DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Divorcés-remariés : Qui en parle ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 21:00

De ce drame qu'est le/la divorcé/e

Interdit du pain et du vin.
Interdit de communion...;
(reste du message supprimé)




Dernière édition par Enlui le Jeu 23 Fév 2012, 04:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 21:23

Enlui a écrit:
De ce drame qu'est le/la divorcé/e

Interdit du pain et du vin.
Interdit de communion.
____________________

Oh Seigneur!
déjà ma vie s'est écroulée !!!

Je vacille et j'ai besoin de réconfort

Cette union terrestre avec mon conjoint que je voulais mener au ciel
d'un coup est soufflée!

Voici que mon conjoint me demande le divorce !!!!

Viens à moi!
Réponds moi toi le prince des grâces!

Je vais être seul,seul,seul!
Tu comprends cela n'est-ce pas douceur de coeur?

____________________________________________________________

Certainement que toi tu m' entends ,ma veine d'amour, et mon créateur, mais voici:

ton église me refuse la sainte communion!

Mourir,oui mourir!

Oh ! oui plonger dans l'effrayante mer noire, pour atteindre tes bras

Car toi tu as vu le pauvre et tu as connu la morsure mortelle

Car tu sais que tout cela je ne l'ai pas voulu

Suis-je coupable devant l'Eternel si mon conjoint veut se séparer, et que les lois du monde lui en donne l'autorisation!!!,

Une séparation qu'alors l'église reconnait et ipso facto me range dans la catégorie des excommuniés?

Et maintenant que je suis désespéré et pantelant j'aurai besoin d'un appui ,d'une force,c'est donc bien maintenant que j'entends ma propre Mère me dire :désormais tu ne manges plus....!


Cher Enlui,

Comme je comprends ta souffrance et ton désespoir.

Avant de te dire mon avis voici ce que dit l'Eglise :

LES PERSONNES DIVORCÉES REMARIÉES ET LA COMMUNION
1. Les divorcés peuvent ils communier ?
Beaucoup de gens pensent que le divorce est interdit par l'Église. Ce n'est pas le divorce qui est interdit, mais le remariage à l'église. En effet le divorce civil n'annule pas le mariage religieux. Dans certains cas, le divorce est le moindre mal, mais il ne permet pas le remariage religieux.

Les divorcés peuvent donc communier s'ils ne sont pas remariés et s'ils ne vivent pas en concubinage.

2. Pourquoi l'Église demande-telle aux divorcés remariés de ne pas communier?
Des personnes divorcées remariées souffrent de ne pas pouvoir communier. Elles se sentent exclues, rejetées par l'Église et sont conduites parfois à ne plus participer à la messe.

Si l'Église demande aux divorcés remariés de ne pas participer à la communion, c'est parce que leur vie (en rupture d'alliance) n'est pas en pleine cohérence avec le don eucharistique (sacrement de l'alliance nouvelle).

Même si on ne communie pas, la messe garde sa valeur, la participation à la messe n'est pas sans fruit. Elle nous fait participer par notre baptême au sacrifice du Christ et à l'offrande du sacrifice de toute l'Église. Elle nous permet aussi de recevoir la Parole de Dieu et de nous en imprégner. St Louis, qui participait à la messe chaque jour, ne communiait que quelquefois par an, comme c'était la pratique de l'Église jusqu'à St Pie X qui a recommandé la communion fréquente.

3. Pourquoi l'Église demande-t-elle à ceux qui ont épousé un divorcé de ne pas communier ?
Beaucoup de personnes, qui ont épousé un divorcé, ne comprennent pas pourquoi elles ne peuvent pas communier. N'étant pas divorcé elle même, elles ont l'impression qu'on leur fait porter la "faute" de leur conjoint, qu'elles sont "puni" sans qu'il y ait faute de leur part.

On ne peut pas communier par ce que l'on vit avec quelqu'un qui est déjà marié devant Dieu, même s'il est divorcé civilement.

Pour ce genre de problème douloureux, il est nécessaire d'avoir un dialogue personnel avec un prêtre.

4. Les divorcés remariés sont-ils excommuniés ?
Leur situation dans l'Église est très différente de celle des personnes qui sont excommuniés. Ils peuvent avoir certaines responsabilités dans l'Église (catéchèse...) et avoir un rôle dans des célébrations (faire des lectures, animer des chants). Ils peuvent être parrain et marraine, avoir des obsèques religieuses...

La situation des divorcés remariés n'est donc pas un rejet par l'Église, mais une participation incomplète à la vie de l'Église.

------------------------------------------------------------------------

Voilà maintenant ce que je pense moi et tant pis si je choque mais c'est le fond de mon coeur que je te livre :

J'espère que l'Eglise évoluera et avec le temps sera plus souple concernant cette pastorale des divorcés , des divorcés-remariés.

Certaines personnes n'ont pas souhaité la fin de leur couple, ce n'est pas leur faute si l'autre a désiré rompre le mariage.

Pourtant ils ne peuvent pas se remarier et retrouver une vie de couple, si ils veulent communier...

Pour moi, je trouve cela injuste et m'indispose !

Dans plusieurs paroisses (puisque je fais partie d'une Unité Pastorale qui comporte 5 paroisses) donc je sais de quoi je parle étant sur le terrain et non dans la théorie, les prêtres ont un entretien avec les personnes et si ils estiment qu'elles peuvent communier , ces personnes communient.

Je pense que ce problème devrait être traité au cas par cas...

En ma paroisse, le prêtre prend cette responsabilité certaines personnes divorcés remariées ou vivant en couple (dont les raisons ne me regardent pas) peuvent communier. Notre prêtre est pour l'Amour et la Miséricorde.

Tout en étant fidèle à l'Eglise de Rome et n'incitant pas à pécher avec le Corps et le Sang du Christ, je pense et j'espère que l'Eglise évoluera vers plus de souplesse.

Vraiment c'est un grand désir en moi que le bateau avance et évolue vers la Miséricorde.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 21:30

Ouf!

Heureusement qu'avec quelques âmes réunies avec moi
au nom de jesus,
il est là et qu'il nous constitue petite église

et que lui prêtre souverrain nous verse son pain dans le coeur et met le vin sur nos lèvres!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 21:41

Enlui a écrit:
Ouf!

Heureusement qu'avec quelques âmes réunies avec moi
au nom de jesus,
il est là et qu'il nous constitue petite église

et que lui prêtre souverrain nous verse son pain dans le coeur et met le vin sur nos lèvres!

Bien sûr que quelques âmes sont réunies autour de toi,
au nom de Jésus,
Tu fais partie du Corps du Christ , tu es membre de l'Eglise.

Et la petite âme que je suis se permet d'être à tes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 21:41

Je ne revendique rien
ni ne me révolte ni accuse

Je laisse seulement ces larmes couler
et ma douleur parler

Et achevant ma contrition dis:

Oui Seigneur:Ainsi as-tu voulu que ce soit
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2561
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 21:45

Cher En Lui, Voici une réflexion pastorale de Mgr jean-Charles Thomas , évêque émérite de Versailles sur la pastorale des Divorcés-remariés recopiée sur le site de Croire , en espérant qu'elle adoucira votre peine .Peut-on communier quand on est divorcé-remarié ?

Citation :

En partenariat avec Croire aujourd'hui, la réponse plein d'humanité de Mgr Jean-Charles Thomas qui propose aux divorcés remariés un chemin de vérité, en vue d’une vraie décision de conscience.

Une personne victime du divorce (abandonnée par son conjoint), qui a refait sa vie en se remariant, est à présent heureuse en couple. Elle avoue communier régulièrement. Mais elle est très culpabilisée de transgresser les interdits de l’Église.
Je suis pasteur, voilà ce que je peux lui dire :
C'est à Dieu qu’appartient le jugement final sur nos choix. Dès à présent, essayez de croire qu’il porte sur vous le seul regard à la fois objectif, complet, juste et plein de compassion. Lui seul vous connaît à fond, évalue votre part de responsabilité dans l’histoire de votre premier couple. Prenez le temps de lire lentement, pour le méditer, ce que saint Jean écrivait aux chrétiens (voir 1 Jean 2,1-2 et 3,18-23). Cette lecture méditée activera le niveau profond de votre âme. Demandez à l’Esprit Saint de vous rendre totalement disponible à ce qu’Il veut vous faire comprendre.
Méditez ensuite sur le comportement et les paroles de Jésus à la Samaritaine (elle vivait avec un cinquième mari), aux pharisiens sollicitant la condamnation de la femme adultère, à ceux qui demandaient dans quelle mesure l’homme pouvait répudier sa femme, à Simon qui s’étonnait de voir Jésus accepter l’attitude de la femme pécheresse (voir Jean 4, 16-30 ;8, 1-11 ; Matthieu 19, 1-12 ; Luc 7, 36-50.). Donnez tout son poids au principe par lequel Jésus justifie cette proximité avec les pécheurs : Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs. Nous accordons du crédit aux paroles de l’Église. Avons-nous donné à la Parole du Fils de Dieu tout le poids qu’elle mérite ? Pour un chrétien, l’Autorité de Dieu doit toujours l’emporter sur les autorités humaines, y compris religieuses.

En mon âme et conscience

Lisons maintenant quelques affirmations officielles de notre Église. « L’être humain doit toujours obéir au jugement certain de sa conscience. S’il agissait délibérément contre ce dernier, il se condamnerait lui-même » (Catéchisme de l’Église catholique n° 1790). « Dans la formation de la conscience, la Parole de Dieu est la lumière sur notre route » (CEC n° 1785). « Au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même… inscrite par Dieu au coeur de l’homme ; sa dignité est de lui obéir, et c’est elle qui le jugera. La conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu ». Ces phrases furent votées par plus de deux mille évêques lors du concile Vatican II (« Gaudium et spes », n° 16). Leur autorité ne peut être contestée.
Malheureusement, nous préférons parfois une réponse simple, formulée par un homme d’Église, à une réflexion plus exigeante menée en notre âme et conscience. Serait-ce par peur de nous tromper ? Ou de céder à une certaine complaisance ? Les êtres humains sont ainsi faits : ils pensent généralement qu’une réponse dure, exigeante, est plus conforme à la pensée de Dieu. Si nous appliquions cette règle aux réponses de Jésus, nous devrions dire que sa miséricorde déformait la pensée de son Père. Or Jésus était la Vérité même. Il se montrait sévère avec ceux qui exigeaient des autres une rigueur qu’ils ne s’appliquaient pas à eux-mêmes (Matthieu 23). Il voulait faire reconnaître que Dieu se comporte en Père, que sa priorité n’est pas de juger mais d’aider et de sauver avec tendresse. Et Jésus a vécu comme son Père le désirait. Fidèlement.


Mon premier mariage était-il valide ?


L’Église romaine s’efforce d’aider les époux à porter un jugement éclairé sur la validité de leur mariage. S’ils se séparent ou divorcent (selon la loi civile), elle les invite à faire « juger » la validité de leurengagement par six juges (trois en première instance du tribunal ecclésiastique, et trois en seconde instance). Si les deux instances estiment que l’engagement formulé « à l’église » fut invalide, l’Église accepte de bénir le nouveau mariage que chaque époux peut contracter. Elle n’annule pas le premier lien, elle estime qu’il ne fut pas valide.
Or, ce recours aux tribunaux ecclésiastiques nécessite enquêtes, témoignages, retour sur un passé qui ravive des plaies au coeur des époux et pose de rudes questions aux enfants nés de ce mariage. Il prend plusieurs années et occasionne des frais. Aussi beaucoup hésitent-ils à choisir cette voie. Il ne manque pas d’époux pour penser, en leur âme et conscience, que leur mariage fut invalide, même sans l’avoir soumis au jugement d’un tribunal ecclésiastique. Ils se privent de son aide, ce qui est dommage. Ils restent seuls dans l’analyse de leur passé, oscillant parfois en conscience, ce qui n’est pas confortable et les fait souffrir. Beaucoup d’époux ayant divorcé se trouvent dans cette situation. Des groupes de réflexion sont alors indispensables pour permettre leur libre expression sur leur premier lien conjugal. Agréés par l’autoritéecclésiale locale, ils deviennent un lieu de vérité, de soutien et de reconstruction après la blessure d’un divorce.


L’Église orthodoxe propose un temps de conversion

Autre limite, et de taille. L’Église romaine examine la validité des mariages seulement au moment où ils furent contractés. Elle s’interdit de faire un discernement sur un mariage estimé valide à l’origine, mais devenu par la suite un enfer pour l’un ou l’autre des époux, au point de rendre indispensable une séparation définitive.Multiples peuvent être les raisons : accident, maladie imprévisible, évolution psychique régressive de l’un des époux, violence, alcool, drogue, etc. Nombreux demeurent les cas où la bonne volonté et le courage d’un époux ne suffisent pas à éviter la séparation ou le divorce.
L’Église orthodoxe, elle, se risque à aider les époux lorsque le couple s’est écroulé, s’est séparé, a divorcé. Elle reconnaît que les humains peuvent commettre des erreurs et qu’il n’est pas évangélique de les abandonner à un jugement négatif, en les laissant définitivement dans une situation invivable. Elle propose un temps de réflexion, de reconnaissance des torts que chacun a pu avoir. Elle invite à une sorte de conversion avant d’accepter de bénir le mariage de personnes qui furent amenées à divorcer.
Telle est la perspective que j’ai proposée dès 1991 aux époux abandonnés ou contraints au divorce qui, par la suite, ont contracté mariage. L’Église romaine ne la propose pas, à la différence de l’Église orthodoxe. Aussi l’ai-je présentée comme une « décision de conscience » et non comme une solution agréée par l’Église romaine. Cependant, qui sait si elle ne l’acceptera pas un jour, notamment si la communion renaît entre les Églises chrétiennes ?

Pour une vraie décision


Pour l’élaborer, le divorcé remarié doit donc se questionner devant Dieu, principalement sur les points suivants :
1. Est-ce que je cherche à vivre la foi chrétienne de plus en plus profondément, notamment depuis mon nouveau mariage ?
2. Le couple que je forme actuellement est-il stabilisé depuis un temps notable (dix ans), paisible, vivant sous le regard du Seigneur avec espoir fondé de durer dans la fidélité ?
3. Ai-je essayé de faire la clarté sur la validité de mon premier mariage ?
4. Ai-je reconnu loyalement mes torts dans le déroulement puis l’effondrement de mon couple ? Suis-je allé jusqu’à solliciter le pardon de mon conjoint ou des enfants que mon attitude aurait pu blesser ?
5. Ai-je lutté pour ne pas entretenir et manifester une attitude agressive envers mon conjoint, ou sa famille, ou les enfants, ou les représentants de l’Église ?
6. Ai-je dialogué avec des chrétiens sur les questions de conscience posées par mon divorce et mon remariage civil ? Cette recherche de dialogue m’a-t-elle fourni des éléments de discernement spirituel ayant apaisé « mon état d’âme » ? Suis-je actuellement dans une certaine paix intérieure depuis que j’ai choisi de communier quand je participe à l’eucharistie ?
Si vous répondez positivement à ces questions, je ne suis pas seul à penser que vous vivez dans une attitude loyale envers Dieu. Vous pouvez estimer que vous êtes en paix avec Lui et en harmonie avec l’enseignement du Christ, le Juge de tous les humains. Il vous aime et vous demeurez en lui.

Mgr Jean - Charles Thomas,ancien évêque d'Ajaccio et de Versailles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 21:48

Enlui a écrit:
Je ne revendique rien
ni ne me révolte ni accuse

Je laisse seulement ces larmes couler
et ma douleur parler

Et achevant ma contrition dis:

Oui Seigneur:Ainsi as-tu voulu que ce soit

La petite âme que je suis essuie tes larmes, et voudrais tant soulager ta douleur !

A lire ta souffrance et que tu ne revendique rien, je suis toute admiration ! :chapeau:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 21:50

Oculus a écrit:
Cher En Lui, Voici une réflexion pastorale de Mgr jean-Charles Thomas , évêque émérite de Versailles sur la pastorale des Divorcés-remariés recopiée sur le site de Croire , en espérant qu'elle adoucira votre peine .Peut-on communier quand on est divorcé-remarié ?

Citation :

En partenariat avec Croire aujourd'hui, la réponse plein d'humanité de Mgr Jean-Charles Thomas qui propose aux divorcés remariés un chemin de vérité, en vue d’une vraie décision de conscience.

Une personne victime du divorce (abandonnée par son conjoint), qui a refait sa vie en se remariant, est à présent heureuse en couple. Elle avoue communier régulièrement. Mais elle est très culpabilisée de transgresser les interdits de l’Église.
Je suis pasteur, voilà ce que je peux lui dire :
C'est à Dieu qu’appartient le jugement final sur nos choix. Dès à présent, essayez de croire qu’il porte sur vous le seul regard à la fois objectif, complet, juste et plein de compassion. Lui seul vous connaît à fond, évalue votre part de responsabilité dans l’histoire de votre premier couple. Prenez le temps de lire lentement, pour le méditer, ce que saint Jean écrivait aux chrétiens (voir 1 Jean 2,1-2 et 3,18-23). Cette lecture méditée activera le niveau profond de votre âme. Demandez à l’Esprit Saint de vous rendre totalement disponible à ce qu’Il veut vous faire comprendre.
Méditez ensuite sur le comportement et les paroles de Jésus à la Samaritaine (elle vivait avec un cinquième mari), aux pharisiens sollicitant la condamnation de la femme adultère, à ceux qui demandaient dans quelle mesure l’homme pouvait répudier sa femme, à Simon qui s’étonnait de voir Jésus accepter l’attitude de la femme pécheresse (voir Jean 4, 16-30 ;8, 1-11 ; Matthieu 19, 1-12 ; Luc 7, 36-50.). Donnez tout son poids au principe par lequel Jésus justifie cette proximité avec les pécheurs : Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs. Nous accordons du crédit aux paroles de l’Église. Avons-nous donné à la Parole du Fils de Dieu tout le poids qu’elle mérite ? Pour un chrétien, l’Autorité de Dieu doit toujours l’emporter sur les autorités humaines, y compris religieuses.

En mon âme et conscience

Lisons maintenant quelques affirmations officielles de notre Église. « L’être humain doit toujours obéir au jugement certain de sa conscience. S’il agissait délibérément contre ce dernier, il se condamnerait lui-même » (Catéchisme de l’Église catholique n° 1790). « Dans la formation de la conscience, la Parole de Dieu est la lumière sur notre route » (CEC n° 1785). « Au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même… inscrite par Dieu au coeur de l’homme ; sa dignité est de lui obéir, et c’est elle qui le jugera. La conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu ». Ces phrases furent votées par plus de deux mille évêques lors du concile Vatican II (« Gaudium et spes », n° 16). Leur autorité ne peut être contestée.
Malheureusement, nous préférons parfois une réponse simple, formulée par un homme d’Église, à une réflexion plus exigeante menée en notre âme et conscience. Serait-ce par peur de nous tromper ? Ou de céder à une certaine complaisance ? Les êtres humains sont ainsi faits : ils pensent généralement qu’une réponse dure, exigeante, est plus conforme à la pensée de Dieu. Si nous appliquions cette règle aux réponses de Jésus, nous devrions dire que sa miséricorde déformait la pensée de son Père. Or Jésus était la Vérité même. Il se montrait sévère avec ceux qui exigeaient des autres une rigueur qu’ils ne s’appliquaient pas à eux-mêmes (Matthieu 23). Il voulait faire reconnaître que Dieu se comporte en Père, que sa priorité n’est pas de juger mais d’aider et de sauver avec tendresse. Et Jésus a vécu comme son Père le désirait. Fidèlement.


Mon premier mariage était-il valide ?


L’Église romaine s’efforce d’aider les époux à porter un jugement éclairé sur la validité de leur mariage. S’ils se séparent ou divorcent (selon la loi civile), elle les invite à faire « juger » la validité de leurengagement par six juges (trois en première instance du tribunal ecclésiastique, et trois en seconde instance). Si les deux instances estiment que l’engagement formulé « à l’église » fut invalide, l’Église accepte de bénir le nouveau mariage que chaque époux peut contracter. Elle n’annule pas le premier lien, elle estime qu’il ne fut pas valide.
Or, ce recours aux tribunaux ecclésiastiques nécessite enquêtes, témoignages, retour sur un passé qui ravive des plaies au coeur des époux et pose de rudes questions aux enfants nés de ce mariage. Il prend plusieurs années et occasionne des frais. Aussi beaucoup hésitent-ils à choisir cette voie. Il ne manque pas d’époux pour penser, en leur âme et conscience, que leur mariage fut invalide, même sans l’avoir soumis au jugement d’un tribunal ecclésiastique. Ils se privent de son aide, ce qui est dommage. Ils restent seuls dans l’analyse de leur passé, oscillant parfois en conscience, ce qui n’est pas confortable et les fait souffrir. Beaucoup d’époux ayant divorcé se trouvent dans cette situation. Des groupes de réflexion sont alors indispensables pour permettre leur libre expression sur leur premier lien conjugal. Agréés par l’autoritéecclésiale locale, ils deviennent un lieu de vérité, de soutien et de reconstruction après la blessure d’un divorce.


L’Église orthodoxe propose un temps de conversion

Autre limite, et de taille. L’Église romaine examine la validité des mariages seulement au moment où ils furent contractés. Elle s’interdit de faire un discernement sur un mariage estimé valide à l’origine, mais devenu par la suite un enfer pour l’un ou l’autre des époux, au point de rendre indispensable une séparation définitive.Multiples peuvent être les raisons : accident, maladie imprévisible, évolution psychique régressive de l’un des époux, violence, alcool, drogue, etc. Nombreux demeurent les cas où la bonne volonté et le courage d’un époux ne suffisent pas à éviter la séparation ou le divorce.
L’Église orthodoxe, elle, se risque à aider les époux lorsque le couple s’est écroulé, s’est séparé, a divorcé. Elle reconnaît que les humains peuvent commettre des erreurs et qu’il n’est pas évangélique de les abandonner à un jugement négatif, en les laissant définitivement dans une situation invivable. Elle propose un temps de réflexion, de reconnaissance des torts que chacun a pu avoir. Elle invite à une sorte de conversion avant d’accepter de bénir le mariage de personnes qui furent amenées à divorcer.
Telle est la perspective que j’ai proposée dès 1991 aux époux abandonnés ou contraints au divorce qui, par la suite, ont contracté mariage. L’Église romaine ne la propose pas, à la différence de l’Église orthodoxe. Aussi l’ai-je présentée comme une « décision de conscience » et non comme une solution agréée par l’Église romaine. Cependant, qui sait si elle ne l’acceptera pas un jour, notamment si la communion renaît entre les Églises chrétiennes ?

Pour une vraie décision


Pour l’élaborer, le divorcé remarié doit donc se questionner devant Dieu, principalement sur les points suivants :
1. Est-ce que je cherche à vivre la foi chrétienne de plus en plus profondément, notamment depuis mon nouveau mariage ?
2. Le couple que je forme actuellement est-il stabilisé depuis un temps notable (dix ans), paisible, vivant sous le regard du Seigneur avec espoir fondé de durer dans la fidélité ?
3. Ai-je essayé de faire la clarté sur la validité de mon premier mariage ?
4. Ai-je reconnu loyalement mes torts dans le déroulement puis l’effondrement de mon couple ? Suis-je allé jusqu’à solliciter le pardon de mon conjoint ou des enfants que mon attitude aurait pu blesser ?
5. Ai-je lutté pour ne pas entretenir et manifester une attitude agressive envers mon conjoint, ou sa famille, ou les enfants, ou les représentants de l’Église ?
6. Ai-je dialogué avec des chrétiens sur les questions de conscience posées par mon divorce et mon remariage civil ? Cette recherche de dialogue m’a-t-elle fourni des éléments de discernement spirituel ayant apaisé « mon état d’âme » ? Suis-je actuellement dans une certaine paix intérieure depuis que j’ai choisi de communier quand je participe à l’eucharistie ?
Si vous répondez positivement à ces questions, je ne suis pas seul à penser que vous vivez dans une attitude loyale envers Dieu. Vous pouvez estimer que vous êtes en paix avec Lui et en harmonie avec l’enseignement du Christ, le Juge de tous les humains. Il vous aime et vous demeurez en lui.

Mgr Jean - Charles Thomas,ancien évêque d'Ajaccio et de Versailles.

Merci Oculus pour Enlui, pour ce document et ensuite pour moi car étant engagée en Eglise ce document m'intéresse aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 22:08

Bisous à tous les deux sunny
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 22:12

Enlui a écrit:
Bisous à tous les deux sunny

Bisous aussi à vous deux sunny
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 22:57

Que le puit s'ouvre et que j' en vois avec vertige le fond

Ces injonctions et ces mesures !

ne me feront pas plus crier

Mais certainement m'assèchent

Ah Mon dieu trouver en toi et toi seul le miel et oublier la terre!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 23:05

Enlui a écrit:
Que le puit s'ouvre et que j' en vois avec vertige le fond

Ces injonctions et ces mesures !

ne me feront pas plus crier

Mais certainement m'assèchent

Ah Mon dieu trouver en toi et toi seul le miel et oublier la terre!

Oui tu trouveras le miel en Dieu,

Je te souhaite miel dans ton coeur,

Miel sur tes lèvres,

Que le Seigneur te bénisse,

Qu'il te montre Sa face !
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 23:08

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 23:22

Enlui a écrit:
J'ai été irradié!!!

voir : http://docteurangelique.forumactif.com/theologie-spirituelle-f1/lecon-de-purgatoire-t7677.htm

C'est l'Amour du Seigneur qui t'a irradié !!! parfois c'est douloureux !

J'ai lu ce que tu as vécu, c'est horrible,

Mais vois y de la tendresse du Seigneur,

Il t'a révélé ce que ressentent certaines âmes du purgatoire.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12256
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 23:42

-Julienne a écrit:
.../... Pour moi, je trouve cela injuste et m'indispose !.../...Tout en étant fidèle à l'Eglise de Rome et n'incitant pas à pécher avec le Corps et le Sang du Christ, je pense et j'espère que l'Eglise évoluera vers plus de souplesse.

Vraiment c'est un grand désir en moi que le bateau avance et évolue vers la Miséricorde.[/b] [/color]

affraid Attention Julienne tu te mets à trier toi aussi dans le magistère... bientôt tu seras plus catholique.... lol!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 23:47

adamev a écrit:
-Julienne a écrit:
.../... Pour moi, je trouve cela injuste et m'indispose !.../...Tout en étant fidèle à l'Eglise de Rome et n'incitant pas à pécher avec le Corps et le Sang du Christ, je pense et j'espère que l'Eglise évoluera vers plus de souplesse.

Vraiment c'est un grand désir en moi que le bateau avance et évolue vers la Miséricorde.[/b] [/color]

affraid Attention Julienne tu te mets à trier toi aussi dans le magistère... bientôt tu seras plus catholique.... lol!

Adamev, as tu lu le message de l'évêque de Versailles donné par Oculus ?

Pour moi je prône la miséricorde et l'Amour avant tout aussi !

Je maintiens ce que j'ai écrit.

aux yeux de certains oui je pourrais n'être plus catholique ce serait alors dans leur idée !!

Crois tu que dans les paroisses tout est appliqué à la lettre c'est le cas au cas qui joue je sais de quoi je parle, je suis sur le terrain Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 23:55

adamev a écrit:
-Julienne a écrit:
.../... Pour moi, je trouve cela injuste et m'indispose !.../...Tout en étant fidèle à l'Eglise de Rome et n'incitant pas à pécher avec le Corps et le Sang du Christ, je pense et j'espère que l'Eglise évoluera vers plus de souplesse.

Vraiment c'est un grand désir en moi que le bateau avance et évolue vers la Miséricorde.[/b] [/color]

affraid Attention Julienne tu te mets à trier toi aussi dans le magistère... bientôt tu seras plus catholique.... lol!

J'ai pensé à toi bien sûr en écrivant ces mots et ouvrant ce fil.

Ta phrase "Vraiment c'est un grand désir en moi que le bateau avance et évolue vers la Miséricorde."

résonne en moi et je pense que tu sais pourquoi.

Quant à Julienne ce n'est pas qu'elle vire de bord mais c'est qu'elle est amarrée à l'amour, et qui lui soufflera de quitter sa famille ,elle qui ouvre les portes avec coeur à tous!

Et pourquoi penser qu'elle est dans une opération de tri ...Je pense que c'est là des choses qui dépassent ses intentions .


Sa réponse c'est l'avance de tout son coeur vers moi comme souvent elle a vers toi et d'autres comme tu as du pouvoir le lire dans tous ses messages .

C'est sûr que certains pourrait la reprendre d'une telle approche et la mouliner mais ce ne sera pas nous qui le ferons.

Ne crois-tu pas ?
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12256
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Dim 22 Mar 2009, 23:56

Je connais le père Thomas que j'ai rencontré plusieurs fois. Un homme de foi et d'humanisme
Normal il a beaucoup fréquenté les FM, notamment catholiques. Et il s'est fait, avec d'autres, leur interprète au Vatican.
Je pense que les fachos versaillais ont eu la peau de Mgr Thomas notamment en raison de son soutien à Mgr Gaillot. Il a été débarqué pour raisons de santé... qui n'ont trompé personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 00:03

Enlui a écrit:
adamev a écrit:
-Julienne a écrit:
.../... Pour moi, je trouve cela injuste et m'indispose !.../...Tout en étant fidèle à l'Eglise de Rome et n'incitant pas à pécher avec le Corps et le Sang du Christ, je pense et j'espère que l'Eglise évoluera vers plus de souplesse.

Vraiment c'est un grand désir en moi que le bateau avance et évolue vers la Miséricorde.[/b] [/color]

affraid Attention Julienne tu te mets à trier toi aussi dans le magistère... bientôt tu seras plus catholique.... lol!

J'ai pensé à toi bien sûr en écrivant ces mots et ouvrant ce fil.

Ta phrase "Vraiment c'est un grand désir en moi que le bateau avance et évolue vers la Miséricorde."

résonne en moi et je pense que tu sais pourquoi.

Quant à Julienne ce n'est pas qu'elle vire de bord mais c'est qu'elle est amarrée à l'amour, et qui lui soufflera de quitter sa famille ,elle qui ouvre les portes avec coeur à tous!

Et pourquoi penser qu'elle est dans une opération de tri ...Je pense que c'est là des choses qui dépassent ses intentions .


Sa réponse c'est l'avance de tout son coeur vers moi comme souvent elle a vers toi et d'autres comme tu as du pouvoir le lire dans tous ses messages .

C'est sûr que certains pourrait la reprendre d'une telle approche et la mouliner mais ce ne sera pas nous qui le ferons.

Ne crois-tu pas ?

Merci Enlui I love you je suis très émue !

Bonne nuit mon ami :bisou:
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 00:06

adamev a écrit:
Je connais le père Thomas que j'ai rencontré plusieurs fois. Un homme de foi et d'humanisme
Normal il a beaucoup fréquenté les FM, notamment catholiques. Et il s'est fait, avec d'autres, leur interprète au Vatican.
Je pense que les fachos versaillais ont eu la peau de Mgr Thomas notamment en raison de son soutien à Mgr Gaillot. Il a été débarqué pour raisons de santé... qui n'ont trompé personne.

Excuse-moi adamev mais tu réponds à qui et à quoi là ?
Qui a parlé du Père Thomas ?

Ou est-ce l'administrateur qui mélange des posts ?
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12256
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 00:19

Je répondais à Julienne; Et le père Thomas est Mgr Thomas ancien évêque de Versailles cité par Oculus.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 00:29


  • Oh la la .Oui je comprends!
  • Excuses -moi

Revenir en haut Aller en bas
Jeb



Masculin Messages : 4320
Inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 01:15

Enlui a écrit:
De ce drame qu'est le/la divorcé/e

Interdit du pain et du vin.
Interdit de communion.
Cher Enlui,

Temps qu'un(e) divorcé'e) n'est pas remarié(e) et en concubinage, la Communion Eucharistique lui est toujours ouverte, même plus que jamais, pour soutenir la personne.

Dieu est dans les Sacrements et Il est au-delà des Sacrements.

Dieu se donne autant à ceux qui ne peuvent communier au Corps et au Sang du Christ, comme par exemple aux malades qui ne peuvent se déplacer et à qui personne ne leur apporte la Communion.

Le coeur à Coeur dans la prière est une Communion spirituelle aussi intense.

Et comme le dit notre chère Julienne c'est au prêtre de voir au cas par cas, dans un esprit de discernement que lui confère son ministère sacerdotal, tout en veillant à ne pas causer de division à ce sujet dans sa paroisse. C'est une position très délicate et une grande responsabilité que le prêtre a. L'esprit-Saint lui est donné par son ordination pour discerner dans la Miséricorde et la Justesse.

Parfois aussi Dieu conduit l'âme "au désert" dans un dépouillement total pour que l'âme passe à une autre étape dans le dépouillement de l'Amour : aimer Dieu pour Lui-même. C'est, il me semble, ce que veut faire comprendre à Pierre lorsqu'il lui demande : M'aimes-tu plus que ceux-ci ? C'est-à-dire "M'aimes-tu plus que toutes richesses mêmes spirituelles ? M'aimes-tu que pour Moi Seul ?"

C'est comme cela que je le vois, et pardonne-moi si je suis à côté de la plaque. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 01:43

C'est gentil Jeb



dépouillement,

et écorchement!

Je vais dormir et te prendre dans ma prière ainsi qu'adamev et Julienne ,Oculuset tous ceux du forum.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 09:24

Enlui a écrit:
C'est gentil Jeb



dépouillement,

et écorchement!

Je vais dormir et te prendre dans ma prière ainsi qu'adamev et Julienne ,Oculuset tous ceux du forum.

Cher Enlui je découvre ce message ce matin, j'ai prié pour toi aussi, je prie toujours pour toi et mes amis du forum. Demain, nous avons une veillée de prière à la paroisse dans l'esprit de Taizé, je te porterai encore dans ma prière..

Enlui pourquoi ne parlerais tu pas à un prêtre ?

Cher Jeb,Je souscris tout-à-fait à ton message.

J'ai aimé particulièrement ceci :

Parfois aussi Dieu conduit l'âme "au désert" dans un dépouillement total pour que l'âme passe à une autre étape dans le dépouillement de l'Amour : aimer Dieu pour Lui-même. C'est, il me semble, ce que veut faire comprendre à Pierre lorsqu'il lui demande : M'aimes-tu plus que ceux-ci ? C'est-à-dire "M'aimes-tu plus que toutes richesses mêmes spirituelles ? M'aimes-tu que pour Moi Seul ?"

Je participe régulièrement à un partage d'Evangile mais voici encore un nouvel éclairage d'un passage de la Bible, j'apprends tous les jours ici...
c'est un cadeau du Seigneur de ce matin sunny
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 12:56

-Julienne a écrit:


Voilà maintenant ce que je pense moi et tant pis si je choque mais c'est le fond de mon coeur que je te livre :

J'espère que l'Eglise évoluera et avec le temps sera plus souple concernant cette pastorale des divorcés , des divorcés-remariés.

Certaines personnes n'ont pas souhaité la fin de leur couple, ce n'est pas leur faute si l'autre a désiré rompre le mariage.

Pourtant ils ne peuvent pas se remarier et retrouver une vie de couple, si ils veulent communier...

Pour moi, je trouve cela injuste et m'indispose !

Dans plusieurs paroisses (puisque je fais partie d'une Unité Pastorale qui comporte 5 paroisses) donc je sais de quoi je parle étant sur le terrain et non dans la théorie, les prêtres ont un entretien avec les personnes et si ils estiment qu'elles peuvent communier , ces personnes communient.

Je pense que ce problème devrait être traité au cas par cas...

En ma paroisse, le prêtre prend cette responsabilité certaines personnes divorcés remariées ou vivant en couple (dont les raisons ne me regardent pas) peuvent communier. Notre prêtre est pour l'Amour et la Miséricorde.

Tout en étant fidèle à l'Eglise de Rome et n'incitant pas à pécher avec le Corps et le Sang du Christ, je pense et j'espère que l'Eglise évoluera vers plus de souplesse.

Vraiment c'est un grand désir en moi que le bateau avance et évolue vers la Miséricorde.

Excuse moi de prendre une position sur cette question qui peut
semble etre intransigeant mais qui surtout me semble cohérent avec les écritures.On ne peut pas tout permettre au nom de la miséricorde :

1/ Je ne vois pas comment on peut justifier la communion des divorcés -remariés par l'evangile

2/
Si L'Église admet un jour la communion des divorcés - remariés,elle devra aussi admettre un jour les divorces

3/
Le probleme de l'occident c'est parfois de croire que l'Eglise
catholique est à eux et que donc elle doit s'adapte à eux . la
communion des divorcés -remarié n'est pas un probleme dans les autres
continent qui sont majoritairement catholique .ce probleme est essentiellement un probleme occidental .

4/ Pour ce qui me concerne au lieu d'accepter la communion des divorcés - remariés qui mettre l'Eglise dans une contradiction dogmatique et doctrinale l'Eglise doit au contraire s'investir dans la pastoral de la communion par désir ,car elle est mal connue des fidèles alors que c'est un témoignage eucharistique très fort envers ceux qui ont droit à la communion
Revenir en haut Aller en bas
versus



Messages : 20
Inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 13:21

Plus de détails sur :http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19940914_rec-holy-comm-by-divorced_fr.html


CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI
LETTRE AUX ÉVÊQUES DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE
SUR L'ACCÈS À LA COMMUNION EUCHARISTIQUE
DE LA PART DES FIDÈLES DIVORCÉS-REMARIÉS




Si les divorcés se sont remariés civilement, ils se trouvent dans une situation qui contrevient objectivement à la loi de Dieu et, dès lors, ils ne peuvent pas accéder à la Communion eucharistique, aussi longtemps que persiste cette situation"(6).

Cette norme n'a aucun caractère punitif ni certes discriminatoire à l'égard des divorcés remariés, mais elle exprime plutôt une situation objective qui par elle-même rend impossible l'accès à la Communion eucharistique: "Ils se sont rendus eux-mêmes incapables d'y être admis, car leur état et leur condition de vie est en contradiction objective avec la communion d'amour entre le Christ et l'Eglise, telle qu'elle s'exprime et est rendue présente dans l'Eucharistie. Il y a par ailleurs un autre motif pastoral particulier: si l'on admettait ces personnes à l'Eucharistie, les fidèles seraient induits en erreur et comprendraient mal la doctrine de l'Eglise concernant l'indissolubilité du mariage"(7).

Pour les fidèles qui se trouvent dans une telle situation matrimoniale, l'accès à la Communion eucharistique sera ouvert uniquement par l'absolution sacramentelle qui ne peut être donnée "qu'à ceux qui se sont repentis d'avoir violé le signe de l'Alliance et de la fidélité au Christ, et sont sincèrement disposés à une forme de vie qui ne soit plus en contradiction avec l'indissolubilité du mariage. Cela implique concrètement, lorsque l'homme et la femme ne peuvent pas, pour de graves motifs - par exemple l'éducation des enfants - remplir l'obligation de la séparation, qu'ils prennent l'engagement de vivre en complète continence, c'est-à-dire en s'abstenant des actes réservés aux époux'"(8). Dans ce cas, ils peuvent accéder à la Communion eucharistique, l'obligation d'éviter le scandale demeurant toutefois.

5. La doctrine et la discipline de l'Eglise en la matière ont été amplement exposées durant la période post-conciliaire dans l'Exhortation apostolique Familiaris consortio. L'Exhortation rappelle, entre autres, aux pasteurs que, par amour de la vérité, ils sont tenus à bien discerner les diverses situations; elle les exhorte à encourager la participation des divorcés remariés à divers moments de la vie de l'Eglise. En même temps, elle rappelle la pratique constante et universelle, "fondée sur la Sainte Ecriture, de ne pas admettre à la Communion eucharistique les divorcés remariés"(9), en indiquant les motifs. La structure de l'exhortation et la teneur de ses paroles font comprendre clairement que cette pratique, présentée comme obligatoire, ne peut être changée sur la base des différentes situations.

6. Le fidèle qui vit habituellement "more uxorio" avec une personne qui n'est pas sa femme légitime ou son mari légitime, ne peut accéder à la communion eucharistique. Si ce fidèle jugeait possible de le faire, les pasteurs et les confesseurs auraient, étant donné la gravité de la matière ainsi que les exigences du bien spirituel de la personne(10) et du bien commun de l'Eglise, le grave devoir de l'avertir qu'un tel jugement de conscience est en opposition patente avec la doctrine de l'Eglise(11). Ils doivent aussi rappeler cette doctrine dans l'enseignement à tous les fidèles qui leur sont confiés.

Ceci ne signifie pas que l'Eglise n'ait pas à coeur la situation de ces fidèles, qui, du reste, ne sont en rien exclus de la communion ecclésiale. Elle se préoccupe de les accompagner pastoralement et de les inviter à participer à la vie ecclésiale dans la mesure où cela est compatible avec les dispositions du droit divin, dont l'Eglise ne dispose d'aucun pouvoir de dispense(12). D'autre part, il est nécessaire d'éclairer les fidèles intéressés, afin qu'ils ne considèrent pas que leur participation à la vie de l'Eglise se réduit exclusivement à la question de la réception de l'Eucharistie. Il faut aider les fidèles à approfondir leur compréhension de la valeur de leur participation au sacrifice du Christ dans la messe, de la communion spirituelle(13), de la prière, de la méditation de la parole de Dieu, des oeuvres de charité et en faveur de la justice(14).

7. La conviction erronée, de la part d'un divorcé remarié, de pouvoir accéder à la Communion eucharistique présuppose normalement que l'on attribue à la conscience personnelle le pouvoir de décider, en dernière analyse, sur la base de sa propre conviction(15), de l'existence ou de la non-existence du précédent mariage et de la valeur de la présente union. Mais on ne peut admettre pareille attribution(16). En effet, le mariage, en tant qu'image de l'union sponsale entre le Christ et son Eglise et noyau de base et facteur important de la vie de la société civile, est essentiellement une réalité publique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 13:30

fredsinam a écrit:
-Julienne a écrit:


Voilà maintenant ce que je pense moi et tant pis si je choque mais c'est le fond de mon coeur que je te livre :

J'espère que l'Eglise évoluera et avec le temps sera plus souple concernant cette pastorale des divorcés , des divorcés-remariés.

Certaines personnes n'ont pas souhaité la fin de leur couple, ce n'est pas leur faute si l'autre a désiré rompre le mariage.

Pourtant ils ne peuvent pas se remarier et retrouver une vie de couple, si ils veulent communier...

Pour moi, je trouve cela injuste et m'indispose !

Dans plusieurs paroisses (puisque je fais partie d'une Unité Pastorale qui comporte 5 paroisses) donc je sais de quoi je parle étant sur le terrain et non dans la théorie, les prêtres ont un entretien avec les personnes et si ils estiment qu'elles peuvent communier , ces personnes communient.

Je pense que ce problème devrait être traité au cas par cas...

En ma paroisse, le prêtre prend cette responsabilité certaines personnes divorcés remariées ou vivant en couple (dont les raisons ne me regardent pas) peuvent communier. Notre prêtre est pour l'Amour et la Miséricorde.

Tout en étant fidèle à l'Eglise de Rome et n'incitant pas à pécher avec le Corps et le Sang du Christ, je pense et j'espère que l'Eglise évoluera vers plus de souplesse.

Vraiment c'est un grand désir en moi que le bateau avance et évolue vers la Miséricorde.

Excuse moi de prendre une position sur cette question qui peut
semble etre intransigeant mais qui surtout me semble cohérent avec les écritures.On ne peut pas tout permettre au nom de la miséricorde :

1/ Je ne vois pas comment on peut justifier la communion des divorcés -remariés par l'evangile

2/
Si L'Église admet un jour la communion des divorcés - remariés,elle devra aussi admettre un jour les divorces

3/
Le probleme de l'occident c'est parfois de croire que l'Eglise
catholique est à eux et que donc elle doit s'adapte à eux . la
communion des divorcés -remarié n'est pas un probleme dans les autres
continent qui sont majoritairement catholique .ce probleme est essentiellement un probleme occidental .

4/ Pour ce qui me concerne au lieu d'accepter la communion des divorcés - remariés qui mettre l'Eglise dans une contradiction dogmatique et doctrinale l'Eglise doit au contraire s'investir dans la pastoral de la communion par désir ,car elle est mal connue des fidèles alors que c'est un témoignage eucharistique très fort envers ceux qui ont droit à la communion

Bonjour Fredsinam,

Tu n'as pas à t'excuser il s'agit ici d'un débat où chacun s'exprime.

Je ne vois pas pourquoi si l'Eglise admet un jour la communion des divorcés-remariés (et je ne parle pas de généralités mais de traiter au cas par cas comme cela se fait dans les paroisses que je connais) et je suis certaine qu'ailleurs aussi...
pourquoi elle admettrait les divorces !?

L'Eglise ne doit pas s'adapter à nous je n'ai jamais dit cela mais voyant de puis longtemps la souffrance de personnes que le conjoint a quitté sans raisons, dont le conjoint n'a plus voulu du mariage alors que l'autre lui ne le méritait pas ou n'a rien souhaité de ce genre , il doit être pénalisé parce qu'un jour il rencontre une personne qui lui apporte le bonheur, la joie et qu'ensemble ils peuvent reconstituer un couple, un vrai !

Je respecte l'Eglise de Rome et lui suis fidèle cependant cela ne m'empêche pas de réfléchir et de pencher , d'espérer que l'Eglise sera plus souple envers ces personnes.

L'Eglise n'est pas une église figée où tout est dit et où il n'y a plus rien à dire... je trouverais cela triste de vivre dans une église figée ou tout est déjà dit , Le Saint-Esprit n'a pas encore dit son dernier mot !

L'Eglise évolue .... nous sommes au XXI ème siècle et tout en gardant les valeurs fondamentales elle doit vivre avec son temps.

Je le répète au cas par cas....

Faut il donc alors pratiquer l'hypocrisie ???

Personnellement, je connais un prêtre dont je protège le nom, il est aumônier à la cour donc ce n'est pas n'importe qui, il est pour la miséricorde et l'Amour, il accepte à la table de communion et permet à cet homme qui a un enfant avec sa concubine de distribuer même la Ste Eucharistie. Je ne juge pas, il a ses raisons que je ne connais pas.

Je connais nombre de gens qui communient selon leur conscience parce que cet éloignement ils ne l'ont pas mérité... ils ont eu un entretien avec le prêtre.

Je vois la souffrance de Enlui, il ne revendique rien pourtant...

Moi je reste sur ma position, j'espère qu'un jour l'Eglise assouplira sa pastorale envers les divorcés-remariés, je me soumets à l'Eglise néanmoins.

Si on veut me mouliner comme Enlui demandait à Adamev de ne pas le faire , faites le je ne change pas d'avis pour autant !

MON EGLISE N'EST PAS UNE EGLISE FIGEE A JAMAIS ELLE VIT ! cheers

Ah oui et là vous me faites mal Sad poignard dans mon coeur quand vous dites :

car elle est mal connue des fidèles alors que c'est un témoignage eucharistique très fort envers ceux qui ont droit à la communion

ceux qui ont droit à la communion : y avons nous droit nous les soi-disant bons "cathos", les bien-pensants imperméables à la grâce y ont ils droit ?

Je préfère l'attitude du publicain, parce que même engagée en Eglise je ne me sens pas avoir droit à la communion,
La communion c'est un don de Dieu. C'est Jésus qui se donne à nous parce que Il le veut bien...

Le coeur d'un "bon catho" bcbg est il meilleur que le coeur d'un être qui souffre d'être éloigné d'un sacrement.

Pour moi, je me considère comme la dernière à être digne de recevoir Jésus, nous ne sommes jamais dignes donc nous n'avons pas droit... la communion n'est pas un droit pour certains...

Voilà mon avis qui n'engage que moi !

Et je suis pour l'Amour avant la Loi !!!!

Fraternellement,
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80812
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 14:00

fredsinam a écrit:


4/l'Eglise doit au contraire s'investir dans la pastoral de la communion par désir ,car elle est mal connue des fidèles alors que c'est un témoignage eucharistique très fort envers ceux qui ont droit à la communion

Bravo ! salut C'est vraiment là que doit se trouver la réponse. Il faut recentrer l'eucharistie sur son but : l'oraison du coeur.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 14:06

Ce n'est pas ce point que je conteste !

J'espère qu'un jour l'Eglise assouplira sa pastorale concernant les divorcés-remariés.

La Communion de désir ne suffit pas à tout le monde.

Peut-être ne suis je pas une bonne catholique au sens du terme défini, mais toutes ces étiquettes et ces interdits me lassent... I don't want that

Je suis encore certainement moins une bien-pensante !
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3919
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 17:00

-Julienne a écrit:
fredsinam a écrit:
-Julienne a écrit:


Voilà maintenant ce que je pense moi et tant pis si je choque mais c'est le fond de mon coeur que je te livre :

J'espère que l'Eglise évoluera et avec le temps sera plus souple concernant cette pastorale des divorcés , des divorcés-remariés.

Certaines personnes n'ont pas souhaité la fin de leur couple, ce n'est pas leur faute si l'autre a désiré rompre le mariage.

Pourtant ils ne peuvent pas se remarier et retrouver une vie de couple, si ils veulent communier...

Pour moi, je trouve cela injuste et m'indispose !

Dans plusieurs paroisses (puisque je fais partie d'une Unité Pastorale qui comporte 5 paroisses) donc je sais de quoi je parle étant sur le terrain et non dans la théorie, les prêtres ont un entretien avec les personnes et si ils estiment qu'elles peuvent communier , ces personnes communient.

Je pense que ce problème devrait être traité au cas par cas...

En ma paroisse, le prêtre prend cette responsabilité certaines personnes divorcés remariées ou vivant en couple (dont les raisons ne me regardent pas) peuvent communier. Notre prêtre est pour l'Amour et la Miséricorde.

Tout en étant fidèle à l'Eglise de Rome et n'incitant pas à pécher avec le Corps et le Sang du Christ, je pense et j'espère que l'Eglise évoluera vers plus de souplesse.

Vraiment c'est un grand désir en moi que le bateau avance et évolue vers la Miséricorde.

Excuse moi de prendre une position sur cette question qui peut
semble etre intransigeant mais qui surtout me semble cohérent avec les écritures.On ne peut pas tout permettre au nom de la miséricorde :

1/ Je ne vois pas comment on peut justifier la communion des divorcés -remariés par l'evangile

2/
Si L'Église admet un jour la communion des divorcés - remariés,elle devra aussi admettre un jour les divorces

3/
Le probleme de l'occident c'est parfois de croire que l'Eglise
catholique est à eux et que donc elle doit s'adapte à eux . la
communion des divorcés -remarié n'est pas un probleme dans les autres
continent qui sont majoritairement catholique .ce probleme est essentiellement un probleme occidental .

4/ Pour ce qui me concerne au lieu d'accepter la communion des divorcés - remariés qui mettre l'Eglise dans une contradiction dogmatique et doctrinale l'Eglise doit au contraire s'investir dans la pastoral de la communion par désir ,car elle est mal connue des fidèles alors que c'est un témoignage eucharistique très fort envers ceux qui ont droit à la communion

Bonjour Fredsinam,

Tu n'as pas à t'excuser il s'agit ici d'un débat où chacun s'exprime.

Je ne vois pas pourquoi si l'Eglise admet un jour la communion des divorcés-remariés (et je ne parle pas de généralités mais de traiter au cas par cas comme cela se fait dans les paroisses que je connais) et je suis certaine qu'ailleurs aussi...
pourquoi elle admettrait les divorces !?

L'Eglise ne doit pas s'adapter à nous je n'ai jamais dit cela mais voyant de puis longtemps la souffrance de personnes que le conjoint a quitté sans raisons, dont le conjoint n'a plus voulu du mariage alors que l'autre lui ne le méritait pas ou n'a rien souhaité de ce genre , il doit être pénalisé parce qu'un jour il rencontre une personne qui lui apporte le bonheur, la joie et qu'ensemble ils peuvent reconstituer un couple, un vrai !

Je respecte l'Eglise de Rome et lui suis fidèle cependant cela ne m'empêche pas de réfléchir et de pencher , d'espérer que l'Eglise sera plus souple envers ces personnes.

L'Eglise n'est pas une église figée où tout est dit et où il n'y a plus rien à dire... je trouverais cela triste de vivre dans une église figée ou tout est déjà dit , Le Saint-Esprit n'a pas encore dit son dernier mot !

L'Eglise évolue .... nous sommes au XXI ème siècle et tout en gardant les valeurs fondamentales elle doit vivre avec son temps.

Je le répète au cas par cas....

Faut il donc alors pratiquer l'hypocrisie ???

Personnellement, je connais un prêtre dont je protège le nom, il est aumônier à la cour donc ce n'est pas n'importe qui, il est pour la miséricorde et l'Amour, il accepte à la table de communion et permet à cet homme qui a un enfant avec sa concubine de distribuer même la Ste Eucharistie. Je ne juge pas, il a ses raisons que je ne connais pas.

Je connais nombre de gens qui communient selon leur conscience parce que cet éloignement ils ne l'ont pas mérité... ils ont eu un entretien avec le prêtre.

Je vois la souffrance de Enlui, il ne revendique rien pourtant...

Moi je reste sur ma position, j'espère qu'un jour l'Eglise assouplira sa pastorale envers les divorcés-remariés, je me soumets à l'Eglise néanmoins.

Si on veut me mouliner comme Enlui demandait à Adamev de ne pas le faire , faites le je ne change pas d'avis pour autant !

MON EGLISE N'EST PAS UNE EGLISE FIGEE A JAMAIS ELLE VIT ! cheers

Ah oui et là vous me faites mal Sad poignard dans mon coeur quand vous dites :

car elle est mal connue des fidèles alors que c'est un témoignage eucharistique très fort envers ceux qui ont droit à la communion

ceux qui ont droit à la communion : y avons nous droit nous les soi-disant bons "cathos", les bien-pensants imperméables à la grâce y ont ils droit ?

Je préfère l'attitude du publicain, parce que même engagée en Eglise je ne me sens pas avoir droit à la communion,
La communion c'est un don de Dieu. C'est Jésus qui se donne à nous parce que Il le veut bien...

Le coeur d'un "bon catho" bcbg est il meilleur que le coeur d'un être qui souffre d'être éloigné d'un sacrement.

Pour moi, je me considère comme la dernière à être digne de recevoir Jésus, nous ne sommes jamais dignes donc nous n'avons pas droit... la communion n'est pas un droit pour certains...

Voilà mon avis qui n'engage que moi !

Et je suis pour l'Amour avant la Loi !!!!

Fraternellement,



Julienne je pense que si nous sommes tous chrétien c'est que nous sommes tous pour l'amour avant la loi si non nous serions juif ou musulman. Mais l'amour doit s'appuyer sur la vérité çàd les dogmes .

Tu as donné l'exemple de ta paroisse où le pretre fait communier des divorces remaries ce n'est pas de l'hypocrisie mais de peche p-e veniel mais ça reste un peche car ce pretre a fait voeux d'obeissance malheureusement le vatican ne peut pas savoir ce que chaque pretre fait dans sa paroisse ce n'est donc pas l'hypocrisie de l'Eglise .


Citation :
Je ne vois pas pourquoi si l'Eglise admet un jour la communion des
divorcés-remariés (et je ne parle pas de généralités mais de traiter au
cas par cas comme cela se fait dans les paroisses que je connais) et je
suis certaine qu'ailleurs aussi...
pourquoi elle admettrait les divorces !?

C'est evident. L'Eglise conseille de communier si on est dans un etat de grâce et non de peche c'est d'ailleurs pour cela je suppose qu'avant de communier on dit :"dit seulement un mot et je serais gueri " .Donc si l'Eglise accepte la communion des divorce-remarié cela voudrait dire que le divorce n'est pas un péché ou qu'un sacrement a un pouvoir temporel alors qu'un sacrement demeure éternellement. je crois qu'Un sacrement est un pacte qu'on fait avec Dieu qui demeure eternellement quelque soit les circonstance de la vie.

Si non la solution du cas par cas on le fait déjà.
Mais la vrai solution c'est la communion par désir que d'ailleurs bcq de saint ont déja pratiqué et ça ne les a pas emepché d'etre des saints


Dernière édition par fredsinam le Lun 23 Mar 2009, 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 17:03

De fait Julienne l'église il est clair que tu te soumets à l'église.

Ton désir qu'un jour elle assouplisse au cas par cas sa position certainement ne verra pas le jour vu les textes du magistère

Mais il montre ta grande sensibilité envers le prochain et cela t'honore

(Je ne vais pas écrire plus tout de suite car je dois partir)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 17:11

Fredsinam, je respecte tes convictions.

Me concernant, je n'ai plus rien à ajouter en ce débat.

J'ai confiance dans le prêtre de ma paroisse qui est très respecté de tous et ce n'est pas moi qui lui jetterait la pierre. Ni ne jugerai le discernement d'un prêtre. Et puis il sait ce qu'il fait.

Je reste donc dans la même position : j'espère de tout mon coeur qu'un jour l'Eglise assouplira sa pastorale envers les divorcés-remariés et c'est le principal de ce que j'ai dit.

Peut-être que je ne bêle pas avec la masse alors forcément... je ne suis peut-être pas une bonne catholique !!!
Mr. Green
Aux yeux de certains Shocked

Dieu Seul juge et sonde les coeurs, je n'ai à me justififer que devant LUI !

Je n'ai pas dit que je ne restais pas en esprit d'obéissance avec l'Eglise donc inutile de me convaincre !
Et si je choque tant pis ! ce ne sera pas la première fois.

J'ai émis UN DESIR BIEN LEGITIME !

Fin de débat pour moi donc Arrow Arrow Confused Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 17:14

Enlui a écrit:
De fait Julienne l'église il est clair que tu te soumets à l'église.

Ton désir qu'un jour elle assouplisse au cas par cas sa position certainement ne verra pas le jour vu les textes du magistère

Mais il montre ta grande sensibilité envers le prochain et cela t'honore

(Je ne vais pas écrire plus tout de suite car je dois partir)

Tous ne lisent pas comme toi et ne voient pas les choses ainsi ! ils n'ont rien compris à ce que j'ai dit.

Dieu peut tout et peut-être je ne serai plus de ce monde , je ne désespère
pas.

Et comme je l'ai dit fin de débat pour moi ! What a Face

Difficile de m'exprimer ici !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80812
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 17:21

-Julienne a écrit:


Je reste donc dans la même position : j'espère de tout mon coeur qu'un jour l'Eglise assouplira sa pastorale envers les divorcés-remariés et c'est le principal de ce que j'ai dit.

Peut-être que je ne bêle pas avec la masse alors forcément... je ne suis peut-être pas une bonne catholique !!!

Aux yeux de certains

Chère Julienne,

L'Eglise n'a pas le pouvoir de permettre à une personne qui, mariée sacramentellement, vit avec quelqu'un d'autre, de communier sacramentellement.

L'Eglise est dépositaire du message du Christ qui dit ceci:
Citation :






Luc 16, 18 "Tout homme qui répudie sa femme et en
épouse une autre commet un adultère, et celui qui épouse une femme répudiée par
son mari commet un adultère.



Mais rassurez-vous ! Dieu ne juge pas la victime d'un divorce. Si une personne abandonnée se remarie et ne communie plus à la Messe, Dieu se précipite dans son coeur humble. Car Dieu aime une attitude qui ressemble à celle du publicain dans la parabole.

J'ai mis cette spiritualité dans cette vidéo :

http://video.google.fr/videoplay?docid=-7809054174950775972

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 17:26

Arnaud Dumouch a écrit:
-Julienne a écrit:


Je reste donc dans la même position : j'espère de tout mon coeur qu'un jour l'Eglise assouplira sa pastorale envers les divorcés-remariés et c'est le principal de ce que j'ai dit.

Peut-être que je ne bêle pas avec la masse alors forcément... je ne suis peut-être pas une bonne catholique !!!

Aux yeux de certains

Chère Julienne,

L'Eglise n'a pas le pouvoir de permettre à une personne qui, mariée sacramentellement, vit avec quelqu'un d'autre, de communier sacramentellement.

L'Eglise est dépositaire du message du Christ qui dit ceci:
Citation :






Luc 16, 18 "Tout homme qui répudie sa femme et en
épouse une autre commet un adultère, et celui qui épouse une femme répudiée par
son mari commet un adultère.



Mais rassurez-vous ! Dieu ne juge pas la victime d'un divorce. Si une personne abandonnée se remarie et ne communie plus à la Messe, Dieu se précipite dans son coeur humble. Car Dieu aime une attitude qui ressemble à celle du publicain dans la parabole.

J'ai mis cette spiritualité dans cette vidéo :

http://video.google.fr/videoplay?docid=-7809054174950775972

Cher Arnaud,

Je sais tout cela et que Dieu juge moins bien vite que les humains.

Le Dieu que j'aime est un Dieu de Miséricorde donc je sais qu'Il pardonne, ne juge pas et reste accueillant.

Je vous rappelle que je sers l'Eglise et donc par là Dieu, non pour ma gloire mais pour la Sienne !!! uniquement la Sienne !!!


J'ai émis un Désir d'assouplissement juste cela !

Vous ne m'avez pas comprise non plus , c'est dommage !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80812
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 17:32

Mais si, je vous ai comprise. Et je partage votre compassion. Je pense à cette jeune fille de 20 ans, mariée, que son mari a plaqué quand il a su qu'elle attendait des jumeaux. Cette jeune fille est purement victime.

Voulant un père à ses enfants et n'arrivant pas affectivement à rester seule, elle s'est mise en ménage. Elle ne communie plus. J'admire sa façon de vivre car elle n'a pas commis de faute. De plus, en ne communiant pas, elle se met dans une attitude vraie devant l'appel du Christ à la fidélité quoiqu'il arrive.

J'espère qu'elle obtiendra la reconnaissance de non validité de son mariage.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 17:39

Alors Arnaud, pourquoi est ce que certains prêtres et nous sommes sur internet, je dois donc me taire (y a une grosse pointure dedans) permettent à certains divorcés-remariés de communier ? ils sont au courant et je n'invente rien.

Quand je pose des questions parce qu'il faut toujours que je dise ce que je pense malheureusement : il me disent "on ne juge pas " ou " je suis pour la miséricorde" alors ils désobéissent au pape de Rome ?

Donc par conséquent ils induisent les fidèles dans une fausse voie...

Et dans d'autres paroisse que mon entité cela se passe aussi...

Je connais assez bien de monde de par mes engagements.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80812
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 17:49

Citation :
[quote="-Julienne"]Alors Arnaud, pourquoi est ce que certains prêtres et nous sommes sur internet, je dois donc me taire (y a une grosse pointure dedans) permettent à certains divorcés-remariés de communier ? ils sont au courant et je n'invente rien.

Quand je pose des questions parce qu'il faut toujours que je dise ce que je pense malheureusement : il me disent "on ne juge pas " ou " je suis pour la miséricorde" alors ils désobéissent au pape de Rome ?

Chère Julienne,

Il exercent la miséricorde.

Mais il est difficile d'exercer la miséricorde ET LA VERITE.

Pourquoi Jésus nous demande-t-il de rester fidèle pour le meilleur et le pire, à savoir lorsque notre conjoint est parti ?

Parce que Dieu est comme cela, même avec nous quand nous lui sommes infidèle. En fait, en nous appelant à la fidélité d'amour QUOIQU'IL ARRIVE, Jésus nous entraîne à sa suite.

Mais si nous ne pouvons pas (ce qu'il comprend), alors il nous indique une autre voie de sainteté, celle du publicain que Jésus lui-même indique dans son évangile :
Citation :

Luc 18, 13 Le publicain, se tenant à distance, n'osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine, en disant : Mon Dieu, aie pitié du pécheur que je suis!
Luc 18, 14 Je vous le dis : ce dernier descendit chez lui justifié, l'autre non. Car tout homme qui s'élève sera abaissé, mais celui qui s'abaisse sera élevé."

Il faut donc, comme dit Frédéric, que votre prêtre découvre la grandeur et la sainteté de cette voie du publicain à laquelle l'Eglise invite en demandant aux divorcés-rémariés de ne plus communier mais de venir à la messe ! Very Happy

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 18:00

Je suis d'accord Cher Arnaud avec ce que vous dites !

Ce sont des prêtres , pas un seul qui agissent de la sorte : ils ont des diplômes de théologiens dont un qui enseigne donc ils doivent connaître cette voie du publicain.

Ce n'est pas moi qui vais la leur enseigner. Je ne vais pas faire au prêtre la morale, je respecte trop l'état sacerdotal.

S'ils ne le découvrent pas je ne sais rien faire. C'est plutôt moi qu'ils ont convaincue d'être dans mon tort ! parce que ce qu'un prêtre me dit pour moi est sacré ! peut-être est ce un tort ?
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 18:08

Un homme donna un grand souper, et il invita beaucoup de gens.
17 A l’heure du souper, il envoya son serviteur dire aux conviés: Venez, car tout est déjà prêt.
18 Mais tous unanimement se mirent à s’excuser. Le premier lui dit: J’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir; excuse-moi, je te prie.
19 Un autre dit: J’ai acheté cinq paires de boeufs, et je vais les essayer; excuse-moi, je te prie.
20 Un autre dit: Je viens de me marier, et c’est pourquoi je ne puis aller.
21 Le serviteur, de retour, rapporta ces choses à son maître. Alors le maître de la maison irrité dit à son serviteur: Va promptement dans les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux.
22 Le serviteur dit: Maître, ce que tu as ordonné a été fait, et il y a encore de la place.
23 Et le maître dit au serviteur: Va dans les chemins et le long des haies, et ceux que tu trouveras, contrains-les d’entrer, afin que ma maison soit remplie.
24 Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon souper.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 18:10

Enlui, je ne comprends pas ce que tu veux exprimer par ces versets ici dans ce fil ? veux tu éclairer ma lanterne ? Idea
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 18:58

Enlui a écrit:
Ouf!

Heureusement qu'avec quelques âmes réunies avec moi
au nom de jesus,
il est là et qu'il nous constitue petite église

et que lui prêtre souverrain nous verse son pain dans le coeur et met le vin sur nos lèvres!


Cher Enlui,

Mon parcours n'est certes pas un exemple à suivre. Mais crois-en l'exprérience d'un vieux loup sur le retour, tout cela est d'une banalité...

J'ai divorcé deux fois, et me suis remarié une troisième fois. Ça ne m'empêche pas de communier lorsque j'en éprouve le besoin. Et je suis doublement coupable, car comme tu le sais sans doute, je suis Franc-Maçon en plus.

Lorsque ça ne va plus, il faut lâcher prise.

Dieu te connais bien. Lui seul est juge, personne d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 19:30

-Julienne a écrit:
Enlui, je ne comprends pas ce que tu veux exprimer par ces versets ici dans ce fil ? veux tu éclairer ma lanterne ? Idea

Je me dis que ceux qui ont droit à la communion dans l'église,au repas du Seigneur, premice du repas de noce auxquels ils sont sensés se trouver dans le royaume ,de ceux-ci certains n'y entreront pas,ne s'y assieront pas

et qu'au contraire beaucoup qui actuellement en sont écartés car ce sont des brebies malades,estropiées,aveugles et ne sont actuellement plus admis à la communion sacramentelle, là-haut seront invités au grand étonnement de beaucoup.

C'est une façon de me consoler!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 19:41

Enlui a écrit:
-Julienne a écrit:
Enlui, je ne comprends pas ce que tu veux exprimer par ces versets ici dans ce fil ? veux tu éclairer ma lanterne ? Idea

Je me dis que ceux qui ont droit à la communion dans l'église,au repas du Seigneur, premice du repas de noce auxquels ils sont sensés se trouver dans le royaume ,de ceux-ci certains n'y entreront pas,ne s'y assieront pas

et qu'au contraire beaucoup qui actuellement en sont écartés car ce sont des brebies malades,estropiées,aveugles et ne sont actuellement plus admis à la communion sacramentelle, là-haut seront invités au grand étonnement de beaucoup.

C'est une façon de me consoler!

Oui je comprends cette souffrance. Quand je vivais encore au village natal de mes parents, il y avait à la messe une personne elle s'appelait Paulette, c'était mon institutrice. Je peux le dire elle est décédée. Elle enseignait dans une école catholique donc ! cette femme était battue tous les jours par son mari au point que le divorce est devenu nécessaire car il la menaçait aussi. Un jour elle a fait la rencontrer d'un homme très courageux, son métier c'était boucher et le commerce marchait bien. Ils se sont donc mariés et ont eu une petite fille. Cette femme a été licenciée de l'école catholique parce que parait il elle causait scandale.
Elle venait à la messe sur la pointe des pieds et je vois encore son regard triste à mourir de ne pouvoir communier et le mépris de certains qui la regardaient de haut et moi là cela me faisait tellement mal..

Je dis un jour à ma belle-mère cela ne vous fait il pas de peine pour Paulette ? elle me répondit : on s'en fout de Paulette, t'inquiète pas elle communie où on ne la connaît pas et dans le village quand il parlait d'elle ils disaient : la Paulette avec un ton...

Tu vois je n'ai jamais oublié cette femme, ce regard désespéré en regardent l'autel et le tabernacle. A la sortie de la messe j'allais lui parler, rien à cirer des autres...

Et voilà pourquoi je suis si sensible à la souffrance de ceux qui sont éloignés de la Sainte Eucharistie.

Puisse le Seigneur te consoler.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 19:43

Loup Ecossais a écrit:
Enlui a écrit:
Ouf!

Heureusement qu'avec quelques âmes réunies avec moi
au nom de jesus,
il est là et qu'il nous constitue petite église

et que lui prêtre souverrain nous verse son pain dans le coeur et met le vin sur nos lèvres!


Cher Enlui,

Mon parcours n'est certes pas un exemple à suivre. Mais crois-en l'exprérience d'un vieux loup sur le retour, tout cela est d'une banalité...

J'ai divorcé deux fois, et me suis remarié une troisième fois. Ça ne m'empêche pas de communier lorsque j'en éprouve le besoin. Et je suis doublement coupable, car comme tu le sais sans doute, je suis Franc-Maçon en plus.

Lorsque ça ne va plus, il faut lâcher prise.

Dieu te connais bien. Lui seul est juge, personne d'autre.

Ca m'est arrivé à quelques occasions seulement car je ne suis inséré dans aucune église ,alors que je ne savais pas la position tranchée de l'église à ce sujet car je n'ai eu aucune éducation religieuse .

C'est ici sur le forum en lisant un fil sur le même sujet il y a quelques mois que j'ai compris ce qu'il en est.

Pour moi dans ma conscience,faire comme tu dis m'apparait quasiment impossible maintenant que je sais et que je n'en suis plus ignorant.

Mais sait-on jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 19:53

Enlui, pourquoi ne pas voir un prêtre puisque je lis que tu choisis l'Eglise Catholique !
Il pourrait énormément t'aider. Il suffit que tu lui racontes ton cheminement.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 20:12

Parce que je ne fréquente plus une église
et ces occasions de participer à l'eucharistie ont lieu dans des paroisses variées (à l'occasion d'un mariage là,à l'occasion de funérailles ailleurs,d'un baptème ici etc...)

Mais s'il me venait l'envie de fréquenter une paroisse en ce cas j'irai demander au prêtre

Je réfléchis aussi que d'entre tos ceux qui à l'époque de Paul participaient au repas du Seigneur il y en a combien qu'il a repris avec sévérité et que donc cette participation ne peut suffire à faire d'un chrétien un digne fils de dieu

et aussi que j'ai cette nourriture à tenter d'obtenir dont il parle en
Hébreux 5:14 Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 20:14

Je m'en veux un peu d'avoir ouvert ce fil.

Sinon je comprends bien la communion de désir dont il a été parlé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Divorcés-remariés : Qui en parle ?   Lun 23 Mar 2009, 20:19

Enlui a écrit:
Parce que je ne fréquente plus une église
et ces occasions de participer à l'eucharistie ont lieu dans des paroisses variées (à l'occasion d'un mariage là,à l'occasion de funérailles ailleurs,d'un baptème ici etc...)

Mais s'il me venait l'envie de fréquenter une paroisse en ce cas j'irai demander au prêtre

Je réfléchis aussi que d'entre tos ceux qui à l'époque de Paul participaient au repas du Seigneur il y en a combien qu'il a repris avec sévérité et que donc cette participation ne peut suffire à faire d'un chrétien un digne fils de dieu

et aussi que j'ai cette nourriture à tenter d'obtenir dont il parle en
Hébreux 5:14 Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal.

Oui c'est pour cela que je te disais donc, si tu as envie de fréquenter une paroisse il faut parler au prêtre et il te guideras dans ce que tu dois faire car si tu as été baptisé à la naissance, si ce n'est pas fait tu devras faire ta profession de foi et recevoir la confirmation.

Chez nous à la nuit pascale, nous aurons 3 baptêmes d'adultes.

Tu ne peux communier vraiment dignement sans t'instruire des vérités de la Foi et des commandements de l'Eglise. Le chrétien a besoin d'une communauté solide autour de lui.

Ton coeur te dira ce que tu dois faire et puis si le Seigneur t'appelle tu le sauras...

Tu deviendras un homme au jugement exercé je n'en doute pas si tu le veux bien sûr !
Revenir en haut Aller en bas
 
Divorcés-remariés : Qui en parle ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Divorcés-remariés : Qui en parle ?
» Lettre aux Évêques de L'Église Catholique sur l'accès à la communion eucharistique des fidèles divorcés-remariés
» Le pape fait renouvelle le geste d'accueil de Jean-Paul II pour les divorcés remariés
» L’accueil des divorcés remariés continue de provoquer des tiraillements dans l’Eglise
» video d'Arnaud Dumouch sur les divorcés remariés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: