DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Méthode en Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 11:16

Philippe Fabry a écrit:
"époque charnière... oui, certes, mais tout est charnière".


Celle-là est bonne!... Mr. Green

C'est vrai que la Nouvelle Histoire, l'Ecole des Annales, le matérialisme historique, tout ça a imposé la relativisation extrême de la notion de période historique; ce fut salutaire en un sens et dans un premier temps, puis, ça amène à perdre ses repères: les enseignants ainsi formés ne forment-ils pas à leur tour des étudiants déboussolés à force de s'interroger sur ce dont ils parlent, ce sur quoi ils travaillent...? Y-a-t-il encore seulement possibilité de formuler un sujet d'étude en histoire, -l'Histoire étant par définition dans le temps et celui-ci n'étant pas cisaillable à merci...?

Personnellement j'ai souffert d'avoir à endurer cette déstabilisation (largement d'essence marxiste) où on se perd en théories, en conjectures, au lieu de s'informer et d'informer.
Parce que,
-qd on vs a appris que l'Histoire englobe toutes les autres sciences, et que dix vies humaines ne suffiraient pas à ce compte à examiner succinctement les quelques 10 années de régence de Philippe d'Orléans,
-qu'il est impossible de dissocier valablement une période donnée de l'Histoire pour l'étudier, sans entreprendre l'étude des périodes suivante et précédente,
-qu'il est à tout prendre malhonnête de prétendre l'étudier puisqu'on ne dispose jamais de toutes les données originelles...
et sauf à être acteur principal de cette Histoire (...Dieu...?),
Ne convient-il pas de jeter l'éponge? Ce serait alors un bon moyen de perdre la mémoire.

J'ignore si les études universitaires sont revenues à plus d'humilité dans leurs ambitions -si je puis dire... Qu'en pensez-vous, cher Philippe?


Dernière édition par Karl le Jeu 10 Sep 2009, 11:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 11:16

Ce n'est évidemment plus le sujet du fil... Pardonnez-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 13:30

Karl a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
"époque charnière... oui, certes, mais tout est charnière".


Celle-là est bonne!... Mr. Green

C'est vrai que la Nouvelle Histoire, l'Ecole des Annales, le matérialisme historique, tout ça a imposé la relativisation extrême de la notion de période historique; ce fut salutaire en un sens et dans un premier temps, puis, ça amène à perdre ses repères: les enseignants ainsi formés ne forment-ils pas à leur tour des étudiants déboussolés à force de s'interroger sur ce dont ils parlent, ce sur quoi ils travaillent...? Y-a-t-il encore seulement possibilité de formuler un sujet d'étude en histoire, -l'Histoire étant par définition dans le temps et celui-ci n'étant pas cisaillable à merci...?

Personnellement j'ai souffert d'avoir à endurer cette déstabilisation (largement d'essence marxiste) où on se perd en théories, en conjectures, au lieu de s'informer et d'informer.
Parce que,
-qd on vs a appris que l'Histoire englobe toutes les autres sciences, et que dix vies humaines ne suffiraient pas à ce compte à examiner succinctement les quelques 10 années de régence de Philippe d'Orléans,
-qu'il est impossible de dissocier valablement une période donnée de l'Histoire pour l'étudier, sans entreprendre l'étude des périodes suivante et précédente,
-qu'il est à tout prendre malhonnête de prétendre l'étudier puisqu'on ne dispose jamais de toutes les données originelles...
et sauf à être acteur principal de cette Histoire (...Dieu...?),
Ne convient-il pas de jeter l'éponge? Ce serait alors un bon moyen de perdre la mémoire.

J'ignore si les études universitaires sont revenues à plus d'humilité dans leurs ambitions -si je puis dire... Qu'en pensez-vous, cher Philippe?

Le fait est que découper l'histoire en périodes est utile à plus d'un titre :
- à titre pédagogique : cela permet de donner des repères facilement mémorisables et de favoriser la culture générale du plus grand nombre
- à titre scientifique : le découpage en période a l'intérêt de tout schéma. C'est à l'histoire ce que la carte avec 4 niveaux d'altitude est à la géographie : on visualise rapidement l'essentiel, quitte à ne pas rendre compte de l'exacte vérité.

Et le découpage en périodes permet de synthétiser l'information. Par exemple, l'auteur que j'étudie est classé comme jurisconsulte de la renaissance, car ayant vécu entre 1487 et 1557. Les historiens ont fixé par convention la Renaissance en 1492, car c'est le contexte des guerres d'Italie, de la fin de la Reconquista et de la découverte du Nouveau Monde. Cette conjonction rapprochée d'évènements importants permet de dessiner une ligne de fracture, en sachant qu'elle reste aussi fictive que le pôle nord. Mon auteur ayant exercé passé 1492, il est auteur de la Renaissance. Lorsque je dis cela, tout le monde pense François Ier, Charles Quint, construction de l'Etaat, etc... Et de manière diffuse, on saisit le contexte. C'est à cela que sert le fait de découper en périodes. Ce n'est pas exact, mais c'est utile.

Mais pour l'historien qui a le nez dans une période, bien sûr qu'il voit que les choses ne sont pas aussi simples. Mettons que l'on fasse un découpage de période à l'année A. En regardant bien vous verrez que tout ce qui se passe l'année A n'est que le résultat d'une évolution commencée en A-10 années. Alors vous vous dites : peut-être la date devrait-elle être fixée à A-10. Sauf que ce qui est en A-10 est proche de ce qu'il y avait en A-20. Alors pourquoi ne pas fixer la date en A - 20 ? Et là patatras, vous constatez qu'en A-20, on est quand même loin de A. Alors quoi, on coupe en deux et on prend A-10 ? Oui, mais en A-10, c'est pas tout à fait A non plus, même si on est proche. Alors autant garder A. Mais bon, A-10, quand même...

L'historien qui a le nez dessus voit bien la continuité de l'histoire, de même que le randonneur qui se promène avec une carte de livre d'école voit bien que sur le papier A est "1500-2500m" en beige et B "2500-3500m" en marron, mais lorsqu'il fait le trajet de A à B l'altitude augmentera de manière continue, sans jamais sentir la rupture entre le beige et le marron de la carte.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 13:53

[quote="Philippe Fabry"]

Citation :
L'historien qui a le nez dessus voit bien la continuité de l'histoire, de même que le randonneur qui se promène avec une carte de livre d'école voit bien que sur le papier A est "1500-2500m" en beige et B "2500-3500m" en marron, mais lorsqu'il fait le trajet de A à B l'altitude augmentera de manière continue, sans jamais sentir la rupture entre le beige et le marron de la carte.


Tout est charnière, transition, etc. (Mr.Red) et au fond, affaire de conventions, de précautions oratoires...
L'Histoire est continue, mais son étude, soumise aux aléas de la transmission des sources, le sera bcp moins; sur combien de dynasties de pharaons ne sait-on rien ou moins que rien, au regard de seulement quelques autres? Et pourquoi la seule effigie de Khéops (constructeur de la Grande Pyramide), dont nous disposons est-elle une minuscule statuette?
Prendre et faire prendre conscience de l'impossibilité d'écrire une histoire exacte et complète, c'est déjà une excellente chose -une humilité devant la réalité que n'ont pas svt eu les historiens par le passé; mais l'ambition d'une histoire totalisante, totalisatrice -totalitaire?- des courants contemporains, est plus que déraisonnable, et conduit droit ds le mur d'un éclatement des savoirs, qui est l'exact inverse de la démarche humaniste, je crois?


[b]
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 14:41

Cher Karl, je ne suis plus très sûr de savoir quelle est votre question. Confused

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 14:48

clown
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 14:54

Cher Philippe, pour résumer ( 8) : en est-on tjrs ds les facs, à cette approche de l'histoire qui ne sait plus trop ce qu'elle étudie et part ds tous les sens?

Je pose la question à tous les vents, étant déconnecté du réel universitaire (si tant est que ds ce domaine historique, il existe encore...).
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 15:00

Karl a écrit:
Cher Philippe, pour résumer ( 8) : en est-on tjrs ds les facs, à cette approche de l'histoire qui ne sait plus trop ce qu'elle étudie et part ds tous les sens?

Je pose la question à tous les vents, étant déconnecté du réel universitaire (si tant est que ds ce domaine historique, il existe encore...).

Je ne suis pas sûr de pouvoir répondre à cette question, étant moi-même dans un domaine particulier : l'histoire du droit, qui a conservé la réputation - malgré des exceptions nombreuses - de milieu catho et conservateur. Sans doute à cause de l'affection que l'on a tendance naturellement à porter au sujet de son étude : le passé du droit. Ordre et choses anciennes, on est loin de se consacrer aux lendemains qui chantent.
Il est probable que l'état d'esprit n'est pas le même dans les facs d'histoire. Mais là aussi mon avis n'est pas forcément éclairé, car le seul exemple de fac d'histoire que je connais un peu (un tout petit peu) c'est Toulouse - Le Mirail qui est la fac la plus bordélique et gaucho-anarchiste de France après Rennes.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 15:14

Philippe Fabry a écrit:

Il est probable que l'état d'esprit n'est pas le même dans les facs d'histoire. Mais là aussi mon avis n'est pas forcément éclairé, car le seul exemple de fac d'histoire que je connais un peu (un tout petit peu) c'est Toulouse - Le Mirail qui est la fac la plus bordélique et gaucho-anarchiste de France après Rennes.


What a Face spiderman
Moi j'étais à Metz; il y avait les conservateurs et les progressistes... En histoire moderne ns avions l'une et l'autre espèce: un anti-démocrate (pour ce qui est des décisions à prendre quant à l'aménagement des cours), par ailleurs remarquable érudit et un marxiste qui ne jurait que par Albert Soboul et pour qui l'histoire se concentrait dans la Révolution française: on voit encore aujourd'hui les ravages de cette espèce ds les manuels scolaires qui accordent autant de place à la seule révolution qu'aux trois siècles de monarchie qui l'ont précédée.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 15:14

Philippe ne m'a pas donné cette impression que l'étude de l'histoire part en tout sens!
ni qu'elle ne sait plus ce qu'elle étudie!

Confused
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 15:16

Karl a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Il est probable que l'état d'esprit n'est pas le même dans les facs d'histoire. Mais là aussi mon avis n'est pas forcément éclairé, car le seul exemple de fac d'histoire que je connais un peu (un tout petit peu) c'est Toulouse - Le Mirail qui est la fac la plus bordélique et gaucho-anarchiste de France après Rennes.


What a Face spiderman
Moi j'étais à Metz; il y avait les conservateurs et les progressistes... En histoire moderne ns avions l'une et l'autre espèce: un anti-démocrate (pour ce qui est des décisions à prendre quant à l'aménagement des cours), par ailleurs remarquable érudit et un marxiste qui ne jurait que par Albert Soboul et pour qui l'histoire se concentrait dans la Révolution française: on voit encore aujourd'hui les ravages de cette espèce ds les manuels scolaires qui accordent autant de place à la seule révolution qu'aux trois siècles de monarchie qui l'ont précédée.

Amusant cette opinion marxiste sur la révolution.
Un de mes profs de Master II (ex-DEA) nous disait que pour beaucoup d'historiens du droit l'histoire s'arrêtait en 1789.
On voit la différence idéologique d'un trait.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Jeu 10 Sep 2009, 15:27

[quote="Philippe Fabry"]
Citation :
Amusant cette opinion marxiste sur la révolution.

C'est aussi le sentiment qu'on a à lire Soboul. L'histoire, la vraie, commence avec la réunion des Etats Généraux.


Citation :
Un de mes profs de Master II (ex-DEA) nous disait que pour beaucoup d'historiens du droit l'histoire s'arrêtait en 1789.
On voit la différence idéologique d'un trait.

Thumright
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Ven 16 Oct 2009, 17:54

Et surtout, préparez bien vos messages à l'avance, au cas où j'aurais quelque chose à dire..
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Méthode en Histoire   Ven 16 Oct 2009, 23:33

romuald1972 a écrit:
Et surtout, préparez bien vos messages à l'avance, au cas où j'aurais quelque chose à dire..
Shocked What the fuck ?!? Confused scratch confused

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
 
Méthode en Histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méthode de révision en histoire
» Les traductions du Coran en persan : histoire et méthode
» Méthode histoire
» HISTOIRE DES MATHEMATIQUES
» caplp lettres -histoire pb révision pour l'oral

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: