DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Crise économique : ALERTE !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 27 Nov - 18:24

Le risque économique en Europe est loin d'être disparu. Les Etats sont fragiles, trop endettés. Je pense que tous, un par un, vont devoir couper dans le train de vie de l'Etat (pensions, aides sociales, salaire des fonctionnaires).
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 27 Nov - 18:34

Arnaud Dumouch a écrit:
Le risque économique en Europe est loin d'être disparu. Les Etats sont fragiles, trop endettés. Je pense que tous, un par un, vont devoir couper dans le train de vie de l'Etat (pensions, aides sociales, salaire des fonctionnaires).

Moi je panse que la fin de l'europe est proche, tout comme USSR, l'UE a attein ses limites ...
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Ven 3 Déc - 19:09

Zone euro/Portugal: après l’Etat, S&P envisage d’abaisser la note des banques

Paris (awp/afp) – L’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s (S&P) envisage d’abaisser la note des cinq principales banques portugaises, a-t-elle indiqué vendredi dans un communiqué, trois jours après avoir annoncé qu’elle pourrait en faire de même pour l’Etat portugais.

L’agence a précisé que si elle devait abaisser la note d’un ou plusieurs de ces établissements au terme de sa période d’observation de trois mois, ils ne seraient pas relégués en catégorie spéculative (« BB+ » ou moins).

« Les défis macroéconomiques du Portugal et ses conditions de financement externe difficiles vont mettre sous pression le contexte d’activité des banques, ce qui pourrait affaiblir la perception qu’ont les investisseurs de leur solvabilité », ont expliqué les auteurs de la note.

Les banques concernées sont Banco BPI, Banco Comercial Português (Millenium bcp), Caixa Geral de Depositos (CGD), Banco Espirito Santo et Banco Santander Totta, filiale de l’espagnol Santander.

Elles sont toutes notées « A- » ou mieux, à l’exception de Millenium bcp, qui est à « BBB+ ».

Standard and Poor’s avait annoncé mardi qu’elle envisageait d’abaisser la note de dette du Portugal, actuellement à A-, du fait des incertitudes pour ses créanciers nées du plan de l’Union européenne sur la dette publique des pays de la zone euro.

rp

(AWP/03 décembre 2010 13h31)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Mar 7 Déc - 22:25

Mr.Red

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Pierre-Jovanovic-Journaliste-sur-l-origine-de-la-crise-4822.html
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Ven 17 Déc - 19:25

Les muni-bonds américain vont ils "sauver" la zone euro?

.
Les équipes de recherche économique de Bank of America Merrill Lynch sont moins inquiètes pour l'euro que pour les bons du Trésor américain, en raison du déficit budgétaire et de la crise des obligations municipales outre-Atlantique.


Les équipes de recherche de Bank of America, devenu un des poids lourds de Wall Street à la faveur du rachat de la banque d'affaires Merrill Lynch au pic de la crise financière, estiment que les inquiétudes sur la solvabilité des Etats vont traverser l'Atlantique l'an prochain. « Le thème de la fiscalité et de l'équilibre des comptes publics va être majeur en 2011, mais nous pensons que les turbulences vont se déplacer de la zone euro aux bons du Trésor américain », a ainsi expliqué David Woo, patron de la recherche sur les taux et les devises de la banque, au cours d'une conférence de presse, à Londres. Ses propos ont ensuite été déclinés par une dizaine d'analystes en fonction de leur spécialité.



Fondamentaux améliorés


Les spécialistes de Bank of America Merrill Lynch n'affirment pas que la crise qui affecte les pays périphériques de la zone euro est résolue. Ils pensent notamment qu'il y a une chance sur deux pour que l'Espagne doive avoir recours à une aide extérieure. Mais, explique notamment Silvia Ardagna, économiste senior pour la zone Europe, les pays européens fragiles sont en train de mettre en place les mêmes réformes structurelles qui ont réussi à l'Allemagne. Et tandis que les fondamentaux s'améliorent, les chercheurs de Bank of America Merrill Lynch restent persuadés que les pouvoirs publics européens vont tout faire pour sauvegarder la monnaie unique. « A chaque fois que la crise empirera, les gouvernements seront là », estiment-ils.



La raison fondamentale de cet optimisme ? Il est dans l'intérêt de l'Allemagne, le seul pays assez riche pour détenir les clefs de l'avenir de l'euro, de sauvegarder le système monétaire européen, qui lui a profité commercialement. « En outre, il n'y a pas que ses banques qui seraient fragilisées en cas d'éclatement, mais également tout son secteur de la gestion collective », précise Ralf Preusser, patron de la stratégie taux en Europe. Ce dernier estime par ailleurs qu'il y a assez d'argent dans le Fonds européen de stabilité financière (FESF) pour prêter à l'Espagne dans les deux prochaines années.


Si ces économistes sont inquiets à propos des Etats-Unis, cela tient principalement au plan de relance que vient de décider l'administration américaine à la faveur du compromis fiscal entre les républicains et les démocrates. Pour David Woo, ces mesures auront un impact faible sur l'économie alors qu'elles sont dangereuses pour l'équilibre des comptes publics, puisqu'elles aboutissent à un déficit budgétaire proche de 10 % du PIB. A cet élément, qui pourrait être minoré en cas de croissance économique supérieure aux attentes, s'ajoute l'instabilité sur les obligations municipales, en raison de la dégradation des comptes des collectivités locales. Quarante-huit Etats américains affichent un déficit pour 2011. Et certains craignant une vague de défaut, les « spreads » se sont nettement écartés pour les « muni bonds » au cours des dernières semaines (« Les Echos » du 22 novembre). Pour Bank of America Merrill Lynch, une crise sur ce segment affecterait les obligations fédérales.


Cette -encore hypothétique -crise publique de la dette américaine ne manquerait pas d'avoir des effets sur les actions internationales, alors que se dégage en cette fin d'année un consensus extrêmement optimiste pour l'an prochain.


Les echos - Nicolas Madelaine
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Ven 17 Déc - 19:27

Les agences de notation dans une stratégie stalinienne?

.
L'Irlande à nouveau déclassée, la Belgique qui reçoit des leçons, l'Euro qui valse. On sait que ce n'est pas Cantona. Alors qui?


Moody’s vient de dégrader violemment la note de l’Irlande. Motif : c’est un pays malade, la cure qu’il a entreprise va le tuer. Il faut se rendre à l’évidence : l’Europe gène. Il y a de l’acharnement dans ces notes, dans ce spiel contre l’Euro. L’Euro n’est-il pas « l’homme à abattre » ?


Qui veut la peau de l’Euro ? Quand on regarde le champ de bataille alentour, il y a bien une méthode de combat, une sorte de battue à l’Euro. Une stratégie mise en œuvre contre l’Euro. On peut hésiter entre Cantona et Staline.


L’échec de Cantona à secouer les colonnes du temple des banques Euro malgré les craintes de la Commission Européenne, malgré les craintes de Christine Lagarde, malgré toutes les craintes de tous les gens raisonnables, laisse penser que ce n’est pas lui, ni même ses amis, qui veulent la peau de l’Euro le plus ardemment.





Reste la stratégie « Staline ». On a dit de la stratégie déployée par Staline et Joukov à partir de 1943 que c’était une stratégie « en tiroir ». Idéalement, il faut commencer par la partie du front la plus faible, puis monter progressivement jusqu’à ce que l’ensemble du front se soit embrasé. Dans le cas de Staline, le résultat a été probant.


Les agences de notation dans une stratégie stalinienne


A quoi a-t-on assisté depuis 9 mois ? A une attaque en tiroir. Méthodique, commencée à la périphérie. La vraie périphérie de la Zone euro, c’était la Grèce. Tout le monde savait que pour entrer dans l’Euro, elle avait truqué ses comptes. Les banques américaines lui avait donné un coup de main pour sortir de son bilan ce qu’il fallait pour qu’il ait l’air joli. Donc la Grèce, c’était facile. Et hop ! On la dégrade d’un bon coup, comme jamais auparavant aucune agence de notation n’avait dégradé personne. La valse de l’euro à ce moment a été fabuleuse. Quand sur les marchés monétaires et boursiers, il y a valse, la question immédiate doit être : « qui gagne ? »


La stratégie en tiroir a continué. Avec quelques hésitations. Si on s’en prenait au Portugal ? Et l’Espagne, au fait ? Dans une stratégie en tiroir on n’est pas obligé d’être bœuf. On a le droit de tâter le terrain. Ne serait-ce que pour économiser ses forces en vue des attaques suivantes. Et puis, on peut aussi, prendre un peu de temps pour exploiter les premiers succès. Ramasser les dépouilles et récupérer les quelques goussets qui traînent.


Le second tiroir ? L’Irlande, bien sûr ! Grâce à l’Europe, les Irlandais étaient les plus riches des plus riches au monde! A ce point qu’ils avaient commencé à se demander si l’Europe c’était finalement le bon truc. Avec les Européens, les Commissions, les Barroso, les Trichet et tous les autres, on ne pouvait pas faire de la banque hyperchouette et sympa à l’américaine. En fait, si les Grecs avaient un peu triché, les Irlandais, n’avaient fait que raconter des carabistouilles sur leurs banques, leurs joyaux, leurs bijoux qui fonctionnaient comme les anglaises et les américaines.


Donc, deuxième front : l’Irlande. Les chevaliers de la notation foncent et donnent l’estocade de la dégradation. Ensuite c’est l’Euro qui plonge, les garanties données par les Etats membres de la Zone Euro, les allers et retours, les obligations qui montent et qui descendent, le jeu à somme nulle qui recommence avec ceux qui perdent et ceux qui gagnent et le petit jeu de la bouilloire qui fonctionne à une dimension cosmique. Merci à ceux qui ont allumé le gaz. A une autre fois les gars !


Eh bien ! La voilà l’autre fois ! C’est la Belgique. Une agence de notation vient de s’apercevoir, en regardant une vieille émission sur RTBF, que la Flandre venait de déclarer son indépendance. Lesanalystes se sont précipités sur leurs dossiers et ont découvert que la note de la Belgique était très bonne. Ils se sont mis fort en colère. Mais c’était une feinte. Les agences savaient bien que l’émission de RTBF était un canular. Dans la stratégie en tiroir, on peut jouer un peu malin. Faire croire qu’on a cru au canular, par exemple, et déclarer que c’était peut-être de l’anticipation, de la prévision en somme.


Les Agences ont montré qu’elles prenaient tout ça au sérieux. Elles ont vigoureusement tancé les Belges. « Qu’est-ce que c’est ça pour un désordre ? ». « Attention, une fois, savez-vous, si vous continuez à faire des canulars à la télé, la notation, elle sera plus mauvaise encore ». Comme d’habitude, l’Euro a été secoué. Il y a eu des montées et des descentes, beaucoup d’argent qui s’est mis à circuler. Et à nouveau des gens qui ont perdu de l’argent dans cette histoire et … des gens qui en ont gagné.


Quel est le prochain ? On attend un peu… on se tâte. Parce que la Belgique, sur le plan de ses finances publiques et de ses banques, c’était quand même moins pire que l’Irlande. Réussir à secouer le cocotier en prenant levier sur elle, c’était un beau coup. Le prochain tiroir, il faut que ce soit quelque chose qui décoiffe, un gros pays, un peu trop endetté. Pas très équilibré sur le plan mental, plein de grands principes et qui roule en regardant dans le rétroviseur.


La stratégie marcherait donc bien…


A qui profite le crime ?


Quand l’euro fait des vagues, c’est le dollar qui, enfin, monte. Jusque là, les anglo-saxons étaient en déroute. Il y avait une justice dans le monde. Ces gens se croyaient tout permis parce que les uns étaient sur une île arrosée des Euros du « …my money back », les autres, parce qu’ils se prenaient pour le monde idéal.


Le dollar peut être la monnaie d’un pays à bout de souffle, la monnaie d’un impérialiste inconséquent et versatile, qui s’imagine toujours qu’après avoir napalmisé à droite et à gauche on peut redevenir ami et faire des affaires ensemble. Le dollar est de toute évidence la monnaie, d’un pays où les collectivités locales et les Etats, depuis peu, peuvent se mettre sous la protection du chapitre « eleven ». Et ne pas payer leurs dettes. C’est aussi la première monnaie mondiale.


Le dollar qui s’écroule, ce sont des milliards de dollars qui partent en fumée, en Chine, à Taiwan, au Japon, à Singapour. Ce sont les transactions sur le pétrole et quelques pays producteurs qui sont plongés dans l’incertitude. Ce sont les producteurs de quelques matières premières commercialisées dans le monde qui ne trouvent plus leur devise traditionnelle. Inimaginable !


En économie, il y a les réalités. Les vraies ! À coté de celles qui se nomment épargne et investissement, se trouvent celles qui se nomment puissance, impérialisme, protection des méga-entreprises. Or, le dollar en perdition, le dollar soumis à compétition, le dollar en pleine déréliction, c’est ce monde des dollars stockés en masse, des dollars militaires et des dollars des super-entreprises financières qui s’écroulerait.


Et tout ça viendrait d’une monnaie bidon qui n’est supportée que par un conglomérat bancal de vieilles nations aux idées confites et rétrogrades ? Où est cette monnaie qui prétend se substituer au dollar ? En Allemagne, en France, en Italie ? En Europe ? C’est où l’Europe ? Quelle capitale, quel chef d’Etat, quelle armée, quelle capacité de décision ? Alors, franchement, en faveur de qui penche la balance ?


L’Europe, c’est une belle idée. L’Euro ? C’est une belle idée de la belle idée. Ils vont continuer combien de temps comme ça à empiler les idées comme les autres empilent les bouteilles de vodka, pardon… les poupées russes ? Qu’est-ce que ça sera la prochaine « belle idée de belle idée de belle idée » ?


Les thuriféraires du dollar ont raison ! L’Euro n’existerait pas, tout le monde aurait la paix ! Au lieu de se demander ce que les Européens vont faire. Vont-ils le soutenir ? L’Allemagne va-t-elle recréer le DM ? Et la France, vaut-elle vraiment son AAA ? Au lieu d’occuper des colonnes de journaux entières, sur l’Euro, ses chances, ses risques, son avenir, sa défaite, sa réussite etc.… on pourrait vaquer à des choses intelligentes et disserter sur de l’utile. On avait le dollar et tout le monde était content. Depuis qu’il y a l’Euro, rien ne va plus ! Dégagez-le !


L’Euro : faites vos jeux, rien ne va plus !


C’est ce que se disent depuis un certain temps toutes les institutions qui doivent placer leurs fonds quelque part dans une quelconque monnaie avec l’idée qu’il serait préférable de ne pas perdre le capital et qu’il ne serait pas mauvais de gagner un peu d’argent.


La dette souveraine des pays européens, la dette des collectivités, régions, villes et des pays, sont détenues, in fine par les épargnants. Ils ne le savent pas nécessairement. Sauf ceux qui ont acheté directement des bons du trésor, de l’OAT en France et leurs équivalents, dans les autres pays européens. C’est la minorité de l’espèce. En général, on détient de la dette publique, souveraine ou non, indirectement, via des Sicav monétaires, obligataires, via des fonds spécialisés, via des contrats d’assurance-vie pour les fameuses poches euro. Si l’Euro se cassait la figure et si les vieilles monnaies faisaient un come back dans le genre « le retour des retraitées du Lido ». Les épargnants auraient du stress en plus.


C’est ce qu’on devrait se dire. D’un autre coté, ces institutions sont parfois bien gérées… L’instabilité de l’Euro et des supports en Euro, c’est une source d’opportunité. Les informations distillées de ci de là par les noteurs, leurs hésitations, leurs pudeurs, leurs « je ne dégrade pas aujourd’hui ! Mais attention… je vous observe et je vous mets sous surveillance. Watch avec Warning ». C’est tout juste si on n’a pas inventé le WWW dans les notations. Wild, Watch, Warning. (Mise sous surveillance attentive et vacharde)


En tout cas, en se débrouillant bien, avec l’aide des banques et des produits financiers des banques, les porteurs de dettes souveraines en Euro et d’Euro sous toutes ses formes ont, non seulement la possibilité de protéger leurs avoirs, mais aussi d’améliorer une rentabilité devenue bien faible en ces temps d’abondance monétaire, de QE2 et de centaines de milliards de dollars hélicoptérisés par le bon Ben (Bernanke, maintenant surnommé BBB). Les taux sont bas. Très bon pour les emprunteurs, très mauvais pour les rentiers. Alors, on va de petits coups de spéculation en spiels bien conduits sur l’Euro contre tout, contre l’or, contre les matières premières, contre le dollar, le yen etc… En mouvementant des titres en Euro, on peut incrémenter les maigres rendements officiels. Et tant pis, si ça met l’Euro dans la panade ! Il faut bien essayer de faire sa pelote. Après tout, le spectre de la troisième guerre mondiale s’est éloigné, n’est-ce pas. ?


Et les Hedge Funds ? On n’en a pas encore parlé de ceux-là ! Souvenirs, souvenirs ! A lui tout seul, G.Soros réussit, il y a maintenant prés de 20 ans, à faire dégringoler la Livre sterling, à lui faire quitter l’Europe monétaire en construction. Sans lui…la Livre… dans l’Euro ? Qui sait ? Alors, les Hedge funds ? Ils ne sont pas morts malgré la crise. Ce sont bien les seuls à pouvoir emprunter de l’Euro pour le vendre contre d’autres actifs, à commencer par ceux qui sont libellés en dollars, en yen, livres etc. Leur puissance de feu financière est …. Stalinienne ! Ils s’en moquent un peu de la peau de l’Euro. Et même, quand il aura disparu l’euro, ils seront tristes, car ils auront perdu un bon support pour gagner de l’argent. Ils ne veulent pas la peau de l’Euro mais, à l’user comme ils le font, c’est tout comme !


Et si l’Euro avait le cuir épais ?


Le seul point rassurant dans tout ce bruit et cette fureur contre l’Euro, on le trouve en Islande, pays candidat au classement dans le livre Guinness des records au titre de l’impéritie publique. Autrefois, les Islandais attendaient les baleines. Quand un banc se manifestait, ils fonçaient sur leurs canots et revenaient comme il est dit dans le poème, en jetant « une baleine sur la table, une belle baleine aux yeux bleus, une belle comme on en voit peu… ». Il y a quelques dizaines d’années, ils se sont demandés ce qu’ils pourraient faire de moins fatiguant et de moins malodorant pour devenir riches. Alors ils ont fait comme les anglo-saxons. Ils ont acheté des ordinateurs. Ils les ont installés dans de grandes salles climatisées (pour le froid). Ils ont transformé toute une bande de dépeceurs de baleines en traders, pensant que, puisqu’ il y avait du gras à se faire, c’était la même chose. En avant toute ! Aujourd’hui, les traders font la pèche à la baleine, les banques ont sauté et le gouvernement avec.


Les Islandais avaient pensé à entrer dans l’Euro. Et puis, zut ! s’étaient-ils dits en islandais. Quand on voit que les Irlandais sont bombardés de règlements, de directives et des choses de ce genre qui entravent leurs banques et les empêchent de faire leurs affaires, comme leurs modèles, les banques américaines ou anglaises…. Non ! Décidément, non ! L’Euro, ce n’est pas pour nous ! Ayant dit cela, la crise arrive. Et voilà que « mais c’est bien sûr, il y a un truc qui manque, il nous faut l’euro, si on l’avait eu on ne serait pas dans la m…, ou moins ».


Eh bien ! Si on voulait avoir la preuve que quelqu’un veut la peau de l’euro, les Islandais viennent de la fournir : l’Islande a annoncé qu’elle renonçait à entrer dans l’Euro car, a dit son président, « ce n’est pas une garantie de succès ».


Quand on entend tenir ce type de propos par ce type de pays, on se dit que l’Euro, il faut qu’il ait le cuir épais. Et plus il l’aura épais, plus ce sera difficile d’avoir sa peau.

Les echos - Pascal Ordonneau, Banquier
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Mar 21 Déc - 12:30

Dernier article de Guy Sorman :

Citation :
2011: Le rebond américain?





L' Hebdo, comme chaque année, me demande de prophétiser.
Un genre littéraire aussi facile que dangereux, surtout sur le web où
rien ne s'efface. Allons-y tout de même. Le plus simple serait
d'annoncer sur un ton savant que la Chine, l'Inde, le Brésil pursuivront
leur course ascandante. Mais, franchement, annoncer doctement qu’en
2011 les pays « émergents » émergeront, ce n'est même pas un pari
pascalien. Partant de très bas, disposant de réservoirs de main-d’œuvre
sous-payée, accédant aux techniques éprouvées en Occident et au marché
mondial, le Brésil, l’Inde ou la Chine poursuivront évidemment leur
ascension ( encore qu'en Chine, quelques nuages, inflation, banques
fragiles, spéculation immobilière inquiètent ) : dans l'ensemble, il
faut s’en réjouir. Car des masses entières, condamnées à la misère il y a
peu encore, espèrent désormais en une vie plus digne. Leur trajectoire
devrait durer aussi longtemps que leurs gouvernements, tous partis
confondus, s’en tiendront à la stratégie qui les a sortis de l’ornière :
liberté d’entreprendre, respect de la propriété, monnaie stable,
frontières ouvertes. Le consensus sur cette recette libérale ne devrait
pas être ébranlé avant longtemps puisque ses résultats sont tangibles.
Mais de bonnes recette ne suffiront pas : pour émerger sur le marché
mondial et grâce à lui, il importe qu’au sommet de la pyramide
économique, l’innovation continue et que les consommateurs consomment.
Dans notre monde tel qu’il sera en 2011- en 2100 je ne sais pas- ce sommet, je parie que les Etats-Unis l'occuperont toujours.
Imaginons, a contrario, un double désastre qui frapperait les
Etats-Unis : la ménagère américaine suspend tout shopping chez WalMart
et les laboratoires américains tombent en panne d’imagination. Si ces
Américaines choisissaient d’épargner ou de boycotter les produits Made
in China qui dominent la grande consommation aux Etats-Unis, le
lendemain, mille usines fermeraient dans la Province de Canton. Le
scénario est identique pour le haut de gamme : si Apple n’avait inventé
ni le Iphone ni le Ipad, l’industrie électronique en Asie serait moins
florissante. Un Ipad, lancé aux Etats-Unis en 2009, dans une Amérique en
crise ! entre son concepteur californien et son acheteur final, passe
entre les mains d’ingénieurs et ouvriers japonais, taïwanais,
sud-coréens et chinois. Au total, l’économie mondiale progresse quand
l’Amérique progresse et même lorsqu’elle ralentit, mais pas trop : la
crise de Wall street, de 2007-2009, a détruit des banques, de l’épargne
et des emplois mais à aucun moment, elle n’a ébranlé les fondements du
marché mondial. La croissance américaine n’a été interrompue que
dix-huit mois et n’a jamais reculé au point de mettre en péril le réseau
des fournisseurs mondiaux. Quelques budgets de recherche privés et
publics ont été écornés, mais deux ans, à peine.
L’Amérique en 2011 sera d’autant plus de retour, qu’elle n’avait pas
totalement disparu. La perception de la crise, depuis 2008, aura sans
doute été plus dramatique que la crise elle-même, pour des raisons
idéologiques et politiques : les ennemis du capitalisme américain,
nombreux aux Etats-Unis et ailleurs, avaient espéré en vain que la
récession inaugurerait une nouvelle ère post-capitaliste. Cette crise
n’était-elle pas La Crise annoncée par Marx, Keynes à la rigueur ?
Barack Obama l’avait laissé entendre pour être élu en 2008 : mais contre
lui, ses adversaires Républicains ont repris la même chanson et l’ont
battu en 2010. Au total, La Grande Crise n’a pas eu lieu et la réforme
du capitalisme n’aura pas lieu non plus : Obama, minoritaire, est
entravé, l’Amérique capitaliste est de retour et son rebond probable.
Depuis deux ans, en effet, les entreprises et les banques américaines
ont très peu investi : il s’est ainsi accumulé aux Etats-Unis une masse
gigantesque de capitaux à l’affût d’innovations. Ces innovations
existent et n’attendent que d’être transformées en produits de
consommation de masse. Une reprise de l’investissement d’autant plus
probable qu’Obama n’est plus en mesure d’augmenter les impôts ni de
généraliser l’assurance maladie : ce qui est regrettable pour les
partisans de la justice sociale mais lève les incertitudes qui
paralysaient les entreprises. Par ailleurs, la Banque centrale des
Etats-Unis s’est engagée pour longtemps, à maintenir un Dollar abondant,
à des taux bas.
On pariera donc sur quelques percées probables : la
production massive de gaz aux Etats-Unis par l’extraction du gaz des
schistes réduira les prix de l’énergie ; la médecine du génome, à terme,
remplacera les thérapies anciennes ; des organismes génétiquement
modifiés seront commercialisés en masse, adaptables à tous les climats ;
la nanotechnologie appliquée à l’industrie conduira à une
ré-industrialisation des Etats-Unis (avec la nanotechnologie, le coût de
la main-d’œuvre devient marginal) ; de nouveaux objets nomades
fusionneront toutes les formes de la communication, de la téléphonie à
la télévision.
Autant de produits et services qui existent à
l’état expérimental et n’attendent que d’être exploités : leur
fabrication et leur consommation seront nécessairement mondialisées, ce
qui confirmera le rôle moteur de l’économie américaine: les pays
émergents greffés sur le marché mondial en tireront avantage.
Ce rebond américain ne profitera pas à tous. En dehors des
Etats-Unis, les pays absents du marché mondial (Proche-Orient, Afrique)
souffriront d’être marginalisés. Parmi les économies européennes, celles
qui n’ont pas d’avantage comparatif, pas de spécialisation, resteront
enlisées: seule une résurrection de l’esprit d’entreprise pourrait les
extraire de l’endettement. Aux Etats-Unis même, le rebond ne suffira pas
à éliminer les poches de pauvreté et de chômage que la crise a révélées
plus que suscitées. La croissance fondée sur l’innovation réduit
l’accès au marché du travail pour les candidats non spécialisés : ils
sont pris en étau entre les immigrants non qualifiés et les diplômés. Le
nouveau défi américain est celui de l’éducation plus que celui de la
croissance.Et aussi celui de la réindustrialisation qui est possible et
seul à même de résorber le chômage: vrai aussi en France.
Certes, le rebond américain décevra les hommes d’Etat en quête d'un
rôle, les technocrates et les utopistes qui souhaiteraient refaire le
monde sur un mode moins aléatoire que le capitalisme américain : 2011
devrait donc être une mauvaise année pour ceux qui rêvent d’un monde
parfait mais assez sereine pour ceux qui se contentent d’un monde
meilleur.

http://gsorman.typepad.com/

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
boudo



Messages : 4555
Inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Mer 22 Déc - 6:36

Si les USA se redressent en 2011 , ce ne pourra être , me semble-t-il , qu'au détriment de l'Europe .
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 8 Jan - 11:08

1 Américain sur 7!

Prés de 14% de la population,soit prés de 43,2 millions
d’Américains vivent de coupons d’alimentaires,record atteint en Octobre
2010!


http://www.zerohedge.com/article/food-stamp-usage-hits-new-high-432-million
Lire aussi:
http://www.alterinfo.net/Utilisation-record-de-coupons-alimentaires-Les-Etats-Unis-qui-ont-faim_a39942.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 8 Jan - 18:00

Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 8 Jan - 19:07

ALGER – Deux personnes sont mortes et environ 400 personnes ont été blessées, dont 300 policiers, durant les quatre jours d’émeutes déclenchées en Algérie contre la cherté de la vie, a annoncé samedi le ministre algérien de l’Intérieur Dahou Ould Kablia.

Une personne a été tuée par balle à Ain Lahdjel, dans la région de M’sila, à 300 km au sud-est d’Alger, a-t-il déclaré à la radio nationale Chaîne III, confirmant une information publiée ce jour par le quotidien El Khabar. « Il est mort lors d’une tentative d’intrusion dans un commissariat de police », a précisé M. Ould Kablia.

Une autre est décédée à Bou Smaïl, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest d’Alger. « Il a été ramassé dans la rue blessé, le médecin légiste a constaté qu’il est mort suite à des blessures à la tête, mais les causes de la mort ne sont pas entièrement élucidées », selon le ministre.

Une source médicale avait auparavant indiqué à l’AFP que cette seconde victime pourrait être morte après avoir reçu en pleine figure une bombe lacrymogène.

Evoquant les blessés, le ministre a souligné que la police avait reçu l’ordre de contenir les manifestations « en évitant tout dépassement, si bien qu’ils ont payé et continuent de payer le prix fort ».

« Il y a plus de 300 agents, entre police et gendarmerie, qui ont été blessés, a indiqué le ministre, alors que dans l’autre camp, il y a moins d’une centaine de blessés ».

Le ministre a également indiqué que les forces de l’ordre avaient arrêté des manifestants dont il n’a pas précisé le nombre.

« Les tribunaux seront saisis et ils ont déjà été saisis pour les cas de jeunes pris en flagrant délit de vandalisme ou de vol », a précisé M. Ould Kablia.

« Ce qui s’est produit depuis jeudi est, de l’avis général, sans relation avec l’aspect économique et je dirai sans commune mesure avec une démarche calme et réflechie seule voie pour poser les problèmes », a-t-il également estimé.

Le ministre a aussi qualifié d’ »agissements criminels les actes de destruction et de violence commis par les manifestants qui n’ont épargné ni bien publics ni bien privés ».

——————————————————————————-



TUNIS – L’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT, centrale syndicale unique) a proclamé son appui aux revendications « légitimes » des populations de Sidi Bouzid et d’autres régions en proie à l’agitation sociale depuis la mi-décembre, lors d’un rassemblement public samedi à Tunis.

« Nous soutenons les revendications de la population de Sidi Bouzid et des régions intérieures, l’UGTT ne peut être qu’avec ce mouvement, derrière ceux qui sont dans le besoin et qui demandent des emplois », a déclaré Abid Brigui, Secrétaire général adjoint de l’UGTT s’adressant à la foule depuis les locaux de la centrale, sur la place Mohamed Ali.

« Il est contre nature de condamner ce mouvement, il n’est pas normal d’y répondre par des balles », a-t-il lancé sous les applaudissements, appelant plutôt au « dialogue avec les jeunes ».

Quelques centaines de Tunisiens strictement encadrés par des centaines de policiers en civil et des unités anti-émeutes, ont observé une minute de silence à « la mémoire des martyrs » du mouvement social, entre hymne national et chansons engagées diffusés par hauts-parleurs.

« Travail, liberté, dignité! » ou « pain, liberté, dignité! » étaient les slogans les plus repris, mais d’autres aussi contre la corruption et la répression.

« Par leur sacrifice, les jeunes nous ont libérés, ils ont faut sauter des verrous », a dit en pleurs, Amel, professeur de français renouant avec la place de l’UGTT qu’elle a désertée depuis des années.

Parallèlement au meeting, qui a duré plus de deux heures sans incident, à l’appel de l’Union régionale de Tunis, la Commission administrative de l’UGTT a publié une déclaration en dix points ralliant formellement les revendications sociales.

Elle y a appelé à des « réformes politiques fondées sur la promotion de la démocratie et la consolidation des libertés ».

Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 13 Jan - 13:40


Ce rapport concerne 33,3 millions de prêts immobiliers (non commerciaux) totalisant 5907 milliards de dollars. Il nous éclaire en particulier sur les saisies immobilières et contrairement à ce que l’on martèle quotidiennement, la situation économique s’aggrave de jours en jours dans une Amérique qui sombre dans le chaos.
Les procédures de saisies immobilières ont ainsi progressées de 4,5 % depuis le début de l’année 2010, passant de 1 149 461 à 1 201 622 (page 9/65 du rapport) et les saisies effectives ont explosé avec 57,5% d’augmentation par rapport à 2009 (page 42/65 et 45/65 du rapport).
Le cap des 13 000 procédures de saisies par jour a été franchi !
Plus grave encore, les catégories les moins risquées de ces prêts (prime) sont sévèrement touchées avec 67,7% d’augmentation par rapport à 2009 (page 45/65). Heureusement que la crise est terminée !
En effet, 12,6% des prêts immobiliers ne sont pas remboursés (les prêts commerciaux sont dans la même situation) représentant une ardoise brute de 744 milliards de dollars. Vous comprenez mieux pourquoi Austan Goolsbee, le conseiller économique de Barack Obama, a déclaré que ne pas augmenter le plafond de la dette serait « catastrophique » et aurait pour conséquence un défaut de paiement des USA !
Source : http://gillesbonafi.skyrock.com/2966212795-USA-apres-les-dettes-les-dettes.html
En effet, une grande partie des CDS (Credit default Swaps) représentant 216 987 milliards de dollars sont adossés à des crédits immobiliers (privés et commerciaux). Or, les CDS sont des contrats d’assurance côtés sur le marché et surtout hors bilan, c’est-à-dire qu’ils n’apparaissent pas dans les livres de compte de la société, des actifs fantômes !
En effet, en plaçant ces produits hors bilan, les organismes financiers évitent de constituer des réserves garantissant ces polices d’assurance. Ces produits dérivés sont adossés à des dettes et surtout à l’assurance contre le non remboursement de ces dernières et c’est là que le problème se pose car, en cas de défaillance d’un des acteurs, tous ces produits doivent apparaître sur les comptes des établissements financiers.
Source : http://gillesbonafi.skyrock.com/2956978603-Crise-systemique-l-heure-de-verite-approche.html
La conséquence logique des saisies est donc l’explosion du nombre de sans-abri aux USA, les victimes oubliées de la crise. Le nombre de SDF dans l’état de New York (le plus riche des USA) est ainsi passé de 36 073 (janvier 2009) à 37 100 (janvier 2011) dont 14 915 enfants, et, la situation ne cesse de s’aggraver.
Source : Daily report http://www.nyc.gov/html/dhs/html/statistics/statistics.shtml
Des milliers « d’oubliés de la crise » vivent désormais sous terre dans des conditions de vie abominables, fuyant les rues qui deviennent de plus en plus dangereuses car le nombre de meurtres de SDF ne cesse d’augmenter aux USA.
Sources : http://gillesbonafi.skyrock.com/2967969491-Les-damnes-de-l-Amerique.html
http://www.nationalhomeless.org/publications/hatecrimes/hatecrimes2009.pdf
Nous assistons à la chute de l’empire américain et à la fin de notre système économique basé sur la loi du plus fort (loi de Pareto) qui a pour corollaire l’explosion de la misère, car, comme le résume Percy Kemp, « l’appauvrissement n’est pas dû à une diminution des richesses, mais uniquement à une augmentation de l’avidité. »
http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/saisies-immobilieres-et-sdf-aux-87093
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 13 Jan - 13:44

joker911 a écrit:


Nous assistons à la chute de l’empire américain et à la fin de notre système économique basé sur la loi du plus fort (loi de Pareto) qui a pour corollaire l’explosion de la misère, car, comme le résume Percy Kemp, « l’appauvrissement n’est pas dû à une diminution des richesses, mais uniquement à une augmentation de l’avidité. »
http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/saisies-immobilieres-et-sdf-aux-87093

Pour cela il faudra attendre encore un peu :


Le cycle de Kondratiev prévoyait parfaitement la crise de 2008, le creux de la vague. Dans les années à venir, grâce aux nouvelles grappes d'innovation actuellement en grand développement : robotique, nanotéchnologies, nous retrouverons la croissance et l'Empire se portera très bien.

PS : N'oubliez pas une chose : le monde ne s'appauvrit pas. S'il y a de plus en plus de pauvres en valeur absolue, ils sont proportionnellement de moins en moins nombreux. Leur proportion augmente un peu en période de crise, mais globalement elle diminue.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Mécréant-LV



Messages : 3438
Inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Lun 17 Jan - 17:33

Crise systémique globale - 2011 : L'année impitoyable, à la croisée des trois chemins du chaos mondial

- Communiqué public GEAB N°51 (15 janvier 2011) -

(NDM : je n'ai repris que le texte, allez sur le site pour voir les graphiques ;))

Ce numéro 51 du GEAB marque le cinquième anniversaire de la publication du Global Europe Anticipation Bulletin. Or, en Janvier 2006, à l'occasion du GEAB N°1, l'équipe de LEAP/E2020 indiquait à l'époque qu'une période de quatre à sept ans s'ouvrait qui serait caractérisée par la « Chute du Mur Dollar », phénomène analogue à celui de la chute du Mur de Berlin qui entraîna dans les années suivantes l'effondrement du bloc communiste, puis celui de l'URSS. Aujourd'hui, dans ce GEAB N°51 qui présente nos trente-deux anticipations pour l'année 2011, nous estimons que l'année à venir sera une année charnière dans ce processus s'étalant donc entre 2010 et 2013. Elle sera en tout état de cause une année impitoyable car elle va en effet marquer l'entrée dans la phase terminale du monde d'avant la crise (1).

Depuis Septembre 2008, moment où l'évidence de la nature globale et systémique de la crise s'est imposée à tous, les Etats-Unis, et derrière eux les pays occidentaux, se sont contentés de mesures palliatives qui n'ont fait que masquer les effets de sape de la crise sur les fondements du système international contemporain. 2011 va, selon notre équipe, marquer le moment crucial où d'une part ces mesures palliatives voient leur effet anesthésiant s'évanouir tandis que, au contraire, vont brutalement surgir au premier plan les conséquences de la dislocation systémique de ces dernières années (2).

En résumé, 2011 va être marquée par une série de chocs violents qui vont faire exploser les fausses protections mises en place depuis 2008 (3) et qui vont emporter un à un les « piliers » sur lesquels reposent depuis des décennies le « Mur Dollar ». Seuls les pays, collectivités, organisations et individus qui ont réellement entrepris depuis trois ans de tirer les leçons de la crise en cours pour s'éloigner au plus vite des modèles, valeurs et comportements d'avant la crise, traverseront cette année indemnes ; les autres vont être emportés dans le cortège de difficultés monétaires, financières, économiques, sociales et politiques que réserve 2011.

Ainsi, comme nous considérons que 2011 sera globalement l'année la plus chaotique depuis 2006, date du début de nos travaux sur la crise, notre équipe s'est concentrée dans le GEAB N°51 sur les 32 anticipations de l'année 2011, qui comportent également nombre de recommandations pour faire face aux chocs à venir. C'est ainsi une sorte de carte prévisionnelle des chocs financiers, monétaires, politiques, économiques et sociaux des douze prochains mois qu'offre ce numéro du GEAB.

Si notre équipe estime que 2011 sera l'année la plus terrible depuis 2006, date du début de notre travail d'anticipation de la crise systémique, c'est parce qu'elle est à la croisée des trois chemins du chaos mondial. Faute de traitement de fond des causes de la crise, depuis 2008 le monde n'a fait que reculer pour mieux sauter.

Un système international exsangue

Le premier chemin que la crise peut prendre pour générer un chaos mondial, c'est tout simplement un choc violent et imprévisible. L'état de délabrement du système international est désormais tellement avancé que sa cohésion est à la merci de toute catastrophe d'envergure (4). Il suffit de voir l'incapacité de la communauté internationale à efficacement aider Haïti depuis un an (5), des Etats-Unis à reconstruire la Nouvelle Orléans depuis six ans, de l'ONU à régler les problèmes du Darfour, de la Côte d'Ivoire depuis une décennie, des Etats-Unis à faire avancer la paix au Proche-Orient, de l'OTAN à battre les Talibans en Afghanistan, du Conseil de Sécurité à maîtriser les questions coréenne et iranienne, de l'Occident à stabiliser le Liban, du G20 à mettre fin à la crise mondiale qu'elle soit financière, alimentaire, économique, sociale, monétaire, … pour constater que sur l'ensemble de la palette des catastrophes climatiques et humanitaires, comme des crises économiques et sociales, le système international est désormais impuissant.

En fait, depuis le milieu des années 2000 au moins, l'ensemble des grands acteurs mondiaux, au premier rang desquels se trouvent bien entendu les Etats-Unis et son cortège de pays occidentaux, ne fait plus que de la communication, de la gesticulation. Dans la réalité, rien ne va plus : la bille des crises tourne et chacun retient son souffle pour qu'elle ne tombe pas sur sa case. Mais progressivement la multiplication des risques et des thèmes de crise ont transformé la roulette de casino en roulette russe. Pour LEAP/E2020, le monde entier commence à jouer à la roulette russe (6), ou plutôt à sa version 2011 « la roulette américaine », avec cinq balles dans le barillet.

L'envolée des prix des matières premières (alimentaires, énergétiques (7),...) doit nous rappeler 2008 (8). C'est en effet dans le semestre précédant l'effondrement de Lehman Brothers et de Wall Street que s'est situé le précédent épisode de fortes hausses des prix des matières premières. Et les causes actuelles sont de la même nature que celles d'hier : une fuite hors des actifs financiers et monétaires en faveur de placements « concrets ». Hier les gros opérateurs fuyaient les crédits hypothécaires et tout ce qui en dépendaient ainsi que le Dollar US ; aujourd'hui ils fuient l'ensemble des valeurs financières et les bons du Trésor (ç) et autres dettes publiques. Il faut donc s'attendre entre le Printemps 2011 et l'Automne 2011 à l'explosion de la quadruple bulle des bons du Trésor, des dettes publiques (10), des bilans bancaires (11) et de l'immobilier (américain, chinois, britannique, espagnol, … et commercial (12)) ; l'ensemble se déroulant sur fond de guerre monétaire exacerbée (13).

L'inflation induite par les Quantitative Easing américain, britannique et japonais et les mesures de stimulation des mêmes, des Européens et des Chinois va être l'un des facteurs déstabilisant de 2011 (14). Nous y revenons plus en détail dans ce GEAB N°51. Mais ce qui est désormais évident au regard de ce qui se passe en Tunisie (15), c'est que ce contexte mondial, notamment la hausse des prix des denrées et de l'énergie, débouche dorénavant sur des chocs sociaux et politiques radicaux (16). L'autre réalité que dévoile le cas tunisien, c'est l'impuissance des « parrains » français, italien ou américain pour empêcher l'effondrement d'un « régime-ami » (17).

Impuissance des principaux acteurs géopolitiques mondiaux

Et cette impuissance des principaux acteurs géopolitiques mondiaux est l'autre chemin que la crise peut utiliser pour générer un chaos mondial en 2011. En effet, on peut classer les principales puissances du G20 en deux groupes dont le point seul point commun est qu'ils ne parviennent pas à influencer les évènements de manière décisive.

D'un côté on a l'Occident moribond avec, d'une part, les Etats-Unis, dont l'année 2011 va démontrer que le leadership n'est plus qu'une fiction (voir dans ce GEAB N°51) et qui tentent de figer tout le système international dans sa configuration du début des années 2000 (18) ; et puis on a l'Euroland, « souverain » en gestation qui est actuellement essentiellement concentré sur son adaptation à son nouvel environnement (19) et son nouveau statut d'entité géopolitique émergente (20), et qui n'a donc ni l'énergie, ni la vision nécessaire pour peser sur les évènements mondiaux (21).

Et de l'autre côté, on trouve les BRIC (avec en particulier la Chine et la Russie) qui s'avèrent incapables pour l'instant de prendre le contrôle de tout ou partie du système international et dont la seule action se limite donc à saper discrètement ce qui reste des fondements de l'ordre d'avant la crise (22).

En fin de compte, c'est donc l'impuissance qui se généralise (23) au niveau de la communauté internationale, renforçant non seulement le risque de chocs majeurs, mais également l'importance des conséquences de ces chocs. Le monde de 2008 a été pris par surprise par le choc violent de la crise, mais le système international était paradoxalement mieux équipé pour réagir car organisé autour d'un leader incontesté (24). En 2011, ça n'est plus le cas : non seulement il n'y a plus de leader incontesté, mais le système est exsangue comme on l'a vu précédemment. Et la situation est encore aggravée par le fait que les sociétés d'un grand nombre de pays de la planète sont au bord de la rupture socio-économique.

Des sociétés au bord de la rupture socio-économique

C'est en particulier le cas aux Etats-Unis et en Europe où trois ans de crise commencent à peser très lourd dans la balance socio-économique, et donc politique. Les ménages américains désormais insolvables par dizaines de millions oscillent entre pauvreté subie (25) et rage anti-système. Les citoyens européens, coincés entre chômage et démantèlement de l'Etat-providence (26), commencent à refuser de payer les additions des crises financières et budgétaires et entreprennent de chercher des coupables (banques, Euro, partis politiques de gouvernement, …).

Mais parmi les puissances émergentes aussi, la transition violente que constitue la crise conduit les sociétés vers des situations de rupture : en Chine, la nécessité de maîtriser les bulles financières en développement se heurte au désir d'enrichissement de secteurs entiers de la société comme au besoin d'emploi de dizaines de millions de travailleurs précaires ; en Russie, la faiblesse du filet social s'accommode mal de l'enrichissement des élites, tout comme en Algérie agitée par des émeutes. En Turquie, au Brésil, en Inde, partout la transition rapide que connaissent ces pays déclenche émeutes, protestations, attentats. Pour des raisons parfois antinomiques, développement pour les unes, appauvrissement pour les autres, un peu partout sur la planète nos différentes sociétés abordent 2011 dans un contexte de fortes tensions, de ruptures socio-économiques qui en font donc des poudrières politiques.

C'est sa position à la croisée de ces trois chemins qui fait ainsi de 2011 une année impitoyable. Et impitoyable elle le sera pour les Etats (et les collectivités locales) qui ont choisi de ne pas tirer les difficiles leçons des trois années de crise qui ont précédé et/ou qui se sont contentés de changements cosmétiques ne modifiant en rien leurs déséquilibres fondamentaux. Elle le sera aussi pour les entreprises (et pour les Etats (27)) qui ont cru que l'embellie de 2010 était le signe d'un retour « à la normale » de l'économie mondiale. Et enfin elle le sera pour les investisseurs qui n'ont pas compris que les valeurs d'hier (titres, monnaies, ….) ne pouvaient pas être celles de demain (en tout cas pour plusieurs années). L'Histoire est généralement « bonne fille ». Elle donne souvent un coup de semonce avant de balayer le passé. Cette fois-ci, elle a donné le coup de semonce en 2008. Nous estimons qu'en 2011, elle donnera le coup de balai. Seuls les acteurs qui ont entrepris, même laborieusement, même partiellement, de s'adapter aux nouvelles conditions générées par la crise pourront tenir ; pour les autres le chaos est au bout du chemin.

----------

Notes:

(1) Ou du monde tel qu'on le connaît depuis 1945 pour reprendre notre description de 2006.

(2) La récente décision du ministère du Travail américain d'étendre à cinq ans la mesure du chômage de longue durée dans les statistiques de l'emploi US, au lieu du maximum de deux ans jusqu'à maintenant, est un bon indicateur de l'entrée dans une étape nouvelle de la crise, une étape qui voit disparaître les « habitudes » du monde d'avant. D'ailleurs, le gouvernement américain cite « la montée sans précédent » du chômage de longue durée pour justifier cette décision. Source : The Hill, 28/12/2010

(3) Ces mesures (monétaires, financières, économiques, budgétaires, stratégiques) sont désormais étroitement connectées. C'est pourquoi elles seront emportées dans une série de chocs successifs.

(4) Source : The Independent, 13/01/2011

(5) C'est même pire puisque c'est l'aide internationale qui a apporté le choléra dans l'île, faisant des milliers de morts.

(6) D'ailleurs Timothy Geithner, le ministre américain des Finances, peu connu pour son imagination débordante, vient d'indiquer que « le gouvernement américain pouvait avoir à nouveau à faire des choses exceptionnelles », en référence au plan de sauvetage des banques de 2008. Source : MarketWatch, 13/01/2011

(7) D'ailleurs l'Inde et l'Iran sont en train de préparer un système d'échange « or contre pétrole » pour tenter d'éviter des ruptures d'approvisionnement. Source : Times of India, 08/01/2011

(8) L'indice FAO des prix alimentaires vient de dépasser en Janvier 2011 (à 215) son précédent record de Mai 2008 (à 214).

(9) Les banques de Wall Street se débarrassent actuellement à très grande vitesse (sans équivalent depuis 2004) de leurs Bons du Trésor US. Leur explication officielle est « l'amélioration remarquable de l'économie US qui ne justifie plus de se réfugier sur les Bons du Trésor ». Bien entendu, vous êtes libres de les croire comme le fait le journaliste de Bloomberg du 10/01/2011.

(10) Ainsi l'Euroland avance déjà à grand pas sur le chemin décrit dans le GEAB N°50 d'une décote en cas de refinancement des dettes d'un Etat-membre ; tandis que désormais les dettes japonaise et américaine s'apprêtent à entrer dans la tourmente. Sources : Bloomberg, 07/01/2011 ; Telegraph, 05/01/2011

(11) Nous estimons que d'une manière générale les bilans des grandes banques mondiales contiennent au moins 50% d'actifs-fantômes dont l'année à venir va imposer une décote de 20% à 40% du fait du retour de la récession mondiale avec l'austérité, de la montée des défauts sur les prêts des ménages, des entreprises, des collectivités, des Etats, des guerres monétaires et de la reprise de la chute de l'immobilier. Les « stress-tests » américain, européen, chinois, japonais ou autres peuvent toujours continuer à tenter de rassurer les marchés avec des scénarios « Bisounours » sauf que cette année c'est « Alien contre Predator » qui est au programme des banques. Source : Forbes, 12/01/2011

(12) Chacun de ces marchés immobiliers va encore fortement baisser en 2011 pour ceux qui ont déjà entamer leur chute ces dernières années, ou dans le cas chinois, va entamer son dégonflement brutal sur fond de ralentissement économique et de rigueur monétaire.

(13) L'économie japonaise est d'ailleurs l'une des premières victimes de cette guerre des monnaies, avec 76% des chefs d'entreprises des 110 grandes sociétés nippones sondées par Kyodo News se déclarant désormais pessimistes pour la croissance japonaise en 2011 suite à la hausse du Yen. Source : JapanTimes, 04/01/2011

(14) Voici quelques exemples édifiants rassemblés par l'excellent John Rubino. Source : DollarCollapse, 08/01/2011

(15) Pour rappel, dans le GEAB N°48, du 15/10/2010, nous avions classé la Tunisie dans les « pays à risques importants » pour 2011.

(16) Nul doute d'ailleurs que l'exemple tunisien génère une salve de réévaluation parmi les agences de notation et les « experts en géopolitiques » qui, comme d'habitude, n'ont rien vu venir. Le cas tunisien illustre également le fait que ce sont désormais les pays satellites de l'Occident en général, et des Etats-Unis en particulier, qui sont sur le chemin des chocs de 2011 et des années à venir. Et il confirme ce que nous répétons régulièrement, une crise accélère tous les processus historiques. Le régime Ben Ali, vieux de vingt-trois ans, s'est effondré en quelques semaines. Quand l'obsolescence politique est là, tout bascule vite. Or c'est l'ensemble des régimes arabes pro-occidentaux qui est désormais obsolète à l'aune des évènements de Tunisie.

(17) Nul doute que cette paralysie des « parrains occidentaux » va être soigneusement analysée à Rabat, au Caire, à Djeddah et Amman par exemple.

(18) Configuration qui leur était la plus favorable puisque sans contrepoids à leur influence.

(19) Nous y revenons plus en détail dans ce numéro du GEAB, mais vu de Chine, on ne s'y trompe pas. Source : Xinhua, 02/01/2011

(20) Petit à petit les Européens découvrent qu'ils sont dépendants d'autres centres de pouvoir que Washington. Pékin, Moscou, Brasilia, New Delhi, … entrent très lentement dans le paysage des partenaires essentiels. Source : La Tribune, 05/01/2011 ; Libération, 24/12/2010 ; El Pais, 05/01/2011

(21) Toute l'énergie du Japon est concentrée sur sa tentative désespérée de résister à l'attraction chinoise. Quant aux autres pays occidentaux, ils ne sont pas en mesure d'influer significativement sur les tendances mondiales.

(22) La place du Dollar US dans le système mondial fait partie de ces derniers fondements que les BRIC érodent activement jour après jour.

(23) En matière de déficit, le cas américain est exemplaire. Au-delà du discours, tout continue comme avant la crise avec un déficit en gonflement exponentiel. Pourtant même le FMI tire désormais la sonnette d'alarme. Source : Reuters, 08/01/2011

(24) D'ailleurs même le Wall Street Journal du 12/01/2011, se faisant l'écho du Forum de Davos, s'inquiète de l'absence de coordination internationale, qui est en soi un risque majeur pour l'économie mondiale.

(25) Des millions d'Américains découvrent les banques alimentaires pour la première fois de leur vie, tandis qu'en Californie, comme dans de nombreux autres états, le système éducatif se désagrège rapidement. En Illinois, les études sur le déficit de l'Etat le comparent désormais au Titanic. 2010 bat le record des saisies immobilières. Sources : Alternet, 27/12/2010 ; CNN, 08/01/2011 ; IGPA-Illinois, 01/2011 ; LADailyNews, 13/01/2011

(26) L'Irlande qui est face à une reconstruction pure et simple de son économie est un bon exemple de situations à venir. Mais même l'Allemagne, aux résultats économiques pourtant remarquables actuellement, n'échappe pas à cette évolution comme le montre la crise du financement des activités culturelles. Tandis qu'au Royaume-Uni, des millions de retraités voient leurs revenus amputés pour la troisième année consécutive. Sources : Irish Times, 31/12/2010 ; Deutsche Welle, 03/01/2011 ; Telegraph, 13/01/2011

(27) A ce sujet, les dirigeants américains confirment qu'ils foncent tout droit dans le mur des dettes publiques, faute d'anticiper les difficultés. En effet la récente déclaration de Ben Bernanke, le patron de la FED, dans laquelle il affirme que la Fed n'aidera pas les Etats (30% de baisse des revenus fiscaux en 2009 d'après le Washington Post du 05/01/2011) et les villes qui croulent sous les dettes, tout comme la décision du Congrès d'arrêter l'émission des « Build American Bonds » qui ont évité aux Etats de faire faillite ces deux dernières années, illustrent un aveuglement de Washington qui n'a d'équivalent que celui dont Washington a fait preuve en 2007/2008 face à la montée des conséquences de la crise des « subprimes ». Sources : Bloomberg, 07/01/2011 ; WashingtonBlog 13/01/2011
Samedi 15 Janvier 2011

http://www.leap2020.eu/GEAB-N-51-est-disponible-Crise-systemique-globale-2011-L-annee-impitoyable-a-la-croisee-des-trois-chemins-du-chaos_a5769.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.libertyvox.com/
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Ven 28 Jan - 11:30



Espagne: le chômage rebondit à 20,33% fin 2010, plus haut depuis 2T 1997


Madrid (awp/afp) – Le chômage est reparti à la hausse en Espagne, atteignant fin 2010 un taux de 20,33%, son plus haut niveau depuis le deuxième trimestre 1997 et un record dans l’Union européenne, selon les chiffres publiés vendredi par l’Institut national de la statistique (Ine).

Le taux de chômage n’aura donc finalement baissé que sur un seul trimestre, le troisième, au cours de l’année 2010, repassant brièvement sous la barre symbolique des 20% (19,79%) qu’il avait franchie en début d’année.

Il dépasse en fin d’année l’objectif de 19,4% que s’était fixé le gouvernement socialiste, et retrouve un niveau record, jamais atteint depuis le deuxième trimestre 1997 (20,72%).

Le nombre de sans emploi était fin 2010 de 4,697 millions, soit 121’900 personnes de plus qu’au trimestre précédent et 370’100 de plus qu’un an plus tôt, selon l’Ine.

L’irrésistible ascension du chômage n’a quasiment pas cessé depuis l’été 2007, quand il avait atteint un plancher historique à 7,95%. Frappée par la crise et l’éclatement de sa bulle immobilière, l’Espagne est entrée en récession fin 2008 et n’en sort aujourd’hui que timidement.

L’Espagne affiche un taux de chômage deux fois supérieur à la moyenne dans l’Union européenne et le ministre du Travail avait prévenu en septembre qu’il faudrait « trois ou quatre ans pour revenir à un taux d’avant la crise ».

Le gouvernement a récemment revu à la hausse sa prévision pour 2011, tablant désormais sur 19,3%, contre 18,9% auparavant. Il attend 17,5% en 2012 et 16,2% en 2013.

Deux chiffres restent inquiétants: le chômage des moins de 25 ans, qui dépasse encore les 40%, et le nombre de foyers dont aucun membre n’a un emploi, qui atteint 1,3 million.

rp

(AWP/28 janvier 2011 09h32)

Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Ven 28 Jan - 11:33

Images satellites des saisies en Amérique:impressionnant !

72 pour cent des grandes régions métropolitaines ont connu une augmentation en volume de saisies immobiliéres.

Les région les plus touchées: Névada,Californie et Floride.

Un apperçu qui est loin de refléter la réalité,du moins je le pense!

Les autres cartes ci:
http://www.businessinsider.com/satellite-tour-foreclosure-cities-2011-1?slop=1#slideshow-start



--------------------------------------------------------------------------------------


USA: les inscriptions au chômage remontent en flèche (454’000 en une semaine)

Washington (awp/afp) – Les nouvelles inscriptions au chômage ont décollé aux Etats-Unis lors de la semaine du 16 au 22 janvier, à cause de facteurs saisonniers et météorologiques, selon des chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

En données corrigées des variations saisonnières, le ministère a recensé 454’000 demandes d’allocations chômage, contre 403.000 (chiffre révisé) la semaine précédente.

C’est le total le plus élevé depuis la fin octobre, et il n’avait pas été anticipé par les analystes, qui tablaient sur 410’000 inscriptions.

Un membre de la division statistique du département du Travail l’a expliqué à la presse par deux raisons.

D’abord il a relevé « une certaine volatilité saisonnière » des chiffres, traditionnellement difficiles à lisser à cette période de l’année. Ensuite, certains Etats « ont fait état d’une hausse imprévue des inscriptions due à la neige », a-t-il ajouté.

Il a précisé que la semaine précédente, dans quatre Etats du Sud-Est (Alabama, Caroline du Nord, Caroline du Sud et Georgie), les intempéries avaient perturbé plusieurs jours l’activité de l’administration et de certains secteurs (BTP et transports en particulier), qui avaient licencié des intérimaires.

Des économistes avaient déjà prévenu que les tempêtes hivernales qui ont frappé la moitié est des Etats-Unis auraient très probablement des répercussions sur les indicateurs économiques de janvier.

Jusqu’ici, les inscriptions au chômage restaient sur cinq mois de baisse régulière. Lors des deux dernières semaines de décembre, elles étaient descendues à des niveaux inédits depuis l’été 2008, passant sous la barre des 400.000 contre plus de 500.000 à la mi-août.

sm

(AWP/27 janvier 2011 15h00)

Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Mar 22 Mar - 16:36


USA: un "cercle vertueux" économique se met en place (Pianalto/Fed)



Washington (awp/afp) - L'économie américaine est en passe de se
développer selon un "cercle vertueux", a estimé mardi une des
dirigeantes de la banque centrale des Etats-Unis (Fed), Sandra Pianalto."Je
vois des signes de plus en plus évidents d'un cercle vertueux de
croissance", a déclaré Mme Pianalto, présidente de l'antenne de la Fed à
Cleveland (Nord-est des Etats-Unis), à l'occasion d'un discours dans
une ville de sa circonscription."La hausse des revenus [des
ménages] et des bénéfices [des entreprises] soutient une croissance des
ventes et de la demande des entreprises, qui elle-même alimente une
croissance supplémentaire des revenus et des bénéfices", a ajouté Mme
Pianalto, selon le texte de son allocution transmis à la presse.Le
Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC), auquel siège Mme
Pianalto, a jugé le 15 mars que la reprise économique aux Etats-Unis
reposait "sur des bases plus solides, et que la conjoncture générale sur
le marché du travail [semblait] s'améliorer progressivement".Il a
néanmoins maintenu sa politique monétaire ultra-accommodante, en
maintenant le taux directeur de la Fed à quasi zéro, et en confirmant
que celle-ci créerait encore quelques centaines de milliards de dollars
pour soutenir la reprise d'ici à la fin du mois de juin en rachetant des
obligations du Trésor américain.rp(AWP/22 mars 2011 17h30)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Ven 25 Mar - 16:39


FOCUS/USA: l'économie a abordé 2011 à toute vapeur, mais des doutes persistent



Washington (awp/afp) - La révision à la hausse de la croissance du
PIB américain du quatrième trimestre annoncée vendredi montre que
l'économie des Etats-Unis a abordé l'année 2011 avec un bon allant, mais
reste à savoir si elle saura le conserver.La hausse du produit
intérieur brut du pays s'est nettement accélérée pendant les trois
dernier mois de l'année, pour atteindre 3,1% - soit 0,3 point de plus
que ce qui avait été annoncé fin février - après 2,6% au troisième
trimestre, selon la dernière estimation du département du Commerce.Le ministère a également revu en hausse, de 0,1 point, le chiffre de la croissance pour l'ensemble de l'année 2010, à 2,9%.A
3,1%, la hausse du PIB est supérieure au potentiel de croissance de
l'économie américaine, ce qui signifie qu'elle est suffisamment
vigoureuse pour faire baisser le taux de chômage.Celui-ci a en effet chuté de 0,9 point depuis la fin novembre, mais reste encore très élevé pour le pays, à 8,9% en février.Toute
la question est donc de savoir si la croissance restera supérieure à
son potentiel, et si oui, dans quelle mesure. Sur ce point, les avis
divergent nettement.Pour le premier trimestre qui est en train de
s'achever, au vu des indicateurs déjà publiés, certains économistes
(Macroeconomic Advisers) estiment que la croissance ralentira à 2,3%
quand d'autres (Deutsche Bank) prédisent une accélération à 3,8%.Il
semble acquis néanmoins que la consommation des ménages et le commerce
extérieur, qui ont été les deux principaux moteurs du PIB au quatrième
trimestre, ont moins contribué à la croissance depuis le début de
l'année.A l'inverse, la reconstitution des stocks des
entreprises, dont le fort ralentissement a fait perdre 3,4 points de
croissance au pays à l'automne, devrait s'être accélérée au premier
trimestre, ce qui soutiendrait la hausse du PIB.Les avis sont encore assez partagés sur l'évolution de l'investissement global (entreprises et ménages).La
banque centrale (Fed) juge que la croissance devrait avoir ralenti au
premier trimestre mais prévoit qu'elle se renforcera lentement, au cours
de l'année, jusqu'à dépasser pour l'ensemble de 2011 les 2,9% de 2010.Le
15 mars, elle a dit trouver que l'économie du pays reposait désormais
"sur des bases plus solides" qu'à la fin du mois de janvier mais elle a
précisé qu'elle voulait continuer d'accompagner au maximum la reprise
jusqu'à la fin du mois de juin.Dans ses dernières prévisions,
publiées en janvier, le Fonds monétaire international tablait sur une
croissance de 3,0% pour l'économie américaine en 2011. Le gouvernement
américain, lui, a élaboré son projet de budget présenté mi-février sur
une hypothèse beaucoup plus prudente (+2,7%).De l'avis général,
les difficultés financières persistantes pour des millions de ménages et
l'extrême faiblesse du marché du logement (à l'origine de la crise)
sont les deux principaux freins à la reprise.Mais l'économie
américaine fait face actuellement à un double choc extérieur: la hausse
des prix du pétrole provoquée par les soulèvements populaires au
Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et les retombées de la situation au
Japon après le désastre du séisme et du tsunami.Cela devrait
provoquer un "fléchissement de la croissance" aux Etats-Unis, estime
Nariman Beravresh, économiste de l'institut IHS Global Insight. Mais
pour peu que "les prix du pétrole se stabilisent et reculent un peu et
que la reconstruction et la reprise au Japon commencent" rapidement, il
pourrait n'être que "passager".ds(AWP/25 mars 2011 17h35)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 31 Mar - 13:20


USA: troisième semaine de baisse des inscriptions au chômage (388'000)



Washington (awp/afp) - Les nouvelles inscriptions au chômage ont
affiché une troisième semaine consécutive de baisse aux Etats-Unis,
selon des chiffres publiés jeudi par le département du Travail.En
données corrigées des variations saisonnières, le ministère a recensé
388'000 demandes d'allocations chômage lors de la semaine qui s'est
achevée samedi, contre 394'000 la semaine précédente.Les analystes prévoyaient en moyenne que les demandes d'allocation seraient quasi stables.Le
département du Travail a indiqué qu'il avait procédé à une révision
annuelle des corrections saisonnières des cinq dernières années. Pour
les semaines récentes, cela a provoqué une révision à la hausse des
demandes (394'000 contre 382'000 initialement estimé pour la semaine du
13 au 19 mars, notamment).Les statistiques publiées jeudi
confirment cependant que les inscriptions au chômage s'installent sous
la barre de 400'000 par semaine, ce qui est considéré comme le signe
d'une croissance solide de l'emploi pour les Etats-Unis.Autre
signe de la santé du marché du travail, le taux de chômage indemnisé
s'est stabilisé à 3,0% sur les quatre dernières semaines (en données
corrigées des variations saisonnières), alors qu'il était encore de 3,5%
en octobre.Le département du Travail doit publier vendredi les
chiffres mensuels des créations d'emploi et du chômage. En moyenne, les
analystes tablent sur 185.000 créations en mars, et une stabilité du
chômage à 8,9%.rp(AWP/31 mars 2011 15h00)

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 31 Mar - 14:09

Philippe Fabry a écrit:

USA: un "cercle vertueux" économique se met en place (Pianalto/Fed)



Washington (awp/afp) - L'économie américaine est en passe de se
développer selon un "cercle vertueux", a estimé mardi une des
dirigeantes de la banque centrale des Etats-Unis (Fed), Sandra Pianalto."Je
vois des signes de plus en plus évidents d'un cercle vertueux de
croissance", a déclaré Mme Pianalto, présidente de l'antenne de la Fed à
Cleveland (Nord-est des Etats-Unis), à l'occasion d'un discours dans
une ville de sa circonscription."La hausse des revenus [des
ménages] et des bénéfices [des entreprises] soutient une croissance des
ventes et de la demande des entreprises, qui elle-même alimente une
croissance supplémentaire des revenus et des bénéfices", a ajouté Mme
Pianalto, selon le texte de son allocution transmis à la presse.Le
Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC), auquel siège Mme
Pianalto, a jugé le 15 mars que la reprise économique aux Etats-Unis
reposait "sur des bases plus solides, et que la conjoncture générale sur
le marché du travail [semblait] s'améliorer progressivement".Il a
néanmoins maintenu sa politique monétaire ultra-accommodante, en
maintenant le taux directeur de la Fed à quasi zéro, et en confirmant
que celle-ci créerait encore quelques centaines de milliards de dollars
pour soutenir la reprise d'ici à la fin du mois de juin en rachetant des
obligations du Trésor américain.rp(AWP/22 mars 2011 17h30)

Oui.

Les Etats Unis ont déclenché une politique inflationniste qui porte ses fruits.

Quitte à s'appauvrir, autant que le chomage baisse et que la consommation reparte.

Le problème est qu'en Europe les Allemands sont bouchés sur le sujet. C'est un danger pour l'Europe.

Qu'est ce que j'en ai à faire que le prix des frigos soit stable si j'ai pas de quoi m'en acheter un ?

Je vous le demande monsieur Trichet.

Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 31 Mar - 14:17

oui mais en parallele on vien de faire une reunion ou ils ont fait un plan d'aide au portugal...
l'espagne et la belgique ne vont pas mieux non plus ..
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 9 Avr - 7:13


Bruxelles a reçu la demande formelle d’aide financière du Portugal


La Commission européenne a reçu la demande du gouvernement portugais « pour une aide financière de l’Union européenne et du FMI », a déclaré vendredi le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn. « Nous avons reçu cette demande formelle hier soir », a-t-il ajouté.
« Je salue cette action responsable pour le bien de la stabilité financière en Europe et pour aider le Portugal à faire face à ses difficultés économiques », a-t-il encore dit. AP
Après le premier domino (Grèce), après le deuxième domino (Irlande), après le troisième domino (Portugal), le quatrième domino va tomber (Espagne).
Voici ce qu’il faudra surveiller à la loupe dans les semaines qui viennent : les taux d’intérêt des obligations de l’Etat espagnol.
Quand l’Etat espagnol lance un emprunt, quel taux d’intérêt doit-il payer ?
Quelques réponses :
Espagne : taux des obligations à 2 ans : 3,053 %.
http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPG2YR:IND
Espagne : taux des obligations à 5 ans : 4,385 %.
http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPG5YR:IND
Espagne : taux des obligations à 10 ans : 5,250 %.
http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPG10YR:IND
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 14 Avr - 7:55

Articles croisés

Citation :
GEAB N°53 est disponible! Crise systémique globale : Deuxième semestre 2011 – Préparez-vous à l'implosion du marché des Bons du Trésor US


- Communiqué public GEAB N°53 (16 mars 2011) -



Au-delà de ses tragiques conséquences humaines (1), la terrible catastrophe qui vient de frapper le Japon va se révéler le choc fatal pour le marché chancelant des bons du Trésor américain. Dans le GEAB N°52, notre équipe avait déjà expliqué comment l'enchaînement des révolutions arabes, cette chute du « mur des pétro-dollars » (2), allait se traduire courant 2011 par l'arrêt des achats massifs de Bons du Trésor US par les pays du Golfe. Dans ce GEAB N°53, nous anticipons que le choc brutal que subit l'économie japonaise va entraîner non seulement l'arrêt des achats de T-Bonds US par le Japon, mais qu'il va obliger les autorités de Tokyo à vendre durablement une part importante de leurs réserves en bons du Trésor US afin de financer le coût énorme de stabilisation, de reconstruction et de relance de l'économie nippone (3).

Le Japon et les pays du Golfe représentant à eux seuls 25% du total des 4.400 milliards USD de la dette fédérale US (Décembre 2010), LEAP/E2020 considère que cette situation nouvelle qui s'affirme au cours de ce premier trimestre 2011, sur fond de réticence croissante de la Chine (20% des Bons du Trésor US) à continuer à investir dans les titres fédéraux US (4), porte en germe l'implosion du marché des Bons du Trésor US pour le second semestre 2011 ; un marché qui n'a désormais plus qu'un seul acheteur : la Réserve fédérale US (5).

Il est certain que le contexte de la crise des titres des collectivités locales US (Munis) et des dettes publiques européennes (de l'ensemble de la périphérie de l'UE y compris les Royaume-Uni) que notre équipe a anticipée pour cette période (voir GEAB N°50 ) ne fera qu'amplifier le phénomène. Il est d'ailleurs tout-à-fait significatif que PIMCO, le plus important gestionnaire de fonds obligataire au monde ait décidé fin Février 2011 de se débarrasser de ses bons du Trésor US. Et c'était avant la catastrophe au Japon (6) !



Mais au-delà des chocs japonais et arabes (voir GEAB N°52 ), le processus d'implosion du marché de la dette fédérale US au second semestre 2011 s'accélère sous l'effet de quatre autres phénomènes :

. la mise en place de l'austérité budgétaire aux Etats-Unis (comme anticipé dans le GEAB N°47) qui condamne les collectivités locales US à une crise majeure du marché de leur dette (« Munis »)
. l'impossibilité pour la Fed de mettre en place un QE3
. l'inéluctable hausse des taux d'intérêt sur fond d'inflation mondiale
. la fin du statut-refuge de la devise américaine.

Et l'exortation du FMI.
Citation :
É-U.: la lutte contre le déficit est urgente, estime le FMI

Le Fond monétaire international (FMI) a exhorté mardi les États-Unis à réduire le déficit budgétaire et la dette du pays.

Dans son rapport du printemps, le FMI demande à l'administration Obama de faire des efforts comme l'ont fait d'autres pays occidentaux et estime que des «mesures d'austérité» doivent être rapidement entreprises.

«Les États-Unis ont différé les plans de rééquilibrage des finances publiques pour cette année au profit d'un plan de relance. Aux États-Unis, il importe d'accélérer l'adoption de mesures crédibles pour réduire le ratio d'endettement», indique-t-on dans l'étude économique du FMI.

Le déficit fédéral américain se situe actuellement à 1,4 milliard US $ et devrait atteindre 1,5 milliard $ dans l'exercice en cours.

La note de l'institution internationale arrive la veille de plusieurs annonces du président américain sur les moyens de réductions de la dette.

«Je sais qu'il ya des gens qui voudraient faire des coupes très profondes qui pourraient
compromettre la reprise (...) Nous n'allons pas laisser cela se produire. Il ya des gens qui aiment bouger très vite, mais ce n'est pas la façon responsable de le faire», a indiqué à la BBC Tim Geithner, secrétaire au Trésor américain.

Ce matin sur France Inter le chroniqueur économique de 7 h 20 expliquait que le sénario implosion du système financier n'était pas de la science fiction. Le problème étant que les Etats Unis ont remplacé leur endettement privé (avant Lehmann) par du l'endettement public. Mais que le problème reste le même.


Mon analyse personnelle : La cause première du problème est celui des retraites. On peut tordre le problème dans tous les sens, la démograpghie est telle que les rendements du travail ne suffisent plus.
Moi j'attends l'idée géniale mais je ne la vois pas. Une avancée energétique qui baisserait les couts de l'énergie peut être...

Mais en l'état actuel des choses, c'est le mur.

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 14 Avr - 10:32

Cher SJA, c'est sûr ! Ils y a de nombreux signes de crises systémiques possible. On ne peut vivre au-dessus de ses moyens et accumuler de la dette ainsi à perpétuité. Les Etats doivent être gérés comme des famille : l’endettement doit être MODÉRÉ.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 14 Avr - 10:44

http://rimsave.com/?p=983
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1300
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 14 Avr - 18:02

SJA a écrit:
Articles croisés

Citation :
GEAB N°53 est disponible! Crise systémique globale : Deuxième semestre 2011 – Préparez-vous à l'implosion du marché des Bons du Trésor US


- Communiqué public GEAB N°53 (16 mars 2011) -



Au-delà de ses tragiques conséquences humaines (1), la terrible catastrophe qui vient de frapper le Japon va se révéler le choc fatal pour le marché chancelant des bons du Trésor américain. Dans le GEAB N°52, notre équipe avait déjà expliqué comment l'enchaînement des révolutions arabes, cette chute du « mur des pétro-dollars » (2), allait se traduire courant 2011 par l'arrêt des achats massifs de Bons du Trésor US par les pays du Golfe. Dans ce GEAB N°53, nous anticipons que le choc brutal que subit l'économie japonaise va entraîner non seulement l'arrêt des achats de T-Bonds US par le Japon, mais qu'il va obliger les autorités de Tokyo à vendre durablement une part importante de leurs réserves en bons du Trésor US afin de financer le coût énorme de stabilisation, de reconstruction et de relance de l'économie nippone (3).

Le Japon et les pays du Golfe représentant à eux seuls 25% du total des 4.400 milliards USD de la dette fédérale US (Décembre 2010), LEAP/E2020 considère que cette situation nouvelle qui s'affirme au cours de ce premier trimestre 2011, sur fond de réticence croissante de la Chine (20% des Bons du Trésor US) à continuer à investir dans les titres fédéraux US (4), porte en germe l'implosion du marché des Bons du Trésor US pour le second semestre 2011 ; un marché qui n'a désormais plus qu'un seul acheteur : la Réserve fédérale US (5).

Il est certain que le contexte de la crise des titres des collectivités locales US (Munis) et des dettes publiques européennes (de l'ensemble de la périphérie de l'UE y compris les Royaume-Uni) que notre équipe a anticipée pour cette période (voir GEAB N°50 ) ne fera qu'amplifier le phénomène. Il est d'ailleurs tout-à-fait significatif que PIMCO, le plus important gestionnaire de fonds obligataire au monde ait décidé fin Février 2011 de se débarrasser de ses bons du Trésor US. Et c'était avant la catastrophe au Japon (6) !



Mais au-delà des chocs japonais et arabes (voir GEAB N°52 ), le processus d'implosion du marché de la dette fédérale US au second semestre 2011 s'accélère sous l'effet de quatre autres phénomènes :

. la mise en place de l'austérité budgétaire aux Etats-Unis (comme anticipé dans le GEAB N°47) qui condamne les collectivités locales US à une crise majeure du marché de leur dette (« Munis »)
. l'impossibilité pour la Fed de mettre en place un QE3
. l'inéluctable hausse des taux d'intérêt sur fond d'inflation mondiale
. la fin du statut-refuge de la devise américaine.

Et l'exortation du FMI.
Citation :
É-U.: la lutte contre le déficit est urgente, estime le FMI

Le Fond monétaire international (FMI) a exhorté mardi les États-Unis à réduire le déficit budgétaire et la dette du pays.

Dans son rapport du printemps, le FMI demande à l'administration Obama de faire des efforts comme l'ont fait d'autres pays occidentaux et estime que des «mesures d'austérité» doivent être rapidement entreprises.

«Les États-Unis ont différé les plans de rééquilibrage des finances publiques pour cette année au profit d'un plan de relance. Aux États-Unis, il importe d'accélérer l'adoption de mesures crédibles pour réduire le ratio d'endettement», indique-t-on dans l'étude économique du FMI.

Le déficit fédéral américain se situe actuellement à 1,4 milliard US $ et devrait atteindre 1,5 milliard $ dans l'exercice en cours.

La note de l'institution internationale arrive la veille de plusieurs annonces du président américain sur les moyens de réductions de la dette.

«Je sais qu'il ya des gens qui voudraient faire des coupes très profondes qui pourraient
compromettre la reprise (...) Nous n'allons pas laisser cela se produire. Il ya des gens qui aiment bouger très vite, mais ce n'est pas la façon responsable de le faire», a indiqué à la BBC Tim Geithner, secrétaire au Trésor américain.

Ce matin sur France Inter le chroniqueur économique de 7 h 20 expliquait que le sénario implosion du système financier n'était pas de la science fiction. Le problème étant que les Etats Unis ont remplacé leur endettement privé (avant Lehmann) par du l'endettement public. Mais que le problème reste le même.


Mon analyse personnelle : La cause première du problème est celui des retraites. On peut tordre le problème dans tous les sens, la démograpghie est telle que les rendements du travail ne suffisent plus.
Moi j'attends l'idée géniale mais je ne la vois pas. Une avancée energétique qui baisserait les couts de l'énergie peut être...

Mais en l'état actuel des choses, c'est le mur.


Pour compléter avec l'Europe, voir l'article de Francois Leclerc sur le blog de Paul Jorion:
http://www.pauljorion.com/blog/?p=23372#more-23372
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Ven 15 Avr - 9:33

PARIS – L’agence de notation Moody’s Investors Service a abaissé vendredi de deux crans la note de l’Irlande de « Baa1″ à « Baa3″, reléguant l’île au plus bas niveau possible pour les emprunteurs fiables, en raison de la dégradation des perspectives économiques du pays.
La perspective d’évolution de cette note est « négative », ce qui veut dire que Moody’s n’exclut pas de la dégrader encore à moyen terme.
« La principale raison à l’abaissement de la note d’aujourd’hui est le nouvel affaiblissement de la solidité financière du gouvernement irlandais, du fait de l’activité économique atone et de la concrétisation de nouveaux engagements liés aux banques », explique l’agence dans son communiqué.
La dégradation des perspectives économiques de l’ancien tigre celtique s’explique par le processus de consolidation budgétaire, la poursuite de la contraction du crédit dans le secteur privé et par un environnement moins favorable en matière de taux d’intérêt, ajoute Moody’s.
L’agence souligne que les tests récemment conduits sur les banques vont conduire à une augmentation du coût du sauvetage du système financier irlandais pour l’Etat et que ce facteur est négatif pour la note du pays.
La veille, une autre grande agence de notation, Fitch Ratings, avait au contraire salué la stabilisation du système bancaire irlandais et l’avait mis en avant pour maintenir sa note à « BBB+ » (soit deux crans au dessus de la note de Moody’s), après avoir un temps songé à l’abaisser.
Si la note de l’Irlande devait être abaissée d’un seul cran par Moody’s, le pays se retrouverait relégué parmi les emprunteurs spéculatifs, avec à la clef une forte hausse des taux auxquels il peut obtenir des financements.
Un tel scénario est envisageable si l’Irlande devait ne pas tenir ses objectifs de réduction de sa dette publique ou si la situation économique du pays devait continuer à se dégrader, explique l’agence.
(©AFP / 15 avril 2011 08h29)
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1300
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Lun 16 Mai - 13:48

Le GEAB joue le rôle de prophète de malheur depuis un certain temps et selon leur vision des choses, les prochains 6 mois ne seront pas de tout repos. Reste à voir s'il s'agit d'un faux prophète:


GEAB N°55 est disponible ! Crise systémique globale – Confirmation Alerte Majeure pour le second semestre 2011 – Fusion explosive de la dislocation géopolitique et de la crise économique et financière mondiales

- Communiqué public GEAB N°55 (15 mai 2011) -


Depuis près d'un an, LEAP/E2020 a identifié le second semestre 2011 comme un nouveau moment décisif dans l'évolution de la crise systémique globale. A l'image de notre anticipation de Février 2008 qui avait anticipé pour Septembre 2008 un choc majeur affectant l'économie américaine, notre équipe confirme dans ce GEAB N°55 que toutes les conditions sont désormais réunies pour que le second semestre 2011 soit le théâtre de la fusion explosive des deux tendances fondamentales qui sous-tendent la crise systémique mondiale, à savoir la dislocation géopolitique globale, d'une part, et la crise économique et financière globale, d'autre part.

Depuis plusieurs mois en effet, le monde connaît une succession quasiment ininterrompue de chocs géopolitiques, économiques et financiers qui constituent selon LEAP/E2020 les signes avant-coureurs d'un événement traumatique majeur que nous analysons dans ce numéro du GEAB.

Parallèlement le système international a désormais dépassé le stade de l'affaiblissement structurel pour entrer dans une phase de délabrement complet où les anciennes alliances se délitent tandis que de nouvelles communautés d'intérêt émergent très rapidement.

Enfin, tout espoir de reprise économique mondiale significative et durable s'est dorénavant évanoui (1) tandis que l'endettement du pilier occidental, en particulier des Etats-Unis, atteint un seuil critique sans équivalent dans l'Histoire moderne (2).


Evolution comparée des parts du PNB mondial des Etats-Unis et de la Chine (2001-2016) (en parité de pouvoir d'achat) - Source : FMI / MarketWatch, 04/2011
Le catalyseur de cette fusion explosive sera bien évidemment le système monétaire international, ou plutôt le chaos monétaire international qui s'est encore aggravé depuis la catastrophe qui a frappé le Japon en Mars dernier et devant l'incapacité des Etats-Unis à faire face à l'exigence de réduction immédiate et significative de ses immenses déficits.

La fin du Quantitative Easing 2, symbole et facteur de la fusion explosive en préparation, représente la fin d'une époque, celle où le « Dollar US était la devise des Etats-Unis et le problème du reste du monde » : à partir de Juillet 2011, le Dollar US devient ouvertement la principale menace pesant sur le reste du monde et le problème crucial des Etats-Unis (3).

L'été 2011 va confirmer que la Réserve fédérale US a perdu son pari : l'économie US n'est en fait jamais sortie de la « Très Grande Dépression » (4) où elle est entrée en 2008 malgré les milliers de milliards de Dollars injectés (5), comme le sait d'ailleurs l'immense majorité des Américains (6). Sans pouvoir lancer un QE3 (même officieusement, via ses Primary Dealers, comme elle le faisait de facto avant que le monde ne s'intéresse de trop près au marché des Bons du Trésor US), la Fed va donc contempler impuissante la remontée des taux d'intérêts, l'explosion du coût des déficits publics US, la plongée dans une récession économique aggravée, l'effondrement du cours des bourses et un comportement erratique du Dollar US, évoluant à court terme en dents de scie, au gré des influences de ces différents phénomènes, avant de lâcher brutalement 30% de sa valeur comme nous l'anticipions dans le GEAB N°54 (7).

Parallèlement, Euroland, BRICS et producteurs de matières premières vont rapidement renforcer leurs coopérations tout en lançant une ultime tentative de sauvetage des institutions internationales issues de Bretton Woods et du monde dominé par le tandem US/UK. Ce sera la dernière puisqu'il est illusoire d'imaginer Barack Obama, qui n'a montré aucune envergure internationale jusqu'à présent, faire preuve d'une stature d'homme d'Etat et prendre donc des risques politiques majeurs à un an d'une élection présidentielle.


Barrières, protections, embargos à l'exportation, diversification des réserves, frénésie autour des matières premières, inflation en hausse générale, … le monde se prépare à un nouveau choc économique, social et géopolitique
La Chine vient d'annoncer qu'elle interrompt toutes ses exportations de diesel pour tenter de stopper une hausse du prix du carburant qui a provoqué récemment une série de grèves des transporteurs routiers (8). Que les pays asiatiques qui dépendaient de ces exportations chinoises se débrouillent, d'autant que le Japon a agi de même suite aux conséquences de la catastrophe de Mars dernier !

La Russie cesse également d'exporter certains produits pétroliers pour limiter les pénuries et hausses de prix internes (9), arrêt d'exportation qui s'ajoute à celui des céréales décrété il y a déjà plusieurs mois.

Partout dans le monde arabe, l'instabilité continue à prévaloir sur fond de renchérissement des denrées de base (10), tandis que les interrogations sur l'ampleur des réserves et des capacités de production de l'Arabie saoudite reviennent au premier plan (11).

Aux Etats-Unis, le moindre événement climatique sortant de l'ordinaire provoque aussitôt des risques de pénurie du fait de l'absence de « matelas » de sécurité du système d'approvisionnement US, sauf à mettre à contribution les stocks stratégiques (12). Pendant ce temps, la population réduit ses dépenses alimentaires pour pouvoir remplir le réservoir de ses voitures avec un gallon à plus de 4 Dollars (13).

En Europe, la diminution de la couverture sociale et les mesures d'extrême-austérité mises en œuvre au Royaume-Uni, en Grèce, au Portugal, en Espagne, en Irlande,... font exploser le nombre de pauvres.


Evolution du pourcentage de la population masculine employée au sein des sept principales économies occidentales (1970-2009) - Source : The Economist / OCDE, 04/2011
L'Union européenne vient de renforcer plus ou moins subrepticement son arsenal douanier pour résister aux importations venues d'Asie en particulier. D'une part, elle revoit tout son attirail de mesures de préférence douanière pour en éliminer tous les pays émergents, Chine, Inde, Brésil en tête. D'autre part, elle a passé discrètement fin 2010 une mesure facilitant la mise en œuvre de mesures antidumping et de sauvegarde puisque désormais une majorité simple suffira pour approuver une telle proposition de la Commission alors qu'il fallait auparavant une majorité qualifiée souvent difficile à rassembler (14).

Parallèlement, les banques centrales continuent à acheter de l'or (15), à annoncer plus ou moins clairement qu'elles diversifient leurs réserves (16) tandis qu'elles prennent des mesures de plus en plus incohérentes et dangereuses, en augmentant les taux pour contrer l'inflation dans un contexte d'économies fragiles ou en récession, afin de contrer l'afflux de liquidités généré par la politique de la Réserve fédérale US (17). Pour paraphraser le titre de l'article d'Andy Xie, publié dans Caixin du 22/04/2011, « La montée de l'inflation rend fous les banquiers centraux » (18).

Et côté américain, on est en effet dans le surréalisme le plus complet : alors que le pays a atteint des niveaux d'endettement insupportables, les dirigeants de Washington ont fait de cette thématique un enjeu électoraliste, comme l'illustre la question du plafond d'endettement fédéral qui sera atteint dès le 16 Mai (19). Les comparaisons abondent dans la presse américaine et financière internationale avec les années Clinton où un problème du même type s'était posé sans grandes conséquences. Visiblement une partie importante des élites US et financières n'a toujours pas intégré le fait que, à la différence des années 90, les Etats-Unis d'aujourd'hui sont vus comme l' « homme malade de la planète » (20) dont chaque signe de faiblesse ou d'incohérence grave peut déclencher des paniques incontrôlées.

Banquiers centraux en folie, leaders mondiaux sans feuille de route, économies en danger, inflation en hausse, devises en perdition, matières premières frénétiques, endettement occidental incontrôlé, chômage au plus haut, sociétés stressées, … pas de doute, la fusion explosive de tous ces phénomènes sera bien l'évènement marquant du second semestre 2011 !


---------
Notes:

(1) Le Telegraph du 05/05/2011 dresse ainsi une liste intéressante des 10 raisons qui prouvent que l'économie mondiale est à nouveau en train de plonger.

(2) Le graphique ci-dessous illustre comment, comme nous le recommandons depuis plus de trois ans, le calcul des grands indicateurs économiques hors effet Dollar donne une vision du monde très différente des indicateurs calculés en Dollar. Ainsi, alors que, calculées en Dollar, les estimations de dépassement des Etats-Unis par la Chine donnent des dates vers 2030, 2040 voire 2050, le FMI aboutit à 2016 … soit presque aujourd'hui dès lors qu’elles font abstraction de cet « étalon » qui change de taille tous les jours !

(3) Signe des temps, le Financial Times, pourtant spécialisé dans les « Unes » sur la fin de l'Euro depuis plus de 18 mois, publie en pages intérieures (plus discrètes) un article du 11/05/2011 intitulé « Le Dollar fait face à un danger beaucoup plus grave que l'Euro ». Tandis que The Age et le Wall Street Journal du 23/04/2011 considère que l'économie US est désormais quasiment dans la même situation que celle de la Grèce.

(4) L'illustration la plus flagrante de la poursuite de cette « Très Grande Récession », comme nous l'avons appelée il y a 4 ans, c'est que la crise de l'immobilier est repartie de plus belle. Les prix sont en train de crever à nouveau les « planchers » atteints en 2009, plongeant des dizaines de millions d'Américains dans des situations économiques et financières dramatiques. Même les plus optimistes ne voient pas d'arrêt de la baisse avant 2012. Or, comme nous l'avons déjà expliqué dans de précédents GEAB, l'immobilier c'est le plancher sur lequel s'est bâtie toute l'estimation de la valeur actuelle de l'économie US. La poursuite de l'effondrement des prix de l'immobilier, c'est la poursuite de la dépression économique. Source : MarketWatch, 09/05/2011

(5) La société d'analyse économique Fathom a ainsi calculé que les quatre principales banques centrales mondiales (Fed, BCE, Banque du Japon et Banque d'Angleterre) ont injecté directement 5.000 milliards USD dans l'économie mondiale au cours des années 2008-2010 (cela n'intègre pas les récentes injections massives japonaises post-catastrophe, ni toutes les mesures de garanties en tout genre qui ont accompagné ces mesures). Cela représente près de 10% du PNB mondial avec le résultat que l'on connaît : un endettement public gigantesque, un endettement privé qui n'a pas vraiment diminué et des économies qui progressent à peine ou sont à nouveau en récession. Source : Telegraph, 26/04/2011

(6) 80% des Américains estiment que l'économie va mal. Seul 1% pense qu'elle va très bien (ils doivent travailler à Wall Street). Source : CNNMoney, 09/05/2011

(7) La fin du QE2 signifie que le marché des Bons du Trésor US n'a en fait plus d'acheteurs (puisque la Fed achète l'essentiel des Bons du Trésor émis depuis la fin 2010 (au moins) ; ce qui, au passage, rend complètement surréaliste les articles et analyses actuelles sur le placement des émissions de Bons du Trésor US. C'est l'évidence de l' « illiquidité » effective du marché des Bons du Trésor, alors que son importance même est conditionnée à son statut de marché le plus liquide du monde, qui jouera le rôle de transmission entre QE2 et chute du Dollar, car cette situation entraînera une accélération brutale de la sortie des opérateurs hors du marché des T-Bonds, principal actif libellé en Dollars. Le phénomène provoquera dans un premier temps un besoin accru de Dollars US, puis très vite une offre excessive de Dollars à la vente. C'est le timing de ces deux phénomènes qui va conditionner l'évolution de la devise US par rapport aux autres grandes devises et à l'or au cours du second semestre 2011.

(8) Source : BusinessInsider, 14/05/2011

(9) Source : France24, 28/04/2011

(10) A ce propos, l'information comme quoi le fondateur de l'ex-société de mercenaires BlackWater a été recruté par les Emirats Arabes Unis pour constituer une armée de mercenaires destinée à protéger le pays de toute attaque extérieure ou tumulte interne, illustre l'instabilité croissante des monarchies pétrolières et la fin de la confiance dans la protection américaine. Ceci dit : faire confiance à des mercenaires occidentaux est une grande preuve de naïveté, ou bien de désespoir. Source : New York Times, 14/05/2011

(11) Source : LeMonde, 25/04/2011

(12) Dernier exemple en date, l'actuelle crue historique du Mississipi. Source : Bloomberg, 13/05/2011

(13) Source : NewYorkTimes, 12/05/2011

(14) Source : Sidley, 28/02/2011

(15) Et on les comprend. En effet, quand on entend Timothy Geithner, le ministre américain des Finances, marteler que les Etats-Unis ne tenteront jamais de dévaluer le Dollar pour gagner un avantage commercial, on croit rêver. Tout le monde l'écoute poliment, fait le compte de toutes les autres raisons (dont la dette) pour lesquelles les Etats-Unis sont de facto engagés dans cette dévaluation, et achète donc de l'or, ou diversifie ses réserves hors du Dollar. Ainsi les banques centrales de Russie, du Mexique, de la Thaïlande, … continuent à acheter de l'or. Et Hong-Kong (donc la Chine) lance une attaque directe sur le monopole de Comex Gold Futures en lançant ses propres contrats de Kilo d'or. Sources : MarketWatch, 26/04/2011 ; Bloomberg, 04/05/2011 ; Zerohedge, 08/05/2011

(16) La Chine continue ainsi à se débarrasser en douceur de ses titres US et envisage même pas de diversifier les deux-tiers de ses avoirs libellés en Dollars, soit 2.000 Milliards USD. Sources : CNS, 29/04/2011 ; Zerohedge, 24/04/2011

(17) En effet, malgré les manipulations en tout genre des chiffres du chômage US, Ben Bernanke est bien obligé de constater qu'il faut continuer à soutenir artificiellement l'économie US. Pourtant quoiqu'il dise, avec la fin du QE2 et sans perspective crédible de QE3, l'économie US va se retrouver pour la première fois depuis trois ans sans stimulus majeur comme le confirme Jeffrey Lacker, le patron de la Fed de Richmond. Le second semestre va donc être un test direct de la performance d'une « économie zombie », sans source d'énergie extérieure. Sources : Bloomberg, 05/05/2011 ; MarketWatch, 10/05/2011

(18) En tout cas pas tous, car en Asie les discussions vont bon train pour accroître et renforcer rapidement les fonds et mécanismes communs de soutien pour affronter un nouveau choc comparable à celui de Septembre 2008. Comme l'Euroland, l'Asie se découple de plus en plus du système financier américano-centré de la période pré-2008. Et au-delà des accords financiers, c'est toute la région, sous l'impulsion de la Chine, qui est en train de s'intégrer y compris en terme de réseaux de transport. Sources : AsahiShimbun, 06/05/2011 ; ChinaDaily, 30/04/2011 ; AsahiShimbun, 06/05/2011

(19) Le Trésor américain se prépare d'ailleurs à un blocage sur cette question tandis que cette question semble vouloir être utilisée par les Républicains jusqu'à l'élection de 2012. Nul doute que le système financier mondial aura tranché avant cette date ! Sources : Christian Science Monitor, 10/05/2011 ; WashingtonPost, 27/04/2011

(20) Et ce ne sont pas les mascarades médiatiques du type de l'assassinat de Ben Laden qui vont changer grand-chose à cette situation. En fait l'incroyable cafouillage médiatique qui a entouré cet épisode illustre que, même sur son dernier terrain privilégié, la communication, le grand savoir-faire de Washington, n'est plus que l'ombre de ce qu'elle fut. Le seul résultat durable de l'opération Ben Laden, c'est que les « théories du complot » sont désormais débattues en direct dans les grands médias et que les incohérences des versions officielles de l'histoire sont accusées de les alimenter.


Dimanche 15 Mai 2011


Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Lun 16 Mai - 14:17

giacomorocca a écrit:
Pendant ce temps, la population réduit ses dépenses alimentaires pour pouvoir remplir le réservoir de ses voitures avec un gallon à plus de 4 Dollars (13).

Moi je veux bien, mais le gallon à 4 dollars, ça fait le litre à 1,15 dollars, soit 0,8 euros. C'est-à-dire moitié moins cher que ce que l'on paye en France. Je serais bien content que mon plein soit à 32 euros au lieu de 65.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
giacomorocca



Masculin Messages : 1300
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Lun 16 Mai - 15:32

Philippe Fabry a écrit:
giacomorocca a écrit:
Pendant ce temps, la population réduit ses dépenses alimentaires pour pouvoir remplir le réservoir de ses voitures avec un gallon à plus de 4 Dollars (13).

Moi je veux bien, mais le gallon à 4 dollars, ça fait le litre à 1,15 dollars, soit 0,8 euros. C'est-à-dire moitié moins cher que ce que l'on paye en France. Je serais bien content que mon plein soit à 32 euros au lieu de 65.

Lorsque j'étudiais en Europe dans les années 80, je n'en revenais pas de voir l'écart dans les prix de l'essence entre l'Europe et le Canada. le prix était environ 2 1/2 fois moins cher au Canada et 3 fois moins cher entre les USA et l'Europe. L'écart se réduit mais des changements de mentalité devrons survenir ( limiter l'étalonnement urbain et la dimension des voitures énergivores).

Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 19 Mai - 13:08


USA: baisse des nouvelles inscriptions au chômage (409'000 en une semaine)


Washington (awp/afp) - Les nouvelles inscriptions au chômage ont
reculé pour la deuxième semaine de suite aux Etats-Unis, semblant
confirmer qu'elles restent sur leur tendance de baisse après un mois
d'avril perturbé, selon des chiffres publiés jeudi à Washington par le
département du Travail.
Le ministère a recensé le dépôt de 409'000 demandes
d'allocations de chômage dans le pays du 8 au 14 mai - en données
corrigées des variations saisonnières, soit 7% de moins que la semaine
précédente.
La baisse est apparue plus forte que ne le pensaient les
analystes, qui attendaient l'indicateur à 420'000, selon leur prévision
médiane.
Le nombre des nouveaux chômeurs a presque retrouvé son niveau
de la mi-avril: la forte baisse des deux premières semaines de mai a
pratiquement annulé la violente poussée de l'indicateur observée au
cours des quinze derniers jours d'avril.
Plusieurs analystes estiment que les chiffres d'avril ont été
faussés du fait que la fête de Pâques est tombée particulièrement tard
cette année, le 24 avril, ce qui n'était pas arrivé depuis 1943. En
conséquence, la correction des variations saisonnières pourrait avoir
été assez aléatoire, du fait du manque de données comparables pour les
années précédentes.
Après quatre mois de baisse, le taux de chômage officiel des
Etats-Unis est remonté en avril, à 9,0%, malgré une forte progression
des embauches ce mois-là.
Plusieurs analystes estiment qu'ils pourrait s'agir là d'une
anomalie statistique et que les chiffres de mai devraient faire
apparaître un nouveau recul du taux de chômage.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 19 Mai - 13:15

Et si on supprimait le FMI ?



Dominique Strauss-Kahn n'est plus
depuis ce jeudi Directeur général du Fonds monétaire international.
Mais au-delà de l'identité de son successeur, c'est peut-être l'intérêt
même de cette institution qui pourrait être mis en cause.




Le Fonds monétaire international a été
créé en 1944 à la suite des accords de Bretton-Woods qui visaient à
créer un nouvel ordre monétaire international après les troubles de la
Seconde Guerre mondiale. En fait, l'objectif à terme consistait à
rétablir un système d'étalon-or dans lequel les monnaies nationales
bénéficient d'une garantie de convertibilité à prix fixe par rapport à
l'or, ce qui implique en conséquence la fixité des taux de change entre
ces monnaies nationales
.
L'objectif
consistant à maintenir la fixité des prix des monnaies par rapport à
l'or est par lui-même tout à fait souhaitable puisqu'il signifie que les
autorités monétaires ne peuvent pas se lancer dans des politiques
monétaires trop expansionnistes et que, contrairement à ce que l'on
pense, l'expansion monétaire n'est jamais justifiée.Les banques centrales à l'origine des crises monétaires


Le
principe de fonctionnement d'un système à parité fixe est en effet
simple : si un producteur de monnaie - par exemple une banque centrale -
crée trop de monnaie, une partie de l'excédent se déverse sur
l'extérieur, mais elle est tout d'abord échangée auprès de la banque
centrale contre de l'or. Les réserves d'or de la banque centrale
diminuent donc et celle-ci est obligée de freiner puis d'arrêter sa
politique de création monétaire.
Malheureusement,
les banques centrales publiques considèrent qu'elles peuvent annuler de
manière arbitraire les engagements de convertibilité à prix fixe
qu'elles avaient prétendu donner aux utilisateurs de monnaie : elles
dévaluent leur monnaie - ce qui constitue tout simplement du vol - et
l'Histoire montre qu'elles ne se sont pas privées de le faire
(contrairement à ce qui se passait lorsque les garanties de prix fixe en
or étaient données par des banquiers privés). Elles ont été ainsi à
l'origine de l'inflation et des crises monétaires.Une institution centralisatrice et irresponsable


Par
ailleurs, l'instauration d'un système de fixité des monnaies par
rapport à l'or n'impliquait pas une institution centrale comme le FMI,
puisqu'il suffit que chaque banque centrale prenne l'engagement de
convertibilité et fasse le nécessaire pour le maintenir. Autrement dit, dès le début l'existence même du FMI était contestable.
Mais il est caractéristique de notre époque que l'on ait décidé de
créer une structure centralisatrice au lieu de s'en remettre à la
responsabilité de chacun dans un système décentralisé.
En
fait, beaucoup d'autorités monétaires n'ayant pas respecté la
discipline des changes fixes, elles ont enregistré des pertes de
réserves de change et on a appelé cela des "problèmes de balance des
paiements" (comme si une sorte de fatalité extérieure s'abattait sur
elles). Il s'agissait en réalité d'une inadaptation de la politique
monétaire. Mais toute institution a tendance à accroître ses pouvoirs et
le FMI a vu dans ces situations des occasions inespérées d'intervenir.
Il a pour cela un instrument important puisqu'il peut prêter des
réserves monétaires aux Etats qui ont des "problèmes de balances des
paiements" à partir des ressources apportées par les Etats-membres.
Certes,
ses prêts sont conditionnels, c'est-à-dire qu'ils impliquent des
changements dans les politiques économiques des pays bénéficiaires. Mais
il n'en reste pas moins que le FMI détourne des ressources
financières vers les pays les plus mal gérés, contrairement à ce
qu'implique toute bonne gestion bancaire, à savoir orienter les
ressources vers ceux qui sont le plus capables de bien les utiliser
.
Lorsque
les taux de change flexibles se sont généralisés à partir des années
1970, le FMI aurait dû disparaître, puisqu'il n'avait plus de raison
d'être. Mais il s'est trouvé de nouvelles tâches, comme on l'a vu très
récemment. Ainsi, dans la crise de la Grèce - que l'on devrait plutôt appeler une crise de l'Etat grec - il a prêté à ce pays des ressources qui sont détournées de pays mieux gérés, ce qui n'a aucune justification.
Un banquier privé accroît le taux d'intérêt demandé à un débiteur
douteux. Lorsque le débiteur est un État, les marchés financiers
agissent donc ainsi. Mais la connivence entre gouvernements les conduit à
refuser la sanction des marchés et ils utilisent leur pouvoir de
contrainte pour utiliser les ressources des citoyens - éventuellement
par l'intermédiaire du FMI - afin de prêter à des taux plus favorables à
ceux d'entre eux qui sont de mauvais débiteurs.Un symbole de la "mondialisation capitaliste" ?


On
a par ailleurs souvent déclaré dans les jours récents que Dominique
Strauss-Kahn avait heureusement accru le rôle du FMI à la suite de la
crise financière, en augmentant ses moyens d'action et en pratiquant une
politique d'inspiration keynésienne, c'est-à-dire une politique de
relance par la demande. Or, la crise ne résultait en rien d'une insuffisance de demande, mais au contraire d'un excès de création monétaire dans le monde.
Le retour à la stabilité n'implique pas des politiques laxistes, mais
bien au contraire une réduction des déficits publics et des politiques
monétaires plus strictes.
On peut enfin
noter qu'il est étrange que le FMI - de même que la Banque mondiale -
soit souvent présenté comme le symbole de la "mondialisation
capitaliste", alors qu'il en est exactement le contraire, puisqu'il
s'agit d'une institution publique représentant les États et qu'il est
donc l'instrument d'un interventionnisme public et mondialisé
regrettable
. Il faut donc souhaiter la disparition du FMI.

http://www.atlantico.fr/decryptage/fmi-dominique-strauss-kahn-supprimer-institution-100121.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 19 Mai - 15:49

Philippe Fabry a écrit:

USA: baisse des nouvelles inscriptions au chômage (409'000 en une semaine)


Washington (awp/afp) - Les nouvelles inscriptions au chômage ont
reculé pour la deuxième semaine de suite aux Etats-Unis, semblant
confirmer qu'elles restent sur leur tendance de baisse après un mois
d'avril perturbé, selon des chiffres publiés jeudi à Washington par le
département du Travail.
Le ministère a recensé le dépôt de 409'000 demandes
d'allocations de chômage dans le pays du 8 au 14 mai - en données
corrigées des variations saisonnières, soit 7% de moins que la semaine
précédente.
La baisse est apparue plus forte que ne le pensaient les
analystes, qui attendaient l'indicateur à 420'000, selon leur prévision
médiane.
Le nombre des nouveaux chômeurs a presque retrouvé son niveau
de la mi-avril: la forte baisse des deux premières semaines de mai a
pratiquement annulé la violente poussée de l'indicateur observée au
cours des quinze derniers jours d'avril.
Plusieurs analystes estiment que les chiffres d'avril ont été
faussés du fait que la fête de Pâques est tombée particulièrement tard
cette année, le 24 avril, ce qui n'était pas arrivé depuis 1943. En
conséquence, la correction des variations saisonnières pourrait avoir
été assez aléatoire, du fait du manque de données comparables pour les
années précédentes.
Après quatre mois de baisse, le taux de chômage officiel des
Etats-Unis est remonté en avril, à 9,0%, malgré une forte progression
des embauches ce mois-là.
Plusieurs analystes estiment qu'ils pourrait s'agir là d'une
anomalie statistique et que les chiffres de mai devraient faire
apparaître un nouveau recul du taux de chômage.

Pour moi, il va ty avoir un écroulement des richesses occidentales au profit de la Chine.

Je m'explique : il n'est de richesse que l'homme et son travail, sa production.

La Chine a le travail, les hommes et la production.

L'Occident perd ses industrie, travaille de moins en moins et continue d'entretenir son niveau de vie en s'endettant.

Un jour, ça craque forcément...

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 19 Mai - 15:57

Arnaud Dumouch a écrit:


Pour moi, il va ty avoir un écroulement des richesses occidentales au profit de la Chine.

Je m'explique : il n'est de richesse que l'homme et son travail, sa production.

La Chine a le travail, les hommes et la production.

L'Occident perd ses industrie, travaille de moins en moins et continue d'entretenir son niveau de vie en s'endettant.

Un jour, ça craque forcément...

Se désindustrialiser ne signifie pas arrêter de travailler.

Les secteurs économiques n'ont pas la même rentabilité. Le secteur primaire rapporte moins que le secondaire, le secondaire moins que le tertiaire. Les pays développés se tertiarisent continuellement, d'où la désindustrialisation. Cela ne signifie pas qu'ils ne travaillent plus, mais que leur travail est plus rentable, ce qui permet, selon le choix de société, soit de continuer à travailler autant et se faire d'autant plus de blé, soit de travailler moins et de profiter de son temps de loisir.

Ce qui peut être dangereux c'est de s'engager sur la pente du loisir et refuser d'en revenir quand il s'agit de redevenir concurrentiel.

Cela dit il ne faut pas se faire d'illusions : la nouvelle génération de chinois, gâtée par ses parents qui ont travaillé comme des forcenés, aspire à plus de loisirs, à une vie de consommation et pas seulement d'épargne en prévision des vieux jours, etc...
Au cours des deux générations qui viennent, les chinois vont vivre exactement ce qu'a vécu l'Occident durant le dernier demi-siècle, ils feront leur mai 68.
C'est limite mécanique.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 19 Mai - 16:13

Philippe Fabry a écrit:

Au cours des deux générations qui viennent, les chinois vont vivre exactement ce qu'a vécu l'Occident durant le dernier demi-siècle, ils feront leur mai 68.
C'est limite mécanique.

C'est certain ! Ainsi, à moyen terme, c'est une humanité de loisirs qui apparaîtra, avec toutes les conséquences (en + et en -) que cela implique.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 19 Mai - 16:24

Philippe Fabry a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:


Pour moi, il va ty avoir un écroulement des richesses occidentales au profit de la Chine.

Je m'explique : il n'est de richesse que l'homme et son travail, sa production.

La Chine a le travail, les hommes et la production.

L'Occident perd ses industrie, travaille de moins en moins et continue d'entretenir son niveau de vie en s'endettant.

Un jour, ça craque forcément...


Cela dit il ne faut pas se faire d'illusions : la nouvelle génération de chinois, gâtée par ses parents qui ont travaillé comme des forcenés, aspire à plus de loisirs, à une vie de consommation et pas seulement d'épargne en prévision des vieux jours, etc...
Au cours des deux générations qui viennent, les chinois vont vivre exactement ce qu'a vécu l'Occident durant le dernier demi-siècle, ils feront leur mai 68.
C'est limite mécanique.

Entiérement d'accord, les Chinois tendent à s'occidentaliser et reproduisent donc les mêmes erreurs que l'Occident!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Théodéric



Messages : 6689
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 19 Mai - 18:55

beranger a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Au cours des deux générations qui viennent, les chinois vont vivre exactement ce qu'a vécu l'Occident durant le dernier demi-siècle, ils feront leur mai 68.
C'est limite mécanique.

C'est certain ! Ainsi, à moyen terme, c'est une humanité de loisirs qui apparaîtra, avec toutes les conséquences (en + et en -) que cela implique.

Non, la plupart des Chinois vivent dans la misère, pour la plupart des Chinois la vie est très difficile, précaire, misérable. La Chine ne vivra jamais dans la guimauve comme l'Europe, les avantages salariaux exorbitants étendu à tous comme en France, ça n'existera jamais en Asie, ce n'est pas dans leur façon de penser.

L'Asie n'est pas l'Europe, vous comparez des canards et des lapins.

Pour avoir cru que c'était toute la Chine qui allait se développer en quelques années des fonds patrimoniaux Parisiens gérés par des ronds de cuir qui n'ont jamais été en Chine se cassent la figure.

Les sociétés de loisirs vont au contraire disparaître cause crise, matières premières, matières agricoles, crise énergétique, cette société de loisirs est celle de la génération 68, elle va disparaître en même temps qu'eux,

Ceux qui arrivent après ou qu'ils soient dans le monde auront des préoccupations beaucoup plus terre à terre.

Bonjour Beranger,

on appel cela la survie , et alors ça se règle en principe avec une certaine vigueur. donc les commandent seront aux mains des plus musclés et c'est déjà ce que l'on voit se mettre en forme radicalement !

de toute façon que ce soit individuellement ou collectivement lorsque l'on est sans le Christ le but est de savoir qui est le plus grand et celui qui va dominer comme dans une meute ! batman
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1300
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Ven 20 Mai - 13:52

18 mai 2011

L’ère de l’abondance est “finie”, annonce un gourou clairvoyant de la finance

“Il est temps de se réveiller : l’ère des ressources abondantes et de la baisse des prix est finie pour toujours.” Tel est l’avertissement lancé par l’un des analystes financiers les plus respectés de la planète, Jeremy Grantham. A la tête du fonds d’investissements GMO de Boston, gestionnaire de plus de 100 milliards de dollars de capitaux, M. Grantham estime que la croissance de la demande mondiale de matières premières surpasse “à un rythme alarmant” la croissance de l’offre.

Un “changement de paradigme” est très probablement en train d’avoir lieu, “peut-être l’événement économique le plus important depuis la révolution industrielle”, avance l’investisseur britannique, célèbre pour avoir anticipé la bulle internet et la bulle des subprimes.

Jeremy Grantham écrit dans la lettre trimestrielle de GMO parue en avril :

“La croissance de la population, la multiplication par dix de la richesse dans les pays développés, et l’actuelle croissance explosive dans les pays en développement ont rapidement entamé nos ressources finies en hydrocarbones, en métaux, en fertilisants, en terres arables et en eau.”

La suite de l’argumentaire de M. Grantham tranche radicalement avec le discours attendu de la part d’un financier, aussi avisé et atypique soit-il :

“Le fait est qu’aucune croissance cumulée continue n’est soutenable. Si nous continuons désespérément à nous concentrer sur la croissance, nous allons nous retrouver à court de tout, y compris d’argent. Nous devons substituer la croissance qualitative à la croissance quantitative.

Mais Mme Marché est en train de nous aider, et en ce moment, elle nous envoie la mère de tous les signaux prix. Les prix de toutes les matières premières importantes, à part celui du pétrole, ont décru de 70 % en moyenne en cent ans, jusqu’en 2002. De 2002 à aujourd’hui, ce déclin a été entièrement effacé par une hausse des prix plus forte que celle qui a eu lieu au cours de la seconde guerre mondiale.”


M. Grantham expose sa thèse :

“Statistiquement, les prix de la plupart des matières premières sont désormais tellement éloignés de leur tendance baissière antérieure, qu’il est très probable que cette tendance ancienne se soit modifiée ― qu’un changement de paradigme soit en cours ― peut-être l’événement économique le plus important depuis la révolution industrielle.”

Pourquoi le pétrole fait-il exception dans la baisse tendancielle des prix des matières premières constatée jusqu’en 2002 ? Evoquant le spectre du ‘peak oil’, Jeremy Grantham explique que, dans le cas du pétrole (“de loin la plus importante des matières premières”), le changement de paradigme qu’il décrit a débuté il y a longtemps déjà : en 1974, lors du premier choc pétrolier.

Rappelant l’expertise de GMO dans la prédiction des bulles spéculatives, Jeremy Grantham tente de montrer que, justement, la hausse du prix des matières premières depuis 2002 n’est en rien une bulle. Pour asseoir sa thèse, il met en avant les résultats d’un calcul de probabilité visant à déterminer si, oui ou non, les principales matières premières se trouvent encore fondamentalement sur leur tendance séculaire à la baisse visible jusqu’en 2002, et ce malgré la hausse constatée depuis.

Les résultats obtenus par GMO paraissent sans appel.

Le minerai de fer aurait, par exemple, une chance sur 2,2 millions de se situer encore sur la tendance baissière antérieure à 2002, le pétrole une chance sur 160, le nickel une chance sur 290, le blé une chance sur 120, le phosphate une chance sur 56, etc. Le gaz naturel fait partie des exceptions, sans doute à cause du boum des gaz de schiste, avec seulement une chance sur 2 :

Quelques grands titres de la presse financière internationale ont fait état de l’analyse radicale proposée par Jeremy Grantham et GMO. Mais bien peu se sont risqués à en faire la critique. Un blog du Financial Times se contente de qualifier cette analyse de “fascinante”. Sur l’un des blog du Wall Street Journal, Alen Mattich juge avec prudence que Jeremy Grantham “a peut-être raison d’affirmer que la tendance au déclin relatif du prix des matières premières a ralenti, ou qu’elle s’est arrêtée. Mais dire que cette tendance s’est complètement renversée au cours de la dernière décennie, c’est, je pense, aller un peu loin.”

Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Lun 30 Mai - 19:18

Voilà une info qui fait suite aux déclarations de Mrs Guéant et Mariani, sur les échecs scolaires « ciblés »…. Supprimer des postes, c’est surcharger les classes qui reste…..


Le
ministre de l’Education, Luc Chatel, juge probable la suppression d’au
moins 16.000 postes l’an prochain dans l’Education nationale, soit
autant que cette année, par non-remplacement d’un départ en retraite sur
deux.



C’est le résultat de la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, explique Luc Chatel au Journal du Dimanche. Mais il annonce également une campagne de recrutement

Le ministre de l’Education, Luc Chatel, juge probable la suppression
d’au moins 16 000 postes l’an prochain dans l’Education nationale. Un
chiffre semblable à celui de 2011, dû au non-remplacement d’un départ en
retraite sur deux. Dans un entretien au Journal du Dimanche,
il ajoute qu’il souhaite que le nombre de classes de primaire soit
maintenu à la rentrée 2012, après 1 500 fermetures de classes cette
année.
« Il est probable qu’en 2012, la règle du non-remplacement d’un
enseignant sur deux aboutisse à moins de 16 000 suppressions de
postes », déclare Luc Chatel. « Mais nous n’avons plus beaucoup
d’enseignants en surnombre dans le premier degré. [...] On ne manque pas
de profs. »
Recrutement
« J’ai donc proposé au président qu’on ait, l’année prochaine, un
traitement spécifique pour le primaire. Cette année, nous avons 1 500
classes en moins, ce qui représente 0,6% du total. Mon objectif, c’est
qu’à la rentrée 2012, il y ait autant de classes qu’à la rentrée 2011″,
ajoute-t-il.
Mais, en même temps, Luc Chatel annonce également le lancement d’une
campagne de recrutement dans l’Education nationale. « Nous embaucherons
17 000 personnes en 2011 dans des métiers très différents: 3.000 dans le
premier degré, 8.600 dans le second, des agents administratifs, du
personnel de santé scolaire, des métiers extrêmement variés. »
Reuters/Pascal Rossignol pour l’express.fr
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Lun 30 Mai - 19:33

joker911 a écrit:
Voilà une info qui fait suite aux déclarations de Mrs Guéant et Mariani, sur les échecs scolaires « ciblés »…. Supprimer des postes, c’est surcharger les classes qui reste…..

Ces journalistes ne savent vraiment plus écrire.

Pour dire "Monsieur" on écrit "M." et non "Mr" qui est "Mister" en anglais.
Plus encore, pour dire "Messieurs" on écrit "MM." et non "Mrs" qui en anglais signifie "Mistress" soit "Madame" en anglais.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Mer 15 Juin - 10:02

La note de plusieurs banques françaises bientôt abaissée ? le 15 juin 2011 à 10h05 , mis à jour le 15 juin 2011 à 10h34

Moody's envisage d'abaisser la note de BNP Paribas, de la Société générale et du Crédit Agricole. L'agence de notation va évaluer leur exposition à la crise grecque.

Les banques françaises vont-elles pâtir de la crise grecque? L'agence d'évaluation financière Moody's envisage d'abaisser la note de la BNP Paribas, de la Société Générale et du Crédit Agricole du fait de leur exposition à la Grèce, dont Moody's a abaissé la note début juin. Moody's précise également que l'examen qu'elle mène depuis fin mars sur la note de la banque franco-belge Dexia, également susceptible d'être abaissée
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Mer 15 Juin - 10:48

Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6689
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Jeu 16 Juin - 20:35

giacomorocca a écrit:
18 mai 2011

L’ère de l’abondance est “finie”, annonce un gourou clairvoyant de la finance

“Il est temps de se réveiller : l’ère des ressources abondantes et de la baisse des prix est finie pour toujours.” Tel est l’avertissement lancé par l’un des analystes financiers les plus respectés de la planète, Jeremy Grantham. A la tête du fonds d’investissements GMO de Boston, gestionnaire de plus de 100 milliards de dollars de capitaux, M. Grantham estime que la croissance de la demande mondiale de matières premières surpasse “à un rythme alarmant” la croissance de l’offre.

Un “changement de paradigme” est très probablement en train d’avoir lieu, “peut-être l’événement économique le plus important depuis la révolution industrielle”, avance l’investisseur britannique, célèbre pour avoir anticipé la bulle internet et la bulle des subprimes.

Jeremy Grantham écrit dans la lettre trimestrielle de GMO parue en avril :

“La croissance de la population, la multiplication par dix de la richesse dans les pays développés, et l’actuelle croissance explosive dans les pays en développement ont rapidement entamé nos ressources finies en hydrocarbones, en métaux, en fertilisants, en terres arables et en eau.”

La suite de l’argumentaire de M. Grantham tranche radicalement avec le discours attendu de la part d’un financier, aussi avisé et atypique soit-il :

“Le fait est qu’aucune croissance cumulée continue n’est soutenable. Si nous continuons désespérément à nous concentrer sur la croissance, nous allons nous retrouver à court de tout, y compris d’argent. Nous devons substituer la croissance qualitative à la croissance quantitative.

Mais Mme Marché est en train de nous aider, et en ce moment, elle nous envoie la mère de tous les signaux prix. Les prix de toutes les matières premières importantes, à part celui du pétrole, ont décru de 70 % en moyenne en cent ans, jusqu’en 2002. De 2002 à aujourd’hui, ce déclin a été entièrement effacé par une hausse des prix plus forte que celle qui a eu lieu au cours de la seconde guerre mondiale.”


M. Grantham expose sa thèse :

“Statistiquement, les prix de la plupart des matières premières sont désormais tellement éloignés de leur tendance baissière antérieure, qu’il est très probable que cette tendance ancienne se soit modifiée ― qu’un changement de paradigme soit en cours ― peut-être l’événement économique le plus important depuis la révolution industrielle.”

Pourquoi le pétrole fait-il exception dans la baisse tendancielle des prix des matières premières constatée jusqu’en 2002 ? Evoquant le spectre du ‘peak oil’, Jeremy Grantham explique que, dans le cas du pétrole (“de loin la plus importante des matières premières”), le changement de paradigme qu’il décrit a débuté il y a longtemps déjà : en 1974, lors du premier choc pétrolier.

Rappelant l’expertise de GMO dans la prédiction des bulles spéculatives, Jeremy Grantham tente de montrer que, justement, la hausse du prix des matières premières depuis 2002 n’est en rien une bulle. Pour asseoir sa thèse, il met en avant les résultats d’un calcul de probabilité visant à déterminer si, oui ou non, les principales matières premières se trouvent encore fondamentalement sur leur tendance séculaire à la baisse visible jusqu’en 2002, et ce malgré la hausse constatée depuis.

Les résultats obtenus par GMO paraissent sans appel.

Le minerai de fer aurait, par exemple, une chance sur 2,2 millions de se situer encore sur la tendance baissière antérieure à 2002, le pétrole une chance sur 160, le nickel une chance sur 290, le blé une chance sur 120, le phosphate une chance sur 56, etc. Le gaz naturel fait partie des exceptions, sans doute à cause du boum des gaz de schiste, avec seulement une chance sur 2 :

Quelques grands titres de la presse financière internationale ont fait état de l’analyse radicale proposée par Jeremy Grantham et GMO. Mais bien peu se sont risqués à en faire la critique. Un blog du Financial Times se contente de qualifier cette analyse de “fascinante”. Sur l’un des blog du Wall Street Journal, Alen Mattich juge avec prudence que Jeremy Grantham “a peut-être raison d’affirmer que la tendance au déclin relatif du prix des matières premières a ralenti, ou qu’elle s’est arrêtée. Mais dire que cette tendance s’est complètement renversée au cours de la dernière décennie, c’est, je pense, aller un peu loin.”


Bonjour giacomorocca,

en bref ce que l'on a du mal a accepter en occident c'est qu'aujourd'hui on est 6,5 milliards d'humain et que les chers blancs becs ne sont plus les bwana qui peuvent continuer a mettre sous coupe réglés le reste de la terre !
va falloir partager, mais si on avait agit et instruit ainsi, le monde serait meilleur, mais on a agit en conquistador du coup va falloir régler cela a coup de manu militatri et on est pas sûr d'être les plus forts on serait même les plus vieux !

de plus ceux qui sont riches ne veulent pas savoir si les autres doivent partager eux veulent conserver ce qu'ils ont, donc les part seront plus petites pour les plus pauvres c'est tout !

les prix ne baisseront plus mais les spéculateurs n'en seront pas moins riche au contraire ! il faut juste bien verrouiller le système de surveillance en prêchant une morale adéquate sans rapport avec une quelconque morale, mais permettant de culpabiliser !

allez regardons le spectacle commence ! Shocked
Revenir en haut Aller en bas
AntoineG



Messages : 611
Inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Ven 17 Juin - 22:34

Bonjour,

L'analyse financière de Grantham sur l'évolution des matières premières est intéressante.

Mais il l'utilise pour faire passer un message contestable, une méchante idéologie qu'il n'ose présenter qu'à mots couverts:

J.Grantham cité par Giacomorroca a écrit:

Nous devons substituer la croissance qualitative à la croissance quantitative.

Devinez-vous ce que cela signifie ?

N'oubliez pas, l'auteur est un financier pur jus, n'interprétez pas "qualitatif" dans un sens opposé - ascétique ou mystique...

Un indice. La mesure de la croissance, c'est le PIB. Or,

PIB = PIB/habitant x nb habitants

Voici donc le "décryptage" :

La croissance "quantitative", c'est la croissance du nombre d'habitants : certes le PIB augmente mais cela génère pollutions, rareté et inflation des matières premières et autres désagréments.

La croissance "qualitative", c'est la qualité qui augmente (PIB/habitant) pour un plus petit nombre d'élus. Comme nous serions heureux si la planète était moins peuplée. Finis tous ces risques climatiques et financiers, nous profiterions bien mieux du progrès.

Idéologie mortifère en plein essor, bien ancienne (malthusianisme). Portée par des pseudo-arguments écologiques aussi bien que financiers, médicaux et même humanitaires.

Au programme : généralisation de l'avortement en particulier dans les pays en développement, incitations puissantes à la dénatalité (culpabilisation des familles nombreuses, politiques favorables à l'homosexualité, diffusion des peurs séculaires...)

C'est je le crains l'idéologie la plus terrible qui menace l'humanité pour le siècle à venir.

Antoine
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1300
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 18 Juin - 0:07

AntoineG a écrit:
Bonjour,

L'analyse financière de Grantham sur l'évolution des matières premières est intéressante.

Mais il l'utilise pour faire passer un message contestable, une méchante idéologie qu'il n'ose présenter qu'à mots couverts:

J.Grantham cité par Giacomorroca a écrit:

Nous devons substituer la croissance qualitative à la croissance quantitative.

Devinez-vous ce que cela signifie ?

N'oubliez pas, l'auteur est un financier pur jus, n'interprétez pas "qualitatif" dans un sens opposé - ascétique ou mystique...

Un indice. La mesure de la croissance, c'est le PIB. Or,

PIB = PIB/habitant x nb habitants

Voici donc le "décryptage" :

La croissance "quantitative", c'est la croissance du nombre d'habitants : certes le PIB augmente mais cela génère pollutions, rareté et inflation des matières premières et autres désagréments.

La croissance "qualitative", c'est la qualité qui augmente (PIB/habitant) pour un plus petit nombre d'élus. Comme nous serions heureux si la planète était moins peuplée. Finis tous ces risques climatiques et financiers, nous profiterions bien mieux du progrès.

Idéologie mortifère en plein essor, bien ancienne (malthusianisme). Portée par des pseudo-arguments écologiques aussi bien que financiers, médicaux et même humanitaires.

Au programme : généralisation de l'avortement en particulier dans les pays en développement, incitations puissantes à la dénatalité (culpabilisation des familles nombreuses, politiques favorables à l'homosexualité, diffusion des peurs séculaires...)

C'est je le crains l'idéologie la plus terrible qui menace l'humanité pour le siècle à venir.

Antoine

Je ne comprends vraiment pas comment vous faite pour arriver à ce décryptage à partir du texte que j'ai mis en ligne à moins que vous ayez lu d'autres articles de cet économiste qui vous permette de fonder vos assertions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 18 Juin - 8:00

joker911 a écrit:



Franchement ça fait pitié ... :|
Revenir en haut Aller en bas
AntoineG



Messages : 611
Inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 18 Juin - 8:39

giacomorocca a écrit:

Je ne comprends vraiment pas comment vous faite pour arriver à ce décryptage à partir du texte que j'ai mis en ligne à moins que vous ayez lu d'autres articles de cet économiste qui vous permette de fonder vos assertions.

Non ce n'est pas l'économiste que je critique mais l'idéologie qu'il contribue à véhiculer.

Cette idée "Nous devons substituer la croissance qualitative à la croissance quantitative" a un sens. Elle n'est pas de lui, et fait référence à une pensée de plus en plus partagée parmi certaines élites.

Comme souvent dans les idéologies les mots piégés sont flous et a priori très sympathiques. Qui ne voudrait privilégier le "qualitatif" sur le "quantitatif" ?

Après avoir suscité l'inquiétude à propos d'un danger majeur réel ou supposé (ici, l'inflation des matières premières liée à leur épuisement déstabilisera l'économie mondiale) on dénonce indirectement la cause fondamentale : la "croissance quantitative" (la croissance de la population) et on donne la solution : la "croissance qualitative".

Les tenants de la "croissance qualitative" promeuvent, dans un premier temps, la mise en place "d'indicateurs qualitatifs" du bonheur humain. A terme c'est la limitation de la population mondiale et un nouveau modèle pour l'humanité qui sont visés.

Antoine
Revenir en haut Aller en bas
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 18 Juin - 13:22

bientôt tous balayés!
je l'ai annoncé deux ans trop tôt, j'étais naïf alors, ne connaissais pas tous les moyens dont disposait le cartel bancaire pour se donner du temps et mettre en place les dernières pièces du puzzle. le dollar est mort, mais l'euro doit passer à la casse un peu avant, ensuite la démo(n)cratie va montrer son vraie visage.

www.wmaker.net/eschaton
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
julieng



Masculin Messages : 2590
Inscription : 04/08/2007

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 18 Juin - 13:29

St Pie X l'avait annoncé "sous prétexte de liberté et de dignité humaine" il s'agit " de ramener dans le monde le règne légal de la ruse et de la force et l'oppression des faibles, de ceux qui souffrent et qui travaillent", mais malheureusement, depuis l'alignement théologique de Vatican II, sur le monde, les catholiques ont été menés en bateau, ils ont été désarmés. les ennemis d'hier ( Chenu, Lubac, Congar, Rahner) sont devenus experts, cardinaux ou bien les deux. malheureux troupeau conduit par des pasteurs à cornes. la victoire actuelle totale du monde ne pouvait être obtenue que par l'abaissement de l'Eglise.
les événements qui viennent vont cependant heureusement restaurer la grandeur de l'Eglise. Hercule va nettoyer les écuries d'Augias. qui sera cet hercule?

wwww.wmaker.net/eschaton
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wmaker.net/eschaton/
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Crise économique : ALERTE !!   Sam 18 Juin - 14:28

Cher Beranger,

Et globalement, le niveau de vie mondial continue de progresser, année après année.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
 
Crise économique : ALERTE !!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 18 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nouvel Ordre Mondial : les responsables de la crise économique
» Benoit XVI:crise économique et péché(tres intéressant)
» La Crise Économique va augmenter....
» Crise économique, les abandons d'animaux se multiplient
» Crise économique, crise démocratique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: