DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Que veulent les femmes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fée Violine



Féminin Messages : 1359
Inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Que veulent les femmes ?   Ven 02 Oct 2009, 13:06

Extraits du livre
Le désir féminin. Ce que femme veut,
de Danièle Starenkyj, éditions Orion, 1995

[pour l'auteure, une adventiste québécoise végétarienne, le désir féminin c'est d'être aimée]


- Que dois-je faire pour être aimée ?
- Ce n’est pas dans le monde des hommes qu’une femme apprend à être femme. Pour être aimée, il ne s’agit pas tellement de connaître les hommes que de se connaître et de s’accepter en tant que femme.

Le besoin d’être aimée, de le sentir et d’en avoir la certitude, est l’essence même de la féminité.

Pendant combien de temps une femme à qui un homme n’accorde pas le statut d’épouse légitime peut-elle se sentir aimée ? Sans engagement, sans garantie, sans sûreté, comment peut-elle se croire aimée quand un des actes les plus puissants de l’amour est d’offrir la sécurité à l’être que l’on dit aimer ?

Pour une femme, en termes très concrets et très simples, être aimée c’est être protégée.
Pour cacher son incapacité de s’abandonner, elle développe une attitude maternelle qui l’amène à infantiliser les hommes et donc à les déviriliser.

Dès qu’il y a renversement des rôles entre un homme et une femme, il y a aussi manipulation émotionnelle. Bientôt la femme se voit piégée dans une relation dont elle se sent, elle, responsable, alors que l’homme se pense en droit d’en profiter puisque ce n’est pas lui qui l’a voulue. La femme devient beaucoup trop accommodante, elle tait ses besoins véritables et accepte souvent sans dire mot les pires humiliations, alors que lui poussera toujours plus loin son mépris, ses abus et sa colère par des bouderies, des menaces, du chantage et des tentatives d’abandon.

Être viril, c’est être capable d’aimer.
Être féminine, c’est être capable d’être aimée.

Si la femme a tant besoin d’être aimée, c’est parce qu’elle doit, elle aussi, aimer. Si elle a tant besoin de recevoir, c’est parce qu’elle a tant à donner. Or comment aimer quand on n’est pas aimée ? Que donner quand on n’a pas reçu ? Concevoir un enfant, porter un enfant, mettre au monde un enfant, nourrir un enfant, protéger un enfant, éduquer un enfant, est une mission périlleuse, un privilège proprement féminin, mais que la femme ne peut poursuivre sans défaillance que si elle est abondamment aimée.
[si la femme n’est pas aimée par l’homme, elle essaie d’être aimée par ses enfants, ce qui est destructeur pour eux, d’où colère, dépression, n’accèdent pas à l’indépendance affective]

Aimer, c’est avoir besoin des autres.
La première priorité de l’amour, c’est ‘l’autre’.
Aimer, c’est donner et recevoir. Ce n’est jamais prendre.

Les priorités d’une femme aimée :
1 : son mari qui l’aime,
2 : ses enfants qu’elle aime,
3 : sa maison qui est le nid de son amour,
4 : son travail, parce que quand une coupe est pleine, elle déborde toujours.

Les femmes que les hommes aiment le plus au monde sont rarement les plus belles, mais celles qui savent les rendre meilleurs.

Nier le besoin de l’autre, c’est refuser son devoir, mais ne pas faire connaître à l’autre son besoin, c’est l’empêcher de faire son devoir.

Le surmenage précipite les femmes dans la dépression tandis que l’irresponsabilité emprisonne les hommes dans la folie.

Une femme doit être honnête et franche et demander ce qu’elle veut. Demander, ce n’est pas soupirer, espérer, suggérer, insinuer, sous-entendre, conseiller ou proposer. Demander, c’est faire connaître à quelqu’un ce qu’on désire obtenir de lui. Demander, ce n’est pas réclamer, ordonner, imposer ou exiger. Demander, c’est exprimer une envie ou un souhait, de manière à en provoquer la réalisation.

Pour un enfant, être loin de sa mère, c’est toujours être seul.

Au nom du désir féminin, au nom du besoin des femmes d’être aimées, au nom du droit des enfants d’être aimés, il faut que les hommes aiment les femmes, et pas en s’occupant de leurs enfants, mais en s’occupant d’elles !

Il n’y a pas de possibilité d’une structuration normale et saine du psychisme de l’enfant sans un minimum de discipline, de réalisme et d’espérance enseignés par la mère et vécus par le père.

[l’absence d’autorité est un mauvais traitement aussi grave que le manque de soins parentaux et l’inceste. Elle prédispose l’enfant à la toxicomanie. Autorité = sécurité]

L’éducation par comparaison est aussi une forme d’abus très cruelle.

Une femme sans maison, c’est une reine sans domaine.
Une femme aimée a besoin de sa maison et sa maison a besoin d’elle.

…un être humain digne de ce nom, c’est-à-dire capable d’attachement.

Un comportement sexuel qui refuse de se lier à un partenaire est tout simplement autistique.

En rayant la spécificité du comportement féminin pour le confondre avec le comportement masculin, on provoque la disparition progressive de la possibilité d’un comportement différent des minorités et sa justification.

Une femme aimée est une femme libre.

Pendant des millénaires, les lois sexuelles judéo-chrétiennes ont sauvegardé l’amour. En imposant à la sexualité les limites précises et strictes du mariage monogamique, elles ont empêché que celle-ci ne tombe dans l’insignifiance. (…) En liant d’une façon indissoluble la sexualité à l’amour, elles ont contrecarré le désir masculin de fuir les responsabilités et elles ont véritablement, honnêtement, sincèrement protégé l’intimité psychique de la femme.

Un homme n’est jamais plus humain que quand il est amoureux. Il s’efforce de présenter à la femme qu’il aime l’idéal accompli de lui-même. Il s’ennoblit et c’est ainsi qu’il trouve le chemin de son cœur.

Par amour pour lui, elle n’avait pas abandonné son poste auprès de lui, alors qu’à sa manière à elle, elle le contraignait à ne pas abandonner le sien. (…) avec beaucoup de patience et de tact, petit à petit, les choses avaient fini par s’arranger. (…) elle avait su conserver à son mari inconséquent une place et un rôle dans sa vie.
(…) la préservation d’une famille envers et contre tout, par une femme animée du désir féminin, ne mérite-t-elle pas notre encouragement, notre admiration, notre hommage ?

L’auto-érotisme, c’est d’abord la négation de l’autre. (…) L’amour, c’est l’affirmation de soi et de l’autre.

Le besoin d’être protégée, chaque fois qu’il n’est pas comblé, se transforme chez la femme en un besoin de plus en plus exagéré de sécurité qui progressivement se manifeste par l’obsession de vouloir à tout prix tout contrôler, tout mener, tout régenter, tout dominer.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80855
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Que veulent les femmes ?   Ven 02 Oct 2009, 14:26

Excellent !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Que veulent les femmes ?   Sam 03 Oct 2009, 17:34

Oui,très juste!

Je relève cette phrase incontournable:"Les femmes que les hommes aiment le plus au monde sont rarement les plus belles, mais celles qui savent les rendre meilleurs."

Inversement,les hommes que les femmes aiment le plus au monde sont rarement les plus beaux et riches mais ceux qui ont fidélité de coeur,attention quotidienne,engagement véridique,chaleur humaine
Revenir en haut Aller en bas
 
Que veulent les femmes ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que veulent les femmes ?
» Ces femmes qui ne veulent pas d'enfant
» Un couple offre d’adopter les bébés de femmes qui veulent se faire avorter : Alléluia !
» Pourquoi plus les femmes ?
» Questions aux hommes qui veulent que leurs femmes portent le voile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: