraculeuse, elle a saigné à deux reprises à dix ans d’intervalle. Son importance est soulignée par deux paroles de Jésus reçues par une âme privilégiée à son sujet.
Je me mets au travail de rédaction, mais pendant plusieurs jours, je ne parviens pas à écrire trois mots sur le sujet, ce qui est assez rare chez moi. C’est dans la prière que je comprends que ce n’est pas un article que je dois écrire, mais un ouvrage, un essai. C’est un sujet sur lequel, je ne m’étais guère arrêté ; toutefois, poussé par des soucis domestiques et familiaux, depuis quelque temps, je récite chaque jeudi les litanies du Sacré-Cœur.
Cette suggestion m’engageait dans une aventure intellectuelle et spirituelle très intéressante. Elle me proposait plusieurs défis à relever dont celui de la rigueur et de la prudence. Mais le plus grand de ces défis venait de ce que je ne suis pas certifié en théologie. Ce fut une aventure exaltante et une formidable école d’humilité.
Très vite, je compris que le Sacré-Cœur souffrait d’une sorte de déshérence, d’une méconnaissance, d’une défiance. Tout le monde, dans l’Eglise Catholique, connaît le culte du Sacré-Cœur, mais qui le connaît vraiment ? C’est sans aucun doute un aspect de la Révélation christologique le moins compris de nos jours. Il y a des raisons historiques, sociologiques, politiques, idéologiques et autres causes dues à la crise qui traverse l’Eglise depuis la fin du Saint Concile Vatican II. Ces thèmes sont traités dans la première partie de l’ouvrage.
La seconde partie est consacrée à ses fondements scripturaires, théologiques et mystiques.
Il y a quatre étapes majeures dans la compréhension du mystère vivant du Sacré-Cœur. Le tout est sous l’ombre luminescente et tutélaire de l’évangéliste saint Jean. Cette étude m’a rendu saint Jean l’évangéliste très proche. Il est pour moi, l’apôtre et le premier théologien du Sacré-Cœur. Mais il n’est pas seulement cela, pour mon entendement, il apparaît être le premier théologien marial.
Son évangile commence, pour ce qui est de la vie publique de Jésus, par les Noces de Cana qu’il termine par le transpercement du divin Cœur. De tous les évangiles, il est le mieux écrit. Il est riche d’une surprenante intériorisation. Il se développe de manière très structuré. La mise en relief des actes, des faits et enseignements est sobre, équilibrée, avec un souci du détail parfois redoublé comme pour en indiquer l’importance spirituelle, mystique. L’écriture est dans l’ensemble rythmée, la respiration de son auteur semble avoir donné le tempo. Son évangile est écrit sur une longue portée qu’étirent les deux événements cités. Le discours d’ensemble est délié, marqué par des ramassés à la façon symbolique d’un puits de savoir, suscitant l’appétit de connaissance…
Jean le rédige ou le dicte à la fin de sa vie. Il a eu le temps de le ruminer, de faire corps avec la Parole du doux Maître. Son fil conducteur est d’amener le lecteur à découvrir les grands mystères vivants du Verbe incarné, Jésus-Christ… Son évangile n’est pas obscure, n’est pas difficile ; il demande la condition la plus simple, la disposition intérieure du pauvre. C’est la clé pour y entrer, car il est comme un temple qui ne s’ouvrirait qu’au pénitent. C’est l’évangile du pauvre de Yahvé… Il fait écho au Serviteur souffrant… Il est un mendiant d’amour que rien sur terre ne peut rassasier… Saint Jean est au Nouveau Testament ce qu’est Isaïe pour l’Ancien, l’introducteur aux mystères divins.
La révélation du Sacré-Cœur connaît quatre grandes étapes pour se faire connaître.
1er : L’Ecole Mystique Rhénane avec sainte Gertrude et sainte Mechtilde. Elles auront l’intuition que le sens donné au jaillissement de l’eau est autre chose que la simple représentation ou manifestation de l’Esprit Saint. Elles pressentent un mystère qui concerne l’insondable miséricorde et que ce Cœur est en fait le sommet le plus intense, le plus éminent de la Sainte Passion. Saint Jean viendra le confirmer en termes voilés à sainte Gertrude :

« Ma mission était de présenter à l’Eglise dans son premier âge, sur le Verbe Incarné de Dieu le Père, une simple parole qui suffirait jusqu’à la fin du monde à satisfaire l’intelligence de la race humaine tout entière, sans toutefois que personne parvint jamais à la pleinement comprendre. Quant à ce qu’expriment de douceur les battements de ce Cœur, il est réservé aux derniers temps de le faire connaître, afin que le monde engourdi par l’âge reprenne dans l’amour divin quelque chaleur en entendant ces mystères. » (Tiré de Théo, édit. 1989)

2eme : Il s’agit de l’apparition à Paray-le-Monial, à sainte Marguerite-Marie Alacoque. Vous découvrirez combien cette apparition, cette théophanie, est importante, riche, dense. Vous vous laisserez surprendre en découvrant le lien organique qui subsiste entre l’Eglise et le peuple de France. Vous comprendrez que cette révélation bouleverse l’idée que l’Eglise se faisait de l’amour de Dieu… Il s’agit d’un amour humble, doux et non plus dur, exigeant, pouvant, en bien des cas, blesser la charité.
Vous découvrirez que dans la demande qu’il adresse à sa Majesté Louis XIV est contenu la doctrine sociale quant à l’art de gouverner les peuples. Vous prendrez conscience de la coresponsabilité qui, par la communion des saints qui s’étend aux peuples en tant que personne, engage la responsabilité du prince à l’ensemble de l’humanité.
Vous découvrirez le lien spécifique entre le Sacré-Cœur et l’Ecole Française de Spiritualité. Ecole qu’il serait peut-être urgent de redécouvrir dans toutes ses richesses, car elle est le socle des deux Saints Conciles du Vatican.
3eme : Vous découvrirez la troisième et la moins connue des apparitions du Sacré-Cœur. Elle est liée à la Médaille Miraculeuse. Elle prouve l’étroite collaboration de Marie à l’œuvre rédemptrice de son fils Jésus-Christ. Elle confirme que la Mère de Dieu est le chemin obligé pour aller à Jésus qui est Lui-même le chemin obligé pour aller à son Père.
4eme : Le Jésus Miséricordieux à sainte Faustine :
Ce que saint Jean a découvert, ce que les saintes Mechtilde et Gertrude ont pressenti, ce qu’entrevoyait sainte Marguerite-Marie s’affirme et se révèle dans une plénitude ineffable à sainte Faustine.
Jésus lui découvre sa miséricorde, et donne le sens plénier de la révélation de son Sacré-Cœur. Il expose, sans rien retenir, son abîme d’amour. Un déversement de la Miséricorde prêt à noyer le monde écrasé par ses péchés. Jésus se fait mendiant parfait, car Il ne demande rien que de se donner sans cesse aux cœurs qui veulent bien s’ouvrir à Lui, à son sourire… Jésus veut le Salut pour tout homme qui est répandu à la surface de la terre.
Dans le corps de mon discours, quand cela paraissait opportun, j’ai introduit les richesses mises à jour par la Nouvelle Ecole de théologie sur les fins dernières dont le chef de file est Arnaud Dumouch. Les apports sont suivis de notes de bas de page, étant bien entendu que le Magistère ne s’est pas encore prononcé sur ces découvertes bien que, dans sa seconde encyclique, Benoît XVI en ait fait allusion . J’ai introduit ces éléments, car je me suis aperçu que le Sacré-Cœur est intimement lié au salut de l’âme, singulièrement durant le passage de la mort physique qui peut, dans certains cas, durer des siècles avant que l’âme ne décide en toute lucidité de la qualité de son éternité.
Je me suis servi de tout ce que Dieu, par l’intermédiaire des saints, met à la disposition de l’Eglise pour entrer plus avant dans son et ses mystères. Il m’a semblé présomptueux de négliger les apports des révélations privées que l’Eglise a confirmés comme conformes à la Sainte Doctrine. J’ai aussi utilisé l’ouvrage de Marie Valtorta « L’Evangile tel qu’il m’a été révélé » qui, bien que n’étant pas encore reconnu par le Magistère, n’en fut pas moins rédigé sous le contrôle de théologiens autorisés.
Enfin, dans la première partie, j’aborde des sujets aussi délicats que le nationalisme, le monarque et le thème de la vocation des patries. Je me suis efforcé de le faire du seul point de vue « scientifique » avec toute la rigueur intellectuelle dont je suis capable. Sans aucun doute, j’agacerai certains, peut-être même que j’en blesserai d’autres, mais telle n’est pas mon intention. Toutefois, la vérité est la vérité ou elle n’est pas, et je me devais de faire sortir le Sacré-Cœur des carcans qui n’ont de cesse de fausser, d’occulter ses merveilles.
Vous vous émerveillerez du lien symbiotique qui lie le Sacré-Cœur avec la famille chrétienne, véritable ascenseur de la charité.
A l’école de saint Jean l’évangéliste vous serez attentif au battement du Cœur de Jésus, vous ne pouvez l’entendre que par Marie « Faites tout ce qu’Il vous dira. » Vous saurez alors que la vertu d’Espérance s’y niche et s’y renouvèle…
Jésus apparaît en songe à une âme pieuse qui, pendant quarante-cinq ans se dévoua à la dévotion mariale. Il lui apparaît sous l’apparence de son Sacré-Cœur. Voici le dialogue qui s’établit entre eux deux :

« - Comme vous êtes beau Jésus !
Ô mon Jésus comme je vous aime !
- Moi aussi je t’aime. Pose ta tête sur mon cœur, ma fille. »


En la fête des archanges, ce 29 septembre 2009.

VOUS POUVEZ CONSULTER MON LIVRE A L'ADRESSE CI-DESSOUS:
http: http://www.journaldelalliance.org/livre.pdf
Revenir en haut Aller en bas
http://www.journaldelalliance.org/
 
Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Sacré-Coeur de Jésus-Christ, un livre de Pierre-Charles Aubrit Saint Pol
» Chapelet pour préparer la fête du Sacré Coeur de Jésus
» 15 JUIN : Fête du Sacré Coeur de Jésus
» Consécration au Sacré-Coeur de Jésus
» NEUVAINE au SACRÉ-COEUR de JÉSUS-CHRIST

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: