DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mar 07 Juil 2009, 18:51

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/encyclicals/documents/hf_ben-xvi_enc_20090629_caritas-in-veritate_fr.html

Vos réactions ?
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12272
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mar 07 Juil 2009, 21:04

Je vais sans doute me faire virer, au mieux me faire censurer.
Tant pis j'ai lu et relu et je suis déçu.

Poncifs d'étudiant en 1ère année d'économie, portes ouvertes enfoncées, lieux communs, beaucoup de mot pour ne rien dire, réitération des mêmes condamnations, des mêmes angélismes...

Comment peut-on à ce niveau et compte tenu du nombre d'experts qui ont dû travailler la chose étaler autant de platitudes.

Pour une encyclique qui devait "révolutionner" la planète bof une baudruche.

Mais pas de vraie critique franche, frontale contre le système capitaliste sauvage, contre les dérives de la finances outrancières, confusion entre bénéfice et profit. jusqu'où le bénéfice est-il légitime, quand le profit devient-il scandaleux, c'est quoi un taux usuraire quand l'inflation est à 2%....? Une attaque contre l'écologie politique et l'humanisme social. Pas de condamnation ferme des profiteurs... Pas de solutions vraies...

BXVI est bien comme d'autres de sa génération un homme du passé qui ne sait pas trouver les mots pour remobiliser Billancourt et pour moi les énergies chrétiennes.

Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Valtortiste91



Masculin Messages : 5062
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 07:28

adamev a écrit:
.. Pas de solutions vraies...

Philippe Néricault, dit Destouches a écrit:
La critique est aisée et l'art est difficile. - C'est là ce qui produit ce peuple de censeurs, - et ce qui rétrécit les talents des auteurs.

Quelles sont les solutions "vraies" ? car dire qu'il faut "dénoncer les profiteurs" et autres choses du même acabit, est "enfoncer des portes ouvertes" et surtout ne pas faire avancer le débat - crucial - d'une seul millimètre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.maria-valtorta.org
adamev



Masculin Messages : 12272
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 11:03

Lorsque j'écris qu'il n'y a pas de condamnation ferme des profiteurs c'est parce qu'à mon sens le pape est resté dans le constat incantatoire. Quant aux solutions vraies... il n'y en a pas plus dans le discours papal qu'il n'y en a dans le discours politique.

Et ce discours papal ne fait pas plus que d'autres avancer les choses... même d'un millimètre.
Revenir en haut Aller en bas
Novalis
Modérateur


Masculin Messages : 686
Inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 11:12

Valtortiste91 a écrit:
adamev a écrit:
.. Pas de solutions vraies...

Quelles sont les solutions "vraies" ? car dire qu'il faut "dénoncer les profiteurs" et autres choses du même acabit, est "enfoncer des portes ouvertes" et surtout ne pas faire avancer le débat - crucial - d'une seul millimètre.

Tout à fait d'accord avec Valtoriste. Personnellement, j'ai trouvé que cet encyclique était, une fois encore, extraordinaire. Le Pape cherche à nous donner une espérance et un coup de fouet dans nos motivations d'agir.

La critique d'adamev pourrait se résumer ainsi: "le Pape n'a pas dit ce que j'avais envie d'entendre, donc ce qu'il a dit est décevant." Rappelons que le Pape ne veut pas se donner le rôle de l'accusateur mais cherche plutôt à faire voir l'espérance par-delà tout espoir, et à faire voir la vérité de l'amour par-delà les erreurs du monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://reflexion-contemporaine.over-blog.net/
Cavipo



Messages : 114
Inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 11:23

vous trouvez un texte de vatican un peu compliqué , voici le site pour appronfondir


Une "Autorité politique mondiale" n'est pas un "super-Etat mondial
§67 de l'encyclique

A l'intention des laïcistes

§56 de l'encyclique


La question sociale est devenue anthropologique

§75 de l'encyclique
Revenir en haut Aller en bas
Novalis
Modérateur


Masculin Messages : 686
Inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 11:29

Il est compréhensible en revanche que l'optique d'une mondialisation sub ratione boni puisse s'avérer déroutante au premier abord.

Ce qui pour moi signifie: à méditer longuement.
Revenir en haut Aller en bas
http://reflexion-contemporaine.over-blog.net/
Tchekfou



Masculin Messages : 493
Inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 11:47

Absolument géniale, cette encyclique ;

Deux grands points :

1° Comme le dit Novalis, la tentative de penser un aujourd'hui en voie de mondialisation sub ratione boni, c'est-à-dire une mondialisation positive dans toutes les dimensions humaine : politique, sociale, familliale, individuelle, philosophique et théologique.

2° Le magnifique passage du logos de la vérité au dia-logos de l'amour. Absolument incroyable pour un philosophe comme moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.itinerarium.fr http://www.universite-thomiste.com/
adamev



Masculin Messages : 12272
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 15:15

Imaginons donc que le "machin" existe à la fois en tant que gouvernement et mode de gouvernance "qui soit reconnu par tous", qui soit doté de "la faculté de faire respecter ses décisions, pour assurer le respect de la justice et des droits, pour garantir la sécurité, pour promouvoir un authentique développement humain (inspiré des valeurs de l'amour et de la vérité)... ce qui implique police, armée, tribunaux, administration(s) donc financements, codes et lois, réglements.... bref tous les attributs du pouvoir régalien... qui paye, qui dit le droit, qui contrôle les adminsitrations et services, qui commande les armées, la police, qui contrôle le juridique et le judiciaire, qui défini les valeurs de vérité et de justice, quelle part vous et moi avons nous dans cette usine à gaz, qui sont nos représentants, comment sont-ils désignés, quel poids ont-ils face à l'argent, au(x) marché(s), aux états..... au fait que deviennent nos états??????? La France et le Vatican même poids dans les décisions????
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 15:57

Cher Adamev,

Qui fait tout cela ? Le vote d'une démocratie mondiale.

Mais rassurez vous : pour que cela arrive, il faudra sans doute que les habitants du monde aient eu si peur de mourir dans une dernière guerre qu'ils n'en voudront plus du tout...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 16:46

Arnaud Dumouch a écrit:

Mais rassurez vous : pour que cela arrive, il faudra sans doute que les habitants du monde aient eu si peur de mourir dans une dernière guerre qu'ils n'en voudront plus du tout...

Juste en passant.

Rien ne dit que l'antechrist règnera sur une humanité de 7 ou 8 milliards d'être humain. Il pourrait être bien moins nombreux alors, se jetant d'autant plus facilement dans la nouvelle religion, qu'une catastrophe sera survenue.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12272
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 17:12

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Adamev,

Qui fait tout cela ? Le vote d'une démocratie mondiale.

Mais rassurez vous : pour que cela arrive, il faudra sans doute que les habitants du monde aient eu si peur de mourir dans une dernière guerre qu'ils n'en voudront plus du tout...

De quoi de la guerre ou de la démocratie mondiale???
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 17:27

Voici un résumé de l'encyclique que je lirai certes en entier !

Résumé de l'encyclique "Caritas in veritate"

Voici les passages saillants de Caritas in Veritate consacrée au développement humain intégral (introduction, six chapitres et conclusion). Dans l'introduction, Benoît XVI rappelle que la charité est la voie royale de la doctrine sociale de l'Eglise, même si elle risque d'être mal comprise et non incluse dans le bagage éthique. Or, "un christianisme de charité sans vérité risque de n'être qu'un catalogue de bons sentiments, utiles pour la vie sociale mais marginaux... Le développement a besoin de la vérité" et le Pape retient deux critères d'action morale provenant du concept de charité dans la vérité. La justice et le bien commun. Tout chrétien est appelé à la charité y compris dans son rôle social".

Le premier chapitre reprend le message de l'Encyclique Populorum Progressio et réaffirme l'importance fondamentale de l'Evangile pour une société de liberté et de justice. "La foi traite du développement sans s'appuyer sur des privilèges ou un pouvoir...mais sur le Christ seulement... Les causes du sous-développement ne sont pas que matérielles". Elle découlent aussi d'un manque de fraternité entre les personnes et les peuples. Le développement est le thème développé par le second chapitre. "La recherche du seul profit comme but épuise la richesse et crée la pauvreté". Ainsi une finance largement spéculative est-elle une des causes du mauvais développement. Les flux migratoires, "souvent provoqués puis mal gérés, ainsi que l'exploités sans règle des ressources de la terre aggravent le phénomène. Face à ces problèmes entremêlés, le Pape propose une nouvelle vision humaniste et l'élaboration d'un plan de développement nouveau, car la croissance de la richesse mondiale en termes purement absolus ne fait qu'accroître les inégalités, que créer de nouvelles pauvretés".

Au plan culturel, des interactions ouvrent de nouvelles perspectives de dialogue, mais non sans risques, un éclectisme culturel dans lequel les cultures seraient d'égale valeur, un abaissement de la culture à n'importe quel style de vie. Quant au scandale de la faim, il appelle une juste réforme agraire dans les pays en voie de développement. Puis le Saint-Père souligne que le respect de la vie ne saurait d'aucune façon être séparé de la question du développement. "Lorsqu'une société tend à mettre en doute la sacralité de la vie et à envisager sa suppression pour ne pas avoir à assumer le service de l'homme", elle trahit le développement dans la vérité. Cette tendance peut aller jusqu'à la négation du droit à la liberté religieuse, une violence qui culmine également dans le terrorisme d'inspiration fondamentaliste.

Le troisième chapitre est réservé au thème fraternité, développement économique et société civile. Il s'ouvre par l'éloge du don, souvent mal perçu "à cause d'une vision de la vie comme spécifiquement productive et utilitaire. Le développement selon Benoît XVI, qui "doit être vraiment humain, doit donner sa place au principe de gratuité". En matière de marché, la logique mercantile doit être "soumise à la perspective du bien commun, ce qui est de la responsabilité première de la classe politique". L'Encyclique Centesimus Annus affirme la nécessité d'un système fondé sur le marché, l'état et la société, et tendant à une civilisation de l'économie. On manque encore des principes d'une économie solidaire alors que le marché et la politique ont besoin d'acteurs formés à la solidarité. La globalisation ensuite ne doit pas être comprise comme un simple processus socio-économique, d'autant qu'elle a besoin "d'une orientation culturelle personnelle comme communautaire, ouverte à la transcendance et capable de se corriger".

Le développement des peuples, les droits et les devoirs face à l'environnement constituent les arguments du quatrième chapitre. Les gouvernements et les instances internationales ne peuvent négliger l'objectivité et l'intangibilité des droits, d'autant plus importantes qu'elles sont liées à la croissance démographique. Et puis la sexualité se devant pas se "réduire à l'hédonisme et à la distraction", les états sont "appelés à appliquer des politiques mettant la famille au centre" de l'attention sociale. Plus généralement, l'économie a besoin d'éthique pour bien fonctionner, "mais d'une éthique respectant la personne...dont la centralité doit être la référence de toute action de développement, notamment en matière de coopération internationale... Les organismes internationaux ont le devoir de s'interroger sur l'efficacité de structures spécialisées, souvent trop coûteuses". Puis le Pape évoque la question énergétique. L'accaparement des richesses naturelles par certains états ou groupes de pouvoir constituent "une grave entrave au développement des pays pauvres... Les sociétés avancées peuvent et doivent diminuer leurs besoins en énergies...et accroître la recherche des énergies renouvelables".

Au chapitre suivant, Benoît XVI aborde la question de la collaboration. "Le développement des peuples dépend avant tout de la conscience d'être une seule famille humaine", d'où le rôle que le christianisme est en mesure de jouer en insistant sur un développement qui n'est "possible que si Dieu a sa place dans la sphère publique". Puis il évoque le principe de subsidiarité qui aide la personne "dans l'autonomie des corps intermédiaires", puisqu'il est "la meilleure antidote contre l'assistancialisme...et le meilleur agent d'humanisation de la globalisation". Le Pape encourage les pays riches à destiner une plus grande partie de leur PIB au développement, dans le respect des engagements. Mais il faut aussi un plus large accès à l'éducation, au développement des personnes, car céder au relativisme est un appauvrissement assuré, qui s'exprime jusque dans la perversité du tourisme sexuel. "Il est désolant de constater que ceci se développe souvent avec l'aval des pouvoirs publics locaux". Enfin, il cite les phénomènes migratoires pour rappeler que chaque personne migrante dispose de tous les droits humains, lesquels doivent être strictement respectés, et place cet argument dans le contexte plus large de la nécessaire réforme de l'ONU comme "de l'architecture économique et financière mondiale".

L'ultime chapitre de l'Encyclique traite du développement des peuples face à la technologie, et met en garde contre la tentation prométhéenne pour laquelle "il serait possible de refonder l'humanité grâce aux prodigues technologiques", alors que la technologie ne dispose pas de la liberté absolue... Le combat culturel entre absolutisme technologique et responsabilité morale de l'homme a pour champ d'action premier la bioéthique. La raison sans la foi est condamnée à se réduire à l'illusion de la toute puissance". La question sociale anthropologique alors que la recherche au moyen d'embryons, ou la clonation, sont développées par une culture qui pense avoir dévoilé tout mystère". Benoît XVI craint une "planification eugéniste des naissances, affirmant en conclusion que le développement humain "a besoin de chrétiens tournés vers Dieu, priants, remplis d'amour et de pardon, de renoncement et d'accueil de l'autre, de justice et de paix".
Revenir en haut Aller en bas
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mer 08 Juil 2009, 23:49

Cette encyclique est vraiment une trouée de lumière divine, Benoît XVI loin des paroles convenues ne se dit pas seulement "en faveur d'une société à la mesure de l'homme et de sa dignité". il ajoute : "une société à la mesure de l'homme, de sa dignité et de sa vocation".

et il ajoute au par 18 : "La vocation chrétienne au développement concerne le plan naturel comme le plan surnaturel", indissociables l'un de l'autre. "Quand Dieu est éclipsé, notre capacité à reconnaître l'ordre naturel, le but, le bien commence à s'évanouir". Qu’est-ce que je disais sur l’instabilité de la loi naturelle mon cher Arnaud ?


Une société à la mesure de l'homme, de sa dignité et de sa vocation est donc une société ouverte au surnaturel et qui lui fait une place d'honneur. Benoît XVI poursuit, "définir le développement comme une vocation, c'est reconnaître d'un côté qu'il naît d'un appel transcendant et de l'autre qu'il est incapable de se donner par lui-même son sens ultime". Nous voici donc en présence d’une définition surnaturelle "le développement intégral de l'homme est une vocation"... il est impossible sans la grâce.

Vous voyez toujours pas ce que pointe cette encyclique ? Je vais vous le dire alors : la royauté sociale du Christ…. Pas de développement dans un monde qui ne reconnaît pas le Christ pour son sauveur et dont la grâce n’inhérerait pas les institutions. Amen !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 00:24

Le pape s'exprime dans l'absolu, en sachant très bien, lui aussi, comme nous, que cette royauté sociale du Christ, ne se réalisera pas sur terre, ne peut pas se réaliser. Pour une raison très simple : la liberté souveraine que donne Dieu à l'homme de le choisir ou de le refuser ! Il n'y aurait pas d'un côté la royauté du Christ, et de l'autre la royauté de l'homme !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 06:56

julieng a écrit:
Cette encyclique est vraiment une trouée de lumière divine, Benoît XVI loin des paroles convenues ne se dit pas seulement "en faveur d'une société à la mesure de l'homme et de sa dignité". il ajoute : "une société à la mesure de l'homme, de sa dignité et de sa vocation".

et il ajoute au par 18 : "La vocation chrétienne au développement concerne le plan naturel comme le plan surnaturel", indissociables l'un de l'autre. "Quand Dieu est éclipsé, notre capacité à reconnaître l'ordre naturel, le but, le bien commence à s'évanouir". Qu’est-ce que je disais sur l’instabilité de la loi naturelle mon cher Arnaud ?


Une société à la mesure de l'homme, de sa dignité et de sa vocation est donc une société ouverte au surnaturel et qui lui fait une place d'honneur. Benoît XVI poursuit, "définir le développement comme une vocation, c'est reconnaître d'un côté qu'il naît d'un appel transcendant et de l'autre qu'il est incapable de se donner par lui-même son sens ultime". Nous voici donc en présence d’une définition surnaturelle "le développement intégral de l'homme est une vocation"... il est impossible sans la grâce.

Vous voyez toujours pas ce que pointe cette encyclique ? Je vais vous le dire alors : la royauté sociale du Christ…. Pas de développement dans un monde qui ne reconnaît pas le Christ pour son sauveur et dont la grâce n’inhérerait pas les institutions. Amen !

Non, il vise la royauté mystique sur les âmes, celle qui donne sens à toute sa vie et donne un but à tout ce qu'il fait. 8)

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 07:47

le seul problème c'est qu'à plusieurs reprises il fait dépendre le développement d'une reconnaissance par les autorités de la charité articulée à la vérité, ce n'est qu'à cette condition écrit-il que le développement peut se produire...

arrêtez donc de chipoter, il est désormais établi par BXVI que notre monde ne peut se développer que si les institutions sont ouvertes à la vocation de l'homme dans le sens surnaturel du terme...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 15:42

Citation :
[quote="julieng"]le seul problème c'est qu'à plusieurs reprises il fait dépendre le développement d'une reconnaissance par les autorités de la charité articulée à la vérité, ce n'est qu'à cette condition écrit-il que le développement peut se produire...

Le développement MATERIEL peut se produire sans la vérité révélée ni la charité. L'homme a gardé la capacité, après le péché originel, de construire des maison et de gérer ce monde.

Ce qui ne se se fera pas sans la vérité révélée et la grâce, c'est le DEVELOPPEMENT INTEGRAL DE L'HOMME, jusque dans son âme faite pour la vie éternel.

L'homme, disait récemment N. Sarkozy, peut construire des maison. Mais s'il ne sait pas ce qu'il fait sur terre, à quoi cela lui sert-il ?



Citation :

arrêtez donc de chipoter, il est désormais établi par BXVI que notre monde ne peut se développer que si les institutions sont ouvertes à la vocation de l'homme dans le sens surnaturel du terme...

Interprétation théologiquement fausse et non réaliste (observer le monde). Lisez saint Thomas d'Aquin et les articles de ce genre : "L'homme peut-il, sans la grâce de Dieu, construire des maison et installer ce monde ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 16:26

[quote="Arnaud Dumouch"]
Citation :
julieng a écrit:
le seul problème c'est qu'à plusieurs reprises il fait dépendre le développement d'une reconnaissance par les autorités de la charité articulée à la vérité, ce n'est qu'à cette condition écrit-il que le développement peut se produire...

Le développement MATERIEL peut se produire sans la vérité révélée ni la charité. L'homme a gardé la capacité, après le péché originel, de construire des maison et de gérer ce monde.

Ce qui ne se se fera pas sans la vérité révélée et la grâce, c'est le DEVELOPPEMENT INTEGRAL DE L'HOMME, jusque dans son âme faite pour la vie éternel.

Citation :
L'homme, disait récemment N. Sarkozy, peut construire des maison. Mais s'il ne sait pas ce qu'il fait sur terre, à quoi cela lui sert-il ?
Je suppose qu'avec tous ses amis milliardaires, il sait, lui, ce qu'il fait sur terre. Il aura des comptes à rendre au Créateur. De Gaulle s'interrogeait journellement sur sa rencontre avec le Créateur. Comme Dieu est Gaulliste... Pas de soucis.



Citation :

arrêtez donc de chipoter, il est désormais établi par BXVI que notre monde ne peut se développer que si les institutions sont ouvertes à la vocation de l'homme dans le sens surnaturel du terme...

Interprétation théologiquement fausse et non réaliste (observer le monde). Lisez saint Thomas d'Aquin et les articles de ce genre : "L'homme peut-il, sans la grâce de Dieu, construire des maison et installer ce monde ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 16:30

Citation :
[quote="Loup Ecossais"] Je suppose qu'avec tous ses amis milliardaires, il sait, lui, ce qu'il fait sur terre. Il aura des comptes à rendre au Créateur. De Gaulle s'interrogeait journellement sur sa rencontre avec le Créateur. Comme Dieu est Gaulliste... Pas de soucis.

Pourquoi, vous rêviez d'avoir des amis milliardaires et une grosse montre ? Vous avez l'impression d'avoir raté votre vie parce que Nicolas, lui, a tout cela ? drunken

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 16:40

[quote="Arnaud Dumouch"]
Citation :
Loup Ecossais a écrit:
Je suppose qu'avec tous ses amis milliardaires, il sait, lui, ce qu'il fait sur terre. Il aura des comptes à rendre au Créateur. De Gaulle s'interrogeait journellement sur sa rencontre avec le Créateur. Comme Dieu est Gaulliste... Pas de soucis.

Pourquoi, vous rêviez d'avoir des amis milliardaires et une grosse montre ? Vous avez l'impression d'avoir raté votre vie parce que Nicolas, lui, a tout cela ? drunken

Non, Arnaud. Je préfère être un "pauvre chevalier du Christ", plutôt qu'un insignifiant nabot, qui certes fait couler le Pays. Normal, puisqu'il a signé l'engagement du B'- B'. Jamais le général aurait fait une chose pareille. Cela s'appelle de la haute trahison.
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 18:06

Qu'est ce que vous appelez dans le B'- B' ?
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 19:55

En Christ a écrit:
Qu'est ce que vous appelez dans le B'- B' ?

Demandez à Arnaud. Il semble tout savoir... Sauf l'essentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 21:25

En Christ a écrit:
Qu'est ce que vous appelez dans le B'- B' ?

Une société secrète Juive "théorie du complot". Mr.Red

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Jeu 09 Juil 2009, 21:59

Arnaud Dumouch a écrit:
En Christ a écrit:
Qu'est ce que vous appelez dans le B'- B' ?

Une société secrète Juive "théorie du complot". Mr.Red

Il n'y a pas besoin de complot pour savoir que Sarko est soumis aux Juifs.
Revenir en haut Aller en bas
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Ven 10 Juil 2009, 00:40

chers amis,

ces derniers mois ont été pour moi assez rudes, j'ai bataillé ici pour faire entendre la voix de l'Eglise éternelle qui proclame à travers les siècles la royauté sociale du Christ... difficile de faire entendre cette voix alors que l'apostasie silencieuse parmi beaucoup de théologiens et de clercs a déconstruit le langage théologique, a rendu ce langage étranger aux grandes articulations entre libre arbitre, liberté morale, absence de contrainte physique. j'attendais avec impatience cette encyclique pour que soit tranchée définitivement la question: y-a-t-il possibilité de développement sans référence au Christ, BXVI a tranché. malgé toutes les évidences relevées par BXVI Arnaud croit toujours qu'il peut y avoir développement, gestion du monde indépendamment d'une inhérence de la grâce dans les instititions humaines, indépendamment de la mise de ses institutions sous le joug du Christ.
cette approche qui est née de VII est en train d'être définitivement écartée par le magistère..J'ai évoqué ici la stratégie suivie par BXVI, confirmée par l'encyclique qui montre assez qu'au stade où nous en sommes désormais il n'y a plus de développement possible s'il ne se fait pas dans la charité articulée à la vérité... toute autre idée du développement va accentuer la tragédie de la crise acutelle. une page de l'histoire contemporaine a été tournée. les mois qui vont venir, les années, vont rétablir la doctrine éternelle de l'Eglise, peut-être sous une autre formulation, toutes conceptions bancales de VII vont être réinscrites dans une compréhension traditionnelle. le dernier motu proprio ne fait déjà même plus référence à VII. cela sera douleureux, VII a été instrumentalisée par tant de clercs et de théologiens pour corrompre l'Eglise. Il s'agit naturellement du résultat d'une conspiration. celle qui depuis toujours lutte contre la royauté sociale du Christ (Ps2). celle promeut une métaphysique radicalement hostile à celle de la philo tarditionnelle et à celle de la tradition biblique, au nom des droits de l'homme, de sa liberté native elle est en train de réduire l'homme à un état de bouillie indifférenciée. ces principaux centres d'organisations sont la franc-maçonnerie, les cercles transétatiques, tous les groupes de pression libéraux.

chers amis, je prends congé de vous pour plusieurs semaines. le temps de l'étude, de la rencontre avec d'autres cercles de résistance, du repos en famille...je ne sais pas si je réinterviendrai sur ce forum. en ce qui me concerne, je dois dire que je constate une certaine toxicité de ce genre de dialogue.
je vous souhaite à tous un bel été et de belles vacances à tous ceux qui ont la chance d'en avoir.

Julien



http://www.wmaker.net/eschaton/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
mandonnaud



Messages : 984
Inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Ven 10 Juil 2009, 08:22

En ce début d'été, en la fête de st Paul et st Pierre, notre pape Benoît XVI nous a donné un événements qui méritent réflexion :
une encyclique sociale, " Caritas in Veritate".

Il démarre son encyclique sur le fait que Jésus a toujours voulu lier l'amour-charité qu'il est venu allumer dans les hommes, à la vérité de son message, à l'enseignement donné dans les évangiles (surtout le Sermon sur la montagne) : pas d'amour sans appui sur la vérité, et pas de vérité sans amour. L'amour commence par la recherche de la Justice, notre pape appuie très fort sur ce point.

Ensuite, je pense, pour être clair avec les intégristes d'Écône, il prend le temps de dire que son enseignement sur la doctrine sociale de l'Église s'appuie sur les Pères de l'Église et sur l'enseignement des papes, mais surtout est le fruit du Concile Vatican II et des papes qui viennent ensuite avec Paul VI et ses encycliques, et Jean Paul II et les siennes. Tout se tient, il n'y a pas de rupture dans l'enseignement de l'Église.

Ensuite il tient à dire que les sociétés et leurs participants - État, entreprise, citoyen etc. - ne pourront construire de modèle stable et juste que s'ils ne s'arrêtent pas au "comment", par exemple pousser la technique, mais au "pourquoi" des sociétés en ce monde.
La vie des hommes a un but : "invitation à venir vivre en Dieu la vie éternelle proposée et ouverte par Jésus son fils". Le sens de la vie donne une tout autre responsabilité aux acteurs du monde. Ainsi s'il reconnaît que les entreprises doivent pour vivre et investir faire des profits, ces profits doivent être partagés avec tous les acteurs de leur création (actionnaires et ouvriers), mais ils doivent aussi, dans un souci de la recherche du bien commun, du sens de la solidarité et du don, être partagés avec les hommes démunis premiers servis, ou réinvestis dans l'intérêt général de la nation, du monde et du souci de l'avenir écologique de la planète.

Dans ce but, il invite à une meilleure gouvernance mondiale, comme l'avaient aussi dit Jean XXIII et Paul VI à l'ONU, aussi bien pour la finance avec des contrôles ; mais il pense que l'on ne doit pas revenir en arrière pour la mondialisation des échanges, mais respecter dans les échanges chaque particularité des pays, leur indépendance et leur autosuffisance alimentaire, en supprimant des aides d'État injustes pour les pays pauvres. Dans cet esprit il pousse à promouvoir les coopératives, les mutuelles et toutes les structures participatives et qui recherchent la solidarité.

Dans cette recherche de justice et de respect des hommes, il rappelle le fait qu'il y a une logique qui va du respect de l'enfant conçu à naître, au respect des hommes face à la mort, en passant par le respect des enfants à éduquer, des femmes à respecter, des hommes à former, des guerres à proscrire etc. Tous les moments de la VIE sont importants et à ne pas tuer ou humilier. Jésus s'est fait présent à toutes souffrances.

En bouquet adapté à notre civilisation occidentale, je vous livre une phrase pour vous donner l'envie de lire tout :
"Attirée par l'agir technique pur, la raison sans la foi est destinée à se perdre dans l'illusion de sa toute-puissance. La foi, sans raison, risque de devenir étrangère à la vie concrète des personnes..."
ou bien :
"Il n'y a pas de développement plénier et de bien commun universel sans bien spirituel et moral des personnes, considérées dans l'intégrité de leur âme et de leur corps".

Donc bonne lecture ! Avec ce document bien vécu, on peut changer le monde et donner aux hommes des raisons de vivre et d'aimer.

paul mandonnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mandonnaud.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Ven 10 Juil 2009, 09:37

En Christ a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
En Christ a écrit:
Qu'est ce que vous appelez dans le B'- B' ?

Une société secrète Juive "théorie du complot". Mr.Red

Il n'y a pas besoin de complot pour savoir que Sarko est soumis aux Juifs.

:thumbdown:
Revenir en haut Aller en bas
En Christ



Masculin Messages : 3438
Inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Ven 10 Juil 2009, 10:58

Kafir a écrit:
En Christ a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
En Christ a écrit:
Qu'est ce que vous appelez dans le B'- B' ?

Une société secrète Juive "théorie du complot". Mr.Red

Il n'y a pas besoin de complot pour savoir que Sarko est soumis aux Juifs.

:thumbdown:

Même Julien Dray le dénonce:

Julien Dray, porte-parole de Ségolène Royal a, dans une récente interview au très droitier « Israël magazine », confirmé les déclarations de Raymond Barre sur le « lobby juif ». Julien Dray déclare ainsi « qu’il y a une tentation de la communauté, ces dernières années, de se transposer sur le modèle américain » et qu’il « faut sortir de la logique de lobby, et se comporter de manière républicaine. Parce que si on va vers un affrontement lobby contre lobby, le lobby juif perdra ».
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Ven 10 Juil 2009, 13:13

julieng a écrit:
y-a-t-il possibilité de développement sans référence au Christ, BXVI a tranché. malgé toutes les évidences relevées par BXVI Arnaud croit toujours qu'il peut y avoir développement, gestion du monde indépendamment d'une inhérence de la grâce dans les instititions humaines, indépendamment de la mise de ses institutions sous le joug du Christ.

Sans la grâce du Christ, aucune vie SURNATURELLE ne peut se développer. Par contre, il peut y avoir un vrai développement économique et social ! La preuve en est : la foi nous dit que, sur ce dernier point, le dernier Antéchrist réussira, créant un monde où régnera "paix et sécurité.

Vous essayer de faire dire au pape Benoît XVI autre chose que cela, afin de faire correspondre sa pensée à la vôtre. C'est vilain comme attiotude, cela !






Citation :
cette approche qui est née de VII est en train d'être définitivement écartée par le magistère..

Essayer d'opposer le concile Vatican II et Benoît XVI est la trouvaille de la pensée intégriste et c'est en pure perte. Car il faudrait opposer Benoît XVI à saint Thomas d'Aquin.



Citation :
je ne sais pas si je réinterviendrai sur ce forum. en ce qui me concerne, je dois dire que je constate une certaine toxicité de ce genre de dialogue.

Il vaut mieux pas si vous essayer de falsifier la pensée de l'Eglise pour la ramener à la vôtre. Je crois en fait que vous avez été choqué de voir BeNoît XVI appeler à l'institution de règle économiques et sociales mondiales, pour éviter qu'une crise financière comme celle-ci se reproduise.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Ven 10 Juil 2009, 13:33

je laisse les autres intervenants jugés à qui l'encyclique donne raison, à votre approche qui sépare le développement mondain et spirituel ou à la mienne qui les unifie.

j'ai dit tout ce que j'avais à dire, sur VII la constitution d'ecclesia dei me semble déjà me donner raison...l'avenir tranchera

au revoir à tous

Julien
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
Lephenix



Messages : 1308
Inscription : 21/07/2007

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mar 21 Juil 2009, 19:39

En Christ a écrit:
Kafir a écrit:
En Christ a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
En Christ a écrit:
Qu'est ce que vous appelez dans le B'- B' ?

Une société secrète Juive "théorie du complot". Mr.Red

Il n'y a pas besoin de complot pour savoir que Sarko est soumis aux Juifs.

:thumbdown:
Même Julien Dray le dénonce:

Julien Dray, porte-parole de Ségolène Royal a, dans une récente interview au très droitier « Israël magazine », confirmé les déclarations de Raymond Barre sur le « lobby juif ». Julien Dray déclare ainsi « qu’il y a une tentation de la communauté, ces dernières années, de se transposer sur le modèle américain » et qu’il « faut sortir de la logique de lobby, et se comporter de manière républicaine. Parce que si on va vers un affrontement lobby contre lobby, le lobby juif perdra ».

N'est-ce pas pour avoir tenu ce genre de propos que ce brave F.°. du G.O. "commence" a avoir quelques ennuis ... en guise d'avertissement ?

http://www.google.fr/search?hl=fr&q=b%27nai+b%27rith&meta=&aq=0&oq=b%27nai
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise   Mar 28 Juil 2009, 06:55

Par le Père Patrick de Laubier

Citation :
dimanche 26 juillet 2009
Autres articles

La nouvelle encyclique de Benoît XVI n’est pas l’exposé d’une théorie économique ni d’un programme social, elle est vraiment ce que Jean Paul II appelait une orientation idéale. (1) C’est sa finalité qui commande une action et pour la doctrine sociale de l’Eglise, cette finalité c’est le développement de la personne.Le langage est celui de la théologie morale qui oriente la philosophie, œuvre de raison, et les sciences sociales sont mises au service de l’orientation idéale. Le titre même de l’encyclique indique son esprit : c’est un appel à l’agape = caritas chrétienne dans un monde dominé par l’eros de l’argent et du sexe. (2)

Le problème est de se faire écouter et comprendre dans ce monde si complexe et saturé par la technique devenue une sorte de magie contraire à la religion. La magie primitive est une religiosité inventée, l’obsession technicienne actuelle prétend pouvoir se passer de religion. Il fallait faire preuve de connaissance pratique et de science pour se faire écouter .Des économistes ont réagi très vite parce que l’encyclique avait été présentée comme une réponse à la crise actuelle et on savait qu’une première version avait été abandonnée pour tenir compte de cette nouvelle situation.

En fait Caritas in veritate se rattache à la grande encyclique de Paul VI Populorun Progressio (1967) que la remarquable encyclique de Jean Paul II Sollicitudo rei socialis (1987) avait déjà prolongée. La question sociale étant devenue mondiale, il fallait dorénavant dépasser le cadres des pays développés pour « globaliser » la réponse de l’Eglise.On sent bien que dans ce long texte on a prévu que l’accélération de l’histoire réserve bien des surprises. Qui sait par exemple si la question des migrations internationales ne va pas devenir le problème numéro un dans une génération ? La question démographique est aussi pleine de surprises possibles. L’écologie à peine évoquée antérieurement s’installe maintenant au premier rang du débat politique mondial.

Savoir si l’Eglise accepte ou non le capitalisme n’est plus une question actuelle. On sait que pour Marx le terme « capitalisme », comme le mot « bourgeois », sont utilisés de manière polémique tandis que pour nombre d’économistes classiques ou contemporains, il s’agit d’une technique se prêtant à bien des usages opposés, libéral ou étatique.Jean Paul II proposait de dire économie libre ou encore économie de marché mais il ne faut pas oublier qu’il y a maintenant en Chine un communisme de marché que Marx n’avait pas prévu !

Comme on ne pouvait pas parler dans l’encyclique uniquement d’agape indissociable de la grâce , qui elle-même exige la foi, l’encyclique développe longuement l’idéal de fraternité qui se prête non seulement à une signification religieuse, mais peut revêtir un sens purement laïc. Le monde étouffe en effet d’un manque de fraternité, mais il ne suffit pas, comme dans la France révolutionnaire, de l’inscrire sur les frontons des bâtiments publics pour l’instaurer. Bien des idéaux proclamés solennellement ont tourné en leur contraire dès qu’il fallut en arriver à l’application.

Dans un monde où les traditions religieuses et culturelles sont si variées on est parvenu à mettre sous la revendication des droits de l’homme de nombreuses exigences légitimes quitte à oublier les devoirs qui sont pourtant indissociables des droits.L’encyclique le souligne, comme elle insiste sur l’importance de la loi naturelle comme base d’une éthique universelle. Mais l’expérience et la connaissance que l’Eglise experte en humanité, a de l’homme ne lui permet pas de croire un seul instant que l’homme laissé à lui-même puisse se sauver de l’inhumain qui le menace sans cesse.

Les multiples questions qui se posent aujourd’hui doivent recevoir des réponses précises, domaines par domaines, mais ce serait un travail de Sisyphe de continuer à confier aux techniques le soin de réparer les conséquences d’une situation d’ensemble qui réclame aussi un remède vraiment général disons, mondial au sommet de la hiérarchie des valeurs. Ce sont les mentalités qu’il convient de modifier, d’orienter pour atteindre les comportements et puis les institutions , les structures en distinguant les bonnes et les mauvaises, que Jean Paul II avait qualifié de « structures de péché ».

Benoît XVI relance l’idée de Jean XXIII concernant une Autorité mondiale capable de coordonner des initiatives et de porter des jugements dont l’opinion publique, devenue elle aussi globale dans certains cas, pourrait s’inspirer. La révolution des moyens de communications, notamment l’internet, est sans conteste la nouveauté la plus infuente du monde actuel et les finalités peuvent trouver là un moyen de s’exprimer comme jamais dans l’histoire humaine.

Les six chapitres substantiels qui encadrent ce message abordent, on l’a déjà, noté, bien des thèmes, mais ce qui frappe c’est l’unité de ce long document qui, à la manière d’une symphonie, répète des leitmotivs, en approfondissant la réflexion centrale sur l’homme et sa destinée qui n’est pas uniquement terrestre, mais qui ne se joue pourtant ici-bas. C’est le paradoxe chrétien selon lequel on ne doit pas contraindre la liberté humaine qui est le lieu de l’amour, mais rien n’est pour autant facultatif car la destinée éternelle de l’homme se décide au cours de son histoire sur la terre. Des expériences totalitaires de communisme s’opposent à l’idée chrétienne de communion librement choisie ou acceptée. On pourra se demander après la lecture de l’encyclique, ce qu’il convient de faire. La réponse n’est pas un ensemble de solutions qui seraient décrites, mais plutôt une invitation à penser et à trouver des mises en œuvre concrètes aussi variées que les situations elle-mêmes, mais conformes aux exigences chrétiennes développées dans l’encyclique. L’enseignement social chrétien, on le sait, n’est pas une troisième voie et il ne dispense pas de réfléchir pour trouver des voies originales sous le signe de la fraternité. L’originalité de l’encyclique est aussi de souligner combien la justice, aussi nécessaire soit-elle, ne suffit pas pour organiser la cité. Aristote lui-même demandait qu’une amitié politique (philia politeia) conforte la justice qui, laissée à elle-même n’est pas en mesure d’établir la paix. Cette amitié devient agape=caritas dans la pensée de l’Eglise. La charité est la voie maîtresse de la doctrine sociale de l’Eglise. Toute responsabilité et tout engagement définis par cette doctrine sont imprégnés de l’amour qui, selon l’enseignement du Christ est la synthèse de toute la loi (N.2)

Il est donc clair que l’on ne propose pas une nouvelle économie politique, mais « l’économie du salut » et toute tentative pour séculariser, disons aplatir cette doctrine en ne retenant que des aspects techniques, trahirait son inspiration. La suggestion de développer une économie du don ou alors une économie de communion complètant l’économie de profit classique, qui n’est pas condamnée sauf dans la mesure où l’accumulation de l’argent serait sa seule finalité, est intéressante et mériterait d’être approfondie. Caritas in veritate n’est pas un catéchisme qui déclinerait questions et réponses. C’est plutôt une flamme qui ne demande qu’à enflammer le lecteur. Dans un ouvrage célèbre intitulé Que faire ?3 Lénine expliquait, en 1902, comment faire la révolution et il insistait d’abord sur la nécessité d’inculquer l’idéologie marxiste dans les masses qui étaient selon lui spontanément réformatrices. Il fallait donc former des révolutionnaires professionnels pour établir le communisme. Les premiers chrétiens furent acteurs d’une révolution qui leur coutât le martyre. Dans la société postchrétienne qui est en train de s’étendre dans l’Europe dont les racines furent chrétiennes, le rayonnement du christianisme peut être le fait de minorités convaincues et informées, Péguy dirait « renseignées », ce qui est précisément le but de cette encyclique qui introduit au message social chrétien et à ses finalités.

Il faut noter qu’aujourd’hui l’enseignement social chrétien bénéficie d’un regain d’intérêt que l’attente impatiente de Caritas in veritate a manifesté, mais le flux toujours plus abondant des informations risque de summerger les meilleurs documents. Pour faire fructifier ces vérités il faut le plus souvent un encadrement. L’être humain est un « animal social » et même sa spécificité rationnelle a besoin d’être vécue socialement. La formation continue vaut aussi pour la pensée sociale de l’Eglise qui par ailleurs insiste tant sur l’éducation. C’est ainsi que dans sa lettre du 1e juillet 2009 , destinée au G8 réuni à l’Aquila , Benoît XVI a surtout insisté sur l’importance essentielle de l’éducation pour le développement. Sans elle , c’est la technique produite par une minorité et mise à la disposition du grand nombre qui deviendra l’idéologie d’un monde matériellement performant , mais sans âme, sans liberté qui est le lieu de l’amour.

Paul VI en publiant, cent ans après Das Kapital (1867), l’encyclique Populorum progressio, remettait Dieu au cœur de la société non pas comme son saint prédécesseur Pie IX, en dénonçant le néopaganisme, mais en annonçant le message chrétien. Jean Paul II avait en 1987 célébré les vingt ans de Populorum Progressio dans Sollicitudo rei socialis et Benoît XVI fait un pas de plus en exposant les conditions spirituelles, culturelles, politiques, économiques et techniques d’un monde fraternel possible. Il reprendra même l’expression mémorable que Paul VI avait utilisée à Noël 1975 en prophétisant une Civilisation de l’amour.
Don Patrick de Laubier +

(1) Centesimus annus n.43

(2) Dans le grec du Nouveau testament le terme eros n’est jamais utilisé !

(3) Expression tirée du titre d’un roman de Tchernichevski en 1863, qui reprenait un passage de l’Evangile de Luc : lorsque les soldats demandent à Jean Baptiste : »Et nous que faut-il faire ? » Tchernichevski inspirateur de Lénine était fils de prêtre à Saratov et fut déporté en Sibérie.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
L'encyclique "Caritas in veritate" sur la Doctrine sociale de l'Eglise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bientôt: Benoît XVI et la doctrine sociale de l'Eglise
» DOCTRINE SOCIALE DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE
» La doctrine sociale de l'Eglise et le libre marché
» Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrella
» Caritas in veritate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: