DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antoine L.



Masculin Messages : 1402
Inscription : 03/03/2009

MessageSujet: La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun   Lun 11 Mai 2009, 19:27

WIKIPEDIA
En 1634, dans un couvent d'Ursulines à Loudun, les sœurs affirmèrent voir des fantômes et avoir été ensorcelées par le curé Urbain Grandier.

Ce dernier avait publié un pamphlet violent contre Richelieu. En outre, il s'opposait fermement à la destruction des murailles de la ville. En effet, la ville abritait un grand nombre de protestants. Henri IV leur avait permis d'avoir des places fortifiées, mais les murailles de certaines de ces villes furent détruites. Richelieu à l'époque faisait construire sa ville, toute proche. La tolérance d'Urbain Grandier envers les protestants et ses critiques jouèrent en sa défaveur.

C'est une sœur du couvent se disant possédée par le démon d'Asfaroth qui lâcha le nom d'Urbain Grandier[1]. Un procès en sorcellerie fut instruit sur la demande de Richelieu. On procéda à de nombreux exorcismes sur les sœurs. Ils durèrent plusieurs mois et parfois plusieurs années. On chercha également un pacte avec le Diable signé de la main d'Urbain Grandier; on tenta même d'en trouver un sur le corps même des sœurs qui furent pour cela mises à nue et rasées. On tenta de trouver une zone insensible sur leurs corps, preuve du contact avec la griffe du démon.

Urbain Grandier fut condamné à mort, torturé et brûlé. Il jura toujours d'être innocent.


J'ai également le procès officiel de 15 page en assez vieux français si ça vous intéresse

Bon voila : Qu'en pensez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun   Lun 11 Mai 2009, 20:47

J'aime bien !!! Il faudrait réhabiliter l'abbé, puisqu'il se disait innocent !!!
Revenir en haut Aller en bas
Antoine L.



Masculin Messages : 1402
Inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Re: La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun   Lun 11 Mai 2009, 20:50

doris a écrit:
J'aime bien !!! Il faudrait réhabiliter l'abbé, puisqu'il se disait innocent !!!

ma versions dois être assez orienté mais l'abbé a l'air d'être bien coupable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun   Lun 11 Mai 2009, 20:52

Antoine L. a écrit:
doris a écrit:
J'aime bien !!! Il faudrait réhabiliter l'abbé, puisqu'il se disait innocent !!!

ma versions dois être assez orienté mais l'abbé a l'air d'être bien coupable.

C'est possible ! Il y a un document autre que le 'vieux français' ?
Revenir en haut Aller en bas
Antoine L.



Masculin Messages : 1402
Inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Re: La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun   Lun 11 Mai 2009, 20:53

non, je ne crois pas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun   Lun 11 Mai 2009, 20:54

Urbain Grandier, né vers 1590 à Bouère et mort sur le bûcher le 18 avril 1634 à Loudun, est un prêtre français accusé de sorcellerie et exécuté.

Fils d’un notaire royal de Sablé-sur-Sarthe, Grandier fut, après son noviciat, nommé à 27 ans curé de l’Église Saint-Pierre du marché et chanoine de l’Église Sainte-Croix de Loudun, dans le diocèse de Poitiers en juillet 1617. Il avait acquis une réputation de séducteur et semble avoir eu plusieurs relations sexuelles et affectives avec des femmes. En 1632, quelques religieuses du couvent des Ursulines de la ville l’accusèrent de les avoir ensorcelées, en leur envoyant, entre autres, le démon Asmodée, pour les amener à commettre des actes impudiques avec lui. Les critiques modernes qui ont étudié l’affaire estiment que les accusations ont commencé après le refus de Grandier de devenir le directeur de conscience du monastère, sans se douter que la mère supérieure, la sœur Jeanne des Anges, était devenue folle de lui après l’avoir vu de loin et avoir entendu parler de ses exploits amoureux. On pense que, mise hors d’elle par ce refus, Jeanne proposa cette place de directeur au chanoine Mignon, ennemi juré de Grandier qu’elle accusa alors d’avoir employé la magie noire pour la séduire. Les autres nonnes se mirent peu à peu à lancer des accusations du même genre. Bien des érudits modernes y voient un cas d’hystérie collective. Grandier fut arrêté, interrogé et jugé par un tribunal ecclésiastique, qui l’acquitta.

Malheureusement pour lui, Grandier s’était, pour l’avoir publiquement attaqué en paroles, attiré l’hostilité du puissant cardinal de Richelieu qui ordonna un nouveau procès, qu’il confia à un homme spécialement envoyé par lui : Jean de Laubardemont, un parent de la mère supérieure. On refusa à Grandier, arrêté de nouveau à Angers, le droit de faire appel au Parlement de Paris. Interrogées une deuxième fois, les nonnes (et jusqu’à la mère supérieure) ne répétèrent pas leurs accusations, mais cela ne changea rien au procès où tout était décidé d’avance.

Après avoir torturé Grandier, les juges (Laubardemont, Lactance, et Tranquille) produisirent des documents prétendument signés par le prêtre et plusieurs démons comme preuve qu’il avait passé un pacte diabolique. Un des actes était écrit en latin et se donnait comme signé par Grandier ; un autre, presque illisible, comportait une foule de symboles étranges et était « signé » par plusieurs démons avec leurs cachets, aussi bien que par Satan lui-même (une signature se lit nettement Satanas). On ne sait pas si Grandier a écrit ou signé de tels actes sous la contrainte, ou s’ils ont été entièrement contrefaits.

Malgré la défense de son ami Claude Quillet, Grandier fut reconnu coupable et condamné à mort. Les juges ordonnèrent sa mise à la « question extraordinaire », forme de torture qui était d’habitude fatale, mais pas tout de suite, et qui n’était donc appliquée qu’aux victimes qui devaient être exécutées tout de suite après. Malgré la torture, Grandier refusa d’avouer ce dont on l’accusait. Il fut brûlé vif.



J'ai trouvé ça !
Revenir en haut Aller en bas
Antoine L.



Masculin Messages : 1402
Inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Re: La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun   Lun 11 Mai 2009, 20:57

doris a écrit:
Urbain Grandier, né vers 1590 à Bouère et mort sur le bûcher le 18 avril 1634 à Loudun, est un prêtre français accusé de sorcellerie et exécuté.

Fils d’un notaire royal de Sablé-sur-Sarthe, Grandier fut, après son noviciat, nommé à 27 ans curé de l’Église Saint-Pierre du marché et chanoine de l’Église Sainte-Croix de Loudun, dans le diocèse de Poitiers en juillet 1617. Il avait acquis une réputation de séducteur et semble avoir eu plusieurs relations sexuelles et affectives avec des femmes. En 1632, quelques religieuses du couvent des Ursulines de la ville l’accusèrent de les avoir ensorcelées, en leur envoyant, entre autres, le démon Asmodée, pour les amener à commettre des actes impudiques avec lui. Les critiques modernes qui ont étudié l’affaire estiment que les accusations ont commencé après le refus de Grandier de devenir le directeur de conscience du monastère, sans se douter que la mère supérieure, la sœur Jeanne des Anges, était devenue folle de lui après l’avoir vu de loin et avoir entendu parler de ses exploits amoureux. On pense que, mise hors d’elle par ce refus, Jeanne proposa cette place de directeur au chanoine Mignon, ennemi juré de Grandier qu’elle accusa alors d’avoir employé la magie noire pour la séduire. Les autres nonnes se mirent peu à peu à lancer des accusations du même genre. Bien des érudits modernes y voient un cas d’hystérie collective. Grandier fut arrêté, interrogé et jugé par un tribunal ecclésiastique, qui l’acquitta.

Malheureusement pour lui, Grandier s’était, pour l’avoir publiquement attaqué en paroles, attiré l’hostilité du puissant cardinal de Richelieu qui ordonna un nouveau procès, qu’il confia à un homme spécialement envoyé par lui : Jean de Laubardemont, un parent de la mère supérieure. On refusa à Grandier, arrêté de nouveau à Angers, le droit de faire appel au Parlement de Paris. Interrogées une deuxième fois, les nonnes (et jusqu’à la mère supérieure) ne répétèrent pas leurs accusations, mais cela ne changea rien au procès où tout était décidé d’avance.

Après avoir torturé Grandier, les juges (Laubardemont, Lactance, et Tranquille) produisirent des documents prétendument signés par le prêtre et plusieurs démons comme preuve qu’il avait passé un pacte diabolique. Un des actes était écrit en latin et se donnait comme signé par Grandier ; un autre, presque illisible, comportait une foule de symboles étranges et était « signé » par plusieurs démons avec leurs cachets, aussi bien que par Satan lui-même (une signature se lit nettement Satanas). On ne sait pas si Grandier a écrit ou signé de tels actes sous la contrainte, ou s’ils ont été entièrement contrefaits.

Malgré la défense de son ami Claude Quillet, Grandier fut reconnu coupable et condamné à mort. Les juges ordonnèrent sa mise à la « question extraordinaire », forme de torture qui était d’habitude fatale, mais pas tout de suite, et qui n’était donc appliquée qu’aux victimes qui devaient être exécutées tout de suite après. Malgré la torture, Grandier refusa d’avouer ce dont on l’accusait. Il fut brûlé vif.



J'ai trouvé ça !

oui mais ça vient de qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Lilas



Féminin Messages : 94
Inscription : 11/02/2008

MessageSujet: Re: La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun   Ven 29 Mai 2009, 14:45

Antoine L. a écrit:
oui mais ça vient de qui ?

On retrouve ce texte dans Wikipédia.
Il est également fait mention de ce procès sur ce site :

http://www.leshistoriales.fr/les_articles_des_historiales.php?article=4
Revenir en haut Aller en bas
Antoine L.



Masculin Messages : 1402
Inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Re: La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun   Ven 29 Mai 2009, 17:30

Provenant du site :
Le chanoine Mignon exploite l'affaire, mais l'archevêque de Bordeaux, avec sagesse, ordonne, en décembre 1632, que les exorcismes soient confiés à d'autres prêtres que Mignon, à un jésuite et à un oratorien. Le calme revient aussitôt.
c'est faux, d'après un document a ma disposition qui s'intitule EXTRAICT DU PROCES verbal des exorcismes qui se font passés par ordre de monseigneur l'exveque ... page 4

L'arrivée des nouveaux exorcistes provoque l'arrive du demon Ballam et ....
ISACARON, on retrouve ce nom, Arnaud, il faudrai vraiment que l'on recherche la dessus, il est aussi présent dans antoine gay

Ils ne citent pas leur sources les rigolos
Revenir en haut Aller en bas
 
La magie et la possession, cas concret : les possédées de loudun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Possédées de Loudun
» Possession et psychoses.
» les possédées de Loudun(couvent)
» Folie ou Possession diabolique ??
» Signes de possession et l'église

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: