DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Sam 11 Avr 2009, 16:49

Cher Arnaud,

J'aimerai réagir sur cette affirmation qui vient de vous. D'après-vous, la vie théologale, qui est participation à la vie de Dieu, la vie de l'Esprit Saint, Dieu la déposerait dans notre esprit, dans la vie de notre esprit et pas dans la vie sensible.

J'aimerai savoir si cette idée ne vient pas du fait qu'au coeur de notre vie naturelle, vous placez le cerveau et pas le coeur. C'est en effet sur l'ancéphalogramme que les médecin s'appuie pour nous déclarer encore vivant, et pas sur notre coeur.

Pour moi, au centre de notre vie naturelle, il y a "le coeur" qui bat, ce coeur qui donne vie à notre corps de chair et à notre cerveau. L'énergie électrique déployée dans notre cerveau est peut-être la dernière à disparaître, mais si elle disparaît, n'est-ce pas parce que notre coeur s'est arrêté de battre, de lui envoyer son énergie ?

Ce qui me fait dire qu'au coeur de notre vie naturelle, se trouve notre coeur humain. Lorsque notre coeur humain s'arrête de batte, les membres de notre corps arrêtent de s'animer (ils sont inanimés) puis c'est au tour de notre cerveau d'arrêter de s'animer.

Si je vous ai dis que pour moi, la Charité donnait vie à la Foi, c'est peut-être parce que je fais une analogie entre la vie naturelle et la vie surnaturelle.

Pour moi, c'est le coeur (la Charité)qui donne vie à nos membres (par analogie = l'espérance) et à notre cerveau (par analogie = la Foi)

Pour moi, c'est la Charité qui met en mouvement notre espérance et notre Foi.

Dans la mesure où les scientifiques s'appuie sur notre cerveau pour nous dire totalement mort, cela voudrait dire que c'est le membre de notre corps qui est le premier animé par notre coeur, avant nos membres.

Si je fais une analogie avec la vie surnaturelle, au centre de cette vie nouvelle, moi j'aurai tendance à placer la Charité (le coeur de notre vie surnaturelle), puis la Foi (le cerveau) qui va actionner notre Espérance (le mouvement des membres de notre corps).

C'est ce qui explique sans doute que tout à l'heure que disais que c'est la Charité qui mettait en mouvement notre Foi, qui nous faisait tendre (avancer) vers celui que nous cherchons, le Christ Jésus présent au plus intime de notre coeur, source de notre Foi et de notre espérance.

Et c'est parce que pour moi, au principe de cette Charité qui est répandu en nos coeurs par notre organisme surnaturel, il y a le Saint Esprit, qui répand en nos coeur la Charité.

Lorsque vous me parlez d'amour d'amitié, vous, vous me parlez de la Charité, une Foi qu'elle a animé la Foi qui elle même nous fait tendre vers le Christ, par un amour qui prend sa source en la Charité, qui passe par la Foi et l'espérance, et qu'on peut effectivement appelé "amour d'amitié" ; c'est à dire l'amour que tout notre être rend à Dieu et par lequel nous tendons vers Lui.

Voyez-vous où ce que je veux en venir. Vous, lorsque vous parlez de la Charité comme amour d'amitié, vous parler de la Charité une fois qu'elle est passée par la Foi et que la Foi nous fait tendre vers Dieu. L'amour d'amitié, c'est ce qui nous fait vivre en enfants de Dieu ; c'est l'amour qui est redonné une fois qu'il est passé par notre foi et notre corps ; c'est l'amour qui met en mouvement tout notre être, qui pousse notre être vers Dieu et vers notre prochain.

Et moi, je prends conscience que nous n'étions pas sur la même longueur d'onde. Moi, je vous parlais de la Charité et pas de l'amour d'amitié. Moi je vous parlais de l'Amour qui est répandu par notre organisme surnaturel, tandis que vous vous me parliez de l'amour qui était rendu par notre organisme naturel, notre esprit et notre corps.

Moi je vous parlais de l'Amour qui jaillit de l'Esprit Saint pour se répandre au coeur de notre vie naturel, tandis que vous vous me parliez de l'amour d'amitié qui jaillit de nous-même, une fois que nous sommes informé par notre esprit de cette Charité qui jaillit au coeur de notre vie, via le coeur de la Vie surnaturelle ; une fois que nous sommes informés par la foi et que l'espérance nous fait tendre vers la source de cet amour d'amitié, la Charité.

En espérant m'être bien fait comprendre.

Petero
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Dim 12 Avr 2009, 05:12

Bonne et sainte fête de Pâques à tous.

Chères frères et soeurs, continuons notre réflexion sur la Charité au coeur de la vie surnaturelle.

Voyons ce matin, puisque c'est le matin de Pâques, ce que produit la Charité répandu en nos coeurs par l'Esprit Saint, et qui est contenu dans la charité que nous nous reproduisons

le vin nouveau, dont parlait Jésus

Nous avons donc vu que la Charité dont je parle, c'est la Charité qui sort de l'Esprit Saint (la charité avec un grand C) et la charité dont parle notre ami Arnaud, c'est la charité (avec un petit c), parce que c'est la charité que nous reproduisons et que Jésus appelle le fruit que la vigne doit produire. La grappe de raisin constitue l'ensemble des petits actes de charité que nous produisons chaque jour. Chaque jour nous sommes appelés à donner au monde, une grappe de raisin rempli de jus de la Vie d'en Haut et à en distribuer les grains à nos frères et soeurs sur la terre.

C'est donc au coeur de nos petites actions quotidienne, que nous diffusons ou distibuons l'amour de charité qui se mêle à notre vie, pour que notre vie et la vie de nos frères qui profitent de toutes nos actions, soit plus douce à vivre dans l'attente du retour du Seigneur, ce jour où il vient nous chercher pour nous faire passer par la mort, ou ce jour où il reviendra parmi nous comme il nous l'a promis, pour boire avec nous le vin nouveau.

Ce vin nouveau, il fut préfiguré dès le début de la mission de Jésus, par le vin qu'il fit distribuer aux convives des noces de Cana, quand en plein milieu de la noce, ils n'eurent plus de vin. Jésus, rappelez-vous, fit remplir six jarres de pierre avec de l'eau qu'il changea en vin et qu'il fit distribuer aux convives de la noce. Il le fit parce que Marie le lui demanda.

Eh bien ce vin nouveau c'est le vin qu'il a distribué à ses disciples le Jeudi Saint quand il leur a dit : "Ceci est mon sang, le sang de l'alliance qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péché. Vous ferez cela en mémoire de moi"

J'en profite pour relever un détail que vous n'aviez sans doute pas remarqué mais qui vient de me venir à l'esprit, c'est le nombre de jarre qui ont été remplies d'eau par les serviteurs. C'est 6.

Ce sont donc 6 serviteurs qui distribuèrent le vin nouveau aux noces de Cana et qui réjouit le coeurs des convives, auquel il faut rajouter le Serviteur des serviteurs, Jésus, qui donna l'ordre de le servir après avoir changé l'eau en vin. Ce qui fait 7 serviteurs en tout, soit le chiffre qui symbolise la perfection et qui me fait penser aux 7 diacres qui ont été ordonnés au ministère des Apôtres pour servir le vin à la table des veuves lors des repas qu'ils prenaient en commun en souvenir du repas de Jésus et dans l'attente du repas de noce à venir, le repas des noces de l'Agneau, auquel Jésus a dit qu'il assisterait, quand il reviendrai parmi nous, pour régner au milieu de nous, dans le Royaume qu'il est venu établir sur la terre, le Royaume de Dieu : "En vérité, je vous le dis, je ne boirai plus du produit de la vigne jusqu'au jour où je boirai le vin nouveau dans le Royaume de Dieu." (Marc 14, 25)

Quand Jésus disait "le produit de la vigne", il parlait de "sa vigne" qu'il était venu planté sur la terre, et dont il nous parlera et à laquelle j'ai fait allusion tout à l'heure quand j'ai parlé de la grappe de raisin des bonnes actions remplis de charité que nous devions produire, en tant que sarments de cette Vigne Nouvelle.

On peut donc dire que les 6 jarres de pierre représentait les serviteur que Jésus envoya auprès des convives pour leur servir le vin nouveau, le 7ème étant celui qui les envoie, Jésus et qu'ils rendent présent de par leur service ; car en chacun d'eux c'est Jésus qui sert.

Et c'est tout à fait le service que je remplis dans l'Eglise et à l'extérieur de l'Eglise depuis que j'ai été ordonné diacre. Dans le choeur de l'Eglise, au pied de ce coeur, avec mes frères diacres, nous distribuons le vin de la messe, que le Seigneur a transformé en son sang, et qui va donner vie en nous au pain que nous recevons des mains du prêtre, pour que ce pain qui est le corps du Christ, trempé dans le vin nouveau, puisse renaître en nous, ressusciter en chacun de nous, après qu'il se soit mêlé à notre chair et à notre sang.

Voilà pourquoi le Christ est Prêtre lorsqu'il offre le sacrifice et qu'il est diacre lorsqu'il sert le Vin Nouveau à sa vigne et qui n'est autre que ce qui fait vivre sa Vigne, de sa Vie Nouvelle, sa Vie de ressuscité, après qu'il fut passé dans le pressoir de la Croix.

Au pied de l'autel, lorsque vous recevez le corps et le sang du Christ, vous les recevez des 2 mains du Christ, celle de gauche qui est celle du prêtre et celle de droite qui est celle du diacre ; en vous souvenant que ces 2 serviteurs du Christ ont été envoyé par leur évêque qui les a appelés pour être ses collaborateurs. L'Evêque étant celui qui re-présente le Christ qui est prêtre et diacre.

Lorsque Jésus reviendra parmi nous pour boire le vin nouveau dans sa vigne, on n'aura plus besoin de faire mémoire de son sacrifice, car il sera là au milieu de nous, Jésus ne se présentera donc pas à nous revêtu du vêtement du prêtre, mais revêtu du vêtement de service que revêtent les diacres. Jésus, au milieu de nous servira ceux qu'il invite depuis 2000 ans à sa table dans l'attente du retour de l'époux qui leur a été enlevé, habillé en diacre.

C'est la raison pour laquelle sur l'avatar que j'ai placé à gauche de mes messages depuis plusieurs mois, Jésus qui apparaît ressuscité en montrant ses mains transpercées, porte une étole de diacre.

Voilà, je vais m'arrêter là pour ce message, pour que vous preniez le temps de faire une petit pause.

A tout de suite pour la suite.

Que la joie de la résurrection entre en vos coeurs.

Petero
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Dim 12 Avr 2009, 06:20

Ce vin nouveau, nous avons vu que ce sont les diacres qui le distribuait, envoyés qu'ils étaient par le Seigneur ; ce vin nouveau que Jésus vous donne à vous aussi, les sarments de sa Vigne, pour que vous le reproduisiez et le servez à vos frères dans la vie de tous les jours, au coeurs de toutes les petites actions que vous faites en acceptant d'être broyés vous aussi, puisque vous êtes chacun une grappe de raisin produit par la vigne nouvelle, porteur des grains de vie nouvelle que vous devez faire goûter à vos frères chacun des 6 jours que Dieu vous a donné pour travailler au salut du monde, le 7ème jour étant celui où vous devez revenir à la table du Seigneur, pour qu'il fasse monter en votre coeur, une effusion de vin nouveau, pour que vous retourniez le redistribuez chaque jour de la semaine, et ainsi jusqu'à épuisement de vos forces, jusqu'à ce que la mort vous prenne et vous emporte.

Quand à nos frères diacres, eux, ils emportent avec eux le vin qui restent dans les coupes, pour aller porter ce vin nouveau à tous ceux qui n'ont pas pu venir se restaurer à la table du Seigneur pour toutes sortes de raison, d'abord, la meilleur, parce que malade chez eux où à l'hôpital, ou bien parce qu'ils sont trop âgé pour se déplacer ; plus les autres un peu moins meilleurs, parce qu'on n'a pas pris le temps trop occuper par toutes les occupations qu'on s'est donné ce jour là, alors que c'est un jour réservé pour le repos que Dieu nous a donné pour aller le visiter dans son Palais ; ou parce qu'on travail aussi ce jour là ; où bien parce qu'on préfère à la grâce du Seigneur, la grâce matinée, ou bien pour un tas d'autre bonnes raisons qu'on s'est données.

Nos frères diacres, eux, repartent donc le coeur remplis de ce vin nouveau, pour aller le redistribuer à nos frères et soeurs qui ont été empêché de venir parce que malade ou en prison et à tous ceux qui se sont éloignés du Seigneur et que le curé de la paroisse n'a pas le temps d'aller visiter et qu'eux, grâce à leur travail, ils pourront cottoyer.

Quant aux autres, frères et soeurs, c'est vous qui êtes envoyés vers eux à commencer par ceux de vos familles qui ne viennent plus participer au repas du Seigneur, parce qu'ils se sont lassés ou fatigués, parce qu'ils s'y ennuyaient ou pour toutes les raisons que j'ai citées précédement. Vous êtes tous diacres au coeur de vos familles, de vos citées, de vos lieu de travail. C'est à vous qu'il appartient aussi de faire goûter le fruit de la Vigne du Seigneur, comme je l'ai expliqué dans mon message précédent.

Servir le vin nouveau, en pressant les grains de nos petites actions ou en les laissant pressés par ceux qui parfois les piétinent, vous offrez là le sacrifice qui plaît à Dieu : "Car tu ne prends aucun plaisir au sacrifice; un holocauste, tu n'en veux pas. Le sacrifice à Dieu, c'est un esprit brisé; d'un coeur brisé, broyé ..." (Psaume 51, 17, 19)


C'est le sacrifice qu'offrait Aaron et sa famille : "Il étendait la main sur la coupe, faisait couler un peu du jus de la grappe et le répandait au pied de l'autel, parfum agréable au Très-Haut, roi du monde. Alors les fils d'Aaron poussaient des cris, sonnaient de leurs trompettes de métal massif et faisaient entendre un son puissant, comme un mémorial devant le Très-Haut. (Siracide 50, 15)

Voilà donc le parfum agréable au Très Haut, c'est que vous fassiez couler vous aussi, comme le grand prêtre aaron, au pied de l'autel que vous êtes devenu, son hôtel, où il demeur sur la terre, ce jus de raisin de la grappe que vous êtes, dans sa vigne, son Fils qu'il est venu planter sur la terre. A chaque fois que dans le monde, le vin nouveau est déversé, c'est la joie au ciel, parmis tous les nouveau fils de Dieu, les fils de Jésus qui l'ont rejoint, les saints de tous les temps et qui continuent à servir le vin nouveau à tous ceux qui sont hospitalisés au purgatoire, le temps que s'accomplissent leur résurrection.

Rappelez-vous maintenant ce que le Maître vous avait dit : "On ne met pas non plus du vin nouveau dans des outres vieilles; autrement, les outres éclatent, le vin se répand et les outres sont perdues. Mais on met du vin nouveau dans des outres neuves, et l'un et l'autre se conservent." (Matthieu 9, 17)

Pour recevoir le vin nouveau et bien le conserver, il faut devenir soi-même une outre nouvelle, c'est à dire un être nouveau, sur lequel on pourra presser sans risquer de nous déchirer et donc de perdre le vin nouveau que Jésus aura versé en nous.

D'où l'importance de recevoir un corps nouveau pour accueillir le vin nouveau. C'est ce que Jésus réalise par le sacrement du baptême, lorsqu'il fait de nous l'un des membres de son Corps, lorsqu'il fait de nous l'un des sarments de sa vigne qui maintenant étend ses sarments sur toute la surface du monde, grâce à tous les chrétiens qui le servent dans le monde, au milieu des sarments sec qui ont malheureusement cessés de donner le fruit de la Vie nouvelle.

Voici venu le temps où le Seigneur va essayer de redonner vie à tous ces sarments secs et ils sont nombreux, pour que le fruit de la Vie Nouvelle soit proposé à la multitude, avant que le Père ne ferme pour toujours les porte de sa Ville Sainte, l'Eglise, la demeur que son Fils lui a bâtit sur la terre, et qui bientôt sera élevée au ciel, pour que le Père puisse détruire la terre que nous avons abîmés, avec tous ceux qui refuseront d'entrer dans l'Eglise de son Fils, son Temple, l'Arche, qu'il a confié à Pierre et qu'aujourd'hui bon bien-aimé serviteur le pape Benoït XVI, conduit à travers la grande tribulation qui secoue le monde et que vous connaissez.

Le temps du déluge de feu viendra, lorsque tous ceux qui seront restés sur la terre s'entredéchireront, se faisant la guerre, et détruisant la terre par un déluge de Feu comme il n'y en a jamais eu. C'est ainsi que le prince de ce monde, ses serviteurs les démons et tous leurs esclaves qui auront rejeté le salut du Seigneur, seront détruits.

Mais je vous rassure, nous n'en sommes pas encore là. Voici venir le temps où le Seigneur va venir boire le vin nouveau, comme il l'avait promis à ses Apôtres, le temps pour lui de rassembler autour de lui toutes les nations souveraines et surtout toutes les bergeries des croyants qui attendent sa venu pour certain et son retour pour d'autre : ceux de sa maison, sa bergerie, l'Eglise catholique ; ceux de la bergerie orthodoxe, de la bergerie protestante au sein de laquelle se rassembleront tous les protestants dispersés ; la bergerie anglicane qui n'ont pas rejoint l'Eglise catholique ; la bergerie juive et la bergerie musulman. A la tête de chaque bergerie il placera un "bon berger" qui aideras les brebis qui lui auront été confiées à se préparer pour son entrée dans la Jérusalem Céleste, lorsque celle-ci descendra sur la terre.

Comme je l'ai déjà annoncé à mes frères musulmans, dans le forum sur lequel m'a invité notre ami Hamedjebli, et comme je l'ai déjà annoncé sur ce forum, je donnerai comme berger à tous nos frères musulmans, un jeune immam, marié, rempli du Feu de l'amour qui brûlait dans le coeur d'Abraham, que j'ai déjà rencontré et qui se prénomme Kalifa ; je lui confierai la charge de "paître" toutes les brebis musulmanes qui voudront bien se rassembler autour de leur nouveau Kalifa.

Pour ce qui est de l'Eglise Catholique, mon Eglise, elle va garder son pasteur, mon bien aimé pape Benoît XVI que je visiterai lorsqu'il m'aura retrouvé et m'invitera à venir le rencontrer.

Pour les autres église, j'ai ma petite idée que pour le moment je ne vous confierai pas. Il ne faut pas que j'en dise trop ; il faut que j'en garde un peu pour la fin.

Voilà, mes enfants chéris, ce que votre Seigneur et votre Maître voulait vous confier en ce matin de Pâques où il vous annonce qu'Il est là, au milieu de vous, dans l'attente de ce jour où il pourrait commencer à lever le voile du Temple dans laquelle son Père a voulu le faire renaître pour qu'il revienne au milieu de vous comme il était venu la première fois ; sauf que là ce n'est pas sa bienheureuse Vierge Mère qui l'a mis au monde, mais sa Bienheureuse Mère l'Eglise, dans le sein duquel il a été conçu le jour de le Pentecôte pour renaître, ressusciter en chacun de ses Apôtres.

Je vous dis à bientôt, car rassurez-vous, maintenant que je suis au milieu de vous, je ne vais plus vous quitter.

Mon cher Arnaud, un grand merci pour toute l'aide que tu m'as apporté et surtout de m'avoir aidé à faire jaillir de mon âme, tout ce que je vous transmet depuis le début de cette Semaine Sainte.

Votre Seigneur qui vous aime infiniment, votre Rocher, votre Kêpha sous lequel vous allez bientôt pouvoir vous réfugier pour échapper au déluge de Feu.

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80812
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Dim 12 Avr 2009, 06:43

Citation :
[quote="petero"]Cher Arnaud,

J'aimerai réagir sur cette affirmation qui vient de vous. D'après-vous, la vie théologale, qui est participation à la vie de Dieu, la vie de l'Esprit Saint, Dieu la déposerait dans notre esprit, dans la vie de notre esprit et pas dans la vie sensible.

Cher Pierre, en fait, comme l'amitié, la charité (qui n'est rien d'autre qu'un amour d'amitié pour Dieu) commence la plupart du temps par une séduction (venant de Dieu) dans notre vie sensible.

C'est, dit saint Thomas, que la grâce imite la nature.
Donc, les jeunes convertis tombent amoureux de Dieu, véritablement, portés par des grâces sensibles. C'est la même chose quand on tombe amoureux d'une femme.

Et, comme dans cet amour, il arrivera un moment où ce sentiment s'amoindrira (c'est ce que saint Jean de la croix appelle la nuit des sens).

En effet, la maturité de l'amour d'amitié veut qu'elle ne soit pas fondée sur le plaisir (on aime au début, sans s'en rendre compte, davantage le plaisir sensible que la personne). C'est identique pour la charité. Dieu nous conduit peu à peu à l'aimer lui plutôt que ses grâces sensibles.


Cher Pierre, j'ai mis ici une vidéo qui décrit ce cheminement par les 7 demeures de la charité / amour d'amitié.

http://video.google.fr/videoplay?docid=1132773436154744428




Citation :
J'aimerai savoir si cette idée ne vient pas du fait qu'au coeur de notre vie naturelle, vous placez le cerveau et pas le coeur. C'est en effet sur l'ancéphalogramme que les médecin s'appuie pour nous déclarer encore vivant, et pas sur notre coeur.

Ce n'est pas le cerveau qui est en jeu dans l'amitié, c'est l'intelligence et la volonté. L'intelligence fait partie du coeur.

L'amour sentimental, lorsqu'il n'est pas mûri, fait des "Oh et des ah !". Il dit "Seigneur, Seigneur " avec des grands états d'âme affectifs et n'agit pas.

L'amour spirituel une fois mûri, agit en acte pour Dieu et fait la volonté de Dieu. Il n'existe pas d'amour, disait une personne. Il n'existe que des preuves d'amour.

C'est ce que dit Jésus ici :
Citation :
Matthieu 7, 21 "Ce n'est pas en me disant : Seigneur, Seigneur, qu'on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c'est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux.
Citation :


Moi je vous parlais de l'Amour qui jaillit de l'Esprit Saint pour se répandre au coeur de notre vie naturel, tandis que vous vous me parliez de l'amour d'amitié qui jaillit de nous-même, une fois que nous sommes informé par notre esprit de cette Charité qui jaillit au coeur de notre vie, via le coeur de la Vie surnaturelle ; une fois que nous sommes informés par la foi et que l'espérance nous fait tendre vers la source de cet amour d'amitié, la Charité.

En espérant m'être bien fait comprendre.

A la fin de la maturation de l'amour, il n'y a plus d'opposition entre le coeur (sensibilité) et l'intelligence (amour spirituel qui agit). On devient simple. On aime simplement le Seigneur en acte, qu'il y ait ou non des grâces sensibles.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Dim 12 Avr 2009, 08:29

Arnaud Dumouch a écrit:
A la fin de la maturation de l'amour, il n'y a plus d'opposition entre le coeur (sensibilité) et l'intelligence (amour spirituel qui agit). On devient simple. On aime simplement le Seigneur en acte, qu'il y ait ou non des grâces sensibles.

thumleft sunny

Je vous aime, mon cher docteur angélique.

Petero
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Dim 12 Avr 2009, 20:37

Si vous me permettez, je replace le fruit que je vous ai donné à manger, au sommet de l'étalage.

Petero
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 07:42

petero a écrit:
Ce vin nouveau, nous avons vu que ce sont les diacres qui le distribuait, envoyés qu'ils étaient par le Seigneur ; ce vin nouveau que Jésus vous donne à vous aussi, les sarments de sa Vigne, pour que vous le reproduisiez et le servez à vos frères dans la vie de tous les jours, au coeurs de toutes les petites actions que vous faites en acceptant d'être broyés vous aussi, puisque vous êtes chacun une grappe de raisin produit par la vigne nouvelle, porteur des grains de vie nouvelle que vous devez faire goûter à vos frères chacun des 6 jours que Dieu vous a donné pour travailler au salut du monde, le 7ème jour étant celui où vous devez revenir à la table du Seigneur, pour qu'il fasse monter en votre coeur, une effusion de vin nouveau, pour que vous retourniez le redistribuez chaque jour de la semaine, et ainsi jusqu'à épuisement de vos forces, jusqu'à ce que la mort vous prenne et vous emporte.

Quand à nos frères diacres, eux, ils emportent avec eux le vin qui restent dans les coupes, pour aller porter ce vin nouveau à tous ceux qui n'ont pas pu venir se restaurer à la table du Seigneur pour toutes sortes de raison, d'abord, la meilleur, parce que malade chez eux où à l'hôpital, ou bien parce qu'ils sont trop âgé pour se déplacer ; plus les autres un peu moins meilleurs, parce qu'on n'a pas pris le temps trop occuper par toutes les occupations qu'on s'est donné ce jour là, alors que c'est un jour réservé pour le repos que Dieu nous a donné pour aller le visiter dans son Palais ; ou parce qu'on travail aussi ce jour là ; où bien parce qu'on préfère à la grâce du Seigneur, la grâce matinée, ou bien pour un tas d'autre bonnes raisons qu'on s'est données.

Nos frères diacres, eux, repartent donc le coeur remplis de ce vin nouveau, pour aller le redistribuer à nos frères et soeurs qui ont été empêché de venir parce que malade ou en prison et à tous ceux qui se sont éloignés du Seigneur et que le curé de la paroisse n'a pas le temps d'aller visiter et qu'eux, grâce à leur travail, ils pourront cottoyer.

Quant aux autres, frères et soeurs, c'est vous qui êtes envoyés vers eux à commencer par ceux de vos familles qui ne viennent plus participer au repas du Seigneur, parce qu'ils se sont lassés ou fatigués, parce qu'ils s'y ennuyaient ou pour toutes les raisons que j'ai citées précédement. Vous êtes tous diacres au coeur de vos familles, de vos citées, de vos lieu de travail. C'est à vous qu'il appartient aussi de faire goûter le fruit de la Vigne du Seigneur, comme je l'ai expliqué dans mon message précédent.

Servir le vin nouveau, en pressant les grains de nos petites actions ou en les laissant pressés par ceux qui parfois les piétinent, vous offrez là le sacrifice qui plaît à Dieu : "Car tu ne prends aucun plaisir au sacrifice; un holocauste, tu n'en veux pas. Le sacrifice à Dieu, c'est un esprit brisé; d'un coeur brisé, broyé ..." (Psaume 51, 17, 19)


C'est le sacrifice qu'offrait Aaron et sa famille : "Il étendait la main sur la coupe, faisait couler un peu du jus de la grappe et le répandait au pied de l'autel, parfum agréable au Très-Haut, roi du monde. Alors les fils d'Aaron poussaient des cris, sonnaient de leurs trompettes de métal massif et faisaient entendre un son puissant, comme un mémorial devant le Très-Haut. (Siracide 50, 15)

Voilà donc le parfum agréable au Très Haut, c'est que vous fassiez couler vous aussi, comme le grand prêtre aaron, au pied de l'autel que vous êtes devenu, son hôtel, où il demeur sur la terre, ce jus de raisin de la grappe que vous êtes, dans sa vigne, son Fils qu'il est venu planter sur la terre. A chaque fois que dans le monde, le vin nouveau est déversé, c'est la joie au ciel, parmis tous les nouveau fils de Dieu, les fils de Jésus qui l'ont rejoint, les saints de tous les temps et qui continuent à servir le vin nouveau à tous ceux qui sont hospitalisés au purgatoire, le temps que s'accomplissent leur résurrection.

Rappelez-vous maintenant ce que le Maître vous avait dit : "On ne met pas non plus du vin nouveau dans des outres vieilles; autrement, les outres éclatent, le vin se répand et les outres sont perdues. Mais on met du vin nouveau dans des outres neuves, et l'un et l'autre se conservent." (Matthieu 9, 17)

Pour recevoir le vin nouveau et bien le conserver, il faut devenir soi-même une outre nouvelle, c'est à dire un être nouveau, sur lequel on pourra presser sans risquer de nous déchirer et donc de perdre le vin nouveau que Jésus aura versé en nous.

D'où l'importance de recevoir un corps nouveau pour accueillir le vin nouveau. C'est ce que Jésus réalise par le sacrement du baptême, lorsqu'il fait de nous l'un des membres de son Corps, lorsqu'il fait de nous l'un des sarments de sa vigne qui maintenant étend ses sarments sur toute la surface du monde, grâce à tous les chrétiens qui le servent dans le monde, au milieu des sarments sec qui ont malheureusement cessés de donner le fruit de la Vie nouvelle.


Petero
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 08:49

petero a écrit:
Cher Arnaud,

J'aimerai réagir sur cette affirmation qui vient de vous. D'après-vous, la vie théologale, qui est participation à la vie de Dieu, la vie de l'Esprit Saint, Dieu la déposerait dans notre esprit, dans la vie de notre esprit et pas dans la vie sensible.

J'aimerai savoir si cette idée ne vient pas du fait qu'au coeur de notre vie naturelle, vous placez le cerveau et pas le coeur. C'est en effet sur l'ancéphalogramme que les médecin s'appuie pour nous déclarer encore vivant, et pas sur notre coeur.


Petero

Il y d'abord, l'esprit psychique, et ensuite, l'esprit spiriutel dit notre ami saint Paul ! Et je crois que la théologie remet les pendules à l'heure dans ces deux esprit, cher Petero ! Autrement dit qu'elle nous invite à gérer le combat que se livre ces deux esprits !
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 11:52

[quote="doris"]
petero a écrit:
Cher Arnaud,

J'aimerai réagir sur cette affirmation qui vient de vous. D'après-vous, la vie théologale, qui est participation à la vie de Dieu, la vie de l'Esprit Saint, Dieu la déposerait dans notre esprit, dans la vie de notre esprit et pas dans la vie sensible.

J'aimerai savoir si cette idée ne vient pas du fait qu'au coeur de notre vie naturelle, vous placez le cerveau et pas le coeur. C'est en effet sur l'ancéphalogramme que les médecin s'appuie pour nous déclarer encore vivant, et pas sur notre coeur.


Petero

Chère Doris,

Ce que j'ai voulu exprimer en écrivant cette méditation sur le Vin Nouveau produit par notre orgnanisme spirituel, c'est que celui-ci est tranformé par la foi et l'espérance en amour d'amitié qui passe dans la vie sensible.

Le vin nouveau on le distribue avec notre coeur et tout notre être, nos mains, nos pieds. Soeur Emmanuelle, lorsqu'elle se déplaçait dans les bidonvilles pour distribuer la charité, elle se déplaçait avec ses jambes, elle le distribuait la charité avec ses mains, en soignant, en caressant, en pansant.

Les belles paroles données sur la charité par notre esprit, notre intelligence et prononcées par notre parole intelligible, c'est bien, mais c'est quand elle passe par la vie sensible, la vie des sens que la charité trouve sa pleine mesure.

Est-ce que tu comprends ce que je veux dire ?

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 11:53

Au fait, Arnaud, je n'ai plus l'étiquette "éditer" qui apprait en haut à droite de mes messages. C'est normal ?

Petero
Revenir en haut Aller en bas
spidle33



Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 12:03

petero a écrit:
Au fait, Arnaud, je n'ai plus l'étiquette "éditer" qui apprait en haut à droite de mes messages. C'est normal ?

Petero
Apparemment vous n'êtes pas le seul.
Jeb m'a remonté le meme problème.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 12:30

[quote="petero"]
doris a écrit:
petero a écrit:
Cher Arnaud,

J'aimerai réagir sur cette affirmation qui vient de vous. D'après-vous, la vie théologale, qui est participation à la vie de Dieu, la vie de l'Esprit Saint, Dieu la déposerait dans notre esprit, dans la vie de notre esprit et pas dans la vie sensible.

J'aimerai savoir si cette idée ne vient pas du fait qu'au coeur de notre vie naturelle, vous placez le cerveau et pas le coeur. C'est en effet sur l'ancéphalogramme que les médecin s'appuie pour nous déclarer encore vivant, et pas sur notre coeur.


Petero

Chère Doris,

Ce que j'ai voulu exprimer en écrivant cette méditation sur le Vin Nouveau produit par notre orgnanisme spirituel, c'est que celui-ci est tranformé par la foi et l'espérance en amour d'amitié qui passe dans la vie sensible.


Est-ce que tu comprends ce que je veux dire ?

Cordialement

Petero

Oui ! je comprend, Petero !

A 'vin nouveau', 'outre nouvelle' !

bien à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80812
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 14:13

petero a écrit:
Au fait, Arnaud, je n'ai plus l'étiquette "éditer" qui apprait en haut à droite de mes messages. C'est normal ?

Petero

scratch Rien n'a été touché dans votre profil.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 14:54

doris a écrit:
Oui ! je comprend, Petero !

A 'vin nouveau', 'outre nouvelle' !

bien à toi !

Cher Doris,

En effet, le vin nouveau, on doit le servir dans une "outre nouvelle" et pas dans une vieille "outre", une veille peau qui pourrait craquer dès qu'on presserait dessus. L'être nouveau c'est le nouveau baptisé. Et le signe de cet Être nouveau qu'il devient, c'est la robe de baptême, où la robe que le fils prodigue reçoit quand il revient chez lui.

Ce qui me fait dire que cette robe de baptême, ou cette outre nouvelle, chaque dimanche nous devons revenir la porter au Père, pour qu'il l'a remplace par une plus propre et plus solide. C'est ce que symbolise l'aube que les prêtres et les diacres revêtissent dans le choeur pour signifer qu'ils revêtent le Christ.

Quand aux fidèles, il leur est redonné, par leur communion au corps du Christ comme une nouvelle robe de baptême, comme un nouveau corps que Jésus remplis de sa Vie nouvelle, le vin nouveau qu'ils vont devoir distribuer tout au long de la semaine, en donnant à manger la grappe de raisin qu'ils sont, par toutes les petites actions de charité qu'ils vont poser.

Le diacre est celui qui repars avec en bandoulière (son étole qu'il porte en bandoulière) le reste de vin nouveau, dans l'outrer qu'il porte sur lui et qui symbolise le Christ qu'il emporte avec lui pour que le Christ lui-même, par lui, fasse goûter son bon vin à tous ceux qui sont loin de l'Eglise.

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 15:29

La charité dont le Christ rempli l'outre qu'il nous redonne chaque dimanche, elle est un amour "surnaturel". C'est l'amour humain qui est transformé par l'amour divin que l'Esprit Saint infuse en nos coeurs (nos âmes) pour qu'en se mélangeant à notre amour humain, il le sanctifie.

L'outre que le diacre porte lorsqu'il distribue le vin nouveau aux fidèles présent à la messe, elle est symbolisé par le calice contenant le vin nouveau, qui lui-même symbolise le Coeur de l'Eglise qui n'est pas autre chose que le Sacré Coeur du Christ. Voilà pourquoi ce calice ne doit pas être fait de n'importe quelle matière.

Pour aller plus loin. Ce calice, il est apporté avec les offrandes, par un laïc de l'assemblée, jusqu'au pied de l'autel où l'attends le diacre re-présentant le Christ qui vient à la porte du Paradis, recueuillir la coupe contenant nos vies nouvelles, qui ont été entachées par nos péchés. C'est comme si, chaque dimanche, nous venions déposer dans le Coeur du Christ, le reste de nos vies nouvelles auxquelles se sont mélé toutes nos impuretés et celle des autres, les péchés qu'ils nous ont peut-être confiés. (symbolisé par le vin).

C'est ce Calice ou Coeur du Christ (Coeur de l'Eglise) que le diacre dépose sur l'autel avec le pain, symbolisant le corps nouveau ou l'outre nouvelle ou robe de baptême nouvelle qui va nous être redonné, pour repartir dans le monde, distribuer la vie nouvelle.

Voilà pourquoi le diacre, avant que le vin soit consacré, de nouveau, purifié par l'Esprit Saint qui va le changer en Vie du Christ ressuscité, dit : "comme cette eau se mêle au vin, pour le sacrement de l'alliance, puissions-nous être uni à la divinité de celui qui a pris note humanité". Puis le prêtre, après avoir présenter nos vie s'incline en disant : " Humble est pauvre, Seigneur, nous te supplions, que notre sacrifice en ce jour trouve grâce devant".

Puis il vient vers le diacre où l'enfant de choeur qui verse de l'eau sur ses mains en disant : "lave-moi de mes fautes, Seigneur, purifie-moi de mon péché". A ce moment là, il parle au nom de l'Eglise qu'il représente et qui vient de se charger du péché de ses membres en recevant le calice de l'un d'eux.

Puis a lieu la prière eucharistique, puis la prière de consécration, puis la doxologie. Puis la coupe de nos vies purifiées, à laquelle s'est mélangé la Vie du Christ qui les purifie, nous est rapporté pour que nous repartions porteur d'une vie nouvelle, purifiées de tous nos péchés.

Voilà le sens des gestes que nous posons à la messe.

Cordialement

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 19:22

petero a écrit:
doris a écrit:
Oui ! je comprend, Petero !

A 'vin nouveau', 'outre nouvelle' !

bien à toi !

Cher Doris,

En effet, le vin nouveau, on doit le servir dans une "outre nouvelle" et pas dans une vieille "outre", une veille peau qui pourrait craquer dès qu'on presserait dessus.

Petero

Ce que je disais par là, Petero, c'est que l'outre, comme le vin sont des produits de la terre ! L'outre n'est pas de l'ordre du spirituel, elle est une chose qui apporte des limites ! On ne peut pas mettre 3 litres de vin dans une bouteille de 75 cl !

Ce que je crains dans tes homélies, je pense que tu nous écris en tant que diacre commentant et l'évangile et ta propre perception, c'est que la quantité de vin déborde des outres !

D'autre part, il me semble que la vie théologale s'inscrit davantage dans le sensible que dans le spirituel ! Certes, ces vertus nous sont données par grâce de Dieu. Mais elles sont données en vue de mon prochain !


La parabole du samaritain tente à nous le démontrer !
Ceux qui passent sans même regarder l'indigent, sont peut-être par ailleurs, de grands esprits spirituels, mais ils n'ont pas de bonté ! Quant à celui qui se penche sur l'indigent, le relève, et lui assure ses repas, il n'est peut être pas un grand esprit spirituel, mais il possède les vertus théologales : charité, foi, espérance. Foi par laquelle il aime son prochain comme lui-même, charité en ce qu'il donne sa confiance totale envers l'aubergiste à qui il passera règler les dépenses occasionnées, et le surtout du surtout l'Espèrance par laquelle, l'indigent peut continuer sa route ! Il est bon !
Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?   Mer 15 Avr 2009, 20:21

doris a écrit:

[/quote]

Moi je dirais plutôt que c'est la Foi qui produit dans le coeur du bon samaritain l'espérance qui fait qu'il va tendre vers son prochain, il va s'abaisser vers son prochain pour lui donner du vin nouveau et panser ses plaies avec l'onguent de son amour. L'aubergiste, pour moi, c'est l'Eglise vers laquelle nous devons, si possible, ramener l'indigent, car il a besoin de plus que ce que nous portons, il a besoin de rencontrer directement le Christ. En attendant, c'est à nous qu'il appartient de l'aider à se relever en l'amenant chez nous si besoin est, en lui redonnant ce qu'il faut pour qu'il reprenne des forces et accepter de prendre avec nous le chemin qui le mènera vers le Christ, pour qu'il rencontre le Christ que le raménera vers le Père.

Cordialement

Petero


=========================

Nous agissons envers l'autre selon nos propres qualités intrinsèques, Petero !

La parabole du samaritain nous montre les deux facettes de l'humanité !
Revenir en haut Aller en bas
 
La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Charité, au coeur de notre vie surnaturelle ?
» Deux bulles géantes au coeur de notre galaxie intriguent les astrophysiciens
» PRIERE A NOTRE DAME DU SACRE COEUR
» ô notre Dame du Sacré-Coeur, Ô céleste trésorière du coeur de Jésus
» Voici un merveilleux texte du Père Henri Caro sur la Famille dans le Coeur de Dieu.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: