DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80263
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Dim 01 Mar 2009, 16:33

eric a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
La science le dit ! Depuis
toujours, les animaux meurent ! Les dinosaures ont disparu avant
l'apparition de l'homme ! Si la théologie ne tient pas compte de la
science, on tombe dans le créationnisme !

La science dit aussi que depuis toujours les hommes meurent. Ce qui montre que ton argument n'est pas théologiquement acceptable: si on admet qu'il y a eu un Eden pour les hommes, on est déjà en
contradiction avec les faits observés par la science.
.

C'est
impossible. Car, comme le montre saint Thomas, C'est Dieu qui a créé la
réalité. Si donc science et foi entre en contradiction totale, c'est que :
1° soit la science se trompe et tout indique qu'elle ne se trompe pas. Les dinosaure sont un fait.
2° soit qu'Eric se trompe dans son interprétation de la foi. Ce qui est manifestement le cas.

en effet, Adam et Eve étaient immortels, dit la foi. Mais elle dit aussi
qu'ils sont mort, ainsi que tous leur descendant jusqu'à aujourd'hui,
ce que la science confirme.


Dernière édition par Arnaud Dumouch le Dim 01 Mar 2009, 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Dim 01 Mar 2009, 16:38

eric a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Non, l'Eden est admissible, dans le silence de la science.

Eh ben, qu'attends-tu pour le découvrir et le révéler à la face éberluée des scientifiques.? Mais fais gaffe aux Chérubins qui font tournoyer sans cesse leurs épées à ses portes: je ne voudrai pas que notre débat se termine tristement par une charcuterie de Toulouse!
Encore une belle réponse pleine de bonne foi !
L'Eden est un état de grâce originel, je l'ai dit. Il n'est "incompatible" avec la science qu'en ce qu'il est exorbitant des règles de l'univers physique. Comme la Résurrection, les guérisons miraculeuses, etc...
Si tu considère que tout cela n'existe pas parce que cela ne fait pas partie des règles normales de l'univers physique, tu fais un drôle de croyant !


Tu dois savoir, comme scientifique, que la lumière est corpusculaire ou ondulatoire en fonction de l'observation que l'on en fait. En physique, il est connu que le simple fait d'observer certaines particules "change" leur forme ou leur place (c'est lié au principe d'incertitude d'Eisenberg, si ma mémoire est bonne). Or l'Univers physique est relatif à Dieu qui est absolu : l'Univers physique n'existe pas par lui-même, mais sous le regard de Dieu. C'est Dieu l'observateur, et selon sa volonté le pain peut devenir le corps du Christ.
Analogie : prends un texte word. Convertis-le en pdf. Tu verras le même texte. Mais sa nature profonde aura changé. La transsubstantiation fonctionne ainsi. Il nous est impossible de percevoir le changement dans la matière, par quelque mécanisme que ce soit. Mais ce changement est là. Dieu ne voit pas la matière comme de la matière, car il ne s'inscrit pas dans la logique interne de l'univers physique. Il est comme le programmeur informatique : il lit directement le code, l'information. Là encore, la foi catholique sait simplement ce que la science ne peut observer. C'est pour cela que c'est la Révélation : c'est ce qui est caché aux sages et aux savants.

Comment veux-tu que ton discours soit reçu par un scientifique? Dès que tu parles de Dieu ton discours n'est plus scientifique, mais théologique. Tu n'es plus du tout dans le même domaine.
Le propre d'un discours théologique est de naviguer entre les dogmes de la foi et les certitudes scientifiques, sans les excéder pour ne tomber ni dans l'hérésie ni dans le ridicule. La science est précisément une des composantes de la théologie depuis saint Thomas d'Aquin (si tu ne peux pas blairer saint Thomas d'Aquin, dis-le tout de suite, ce sera plus clair).

Pour le scientifique que je suis, cette hostie est faite essentiellement d'atomes de carbone et d'oxygène exactement de la même manière, avant et après consécration.
Pour le croyant catholique que je suis, cette hostie consacrée est le Corps du Christ.
Je parle dans deux domaines différents, je ne mélange, O grand jamais!, les deux discours. Et je ne suis pas schyzoprène. Simplement un scientifique croyant.
Nul homme ne peut servir deux maîtres à la fois. Si tu sépare le domaine scientifique du domaine divin, plus rien n'a de sens. Le propre du chrétien est de considérer qu'il y a un univers physique, connaissable, avec des règles scientifiquement démontrables, mais que cet univers n'existe que sous le regard de Dieu, pas par lui-même.
Tu es bien gentil avec tes atomes de carbone, mais ils n'existent pas par eux-même. Tu les observe parce que tu es soumis à la même logique interne qu'eux : celle de l'univers physique. La matière est pour nous de la matière car nous sommes matière. Qu'est la matière pour un pur esprit ? Il ne peut ni la toucher, ni la voir, ni la sentir. Pour lui la matière est une idée, donc de l'information pure. La matière est fondamentalement une vue de l'esprit, elle n'est matière que dans son propre système.
C'est comme un programme informatique : dans un jeu vidéo, je peux taper un personnage avec le mien. Les deux personnages interagissent. Mais ils ne sont en fait que des lignes de code. Ils existent l'un pour l'autre, mais pas pour moi qui suis en dehors du programme. L'univers entier n'a d'autre perception que de lui-même. Un atome peut former une molécule avec un autre atome parce qu'ils font partie d'un système, mais l'atome en lui-même n'a aucune existence. Toute chose dans l'univers physique n'existe que par ses interactions avec les autres.

Et la mesure de toute chose existante (car il en faut une, sinon rien n'existe) c'est la Cause Première, l'Absolu auquel tout est relatif, Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
adamev



Messages : 11849
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Dim 01 Mar 2009, 20:58

Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?

Dieu non assurément!

Mais les clercs et leurs thuriféraires aimeraient bien pouvoir le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Dim 01 Mar 2009, 21:05

adamev a écrit:
Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?

Dieu non assurément!

Mais les clercs et leurs thuriféraires aimeraient bien pouvoir le faire.

Merci mon cher pour cette remarque péremptoire et dénuée de tout intérêt.

Un catholique anticlérical, on le mettrait sous verre s'il n'était pas franc-maçon (ça supprime l'oxymore en effaçant le "catholique").

Blague à part, vous n'en avez pas marre de tirer le niveau de la discussion vers le bas comme un diplodocus suspendu à un hélicoptère ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
frederic



Masculin Messages : 282
Inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Dim 01 Mar 2009, 21:28

Là,je dois dire qu'en matière de phrase lapidaire taillée comme un couperet notre Philippe égale ce cher Adamev.

Chapeau!

Cela dit,en ce qui concerne Adamev, quiconque l'approche avec tact, il prend le temps de faire des phrases vraies et sans jamais de griffures,avec un grand respect ,toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Dim 01 Mar 2009, 21:35

frederic a écrit:

Cela dit,en ce qui concerne Adamev, quiconque l'approche avec tact, il prend le temps de faire des phrases vraies et sans jamais de griffures,avec un grand respect ,toujours.

Oui, je suis désolé, j'ai dû sauter cette étape. Mr.Red

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
eric



Messages : 898
Inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Dim 01 Mar 2009, 21:38

Citation :
Le propre d'un discours théologique est de naviguer entre les dogmes de la foi et les certitudes scientifiques, sans les excéder pour ne tomber ni dans l'hérésie ni dans le ridicule. La science est précisément une des composantes de la théologie depuis saint Thomas d'Aquin (si tu ne peux pas blairer saint Thomas d'Aquin, dis-le tout de suite, ce sera plus clair).

Le propre d'un discours théologique catholique est de creuser les mystères de la foi, à partir notamment de la Révélation, et indépendamment des certitudes scientifiques. Car justement ce qui relève de la foi est au dessus de ce qui relève de la science, puisque c'est quand on est en dehors de l'explication rationnelle que peut donner la science qu'on a besoin de la foi.
Je n'ai pas besoin de la foi pour croire que la nuit suit le jour. La science me l'a fait comprendre depuis longtemps.
Par contre j'ai besoin de la foi pour croire que ce pain est devenu Corps du Christ, car cela dépasse la science: jamais la science ne pourra me le confirmer.
Je n'ai rien contre Thomas d'Aquin, qui a été déclaré docteur de l'Eglise certes à juste raison.
Simplement quand lui parlait de science, la véritable science, au sens moderne, n'existait quasiment pas, et en plus il utilisait des concepts "scientifiques" forgés bien avant lui par Aristote. Concepts qui font plutôt sourire le scientifique actuel.
Donc sur le plan rapport science-foi, ce n'est certainement pas lui à qui je ferais appel.
Il y a des théologiens catholiques actuels qui font parfaitement l'affaire, à commencer par un certain Joseph Ratzinger.
Ceci dit, la théologie thomiste présente encore beaucoup d'intérêt, même si je lui préfère pour l'époque médiévale quelqu'un qui n'a pas eu la prétention de faire une "Somme" de toute la théologie de son époque: je veux parler de Bernard de Clairvaux.
Connais-tu Philippe, Bernard de Clairvaux, notamment son "traité de l'humilité" et son "traité de l'orgueil"?
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Dim 01 Mar 2009, 21:49

eric a écrit:
Citation :
Le propre d'un discours théologique est de naviguer entre les dogmes de la foi et les certitudes scientifiques, sans les excéder pour ne tomber ni dans l'hérésie ni dans le ridicule. La science est précisément une des composantes de la théologie depuis saint Thomas d'Aquin (si tu ne peux pas blairer saint Thomas d'Aquin, dis-le tout de suite, ce sera plus clair).

Le propre d'un discours théologique catholique est de creuser les mystères de la foi, à partir notamment de la Révélation, et indépendamment des certitudes scientifiques. Car justement ce qui relève de la foi est au dessus de ce qui relève de la science, puisque c'est quand on est en dehors de l'explication rationnelle que peut donner la science qu'on a besoin de la foi.
Je n'ai pas besoin de la foi pour croire que la nuit suit le jour. La science me l'a fait comprendre depuis longtemps.
Par contre j'ai besoin de la foi pour croire que ce pain est devenu Corps du Christ, car cela dépasse la science: jamais la science ne pourra me le confirmer.
Je n'ai rien contre Thomas d'Aquin, qui a été déclaré docteur de l'Eglise certes à juste raison.
Simplement quand lui parlait de science, la véritable science, au sens moderne, n'existait quasiment pas, et en plus il utilisait des concepts "scientifiques" forgés bien avant lui par Aristote. Concepts qui font plutôt sourire le scientifique actuel.
Donc sur le plan rapport science-foi, ce n'est certainement pas lui à qui je ferais appel.
Il y a des théologiens catholiques actuels qui font parfaitement l'affaire, à commencer par un certain Joseph Ratzinger.
Ceci dit, la théologie thomiste présente encore beaucoup d'intérêt, même si je lui préfère pour l'époque médiévale quelqu'un qui n'a pas eu la prétention de faire une "Somme" de toute la théologie de son époque: je veux parler de Bernard de Clairvaux.
Connais-tu Philippe, Bernard de Clairvaux, notamment son "traité de l'humilité" et son "traité de l'orgueil"?

Je ne relèverai pas la pique finale, qui est de bonne guerre Mr. Green . Et non, je l'avoue en toute humilité, je ne connais point ces traités, mais j'esaierai d'en savoir plus dessus, je gage que c'est passionnant.
Toutefois je te parle des questions sur lesquelles le dogme et les certitudes scientifiques sont en apparente contradiction. Dans ce cas le travail du théologien est de trouver une explication cohérente pour faire cohabiter les deux. C'est le cas par exemple d'Adam et Eve, de l'Eden, du péché originel et de l'apparition de l'homme. Les cinq dogmes sur Adam et Eve peuvent paraître en contradiction avec la science, et nous nous devons de réduire ces contradictions, sauf à avoir l'air ridicule devant un esprit moderne.
Tu peux rire des connaissances scientifiques de saint Thomas d'Aquin, qui étaient limitées par son époque, il reste que sa méthode, intégrant foi et raison, a été faite sienne par l'Eglise. Et dans raison, il y a science.

J'ajoute qu'il est un peu curieux, pour un mathématicien, de dire que les sciences n'existaient pas au XIIIe siècle.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
eric



Messages : 898
Inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Lun 02 Mar 2009, 23:05

Philippe Fabry a écrit:

Toutefois je te parle des questions sur lesquelles le dogme et les certitudes scientifiques sont en apparente contradiction. Dans ce cas le travail du théologien est de trouver une explication cohérente pour faire cohabiter les deux. C'est le cas par exemple d'Adam et Eve, de l'Eden, du péché originel et de l'apparition de l'homme. Les cinq dogmes sur Adam et Eve peuvent paraître en contradiction avec la science, et nous nous devons de réduire ces contradictions, sauf à avoir l'air ridicule devant un esprit moderne.
Tu peux rire des connaissances scientifiques de saint Thomas d'Aquin, qui étaient limitées par son époque, il reste que sa méthode, intégrant foi et raison, a été faite sienne par l'Eglise. Et dans raison, il y a science.

J'ajoute qu'il est un peu curieux, pour un mathématicien, de dire que les sciences n'existaient pas au XIIIe siècle.

Salut Philippe,

A mon avis, le travail du théologien consiste avant tout à:
1-faire apparaître la cohérence des dogmes.
2-en montrer la saveur.
3-montrer comment ils s'enracinent dans les Ecritures.
4-exprimer en langage moderne l'éternelle nouveauté de l'évangile.
5-travailler au rapprochement entre chrétiens et non à leur division.

A mon avis toujours, le dogme est par nature en dehors du domaine de la science. Celui de l'Eucharistie comme celui du péché originel et tout ce qui le précède: nous ne pouvons pas imaginer le monde avant le péché originel (le monde préternaturel) de même et exactement comme nous ne pouvons pas imaginer le monde inauguré par NSJC (le monde surnaturel) par sa Résurrection d'entre les morts.
Donc nous ne pouvons mettre de ponts scientifiques entre le monde naturel (le notre) et ces deux mondes. Il est parfaitement vain d'en chercher. De même qu'il est parfaitement vain de chercher un pont entre l'apparence (substance chimique) de l'hostie et la substance (corps du Christ) qu'elle pour nous après sa consécration. C'est vain, au départ voué à l'échec par nature, et ce n'est pas le travail du théologien. Le théologien reste dans le domaine de la foi et dans ce domaine là seul.
Le dogme s'applique au Mystère chrétien, mystère qui par définition est mystérieux pour la science rationnelle.
Ceux qui ont voulu jeter des ponts entre les deux domaines (Teilhard, par exemple, que j'apprécie beaucoup par ailleurs) ont abouti à des théories qui ne peuvent satisfaire ni les scientifiques, ni les théologiens.
Le scientifique, quand il croit, croit exactement comme le non scientifique. Simplement c'est peut-être plus difficile pour lui car cela touche à un moment ou un autre à ses convictions scientifiques. Mais il reçoit la foi comme don de Dieu, ce n'est jamais sa raison seule qui le conduit à la foi (ce qui ne veut pas dire que la foi est irraisonnable). Sa raison a plutôt tendance au contraire à l'en éloigner, et il faut une grâce divine pour qu'il puisse faire le saut à la foi en le dogme. D'ailleurs il la faut pour tous cette grâce divine, mais plus particulièrement pour lui.
Donc il est vain à mon avis de se servir d'une manière ou d'une autre de la science pour montrer que le dogme ne la contredit pas: le dogme la contredit forcément, au moins du point de vue purement scientifique, sinon ce n'est plus un dogme, c'est une vérité scientifique.
La méthode scientifique en était à ses balbutiements au temps de Thomas d'Aquin et si intelligent soit-il, il ne pouvait parler que de ce qu'il connaissait: il ne connaissait pas la démarche scientifique moderne.
Les mathématiques utilisaient à l'époque effectivement une démarche logique tout-à-fait rigoureuse, avec ces axiomes, postulats, théorèmes, corollaires, cela au moins depuis Euclide.
Mais le classement des mathématiques dans les sciences (expérimentales) est plus que discutable, puisque contrairement à celles-ci, le mathématicien a la liberté totale de choisir les principes de base de ses théories. Son seul souci est la cohérence de la théorie et son efficacité et son utilisation possible comme outil dans les sciences.
Mais le coté expérimental en est pratiquement absent. Pas seulement dans les mathématiques pures, mais même dans les mathématiques appliquées d'ailleurs car les modèles qui y sont mis au point le sont de manière purement mathématique. Les validations expérimentales ultérieures permettent ensuite de vérifier l'à-propos du modèle obtenu, mais ne vérifient pas la justesse mathématique proprement dite de celui-ci. Cette justesse n'est que le fruit pur de la logique qui a été utilisée par le mathématicien.
Les mathématiques ne sont donc pas une science mais une mise en place cohérente de concepts purement imaginaires même si chiffrés ou géométrisés.
Comme on peut partir de tout, rien ne surprend le mathématicien, et les notions d'infini, de néant, de continu, de discret, de parties réelles, de parties imaginaires, etc..., peuvent donc avoir leurs parallèles ou leurs analogues dans le domaine théologique.
Donc Thomas d'Aquin, s'il avait quelques connaissances en mathématiques (?), cela ne pouvait pas le géner mais au contraire que l'aider dans l'élaboration de sa "Somme".
Je pense d'ailleurs qu'il aurait fait un excellent mathématicien de l'ecole de Bourbaki quelques siècles plus tard!
En effet, la lecture des ouvrages bourbakistes n'est pas sans rappeler celle de la "Somme théologique", par leurs structures et leurs intentions, même si bien sûr les deux domaines sont bien différents.
Ceci-dit, l'école bourbakiste a eu son intérêt, mais a montré aussi ses prétentions et ses limites. Elle est dépassée maintenant.
Je ne ferai pas un total parallèle avec la théologie thomiste, mais disons qu'il y a des points communs avec le bourbakisme, dans ses grandeurs et dans ses limites.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Lun 02 Mar 2009, 23:51

Tout d'abord, je m'adresse aux administrateurs : il serait peut-être sage de créer un nouveau sujet, car depuis deux ou trois messages nous dévions du sujet initial.

Mon cher Eric, je ne suis pas d'accord avec toi. Expliquer que la croyance et la science sont deux domaines strictement imperméables c'est comme estimer que la religion doit se cantonner à la sphère privée.
Le rôle de la théologie scientifique, qui est une branche de la théologie en général, est précisément de s'accomoder de la science. Il ne s'agit pas de faire du concordisme et de chercher dans la science des preuves de l'existence de Dieu, mais il ne faut pas tomber dans l'excès inverse, qui est la conséquence de la compartimentation que tu prêches, et qui est le créationnisme. Je ne dis pas que tu es un créationniste, je dis que lire la Bible sans la science y aboutit nécessairement, car la science est un outil d'interprétation. Elle permet de se faire une idée de la réalité des évènements qui sont décrits, de les comprendre mieux, parfois de saisir des images qui de prime abord paraissent étranges. Et les dogmes, en établissant ce qui est incontestable dans la foi, permettent de savoir ce qui est vrai dans la Bible et à quoi l'on ne peut toucher. Tu ne peux bazarder le parti pris thomiste de faire cohabiter foi et raison sous le prétexte fallacieux que la science a changé. La raison est la raison, et la foi est la foi.
La particularité de la théologie scientifique c'est qu'elle grandit et se précise en même temps que la science. Une théologie scientifique bien maniée doit permettre non pas d'établir des ponts, mais de rechercher une vision globale de la réalité conciliant certitudes scientifiques et certitudes de la foi. Elle est expérimentale dans ce sens qu'une nouvelle découverte scientifique peut s'y intégrer ou l'infirmer, auquel cas c'est que le modèle érigé pour faire cohabiter deux choses était imparfait, ou même totalement faux. Mais dans ce cas cela n'atteint ni les dogmes, ni le sérieux de la discipline. Pas plus que la découverte du caractère fallacieux d'une importante théorie en physique par l'expérimentation ne décrédibiliserait la physique toute entière.
Aujourd'hui les physiciens ne procèdent guère différemment du théologien scientifique lorsqu'ils élaborent différentes théories des cordes sans pouvoir être sûr de l'existence desdites cordes.

Tu dis que la raison du scientifique a plutôt tendance à l'éloigner de la foi. Louis Pasteur disait quant à lui "un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup y ramène".
Concernant Teilhard de Chardin, tu remarqueras justement que c'est l'Eglise elle-même qui a rejeté ses théories, parce qu'elles étaient contraires au dogme. Car oui, dogmes de la foi et certitude scientifique sont les deux garde-fou du théologien scientifique.

Tu penses qu'on ne peut imaginer le monde avant le péché originel ? Pourtant le monde existait avant l'apparition de l'homme, et le science s'occupe de l'imaginer, ce monde, alors pourquoi n'aurions-nous pas le droit d'ajouter aux connaissances imprécises de la science les dogmes de l'Eglise pour montrer que ceux-ci ne sont pas incompatibles avec celle-là ?
Si tu voyages en voiture sur un sentier en forêt et qu'un tronc d'arbre est en travers de la route, es-tu du genre à faire demi-tour ou à déplacer l'arbre pour poursuivre ton périple ?
Ne crois-tu pas qu'un des soucis de nos contemporains avec la religion est la certitude très répandue que science et foi sont incompatibles ? Et nous n'aurions pas le devoir de démontrer le contraire, pour pouvoir ensuite évangéliser ?

Tout ce que tu dis sur le rapport entre foi et raison est d'un incroyable défaitisme.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Bertrand



Masculin Messages : 701
Inscription : 23/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Mar 03 Mar 2009, 04:34

Dieu veut vous libérer mais les gens préfèrent l'esclavage... quand Jésus vint ;on dit ; les gens ont préféré les ténêbres...
Revenir en haut Aller en bas
eric



Messages : 898
Inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Mer 04 Mar 2009, 16:58

Philippe Fabry a écrit:

Tu penses qu'on ne peut imaginer le monde avant le péché originel ? Pourtant le monde existait avant l'apparition de l'homme, et le science s'occupe de l'imaginer, ce monde, alors pourquoi n'aurions-nous pas le droit d'ajouter aux connaissances imprécises de la science les dogmes de l'Eglise pour montrer que ceux-ci ne sont pas incompatibles avec celle-là ?
Si tu voyages en voiture sur un sentier en forêt et qu'un tronc d'arbre est en travers de la route, es-tu du genre à faire demi-tour ou à déplacer l'arbre pour poursuivre ton périple ?
Ne crois-tu pas qu'un des soucis de nos contemporains avec la religion est la certitude très répandue que science et foi sont incompatibles ? Et nous n'aurions pas le devoir de démontrer le contraire, pour pouvoir ensuite évangéliser ?
Tout ce que tu dis sur le rapport entre foi et raison est d'un incroyable défaitisme.

Salut Philippe,

On ne peut pas marier la carpe et le lapin, même si on est convaincu que ce mariage produirait quelque chose d'interessant.
Ce n'est pas du défaitisme de dire cela, c'est du réalisme.
Les rares qui mettaient en doute la qualité de l'armée française avant la défaite de 1940 étaient qualifiés "d'incroyables défaitistes" par les innombrables va-t-en guerre de l'époque: on a vu le résultat.
La théologie catholique s'occupe de l'âme, du péché, de la grâce, de l'eternité, du Salut, des anges, des diables, de l'immaculée conception, de l'Esprit Saint, de la Sainte Trinité, etc, etc...
Elle s'occupe essentiellement de concepts qui n'ont aucune base scientifique, qui n'ont aucun lien avec ce qui est lié aux sciences.
Même si à première vue ca ne semble pas le cas, le problème des origines de l'homme, de son évolution dans le temps est identique: le scientifique s'occupe de savoir comment les hominidés ont abouti à l'homo sapiens et comment l'homo sapiens est passé de l'âge de pierre à l'âge de fer, par exemple.
Le théologien catholique parle de la création de l'homme par Dieu, du temps où il était en grâce avec son Créateur et du cataclysme spirituel qui a suivi le péché originel. Ceci est "hors science", purement théologique, et vouloir coller ces événements avant tout spirituels (y compris l'acte créateur) avec ce que nous apprend la science, c'est tomber nécessairement dans une sorte de fondamentalisme, peut-être moins grossier et plus évolué que celui des créationnistes américains, mais reposant sur le même type d'erreur: matérialiser quelque chose qui est avant tout purement spirituel.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Mer 04 Mar 2009, 18:13

eric a écrit:

Salut Philippe,

On ne peut pas marier la carpe et le lapin, même si on est convaincu que ce mariage produirait quelque chose d'interessant.
Ce n'est pas du défaitisme de dire cela, c'est du réalisme.
Les rares qui mettaient en doute la qualité de l'armée française avant la défaite de 1940 étaient qualifiés "d'incroyables défaitistes" par les innombrables va-t-en guerre de l'époque: on a vu le résultat.
La théologie catholique s'occupe de l'âme, du péché, de la grâce, de l'eternité, du Salut, des anges, des diables, de l'immaculée conception, de l'Esprit Saint, de la Sainte Trinité, etc, etc...
Elle s'occupe essentiellement de concepts qui n'ont aucune base scientifique, qui n'ont aucun lien avec ce qui est lié aux sciences.
Même si à première vue ca ne semble pas le cas, le problème des origines de l'homme, de son évolution dans le temps est identique: le scientifique s'occupe de savoir comment les hominidés ont abouti à l'homo sapiens et comment l'homo sapiens est passé de l'âge de pierre à l'âge de fer, par exemple.
Le théologien catholique parle de la création de l'homme par Dieu, du temps où il était en grâce avec son Créateur et du cataclysme spirituel qui a suivi le péché originel. Ceci est "hors science", purement théologique, et vouloir coller ces événements avant tout spirituels (y compris l'acte créateur) avec ce que nous apprend la science, c'est tomber nécessairement dans une sorte de fondamentalisme, peut-être moins grossier et plus évolué que celui des créationnistes américains, mais reposant sur le même type d'erreur: matérialiser quelque chose qui est avant tout purement spirituel.

Mais Adam et Eve ne sont pas purement spirituels, c'est un dogme : ils ont existé, ils ont foulé le sol de la terre de leurs pieds, comme le Christ ! N'a-t-on pas le droit d'essayer d'imaginer de quelle manière les choses ont pu se produire concrètement ?
Tu parles de marier la carpe et le lapin ? Une des théories en vogue en physique est celle des multivers, que tu connais sans doute. Rien, absolument rien de concret n'étaye cette théorie. Cela n'empêche pas les physiciens de l'évoquer et d'en débattre.
Pour quoi le croyant philosophe n'aurait-il pas le droit de faire la même chose en sens inverse ?
Moi, un fondamentaliste ! J'aurais tout entendu. Je le serais si je disais : "cela s'est passé comme ça" or en cherchant à concilier les dogmes et la science, on dit "en l'état actuel ne nos connaissances scientifiques et de la précision des dogmes de l'Eglise, on peut imaginer le scénario suivant...". Et cela permet de montrer que le discours de l'Eglise sur l'origine de l'homme n'est pas dépassé, et ainsi montrer la valeur de son enseignement sur le destin de l'homme. Non seulement l'intention est honorable, mais le moyen est prudent.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jeb



Masculin Messages : 4321
Inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Mer 04 Mar 2009, 22:29

Pour apporter de l'eau au moulin Laughing (mais pas d'huile sur le feu Mr. Green )

Article sur Zenit.org au sujet de :
Mgr Ravasi ouvre les travaux du Congrès international sur l’ « évolution biologique »
Scientifiques, théologiens et philosophes appelés à « croiser leurs regards »
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Mer 04 Mar 2009, 23:51

Jeb a écrit:
Pour apporter de l'eau au moulin Laughing (mais pas d'huile sur le feu Mr. Green )

Article sur Zenit.org au sujet de :
Mgr Ravasi ouvre les travaux du Congrès international sur l’ « évolution biologique »
Scientifiques, théologiens et philosophes appelés à « croiser leurs regards »

Merci Jeb, très intéressant !

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Bertrand



Masculin Messages : 701
Inscription : 23/01/2009

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Jeu 05 Mar 2009, 00:16

Dieu veut vous libérer avec la vérité...
Revenir en haut Aller en bas
denis



Masculin Messages : 1268
Inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?   Mar 11 Mai 2010, 16:18

... Dans la Connaissance de la Conscience de la Liberté !?
Revenir en haut Aller en bas
 
Dieu diminue-t-il notre liberté sur terre ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Vivre de la Parole de Dieu : la Source de notre Bonheur.
» Notre mère terre...
» Si Dieu a tout préordonné où est notre liberté ?
» HOME : Notre planète Terre
» Une pensée pour notre Mère la Terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: