DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Le baptême des petits enfants, une promesse de mariage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Le baptême des petits enfants, une promesse de mariage   Sam 06 Juin 2009, 09:29

Notre mariage avec Jésus, il se passe comme les mariages se passaient du temps de Jésus.

Du temps de Jésus, les époux étaient promis en mariage par leur parents. Comme les futurs époux étaient encore jeunes lorsqu'on les promettaient en mariage, ils avaient pour les garçons au minimum 13 ans et pour les filles 12 ans, c'étaient les parents qui négociaient le mariage.

Eh bien, pour notre mariage spirituel avec Jésus, c'est exactement la même chose qui se passe. Dans l'Eglise catholique, on choisit pour notre enfant, un époux spirituel et cet époux c'est le Christ Jésus. On fait ce choix parce que c'est le choix de Jésus qui désire épouser toute âme ; car il n'y a qu'un seul Epoux qui a sa maison au Ciel, c'est le Christ Jésus. Le Christ épouse toute âme pour la faire entrer chez Lui, dans la maison de son Père, le Ciel.

Le baptême c'est donc une promesse de mariage qui est négociée entre les parents de l'Enfant Jésus sur la terre, l'Eglise et ses époux, les ministres (prêtres et diacres) et les parents de l'enfant. Le baptême c'est l'équivalent sur le plan spirituel, des fiançailles sur le plan naturel. Pendant 1 ans à plusieurs années, jusqu'à ce qu'ils puissent donner la vie, être formées pour donner la vie, les fiancés n'habitaient pas ensemble et ne s'unissaient pas charnellement. Ces fiançailles étaient considérés comme un véritable mariage. Par ces fiançailles, les futures mariés étaient unis pour toujours et la preuve c'est qu'il fallait faire une lettre de répudiation pour casser les fiançailles, un lettre de divorce et c'est ce que projetait de faire Joseph lorsqu'il apprit que Marie était enceinte alors qu'ils n'avaient pas "consommé" leur mariage.

Ce qui explique pourquoi on ne peut pas se faire "débaptiser". On peut reconnaître l'invalidité d'un baptême, mais pas annuler un baptême. On est, par le baptême, lié au Christ pour toujours, sauf si le Christ nous répudie un jour, le dernier jour. Si vraiment on regrette d'avoir été promis en mariage au Christ, par nos parents, alors qu'on était petit, sans qu'on nous demande notre avis ; si vraiment on ne veut pas de cette union ; si vraiment on ne veut pas que Jésus, au jour de notre mort nous emmène avec Lui dans la maison de son Père, pour nous faire vivre éternellement dans son Amour, qu'on ne s'inquiète pas. Pas besoin de se faire débaptiser, puisqu'au jour de notre mort, Jésus Lui-même nous débaptisera en nous répudiant, en se séparant à jamais de nous, nous laissant libre, respectant notre choix.

Parents, n'ayons pas peur de passer ce contrat de mariage avec l'Eglise, pour notre enfant. N'ayons pas peur de choisir un époux spirituel à nos enfants, de les promettre en mariage et surtout ensuite, parce que cela ne suffit pas, de les aider à découvrir, d'aider leur âme à découvrir cet aimable fiancé ; ce fiancé que leur âme va pouvoir aimer. C'est à cela que sert l'éveil à la Foi ou le cathéchisme.

L'éveil à la Foi ou le cathéchisme, c'est une véritable "préparation au mariage spirituel", aux épousailles de l'âme de notre enfant avec le Christ ; épousailles qui seront consommées le jour où notre enfant s'unira pour la première fois à son époux, par le sacrement de l'Eucharistie. Le mariage est consommé le jour de la première communion ; quand notre enfant et l'époux se seront donné l'un à l'autre, une première fois pour faire une seule chaire.

Il est évident que ce ne sera qu'un début, comme dans la vie d'un couple. Quand on s'épouse totalement, on ne se donne pas l'un à l'autre, charnellement une seule fois. On va se donner l'un à l'autre plusieurs fois tout au long de notre vie, pour entretenir l'amour qui va nous unir chaque seconde de notre vie ; qui va enrichir l'amour que l'on va se donner l'un à l'autre par tous les petites gestes d'amour que nous allons poser l'un pour l'autre et ensemble en aimant nos enfants.

C'est la raison pour laquelle il nous faut souvent communier, car par chaque communion nous consommons notre mariage, nous consommons l'amour qui nous unit. Consommer nous savons ce que c'est, nous qui sommes tous, dans notre société de consommation, des consommateurs avertis. Les consommateurs, ce sont ceux qui dépensent leur sous.

Consommer le mariage, c'est dépenser ensemble l'amour que l'on a l'un pour l'autre, c'est échanger cet amour, c'est en quelque sorte faire du troc. Tu me donnes tout l'amour qui est dans ton coeur et qui brûle pour moi et moi en échange je te donne tout le mien ; car tout c'est amour que j'ai dans mon coeur pour toi, il est pour toi.

C'est la même chose pour notre mariage avec Jésus, sauf que dans ce mariage, l'Amour qui doit être échangé c'est l'Amour que le Fils a pour son Père depuis toute éternité et qu'avec son Fils ils ont voulu que nous héritions pour que nous le partagions avec eux. L'Amour qui est échangé, consommé, entre Jésus et les âmes qui lui sont promises en mariage, c'est la Charité ; c'est tout l'Amour qui brûlait dans le coeur de Jésus homme, pour toute l'humanité, pour tous les hommes.

Le premier à être tombé en amour pour nous, comme on le dit au Canada, ou qui est tombé amoureux de nous, comme on le dit en France, c'est Jésus en qui et pour qui nous avons été créé. Nous avons été promis en mariage au Fils de Dieu, par le Père, avant que Dieu nous créé. Dieu nous a créé pour que nos âmes épouse à jamais son Fils et reçoivent de Lui la Vie qu'ils s'échangent depuis toute éternité et qui est l'Amour absolu. Voilà pourquoi c'est Jésus qui fait le premier pas, qui s'abaisse jusqu'à nous pour nous dire tout son Amour, pour nous donner tout son Amour et surtout au départ pour nous donner envie de répondre à cet Amour.

Ce Prince d'Amour qui vient à nous, le Fils du Roi du Ciel, le Père tout puissant, il ne possède qu'un seul bien, c'est tout l'Amour qu'il reçoit de son Père, dans le don que son Père lui fait de Lui-même dans le Saint Esprit qui est l'Amour qui brûle dans son coeur de Père et qu'il communique à son Fils pour que son Fils en vive. Eh bien ce Prince d'Amour qui c'est fait homme, est consommé dans son Coeur d'homme par la Charité qu'il désire nous communiquer pour que nous vivions de cette Charité, pour qu'elle nous fasse vivre d'un même Amour qui prend sa source dans l'Esprit Saint et qui est donc comme l'Esprit Saint, divin et éternel.

Voilà ce que nous recevons dans le sacrement de l'Eucharistie, de l'époux auquel nous avons été promis en mariage par le sacrement de baptême ; l'époux qui est parti en voyage mais qui chaque dimanche nous visite pour nous donner tout son Amour et se donner en même temps à nous en se donnant Lui-même en cet Amour de Charité.

Voilà donc ce que nous sommes appelés à consommer, à dépenser sur la terre, c'est cet Amour, cette Charité qui nous est donné par Jésus et qui est le seul bien que l'on trouve au Ciel, la seul richesse ; parce que pour être heureux au ciel on n'a pas besoin d'autre chose que l'Amour du Bon Dieu qui est Esprit et Vie. Voilà ce que nous sommes appelés à dépenser sans compter et donc à distribuer sans compter ; tout cet Amour que Jésus, chaque dimanche ou chaque jour si nous le voulons, il nous donne gratuitement. La preuve c'est qu'on peut venir le recevoir dans le sacrement de l'Eucharistie, par habitude, sans vraiment avoir soif, sans être assoifé de cet Amour et donc sans être soit même consumé par cet Amour, donc sans aimer Jésus de tout notre coeur, sans que notre coeur tende vers Lui pour recevoir tout son Amour.

Par contre, il est évident que si cet Amour ne consume pas notre coeur, que nous n'éprouverons pas le besoin de le consommer, d'en manger toujours plus, et de le dépenser toujours plus pour recevoir toujours plus.

Voilà. Cette méditation est un cadeau que la Sainte Trinité vous fait par mon coeur en cette ville de sa fête.

Cordialement

Petero


Dernière édition par petero le Dim 07 Juin 2009, 09:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Turquoise



Féminin Messages : 1392
Inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Le baptême des petits enfants, une promesse de mariage   Sam 06 Juin 2009, 10:40

Cher Petero,

merci de partager cette méditation.

C'est la première fois que j'entend dire que le baptème est l'équivalent des fiançailles spirituelles. Pourtant, dans la vie des saints et saintes, cela est très distinct du baptème (6ème demeure).
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le baptême des petits enfants, une promesse de mariage   Sam 06 Juin 2009, 11:32

Turquoise a écrit:
Cher Petero,

merci de partager cette méditation.

C'est la première fois que j'entend dire que le baptème est l'équivalent des fiançailles spirituelles. Pourtant, dans la vie des saints et saintes, cela est très distinct du baptème (6ème demeure).

Chère Turquoise,

Les fiançailles spirituelles dont parle des mystiques, c'est quand l'âme, après avoir découvert par elle-même le fiancé qu'il lui avait été choisi par ses parents, avoir été séduit par la beauté de son Amour pour elle, être tombée elle-même en amour pour Lui et s'être lié d'Amour avec Lui ; est introduite par Dieu dans la chambre nuptial où il commence à se déshabiller et à la déshabiller ; la préparant ainsi au mariage mystique. C'est quand l'âme est ravie par Dieu, est enlevée par Dieu pour être introduite dans sa demeure et jusque dans sa chambre divine où un jour il se donneront l'un à l'autre totalement.

Les fiançailles dont je parle, c'est quand les parents (l'Eglise et les parents biologiques de l'enfant) promettent en mariage leurs enfants. Ils signe un contrat de mariage qui n'est autre que l'acte de baptême que les parents signent et que le prêtre ou le diacre signe au Nom de l'Eglise. En signant les parents s'engagent avec l'Eglise qui s'engage elle-même, à mettre ces futurs époux "en relation". Les parents s'engagent à présenter à leur enfant cet époux spirituel qui n'est autre que le Fils de Dieu et l'Eglise elle-même s'engage à présenter ce même époux. Ensemble, ils vont faire en sorte que ces 2 fiancées se rencontrent ; il vont surtout faire en sorte que leur enfant découvre ce fiancée qui désire épouser sa créature pour la faire entrer dans sa maison et lui faire partager la Vie du Ciel.

Il appartiendra en suite, à l'âme de faire le choix de suivre où pas ce fiancée qui désire l'épouser au plus intime de son âme et de prendre la décision de se laisser épouser par Lui.

Comprends-tu la différence ?

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le baptême des petits enfants, une promesse de mariage   Sam 06 Juin 2009, 20:56

Continuons cette approche du sacrement de baptême, en prenant comme support allégorique, la manière dont on mariait les jeunes gens du temps de Jésus, en Palestine.

On a vu que c'était les parents qui négociaient le mariage, car les futurs époux étaient trops jeune, 12 ou 13 ans. Ce que l'on négociait, c'était la dote qui était utilisée, en générale, pour confectionner le trousseau de la jeune fille.

Le jour du baptême que l'on peut comparer à ce jour où les parents de la jeune fille venait rencontrer les parents du jeune homme qu'ils avaient choisi comme époux pour leur fille, il n'y a évidement pas "négociation" pour la dote, car ce dont aura besoin la jeune épouse pour vivre auprès de son époux, aucun parent ne peut l'offrir, car là où l'époux l'emmènera il n'y aura pas besoin de linge, de vêtement, ni même d'argent. Ce qui ne veut pas dire que nous devons laisser notre enfant que le Christ va épouser sans dote.

Cette dote, il va nous falloir la constituer pour que notre enfant, lorsqu'il épousera le Christ et entrera avec Lui dans la maison de son Père, ne se retrouve pas sans rien à offrir. Cette dote qu'est-elle ?

Cette dote n'est rien d'autre que l'Amour avec laquelle la fiancée aimera son époux, les concubines, toutes les âmes qu'il aura épousée, et son beau-père, le Père de Jésus. Cet Amour qu'aucun homme n'est capable de produire avec son coeur, car cet Amour seul Dieu le produit. Ce qu'il nous faudra rendre à Dieu, c'est le seul Amour qui le comble, l'Amour de son Fils, l'Amour dont il comble Lui-même son Fils depuis toute éternité et avec lequel Jésus a payer notre libération. A vrai dire, cette dote, c'est Jésus qui l'a payé pour nous en faisant don à son Père du bien le plus précieux qu'il recevait de Lui, son Amour, son Esprit d'Amour, pour que cet Esprit soit partagé avec ses épouses ; pour que ces mêmes épouses puisse arriver au Ciel, revêtu de cet Amour, rempli de cet Amour, avec un coeur d'ébordant de cet Amour, afin de pouvoir rendre au Père, tout l'Amour que son Fils a pour Lui et qu'il a accepté de perdre pour que nous le redonnions nous même au Père.

Cette dote, c'est donc le don que Jésus fait à son Père pour qu'il soit redonné à l'Eglise notre mère spirituelle dans l'Esprit Saint, et que notre mère redonne à ses enfants, aux enfants de Dieu qui lui sont confiés, en leur imposant les mains. Cette dote c'est le don de l'Esprit qui va répandre dans le coeur de la jeune fiancée, tout l'Amour, la Charité dont elle aura besoin au ciel pour combler son époux, toutes ses compagnes épouses et le Père de son époux qu'elle aimera du même Amour que son Epoux.

Ce que l'on sait aussi, à propos de ces mariages au temps de Jésus, c'est que le jour du mariage, l'épouse, voilée, rejoignait la maison du Père, avec ses compagnes, pour y retrouver son fiancé. Fiancé qui souvent arrivait à une heure tardive, se faisant attendre, à cause des formalités qu'il devait remplir, à propos du contrat de mariage, chez les beaux-parents.

Moi je vois dans ces compagnes, tous les âmes qui se préparent au mariage avec Jésus ; qui se préparent à rejoindre l'époux dans la maison du Père. Dans ce voile, j'y vois le voile de la Foi dont notre âme est recouverte et que Jésus enlèvera pour accueillir tout notre amour et nous donner le sien.

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80800
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le baptême des petits enfants, une promesse de mariage   Dim 07 Juin 2009, 02:48

Pas mal, votre comparaison ...

Mais j'aurais plutôt comparer la CONFIRMATION (qui se fait normalement librement à l'âge de 13 ans) avec cette promesse de mariage.

En effet, est-il légitime de prendre une promesse de mariage au nom d'un bébé ?
drunken
Ne devrait-on pas plutôt garder le baptême dans la comparaison de la naissance ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: Le baptême des petits enfants, une promesse de mariage   Dim 07 Juin 2009, 09:00

Arnaud Dumouch a écrit:
Pas mal, votre comparaison ...

Mais j'aurais plutôt comparer la CONFIRMATION (qui se fait normalement librement à l'âge de 13 ans) avec cette promesse de mariage.

En effet, est-il légitime de prendre une promesse de mariage au nom d'un bébé ?
drunken
Ne devrait-on pas plutôt garder le baptême dans la comparaison de la naissance ?

Arnaud,

La confirmation c'est l'achèvement du baptême. Le sacrement de confirmation, confirme la grâce reçue au jour du baptême, c'est un acte posé par Dieu, puisque c'est un sacrement. Ce sacrement vient d'ailleurs après la profession de foi (communion solennelle) qui lui est un acte posé par l'enfant qui s'approprie les promesses faites par ses parents le jour de son baptême. Remarquez que la profession de foi d'un adulte qui reçoit le sacrement de baptême, il l'a fait durant son baptême.

Vous remarquerez donc que la promesse libre de mariage, elle ne se fait pas au moment de la confirmation mais au moment du baptême, lorsque celui qui reçoit le baptême est adulte ; ou au moment de la profession de foi, lorsqu'on a été baptisé bébé ou enfant.

Ce qui m'a fait faire le lien entre le baptême et cette pratique du mariage au temps de Jésus, c'est ce que ma redis une maman que j'ai rencontré il y a quelque jours, pour la préparation du baptême de sa petite fille de 14 mois. Elle m'a dit qu'elle souhaitait que sa fille soit baptisé, au cas où il lui arriverait quelque chose, au cas où sa petite fille mourrait, afin que Dieu la prenne avec Lui, la fasse entrer dans sa maison, le Ciel.

La demande de cette maman est-elle légitime ? Moi je dirai que "oui". Que désire-t-elle pour sa fille ? La terre promise. Inconciemment, cette maman agit comme les parents du temps de Jésus, où comme cela se faisait encore il y a 2 ou 3 siècles. On choisissait pour sa fille, un bon parti, quelqu'un qui avait des grands biens, qui possédait des terres, pour être sûr que l'avenir de notre fille soit assuré, surtout le jour où elle ne pourrait plus compter sur nous. Ne peut-on pas comparer cette façon de faire, à celle de cette maman vis à vis du baptême de son enfant ? Que désire faire cette maman ? C'est assurer le bien être spirituel de son enfant. C'est vrai que ce qui l'intéresse, c'est la terre dont va hériter son enfant (la terre promise, le Ciel) mais uniquement pour le bonheur de son enfant. Elle veut "le meilleur" et comme disait Jésus à Marthe : "cette maman a choisi, non pas la meilleur part, mais le meilleur parti pour sa fille".

Mais n'est-ce pas ce que Dieu désire et qu'il a d'ailleurs fait. En nous créant, ne nous promet-il pas en mariage à son Fils, qui lui-même est en parfait accord de volonté avec son Père. Nos âme ne sont-elles appelés, dès le jour de notre conception, à être pour le Fils de Dieu, des épouses ; ne sommes-nous pas créés pour cela ? N'avons-nous pas été choisi, dès avant la création pour venir habiter la maison du Père, avec le Fils, après que le Fils nous ai épousé ? C'est ainsi qu'Il nous a élus en lui, dès avant la fondation du monde, pour être saints et immaculés en sa présence, dans l'amour, déterminant d'avance que nous serions pour Lui des fils adoptifs par Jésus Christ. (Ephésens 1, 4)

Quand je vois le rapport que j'avais avec mes beaux-parents, les appelant "papa" et "maman", n'étais-je pas devenu, par leur fille que j'avais épousé, leur fils adoptif ?

En déterminant d'avance que nous serions pour Lui des fils adoptifs par son Fils Jésus, Dieu nous a-t-il demandé notre avis ? Non, pas plus que nos parents nous demandent notre avis lorsqu'il nous procréés, lorsqu'il nous conçoivent !!! Notre naissance est-elle pour cela "illégitime" ? Non, au contraire, selon le droit, nous sommes leurs enfants "légitimes".

Est-ce illégitime que des parents présentent leur enfant à Dieu, pour que ce qu'il a déterminé d'avance puisse s'accomplir. Non, ces parents ne font que rejoindre Dieu, dans son désir qu'il a depuis avant la fondation du monde, de faire de nos âmes, les épouses de son Fils, pour que nous puissions venir vivre, avec son Fils, dans sa maison, le Ciel, sa demeure.

Il ne faut pas voir dans les promesses de mariage que prenaient les parents pour leurs enfants, du temps de Jésus, quelque chose d'illégitime. Il était légitime, qu'à cette époque où les jeunes filles ne travaillaient pas, que les parents leur choisisse des bons partis ; et c'est d'ailleurs ce que les parents de Marie ont fait, en lui choisissant Joseph comme époux. Est-ce que le mariage de Marie et Joseph était illégitime ? Bien que selon la Loi Mosaïque il le soit devenu, puisque Marie s'est retrouvé enceinte, Joseph ayant même fait le projet de la répudier, Dieu a légitimé ce mariage en disant à Josephe : "n'aie pas peur de prendre chez toi Marie, ton épouse".

Bien que Joseph n'ai pas choisi Marie comme épouse, puisque ce sont les parents de Marie qui l'avait choisi, lorsqu'il avait 13 ans, Dieu le considérait vraiment comme l'époux de Marie, sinon il ne lui aurait pas dit "n'ai pas peur de prendre Chez toi Marie, TON EPOUSE". Bien que le mariage n'avait pas été consommé, il ne vivait pas ensemble et n'avait pas eu de relation, ils étaient, pour Dieu, époux et épouse.

Ce qui veut dire que Dieu ne trouvait pas "illégitime" de prendre une promesse de mariage pour un enfant, qu'il ai 13 ans ou que ce soit un bébé, car qu'est-ce que cela aurait changé si les parents de Marie avait pris cette promesse lorsque leur fille était bébé. D'ailleurs, Dieu avait déjà, au moment de sa conception, choisie Marie pour être la première épouse de son Fils. Marie est la première âme que Jésus a épousé, en la concevant, car c'est du Verbe de Dieu que Marie a reçue son âme immaculée. La différence entre nous et Marie, c'est que Marie, elle, a été fiancée (épousée) par le Christ, dès le premier instant de sa conception.

Et puisque le jour où les fiançailles étaient célébrés, la dote était donné, eh bien, Marie, le jour de sa conception (ses fiançailles) a reçu en dote "la grâce du salut" ; Jésus lui a fait don de sa sainteté, de sa pureté, il a rendu sainte et immaculée, pour le jour où elle devrait l'accueillir en son sein.

Voilà, en espérant que vous comprenez mieux. Mais je reconnais que le titre choisis pour définir le sujet, n'est pas le meilleur. Je vais le changer et mettre : "le baptême des petits enfants, une promesse de mariage".

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80800
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le baptême des petits enfants, une promesse de mariage   Dim 07 Juin 2009, 14:04

Oui ! merci de votre explication. Je garde pour ma part ma nuance. Je préfère réserver le terme d'épousailles pour la charité mûrie et réciproque, active.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Le baptême des petits enfants, une promesse de mariage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le baptême des petits enfants
» BAPTÊME DES PETITS ENFANTS (saint Augustin)
» Pourquoi l'Eglise accepte de baptiser les petits enfants ?
» "Laissez venir a moi les petits enfants"...
» Que veut dire Jésus par : "si vous ne redevenez pas comme des petits enfants"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: