DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
VexillumRegis



Messages : 355
Inscription : 24/09/2005

MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Dim 23 Avr 2006, 16:41

Y a-t-il une guerre qui soit licite ?

Objections : 1. Il semble que faire la guerre soit toujours un péché. Car on n'inflige de châtiment que pour un péché. Or, le Seigneur, en S. Matthieu (26, 52), notifie un châtiment pour ceux qui font la guerre : "Tous ceux qui prennent l'épée périront par l'épée." La guerre est donc toujours illicite.

2. Tout ce qui est contraire à un précepte divin est péché. Or, faire la guerre est contraire à un précepte divin. Il est dit en S. Matthieu (5, 39) : "Et moi, je vous dis de ne pas tenir tête au méchant", et dans l'épître aux Romains (12, 19) : "Ne vous faites pas justice vous-mêmes, mes bien-aimés ; laissez agir la colère de Dieu." C'est donc toujours un péché de faire la guerre.

3. Il n'y a que le péché qui soit contraire à un acte de vertu. Or la guerre est contraire à la paix. La guerre est donc toujours un péché.

4. Tout entraînement en vue d'une activité licite est lui-même licite ; c'est le cas pour les exercices intellectuels. Mais les exercices guerriers comme les tournois sont prohibés par l'Église, et ceux qui meurent dans des exercices de ce genre, privés de la sépulture ecclésiastique. La guerre semble donc être absolument un péché.

En sens contraire, S. Augustin écrit : "Si la morale chrétienne jugeait que la guerre est toujours coupable, lorsque dans l'Évangile, des soldats demandent un conseil pour leur salut, on aurait dû leur répondre de jeter les armes et d'abandonner complètement l'armée. Or, on leur dit (Lc 3, 14) : "Ne brutalisez personne, contentez-vous de votre solde." Leur prescrire de se contenter de leur solde ne leur interdit pas de combattre."

Réponse : Pour qu'une guerre soit juste, trois conditions sont requises :

L'autorité du prince, sur l'ordre de qui on doit faire la guerre. Il n'est pas du ressort d'une personne privée d'engager une guerre, car elle peut faire valoir son droit au tribunal de son supérieur ; parce qu'aussi le fait de convoquer la multitude, nécessaire pour la guerre, n'appartient pas à une personne privée. Puisque le soin des affaires publiques a été confié aux princes, c'est à eux qu'il appartient de veiller au bien public de la cité, du royaume ou de la province soumis à leur autorité. De même qu'ils le défendent licitement par le glaive contre les perturbateurs du dedans quand ils punissent les malfaiteurs, selon cette parole de l'Apôtre (Rm 13, 4) : "Ce n'est pas en vain qu'il porte le glaive ; il est ministre de Dieu pour faire justice et châtier celui qui fait le mal" ; de même aussi il leur appartient de défendre le bien public par le glaive de la guerre contre les ennemis du dehors. C'est pour cela qu'il est dit aux princes dans le Psaume (82, 4) : "Soutenez le pauvre, et délivrez le malheureux de la main des pécheurs". et que S. Augustin écrit : "L'ordre naturel, appliqué à la paix des mortels, demande que l'autorité et le conseil pour engager la guerre appartiennent aux princes."

Une cause juste : il est requis que l'on attaque l'ennemi en raison de quelque faute. C'est pour cela que S. Augustin écrit : "On a coutume de définir guerres justes celles qui punissent des injustices quand il y a lieu, par exemple de châtier un peuple ou une cité qui a négligé de punir un tort commis par les siens, ou de restituer ce qui a été enlevé par violence."

Une intention droite chez ceux qui font la guerre : on doit se proposer de promouvoir le bien ou d'éviter le mal. C'est pour cela que S. Augustin écrit : "Chez les vrais adorateurs de Dieu les guerres mêmes sont pacifiques, car elles ne sont pas faites par cupidité ou par cruauté, mais dans un souci de paix, pour réprimer les méchants et secourir les bons." En effet, même si l'autorité de celui qui déclare la guerre est légitime et sa cause juste, il arrive néanmoins que la guerre soit rendue illicite par le fait d'une intention mauvaise. S. Augustin écrit en effet : "Le désir de nuire, la cruauté dans la vengeance, la violence et l'inflexibilité de l'esprit, la sauvagerie dans le combat, la passion de dominer et autres choses semblables, voilà ce qui dans les guerres est jugé coupable par le droit."

Solutions : 1. D'après S. Augustin : "Celui-là prend l'épée qui, sans autorité supérieure ou légitime qui le commande ou le permette, s'arme pour verser le sang." Mais celui qui, par l'autorité du prince ou du juge s'il est une personne privée, ou s'il est une personne publique par zèle de la justice, et comme par l'autorité de Dieu, se sert de l'épée, celui-là ne prend pas lui-même l'épée, mais se sert de l'épée qu'un autre lui a confiée. Il n'encourt donc pas de châtiment. Cependant, ceux qui se servent de l'épée en commettant un péché ne tombent pas toujours sous l'épée. Mais ils périssent toujours par leur propre épée ; car ils sont éternellement punis pour avoir péché par l'épée, sauf s'ils se repentent.

2. Ces sortes de préceptes, selon S. Augustin, doivent toujours être observés à titre de disposition intérieure, c'est-à-dire qu'on doit toujours être prêt à ne pas résister ou à ne pas se défendre alors qu'il le faudrait. Mais parfois il faut agir autrement, pour le bien commun, et même pour le bien de ceux que l'on combat. C'est pour cela que S. Augustin écrit : "Il faut agir fortement même avec ceux qui s'y refusent, afin de les plier par une certaine dureté bienveillante. Car celui que l'on prive du pouvoir de mai faire subit une défaite profitable. Rien n'est plus malheureux, en effet, que l'heureux succès des pécheurs, car l'impunité qui est leur peine s'en trouve nourrie, et leur mauvaise volonté, qui est leur ennemi intérieur, s'en trouve fortifiée".

3. Ceux qui font des guerres justes recherchent la paix. Et par suite, ils ne s'opposent pas à la paix, sinon à la paix mauvaise que le Seigneur "n'est pas venu apporter sur la terre", selon S. Matthieu (10, 34). C'est pour cela que S. Augustin écrit : "On ne cherche pas la paix pour faire la guerre, mais on fait la guerre pour obtenir la paix. Sois donc pacifique en combattant, afin de conduire ceux que tu connais au bienfait de la paix, en remportant sur eux la victoire."

4. Les exercices guerriers ne sont pas universellement prohibés. Ce qui est défendu, ce sont seulement les exercices désordonnés et dangereux qui donnent lieu à des meurtres et à des pillages. Chez les anciens, on pratiquait des exercices ordonnés à la guerre qui n'avaient aucun de ces dangers. Aussi les appelait-on des "préparations d'armes" ou des "guerres non sanglantes", comme on le voit par S. Jérôme, dans une de ses lettres.


Source : Saint Thomas d'Aquin, Somme Théologique, II, II, q. 40, a. 1.

La légitime défense, me semble-t-il, est une de ces causes justes qui, selon saint Thomas, rend licite le conflit armé. Face à une agression injuste, il est légitime et même nécessaire de prendre les armes, non pas dans un esprit de vengeance, mais dans l'optique du bien commun (la protection de sa patrie, de ses concitoyens, de sa famille), avec l'intention droite de mettre fin le plus rapidement possible au conflit pour rétablir la paix.

En Christ,

- VR -
Revenir en haut Aller en bas
http://lanneeliturgique.over-blog.com/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Dim 23 Avr 2006, 17:01

Cher VR, Merci,

Cher Noel,

Citation :
Non il n'y a pas de guerre juste. Ou alors il faut définir précisément ce qu'est une guerre juste et ce que sont les notions de guerre et de justice. Pourquoi le ferions-nous à partir de la seule opinion ecclésiale?
Il n'y a que des guerres nécessaires, utiles... justifiées par des motifs plus ou moins nobles. A partir de là, la(les) décision(s) ne relève(nt) plus de la morale mais de la nécessité. A apprécier entre les actes de guerre et le crime contre l'humanité.

Citation:
"....Et nous, que nous faut-il faire?" Il leur dit: "Ne molestez personne, n'extorquez rien, et contentez-vous de votre solde."


Si vous connaissiez ces situations vous ne vous contenteriez pas, de votre fauteuil, de citer les textes, vous traduiriez par : Faites bien ce que vous avez à faire... n'ajoutez pas de violence inutile à la violence de la guerre... n'ajoutez pas de haine à vos actes nécessaires par les conditions de combat..." En d'autres termes "Rendez à César... Et à Dieu...".

Oui, je suis d'accord.

Ce sont des lois qui sont communes aux chrétiens et aux humanistes;

La notion de "guerre juste" n'est pas théologique mais philosophique. Elle nous est commune, comme le montre l'article de VR.
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Dim 23 Avr 2006, 17:23

Cher Noel,

Ce sont des nuances :

Saint Augustin se place du point du vue du bien et du mal moral.

Vous du côté de la nécessité pour le bien commun (politique).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Mar 25 Avr 2006, 02:32

J'ai lu ceci, il y a quelques jours...je ne savais pas trop où le mettre...

Lors de la libération d'un camp de concentration un soldat américain ramassa un papier d'emballage sur lequel un juif avait écrit avant de mourir:

"Seigneur, quand tu reviendras dans ta gloire, ne te souviens pas seulement des hommes de bonne volonté. Souviens-toi également des hommes de mauvaise volonté. Mais ne te souviens pas alors de leurs cruautés, de leurs sévices, de leurs violences. Souviens-toi des fruits que nous avons portés à cause de ce qu'ils nous ont fait. Souviens-toi de la patience des uns, du courage des autres, de la camaraderie, de l'humilité, de la grandeur d'âme, de la fidélité qu'ils ont réveillés en nous. Et fais, Seigneur, que les fruits que nous avons portés soient un jour leur rédemption. "
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Jeu 18 Mai 2006, 02:15

Je fais remonter le fil, en furetant sur le web, je suis tombé sur une sélection des propos de table de Hitler, entre autres sur la religion, pour tordre le cou une bonne fois pour toutes à ce mythe d'un Adolf Hitler prétendument catholique...

Le coup le plus dur qui ait jamais frappé l'humanité fut l'avènement du christianisme. Le bolchevisme est un enfant illégitime du christianisme. Tous deux sont des inventions du Juif. C'est par le christianisme que le mensonge délibéré en matière de religion a été introduit dans le monde. Le bolchevisme pratique un mensonge de même nature quand il prétend apporter la liberté aux hommes, alors qu'en réalité il ne veut faire d'eux que des esclaves. Dans le monde antique, les relations entre les hommes et les dieux étaient fondées sur un respect instinctif. C'était un monde éclairé par l'idée de tolérance. Le christianisme fut la première croyance dans le monde à exterminer ses adversaires au nom de l'amour. Sa marque est l'intolérance.


Le christianisme est une rébellion contre la loi naturelle, une protestation contre la nature. Poussé à sa logique extrême, le christianisme signifierait la culture systématique de l'échec humain.


Pour rendre aux hommes la mort plus facile, l'Eglise leur tend l'appât d'un monde meilleur. Nous nous bornons, pour notre part, à leur demander de façonner dignement leur vie. Il leur suffit pour cela de se conformer aux lois naturelles. Inspirons-nous de ces principes, et à la longue nous triompherons de la religion.


Il n'est donc pas opportun de nous lancer maintenant dans un combat avec les Eglises. Le mieux est de laisser le christianisme mourir de mort naturelle. Une mort lente a quelque chose d'apaisant. Le dogme du christianisme s'effrite devant les progrès de la science. La religion devra faire de plus en plus de concessions. Les mythes se délabrent peu à peu. Il ne reste plus qu'à prouver que dans la nature il n'existe aucune frontière entre l'organique et l'inorganique. Quand la connaissance de l'univers se sera largement répandue, quand la plupart des hommes sauront que les étoiles ne sont pas des sources de lumière mais des mondes, peut-être des mondes habités comme le nôtre, alors la doctrine chrétienne sera convaincue d'absurdité.


A l'origine, la religion était simplement un appui pour les communautés humaines. C'était un moyen, pas une fin en soi. C'est seulement peu à peu qu'elle s'est transformée dans ce sens, en vue de maintenir la domination des prêtres, qui ne peuvent vivre qu'au détriment de la société.


Les prescriptions d'ordre hygiénique que donnaient la plupart des religions ont contribué à la fondation des communautés organisées. Les préceptes ordonnant aux gens de se laver, d'éviter certaines boissons, de jeûner à certaines dates, de faire de l'exercice, de se lever avec le soleil, de monter au sommet du minaret -- tout cela était des obligations conçues par des gens intelligents. L'exhortation de lutter avec courage s'explique aussi d'elle-même. Remarquons à ce propos qu'en contrepartie on promettait au musulman un paradis peuplé de filles sensuelles, où le vin coulerait à flots, un véritable paradis terrestre. Les chrétiens, en revanche, se déclarent satisfaits si on leur permet de chanter des alléluias après leur mort! Tous ces éléments ont contribué à former les communautés humaines. C'est à ces particularités que les peuples doivent leur caractère actuel.

Le christianisme, bien sûr, a atteint le sommet de l'absurdité à cet égard. Et c'est pour cela qu'un jour sa structure s'effondrera. La science a déjà imprégné l'humanité. Ainsi, plus le christianisme s'accrochera à ses dogmes, plus vite il déclinera.



Il me semble que rien ne serait plus insensé que de rétablir le culte de Wotan. Notre vieille mythologie avait cessé d'être viable lorsque le christianisme s'est implanté. Ne meurt que ce qui est prêt à mourir. A cette époque le monde antique était partagé entre les systèmes philosophiques et le culte des idoles. Or il n'est pas souhaitable que l'humanité entière s'abêtisse -- et le seul moyen de se débarrasser du christianisme est de le laisser mourir petit à petit.



Si, au terme de mille ou deux mille ans, la science arrive à la nécessité de renouveler ses points de vue, cela ne signifiera pas que la science est mensongère. La science ne peut pas mentir, car elle s'efforce toujours, selon l'état des connaissances du moment, de déduire ce qui est vrai. Quand elle se trompe, elle le fait de bonne foi. C'est le christianisme qui est mensonger. Il est en perpétuel conflit avec lui-même.


Je commence à perdre tout respect pour l'humanité quand je pense que certains des nôtres, ministres ou généraux, sont capables de croire que nous ne pouvons pas triompher sans la bénédiction de l'Eglise. Une telle conception est excusable chez de petites gens qui n'ont rien appris d'autre.


Tout bien considéré, nous n'avons aucune raison de souhaiter que les Italiens et les Espagnols se libèrent de la drogue du christianisme. Soyons les seuls à être immunisés contre cette maladie.


Le christianisme pur -- le christianisme des catacombes -- se préoccupe de faire passer dans les faits la doctrine chrétienne. Cela conduit tout simplement à l'anéantissement de l'humanité. Ce n'est que du bolchevisme intégral, sous des oripeaux métaphysiques.


L'homme a reçu un cerveau pour penser. Mais s'il a le malheur de s'en servir, une troupe de punaises noires [= de prêtres] se met sur ses talons. L'esprit est voué à l'autodafé.

L'homme saisit par-ci par-là quelques bribes de vérité, mais il ne saurait dominer la nature. Il doit savoir, au contraire, qu'il est dépendant de la Création. Et cette attitude conduit plus loin que les superstitions entretenues par l'Eglise. Le christianisme est la pire des régressions que l'humanité ait jamais subie, et c'est le Juif qui, grâce à cette invention diabolique, l'a rejetée quinze siècles en arrière. La seule chose qui serait encore pire serait la victoire du Juif à travers le bolchevisme. Si le bolchevisme triomphait, l'humanité perdrait le don du rire et de la joie. Elle deviendrait une simple masse informe, vouée à la grisaille et au désespoir.

Les prêtres de l'antiquité étaient plus proches de la nature, et ils cherchaient modestement la signification des choses. Au lieu de cela, le christianisme promulgue ses dogmes incohérents et les impose par la force. Une telle religion porte en elle l'intolérance et la persécution. Il n'en est pas de plus sanglante.


Il est déplorable que la Bible ait été traduite en allemand, et que le peuple allemand tout entier ait ainsi été livré à ce charabia juif. Tant que l'enseignement, particulièrement de l'Ancien Testament, restait exclusivement dans le latin de l'Eglise, il y avait peu de danger que les gens sensibles deviennent les victimes d'illusions en lisant la Bible. Mais quand la Bible devint une propriété commune, toute une masse de gens se virent ouvrir les lignes de la pensée religieuse qui -- particulièrement en conjonction avec la caractéristique allemande de la méditation obstinée et quelque peu mélancolique - trop souvent les transforma en maniaques religieux. Quand on se rappelle que l'Eglise catholique a élevé au statut de Saints toute une quantité de déments, on réalise pourquoi des mouvements comme celui des Flagellants apparurent inévitablement en Allemagne durant le Moyen-Age.
Revenir en haut Aller en bas
spidle33



Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Jeu 18 Mai 2006, 10:17

Clotilde a écrit:
J'ai lu ceci, il y a quelques jours...je ne savais pas trop où le mettre...

Lors de la libération d'un camp de concentration un soldat américain ramassa un papier d'emballage sur lequel un juif avait écrit avant de mourir:

"Seigneur, quand tu reviendras dans ta gloire, ne te souviens pas seulement des hommes de bonne volonté. Souviens-toi également des hommes de mauvaise volonté. Mais ne te souviens pas alors de leurs cruautés, de leurs sévices, de leurs violences. Souviens-toi des fruits que nous avons portés à cause de ce qu'ils nous ont fait. Souviens-toi de la patience des uns, du courage des autres, de la camaraderie, de l'humilité, de la grandeur d'âme, de la fidélité qu'ils ont réveillés en nous. Et fais, Seigneur, que les fruits que nous avons portés soient un jour leur rédemption. "

C'est trop beau !!
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Jeu 18 Mai 2006, 12:29

Noel a écrit:
Laurent a écrit:
Je fais remonter le fil, en furetant sur le web, je suis tombé sur une sélection des propos de table de Hitler, entre autres sur la religion, pour tordre le cou une bonne fois pour toutes à ce mythe d'un Adolf Hitler prétendument catholique...

Suis sceptique!!!
J'ai l'impression qu'on lui attribue les propos d'un autre. J'imagine mal le Hitler en philosophe gnostique (ce n'était qu'un peintre en bâtiment (y a pas de sots métiers Very Happy et il n'en existe aucun qui empêche de réfléchir)).
A part ça c'est assez terrifiant!!!

Noel

Par qui ont été rapportés ces "propos de table de Hitler" ?

On sait que l'idéologie nazie était anti-chrétienne". Hitler, né dans la catholique Autriche, a été baptisé et élevé dans la religion catholique, je suppose. Je ne sais pas s'il existe des études sérieuses sur son évolution philosophico-religieuse.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Jeu 18 Mai 2006, 16:21

Citation :
Suis sceptique!!!
J'ai l'impression qu'on lui attribue les propos d'un autre. J'imagine mal le Hitler en philosophe gnostique (ce n'était qu'un peintre en bâtiment (y a pas de sots métiers et il n'en existe aucun qui empêche de réfléchir)).
A part ça c'est assez terrifiant!!!

Un simple "peintre en bâtiment" n'aurait jamais pu se hisser à la tête de l'Allemagne...

Citation :
Par qui ont été rapportés ces "propos de table de Hitler"

Martin Bormann.

Ils ont été retrouvés, si je me souviens bien, dans les ruines de la Chancellerie, à Berlin.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Jeu 18 Mai 2006, 17:18

Hitler est loin d'être un idiot. Son analyse est logique, en fonction de sa logique: la race supérieure.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Mathieu



Messages : 306
Inscription : 23/08/2005

MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Jeu 18 Mai 2006, 21:18

Beaucoup de dignitaires du parti nazi, ou de personnes ayant côtoyé Hitler entre 1920 et 1945 ont rapporté ses propos, dans tous les domaines, que ce soit Rauschning, Goebbels, Bormann, etc.

Et il n'y a rien d'étonnant à ce qu'un Hitler anti-chrétien ait cherché des arguments chez les gnostiques. Bien au contraire. L'idéalisme allemand, au sens large, de Kant à Nietzsche, est tout impregné de réminiscences gnostiques et néo-platoniciennes. Et si des philosophes comme Schopenhauer ou Hegel font mine d'user d'un vocabulaire chrétien, c'est dans une acception qui n'a rien d'orthodoxe. Quant à Nietzsche, qui fut une des grandes sources (pas la seule) du national-socialisme, on connaît son aversion profonde pour le christianisme, religion des "faibles".


Amitiés,




Mathieu
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Jeu 18 Mai 2006, 22:29

Shocked

Reste une question : comment un simple peintre en bâtiment, caporal durant la guerre 14-18, élevé, je suppose, dans la religion catholique, a-t-il pu se donner une formation philosophique à l"école de Schopenhauer, Hegel et Nietzsche ?
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Jeu 18 Mai 2006, 23:45

Il a été...enfant de choeur :|

Ca ne s'invente pas Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Ven 19 Mai 2006, 10:44

lagaillette a écrit:
Shocked

Reste une question : comment un simple peintre en bâtiment, caporal durant la guerre 14-18, élevé, je suppose, dans la religion catholique, a-t-il pu se donner une formation philosophique à l"école de Schopenhauer, Hegel et Nietzsche ?

Les Nazis ont théorisé leur idéologie grâce, en particulier à Göbels. Il faut bien se dire qu'Hitler se donne à temps plei à son Parti dès les années 20. Il discute à tours de bras. Il débat, il structure sa pensée.

Dans les années 30, il est prêt.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Ven 19 Mai 2006, 15:30

Citation :
Les Nazis ont théorisé leur idéologie grâce, en particulier à Göbels.

Ce n'est pas que je te cherche ( Very Happy ), Arnaud, mais c'est l'inverse...

Le théoricien, l'idéologue du national-socialisme était non pas Göbbels, mais Alfred Rosenberg, dont le livre "Le mythe du XXeme Siècle", était considéré comme la 2eme bible du régime, juste après Mein Kampf.

Sans oublier Walther Darré, et son concept du Sang et de la Terre, Karl Haushofer et le Lebensraum, la Thule Gesellschaft...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Ven 19 Mai 2006, 15:41

Voilà qui explique la pensée d'Hitler. C'est donc logique.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?   Ven 22 Sep 2006, 00:41

(Je place l'article sur ce fil, qui me semble le plus approprié Idea )

Citation :
L’extraordinaire métamorphose du petit-fils du neveu de Hitler.

Par Yitta Halberstam pour Guysen Israël News

Mardi 19 septembre 2006 à 23:40


Le Talmud affirme que des descendants de Haman enseignèrent la Torah à Bné Braq. Le stupéfiant article que Yitta Halberstam nous a aimablement donné la permission de reproduire pour le public francophone montre que de tels parcours n’appartiennent pas uniquement à l’histoire antique.


On dit souvent que la vérité est libératrice. Reste que, lorsque voici cinq ans, un journaliste israélien usa de son pouvoir de persuasion pour pousser le Dr Daniel Brown (le nom a été ici changé) à faire des révélations publiques, les conséquences furent rien moins que traumatisantes. « Je n’avais jamais rien caché de mon identité tant à ma famille qu'à mes amis » se rappelle-t-il, « et tout le monde avait manifesté soutien et chaleur. Mais ce journal israélien là m’avait présenté son projet sous un faux jour. J’ignorais qu'il a avait l'intention de rendre publique mon interview ou d’en faire un reportage à sensation de la façon dont il l’a fait en définitive. L'histoire fut publiée dans le supplément week-end du journal et toute la journée du jeudi et d’erev Chabbat des publicités radio claironnaient toutes les quarts d’heure : le petit-fils du neveu de Hitler est ici même en Israël –- et il est juif ! Les répercussions ont laissé ma famille ébranlée. »

Suite : http://www.guysen.com/articles.php?sid=5047

Comme quoi...
Revenir en haut Aller en bas
 
Hitler n'était pas chrétien. Et Franco ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Le Führer chrétien ?
» Abraham n'était ni juif ni chrétien mais soumis à Allah (musulman)
» Abraham n'était ni juif ni chrétien mais soumis à Allah (musulman)
» musulman croyant prouver que si Jésus était vivant il ne serait pas chrétien!
» Avant, j'était chrétien.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: