DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 La Bienheureuse Kateri Tekakwitha fêtée le 17 avril

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La Bienheureuse Kateri Tekakwitha fêtée le 17 avril   Ven 17 Avr 2009, 14:24

La Bienheureuse Kateri Tekakwitha, fêtée le 17 avril.

Lors d'une incursion des Iroquois à Ossernenon, un village des Algonquins, une jeune fille chrétienne, nommée Fleur-de-la-Prairie, tombe entre les mains d'un guerrier qui l'emmène captive.
Il émanait d'elle une telle noblesse et une telle bonté que le jeune chef se laisse gagner et lui demanda d'occuper, non pas la place de l'esclave, mais celle de l'épouse.
Mariée, elle mit au monde une fille et un garçon; son unique désir était de les faire baptiser. Aussi c'est avec beaucoup d'amour qu'elle leur parle de Dieu et enseigne à l'aînée les quelques prières que lui ont apprises les " Robes-Noires ".

Or en 1660, une épidémie de la petite vérole vint décimer le village. De cette famille seule la petite fille, Kateri, échappa au fléau. Elle avait quatre ans. Son oncle l'adopta.

La maladie a marqué le visage de l'enfant et lui a abîmé les yeux qui ne pourront plus supporter la grande lumière du jour. On l'appela donc " Tekakwitha ", ce qui signifie " celle-qui-avance-en-hésitant ".
Son infirmité, mais aussi son penchant naturel poussèrent Tekakwitha à mener une vie retirée. Ainsi protégée du monde, bénissait-elle la Providence de pouvoir en toute quiétude parler à Dieu en son coeur.

Une jeune fille ne peut rester en cet état, et ses tantes songent à la promettre en mariage. Mais chaque fois Tekakwitha refuse en alléguant sa jeunesse ou son peu d'inclination. Elle n'était pas encore chrétienne mais déjà Dieu avait mis en son coeur ce désir de la posséder de plus en plus. Alors commencera pour elle une série de rudes épreuves que lui feront subir ses tantes, s'acharnant à la vouloir marier. Un jour elle prendra la fuite plutôt que de consentir à un parti avantageux.

À partir de ce jour, ce fut une guerre de railleries, de menaces, de mauvais traitements qu'elle supportait sans jamais se plaindre.
Ses meilleurs moments sont ceux où elle peut prier seule, loin des regards moqueurs. C'est ainsi qu'elle a découvert dans la forêt, non loin de la source où elle va puiser l'eau, un endroit où elle peut s'isoler sans être vue. Recueillie, elle y passe de longs moments, s'unissant à Celui qu'elle aime, sans en avoir de notions intellectuelle.

Au reste, des événements survinrent qui allaient avoir une répercussion profonde. Au mois de septembre 1666, Tracy (vice-roi et chef militaire) pénétra dans le village des Iroquois qu'il trouva désert et le fit incendier. Les habitants, épouvantés, implorèrent la paix et, pour preuve de leur loyauté, demandèrent la venue des " Robes-Noires "... Les groupes de baptisés se succèdent d'une année à l'autre; mais hélas, malgré son désir, Tekakwitha n'en fait jamais partie, car son oncle qu'elle craint, s'oppose farouchement aux chrétiens. Il a juré de tuer quiconque de sa famille imiterait ces gens-là.

Pourtant, un jour, n'en pouvant plus, Tekakwitha ouvre son coeur au Missionnaire du village et lui confie son ardent désir d'être baptisée. Le Père connaît l'hostilité de l'oncle et l'interroge:
- " n'as-tu pas peur des tiens ? Auras-tu la force de persévérer ?
- J'ai prévu tout cela, Père. Rien ne me fera reculer, même s'il me faut aller chercher ailleurs l'eau du baptême."

Le Missionnaire aussi bien que la catéchumène se demandent comment les choses pourront s'arranger; et, tous deux, ils s'en remettent au Seigneur... On était en 1676; et voici qu'arrive au village, en visite, un très grand chef appelé Kryn, aimé et estimé de tous les Iroquois. Et ce grand chef est chrétien. Or, c'est à l'oncle de Tekakwitha qu'il vient demander l'hospitalité. Bien vite il voit la situation de l'orpheline et, brusquant les choses, il dit à l'oncle:
" Il faut baptiser Tekakwitha. M'accorderas-tu l'honneur d'être son parrain ? "

L'oncle est furieux, mais il ne peut rien dire car Kryn est un trop grand personnage pour qu'on lui refuse ce qu'il demande.

Et c'est ainsi, le 18 avril 1676, en la fête de Pâques, que le Père de Lamberville accomplit les cérémonies du baptême avec une joie profonde, ayant conscience de donner à l'Église une âme exceptionnelle. Tekakwitha reçut le nom de Catherine, en iroquois Kateri. La nouvelle chrétienne avait vingt ans.

Le grand chef parti, la persécution familiale contre Kateri reprit et ne fit qu'empirer, cependant que grandissait la résignation de la victime. Un jour, un guerrier entre dans sa cabane, le tomahawk à la main et lui crie: " Renonce à ta foi ou je te frappe ! " Elle reste calme et se contente de baisser la tête dans l'attente de la mort. Frappé de tant de courage, le guerrier s'enfuit.

Une nuit, en l'absence de son oncle, deux Iroquois, eux aussi chrétiens, viennent prendre Kateri et l'emmènent à la mission de Saint-François-Xavier de La Prairie. C'était à l'automne 1677.

Enfin Kateri sent qu'elle a retrouvé sa vraie famille. Une jeune Indienne l'accueille chez elle comme sa propre soeur. Une circonstance heureuse fit que, dans cette même cabane, se trouvait une vieille femme nommée Anastasie, une des premières Iroquoises baptisées. Elle avait connu la mère de Kateri.

La foi profonde de Kateri allait donc, enfin, pouvoir s'épanouir pleinement et librement. Dès les premiers jours, on la vit se rendre à l'église à quatre heures du matin, même aux temps les plus rigoureux de l'hiver. Elle entendait la première messe à la pointe du jour, puis celle des Indiens au soleil levé. Les dimanches et fêtes elle les passait pour ainsi dire tout entiers à l'église, tant sa méditation était profonde, et intense son amour pour l'Eucharistie.

Baptisée depuis un an et demi, elle n'avait pas encore fait sa première communion. Ce n'était pas faute de la désirer ! Mais les missionnaire avaient posé comme règle de n'admettre à la communion, qu`après quelques années d'épreuves. Et voici qu'on lui annonce que sa première communion aurait lieu à la prochaine fête de Noël. Elle reçoit cette nouvelle avec des transports de joie. Enfin elle allait s'unir au Dieu de son coeur, enfin elle allait pouvoir satisfaire sa faim de Dieu ! C'est à Notre-Dame, à qui elle voue un culte ardent, qu'elle confie le soin de préparer son coeur. Le jour venu, elle est si heureuse qu'il lui semble qu'elle va quitter ce monde.

Le souverain Maître la fortifiait afin de la préparer aux terribles épreuves qui allaient fondre sur elle... Comme elle refusait toujours de se marier pour protéger sa virginité et comme elle a gardé son attrait pour la prière silencieuse, fidèle à ses habitudes, elle s'est fait une croix au bord du Saint-Laurent où elle se rend prier. Or les femmes du village la voyant s'absenter, la calomnient et l'accusent d'un commerce d'amour avec un Indien. C'était l'atteindre au point le plus sensible de son être. Il faut bien remarquer que Kateri, choisie par Dieu à lui consacrer sa virginité, est une exception parmi les Indiens de ce temps, même chez les chrétiens.

Le Missionnaire à qui elle a fait part de son désir de prononcer le voeu de virginité hésite. Puis convaincu de la fermeté de la chrétienne, il consent à sa demande. Il raconte: " Ce fut le jour de l'Annonciation, 25 mars 1679, sur les huit heures du matin, que Kateri, un moment après que Jésus-Christ se fut donné à elle dans la communion, se donna toute à lui, en lui promettant une virginité perpétuelle. Puis elle se consacra tout entière à Marie, lui demandant instamment de vouloir bien être sa mère et la prendre pour sa fille ".

Il ne restait plus à la bien-aimée de Jésus et de Marie qu'un an à vivre loin de son Époux et de sa Mère.

La vie de Kateri Tekakwitha depuis son enfance jusqu'à sa mort fut portée bien souvent jusqu'à l'héroïsme. On peut dire cependant que depuis sa première communion, elle ne cessa de grandir. Notre sainte se caractérise surtout par le double culte qu'elle porta à la Passion du Sauveur et à la sainte Eucharistie. Considérant ce qu'étaient la mentalité et le mode de vie des Indiens, il serait difficile de trouver plus grande innocence et une vie de pénitence plus austère. Les travaux, les veilles, les jeûnes, le froid, le feu, les ceintures armées de pointes, les rudes disciplines avec lesquelles elle se déchirait les épaules, sont autant de moyens qu'elle imagina pour expier ce qu'elle appelait ses fautes de jeunesse, et pour imiter son Sauveur.

Il n'est pas étonnant qu'avec un tel mode de vie, la santé de Kateri ait décliné rapidement. Au coeur de l'hiver 1680, un matin, elle a toutes les peines du monde à rapporter jusqu'à la cabane le sceau d'eau puisée au fleuve. Elle s'écoule près du feu; une toux violente déchire sa poitrine. C'en est fini de sa vie active. Alitée depuis ce jour, sa vie ne sera plus que prières, égrenant sans fin son chapelet. Souvent, elle instruit les enfants qui viennent la voir.

Le mercredi saint, 17 avril 1680, après avoir annoncé le moment de sa mort et l'endroit où serait son tombeau, entourée du Missionnaire et des femmes du village qui veulent la voir mourir, vers les trois heures et demie de l'après-midi, elle prononce faiblement les noms de Jésus et Marie et, paisiblement, elle expire.

Alors, soudain, Kateri apparaît comme transfigurée. Son visage, marqué par la petite vérole, est devenu lisse et d'une beauté étonnante. Une lumière, semble-t-il, en émane.

Le village entier pleure celle qui fut au plus haut point la soeur de tous. Et en même temps chacun a la conviction qu'il a désormais une protectrice puissante dans le Ciel.

Revenir en haut Aller en bas
Christophore



Messages : 3244
Inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: La Bienheureuse Kateri Tekakwitha fêtée le 17 avril   Sam 18 Avr 2009, 22:28

Merci de ce beau texte, chère Julienne !
fraternellement
Revenir en haut Aller en bas
http://site.christophore.com/
Bénédicte



Féminin Messages : 615
Inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: La Bienheureuse Kateri Tekakwitha fêtée le 17 avril   Dim 19 Avr 2009, 11:45

j'ai visité sa tombe! je l'aime beaucoup;
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Bienheureuse Kateri Tekakwitha fêtée le 17 avril   Dim 19 Avr 2009, 13:15

Cher Christophore, Chère Bénédicte,

Merci pour vos commentaires et Saint Dimanche de la Miséricorde de Jésus. sunny
Revenir en haut Aller en bas
 
La Bienheureuse Kateri Tekakwitha fêtée le 17 avril
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prière pour la canonisation de la bienheureuse Kateri Tekakwitha
» Qui est Kateri Tekakwitha?
» Vidéo-info : "Envoi de pélerins pour la canonisation de Kateri Tekakwitha" !
» À l'école virtuelle de Sainte Kateri Tekakwitha
» Video de Sainte Kateri Tekakwitha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: