DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Messe de Noël, communion et péché mortel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre-Nicolas



Messages : 191
Inscription : 06/10/2005

MessageSujet: Messe de Noël, communion et péché mortel   Mer 28 Déc 2005, 00:40

Bonjour,

je me posais cette question. Ici au Québec, la majorité des catholiques ne pratiquent plus leur religion, sauf à la Messe de Noël. À ce moment, plusieurs églises sont pleines. Or, lors de la Messe de Noël, plusieurs personnes qui ne pratiquent plus viennent communier. La plupart sont baptisés, mais ne pratiquent plus. Sans vouloir tomber dans le jugement, je peux affirmer sans me tromper que plusieurs ne sont pas en état de communier. Ils sont donc en état de péché mortel. De toute façon, plusieurs prêtres offrent uniquement la confession communautaire, qui n'est pas véritablement valide d'après le droit canon. Donc, on peut dire qu'énormément de personne communie en état de péché mortel. Que va-t-il donc se passer avec ces personnes ?

Dans le catéchisme de saint Pie X, on disait ceci :

Celui qui communierait en état de péché mortel recevrait-il Jésus-Christ ?

Celui qui communierait en état de péché mortel recevrait Jésus-Christ, mais il ne recevrait pas sa grâce ; il commettrait même un sacrilège et encourrait la sentence de damnation.

Il est sûr qu'on peut invoquer l'ignorance, mais saint Thomas distingue trois grands types d'ignorance : concomitante, conséquence ou antécédente. Personnellement, je classerais l'ignorance de ces gens dans le deuxième catégorie, l'ignorance de conséquence :

(10) 2 L'ignorance est conséquente par rapport à la volonté en tant qu'elle est volontaire. Or cela peut se faire de deux façons selon les deux modes de volontaire que nous avons distingué. - Ou bien l'acte de volonté se porte sur l'ignorance elle-même, par exemple lorsque quelqu'un veut ignorer pour avoir une excuse à son péché ou pour n'en être pas détourné, selon cette parole du livre de Job (Jb 21,14) : " Nous ne voulons pas connaître tes voies. " C'est ce qu'on appelle l'ignorance affectée. - D'une autre façon, on appelle ignorance volontaire celle de quelqu'un qui peut et doit savoir ; c'est ainsi, nous l'avons dit plus haut, que " ne pas agir " et " ne pas vouloir " sont appelés du volontaire. Cette ignorance-là peut se produire, soit qu'on ne considère pas en acte ce qu'on peut et doit considérer, et c'est une ignorance de mauvais choix, qui a sa source dans la passion ou l'habitude ; soit qu'on ne se soucie pas d'acquérir la connaissance qu'on peut et doit avoir; c'est de cette manière que l'ignorance des propositions universelles du droit, que l'on est tenu de connaître, est appelée volontaire comme provenant de la négligence. Etant involontaire de l'une ou de l'autre de ces façons, l'ignorance ne peut être cause d'involontaire absolu ; elle cause alors cependant de l'involontaire relatif, en tant qu'elle précède un mouvement de la volonté orienté vers l'action, mouvement qui ne se serait pas produit s'il y avait eu connaissance.


Que pensez-vous qu'il va arriver à ces gens ? Est-ce grave de communier en état de péché mortel ? Le mot sacrilège vient de Sacra legere, prendre le sacré à la légère. Or, c'est exactement ce que ces gens font.

Qu'en pensez-vous ?

Pierre-Nicolas
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Messe de Noël, communion et péché mortel   Jeu 29 Déc 2005, 11:01

Cher Pierre-Nicolas,

Il existe beaucoup de motifs qui font qu'un homme est en état de mort spirituelle (à la vie de la charité) >>> (ce qu'on appelle un péché mortel).

Première approche: par la grâce intérieure
Et la communion eucharistique, étant un acte extérieur et social, est souvent pratiquée pour un motif qui n'est pas la charité. Voici un texte de Marthe Robin qui l'exprime:

Citation :
"Dans la communion eucharistique, Dieu se donne dans un acte extérieur qui est en lui-même un plaisir, une consolation, une joie pour l’âme... La communion ne suppose pas toujours la vertu. On peut communier et se rendre coupable du corps et du sang du Christ. Quelqu’un a dit: "on trouve des chrétiens qui communient tous les jours et sont en état de péché mortel... Mais, on ne trouvera jamais une âme qui fasse oraison tous les jours et demeure dans le péché." Si on me proposait de choisir la rencontre avec le Christ dans l’eucharistie ou dans l’oraison, je choisirai sans hésiter l’oraison car c’est elle qui donne tout son sens à la communion. L’adoration est le but de la communion et c’est elle qui lui donne sa valeur."

Du coup, ce qui donne sa valeur à la communion eucharistique, c'est donc le désir de dire à Jésus son amour. Et cela, il est impossible d'en juger. Il y a des personnes qui communient une fois par an, sans se confesser sacramentellement, mais dont le coeur est contrit et en état de grâce.

Deuxième approche: La discipline sacramentelle.

Pour signifier cette logique de la grâce, l'Eglise demande aux fidèles de se confesser sacramentellement et de manière individuelle, au moins une fois par an; et avant de communier sacramentellement s'ils ont fait un péché mortel.

Et c'est aux prêtres, dans leur églises particulières, d'expliquer aux gens cette discipline pédagogique.

Or, comme vous le remarquez, les prêtres ne le font pas, laissant souvent se développer en friche la vie sacramentelle des gens. S'il y a péché, c'est souvent alors celui des pasteurs et non du troupeau.


Cher Pierre-Nicolas,
Pour conclure, il faut toujours se souvenir que, fort heureusement, les péchés mortels qui détruisent l'amour ne consduisent en enfer que lorsque qu'ils ont la qualité de péché contre l'Esprit Saint, c'est-à-dire, pour résumer, lorsque la personne, même face au Christ qui explique l'amour, méprise le pardon proposé.

Les péchés mortels d'igorance (tel que vous les décrivez), qu'on appelle aussi les blasphèmes contre le Verbe, tombent sous cette Parole de Jésus:

Citation :
Matthieu 12, 31 Aussi je vous le dis, tout péché et blasphème sera remis aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera pas remis.
Matthieu 12, 32 Et quiconque aura dit une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera remis; mais quiconque aura parlé contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera remis ni en ce monde ni dans l'autre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
Messe de Noël, communion et péché mortel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Messe de Noël, communion et péché mortel
» "On" m'a refusé le sacrement de la communion à la messe...
» A ceux qui disent que Vatican II a dénaturé la Messe
» Aujourd'hui,je suis allé a la messe de la f.s.s.p.
» Questionnement sur la messe de minuit à Rome

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: