DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Ven 02 Oct 2009, 17:53

Très Saint Père,

J’ose m’adresser directement à vous, car mon cœur saigne de voir l’abîme dans lequel notre Église est en train de sombrer. Vous voudrez bien excuser ma franchise toute filiale, dictée à la fois par « la liberté des enfants de Dieu » à laquelle nous invite saint Paul, et par mon amour passionné pour l’Église. Vous voudrez bien aussi excuser le ton alarmiste de cette lettre, car je crois qu’ « il est moins cinq » et que la situation ne saurait attendre davantage.

Permettez-moi tout d’abord de me présenter. Jésuite égypto-libanais de rite melkite, j’aurai bientôt mes 76 ans. Je suis depuis trois ans recteur du Collège des jésuites au Caire, après avoir assumé les charges suivantes : supérieur des jésuites à Alexandrie, supérieur régional des jésuites d’Egypte, professeur de théologie au Caire, directeur de Caritas-Egypte et vice-président de Caritas Internationalis pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Je connais très bien la hiérarchie catholique d’Egypte pour avoir participé pendant plusieurs années à ses réunions, en tant que Président des Supérieurs religieux d’Instituts en Egypte. J’ai des relations très personnelles avec chacun d’eux, dont certains sont mes anciens élèves. Par ailleurs, je connais personnellement le Pape Chenouda III, que j’avais l’habitude de voir assez régulièrement.

Quant à la hiérarchie catholique d’Europe, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois personnellement tel ou tel de ses membres, dont le Cardinal Koenig, le Cardinal Schönborn, le Cardinal Martini, le Cardinal Daneels, l’Archevêque Kothgasser, les évêques diocésains Kapellari et Küng, les autres évêques autrichiens, ainsi que des évêques d’autres pays européens. Ces rencontres ont lieu lors de mes tournées annuelles de conférences en Europe : Autriche, Allemagne, Suisse, Hongrie, France, Belgique… Dans ces tournées, je m’adresse à des auditoires très divers, ainsi qu’aux médias (journaux, radios, télévisions…). J’en fais autant en Egypte et au Proche-Orient.

J’ai visité une cinquantaine de pays dans les quatre continents et publié une trentaine d’ouvrages dans une quinzaine de langues, notamment en français, arabe, hongrois et allemand. Parmi mes treize livres dans cette langue, vous avez peut-être lu Gottessöhne, Gottestöchter, que vous a passé votre ami, le P. Erich Fink de Bavière.

Je ne dis pas tout cela pour me vanter, mais pour vous dire simplement que mes propos sont fondés sur une connaissance réelle de l’Église universelle et de sa situation aujourd’hui, en 2007.

J’en viens à l’objet de cette lettre, où j’essaierai d’être le plus bref, le plus clair et le plus objectif possible. Tout d’abord, un certain nombre de constats (la liste est loin d’être exhaustive) :

La pratique religieuse est en déclin contant. Les églises d’Europe et du Canada ne sont plus fréquentées que par un nombre de plus en plus réduit de personnes du 3ème âge, qui disparaîtront bientôt. Il n’y aura plus alors qu’à fermer ces églises, ou à les transformer en musées, en mosquées, en clubs ou en bibliothèques municipales – comme cela se fait déjà. Ce qui me surprend, c’est que beaucoup d’entre elles sont en train d’être entièrement rénovées et modernisées à grand frais dans l’intention d’attirer les fidèles. Mais ce n’est pas cela qui freinera l’exode.

Les séminaires et noviciats se vident au même rythme, et les vocations sont en chute libre. L’avenir est plutôt sombre et l’on se demande qui prendra la relève. De plus en plus de paroisses européennes sont actuellement assumées par des prêtres d’Asie ou d’Afrique.

Beaucoup de prêtres quittent le sacerdoce et le petit nombre de ceux qui l’exercent encore – dont l’âge est souvent au-dessus de celui de la retraite - doivent assurer le service de plusieurs paroisses, de façon expéditive et administrative. Beaucoup parmi ceux-ci, tant en Europe que dans le tiers-monde, vivent en concubinage au vu et su de leurs fidèles, qui souvent les approuvent, et de leur évêque, qui n’en peut mais… vu la pénurie de prêtres.

Le langage de l’Église est désuet, anachronique, ennuyeux, répétitif, moralisant, totalement inadapté à notre époque. Il ne s’agit pas du tout d’aller dans le sens du poil et de faire de la démagogie, car le message de l’Evangile doit être présenté dans toute sa crudité et son exigence. Ce qu’il faudrait plutôt, c’est de procéder à cette « nouvelle évangélisation » à laquelle nous conviait Jean-Paul II. Mais celle-ci, contrairement à ce que beaucoup pensent, ne consiste pas du tout à répéter l’ancienne, qui ne mord plus, mais à innover, inventer un nouveau langage qui redise la foi de façon pertinente et signifiante pour l’homme d’aujourd’hui.

Cela ne pourra se faire que par un renouveau en profondeur de la théologie et de la catéchèse, qui devraient être repensées et reformulées de fond en comble. Un prêtre et religieux allemand rencontré récemment me disait que le mot « mystique » n’était pas mentionné une seule fois dans Le nouveau catéchisme. J’en étais estomaqué. Il faut bien constater que notre foi est très cérébrale, abstraite, dogmatique et parle très peu au cœur et au corps.

Comme conséquence, un grand nombre de chrétiens se tournent vers les religions d’Asie, les sectes, le New-Age, les églises évangéliques, l’occultisme, etc. Comment s’en étonner ? Ils vont chercher ailleurs la nourriture qu’ils ne trouvent pas chez nous, car ils ont l’impression que nous leur donnons des pierres en guise de pain. La foi chrétienne qui, autrefois, conférait un sens à la vie des gens, est pour eux aujourd’hui une énigme, la survivance d’un passé révolu.

Sur le plan moral et éthique, les injonctions du Magistère, répétées à satiété, sur le mariage, la contraception, l’avortement, l’euthanasie, l’homosexualité, le mariage des prêtres, les divorcés remariés, etc. ne touchent plus personne et n’engendrent que lassitude et indifférence. Tous ces problèmes moraux et pastoraux méritent plus que des déclarations péremptoires. Ils ont besoin d’une approche pastorale, sociologique, psychologique, humaine… dans une ligne plus évangélique.

L’Église catholique, qui a été la grande éducatrice de l’Europe pendant des siècles, semble oublier que cette Europe a accédé à la maturité. Notre Europe adulte refuse d’être traitée en mineure. Le style paternaliste d’une Église Mater et Magistra est définitivement périmé et ne colle plus aujourd’hui. Nos chrétiens ont appris à penser par eux-mêmes et ne sont pas prêts à avaler n’importe quoi.

Les nations les plus catholiques d’autrefois – la France, « fille aînée de l’Église », ou le Canada français ultra-catholique – ont opéré un retournement à 180° pour verser dans l’athéisme, l’anticléricalisme, l’agnosticisme, l’indifférence. Pour un certain nombre d’autres nations européennes, le processus est en cours. On constate que plus un peuple a été couvé et materné par l’Église dans le passé, plus la réaction contre elle est forte.

Le dialogue avec les autres Églises et les autres religions marque aujourd’hui un recul inquiétant. Les avancées remarquables réalisées depuis un demi-siècle semblent en ce moment compromises.

Face à ce constat plutôt accablant, la réaction de l’Église est double :

- Elle tend à minimiser la gravité de la situation et à se consoler en constatant un certain renouveau dans son aile la plus traditionnelle, ainsi que dans les pays du tiers-monde.

- Elle invoque la confiance dans le Seigneur, qui l’a soutenue pendant vingt siècles et sera bien capable de l’aider à dépasser cette nouvelle crise, comme il l’a fait pour les précédentes. N’a-t-elle pas les promesses de la vie éternelle ?...

À cela je réponds :

- Ce n’est pas en s’arc-boutant sur le passé, en en recueillant les fragments, que l’on résoudra les problèmes d’aujourd’hui et de demain.

- L’apparente vitalité des Églises du tiers-monde est trompeuse. Selon toute vraisemblance, ces nouvelles Églises passeront tôt ou tard par les mêmes crises qu’a connues la vieille chrétienté européenne.

- La Modernité est incontournable et c’est pour l’avoir oublié que l’Église est dans une telle crise aujourd’hui. Vatican II, a essayé de rattraper quatre siècles de retard, mais on a l’impression que l’Église est en train de refermer lentement les portes qui se sont ouvertes alors, et tentée de se tourner vers Trente et Vatican I, plutôt que vers Vatican III. Rappelons-nous l’injonction plusieurs fois répétée de Jean-Paul II : « Pas d’alternative à Vatican II ».

- Jusqu’à quand continuerons-nous à jouer à la politique de l’autruche et à enfouir notre tête dans le sable ? Jusqu’à quand refuserons-nous de regarder les choses en face ? Jusqu’à quand essaierons-nous de sauver à tout prix la façade – une façade qui ne fait illusion à personne aujourd’hui ? Jusqu’à quand continuerons-nous à nous braquer, à nous crisper contre toute critique, au lieu d’y voir une chance vers un renouveau ? Jusqu’à quand continuerons-nous à remettre aux calendes grecques une réforme qui s’impose impérativement et qu’on n’a que trop longtemps remise ?

- C’est en regardant résolument vers l’avant et non vers l’arrière, que l’Église accomplira sa mission d’être lumière du monde, sel de la terre, levain dans la pâte. Or, ce que nous constatons malheureusement aujourd’hui, c’est que l’Église est à la traîne de notre époque, après avoir été la pionnière du monde pendant des siècles.

- Je répète ce que je disais au début de cette lettre : « IL EST MOINS CINQ ! » - fünf vor zwölf ! L’Histoire n’attend pas, surtout à notre époque, où le rythme s’emballe et s’accélère.

- Toute entreprise commerciale qui constate un déficit ou des dysfonctionnements se remet immédiatement en question, réunit des experts, tente de se reprendre, mobilise toutes ses énergies pour dépasser la crise.

- Pourquoi l’Église n’en fait-elle pas autant ? Pourquoi ne mobilise-t-elle pas toutes ses forces vives pour un radical aggiornamento ? Pourquoi ?

- Paresse, lâcheté, orgueil, manque d’imagination, de créativité, quiétisme coupable, dans l’espoir que le Seigneur s’arrangera et que l’Église en a connu bien d’autres dans le passé ?...

- Le Christ, dans l’évangile, nous met en garde : « Les fils des ténèbres sont beaucoup plus habiles dans la gestion de leurs affaires que les fils de lumière… »

ALORS, QUE FAIRE ?... L’Église d’aujourd’hui a un besoin impérieux et urgent d’une TRIPLE REFORME :

Une réforme théologique et catéchétique pour repenser la foi et la reformuler de façon cohérente pour nos contemporains. Une foi qui ne signifie plus rien, qui ne donne pas un sens à l’existence, n’est plus qu’un pur ornement, une superstructure inutile qui tombe d’elle-même. C’est le cas aujourd’hui.

Une réforme pastorale pour repenser de fond en comble les structures héritées du passé. (Voir ci-après mes suggestions dans ce domaine.)

Une réforme spirituelle pour revivifier la mystique et repenser les sacrements en vue de leur donner une dimension existentielle, de les articuler à la vie. J’aurais beaucoup à dire là-dessus.

L’Église d’aujourd’hui est trop formelle, trop formaliste. On a l’impression que l’institution étouffe le charisme et que ce qui compte finalement c’est une stabilité tout extérieure, une respectabilité de surface, une certaine façade. Ne risquons-nous pas de nous voir un jour traiter par Jésus de « sépulcres blanchis… » ?

Pour terminer, je suggère la convocation, au niveau de l’Église universelle, d’un synode général auquel participeraient tous les chrétiens – catholiques et autres – pour examiner en toute franchise et clarté les points signalés plus haut et tous ceux qui seraient proposés. Un tel synode, qui durerait trois ans, serait couronné par une assemblée générale – évitons le terme de « concile » - qui rassemblerait les résultats de cette enquête et en tirerait les conclusions.

Je termine, très Saint-Père, en vous demandant de pardonner ma franchise et mon audace et en sollicitant votre paternelle bénédiction. Permettez-moi aussi de vous dire que je vis ces jours-ci en votre compagnie, grâce à votre livre remarquable, Jésus de Nazareth, qui fait l’objet de ma lecture spirituelle et de ma méditation quotidienne.

Sincèrement vôtre dans le Seigneur,



P. Henri Boulad, s.j.
henriboulad@yahoo.com
Collège de la Sainte-Famille
B.P. 73 – Faggala – Le Caire – Egypte
Tel. (00202) 25900411 – 25900892 – Privé : 25883838

Graz, le 18 juillet 2007

http://www.culture-et-foi.com/critique/henri_boulad.htm
tiré du site Culture et Foi
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Ven 02 Oct 2009, 19:06

Cher Père Henri,

Vous pêchez depuis la nuit entière. Moi aussi. Et vous constatez comme moi qu'on n'a encore rien pris. votre lettre consiste à analyser l'état des filets et le bois de la barque.


Puis-je vous faire une suggestion : rentrons vers le port et rencontrons-y Jésus. S'il nous dit de jeter notre filet, vieux et rapiécé, que vous avez, à droite de la barque, faisons-le.

Et vous verrez : il se remplira au point que la barque manquera de verser !

En CLAIR :

Il est bien de rafistoler les filet. C'est ce qu'a voulu faire avec raison Vatican II; Mais c'est l'Esprit Saint seul qui fera refleurir l'Eglise, quand il voudra.

Il faut donc prier plus. Rien ne sert de tomber dans l'activisme. Si l4espruit Saint vient sur l'Eglise catholique, tout refleurira.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Ven 02 Oct 2009, 19:06

Il faut surtout être plus dynamique, plus réactif, plus sûr de soi et délivrer La Vérité sans faiblir, vis-à-vis de la foi et de la morale, comme le font les évangéliques.

En Europe, si tu veux évangéliser à grande échelle, il faut rentrer chez les gens, chez eux. Cela est facile, il faut un ktotv puissance 1000 qui rivalise avec F2 ou un M6, dynamique, généraliste, chrétien et pas chiant, avec infos, des films, des dessins animés etc... mais tous chrétiens bien entendus.

Il faut aussi y délivrer le message chrétien et le message biblique sous tous les aspects. Les églises évangéliques marchent très fort, car ils sont sûrs d'eux et savent que la vérité est dans le Christianisme, que la vérité est dans la Bible. Ce n'est plus le cas des autres Chrétiens en Europe, qui hésitent comme s'ils avaient peur des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Ven 02 Oct 2009, 19:12

Arnaud Dumouch a écrit:
Il faut donc prier plus. Rien ne sert de tomber dans l'activisme. Si l'espruit Saint vient sur l'Eglise catholique, tout refleurira.
C'est ce qu'ont fait les Orthodoxes ! Vous savez combien il reste d'Orthodoxe en Turquie et en Syrie ? Sur ces terres anciennement 100% chrétiennes ? L'Esprit Saint viendra sur les évangéliques et pas sur l'Église Catholique ! Et ainsi s'accomplira ce verset mahométan {30,2} Rome a été vaincue !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Ven 02 Oct 2009, 19:22

nilamitp a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Il faut donc prier plus. Rien ne sert de tomber dans l'activisme. Si l'espruit Saint vient sur l'Eglise catholique, tout refleurira.
C'est ce qu'ont fait les Orthodoxes ! Vous savez combien il reste d'Orthodoxe en Turquie et en Syrie ? Sur ces terres anciennement 100% chrétiennes ? L'Esprit Saint viendra sur les évangéliques et pas sur l'Église Catholique ! Et ainsi s'accomplira ce verset mahométan {30,2} Rome a été vaincue !
cher Nilamipt, lors des échecs "apparents" de Jésus, il y a eu plusieurs analyses :

Judas:
Citation :
"Il aurait fallu moderniser, vendre le parfum et le donner aux pauvres !"

Pierre :
Citation :
"Tu ne monteras pas vers Jérusalem et cela ne t'arrivera pas."



Or le Royaume des cieux ne se laisse pas voir extérieurement.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Ven 02 Oct 2009, 19:34

Il faut faire comme Paul : évangéliser les païens et arrêter d'essayer de justifier la nullité des chrétiens avec des interprétations symboliques.
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Ven 02 Oct 2009, 20:08

Paul avait l'Esprit avec lui . Pas toujours ; il l'a reconnu lui-même .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Ven 02 Oct 2009, 20:47

Il faudrait s'emparer d'une partie des médias télévisuels qui déversent leur haine et leurs mensonges en permanence sur les chrétiens ; pour pouvoir toucher un large public déchristianisé et à la merci des vices de l'athéisme et du mahométisme.
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Sam 03 Oct 2009, 20:17

Citation :
Cher Père Henri,
Vous pêchez depuis la nuit entière. Moi aussi. Et vous constatez comme moi qu'on n'a encore rien pris. votre lettre consiste à analyser l'état des filets et le bois de la barque.
Puis-je vous faire une suggestion : rentrons vers le port et rencontrons-y Jésus. S'il nous dit de jeter notre filet, vieux et rapiécé, que vous avez, à droite de la barque, faisons-le.
Et vous verrez : il se remplira au point que la barque manquera de verser !
En CLAIR :
Il est bien de rafistoler les filet. C'est ce qu'a voulu faire avec raison Vatican II; Mais c'est l'Esprit Saint seul qui fera refleurir l'Eglise, quand il voudra.
Il faut donc prier plus. Rien ne sert de tomber dans l'activisme. Si l4espruit Saint vient sur l'Eglise catholique, tout refleurira.

Tiens c'est curieux , vous vous prenez pour le pape ! :pape: Shocked

mais la question qu' on peut vous poser Arnaud Ier ( si je ne m'abuse?) c'est :

Pourquoi l'Esprit Saint serait-il empéché d'agir dans son Eglise ?
Pourquoi laisserait-il mourir son Eglise dans le déssèchement et l'aridité ?
Pourquoi l'Eglise catholique s'est-elle révélée incapable de faire l'acquisition
du Saint Esprit , but de toute vie chrétienne , selon Seraphim de Sarov ?
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Sam 03 Oct 2009, 21:34

Oculus a écrit:
Très Saint Père,

J’ose m’adresser directement à vous, car mon cœur saigne de voir l’abîme dans lequel notre Église est en train de sombrer. Vous voudrez bien excuser ma franchise toute filiale, dictée à la fois par « la liberté des enfants de Dieu » à laquelle nous invite saint Paul, et par mon amour passionné pour l’Église. Vous voudrez bien aussi excuser le ton alarmiste de cette lettre, car je crois qu’ « il est moins cinq » et que la situation ne saurait attendre davantage.

Permettez-moi tout d’abord de me présenter. Jésuite égypto-libanais de rite melkite, j’aurai bientôt mes 76 ans. Je suis depuis trois ans recteur du Collège des jésuites au Caire, après avoir assumé les charges suivantes : supérieur des jésuites à Alexandrie, supérieur régional des jésuites d’Egypte, professeur de théologie au Caire, directeur de Caritas-Egypte et vice-président de Caritas Internationalis pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Je connais très bien la hiérarchie catholique d’Egypte pour avoir participé pendant plusieurs années à ses réunions, en tant que Président des Supérieurs religieux d’Instituts en Egypte. J’ai des relations très personnelles avec chacun d’eux, dont certains sont mes anciens élèves. Par ailleurs, je connais personnellement le Pape Chenouda III, que j’avais l’habitude de voir assez régulièrement.

Quant à la hiérarchie catholique d’Europe, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois personnellement tel ou tel de ses membres, dont le Cardinal Koenig, le Cardinal Schönborn, le Cardinal Martini, le Cardinal Daneels, l’Archevêque Kothgasser, les évêques diocésains Kapellari et Küng, les autres évêques autrichiens, ainsi que des évêques d’autres pays européens. Ces rencontres ont lieu lors de mes tournées annuelles de conférences en Europe : Autriche, Allemagne, Suisse, Hongrie, France, Belgique… Dans ces tournées, je m’adresse à des auditoires très divers, ainsi qu’aux médias (journaux, radios, télévisions…). J’en fais autant en Egypte et au Proche-Orient.

J’ai visité une cinquantaine de pays dans les quatre continents et publié une trentaine d’ouvrages dans une quinzaine de langues, notamment en français, arabe, hongrois et allemand. Parmi mes treize livres dans cette langue, vous avez peut-être lu Gottessöhne, Gottestöchter, que vous a passé votre ami, le P. Erich Fink de Bavière.

Je ne dis pas tout cela pour me vanter, mais pour vous dire simplement que mes propos sont fondés sur une connaissance réelle de l’Église universelle et de sa situation aujourd’hui, en 2007.

J’en viens à l’objet de cette lettre, où j’essaierai d’être le plus bref, le plus clair et le plus objectif possible. Tout d’abord, un certain nombre de constats (la liste est loin d’être exhaustive) :

La pratique religieuse est en déclin contant. Les églises d’Europe et du Canada ne sont plus fréquentées que par un nombre de plus en plus réduit de personnes du 3ème âge, qui disparaîtront bientôt. Il n’y aura plus alors qu’à fermer ces églises, ou à les transformer en musées, en mosquées, en clubs ou en bibliothèques municipales – comme cela se fait déjà. Ce qui me surprend, c’est que beaucoup d’entre elles sont en train d’être entièrement rénovées et modernisées à grand frais dans l’intention d’attirer les fidèles. Mais ce n’est pas cela qui freinera l’exode.

Les séminaires et noviciats se vident au même rythme, et les vocations sont en chute libre. L’avenir est plutôt sombre et l’on se demande qui prendra la relève. De plus en plus de paroisses européennes sont actuellement assumées par des prêtres d’Asie ou d’Afrique.

Beaucoup de prêtres quittent le sacerdoce et le petit nombre de ceux qui l’exercent encore – dont l’âge est souvent au-dessus de celui de la retraite - doivent assurer le service de plusieurs paroisses, de façon expéditive et administrative. Beaucoup parmi ceux-ci, tant en Europe que dans le tiers-monde, vivent en concubinage au vu et su de leurs fidèles, qui souvent les approuvent, et de leur évêque, qui n’en peut mais… vu la pénurie de prêtres.

Le langage de l’Église est désuet, anachronique, ennuyeux, répétitif, moralisant, totalement inadapté à notre époque. Il ne s’agit pas du tout d’aller dans le sens du poil et de faire de la démagogie, car le message de l’Evangile doit être présenté dans toute sa crudité et son exigence. Ce qu’il faudrait plutôt, c’est de procéder à cette « nouvelle évangélisation » à laquelle nous conviait Jean-Paul II. Mais celle-ci, contrairement à ce que beaucoup pensent, ne consiste pas du tout à répéter l’ancienne, qui ne mord plus, mais à innover, inventer un nouveau langage qui redise la foi de façon pertinente et signifiante pour l’homme d’aujourd’hui.

Cela ne pourra se faire que par un renouveau en profondeur de la théologie et de la catéchèse, qui devraient être repensées et reformulées de fond en comble. Un prêtre et religieux allemand rencontré récemment me disait que le mot « mystique » n’était pas mentionné une seule fois dans Le nouveau catéchisme. J’en étais estomaqué. Il faut bien constater que notre foi est très cérébrale, abstraite, dogmatique et parle très peu au cœur et au corps.

Comme conséquence, un grand nombre de chrétiens se tournent vers les religions d’Asie, les sectes, le New-Age, les églises évangéliques, l’occultisme, etc. Comment s’en étonner ? Ils vont chercher ailleurs la nourriture qu’ils ne trouvent pas chez nous, car ils ont l’impression que nous leur donnons des pierres en guise de pain. La foi chrétienne qui, autrefois, conférait un sens à la vie des gens, est pour eux aujourd’hui une énigme, la survivance d’un passé révolu.

Sur le plan moral et éthique, les injonctions du Magistère, répétées à satiété, sur le mariage, la contraception, l’avortement, l’euthanasie, l’homosexualité, le mariage des prêtres, les divorcés remariés, etc. ne touchent plus personne et n’engendrent que lassitude et indifférence. Tous ces problèmes moraux et pastoraux méritent plus que des déclarations péremptoires. Ils ont besoin d’une approche pastorale, sociologique, psychologique, humaine… dans une ligne plus évangélique.

L’Église catholique, qui a été la grande éducatrice de l’Europe pendant des siècles, semble oublier que cette Europe a accédé à la maturité. Notre Europe adulte refuse d’être traitée en mineure. Le style paternaliste d’une Église Mater et Magistra est définitivement périmé et ne colle plus aujourd’hui. Nos chrétiens ont appris à penser par eux-mêmes et ne sont pas prêts à avaler n’importe quoi.

Les nations les plus catholiques d’autrefois – la France, « fille aînée de l’Église », ou le Canada français ultra-catholique – ont opéré un retournement à 180° pour verser dans l’athéisme, l’anticléricalisme, l’agnosticisme, l’indifférence. Pour un certain nombre d’autres nations européennes, le processus est en cours. On constate que plus un peuple a été couvé et materné par l’Église dans le passé, plus la réaction contre elle est forte.

Le dialogue avec les autres Églises et les autres religions marque aujourd’hui un recul inquiétant. Les avancées remarquables réalisées depuis un demi-siècle semblent en ce moment compromises.

Face à ce constat plutôt accablant, la réaction de l’Église est double :

- Elle tend à minimiser la gravité de la situation et à se consoler en constatant un certain renouveau dans son aile la plus traditionnelle, ainsi que dans les pays du tiers-monde.

- Elle invoque la confiance dans le Seigneur, qui l’a soutenue pendant vingt siècles et sera bien capable de l’aider à dépasser cette nouvelle crise, comme il l’a fait pour les précédentes. N’a-t-elle pas les promesses de la vie éternelle ?...

À cela je réponds :

- Ce n’est pas en s’arc-boutant sur le passé, en en recueillant les fragments, que l’on résoudra les problèmes d’aujourd’hui et de demain.

- L’apparente vitalité des Églises du tiers-monde est trompeuse. Selon toute vraisemblance, ces nouvelles Églises passeront tôt ou tard par les mêmes crises qu’a connues la vieille chrétienté européenne.

- La Modernité est incontournable et c’est pour l’avoir oublié que l’Église est dans une telle crise aujourd’hui. Vatican II, a essayé de rattraper quatre siècles de retard, mais on a l’impression que l’Église est en train de refermer lentement les portes qui se sont ouvertes alors, et tentée de se tourner vers Trente et Vatican I, plutôt que vers Vatican III. Rappelons-nous l’injonction plusieurs fois répétée de Jean-Paul II : « Pas d’alternative à Vatican II ».

- Jusqu’à quand continuerons-nous à jouer à la politique de l’autruche et à enfouir notre tête dans le sable ? Jusqu’à quand refuserons-nous de regarder les choses en face ? Jusqu’à quand essaierons-nous de sauver à tout prix la façade – une façade qui ne fait illusion à personne aujourd’hui ? Jusqu’à quand continuerons-nous à nous braquer, à nous crisper contre toute critique, au lieu d’y voir une chance vers un renouveau ? Jusqu’à quand continuerons-nous à remettre aux calendes grecques une réforme qui s’impose impérativement et qu’on n’a que trop longtemps remise ?

- C’est en regardant résolument vers l’avant et non vers l’arrière, que l’Église accomplira sa mission d’être lumière du monde, sel de la terre, levain dans la pâte. Or, ce que nous constatons malheureusement aujourd’hui, c’est que l’Église est à la traîne de notre époque, après avoir été la pionnière du monde pendant des siècles.

- Je répète ce que je disais au début de cette lettre : « IL EST MOINS CINQ ! » - fünf vor zwölf ! L’Histoire n’attend pas, surtout à notre époque, où le rythme s’emballe et s’accélère.

- Toute entreprise commerciale qui constate un déficit ou des dysfonctionnements se remet immédiatement en question, réunit des experts, tente de se reprendre, mobilise toutes ses énergies pour dépasser la crise.

- Pourquoi l’Église n’en fait-elle pas autant ? Pourquoi ne mobilise-t-elle pas toutes ses forces vives pour un radical aggiornamento ? Pourquoi ?

- Paresse, lâcheté, orgueil, manque d’imagination, de créativité, quiétisme coupable, dans l’espoir que le Seigneur s’arrangera et que l’Église en a connu bien d’autres dans le passé ?...

- Le Christ, dans l’évangile, nous met en garde : « Les fils des ténèbres sont beaucoup plus habiles dans la gestion de leurs affaires que les fils de lumière… »

ALORS, QUE FAIRE ?... L’Église d’aujourd’hui a un besoin impérieux et urgent d’une TRIPLE REFORME :

Une réforme théologique et catéchétique pour repenser la foi et la reformuler de façon cohérente pour nos contemporains. Une foi qui ne signifie plus rien, qui ne donne pas un sens à l’existence, n’est plus qu’un pur ornement, une superstructure inutile qui tombe d’elle-même. C’est le cas aujourd’hui.

Une réforme pastorale pour repenser de fond en comble les structures héritées du passé. (Voir ci-après mes suggestions dans ce domaine.)

Une réforme spirituelle pour revivifier la mystique et repenser les sacrements en vue de leur donner une dimension existentielle, de les articuler à la vie. J’aurais beaucoup à dire là-dessus.

L’Église d’aujourd’hui est trop formelle, trop formaliste. On a l’impression que l’institution étouffe le charisme et que ce qui compte finalement c’est une stabilité tout extérieure, une respectabilité de surface, une certaine façade. Ne risquons-nous pas de nous voir un jour traiter par Jésus de « sépulcres blanchis… » ?

Pour terminer, je suggère la convocation, au niveau de l’Église universelle, d’un synode général auquel participeraient tous les chrétiens – catholiques et autres – pour examiner en toute franchise et clarté les points signalés plus haut et tous ceux qui seraient proposés. Un tel synode, qui durerait trois ans, serait couronné par une assemblée générale – évitons le terme de « concile » - qui rassemblerait les résultats de cette enquête et en tirerait les conclusions.

Je termine, très Saint-Père, en vous demandant de pardonner ma franchise et mon audace et en sollicitant votre paternelle bénédiction. Permettez-moi aussi de vous dire que je vis ces jours-ci en votre compagnie, grâce à votre livre remarquable, Jésus de Nazareth, qui fait l’objet de ma lecture spirituelle et de ma méditation quotidienne.

Sincèrement vôtre dans le Seigneur,



P. Henri Boulad, s.j.
henriboulad@yahoo.com
Collège de la Sainte-Famille
B.P. 73 – Faggala – Le Caire – Egypte
Tel. (00202) 25900411 – 25900892 – Privé : 25883838

Graz, le 18 juillet 2007

http://www.culture-et-foi.com/critique/henri_boulad.htm
tiré du site Culture et Foi

Il n'y a aucune proposition dans cette lettre.Tout est dit vaguement .Qu'est ce que vous voulez qu'on changer ?

- L'eucharistie ? Il me semble que l'Eglise se structure sur la théologie de l'eucharistie
- Est ce que change l'etat civil des clercs changerait vraiment quelque chose ?
- voulez vous que l'Église ne condamne pas l'avortement ,l'euthanasie ,l'homosexualité .Est ce que vous ne voulez pas que l'Église défendait la famille qui n'a plus de défenseur à notre époque ?

Je ne vois vraiment pas ce qu'ils font changer dans notre sainte Eglise ?

Nos contemporains veulent le christ sans aucune autre exigence , ils veulent le christ sans aucun dogme ,ils veulent un christ purement social , ils ne veulent aucun dogme ils ne veulent pas l'enfer , le purgatoire ,... ils ne veulent pas et ne comprennent pas la virginité de Marie , ils ne comprennent pas qu'on puisse sacraliser un bout de pain ,ils ne veulent pas de chef.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Sam 03 Oct 2009, 22:54

Oculus a écrit:


Pourquoi l'Esprit Saint serait-il empéché d'agir dans son Eglise ?
Pourquoi laisserait-il mourir son Eglise dans le déssèchement et l'aridité ?

Réponse : la kénose (acquisition de l'humilité parfaite) de l'Eglise.

Voici ce qu'en dit le CEC 675 :
Citation :
675 Avant l’avènement du Christ, l’Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants (cf. Lc 18, 8 ; Mt 24, 12). La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre (cf. Lc 21, 12 ; Jn 15, 19-20) dévoilera le " mystère d’iniquité " sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité. L’imposture religieuse suprême est celle de l’Anti-Christ, c’est-à-dire celle d’un pseudo-messianisme où l’homme se glorifie lui-même à la place de Dieu et de son Messie venu dans la chair (cf. 2 Th 2, 4-12 ; 1 Th 5, 2-3 ; 2 Jn 7 ; 1 Jn 2, 18. 22).
677 L’Église n’entrera dans la gloire du Royaume qu’à travers cette ultime Pâque où elle suivra son Seigneur dans sa mort et sa Résurrection (cf. Ap 19, 1-9). Le Royaume ne s’accomplira donc pas par un triomphe historique de l’Église (cf. Ap 13, 8 ) selon un progrès ascendant mais par une victoire de Dieu sur le déchaînement ultime du mal (cf. Ap 20, 7-10) qui fera descendre du Ciel son Épouse (cf. Ap 21, 2-4 ). Le triomphe de Dieu sur la révolte du mal prendra la forme du Jugement dernier (cf. Ap 20, 12 ) après l’ultime ébranlement cosmique de ce monde qui passe (cf. 2 P 3, 12-13 ).


Citation :

Pourquoi l'Eglise catholique s'est-elle révélée incapable de faire l'acquisition
du Saint Esprit , but de toute vie chrétienne , selon Seraphim de Sarov ?

Regardez avec les yeux de Marie à la croix et vous verrez que jamais l'Esprit Saint n'a été plus présent dans l'Eglise. Ca ne se mesure pas de l'extérieur.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 01:09

Arnaud Dumouch a écrit:
Oculus a écrit:


Pourquoi l'Esprit Saint serait-il empéché d'agir dans son Eglise ?
Pourquoi laisserait-il mourir son Eglise dans le déssèchement et l'aridité ?

Réponse : la kénose (acquisition de l'humilité parfaite) de l'Eglise.

Voici ce qu'en dit le CEC 675 :
Citation :
675 Avant l’avènement du Christ, l’Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants (cf. Lc 18, 8 ; Mt 24, 12). La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre (cf. Lc 21, 12 ; Jn 15, 19-20) dévoilera le " mystère d’iniquité " sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité. L’imposture religieuse suprême est celle de l’Anti-Christ, c’est-à-dire celle d’un pseudo-messianisme où l’homme se glorifie lui-même à la place de Dieu et de son Messie venu dans la chair (cf. 2 Th 2, 4-12 ; 1 Th 5, 2-3 ; 2 Jn 7 ; 1 Jn 2, 18. 22).
677 L’Église n’entrera dans la gloire du Royaume qu’à travers cette ultime Pâque où elle suivra son Seigneur dans sa mort et sa Résurrection (cf. Ap 19, 1-9). Le Royaume ne s’accomplira donc pas par un triomphe historique de l’Église (cf. Ap 13, 8 ) selon un progrès ascendant mais par une victoire de Dieu sur le déchaînement ultime du mal (cf. Ap 20, 7-10) qui fera descendre du Ciel son Épouse (cf. Ap 21, 2-4 ). Le triomphe de Dieu sur la révolte du mal prendra la forme du Jugement dernier (cf. Ap 20, 12 ) après l’ultime ébranlement cosmique de ce monde qui passe (cf. 2 P 3, 12-13 ).


Citation :

Pourquoi l'Eglise catholique s'est-elle révélée incapable de faire l'acquisition
du Saint Esprit , but de toute vie chrétienne , selon Seraphim de Sarov ?

Regardez avec les yeux de Marie à la croix et vous verrez que jamais l'Esprit Saint n'a été plus présent dans l'Eglise. Ca ne se mesure pas de l'extérieur.

A.D , Je ne pense pas que votre argument peut être donné ,encore une fois j'ai l'impression que ton argument ressemble à du fatalisme .on ne peut pas répondre à quelqu'un qui a des idées pour que l'Évangile touche plus de monde qu'il faut absolument une Kenose à l'Église . il faut refuser ce fatalisme sans pour autant laisser l'hérésie rentre dans l'Église . Tout au long de l'histoire L'église a tjrs eu besoin de reformes positif et à chaque fois lorsque ces reformes ont été accompli ils ont emporté une bouffé d'air frais à l'Église ,la rendant plus proche du christ.La question que pour moi il faut s'opposer c'est de savoir si l'Église a besoin d'un Vatican III comme le demande ce prêtre ? Personnellement Non mais il est probable que je sois un conservateur dans l'âme et que donc j'ai tort c'est prq il faut discuter sur ces proposition éventuelles.Est-ce que l'Église a vraiment besoin d'une nouvelle théologie comme le proposait ce prêtre ? et si Oui le quel ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 07:11

Cher Fredsisam,

Il n'y aurait fatalisme que si, prostré dans mon coin, je me tordais les mains en me désespérant.

Les prophéties doivent être prises comme Marie prenait le Christ annonçant sa passion.

C'est pourquoi, je partage à 100% votre message : Il faut vérifier les filets et regarder si la barque n'a pas une fuite.
Mais, avant tout, il faut faire CONFIANCE A JESUS.

Citation :
l'Église a vraiment besoin d'une nouvelle théologie comme le proposait ce prêtre ? et si Oui le quel ?

L'Eglise doit garder l'entièreté de son dogme. Mais les théologiens doivent tenter d'en montrer l'unité et l'harmonie totale, de tirer les conséquences MAGNIFIQUES de ces dogmes en langages DIVERS. Par exemple en contes, mais aussi en traités théologiques très intellectuels ...

C'est ce que je tente dans ma théologie (qui vous plait si peu Mr.Red ) Comme quoi, on n'est pas sorti d'affaire !

:beret:

_________________
Arnaud


Dernière édition par Arnaud Dumouch le Dim 04 Oct 2009, 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 10:14

fredsinam a écrit:
...La question que pour moi il faut se poser c'est de savoir si l'Église a besoin d'un Vatican III comme le demande ce prêtre ? ...

Si Vatican III devait survenir , je souhaiterais qu'il s'occupe en priorité de la présence ou non des extra-terrestres sur la terre .
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 13:46

Dans la lettre du Père Boulad , il y a au fond trois constats sur lesquels on peut , ou non ,
être d'accord :

1) un déclin apparemment irréversible de la pratique religieuse catholique européenne et nord-américaine ne rencontrant qu'une résignation apathique masquée par le maintien
d'une façade de ressources encore impressionnantes et d'un espoir de restauration de fragments perdus de la Tradition ecclesiale qui redonneraient une cohérence et une attractivité plus qu' hypothétique et enfin un recentrement ultramontain sur une obéissance inconditionnelle à Rome sensée résoudre tous les problèmes .

2) Une présentation du contenu de la Foi incompréhensible pour la plupart de nos contemporains et une crispation sur des positions sociétales censées être identitaires
pour le catholicisme et qu'on cherche toujours comment imposer à défaut de pouvoir
convaincre de leur praticabilité et pertinence .

3) Une façon de faire les choses formaliste , qui ne vise qu' à préserver le fonctionnement
canonique traditionnel c'est à dire l'obéissance hiérarchique et la domination exclusive
du modèle pyramidal Romain et le refus de toute possibilité d'introduire de l'imprévu et de l'autonomie dans les assemblées épiscopales , c'est à dire de prendre au sérieux leur collégialité .

à mon avis c'est le 3) qui est la clé de la réforme catholique .
tant qu'on ne réformera pas le code de droit canon de 1983 dans un sens introduisant plus de souplesse et d'autonomie au niveau épiscopal , on ne pourra pas changer quoi que ce soit à 1) et 2) . C'est le verrouillage canonique du pouvoir romain qui bloque l'esprit du concile Vatican II. L'Ironie étant que Jean-Paul II a dit en même temps que vatican II était incontournable et a promu le code qui le contourne parfaitement !

Ainsi à la demande de Synode Universel du Père Boulad , le Pape Benoit XVI a répondu par la convocation de Synodes régionaux , celui de l'Afrique actuellement à Rome,
celui des Eglises Orientales pour 2010 . Or l'équilibre des pouvoirs au sein de ces synodes
permet à Rome d'orienter, selectionner les débats et promulguer des décisions préétablies
à Rome même. l

De même le pouvoir absolument central de nomination des évêques permet à Rome de nommer des personnalités qui sont sélectionnées d'abord pour la sécurité de leur lien avec le pouvoir Romain et secondairement par l'harmonie avec laquelle elles pourraient gouverner leur diocèse. l'affaire de recife en est une brillante illustration .

De même la nomination de personnalités conservatrices à tous les échelons du pouvoir romain rend le pape sourd et aveugle à tout ce qui n'est pas dans la ligne !!
ne percevant plus les désaccords ni les dissonances , son action est privée des perceptions plus critiques , telles que celles du Père Boulad qui en sont réduites à s'exprimer par lettre Ouverte comme celle-ci...

On ne retouvera pas l'esprit de Vatican II si le fonctionnement canonique de l'Eglise empêche toute démocratie authentique dans les assemblées épiscopales,
car , et c'est miraculeux , Vatican II fût authentiquement démocratique !!
et l'Esprit Saint n'est pas , par nature , antidémocratique , bien au contraire ...
redonner de l'autonomie et de la souplesse , des possibilités d'adaptation et de décision
à l'échelon épiscopal est la clé de toute évolution de l'Eglise catholique , faute de quoi,
comme Jean-Paul II , elle mourra ... de maladie de Parkinson !!
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 15:24

Citation :
[quote="Oculus"]
3) Une façon de faire les choses formaliste , qui ne vise qu' à préserver le fonctionnement
canonique traditionnel c'est à dire l'obéissance hiérarchique et la domination exclusive
du modèle pyramidal Romain et le refus de toute possibilité d'introduire de l'imprévu et de l'autonomie dans les assemblées épiscopales , c'est à dire de prendre au sérieux leur collégialité .

Formaliste ou spontané jusqu'à l'absolu comme dans les années 70, cela ne marche pas. Ce qui compte, c'est que les paroisses recommencent à AIMER DIEU, à l'adorer dans son saint Sacrement, à mettre des chapetel, des saluts du Saint sacrement, de la prière, des homélie parlant de Dieuet nourrissant l'âme.

Citation :
à mon avis c'est le 3) qui est la clé de la réforme catholique .
tant qu'on ne réformera pas le code de droit canon de 1983 dans un sens introduisant plus de souplesse et d'autonomie au niveau épiscopal ,

Cher Oculus, l'autonomie est immense. Tout a été tenté par les évêques pendant 40 ans après Vatican II: résultat : ils ont désacralisé les églises, triés leurs prêtres sur leur charisme syndicaliste, rejeté ceux qui priaient le chapelet etc.


et rien ne marche SAUF LES PAROISSES OU LES SEMINAIRES FIDELES A LA FOI, à la PRIERE, à MARIE, et à ROME (les trois blancheurs ?)

Mon avis : il faut des saints, des prêtres mariaux, des prêtres qui ne s'inquiètent pas du résultat mondain mais du résultat éternel.

Quant à l'apostasie actuelle de l'Europe, elle a davantage sanctifié l'Eglise que 1000 ans de pouvoir et de gloire terrestre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 15:41

Oculus a écrit:
Dans la lettre du Père Boulad , il y a au fond trois constats sur lesquels on peut , ou non ,
être d'accord :

1) un déclin apparemment irréversible de la pratique religieuse catholique européenne et nord-américaine ne rencontrant qu'une résignation apathique masquée par le maintien
d'une façade de ressources encore impressionnantes et d'un espoir de restauration de fragments perdus de la Tradition ecclesiale qui redonneraient une cohérence et une attractivité plus qu' hypothétique et enfin un recentrement ultramontain sur une obéissance inconditionnelle à Rome sensée résoudre tous les problèmes .

2) Une présentation du contenu de la Foi incompréhensible pour la plupart de nos contemporains et une crispation sur des positions sociétales censées être identitaires
pour le catholicisme et qu'on cherche toujours comment imposer à défaut de pouvoir
convaincre de leur praticabilité et pertinence .

3) Une façon de faire les choses formaliste , qui ne vise qu' à préserver le fonctionnement
canonique traditionnel c'est à dire l'obéissance hiérarchique et la domination exclusive
du modèle pyramidal Romain et le refus de toute possibilité d'introduire de l'imprévu et de l'autonomie dans les assemblées épiscopales , c'est à dire de prendre au sérieux leur collégialité .

à mon avis c'est le 3) qui est la clé de la réforme catholique .
tant qu'on ne réformera pas le code de droit canon de 1983 dans un sens introduisant plus de souplesse et d'autonomie au niveau épiscopal , on ne pourra pas changer quoi que ce soit à 1) et 2) . C'est le verrouillage canonique du pouvoir romain qui bloque l'esprit du concile Vatican II. L'Ironie étant que Jean-Paul II a dit en même temps que vatican II était incontournable et a promu le code qui le contourne parfaitement !

Ainsi à la demande de Synode Universel du Père Boulad , le Pape Benoit XVI a répondu par la convocation de Synodes régionaux , celui de l'Afrique actuellement à Rome,
celui des Eglises Orientales pour 2010 . Or l'équilibre des pouvoirs au sein de ces synodes
permet à Rome d'orienter, selectionner les débats et promulguer des décisions préétablies
à Rome même. l

De même le pouvoir absolument central de nomination des évêques permet à Rome de nommer des personnalités qui sont sélectionnées d'abord pour la sécurité de leur lien avec le pouvoir Romain et secondairement par l'harmonie avec laquelle elles pourraient gouverner leur diocèse. l'affaire de recife en est une brillante illustration .

De même la nomination de personnalités conservatrices à tous les échelons du pouvoir romain rend le pape sourd et aveugle à tout ce qui n'est pas dans la ligne !!
ne percevant plus les désaccords ni les dissonances , son action est privée des perceptions plus critiques , telles que celles du Père Boulad qui en sont réduites à s'exprimer par lettre Ouverte comme celle-ci...

On ne retouvera pas l'esprit de Vatican II si le fonctionnement canonique de l'Eglise empêche toute démocratie authentique dans les assemblées épiscopales,
car , et c'est miraculeux , Vatican II fût authentiquement démocratique !!
et l'Esprit Saint n'est pas , par nature , antidémocratique , bien au contraire ...
redonner de l'autonomie et de la souplesse , des possibilités d'adaptation et de décision
à l'échelon épiscopal est la clé de toute évolution de l'Eglise catholique , faute de quoi,
comme Jean-Paul II , elle mourra ... de maladie de Parkinson !!

Ce que le point 3 demande c’est une Eglise à multiple vitesse, une Eglise à multiple théologie, une Eglise en perpétuelle confrontation avec elle-même, des confrontation qui induiront des multiples schismes, et une relativité ou refus du magistère. Un homme a une seule tête il ne peut exister avec plusieurs tête si non il deviendrait un monstre et il mourrait. En fait ce que ce prêtre propose à l’Eglise c’est le modèle protestant plus de souplesse, plus de collégialité, et suppression lente de la primauté de l’évêque de Rome. Si on agit ainsi on aura le même résultat que les protestants à savoir une multiplicité de théologie, d’Eglises et l’unité sera virtuelle. Faute d’avoir une unite d’Amour dans le christ à cause de notre faiblesse d’homme, l’Eglise institutionnel, est oblige d’assurer autrement l’unite et cette unité c’est la centralisation des décisions. Ce que nos contemporains veulent ce n’est pas de la souplesse mais plus de liberté , plus de sécularisation et nous le savons tous .Ils veulent une Eglise à l’image de notre société où le sexe et la recherche du plaisir sont Roi ,où le refus d’engagement e et du sacrifice sont compris où le refus d’autorité est tolère ;où l’égalité des sexe à l’outrance ,est quasi une religion où l’euthanasie , l’avortement ,et l’homosexualité sont pratiqué , encourage et financé par l’Eglise .L’Eglise en s’opposant constamment à tous cela ,elle parait comme contre nature, de temps plus que tous le pouvoir publique ,législative et médiatique sont aussi engagé de deux pieds dans cette nouvelle modernité de notre Époque .Autrefois l’Eglise avait un pouvoir politique et pouvait imposer sa pensée mais maintenant ,elle ne le peut pas , je ne le regrette pas mais on peut en tirer un constant : la difficulté de vivre selon l’Evangile éclate à nos yeux on découvre à quel point le message de jésus est exigeant et que surtout il exige sacrifice et bcq d’amour . Combien de chrétiens croirons d’ici 20 ans que jésus a vraiment dit les parole de ce dimanche 4 octobre (Mc 10, 2-16 ).En effet cette tendance s’accentuera encore plus dans les années à venir alors la question de Jésus trouvera tout son sens « Mais quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il encore la foi sur terre ? ».Et si l’Eglise s’évertue à courir derrières les fidèles, à contenter le monde, elle contribuera surement à chasser la foi sur la terre.

Citation :
Je leur ai donné votre parole, et le monde les a haïs, parce qu'ils ne sont pas du monde, comme moi-même je ne suis pas du monde. 15Je ne vous demande pas de les ôter du monde, mais de les garder du mal. 16Ils ne sont pas du monde, comme moi-même je ne suis pas du monde. 17Sanctifiez-les dans la vérité. 18Comme vous m'avez envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 17:47

Je partage votre avis cher frédéric !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 17:48

Dans le fuseau "le catholicisme",le 5 septembre,je vous avais présenté Richard Borgman,ancien pasteur pentecôtiste américain,converti au catholicisme en 1999,et sa vision de l'Eglise.Il ne parle jamais de réforme,mais il parle surtout de conversion !

Voici maintenant sa perception de la situation du catholicisme,donc de l'Eglise,face au monde actuel.


"Le plus grand défi pour l'Eglise catholique aujourd'hui,ce n'est pas l'Islam,ni le modernisme,ni le matérialisme,ni même l'indifférence,c'est l'Eglise évangélique américaine.

"Il ne s'agit pas d'avoir peur,mais on doit en prendre conscience.Dans quelques années,il n'y aura pas 500 millions,mais 1 milliard et plus d'évangéliques dans le monde entier !

"Quand j'évangélise sur les plages du Brésil et que je touche 11 personnes,9 parmi elles sont évangéliques baptisées catholiques.
"Quand à 2 h du matin,dans une grande ville,je fais de l'évangélisation,je trouve à côté de moi un pasteur évangélique debout sur une petite estrade,en train de prêcher.Nous sommes face à un immense défi.



"Aux Etats-Unis,il y a 68 millions de catholiques,parmi lesquels 38% seulement croient à la présence réelle de Jésus dans l'eucharistie.
"Il y a environ 38 millions de protestants.Mais il y a 100 millions d'évangéliques ! C'est énorme.Moi,ça m'empêche de dormir.

"Il ne suffit pas de proclamer le message,il faut que cela suive derrière.L'annonce doit être suivie d'une formation de vie.Même si nous pouvons apprendre d'eux l'importance de l'annonce du message,ce feu de l'annonce,il faut ensuite toute la sagesse de l'Eglise pour conduire les gens à maturité.

"Je crois réellement que tout ce qui n'attire pas finalement au centre de l'Eglise n'est pas de Dieu.Le coeur ne peut pas être soigné sans Marie,l'Eglise et ses sacrements.
"Attirer des personnes souvent blessées et leur dire de lire la Bible ne suffit pas.On a besoin de l'Eglise.

"Si nous n'annonçons pas Jésus,les pierres crieront:"Jésus est la solution." Dieu se sert de tous ceux qui veulent l'annoncer.Et il faut l'annoncer.Et c'est bien le problème de la plupart des catholiques.On n'annonce pas notre richesse.Et puisqu'on ne l'annonce pas,on ne l'apprécie plus.

"La solution,c'est l'évangélisation.L'Eglise doit évangéliser.C'est plus qu'urgent,sinon,je vous le certifie le monde va devenir évangélique;ça devrait être une obsession pour chacun d'entre nous.Moi,c'est toute ma vie.Jour et nuit,je ne pense qu'à ça.



"Il faut sortir de nos paroisses.Si j'étais le pape-heureusement pour l'eglise,je ne le serai jamais!-,j'obligerais tous les cardinaux romains à sortir une fois par semaine en rouge cardinalice et à aller faire du porte-à-porte dans la ville.Et à dire dans l'entrebâillement:"Excusez-moi,Madame,je passe pour vous dire que Dieu vous aime,que l'Eglise vous aime,et que je vous aime.Revenez à l'Eglise".Je ferais ça pour toutes les personnes qui ont une responsabilité ecclésiale.Les gens n'attendent que votre visite.

"Quand on va chez les gens avec humilité et miséricorde,ils nous accueillent.Le problème,c'est qu'il n'y a que les Mormons et les Témoins de Jéhovah qui visitent ainsi nos voisins et arpentent nos rues.
"Il faut faire du porte-à-porte,amener physiquement Jésus chez les gens.J'en fais depuis trente-quatre ans,et personne ne m'a jamais claqué la porte au nez.Les gens sont là...Ils attendent.Il faut y aller".

( extrait de l'interview réalisée par "Famille chrétienne" en 2006.)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 17:55

Cher géraud, je n'arrive pas à avoir peur des évangéliques à cause de cela :

Citation :
Marc 9, 38 Jean lui dit : "Maître, nous avons vu quelqu'un expulser des démons en ton nom, quelqu'un qui ne nous suit pas, et nous voulions l'empêcher, parce qu'il ne nous suivait pas."
Marc 9, 39 Mais Jésus dit : "Ne l'en empêchez pas, car il n'est personne qui puisse faire un miracle en invoquant mon nom et sitôt après parler mal de moi.
Marc 9, 40 Qui n'est pas contre nous est pour nous.


Pour moi, si l'Esprit saint veut leur croissance en ce moment, c'est qu'il a ses raisons. Et si l'Esprit saint le veut, ils deviendront catholiques.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Bénédicte



Féminin Messages : 615
Inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 18:06

j'ai rencontré le Père Henri Boulad il y a plus de 20 ans, je ne pensais pas que que serais un jour tellement d'accord avec lui...
C'est quelqu'un de formidable et je remercie ce forum de m'avoir donné l'occasion de repenser à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle



Féminin Messages : 4217
Inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 18:14

Citation :
le point de vue du Père Henri Boulad sj

Ça ne me dit pas grand chose... Il me semble que le Père Boulad demande que l'église se modernise, mais cela a effectivement déjà été fait... On en connaît le résultat, une église un peu superficielle (qui a perdu le sens du sacré)... Quoi qu'il y a certainement eu des aspects positifs à ce modernisme (une église moins controlante et plus humble)... Mais c'est un peu étrange de vouloir régler les problèmes dû au modernisme de l'église par un autre modernisme de l'église (s'enfoncer d'avantage de le modernisme). Ou j'ai peut-être mal compris sa pensé...

Je me souviens avoir participé à une réunion ou il y avait plusieurs prêtres et plusieurs laïques. Le but de cette réunion était d'amener des idées pour améliorer l'église (dont une en particulier). Tous se sont mit d'accord pour créer des activités qui amèneraient les jeunes adolescents dans l'église. Ils disaient, les jeunes ont besoin d'activités qui font bouger leurs corps (les jeunes sont très physiques, il faut donc que ça bouge, ça tombait sous le sens...). Bof... Et moi je leurs ai suggérée, au contraire, de faire des soirée de prières pour les jeunes et des soirées d'adoration du saint sacrement pour les jeunes (faire bouger leurs esprits)... Les jeunes bougent déjà en dehors de l'église, il n'ont pas besoin de l'église pour bouger... Ils ont rejeter rapidement ma proposition disant qu'elle n'était pas adapter à des jeunes. Mais pourtant j'étais jeune parmi les jeunes à cette époque (mon adolescence n'était pas bien loin derrière moi). La plus part de ces jeunes ne sont plus dans l'église aujourd'hui. Ils y ont passé un bon moment (bougé) et ils ont passé à autre chose... En fait l'église n'offrait pas une nourriture substantielle (que des activités superficielles, modernisme) à ces jeunes qui avaient pourtant faim de Dieu.

Mais je ne sais pas... Je suis peut-être hors sujet encore...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 18:37

Tourterelle a écrit:

Mais je ne sais pas... Je suis peut-être hors sujet encore...

Vous êtes au coeur du sujet.

C'est l'ABSOLU que l'Eglise doit proposer.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 18:50

Arnaud Dumouch a écrit:
Je partage votre avis cher frédéric !

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 18:52

Bénédicte a écrit:
j'ai rencontré le Père Henri Boulad il y a plus de 20 ans, je ne pensais pas que que serais un jour tellement d'accord avec lui...
C'est quelqu'un de formidable et je remercie ce forum de m'avoir donné l'occasion de repenser à lui.

SVP développez votre raisonnement
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 19:11

Je me posais une question,je pense que c'est le lieu de la formuler : je ne m'y connais pas beaucoup en histoire des saints, je voulais savoir : les expériences de nuit de la foi chez les saints sont-elles en nombre à peu près constant, ou bien sont-elles de plus en plus nombreuses ?

On en a deux exemples "récents" en les personnes de Thérèse de Lisieux et, plus proche de mère Teresa. Je connais aussi le cas plus lointain de Jean de la Croix.

Ne sont-ce pas là, au-delà d'une épreuve imposée aux individus eux-mêmes, des signes de Dieu, pour que les chrétiens ne désespèrent pas dans les moments où l'Esprit décide de moins souffler, une manière de dire "il va y avoir de la sécheresse, mais c'est pour votre bien".
Et si le nombre de ces cas va croissant (là st ma question) alors peut-être est-ce pour annoncer l'imminence de l'épreuve.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 19:29

Saint-Bernard au XII ème s. a connu la nuit de l'esprit et n'avait comme seule consolation que de voir ses frères prier à l'office divin...mais les témoignages sont rares,tous les mystiques ne confiant pas leurs états d'âme...Pour moi,je pense que la nuit mystique est une constante de la vie spirituelle.On en trouve même dans la Bible:Job,par exemple,et nombre de psaumes ( ex.:Ps.87 )
Par conséquent,elle n'est pas un signe des temps...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 19:41

Cher géraud, oui ! La nuit de l'esprit est signe de tous les temps. Elle est signe de Dieu qui façonne notre âme, en ce purgatoire qu'est cette terre, par son silence, selon ce texte :

Citation :
Apocalypse 8, 1 Et lorsque l'Agneau ouvrit le septième sceau, il se fit un silence dans le ciel, environ une demi-heure...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 20:07

Philippe Fabry a écrit:
Je me posais une question,je pense que c'est le lieu de la formuler : je ne m'y connais pas beaucoup en histoire des saints, je voulais savoir : les expériences de nuit de la foi chez les saints sont-elles en nombre à peu près constant, ou bien sont-elles de plus en plus nombreuses ?

On en a deux exemples "récents" en les personnes de Thérèse de Lisieux et, plus proche de mère Teresa. Je connais aussi le cas plus lointain de Jean de la Croix.

Ne sont-ce pas là, au-delà d'une épreuve imposée aux individus eux-mêmes, des signes de Dieu, pour que les chrétiens ne désespèrent pas dans les moments où l'Esprit décide de moins souffler, une manière de dire "il va y avoir de la sécheresse, mais c'est pour votre bien".
Et si le nombre de ces cas va croissant (là st ma question) alors peut-être est-ce pour annoncer l'imminence de l'épreuve.

tout saint et tout chrétien doit normalement connaitre ici bas ou dans le purgatoire les nuit de foi.La nuit d'esprit fait de nous des mystique , et c'est notre vocation à tous.On ne peut pas être mystique sans avoir connu la nuit d'esprit .La premiere chrétienne çàd la vierge Marie en a connu avant nous ,sa souffrance n'a pas été sanglante et pourtant elle a éte si intense la bible dit qu'une glaive a transpercé son cœur c'est la nuit de foi encore dit la nuit d'esprit .C'est ce qu'Église célèbre le samedi saint . le samedi nous restons à cote de Marie qui demeura la seule lumiere encore debout et pourtant aussi dans l'obscurité . Chez tous les saint ,mais vraiment tous tu y trouvera une expérience de nuit d'esprit .Mais certain la décrivait très bien et d'autre pas.Chez certain les étapes sont bien distinct mais la plupart des gens oscillent entre les différentes étapes ,même mère teresa sortait de temps en temps de sa nuit même si c'était rare . Si t'observe aussi ta vie t'observera des étapes qui te conduiront plus tard dans la nuit d'esprit ce sont les fameuse demeure du château de St therese d'Avila qu'Arnaud décrit super bien dans une de ses vidéos
Revenir en haut Aller en bas
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Dim 04 Oct 2009, 21:21

J'ai suivi avec attention et bienveillance les diverses interventions de ce fil . Je ne peux qu'apporter ma modeste contribution de "positiviste naturel " .
Pour la première fois , ce jour , j'ai assisté à une célébration sans prêtre .
D'habitude , j'assiste le samedi soir à la messe de mon frère , de 15 ans mon aîné , à 25km
de chez moi , dans une communauté religieuse féminine de maintenant 3 personnes de plus de 80 ans , dont il est l'aumônier , lui-même octogénaire . Lorsque je ne peux le faire , j'assiste à la messe dominicale la plus précoce ( 8h30 ) , la plus proche de mon domicile .
Ce 4 octobre , aucun prêtre n'était disponible . Une célébration sans prêtre a eu lieu , avec les chants habituels . Le rituel était préservé mais - comment dirais-je ? - il y manquait une âme .
Je me demande si la prochaine fois , je ne ferai pas ma petite révolution tranquille en prenant les choses en main moi-même .
Mais j'en parlerai d'abord au doyen , bien sûr .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 10:33

Citation :
"Le plus grand défi pour l'Eglise catholique aujourd'hui,ce n'est pas l'Islam,ni le modernisme,ni le matérialisme,ni même l'indifférence,c'est l'Eglise évangélique américaine.
En quoi les évangéliques ont-ils une doctrine contraire au Christianisme ? (contrairement aux autres cités, sauf à devenir totalement fanatiques leur croyance qui relève de la double prédestination ne dérange personne, elle fatigue, c'est tout)

Citation :
"Quand à 2 h du matin,dans une grande ville,je fais de l'évangélisation,je trouve à côté de moi un pasteur évangélique debout sur une petite estrade,en train de prêcher.Nous sommes face à un immense défi.
Ce n'est a priori que de la saine concurrence.

Citation :
"Il y a environ 38 millions de protestants.Mais il y a 100 millions d'évangéliques ! C'est énorme.Moi,ça m'empêche de dormir.
Pourquoi les évangéliques ne sont pas protestants ?
Les évangéliques peuvent apparaître parfois comme hostiles aux autres Chrétiens en particulier le Catholicisme Romain, mais ils prêchent normalement le cœur de la foi et de la morale Chrétienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 10:53

Arnaud Dumouch a écrit:
Pour moi, si l'Esprit saint veut leur croissance en ce moment, c'est qu'il a ses raisons.
...raisons qu'il est facile de comprendre : ils prêchent simplement et avec conviction le cœur de la foi et de la morale chrétienne. Une personne bien intentionnée ne peut être que saisie par La Vérité que contient le message. (à quelques détails près qu'elle ne maîtrise pas forcément).

Citation :
Et si l'Esprit saint le veut, ils deviendront catholiques.
Ils ne deviendront jamais Catholiques romains si c'est à cela que vous pensez. Mais l'essentiel est le message chrétien.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 11:50

nilamitp a écrit:


Citation :
Et si l'Esprit saint le veut, ils deviendront catholiques.
Ils ne deviendront jamais Catholiques romains si c'est à cela que vous pensez. Mais l'essentiel est le message chrétien.

Romains, non. Ils ne le deviendront pas probablement.

Mais CATHOLIQUES, ils le deviendront à l'heure de leur mort sur les deux point essentiels qu'ils rejettent et qu'il faudra bien qu'ils acceptent :

1° La foi ne suffit pas. C'est ne alliance de CHARITE RECIPROQUE AVEC DIEU qui sauve. Il l'apprendront en voyant la gloire du Christ.

2° Les saints, les amis de Dieu, coopèrent avec lui, en cette vie et après la mort. Ils ne sont pas des épouse à la Ben Laden, soumises et voilées. Ils sont de vraies reines, actives et que les gens de la terre peuvent prier, comme on prie l'ami de l'époux (Le seul Jésus Christ).

Si face, au Christ, ils refusaient ces deux merveilles de son Evangile, il ne seraient pas sauvés.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 11:51

[quote="Arnaud Dumouch"]
Citation :

Quant à l'apostasie actuelle de l'Europe, elle a davantage sanctifié l'Eglise que 1000 ans de pouvoir et de gloire terrestre.


la sanctification par l'APOSTASIE...
Si encore il ne s'agissait que de l'apostasie des fidèles, des nations chrétiennes; mais nous sommes incapables d'affirmer que cette apostasie ne vient pas en partie de l'Eglise: par qui tout a t-il commençé: l'oeuf ou la poule?
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 11:55

nilamitp a écrit:
Citation :
"Le plus grand défi pour l'Eglise catholique aujourd'hui,ce n'est pas l'Islam,ni le modernisme,ni le matérialisme,ni même l'indifférence,c'est l'Eglise évangélique américaine.
En quoi les évangéliques ont-ils une doctrine contraire au Christianisme ? (contrairement aux autres cités, sauf à devenir totalement fanatiques leur croyance qui relève de la double prédestination ne dérange personne, elle fatigue, c'est tout)

Personnellement, ce que je crains, c'est une dérive américaniste des évangéliques.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 12:42

Citation :
Personnellement, ce que je crains, c'est une dérive américaniste des évangéliques.
Par rapport à -1- une certaine vision géopolitique du monde / ou -2- à une certaine vision du social et de l'économie / ou -3- dans leur lecture littérale et très normative des Écritures ?

Or ces trois points ne peuvent être qu'assez modérés en France :
-1- depuis de Gaulle, la France veut être autonome (au point d'avoir sorti un pied de l'OTAN à une époque).
-2- la France a un modèle très différent des USA, et depuis « la crise », les pendules sont un peu remises à l’heure.
-3- vouloir opposer une lecture simpliste et littérale sur l'espace publique qui s’opposerait frontalement à la science, et en France, la réponse serait cinglante !

Par contre, si leur nombre croît, il faut que les Catholiques et les Orthodoxes s'attendent à des déclarations caricaturales d'une bêtise affligeante.
Revenir en haut Aller en bas
Géraud



Masculin Messages : 1730
Inscription : 27/07/2009

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 12:50

Les évangéliques rejettent tous les sacrements et combattent l'Eglise là où elle est déjà implantée.
Ils profittent de l'influence américaine pour s'immiscer partout dans le monde.
Richard Borgman,qui sait de quoi il parle,veut nous en faire prendre conscience,c'est tout.
En France il atteigne surtout des populations immigrés originaires d'Afrique,de Madagascar ou des Antilles.Il faut croire que cela correspond mieux à leur sensibilité !
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 13:07

nilamitp a écrit:
Citation :
Personnellement, ce que je crains, c'est une dérive américaniste des évangéliques.
Par rapport à -1- une certaine vision géopolitique du monde / ou -2- à une certaine vision du social et de l'économie / ou -3- dans leur lecture littérale et très normative des Écritures ?

Or ces trois points ne peuvent être qu'assez modérés en France :
-1- depuis de Gaulle, la France veut être autonome (au point d'avoir sorti un pied de l'OTAN à une époque).
-2- la France a un modèle très différent des USA, et depuis « la crise », les pendules sont un peu remises à l’heure.
-3- vouloir opposer une lecture simpliste et littérale sur l'espace publique qui s’opposerait frontalement à la science, et en France, la réponse serait cinglante !

Par contre, si leur nombre croît, il faut que les Catholiques et les Orthodoxes s'attendent à des déclarations caricaturales d'une bêtise affligeante.

Je parle surtout des évangéliques américains, dans un premier temps, et peut-être des autres, à plus long terme et par diffusion.
Je crains un progressif amalgame entre un certain messianisme des évangéliques et la Destinée manifeste américaine, au moins pour une frange importante. Disons donc votre 1/ mais dans une perspective spirituelle. Et j'ai peur que dans cette approche ils ne finissent par "matérialiser" un peu trop la foi, au point d'en arriver à une opposition radicale envers l'Eglise catholique. On a déjà vu des pasteurs réclamer la mise à mort de Chavez, par exemple, à la télé. Je crains que ce genre de méli-mélo ne soient de plus en plus fréquents.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 13:10

Citation :
Géraud a écrit:
Les évangéliques rejettent tous les sacrements et combattent l'Eglise là où elle est déjà implantée.
Ils profittent de l'influence américaine pour s'immiscer partout dans le monde.
Richard Borgman,qui sait de quoi il parle,veut nous en faire prendre conscience,c'est tout.
En France il atteigne surtout des populations immigrés originaires d'Afrique,de Madagascar ou des Antilles.Il faut croire que cela correspond mieux à leur sensibilité !


Oui, les musulmans notamment, mais les africains en général, n'ont que faire du relativisme de certains catholiques; la lecture "primaire" des évangéliques convient mieux aux personnes éprises d'absolu?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 13:15

...sauf le baptême.

Mais lorsqu'ils baptisent un baptisé, ils blasphèment, invoquent Satan et insultent le Christ.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 13:19

[quote="Karl"]
Arnaud Dumouch a écrit:

Citation :

Quant à l'apostasie actuelle de l'Europe, elle a davantage sanctifié l'Eglise que 1000 ans de pouvoir et de gloire terrestre.


la sanctification par l'APOSTASIE...
Si encore il ne s'agissait que de l'apostasie des fidèles, des nations chrétiennes; mais nous sommes incapables d'affirmer que cette apostasie ne vient pas en partie de l'Eglise: par qui tout a t-il commençé: l'oeuf ou la poule?

Sur terre et à vu d'HOMME. C'est un désastre.

Mais ce qui importe avant tout, c'est le résultat final SELON LA VUE DE DIEU.

Qu'importe EN FIN DES FINS si les trois quart de l'Europe apostasie et se vautre, comme l'enfant prodigue, dans le péché ET SES ANGOISSES, si au terme, à la 11° heure, ils reviennent repentant au Christ, ayant bu jusqu'à la lie les conséquences douloureuses de leur actes ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 13:21

nilamitp a écrit:
...sauf le baptême.

Mais lorsqu'ils baptisent un baptisé, ils blasphèment, invoquent Satan et insultent le Christ.

Là, vous venez de blasphémer sur vos frères, faisant le même péché que vous leur reprochez.

Il n'INVOQUENT pas Satan. Ils engagent le fidèle, comme dans l'ancien rituel, à REJETER SATAN ET SES OEUVRES.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 13:23

[quote="Arnaud Dumouch"]

Citation :
Mais ce qui importe avant tout, c'est le résultat final SELON LA VUE DE DIEU.

Qu'importe EN FIN DES FINS si les trois quart de l'Europe apostasie et se vautre, comme l'enfant prodigue, dans le péché ET SES ANGOISSES, si au terme, à la 11° heure, ils reviennent repentant au Christ, ayant bu jusqu'à la lie les conséquences douloureuses de leur actes ?


Mais si, qd ils voudront revenir, il n'y a plus que des mosquées... Parce qu'entre temps l'affaire du voisin fait du chiffre?
Tu vas me dire que ça vaut encore mieux que rester athée matérialiste?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 13:30

Cher Karl, vous ne m'avez pas bien compris. Je parlais A VUE DE DIEU. Je visais la victoire finale totale, certaine, que le Christ aura à l'heure de sa Venue (heure de la mort et fin du monde).

En attendant, l'apocalypse prévient :
Citation :
"Malheur aux habitant de la terre."
sous -entendu : Si votre regard n'est qu'humain, vous allez angoisser, vous révolter, puis un jour fuir ce que vous ne comprenez pas.

A la croix, il n'y avait que des femmes, un un ami (Jean, qui ne croyait plus non plus). Or l'Eglise doit suivre le Christ sur ce chemin.

Cependant, rassurez vous : au plan humain, il y aura sans doute avant un ou plusieurs renouveaux VISIBLES. Si, en effet, Dieu ne préparait pas ainsi son Eglise, tout homme mourrait (au plan spirituel, j'entends).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 13:56

Philippe Fabry a écrit:
On a déjà vu des pasteurs réclamer la mise à mort de Chavez, par exemple, à la télé. Je crains que ce genre de méli-mélo ne soient de plus en plus fréquents.
1 pasteur.
http://www.msnbc.msn.com/id/9047102/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 13:58

Arnaud Dumouch a écrit:
Là, vous venez de blasphémer sur vos frères
de critiquer une parodie (réitération) de baptême

Citation :
Il n'INVOQUENT pas Satan. Ils engagent le fidèle, comme dans l'ancien rituel, à REJETER SATAN ET SES OEUVRES.
sacrement
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 14:21

nilamitp a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
On a déjà vu des pasteurs réclamer la mise à mort de Chavez, par exemple, à la télé. Je crains que ce genre de méli-mélo ne soient de plus en plus fréquents.
1 pasteur.
http://www.msnbc.msn.com/id/9047102/

Oui, un désolé. Je ne veux pas généraliser, et je ne dis pas que mes craintes sont actuelles, je redoute une évolution.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 14:49

Citation :
[quote="Arnaud Dumouch"]Cher Karl, vous ne m'avez pas bien compris. Je parlais A VUE DE DIEU. Je visais la victoire finale totale, certaine, que le Christ aura à l'heure de sa Venue (heure de la mort et fin du monde).

Je comprends ça; je voulais simplement exprimer que tout ds notre monde occidental, pousse le christianisme vers le tombeau, et que la nécessaire Kénose promise à l'Eglise, apparait aussi comme un alibi pour baisser les bras, et que les bras m'en tombent lorsque je vous lis vous réjouir pour l'Eglise de cette sanctification où les âmes, elles, laissent des plumes.
En d'autres termes, je ne nie pas la Kénose et sa nécessité selon le plan de Dieu; sue l'Eglise en sorte plus humble, plus humaine (elle a encore du chemin!), soit! Je ne comprends simplement pas le lien que tu opères entre ce résultat, et un hypothétique "plus grand bien" pour les âmes, conduites à apostasier.


Citation :
En attendant, l'apocalypse prévient :
Citation :
"Malheur aux habitant de la terre."
sous -entendu : Si votre regard n'est qu'humain, vous allez angoisser, vous révolter, puis un jour fuir ce que vous ne comprenez pas.

Je ne fuis pas! je m'interroge; et j'enquiquine Arnaud jour après jour à ce sujet "que je ne comprends pas"
Mr.Red


Citation :
Cependant, rassurez vous : au plan humain, il y aura sans doute avant un ou plusieurs renouveaux VISIBLES. L'Eglise va tomber plusieurs fois en portant sa croix, avant de se relever? Si, en effet, Dieu ne préparait pas ainsi son Eglise, tout homme mourrait (au plan spirituel, j'entends).

vraiment je n'entends pas ce que tu veux signifier là...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 16:24

Cher Karl, regardez-moi : Ai je l'air de baisser les bras ? bien au contraire, je crois en la puissance du message évangélique complet, celui de l'Eglise catholique. Et sa puissance est telle qu'il pourrait bien ramener à lui la totalité des chrétiens avant la fin de ce monde.

Je n'ai aucune angoisse face à l'apostasie. Je sais que Dieu peut, s'il le veut, faire des braves gens qui n'aiment pas la foi et l'Eglise des enfants de la grâce, QUAND IL LE VEUT.

Mais, auparavant, il faut que la papauté fasse de l'humilité son FONDEMENT, comme aux temps apostoliques après la trahison de Pierre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj   Lun 05 Oct 2009, 17:02

APRES LA TRAHISON DE PIERRE? Où la vois-tu dans le parcours de l'Eglise, dont tu fais non sans pertinence l'image du calvaire du Christ? Dans Vatican II? ds les progressistes?
Revenir en haut Aller en bas
 
Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Eglise : faut-il réformer ? le point de vue du Père Henri Boulad sj
» Que dire des Lefebvristes ? (Point de vue du Père Henri Madelin s.j.)
» Que faut-il considérer pour faire la volonté du Père sur la terre ?
» Jusqu'à quel point faut-il insister face à l'obstination?
» Baiser de JP II sur le Coran : Blocage insurmontable avec l'Eglise Catholique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: