DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 de Noël à la Passion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: de Noël à la Passion   Dim 25 Déc 2005, 12:13

Rolling Eyes

« Il est né le divin enfant », l’agneau qui va « prendre sur lui le péché du monde ».

La Passion du Christ a été interprétée par les théologiens chrétiens, à commencer par les évangélistes, comme un sacrifice, destiné à « racheter » l’homme perdu : « mystère » de la « rédemption ». Qui donc détenait prisonnier, en esclavage, cet homme ? A quel maître fallait-il le racheter ? De quel dieu fallait-il « apaiser le courroux », comme on le chantait autrefois à Noël ?

En 70 après J-C, le Temple de Jérusalem détruit, c’était la fin de la religion juive à base de sacrifices humains. Abraham avait marqué un premier pas vers la sortie des « religions sacrificielles », en remplaçant la victime humaine par un mouton. ; les juifs, à la fête de la Pâque, sacrifiaient un agneau ; et les musulmans ont toujours la fête du mouton.
Les chrétiens, en célébrant « le sacrifice de Jésus-Christ sur la croix » le célèbrent comme le dernier sacrifice, fermant définitivement l’âge des religions sacrificielles.

En réalité, la mort de Jésus sur la croix n’était même pas un « sacrifice » ; c’était un simple assassinat politique, l’exécution d’un esclave révolté, ou soit disant tel, un assassinat perpétré par l’autorité romaine avec la complicité des autorités religieuses juives de l’époque.

Devant la croix de Jésus, l’homme est mis face à son crime :

le centurion romain s’écrie :

« Fils de Dieu il était, celui-là ! » « Nous avons tué Dieu ! »

Et quelques siècles plus tard, Nietzsche lui fera écho :

« Dieu est mort ! »

Il n’y a plus de dieu qui réclame du sang. ; il n’y a plus il n’y a plus à réclamer aux hommes de « faire des sacrifices ». Le temps des « sacrifices » est terminé.

L’histoire continue : des innocents assassinés, il y en a toujours par milliers de par le monde.

Ce qui a changé, c’est que les assassins ne peuvent plus se recommander d’aucune justification pour leurs crimes.
Parés du manteau de la religion ou de la démocratie, des faux bergers continuent à réclamer du sang, au nom de la lutte contre les infidèles ou contre les terroristes, contre l’oppression ou contre la subversion, pour venger les victimes de crimes individuels ou faire peur aux assassins éventuels. Plus rien ne justifie, ni la peine de mort, ni les guerres qui se parent de faux prétextes. Les « guerres justes » elles-mêmes, ne sont que l’aveu de notre impuissance devant les problèmes que nous avions à régler.

Nous nous attendrirons devant la crêche de l’Enfant Jésus couché sur la paille, entouré du bœuf et de l’âne, de Marie, sa mère, et de Joseph, son père adoptif, des pauvres bergers et des mages venus du lointain Orient.

Cet enfant, frêle et innocent : « Prince de la Paix »
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Lun 26 Déc 2005, 11:51

C'est vrai que quelques jours après Noël on fêtes les saints innocents... On ne peut jamais festoyer en paix....
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Lun 26 Déc 2005, 15:14

Sad

Eh non, ma pauvre Krystyna ! Le monde est toujours là à frapper à notre porte.

Mais, tiens, voilà un poème sur Noël qu’une amie m’a envoyé :

NOEL

Magie, lumière et joie
petits et grands pour tous c'est la fête la joie, le bonheur
douce nuit de Noël
toutes les familles sont réunies autour d'un bon repas
les enfants aux yeux brillants ouvrent les cadeaux
le père Noël est magnifique dans son habit rouge avec sa barbe blanche
son visage est doux et rieur
il embrasse tendrement les enfants qui se pressent autour de lui
regardez le sapin de noël fier et noble
habillé de couleurs de boules multicolores

et tout près éclairé d'une douce lumière
il y a la crèche
si jolie
écoutons avec ravissement les jolies chansons de Noël
et goutons ces moments de joie

en espérant que ce bonheur s'étende à la terre entière
que les guerres s'arrêtent
que la paix éclaire notre planête
que les visages s'illuminent
que les rires éclatent partout
que chacun mange à sa faim
chantons pour tout cela
un joyeux noël à tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80785
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Lun 26 Déc 2005, 17:36

Cher Lagaillette,
Lorsque les conquistadors chrétiens sont arrivés en Amérique du Sud, ils ont été stupéfaits de trouver partout le sacrifice humain.

Les gens de là bas, pris dans leurs peurs, offraient sans cesse aux Dieu les plus innocentes des victimes, des enfants dont ils arrachaient lentement le coeur.

Apparement, en offrant ce qu'ils avaient de plus précieux, ces adultes pensaient faire fléchir le coeur du 'Cruel' qui règnait sur leur destinée.

Les chrétiens qui arrivaient étaient la lie de la société occidentale, la caricature du Christ. Et pourtant, confronté à cette civilisation, le Christ est passé. Il est passé par l'intermédiaire de cette phrase partout proclamée:
Citation :
"Cessez les sacrifices. Quand Dieu veut sacrifier un coupable ou un innocent, c'est son Fils qu'il envoie".

J'en déduis que le "sacrifice" doit se cacher au fond de notre nature humaine. Il est un vieil inconscient animal, celui de la vengeance.

Du coup, je me dis que si je peux maintenant relativiser cette théologie primitive, c'est grâce au Christ qui l'a assumée pour moi.

Sans cela, il est fort possible que je vivrais dans une civilisation où des druides sacrifieraient au soleil...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Lun 26 Déc 2005, 18:09

Merci pour le poème, Lagaillette !
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Lun 26 Déc 2005, 19:53

Laughing

Code:
le "sacrifice" doit se cacher au fond de notre nature humaine. Il est un vieil inconscient animal, celui de la vengeance.

Du coup, je me dis que si je peux maintenant relativiser cette théologie primitive, c'est grâce au Christ qui l'a assumée pour moi.

Sans cela, il est fort possible que je vivrais dans une civilisation où des druides sacrifieraient au soleil...

Tu as lu Girard, Arnaud ?

Mais tu devrais réviser ton opinion sur les druides ; je ne suis pas sûr qu'il y avait des sacrifices humains dans la culture celtique ; on a pu soupçonner des traces de sacrifices humaisn dans la civilisation des mégalithes, mais es-tu sûr que les druides appartenaient à la civilisation des mégalithes ?
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80785
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Lun 26 Déc 2005, 20:46

Il y a des sanctuaires celtiques douteux, avec des squelettes sans mains et sans têtes... Peut-être des guerriers ennemis...

Je n'en sais pas plus.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Lun 26 Déc 2005, 21:40

8)

Code:
Il y a des sanctuaires celtiques douteux, avec des squelettes sans mains et sans têtes...

C'est un peu court pour conclure à une religion avec sacrifices humains. Mais les druides n'écrivant pas, il est difficile de se faire une idée exacte de leur religion.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80785
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Lun 26 Déc 2005, 21:43

Woui... Ceci dit, qu'en dit César dans la guerre des Gaules?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mar 27 Déc 2005, 01:00

Citation :
Lorsque les conquistadors chrétiens sont arrivés en Amérique du Sud, ils ont été stupéfaits de trouver partout le sacrifice humain.

Tellement stupéfaits qu'ils ont génocidé toute la population et anéanti une civilisation entière...

Ils l'ont payé cher, le "Christ dans les bagages"...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80785
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mar 27 Déc 2005, 08:07

Laurent a écrit:
Citation :
Lorsque les conquistadors chrétiens sont arrivés en Amérique du Sud, ils ont été stupéfaits de trouver partout le sacrifice humain.

Tellement stupéfaits qu'ils ont génocidé toute la population et anéanti une civilisation entière...

Ils l'ont payé cher, le "Christ dans les bagages"...

Il y a eu des massacres, mais le génocide vient d'ailleurs: il vient des maladies contagieuses. C'est maintenant établi.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mar 27 Déc 2005, 18:40

Arnaud Dumouch a écrit:
Woui... Ceci dit, qu'en dit César dans la guerre des Gaules?

Oui, qu'en dit César dans "La guerre des Gaules" ?
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Christian



Masculin Messages : 2617
Inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mar 27 Déc 2005, 19:27

Citation :
Arnaud Dumouch a écrit:
Woui... Ceci dit, qu'en dit César dans la guerre des Gaules?


Oui, qu'en dit César dans "La guerre des Gaules" ?
César en dit que les gau-gau, les gaulois étaient des barbares sanguinaires, qui brulaient leurs victimes aux dieux dans des sacs d'osier qu'ils suspendaient aux arbres avant d'y mettre le feu, que leurs casques étaient des monstres d'une frayeur digne des enfers etc etc...
Et pourtant, ils vaient déjà inventé le savon, le pantalon (les braies) l'élevage etc..
Mais César devait noircir le trait pour rehausser son prestige bien mis à mal au Sénat de Rome.
De plus, cela n'a pas été écrit par lui, mais par un ou des historiens personnels,(je ne sais plus) qui bien entendu, se devaient eux aussi de le flatter, de le grandir.
Amitiés
Christian
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mar 27 Déc 2005, 19:36

Very Happy

Merci pour ces précisions, Christian.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mer 28 Déc 2005, 01:06

De plus, il faut savoir que Cesar et ses légions nous ont quasiment génocidés, à cause de nos incessantes révoltes...

C'était cela, la Pax Romana...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80785
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mer 28 Déc 2005, 09:26

Laurent a écrit:
De plus, il faut savoir que Cesar et ses légions nous ont quasiment génocidés, à cause de nos incessantes révoltes...

C'était cela, la Pax Romana...

Ne serait-ce pas une lecture quelle que peu gauloise de cette guerre ? (ce qui n'empêcha pas César de se montrer sans pitié avec les civils enfermées dans Alésia.

Mais génocide... Le mot est fort.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mer 28 Déc 2005, 10:46

Des écrits de l'époque (ai pas les références sous la main, mais je peux faire des recherches si tu veux) relatent l'extermination de villages entiers (je parle ici de la Belgique, je sais pas pour la France), hommes, femmes, enfants, en représailles des révoltes incessantes....

Oradour n'a rien de neuf :?
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mer 28 Déc 2005, 11:01

Allez hop, qqes références :

Citation :
Notice :
Concerne: Luciano CANFORA, Jules César, le dictateur démocrate.

Titre et édition originaux: Giulio Cesare, il dittatore democratico, 1998, Giuseppe Laterza & Figli Spa, Rome-Bari

Traduit de l'italien par Corinne Paul-Maier avec la collaboration de Sylvie Pittia.

Edition: Flammarion, Coll. Grandes biographies, Paris 2001, 496 pp.

Analyse: (Crédit: Danielle De Clercq)

L.Canfora a réussi la gageure de composer un vaste ouvrage d'une haute exigence scientifique dont la lecture demeure abordable pour tout amateur non spécialisé. Cette biographie fouillée de César trouve tout naturellement, comme référence indispensable, place dans la bibliothèque de tout qui est amené à s'intéresser au personnage. Comme toujours, L. Canfora exploite de nombreuses sources antiques et les études modernes de référence avec rigueur et sens critique, réfutant à l'occasion les positions d'historiens incontournables comme Momssen et Syme, sans non plus dédaigner de citer Napoléon, émule du condottiere romain (Précis des guerres de César. 1819). Parmi les auteurs antiques, une place particulière est accordée, à côté de Cicéron et de Plutarque, à Suétone, qui a pu consulter l'oeuvre historique d'un contemporain de César, Asinius Pollion, lequel a souvent pris le contrepied des interprétations des événements que donne César dans ses propres écrits. Est également soulevée l'incidence de la politique culturelle augustéenne sur la relation des événements en ce qui concerne l'importance réelle du rôle d'Octave dans l'entourage du dictateur, notamment dans la guerre d'Espagne contre les pompéiens.

César est trop connu pour que sa biographie soit à nouveau résumée ici. L. Canfora a particulièrement développé et, à l'occasion démystifié, les événements qui exercent sur notre présent et notre inconscient collectif, une répercussion particulière, parmi lesquels la conquête de la Gaule, dénoncée sans équivoque comme un génocide*, et la mise à mort du dictateur, en replaçant chacun des protagonistes de ce drame, tous proches de César, dans leur parcours politique, affectif et philosophique. L'auteur s'attache particulièrement au cheminement de César dans l'affirmation de son pouvoir, avec son rejet du modèle sullanien, sa conception, au moins extérieurement, laïque et instrumentale de la religion, son visage de chef militaire proche de ses soldats, sa longue recherche de (ré)conciliation avec Pompée et les partisans vaincus ou repentis de celui-ci, son sempiternel antagonisme avec Caton d'Utique, son rapprochement en fin de vie avec les optimates.

L'ouvrage révèle essentiellement et sans concession aucune l'homme politique et le conquérant que fut César. Les allusions à sa vie privée et affective sont brèves et délibérément sobres, qu'il s'agisse de sa réputation de bisexualité, de son amour pour Servilia, mère de Brutus, ou encore pour Cléopâtre.

L'ouvrage est dense certes, mais jamais verbeux et toujours méthodique. Des notes concernant les personnages qui ont cotoyé César, les institutions romaines, les repères chronologiques et les sources, figurent in fine pour permettre au lecteur de mieux (encore) s'y retrouver dans les péripéties de cette biographie riche en événements et rebondissements.La vaste bibliographie est l'objet d'une présentation commentée.

*Le "livre noir" de la conquête de la Gaule fut écrit par Pline l'Ancien. Dans le livre sept de son Histoire Naturelle (§91-99). ...."en ne révélant pas l'ampleur du massacre dont furent cause les guerres civiles, César a reconnu l'énormité de son crime" (VII 92), il y a, il faut le rappeler, dit P, les un million deux cent mille personnes massacrées par César à la seule fin de conquérir la Gaule."
Je ne peux placer parmi ses titres de gloire, écrit-il, un si grand outrage fait au genre humain."


... Plutarque retient les chiffres ronds d'un million de victimes et d'un million de prisonniers (Pompée 67, 10; César 15, 5) et parle dans la vie de Caton d'Utique (51, 1) de trois cent mille Germains tués.....Ces carnages et ces masses sans fin de prisonniers sont, pour le biographe grec, le signe d'une grandeur inégalée. Pline dénonce, profondément indigné, l'offense faite à l'humanité, le crime perpétré par César... qui là n'avait pas cherché à dissimuler la tuerie ... p.124)

... La Gaule, le monde celtique, furent ainsi immergés, par la violence et le génocide, dans l'océan de la "civilisation "romaine. Il fallait être Napoléon III pour, s'identifiant peu ou prou, à l'imperator, exalter César et tout en même temps élever des monuments à Vercingétorix. Des hommes réagirent, au premier rang desquels Camille Jullian. Le plus grand historien de la Gaule dénonça la perte tant humaine que culturelle représentée par ce génocide, mettant en lumière un développement autonome de la Gaule celtique que la conquête vint briser net. Des vues confirmées par les récentes fouilles de Bibracte. Il ne s'agissait pas, il ne s'agit toujours pas de s'inventer une" autre histoire", qui n'a pas été, mais simplement de ne pas faire de l'histoire de la conquête romaine un gloria élevé à un impérialisme qui aurait le visage du destin ... (p.125)

... La romanisation de la Gaule est un phénomène d'une telle portée historique que l'on est forcément amené à se demander ce qui doit l'emporter au terme du bilan. Ce décompte des morts et des silences de César clairement proposé par Pline doit-il ou non être tenu pour secondaire au regard de ce qui suivit la conquête: cet événement crucial pour la formation à venir de l'Europe (médiévale, puis moderne) que fut la romanisation des Celtes.

La question du coût humain a été posée pour le Nouveau Monde, non moins férocement conquis par la Vieille Europe ... Il est permis, de nos jours, de se demander "Quelle histoire aurions-nous eu sans Pizarre?". il ne l'est toujours pas de se dire "Quelle Europe aurions-nous eu sans César?"

... Le démantètelement de la vieille république fut pendant des décennies et des décennies au centre de toutes les discussions. Du coût humain de la romanisation de la Gaule, il n'était point question ...

Simone Weil ..., après Jullian, dans ses écrits sur Hitler et la politique extérieure romaine de la fin des années trente, remit en lumière le massacre, à des siècles de distance, soulignant combien nous aurions eu une version différente des faits s'il avait été quelque historien d'origine celtique, moins servile à l'égard de Rome que ne l'étaient, selon elle, les Grecs pour raconter cette conquête.

"Devenus trop humains", les Modernes, comme l'avait affirmé Goethe, ne pouvaient éprouver que de la répugnance pour les "triomphes de César".

http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/itinera/actualites/nouvelles.cfm?num=57

Citation :
1.1 La romanisation et les Belges

C'est avec la conquête de Rome que les Belges entrèrent dans l'histoire. En 57 avant notre ère, Jules César, lors de la guerre des Gaules, fit pénétrer ses légions dans la «Gaule belge». Dès cette époque, César faisait la distinction entre les Celtes (ou Gaulois), les Aquitaines et les Belges. César croyait que les peuples belges étaient issus des Germains. Il a même fait une énumération de ces Belges qui, sous le nom de Germani («qui uno nomine Germani appellantur»), sont énumérés ainsi : Suessiones (Suessions), Nervii (Nerviens), Atrabates (Abrates), Ambiani (Ambiens), Morini (Morines), Menapii (Ménapiens), Caletes (Calètes), Veliocasses (Véliocasses), Viromandui (Viromanduens), Aduatici (Aduaticiens), Condrusi, (Condrusiens), Ebuones (Éburons), Caeroeses (Cérosiens) et Paemanes (Pémaniens).

Cette assimilation des Belges aux Germains n’a pas empêché César de considérer les Belges comme des Gaulois (un peuple celte). En réalité, certains peuples belges étaient originaires des régions germaniques à l’est du Rhin, mais furent vraisemblablement soumis à de fortes influences celtiques, alors que d’autres peuples étaient d’origine celte. Parmi les nombreuses tribus du territoire de la «Gaule belge» qui résistèrent à l’occupation romaine, César tenait les Belgae (les Belges) pour les plus braves de tous les peuples de la Gaule. Dans l'introduction de son livre De Bello Gallico (La guerre des Gaules), César parle des Belges en ces mots: «Horum omnium fortissimi sunt Belgae.» Autrement dit : «De tous, les Belges sont les plus valeureux.» En réalité, pour César, fortissimi signifiait les guerriers les plus «violents» (ou «sauvages»). C'est en Belgique (la Gaule belge) que César essuya sa plus sanglante défaite. Ambiorix, le chef des Éburons, avait surpris les Romains dans la vallée du Geer et avait exterminé entièrement deux légions (6000 soldats). Arrivé trop tard en renfort avec le reste de son armée pour éviter le massacre de ses légions, César poursuivit Ambiorix qui se réfugia dans la forêt ardennaise où il ne parviendra jamais à le surprendre.

Cela dit, certains historiens laissent croire que les peuples belges s’étaient déjà formés dès le IVe siècle avant notre ère, alors que d’autres situent cette mixité plutôt vers le IIe siècle. À l’époque de la conquête des Gaules, en 57 avant notre ère, la Gaule belge s’étendait entre la mer du Nord, la Seine et la Marne, et comptait quelque 500 000 habitants répartis en une quinzaine de tribus. Les Belgae parlaient des idiomes germaniques, fortement influencés par les parlers celtiques.

1.2 Une province romaine

Après la soumission des Nerviens (de 57 à 46), la Gaule belge finit par devenir officiellement une «province romaine» en 51. La résistance poussa César au génocide de certaines tribus comme les Éburons et les Aduatiques. D'autres tribus d'origine germanique vinrent alors repeupler les territoires disponibles, avec l'assentiment des Romains. La Gaule belge était importante pour les Romains, en raison de la frontière rhénane avec les territoires germaniques. Les conquérants supprimèrent la caste des druides d’influence celtique, mais les Belgae continuèrent à adorer leurs dieux germaniques, puis celtiques, en plus des nouveaux dieux romains.


http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/europe/belgiqueetat_histoire.htm

On ne saurait ête plus clair...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80785
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mer 28 Déc 2005, 14:50

Cher Laurent,

Merci. Oui, en effet, pas commode, le César... :?

Encore un qui a dû griller...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mer 28 Déc 2005, 20:53

Arf 50 ans plus tard, les mêmes romains ont aussi crucifié un certain Jésus...
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mer 28 Déc 2005, 22:51

;)

J'ai enregistré ton petit topo sur l'histoire des gaules, Laurent. Je vais le montrer à mon ami breton qui va s'y retrouver dans son animosité contre les romains qui ont détruit la culture celtique.

Confidence : je suis né près de Lille, donc je suis plus belge que français, mais maintenant immigé en Bretagne.

Au passage, je note aussi la rectification que tu fais à propos de l'assassinat de Jésus : s'il a été crucifié, c'est que ce sont les romains et non les juifs qui l'ont condamné. Il a bien du y avoir aussi une certaine complicité des autorités ecclésiastiques juives de l'époque : les "collabos", ça ne date pas d'hier.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mer 28 Déc 2005, 23:04

Oui, et je me suis souvent fait la réflexion, à ce sujet, que le siège de l'Eglise catholique (le Vatican, donc) se trouve...à Rome :|

Ironie de l'histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80785
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mer 28 Déc 2005, 23:09

Cher Lagaillette,

Moi qui suis breton (donc celte), je poartage votre avis. Mais, en Bretagne, l'ennemi de la culture celtique est la perfide Albion...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Mer 28 Déc 2005, 23:11

Jeaaaaanne !
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Jeu 29 Déc 2005, 21:44

Shocked

Code:
le siège de l'Eglise catholique, « [color=red]romaine[/color] » (le Vatican, donc) se trouve...à Rome

Oui, Mr de la Palice !

Et ce n’est pas un hasard puisque, historiquement, ce sont les empereurs romains Constantin et Théodose qui ont fait du christianisme la religion de l’empire et que l’église qui s’est ainsi instituée l’a fait sur le modèle de l’empire romain.

Arnaud, vous êtes donc breton ? Qu’est-ce que vous êtes donc allé faire en Belgique ?

Et qu’est-ce qui vous fait dire que « en Bretagne, l'ennemi de la culture celtique est la perfide Albion... » ? Si j’en crois mon ami, breton pur et dur, et nationaliste, l’ennemi mortel de la culture bretonne, ce sont les « c’hallaoued » : les français, centralisateurs sur le modèle romain.

Laurent, celle que tu invoques : Jeaaaaanne ! c’est la « pucelle d’Orléans » ? Si c’est ça, il y en aurait à dire à propos des anglais.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Jeu 29 Déc 2005, 21:52

Very Happy

Non, c'est Jeanne Moreau... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Maria Borges



Messages : 248
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Ven 30 Déc 2005, 00:02

Laurent a écrit:
Very Happy

Non, c'est Jeanne Moreau... Mr. Green

Thumright Thumright Thumright , Laurent!
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Ven 30 Déc 2005, 15:26

8)

Qu'est-ce qu'elle a à faire là-dedans, Jeanne Moreau ?
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: de Noël à la Passion   Ven 30 Déc 2005, 18:42

MDR !!!
Revenir en haut Aller en bas
 
de Noël à la Passion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Passion du Christ...
» Fruits de la passion
» Biscuits fourrés aux fruits de la passion
» COMMEMORATION DE LA PASSION ET MORT DU SEIGNEUR
» LA PASSION DES QUARANTE MARTYRS, Á SÉBASTE, L'AN 320

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: