DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 le pape est vert!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mandonnaud



Messages : 984
Inscription : 21/10/2006

MessageSujet: le pape est vert!!!   Jeu 27 Aoû 2009, 16:43

Audience générale du 26 août : le respect de la création
Texte intégral de la catéchèse de Benoît XVI

ROME, Mercredi 26 août 2009 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous le texte intégral de la catéchèse prononcée mercredi 26 août par le pape Benoît XVI au cours de l'audience générale, à Castel Gandolfo.
Chers frères et sœurs !

Nous nous approchons désormais de la fin du mois d'août, qui pour de nombreuses personnes, signifie la fin des vacances d'été. Alors que l'on retourne aux activités quotidiennes, comment ne pas rendre grâce à Dieu pour le don précieux de la création, dont il est possible de jouir, et pas seulement pendant la période des vacances ! Les différents phénomènes de dégradation de l'environnement et les catastrophes naturelles, que la presse rapporte malheureusement souvent, nous rappellent l'urgence du respect dû à la nature, en retrouvant et en valorisant, dans la vie de chaque jour, un rapport correct avec l'environnement. Une nouvelle sensibilité envers ces thèmes, qui suscitent à juste titre la préoccupation des autorités et de l'opinion publique, se développe actuellement, et se manifeste à travers la multiplication des rencontres également au niveau international.

La terre est un don précieux du Créateur, qui en a établi l'organisation intrinsèque, nous donnant ainsi les orientations auxquelles nous conformer en tant qu'administrateurs de sa création. C'est précisément à partir de cette conscience que l'Eglise considère les questions liées au thème de l'environnement et à sa sauvegarde comme intimement liées au thème du développement humain intégral. J'ai fait référence à plusieurs reprises à ces questions dans ma dernière encyclique Caritas in veritate, en rappelant « l'urgente nécessité morale d'une solidarité renouvelée » (n. 49), non seulement dans les rapports entre les pays, mais également entre les hommes, car l'environnement naturel est donné par Dieu à tous, et son usage comporte notre responsabilité personnelle à l'égard de toute l'humanité, en particulier les pauvres et les générations futures (cf. ibid., n. 48). Consciente de la responsabilité commune envers la création (cf. ibid., n. 51), l'Eglise n'est pas seulement engagée à promouvoir la défense de la terre, de l'eau et de l'air, données par le Créateur à tous, mais elle se prodigue surtout pour protéger l'homme contre la destruction de lui-même. En effet, « quand "l'écologie humaine" est respectée dans la société, l'écologie proprement dite en tire aussi avantage » (ibid.). N'est-il pas vrai que l'usage inconsidéré de la création commence lorsque Dieu est marginalisé ou lorsque l'on en nie l'existence même ? Si la relation de la créature humaine avec le Créateur disparaît, la matière est réduite à la possession égoïste, l'homme en devient l'« ultime instance » et le but de l'existence se réduit à une course effrénée à posséder le plus possible.

La création, matière structurée de manière intelligente par Dieu, est donc confiée à la responsabilité de l'homme, qui est en mesure de l'interpréter et de la remodeler activement, sans s'en considérer le maître absolu. L'homme est plutôt appelé à exercer un gouvernement responsable pour la conserver, la mettre à profit et la cultiver, en trouvant les ressources nécessaires pour une existence digne pour tous. Avec l'aide de la nature elle-même et avec l'engagement de son travail et de sa créativité, l'humanité est vraiment en mesure de remplir le grave devoir de remettre aux nouvelles générations une terre qu'elles aussi, à leur tour, elles pourront habiter dignement et cultiver encore (cf. Caritas in veritate, 50). Pour que cela se réalise, le développement « de l'alliance entre l'être humain et l'environnement, qui doit être le miroir de l'amour créateur de Dieu » est indispensable (Message pour la Journée mondiale de la paix 2008, 7 ; cf. n. 50 du 11 décembre 2007), en reconnaissant que nous provenons tous de Dieu et que nous sommes tous en marche vers lui. Comme il est alors important que la communauté internationale et chaque gouvernement sachent donner les justes signaux à leurs citoyens pour s'opposer de manière efficace aux modalités d'utilisation de l'environnement qui lui sont nuisibles ! Les coûts économiques et sociaux dérivant de l'utilisation des ressources environnementales communes, reconnus de manière transparente, doivent être assumés par ceux qui en bénéficient, et non par d'autres populations ou par les générations futures. La protection de l'environnement, la sauvegarde des ressources et du climat demandent que les responsables internationaux agissent conjointement dans le respect de la loi et de la solidarité, en particulier à l'égard des régions les plus défavorisées de la terre (cf. Caritas in veritate, 50). Ensemble, nous pouvons construire un développement humain intégral au bénéfice des peuples, présents et à venir, un développement inspiré par les valeurs de la charité dans la vérité. Pour que cela se produise, il est indispensable de transformer le modèle de développement mondial actuel en une prise de responsabilité plus grande et partagée à l'égard de la création : non seulement les urgences environnementales le demandent, mais également le scandale de la faim et de la misère.

Chers frères et sœurs, rendons grâce au Seigneur et faisons nôtres les paroles de saint François dans le Cantique des créatures : « Très-Haut, tout puissant, bon Seigneur, à toi louange, gloire, honneur, et toute bénédiction ; à Toi seul, ils conviennent, ô Très-Haut, et nul n'est digne de te nommer. Loué sois-tu mon Seigneur, dans toutes tes créatures ». Ainsi s'exprimait saint François. Nous aussi nous voulons prier et vivre dans l'esprit de ces paroles.

A l'issue de l'audience générale, le pape a salué les pèlerins francophones en disant :

Je suis heureux de vous accueillir ce matin, chers amis francophones. Je salue particulièrement les pèlerins venus du Burkina Faso, de Belgique et de France. A la fin de cette période de vacances d'été, je vous invite à rendre grâce à Dieu pour le don inestimable qu'il nous fait de la création. La protection de l'environnement, la sauvegarde des ressources de la terre et du climat sont confiées à notre responsabilité. Pour y répondre, puissions-nous construire ensemble un développement humain intégral, inspiré des valeurs de charité et de vérité, au bénéfice des peuples d'aujourd'hui et de demain ! Que Dieu vous bénisse !

© Copyright du texte original plurilingue : Librairie Editrice du Vatican

Traduction française : Zenit
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mandonnaud.net
mandonnaud



Messages : 984
Inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: le pape est vert!!!   Ven 06 Nov 2009, 14:47

Les énergies nouvelles et renouvelables pour éradiquer la pauvreté
Intervention du Saint-Siège à l’ONU

ROME, Jeudi 5 novembre 2009 (ZENIT.org) - Le Saint-Siège encourage les énergies nouvelles et renouvelables notamment pour éradiquer la pauvreté dans le monde. Un changement de style de vie est « nécessaire » et la solidarité entre générations un « impératif ».

Mgr Celestino Migliore, nonce apostolique et observateur permanent du Saint-Siège à l'ONU à New-York, est intervenu le 3 novembre 2009 devant la 64e assemblée générale, au 2e comité sur « la promotion des sources d'énergie nouvelles et renouvelables » (sujet 53 (i)).

Mgr Migliore a souligné combien la question de ces énergies nouvelles et renouvelables est devenue « clef » en particulier pour le développement durable, de façon à protéger « la santé et l'environnement » et affronter concrètement les « changements climatiques », tout en favorisant la « paix » dans le monde, grâce à une « économie mondiale plus efficace ».

Il a mis l'accent sur trois aspects de la question : l'éradication de la pauvreté ; la prise en compte du coût humain ; la nécessité d'une éducation dans le domaine de l'énergie.

L'éradication de la pauvreté

Pour éradiquer la pauvreté, le Saint-Siège recommande non seulement le développement de ces énergies, mais une « coopération énergétique » dans ce domaine, et des mesures à la fois économiques et fiscales pour les encourager. Une telle « coopération » implique notamment le partage de l'information et un transfert de technologies.

Mgr Migliore a apporté des chiffres. Les pays en voie de développement représentent plus de 40% des installations de ce type, plus de 70% pour ce qui est des chauffe-eau solaires, et 45% de la production de bio-fuel.

Mais des technologies solaires comme l'énergie photovoltaïque, par exemple, impliquent de très grosses dépenses initiales.

Pourtant « l'accès des populations les plus pauvres à ces innovations est essentielle pour permettre aux pays en voie de développement de couvrir la demande croissante en énergie et permettre un développement durable ».

L'accès à l'énergie a un « impact profond et positif » sur la santé, l'éducation, l'alimentation, et les revenus, a souligné Mgr Migliore, mais pour améliorer les infrastructures, des investissements sont nécessaires, avec la mobilisation des institutions locales qui sont à même d'identifier les sources d'énergie les plus adaptées ainsi que les formes de financement et de promotion.

« Là où cet accès est impossible pour les pauvres ou remis à plus tard pour différentes raisons, il faudra promouvoir, recommande Mgr Migliore, un usage des ressources traditionnelles plus efficace et durable, l'amélioration et la conservation des énergies existantes, en s'appuyant sur des technologies mixtes ».

La prise en compte du coût humain

Dans toute discussion pour identifier des « services et des ressources énergétiques » soucieuses de « l'environnement », « viables du point de vue économique » et « socialement acceptables », le Saint-Siège recommande aussi de prendre en compte « le coût humain et environnemental à long terme ».

Mgr Migliore a fait observer que le prix de l'exploitation de l'environnement pèse d'abord sur les pays en voie de développement, les populations pauvres et celles qui n'ont pas la capacité de se « protéger des défis des changements climatiques ».

Il invite tous les secteurs à s'unir pour affronter ce défi, mais en mentionnant aussi la « justice intergénérationnelle », une « solidarité » entre générations, puisque l'utilisation actuelle de l'énergie a un impact sur les générations futures.

« Nous ne devons pas charger les futures générations par notre consommation énergétique », fait remarquer Mgr Migliore : un « changement de style de vie » est « impératif ».

Une éducation dans le domaine de l'énergie

Mais pour atteindre ces objectifs, Mgr Migliore souligne l'importance d'une éducation et d'une « prise de conscience » des populations dans le domaine de l'énergie, d'un « apprentissage ».

Il faut donc développer des « stratégies » adaptées à chaque région pour les énergies renouvelables, ajoute Mgr Migliore, en favorisant une « coopération à plusieurs dimensions » qui tienne compte de la « responsabilité humaine » dans la gestion des changements climatiques.

Cela ne signifie pas seulement des défis scientifiques et économiques, mais une fermeté dans les options, de la « compassion » pour le prochain, de façon à obtenir une planète où « le désir de protéger la terre » ne sera pas guidé par « la peur », mais par la recherche d'un « développement économique et personnel à long terme ».

Anita S. Bourdin
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mandonnaud.net
adamev



Masculin Messages : 12288
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: le pape est vert!!!   Ven 06 Nov 2009, 23:30

Parce que vous croyez que les hommes ont attendu Benoît XVI pour parler d'écologie et de sa spiritualité profonde???

Lisez ceci :

Discours du Chef Indien Seattle, des tribus amérindiennes Suquamish et Duwamish, en 1854, suite à l’offre du président des Etats-Unis d’acheter une large zone du territoire indien.

Le Grand Chef Blanc, à Washington, nous salue avec de l’amitié et de la bonne volonté. Ceci est gentil de sa part, car nous savons qu’il n’a pas beaucoup besoin de la nôtre, d’amitié. Il nous fait savoir qu’il veut acheter notre terre et nous laisser une réserve pour y vivre sans encombre. Cette offre paraît juste et même généreuse, car l’Homme Rouge n’a plus de droit à faire valoir face à l’Homme Blanc qui peut venir avec ses fusils.

Mais, comment pouvez-vous acheter ou vendre le ciel, la chaleur de la terre ?

L’idée nous paraît étrange. Si nous ne possédons pas la fraîcheur de l’air et le miroitement de l’eau, comment est-ce que vous pouvez les acheter ?

Chaque parcelle de cette terre est sacrée pour mon peuple.

Chaque aiguille de pin luisante, chaque rive sableuse, chaque lambeau de brume dans les bois sombres, chaque clairière et chaque bourdonnement d’insecte sont sacrés dans le souvenir et l’expérience de mon peuple.

La sève qui coule dans les arbres transporte les souvenirs de l’Homme Rouge.

Les morts des Hommes Blancs oublient le pays de leur naissance lorsqu’ils vont se promener parmi les étoiles. Nos morts n’oublient jamais cette terre magnifique, car elle est la mère de l’Homme Rouge. Nous sommes une partie de la terre, et elle fait partie de nous. Les fleurs parfumées sont nos soeurs ; le cerf, le cheval, le grand aigle, sont nos frères. Les crêtes rocheuses, les sucs dans les prés, la chaleur du poney, et l’homme : tous appartiennent à la même famille.

Aussi, lorsque le Grand Chef à Washington envoie dire qu’il veut acheter notre terre, demande-t-il beaucoup de nous. Le Grand Chef envoie dire qu’il nous réservera un endroit de façon que nous puissions vivre confortablement entre nous. Il sera notre père et nous serons ses enfants. Nous considérons, donc, votre offre d’acheter notre terre, mais ce ne sera pas facile. Car cette terre nous est sacrée.

L’eau scintillante qui coule dans les ruisseaux et les rivières n’est pas seulement de l’eau mais le sang de nos ancêtres. Si nous vous vendons notre terre, vous devez vous rappeler qu’elle est sacrée, et vous devez apprendre à vos enfants qu’elle est sacrée et que chaque reflet spectral dans l’eau claire des lacs parle d’évènements et de souvenirs de la vie de mon peuple. Le murmure de l’eau est la voix du père de mon père.

Les rivières sont nos soeurs : elles étanchent notre soif, portent nos canoës et nourrissent nos enfants. Si nous vous vendons notre terre, vous devez vous rappeler, et l’enseigner à vos enfants, que les rivières sont nos soeurs, et les vôtres, et vous devrez alors montrer pour les rivières la tendresse que vous montreriez pour une soeur. Nous savons que l’Homme Blanc ne comprend pas nos mœurs. Pour lui, une parcelle de terre ressemble pour lui à la suivante, car c’est un étranger qui arrive dans la nuit et prend à la terre ce dont il a besoin. La terre n’est pas sa soeur, mais son ennemie, et lorsqu’il l’a conquise, épuisée, il va plus loin. Il abandonne même la tombe de ses aïeux, et cela ne le tracasse pas. Il enlève la terre à ses enfants et cela ne le tracasse pas. La tombe de ses aïeux et le patrimoine de ses enfants tombent dans l’oubli. Il traite sa mère, la terre, et son frère, le ciel, comme des choses à acheter, piller, vendre comme les moutons ou les perles brillantes. Son appétit dévorera la terre et ne laissera derrière lui qu’un désert. Nos moeurs sont différentes des vôtres.

La vue de vos villes fait mal aux yeux de l’Homme Rouge. Mais peut-être est-ce parce que l’Homme Rouge est un sauvage et ne comprend pas. Il n’y a pas d’endroit paisible dans les villes de l’Homme Blanc. Nul endroit pour entendre les feuilles se dérouler au printemps, ou le froissement des ailes d’un insecte. Mais peut-être est-ce parce que je suis un sauvage et ne comprends pas ? Le vacarme semble seulement insulter les oreilles. Et quel intérêt y a-t-il à vivre si l’homme ne peut entendre le cri solitaire de l’engoulevent ou les palabres des grenouilles autour d’un étang la nuit ? Je suis un homme rouge et ne comprends pas. L’Indien préfère le son doux du vent s’élançant au-dessus de la face d’un étang, et l’odeur du vent lui-même, lavé par la pluie de midi, ou parfumé par le pin pignon.

L’air est précieux à l’Homme Rouge, car toutes choses partagent le même souffle : la bête, l’arbre, l’homme, tous partagent le même souffle. L’Homme Blanc ne semble pas remarquer l’air qu’il respire. Comme un homme qui met plusieurs jours à expirer, il est insensible à la puanteur. Mais, si nous vous vendons notre terre, vous devez vous rappeler que l’air nous est précieux, qu’il partage son esprit avec tout ce qu’il fait vivre. Le vent qui a donné à notre grand-père son premier souffle a aussi reçu son dernier soupir. Et si nous vous vendons notre terre, vous devrez la garder à part et la tenir pour sacrée, comme un endroit où même l’Homme Blanc peut aller goûter le vent adouci par les fleurs des prés. Nous considèrerons donc votre offre d’acheter notre terre. Mais si nous décidons de l’accepter, j’y mettrais une condition : l’Homme Blanc devra traiter les animaux de cette terre comme ses frères.

Je suis un sauvage et je ne connais pas d’autre façon de vivre.

J’ai vu un millier de bisons pourrissant sur la prairie, abandonnés par l’Homme Blanc qui les avait abattus d’un train qui passait. Je suis un sauvage et ne comprends pas comment le cheval de fer fumant peut être plus important que le bison que nous tuons, nous, uniquement pour subsister.

Qu’est-ce que l’homme sans les bêtes ? Si toutes les bêtes disparaissaient, l’homme mourrait d’une grande solitude de l’esprit. Car ce qui arrive aux bêtes, arrive bientôt à l’homme. Toutes choses se tiennent.

Vous devez apprendre à vos enfants que le sol qu’ils foulent est fait des cendres de nos aïeux. Pour qu’ils respectent la terre, dites à vos enfants qu’elle est enrichie par les vies de notre race. Enseignez à vos enfants ce que nous avons enseigné aux nôtres, que la terre est notre mère. Tout ce qui arrive à la terre, arrive aux fils de la terre. Si les hommes crachent sur le sol, ils crachent sur eux-mêmes.

Nous savons au moins ceci : la terre n’appartient pas à l’homme ; l’homme appartient à la terre. Cela, nous le savons. Toutes choses se tiennent comme le sang qui unit une même famille. Toutes choses se tiennent.

Tout ce qui arrive à la terre, arrive aux fils de la terre.

Ce n’est pas l’homme qui a tissé la trame de la vie : il en est seulement un fil. Tout ce qu’il fait à la trame, il le fait à lui-même.

Même l’Homme Blanc, dont le dieu se promène et parle avec lui comme deux amis ensemble, ne peut être dispensé de la destinée commune. Après tout, nous sommes peut-être frères. Nous verrons bien. Il y a une chose que nous savons, et que l’Homme Blanc découvrira peut-être un jour, c’est que notre dieu est le même dieu. Il se peut que vous pensiez maintenant le posséder comme vous voulez posséder notre terre, mais vous ne pouvez pas. Il est le dieu de l’homme, et sa pitié est égale pour l’Homme Rouge et le Blanc. Cette terre lui est précieuse, et nuire à la terre, c’est accabler de mépris son créateur. Les Blancs aussi disparaîtront ; peut-être plus tôt que toutes les autres tribus. Contaminez votre lit, et vous suffoquerez une nuit dans vos propres détritus.

Mais en mourant vous brillerez avec éclat, ardents de la force du dieu qui vous a amenés jusqu’à cette terre et qui pour quelque dessein particulier vous a fait dominer cette terre et l’homme rouge. Cette destinée est un mystère pour nous, car nous ne comprenons pas. Quand les bisons seront tous massacrés, les chevaux sauvages domptés, les coins secrets de la forêt chargés du fumet de beaucoup d’hommes, et la vue des collines en pleines fleurs ternie par des fils qui parlent...

Alors, où seront les fourrés ? Disparus.

Où sera l’Aigle ? Disparu.

Et cette disparition marquera la fin de la vie et le début de la survivance.

A mon avis st François D'Assise serait tombé dans les bras de cet homme là.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: le pape est vert!!!   Sam 07 Nov 2009, 08:16

Cher Adamev,

La nécessité de protéger la nature est une évidence universelle. Toutes les forces du monde doivent se mobiliser pour cette cause, sans tomber cependant dans le risque du totalitarisme écolo qui n'a pas encore tué mais qui pourrait tuer ...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
le pape est vert!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pape "vert"???
» Un pape "vert"???
» thé vert japonais
» caricature obscène de Plantu sur le Pape dans "le MONDE"
» un rabin juif insulte le pape Benoix XVI !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: