DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 28 janvier : Fête de Saint Thomas d'Aquin

Aller en bas 
AuteurMessage
jean-charles cayouette



Messages : 557
Inscription : 02/09/2006

MessageSujet: st thomas   27/1/2009, 15:33

CHRONOLOGIE D'APRÈS ÉCHARD


PROLOGUE

Fili , audite me, timorem Domini docebo vos. Ps. XXXIII, 11.

Chers fils, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte du Seigneur.



JEUNES GENS CHRÉTIENS,



Le 4 août 1880, en la fête de saint Dominique, fondateur de l'Ordre des Frères Prêcheurs, Notre Saint-Père le Pape Léon XIII, déférant avec bienveillance aux suppliques que lui avaient adressées cardinaux, évêques, professeurs d'universités et autres personnages éminents en science, piété et dignité dans l'Église, proclamait saint Thomas d'Aquin PATRON DE TOUTES LES ÉCOLES CATHOLIQUES.

Cet acte, émané de la plus haute autorité qui soit au monde, revêt une importance qu'on ne saurait méconnaître.

Le Souverain Pontife vous assigne, jeunes gens chrétiens, un nouveau protecteur au ciel; en même temps il crée pour vous une obligation, celle de rendre à ce patron un culte spécial, par la prière et surtout par l'imitation.

Mais l'on ne se décide à imiter qu'après avoir appris à connaître et à aimer. «Plus on tonnait, plus oit aime,» disait le bienheureux Albert le Grand.

Qui de vous connaît véritablement saint Thomas d'Aquin ?

Sans doute, vous n'en êtes plus à entendre prononcer pour la première fois son nom; souvent déjà ont résonné à vos oreilles ces titres glorieux que lui ont décernés les siècles Docteur angélique, Prince des théologiens, Ange de l'école... Mais qui jamais vous a révélé le génie de ce Docteur, l'autorité de ce Prince, la pureté de cet Ange ?... Voilà, mes jeunes amis, ce que vous apprendra ce modeste ouvrage, écrit particulièrement pour vous.



Avant d'aller plus, loin, laisses-moi vous prémunir contre une déplorable erreur trop longtemps accréditée.

On s'est représenté saint Thomas comme un soleil éblouissant : quelques esprits supérieurs pouvaient en soutenir l'éclat, mais il aveuglait les intelligences ordinaires.

Telle n'est pas la vérité, tant s'en faut.

Un témoin au Procès de canonisation a porté le jugement suivant: « Tout homme, selon la mesure modeste de sa capacité, peut facilement tirer profit des écrits du saint Docteur; c'est pour cela que les laïques eux-mêmes et les hommes d'une intelligence médiocre désirent avec tant d'avidité posséder ses oeuvres » (1).

Par ailleurs, Léon XIII, s'appuyant sur une expérience faite dans soit diocèse de Pérouse, recommande avec instance l'étude de la philosophie de l'Ange de l'école, comme moyen de relever le niveau intellectuel.



Outre le côté de la science et du génie, il est un autre



(1) Bollandistes, édition Palmé, tome VII, page 713.



aspect sous lequel saint Thomas s'offre à nos regards nous voulons parler de ses vertus et du doux rayonnement de sa sainteté.

Oui, chers lecteurs, vous trouverez dans ce grand Saint un modèle qui, nous en avons la conviction intime, gagnera vos coeurs, entraînera vos volontés, quel que soit le milieu où s'écoule votre existence.

Goûtez-vous encore les douceurs du foyer paternel ? L'exquise simplicité, la piété, filiale du petit comte d'Aquin, sort amour pour les pauvres, vous révèleront les qualités qui font l'ornement d'un enfant chrétien.

Une éducation plus virile a-t-elle succédé pour vous aux tendresses de la famille? L'écolier du Mont-Cassin vous apprendra quelle respectueuse obéissance à ses maîtres, quelle application au travail, quelle charité pour ses condisciples doit pratiquer un écolier vertueux.

Mais vous avec dépassé le ternie des Humanités, et pourvus maintenant des diplômes qui attestent le légitime succès de vos études, vous suives les cours de nos facultés d'enseignement supérieur. Inquiets de l'avenir, sentant frémir en vous des passions naissantes, vous cherches un appui, un guide, un protecteur : regardez le jeune étudiant napolitain. Quelle réserve dans un âge si prompt aux entraînements! Piété solide, étude assidue : tel est le double rempart dont il entoure son âme contre les surprises du dehors, vous donnant ainsi une leçon salutaire pour franchir ce passage si périlleux de l'adolescence. Ah! si jamais la volupté venait à tendre ses pièges sous vos pas, vite un regard vers le glorieux athlète de la chasteté. Avec quelle vigueur il met en fuite l'ennemi de sa vertu, et mérite, après le combat, la visite de deux anges qui, le ceignent d'un cordon mystérieux! Sa victoire excitera votre admiration, car votre âge s'émeut facilement au spectacle des actions héroïques. Déjà, je vous vois obéir à une salutaire inspiration: vous voulez suivre de si nobles traces, entrer dans la Milice angélique, et porter ce cordon qui est un préservatif puissant contre le plaisir.

Vous enfin, jeunes gens que la grâce invite aux sublimes sacrifices du sacerdoce ou de la vie religieuse, et qui avez à subir de redoutables assauts, levez les yeux, prenez courage. L'héritier, des seigneurs de Sommacle et d'Aquin foulant aux pieds honneurs, richesses, affections de la nature, et sortant vainqueur d'une persécution domestique de deux années, vous dira par quelle constance et quelle énergie de volonté on assure sa vocation. Et après que vous aurez offert à Dieu l'immolation de tout vous-mêmes, le Docteur angélique vous servira encore de guide dans l'accomplissement de vos devoirs sacrés. Au flambeau de ses vertus sacerdotales et religieuses, vous verrez comment le gèle de la science ecclésiastique, l'amour de Notre-Seigneur et la charité pour les âmes font du Prêtre un saint, et comment l'humilité, l'obéissance et le détachement conduisent le Religieux au sommet de la perfection.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: 28 janvier : Fête de Saint Thomas d'Aquin   27/1/2009, 23:07

SERMON POUR LA FETE-DIEU
par SAINT THOMAS D'AQUIN, Docteur des Docteurs de l'Eglise
(prononcé au Consistoire, devant le Pape et les Cardinaux)


Révérendissimes Pères,

Les souvenirs pleins d'allégresse qu'évoque la solennité de ce jour nous invitent à entourer de joyeuses louanges le Corps très saint du Christ. Quoi de plus doux, quoi de plus suave au coeur des élus que de chanter les trésors de la divine charité et d'exalter l'ardeur d'un amour sans mesure ? C'est qu'à la table de la grâce nouvelle, tous les jours, par les mains du prêtre, Dieu donne à ses enfants et aux héritiers de son royaume sa chair en nourriture et son sang en breuvage. Ce sont là tes oeuvres admirables, ô Christ, toi dont la puissance est infinie et la bonté sans bornes ! Dans cet aliment sacré et ce pain super-substantiel qu'annonçaient les prodiges antiques, tu as trouvé le secret d'une union merveilleuse et auguste : la chair immaculée de Jésus-Christ, l'Agneau sans tache, devient le remède de ceux que le fruit défendu avait rendus malades et qui avaient perdu l'éternelle et immarcescible couronne.

O prodige qu'on ne peut trop exalter ! Effusion permanente de la bonté divine et d'une miséricorde sans mesure ! Dans ce sacrement, consommation de tous les sacrifices, Il demeure, ce Dieu, indéfectiblement avec nous ; Il y est pour jusqu'à la fin des siècles ; Il donne aux fils d'adoption le pain des anges et les enivre de l'amour qu'on doit aux enfants. O humilité singulière, délices de Dieu, et que le Christ pratique après l'avoir prêchée lui-même ! Il ne se refuse à personne ; Il ne craint pas de prendre pour habitacle même un coeur souillé.

O pureté, qui semblable à celle du soleil n'est ternie par aucune fange et ne craint nulle contagion, mais qui gagne les âmes et en fait disparaître toute tache !

O nourriture des esprits bienheureux, qui sans cesse nous renouvelle et jamais ne s'épuise ! Tu n'es ni brisée, ni divisée, ni transformée ; mais, gardant ton intégrité et ta nature, tu nous rappelles le buisson antique, la farine et l'huile miraculeuses qui ne diminuaient pas.

O Sacrement admirable, où Dieu se cache et où notre Moïse à nous se couvre le visage du manteau de ses oeuvres, objet de louanges dans toutes nos générations ! Par la vertu des paroles sacrées, instrument de la puissance divine, les substances symboliques sont changées en chair et en sang ; les espèces sacramentelles subsistent sans support, et pourtant nulle loi naturelle n'a souffert violence. Par la vertu de la consécration, un seul Christ, parfait et intègre, se trouve en divers endroits, comme une parole se communique, toujours identique à elle-même. Quand l'hostie se divise, Jésus s'y trouve comme un même visage dans les fragments d'un miroir brisé. Les fidèles l'offrent à Dieu sous les deux espèces, quoiqu'il soit tout entier sous chacune d'elles, et c'est à bon droit qu'on agit ainsi, car ce sacrement donne aux hommes le double salut du corps et de l'Ame, et il rappelle l'amertume d'une double Passion.

O Vertu ineffable du Sacrement, qui embrase notre coeur du feu de la charité et marque du sang de l'Agneau immaculé, au-dessus de leurs deux battants, les linteaux de nos portes ! O véritable viatique de notre exil militant, soutien des voyageurs, force des faibles, antidote des infirmités, accroissement des vertus, abondance de la grâce et purification des vices, réfection des âmes, vie des débiles et union des membres dans l'organisme unique de la charité !

Sacrement ineffable de la foi, Tu augmentes notre charité et nous communiques l'espérance ; soutien de l'Eglise, Tu éteins la concupiscence et parfais le corps mystique du Christ.

Voici la substance de l'arbre de vie, ô Seigneur Jésus !

O Pasteur et nourriture, prêtre et sacrifice, aliment et breuvage des élus, pain vivant des esprits, remède à nos faiblesses quotidiennes, festin suave, source de tout renouveau !

O sacrifice de louange et de justice, holocauste de la nouvelle grâce, repas excellent, non de volailles ou de taureaux, mais de viandes plus succulentes et de ce vin délicieux qui renouvelle les amis de Dieu et enivre ses élus !

O table de bénédiction, table de proposition garnie d'une nourriture substantielle ! Table immense où tout est prodige étonnant ! Table plus douce que toute douceur, plus délectable que toute saveur, plus suave que tout parfum, plus magnifique que toute parure, plus succulente que toute nourriture ! Table que le Christ a préparée à ses amis et commensaux, que le père de famille sert à son fils de retour, après le repas de l'agneau symbolique.

Vous êtes le bain sacré que figuraient les antiques piscines, ô notre Pâque, immolation du Christ, et vous exigez la conversion du vice à la vertu, donnant ainsi la liberté aux Hébreux de l'esprit. O nourriture qui rassasie et ne dégoûte point, qui demande la mastication de la foi, le goût de la dévotion, l'union de la charité, et que divise non les dents du corps, mais le courage de la croyance ! O viatique de notre pèlerinage, qui attire les voyageurs sur les sommets des vertus ! O pain vivant, engendré au ciel, fermenté dans le sein de la Vierge, cuit sur le gibet de la croix, déposé sur l'autel, caché sous les espèces sacramentelles, confirme mon coeur dans le bien et assure ses pas dans le chemin de la vie ; réjouis mon âme, purifie mes pensées.

Voici le pain, le vrai pain, consommé, mais non consumé, mangé, mais non transformé ; il assimile et il ne s'assimile pas ; il renouvelle sans s'épuiser; il perfectionne et conduit au salut ; il donne la vie, confère la grâce, remet les péchés, affaiblit la concupiscence ; il nourrit les âmes fidèles, éclaire l'intelligence, enflamme la volonté, fait disparaître les défauts, élève les désirs. O calice de toutes suavités, où s'enivrent les âmes généreuses ! O calice brûlant, calice qui tourne au sang du Christ ; sceau du Nouveau Testament, chasse le vieux levain, remplis notre intime esprit, pour que nous soyons une pâte nouvelle, et que nous mangions les azymes de la sincérité et de la vérité. O vrai repas de Salomon, cénacle de toute consolation, soutien dans la présente tribulation, aliment de joie et gage de la félicité éternelle, foyer de l'unité, source de vertu et de douceur, symbole de sainteté !

La petitesse de l'hostie ne signifie-t-elle pas l'humilité, sa rondeur l'obéissance parfaite, sa minceur l'économie vertueuse, sa blancheur la pureté, l'absence de levain la bienveillance, sa cuisson la patience et la charité, l'inscription qu'elle porte la discrétion spirituelle, les espèces qui demeurent sa permanence, sa circonférence la perfection consommée ? O pain vivifiant, ô azyme, siège caché de la toute-puissance! Sous de modestes espèces visibles se cachent d'étonnantes et sublimes réalités.

O Corps, ô Ame, et Toi de tous deux inséparable, ô Substance Divine ! De ce dont on chante les grandeurs dans ce sacrement auguste, ô bon Jésus, seules, pour la foi, après la consécration, les espèces sacramentelles demeurent ; ce qui est mangé sans être assimilé ne souffre ni augmentation ni diminution ; ce que tous reçoivent en entier, mille ne le possèdent pas plus qu'un seul, un seul le possède autant que mille. Ce que contiennent tous les autels, les parcelles intactes ou brisées le contiennent toutes ; ta chair est mangée véritablement c'est véritablement ton sang que nous buvons.

Et tu es ici le prêtre, et tu es aussi l'hostie, et les saints Anges sont là présents, qui exaltent ta magnificence et louent ta souveraine majesté. C'est là ta puissance, Seigneur, qui seule opère de grandes choses ; elle dépasse tout sentiment et toute compréhension, tout génie, toute raison et toute imagination. C'est Toi qui as institué et confié à tes disciples ce sacrement où tout est miracle. N'approche donc pas de cette table redoutable sans une dévotion respectueuse et un fervent amour, homme ! Pleure tes péchés et souviens-toi de la Passion. Car l'Agneau immaculé veut une âme immaculée qui le reçoive comme un pur azyme. Recours au bain de la confession ; que le fondement de la foi te porte ; que l'incendie de la charité te consume ; que la douleur de la Passion te pénètre ; qu'un droit jugement t'éprouve. Approche de la table du Seigneur, de cette table magnifique et puissante, de telle sorte que tu parviennes un jour aux noces du véritable Agneau, là où nous serons enivrés de l'abondance de la maison de Dieu ; là où nous verrons le Roi de gloire, le Dieu des vertus dans toute sa beauté ; là où nous goûterons la Pain vivant dans le royaume du Père, par la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ, dont la puissance et l'empire demeurent jusqu'à la fin des siècles. Amen.

Traduction du P. Sertillanges (Les plus belles pages de saint Thomas d'Aquin)


flower flower flower flower flower


Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 86532
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: 28 janvier : Fête de Saint Thomas d'Aquin   28/1/2009, 07:24

Ses oeuvres complètes (ou presque) en Français :

http://docteurangelique.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
spidle33

avatar

Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: 28 janvier : Fête de Saint Thomas d'Aquin   28/1/2009, 08:09

BONNE FETE A TOUT LE FORUM !!!

cheers champagne champagne champagne cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Acri

avatar

Masculin Messages : 1571
Inscription : 31/12/2006

MessageSujet: 28 janvier : Fête de Saint Charlemagne   28/1/2009, 08:17


_________________
Qui ne travaille pas ne mange pas (2 Thess 3.10)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur
avatar

Masculin Messages : 86532
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: 28 janvier : Fête de Saint Thomas d'Aquin   28/1/2009, 08:43

spidle33 a écrit:
BONNE FETE A TOUT LE FORUM !!!

cheers champagne champagne champagne cheers

C'est vrai ça !
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 28 janvier : Fête de Saint Thomas d'Aquin   28/1/2009, 10:46

flower flower sunny BONNE FETE A TOUT LE FORUM sunny flower flower



:colors: :colors: :colors: :colors: :colors:



fleur 6 flower sunny :sts: sunny flower fleur 6
Revenir en haut Aller en bas
Fée Violine

avatar

Féminin Messages : 1359
Inscription : 03/08/2006

MessageSujet: Re: 28 janvier : Fête de Saint Thomas d'Aquin   28/1/2009, 21:27

Vive saint Thomas !!! I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Louis

avatar

Masculin Messages : 6199
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: 28 janvier : Fête de Saint Thomas d'Aquin   28/1/2009, 21:33

prière

Et longue vie au forum :sage:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 28 janvier : Fête de Saint Thomas d'Aquin   

Revenir en haut Aller en bas
 
28 janvier : Fête de Saint Thomas d'Aquin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 28 janvier : Saint Thomas d'Aquin
» Homélie sur saint Thomas d'Aquin
» Saint Thomas d'Aquin et commentaire du jour "La mesure dont vous vous servez servira aussi pour vous"
» Saint Thomas d’Aquin et l’Antechrist.
» Saint Thomas D'Aquin sur le grand monarque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: